Version classiqueVersion mobile

Les îles de la mémoire

 | 
Claire Bosc-Tiessé

Quatrième partie. Nārgā Śellāsē : de l’image au modèle. La main souveraine

Nārgā Śellāsē : de l'image au modèle

La main souveraine

Texte intégral

1Alors que son pouvoir s’est affermi et qu’elle achève la réalisation du grand ensemble ecclésial et palatial de Qwesqwām, la reine Mentewwāb entreprend le chantier de l’église de Nārgā. La construction s’échelonne sans doute de 1737 à la fin des années 1740.

2L’Histoire de Nārgā passe vite sur les étapes de la construction, à peine suggère-t-elle que Mentewwāb en a confié la responsabilité à des officiers en leur recommandant de ne pas lésiner sur les moyens. C’est aussi un chantier qui sert des desseins particuliers et l’histoire de l’art éthiopien a montré que les options de partis religieux pouvaient conduire à des choix iconographiques spécifiques, de même que la création picturale dans des monastères relativement isolés pouvait favoriser le développement de styles particuliers.

3C’est une église royale d’obédience onctionniste que Mentewwāb érige là et elle fait appel pour cela à des hommes particuliers, peut-être l’azzāž Benyām et un certain Āṣma Giyorgis dit ḥanāṣi (constructeur) Teku, nommé parmi les officiants de gauche pour la construction, et le père Arka Marcāwi, qui arrive du Tigré et qui prend des responsabilités importantes dans la direction de la nouvelle institution, semblant être directement partie prenante dans le chantier de décoration. Si ces hommes sont sans doute choisis à dessein, ce n’est cependant pas une secte dissidente qui est à l’œuvre ici mais la main royale. Elle a ses moyens propres, déjà élaborés sous le règne du souverain précédent, Bakāffā, dont les peintures datées de la régence de Mentewwāb héritent. L’ensemble pictural des murs de l’église de Nārgā est à la croisée de ces données mais le lien entre le programme iconographique, la manière dont il est réalisé, les objectifs politico-religieux de son commanditaire, les connaissances et les principes du concepteur réel reste obscur. Ainsi, les modalités de la copie, de l’appropriation des modèles comme le choix de certains thèmes particuliers donnent un premier aperçu du statut des peintures dans la société gondarienne, sans encore dévoiler toutes les significations de cet ensemble.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search