Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les îles de la mémoire

 | 
Claire Bosc-Tiessé

Troisième partie. La fondation de l’église royale de Nārgā Śellāsē et la concurrence des monastères sur le lac Ṭānā

La fondation de l’église royale de Nārgā Śellāsē et la concurrence des monastères sur le lac Ṭānā

Texte intégral

  • 1 Zēnā Nārgā, zēnā désigne une histoire ordinaire comme l’histoire d’un lieu particulier ou d’une pe (...)
  • 2 Euringer, « Die Geschichte von Narga », 1933, p. 290.

Au milieu du xviiie siècle, une grande église est construite sur le petit îlot de Nārgā au centre du lac Ṭānā, à côté de Daq, l'île principale. C’est un événement car les monastères des îles sont pour la plupart implantés là depuis plusieurs siècles. Une cinquantaine d’années auparavant, Iyāsu Ier avait certes fait restaurer à grands frais l’église de Gabriel à Kebrān et construire un château sur le petit îlot de Imageeqlā Manzo près de la rive est. C’était cependant un geste bien différent de la fondation d’une église royale. La reconstruction de l’église de Kebrān est connue par un récit conservé dans un manuscrit des Homélies en l'honneur de l’archange Gabriel et ses miracles de ce même monastère. Quant à la fondation de Nārgā Śellāsē, c’est l’Histoire de Nārgā1 qui relate le geste royal. Ce texte existe en plusieurs exemplaires, parfois relié avec d’autres récits. Il est ainsi conservé dans les bibliothèques de Paris, de Berlin et de Nārgā. Il ne raconte pas la construction de l’église à proprement parler, même s’il s’agit bien d’un nouveau bâtiment, mais la décision des souverains de fonder et de doter une église dédiée à la Trinité. Le texte insiste surtout sur le choix du lieu et montre la reine Mentewwāb guidée par l'« ange du Seigneur » de la même manière que le saint éthiopien Ēwosṭātēwos avait été conduit à travers la Méditerranée lors de son voyage en Arménie2. Le texte établit donc le parallèle avec ce saint dont se réclame au xviiie siècle le mouvement onctionniste et le parti des nobles de la région du Qwārā à l’ouest de Gondar, dont Mentewwāb est originaire. Il fait ensuite allusion à la consécration puis décrit longuement la dotation de l’église en terres, objets liturgiques, ornements et livres. À la suite, un texte à la louange des fondateurs royaux a été inséré, suivi par des listes de noms qui semblent au premier abord fixer l’organisation du service religieux dans la nouvelle église.

  • 3 Caquot, « Aperçu préliminaire sur le Mashafa Tefut de Gechen Amba », 1955, p. 103.

1Le texte rapportant la fondation du monastère de Dabra Ṣaḥāy Qwesqwām à Gondar par cette même reine mettait en parallèle la rébellion dont Mentewwāb et son fils sont la proie en 1732-1733 avec la fuite en Égypte de la Vierge et le refuge que la Sainte Famille trouve au monastère de Qwesqwām, invocation à laquelle Mentewwāb voue alors une dévotion particulière. La raison de la construction de l’église de Nārgā est beaucoup moins détaillée. Il n’est question dans le texte que de rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits. Cependant la dédicace de l’église à la Trinité et son nom de couvent d’Israël, Dabra Esrāɔēl, sont en eux-mêmes porteurs de sens. En référence à l’épopée nationale, le Kebra nagaśt, les Israélites sont les fondateurs du royaume d’Éthiopie et plus précisément encore les membres de la famille royale3. Le texte de fondation donnant comme étymologie pour Israël les « regardants Dieu », les fondateurs et les religieux desservant cette église se voient classés symboliquement dans les deux ensembles.

2Que signifie cet événement par rapport à la fondation de Qwesqwām à Gondar ou par rapport aux grands monastères du lac comme Dāgā Esṭifānos ou Ṭānā Qirqos ? Une fondation ecclésiastique royale comme Nārgā devient un point clé pour comprendre la relation des monastères du lac Ṭānā avec le pouvoir royal à la période gondarienne, soulignant à la fois la place du lac Ṭānā dans la politique des souverains gondariens et ce qui se joue là par rapport à la capitale.

3La portée, l’importance réelle de cette fondation se lisent à travers les personnes qui sont attachées à son service comme à travers sa richesse matérielle, en terres, livres et objets liturgiques. L’étude de la période sur laquelle la fondation s’étend, sous-tendue par l’histoire de la composition du texte tel que nous le connaissons aujourd’hui, est l’élément indispensable pour comprendre les étapes de la construction du bâtiment et de l’établissement des listes des desservants et des bénéficiaires des offices ecclésiastiques.

Notes

1 Zēnā Nārgā, zēnā désigne une histoire ordinaire comme l’histoire d’un lieu particulier ou d’une personne alors que tārik est utilisé pour parler de l’histoire dans les chroniques officielles (Kropp, « La théologie au service de la rébellion. Chroniques inédites du ras Mika el Sehul », 1994, P· 234).

2 Euringer, « Die Geschichte von Narga », 1933, p. 290.

3 Caquot, « Aperçu préliminaire sur le Mashafa Tefut de Gechen Amba », 1955, p. 103.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.