Version classiqueVersion mobile

Les îles de la mémoire

 | 
Claire Bosc-Tiessé

Deuxième partie. Le lac Ṭānā comme sanctuaire royal

Chapitre VI. Des constructions civiles au sanctuaire royal

Texte intégral

1À la différence de son père et prédécesseur, Iyāsu Ier est un visiteur assidu des îles et y fait réaliser une série de constructions, tout autant civiles que religieuses. Les textes montrent que les souverains sont souvent intervenus pour permettre la réalisation de travaux dans les églises du lac Ṭānā mais ce patronage prend une autre ampleur et les lieux mêmes vont prendre un sens différent avec Iyāsu et encore après son assassinat.

Les constructions civiles de Iyāsu Ier sur les îles

L’intérêt spécifique de Iyāsu Ier pour la région

À l’instar de certains de ses prédécesseurs, particulièrement Śarṣa Dengel et Fāsiladas, Iyāsu se rend dans les îles pour y jeûner et prier. Il dote les églises de terres et intervient parfois dans les affaires internes des monastères. Le plus souvent seul, au départ ou au retour d’expéditions, Iyāsu se rend fréquemment sur les îles de Ṭānā Qirqos, Galilā Zakāryās, Bergidā, Meṣlē Fāsiladas, Imageeqlā Manzo, à Dāgā Esṭifānos aussi.

  • 1 L’ambā est une montagne en forme de table.
  • 2 GuiIyasu I, p. 63.
  • 3 Ibid., p. 67 : mars-avril 1684.
  • 4 Ibid., p. 140-141.

2À son arrivée sur le trône, Iyāsu prend diverses mesures pour asseoir son pouvoir et affirmer les principes sur lesquels son règne va s’appuyer. Il redistribue tout d’abord quelques charges, convoque un concile, fonde une église dédiée au saint Takla Hāymānot à Gondar pour lequel il affiche d’entrée de jeu et très ouvertement une dévotion particulière. Il se rend ensuite à Waḫni, l’ambā qui sert de prison royale1, afin de voir les membres de sa famille qui pourraient prétendre à son trône. Après avoir réglé ces questions de politique intérieure et religieuse, il fait le tour, en mars-avril 1683, de « toutes les îles ayant des couvents, pour recevoir la bénédiction et se recommander à tous les saints moines ; car c’était son héritage et sa portion, qu’il avait reçus du roi son père, Aɔlāf Sagad [Yoḥannes], et de sa mère, la reine Sabla Wangēl2 ». L’année suivante à la même époque, il recommence le même périple3. En juillet-août 1689, il se sépare à deux reprises de l’armée, tout d’abord pour aller se recommander à la prière de tous les saints moines qui sont dans l’Amḥārā puis de tous ceux « qui vivaient dans l’intérieur et sur les bords des îles, c’est-à-dire Ṭānā, Dāgā, Meṣlē, Rēmā, Kebrān ; ceux des bords des îles que nous avons dits sont Furē et Zagē. Car c’était l’habitude du roi d’aller solliciter les prières de tous les saints moines lorsqu’il partait pour quelque expédition, comme lorsqu’il en revenait, car dans la prière de ces saints il trouvait la force4 ».

  • 5 Ibid., p. 63.
  • 6 En 1683,1681 et au moins dans les trois années qui suivent, en 1685, 1686, 1687 (ibid., p. 84, 98, (...)
  • 7 Avec certitude en 1685 et 1687 (ibid., p. 84,114).
  • 8 Ceci est notifié pour la première fois pour l’année 1691 mais avec la précision que c’est ce que l (...)
  • 9 Au moins en 1687 et 1688, « comme à son habitude » (ibid., p. 110,127).
  • 10 Raineri, op. cit., p. 218-219 ; Dombrowski, op. cit., p. 213. Voir aussi GuiIyasu I, p. 68.
  • 11 Raineri, op. cit., p. 219 ; Dombrowski, op. cit., p. 214.
  • 12 Ou Maṭaq selon les manuscrits (GuiIyasu I, p. 86).
  • 13 GuiIyasu I, p. 114.

3En premier lieu, parmi les îles, c’est sur l’île de Ṭānā Qirqos qu’il se rend, pour la fête du saint patron du lieu, Qirqos ou Cyriaque, ce qui montre l’aura que ce monastère a gardée5. À Ṭānā Qirqos, il retourne presque tous les ans à la même époque, le 15 terr (20 ou 21 janvier) pour la fête de Cyriaque6, et il prolonge parfois son voyage sur le mont Gwegwebēn au tombeau de Yāfqeranna Egziɔe7. Il passe aussi à Ṭānā Qirqos le jeûne de Pâques8. À partir de 1687, il va aussi régulièrement le 11 maskaram (18 ou 19 septembre) à Meṣlē pour la fête du saint patron de l’église, Fāsiladas (Basilides) « car son âme était attachée à l’amour de ce martyr9 ». Il se rend aussi à Dāgā : en mars-avril 1683 avec sa soeur Ellēni et beaucoup de dignitaires, et à la même époque en 1684 « comme à son habitude10 » et encore en 168511. Iyāsu n’oublie pas non plus les îles du Nord puisqu’en février-mars 1685 il se rend sur la péninsule de Gorgorā et gagne de là les îles de Galilā, Bergidā et Maṭqoryā12. Il retourne à Galilā le 14 décembre 1687 pour la fête du saint fondateur du monastère, Zakāryās, et il ordonne « de célébrer la fête de ce juste aussi dans sa ville de Gondar, au son des trompettes, des gros tambours, des lyres et des flûtes13 ».

  • 14 Voir l’édition de la charte « théographique » de Ṭānā Qirqos en annexe. Il est difficile de spécul (...)

4Iyāsu rentre ainsi dans la tradition des rois pieux qui s’appuient sur les saints moines et demandent leurs prières pour les expéditions royales. Si ce n’est quelques livres ou ustensiles liturgiques, il ne comble pas ces monastères de cadeaux et, en tout cas, ne les dote pas de revenus fonciers, sauf ceux, comme Kebrān, pour lesquels il entreprend des travaux d’envergure. Travaux qu’auraient d’ailleurs refusés les moines de Ṭānā Qirqos s’ils ne dédaignent pas à la place don d’argent14.

  • 15 Il semble qu’en plus des relations dont nous avons déjà parlé entre Iyāsu et Sebḥat LaɔAb, celui-c (...)
  • 16 Raineri, op. cit., p. 219 ; Dombrowski, op. cit., p. 214.
  • 17 Raineri, op. cit., p. 224 ; Dombrowski, op. cit., p. 226.
  • 18 Raineri, op. cit., p. 226 ; Dombrowski, op. cit., p. 229-230.
  • 19 La destruction du nagārit, gros tambour insigne royal dont l’un était peut-être confié à Dāgā. Mai (...)
  • 20 En septembre 1705 (Dombrowski, op. cit., p. 238) ou 1706 (Raineri, op. cit., p. 231-232) ?

5Surtout Iyāsu a eu parmi ses proches des moines du lac Ṭānā : Sebḥat LaɔAb de Ṭānā Qirqos15, Abrānyos de Kebrān et Askāl de Dāgā. À l’automne 1684, Askāl succède à cĀrku à la tête du monastère de Dāgā16. À l’automne 1699, après une expédition dans le Dāmot, Iyāsu séjourne quelque temps sur la rive sud du lac, à Leğomē, dans la maison d’Askāl, qui a été remplacé à la tête de Dāgā par Za-Manfas Qeddus Nadāy en 169717. Il y fête l’Épiphanie (Ṭemqat)18. La maison d’Askāl reste pour lui un lieu d’accueil jusqu’à la fin de ses jours même s’il doit intervenir contre lui au cours de l’été 1705. Askāl se serait alors autoproclamé mamher de Dāgā à la suite d’un incident peu clair19 et aurait emprisonné des moines de Dāgā chez lui. D’autres moines de Dāgā auraient demandé alors à Iyāsu d’intervenir pour les libérer. Cette médiation ne semble pas entacher leurs relations car Iyāsu séjourne encore ensuite dans sa maison peu après20.

Ainsi, quand le chroniqueur souligne que le roi Iyāsu Ier se rendit sur les îles « comme à son habitude », ce n’est pas un vain mot. C’est effectivement plusieurs fois par an que le chroniqueur signale son passage sur telle ou telle île, le plus souvent à Meṣlē ou à Ṭānā Qirqos, à date fixe, la fête du saint patron du lieu ou une période de jeûne pendant laquelle il se retire des affaires du gouvernement et de la guerre, ou dans une tournée plus générale. L’intimité de ces relations va prendre un nouveau tour, dans son règne et par rapport aux actions habituelles de ses prédécesseurs envers les monastères du lac, quand Iyāsu ne va plus se contenter de se rendre très fréquemment sur les îles mais aussi y intervenir comme mécène et plus encore comme bâtisseur. Il va y faire construire un certain nombre de bâtiments, une résidence assortie de chapelles à Imageeqlā Manzo et des thermes sur le petit îlot d’Enṭons juste à côté de l'île de Kebrān, où il multiplie ses visites à la fin de son règne.

La construction d’une résidence royale sur l’île de Imageeqlā Manzo (1694-1699)

Dès 1683, et plus encore à partir de 1691, Iyāsu se montre très attaché à la rive orientale du lac Ṭānā puisqu’il se rend pratiquement une fois par an pendant un mois et plus à Ṭānā Qirqos pour le jeûne de Pâques. Il est possible qu’il ait eu le désir de se faire construire une résidence personnelle à proximité pour perpétuer ses habitudes à cet endroit avec plus de liberté de mouvement. Les lieux de Gwāngut sur la terre ferme, de Imageeqlā Manzo, de Ğegerfā Takla Hāymānot et de Ṭānā Qirqos sont intervisibles. Par ailleurs, les moines de Ṭānā Qirqos ont montré l’indépendance qu’ils ont voulu garder par rapport au roi dans un document qui s’apparente à une fausse charte mais n’en montre pas moins l’histoire que les moines de Ṭānā Qirqos veulent présenter de leur monastère dans le deuxième tiers du xviiie siècle. Ils affirment donc leur indépendance par rapport à Iyāsu Ier qui veut reconstruire leur église en mettant en avant que c’est de leur ressort de le faire. À la place, il leur accorde un don en or.

  • 21 GuiIyasu I, p. 128.
  • 22 Raineri, op. cit., p. 222, 224 ; Dombrowski, op. cit., p. 219-220, 226.
  • 23 Nous nous sommes rendus en janvier 1998 sur l’îlot où des ruines étaient signalées (Anfray, op. ci (...)

En février 1689, Iyāsu Ier se rend pour la première fois sur l’île de Imageeqlā Manzo21. L’îlot se situe à quelques encablures de la terre ferme en face de la butte de Ğegerfā et de celle de Gwāngut où se trouve l’église dédiée à la sainte Krestos Śamrā. Au printemps 1694, il ordonne d’y faire bâtir une résidence et, en 1698-1699, sans doute quand les travaux se terminent, il y apporte un tābot consacré au saint cavalier et martyr Claude (Galāwdēwos)22. Sur l’île entièrement construite23, les bâtiments, dans un appareil de pierre grise lié par un mortier de chaux recouvert d’enduit, sont caractéristiques de l’architecture gondarienne, mais n’ont fait l’objet d’aucun effet ornemental, ni pierre gravée ni même alternance de pierres de couleurs différentes.

6C’est sur cette île que le médecin français Poncet, envoyé par le consul de France en Égypte, passe quelques jours lors de son voyage en Éthiopie en 1699-1700 et il en parle en ces termes :

  • 24 Poncet, « Voyage d’Éthiopie », 1704, p. 361.

« Il y a vers le milieu de ce Lac une isle où l’Empereur a un Palais, qui ne cède en rien à celui de Gondar, pour la beauté et la magnificence des bastimens, quoy qu’il ne soit pas si grand24. »

7Il s’y rend avec le roi IyāsuIer et raconte qu’ils restèrent trois jours :

  • 25 Des arcades semblent faire le tour de la partie basse de l’île (clairement visibles sur la rive no (...)
  • 26 Poncet, op. cit., p. 362.

« Dans ce Palais enchanté, où [il] fit quelques expériences de Chymie, qui plûrent fort à l’Empereur. Ce Palais a une double enceinte de murailles25 & deux Eglises desservies par des Religieux, qui vivent en Communauté. L’une des deux Eglises est dédiée à saint Claude, & donne le nom à cette isle, qui s’appelle l’isle de saint Claude, & qui a environ une lieuë de circuit26. »

  • 27 GuiIyasu I, p. 214 (en mars-avril 1699 jusqu’à la fête de Pâques le 19 avril), 230 (en décembre 17 (...)

8Iyāsu s’y rend alors régulièrement pour les périodes de jeûne voire pour des fêtes religieuses majeures comme celle de Pâques27, toujours seul ou du moins sans ses troupes qu’il laisse souvent cantonnées à Yebābā dans le Goğğām ou, plus près, à Aringo.

  • 28 Selon les Actes de Iyāsu (Conti Rossini, « Iyasu I, re d’Etiopia e martire », 1942, p. 119-120), q (...)
  • 29 Cette toute petite église de construction récente a brûlé quelques jours avant notre passage, en j (...)

9L’espace sur l’île se trouve rapidement trop petit pour les religieux qui desservent l’église dédiée à Galāwdēwos et Iyāsu fait alors construire une nouvelle église « de belle construction » sur la terre ferme, au sommet de la colline qui fait face à l’île. Il dote l’église d’objets liturgiques précieux, d’étoffes et de tapis, de livres, et lui assigne des terres. Il fait alors consacrer le tābot à Galāwdēwos comme l’église de l’île28. Ce site correspond à la butte rocheuse au nord de celle où se trouve l’église de Krestos Śamrā, entourée sur trois côtés par le lac et les marécages, sur laquelle est située aujourd’hui la petite église de Ğegerfā Takla Hāymānot29.

Image

La résidence de Iyāsu Ier à Imageeqlā Manzo

  • 30 Dombrowski, op. cit., p. 240-242 ; Basset, op. cit, p. 171.

10Entre fin juillet et début août de l’année 1706, Takla Hāymānot, le fils de Iyāsu qui a pris le pouvoir à Gondar, contraint son père à résider sous surveillance sur l’île où il est assassiné quelques mois plus tard, le 13 octobre. Le bâtiment est alors incendié par ses meurtriers30 et jamais aucun de ses successeurs ne séjournera sur l’îlot.

  • 31 Voir en annexe la « charte » de Ṭānā Qirqos, p. 411-423.

11Ainsi Iyāsu choisit un lieu, certes petit par rapport à l’ensemble des châteaux de Gondar, à proximité d’un des plus prestigieux centres monastiques de l’époque. Il s’installe aussi en roi au cœur de l’espace monastique, ce qui peut expliquer que les moines de Ṭānā Qirqos tentent de limiter son emprise31.

Les thermes d’Enṭons

  • 32 Alors qu’il était au Caire pour trouver un médecin pour le roi éthiopien, le marchand musulman Had (...)
  • 33 Ghiorghis Mellessa, « Gondar yesterday and today », 1969, p. 168 (le wešebā gemb devrait correspon (...)

12Iyāsu souffrait d’une maladie de peau pour laquelle il avait demandé à ses envoyés au Caire de lui ramener un médecin. C’est ainsi que Poncet arriva en Éthiopie en 1699 et séjourna à Gondar pendant plus de neuf mois32. Il semble qu’il y avait dans l’enceinte palatiale de Gondar, attenant à la résidence de Iyāsu, un bâtiment destiné aux cures pour les maladies de ce genre, désigné sous le terme de wešebā gemb. Les pièces de ce bâtiment étaient très petites et n’avaient pas de fenêtres, à l’exception de petits trous d’aération dans le toit. Les malades souffrant de maladies de peau, de syphilis et autres auraient été soignés là par l’isolation, l’exposition à une haute température et la sudation33.

Image

Les thermes d'Enṭons

  • 34 Raineri, op. cit., p. 230 (date à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 236-237.
  • 35 Bēta belanē (Dombrowski, op. cit., p. 75).
  • 36 Auparavant, Enṭons est mentionné dans l’histoire de son règne en mars-avril 1700 quand le roi se r (...)
  • 37 Connaissant cette « maison de bains » par la chronique, nous nous sommes rendus sur place en janvi (...)
  • 38 L’appareil est beaucoup plus gros qu’à (...)
  • 39 Il est tout à fait possible qu’il y ait eu ici un système de chauffage particulier.

13Vers la fin de la vie de Iyāsu, la maladie que Poncet pensait avoir guérie reprend de la vigueur et semble s’aggraver considérablement. Iyāsu se rend alors dans différents lieux pour y prendre les eaux : à Gannata Giyorgis, dans la région de Makāna Śellāsē dans l’Amḥārā au printemps 170534 et quelque temps après sur l’îlot d’Enṭons, tout proche de Kebrān, pour sa « maison de bains35 ». Construit très certainement sur son ordre36, le bâtiment a été édifié à l’extrémité sud-est de l'île, à l’opposé de l’église37. Construit en pierre et chaux38, le bâtiment se compose de deux parties avec des pièces en enfilade et des trous d’aération dans le toit, semblables à ceux décrits par Ghiorghis Mellessa pour le wešebā gemb de Gondar39.

  • 40 Raineri, op. cit., p. 230 (date à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 237-239.

14D’Enṭons, Iyāsu va ensuite à Sāgabā au sud-ouest du lac pour se baigner dans l’« eau de la vie » et retourne ensuite dans sa maison de bains d’Enṭons après le concile de Yebābā. Il s’y rend plusieurs fois à l’automne de la même année, dès qu’il en a la possibilité40.

De l’assassinat de Iyāsu Ier aux parcours de ses successeurs : les strates de l’histoire et la création de la légitimité

Les derniers mois de Iyāsu sur le lac Ṭānā

  • 41 En juillet 1704 (Béguinot, op. cit., p. 79 ; Dombrowski, op. cit., p. 235 : année à corriger).
  • 42 Voir GuiIyasu I, p. 286-288, la campagne dans le Gibē aurait bien lieu en 1704 (Béguinot, op. cit. (...)
  • 43 GuiIyasu I, p. 285.

15Alors que Iyāsu, malade, affecté par la mort soudaine de sa concubine préférée, la wayzaro Qeddestē41, s’entoure de ses enfants, un complot se trame à Gondar autour de son fils Takla Hāymānot. Sa mère, Malakotāwit, qui n’est plus en faveur auprès du souverain, appuie la conjuration. La chronique officielle du règne de Iyāsu Ier se conclut en 1704, dans une fin qui montre le malaise de la communauté de Dabra Berhān Śellāsē à laquelle appartient l'historiographe, sans pouvoir nous informer de ce qui se passe à Gondar. Un nouveau ṣaḥafē teɔezāz, Sinodā, issu lui aussi du clergé de Dabra Berhān Śellāsē, était entré en fonction en 1703 et avait commencé son travail avec l’année 1703-1704 qu’il relate jusqu’au mois de juin 1704 (début du mois de sanē), auquel il ajoute un récit supplémentaire qu’il dit se passer aussi en sanē, laissant ainsi supposer que les événements relatés là prennent place directement à la suite des précédents quand Iyāsu revient à Gondar, à la suite d’une expédition de plusieurs mois dans le Gibē42. Le texte est toutefois suffisamment elliptique pour pouvoir s’appliquer à plusieurs années. Connaissant les événements qui ont suivi et le dévouement du clergé de Dabra Berhān Śellāsē à Iyāsu, et particulièrement l’attachement de Sinodā à son roi dont il écrira ensuite l’hagiographie, il est tentant de lire dans ce passage une allusion aux troubles causés par le renversement de Iyāsu. Le récit montre un serviteur annonçant à Dabra Berhān Śellāsē que le roi est sain et sauf, et les cérémonies de réjouissance alors conduites par les clergés de cette église et de Takla Hāymānot. Première allusion à la trahison que subit Iyāsu : son messager arrive à Gondar le jour de la fête de la Crucifixion et Sinodā en profite pour rappeler comment Jésus fut bafoué à son procès43. Sinodā conclut ainsi son récit :

  • 44 GuiIyasu I, p. 287-288.

« Voilà que j’ai écrit tout ce que j’ai vu et entendu et tout ce qui a été écrit pour l’instruction et futilité de tous, comme j’ai trouvé dans l’histoire de Mardochée et Haman ; il y est dit : Il y avait deux eunuques parmi les ministres du roi Aresṭerksis qui voulurent tuer le roi [...]. Mardochée ayant eu connaissance de la chose, la révéla au roi, qui tua ces méchants-là. Il donna ordre d’écrire dans le Livre de l’histoire de Mardochée l’intelligence qui ressortait de son récit. Cette histoire fut bientôt profitable à Mardochée et le délivra de la mort avec la vengeance tirée de Haman, et elle rappelle sa belle action. C’est pourquoi j’ai écrit le récit des habitants de Gondar attristés pour le manque, l'absence du roi, pour qu’il rappelle leur belle action à eux, à leurs fils et aux fils de leurs fils. Mais que Dieu concède à notre roi Iyāsu la crainte de son nom et un bon culte pour Lui, et que ses ennemis et ses haïsseurs soient assujettis ! Puisse Dieu apaiser sa colère et envoyer sa miséricorde et sa clémence sur la terre44 ! »

  • 45 Basset, op. cit., p. 170 ; Béguinot, op. cit., p. 85.

16Ce récit peut prendre place au retour de Iyāsu du Gibē en 1704 mais s’appliquer parfaitement aussi à l’année 1705. Iyāsu y apparaît toujours vivant et, si Sinodā n’avait pas connaissance des événements de 1705 et 1706, ce texte aurait des accents prophétiques et apocalyptiques étonnants. Sinodā veille aussi à assurer le roi Iyāsu de la fidélité du clergé de ses églises de Gondar et des habitants de la ville comme pour les protéger d’éventuelles représailles. À ce sujet, un indice donne d’ailleurs à penser qu’il écrit après 1706 quand il relate ces faits car il cite, comme kāntibā, Matēwos qui n’est nommé à ce poste que le 6 mai 170645.

  • 46 Officier d’avant-garde chargé d’un corps de troupe.
  • 47 Basset, op. cit., p. 167-171 ; Béguinot, op. cit., p. 82-87.

Ce texte ne dit rien de plus sur les événements de 1705-1706 et il faut se reporter aux récits de la chronique brève mis au point dans les milieux monastiques pour savoir ce qui s’est passé ces années-là, mais ceux-ci ne sont pas unanimes. Dans une version, Iyāsu avait nommé son fils Takla Hāymānot beḥtwaddad en juin-juillet 1705. En février-mars 1706, alors qu’il est installé dans les alentours du lac Ṭānā, il envoie Yosṭos à Gondar pour qu’il lui amène son fils Takla Hāymānot, en employant la force si nécessaire. Takla Hāymānot prend alors l’avis du rās Farēs et de ses partisans qui voient dans cet ordre la menace pour Takla Hāymānot d’être enchaîné et conduit à Waḫni pour faire régner un autre fils de Iyāsu, Dāwit. Ils le font alors roi le 8 mars 1706 et emprisonnent le messager de Iyāsu. Ils enjoignent alors Iyāsu de se retirer dans un monastère, lequel menace de venir châtier les responsables, ce qui met la ville en émoi. Les armées du père et du fils sont prêtes à s’affronter quand Iyāsu, tombant malade, décide d’abandonner le trône, envoie ses autres fils, prétendants potentiels au trône, à Takla Hāymānot pour qu’il les emprisonne à Waḫni et se retire de son plein gré à Daq puis à Imageeqlā Manzo. Sa soeur, la wayzaro Ellēni, est exilée. À l’automne 1706, les troubles reprennent car le dağğāžmāč Anorē et le fitɔawrāri46 Yācqob arrivent du Goğğām pour faire sortir Iyāsu de Imageeqlā Manzo. À cette nouvelle, Takla Hāymānot prend les devants et envoie à Imageeqlā Manzo ses parents Dermen et Pāwlos, avec quelques gens d’armes, qui prennent sur eux d’éliminer Iyāsu, blessé d’abord d’un coup de fusil, transpercé ensuite d’un coup de lance, et le laissent en proie aux flammes dans l’incendie de sa résidence le 5 ṭeqemt (13 octobre 1706). À la nouvelle de la mort de Iyāsu, les prêtres des environs, des îles et de la campagne se rassemblent et emmènent sa dépouille en tānkwā jusqu à Mesrāḫā où ils l’enterrent. À Gondar, les prêtres de Dabra Berhān Śellāsē célèbrent alors son deuil en grande pompe47.

  • 48 Raineri, op. cit., p. 231 (année à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 238.
  • 49 Raineri, op. cit., p. 232 (année à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 239. Il n’est pas question (...)
  • 50 Certaines traductions donnent Sayčelā, ce qui, au moins dans le cas du Ṭānāsee 106 (fol. 26rb), ré (...)
  • 51 Dombrowski, op. cit., p. 238-245.

D’autres manuscrits de la chronique brève donnent une version des événements sensiblement différente, dont nous verrons qu'elle est mise au point sur les îles du lac Ṭānā. Tout d’abord, tout le passage qui précède la nomination de Takla Hāymānot à la fonction de beḥtwaddad est beaucoup plus développé, sans doute parce que l’on y voit Iyāsu vivre dans la région du lac. Il se rend à Meṣrāḫā, où est enterré à cette époque l'abētahun Qērlos, frère du dağğāžmāč Yosṭos. Sa maladie s’aggrave et il s’occupe à se soigner entre Gannata Giyorgis, dans l’Amḥārā, et Enṭons. Il reste un long moment dans la région, basé dans sa maison de Leğomē, et intervient alors dans les affaires locales : les moines de Dāgā demandent son arbitrage dans un conflit avec son ami abbā Askāl. Il voyage encore, puis revient passer Pâques à Leğomē, avec des passages à Enṭons, toujours pour se soigner, et à Qwenzelā sur la rive occidentale du lac un peu plus au nord. De là, il retourne à Gondar où il nomme Takla Hāymānot beḥtwaddad au printemps 170548 et revient s’installer sur la rive ouest du lac Ṭānā, entre Qwenzelā, Leğomē et Enṭons. Au début de l’année 1706, il se rend avec ses enfants à Daq et s’installe dans la maison d'abbā Diyosqoros à Kotā. C’est là que Yosṭos et Agnē le rejoignent pour parler des affaires du royaume, pendant qu’à Gondar les nobles et grands du royaume complotent et intronisent son fils Takla Hāymānot le 8 mars49. À cette nouvelle, Iyāsu quitte précipitamment Daq pour Qwenzelā mais il hésite à partir en guerre car il est très malade. Il réunit autour de lui ses autres enfants, envoie un messager à Takla Hāymānot et retourne à Daq, sous bonne surveillance. Takla Hāymānot fait alors arrêter un ami de son père, abbā Askāl, à Leğomē, le coupant ainsi d’un de ses soutiens au point de débarquement de Daq. Il prive aussi Ellēni de ses terres, l’exile et tient Yosṭos emprisonné. Le 26 juillet 1706, Takla Hāymānot envoie à Daq une délégation pour ordonner à son père de quitter l’île et de se retirer à Imageeqlā Manzo, plus facile à surveiller. Il commence par refuser avant d’accepter devant leur insistance. Le 1er août, il quitte donc Daq pour Imageeqlā Manzo où il reste jusqu’à sa mort. À l’automne, Dermen et Pāwlos, sur le conseil de Malakotāwit qui le hait, prennent un corps de troupe avec eux et vont le voir pour lui enjoindre d’aller à Waḫni, la prison royale. Il leur demande de le laisser étant donné sa faiblesse. Ils se retirent mais reviennent le lendemain. Devant son refus réitéré, Dermen le transperce d’un coup de lance et les soldats l’abattent d’un coup de fusil. Il meurt ainsi, un mercredi 13 octobre, et devient un martyr. Les soldats laissent sa maison en flammes mais son corps reste intact parce qu’une de ses servantes, nommée Ṭēqalā, le sort du feu. En revanche, tous ses biens, livres et peintures sont réduits en cendres. Les gens enveloppent son corps dans un linceul de lin et l’emportent à Meṣrāḫā pour l’enterrer. Puis, arrivent du Goğğām des parents de Iyāsu, Anorē et Yācqob, qui veulent le remettre sur son trône. À Sadačelā50, sur la rive non loin de Pilot royal, ils ne trouvent tout d’abord pas de tānkwā, en construisent une, arrivent à Imageeqlā Manzo pour y apprendre la nouvelle. Ils se rendent ensuite à Ṣānā [Ṭānā Qirqos] dont les moines ont fui, veulent incendier l’église mais renoncent et retournent à Sadačelā qu’ils pillent. Ils seront arrêtés plus tard sur l’ordre de Takla Hāymānot et exécutés51.

La mise en images de l’assassinat de Iyāsu Ier à Imageeqlā Manzo comme strate de mémoire

17Cet événement traumatisant qu’est l’assassinat de Iyāsu Ier va être la première raison de la rédaction de l’hagiographie de la vie d’un roi qui entre alors dans le cercle des saints rois éthiopiens comme martyr. Ce qui est moins connu, c’est que cet événement va aussi être mis en images (fig. 14). Effectivement quelques peintures développant cet événement sont signalées mais elles sont malheureusement difficilement accessibles. Ces représentations semblent rares et à notre connaissance les églises du lac Ṭānā n’en conservent pas. Il est toutefois intéressant de voir comment l’image de cet événement a été créée, vraisemblablement à Gondar.

Image

Fig. 14 — L’assassinat de Iyāsu Ier, Livre de la Trinité (Maṣḥafa Sellāsē), foliotation inconnue, Dabra Meḥrat Čalaqot Śellāsē, xviiie-xixe siècle ?

  • 52 Conti Rossini, « Iyasu Ire d’Etiopia e martire », 1942, p. 65 n. 1. L’image de l’assassinat de Iyā (...)
  • 53 À moins que des feuillets plus anciens aient été insérés dans ce volume, ce texte des Actes de Iyā (...)
  • 54 Pour les raisons énumérées ci-dessus, les peintures accompagnant ce manuscrit ne forment sans dout (...)
  • 55 Conti Rossini, op. cit., p. 66.
  • 56 Sinodā développe longuement cette comparaison (Conti Rossini, op. cit., p. 120).

Le manuscrit des Actes de Iyāsu, conservé à Dabra Berhān Śellāsē, est précédé de peintures liées à la mort de Iyāsu : son assassinat et le transport de sa dépouille sur le lac, suivie par les hippopotames52. Ce manuscrit n’est pas le texte original rédigé par Sinodā car il apparaît à la suite d’un recueil d'Homélies en l’honneur de saint Michel (Dersāna Mikāɔēl) copié à l’époque du roi Yoḥannes IV (1872-1889) et que celui-ci a envoyé d’Adwā à Dabra Berhān Śellāsē en cadeau53. L’événement a donc été mis en images : d’abord l’assassinat puis, parfois, l’enterrement du roi54. Les Actes mêmes détaillent très peu les derniers mois de Iyāsu, entre le moment où il a nommé son fils Takla Hāymānot beḥtwaddad et sa mort à Imageeqlā Manzo. En revanche, avant de promouvoir le roi au rang de saint martyr, ce texte fait de Iyāsu un moine qui, de son plein gré, aurait pris l’habit monastique et se serait retiré à Imageeqlā Manzo. Eu égard à sa date de rédaction, entre octobre 1709 et octobre 171155, il faut en conclure que c’est ce texte qui met en place l’argument de la chronique brève qui montre les comploteurs conseiller à Iyāsu de prendre l’habit monastique. Il construit ainsi une image du roi où il n’est pas vaincu mais a choisi d’abandonner le pouvoir pour devenir moine. C’est d’ailleurs comme cela que les images le représentent : pas de couronne, mais un tissu blanc qui recouvre sa tête. L’assassinat apparaît crapuleux, sans plus de motivation politique : ni le désir de Iyāsu de reprendre le pouvoir ni même l’intervention de ses partisans, qui n’est pas mentionnée ici, ne l’expliquent plus. Il meurt comme les saints martyrs qu’il a honorés : Claude, transpercé d’une lance et auquel il a construit deux sanctuaires, à Imageeqlā Manzo et en face sur la terre ferme, et Cyriaque, patron de l'église voisine de Ṭānā Qirqos, laissé en proie aux flammes56.

  • 57 Dombrowski, op. cit., p. 250 ; Conti Rossini, op. cit., p. 124-125.

18À son arrivée au pouvoir, Tēwoflos (1708-1711) fait pourchasser les assassins de son frère, Dermen et Pāwlos en tout premier lieu, et les fait exécuter en même temps que l'yetēgē Malakotāwit à l’automne 1708. À la même période, il célèbre la mémoire de son frère le jour anniversaire de sa mort, le 5 ṭeqemt (13 octobre), et ordonne aux prêtres de Dabra Berhān de célébrer la cérémonie tous les ans à cette date57.

  • 58 Ms. BL Oriental 660, fol. 2-3 traduits par Budge, The Book of the Saints of the Ethiopic Church, 1 (...)
  • 59 Budge, op. cit., p. lxxiv-lxxviii.

Dans une église de Gondar, celle de Gemğā Bēt Māryām, un texte, écrit pour être lu le jour de la commémoration de la mort de Iyāsu, a été ajouté au début du synaxaire sous le règne de Iyāsu II (1730-1755)58. Ce texte ne va pas dans le sens de celui de la chronique élaborée sur le lac Ṭānā mais, plus encore que les Actes de Iyāsu, a la même version des faits que celle qui sera diffusée par les autres versions de la chronique brève. Iyāsu y abandonne le gouvernement effectif du royaume dans les mains de son fils et se retire à Kebrān pour prier puis à Daq où il apprend que des dignitaires ont fait Takla Hāymānot roi contre sa volonté. De colère, il lève une armée et maudit Malakotāwit qui a mal conseillé leur fils, avant de retourner à Daq où il prend de lui-même l’habit monastique. Il est ensuite emmené à Imageeqlā Manzo, d’où Anorē et Yācqob veulent le faire sortir. Takla Hāymānot envoie alors Dermen et Pāwlos sur l’île où ils tuent Iyāsu59.

19Dans cette même église de Gemğā Bēt Māryām, Arnauld d’Abbadie verra un peu plus d’un siècle après la représentation de cette histoire :

  • 60 D’abbadie, Douze ans dans la Haute-Éthiopie (Abyssinie), 1980, p. 500-501. Arnauld d’Abbadie visit (...)

« On y voit encore, parfaitement conservées, les peintures de l’intérieur, représentant tous les épisodes de la guerre parricide que Rougoum (maudit) Tékla-Haïmanote fit à son père Yassous-le-Grand, qu’il fit tuer par un de ses oncles d’un coup de carabine, dans une île du lac Tsana, on y voit aussi la mort de ce parricide, assassiné à la chasse peu après être monté sur le trône60. »

  • 61 Sans qu'elle soit nommée. L’église de Gemğā Bēt Māryām avait brûlé en mai 1700 (voir GuiIyasu I, p (...)

20Ce sujet a été peint, peut-être pour la première fois, sur les murs de Gemğā Bēt Māryām entre 1708 et les années 1840 où les frères d’Abbadie sont en Ethiopie. Deux hypothèses se dégagent toutefois. Il semble que l’église de Gemğā Bēt Māryām a été entièrement reconstruite sur l’ordre de Tēwoflos en 170861 et les images de l’assassinat de Iyāsu auraient alors pu être créées sur ses murs, à l’époque même où les Actes de Iyāsu étaient rédigés. Le deuxième moment favorable à ces peintures est le règne de Iyāsu II, date de la copie de la notice sur Iyāsu Ier dans le synaxaire de Gemğā Bēt Māryām, mais, cependant, peut-être pas de sa rédaction. Les peintures murales feraient alors écho au texte du synaxaire lu dans l’église le 5 ṭeqemt.

  • 62 Triptyque réalisé dans le deuxième style gondarien d’une collection particulière anonyme, publié p (...)

21Ces peintures murales ont aujourd’hui disparu. Nous pouvons toutefois avoir une idée de la manière dont le sujet a été mis en peinture au cours des xviiie et xixe siècles à travers un triptyque et des enluminures62. Chacune des peintures que nous avons pu voir, différentes dans leur composition et leur dessin, présente cependant l’événement à partir d’une base commune : Iyāsu allongé sur sa couche qui tend la main - pour implorer ? - et est tué d’un coup de fusil puis, souvent, à nouveau transpercé d’une lance. Ses serviteurs le sortent ensuite de sa maison en feu.

22Ainsi, l’assassinat de Iyāsu est mis en images à plusieurs reprises au cours des xviiie et xixe siècles et la première fois il l’est sans doute de manière parallèle à l’écriture des textes, les Actes de Iyāsu et le texte du synaxaire à la mémoire du roi martyr. La rédaction de chacun des textes et la création de ces images dépendent toutefois de plusieurs moments auxquels doivent être associées des raisons propres : les motivations ne sont pas les mêmes sous Tēwoflos, sous Iyāsu II et ensuite. Par ailleurs, les processus de création de ces images sont à préciser. Tēwoflos a besoin de restaurer la confiance et de consolider son pouvoir, et, vraisemblablement, ordonne la mise en forme de cette mémoire mais il n’est pas sûr qu’il la contrôle complètement et il récupère peut-être d’autres initiatives. Quant à Iyāsu II, si tant est qu’il se passe bien quelque chose à ce sujet sous son règne, son dessein pourrait s’inscrire dans sa préoccupation de se réclamer de l’héritage de son grand-père homonyme. Sans tirer au clair ici tout ce qu’impliquent les différents textes, nous pouvons établir que ces images suivent la version hagiographique des événements qu'elles contribuent sans doute à diffuser. De cette façon, elles participent à la fixation de la mémoire collective, à la construction du souvenir historique et s’incluent ainsi dans les strates qui constituent l’histoire.

La mise au point d’une version particulière de la chronique brève sur le lac Ṭānā

  • 63 Notre travail sur cette version de la chronique brève est parti des recherches sur l’historiograph (...)
  • 64 Perruchon, « Notes pour l’histoire d’Éthiopie », 1893/1901.
  • 65 Raineri, op. cit.
  • 66 Dombrowski, op. cit.
  • 67 Manquent les fol. 15v-16r, voir Dombrowski, op. cit., p. 26, 210-213.
  • 68 Le ms. Koriander 7 de Saint-Pétersbourg s’arrête la 17e année du règne de Iyāsu Ier et le ms. Fran (...)

23Comme nous l’avons vu, les chroniques brèves de l’histoire du royaume, compilées au xviiie siècle après le règne de Bakāffā (1721-1730), développent des passages différents pour ce qui concerne les événements directement liés à la fin de la vie de Iyāsu, à sa mort mais aussi à propos des règnes de Tēwoflos (1708-1711) et de Yosṭos (1711-1716). Ces chroniques brèves se divisent en différentes versions, dont l’une a été mise au point sur le lac, à Dāgā Esṭifānos semble-t-il, d’où provient le principal manuscrit de cette version, le BNF Éthiopien 14163. Ce manuscrit a été édité par Jules Perruchon jusqu’au règne de Iyāsu Ier et il l’a traduit jusqu’à la mort de Yoḥannes en 166764. Osvaldo Raineri a présenté ensuite une traduction pour le règne de Iyāsu Ier mais d’après le texte édité par Jules Perruchon qui ne va pas jusqu’à la mort du roi, seulement jusqu’au moment où Yosṭos et Agnē viennent le voir à Daq pour parler des affaires du royaume, et où les grands du royaume à Gondar décident de faire régner Takla Hāymānot (mars 1706)65. La suite du texte est restée inédite. Un autre manuscrit de cette version a été lui publié et traduit in extenso, il s’agit d’un manuscrit toujours conservé dans l’église de Rēmā Madḫanē cĀlam et microfilmé sous la cote Ṭānāsee 106 (Rēmā 17)66. Outre les lacunes du microfilm pour la période qui court de septembre 1676 à juillet 168367, ce manuscrit ne contient pas les variantes du BNF Éthiopien 141 et de l’Éthiopien d’Abbadie 100 pour le règne de Yosṭos. Ces trois manuscrits sont toutefois les exemplaires les plus complets de ce groupe68.

  • 69 Rochet D’héricourt, « Rapports sur son troisième voyage en Abyssinie », 1851, p. 218.
  • 70 Sur la première page du manuscrit, il a écrit de sa main : « rapporté de mon 3e voyage en Abyssini (...)

24Le manuscrit BNF 141 a été rapporté en France par Rochet d’Héricourt à la suite de son troisième voyage en Éthiopie, entre 1847 et 1849, dans la partie septentrionale du pays. Il est allé à Dāgā qu’il a choisi comme station pour ses observations géographiques69 mais nous ne sommes pas sûrs qu’il l’ait acquis sur place70. Effectivement, il a rapporté d’autres manuscrits provenant de Dāgā de façon établie, comme l’attestent les notes contenues dans ces manuscrits et comme il l’a alors signalé de sa main sur la première page du manuscrit, comme c’est le cas pour le BNF Éthiopien 110. L’absence de mention pour le no 141 peut donner à penser qu’il ne l’a pas acquis à Dāgā et qu’il ne connaissait pas sa provenance.

  • 71 Voir par exemple fol. 48rv dans le BNF Éthiopien 141. Ce signe n’est toutefois pas utilisé de mani (...)
  • 72 Comme il l’indique dans son journal de bord toujours inédit, il fait la liste des livres qu’il a a (...)

25Les deux autres manuscrits qui nous intéressent ici, l’Éthiopien d’Abbadie 100 et le Ṭānāsee 106, dépendent directement du BNF 141. Effectivement, celui-ci semble bien être le prototype de ce groupe de manuscrits car nombre de notes ajoutées dans ses marges ont été insérées dans le corps du texte dans les deux autres manuscrits. Dans le corps du texte, le signe ┴ indique le plus souvent que les additions marginales sont à lire à cet endroit dans le texte71. Outre le fait que cette version est riche en informations particulières à Dāgā, avec la mention systématique des mamher du monastère et des conflits internes, l’histoire de l’Abbadie 100 peut particulièrement nous éclairer sur l’origine du BNF 141. Il s’agit effectivement d’une copie faite pour Antoine d’Abbadie sur la chronique brève de Dāgā72, vraisemblablement donc le BNF 141 quelques années avant que Rochet d’Héricourt ne l’acquière.

  • 73 À quelques variantes orthographiques près et ajouts ou précisions d’un ou deux mots ci et là que n (...)
  • 74 Pour des raisons inexpliquées alors que le Ṭānāsee 106, comme le d’Abbadie 100, a intégré les note (...)

26Pour ce qui concerne la fin de la vie de Iyāsu et son assassinat, les trois manuscrits sont similaires73. Pour le règne de Tēwoflos (1708-1711), ils présentent aussi des événements qui soulignent les liens entre ce souverain, qui fait justice à son frère, et le lac Ṭānā, méconnus mais déjà publiés par le biais du Ṭānāsee 106. En revanche, pour le règne de Yosṭos (1711-1716), à ce jour seuls le BNF 141 et l’Abbadie 100 présentent une narration qui traite l’une après l’autre toutes les années de son règne et qui ne se trouve pas dans le Ṭānāsee 10674.

  • 75 Kropp, Die äthiopischen Königschroniken in der Sammlung des Däğğazmač Ḫaylu, 1989, p. 299.
  • 76 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 221, fol. 14v-15r.

27Un autre manuscrit, l’Éthiopien d’Abbadie 221, présente une version particulière de la mort de Iyāsu Ier, encore plus nettement dirigée contre Takla Hāymānot75. La formulation du récit de la fin de Iyāsu et de son remplacement par son fils lui est propre et le passage sur la rébellion de Anorē et Yācqob ainsi que l’enterrement de Iyāsu à Meṣrāḫā est particulièrement développé et le plus long connu. Il est intéressant sur les modalités des funérailles mais, des faits objectifs supplémentaires qu’il présente, nous ne retiendrons ici que la mention de la construction dans laquelle est installé le tombeau de Iyāsu comme construction nouvelle76.

  • 77 L’explication de ceci est assez simple : bien sûr, certains événements, les famines par exemple, o (...)
  • 78 Celle éditée par Basset, op. cit., p. 167-170 : il parle de la 22e année de Iyāsu (1703-1704) et e (...)
  • 79 Raineri, op. cit., p. 229-232. Le ms. d’Abbadie 100 suit à la lettre le BNF 141 sur ce point. En r (...)
  • 80 Franz Dombrowski compare systématiquement son texte à l’édition de René Basset et note les différe (...)
  • 81 Ce sur quoi tous les textes s’accordent.
  • 82 Ainsi, la 24e année ne commence pas au même moment dans le BNF 141/d’Abbadie 100 et dans le Ṭānāse (...)
  • 83 Béguinot, op. cit. Que le déroulement chronologique soit cohérent dans ce texte ne signifie bien s (...)

28L’année 1703-1704 marque vraisemblablement un tournant dans le règne de Iyāsu car, à partir de cette date-là, les historiens éthiopiens contemporains ont rencontré beaucoup de problèmes pour mettre au clair le déroulement de ces dernières années du règne de Iyāsu et du début du règne de Takla Hāymānot. Effectivement, que ce soient ceux de l’historiographe officiel ou des différents rédacteurs ou compilateurs des chroniques brèves, leurs récits sombrent tous dans une grande confusion chronologique pour la période qui court de l’automne 1703 jusqu’à la mort de Takla Hāymānot en 1708, et tout particulièrement entre 1704 et 1706. Certaines de ces confusions ne sont d’ailleurs pas sans sous-entendu. Les différentes versions de la chronique brève présentent des écarts significatifs dans leurs récits respectifs pour ce qui est des événements mêmes mais aussi pour ce qui est de leur chronologie parfois : le cas le plus fréquent est celui d’un événement qui, présenté à la fin d’une année dans un texte, passe au début de l’autre année dans un autre texte77. Ces divergences sont d’une autre nature que celles rencontrées pour la période 1703-1708. La chronique longue, comme on l’a vu, arrête de manière un peu chaotique son récit en 1704, a priori. La version de la chronique brève mise au point dans la région du lac Ṭānā présente d’ailleurs des états différents selon les manuscrits. Si le manuscrit d’Abbadie 100 est bien une copie du BNF 141 et le reprend intégralement, il n’en va pas de même pour le Ṭānāsee 106. Officiellement, certaines chroniques arrêtent le décompte des années de règne pour Iyāsu à sa 22e année (1703-1704)78 alors que certains textes du lac Ṭānā comptent jusqu’à une vingt-cinquième79. Les éditeurs et traducteurs de ces textes se sont retrouvés embarrassés par ces problèmes de concordance sans les résoudre, voire en introduisant de nouvelles confusions80. Dans les textes du lac Ṭānā, il y a donc une ou deux « années » supplémentaires qui posent problème. Quand le scribe tout d’un coup annonce que nous en sommes seulement en 7200 a. m. (1707-1708) et que Takla Hāymānot a régné deux ans et quatre mois81, le compte n’y est pas. Il est possible que le scribe du Ṭānāsee 106 ait voulu rectifier ce problème, sans y arriver complètement, en départageant autrement les années de règne de Iyāsu82. La seule édition qui présente un déroulement chronologique cohérent et complet pour ces années est celle de Francesco Béguinot traduisant le manuscrit de la Bibliothèque nationale (Vittorio Emanuele) de Rome. Nous rétablissons donc les datations d’après cette édition83.

  • 84 À Dāgā Esṭifānos, voir notamment les tables calendaires du mf. Dāgā 25, fol. 102r-124v. Sur l’util (...)
  • 85 Basset, op. cit, p. 180 : il était fils du dağğāžmāč Delbā Iyasus et de la princesse Walatta Ḥawār (...)

29Il est donc clair que les moines du lac Ṭānā mettent au point une version qui leur est propre pour ces événements qu’ils ont vécus de près. Pour cela, ils utilisent les tables calendaires dans lesquelles ils notent, sans doute au fur et à mesure, les événements de manière abrégée84. Sans parti pris définitif, ils gardent leur fidélité à Iyāsu et ne manifesteront pas à l’égard de Yosṭos, considéré généralement comme un usurpateur car il appartient à la famille royale par les femmes et n’en descend pas par les hommes85, le mépris ou tout au moins la désapprobation qui se lisent généralement dans les autres textes.

Le parcours des successeurs de Iyāsu, Tēwoflos (1708-1711) et Yosṭos (1711-1716), sur le lac Ṭānā

30En raison des circonstances de son décès, les relations de Iyāsu Ier avec le lac Ṭānā vont induire celles de ses successeurs. Les variantes qui traitent des années du règne de Yosṭos ont été souvent effacées de la mémoire collective, ce roi étant généralement considéré comme un usurpateur. Or, elles intéressent au plus haut point l’histoire des relations entre les souverains et les églises du lac Ṭānā.

  • 86 Basset, op. cit., p. 175 ; Dombrowski, op. cit., p. 246-247 ; Béguinot, op. cit., p. 89-90.
  • 87 Dombrowski, op. cit., p. 232.
  • 88 Dombrowski (op. cit., p. 252) se demande s’il s’agit de Dāgā ou de Meṣrāḫā. Les mss BNF 141 (fol. (...)
  • 89 Il n’y a pas de trace par ailleurs d’une quelconque construction commencée par Yoḥannes à Dāgā. No (...)
  • 90 Sur l’île de Daq.
  • 91 Administrateur local d’un district de petite taille.
  • 92 En août 1708, il avait envoyé des prisonniers à Daq (Dombrowski, op. cit., p. 249), mais c’est une (...)
  • 93 Non localisé, à Daq ou sur la terre ferme ?
  • 94 Il s’agit sans doute d’une île proche de Maḫdara Sebḥat, le long de la rive est du lac, mais nous (...)
  • 95 Dombrowski, op. cit., p. 252-253. Pour cette période, seul le Ṭānāsee 106 est édité ; quand il pré (...)
  • 96 Dombrowski, op. cit, p. 254-259.

Effectivement, le choc que cause l’assassinat de Iyāsu à Imageeqlā Manzo se répercute des années après dans la mise en forme des traces de la mémoire, dans les textes comme dans les images. Lui succède l’un de ses fils, Takla Hāymānot Ier (1706-1708), qui avait été l’instigateur de sa mort sous l’influence de sa mère Malakotāwit. Lui-même meurt dans des circonstances peu claires : poignardé alors qu’il est à la chasse dans l’Agawmeder, au sud-ouest du lac Ṭānā, il est enseveli à Kebrān sans cérémonie86. Un frère de Iyāsu, Tēwoflos, prend alors le pouvoir et fait justice à son frère en faisant pendre Malakotāwit et ses frères, directement responsables de l’exécution de Iyāsu. Puis il se rend sur le lac Ṭānā, sur les lieux où s’est rendu son frère juste avant sa mort, rétablissant le lien avec les monastères du lac. Son parcours ressemble alors à un pèlerinage sur les pas de son frère les derniers mois avant sa mort. En montant sur le trône, il commence par consolider son pouvoir, nomme des gens de confiance, s’appuyant notamment sur Yosṭos. Il fait arrêter les meurtriers de son frère, dont Pāwlos qui s’était réfugié auprès des moines de Walatta Imageēṭros à Qwarāṭā87. Sa profession de foi onctionniste provoque de grands troubles au sein du réseau de Dabra Libānos. Les moines de Magwinā se rebellent, le poste d’eImageāgē reste vacant et le roi destitue Abrānyos de son poste d’caqqābē sacāt pour y placer un moine onctionniste. Cela ne l’empêche pas de se rendre ensuite dans les monastères du lac Ṭānā et en premier lieu à Kebrān au début de l’année 1709, puis à Enṭons au début du carême, en mars 1709. Il commence ainsi son périple sur le lac. Il se rend ensuite auprès du tombeau des rois à Dāgā88, fait don de dix dinars d’or pour l’achèvement d’une église commencée par son père Yoḥannes et qui n’a pas été achevée89. Il va ensuite à Daq où il écoute des musiciens auquel il donne aussi dix dinars d’or. Il se rend ensuite au lieu-dit Adāhunāt90 dans la maison du fils d’abbā cArku, supprime le tribut que le malkañña91 Safrē et Erṣebān avaient imposé aux gens de Daq. Il fait libérer des prisonniers sur cette île qui fait toujours office de lieu d’emprisonnement92. Le lendemain, il se rend à Kotā, au tābot de Sion (Seyon), visite la maison et le tombeau que son frère Iyāsu avait déposé là, puis, en passant par Zebed, va à Nārgā où il libère Demēṭros et Naça Māmmo. De là, il se rend à Dandanā93 et s’installe dans la maison d’Abbāyē. Le troisième jour de son voyage, il retourne sur la terre ferme, à Leğomē, dans la maison d’abbā Askāl, moine de Dāgā et ami de son frère qui avait été arrêté par Takla Hāymānot au moment de sa prise de pouvoir. De là, il va à Qwenzelā où il reste deux jours dans la maison du fitɔ awrāri Agnē, va à Bāḥer Kantā, traverse la région de Bad en direction de Mošā où il s’arrête dans la maison de Gombal Kefleyā. Le jour suivant, il traverse l’Abbay (le petit Abbay), va à Wanğeṭā chez Qērlos puis à Warāmit où il dépose son baldaquin (ğanṣelā) dans la maison d’Agnē. Les gens de Warāmit l’accueillent avec des chants et des danses, il passe la journée à les regarder et leur offre dix dinars. Il se rend ensuite à Salolā, s’installant dans la maison d’Andit. Laissant sa suite sur place, il fait un aller-retour à Gondar pour voir le chantier d’une église et revient rapidement. Il fait alors le tour en tānkwā des îles où il y a des monastères : Ṣānā (Ṭānā Qirqos), Meṣlē, Rēmā, Mahdara Sebḥat et Māḫbar Bēt94, avant d’aller fêter Pâques à Yebābā95. Peu après, à l’automne 1709, il fait construire une église sur le rivage de Meṣrāḫā. Il y retourne ensuite à l’occasion de la fête de son père en 1710-1711, il se rend aussi à Enṭons au printemps 1710. Les monastères du lac deviennent à cette époque un lieu de passage pour le roi et ses opposants. Au printemps 1711, pour fêter sa victoire, il envoie un messager à Dāgā et donne au monastère la terre de Seḫwānhā en gult en mémoire des rois Zar ɔa Yācqob, Dāwit, Za-Dengel et Fāsiladas ainsi que pour son propre tazkār, puis au début de l’automne il envoie encore deux dinars d’or pour le tazkār de ces rois96. Ce voyage apparaît comme la reprise d’une tradition, le renouement d’un lien, d’autant plus important que ses déclarations onctionnistes lui aliéneraient plutôt les moines du lac Ṭānā. Somme toute, c’est autant un ressourcement qu’une réappropriation de l’espace.

  • 97 Voir édition de ce passage en annexe.

31Plus étonnant, l’histoire se répète avec Yosṭos (1711-1716) dans un passage qui ne se trouve pas dans le Ṭānāsee 106 et est donc resté inconnu. Ce passage se trouve dans le BNF Éthiopien 141 ainsi que dans le manuscrit qui lui est directement lié, le BNF Éthiopien d’Abbadie 100 copié sur le précédent97.

  • 98 Dombrowski, op. cit., p. 258.
  • 99 Cf. Basset, op. cit., p. 180 : « Alors régna le roi Yosṭos par la force, car la royauté ne lui app (...)
  • 100 Cf. Basset, op. cit., p. 180-184 ; le plus long étant le récit du ms. Frankfurt 41,1 (Kropp, « Zur (...)
  • 101 Voir Dombrowski, op. cit., p. 261.
  • 102 À l’inverse, le passage sur la fin de la vie de Yosṭos et la montée sur le trône de Dāwit, problém (...)

32De même que Tēwoflos, Yosṭos s’attache aussi à parcourir le lac Ṭānā. Pour deux raisons : considéré comme usurpateur selon les habitudes de transmission du pouvoir, il doit se trouver une légitimité, mais il était aussi très proche de Iyāsu Ier et il lui était resté fidèle jusqu’à la fin de sa vie, ce qui lui a valu d’être emprisonné par Takla Hāymānot. Cependant, cette version de la chronique brève ne le présente pas comme un usurpateur mais affirme que Tēwoflos lui a remis le pouvoir avant de mourir98 et n’écrit par ailleurs aucun mot en sa défaveur99. La plupart des manuscrits sont brefs sur ces cinq années de règne100. La version du lac Ṭānā est sans conteste la plus riche en détails mais qui sont restés inédits car le scribe du Ṭānāsee 106 a curieusement omis toute la période de 1712 à 1716101, sans doute par erreur102.

  • 103 Le scribe du Ṭānāsee 106 a fait ici une faute en donnant deux fois Bergidā à la place de Galilā po (...)
  • 104 Masqal désigne ici la fête de l’Invention de la Croix. Dombrowski, op. cit., p. 261.
  • 105 Il existait donc un pavillon à Aṣṣāṣṣāmē avant la construction d’une église dédiée à l’archange Mi (...)

33La première année de son règne, Yosṭos commence par reprendre des fêtes et des cérémonials institués par Iyāsu Ier qui lui sert de référence. Il se rend tout d’abord sur l'île de Bergidā puis à Galilā pour la fête d’abbā Zakāryās instituée par Iyāsu103 puis, à Gondar, il fête la Nativité et l’Épiphanie (Ṭemqat) d’une nouvelle manière, « comme Iyāsu avait fêté Masqal104 ». La troisième année de son règne, au printemps 1714, après l’incendie de l’église de Dāgā, il accomplit lui aussi un tour des monastères des îles du lac Ṭānā mais en plusieurs fois. Après la fête de Pâques (1714), il se rend donc à Kebrān tout d’abord, puis à Enṭons où il reste quelque temps avant de regagner Gondar pour s’occuper de la construction de l’église de la Naissance de Marie (Ledatā Māryām) et d’un pavillon dans l’enceinte des châteaux (Aṣṣāṣṣāmē) qui seront achevés l’année suivante, en 1714-1715105. Il retourne ensuite à Leğomē où il séjourne dans la maison de Malkit. De nouveau, la quatrième année de son règne (1715), il retourne après Pâques à Kebrān, puis de là à Zagē et ensuite à Zebed. À Śaqalaṭ, il prend une tānkwā pour se rendre sur l’île de Daq et de là se rend à Dāgā où il voit pour la première fois les tombeaux des rois ses pères, il donne alors dix dinars d’or. Il passe ensuite la journée dans la maison d’abbā Ēwosṭātēwos puis va banqueter avec sa suite chez le mamher Za-Malakot. Il passe la nuit à Kotā puis retourne sur le rivage à Leğomē où il séjourne deux jours, puis à Wandegē où il reste cinq jours avant de retourner définitivement à Gondar et d’y mourir.

34La profusion de détails sur la vie locale, inhabituelle mais dans le style des récits sur le parcours des souverains précédents, donne les personnes citées comme autant de témoins. Le parcours de Yosṭos sur le lac Ṭānā montre ensuite deux choses : sa recherche de soutiens auprès de cet ensemble monastique qui lui confère une sorte de légitimité et la réponse favorable des moines du lac qui, en rédigeant ce texte, mettent en avant leurs liens avec ce personnage et posent implicitement la question de l’usurpation.

Conclusion

35Revendiquée par des réseaux religieux rivaux, l’île de Meṣrāḫā est utilisée par Iyāsu Ier comme nécropole royale pour ses parents. Ce faisant, Iyāsu renforce la place des monastères du lac Ṭānā dans le paysage religieux comme sanctuaires, associés de fait à la royauté et placés ainsi en dehors des conflits. Certains moines du lac Ṭānā figurent parmi les proches et conseillers du roi. C’est ainsi qu’il nomme comme caqqābē sacāt le mamher de Kebrān, Abrānyos.

36À la fin du xviie siècle, Iyāsu Ier met en chantier la décoration d’ensembles importants, comme le prouvent les fragments qui restent des peintures murales réalisées sous son règne à Kebrān. Les textes qui relatent les fondations, constructions ou restaurations sont très rares et, à ce titre, le récit de la reconstruction de Kebrān Gabreɔēl est exceptionnel. Il consigne le rôle de chaque officier ou gouverneur de région dans les travaux et les corvées à faire accomplir. Les peintures murales réalisées à cette époque dans l’église sont elles aussi marquées de la main du patron. Ces toiles peintes dans le premier style gondarien en montrent de surcroît l’évolution à la fin du siècle, évolution que nous pouvons mettre en rapport avec une peinture sauvegardée de l’église de Dabra Berhān Śellāsē construite sous Iyāsu et avec une autre de l’église de Krestos Śamrā.

37Sa qualité de lettré et ses relations avec la cour permettent sans doute à Abrānyos de concevoir et faire réaliser le cycle iconographique des Actes de saint Georges, reprenant les modifications de mise en pages introduites en Ethiopie par l'Evangelium arabicum, tout en cherchant des solutions innovantes pour mettre en rapport le texte et l’image. Alors que le début du xviiie siècle a toujours été vu comme une période de troubles politiques, et uniquement comme cela, histoires littéraire et artistique se conjuguent pour montrer que c’est aussi une période de fécondité et de création. Les réalisations artistiques dans leur relation au pouvoir royal, par rapport à la fixation de la mémoire et à l’orientation de l’écriture de l’histoire, prennent diverses formes. Des images sont créées, comme celles de l’assassinat de Iyāsu - images de piété, images de mémoire, images de propagande ? - qui sont à la croisée de ces moments marquants de l’histoire.

38De la déposition de Iyāsu et de son assassinat, différentes versions ont été consignées qui divergent en fonction de la date, du lieu et des intérêts que sert ou représente le rédacteur mais aussi de la nature du texte, chronique officielle du roi, chronique brève ou récit hagiographique, et de la fonction qu’il remplit.

  • 106 Derat, op. cit., p. 276-278.

39La circumnavigation de Iyāsu Ier sur le lac Ṭānā s’inscrit dans sa visite des lieux emblématiques, ou qu’il rend ainsi emblématiques de la royauté salomonienne, et dans le sens symbolique qu’il donne à son pouvoir. Les parcours qu’effectuent ses successeurs sur le lac rappellent ceux des souverains du xve siècle, et tout d’abord Baɔeda Māryām, qui faisaient le tour des églises et des monastères royaux de l’Amḥārā et du Šawā, définissant ainsi le domaine royal106. Si, de même, ces péripatéties ont en commun le pèlerinage sur la tombe « des pères », c’est-à-dire des rois précédents, elles s’en distinguent toutefois car les monastères du lac Ṭānā ne font pas fonction de capitale d’où les rois exercent leur pouvoir. C’est une alliance, bon gré mal gré, qui institue ce parcours comme source de légitimité et institue le lac Ṭānā comme sanctuaire royal.

  • 107 Basset, op. cit., p. 197-198 ; GuiBakaffa, p. 302 : le 22 mars 1723.
  • 108 Ibid., p. 295.
  • 109 Basset, op. cit., p. 198, GuiBakaffa, p. 305-306.
  • 110 Ibid., p. 310 : en juillet 1724.
  • 111 Ibid., p. 336-337·
  • 112 Cette île fait partie des quatre que Bruce (op. cit., VIII, p. 222 : sous la forme « Halimon ») co (...)
  • 113 En se référant aux Éloges de Marie (Weddāsē Māryām, lectionnaire en prose pour les offices de la V (...)
  • 114 En référence au monastère égyptien de Dayr Anbā Ṣamūɔel de Qalamūn (The Coptic Encyclopedia, III, (...)
  • 115 GuiBakaffa, p. 311. Il existe un autre document à propos des terres concédées par Bakāffā à cette (...)

40À la différence de ses prédécesseurs et successeurs, Bakāffā (1721-1730) s’intéresse presque exclusivement aux monastères du nord du lac Ṭānā. À l’exception d’une visite à Kebrān la deuxième année de son règne après une campagne dans le Dāmot107 et d’une visite à l’« église sainte » de Meṣrāḫā, et donc certainement aux tombeaux de son père Iyāsu Ier et de sa famille, le 21 janvier 1723108, c’est en fait aux îles du nord du lac qu’il s’attache, rompant avec les habitudes de Iyāsu. À Bergidā, il se retire à la mort de sa mère pendant les jours de pāgwemēn juste après son décès en août 1723109. Ensuite, cet endroit a définitivement sa faveur. L’île apparaît comme une de ses résidences secondaires et lieu de retraite privilégiée, il y reçoit et y rend la justice110. C’est là aussi qu’il fait installer le chantier pour la construction d’un bateau en bois, qu’il vient inspecter en août jusqu’au début septembre 1726111. Sur le petit îlot de Qalamuğ au nord-est du lac, complètement méconnu au xxe siècle mais que les voyageurs du xviiie et du début du xixe siècle mentionnaient112, il commande une décoration murale. Le chroniqueur royal fait un moment un excursus dans son discours. Dans le récit de l’année 1724, il insère une prière qu’il adresse à la Vierge113 et saisit l’occasion pour parler de deux sanctuaires dédiés à la Vierge que Bakāffā a patronnés, celui de Wayblā qu’il a fait construire et celui de Qalamuğ qu’il a fait décorer, et dont il a doté le clergé de terres : « Aussi a-t-il visité le tābot consacré à ton patronage [Marie] et situé dans l’île de Qalamuğ, et appelé Qalmon114, et il le décora grandement, établissant pour ce tābot le clergé dans le district de Bulā115. » Bakāffā poursuit ainsi les pratiques des souverains de Gondar, résidant longuement sur les îles, dotant les églises, permettant des travaux, sans que cela prenne ni l’inflexion donnée par Iyāsu ni son tour dramatique. C’est avec une de ses concubines, Mentewwāb, exerçant la réalité du pouvoir sous le règne de leur fils, Iyāsu II monté sur le trône à l’âge de sept ans, qu’une nouvelle politique va être réellement mise en place.

Notes

1 L’ambā est une montagne en forme de table.

2 GuiIyasu I, p. 63.

3 Ibid., p. 67 : mars-avril 1684.

4 Ibid., p. 140-141.

5 Ibid., p. 63.

6 En 1683,1681 et au moins dans les trois années qui suivent, en 1685, 1686, 1687 (ibid., p. 84, 98,114).

7 Avec certitude en 1685 et 1687 (ibid., p. 84,114).

8 Ceci est notifié pour la première fois pour l’année 1691 mais avec la précision que c’est ce que le roi faisait habituellement, et encore en 1692 entre le 10 février et le 3 avril (ibid., p. 160, 163).

9 Au moins en 1687 et 1688, « comme à son habitude » (ibid., p. 110,127).

10 Raineri, op. cit., p. 218-219 ; Dombrowski, op. cit., p. 213. Voir aussi GuiIyasu I, p. 68.

11 Raineri, op. cit., p. 219 ; Dombrowski, op. cit., p. 214.

12 Ou Maṭaq selon les manuscrits (GuiIyasu I, p. 86).

13 GuiIyasu I, p. 114.

14 Voir l’édition de la charte « théographique » de Ṭānā Qirqos en annexe. Il est difficile de spéculer sur ce refus que ne confirme aucun autre document et que n’explicite pas ce texte. Iyāsu Ier est toutefois le seul roi auquel les moines refusent la possibilité de faire des travaux alors même que la chronique officielle de son règne le montre très attaché à ce monastère, comme nous l’avons vu. Peut-être est-ce alors pour ne pas entrer, justement, dans une dépendance trop forte par rapport au roi ?

15 Il semble qu’en plus des relations dont nous avons déjà parlé entre Iyāsu et Sebḥat LaɔAb, celui-ci ait joué un rôle dans le mariage du roi en amenant à sa cour Walatta Ṣeyon pour qu’il l’épouse. Le Ṭānāsee 106 la désigne par erreur comme la fille de Sebḥat LaɔAb (Dombrowski, op. cit., p. 213, ce qui n’est repris dans aucun autre texte) alors que la chronique officielle la dit fille de Habta Iyasus (GuiIyasu I, p. 66).

16 Raineri, op. cit., p. 219 ; Dombrowski, op. cit., p. 214.

17 Raineri, op. cit., p. 224 ; Dombrowski, op. cit., p. 226.

18 Raineri, op. cit., p. 226 ; Dombrowski, op. cit., p. 229-230.

19 La destruction du nagārit, gros tambour insigne royal dont l’un était peut-être confié à Dāgā. Mais nous ne savons rien ici des circonstances de cette destruction et de ses implications.

20 En septembre 1705 (Dombrowski, op. cit., p. 238) ou 1706 (Raineri, op. cit., p. 231-232) ?

21 GuiIyasu I, p. 128.

22 Raineri, op. cit., p. 222, 224 ; Dombrowski, op. cit., p. 219-220, 226.

23 Nous nous sommes rendus en janvier 1998 sur l’îlot où des ruines étaient signalées (Anfray, op. cit., p. 18) et nous en avons établi le relevé. L’appellation des différents bâtiments est provisoire en attendant une étude archéologique. Les traces au sol des différents bâtiments ne sont aujourd’hui pas suffisantes pour déterminer avec certitude la fonction de chacun. Pour une description plus détaillée et des plans complets, voir Bosc-Tiessé, op. cit., p. 226-233.

24 Poncet, « Voyage d’Éthiopie », 1704, p. 361.

25 Des arcades semblent faire le tour de la partie basse de l’île (clairement visibles sur la rive nord, mais le temps ayant manqué pour les relever systématiquement, ces éléments n’apparaissent donc pas toujours sur le plan), il est cependant difficile aujourd’hui de distinguer les deux enceintes l’une de l’autre.

26 Poncet, op. cit., p. 362.

27 GuiIyasu I, p. 214 (en mars-avril 1699 jusqu’à la fête de Pâques le 19 avril), 230 (en décembre 1700 [Guidi donne par erreur l’année 1701] jusqu’au 16 janvier 1701 pour la fête de Ṭemqat ; le 23 mars 1701), 238 (à partir du 14 février 1703 jusqu’en avril) ; Raineri, op. cit., p. 228 ; Dombrowski, op. cit., p. 234 ; Basset, op. cit., p. 164 : le jeûne de Pâques 1704 et il y revient en juillet-août de la même année et il y reste jusqu’en septembre.

28 Selon les Actes de Iyāsu (Conti Rossini, « Iyasu I, re d’Etiopia e martire », 1942, p. 119-120), que les observations d’Antoine d’Abbadie confirment au moins en partie. Il note effectivement la présence d’une église de Galāwdēwos, bâtie en pierres et chaux, au bout du cap Takla Hāymānot (d’Abbadie, Géodésie d’Éthiopie, 1873, p. 163 et carte no 5).

29 Cette toute petite église de construction récente a brûlé quelques jours avant notre passage, en janvier 1998.

30 Dombrowski, op. cit., p. 240-242 ; Basset, op. cit, p. 171.

31 Voir en annexe la « charte » de Ṭānā Qirqos, p. 411-423.

32 Alors qu’il était au Caire pour trouver un médecin pour le roi éthiopien, le marchand musulman Hadj Ali fut guéri par Poncet auquel il demanda alors de venir avec lui en Éthiopie. Le consul de France, monsieur de Maillet, mis au courant, le délégua de manière officielle. Poncet arriva à Gondar le 21 juillet 1699. Satisfait de lui, le roi l’autorisa à repartir, Poncet quitta alors Gondar le 2 mai 1700 et embarqua à Massawa le 28 octobre (Tedeschi, « Le voyage de Poncet en Éthiopie (1699-1700) », 1984, p. 51-53.

33 Ghiorghis Mellessa, « Gondar yesterday and today », 1969, p. 168 (le wešebā gemb devrait correspondre à un no 7 sur le schéma IV mais il n’y a pas de schéma IV et rien qui corresponde ailleurs dans l’article). En référence à ceci, Pankhurst (History of Ethiopians Towns from the Middle Ages to the Early Nineteenth Century, 1982, p. 132) situe ce bâtiment derrière le château de Iyāsu Ier. Sur les différents plans qui ont été faits de la cité royale (Monti Della Corte, I castelli di Gondar, 1938 ; Angelini, op. cit.), notons en annexe à la résidence de Fāsiladas des bains et des thermes près de la résidence de Mentewwàb. Le wešebā gemb dont parle Ghiorghis Mellesa pourrait en fait correspondre au bâtiment en contrebas de l’église de Qaḥā Iyasus, communément dénommé doro bēt.

34 Raineri, op. cit., p. 230 (date à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 236-237.

35 Bēta belanē (Dombrowski, op. cit., p. 75).

36 Auparavant, Enṭons est mentionné dans l’histoire de son règne en mars-avril 1700 quand le roi se rend sur l’île pour une raison non explicitée (GuiIyasu I, p. 221) et ensuite le 23 mai pour jeûner et prier après une dure bataille (GuiIyasu I, p. 228).

37 Connaissant cette « maison de bains » par la chronique, nous nous sommes rendus sur place en janvier 1998 pour voir s’il en restait des traces. Nous avons trouvé un bâtiment relativement bien conservé dont nous avons fait le relevé (description, plans et photos dans Bosc-Tiessé, op. cit., p. 245-246).

38 L’appareil est beaucoup plus gros qu’à Imageeqlā Manzo par exemple. L’ensemble a ici assez bien conservé son enduit. Il n’y a pas d’éléments décoratifs à proprement parler, les linteaux des ouvertures sont toutefois dans une pierre rouge qui tranche avec les pierres utilisées pour la construction et avec la couleur de l’enduit.

39 Il est tout à fait possible qu’il y ait eu ici un système de chauffage particulier.

40 Raineri, op. cit., p. 230 (date à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 237-239.

41 En juillet 1704 (Béguinot, op. cit., p. 79 ; Dombrowski, op. cit., p. 235 : année à corriger).

42 Voir GuiIyasu I, p. 286-288, la campagne dans le Gibē aurait bien lieu en 1704 (Béguinot, op. cit., p. 79-80 ; année à corriger, dans Dombrowski, op. cit., p. 235).

43 GuiIyasu I, p. 285.

44 GuiIyasu I, p. 287-288.

45 Basset, op. cit., p. 170 ; Béguinot, op. cit., p. 85.

46 Officier d’avant-garde chargé d’un corps de troupe.

47 Basset, op. cit., p. 167-171 ; Béguinot, op. cit., p. 82-87.

48 Raineri, op. cit., p. 231 (année à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 238.

49 Raineri, op. cit., p. 232 (année à corriger) ; Dombrowski, op. cit., p. 239. Il n’est pas question dans cette version de l’ordre intempestif de le rejoindre donné par Iyāsu à Takla Hāymānot.

50 Certaines traductions donnent Sayčelā, ce qui, au moins dans le cas du Ṭānāsee 106 (fol. 26rb), résulte d’une mauvaise lecture du manuscrit.

51 Dombrowski, op. cit., p. 238-245.

52 Conti Rossini, « Iyasu Ire d’Etiopia e martire », 1942, p. 65 n. 1. L’image de l’assassinat de Iyāsu a été publiée par ce même auteur dans un autre article (Id., « Portogallo ed Etiopia », 1940, p. 355, fig. 11). Le coin est effectivement investi par les hippopotames, que Poncet (op. cit., p. 362-364) a regardés s’ébattre lorsqu’il était sur l’île, et qui s’y plaisent toujours aujourd’hui.

53 À moins que des feuillets plus anciens aient été insérés dans ce volume, ce texte des Actes de Iyāsu n’est donc pas l’autographe même si celui-ci est ou a été sans aucun doute la propriété de l’église de Dabra Berhān Śellāsē où il a été rédigé. Une photographie du texte des Actes de Iyāsu, faite par le père Gasparini de la préfecture apostolique de Gondar, a été donnée à Conti Rossini (« Iyāsu I, re d’Etiopia e martire », 1942, p. 65-66).

54 Pour les raisons énumérées ci-dessus, les peintures accompagnant ce manuscrit ne forment sans doute pas le prototype de ces images. Une autre image de son enterrement se trouve dans un album de peintures (BNF Éthiopien d’Abbadie 248, fol. 12r), nécessairement antérieures au départ des frères d’Abbadie d’Éthiopie.

55 Conti Rossini, op. cit., p. 66.

56 Sinodā développe longuement cette comparaison (Conti Rossini, op. cit., p. 120).

57 Dombrowski, op. cit., p. 250 ; Conti Rossini, op. cit., p. 124-125.

58 Ms. BL Oriental 660, fol. 2-3 traduits par Budge, The Book of the Saints of the Ethiopic Church, 1928, I, p. lxxii-lxxix. Le texte principal du synaxaire a été, lui, écrit en 1654 puis donné par Yoḥannes Ier(1667-1682) et sa femme Sabla Wangēl à l’église Gemğā Bēt Māryām de Gondar.

59 Budge, op. cit., p. lxxiv-lxxviii.

60 D’abbadie, Douze ans dans la Haute-Éthiopie (Abyssinie), 1980, p. 500-501. Arnauld d’Abbadie visite en compagnie du liq Aṭqu cette église qu’il dit consacrée à la Nativité. Cependant, il ne s’agit pas de l’église de Ledātā fondée par Yosṭos, mais plus probablement de l’église de Gemğā Bēt Māryām car il ajoute qu'elle est près de l’enceinte royale et est surnommée la « Maison de soie », ce qui est la traduction littérale de Gemğā Bēt.

61 Sans qu'elle soit nommée. L’église de Gemğā Bēt Māryām avait brûlé en mai 1700 (voir GuiIyasu I, p. 224, Dombrowski, op. cit., p. 230, 251).

62 Triptyque réalisé dans le deuxième style gondarien d’une collection particulière anonyme, publié par Guy Annequin en noir et blanc dans le catalogue de l’exposition Le roi Salomon et les maîtres du regard (1992, p. 143, fig. 94). Une des enluminures est dans un manuscrit de la collection de Lies à l’université d’Addis Abeba (ms. IES 315, fol. sor, d’après Pankhurst, « Secular themes in Ethiopian ecclesiastical manuscripts : III », 1992, p. 51 et fig. 1). Cette peinture a été reproduite en noir et blanc par Pankhurst, « The advent of firearms in Ethiopian ecclesiastical manuscripts », 1972, p. 54. La reproduction de cette image dans Pankhurst, A Social History of Ethiopia, 1992, p. 91, est très partielle mais permet de voir une partie de l’inscription identifiant formellement Iyāsu. Dans un manuscrit du Livre de la Trinité (Maṣḥafa Śellāsē) de l’église Dabra Meḥrat Čalaqot Śellāsē dans le Tegrē (voir Pankhurst, « The advent of fire-arms in Ethiopian ecclesiastical manuscripts », 1972, p. 55, fig. 3 et 4), l’événement est représenté par plusieurs enluminures pleine page (fig. 14) ainsi que par un dessin ajouté dans une colonne de texte. Avec la peinture du ms. de Dabra Berhān Śellāsē, cela porte à cinq peintures ou séries de peintures et un dessin le nombre d’images actuellement signalées de l’assassinat, auxquelles il faut ajouter les images sur lesquelles on ne voit que l’enterrement, comme celle du ms. Éthiopien d’Abbadie 248.

63 Notre travail sur cette version de la chronique brève est parti des recherches sur l’historiographie de l’Éthiopie menées par Manfred Kropp qui a distingué les différentes versions de la chronique brève, dont le groupe qu’il nomme de Qwarātā (« KC-Qor » pour Kurze Chronike-Qoraṭa parce que le manuscrit Rüppel, qui ne va que jusqu’à la 16e année de Iyāsu Ier, est une copie faite sur un manuscrit de l’église Saint-Michel de Qwarāṭā dont nous ne savons pas s’il était plus complet ou pas) - qu’il faudrait finalement renommer « de Dāgā » - comprenant les manuscrits suivants : BNF Éthiopien 141, BNF Éthiopien d’Abbadie 100, Frankfort 41,3 (ms. Rüppel), Saint-Pétersbourg Koriander 7, Ṭānāsee 106 (Kropp, Die äthiopischen Königschroniken in der Sammlung des Däğğazmač Ḫaylu, 1989, p. 297-308 ; voir aussi Kropp, « « La réédition des chroniques éthiopiennes : perspectives et premiers résultats », 1983-1984, P· 50-51)·

64 Perruchon, « Notes pour l’histoire d’Éthiopie », 1893/1901.

65 Raineri, op. cit.

66 Dombrowski, op. cit.

67 Manquent les fol. 15v-16r, voir Dombrowski, op. cit., p. 26, 210-213.

68 Le ms. Koriander 7 de Saint-Pétersbourg s’arrête la 17e année du règne de Iyāsu Ier et le ms. Frankfort 41,3 la 16e année, en 1697. Ces deux manuscrits ne concernent donc pas la présente étude.

69 Rochet D’héricourt, « Rapports sur son troisième voyage en Abyssinie », 1851, p. 218.

70 Sur la première page du manuscrit, il a écrit de sa main : « rapporté de mon 3e voyage en Abyssinie » (voir aussi Zotenberg, Catalogue des manuscrits éthiopiens (gheez et amharique) de la Bibliothèque nationale, 1877, p. 211-213). Dans le compte rendu succinct de son voyage, Rochet D’héricourt (op. cit., p. 215-241) ne fait pas mention de la provenance des manuscrits acquis à cette occasion.

71 Voir par exemple fol. 48rv dans le BNF Éthiopien 141. Ce signe n’est toutefois pas utilisé de manière systématique, ce qui a entraîné des confusions dans l’établissement des copies.

72 Comme il l’indique dans son journal de bord toujours inédit, il fait la liste des livres qu’il a achetés et note : « no 100 : tarika nagast. copié pour moi par D. Hadgou pour 2 $ sur le t. nagast [Histoire des rois, chronique brève] de Daga Estifanos » (ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 266, p. 148).

73 À quelques variantes orthographiques près et ajouts ou précisions d’un ou deux mots ci et là que nous signalons à l’occasion.

74 Pour des raisons inexpliquées alors que le Ṭānāsee 106, comme le d’Abbadie 100, a intégré les notes du BNF 141 qui lui sert de modèle principal. Toutefois, la filiation précise de ces textes est un peu plus compliquée dans la réalité car, à partir d’un prototype principal, le scribe d’un manuscrit utilise en général d’autres sources complémentaires et parfois opère son propre tri dans les différentes informations qu’il a à sa disposition. Ainsi, le scribe du Ṭānāsee 106 a utilisé pour la transition entre le règne de Yosṭos (1711-1716) et celui de Dāwit (1716-1721) d’autres documents car, en revanche, ce qu’il développe à cette occasion ne se trouve ni dans le BNF 141 ni dans le d’Abbadie 100.

75 Kropp, Die äthiopischen Königschroniken in der Sammlung des Däğğazmač Ḫaylu, 1989, p. 299.

76 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 221, fol. 14v-15r.

77 L’explication de ceci est assez simple : bien sûr, certains événements, les famines par exemple, ont une durée qui ne tient pas compte des début et fin de l’année calendaire, l’autre partie de l’explication tient à la manière dont ces textes sont transmis : lors de la compilation d’un manuscrit qui comprend de nombreuses notes marginales, le scribe insère celles-ci dans le corps du texte à des endroits qui peuvent varier.

78 Celle éditée par Basset, op. cit., p. 167-170 : il parle de la 22e année de Iyāsu (1703-1704) et ensuite ne donne une indication d’année que pour 1706-1707. Entre, le suivi des années en fonction des mois n’est pas toujours clair. Le texte édité par Béguinot (op. cit., particulièrement p. 78-86) est beaucoup plus explicite, décomptant une 23e et une 24e année de règne (malgré une coquille dans l’édition qui parle de la « 34e » année).

79 Raineri, op. cit., p. 229-232. Le ms. d’Abbadie 100 suit à la lettre le BNF 141 sur ce point. En revanche, le Ṭānāsee 106 ne compte qu’une 24e année (1705-1706), comme de juste. En revanche, le découpage des années ne se fait pas de la même manière selon ces quatre éditions. Pour le BNF 141 et le Ṭānāsee 106, la 23e année du règne commence bien au même moment mais pour les éditions de Basset et de Béguinot la 22e année continue là (cf. Raineri, op. cit., p. 228 ; Dombrowski, op. cit., p. 234, avec Basset, op. cit., p. 164-165 ; Béguinot, op. cit., p. 78-80). Ensuite une 24'année commence dans le BNF 141 (Raineri, op. cit., p. 229-230) alors que la 23e continue dans le Ṭānāsee 106 (Dombrowski, op. cit., p. 236) et qu'elle commence dans Béguinot (op. cit., p. 80). La 24e année commence bien au même moment dans le Ṭānāsee 106 (Dombrowski, op. cit., p. 238) et dans Béguinot (op. cit., p. 82) alors que le BNF 141 passe logiquement à la 25e année (Raineri, op. cit., p. 231). La lecture temporelle est donc difficile pour le Ṭānāsee 106 et le BNF 141 entre 1703-1704 et 1705, et à corriger sans aucun doute dans le BNF 141 entre 1704 et 1707 (la dernière partie de cette période n’étant pas éditée).

80 Franz Dombrowski compare systématiquement son texte à l’édition de René Basset et note les différences de datation entre les deux. Seulement, il traduit les dates éthiopiennes données par Basset dans le calendrier occidental en fonction du déroulement chronologique de son texte et non pas de la cohérence interne du texte publié par Basset (voir par exemple Dombrowski, op. cit., p. 235, n. 569 : il donne le 6 avril 1705 en fonction de là où en est son texte mais, selon le déroulement du texte de Béguinot, il s’agit de l’année 1704). Dans la traduction du BNF 141 par Raineri, un autre problème apparaît : le traducteur a bien remarqué le décalage de date avec la publication de Dombrowski en notant tout d’abord que celui-ci a omis une année, puis l’année suivante, il compare avec la datation du Ṭānāsee 106 et quand il arrive à l’intronisation de Takla Hāymānot alors que Iyāsu est à Daq, il note que dans ce texte cela a lieu la 25e année du règne de Iyāsu Ier, donc logiquement en mars 1707, mais il donne en note de bas de page l’équivalence suivante : mars 1706, accordant ainsi sa datation avec les dates connues des règnes de Iyāsu (1682-1706) et de Takla Hāymānot (1706-1708) mais en contradiction avec le texte qu’il traduit.

81 Ce sur quoi tous les textes s’accordent.

82 Ainsi, la 24e année ne commence pas au même moment dans le BNF 141/d’Abbadie 100 et dans le Ṭānāsee 106, et en fait le compilateur de ce dernier manuscrit fait à ce moment « sauter » une année de règne (voir Dombrowski, op. cit., p. 236, 238, et Raineri, op. cit., p. 229-232 : d’ailleurs Raineri note à cette occasion que Dombrowski a omis cette 23e année, précisons que ce n’est pas lui qui l’omet mais le manuscrit qu’il édite et qu’il suit parfaitement).

83 Béguinot, op. cit. Que le déroulement chronologique soit cohérent dans ce texte ne signifie bien sûr pas qu’il date justement les événements et que ce soit lui qui ait raison sur la datation de tous les événements de ces années. Nous ne discuterons pas de la datation de tous les faits relatés dans les différents textes mais nous essayerons toutefois de rétablir la datation des moments clés de cette période charnière.

84 À Dāgā Esṭifānos, voir notamment les tables calendaires du mf. Dāgā 25, fol. 102r-124v. Sur l’utilisation de ces tables pour la rédaction de la chronique brève, voir Kropp, « Petite histoire de Yohannes Ier “retrouvée dans un autre pays” », 1990, p. 105.

85 Basset, op. cit, p. 180 : il était fils du dağğāžmāč Delbā Iyasus et de la princesse Walatta Ḥawāryāt, et petit-fils par sa mère de la princesse Amlākāwit, fille du roi Yoḥannes Ier

86 Basset, op. cit., p. 175 ; Dombrowski, op. cit., p. 246-247 ; Béguinot, op. cit., p. 89-90.

87 Dombrowski, op. cit., p. 232.

88 Dombrowski (op. cit., p. 252) se demande s’il s’agit de Dāgā ou de Meṣrāḫā. Les mss BNF 141 (fol. 56v)/d’Abbadie 100 (fol. 31vb) précisent qu’il s’agit bien de Dāgā.

89 Il n’y a pas de trace par ailleurs d’une quelconque construction commencée par Yoḥannes à Dāgā. Nous ne comprenons pas en fonction de quels éléments Dombrowski (op. cit., p. 252 n. 694) affirme qu’il s’agit de l’église d’Enṭons Iyasus. Les mss BNF 141/d’Abbadie 100 précisent bien qu’il est à ce moment-là à Dāgā. Peut-être s’agit-il de celle-ci mais la chronique laisse subsister l’incertitude. Par ailleurs, un document de Ṭānā Qirqos dit que Yoḥannes commença là une église mais ne l’acheva pas. C’est sous Bakāffā que les travaux auraienté été repris et non pas sous Tēwoflos (voir la « charte » de Ṭānā Qirqos, texte en annexe).

90 Sur l’île de Daq.

91 Administrateur local d’un district de petite taille.

92 En août 1708, il avait envoyé des prisonniers à Daq (Dombrowski, op. cit., p. 249), mais c’est une tradition bien plus ancienne (voir Conti Rossini, Historia regis Sarṣa Dengel (Malak Sagad), 1907, p. 43).

93 Non localisé, à Daq ou sur la terre ferme ?

94 Il s’agit sans doute d’une île proche de Maḫdara Sebḥat, le long de la rive est du lac, mais nous ne la localisons pas précisément.

95 Dombrowski, op. cit., p. 252-253. Pour cette période, seul le Ṭānāsee 106 est édité ; quand il présente des variantes concernant ce périple par rapport au BNF 141 et au d’Abbadie 100, nous l’indiquons. Les autres versions de la chronique brève sont beaucoup plus rapides sur ce qui s’est alors passé (voir Basset, op. cit., p. 178 : la 3e année de son règne, après avoir laissé sa couronne à Yebābā avec les grands fonctionnaires, il part seul visiter les îles où lui parvient l’information d’une révolte et il repart en toute hâte).

96 Dombrowski, op. cit, p. 254-259.

97 Voir édition de ce passage en annexe.

98 Dombrowski, op. cit., p. 258.

99 Cf. Basset, op. cit., p. 180 : « Alors régna le roi Yosṭos par la force, car la royauté ne lui appartenait pas. »

100 Cf. Basset, op. cit., p. 180-184 ; le plus long étant le récit du ms. Frankfurt 41,1 (Kropp, « Zur “Kurzen Chronik” der äthiopischen Könige : 1. Die Geschichte des Königs Yosṭos », 1981, p. 144-147).

101 Voir Dombrowski, op. cit., p. 261.

102 À l’inverse, le passage sur la fin de la vie de Yosṭos et la montée sur le trône de Dāwit, problématique, ne se trouve pas dans ces deux manuscrits.

103 Le scribe du Ṭānāsee 106 a fait ici une faute en donnant deux fois Bergidā à la place de Galilā pour la fête de Zakāryās, fondateur du monastère dédié au Christ sur cette île et dont Iyāsu instaure la célébration (GuiIyasu I, p. 114). C’est bien « Galilā » qui figure dans les mss BNF 141 (fol. 63r) et d’Abbadie 100 (fol. 35r).

104 Masqal désigne ici la fête de l’Invention de la Croix. Dombrowski, op. cit., p. 261.

105 Il existait donc un pavillon à Aṣṣāṣṣāmē avant la construction d’une église dédiée à l’archange Michel par Dāwit (1716-1721), voir Dombrowski, op. cit., p. 265-266.

106 Derat, op. cit., p. 276-278.

107 Basset, op. cit., p. 197-198 ; GuiBakaffa, p. 302 : le 22 mars 1723.

108 Ibid., p. 295.

109 Basset, op. cit., p. 198, GuiBakaffa, p. 305-306.

110 Ibid., p. 310 : en juillet 1724.

111 Ibid., p. 336-337·

112 Cette île fait partie des quatre que Bruce (op. cit., VIII, p. 222 : sous la forme « Halimon ») considérait comme les plus importantes du lac. Antoine d’Abbadie (Géodésie d'Éthiopie, 1873, carte no 4 et p. 164, 383) parle d’une « très petite île », appelée diversement Qalamuj, Qalamonj ou Qalamoc. Le major Cheesman (op. cit., p. 194) indique que l’église était en ruines lors de son périple, au début des années 1930.

113 En se référant aux Éloges de Marie (Weddāsē Māryām, lectionnaire en prose pour les offices de la Vierge au cours de la semaine) et aux Miracles de Marie.

114 En référence au monastère égyptien de Dayr Anbā Ṣamūɔel de Qalamūn (The Coptic Encyclopedia, III, 1991, p. 758-759).

115 GuiBakaffa, p. 311. Il existe un autre document à propos des terres concédées par Bakāffā à cette église, conservé dans un monastère établi sur la rive nord du lac Ṭānā, sur la péninsule de Gorgorā, voir Crummey, op. cit., n. 25 p. 288 : l’évangile d’or de Mandabā Madḫanē cĀlam (mf. Illinois/IES 88.X.19-21). La référence que donne cet auteur dans la chronique de Iyāsu II est erronée, il s’agit bien de la chronique de Bakāffā). À propos du devenir des terres du clergé de Qalamuğ dans les années 1780-1790, voir Crummey, op. cit., p. 188-189. Il apparaît en filigrane à cette occasion que Qalamuğ était tributaire de Dabra Berhān Śellāsē à Gondar.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search