Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Autour de la commune : la fin des barricades ?

Paris assiégé : le transfert des barricades

Eric Bonhomme

Texte intégral

1Les barricades parisiennes présentent pendant la guerre de 1870 une forte originalité. Absentes le 4 septembre, quasiment inexistantes par la suite dans le centre de Paris, en dépit des fortes tensions politiques qui préludent à la Commune, elles resurgissent à la périphérie de la capitale, intégrées pour la première fois dans une stratégie de défense qui fait face à l’invasion étrangère. D’où une double question : celle de la disparition des barricades comme « murailles politiques », et celle des modalités et des formes de leur réapparition comme fortifications militaires.

Une Révolution sans barricades

  • 1 Tous les députés de Paris, qui vont former le Gouvernement de la Défense Nationale, souhaitaient q (...)

2La journée du 4 septembre est une journée sans barricades, et c’est une situation exceptionnelle dans l’histoire du Paris révolutionnaire. Elle n’échappe pourtant pas à des scénarios connus. La route de l’Angleterre s’impose à l’impératrice Eugénie comme elle s’était imposée, auparavant, à Charles X et à Louis-Philippe. Le peuple occupe les lieux du pouvoir, à commencer par le Corps Législatif, et c’est même sous la pression de cette occupation qu’est proclamée la déchéance de l’Empire, que les députés républicains, par la voix de Gambetta, sont obligés d’entériner1. De la même manière, la proclamation de la République à l’Hôtel de Ville, dans l’après-midi, rappelle Louis-Philippe enveloppé par La Fayette dans les plis du drapeau tricolore, et la marche triomphale de Gambetta et Jules Favre vers le bâtiment communal s’inscrit dans les pas de Lamartine et de Ledru-Rollin, 22 ans plus tôt. Seule de ces rites révolutionnaires, la barricade est absente. Il convient d’avancer quelques éléments d’explication.

  • 2 A partir de 1864, les leaders du mouvement républicain sont si assidus aux séances qu'on les surno (...)
  • 3 118 mameluks sur 292 élus, soit 40 %.

3C’est d’abord, semble-t-il, parce que le régime parlementaire a fait ses classes. La lutte pour le pouvoir quitte la rue pour venir se circonscrire dans l’enceinte du Corps Législatif, dont les tribunes, réservées aux spectateurs, sont de plus en plus remplies à mesure que l’opposition à l’Empire se développe2. Bien plus, les partisans de l’Empire autoritaire, ceux qui ont approuvé la démarche plébiscitaire de mai, n’y sont plus qu’une minorité3 ; c’est donc du Palais Bourbon que le peuple attend une solution, pacifique, à la crise politique ouverte par Sedan. C’est ici qu’il converge au matin du 4 septembre. Parallèlement, la population se désintéresse des Tuileries, et plus encore du Sénat, sur les portes duquel on enverra, dans la soirée, le vieux Glais-Bizoin poser les scellés.

  • 4 Cf. Girard L., La Garde Nationale : 1814-1870, Paris, Plon, 1964, p. 345.
  • 5 On peut estimer celle-ci à 150 000 personnes environ. Cf. Rials S., « De Trochu à Thiers », Nouvel (...)

4C’est ensuite parce qu’une partie du peuple est déjà armée. Dès le 9 août, les députés républicains avaient déposé un projet qui réclamait l’armement immédiat de la Garde Nationale de Paris4. A la fin du mois, l’incorporation était établie pour tous les hommes jusqu’à 40 ans, on passait de 51 bataillons de 1 200 hommes à 60 bataillons de 1 500. Leur armement n’est toutefois pas achevé et sur ces 90 000 gardes nationaux, probablement majoritaires dans la foule5, beaucoup sont venus place de la Concorde sans armes.

5Ils y sont aussi arrivés sans résistance ; le gouvernement Palikao n’a guère de troupes de ligne à opposer aux manifestants ; les trois bataillons qui gardent les accès au Corps Législatif, dont un de la Garde Nationale, se retirent rapidement, dans des circonstances qui restent assez obscures. Les barricades n’émergent pas faute d’intervention de l’armée. Qui plus est, Trochu n’est pas Bugeaud ; en route pour l’Assemblée, le gouverneur militaire de Paris fait demi-tour lorsqu’il apprend de la bouche de Jules Favre que la déchéance a été prononcée. En tournant la bride, il opère un savant virage politique ; il a au moins deux raisons pour le faire : il ne souhaite pas entamer sa popularité, alors considérable, et Palikao, qui ne l’aime pas, l’a soigneusement tenu à l’écart, depuis sa nomination, de toutes les décisions politiques et militaires.

6L’absence de barricade résulte enfin des transformations de Paris sous le Second Empire. On sait que l’un des objectifs du préfet était, par la percée de larges avenues, de rendre plus difficile la formation des barricades et simultanément de permettre à la cavalerie de manœuvrer contre les insurrections. Mais de ce point de vue, les travaux d’Haussmann ont eu des effets pervers ; la migration des couches populaires vers la périphérie de la capitale a augmenté leur cohésion, renforcé leur conscience sociale et radicalisé leurs conceptions politiques. Les lieux de pouvoirs sont désormais encerclés ; dans les moments de crise, la tactique de lutte point par point qui était celle des barricades est remplacée par une stratégie de « descente » des quartiers ouvriers, dominant la topographie parisienne, vers le centre de la ville. Les secousses politiques qui animent, après le 4 septembre, l’histoire du Gouvernement de la Défense Nationale, soulignent cette mutation.

Pas de barricades politiques...

7Car les tensions politiques qui subsistent dans Paris au lendemain de la constitution du pouvoir républicain auraient fort bien pu donner naissance à de nouvelles barricades. L’allongement de la durée du siège, l’incapacité de Trochu et de ses généraux à rompre l’investissement, le refus persistant d’utiliser la Garde Nationale comme une force armée et de procéder aux élections d’une municipalité parisienne suscitent au sein de l’extrême-gauche, des blanquistes aux membres de l’Internationale, une opposition croissante au Gouvernement, attisée par les articles de Félix Pyat et de Delescluze.

  • 6 Sur les détails de ces épisodes, voir Desmarest J., La Défense Nationale : 1870-71, Paris, Flammar (...)

8Trois journées révolutionnaires scandent ce conflit. Le 8 octobre, le jacobin Gustave Flourens, élu commandant par 4 bataillons de Belleville, vient réclamer avec 8 000 hommes la distribution de chassepots à ses troupes, la levée en masse et la réquisition des denrées alimentaires. Le 31 octobre a lieu l’épisode le plus important, au cours duquel l’Hôtel de Ville est investi par plusieurs milliers de gardes nationaux et les membres du Gouvernement détenus en otages pendant plusieurs heures. Il faudra l’intervention de Jules Ferry, à la tête de bataillons de la Garde Nationale fidèles au Gouvernement et de mobilisés bretons, pour libérer les captifs. Le 22 janvier enfin, une insurrection prend forme à la nouvelle de la défaite de Buzenval, ultime tentative pour rompre l’investissement. Une foule composite, venue de Montmartre, de Belleville mais aussi du XIIIe arrondissement, a envahi la place de Grève ; en son sein, des bataillons révolutionnaires. Cette fois, une fusillade éclate entre ces derniers et les gardes mobiles qui défendent l’Hôtel de Ville ; il y a plusieurs morts, parmi lesquels Sapia, et une vingtaine de blessés. Dans ces trois moments, le scénario initial est le même : descente de troupes, envoi de parlementaires à l’intérieur de l’Hôtel de Ville, qui réclament la levée en masse et le gouvernement de la Commune. Seuls les dénouements, révélateurs de l’escalade, diffèrent6.

9Avec l’épisode du 22 janvier, qui seul s’inscrit dans la continuité allant des journées de juin 1848 à la Semaine Sanglante, on assiste à une renaissance du réflexe révolutionnaire. Des barricades se forment sur l’avenue Victoria ; elles seront facilement démantelées par les troupes et la cavalerie du général Vinoy ; sur la largeur des avenues au moins, Haussmann avait vu juste. Ces barricades résultent aussi de l’emploi, pour la première fois, de l’armée contre une population qui s’insurge à l’idée de la capitulation. Pour le reste, il est facile de voir que c’est l’Hôtel de Ville, de mieux en mieux protégé, aux grilles de plus en plus soigneusement fermées, qui devient une forteresse à mesure que la situation politique se détériore. Face à la colère de Paris, la barricade, au sens figuré du terme, passe du côté du pouvoir.

10Si cette atmosphère de guerre civile larvée ne suscite que de tardives et éphémères barricades, c’est parce que le Gouvernement a tout fait pour éviter l’affrontement. L’hostilité du pouvoir aux révolutionnaires est évidente, mais la politique d’apaisement, où de « force morale », pour reprendre l’expression employée par les hommes du 4 septembre, prévaut jusqu’au 22 janvier. Les Trois Glorieuses et février 1848 avaient montré que les révolutions se nourrissent des entraves aux libertés fondamentales ; pendant toute la durée du siège, le gouvernement maintiendra une presse libre, s’en tenant au principe selon lequel il faut poursuivre les actes, et non les paroles ; ce n’est qu’au lendemain du 22 janvier que le général Vinoy, qui remplace Trochu au poste de gouverneur de Paris, interdira Le Réveil et Le Combat. Une bonne vingtaine de clubs, dont la localisation calque étroitement la géographie du Paris ouvrier, fonctionnent jusqu’à la même date ; le pouvoir y est sévèrement critiqué, mais ils servent d’utile exutoire aux tensions qui s’accumulent.

  • 7 Le non n'obtient que 10,1 % des suffrages : 14,3 % dans la population civile et 3,7 % dans l'armée

11Lorsque, le 31 octobre, celles-ci arrivent à leur paroxysme, le gouvernement lâche du lest en organisant les élections qu’il avait jusqu’alors refusées. Il leur donne une forme qui évite soigneusement la constitution du contre-pouvoir souhaité par les dirigeants révolutionnaires. Le Gouvernement de Défense Nationale est d’abord soumis à un plébiscite qui renforce son assise et révèle que l’extrême-gauche est très minoritaire7 ; les élections municipales qui suivent, organisées sur la suggestion de Jules Ferry par arrondissement, permettent de fragmenter un peu plus sa représentation. Parallèlement, on s’emploie à éviter tout contact détonant en isolant les institutions conservatrices du reste de la population ; l’essentiel de l’armée de ligne est stationnée à l’extérieur des remparts et l’un des premiers soucis du comte de Kératry, lorsqu’il devient préfet de police le 4 septembre, est d’envoyer en faction hors de la capitale les sergents de ville de l’Empire, pour ôter aux Parisiens un motif d’agitation. Malgré les pressions de plusieurs de ses généraux, dont Vinoy et Ducrot, Trochu refusera toujours d’utiliser l’armée pour réprimer les « descentes » sur l’Hôtel de Ville, préférant utiliser la masse des bataillons de gardes nationaux favorables au Gouvernement pour neutraliser les autres.

  • 8 Cf., à ce sujet, les débats au sein du Gouvernement, in Dréo A.P., Procès Verbaux du Gouvernement (...)

12Cette mansuétude calculée ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein du Gouvernement8, et n’exclut pas l’arrestation temporaire d’un certain nombre de dirigeants jacobins et socialistes. Mais globalement, le refus de l’état de siège et de la loi martiale, la multiplication des relaxes ôtent toute légitimité à une nouvelle insurrection. La solde de 1,50 F versée aux gardes nationaux, bientôt étendue à leurs épouses sous la forme d’une indemnité de 75 centimes, permet de désamorcer la revendication sociale et d’éviter un nouveau juin 1848.

  • 9 Les maires radicaux étaient cependant sans illusions sur « la République des Jules », comme le con (...)

13Entre le Gouvernement d’une part, les jacobins et les socialistes d’autre part, il existe un relais, constitué par les maires et leurs adjoints. Cet aréopage hétérogène, qui va de Vacherot à Ranvier, fut en partie renouvelé dans un sens conservateur après la journée du 31 octobre. Mais tant bien que mal, pendant toute la durée du siège, il permet le maintien du dialogue. La majorité sont des radicaux, à la gauche de Gambetta, qui, après le 18 mars, refuseront la Commune. Ils bénéficient de la confiance populaire tout en acceptant de mettre en sourdine leurs critiques à l’égard du Gouvernement de Paris. Parmi eux, Arthur Ranc, Georges Clemenceau, mais aussi des militants ouvriers assagis comme Greppo et Corbon. Intermédiaires utiles, ils jouent un rôle de régulation politique en mettant en avant le thème de l’union face à l’ennemi9.

  • 10 Une pratique qui survit à la disparition de l'Empire. Grâce aux rapports du préfet de police Ernes (...)

14Tous ces éléments expliquent que Belleville, Montmartre ou les Batignolles, libres de leurs paroles et de leurs mouvements, protégés par leurs bataillons armés de gardes nationaux, n’aient pas ressenti le besoin de s’isoler physiquement du pouvoir. Celui-ci d’ailleurs ne s’aventure guère dans ces quartiers, si ce n’est sous la forme d’agents de police en civil infiltrés dans les réunions des clubs10.

  • 11 Le terme est mis entre guillemets, compte tenu de l'hétérogénéité idéologique des républicains de (...)
  • 12 Voir sur ce point Georges Weil, Histoire du Parti républicain en France ( 1814-1870), Paris, F. Al (...)
  • 13 Tout en conservant ses fonctions de Président de la Commission des barricades (cf. infra).
  • 14 Cf. cresson E., Cent jours de siège à la préfecture de police, Paris, Plon, 1901.
  • 15 Hugo V, Choses Vues : 1870-1885, Paris, Gallimard, 1985.
  • 16 Les tentatives de sortie de Trochu recréent une osmose temporaire. Ainsi Sarcey écrit après la bat (...)

15Si Paris assiégé échappe pendant cinq mois à la guerre de rues, c’est enfin parce que les pratiques du Gouvernement du 4 septembre, sans préjuger de la manière dont il défendit la capitale, sont authentiquement républicaines. Ces pratiques sont inspirées par l’idéologie : gouvernement d’avocats et de journalistes, il répugne à entraver la liberté d’expression ; gouvernement républicain, il ne peut le faire sans se mettre en contradiction avec ses principes. La « force morale » résulte aussi de la structure même du « parti républicain »11 qui ne peut se réduire à un manichéisme opposant les Blanqui et Delescluze d’un côté aux « Jules » de l’autre. En 1870, les républicains constituent plutôt un éventail de sensibilités, certes différentes, mais animé par de fortes solidarités, liées en particulier au souvenir des proscriptions impériales12. Quand il sera question de poursuivre les chefs de l’insurrection du 31 octobre, Rochefort cessera de participer aux conseils du Gouvernement13, le préfet de police Edmond Adam démissionnera et Dorian, ministre des Travaux Publics, très populaire dans Paris, menacera d’en faire autant ; Emmanuel Arago interviendra personnellement pour que Delescluze ne soit pas inquiété et pour que Félix Pyat bénéficie d’un non-lieu14. Inversement, Victor Hugo refuse de s’associer au 31 octobre, et plusieurs fois sollicité par Louis Blanc pour faire pression sur la politique du Gouvernement, il lui répondra : « Je vois plus de danger à renverser le Gouvernement qu’à le maintenir »15. Début décembre, le poète interviendra pour faire libérer Louise Michel, arrêtée à la suite d’une manifestation de femmes devant l’Hôtel de Ville. Enfin, face à l’ennemi, Paris assiégé ne peut risquer une guerre sociale, et la priorité du devoir patriotique s’impose aux deux camps. Lorsque Blanqui et Millière, accompagnés d’autres chefs de bataillons, viennent, début octobre, réclamer la levée en masse et la Commune à l’Hôtel de Ville, il suffit à Ernest Picard, ministre des Finances, de faire diversion en annonçant que les forts sont attaqués par les Prussiens pour que chacun regagne son poste16.

... mais une politique des barricades

  • 17 Cité par Le Temps, 20 septembre 1870.

16C’est ici que resurgissent les barricades, la guerre et l’invasion modifiant par un élargissement spatial la problématique. C’est Paris lui-même qui se « barricade », et on observe leur déplacement vers les remparts où se relaient les gardes nationaux. Parallèlement à ce glissement topographique, les barricades changent de sens, cessent d’être des murailles politiques pour devenir un outil de défense nationale. Le 19 septembre est créée une Commission des barricades, présidée par Henri Rochefort, qui va siéger rue Saint-Dominique, sous l’égide de Frédéric Dorian, ministre des Travaux Publics. « Il a été décidé », lit-on au Journal Officiel, « qu’un système complet de barricades formerait autour de Paris une seconde enceinte inexpugnable... Les études de ce système et les plans des barricades ont déjà été exécutés par les soins et sous la direction de M. le ministre des Travaux Publics »17.

17Leur activité s’inscrivant dans le plan de défense général, les membres de la Commission eurent chacun, avec l’assistance d’un ingénieur, la responsabilité d’un des neuf secteurs de la capitale, triangles inversés dont la pointe partait de l’Hôtel de Ville et dont la base était formée par une portion des remparts. Rochefort se réserva le secteur du Point du Jour, jugé particulièrement vulnérable. Les barricades furent conçues comme des défenses intercalées. D’une part, entre les forts et les remparts de Thiers, on abattit les villages, mais aussi les arbres des bois de Boulogne et de Vincennes, à la fois pour ouvrir le champ à l’artillerie et pour ériger des défenses. D’autre part, les avenues des arrondissements périphériques menant aux portes de la capitale furent systématiquement barrées, à intervalles réguliers d’une centaine de pas. Un mode de défense improvisé se trouva ainsi institutionnalisé.

  • 18 Cf. Dréo A.R, op. cit.

18Mais la tradition parisienne se pliait difficilement à une telle organisation ; dès le 17 septembre, le Gouvernement avait du interdire la destruction des ouvrages d’art sans autorisation préalable, et c’est peut-être l’efflorescence des barricades spontanées qui l’amena à désigner une Commission18. Une affiche signée Rochefort, et publiée le 29 septembre, est plus éloquente encore :

  • 19 Cité par Sée G.D., Aujourd'hui Paris ou les 133 jours du siège, Paris, Les Sept Vents, 1988.

« Un certain nombre de citoyens, dans le but patriotique de renforcer la défense de la capitale, ont cru devoir élever spontanément des barricades sans avoir pris la précaution de s’entendre préalablement avec la Commission chargée spécialement de ce travail par le Gouvernement. Il en résulte que les plans dus à l’initiative privée peuvent être contrariés par ceux qui auront été arrêtés par la Commission. Ce fait s’est déjà produit dans un des secteurs, où des barricades, commencées si près de la rue de rempart qu’elles obstruent la défense des fortifications, vont être forcément démolies... Nous rappelons donc aux citoyens que, décidés à recevoir et à accueillir toutes les communications et tous les conseils, nous ne pouvons admettre que personne puisse mettre, de sa propre autorité, à exécution un plan qui n’aurait pas été accepté par le Gouvernement de la Défense Nationale »19.

  • 20 Favre J., Circulaire aux agents diplomatiques français à l'étranger, 6 septembre 1870, AN/ADXVIIIc (...)
  • 21 Dépêches, circulaires, décrets, proclamations et dépêches de Léon Gambetta..., publiés par Joseph (...)

19Au 4 septembre, l’érection de barricades pouvait sembler utile, car les membres du Gouvernement, à commencer par Trochu, pensaient que Molkte chercherait à prendre la ville d’assaut. Les fortifications étant jugées insuffisantes par nombre de généraux, on n’excluait pas la guerre de rues. Jules Favre l’avait écrit dès son entrée en fonctions : « Après les forts, les remparts, après les remparts, les barricades. Paris peut tenir trois mois »20. Un mois plus tard, Gambetta, à son arrivée à Tours, proclamait : « Derrière les pavés, savamment disposés, l’enfant de Paris a retrouvé, pour la défense des institutions républicaines, le génie même du combat de rues... Ce n’est point une illusion ; ce n’est pas non plus une vaine formule ; Paris est inexpugnable »21. La presse d’extrême-gauche se faisait l’écho de cet enthousiasme : « Avant qu’on ait franchi l’enceinte, les barricades se dressent, épaisses, massives, les barricades d’un pays qui se lève et d’un mathématicien qui calcule : Barbes complété par Vauban. », écrivait Le Rappel daté du 13 vendémiaire an 79.

  • 22 Goncourt E. et J. de, Journal, mémoires de la vie littéraire, Paris, Robert Laffont, 1989.

20Mais la stratégie d’investissement des armées prussiennes et le renforcement des fortifications provoquèrent l’abandon des barricades, qui ne furent bientôt plus gardées que par des sentinelles isolées, comme celle qui, avenue de Clichy, demandait à Edmond de Goncourt de ne pas jeter sa cigarette22. D’après Francisque Sarcey, la Commission cessa de fonctionner ; au dire de Rochefort, elle se reconvertit au mois de janvier 1871 dans le logement des sans-abri.

  • 23 Rochefort H., Les aventures de ma vie, Paris, Dupont, 1896, t. ii, p. 255-256.

« Mes fonctions de chef de la Commission des barricades impliquaient pour moi le devoir d’aller dans les quartiers bombardés tirer de leurs caves les gens qui s’y étaient réfugiés, et de les installer dans des baraquements construits sur l’esplanade des Invalides pour y servir d’ambulances »23.

21Au demeurant, la création de cet organisme était loin de répondre uniquement à des préoccupations militaires. Il était d’abord susceptible de fournir du travail aux chômeurs, comme le montre le décret de Gambetta du 29 septembre portant extension de la solde 30 sous aux soldats non armés effectuant des travaux de terrassement. Mais la Commission avait surtout une forte valeur symbolique ; elle replaçait la guerre dans la continuité des journées fondatrices de la République ; les barricades matérialisaient l’idéologie de l’armée citoyenne, leur organisation planifiée et institutionnelle indiquait la réconciliation entre le peuple révolutionnaire et l’armée, unis dans l’œuvre commune de Défense Nationale. La nomination de Rochefort, que la population avait tiré de la prison de Sainte Pélagie pour le propulser au gouvernement, participait du symbole, tout comme le choix des autres membres de la Commission ; outre Schoelcher, vice-président, elle comprenait trois figures de 1848 : Martin Bernard, Albert et Jules Bastide, ancien ministre des affaires étrangères. Charles Floquet, comme Dorian, étaient connus pour leurs liens avec l’extrême-gauche ; Cournet et Flourens, à qui le Gouvernement conféra, pour calmer ses ardeurs, le titre de « major des barricades » seraient, quelques mois plus tard, membres de la Commune. Seul Dréo, secrétaire du Gouvernement, était modéré. Tout cela n’était pas exempt de démagogie, comme le souligne un officier hostile aux républicains, le comte d’Hérisson :

  • 24 Comte d'Hérisson, Journal d'un officier d'ordonnance : juillet 1870-février 1871, Paris, Ollendorf (...)

« Et Rochefort ? On inventa pour lui je ne sais quelle grotesque fonction de grand maître des barricades, et le peuple fut content de savoir que son idole aurait, à un moment donné, quelque chose à faire avec les barricades »24.

22Le principal intéressé n’était d’ailleurs pas dupe, et sans illusion sur le rôle réel dévolu à l’institution, il contribua à en faire une sinécure pour des journalistes jacobins.

  • 25 Olivier Pain fut rédacteur en chef, au lendemain du 18 mars 1871, d'un éphémère journal, Le Sans-C (...)
  • 26 Rochefort H., op. cit., p. 229. Outre les journalistes cités, Louis Ulbach, rédacteur en chef de L (...)

« Ces vagues fonctions me procurèrent du moins la faculté de soustraire quelques uns de mes amis aux cruautés du siège en les réquisitionnant comme officiers d’ordonnance... J’arrachais ainsi aux factions par les nuits glacées Olivier Pain, Paschal Grousset25, Charles Dacosta et aussi Ernest Blum. »26

23A l’évidence, l’édification des barricades servit avant tout à canaliser l’agitation populaire ; lorsqu’elles furent terminées, le pouvoir, peu soucieux qu’elles se retournent contre lui, découragea les efforts pour les rendre opérationnelles. L’aventure survenue en novembre à Georges Clemenceau est à cet égard significative. Le maire de Montmartre avait réquisitionné du pétrole chez un industriel, puis autorisé et municipalisé dans son arrondissement une fabrique de « bombes Orsini », dont une avait explosé accidentellement. Le préfet de police, Ernest Cresson, demanda à Jules Favre la destitution du maire, que le Gouvernement refusa, pour ne pas mécontenter la population, mais Clemenceau fut convoqué à la préfecture : « Je me trouvais », écrira plus tard Cresson,

  • 27 Cresson E., op. cit.

« en face d’un homme jeune, intelligent, énergique jusqu’à la violence de son patriotisme ; d’ailleurs plein de fine politesse et de savoir vivre...Clemenceau ne se cachait pas ; dans son œuvre il était assisté d’un de ces comité de vigilance, disait-on, que le siège a connu et subissait. Les bombes étaient des armes défensives ; dans une bataille de rues, elles devaient être mises aux mains des femmes et des enfants. Je répliquais que mon administration refusait des collaborations de telle nature ; sous prétexte de bataille, des bombes chargées de dynamite ne pouvaient être mises à la disposition de la population ; elles recevraient vite un autre emploi et viseraient d’autres buts que les ennemis... »27.

24Le futur Président du Conseil résista, mais finit par s’incliner devant l’insistance de Dorian, qu’il estimait. Les grenades furent récupérées et détruites dans les puits d’essai de Vincennes. Dans l’esprit du pouvoir, quel qu’il soit, les barricades ne se laissaient pas aisément détourner de leur sens initial.

  • 28 Goncourt E. et J. de, op. cit.
  • 29 Le Rappel, numéro daté du « 13 vendémiaire an 79 ».
  • 30 Cf. SHAT/Li 13. Une note du 7 octobre, concernant les fortifications de Chevilly, est ainsi libell (...)
  • 31 Clarétie j., Paris assiégé : Journal, 1870-1871, Paris, Armand Colin, 1992.
  • 32 Sarcey F, op. cit., p. 127.

25On connaît mal les ouvriers des barricades ; l’armée participa au renforcement des remparts et à la mise en place des fortifications situées entre ceux-ci et les forts ; mais par ailleurs, un corps du génie des barricades fut constitué au sein de la garde nationale, assisté par des enfants de 14 à 16 ans, « (des) bataillons de gavroches qui, la cigarette au coin de la bouche, s’improvisent acteurs de la révolution. », écrit Goncourt28. Son activité fut largement circonscrite à l’intérieur de Paris, bien qu’un journaliste du Rappel évoque à Saint-Denis « des amas de terre et de pavés, signés Rochefort, qui se dressent à chaque instant devant nous... »29. Les autorités militaires, probablement inquiètes de la coloration politique de la Commission, cherchèrent à limiter son rôle et à plusieurs reprises, le général Chabaud-Latour, qui dirigeait le génie militaire, écrivit à Trochu pour refuser la participation de la main d’œuvre civile30 où réclamer le démantèlement de barricades qui gênaient les manœuvres de l’armée. Lorsque fin novembre, on prépara l’attaque de Champigny, il fallut, d’après Jules Claretie, démolir des barricades à Nogent-sur-Marne et repaver les rues pour que l’artillerie puisse passer31. Un officier allemand dit un jour à un médecin d’ambulance : « Il vous serait aussi difficile de sortir de Paris qu’il nous le serait à nous d’y entrer »32.

Images des barricades

26Si l’on emprunte, avec Théophile Gautier, le chemin de fer de ceinture, on s’aperçoit que les travaux sont considérables :

  • 33 Gautier T., Tableaux de siège : Paris, 1870-1871, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1894, p. 64 et (...)

« Sur beaucoup de points de son parcours, le chemin de fer de ceinture est profondément encaissé et forme en dedans de la ville un fossé qui pourrait arrêter l’ennemi... C’est l’ébauche d’une troisième ligne de défense qu’il s’agit de compléter, et l’on y travaille activement. De notre impériale nous voyons au-dessus de la tranchée du chemin de fer rouler les brouettes, se baisser et se relever les pelles, aller et venir les hommes en bras de chemise et s’exhausser des épaulements de plusieurs mètres d’épaisseur... Des palissades hérissent l’abord des stations ; des barricades construites en pavés, en madriers, en troncs d’arbres, offrent partout des obstacles. Des chemins creux les rattachent l’une à l’autre lorsqu’il faut traverser un terrain découvert. Tout ce que peut imaginer le génie de la défense désespérée est accumulé là... Ce ne sont que terrassements, épaulements, fossés, escarpes et contre-escarpes, pièges à loup, chausse-trapes, chevaux de frise, surprises désagréables. Il faudra une bataille pour enlever chaque pouce de terre »33.

  • 34 Goncourt E. et J. de, op. cit.

27Mêmes images spectaculaires chez Edmond de Goncourt, qui décrit la zone qui va du rempart au viaduc d’Auteuil : « Il y a la barricade classique, en pavés, la barricade en sacs de terre. Il en est de pittoresques formées de troncs d’arbres - de vraies lisières de forêt poussées dans un mur ruiné. C’est comme un immense enclos Saint Lazare, élevé par les descendants de Quarante Huit contre les Prussiens. Tous les murs sont crénelés et percés de meurtrières, et le terrain, creusé de trous ronds qui se touchent, ressemble assez bien à ces plats de fer-blanc où l’on fait cuire les escargots de Bourgogne. » ; il décrit aussi « les arches du pont viaduc, barricadées et fermées de grosses traverses de bois ». A l’autre bout de Paris, il est impressionné par l’avenue de Vincennes, « fermée, en arrière du rempart, par une formidable barricade, bâtie de dalles de pierres cyclopéennes. En avant du rempart se dresse une enceinte palissée, formée d’arbres tout entiers, avec l’artichaut menaçant de leurs branches épointées. La défense est ici sur une proportion gigantesque et digne de ce faubourg d’émeute, de ce faubourg Saint-Antoine, qui semble avoir mêlé le génie militaire au génie de la guerre des rues... »34. Quant au bois de Boulogne, il est devenu un véritable parcours du combattant, peuplé de fossés, de remblais et... de barricades.

28Cette transformation de Paris en camp retranché suscite des réactions diverses ; évoquant l’abattage du bois de Boulogne, Francisque Sarcey affirme : « J’en aurais pleuré », mais l’auteur des Châtiments affirme au contraire, à Goncourt qui lui rend visite :

  • 35 Idem.

« Oui, j’aime le Paris actuel. Je n’aurais pas voulu voir le bois de Boulogne dans son temps de voitures, de calèches, de landaus. Il me plaît maintenant qu’il est une fondrière, une ruine,... c’est beau, c’est grand »35.

29Ces descriptions soulignent la spécificité des barricades de 1870 ; différentes des constructions éphémères des brèves journées révolutionnaires du xixe siècle, elle s’étendent, se consolident, se dilatent à la mesure de la durée du siège, deviennent une véritable fortification, qui s’intègre durablement dans le paysage urbain. Cette évolution n’a pas échappé aux peintres et illustrateurs enfermés dans Paris, comme Gustave Doré ou Puvis de Chavannes.

  • 36 Goncourt E. et J. de, op. cit.

30Elles deviennent aussi, autre particularité, un lieu de sociabilité, à mesure que l’attente se substitue à l’urgence. Dans cette capitale insolite, barricade rime avec promenade, du moins à l’approche des remparts, dont la fréquentation s’inscrit dans la vie quotidienne des Parisiens. Tout le long de l’anneau étroit compris entre les murailles de la ville et les barricades intérieures, dont le chemin de fer de ceinture forme l’épine dorsale, les badauds viennent, comme Frédéric Moreau en 1848, « humer les senteurs de la poudre ». Gautier et Goncourt décrivent ainsi les jeunes filles grimpées sur le talus, l’oeil aux meurtrières, et les femmes élégantes qui font le tour de Paris en voiture découverte, « qui parlent, un pince-nez à la main, de bastions, remparts, gabions, cavaliers »36. D’autres viennent manger des pommes de terre frites dans un restaurant improvisé, adossé au champ de tir du viaduc d’Auteuil.

  • 37 Au total, 268 bataillons furent constitués, correspondant à un effectif d'environ 350 000 hommes.

31En contrebas du talus qui mène au rempart ont surgi les curieuses habitations d’une garde nationale qui se confond avec l’ensemble de la population masculine de Paris37. Au mieux, ce sont des huttes en bois protégées par des couches de terre gazonnées, qui rappellent à Théophile Gautier des tumulus celtiques, séparées par des tonneaux, des fascines et des sacs de terre ; au pire, des tentes de toiles décrites par Francisque Sarcey, où les gardes nationaux se disputent la nuit des places de couchage trop rares, et d’où ils émergent au matin, enrhumés, dans des costumes bariolés qui vont de la robe de chambre au pardessus en caoutchouc, en passant par les plaids écossais. Artisans et commerçants de Paris se recyclent d’ailleurs, les uns dans la fabrication de fascines et de sacs de terre, les autres dans la vente des « objets de remparts » qui font fureur : lits de camps, couvre-képis en toile cirée, lunettes de marine, tire-douilles pour fusils à tabatière, couteaux et revolvers. Barricades et fortifications participent ainsi de la reconversion économique d’une capitale assiégée.

  • 38 Cette statue est décrite par Théophile Gautier, op. cit., p. 158.

32A mesure que l’attente forcée se prolonge, cet imposant système devient un lieu de loisirs, où l’on fume la pipe, lit le journal, joue aux cartes. L’humour y a sa place, quand le mot de passe « Mostaganem » devient « Mange ta gamelle », à l’hilarité générale du corps de garde, et la création artistique utilise les rigueurs de l’hiver, lorsque le garde national Alexandre Falguière sculpte, dans la neige amassée à la poterne des Peupliers, une statue de la Résistance, le visage tourné vers l’ennemi38.

33La barricade subit pendant la guerre de 1870 une profonde mutation. Le glissement topographique vers la périphérie de Paris accompagne un changement de sens. La barricade devient fortification. A l’improvisation se substitue la planification, à l’urgence fait place l’attente, à la sociabilité du combat succède la sociabilité du travail et du loisir, lorsque la longue durée du siège remplace le temps bref de la journée révolutionnaire.

34Malgré tout, la barricade demeure ancrée dans la tradition. Elle reste un instrument de défense républicaine contre la monarchie, que celle-ci soit française ou prussienne. Elle conserve son caractère populaire, attesté par le choix emblématique de ceux qui président à son organisation.

35Mais elle devient l’expression d’un Janus. Pour la première fois, le pouvoir la récupère, encadre sa construction et limite volontairement son rôle. Même dirigée contre les armées prussiennes, elle reste un outil révolutionnaire, et le Gouvernement de la Défense Nationale peut craindre à tout moment qu’elle se retourne contre lui. Neutralisée par la présence de l’ennemi, la barricade politique n’en est pas moins demeurée une tentation pour les futurs communards et un objet de psychose pour le pouvoir.

Notes

1 Tous les députés de Paris, qui vont former le Gouvernement de la Défense Nationale, souhaitaient que le changement de régime soit le fruit d'une évolution du corps électoral, et non d'une révolution.

2 A partir de 1864, les leaders du mouvement républicain sont si assidus aux séances qu'on les surnomme « les auditeurs au Corps Législatif ».

3 118 mameluks sur 292 élus, soit 40 %.

4 Cf. Girard L., La Garde Nationale : 1814-1870, Paris, Plon, 1964, p. 345.

5 On peut estimer celle-ci à 150 000 personnes environ. Cf. Rials S., « De Trochu à Thiers », Nouvelle Histoire de Paris, t. x, Paris, Hachette, 1985.

6 Sur les détails de ces épisodes, voir Desmarest J., La Défense Nationale : 1870-71, Paris, Flammarion, 1959. La Commission d'Enquête Parlementaire sur les Actes du Gouvernement de la Défense Nationale, au lendemain de la Commune, a longuement interrogé les témoins sur l'action de l'extrême-gauche à Paris pendant le siège, et en particulier sur les journées du 31 octobre et du 22 janvier. Nombre de ces témoignages sont contradictoires. Cf. AN/ADXVIIIc 920 à 926.

7 Le non n'obtient que 10,1 % des suffrages : 14,3 % dans la population civile et 3,7 % dans l'armée.

8 Cf., à ce sujet, les débats au sein du Gouvernement, in Dréo A.P., Procès Verbaux du Gouvernement de la Défense Nationale, Paris, Lavauzelle, 1906. Émile de Kératry, premier préfet de police du Gouvernement, démissionnera face au refus de répression.

9 Les maires radicaux étaient cependant sans illusions sur « la République des Jules », comme le confirme Anthime Corbon devant la Commission d'Enquête : « En rapport constant avec une population extrêmement anxieuse et surexcitée, qui nous demandait avec insistance... ce que pensait le Gouvernement, nous étions obligés de le couvrir, de dire qu'il agissait au mieux de la défense... Nous disions cela sans le savoir, presque sans y croire ». Cf. déposition de Claude Anthime Corbon, AN/ADXVIIIc 923.

10 Une pratique qui survit à la disparition de l'Empire. Grâce aux rapports du préfet de police Ernest Cresson, on connaît assez bien ces réunions populaires.

11 Le terme est mis entre guillemets, compte tenu de l'hétérogénéité idéologique des républicains de 1870.

12 Voir sur ce point Georges Weil, Histoire du Parti républicain en France ( 1814-1870), Paris, F. Alcan, 1928.

13 Tout en conservant ses fonctions de Président de la Commission des barricades (cf. infra).

14 Cf. cresson E., Cent jours de siège à la préfecture de police, Paris, Plon, 1901.

15 Hugo V, Choses Vues : 1870-1885, Paris, Gallimard, 1985.

16 Les tentatives de sortie de Trochu recréent une osmose temporaire. Ainsi Sarcey écrit après la bataille de Champigny, malgré l'échec : « Nous étions flattés d'avoir tenu bon... Ce n'était, pensions nous, que partie remise ». Sarcey F., Le siège de Paris, impressions et souvenirs, Paris, Lachaud, 1871.

17 Cité par Le Temps, 20 septembre 1870.

18 Cf. Dréo A.R, op. cit.

19 Cité par Sée G.D., Aujourd'hui Paris ou les 133 jours du siège, Paris, Les Sept Vents, 1988.

20 Favre J., Circulaire aux agents diplomatiques français à l'étranger, 6 septembre 1870, AN/ADXVIIIc 919.

21 Dépêches, circulaires, décrets, proclamations et dépêches de Léon Gambetta..., publiés par Joseph Reinach, Paris, Charpentier, 1886.

22 Goncourt E. et J. de, Journal, mémoires de la vie littéraire, Paris, Robert Laffont, 1989.

23 Rochefort H., Les aventures de ma vie, Paris, Dupont, 1896, t. ii, p. 255-256.

24 Comte d'Hérisson, Journal d'un officier d'ordonnance : juillet 1870-février 1871, Paris, Ollendorf, 1885, p. 89.

25 Olivier Pain fut rédacteur en chef, au lendemain du 18 mars 1871, d'un éphémère journal, Le Sans-Culotte ; le jacobin Paschal Grousset fut membre de la Commune de Paris. Charles Dacosta, blanquiste, jouera également un rôle dans la Commune ; condamné à dix ans de détention, il parviendra à s'échapper et à se réfugier en Angleterre. Cf. Maitron J., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions Ouvrières, 1967-71, t. v, p. 216.

26 Rochefort H., op. cit., p. 229. Outre les journalistes cités, Louis Ulbach, rédacteur en chef de La Cloche, était secrétaire de la Commission.

27 Cresson E., op. cit.

28 Goncourt E. et J. de, op. cit.

29 Le Rappel, numéro daté du « 13 vendémiaire an 79 ».

30 Cf. SHAT/Li 13. Une note du 7 octobre, concernant les fortifications de Chevilly, est ainsi libellée : « La participation de la main d'oeuvre civile ne semble pas pouvoir être admise, attendu qu'il s'agit là de véritables lignes de contre approche à faire en présence de l'ennemi et sous son feu. Pour des ouvrages de cette nature, il faut que les ouvriers soient des soldats, encadrés et obéissant à leurs chefs ».

31 Clarétie j., Paris assiégé : Journal, 1870-1871, Paris, Armand Colin, 1992.

32 Sarcey F, op. cit., p. 127.

33 Gautier T., Tableaux de siège : Paris, 1870-1871, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1894, p. 64 et 72.

34 Goncourt E. et J. de, op. cit.

35 Idem.

36 Goncourt E. et J. de, op. cit.

37 Au total, 268 bataillons furent constitués, correspondant à un effectif d'environ 350 000 hommes.

38 Cette statue est décrite par Théophile Gautier, op. cit., p. 158.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540