Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les îles de la mémoire

 | 
Claire Bosc-Tiessé

Remerciements

Texte intégral

  • 1 Bosc-Tiessé, Art, Église et royauté en Éthiopie aux xviie et xviiie siècles : écriture de l'histoi (...)

1Ce livre est la version remaniée d’une thèse de doctorat en histoire de l’art soutenue en décembre 2001 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne1. Un grand nombre de personnes ont accompagné cette recherche et je tiens à les en remercier vivement. Le professeur Jean Polet a bien voulu suivre le déroulement de ce travail dans tous ses méandres. Enseignant à l’École du Louvre où j’ai tout d’abord été son élève, il m’a transmis les principes déontologiques qui lui sont chers pour travailler sur le continent africain et plus particulièrement en ce qui concerne l’étude des œuvres d’art. À Paris I, puis à Addis Ababā, j’ai rencontré Bertrand Hirsch et eu la chance d’être intégrée dans le groupe de doctorants qu’il dirigeait, bénéficiant ainsi d’un environnement de travail dynamique. En tant que directeur du Centre français des études éthiopiennes, il a grandement facilité mes recherches sur place au cours de l’hiver 1997-1998 par le soutien logistique et financier qu’il m’a apporté. Dans le cadre du programme d’échanges Procope qu’il avait initié avec l’université de Mayence, le professeur Manfred Kropp m’a fait profiter de sa science unique en matière d’histoire des textes, de guèze et d’amharique ancien. Il a bien voulu suivre, en Allemagne comme à Paris, la partie historique de ce travail et la traduction des textes.

2Dans le cadre de l’École des langues et civilisations de l’Orient ancien à l’Institut catholique de Paris, j’ai eu la chance de profiter de l’enseignement de Gérard Colin puis de Pierluigi Piovanelli qui, outre l’apprentissage du guèze, m’ont fait bénéficier de leur connaissance de la littérature éthiopienne. Pierluigi Piovanelli m’a ensuite introduite aux notions d’ecdotique et a suivi la première traduction des documents que j’avais rapportés de mon deuxième séjour en Éthiopie.

3En Éthiopie, la collaboration avec l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage (ARCCH) m’a permis d’accéder aux églises. Le travail sur place a pu se faire grâce à Solomon Tešomē et à Abbaba Dastā qui m’ont accompagnée des jours durant.

4Le soutien des doctorants en histoire ou archéologie de l’Éthiopie, Marie-Laure Derat, Anaïs Wion, Hervé Pennec, Anne Bolay, Dimitri Toubkis et Tsega Mikael Gessesse, a été inestimable. J’ai partagé avec Marie-Laure Derat un intérêt pour la question des fondations royales, chacune de nous deux pour des époques différentes. Elle a bien voulu relire longuement toutes les étapes de ce travail – de la thèse au livre – et m’a toujours fait profiter de ses remarques avec bienveillance et délicatesse. La collaboration avec Anaïs Wion a toujours été très enrichissante, des premières heures passées ensemble à regarder les enluminures des manuscrits jusqu’aux article et livre écrits à quatre mains. Les années passant, mes dettes augmentent. Les échanges avec Stéphane Ancel sur les questions de propriété ecclésiastique ont été brefs mais éclairants. Quant à Emmanuel Fritsch, il m’a grandement aidée à finir la traduction de la chronique de Yostos. Marilyn Heldman, Michael Gervers, Ewa Balicka-Witakowska et Mario Di Salvo ont bien voulu partager avec moi leurs photographies. Je pense aussi aux amis qui ont bien voulu relire des parties de ce travail et discuter l’un ou l’autre des points présentés dans ce livre, Aurélien Gaborit, historien de l’art, et Aurélie Lauby, conservateur des bibliothèques, ainsi qu’à mes parents qui se sont aussi occupés avec joie de mon fils aîné, notamment pendant le séjour de ses parents en Ethiopie.

5Quant à mon mari, Patrick Tiessé, il a mis à mon service, avec patience et disponibilité, ses compétences d’architecte en Éthiopie et celles d’infographiste en France. J’ai plaisir à évoquer ici nos trois enfants car ce livre fait partie de leur vie de même que leurs naissances ont coïncidé avec les étapes de son élaboration : Martin pour ses débuts, Jeanne au moment de la soutenance de thèse et les derniers mois de préparation de la publication ont été les premiers de Bartholomé.

6À chacun, j’exprime ma plus profonde gratitude pour son enseignement, son aide, ses compétences, ses documents ou le temps partagés.

Notes

1 Bosc-Tiessé, Art, Église et royauté en Éthiopie aux xviie et xviiie siècles : écriture de l'histoire et « fabrique » des images dans les églises du lac Ṭānā, 2001.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.