Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

L'élision des traces. L'effacement des marques de la barricade à Paris (1830 - 1871)1

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

  • 1 Seules les traces des barricades de juillet 1830, février et juin 1848, décembre 1851 et mai 1871 (...)

1Blessés prostrés, cadavres sanguinolents, pavés arrachés, maisons éventrées sous les coups des bouches à feu, meubles jetés par les fenêtres et amalgamés à d'autres matériaux forment les scories les plus visibles de la guerre des rues. Aucun de ces éléments pourtant ne trouve grâce auprès des acteurs, de l'opinion publique ou de la mémoire historique. Les râles et les souffrances, comme l'abjection commise à huis clos, symbolisent ce qu'il y a de plus tangible et de plus désolant. Ils ne sauraient donc appartenir à l'épopée mais à l'ignominie et donc à l'absence. Qu'a-t-on fait du corps des victimes ? Comment les a-t-on transportés ? De quelle manière a-t-on arasé les barricades ? Soigné les blessés ? Nettoyé les rues du sang versé ? Fait disparaître, jusque dans les souvenirs, les massacres ? Entreprendre une histoire en creux permet de retrouver des pratiques que l'on a systématisées, autorise le suivi de singulières logiques et donne la possibilité de déjouer le vide pressenti des sources.

Le déchiffrement des traces

  • 2 Gazette des tribunaux, 29 février 1848.

2Les témoins insistent sur l'événement, l'intensité des combats, les figures de l'émeute et de la répression... Ils occultent le récit des agonies, les pratiques cruelles, le ravage des corps des victimes, les destructions de mobilier, les métamorphoses de la chaussée, la démolition des carrioles, le morcellement de l'univers urbain, l'avenir immédiat des prisonniers. Ils oblitèrent également la façon dont « le retour au calme » s'effectue. Tout cela en grande partie car les traces sont à la fois fugaces et difficiles à identifier. En effet, si certaines journées prennent rang parmi les plus « belles fêtes dont les annales aient conservé le souvenir », si la proclamation solennelle de la République à la colonne de Juillet s'inscrit au nombre des manifestations « qui laissent dans l'histoire les traces qu'on aime le mieux à retrouver »2, il n'en va pas de même des stigmates appartenant au règne de l'éphémère et de l'horreur.

  • 3 AN F/7/4174. Rapport de gendarmerie.
  • 4 AN F/15/4082.

3La première difficulté ressortit à l'interprétation de ce que l'on voit. A la fin du mois de juillet 1830, lors de la deuxième journée des « Trois Glorieuses », on repêche à la hauteur des « Bains du Pont-Neuf » le cadavre d'un homme dérivant entre deux eaux3. S'agit-il d'un accidenté, d'un candidat au désespoir ou d'un « insurgé », massacré et jeté dans le fleuve ? Lors du retour de la République, qui prendra le nom de Troisième, les victimes de décembre 1851 sont indemnisées à l'orée des années 1880. La commission formée pour statuer sur la recevabilité des demandes est parfois partagée. Comment apprécier la requête de telle famille, dans quelle catégorie la classer, lorsqu'on apprend que le chef de famille tomba certes au pied d'une barricade dans le faubourg Saint-Denis, « mortellement frappé sous les balles des prétoriens de Louis-Napoléon Bonaparte »4, mais qu'il ne participait en rien aux combats ; employé à la compagnie parisienne du gaz, il traversait le faubourg, avant d'emprunter le Passage de l'industrie et gagner son domicile, rue du faubourg Saint-Martin ?

  • 5 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Gazette des tribunaux, 24 février 1848.
  • 9 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

4Parfois, le récit des heurts souligne la rare intensité des combats, l'ivresse mêlée d'effroi des vainqueurs. Ainsi les lecteurs de la Gazette des Tribunaux apprennent-ils, qu'il fallut s'y reprendre à cinq fois, le 24 juin 1848, avant de s'emparer de la barricade de la rue Culture-Sainte-Catherine5. Mais il leur faut estimer le nombre des victimes et deviner les procédures visant à l'effacement des traces de la barricade. La discrétion des relations discursives et le manque d'information n'autorisent qu'une vision parcellaire. Le même jour, l'attaque des deux premières barricades de la rue Saint-Denis aurait fait quatre-vingt morts et blessés « du côté de la garde nationale »6 ; combien du côté des vaincus ? Les « divers engagements » aux environs immédiats de la porte Saint-Denis auraient porté à « quinze ou vingt personnes le nombre des gardes nationaux [...] tués »7. Combien de victimes dans l'autre camp ? Quelques mois plus tôt, pendant les affrontements de février, on se battait « si près » dans les quartiers Saint-Denis, Bonne-Nouvelle, Saint-Martin et du Marais, que les corps se touchaient et que bien souvent le « sabre passait au travers »8. Quel fut le sort des morts ? Tout laisse à penser, si l'on se réfère aux seuls témoignages directs, qu'ils ont été suspendus entre ciel et terre dans une contrée qui n'existe pas. A la veille de la nomination de Cavaignac comme président du Conseil, à l'hôpital Saint-Louis « la salle des morts est encombrée de malheureux qui ont déjà succombé »9. Que sont-ils devenus ? Quel destin attend les cinq cents blessés ?

  • 10 Gazette des tribunaux, 5 et 6 décembre 1851.
  • 11 Le Constitutionnel, 4 décembre 1851.
  • 12 AN F/15/4082.

5En 1851, tous les témoignages convergent. La barricade de la Porte-Saint-Denis, construite au même endroit que celle qui fut élevée dans la nuit du 23 février, est la plus importante de ces terribles journées. C'est là « où l'émeute avait concentré toutes ses forces ». Elle est attaquée à coups de canon : « L'intérieur de la barricade est rempli des cadavres de ceux qui s'étaient chargés de la défendre »10. Les fuyards succombent sous le feu roulant avant d'atteindre la Porte Saint-Martin, les survivants réfugiés dans les maisons avoisinantes sont débusqués par un détachement du génie et exécutés. Le nombre des victimes est « considérable »11. La répression efface pratiquement l'identité des combattants. Telle personnalité se métamorphose en cadavre inconnu gardant son secret à moins que sa famille ou ses amis ne parviennent « à le reconnaître plutôt par la marque du seul vêtement qu'on lui ait laissé [...] que par le physique percé de balles et presque méconnaissable »12.

  • 13 Le Gaulois, 29 mai 1871.
  • 14 La Patrie, 28 mai 1871.

6L'impossible dénombrement laisse entrevoir la violence et la mort. Et pourtant il semble stupéfiant de constater à quel point le mécanisme d'élision fonctionne à la perfection. En 1871, toutes les pistes d'une des plus grandes « boucheries » sont brouillées, et l'historien n'y retrouve pas la moindre empreinte, tout au plus quelques pâles fantômes. Le 28 mai, les combats font rage, la lutte est particulièrement acharnée au Panthéon où les combattants de la Commune sont obligés d'abandonner une à une les barricades pour se retrouver sur une esplanade, laissant leur flanc sans aucune défense. Le Gaulois use d'une description lapidaire : « Nos soldats [...] eurent bientôt acculé les communeux, au nombre de sept à huit cents, entre le Panthéon, la bibliothèque Sainte-Geneviève et l'église Saint-Etienne-du-Mont. Pas un seul insurgé n'a échappé au massacre »13. Or ce charnier à ciel ouvert semble avoir presque aussitôt disparu, effacé par quelque opération singulière. De même, l'ultime résistance de Belleville a été exaltée, mais qui s'est soucié de recueillir les confidences des survivants du combat de la Butte-aux-Cailles qui dura vingt heures ? A son pied, les Communards avaient trouvé des tranchées naturelles, ersatz de barricades, qu'ils s'étaient contentés d'aménager. Elles se montrèrent fort efficaces. Il fallut le renfort de trois nouveaux régiments et d'une batterie de campagne accrochée « au plateau de Montsouris », pour que « les insurgés soient écrasés. Leurs morts gisaient dans les fossés de la Bièvre ; leurs blessés se traînaient ça et là dans toutes les directions »14.

  • 15 Cf. aussi bien la Gazette des tribunaux, que le Siècle, le Constitutionnel, le Moniteur, la Patrie (...)
  • 16 AN F/15/4082.

7En juin 1848, décembre 1851 et mai 1871 les mêmes formules se répètent : « Il y a eu peu de prisonniers », « il ne semble pas que nos troupes aient fait beaucoup de prisonniers », « il ne paraît pas que nos soldats aient fait beaucoup de quartiers »...15, l'incantation anéantit en partie les traces. Internés ou hospitalisés, les survivants ne sont pas toujours en mesure de témoigner. Pour conter l'horreur il faut être capable à la fois de dépasser la fragmentation de l'expérience personnelle et de surmonter le traumatisme. Nombre de propos tiennent en quelques mots : « c'était horrible ». Un cordonnier confie qu'il reçut par une patrouille du 58e de ligne « un coup de baïonnette qui me traversait le corps par les reins et me sortant par le ventre », la douleur l'empêche de prêter attention à ses camarades d'infortune. Un autre est laissé pour mort, puis est ballotté pendant toute une journée avant d'être recueilli par l'hôpital de la Charité ; dans sa mémoire seuls subsistent le temps de l'attente et celui de la déambulation. Un troisième enfin, capitaine de la Garde nationale est conduit à Mazas, il y séjourne deux mois-et-demi, puis est transporté de prison en prison, habité par la peur. Sa raison est « ébranlée », désormais il vivra dans la crainte perpétuelle d'une arrestation16.

8Quant aux autres prisonniers, proscrits, exilés, enfermés, transplantés, déportés... seule une poignée parmi les vaincus, a laissé quelques souvenirs par écrit. Les marques laissées estompent la réalité crue, l'ellipse s'impose comme mode de discours. Le plus souvent d'ailleurs, la narration historique a peu recours aux diaristes ou aux mémorialistes. Elle puise de préférence ses références auprès de romanciers ou de pamphlétaires célèbres.

  • 17 Heine H., De la France, Paris, 1873, réimp. Slatkine, 1980, p. 148-149.
  • 18 AN BB/30/298.
  • 19 Le Gaulois, 29 mai 1871.
  • 20 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

9Enfin, les traces sont plus fréquemment et plus facilement brouillées lorsque le jour s'efface devant la nuit. Elle serait un vaste linceul couvrant les agissements d'une multitude de fossoyeurs. Henrich Heine relate en 1832, lors de la grande épidémie de choléra, que les grandes manœuvres mortuaires ont lieu nuitamment. Les « chars funéraires » défilent dans les rues profitant de l'obscurité relative. Mais il n'y a pas de meilleurs moments pour connaître le nombre de décès que « de compter les cercueils »17, à condition de bénéficier d'un poste d'observation fiable. En 1848 comme en 1871, c'est également de nuit qu'il convient de déchiffrer les traces. Un marchand de vin raconte qu'entre le 23 et le 24 février 1848, les cadavres de la rue Saint-Honoré sont portés « pendant la nuit dans le poste de la rue de Valois », puis ils sont chargés dans deux voitures et « enlevés » deux heures avant l'aube18. Ceux des insurgés fusillés le 28 mai 1871 à la caserne Lobau sont transportés puis enterrés de nuit19 L'obscurité, source de confusion, permet de voiler en partie l'étendue des massacres nocturnes. Des déflagrations sont entendues, mais les cadavres s'évanouissent avant le jour. Pris les armes à la main, la plupart des combattants sont exécutés sur place : ils sont parfois épargnés, parqués provisoirement avant une ultime translation. Ainsi, en juin 1848, près des Tuileries, lors d'un transfert nocturne, certains tentent de s'échapper. Des coups de feu claquent, les forces de l'ordre se croient attaquées et tirent dans la foule mêlée des gardiens et des détenus. On comptera trente morts parmi les prisonniers, quatre ou cinq dans les rangs de la troupe20. Le lendemain, les cadavres, les captifs et les soldats auront disparu.

  • 21 Rappelons que le corps de Dombrowski est transporté pendant la nuit au pied de la colonne de Juill (...)
  • 22 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, (Bruxelles, 1876), Paris, Maspéro, 1972, p. 348.

10Pendant la Semaine sanglante, la nuit transforme Paris en théâtre d'ombres21. Des barricades sont désertées, mais elles sont aussi parfois partiellement vidées à la suite de singulières entreprises. Tel commandant des troupes de Versailles est enlevé, mené derrière une barricade et fusillé ; telle sentinelle est capturée, ses camarades de barricade, prévenus par son cri, redoublent de vigilance, mais perdent sa trace22.

11Dans les échancrures de la ville se dressent les barricades, résonnent le dernier souffle des mourants, la plainte des blessés, les ordres et consignes des officiers vainqueurs, le bruit des pavés que l'on détache pour combler les ornières de la rue... L'effacement des traces ajoute à la confusion des témoignages, mais qu'il soit en partie spontané ou organisé systématiquement, il vise à faire oublier la barbarie de l'émeute et de la répression, cet envers de la mort urbaine.

Les pratiques de l'effacement

12Escamoter les corps et disloquer les barricades correspondent aux deux préoccupations majeures des vainqueurs. Reste donc à scruter les manières d'agir en débusquant d'abord les procédés inattendus. Rappelons toutefois qu'en 1830 et en février 1848, on utilise l'arme blanche et le mousqueton dans les combats de rue ; en juin 1848 et en mai 1871 nombre de barricades sont « attaquées avec le canon », marquant le paysage urbain de stigmates autrement plus visibles ; on assure aussi que le « chassepot » fait merveille.

  • 23 Gazette des tribunaux, 3 décembre 1851.
  • 24 Le Gaulois, 29 mai 1871.
  • 25 La Patrie, 23 mai 1871.

13Le processus d'héroïsation et la célébration de quelques martyrs, comme Mgr Denis Affre, archevêque de Paris en 1848, le représentant Baudin en 185123 ou encore Delescluze en 1871, contribuent à masquer les morts plus ordinaires. Ainsi le corps de ce dernier a-t-il été exposé sur le pavé pendant près d'une journée24, mais les dépouilles du « massacre affreux »25 des insurgés de la rue Brezin sont rapidement évacuées. Dès le lendemain, et ce dans les deux camps, nul n'en parle plus. L'occultation de la mémoire de l'événement est ici involontaire. Il n'en reste pas moins que la mise en exergue de quelques figures célèbres rejette à l'arrière plan des centaines de morts anonymes qui se fondent dans une entité abstraite.

  • 26 Gazette des tribunaux, 5 mars 1848.
  • 27 Cf. Tombs R., « Victimes et bourreaux de la Semaine sanglante », 1848, Révolutions et mutations au(...)

14La commémoration officielle participe à son insu à l'évaporation du souvenir. Toute célébration a pour fonction, au minimum, de glorifier le passé proche et lointain et d'honorer la mémoire d'un événement et de ses martyrs. Or, au-delà du faste, ou concurremment à la cérémonie, la pratique commémorative peut aussi dissimuler. Ainsi, le dimanche 5 mars 1848, le nouveau pouvoir républicain entend légitimer l'insurrection des barricades ; des funérailles grandioses pour les citoyens morts lors « des mémorables journées » sont organisées26. Dans l'Eglise de la Madeleine, entre le chœur et la nef, « un immense sarcophage en style égyptien » est dressé. Une « rampe de huit degré » permettait d'y accéder et d'observer quinze cercueils symbolisant la totalité des victimes. Les corps des autres n'ont pas eu les mêmes honneurs, quelques dépouilles mortelles ont été placées « la nuit [...] dans les caveaux de la colonne de Juillet ». On ignore donc le nombre total des morts des journées révolutionnaires. Et lorsqu'on parle d'odieux massacres, l'élan de compassion ou d'indignation en empêche le décompte27.

  • 28 Le Gaulois, 28 mai 1871.
  • 29 Cf. les descriptions des insurgés de juin 1848 et des Fédérés de mai 1871 qui sont très fréquemmen (...)

15Après la célébration, l'interprétation des faits constitue une des procédures les plus utilisées pour anéantir les marques de la barricade. Pour les Communards, l'Eglise Saint-Sulpice est transformée à partir du 27 mai en ambulance placée sous la responsabilité d'un chirurgien. Pour la troupe et le journaliste qui l'accompagnait, il ne s'agissait pas de blessés, mais de quatre cents insurgés ; s'ils étaient couchés et en chemise, c'est qu'ils simulaient la souffrance afin de se soustraire au châtiment légitime qui les attendait, ils furent donc « tous passés par les armes en compagnie du faux chirurgien »28. Nier la qualité de malade ou d'invalide permet à la notion de massacre de s'évanouir par une simple permutation de vocabulaire. Les prisonniers n'ont pas été égorgés dans un horrible carnage à l'ombre des barricades, ce sont les cadavres ordinaires et nécessaires de la guerre des rues. La dénomination des insurgés visant à les diaboliser réalise parfaitement le programme des vainqueurs. Une brute avinée, médiocre et lâche, cruelle et vaniteuse n'est pas tout à fait un être humain29. La construction d'une figure de l'altérité est une technique d'effacement qui touche à l'identité même des combattants.

  • 30 La Patrie, 2 juin 1871.

16Cependant, l'effacement des traces participe le plus souvent d'une intention pragmatique. C'est délibérément, et parfois avec une certaine frénésie, que l'on tente de soustraire à la vue tout ce qui peut évoquer la guerre des barricades. L'emblème le plus illustre est celui de la répression versaillaise dans sa dernière phase. Le vendredi 2 juin 1871 s'achève au Père Lachaise, dont l'entrée avait été protégée par une barricade, la négation des fusillades : « Pas une minute n'est perdue pour remettre le cimetière en état de propreté ; on enlève les débris ; on fait disparaître les traces... »30.

  • 31 Le Gaulois, 26 mai 1871.

17Ces dernières sont parfois escamotées de façon définitive. A partir du 26 mai 1871, Gaston de Praissac signe dans Le Gaulois une chronique macabre intitulée « Une excursion »31. A la hauteur de la Rue Royale, il se heurte à six cadavres : « Ce sont ceux d'hommes [...] », chargés de protéger les combattants des barricades et de ralentir l'avance des troupes de ligne, qui « ont tiré par les fenêtres. On les a tués séance tenante ». Les corps, pris au milieu des flammes, disparaîtront.

  • 32 En 1871, des soldats appartenant à l'armée de mer semblent être utilisés systématiquement lors d'e (...)
  • 33 AN BB/30/298.
  • 34 Gazette des tribunaux, 25 février 1848.
  • 35 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.
  • 36 Ibid.
  • 37 AN BB/30/298, février 1848.
  • 38 Ibid.
  • 39 AN F/15/4082, décembre 1851.
  • 40 Ibid.
  • 41 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.
  • 42 AN F/15/4082.
  • 43 Le Gaulois, 29 mai 1871.
  • 44 La Patrie, 24 mai 1871.
  • 45 Le Gaulois, 29 mai 1871.
  • 46 Le Gaulois, 28 mai 1871.
  • 47 La Patrie, 1er juin 1871.
  • 48 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 379.
  • 49 Ibid, p. 380.

18Pour dissiper les inquiétudes et faire taire les échos de la guerre civile, les corps sont donc systématiquement dérobés. En 1830, en février 1848, et dans une moindre mesure par la suite32, les blessés qui ne peuvent se mouvoir, ou ceux dont les blessures apparentes frappent de stupeur les témoins, sont allongés sur des matelas, placés sous une porte cochère, resserrés dans telle maison ou dans tel passage. Ainsi, le 24 février, de simples particuliers ou des pharmaciens accueillent des blessés33, tandis que des ambulances ont été formées dans « la galerie vitrée du Palais-Royal », une autre a été improvisée dans le passage Montesquieu34. En juin 1848, une pratique nouvelle se généralise rapidement. Les chefs blessés de la Garde nationale sont relevés, placés sur un brancard et acheminés à leur domicile. Un chef de bataillon est transporté chez lui, rue de Ménars35, un lieutenant colonel de la lère légion est ballotté sur une civière de fortune qui longe le faubourg Montmartre, la rue Cadet et la rue de Provence ; un autre regagne de la même façon son domicile rue Neuve-des-Mathurins36. Parfois certains cadavres sont rendus à leur famille. Mais en règle générale, les dépouilles mortelles sont « entreposées », à proximité, « sous une porte qui s'est trouvée ouverte »37, dans un café de la rue Saint-Denis38, dans la mairie du 2e arrondissement39, au poste du boulevard Bonne nouvelle40, puis en quelques lieux préalablement choisis. En juin 1848, outre la rue du faubourg Saint-Antoine et la place de la Bastille « jonchées de tués », Saint-Méry, Saint-Séverin, l'Hôtel de Ville, le Panthéon, le Val de-Grâce, Saint-Gervais et Saint-Paul sont convertis en « ambulances et en dépôts de cadavres »41. A tel point que certains témoins n'aperçoivent que des « tombereaux charriant des morts ». Lors du coup d'Etat du Prince-Président, les victimes des fusillades des boulevards côtoient celles des barricades, de nombreux corps sont emmenés au cimetière Montmartre « où l'on avait creusé un long fossé »42. Cette pratique sera reconduite en 1871. On utilise les « tranchées creusées pendant le siège » de Paris comme sépultures ; les dépouilles mortelles sont recouvertes de chlore ou de chaux. Des excavations sont creusées le long de la berge du quai d'Orsay. Le Gaulois s'inquiète : les fosses où sont déversées les cadavres ne sont pas assez profondes, il ajoute qu'on « ne saurait trop appeler l'attention des membres de la commission de salubrité publique »43. Pendant la Semaine sanglante, plusieurs églises servent de morgues. Huit fourgons sont chargés de corps d'insurgés sortis de l'église de Montrouge et nuitamment transférés au cimetière Montparnasse44. Derrière l'Hôtel de ville, les cadavres sont rassemblés dans une caserne puis transportés dans « des tombereaux au square de la tour Saint-Jacques où ils sont enterrés »45. Le 27 mai 1871, la barricade de la place Pigalle tombe, après des combats acharnés. Les corps sont d'abord enlevés puis « de nouveaux omnibus emportent les équipements amoncelés »46. Quelques jours plus tard, le 1er juin, les omnibus reprennent leur service dans la capitale, toutefois « l'emplacement des barricades n'est pas encore entièrement débarrassé des pierres qui gênaient la circulation. Mais le génie a rapidement replacé des pavés, nivelés des trous... »47. Le même jour le « balayage » définitif, selon l'expression de P.-O. Lissagaray, commence. Des cadavres resurgissent à l'instar des « Trois cents qui avaient été jetés dans les lacs des buttes Chaumont [et qui] étaient remontés à la surface... »48, quelques-uns sont tournés contre une borne et oubliés là ; d'autres sont rassemblés dans les parcs, ou sur les trottoirs, amoncelés en pyramide. Alors, « des voitures de tout genre, tapissières, chars à bancs, omnibus ramassèrent les cadavres dans tous les quartiers. Depuis les grandes pestes on n'avait pas vu de telles charretées de viande humaine »49.

  • 50 AN BB/30/298.

19Après l'enlèvement des corps, la disparition totale des matériaux de la barricade est méthodiquement accomplie. Le démantèlement est affaire de rapidité et de dextérité. Lors de l'annonce du renversement du ministère Guizot les barricades semblent couvrir toutes les artères de la capitale. Peu après, tandis que l'on se bat aux portes du palais des Tuileries, Louis-Philippe abdique. Le temps est désormais à l'enlèvement des entraves. Un officier estime à un peu plus d'une heure la « station » nécessaire pour débarrasser la voie publique de chaque barricade50.

  • 51 B... (Victorine), Souvenirs d'une morte vivante, (Lausanne 1909), rééd. Paris, Maspéro, 1977, p. 2 (...)
  • 52 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.
  • 53 AN BB/30/333, Faubourg Saint-Antoine, 26 juin 1848.
  • 54 Goncourt E. et J. de, Journal, I, 1851, Paris, rééd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1989, p.  (...)
  • 55 La Patrie, 3 décembre 1851.
  • 56 Gazette des tribunaux, 4 décembre 1851.
  • 57 Gazette des tribunaux, 4 décembre 1851.
  • 58 AN BB/30/298, février 1848.

20Pendant les journées révolutionnaires de juin 1848, les barricades sont innombrables dans certains quartiers : « rien que dans la rue Saint-Jacques, il y en a eu 38, entre la rue Soufflot et le Petit-Pont »51. On imagine aisément le temps nécessaire à leur suppression. Mais il faut d'abord évacuer les corps, ouvrir des brèches dans les barrières dressées au milieu des rues, puis, seulement après le passage des tombereaux, procéder aux travaux d'abrasion. Une fois les barricades renversées, la Garde nationale et les lignards surveillent les carrefours et occupent les « embouchures des rues ». Alors des « citoyens travaillent à enlever les pavés de la barricade »52, tandis que des prisonniers œuvrent au repavement53. En décembre 1851, nombre de barricades sont élevées à la hâte. On les qualifiera même de « pauvres petites barricades en petites planches »54. Aussi, chaque fois qu'elle le peut, la troupe intervient aussitôt, avant même la fin de l'édification. La barricade du 3 décembre 1851 du faubourg Saint-Antoine, à la hauteur de la rue Sainte-Marguerite, illustre cet aspect. Erigée vers midi « la barricade a été immédiatement détruite »55. Plus tard, élevées vers cinq heures dans la rue Rambuteau, plusieurs sont à leur tour « enlevées immédiatement »56 Parfois, comme rue des Vieilles-Audriettes57, elles sont construites autour de charrettes ou de voitures des messageries, il est alors plus facile de les démanteler puisqu'il suffit de rapporter les voitures, une fois vidée de leur contenu hétéroclite. Mais cela ne suffit pas, il faut alors cacher aux yeux du « peuple des barricades » les voitures en question pour qu'elle ne soient pas réemployées. Cette volonté de camouflage est constante en 1848 et en 185158.

  • 59 Goncourt E. de, Journal, II, 1871, op. cit., p. 451.
  • 60 Ibid, p..453.

21A la volonté d'écarter les obstacles matériels, d'enlever les cadavres, d'éloigner les prisonniers, de débarrasser la voie publique des matériaux disparates qui l'encombrent, s'ajoute l'impérieuse volonté de rétablir au plus vite la circulation. Le 28 mai 1871 les derniers crépitements de la lutte se font entendre, ils sont presque aussitôt remplacés par les salves des fusillades. Edmond de Goncourt part à la « découverte du Paris brûlé [...] par de petits sentiers, faits au milieu des barricades qui ne sont pas encore démolies »59. Le 1er juin, il s'aventure jusqu'à Belleville : « Dans le bas de la grande rue, la trace d'un chaud combat, trace qui s'efface et disparaît dans la partie élevée, où apparaît seulement, par-ci par-là, une éraflure blanche sur un mur. Mais dans toute la montée, des restes de barricades, sur lesquels passe, en nous cahotant, notre coupé »60. Le soir même les dernières affiches sont retirées. Ensuite tout va très vite. Les passages ouverts dans les cloisons des maisons pour permettre aux insurgés de s'échapper sont condamnés, les marches d'escaliers détruites pour interdire l'accès aux étages des immeubles sont reconstruites, les impacts des balles disparaissent sous de nouveaux enduits... Certes l'hébétude se lit sur les visages des prisonniers, la dévastation sur les murs, mais les drapeaux tricolores pavoisent les fenêtres et dès le 6 juin la foule des boulevards rappellent aux observateurs les plus distraits celle de la fête impériale.

La peur des traces

  • 61 AN F/15/4082.
  • 62 Le Siècle, 25 juin 1848.

22Marques tangibles du désastre, les traces parlent d'elles-mêmes et rendent superflu le discours. Davantage que le récit enjolivé ou édulcoré, elles livrent, dans la meurtrissure des corps, un fait brut et renseignent sur la barbarie. Ainsi en décembre 1851, une épouse recherche le corps de son mari : sur la poitrine les marques hideuses d'une « balle à bout portant », dans le dos « sept coups de baïonnette »61. Dans les ambulances et les hôpitaux, des plaies dans lesquelles « la gangrène s'est déclarée »62 indiquent la plupart du temps que les blessés appartiennent au camp des insurgés, car l'installation de la gangrène signifie que des soins n'ont pas été donnés immédiatement, que tel malheureux s'est caché pendant deux jours laissant ainsi les tissus nécrosés gagner l'organisme vivant.

  • 63 Gazette des tribunaux, jeudi 24 février 1848.
  • 64 AN BB/30/297.
  • 65 AN BB/30/298.

23Dissimuler les traces relèvent d'un art consommé de l'esquive et d'une logique impérieuse. La curiosité malsaine pousserait plutôt en sens contraire. Ainsi, le 23 février 1848, la Garde nationale fait feu et les premiers morts s'écroulent, ils sont aussitôt déposés à la morgue « où se pressait un immense concours de curieux »63. D'ordinaire, la publicité des massacres est évitée. Un lieutenant du 69e régiment de ligne, dans un rapport rédigé en février 1848, presque à chaud, donne un éclairage d'une rare pertinence : « Je fis immédiatement ramasser ces trois cadavres et les fis placer dans le jardin, pour ne pas, en les laissant devant les yeux du peuple, exposer mes hommes à de cruelles représailles [...]. Un officier d'Etat major à cheval, vint une demi heure après nous enjoindre de faire disparaître ces cadavres, en les cachant sous un monceau de sable que je trouvais dans le jardin – ordre qui fut immédiatement exécuté »64. Cette relation d'un fait minuscule à l'intérieur du drame national propose plusieurs clefs. Mais il importe ici d'insister sur deux points qui se répètent d'une journée révolutionnaire à l'autre. Des consignes strictes visant à faire disparaître les corps sont relayées à maintes reprises par chaque maillon de la chaîne de commandement. La démarche est guidée par la peur. On veut éviter une réaction violente de la « foule des barricades » que l'on suppose démoniaque et prête à se livrer dans l'instant aux pires excès. Il est vrai que l'inquiétude et les alertes du peuple sont entretenues par de chimériques complots et d'hypothétiques fourberies. L'oreille attentive prêtée à ces bruits par la foule suscite la frayeur des forces de l'ordre. En effet, comme en février 1848, la rumeur colporte que la Garde municipale recherchait la terreur, qu'elle allait jusqu'au bout de la cruauté, frappant à coup de crosse les malheureux qu'elle attrapait pour ensuite « piquer » à la baïonnette ceux qui étaient tombés à terre. Aussi, lorsque, le 22 février, certains de ses membres sortent de leur refuge, leur vue seule rallume « la fureur du peuple ». Un lieutenant de la 13e compagnie relate que « les gardes nationaux furent obligés de nous entourer, et moi en particulier pour nous y soustraire [...] le brigadier Bugot [...] eut dans le trajet, la main droite clouée sur la poitrine d'un coup de poignard »65 En cachant les cadavres et les auteurs supposés de massacres, on gomme l'événement et on interdit aux acteurs de réagir en fonction de ce qui a été accompli. D'une certaine façon, on souscrit ainsi une assurance sur le déchaînement de la violence et l'irréparable.

  • 66 AN BB/30/298.
  • 67 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

24Sur les barricades, les corps non dissimulés deviennent des enjeux. Un chef d'escadre de la Garde municipale relate en février 1848 sa découverte d'un emblème macabre : « ... au milieu des voitures renversées était un omnibus auquel on avait attaché avec des cordes le cadavre d'un homme qu'à ses vêtements j'ai jugé être un porteur à eau ou un commissionnaire. On avait enfoncé dans sa bouche, le manche d'un drapeau »66. Quatre mois plus tard, quelques récits donnés pour vrais, mais qui appartiennent peut-être aux fantasmes journalistiques ou à l'affabulation morbide, prétendent que « sur plusieurs barricades, des têtes coupées et coiffées de képis avaient été placées comme des épouvantails ; enfin une tête dans la bouche de laquelle on avait coulé de la poix et mis une mèche a été plantée sur une pique. Cet horrible fanal a été allumé... »67.

  • 68 La Patrie, 5 décembre 1851.
  • 69 Gazette des tribunaux, du 26 au 31 juillet et 1er août 1830.

25La mise en scène de l'horreur est une résurgence de la Grande révolution, mais elle trouve une résonance singulière au cours des journées révolutionnaires du xixe siècle. Le transport du cadavre devient le signe tangible de l'insurrection, le signal de « l'émeute des barricades ». Pour cela, il faut faire voyager les dépouilles mortelles sur le pavé de la capitale. Après la chute de Guizot, l'allégresse envahit les rues. Boulevard des Capucines, la troupe prend peur, elle tire. Les cadavres sont hissés dans un fourgon qui circulait. La « Promenade des cadavres » donne le signal de l'essor des barricades. On comprend ainsi l'effroi des forces du maintien de l'ordre. L'hallucinant spectacle nourrit les angoisses des uns et les aspirations des autres. En décembre 1851, le même charivari funèbre se répète : « Afin de préparer les esprits à un soulèvement général, des misérables au nombre de dix [...] ont promené, en chantant, deux cadavres éclairés par des torches dans les environs des rues Grenétat, Beaubourg et Transnonain. Ils ont bientôt amassé autour d'eux une bande d'environ huit cents individus »68. Le cadavre incarne le face-à-face avec l'insoutenable. Déjà, lors de la Révolution de Juillet 1830, quelques cadavres circulent parmi les vivants, tantôt pour réclamer vengeance, tantôt pour dissuader les soldats de tirer : un boulanger lance à proximité d'un groupe de troupiers le « cadavre ensanglanté d'une femme »69. L'horrible vision assure le désarmement et encourage ici la fraternisation.

  • 70 AN BB/30/402.

26Les traces constituent parfois des pièges mortels. Quelques madriers épars, ou une barrière de pavés en partie ouverte et écrêtée, laissent supposer que la position est abandonnée. La troupe franchit alors avec confiance ces reliques de la guerre des rues. Mais, embusqués derrière un amas plus important ou tapis à l'ombre d'une croisée, des insurgés de juin, des résistants au coup d'Etat, des Fédérés sacrifient leur vie, se jettent dans la mêlée, tuent ou blessent des soldats70.

  • 71 B... (Victorine), Souvenirs d'une morte vivante, op. cit., p. 218.
  • 72 Goncourt (Edmond de), Journal, II, 1871, op. cit., p. 445.
  • 73 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 340.
  • 74 Le Gaulois, 28 mai 1871.
  • 75 Zola E., Articles parus en 1871 dans La Cloche et le Sémaphore de Marseille (Lettres de Paris), ci (...)
  • 76 Le Gaulois, 26 mai 1871.

27En 1871, les cadavres des Fédérés n'effraient pas, au premier abord. Rue Allain, un serrurier est « crucifié sur la devanture de sa boutique »71. Les débris de barricade, l'amoncellement des corps sur les tombereaux ou sur la chaussée, éclairés les incendies, témoignent de la victoire des troupes de Versailles. Seuls quelques corps sont dissimulés presque immédiatement aux regards. Le cadavre de tel garde national est grossièrement camouflé sous le branchage d'un arbrisseau72. Raoul Rigault, fusillé rue Gay-Lussac le mercredi 24, est recouvert d'un manteau73. Mais en règle générale, les cadavres sont trop nombreux, on se contente de les empiler74. Toutefois, partout où cela est possible des « ordres sévères sont donnés pour que les morts ne séjournent pas dans les rues »75 ; ils sont, par exemple, enfermés derrière les portes du nouvel Opéra et des magasins du Printemps. Pour Thiers, la scène offerte a valeur d'exemple. Pourtant, un certain nombre de Parisiens ont abandonné la capitale depuis le 18 mars, le mouvement a sans doute été continu, mais quel a été au juste son ampleur ? Ici où là, on peut lire que la population qui avait fui serait de retour dans le sillage des troupes de Versailles. D'autres réfugiés attendent prudemment les premières journées de juin. Aujourd'hui encore, proposer une estimation relève de l'extrapolation chimérique. Toujours est-il que la Semaine sanglante échappe en partie à la volonté de faire disparaître le plus rapidement possible les corps car les témoins se font rares. Au Palais-Royal, « les cadavres des femmes restaient jetés au hasard dans le jardin et sous les galeries »76. Les fenêtres et les portes sont obstruées, les fumeurs de pipe s'abstiennent pour ne pas indiquer leur présence. Les rues, livrées à la soldatesque, sont transformées en corridors aveugles. Les Batignolles, et le bas de Montmartre sont vidés de leurs habitants. Dans tel quartier, un lignard gravement blessé se traîne au pied d'un immeuble pour trouver du secours, personne ne lui ouvrira, son agonie durera une grande partie de la nuit ; ailleurs encore, des Fédérés portent le corps inerte d'un des leurs, ils voudraient l'abriter des regards derrière une porte ; ni porche ni poterne ne l'accueilleront.

  • 77 Plusieurs relations insistent sur la pluie qui tombe libérant des odeurs dans lesquelles se mêlent (...)
  • 78 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 381.

28Toutefois, rien n'est plus incoercible que la peur des « émanations cadavériques ». La décomposition angoisse. L'air charrie toutes sortes de miasmes : puanteur des cadavres, effluves des rues détrempées77, âcre senteur des incendies, odeur prenante des casemates transformées en fours crématoires et pestilence du « bûcher colossal inondé de pétrole » des buttes Chaumont qui vomit une « fumée épaisse »78. Ainsi, loin des fragrances, l'exhalaison de la ville attise l'inquiétude, prompte à céder le pas à l'épouvante, car est brandi le spectre de l'épidémie ; on annonce la peste et le choléra. Ultimes traces de la barricade destinées à disparaître rapidement.

***

  • 79 L'expression se retrouve dans la plupart des journaux, en 1830, comme en 1848, en 1851 ou encore e (...)

29Un « air de fête »79 annonce la fin des massacres et signale que l'effacement des traces est accompli. Les prisonniers, désormais loin des regards, ont pris le chemin de l'exil et des pontons. Ils attendent d'être fixés sur leur sort, renonçant à tout échappatoire, devinant leur incarcération ou imaginant leur déportation « au-delà des mers ». Dans la capitale, la liesse retenue des passants, l'ouverture des boutiques et des cafés, ont toutes les allures d'un rituel de réconfort, exorcisant les récentes pérégrinations au bord de l'abîme.

  • 80 Gazette des tribunaux, 24 février 1848.
  • 81 Gazette des tribunaux, 27 février 1848.
  • 82 La Patrie, 6 décembre 1851.
  • 83 La Patrie, 30 mai 1871.

30Les corps en mouvement des badauds ont remplacé les corps inertes des victimes. A la tension des jours tragiques s'est substituée, dans certains arrondissements, une atmosphère de frivolité. La bonhomie tapageuse et la flânerie s'affichent sans complexe. Dès que l'accalmie se prolonge, les boulevards présentent une vive animation. Ainsi, à cinq heures de l'après-midi le 24 février 1848, les « promeneurs s'y pressaient en foule ; un grand nombre de dames circulaient sans obstacle et sans crainte »80. Mais à dix heures, les coups de feu et le retour du tragique dispersent à nouveau la foule, tandis que les barricades reprennent possession de la ville. Deux jours plus tard, la même scène se répète, décrite par Garnier-Pagès, maire de Paris : « Les boulevards et les rues sont illuminés ; la plupart des boutiques, celles des bijoutiers et des changeurs particulièrement, sont rouvertes »81. En 1851, au matin du 6 décembre, les rues et les boulevards retrouvent « leur physionomie habituelle [...] Les magasins et les boutiques sont rouverts [...]. L'affluence était telle qu'on avait de la peine à s'y frayer un passage »82. Vingt ans plus tard, autour des cafés et des artères, des tableautins identiques se déploient. Dès le dimanche 29 mai, les journalistes côtoient un nombre impressionnant de « consommateurs »83. Le lendemain une « joie profonde » se diffuse dans Paris. Quelques observateurs trouvent le spectacle indécent, mais le plus grand nombre salue le retour du rire et de la « blague », excuse le récit hâbleur de quelque soldat s'attardant sur l'exécution de telle personnalité de l'insurrection, communie avec les vainqueurs dans ce jubilé du massacre. Le 1er juin 1871, le couvre-feu est porté à 11 heures du soir. Dernier avatar du processus d'élision, la fête et la promenade, remplaçant le tonnerre du canon, côtoient quelques heures encore les « feux de pelotons continuels » et masquent définitivement les traces de la guerre des barricades.

Notes

1 Seules les traces des barricades de juillet 1830, février et juin 1848, décembre 1851 et mai 1871 sont ici étudiées.

2 Gazette des tribunaux, 29 février 1848.

3 AN F/7/4174. Rapport de gendarmerie.

4 AN F/15/4082.

5 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Gazette des tribunaux, 24 février 1848.

9 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

10 Gazette des tribunaux, 5 et 6 décembre 1851.

11 Le Constitutionnel, 4 décembre 1851.

12 AN F/15/4082.

13 Le Gaulois, 29 mai 1871.

14 La Patrie, 28 mai 1871.

15 Cf. aussi bien la Gazette des tribunaux, que le Siècle, le Constitutionnel, le Moniteur, la Patrie...

16 AN F/15/4082.

17 Heine H., De la France, Paris, 1873, réimp. Slatkine, 1980, p. 148-149.

18 AN BB/30/298.

19 Le Gaulois, 29 mai 1871.

20 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

21 Rappelons que le corps de Dombrowski est transporté pendant la nuit au pied de la colonne de Juillet.

22 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, (Bruxelles, 1876), Paris, Maspéro, 1972, p. 348.

23 Gazette des tribunaux, 3 décembre 1851.

24 Le Gaulois, 29 mai 1871.

25 La Patrie, 23 mai 1871.

26 Gazette des tribunaux, 5 mars 1848.

27 Cf. Tombs R., « Victimes et bourreaux de la Semaine sanglante », 1848, Révolutions et mutations au xixe siècle, n° 10, 1994, p. 81-96.

28 Le Gaulois, 28 mai 1871.

29 Cf. les descriptions des insurgés de juin 1848 et des Fédérés de mai 1871 qui sont très fréquemment qualifiés de bandits, de fous, d'enragés, de barbares par nombre de journalistes et d'écrivains.

30 La Patrie, 2 juin 1871.

31 Le Gaulois, 26 mai 1871.

32 En 1871, des soldats appartenant à l'armée de mer semblent être utilisés systématiquement lors d'escarmouches dangereuses pour démanteler des barricades, ainsi le 25 mai Le Gaulois précise : « Des marins (...) sont ramenés sur des brancards ».

33 AN BB/30/298.

34 Gazette des tribunaux, 25 février 1848.

35 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.

36 Ibid.

37 AN BB/30/298, février 1848.

38 Ibid.

39 AN F/15/4082, décembre 1851.

40 Ibid.

41 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

42 AN F/15/4082.

43 Le Gaulois, 29 mai 1871.

44 La Patrie, 24 mai 1871.

45 Le Gaulois, 29 mai 1871.

46 Le Gaulois, 28 mai 1871.

47 La Patrie, 1er juin 1871.

48 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 379.

49 Ibid, p. 380.

50 AN BB/30/298.

51 B... (Victorine), Souvenirs d'une morte vivante, (Lausanne 1909), rééd. Paris, Maspéro, 1977, p. 25.

52 Gazette des tribunaux, 24 juin 1848.

53 AN BB/30/333, Faubourg Saint-Antoine, 26 juin 1848.

54 Goncourt E. et J. de, Journal, I, 1851, Paris, rééd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1989, p. 28

55 La Patrie, 3 décembre 1851.

56 Gazette des tribunaux, 4 décembre 1851.

57 Gazette des tribunaux, 4 décembre 1851.

58 AN BB/30/298, février 1848.

59 Goncourt E. de, Journal, II, 1871, op. cit., p. 451.

60 Ibid, p..453.

61 AN F/15/4082.

62 Le Siècle, 25 juin 1848.

63 Gazette des tribunaux, jeudi 24 février 1848.

64 AN BB/30/297.

65 AN BB/30/298.

66 AN BB/30/298.

67 Gazette des tribunaux, 26 et 27 juin 1848.

68 La Patrie, 5 décembre 1851.

69 Gazette des tribunaux, du 26 au 31 juillet et 1er août 1830.

70 AN BB/30/402.

71 B... (Victorine), Souvenirs d'une morte vivante, op. cit., p. 218.

72 Goncourt (Edmond de), Journal, II, 1871, op. cit., p. 445.

73 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 340.

74 Le Gaulois, 28 mai 1871.

75 Zola E., Articles parus en 1871 dans La Cloche et le Sémaphore de Marseille (Lettres de Paris), cité dans 1871 : La Commune de Paris, textes réunis par Nicole Priollaud, Lian Levi, 1983, p. 73.

76 Le Gaulois, 26 mai 1871.

77 Plusieurs relations insistent sur la pluie qui tombe libérant des odeurs dans lesquelles se mêlent la boue, le sang et la poudre.

78 Lissagaray P.-O., Histoire de la Commune de 1871, op. cit., p. 381.

79 L'expression se retrouve dans la plupart des journaux, en 1830, comme en 1848, en 1851 ou encore en 1871.

80 Gazette des tribunaux, 24 février 1848.

81 Gazette des tribunaux, 27 février 1848.

82 La Patrie, 6 décembre 1851.

83 La Patrie, 30 mai 1871.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540