Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

« Figures imposées »
Pratiques et représentations de la barricade pendant les Journées de décembre 1851

Olivier Pelletier

Texte intégral

1Le coup d’État du 2 décembre 1851 n’avait pas su assurer, dans le moment de sa réalisation, les conditions de sa légitimation. Immédiatement, l’opposition parlementaire s’était montrée unanime à désapprouver ce qui était de toute évidence un coup de force contre la légalité républicaine. Mais les divergences se révélèrent brutalement, lorsqu’il fallut prolonger cette indignation initiale et s’accorder sur les modalités de résistance à l’arbitraire présidentiel. Alors que les représentants de la droite et du centre de l’Assemblée s’en tenaient à une simple et inefficace condamnation constitutionnelle, la guerre de rues et le recours à la barricade, s’imposaient spontanément aux forces de la gauche républicaine comme le seul cadre convenant à la défense collective de la légitimité outragée.

2Pourtant, rien n’était alors moins évident que cette résolution téméraire : il était permis de douter que l’insurrection violente, qu’avait aussi adopté la révolte réprouvée de juin 1848, puisse aisément redevenir l’instrument le mieux adapté au rétablissement du droit et de l’ordre légitime. Les représentants de la gauche risquaient en effet d’apparaître comme les nouveaux contempteurs du suffrage universel, après l’avoir hautement revendiqué en juin 1848 pour justifier la répression impitoyable de l’émeute, et alors que Louis-Napoléon Bonaparte le rétablissait habilement dans son intégrité et affirmait sa volonté d’y faire appel pour juger ses actes. Le recours à la barricade pourrait alors être interprété comme un refus incompréhensible de se soumettre à la volonté populaire et comme le signal odieux d’une violence arbitraire et abusive, qui renforcerait et rendrait vraisemblable la conception officielle d’un coup d’État rendu inévitable par les intrigues de l’opposition et les projets de soulèvement contre le Président. En droit comme en fait, l’opportunité de la stratégie séditieuse ne cessait pas d’être contestable.

3Étonnamment, l’urgence et la centralité de ces interrogations ne s’étaient pas imposées aux membres de la gauche parlementaire. La plupart partageaient en effet une même certitude, qui emportait dans l’enthousiasme toutes les réticences : l’insurrection barricadière était bien le mode approprié, voire décent, de la résistance républicaine. De leur côté, les forces de l’ordre s’accordaient aussi à reconnaître l’inéluctabilité de ce type d’engagement, auquel elles s’étaient efficacement et depuis longtemps déjà préparées. Une sorte d’évidence partagée s’imposait aux deux adversaires, qui les poussait à n’envisager leur affrontement que sous la forme obligée d’une guerre de rue parisienne et d’un déploiement soudain et irrésistible de barricades. Objet d’attentes contradictoires, la barricade ordonnait donc les angoisses des conspirateurs et les espoirs des insurgés, commandait la définition des principaux objectifs des stratégies concurrentes et constituait le théâtre inévitable des combats attendus. Ce faisant, chacun des deux protagonistes réactivait consciemment des pratiques et des discours élaborés lors des précédentes journées parisiennes, qui s’imposaient à tous comme un répertoire privilégié d’expériences et de références. Objets d’une histoire intime ou familière, les usages, la géographie, les mises en scène de la barricade s’offraient d’abord, en 1851, comme la réitération de conduites fixées, voire codifiées, par la tradition insurrectionnelle parisienne.

4Les barricades de décembre 1851 ne s’imposaient donc pas évidemment à l’historien par leur singularité ou leur étrangeté. D’abord, la seconde République offrait, en février et juin 1848, des dispositifs barricadiers beaucoup plus affirmés, efficaces et spectaculaires, que celui, mal conçu, peu défendu et vite démantelé, qu’avait produit la résistance au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Ensuite l’étude attentive des principaux récits des événements conduisait à constater d’une part l’extrême banalité et la faible inventivité des moyens insurrectionnels et répressifs engagés, qui semblaient se contenter le plus souvent d’une simple et consciencieuse réactivation des modèles antérieurs, d’autre part le caractère irrépressible et presque implacable du cours de l’action, qui ne s’écartait que temporairement et contre les vœux des protagonistes du déroulement attendu.

5Il était donc nécessaire de conduire l’enquête selon les modalités de la ressemblance, de la descendance, voire de la dépendance, à l’égard des expériences antérieures. Il importait de repérer l’enracinement des pratiques et des représentations de la barricade dans une mémoire insurrectionnelle vivace et revendiquée, d’analyser ensuite les contraintes imposées aux conduites et aux discours par le souci de se conformer aux modèles ainsi construits ou d’en éviter les travers les plus manifestes, et de décrire enfin, en suivant le fil de l’action, le destin et le réaménagement de ces figures imposées, dont les deux adversaires hésitèrent toujours à se détacher, même provisoirement, mais qu’ils ne renoncèrent jamais à ressusciter.

La pesanteur des certitudes

  • 1 Mauduit H. de, La révolution militaire du 2 décembre 1851, Paris, 1852, p. 220.

6Le coup d’État du 2 décembre 1851 avait été l’aboutissement d’un long et minutieux travail préparatoire. Louis-Napoléon avait confié l’organisation du plan de maintien de l’ordre et du « système des mesures préventives »1 à la responsabilité conjointe du ministre de la Guerre, le général de Saint-Arnaud, et du préfet de police de Paris, M. de Maupas. Les deux hommes étaient aussitôt tombés d’accord pour reconnaître que la seule réponse sérieuse et envisageable de l’opposition de gauche au coup de force présidentiel était le recours à une insurrection armée de la population parisienne, à ce qu’ils appelaient tous deux « la guerre des rues ».

  • 2 Maupas M. de, Mémoires sur le Second Empire, Paris, 1884, p. 219 : « Dans les mesures que nous arr (...)
  • 3 Maupas de, op. cit., p. 202.

7Leurs prédictions se faisaient même plus précises : il semblait évident que les futurs émeutiers allaient immédiatement, et comme instinctivement, réinvestir les lieux et les pratiques insurrectionnels des journées parisiennes précédentes, qui attestaient, par leur répétition et leur succession, l’existence d’une véritable tradition émeutière, constituée désormais en système de références obligées. Tirant ainsi constamment les leçons des soulèvements antérieurs – notamment ceux de 1830 et de 18482, ils élaboraient les cadres d’une sorte de paradigme insurrectionnel, en fonction duquel il convenait d’ordonner le déploiement des troupes. Ce travail de modélisation dessinait la configuration de leurs attentes et traçait les contours de leur action : il permettait de désigner les lieux, les rythmes, les personnels et les instruments attendus de l’insurrection, qui pouvait ainsi faire l’objet d’un effort préventif, d’un « plan de bataille raisonné »3.

  • 4 Ces rapports, sauf exception, ne sont pas parvenus tels quels jusqu’à nous ; mais on en retrouve l (...)

8L’expérience apprenait ainsi avec certitude que la guerre de barricades serait le mode privilégié, sinon exclusif, de résistance et d’affirmation collective des insurgés. La centralité de la barricade dans les préoccupations et les préparatifs des autorités en découlait logiquement. Mais elle s’y affirmait avec une telle intensité, qu’il est possible d’y repérer les symptômes d’une véritable obsession barricadière. En témoigne clairement le contenu uniforme et monotone des rapports policiers et militaires envoyés régulièrement à la préfecture et au ministère4, qui détaillaient avec précision et obstination la moindre évolution du réseau de barricades. L’attention des observateurs semblait comme happée par l’objet, auquel ils identifiaient et résumaient presque le destin du soulèvement. Son apparition signalait à elle seule le début de l’action, témoignait que l’agitation était brutalement devenue émeute. Sa plus ou moins grande diffusion offrait le meilleur indice pour interpréter la gravité des périls rencontrés et indiquait avec sûreté l’effort répressif à produire. Sa disparition, enfin, dénotait clairement l’essoufflement du mouvement et annonçait le prompt retour de l’ordre. La barricade, véritable stigmate des insurrections parisiennes, concentrait ainsi tout le sens de l’action émeutière. Autour d’elle devait s’articuler l’ensemble du dispositif combattant.

  • 5 Archives militaires de Vincennes. Fl 51. Correspondance générale.
  • 6 Mauduit note que le bâtiment était très fortement gardé, si bien qu’il n’était pas permis aux insu (...)
  • 7 Le Palais de l’Élysée remplaçait alors avantageusement celui des Tuileries, jugé trop proche des q (...)

9Et d’abord la géographie prévisible des affrontements. Les archives militaires conservent la trace du plan de disposition et de répartition des troupes dans l’espace parisien en cas d’insurrection5 : y sont portés avec précision la distribution des régiments, les emplacements initiaux des différentes troupes et les principaux lieux à défendre et à surveiller. Ces indications dévoilent les objectifs attendus des assauts des émeutiers : apparaissaient alors comme particulièrement sensibles les lieux stratégiques qui avaient fait l’objet, lors des précédentes journées, d’attaques répétées et parfois victorieuses : l’Hôtel de ville6, la Préfecture de police, l’Imprimerie nationale, la Poste centrale, et le Palais de l’Elysée7. Leur fragilité historique en faisait les lieux d’une garde particulièrement anxieuse, attentive aux moindres mouvements des émeutiers, tout de suite interprétés comme les signes précurseurs d’une offensive bientôt généralisée – alors qu’il n’en était le plus souvent rien.

  • 8 Place de la Bastille, les soldats occupaient même préventivement les caves et les étages des maiso (...)

10Le plan de troupes dessinait aussi les frontières attendues du Paris émeutier. Il désignait les espaces naturels de l’insurrection, c’est-à-dire le milieu privilégié des barricadeurs. La configuration bouleversée d’un quartier, l’étroitesse de ses rues, la présence de pavés, y renforçaient le risque d’édification de barricades ; mieux, elles l’appelaient, le rendaient inévitable. La barricade semblait comme consubstantielle à la conformation de cet espace. En outre, dans la mesure où des barricades s’y étaient déjà plusieurs fois élevées, ces rues en conservaient comme une trace, une présence, une mémoire, qui appelaient le retour du même. Ces lieux attendus, ces quartiers prédisposés, ils étaient connus de tous : Saint-Antoine, Belleville, Bastille, Saint-Eustache-Les Halles, Temple-Rambuteau, Saint-Martin, Saint-Denis, Château-d’Eau sur la rive droite ; Saint-Marceau, Mouffetard, Panthéon, sur la rive gauche...et faisaient l’objet d’une surveillance accrue8, d’un encerclement systématique. Le dispositif répressif traçait ainsi les contours d’un espace émeutier borné, balisé, circonscrit, dès lors presque rassurant, au-dehors duquel la présence d’une barricade ou d’un insurgé était presque incongrue - donc particulièrement dangereuse.

  • 9 Le docteur Véron rapporte ainsi les paroles de Morny à Saint-Arnaud et Magnan : « Toutes les révol (...)

11Les réflexions préparatoires des forces de l’ordre précisaient aussi la respiration attendue de l’insurrection. L’étude des journées de 1830 et de 1848 induisait la construction d’un modèle de temporalité émeutière, organisé selon un rythme ternaire9 (aux 27-28-29 juillet et aux 22-23-24 février devaient répondre les 2-3-4 décembre), qui permettait de connaître à l’avance les étapes successives de la progression et de la disparition nécessaires des insurrections : la troisième journée apparaissait comme particulièrement déterminante, puisqu’elle avait toujours été marquée par le déclenchement de l’affrontement décisif. Ce cadre temporel organisait les lectures de l’événement et constituait une sorte d’étalon, qui permettait aux meneurs de la répression d’estimer le retard ou l’avancement de la résistance.

  • 10 Maupas avait ainsi à sa disposition les fichiers concernant « les habitués de la guerre des rues » (...)
  • 11 On sait que le préfet de police avait ordonné l’arrestation préventive de 78 personnalités de la g (...)
  • 12 Voir Caron J.-Cl., Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin (1814-1851 (...)
  • 13 « La garde nationale (...) c’est plus qu’un embarras, c’est un constant péril ». Maupas de, op. ci (...)
  • 14 C’est d’ailleurs peut-être surtout leur absence qui donnait lieu aux discours les plus prolixes et (...)

12Les personnels habituels de l’insurrection faisaient aussi l’objet de prévisions détaillées, d’une surveillance attentive10, voire d’une arrestation préventive11. Les plus inquiétants étaient sans conteste les « chefs présumés » de barricades. Membres actifs de sociétés républicaines ou socialistes et d’organisations ouvrières, ils avaient la plupart déjà fait preuve d’une intense activité lors des précédents soulèvements ; cette expérience, leur envergure politique, leur talent oratoire et leur sens de l’agitation, les appelaient naturellement aux rôles de « meneurs » ou d’organisateurs de barricades. Ils encadraient ceux que les autorités appelaient les « professionnels » des barricades : il s’agissait des techniciens de l’insurrection, qui, grâce à leur expérience professionnelle (dans le bâtiment notamment) et émeutière, possédaient une compétence et un savoir-faire barricadiers notoires. La jeunesse des écoles et des facultés, connue pour son enthousiasme et son dynamisme insurrectionnels12, faisait aussi l’objet d’une surveillance vigilante. Enfin, les gardes nationaux, malgré les sévères mesures prises à leur encontre depuis juin 1848, étaient désormais considérés comme des éléments naturellement favorables à l’émeute13, d’autant plus dangereux que certains conservaient encore leurs armes et qu’on leur attribuait une influence déterminante sur le comportement de la troupe régulière. Les conspirateurs avaient donc décidé de les tenir systématiquement à l’écart de la répression et n’allaient jamais cesser de les appeler au calme et au respect de la consigne. Les rapports policiers et militaires notaient systématiquement la présence, le nombre et l’ardeur combattante de ces différentes catégories prédéterminées d’insurgés14.

  • 15 Maupas de, op. cit., p. 406 : « A la satisfaction de vaincre, je préférais de beaucoup le triomphe (...)
  • 16 On avait donc prévu de relever la troupe toutes les huit heures et de veiller systématiquement à s (...)
  • 17 Il s’appuyait ici sur les expériences de Cavaignac en juin 1848 et de Windischgraetz à Vienne en o (...)

13Cet souci prévisionnel devait évidemment faciliter l’élaboration d’une stratégie globale de maintien de l’ordre. Mais le préfet de police et le ministre de la guerre n’avaient pas su tomber d’accord sur un plan d’action unifié. De Maupas plaidait en faveur d’une solution systématiquement préventive15 ; il lui semblait possible d’éviter le développement de toute agitation par une politique d’occupation méthodique du terrain prévisible des affrontements et d’intervention rapide et brutale contre toute tentative d’édification de barricades. De Saint-Arnaud, sans être tout à fait hostile à cette formule, penchait pour une solution plus conforme à « l’esprit militaire » : il fallait éviter de fatiguer les troupes, en prolongeant trop longtemps leur présence dans les rues16, laisser au contraire le soulèvement se développer, avant d’engager le combat décisif qui permettrait l’écrasement systématique et brutal des adversaires17. Malgré ces divergences, le travail de modélisation alors effectué par les forces de l’ordre avait autorisé la mise en place d’un dispositif préventif minutieux et systématique : pour fonctionner convenablement, il impliquait toutefois, de la part des insurgés, le réinvestissement systématique des usages émeutiers ainsi définis.

L’invention d’une stratégie du vide

14Le calme général qui avait accompagné la proclamation du coup d’État et qui avait persisté pendant toute la journée du 2 décembre et une partie de celle du 3, les difficultés rencontrées de façon renouvelée par les insurgés pour déclencher le soulèvement, validaient l’excellence du dispositif répressif, dont le déploiement préventif et les premières interventions contrariaient systématiquement les efforts d’organisation de la résistance armée. Si le plan de maintien de l’ordre avait d’abord si bien fonctionné, c’est qu’il s’articulait convenablement sur les solutions insurrectionnelles immédiatement mises en œuvre par les insurgés. Ces derniers en effet, lorsqu’ils avaient discuté les voies que devait emprunter le soulèvement, s’étaient immédiatement et spontanément référés aux expériences antérieures, celles-là mêmes vers lesquelles s’étaient tournés avant eux les conspirateurs pour organiser leur plan d’action. Ils y trouvaient la justification de leur engagement et les grands axes de leur action ; mais aussi, plus dangereusement, le devoir impérieux de répéter scrupuleusement un modèle insurrectionnel figé dans le respect de la tradition et parfaitement identifié par les forces de l’ordre.

  • 18 Hugo note que le peu de réaction de la population le 2 décembre était une raison de plus à ses yeu (...)
  • 19 Le 2 décembre déjà, des journalistes avaient espéré « renouveler l’exemple mémorable, donné par le (...)

15Le caractère artificiel du soulèvement était renforcé par le manque de spontanéité de la population parisienne : le 2 décembre, la foule, intriguée par les affiches du coup d’État, hésitait à marquer ouvertement son mécontentement. Les cris d’hostilité, parfois proférés, avaient échoué à se prolonger dans l’édification d’une barricade. Le comité de résistance devait donc lui-même engager la dynamique insurrectionnelle et improviser le début de l’action. Les insurgés allaient alors tenter, tout au long de la journée du 3 décembre, de réactiver des figures convenues d’appel à l’insurrection, rejouant avec beaucoup de conviction, mais sans grand succès, des scènes dramatiques et spectaculaires18 tirées des expériences précédentes19.

  • 20 Ténot, op. cit., p. 174.
  • 21 Au moment où l’activité du quartier battait son plein ; car l’acte héroïque et exemplaire envisagé (...)
  • 22 Hugo, op. cit., p. 238 : « Et qui voulez-vous qui soit debout, si le faubourg Saint-Antoine est à (...)

16Le 2 au soir, le comité de résistance avait ainsi arrêté que « le lendemain matin, les représentants devaient se transporter dans les quartiers populeux et commencer eux-mêmes les barricades »20. Le choix du lieu – le faubourg Saint-Antoine, de l’heure – le matin21, et des modalités d’affirmation de la résistance – la construction d’une barricade, n’étaient évidemment pas sans signification. L’échec de la tentative – malgré la mort de Baudin – ne l’était pas moins : le mouvement semblait bien mal parti, puisque le faubourg Saint-Antoine lui-même ne se soulevait pas22. Les autres barricades, élevées sur ce modèle et sous l’autorité des représentants dans les quartiers a priori favorables à l’insurrection, échouèrent également à déclencher une sérieuse agitation. A chaque fois, la troupe, rapidement informée et remarquablement guidée par la police vers le théâtre des opérations, était intervenue rapidement et efficacement.

  • 23 L’action se situait en décembre. La nuit tombait tôt.

17Selon la même logique référentielle, les insurgés tentèrent plusieurs fois de réitérer, sur le modèle de février 1848, les processions de cadavres de combattants morts sur les barricades. En fin d’après-midi, après de brefs combats rue Aumaire, qui s’étaient soldés par la destruction d’une barricade isolée, les insurgés organisèrent une procession aux flambeaux23, où étaient exposés les cadavres sanglants d’un vieillard et d’un jeune homme, abattus ensemble lors de la défense de la barricade. Les manifestants accompagnaient la translation des corps par des chants révolutionnaires et scandaient la marche du cortège de cris en faveur de la République. Outre son symbolisme évident (selon Hugo, il s’agissait en plus du père et du fils, mémoire et avenir de la République), tous les observateurs avaient remarqué la théâtralisation outrancière de la scène : le dévoilement spectaculaire des plaies béantes et des écoulements de sang figés, l’usage dramatique de la lumière des torches, destinée à mettre en relief les visages déterminés des manifestants et les corps inertes des héros morts, et le caractère incantatoire de ce cérémonial funèbre, attestaient l’existence d’un effort de mise en scène rien moins que spontané. Mais, immédiatement repérée par la police, la manifestation était dispersée en quelques instants ; elle avait échoué à emporter l’adhésion ou à susciter l’indignation des spectateurs.

  • 24 En effet, le 4 décembre, l’exposition volontaire et prolongée de cadavres allait être systématique (...)
  • 25 Hugo, op. cit., p. 276.

18Les insurgés avaient évidemment espéré utiliser de la même manière la dépouille du représentant Baudin. Mais, conformément aux dispositions prises par les autorités de la répression, qui avaient prescrit d’éviter, sauf contrordre24, toute exposition publique de corps mort, le cadavre avait été immédiatement confisqué par la troupe, et ne fut rendu à la famille qu’une fois la promesse obtenue qu’il serait rapidement et discrètement (« sans bruit » dit Hugo25) enterré. L’usage politique de la mort spectaculaire et de l’exhibition de cadavre s’affirmait donc ici encore, mais sous la forme inédite d’une concurrence morbide entre les deux camps. Finalement, tous ces appels convenus à l’insurrection avortèrent en se heurtant inévitablement au dispositif de maintien de l’ordre ; contrairement aux attentes initiales, il semblait impossible de propager rapidement l’insurrection, de la fortifier dans les quartiers favorables et d’organiser la résistance autour de la barricade. Le soulèvement semblait s’épuiser dans l’impossible réitération de rituels barricadiers alors devenus inopérants.

  • 26 V. Hugo (op. cit., p. 180) rappelle les grandes lignes de ce plan dans l’Histoire d’un crime : p.  (...)
  • 27 Hugo, op. cit., p. 272.
  • 28 Seule une nécessité tactique pouvait rendre acceptable ce qui était normalement considéré par les (...)
  • 29 Schoelcher note significativement à propos de l’édification de la première barricade : « Personne (...)
  • 30 Voilà le récit d’une patrouille militaire dans le centre de Paris : « A la hauteur de la maison n° (...)
  • 31 « Barricades faites partout, peu défendues, tout de suite refaites, se dérobant et se multipliant (...)
  • 32 X. Durrieu notait significativement, à propos de la première barricade : « Si faible qu’elle fût, (...)
  • 33 Hugo disait ainsi : « On n’avait rien, que des pavés, et l’on en fit sortir des combattants... Il (...)

19Dans la mesure où le modèle d’insurrection convoité tardait à se déclencher, il fallait donc temporiser, inventer d’autres procédures de résistance, une stratégie de la faiblesse, capable d’entretenir et de propager le soulèvement, et de patienter, en attendant les renfort qui lui permettraient enfin de s’affirmer convenablement et de vaincre inévitablement26. La première nécessité reconnue était de préserver les troupes encore peu nombreuses de l’insurrection, en « évitant les engagements décisifs »27, en sachant refuser le combat28. Néanmoins, il était également nécessaire de continuer à affirmer la présence de l’insurrection - exigence a priori contradictoire avec la condition d’abord énoncée. Pour surmonter ce paradoxe, les insurgés avait eu recours à la stratégie de la barricade vide : il s’agissait de continuer à élever des barricades, sans pour l’heure chercher à les défendre sérieusement. Il convenait de les édifier rapidement, sans visée tactique ou stratégique, plus pour signaler un désaveu que pour déterminer une résistance opiniâtre. D’où l’apparition de barricades faibles, mal construites, bancales, édifiées en dépit du bon sens, en des lieux aberrants29, ne joignant pas même les deux rives de la rue, ne s’intégrant nullement à un réseau de défense raisonnée ; barricades peu ou pas défendues30, vite prises, immédiatement démantelées, mais aussitôt reconstruites. Une barricade qui ne constituait pas un obstacle (la troupe la traversait, l’enjambait, l’évitait ou la contournait sans difficultés), pas même une séparation. Une résistance fugitive, éphémère, mais tenace, car récurrente31. Un geste plus qu’une construction, une proclamation32 plutôt qu’une fortification. Une présence obsédante qui se substituait temporairement à un personnel qui manquait encore ; qui n’était pas l’effet ou le moyen de l’insurrection ; mais qui était le moyen de la rendre visible, de la faire advenir. La barricade précédait l’insurrection ; l’insurrection devait procéder de la barricade33.

  • 34 « Il est évident (...) que leur but est de harceler, de fatiguer la troupe ; car ils font des barr (...)
  • 35 Bélouino P., op. cit., p. 179.
  • 36 Esquiros avait rencontré dès le 2 décembre des hommes opposés au système des barricades : « Ils av (...)

20Ce système de barricades avait aussi l’avantage de fatiguer la troupe. Les soldats devaient en effet sans cesse traquer un ennemi fuyant, qui se dérobait, se faufilait, se dispersait34 aisément, mais qui réapparaissait et se recomposait aussitôt. Les patrouilles étaient constamment soumises à une véritable guérilla urbaine, à des tirs isolés35, mais ravageurs, dont il était impossible de déterminer l’origine – un toit, une cave, ou une barricade qui semblait vide, et auquel il était désespérant de ne pouvoir répondre. La ville se transformait en un énorme piège, qui déconcertait et démoralisait d’autant plus qu’on n’était peu préparé à l’affronter. En effet, contrairement aux prévisions initiales, le soulèvement refusait de se laisser circonscrire en un espace balisé36, connu et surveillé, et de fixer le combat autour de la barricade, qui aurait désigné immanquablement les émeutiers aux tirs des soldats. L’insurrection avait conscience de sa faiblesse et ne possédait pas pour l’instant les moyens d’affronter la troupe dans un engagement classique. Elle devait donc se faire insaisissable, impénétrable, indomptable — inintelligible.

  • 37 Hugo, ibid., p. 328 : « Ne point condenser la résistance dans une heure ni dans un lieu, mais (... (...)
  • 38 Mauduit raconte ainsi la scène : « Une Jeanne-d’Arc démagogique s’était posée en héroïne du cirque (...)

21Il fallait aussi étendre le soulèvement, le propager, le disséminer37. Et tout d’abord le faire sortir des quartiers où il restait encore confiné pour le porter à la rencontre des populations nombreuses qui parcouraient alors la ville. Il fallait déplacer l’insurrection vers les lieux publics, vers ces espaces où il était facile de rencontrer cette foule, où il était possible de la prendre à parti, de la travailler, de la retourner, et au sein de laquelle il était toujours possible de se dérober. Les Boulevards, espace a priori impossible pour la barricade, allaient constituer le lieu privilégié de cet effort pour faire sortir l’insurrection de ses territoires habituels, de ces frontières obligées, au sein desquelles la pesanteur des contraintes mentales l’avait pour l’instant enfermée. Le 3 décembre au soir, ces artères populeuses commençaient ainsi à être soumises à une active propagande émeutière, qu’allait prolonger, dans la mâtinée du 4, la construction de barricades destinées à favoriser le contact avec la foule. La barricade se faisait alors tribune, où étaient mises en scène proclamations38 et appels en direction du peuple, injures ou gestes de bravade à l’égard du pouvoir ; loin d’enclore ou de séparer, la barricade favorisait le dialogue avec le public et le déploiement d’une scénographie qui cherchait à susciter la complicité, à provoquer l’accord, à déterminer l’engagement des spectateurs. On espérait la contagion, par sympathie ou par entraînement.

22L’insurrection, en position de faiblesse, sur la défensive, travaillait ainsi à brouiller systématiquement ses contours attendus. Elle prenait des libertés par rapport au modèle initial, abandonné mais toujours désiré, en attendant d’avoir les moyens de le rendre viable.

Assurer la lisibilité des engagements

  • 39 Maupas de, op. cit., p. 204.
  • 40 Ce qui semblait la règle générale en cas de fuite.
  • 41 Des traces noires de poudre sur les doigts pouvaient cependant encore trahir l’insurgé et justifie (...)

23Les organisateurs du coup d’État s’attendaient à voir l’insurrection s’organiser rapidement autour de la barricade, qui présentait le double avantage de fixer l’affrontement en un lieu défini et de désigner clairement les insurgés à l’action des forces répressives. En effet, la population parisienne, malgré les injonctions répétées du préfet, continuait à parcourir en grand nombre les rues de la ville. La présence de cette foule dense, toujours curieuse, souvent agitée, et quelquefois manifestement hostile, gênait considérablement le travail d’identification des émeutiers, préalable indispensable à l’intervention des forces de l’ordre. Les patrouilles, qui surveillaient les quartiers troublés de la capitale, devaient avoir souvent quelques difficultés à distinguer avec certitude un insurgé d’un passant mécontent ou d’un promeneur injurieux. En effet, comme le rappelait Maupas, le combat de rue contre une population de civils n’était en rien comparable à une guerre classique, où les adversaires étaient clairement identifiés par leurs emblèmes et leurs uniformes : dans le cas d’une guerre de ville, le soldat « ne saisit point aussi clairement que sur un champ de bataille le devoir qu’il va remplir »39. La répression était donc particulièrement difficile à mener – et risquait toujours de déraper – faute d’objectifs explicites. Aussi de Saint-Arnaud avait-il ressenti la nécessité d’arrêter des règles permettant de reconnaître à coup sûr un insurgé. C’était l’objet de son célèbre – parce que sinistre – décret du 3 décembre : « Tout individu pris construisant ou défendant une barricade, ou les armes à la main, SERA FUSILLÉ ». Les commentateurs ont surtout remarqué, pour s’en indigner, le caractère inédit de la violence officielle ainsi légitimée ; mais n’ont jamais observé que ce texte avait surtout pour fonction, non tant de préciser les modalités de la répression, que d’en définir les victimes. La définition était pratique, mais singulièrement périlleuse. Le texte assimilait en effet un état – celui d’insurgé – à une situation – le fait d’être au contact d’une barricade, ou de tenir une arme. Un insurgé n’existait donc, aux yeux de la troupe, que dans la seule mesure où il était visiblement en contact avec la barricade ; quand il l’abandonnait – en laissant derrière lui son arme40, il lui était alors facile de redevenir un simple passant, que plus rien ne désignait à la répression41. Aussi, la barricade était-elle le plus sûr, mais aussi le seul moyen de rendre intelligible le combat et d’éclairer le travail de maintien de l’ordre : le dispositif répressif en exigeait le déploiement pour fonctionner convenablement.

  • 42 Magen H., Histoire de la terreur bonapartiste, Londres, 1852, p. 65.
  • 43 Et d’abord, chez Magen et Charras (Enquête sur le 2 décembre, Bruxelles, 1852), tous deux hostiles (...)
  • 44 Magen, op. cit., p. 66.
  • 45 Selon le mot de Magen.

24Or, le 2 décembre, et une bonne partie du 3, les barricades avaient tardé à apparaître. Aux yeux des conspirateurs, ce vide, qui avait pu d’abord rassurer, commençait à inquiéter : il ne signifiait pas nécessairement l’absence d’insurgés ; mais seulement leur refus d’organiser la résistance selon les voies traditionnelles. Ce qui entraînait l’impossibilité de différencier les émeutiers des « bons citoyens », et rendait donc inopérant l’ensemble du dispositif répressif. Comme l’avait bien vu un des opposants républicains : « Il leur fallait des barricades afin de motiver leurs attentes des jours précédents »42. C’est la raison pour laquelle on trouve logiquement, chez certains historiographes de l’insurrection43, la thèse selon laquelle des agitateurs de la société du Dix Décembre avaient reçu de l’Élysée l’ordre de « dresser des barricades afin d’y attirer la population, d’engager le combat, et de s’esquiver après avoir essuyé le premier feu »44. Ces « barricades officielles »45 devaient, en appelant à elles les combattants naturels des révolutions, permettre d’abord le déclenchement de l’insurrection, ensuite la mise en œuvre de la répression. Que le stratagème ait été ou non exécuté par le pouvoir, ces interrogations prouvaient que certains républicains avaient très tôt saisi l’enjeu essentiel que représentait la barricade pour les forces de l’ordre. Par la suite, le système de la barricade vide, initié par les insurgés le 3 décembre, allait encore approfondir le trouble et la confusion des conspirateurs. Cette stratégie bouleversait en effet entièrement leurs prévisions initiales : l’insurrection s’affranchissait définitivement des limites historiques où on l’avait trop tôt circonscrite ; les insurgés, en refusant systématiquement l’engagement traditionnel, échappaient aux recherches des soldats. Sans contours et sans visage, l’émeute devenait sournoisement inquiétante.

  • 46 Maupas de, op. cit., p. 204.
  • 47 Ténot raconte ainsi que l’armée avait fait l’objet d’une préparation psychologique intensive à l’i (...)
  • 48 Maupas note symptomatiquement : « Le soldat qui raisonne cesse d’être un soldat sûr » (op. cit., p (...)
  • 49 Mauduit (op. cit., p. 170) raconte que, en certains lieux, pour prévenir les contacts entre la fou (...)

25Cette situation créait aussi les conditions propices à un rapprochement de la troupe et de la foule, voire à leur fraternisation. Les soldats se trouvaient en effet devant l’impossibilité de combattre, mais devant l’obligation de patrouiller incessamment, le plus souvent en vain, sans objectifs évidents et sans ennemis désignés. Ils se fatiguaient ainsi en marches stériles, en poursuites infructueuses, en accrochages énervants ; puis, découragés, fragilisés, ils prenaient position dans les rues, au contact direct de la foule, dont ils subissaient les assauts pacifiques, mais répétés : la troupe risquait alors de perdre sa cohésion, de se dissoudre et de devenir perméable aux influences de l’extérieur. Des éléments favorables à l’insurrection, que dissimulaient l’anonymat et la cohue de la foule, pouvaient alors en profiter pour s’infiltrer et prendre individuellement à partie les militaires déjà déstabilisés ; des femmes, des enfants, des vieillards, réussissaient à pénétrer habilement les rangs et cherchaient à gagner les soldats46, en leur offrant du vin ou de la chaleur, en en appelant à leur conscience morale ou familiale, ou en colportant les rumeurs...L’unité de la troupe, son respect aveugle de la consigne, son hostilité affichée pour le monde des civils, assurés par l’intense préparation psychologique47 à laquelle on l’avait d’abord soumise et que devait entretenir la fièvre des combats, risquaient de se déliter lorsque n’étaient plus assurées les conditions d’une séparation nette entre les deux univers. Lorsque le soldat était ainsi en passe de redevenir citoyen48, il était alors particulièrement sensible aux tactiques destinées à provoquer la démoralisation ou la réversibilité des engagements. Le danger était alors grand de le voir déserter ou rejoindre le camp des insurgés. Les autorités savaient trop l’extrême importance symbolique du premier régiment qui trahirait et passerait à l’adversaire pour ne pas prendre la mesure des périls49 qui pesaient alors sur le coup d’État : décidément, cette insurrection mal délimitée et mal contenue pouvait s’avérer redoutable

  • 50 Des personnalités, d’abord favorables au coup d’État, prenaient alors leur distance.
  • 51 Louis-Napoléon Bonaparte envisagea même de quitter l’Élysée, qui n’était alors pas menacé, pour le (...)
  • 52 Ténot, op. cit., p. 225.
  • 53 « Je veux surtout donner à l’insurrection le temps de se développer, si elle l’ose ; c’est le seul (...)

26Le 3 décembre au soir, la situation s’affirmait ainsi de manière apparemment paradoxale. L’insurrection avait jusque là surtout révélé ses faiblesses et ses manques : elle se montrait incapable d’engager sérieusement les combats ; édifiait des barricades faibles, peu défendues et facilement prises ; et s’appuyait sur des insurgés invisibles, qui refusaient délibérément l’affrontement. Or, cette défaillance et cette fragilité étaient justement ce qui tourmentait en priorité les autorités : l’absence de barricades et l’insignifiance des engagements inquiétaient terriblement, en rendant inopérant le dispositif de maintien de l’ordre. Les prédictions pour le lendemain venaient amplifier et justifier ces angoisses : on craignait en effet particulièrement ce troisième jour du soulèvement, qui avait déjà vu plusieurs fois la victoire irrésistible des insurgés. Aussi, en cette soirée assombrie, assistait-on, dans les milieux proches du pouvoir, à une irrépressible montée de la peur, qui pouvait même déboucher sur la remise en cause des engagements50 et l’élaboration, au plus haut niveau, d’un plan de résistance et de fuite51. Parallèlement, et contradictoirement, l’espoir renaissait chez les insurgés : la troisième journée serait décisive et favorable à leurs intérêts. Paris semblait enfin retrouver ses réflexes émeutiers : « Paris est parti », « Maintenant qu’un régiment hésite ou qu’une légion sorte, et Louis-Napoléon est perdu » entendait-on dans les rangs de l’émeute52. Cette insurrection inexistante se révélait en définitive particulièrement menaçante. Si on voulait l’abattre, il fallait donc la laisser s’affirmer et s’étendre : telle était la conclusion à laquelle étaient parvenus les conspirateurs en cette soirée déterminante53.

27Les autorités du coup d’État avaient en effet bien appréhendé les dangers de la situation. Il fallait revoir sans délai l’ensemble de la stratégie répressive. Les patrouilles de soldats qui parcouraient continuellement la ville et intervenaient immanquablement contre toute tentative barricadière sérieuse présentaient deux inconvénients majeurs : elles empêchaient la fixation du combat sur les barricades et fatiguaient inutilement la troupe. Pour éviter de retomber dans les pièges des journées de 1830 et de 1848, il importait de clarifier rapidement la situation, de fuir les mélanges troubles et les rapprochements périlleux, et d’identifier distinctement les rôles et les camps : il fallait autoriser l’insurrection à rentrer dans ses cadres traditionnels, à se fixer sur ses barricades habituelles, où il serait enfin possible de venir l’écraser. Ce plan d’action, qui rejetait définitivement le projet « pacifique » de Maupas au profit de la stratégie « militaire » de Saint-Arnaud, avait été discuté et finalement adopté le 3 au soir. Lui seul semblait pouvoir sauver le coup d’État. Il s’organisait autour de quatre impératifs complémentaires.

  1. Un impératif de préservation : il fallait éloigner temporairement la troupe d’un lieu de combat impossible et hasardeux ; éviter de prolonger plus longtemps les patrouilles pénibles et inefficaces et au contraire ordonner aux soldats de retourner se reposer dans leurs quartiers respectifs, dans l’attente de l’affrontement décisif.
  2. Un impératif de lisibilité : il importait de dégager définitivement la rue de tous ses éléments indésirables, pour la réserver entièrement au combat ; il s’agissait d’écarter prioritairement la foule complice et remuante, qui entravait l’action des forces de l’ordre et troublait l’intelligibilité des affrontements. Depuis le début de l’insurrection, plusieurs signes avaient déjà dévoilé le souci récurrent des autorités de mettre un terme aux attroupements, aux regroupements, et à la circulation des curieux sur la voie publique : un arrêté de Saint-Arnaud, en date du 3 décembre, qui invitait expressément les simples passants à rentrer chez eux ; l’énervement répété et croissant des militaires face aux provocations de la foule, qui les avaient entraînés à la charger de plus en plus violemment, d’abord pour l’intimider, ensuite pour la disperser... L’arrêté de Maupas du 4 décembre constituait l’aboutissement de cette volonté de clarification du terrain des affrontements : « La circulation est interdite à toute voiture publique ou bourgeoise (...) Les stationnements des piétons sur la voie publique et la formation des groupes seront, SANS SOMMATIONS, DISPERSÉS PAR LES ARMES/Que les piétons paisibles restent à leurs logis... » Ce texte étendait démesurément les signes de complicité avec l’insurrection : la seule présence sur la voie publique suffisait à désigner l’insurgé et à justifier la répression. L’ordre s’identifiait désormais au vide. Dans cette logique, la fusillade des Boulevards perd son caractère d’étrangeté : l’usage de la terreur vidait littéralement la rue de la foule des curieux et des indécis, pour ne laisser en présence que les seuls combattants. Elle obligeait à redéfinir brutalement les contours et l’identité des deux camps, qui risquaient auparavant de s’estomper ou de se confondre dangereusement : la responsabilité du sang versé séparait irrémédiablement la troupe54 des insurgés. La brutalité, en rendant irréversibles les engagements, assurait la lisibilité des antagonismes, que la barricade devait définitivement matérialiser.
  3. Un impératif de fixation. Il fallait laisser la rue vide aux mains des insurgés, pour leur permettre d’édifier un réseau de barricades suffisamment résistant pour qu’ils envisagent de le défendre sérieusement. Magnan disait ainsi le 3 au soir : « J’abandonne Paris aux insurgés : je les laisse faire des barricades. Demain, s’ils sont derrière, je leur donnerai une leçon »55. Effectivement, il allait livrer Paris à l’émeute jusqu’au lendemain 14 heures, afin d’obliger l’insurrection à s’établir enfin dans un espace étroitement délimité et fermement circonscrit et à se déployer selon les logiques traditionnelles de l’émeute parisienne. Ce plan, en rendant enfin sensibles les frontières entre les deux camps, permettait d’isoler définitivement le mal insurrectionnel, qui menaçait alors de contaminer les troupes. De plus, la barricade, redevenue le théâtre privilégié de l’action des insurgés, les obligeait à se dévoiler franchement au regard des forces de répression, qui pouvaient alors agir efficacement. On comprend alors mieux pourquoi, le 4 décembre au matin, Morny pouvait répondre à ses proches, qu’inquiétait la construction de barricades : « Comment ! Hier, vous vouliez des barricades ; on vous en fait, et vous n’êtes pas content ? »
  4. Un impératif d’unité d’action. Une fois l’ennemi enfin localisé, circonscrit et identifié, il était indispensable d’agir massivement et brutalement, afin d’éradiquer définitivement le péril insurrectionnel.

28Dans son rapport à l’Empereur paru dans le Moniteur Universel du 12 décembre, Magnan rappelait la confiance que lui inspirait alors la mise en œuvre de ce plan d’action : « J’étais sûr de vaincre cette insurrection en deux heures, si elle voulait franchement accepter le combat ». Encore fallait-il, pour que le piège fonctionnât, être certain que les insurgés adopteraient les solutions que leur suggérait ainsi le pouvoir.

Le piège des représentations

  • 56 Hugo, op. cit., p. 359.
  • 57 Ibid., p. 332.

29Le comité de résistance n’avait pas assisté sans méfiance à l’abandon de la ville par les troupes. Plusieurs signes insolites ne cessaient pas d’intriguer : la garde avait inexplicablement délaissé ses postes de surveillance habituels ; les patrouilles de rue avaient brutalement disparu ; un nombre non négligeable de barricades prises par les soldats n’avaient pas été systématiquement démolies, comme le voulait l’usage...Était-ce l’indice d’un affaiblissement soudain du pouvoir ou l’effet délibéré d’une sournoise stratégie, nul ne pouvait encore distinctement le dire. En tout cas, ces rues vides semblaient exiger le déploiement immédiat de barricades et offrir une opportunité inespérée de donner vie à l’insurrection. Certes, le 4 au matin encore, « la majorité des membres du Comité [de résistance] penchait toujours vers un certain ralentissement de l’action, tendant à prolonger la lutte. »56 Mais cet attentisme de rigueur et cette sage prudence n’allaient pas s’imposer longtemps aux insurgés. Un certain nombre d’ouvriers s’étaient en effet présentés à cette réunion et se montraient impatients de combattre sur les barricades ; malgré les réticences initiales, ils furent bientôt rejoints, au milieu d’un enthousiasme communicatif, par la majorité des représentants présents : « Le comité avait beau vouloir enrayer, quelque chose d’irrésistible entraînait les derniers défenseurs de la liberté et les poussait vers l’action. La suprême bataille allait s’engager »57. Sans préparatifs sérieux et sans informations précises sur l’état des forces en présence, les insurgés décidaient donc d’accepter malgré tout un affrontement impossible.

  • 58 Ibid., p. 337.
  • 59 Ténot, op. cit., p. 217-218.
  • 60 Op. cit., p. 41.

30Édifié rapidement et sans concertation, le dispositif barricadier qui se déployait alors dans la matinée du 4 décembre frappait plus par ses défauts et ses faiblesses que par la rigueur de son organisation et la vigueur de ses défenses. La plupart des édifices émeutiers demeuraient en effet mal bâtis, très précaires et souvent largement inachevés ; beaucoup devait ressembler à ces barricades de la rue Saint-Martin, décrites en détail par Victor Hugo : celle qui se trouvait à la hauteur de la rue Meslay n’était qu’un « obstacle momentané. Nulle part les pavés n’y dépassaient la hauteur d’homme. Sur tout un grand tiers de la barricade, ils ne montaient pas au-dessus du genou ». Plus loin, dans la même rue, « les autres barricades étaient plus faibles encore que la première et encore moins défendues »58. Dans l’espace délimité par les Boulevards et les rues Montmartre, Rambuteau et du Temple, où se concentrait l’essentiel des forces de l’insurrection, seuls quelques ouvrages semblaient pouvoir opposer à la troupe une résistance sérieuse : c’était le cas rue Saint-Denis ou au coin des rues du Temple et Rambuteau59. Mais ces barricades imposantes restaient entièrement isolées et ne s’intégraient jamais à un véritable réseau défensif, cohérent, structuré et capable de se recomposer après chaque assaut sérieux. Comme le remarque Durrieu, le dispositif insurrectionnel frappait par sa porosité générale ; il restait coupé « en tronçons, sans communications, sans aucun point de ralliement possible »60. Aussi lorsqu’une barricade bien bâtie et vaillamment défendue résistait à la canonnade et à plusieurs assauts à la baïonnette, la troupe n’insistait jamais bien longtemps, convaincue que l’édifice contrariant serait bientôt tourné et pris de revers.

  • 61 Hugo, op. cit., p. 360.
  • 62 « Une des deux femmes portait un sabre en bandoulière (...) elle s’était coupée trois doigts de la (...)
  • 63 Sur la barricade de la rue Meslay, « les combattants (...) recevaient chaque boulet au cri de Vive (...)
  • 64 Hugo, op. cit., p. 384 : « La barricade se défendit très mal, mais les hommes moururent très bien  (...)

31Malgré ces barricades atrophiées et un rapport de force très désavantageux, les insurgés avaient cependant accepté délibérément et franchement l’affrontement. Contrairement aux barricades vides du 3 décembre, celles du 4, sur les Boulevards ou dans les quartiers habituels des insurrections, accueillaient des défenseurs enfin stabilisés, très déterminés à combattre et clairement identifiés par leurs uniformes, leurs armes ou des emblèmes : les représentants avaient systématiquement ressorti leurs écharpes parlementaires ; le comité de résistance avait demandé aux gardes nationaux présents de revêtir leur tenue61 ; les autres combattants n’hésitaient plus à étaler leurs attributs insurrectionnels, armes hétéroclites brandies ou portées en bandoulière, uniformes incomplets, sales ou déchirés, blessures et saignements fièrement exhibés62, et à poser dignement sur la barricade, aux côtés d’un drapeau rouge ou d’emblèmes séditieux. Les insurgés ne se préparaient plus à l’abandon et à la fuite, qui supposaient une possible ressemblance avec le passant, mais au combat ouvert et déclaré. L’attente anxieuse, qui précédait l’affrontement, permettait la réactivation de scènes traditionnelles de convivialité et de fraternité barricadières : l’identité du groupe s’affichait ostensiblement à travers des gestes (saluts mâles, entraide fraternelle...) et paroles (surnoms, chants et cris fédérateurs...) convenus, et se raffermissait dans le cadre d’une sociabilité, marquée par le repas commun ou le toast unanime au café du coin. Les plus âgés en profitaient pour raconter les épisodes marquants des précédents soulèvements et offrir aux plus jeunes, qui s’échauffaient ainsi au contact de la tradition, des conseils et savoir-faire émeutiers. Surtout, lorsque la troupe apparaissait, les insurgés osaient des scènes de bravade63, où s’affirmait, à travers la provocation, l’injure, l’imprécation ou l’exécration, la volonté de tenir tête. Enfin, lors de l’engagement, les émeutiers quittaient désormais rarement leur rang : il était convenable de combattre jusqu’à l’épuisement, debout, de face et avec acharnement, et d’accepter la mort glorieuse et héroïque, la bonne mort, celle qui atteignait de front et sur la barricade64. Malgré cette résistance résolue et obstinée, l’insurrection allait pourtant être balayée en moins de trois heures.

32L’interprétation de la conduite étrange des insurgés est difficile : héroïsme surhumain, aveuglement suicidaire ou stratégie consciente du désespoir, voilà ce qu’ont conclu les différents commentateurs, tous sensibles au caractère spectaculaire du geste. Il est possible d’avancer une explication complémentaire. La stratégie de la barricade vide avait été acceptée, non sans difficultés et réticences, pour pallier l’impossibilité temporaire d’envisager le déploiement de la stratégie barricadière traditionnelle : une stratégie par défaut, en somme. Aussi, pendant toute la journée du 3 décembre, les insurgés avaient-ils été obligés de brouiller les pistes, de masquer les signes qui pouvaient permettre aux troupes de les reconnaître ; ils avaient dû accepter la fuite lâche, la dissimulation odieuse, le combat détourné. Dans cette logique, le combat sur la barricade ne cessait pas d’être le seul véritablement conforme aux attentes ; la barricade vide révélait et désignait seulement un manque, qu’il importait de combler dès que possible. Or, le 3 au soir et le 4 au matin, s’offrait enfin l’occasion de donner vie à ces aspirations : il était enfin possible de réitérer les usages traditionnels de la barricade, de répéter les gestes et les attitudes des illustres prédécesseurs, de se montrer dignes d’une mémoire admirée et de se conformer ainsi aux représentations de l’insurrection que tous partageaient. A la stratégie prudente, mais honteuse, de la barricade vide, il était alors possible de substituer un combat honorable et satisfaisant.

33Un affrontement transparent et intelligible succédait ainsi à la peu reluisante stratégie du coup fourré et du guet-apens. Sur la scène barricadière, les insurgés pouvaient accepter la confrontation ouverte, faire face, en s’exposant et en se dévoilant. La défense de l’idéal républicain semblait comme inséparable d’un combat droit, franc, direct, enthousiaste, où pouvaient s’affirmer ces figures connues et convoitées qui irriguaient la culture politique des insurgés, celles de la convivialité et de la fraternité combattantes, du courage et de la bravoure militantes, de l’héroïsme et du sacrifice éclatants, dont la barricade était le théâtre obligé. L’ardeur combattante des insurgés s’animait ainsi spontanément à l’évocation ou au contact de la barricade ; elle constituait l’horizon attendu et indépassable de l’engagement émeutier : elle l’achevait et le comblait pleinement en lui permettant de recomposer les gestes, poses et paroles constitutives d’une identité insurrectionnelle fière et militante, jusqu’alors délaissée et comprimée à cause des choix tactiques du 3 décembre. Loin de révéler un choix irréfléchi ou déraisonnable, la réitération de l’affrontement barricadier était au contraire l’aboutissement logique de l’engagement insurrectionnel initial : il permettait aux insurgés de réintégrer les cadres de leur culture politique.

***

34C’est peut-être la persistance et la pertinence de cette culture politique que l’échec des journées de décembre 1851 obligeait à reconsidérer. L’insurrection barricadière avait en effet attesté et prolongé l’existence d’une tradition insurrectionnelle parisienne, qui reconnaissait, sinon la nécessité, du moins la légitimité de l’usage de la violence émeutière comme modalité de (re)-fondation du politique. C’est cette culture barricadière que l’écrasement brutal du soulèvement semblait doublement remettre en cause :

  • d’abord comme stratégie combattante : la procédure insurrectionnelle, devenue incapable d’invention, manquait singulièrement d’efficace et semblait s’épuiser dans l’impossible réitération de pratiques barricadières héritées, désormais constituées en immuables et contraignants rituels politiques. De plus, elle se trouvait maintenant confrontée à un dispositif répressif plus sûr, mieux élaboré, qui possédait une intime connaissance de ses usages figés et se révélait en conséquence capable de l’écraser sans difficultés majeures ;
  • ensuite comme modalité d’institution du politique. En effet, à l’heure où le suffrage universel s’imposait comme instrument privilégié de légitimation des régimes, la pertinence de la violence insurrectionnelle n’était plus aussi évidente : elle risquait désormais d’apparaître comme le résidu arbitraire et insupportable d’une culture politique abolie.

35L’échec de l’insurrection de décembre 1851 marque peut-être ainsi une étape décisive dans le processus de dépérissement de la pratique barricadière, qui avait alors échoué à réactiver sérieusement une violence politique devenue inefficace et inactuelle - inefficace parce que inactuelle, et qui cédait lentement la place à des usages plus pacifiques du politique, fondés sur la reconnaissance et la pratique sincères du suffrage universel, dont Louis-Napoléon, pour l’instant, feignait habilement d’être le plus convaincu des défenseurs.

Notes

1 Mauduit H. de, La révolution militaire du 2 décembre 1851, Paris, 1852, p. 220.

2 Maupas M. de, Mémoires sur le Second Empire, Paris, 1884, p. 219 : « Dans les mesures que nous arrêtions ainsi, le souvenir du passé n’avait pas été sans influence sur nos résolutions. A plus d’un point de vue, la situation créée au Prince, en 1851, par la violente hostilité de l’Assemblée, rappelait la situation faite, en 1830 et en 1848, aux deux gouvernements d’alors par les ardentes attaques des Chambres des députés. »

3 Maupas de, op. cit., p. 202.

4 Ces rapports, sauf exception, ne sont pas parvenus tels quels jusqu’à nous ; mais on en retrouve la trace dans les principaux récits circonstanciés des événements.

5 Archives militaires de Vincennes. Fl 51. Correspondance générale.

6 Mauduit note que le bâtiment était très fortement gardé, si bien qu’il n’était pas permis aux insurgés de tenter un « hurra sur l’Hôtel de Ville, qui sera toujours le point de mire de toutes les insurrections parisiennes ». Op. cit., p. 169.

7 Le Palais de l’Élysée remplaçait alors avantageusement celui des Tuileries, jugé trop proche des quartiers émeutiers.

8 Place de la Bastille, les soldats occupaient même préventivement les caves et les étages des maisons de carrefour, retournant à leur profit la tactique des fusillades de fenêtres, adoptée en juin 1848 par les insurgés et qui fut alors si meurtrière.

9 Le docteur Véron rapporte ainsi les paroles de Morny à Saint-Arnaud et Magnan : « Toutes les révolutions se sont accomplies en trois jours : révolution de Juillet, révolution de Février. Et vous savez pourquoi ? Le premier jour, les troupes se promènent ; la nuit et le second jour, elles se fatiguent, et se démoralisent aux cris de Vive la ligne ! Vivent nos frères ! Le troisième jour, on les désarme et on leur fait subir d’indignes affronts », Mémoires d’un bourgeois de Paris, Paris, 6 vol. , 1853-1855, t. 6, p. 209-210.

10 Maupas avait ainsi à sa disposition les fichiers concernant « les habitués de la guerre des rues », conservés dans les casiers politiques de la préfecture de police, op. cit., p. 323.

11 On sait que le préfet de police avait ordonné l’arrestation préventive de 78 personnalités de la gauche, dont une soixantaine étaient reconnues comme proches du peuple et susceptibles de diriger l’édification de barricades.

12 Voir Caron J.-Cl., Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin (1814-1851), Paris, 1991, p. 392-397.

13 « La garde nationale (...) c’est plus qu’un embarras, c’est un constant péril ». Maupas de, op. cit., p. 211.

14 C’est d’ailleurs peut-être surtout leur absence qui donnait lieu aux discours les plus prolixes et les plus enthousiastes : combien de fois les hommes de la répression, rassurés, ne relevaient-ils pas le faible nombre de blouses présentes dans les engagements ou l’hostilité affichée par les ouvriers à l’encontre des insurgés ? Le Moniteur du 6 décembre montrait ainsi des ouvriers travaillant spontanément au démantèlement des barricades et recomposant la chaussée avec les pavés qui la constituaient !

15 Maupas de, op. cit., p. 406 : « A la satisfaction de vaincre, je préférais de beaucoup le triomphe moral qui consistait à rendre le combat impossible ».

16 On avait donc prévu de relever la troupe toutes les huit heures et de veiller systématiquement à son approvisionnement (en nourriture et en vin).

17 Il s’appuyait ici sur les expériences de Cavaignac en juin 1848 et de Windischgraetz à Vienne en octobre de la même année.

18 Hugo note que le peu de réaction de la population le 2 décembre était une raison de plus à ses yeux « pour étonner et réveiller Paris par un spectacle extraordinaire, par un acte hardi de vie et de puissance collective de la part des représentants de la gauche, par l’audace d’un immense dévouement ». Les références des textes de Hugo renvoient toutes à l’édition des Œuvres complètes publiée sous la direction de J. Seebacher, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1985-1990, tome « Histoire ». Ici : Histoire d’un crime, p. 246-247.

19 Le 2 décembre déjà, des journalistes avaient espéré « renouveler l’exemple mémorable, donné par leurs prédécesseurs, dans des circonstances analogues, le 26 juillet 1830, après la publication des ordonnances » (Ténot E., Paris en décembre 1851. Étude historique sur le coup d’État, Paris, 1868, p. 166). Mais cette tentative de réitération d’un geste historique fut rendue impossible par les préventions des autorités, qui avaient le matin même fait occuper les imprimeries et les sièges des journaux de l’opposition.

20 Ténot, op. cit., p. 174.

21 Au moment où l’activité du quartier battait son plein ; car l’acte héroïque et exemplaire envisagé par les représentants avait nécessairement besoin de publicité. Il se concevait avant tout comme un acte spectaculaire, et non comme une mesure d’ordre stratégique : on avait d’ailleurs significativement attendu d’avoir commencé la barricade pour ressentir la nécessité de se procurer des armes !

22 Hugo, op. cit., p. 238 : « Et qui voulez-vous qui soit debout, si le faubourg Saint-Antoine est à terre ? Qui sera vivant, si le peuple est mort ? »

23 L’action se situait en décembre. La nuit tombait tôt.

24 En effet, le 4 décembre, l’exposition volontaire et prolongée de cadavres allait être systématiquement utilisée par les forces de l’ordre pour prolonger les effets de la répression.

25 Hugo, op. cit., p. 276.

26 V. Hugo (op. cit., p. 180) rappelle les grandes lignes de ce plan dans l’Histoire d’un crime : p. 272-273. Quelques représentants isolés, comme Michel de Bourges, avaient d’ailleurs défendu cette solution dès le 2 décembre.

27 Hugo, op. cit., p. 272.

28 Seule une nécessité tactique pouvait rendre acceptable ce qui était normalement considéré par les insurgés comme une conduite dictée par une lâcheté insupportable.

29 Schoelcher note significativement à propos de l’édification de la première barricade : « Personne ne se demanda si la position était bien choisie ». Schoelcher V., Histoire des crimes du 2 décembre, Bruxelles, 1852, p. 244.

30 Voilà le récit d’une patrouille militaire dans le centre de Paris : « A la hauteur de la maison n° 31 rue Aumaire, [la patrouille] a rencontré une barricade formée de plaintes et de moellons, matériaux de démolition ; personne ne la défendait (...)/Un peu plus loin, rue [Illisible] une barricade était formée avec des voitures et des pavés ; là comme plus haut, pas de défenseurs ». Il décrit une dernière barricade avant de conclure : « Il y a lieu de croire que les 3 barricades auront été reformées après le passage de la patrouille. » Archives militaires, F1 51.

31 « Barricades faites partout, peu défendues, tout de suite refaites, se dérobant et se multipliant à la fois, telle était la stratégie indiquée par la situation ». Hugo, op. cit., p. 272-273.

32 X. Durrieu notait significativement, à propos de la première barricade : « Si faible qu’elle fût, cette barricade restera dans l’histoire. C’était une protestation solennelle, le signal de l’insurrection la plus sainte, la plus légitime contre le plus évident et le plus lâche des crimes ; c’était, en un mot, la dernière tribune où les représentants du Peuple, assez courageux pour s’y montrer, pouvaient encore flétrir l’usurpation ». Durrieu X., Le coup d’État de Louis Bonaparte, Genève et N.Y., s.d., p. 29.

33 Hugo disait ainsi : « On n’avait rien, que des pavés, et l’on en fit sortir des combattants... Il est vrai que ces pavés étaient les pavés de Paris ; pierres qui se changent en hommes ». Hugo, op. cit., p. 433.

34 « Il est évident (...) que leur but est de harceler, de fatiguer la troupe ; car ils font des barricades partout et ne tiennent nulle part. Quand ils sont débusqués d’un point, ils fuient dans toutes les directions et se cachent par groupes de 3 ou 4 dans les anfractuosités des murailles, sous les portes cochères, et attendent que la troupe soit partie pour refaire immédiatement les barricades qu’elle vient d’enlever ». Bélouino P., Histoire du coup d’État. Décembre 1851, Paris, 1852, p. 177.

35 Bélouino P., op. cit., p. 179.

36 Esquiros avait rencontré dès le 2 décembre des hommes opposés au système des barricades : « Ils avaient tous combattu en juin et soutenaient que le système des sorties brusques était très supérieur à celui de la barricade. Il ne faut pas, disaient-ils, localiser l’insurrection ». Hugo, op. cit., p. 542.

37 Hugo, ibid., p. 328 : « Ne point condenser la résistance dans une heure ni dans un lieu, mais (...) la répandre sur le plus grand nombre de points et le plus grand nombre de jours possibles ».

38 Mauduit raconte ainsi la scène : « Une Jeanne-d’Arc démagogique s’était posée en héroïne du cirque olympique sur le sommet d’une barricade et, entourée de deux chevaliers, lisait la proclamation de la Convention rouge » (op. cit., p. 192).

39 Maupas de, op. cit., p. 204.

40 Ce qui semblait la règle générale en cas de fuite.

41 Des traces noires de poudre sur les doigts pouvaient cependant encore trahir l’insurgé et justifier son exécution.

42 Magen H., Histoire de la terreur bonapartiste, Londres, 1852, p. 65.

43 Et d’abord, chez Magen et Charras (Enquête sur le 2 décembre, Bruxelles, 1852), tous deux hostiles à Louis-Napoléon.

44 Magen, op. cit., p. 66.

45 Selon le mot de Magen.

46 Maupas de, op. cit., p. 204.

47 Ténot raconte ainsi que l’armée avait fait l’objet d’une préparation psychologique intensive à l’idée d’une « révolution militaire ». Le but était de les forcer à respecter la consigne « plutôt que leur conscience » (selon le mot de Hugo) ; pour cela, on avait renforcé d’abord l’esprit de corps : « on entretenait par des excitations continuelles cet esprit militaire, qui se traduit par le mépris du bourgeois, la haine de l’avocat, de l’homme de la discussion, le dédain de tout ce qui ne porte pas le sabre et n’obéit pas sans phrases » (op. cit., p. 101 ) ; puis l’esprit de revanche, en les convaincant qu’il leur fallait venger la honte militaire du 24 février 1848. La propagande napoléonienne et la mise en scène continuelle des liens privilégiés existant entre les militaires et Louis-Napoléon (lors de banquets et de revues) travaillaient au même but : isoler l’armée du reste de la société civile et renforcer chez les militaires le respect absolu de la hiérarchie (ce que Saint-Arnaud avait appelé « l’obéissance passive » dans une circulaire à l’armée en date du 1er novembre).

48 Maupas note symptomatiquement : « Le soldat qui raisonne cesse d’être un soldat sûr » (op. cit., p. 204).

49 Mauduit (op. cit., p. 170) raconte que, en certains lieux, pour prévenir les contacts entre la foule et la troupe, « un cordon de fonctionnaires ambulants sépar [ait] le public et le t [enait] à distance » ; le 4 décembre, on utilisait même des canons pointés vers la foule des Boulevards pour les tenir à l’écart des soldats.

50 Des personnalités, d’abord favorables au coup d’État, prenaient alors leur distance.

51 Louis-Napoléon Bonaparte envisagea même de quitter l’Élysée, qui n’était alors pas menacé, pour les Tuileries, plus facilement défendables, et plus convenables pour « abdiquer ».

52 Ténot, op. cit., p. 225.

53 « Je veux surtout donner à l’insurrection le temps de se développer, si elle l’ose ; c’est le seul moyen d’en finir avec elle » affirmait ainsi Magnan le 3 au soir. Maupas de, op. cit., p. 448.

54 Durrieu, op. cit., p. 27 : « Il leur fallait du sang, et ce sang il fallait que l’armée le répandit ; il fallait la compromettre et l’entraîner par un acte de colère et de monstrueuse cruauté ; il fallait qu’une responsabilité ignominieuse la rivât à l’autorité du dictateur ».

55 Maupas de, op. cit., p. 447.

56 Hugo, op. cit., p. 359.

57 Ibid., p. 332.

58 Ibid., p. 337.

59 Ténot, op. cit., p. 217-218.

60 Op. cit., p. 41.

61 Hugo, op. cit., p. 360.

62 « Une des deux femmes portait un sabre en bandoulière (...) elle s’était coupée trois doigts de la main à l’angle d’un barreau de fer ; elle montrait sa blessure à la foule en criant Vive la République », Hugo, Napoléon le Petit, p. 52.

63 Sur la barricade de la rue Meslay, « les combattants (...) recevaient chaque boulet au cri de Vive la République ! mais sans tirer », Hugo, Histoire d’un crime, p. 337.

64 Hugo, op. cit., p. 384 : « La barricade se défendit très mal, mais les hommes moururent très bien ».

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540