Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

Baudin et la barricade du 3 décembre 1851 : histoire et représentation de l'Empire à la République

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

  • 1 Sur Baudin, on lira la notice qui lui est consacrée dans Maitron J. (dir.), Dictionnaire biographi (...)
  • 2 Cf. Rozier-Robin E., « Le souvenir du 2 décembre dans la mémoire républicaine : 1868-1901 », 1848. (...)

1Alphonse Baudin est incontestablement l'une des figures emblématiques de la barricade1. Tué au lendemain du 2 décembre 1851, en tentant de s'opposer au coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, Baudin est figé à jamais dans les mémoires, dressé comme la statue du commandeur face aux fusils des soldats de Louis-Napoléon. La barricade sous ses pieds n'est plus qu'un socle, mais l'homme et l'objet semblent indissolublement liés. Baudin se fond dans la barricade, jusqu'à faire corps avec elle. L'histoire de ce couple, à travers les diverses écritures et représentations qui en ont été faites, mérite qu'on s'y arrête pour comprendre la place et le statut de la barricade dans la mémoire républicaine2.

  • 3 Schœlcher V., Histoire des crimes du 2 décembre, Bruxelles, 1852, 2 tomes, 399 et 384 p., cf. plus (...)

2Représentant de l'Ain, Baudin tente avec quelques députés de soulever la population parisienne. La journée du 2 se passe en réunions, mais sans qu'une décision soit prise. Finalement, au matin du 3 décembre, une réunion se tient à la salle Roysin, à la fin de laquelle un participant s'écrie : « le temps se perd. Mettons nos écharpes ; montrons les représentants à la population, élevons avec elle des barricades. Nous sauverons le pays peut-être, l'honneur du parti à coup sûr. Allons, faisons des barricades »3. Ce propos révèle qu'en 1851 encore, une protestation efficace passe obligatoirement par le recours à la barricade. On n'envisage pas de se porter vers les centres du pouvoir, vers l'Elysée par exemple, ou même vers l'Hôtel de Ville, mais au contraire de barrer une rue et d'attendre les forces de l'ordre, pour se mesurer à elles. En choisissant la barricade, les Républicains optent pour ce qui leur paraît être le terrain privilégié d'action. Il faut s'interroger sur le sens donné à la barricade après le coup d'Etat, car les Républicains entretiennent alors une histoire particulière avec cette arme. Elle ne s'est finalement imposée, comme mode de combat, que depuis vingt ans, lors de la révolution de 1830. Elle a connu ses heures de gloire : juillet 1830 ou février 1848, mais a aussi montré ses limites, en 1832 comme en juin 1848. Néanmoins, aux yeux des Républicains, les mouvements de révolte depuis la chute de l'Empire ont toujours été accompagnés de l'érection de barricades. Le discours du représentant au matin du 3 décembre l'atteste : elles sont le corollaire de toute protestation républicaine. Mais la République installée peut elle encore s'accommoder de cette référence ? Comment peut-on continuer à faire vivre le souvenir de Baudin sans exalter le recours à la barricade, sans promouvoir l'insurrection ? Et que devient la figure de la barricade dans la réécriture de la geste baudinienne ?

Naissance d’un mythe : la mort sur la barricade

  • 4 Sur l'attitude de Schœlcher, au lendemain du 2 décembre, cf. Schmidt N., Victor Schœlcher et l'abo (...)

3Plantons le décor, en suivant l'un des rares témoins oculaires des événements, Victor Schœlcher4. Ayant évoqué la réunion des représentants à la salle Roysin, il raconte :

  • 5 Schœlcher V., op. cit., p. 196-197.

« Nous sortons tous ensemble, criant : « Aux armes, aux barricades ! Vive la constitution ! » En moins de cinq minutes, une centaine de bons citoyens se groupent autour de nous. Il n'en fallait pas davantage. On se mit aussitôt en mesure de faire une barricade en travers du faubourg, aux angles des rues Cotte et Sainte-Marguerite, les premières qui se trouvèrent sur notre route. Personne ne se demanda si la position était bien choisie ; ce que nous voulions tous, peuple et représentants, c'était de l'action. Une voiture de laitière, une autre de boulanger, une grosse charrette et un omnibus furent successivement pris, dételés et renversés. Nous ne pûmes nous procurer plus de matériaux. Sans doute, la nouvelle de notre entreprise fut immédiatement portée en haut et en bas du faubourg et la circulation aussitôt interdite. Impossible d'ailleurs d'avoir ni une seule pierre ni un seul pavé, le temps manqua. Mais rien ne pouvait arrêter notre résolution »5.

  • 6 Duprat P., Les tables de la proscription de Louis Bonaparte et de ses complices, Liège, Redouté, 1 (...)
  • 7 Magen H., Histoire de la terreur bonapartiste. Préliminaires et présages du coup d'Etat. Complémen (...)

4Ce texte est d'une grande richesse, à la fois par ce qu'il révèle sur la construction d'une barricade, mais aussi par ce qu'il suggère de la stratégie des forces en présence, particulièrement de l'armée. Le lieu est important ; le faubourg Saint-Antoine est l'âme du mouvement populaire depuis la Révolution française. Le choix du premier site d'implantation vise à rappeler cette histoire, comme le confirme Pascal Duprat : « On a donné le signal de la lutte. Il est parti de la rue Sainte-Marguerite, du centre même de ce faubourg Saint-Antoine qui devint plus d'une fois la citadelle du droit populaire aux prises avec la royauté »6. Les républicains espèrent y trouver les soutiens les plus fervents parmi la population et entraîner ainsi d'autres quartiers, dans le mouvement. La barricade du faubourg Saint-Antoine est la première érigée ; elle a une fonction d'étincelle. Hippolyte Magen confirme cette idée : « Cette barricade, conséquence des résolutions de la veille, ne pouvait être défendue longtemps ; [...] en la construisant, on ne se proposait pas seulement d'engager une lutte partielle, mais de prendre une initiative, de faire un appel à la population »7. Schœlcher, en évoquant la construction, avait rappelé que personne ne s'était préoccupé de la validité du choix stratégique du terrain. Construite au cœur du quartier populaire de l'est parisien, peu importait en définitive l'endroit. La barricade du 3 décembre est une sorte de butte-témoin. Les républicains investissent la rue, pas tant pour se battre - c'est pourquoi l'emplacement importe peu - que pour marquer leur territoire. Il s'agit, en barrant la rue, d'indiquer matériellement la frontière entre le droit et l'illégalité.

  • 8 Hugo V., Histoire d'un crime, Paris, 1877, rééd. Laffont, 1987, p. 266, « Comme ils arrivaient au (...)
  • 9 Capitaine Hippolyte Mauduit, Révolution militaire du 2 décembre, précédé De la vérité quand même à (...)
  • 10 Belouino P., Histoire d'un coup d'état (décembre 1851), d'après les documents inédits, les pièces (...)

5Butte-témoin plutôt que véritable ouvrage militaire, la barricade l'est aussi par sa construction. On prend ce que l'on trouve dans la rue. Ce sont ici essentiellement des voitures de commerçants. Une autre charrette est également réquisitionnée, sans que Schœlcher, pourtant si précis, en donne le contenu. Victor Hugo parle d'une charrette de fumier8, ce que confirme le capitaine Mauduit, en raillant l'incident : « leur premier fait d'armes fut de se retrancher derrière une voiture de fumier qu'ils aidèrent sans doute, de leurs blanches mains, à renverser en travers de la rue »9. La barricade est ainsi constituée d'un entrelacs de quatre véhicules de bois mis bout à bout. La construction s'arrête là : la circulation est stoppée, empêchant l'arrivée d'autres voitures ; de plus, le temps fait défaut pour procéder au dépavement de la rue. Peut-être aussi manquent-ils de spécialistes et d'outils, car le travail n'est pas aisé10.

  • 11 Hugo V., op. cit., p. 266.
  • 12 Schœlcher V., op. cit., p. 199.
  • 13 Lermina J., Alphonse Baudin, représentant du peuple, mort le 3 décembre 1851, Paris, Armand Léon, (...)

6Les insurgés n'ont pas trouvé de soutien auprès des habitants de la rue qui ont tous fermé boutiques et volets. La barricade ne peut dès lors se nourrir de son mobilier ou de ses matelas habituels. Hugo évoque néanmoins un apport de paniers, destinés à rehausser l'édifice. Le problème de la hauteur est en effet crucial, car la barricade pour être efficace doit faire obstacle, être infranchissable. Or celle-ci ne dépasse sans doute pas un mètre cinquante de haut. Hugo relate : « Schœlcher inspectait tranquillement les voitures renversées. Quand il fut à la charrette de paysan, qui faisait un tas plus élevé que les autres, il dit : - Il n'y a que celle-là de bonne »11. Un autre vice de construction tient à sa longueur : elle est trop courte, elle ne bloque pas la rue « La rue n'était pas entièrement barrée, les deux trottoirs restaient libres »12. Basse et courte, la barricade du faubourg Saint-Antoine n'est donc pas un modèle particulièrement représentatif du genre, à tel point qu'un des premiers biographes de Baudin se demande dix-sept ans plus tard : « Etait-ce même une barricade ? Non. Deux ou trois voitures de maraîchers jetées en travers, au dessus un omnibus que des ouvriers étaient allés prendre chez un charron du voisinage : c'était tout »13. Est-ce à dire que les républicains étaient inaptes à édifier une barricade digne de ce nom, le 3 décembre 1851 ?

7En fait, à l'absence de solidarité entre les habitants de la rue, voire à l'éventuel manque de compétence en matière de dépavage, s'ajoute la question du temps. Baudin et ses compagnons n'ont pas eu celui de monter leur édifice car l'intervention des forces de l'ordre a été immédiate. Schœlcher le confirme : la circulation est aussitôt interdite - par les commissaires de police particulièrement en alerte dans ce quartier sensible. Puis l'armée est avertie :

  • 14 Mayer P., Histoire du deux décembre, avec documents inédits et pièces justificatives, Paris, Ledoy (...)

« On vint prévenir ce général [Marulaz] qu'une barricade se construisait à la bifurcation des trois rues de Cotte, Sainte-Marguerite et du faubourg Saint-Antoine. Trois compagnies du 19e léger, sous les ordres du commandant Pujol, s'élancèrent dans cette direction, c'est-à-dire au devant de la barricade, tandis que le général, à la tête d'un bataillon du 44e, enfilait au pas de course la rue de Charonne pour prendre la barricade à revers »14.

  • 15 A.N., 45 AP 4 (Papiers Rouher), « Instruction pour M. le général en chef [de Louis-Napoléon Bonapa (...)
  • 16 A.N., 45 AP4 (Papiers Rouher), lettre du général de Saint-Arnaud au général Magnan (copie), 13 nov (...)

8L'attitude de l'armée est parfaitement conforme aux ordres donnés préalablement par le général Magnan. Les diverses notes recueillies sur les préparatifs du coup d'Etat révèlent une profonde hantise de la barricade chez les proches de Louis-Napoléon ; on peut même parler de peur panique. Le Président de la République recommande ainsi à Magnan de « s'opposer avec la plus grande énergie à toute barricade, à tout rassemblement ». « Pas un pavé de levé ! ! Ce serait le signal du combat », ajoute-t-il15. Le spectre de juin 1848 est dans tous les esprits, comme le montrent les propos de Saint-Arnaud, ministre de la guerre : « Si l'insurrection se lève, elle se lèvera partout à la fois. Vous verrez comme en juin 1848 les barricades germer pour ainsi dire en même temps, à tous les coins de rue de nombreux quartiers et vous offrir une égale résistance, soit pour aller du centre à la circonférence, soit pour aller de la circonférence au centre »16. Plus loin, le général de Saint-Arnaud envisageait un contournement de la barricade, pour l'attaquer des deux côtés à la fois. Au bruit des premières barricades, le ministre de la guerre réaffirme sa volonté de fermeté :

  • 17 A.N., 45 AP4 (Papiers Rouher), lettre du général de Saint-Arnaud au général Magnan (copie), 3 déce (...)

« Le ministre de l'Intérieur me donne avis que les barricades commencent au faubourg Saint-Antoine. Des représentants sont à la tête des révoltés. Si on le peut qu'on les arrête. Pas de petits postes, des masses, des canons et beaucoup de vigueur. Donnez vos ordres. Laissez bien entamer l'affaire avant de prendre le faubourg entre deux feux »17.

  • 18 Schœlcher V., op. cit., p. 200.
  • 19 Ibid., p. 201.

9Mais, avant même que ces ordres soient donnés, la barricade du faubourg Saint-Antoine était tombée. Schœlcher, conscient de la précarité de son édifice et de la faiblesse de l'armement des hommes qui l'accompagnaient, poursuit : « Que nous importait après tout ? Nous ne comptions guère ni les uns ni les autres, réussir là par les armes. Notre défaite comme combattants, dans la situation du moment, était à peu près certaine18. Le but avoué est de « tâcher d'enlever la troupe en lui montrant des écharpes ». Dans cette perspective, sept des huit représentants présents s'avancent vers les soldats, espérant les convaincre de défendre avec eux la légalité républicaine. Ce projet n'était pas sans fondement, les instructions du ministre de la guerre révélait une crainte de ce type. Ainsi, l'un des objectifs de la barricade semble être de faire sortir l'armée de ses casernes pour la retourner contre le pouvoir. Schœlcher a recommandé au préalable à ses compagnons de ne pas ouvrir le feu. Les représentants franchissent la barricade et s'avancent vers les soldats ; ils forment alors une véritable barrière humaine, protégeant la seconde : « Nous étions tous les sept rangés sur une même ligne »19. Mais la troupe franchit ce premier obstacle en écartant les représentants à la baïonnette, sans chercher à les tuer. Cependant, un des hommes restés derrière la barricade tire et tue un soldat. La compagnie répond par une « seule décharge » qui atteint Baudin.

  • 20 D'après le récit de Schœlcher, source reprise par l'ensemble des histoires républicaines, Baudin r (...)

10Huitième représentant, Baudin n'avait pas suivi ses collègues au devant de la troupe, mais était resté en retrait, sur la barricade. Cette abstention n'a guère été commentée ; faut-il y voir une certaine crainte au moment décisif, une incrédulité face à la possibilité de convaincre les soldats ou plutôt le sentiment que les hommes de la barricade ne devaient pas l'abandonner et la défendre jusqu'au bout20. Que fait Baudin sur la barricade ? D'après les témoignages, tout laisse à penser qu'il s'adresse à l'armée ou plutôt au peuple. La célèbre réponse qu'il aurait faite à un ouvrier : « Vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs », prend alors tout son sens. Elle n'est que la dernière réplique, après une exhortation qui n'a visiblement pas convaincu, l'arrivée de la troupe faisant fuir la plupart des ouvriers présents. La barricade est donc aussi une tribune ; elle est le lieu d'où l'on harangue le peuple. Le carrefour entre deux rues devient un forum. Les parlementaires, Baudin en tête, usent de la seule arme qui leur est familière, la parole. Privé de tribune par la fermeture de l'Assemblée, Baudin retrouve un auditoire dans la rue. La barricade joue donc un rôle essentiel dans l'art oratoire populaire. Baudin meurt non en combattant, mais en parlant, qu'il se soit agi d'une exhortation au combat ou d'une simple protestation.

11La mort de Baudin sur la barricade est essentielle dans la naissance de la légende. L'acte d'héroïsme vient de cette position : il ne peut qu'être sur et non derrière la barricade, à l'image de la Liberté du tableau de Delacroix. Toute la symbolique est contenue dans cette position. La barrière a en effet une double fonction : défensive et offensive. Baudin personnifie ce double aspect ; il défend la loi et la Constitution, mais il est aussi prêt à appeler à la reconquête du pouvoir. La barricade est un instrument de la révolution ; dans l'esprit des Montagnards de 1851, vaincre le coup d'Etat signifie aussi ouvrir la voie à la république sociale. Elle est donc tout à la fois un rempart de la démocratie et une arme de conquête. L'ambiguïté demeure ensuite dans l'histoire du combat républicain. Baudin est tour à tour utilisé dans une perspective offensive ou défensive et, selon les cas, la barricade est plus ou moins présente.

  • 21 Mayer P., op. cit., p. 137.
  • 22 Hugo V., op. cit. p. 271.
  • 23 Hugo V., Napoléon le Petit, chap. VIII et conclusion « Deuil et Foi ».
  • 24 Duprat P., op. cit., p. 52 : « Ce premier meurtre, ordonné par le commandant Pujol, donnait au cou (...)

12Dès le jour de sa mort, les républicains ont tenté de l'utiliser pour soulever le peuple. Elle est immédiatement interprétée comme un sacrifice. Plusieurs représentants se réunissent et décident de voter les honneurs du Panthéon pour Baudin « mort sur la barricade du faubourg Saint-Antoine pour la République et pour les lois ». L'aspect sacrificiel est également perçu par les observateurs bonapartistes, ainsi P. Mayer qui écrit : « le cadavre seul manquait. On en voulut faire un, et un malheureux désigné par le sort, l'ex-représentant Baudin, accepta la mission d'élever la première barricade »21. La barricade devient en quelque sorte un autel sacrificiel, voué à l'holocauste, au sens antique du terme. Selon Mayer, la foule a besoin de sang pour s'enflammer ; il fait d'ailleurs référence aux journées de février 1848 où un coup de feu tiré par un soldat avait entraîné le début de l'insurrection. Hugo lui aussi met implicitement l'accent sur la dimension sacrificielle de la mort de Baudin, en relatant leur dernière rencontre : « Le 2 décembre au soir, je lui avais demandé : Quel âge avez-vous ? Il m'avait répondu : - Pas tout à fait trente trois ans »22. En donnant à Baudin l'âge du Christ sur le point d'être crucifié, Victor Hugo entend marquer la symbolique de cette mort ; elle n'est pas un échec, mais l'annonce d'une prochaine résurrection de la République23. La barricade du faubourg Saint-Antoine devient dans la pensée de Victor Hugo un calvaire. Baudin est l'élu au sein du parti républicain. Isolé des autres représentants, seul sur la barricade, surélevé par rapport aux autres hommes, il semble s'offrir en sacrifice, faire don de sa personne à la cause républicaine - c'est tout l'enjeu de la réponse à l'ouvrier. Dès le 3 décembre, la mort de Baudin, première victime républicaine, est mise en exergue comme symbole de la répression bonapartiste24.

De l'histoire au mythe

  • 25 Par exemple Granier de Cassagnac, ou plus tard Madame Baroche.
  • 26 Voir Zevaes Α., Les débuts de la République et le procès Baudin, Grenoble, B. Arthaud, 1935, 112 p

13La lutte menée contre le parti républicain dans les premières années de l'Empire jette dans l'ombre la figure de Baudin, enterré presque clandestinement le 5 décembre 1851. Il ne disparaît pas pour autant des mémoires républicaines. Il est présent dans la plupart des récits portant sur le coup d'Etat, y compris ceux émanant de bonapartistes qui vont parfois jusqu'à louer son courage25. La libéralisation politique permet la naissance d'un véritable culte à Baudin. Nous nous contenterons ici d'analyser la part de la barricade dans le souvenir de sa mort26.

  • 27 Paris, Armand Chevalier, 1868, 302 p.
  • 28 Ténot E., op. cit., p. 190.
  • 29 Ibid, p. 193.
  • 30 Hugo V, Les Misérables, livre 10 « le fond de la question ».

14En juillet 1868, un rédacteur du Siècle, Eugène Ténot, publie Paris en décembre 1851. Etude historique sur le coup d'Etat27. Sa description de la mort de Baudin reprend pour l'essentiel le récit de Schœlcher, mais il y ajoute des considérations personnelles d'importance : « Le souvenir de cette première barricade de décembre, qui devait être arrosée du sang du représentant Baudin, est demeuré parmi les plus douloureux, mais en même temps parmi les plus fiers souvenirs du parti républicain », puis il développe : « Jamais certainement construction de barricade n'avait présenté un aussi extraordinaire spectacle. On voyait là soldats d'une même foi politique, une centaine d'hommes que les hasards de la naissance ou les accidents de la vie avaient placé à tous les degrés de ce que l'on nomme l'échelle sociale [...] »28. La barricade abolit les disparités, qu'elles soient sociales ou politiques. Cette union des classes est symbolisée par la mort conjointe du représentant Baudin et d'un jeune ouvrier, demeuré anonyme, « dont le sang se mêla à celui du représentant »29. Une telle analyse, sous la plume de Ténot, vise à légitimer le recours à la barricade en décembre 1851, en montrant qu'elle était l'arme du parti républicain dans son ensemble, et non celle des seuls « rouges », comme l'avait laissé entendre les récits bonapartistes. La mort de Baudin contribue à réhabiliter l'usage de la barricade comme arme politique aux yeux des républicains modérés, marqués par les journées de juin 1848. La barricade n'est plus une barrière entre classes, le symbole de la guerre sociale ; le seul obstacle qu'elle dresse est entre les partisans et les adversaires du droit. Comme l'écrit Hugo dans les Misérables, « il y a l'émeute et il y a l'insurrection ; ce sont deux colères ; l'une a tort, l'autre a droit »30.

  • 31 Le ministre d'Etat écrit ainsi au Garde des sceaux le 5 octobre 1868, « Les événements de 1851 ont (...)
  • 32 Madame Baroche, Second Empire : notes et souvenirs, préface de M. Frédéric Masson, Paris, Crès, 19 (...)

15Mais l'association, dans les esprits, de la figure de Baudin et de la barricade, inquiète le gouvernement dès la parution du livre de Ténot dont certains passages sont abondamment cités dans la presse républicaine31. Madame Baroche, peu suspecte de sympathie républicaine, exprime assez bien l'écho qu'eut l'ouvrage lorsqu'elle écrit : « Un des rédacteurs du Siècle, M. Ténot dans l'Histoire du Coup d'Etat, fit de la mort de Baudin un récit dramatique qui eut un certain retentissement »32. C'est alors que naît véritablement le mythe.

  • 33 Affaire de la souscription Baudin. Appel. Seul compte rendu complet recueilli par la sténographie (...)

16Baudin qui était une victime parmi d'autres acquiert le statut de martyr. Il devient l'un des héros de la geste républicaine. Le pouvoir impérial aide à cette transformation, en traînant en justice les républicains qui avaient pris la parole sur sa tombe, puis avaient lancé une souscription dans la presse pour lui ériger un monument commémoratif. Le gouvernement de Napoléon III ne peut laisser se développer l'exaltation d'un héros de la barricade, d'autant qu'elle est orchestrée par les éléments les plus radicaux du parti républicain. Les attendus du procès sont clairs ; la justice les accuse d'« excitation à la haine et au mépris du gouvernement ». Le procureur fait un parallèle tout à fait significatif entre l'appel à manifester sur la tombe de Baudin et certains événements, dont les obsèques du général Lamarque ou la fusillade du 23 février 1848. « Chacune de ces manifestations, dit-il, a précédé de peu une agitation sur la voie publique, quelquefois une émeute, une commotion sociale, une fois une Révolution. Le gouvernement aujourd'hui ne veut pas tolérer une de ces manifestations mortuaires qui font en quelque sorte partie du bagage révolutionnaire, et qui n'ont d'autre but que de troubler la paix publique »33. A la fin de l'année 1868, ce n'est pas tant la personne de Baudin qui est en cause que l'association « Baudin-Barricade ». Or, il est incontestable que les promoteurs du culte rendu à Baudin ne sont pas insensibles à l'appel aux armes que suggère son nom.

  • 34 Allain-Targé F., La République sous l'Empire. Lettres (1864-1870), Paris, Grasset, 1939, 225 p., c (...)
  • 35 Cf. Dessal M., Un révolutionnaire jacobin, Charles Delescluze 1809-1871, Paris, Marcel Rivière, 19 (...)
  • 36 Lermina J., op. cit., p. 9. Selon Tchernoff I., op. cit., p. 191, Baudin s'était imprégné des idée (...)

17Les plus radicaux des républicains voient en lui le représentant dressé, les armes à la main, contre l'Empire. Les plaidoiries de Laurier ou de Gambetta au procès Baudin vont dans ce sens, comme le rappelle Allain-Targé, relatant le procès dans une lettre à son père : « Laurier a été très beau, très raide. Il a annoncé à l'Empire que nous le châtierions, que nous étions tous républicains, prêts à le combattre sur la barricade ou dans la presse à son choix »34. Baudin est alors annexé par l'extrême gauche du parti. Delescluze propose ainsi aux républicains, lors des élections de 1869, de présenter dans toutes les circonscriptions parisiennes le frère aîné de Baudin, Georges, qui n'est finalement candidat que dans le XIe arrondissement, lieu symbolique puisqu'il a vu tomber son frère35. C'est le député montagnard qui est ici exalté. Du reste, dans une courte biographie qu'il publie en 1868, Jules Lermina avait insisté sur cet aspect : « Baudin était, ou plutôt se disait communiste [...] ; il voulait la révolution sociale »36.

  • 37 Plaidoirie en faveur de Delescluze devant le tribunal de la Seine, le 14 novembre 1868, citée par (...)

18Les républicains modérés sont réticents face à cette utilisation de la figure du représentant décédé. Au montagnard, ils préfèrent le défenseur du droit. Certes, ils ne peuvent alors faire abstraction de la barricade, mais on donne à Baudin une allure pacifique. Un tableau, peint par Pichio en 1869 et exposé au salon de 1870, le montre sur une barricade faite d'un entrelacs de bois et de pierres, ceint de son écharpe de représentant, tenant dans sa main un livre et s'adressant au peuple, dans un geste d'apaisement. Il perd ainsi tout aspect belliqueux, sa seule arme est un livre, sans doute le texte de la constitution, au moyen duquel il entend convaincre le peuple de l'illégalité du coup d'État. Le message est clair en 1869 ; le combat contre l'Empire peut être gagné dans la légalité, sans recourir à la force. La barricade n'est plus alors qu'allégorique. Il ne s'agit pas d'attaquer le régime par les armes, mais de lui opposer, comme Baudin en 1851, la « barricade du droit », selon l'expression utilisée par Gambetta dans sa plaidoirie en faveur de Delescluze37. On assiste alors à la transformation du représentant en barrière humaine ; il se dresse face au soldat, élevant de ce fait la piètre construction édifiée à ses pieds.

  • 38 Cf. Nicolet C, Rome et la conquête du monde méditerranéen, t. 1, Les structures de l'Italie romain (...)
  • 39 Larousse P., Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, Paris, Larousse et Boyer, 1867, t. 2, p. (...)
  • 40 Elle représente seize colonnes et a été rajoutée en tête du tome 2 de l'édition de 1867.

19Dans l'imaginaire, il finit même par se muer en magistrat romain. Le représentant du peuple prend l'aspect d'un tribun de la plèbe – personnage inviolable qui avait le pouvoir de s'opposer à tout acte d'un magistrat, y compris d'un dictateur et dont le meurtre était par conséquent un sacrilège38. Cette transfiguration est due en particulier à Pierre Larousse qui avait consacré dans son Dictionnaire une petite notice à Baudin, dans laquelle il rappelait avoir été témoin de sa mort, le 3 décembre39. Dans cet article, il le décrivait « enveloppé de son écharpe de représentant ». Deux ans plus tard, après les remous suscités par l'affaire de la souscription, Larousse rédige une notice beaucoup plus longue qu'il adresse aux souscripteurs40. La fin de Baudin est ainsi décrite : « Sept des représentants marchent vers les soldats, tandis que Baudin, comprenant l'inutilité de cette démarche, escaladait la barricade et s'enveloppait d'un drapeau, attendant fièrement la mort ». L'écharpe est devenue drapeau, comme si le drapeau du tableau de Delacroix avait fini par s'enrouler autour de Baudin. Drapé dans sa toge tricolore, il attend la mort, tel un martyr de la cause républicaine.

  • 41 On sait depuis les travaux de Maurice Agulhon, Marianne au combat. L'imagerie et la symbolique rép (...)

20Dans cette perspective, la barricade n'est plus symbole d'insurrection ; elle est lieu d'immolation et rempart face à l'illégalité. Baudin incarne ainsi à la fois le droit et la République41. Cette dernière image finit par se superposer à celle du combattant de la révolution sociale, mais sans jamais l'effacer, comme le montrent les diverses utilisations de la figure de Baudin sous la IIIe République.

  • 42 Delescluze avait été fortement impressionné par la mort de Baudin, au point, en quelque sorte de l (...)
  • 43 La méfiance de la IIIe République naissante à l'égard de la barricade se retrouve dans le refus du (...)

21En décembre 1871, une première commémoration se déroule au cimetière Montmartre. Un monument est érigé sur la tombe de Baudin, conformément à la souscription lancée trois ans plus tôt. Dû au sculpteur Millet, il représente un gisant, le front troué d'une balle, en redingote, portant son insigne de représentant, avec cette inscription : « A Alphonse Baudin, Représentant du Peuple, mort en défendant le Droit et la Loi, le 3 décembre 1851 ». L'inscription est très révélatrice du souci de masquer toute référence à la lutte armée ; la barricade n'apparaît pas, et l'on a choisi un terme neutre « mort », plutôt que « tué ». Le contexte récent de la Commune explique cette retenue, mais il n'empêche que derrière les silences, la barricade est sous-jacente. Il est même symbolique que l'on honore ainsi la victime d'une guerre civile, six mois seulement après la mort de l'initiateur de la souscription, Delescluze, également tué sur une barricade42. Comment ne pas effectuer le rapprochement et ne pas voir dans la commémoration de la mort de Baudin, le député montagnard, un hommage rendu aux victimes de la Commune43 ?

  • 44 Rouquette J., Baudin, Panthéon démocratique, n° 1, Paris, Bureau des Sociétés contemporaines, 16 p (...)
  • 45 Ibid., p. 6. Cette participation n'est pas attestée. Foras P., op. cit., en doute.
  • 46 Delord T., Histoire illustrée du Second Empire, Paris, Librairie Germer Baillière, s. d., t. 1, 62 (...)
  • 47 Reganey n'idéalise pas la barricade, la présence des paniers semblant indiquer qu'il suit le récit (...)

22Néanmoins la personne de Baudin dépasse les frontières de l'extrême gauche et demeure une des figures emblématiques du parti républicain en ces heures de lutte contre l'Ordre moral – mais d'un parti républicain bien ancré à gauche. Jules Rouquette inaugure une série intitulée le « Panthéon démocratique » par une biographie de Baudin44. Or l'auteur ne gomme pas du tout les idées radicales de son héros ; il le décrit même comme « un des orateurs socialistes les plus ardents » sous la seconde République, le fait participer à la journée du 15 mai 184845, et cite quelques-uns de ses discours à l'Assemblée législative. Il rappelle enfin son détachement vis-à-vis de la religion. Symbole de la défense de la République, Baudin offre aussi cette image d'ancien montagnard. Dans l'édition illustrée de l'Histoire du Second Empire, de Taxile Delord, une gravure de Reganey saisit Baudin, à l'instant de la mort46. Dressé au premier plan, sur une barricade faite d'une charrette renversée et de paniers47, vêtu d'une redingote, ouverte sur son écharpe, il vient d'être frappé par la décharge ; on aperçoit un soldat, le fusil en joue. Au loin se profile la colonne de la Bastille. L'illustration met l'accent sur la répression orchestrée par le régime impérial, sans gommer toutefois le caractère belliqueux de la barricade.

  • 48 A.N., F1 cI/168, Le ministre de l'intérieur au préfet de la Seine, 10 mars 1879.

23Le souvenir de Baudin reste donc toujours attaché à l'objet barricade, si prompt à rappeler les combats de la Commune. Ainsi, lorsque le conseil municipal de Paris décide en 1878 de poser une plaque commémorative sur la maison devant laquelle il est mort, des réticences se font jour. Dans un premier temps, le gouvernement ne donne pas suite, puis après l'arrivée des républicains au pouvoir en janvier 1879, le conseil insiste, mais le préfet de la Seine reste sceptique, rappelant que la mort de Baudin est certes un fait historique, mais qu'il n'a été qu'une victime parmi d'autres. Malgré tout le ministre de l'Intérieur lui répond « que la mesure proposée par le Conseil municipal n'avait pas seulement pour but de rappeler un fait historique, mais de rendre un hommage public à la mémoire de l'ancien représentant »48. La plaque est posée le 14 mai 1879. On peut y lire : « Devant cette maison est tombé glorieusement Jean-Baptiste Alphonse Baudin, représentant du peuple pour le département de l'Ain, tué le 3 décembre 1851 en défendant la Loi et la République ». Le choix des termes et leur redondance : « tombé glorieusement », « tué », montre que l'accent est mis sur l'acte de résistance. Peu à peu la barricade refait surface, par cette évocation claire des conditions de sa mort.

  • 49 Α.Ν., F1cI/168, Le préfet de la Seine au ministre, 21 avril 1881. Denis Dussoubs était le frère du (...)
  • 50 A.N., F1cI/172.

24Elle est encore plus nette lors d'une autre manifestation, l'attribution du nom de Dussoubs à une rue de la capitale – curieusement Paris ne donne pas le nom de Baudin à l'une de ses rues. Lorsque le conseil municipal honore Dussoubs, il l'associe à Baudin : « Denis Dussoubs-Gaston, comme Alphonse Baudin, est mort en protestant, au nom du droit et de la loi, contre la criminelle entreprise du deux décembre. Il a été frappé rue Montorgueil, c'est-à-dire à quelques pas de la rue pour laquelle son nom est réclamé »49. Si Paris ne lui accorde pas de rue, en revanche trois communes de la Seine se servent de son nom dans les années 1882-1884, ce sont Courbevoie et Montreuil-sous-Bois en 1882, et le Pré-Saint-Gervais en 188450.

  • 51 A.N., F1cI/137, arrêté du maire de Nantua du 22 décembre 1880.
  • 52 A.N., F1cI/137, Délibération du conseil municipal de Bourg du 7 mai 1880.

25Mais c'est finalement en province que l'hommage à l'homme-barricade est le plus nettement affirmé. A Nantua, le conseil municipal décide le 9 décembre 1879 d'apposer une plaque sur sa maison natale et d'attribuer son nom à une rue, « considérant que de tous les héroïsmes nul n'est plus universellement glorifié que celui d'Alphonse Baudin, né à Nantua, tombé sur les barricades de Paris le 3 décembre 1851 en défendant la loi »51. La ville de Bourg est encore plus explicite dans la glorification des conditions de la mort, puisqu'à l'entrée de la rue qui doit porter son nom est apposée une plaque de marbre où l'on peut lire : « Alphonse Baudin, né à Nantua (Ain), Représentant de l'Ain en 1849-51, tué le 4 décembre 1851, sur la barricade, Saint-Antoine, en défendant la loi contre le coup d'État du dernier Bonaparte »52. Il est clair qu'en province, la barricade n'a pas la même connotation qu'à Paris. Même au début des années 1880, on la dissimule lorsqu'on évoque Baudin à Paris alors qu'en province elle fait intégralement partie du décor de sa mort. Sa perception, dix ans après la Commune, divise encore le parti républicain.

  • 53 Sur la signification de cette « statuomanie », cf. les analyses pionnières de Maurice Agulhon, « L (...)
  • 54 Article du 10 septembre 1888, cité par Jean El Gammal, Recherches sur le poids du passé dans la vi (...)
  • 55 Lettre de Georges, Victor et Félix Baudin, fils de Georges, au directeur de l'Abeille, 27 septembr (...)

26La difficulté réside dès lors pour les républicains du gouvernement dans la manière de glorifier la figure de Baudin, rempart face à la dictature, sans exalter la barricade, symbole d'insurrection et de révolution sociale. Ce dilemme se retrouve en 1889 lors de la panthéonisation du représentant. Ce dernier a retrouvé une forte actualité dans le contexte de la crise boulangiste. En septembre 1888, Nantua, sa ville natale, lui érige une statue due au sculpteur Lebègue ; elle le représente debout sur la barricade, ceint de son écharpe tricolore, la main gauche posée sur la poitrine, le bras droit levé vers le peuple, en signe d'apaisement53. La référence à la barricade n'est pas gommée, même si celle-ci est symbolisée par des pavés nullement présents en décembre 1851. L'attitude de Baudin exacerbe son côté pacifique, ce qui n'empêche pas certains adversaires des républicains de vouloir démythifier le héros de la barricade, perçu comme un factieux. Ainsi, dans le journal L'Autorité, Paul de Léoni le montre à la tête d'une « bande » désordonnée, accusant même la balle mortelle d'avoir été tirée par les insurgés54. A Nantua, ses neveux reprochent au journal l'Abeille, qui a lancé la souscription, de travestir la réalité en supposant que leur oncle ait pu envoyer son frère Camille « soulever les étudiants de l'école de Médecine »55. Selon eux, « c'était un républicain entier, total, sans restriction et sans compromission » ; il n'était donc pas un révolutionnaire. On le voit, la place faite à la barricade est tout à fait centrale pour comprendre le sens donné à la commémoration de la victime du 3 décembre.

  • 56 Cf. Rozier-Robin E., op. cit., p. 102.
  • 57 La Nièvre s'est particulièrement mobilisée, d'autant plus que ce 2 décembre 1888, Boulanger présid (...)

27La crise boulangiste permet cependant de faire taire les dissensions sur ce thème, au moins à l'intérieur de la famille républicaine. Les cérémonies au cimetière Montmartre, le 3 décembre, qui avaient perduré depuis la fin de l'Empire, prennent en 1888 un tour particulier. Le conseil municipal de Paris, dominé par les radicaux, appelle les Parisiens à manifester ce jour-là leur attachement à la défense de la République56, un mois avant une élection partielle que Boulanger menace d'emporter. La manifestation revêt une ampleur particulière, d'autant que de nombreuses municipalités de province ont envoyé des délégations57. La célébration est soigneusement encadrée pour éviter une récupération par la gauche du parti républicain, mais il n'empêche que Baudin reste un symbole de l'aile radicale du parti, comme le montrent ces phrases du socialiste Lissagaray, jamais prononcées, citées par Edith Rozier-Robin :

  • 58 Lissagaray, « Ce qu'il faudrait dire sur la tombe de Baudin », cité par Rozier-Robin E., op. cit., (...)

« Ce n'est pas le silence que vous cherchez, génération nouvelle... Ce n'est pas un hommage d'impuissants et de résignés, c'est un acte de vie que vous prétendez apporter sur cette tombe. Mourir pour la République n'est pas un mot d'ordre en République. Comment faire vivre la République et vivre libre par elle, voilà ce que vous voulez savoir »58.

28Pour Lissagaray, la République n'est pas une fin en soi ; elle doit permettre l'émancipation des travailleurs que Baudin avait aussi souhaitée. Il ne s'agit plus, en 1888, d'appeler le peuple à prendre le pouvoir par les armes, mais de redire le sens de la barricade dans le combat ouvrier. Pour la gauche du parti, Baudin est mort pour que vive une République sociale.

  • 59 Sur le contexte de ces manifestations du centenaire, cf. Ory P., « Le centenaire de la Révolution (...)
  • 60 A.N., F1cI/187B, translation au Panthéon, Procès-verbal de la séance du 24 novembre 1888 à la Cham (...)
  • 61 Ibid.

29Quoi qu'il en soit, les républicains opportunistes ont alors besoin du symbole que représente Baudin ; ils s'y rallient donc comme leurs aînés l'avaient fait à la fin du Second Empire et acceptent d'envisager son entrée au Panthéon, à l'occasion du centenaire de la Révolution59. Ils le font d'autant plus volontiers que les boulangistes, conduits par l'ancien radical Laisant, proposent aussi la panthéonisation de Baudin60. Cette proposition ne doit pas surprendre dans la mesure où les députés boulangistes qui la signent proviennent tous de l'extrême-gauche radicale ou socialiste. Le gouvernement réagit en suggérant l'association quelque peu insolite de Baudin à trois hommes de la Révolution, Carnot, Hoche et Marceau. Après avoir longuement évoque ces trois hommes, Barodet, qui dépose la proposition de loi au nom de cent trente parlementaires, ajoute incidemment : « Nous demandons que les cendres de ces grands hommes soient transférées au Panthéon et nous demandons le même honneur pour les cendres du représentant Baudin, qui mourut, le 3 décembre 1851, pour la défense de la République »61. Baudin ressoude donc à gauche opportunistes et radicaux contre le danger boulangiste – Barodet évoque la « réprobation du césarisme » et l'« affermissement de la République » – mais tout est fait pour éviter la référence au combat de rue.

  • 62 Ibid., le chef de cabinet au ministre de l'Intérieur, 8 juillet 1889.
  • 63 A.N., F1cI/173, Délibération du conseil municipal d'Issy du 21 avril 1894.

30La cérémonie du Panthéon doit être une manifestation d'unité nationale. Alors que les chambres avaient décidé que la translation aurait lieu le 14 juillet, le 10 août ou le 22 septembre, le gouvernement choisit le 4 août, car il veut éviter toute polémique. Or, comme l'écrit le chef de cabinet du ministre de l'Intérieur : « cet anniversaire rappelle une tentative de concorde, d'oubli des querelles politiques, d'abandon des privilèges, et fixe la fin du régime féodal. Son souvenir ne blesse aucune opinion et semble contenir une pensée d'apaisement et d'union qui pourrait être utilement invoquée dans les discours qui seront prononcés »62. Autre signe de ce souci d'apaisement, le choix de l'inscription devant figurer sur la tombe de Baudin. Un premier projet rappelait les circonstances de sa mort : « Mort - sur les barricades le 3 décembre 1851 », on lui préfère finalement : « mort pour la liberté ». La dissimulation de la barricade marque à l'évidence la volonté de taire toute allusion à la guerre civile. Cette panthéonisation ne fait pas pour autant disparaître l'ambiguïté de la figure de Baudin. Certes sa mémoire continue à être honorée par les républicains, mais ces hommages viennent en général de la gauche radicale, voire socialiste. Ainsi la municipalité d'Issy-les-Moulineaux, en 1894, attribue son nom à une rue, en choisissant de mettre l'accent sur le fait qu'il fut « tué [...] en essayant de soulever les ouvriers du faubourg Saint-Antoine contre le coup d'Etat »63.

31Mais l'aura de Baudin est loin d'être nationale, preuve qu'il n'est pas l'une des figures les plus marquantes du panthéon républicain. Au-delà de la Seine, les départements qui lui rendent hommage sont essentiellement ceux qui ont été marqués par une rude répression au lendemain du 2 décembre et ont conservé un fort ancrage à gauche, ainsi la Haute-Vienne, l'Allier et surtout la Nièvre où Baudin connaît une grande faveur dans les petites villes des bords de Loire. En 1901, le cinquantenaire de sa mort est même l'occasion pour les radicaux de Cosne-sur-Loire de lui ériger une colonne, ce qui leur attire des reproches d'électoralisme formulés par les républicains modérés. Il est vrai que Cosne pouvait s'appuyer sur le modèle parisien où une ultime commémoration eut lieu en faveur de Baudin.

  • 64 Cf. Hargrove J., Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et sur le (...)

32Décidée par le conseil municipal de Paris, à majorité nationaliste, l'installation d'une statue dédiée à Baudin, sur les lieux de sa mort, est récupérée par le gouvernement de Défense républicaine, dans lequel siège Pierre Baudin, son neveu. Baudin doit permettre une nouvelle fois de ressouder la gauche face au péril plébiscitaire, mais le succès est mitigé. Sa fonction de défenseur des institutions est quelque peu usée de même que son prestige d'ami des ouvriers. Les diverses crises politiques ont montré que le régime pouvait se défendre par lui-même, sans recours à la barricade. Quant aux luttes sociales, elles ont changé de perspectives. Le développement du socialisme et du syndicalisme relègue dans l'ombre cette figure de démocrate-socialiste. Par ailleurs, la barricade n'est plus l'arme privilégiée du combat social. Elle apparaît donc, au début du xxe siècle, comme une sorte d'archaïsme. Souvenir d'une histoire de luttes sociales, la figuration de la barricade n'évoque plus l'appel aux armes comme ce fut le cas encore après la Commune. Elle n'effraie donc plus. La statue édifiée à Paris en 1901 en l'honneur de Baudin illustre parfaitement cette évolution. Elle met en scène la barricade, sous l'apparence de quelques pavés entassés avec ordre, comme un décor quasi obligé. Quant à Baudin lui-même, en redingote, le chapeau à la main, l'autre bras le long du corps, la tête et le torse dressés, il offre l'image d'un notable républicain, peu suspect de vouloir fomenter la guerre civile64.

  • 65 Cf. Amalvi Chr., Les héros de l'histoire de France. Recherche iconographique sur le panthéon scola (...)

33L'image de Baudin suit en définitive l'évolution du radicalisme ; elle perd au fil des ans de sa consonance subversive, au point d'être désormais associée sans difficulté à la barricade, mais celle-ci se discipline. De l'entrelacs de charrettes, il ne reste rien, remplacé par quelques pavés qui, à Nantua comme à Paris, ont pour unique fonction de symboliser une barricade qui n'est plus qu'un élément du paysage mental des contemporains. L'ambiguïté de la figure de Baudin disparaît. Désormais on l'associe seulement à la lutte contre le régime bonapartiste, image que conservent également les manuels scolaires de la IIIe République65. Dès lors la figuration de la barricade n'est plus utile. Baudin, à force d'être associé à cette image, l'a en quelque sorte absorbée, au point de n'être plus lui-même qu'une barricade humaine.

Notes

1 Sur Baudin, on lira la notice qui lui est consacrée dans Maitron J. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Première Partie, 1789-1864, De la Révolution française à la fondation de la Première Internationale, Paris, Les Editions Ouvrières, t. 1, 1964, p. 168-169. On la complétera par la biographie informée de Pierre Foras, Le docteur Alphonse Baudin cet inconnu 1811-1851, Thèse de médecine de l'université Claude Bernard de Lyon, Lyon, Imprimerie Nouvelle Lyonnaise, 1975, 108 p.

2 Cf. Rozier-Robin E., « Le souvenir du 2 décembre dans la mémoire républicaine : 1868-1901 », 1848. Révolutions et Mutations au xixe siècle. Bulletin de la société d'histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du xixie siècle, 1985, p. 87-113.

3 Schœlcher V., Histoire des crimes du 2 décembre, Bruxelles, 1852, 2 tomes, 399 et 384 p., cf. plus particulièrement p. 195.

4 Sur l'attitude de Schœlcher, au lendemain du 2 décembre, cf. Schmidt N., Victor Schœlcher et l'abolition de l'esclavage, Paris, Fayard, 1994, p. 150.

5 Schœlcher V., op. cit., p. 196-197.

6 Duprat P., Les tables de la proscription de Louis Bonaparte et de ses complices, Liège, Redouté, 1852, t. 1, p. 52.

7 Magen H., Histoire de la terreur bonapartiste. Préliminaires et présages du coup d'Etat. Complément des débauches prétoriennes à Paris et dans les départements, Londres/Bruxelles, W. Jeffs/J.H. Briard, 1852, p. 58.

8 Hugo V., Histoire d'un crime, Paris, 1877, rééd. Laffont, 1987, p. 266, « Comme ils arrivaient au point où les rues Sainte-Marguerite et de Cotte aboutissent l'une à l'autre et coupent le faubourg, une charrette de paysan chargée de fumier entrait rue Sainte-Marguerite. - Ici, cria de Flotte. Ils arrêtèrent la charrette de fumier et la renversèrent au milieu de la rue du faubourg Saint-Antoine ».

9 Capitaine Hippolyte Mauduit, Révolution militaire du 2 décembre, précédé De la vérité quand même à tous les partis et de curieux entretiens avec le prince Louis-Napoléon, Paris, Adolphe Delahays, 1852, p. 159.

10 Belouino P., Histoire d'un coup d'état (décembre 1851), d'après les documents inédits, les pièces officielles et les renseignements intimes, Paris, Brunet, 1852, 491 p. Page 167, l'auteur rapporte : « Quelques heures avant l'attaque de la barricade, un autre représentant avait voulu forcer les Auvergnats ferrailleurs de la rue de Lappe et des environs à donner des outils pour dépaver les rues. Ces braves gens, qui se souvenaient qu'on leur avait volé plus de 80 000 F de fer en février, s'étaient concertés pour résister ».

11 Hugo V., op. cit., p. 266.

12 Schœlcher V., op. cit., p. 199.

13 Lermina J., Alphonse Baudin, représentant du peuple, mort le 3 décembre 1851, Paris, Armand Léon, 1868, 31 p. Hübner évoque aussi dans son journal, à la date du 3 décembre, la précarité de l'édifice : « Dans le centre de la ville, on a érigé quelques misérables barricades, aussitôt prises par la troupe. Un nommé Baudin fut tué », Comte de Hübner, Neuf ans de souvenirs d'un ambassadeur d'Autriche à Paris sous le Second Empire 1851-1859, publiés par son fils le comte Alexandre de Hübner, Paris, Plon, 1904,2tomes, IV-474p. et 431 p. Cf. t. 1, p. 38.

14 Mayer P., Histoire du deux décembre, avec documents inédits et pièces justificatives, Paris, Ledoyen, 1852, 327 p., cf. p. 141.

15 A.N., 45 AP 4 (Papiers Rouher), « Instruction pour M. le général en chef [de Louis-Napoléon Bonaparte] ».

16 A.N., 45 AP4 (Papiers Rouher), lettre du général de Saint-Arnaud au général Magnan (copie), 13 novembre 1851.

17 A.N., 45 AP4 (Papiers Rouher), lettre du général de Saint-Arnaud au général Magnan (copie), 3 décembre 1851.

18 Schœlcher V., op. cit., p. 200.

19 Ibid., p. 201.

20 D'après le récit de Schœlcher, source reprise par l'ensemble des histoires républicaines, Baudin reste somme toute dans une attitude passive, mais force est de constater que Schœlcher s'attribue le beau rôle. Plusieurs témoignages en revanche accordent davantage de place à Baudin. Le bonapartiste Mayer écrit ainsi : « Baudin fit signe qu'il voulait parler aux soldats ; le commandant Pujol lui barra le passage. Il remonta sur la barricade et cria : Feu ! », op. cit., p. 141. Cette version est confirmée par Belouino P., op. cit., p. 166.

21 Mayer P., op. cit., p. 137.

22 Hugo V., op. cit. p. 271.

23 Hugo V., Napoléon le Petit, chap. VIII et conclusion « Deuil et Foi ».

24 Duprat P., op. cit., p. 52 : « Ce premier meurtre, ordonné par le commandant Pujol, donnait au coup d'état son véritable caractère. Le bonapartisme préludait aux massacres des jours suivants en passant sur le corps d'un mandataire du Peuple, qui mourait bravement pour la République ».

25 Par exemple Granier de Cassagnac, ou plus tard Madame Baroche.

26 Voir Zevaes Α., Les débuts de la République et le procès Baudin, Grenoble, B. Arthaud, 1935, 112 p.

27 Paris, Armand Chevalier, 1868, 302 p.

28 Ténot E., op. cit., p. 190.

29 Ibid, p. 193.

30 Hugo V, Les Misérables, livre 10 « le fond de la question ».

31 Le ministre d'Etat écrit ainsi au Garde des sceaux le 5 octobre 1868, « Les événements de 1851 ont été l'objet de publications récentes qu'il convient de contrôler par leur rapprochement avec les documents officiels conservés dans plusieurs départements ministériels », cité par I. Tchernoff, Le parti républicain au coup d'état et sous le Second Empire, Paris, Pedone, 1906, 676 p., p. 527.

32 Madame Baroche, Second Empire : notes et souvenirs, préface de M. Frédéric Masson, Paris, Crès, 1921, XI-661 p., voir p. 473.

33 Affaire de la souscription Baudin. Appel. Seul compte rendu complet recueilli par la sténographie et revu par les défenseurs, Paris, Armand Le Chevalier, 1868, 99 p., voir p. 68.

34 Allain-Targé F., La République sous l'Empire. Lettres (1864-1870), Paris, Grasset, 1939, 225 p., cf. p. 184, lettre à son père du 14 novembre 1868.

35 Cf. Dessal M., Un révolutionnaire jacobin, Charles Delescluze 1809-1871, Paris, Marcel Rivière, 1952, 444 p., cf. p. 247-249.

36 Lermina J., op. cit., p. 9. Selon Tchernoff I., op. cit., p. 191, Baudin s'était imprégné des idées babouvistes par l'intermédiaire de Teste. Or avant même les Blanquistes, les Babouvistes avaient théorisé le coup de force comme moyen de prendre le pouvoir.

37 Plaidoirie en faveur de Delescluze devant le tribunal de la Seine, le 14 novembre 1868, citée par G. Bourgin, Gambetta, collection Les grands orateurs républicains, Monaco, Editions Hemera, 1949, 251 p., p. 33.

38 Cf. Nicolet C, Rome et la conquête du monde méditerranéen, t. 1, Les structures de l'Italie romaine, Paris, PUF, 1979, coll. « Nouvelle Clio », 460 p., cf. p. 408.

39 Larousse P., Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, Paris, Larousse et Boyer, 1867, t. 2, p. 386. Sur l'engagement républicain de Larousse et notamment ses rapports avec Baudin, cf. Rétif Α., « Pierre Larousse républicain », in L'esprit républicain, Paris, Klincksieck, 1972, p. 273-278.

40 Elle représente seize colonnes et a été rajoutée en tête du tome 2 de l'édition de 1867.

41 On sait depuis les travaux de Maurice Agulhon, Marianne au combat. L'imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, 252 p., que la République c'est Rome dans l'imaginaire des républicains. On retrouve cette association dans la transfiguration opérée par Larousse. Baudin serait ainsi une des rares représentations masculines de la République.

42 Delescluze avait été fortement impressionné par la mort de Baudin, au point, en quelque sorte de la reproduire, comme le rappelle son biographe, en suivant les témoignages du temps : « On le vit s'engager dans le chemin couvert de la barricade, puis en gravir les pavés. Il avait ouvert son pardessus de façon à laisser bien voir son écharpe rouge à franges d'or de membre de la Commune. Lorsqu'il fut à découvert, une rafale de balles salua son apparition. Quelques secondes plus tard, il tombait foudroyé », Dessal M., op. cit., p. 411.

43 La méfiance de la IIIe République naissante à l'égard de la barricade se retrouve dans le refus du directeur des Beaux-Arts d'accepter, au salon de 1875, le tableau de Pichio, Le Triomphe de l'ordre, évoquant la Commune, avec l'argument qu'il ne faut pas réveiller les passions politiques. Déjà, en 1872, le Figaro avait demandé à Pichio, metteur en scène de la mort de Baudin, de laisser dormir les fantômes, ajoutant : « Aujourd'hui, pour ne pas perdre votre temps et vos couleurs, il faut chercher d'autres sujets. La barricade a cessé d'être à la mode », cité par Adrian Rifkin, « Cultural mouvement and the Paris Commune », Art History, vol. 2, n° 2, juin 1979, p. 207

44 Rouquette J., Baudin, Panthéon démocratique, n° 1, Paris, Bureau des Sociétés contemporaines, 16 p., s. d.

45 Ibid., p. 6. Cette participation n'est pas attestée. Foras P., op. cit., en doute.

46 Delord T., Histoire illustrée du Second Empire, Paris, Librairie Germer Baillière, s. d., t. 1, 620 p., voir p. 337.

47 Reganey n'idéalise pas la barricade, la présence des paniers semblant indiquer qu'il suit le récit de Victor Hugo dans Histoire d'un crime.

48 A.N., F1 cI/168, Le ministre de l'intérieur au préfet de la Seine, 10 mars 1879.

49 Α.Ν., F1cI/168, Le préfet de la Seine au ministre, 21 avril 1881. Denis Dussoubs était le frère du représentant de la Haute-Vienne ; il avait revêtu les insignes de son frère, alité, pour aller combattre en son nom contre le coup d'état.

50 A.N., F1cI/172.

51 A.N., F1cI/137, arrêté du maire de Nantua du 22 décembre 1880.

52 A.N., F1cI/137, Délibération du conseil municipal de Bourg du 7 mai 1880.

53 Sur la signification de cette « statuomanie », cf. les analyses pionnières de Maurice Agulhon, « La statuomanie et l'histoire », repris in Histoire vagabonde, t. 1, Paris, Gallimard, 1988, p. 137-185.

54 Article du 10 septembre 1888, cité par Jean El Gammal, Recherches sur le poids du passé dans la vie politique française de 1885 à 1900, Thèse pour le doctorat d'Etat, Université de Paris X, 1990, 1907 p., cf. p. 1530.

55 Lettre de Georges, Victor et Félix Baudin, fils de Georges, au directeur de l'Abeille, 27 septembre 1888, citée par Pierre Foras, op. cit., p. 87. Le fait incriminé est relaté notamment par Larousse qui cite une lettre de Camille Baudin. On peut se demander si derrière cette lettre ne se cachent pas des querelles familiales, les fils de Georges reprochant à l'autre branche, celle de Camille, qui n'est que le demi-frère d'Alphonse, de vouloir capter son héritage politique.

56 Cf. Rozier-Robin E., op. cit., p. 102.

57 La Nièvre s'est particulièrement mobilisée, d'autant plus que ce 2 décembre 1888, Boulanger préside un banquet à Nevers, avec le concours d'un ancien proscrit de l'Empire, Turigny, rallié à sa cause, cf. F. Godard, Le souvenir du 2 décembre 1851 dans la presse radicale de la Nièvre (1870-1914), Mémoire de maîtrise, Université de Paris I, sous la dir. de Maurice Agulhon, 1986, 212 p.

58 Lissagaray, « Ce qu'il faudrait dire sur la tombe de Baudin », cité par Rozier-Robin E., op. cit., p. 104.

59 Sur le contexte de ces manifestations du centenaire, cf. Ory P., « Le centenaire de la Révolution française. La preuve par 89 », in Nora P. (dir.), Les lieux de Mémoire, t. 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 523-560.

60 A.N., F1cI/187B, translation au Panthéon, Procès-verbal de la séance du 24 novembre 1888 à la Chambre des députés.

61 Ibid.

62 Ibid., le chef de cabinet au ministre de l'Intérieur, 8 juillet 1889.

63 A.N., F1cI/173, Délibération du conseil municipal d'Issy du 21 avril 1894.

64 Cf. Hargrove J., Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, p. 122. L'auteur reproduit une carte postale représentant la statue de Baudin, fondue en 1942.

65 Cf. Amalvi Chr., Les héros de l'histoire de France. Recherche iconographique sur le panthéon scolaire de la troisième République, Paris, Ed. Phot'œil, 1979, p. 90.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540