Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

De l’« autel de l’anarchie » au Golgotha : la barricade de juin 1848 en représentation

Emmanuel Fureix

Texte intégral

  • 1 Comme le montre M. Hastings, dans son article « Sous le pavé les urnes. La pacification républicai (...)
  • 2 Analysé par Marcel David dans Le Printemps de la Fraternité. Genèse et vicissitudes. 1830-1848, Pa (...)
  • 3 T.J. Clark a bien montré, dans l’ordre de l’image, l’ambiguïté des représentations de la Révolutio (...)

1Les journées de juin 1848 voient l’espace parisien se couvrir du réseau de barricades le plus dense qu’aient produit les luttes civiles en France. Dans une République qui tend à proclamer la clôture du cycle des révolutions et à discréditer le territoire émeutier, la barricade de Juin produit un vrai traumatisme. Le système de représentation quarante-huitard repose sur l’affirmation d’une citoyenneté désormais paisible, où la parole politique s’incarne dans le suffrage universel1. Cependant, la République naissante s’appuie aussi sur une sédimentation de la mémoire qui laisse une place importante aux barricades de février 1848 et des insurrections républicaines depuis 1827. Ranimant des lieux et des moments glorieux de la lutte républicaine, mais marquées d’une illégitimité politique profondément ressentie, les barricades de juin 1848 prennent un visage ambigu. Comment sont-elles intégrées à un univers mental, dominé par l’idée de fraternité et de concorde2, qui n’était guère prêt à les recevoir ? Quelles stratégies, quelles tactiques président à leur représentation par une opinion dominante hostile à l’insurrection ? A quels réaménagements conduisent-elles dans l’imaginaire d’une République partagée entre la glorification de son instauration violente et le désir de l’ordre3 ?

2Sans doute faut-il avant de répondre à ces interrogations dessiner les contours de l’objet barricade. Ce n’est pas seulement un objet politique, espace de délimitation d’un pouvoir rebelle, ou lieu de sacrifice. La barricade est aussi un espace de savoir, où se déploient des techniques qui possèdent leur propre histoire. Elle est d’autre part un théâtre sensible, avec ses propres odeurs, ses propres gestes, et sa « culture » spécifique. Elle porte enfin en elle une relation autant qu’une lutte fratricide : une fois conquise, elle fait l’objet d’une réappropriation qui la transfigure en monument d’ordre et de bravoure.

  • 4 67 brochures des séries Lb54 et Lb55 (Catalogue de l’Histoire de France, Bibliothèque Nationale), (...)
  • 5 23 quotidiens, 4 revues générales et une dizaine d’hebdomadaires et revues médicales ont été dépou (...)
  • 6 72 estampes représentant spécifiquement des barricades des journées de juin ont été consultées sur (...)
  • 7 Selon l’expression de A. De Baecque, formulée dans Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique (...)
  • 8 Maurice Tournier a ainsi finement étudié les pulsations du mot « peuple » au fil de la conjoncture (...)

3Notre analyse des représentations de la barricade de juin 1848 repose sur le dépouillement croisé de sources aux contours multiples, reflétant une opinion hostile à l’insurrection, des socialistes modérés aux légitimistes, mais dominée par des « républicains d’ordre » : brochures publiées dans les mois suivant les journées de Juin4, presse - y compris médicale5 - et iconographie6. Ces sources, politiquement et socialement bien circonscrites, permettent une approche « sérielle non quantitative »7. Dans des brochures qui souvent se plagient, seule la constitution de séries peut en effet laisser poindre une nouvelle manière de dire, ou une autre façon de taire en ce temps de massacre où le silence prend tant de force. Comment ne pas privilégier cette attention aux mots, au discours, en cette année 1848 où les pulsations politiques bouleversent dans le temps court les systèmes de représentations mentales et sociales8 ? Il ne s’agit donc pas de brosser un illusoire tableau de l’opinion, mais de scruter les mécanismes les plus infimes de représentation, d’acceptation et de refus, de la barricade, et de les réinscrire dans l’histoire.

4Quatre traits nous semblent dominer ces représentations :

  • la tension entre les idées de chaos et de discipline, de confusion et de stratégie,
  • le dérèglement du paysage sensible et humain de la barricade,
  • l’hypertrophie du nouveau, la construction d’une rupture dans l’histoire de la barricade, à travers son double rapport à l’espace et à la mort,
  • une réappropriation de la barricade autour de la figure du Golgotha et du martyre de Mgr Affre, inaugurant la fondation d’un nouveau lien social.

Chaos et discipline

5La barricade de Juin concentre aux yeux de ses témoins les contradictions recelées par l’insurrection elle-même. Au-delà de leur ambiguïté politique, les journées de juin font affleurer la tension entre barbarie et civilisation au cœur de la violence révolutionnaire. Conjuration des classes dangereuses, explosion d’irrationnel, l’insurrection révélerait aussi l’appropriation par l’émeute des ressorts de la science. C’est sans doute cette double présence de l’archaïsme et de la science, de l’instant et de la durée, qui engendre avec le plus de force la grande peur de l’été 1848 :

  • 9 Précis historique des journées de juin 1848, Douai, 1848, p. 1.

« Voici la plus criminelle conjuration qui fut jamais, parce qu’on ne mit jamais au service du crime plus de préméditation, plus de temps, et, avouons-le, plus de talent militaire, plus de ressources d’art et de science qui n’appartiennent qu’aux civilisations avancées. »9

6Avec l’émergence d’une rationalité révolutionnaire surgit le spectre d’une réitération de la Terreur, exclue comme on le sait du champ de références historiques quarante-huitardes.

  • 10 Pagès-Duport M.-Α., Journées de Juin. Récit complet de événements des 23, 24, 25, 26 et 27 juin 18 (...)

7Or, la barricade porte en elle, aux yeux des témoins de l’insurrection, cette indéchiffrable tension entre ordre et désordre. D’abord dans son déploiement. La barricade paraît une mécanique silencieuse, construite par des mains automates. Les observateurs insistent sur la simultanéité de l’érection des barricades, au matin du 23 juin, redoublée par une « rapidité qui tient du prodige »10. L’édification, en quelques heures, d’un véritable réseau, surprend et effraie. C’est un signal, obéissant à la figure du complot, qui aurait présidé à cette vaste entreprise collective :

  • 11 Ibid., p. 9.

« En quelques lieux, des barricades sont commencées sans bruit, et les maisons voisines sont envahies par des hommes qui semblent obéir passivement à un mot d’ordre. Sur d’autres points, [...] le cri : « Aux barricades ! » retentit, et tout à coup, les pioches commencent leur office lugubre. »11

  • 12 Ibid, p. 10.

8Pourtant, l’irrationnel et le chaotique ont aussi leur place dans ces premiers moments de la barricade. Les mécanismes de diffusion des barricades font en effet intervenir à la fois l’alcool et la violence brute. Leurs victimes ? Des enfants de dix à douze ans, auxquels les émeutiers auraient fait absorber de l’eau-de-vie pour les lancer à la construction des barricades. Des voisins et badauds, sur lesquels aurait été exercée une contrainte violente. Dans le faubourg Saint-Antoine, des ouvriers en armes auraient forcé « les habitants à prendre place au milieu d’eux, en leur annonçant qu’ils seront impitoyablement fusillés s’ils se refusent à combattre pour la cause du peuple »12.

9L’architecture même des barricades présente dans les représentations de l’insurrection une même tension, écartelée entre les deux modèles de l’« édicule » - petite accumulation de pavés - et de la « forteresse » - construction massive et aérienne -Un rapport au temps différent distingue ces deux archétypes, le premier rassemblé dans l’urgence, le second souvent édifié dans les faubourgs les plus éloignés, restés un temps à l’abri du canon. Ces « forteresses du Moyen-Age » dominent le discours sur l’insurrection, soulignant l’intrusion de la raison dans les pratiques de l’émeute. Constructions par assises régulières associant pavés et pierres de taille, atteignant parfois une dizaine de mètres de hauteur, ces édifices mettent à nu l’invention d’une véritable « science des barricades » adaptée aux techniques répressives modernes :

  • 13 Le Bien Public, 4 juillet 1848.

« Ici les barricades étaient inclinées de façon à faire ricocher le boulet, ailleurs disposées de manière à faire converger le feu des insurgés. La plupart étaient à l’épreuve de l’artillerie. Elles étaient en outre entourées de fossés, ou accouplées à quelque distance pour qu’une première redoute enlevée, la troupe se trouvât en face d’une seconde redoute. »13

  • 14 Elles forment notamment le cadre saisissant d’un récit d’édification sur les journées de juin : Ge (...)

10Décrites dans la plupart des relations de l’événement, quelques barricades, dotées de crénelures et de meurtrières, atteignent la dimension d’emblèmes. Il en est ainsi des barricades du clos Saint-Lazare14, sur le chantier du futur hôpital Lariboisière, adossées au mur d’octroi, mais aussi de la barricade de l’Hôtel-Dieu, véritable synthèse de la barricade composite - « tas d’ordures » hugolien du faubourg Saint-Antoine - et de la barricade-forteresse.

11Les estampes fournissent quant à elles une lecture plus brouillée de l’architecture de la barricade. Au discours insistant davantage sur la mesure et l’ordre fait écho une représentation plus éclatée de la barricade. Une typologie simple peut en être dressée, distinguant l’édicule simple, modeste amas de pavés (type 1), l’édicule associé aux maisons environnantes (type 2), le monticule composite associant toutes sortes d’objets (type 3), et la barricade-forteresse avec assise de pierres de taille (type 4). Notre échantillon, constitué de 44 estampes - excluant les représentations de la barricade, singulière, de Mgr Affre - est encore dominé par le modèle traditionnel et chaotique de la barricade composite. Il laisse néanmoins deviner l’émergence d’une technique savante de la barricade (cf. type 4, du tableau ci-dessous).

12Type 1 10

13Type 2 6

14Type 3 17

15Type 4 11

  • 15 Traversant la période 1830-1848, le tas de pavés composite est un « lieu commun » des lithographie (...)

16Estampes et récits de l’insurrection représentent deux formes distinctes de tension entre ordre et désordre au cœur de la barricade de Juin. Sans doute divergent-elles plutôt dans les moments de la mise en scène de la barricade. Les estampes impressionnent le temps de l’assaut, l’instant fragile où l’architecture de la barricade tend à se disloquer ; elles ne montrent de la barricade que sa démesure. Elles sont d’autre part sans doute plus prisonnières d’une manière classique de se représenter la barricade insurrectionnelle15. Le discours sur l’insurrection laisse une place plus grande au temps de la peur, où se diffusent les rumeurs et les fantasmes nourris par une insurrection de la science et de la barbarie. Son insistance sur la figure de la forteresse porte également en elle la légitimation subtile des tactiques de répression : l’emploi massif du canon exterminateur.

Un paysage sensible et humain déréglé

17Au-delà même d’une architecture, les représentations isolent un paysage sensible de la barricade. Les sons, les odeurs de poudre, l’omniprésence du rouge sont objets de discours. Plutôt qu’une tension entre ordre et désordre, brochures et journaux exhibent un véritable dérèglement. Les identités sont brouillées, sons et formes réfèrent à univers mental dépourvu de toute norme. Le paysage sonore perd ainsi sa lisibilité. Les observateurs soulignent l’obsédant silence des premiers temps de l’insurrection. Si les prodromes de l’émeute, le 22 juin, avaient vu surgir la sourde mélopée de la foule rue Saint-Jacques, évoquée par Maxime du Camp, le temps même de la barricade serait celui d’un silence trompeur. Silence de l’érection des premières barricades boulevard Bonne-Nouvelle. Silence sépulcral des nuits d’insurrection, opposé au murmure habituel des nuits parisiennes. Silence des barricadiers embusqués derrière leurs forteresses et dont la présence n’est révélée que par le sifflement des balles. Ce silence, ponctuellement aboli par la violence des combats, est assimilé à une ruse barbare. Il serait d’autre part dû au faible peuplement de la barricade en juin 1848. La barricade hugolienne du faubourg Saint-Antoine, faite de tumulte et de clameurs, n’est guère présente dans les relations de l’insurrection.

18Troublé par l’évident choc des armes et des canons, le paysage sonore de la barricade l’est aussi par le son du tocsin. Les insurgés, ayant pris possession des cloches, font retentir l’appel aux armes, démultipliant la peur dans la ville. La concordance avec le temps religieux - celui de la Fête-Dieu - et son paysage sonore traditionnel -celui des éclatantes sonneries de cloches - est alors soulignée comme une terrible transgression des sons et des sens :

  • 16 Journées de juin 1848, écrites devant et derrière les barricades par des témoins oculaires, Paris, (...)

« Le dimanche, au lieu des brillantes sonneries de la Fête-Dieu qui viennent en ce jour réveiller le parisien et l’inviter à la joie, on n’entend dans les airs que le son sinistre du tocsin qu’agitent dans les airs les révoltés qui appellent les combattants au meurtre et les convient au carnage »16.

  • 17 M. Dommanget a ainsi montré la prépondérance des drapeaux tricolores, souvent issus des Ateliers N (...)
  • 18 Le Lampion, 20 août 1848.
  • 19 La Providence, 3 juillet 1848.

19Les odeurs font peu l’objet de représentation. C’est surtout un paysage visuel et humain que dessinent avec finesse les relations de l’insurrection. La barricade donne à voir toute la violence barbare de l’émeute. Elle arbore de multiples drapeaux qui offrent une lecture de l’insurrection. La plupart des récits font dominer le drapeau rouge. Le rouge, alimentant depuis février une véritable phobie dans l’imaginaire social, permet d’inscrire l’insurrection dans l’histoire des orgies sanglantes. Construite par le discours sur l’événement17, cette omniprésence du drapeau rouge exclut la barricade de l’espace républicain, tel que l’avait dessiné Lamartine en février. La barricade se fait alors « autel de l’anarchie »18. Les drapeaux mettent en scène des mots d’ordre. Parfois réels - Vive la République Démocratique et Sociale -, parfois fantasmatiques - République. Deux heures de pillage ; République démocratique. Mort aux propriétaires -, ils identifient l’insurrection à « la guerre civile pure et simple, la guerre contre ceux qui possèdent »19.

20Le paysage visuel de la barricade est aussi un amas de chair et de sang, théâtre des rites de violence révolutionnaire. Objets de rumeurs médiatisées par la presse et relayées par les brochures les semaines suivant l’insurrection, des cadavres mutilés auraient été exhibés sur les barricades de Juin :

  • 20 Sanglante insurrection des 23, 24, 25 et 26 juin 1848, Paris, 1848, p. 21.

« Sur plusieurs barricades, des têtes coupées et coiffées de képis avaient été placées comme des épouvantails »20.

  • 21 Cette tension structure de manière saisissante l’ensemble des représentations de l’insurrection. C (...)
  • 22 L’Union, 24 juin 1848.
  • 23 Coups de sifflet, signaux lumineux, baguettes d’osier ont ainsi été repérés par les récits de l’in (...)
  • 24 Le Bien Public, 24 juin 1848.
  • 25 Hugo V., Choses vues. 1847-1848, Paris, Gallimard, Folio, 1990, p. 346.

21Les estampes gomment radicalement la présence des insurgés. Les barricades n’y sont figurées que comme de vides obstacles à conquérir, à partir d’un angle de vision qui épouse l’avancée des forces répressives. Le discours sur l’insurrection esquisse quant à lui un paysage humain original. Des ébauches de sociologie de l’insurrection ont bien été dressées à l’issue des journées de Juin, insistant sur l’alliance trouble des classes laborieuses et des classes dangereuses. Mais le territoire même de la barricade se trouve borné dans le discours sur l’événement à deux figures, excluant significativement le gros des blouses : le « professeur de barricades », image du sectaire utopiste professionnel de l’émeute ; et surtout la femme insurgée, définie essentiellement par sa déviance sexuelle. Éclate ainsi la tension entre la menace de l’abstraction et la menace du corps, entre le vertige de l’utopie et le vertige de la chair21. Le chef de barricade présente une « figure martiale »22, possède un système complexe de signaux23, et diffuse une série d’ordres. La femme des barricades se fait, quant à elle, le siège de pulsions irrationnelles. Comparée aux Tricoteuses de 1793, elle n’est là que pour « poétiser le meurtre et le carnage »24, haranguer la foule du haut des citadelles, exciter à la débauche sanguinaire. Ces boutefeux des barricades sont aussi assimilées à des filles de joie - comme Victor Hugo le fait lui-même dans Choses Vues25 à propos de la barricadière de la porte Saint-Denis.

22La transgression des rôles sexuels se fait totale lorsque la barricadière s’engage dans le territoire masculin de la violence. Les récits d’actes de cruauté féminine sur la barricade, abondants, affublent l’insurgée d’une identité sexuelle trouble. L’insistance sur les faits de travestissement participe de ce mouvement. La femme-bourreau est toujours montrée en habit d’homme :

  • 26 Gazette des Tribunaux, 24 juin 1848.

« Une femme déguisée en homme, écrit la Gazette des Tribunaux, a été vue sur une barricade un rasoir à la main et cherchant à trancher la tête d’un malheureux mobile »26

23Au-delà du travestissement, c’est la physiologie de la virago qui montre le mieux le dérèglement sexuel de la barricadière, exhibée à l’envi par les relations de l’insurrection.

  • 27 Cf. à ce propos, Pessin Α., Le mythe du peuple et la société française du xixesiècle, Paris, PUF, (...)

24Si les représentations du massacre révèlent alors la libération de l’antique figure du monstre, celle-ci subit alors autour de la barricade une construction singulière. Il ne s’agit pas seulement de déréaliser la violence en la cantonnant dans l’imaginaire barbare, mais de réaménager finement, d’inverser même les attributs glorieux de la barricade révolutionnaire. La femme-liberté, associant la force érotique à la fécondité historique constitutive du mythe du peuple en révolution27, fait place à une femme-homme aux désirs sanguinaires, monstre sans sexe et sans norme.

25La barricade véhicule ainsi une culture sensible spécifique, caractérisée par le dérèglement, et distinguée de ses précédents historiques. Un pas supplémentaire est franchi dans les représentations avec l’écriture d’une histoire de la barricade révolutionnaire dans laquelle Juin instaurerait une rupture radicale.

L’ancien et le nouveau

  • 28 La République, 4 juillet 1848.

26Les observateurs de Juin entreprennent un effort généalogique. La République assigne ainsi aux barricades une origine médiévale : « nées des idées libérales qui éclatèrent au Moyen-Age, [elles] apparaissent avec cette révolution communale du xie siècle »28. L’histoire de la barricade serait celle de son constant perfectionnement matériel. Mais l’insurrection de Juin dériverait de cette histoire traditionnelle sur un double mode.

27Un nouveau rapport à l’espace définirait d’abord la barricade de juin 1848. Une nouvelle guerre de rues se déploierait, dans laquelle la barricade cesserait d’être le lieu principal du combat pour devenir un simple support défensif. Les barricades seraient ainsi étroitement associées aux maisons environnantes, formant un nouveau système stratégique. Les insurgés, réfugiés derrière des fenêtres transformées en meurtrières, dirigeraient des feux nourris sur des assaillants concentrés sur l’assaut des barricades :

  • 29 Gazette des Tribunaux, 25 juin 1848.

« Les barricades présentent presque partout les mêmes dispositions. [...] En général les barricades sont disposées de manière à être protégées par une rue transversale qui permet ainsi aux insurgés de se porter dans les maisons à quatre angles différents, de manière à diviser le feu sur huit angles. [...] C’est dans les maisons qu’ils se fortifient »29.

  • 30 « Du reste, le retranchement est plutôt une barrière qu’un champ d’action. C’est aux fenêtres que (...)

28Érigée en système, cette nouvelle fonction de la barricade exagère la rationalité d’un réseau aux multiples aspects. Elle n’est pas sans évoquer le modèle idéal de la barricade dessiné par Blanqui à la lumière, précisément, de l’échec de juin 184830...

29Les combats de rue, en conséquence, cesseraient de prendre la forme traditionnelle du corps à corps pour privilégier la fusillade à distance. Plus profondément, les relations de l’insurrection laissent entrevoir un nouveau rapport entre la barricade et la rue. Un réseau hiérarchisé de barricades, des communications multiples entre les maisons - cloisons abattues, passages souterrains - en sont les vecteurs. Le visage classique de la barricade est bouleversé en profondeur. Elle enserre un territoire transformé en cité close, entièrement soumis à l’anarchie :

  • 31 Reybaud L., Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des Républiques, Paris, Lévy, 1849, p. 4 (...)

« En moins d’une heure, vingt îles de maisons se trouvaient comprises dans un système général d’isolement et de séquestre. Dès lors, c’était un monde à part, où régnaient la violence et la terreur. La révolte avait un théâtre, un siège, un foyer. Rien n’y limitait son action »31

  • 32 Sur les événements d’avril 1834, cf. Vidalou H., Les mouvements révolutionnaires d’avril 1834 à Pa (...)
  • 33 Le Correspondant, 1" juillet 1848.

30La fusion de la barricade et de la rue inquiète d’autant plus les observateurs qu’elle ne s’était jamais vraiment accomplie lors des insurrections matées de la Monarchie de Juillet. En avril 1834, les insurgés avaient été contraints de se réfugier dans les seuls escaliers ou greniers32. En juin 1848 surgit la peur panique d’une contamination de la « lèpre antisociale »33 dans l’espace urbain.

  • 34 Viollet Α., Récit fidèle et complet des journées de juin 1848, Paris, Dentu, 1848, p. 47.

31La barricade trompe-l’œil de Juin ferait ainsi de l’insurrection une nouvelle forme d’éclosion et d’organisation de la communauté humaine. Le public et le privé, qu’un savant travail de l’édilité parisienne tend à séparer hermétiquement, se trouvent confondus dans l’appropriation par les barricades de quartiers entiers. Le faubourg Saint-Antoine serait le lieu privilégié de cette intrusion de l’émeute au sein de chaque foyer. Plusieurs centaines de barricades, reliées entre elles, formeraient « un tout compact et homogène »34. De la rue Saint-Antoine à la Bastille, de la Bastille à la barrière du Trône, les fenêtres privées seraient devenues le territoire public de l’émeute. Incarnation d’une nouvelle topologie de la barricade, le faubourg Saint-Antoine est pourtant perçu comme un lieu de mémoire insurrectionnelle :

  • 35 Reymond Des Menors R., Le faubourg Saint-Antoine du 23 au 27 juin 1848, Paris, s.d., p. 6.

« A ce cri : Aux armes ! Aux armes ! Peuple aux barricades ! !, le faubourg ne pouvait rester passif. Dans toutes les journées glorieuses de notre histoire révolutionnaire, il avait pris une part trop active pour que ces échos trouvassent un cœur insensible »35

32L’ancien et le nouveau semblent alors s’entrelacer dans les représentations de la barricade. Comment cette résurgence du passé héroïque républicain peut-elle dès lors être associée à la construction d’une rupture dans l’histoire de l’espace de la barricade ?

  • 36 Pagès-Duport M.-Α., op. cit., p. 6.
  • 37 Maurin Α., Documents pour servir à l’histoire de la Révolution de 1848. Journées révolutionnaires (...)

33Signalons d’abord que les véritables transformations du Paris des barricades en juin 1848 - plus que la célèbre bipartition est-ouest, la part nouvelle des espaces périphériques, faubourgs et banlieues - ne sont guère perçues par les discours sur l’événement. Ceux-ci assimilent le territoire des barricades au traditionnel Paris des insurrections depuis 1830, celui des « quartiers populeux, endroits célèbres par le souvenir des émeutes »36. Ils dessinent au sein de l’espace des barricades une frontière intérieure entre « insurrection active » et « insurrection expectante, à l’état latent »37, de Saint-Avoie au faubourg du Temple et au faubourg Saint-Martin.

  • 38 La Providence, 1er juillet 1848.
  • 39 Précis historique des journées de juin 1848, Douai, 1848, p. 9.

34Les représentations construisent la rupture autour de la qualité des poches d’insurrection. Si certains lieux, essentiellement le faubourg Saint-Antoine, voient se réaliser la fusion entre rue et barricade, voire un ralliement massif de la population, la grande étendue du Paris des barricades de Juin s’expliquerait plutôt par le modèle de l’invasion. Le faubourg Saint-Jacques, reconnu comme l’un des plus violents de l’insurrection, aurait ainsi été pris en main par une foule, extérieure, de « forçats égarés, digne avant-garde des ennemis de l’ordre et de la propriété »38. De même, les barrières et la banlieue ne sont pas considérées comme des foyers autonomes du Paris des barricades, mais comme de simples lieux de refuge d’insurgés aux abois « qui se sont jetés sur les communes des environs de Paris, pillent et massacrent les habitants »39. Si le territoire des barricades porte ainsi les traces de l’histoire insurrectionnelle, il s’en démarque néanmoins par un déferlement incontrôlé aux marges de la capitale.

  • 40 Gazette Médicale de Paris, 22 juillet 1848.

35Les témoins de l’insurrection exhibent une deuxième rupture dans l’histoire de la barricade, à travers les rapports nouveaux qu’elle entretiendrait avec la mort. Les façons de donner la mort auraient ainsi été bouleversées par le changement de fonction de la barricade. Plus haute, et surtout plus systématiquement associée aux fenêtres environnantes, elle infligerait, directement ou indirectement, une mort plus massive. Le discours médical sur l’insurrection se fait l’écho de cette rupture, dessinant un nouveau chapitre dans l’« histoire nosologique des plaies »40 La direction des tirs, oblique et de haut en bas, aurait sensiblement accru la gravité des plaies. Le discours médical relaie et redouble ainsi le discours dominant dans son insistance omniprésente sur le nouveau :

  • 41 La Lancette Française, 8 juillet 1848.

« Jamais peut-être dans Paris, peut-on lire dans La Lancette Française, n’avait eu lieu une lutte aussi meurtrière, aussi longue, aussi effrayante par la vaste étendue de l’organisation des combats, par l’acharnement des insurgés »41.

  • 42 La France du xixe siècle, 26 juin 1848.

36Un autre mécanisme de mise à mort rompant avec l’histoire des insurrections aurait résidé dans l’appel obsédant du suicide collectif. La constitution de réseaux de barricades étroitement soudées et l’organisation de quartiers entiers en camps de refuge sont lus comme le désir de tomber ensemble sous la mitraille. La fusion de la barricade et de la rue, l’utilisation des maisons et des garnis font naître l’idée d’une « fraternité de la mort ». Dans cet espace commun de fraternité créé par la nouvelle organisation des barricades analysée plus haut, « la vie [aurait] perdu son instinctif attrait. L’assouvissement de la vengeance et de la haine [auraient été] l’unique but des efforts les plus désespérés »42.

37Tendues par l’omniprésente figure du nouveau, les représentations de l’insurrection constituent la barricade de Juin en objet historique. Elles perçoivent l’émergence d’un modèle de barricade factice, support d’une mise à mort plus intense et d’un désir d’anéantissement collectif. Rejetée hors de la tradition des émeutes républicaines, la barricade de Juin fait cependant l’objet, une fois conquise, de mécanismes complexes de réappropriation. Elle tend alors à apparaître comme le lieu nécessaire et paradoxal d’une régénération de l’unité quarante-huitarde.

La barricade réappropriée : le Golgotha

  • 43 Lecouturier H., Paris incompatible avec la République. Plan d’un nouveau Paris où les révolutions (...)
  • 44 Mesures à prendre pour empêcher les barricades dans Paris, Paris, 1848.

38Une analyse trop rapide pourrait infirmer cette hypothèse. Les témoins de l’insurrection appellent en effet à l’éradication définitive des barricades de l’espace politique parisien. Le pavage de Paris et sa voirie tortueuse, instruments de la « guerre des barricades », se trouvent incriminés. Des projets de transformation de la voirie urbaine voient le jour au lendemain de l’insurrection, sous-tendus par une double aspiration à l’hygiène sociale et à l’hygiène politique. L’exigence d’assainissement du milieu urbain sous la Monarchie de Juillet trouve là son apogée. Dans son « Plan d’un nouveau Paris où les révolutions seront impossibles », utopie républicaine d’un Paris ruralisé, Henri Lecouturier préconise la percée de rues d’une cinquantaine de mètres de largeur43. Pour empêcher la fusion redoutable de la barricade et de la rue, une adresse à l’Assemblée Nationale soutient qu’un groupe particulier de gardes nationaux aurait en charge la défense de la propriété et de la famille menacées par l’érection des barricades : composé de pères de famille et de vieillards valides, il « empêcherait les ennemis de l’ordre public de s’emparer des maisons, des fenêtres desquelles ils pourraient tirer sur la garde nationale et la troupe »44.

  • 45 Kien B., « Les journées de juin », in Précis historique des journées de juin, Paris, 1848, p. 72.

39Les témoins affirment donc unanimement leur désir de voir disparaître les barricades de l’espace parisien. Mais parallèlement, l’insurrection donne naissance à un discours palingénésique qui restitue à la barricade de Juin sa nécessité historique. Dans cette perspective se dessine l’idée d’une épreuve de force indispensable à la fondation d’une République nouvelle, arrimée à des valeurs d’ordre. L’insurrection aurait donné à la République « son baptême terrible et glorieux »45. L’emprise du concept de commencement se fait alors toute puissante. La République « nouvelle » qui s’institue a besoin de sacraliser le moment même de son institution. Les représentations de la barricade de Juin sont, à notre sens, à lire comme l’un des instruments de cette sacralisation.

40La figure du martyre sur la barricade en fournit le modèle privilégié. Un martyre qui n’est pas vraiment celui des troupes répressives - quelle que soit la mise en scène de l’héroïsme guerrier des mobiles -, mais bien plutôt celui du médiateur, Mgr Affre, mort prétendument « sur la barricade » pour l’unité du peuple de Paris. Le martyre des forces d’ordre ne saurait être fondateur ; celui de l’archevêque de Paris porte en lui le visage de la République à refonder.

41N’est-ce pas là surestimer la portée de la mort de l’archevêque ? Et peut-on associer les représentations du martyre avec une éventuelle sacralisation de la barricade ?

42Un simple regard sur nos sources permet de prendre conscience de l’impressionnante mise en scène de la mort de Mgr Affre : plus du tiers des estampes représentant les barricades de Juin, environ un cinquième des brochures prennent pour seul objet le sacrifice du prélat. D’autre part, la construction même de l’événement montre la part propre réservée à la barricade. Rappelons-en les séquences.

  • 46 D’après une intéressante source manuscrite fournie par le mémoire rédigé par l’un des gardes natio (...)
  • 47 Ainsi R. Limouzin-Lamothe l’affirme-t-il, avec des arguments convaincants, à partir du rapport méd (...)

43Le 25 juin 1848, l’archevêque de Paris, ayant annoncé au général Cavaignac son désir de tenter une démarche d’apaisement et de médiation, se dirige vers le faubourg Saint-Antoine, au cœur de l’émeute. Il se fait accompagner d’un cortège composé d’un garde national déguisé en insurgé et porteur d’un grand rameau vert, du grand vicaire, de son domestique et de deux autres gardes nationaux habillés l’un en blouse, l’autre en bourgeois46. Parvenu place de la Bastille, l’archevêque franchit la petite traverse reliant la rue de Charenton à la rue du faubourg Saint-Antoine, se fait annoncer aux insurgés par un garde national habillé en blouse, et contourne la monumentale barricade Saint-Antoine. Le prélat assiste impuissant à la reprise des échanges de tirs entre mobiles et insurgés croyant à une trahison. C’est alors que l’archevêque, entre deux barricades, reçoit une balle isolée, sans doute venue d’un insurgé égaré47. Or, toutes les traditions, popularisées par l’image et relayées par le discours, représentent l’archevêque gravissant la barricade Saint-Antoine, et mettent en scène sa chute sanglante à la base du rempart.

  • 48 « Un nouveau Golgotha », par Barillot, ouvrier lithographe, in La Providence, 7 juillet 1848.
  • 49 Titre de l’article de F.-P. Bowman dans la revue Romantisme, n° 31, 1981, p. 17-35.

44Ce travestissement des représentations n’est pas de l’ordre du détail pointilleux, ni même du récit édifiant, il fait écho à une véritable transfiguration de la barricade en Calvaire, « sanglant monticule où soufflait la tempête »48. Offrant à son peuple le sang de la rédemption, l’archevêque se fait alors indissolublement « Christ des Barricades ». C’est cette figure de la barricade-Golgotha que nous voudrions analyser, plutôt que la constitution même du mythe du martyre. Cette dernière s’inscrit dans le prolongement des modèles traditionnels de « circulation du sang religieux à l’époque romantique »49. Se déploie ainsi l’idée d’une répétition à travers l’histoire du sacrifice rédempteur du Christ, d’un dépassement de la haine sociale par la paix du martyr lui-même. C’est bien plutôt le siège du martyre, la barricade, qui scande les significations du sacrifice expiatoire.

45La barricade se fait d’abord lieu d’élévation du pasteur au-dessus de ses brebis, d’où est lancé l’appel à la paix civile. Une des scènes les plus volontiers représentées par les estampes figure ce moment privilégié où l’archevêque, au sommet du « rempart mystique », incarne par son geste de médiation l’unité rêvée du corps social. La plupart des lithographies représentent aux côtés du prélat le garde national en blouse porteur du rameau d’olivier. L’archevêque est montré haranguant la foule d’insurgés et arborant parfois un Christ en croix ou un rameau de paix.

46Lieu d’unité fragile en son sommet, la barricade devient le siège d’une souffrance salvatrice à sa base :

  • 50 Mort de Monseigneur l’Archevêque de Paris, Paris, 1848, pièce.

« Il descend du Calvaire, peut-on lire dans une brochure, où la mort l’avait épargné, et à peine descendu de quelques degrés, il tombe, percé dans les reins d’une balle qui paraît venir de côté »50.

  • 51 Viollet Α., op. cit., p. 48.
  • 52 Détails curieux et jusqu’alors inconnus sur la mort de Mgr Affre, Paris, 1848.

47Les représentations de la barricade Saint-Antoine magnifient en cet instant la fondation d’un nouveau lien social, réunissant autour du martyr ceux des insurgés que le sang du prélat a fait renoncer à l’émeute, des gardes nationaux et des gardes mobiles. La colonne de Juillet, dont la présence est insistante sur les estampes, se fait le « phare » de la nouvelle République d’ordre à asseoir, grâce auquel « le vaisseau de la société [...] commence à rentrer dans le port »51. La barricade s’inscrit alors comme origine d’une nouvelle histoire et devient le lieu possible d’une mémoire glorieuse, « où l’on viendra de régions lointaines [...] et l’on dira : ici tomba le Saint Archevêque, répétant d’une voix plaintive : le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis »52.

  • 53 Cf. à ce propos F.P. Bowman, Le Christ Romantique, Genève, Droz, 1973, ch. 11 : « 1848 : le Christ (...)
  • 54 L’expression est employée dans les Annales médico-psychologiques, en 1850, par A. Brierre de Boism (...)

48Par le martyre dont elle fixe le cadre, la barricade est ainsi réinvestie d’une sacra-lité. Celle-ci subvertit le mythe de la barricade-croix de février 1848. La barricade de Février était le lieu d’où le Peuple-France, messie des idées nouvelles, proclamait la Résurrection, c’est-à-dire la République53. En juin 1848, la barricade de Mgr Affre offre une autre proclamation, celle d’une nouvelle République dont les fondements sont réaménagés. Le peuple, acteur de la barricade en février, devient spectateur du sacrifice. Et si la fraternité républicaine transparaît à l’horizon de la barricade, c’est une fraternité plus chrétienne que démocratique, plus proche de l’unité que de la communauté sociale. Le modèle menaçant d’une République terroriste est expurgé par l’exaltation du représentant-médiateur contre l’expression directe d’un peuple « égaré » ou atteint par la « folie démagogique »54.

49La barricade fait éclater les contradictions d’une insurrection jugée à la fois traumatisante et nécessaire. Elle semble d’abord exclue de l’imaginaire quarante-huitard. Est exhibée à travers la barricade une culture sensible du dérèglement, où le corps, le sang et la déviance sexuelle dessinent une menace sociale. Mais elle est aussi reconstruite, transfigurée en un objet historique nouveau, extérieur à la mémoire républicaine. Surtout, elle est paradoxalement réappropriée. Par là même, la barricade insurrectionnelle inscrit, dans le sang du martyre, l’instauration de la République d’ordre à venir. Comme lieu et comme pratique, la barricade est définitivement bannie de l’espace républicain. Comme représentation, elle est réintégrée, réaffirmée même comme l’introductrice d’une ère nouvelle.

Notes

1 Comme le montre M. Hastings, dans son article « Sous le pavé les urnes. La pacification républicaine des lieux de contestation », in Les espaces révolutionnaires. Actes du 114e Congrès National des Sociétés Savantes, Paris, 1989, p. 27-40.

2 Analysé par Marcel David dans Le Printemps de la Fraternité. Genèse et vicissitudes. 1830-1848, Paris, Aubier, 1992.

3 T.J. Clark a bien montré, dans l’ordre de l’image, l’ambiguïté des représentations de la Révolution de février 1848. Les lithographies de Février placent la République sur une barricade couverte de monde, mais une fois le combat achevé. Elles mettent en scène, autour des personnages mythiques de la barricade - le gamin, la femme, l’ouvrier, le polytechnicien -l’union des classes de la société. Cf Clark T.J., The Absolute Bourgeois. Artists and Politics in France. 1848-1851, London, Thames and Hudson, 1982.

4 67 brochures des séries Lb54 et Lb55 (Catalogue de l’Histoire de France, Bibliothèque Nationale), et 30 poèmes et chansons (Série Ye, B.N.) prenant pour objet l’insurrection de juin ont été consultés sur la période 1848-1849.

5 23 quotidiens, 4 revues générales et une dizaine d’hebdomadaires et revues médicales ont été dépouillés sur l’année 1848.

6 72 estampes représentant spécifiquement des barricades des journées de juin ont été consultées sur microfilms au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale (Séries Qbl et Qb470).

7 Selon l’expression de A. De Baecque, formulée dans Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique. 1770-1800, Paris, Calmann-Lévy, 1993, p. 32.

8 Maurice Tournier a ainsi finement étudié les pulsations du mot « peuple » au fil de la conjoncture politique quarante-huitarde. Cf. Tournier M., « Le mot peuple en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Romantisme, 1975, n° 9, p. 6-20.

9 Précis historique des journées de juin 1848, Douai, 1848, p. 1.

10 Pagès-Duport M.-Α., Journées de Juin. Récit complet de événements des 23, 24, 25, 26 et 27 juin 1848, Paris, 1848, p. 9.

11 Ibid., p. 9.

12 Ibid, p. 10.

13 Le Bien Public, 4 juillet 1848.

14 Elles forment notamment le cadre saisissant d’un récit d’édification sur les journées de juin : Georges le parricide. Un jeune ouvrier s’y fait le meurtrier aveugle de sa propre mère.

15 Traversant la période 1830-1848, le tas de pavés composite est un « lieu commun » des lithographies des insurrections. Maxime du Camp peut ainsi montrer son désarroi face à la monumentale barricade du faubourg Poissonnière : « Comme cela ressemblait peu aux gravures publiées par les journaux illustrés ! », du Camp M., Souvenirs de l’année 1848, Genève, 1979, p. 268.

16 Journées de juin 1848, écrites devant et derrière les barricades par des témoins oculaires, Paris, 1848, p. 20.

17 M. Dommanget a ainsi montré la prépondérance des drapeaux tricolores, souvent issus des Ateliers Nationaux, au cours des journées de juin. Cf. Dommanget M., Histoire du drapeau rouge, Paris, Librairie de l’Etoile, 1966, p. 109-112.

18 Le Lampion, 20 août 1848.

19 La Providence, 3 juillet 1848.

20 Sanglante insurrection des 23, 24, 25 et 26 juin 1848, Paris, 1848, p. 21.

21 Cette tension structure de manière saisissante l’ensemble des représentations de l’insurrection. Cf. Fureix E., Représentations de l’insurrection et des insurgés de juin 1848, Mémoire de maîtrise sous la dir. de A. Corbin, Univ. Paris I, 1993.

22 L’Union, 24 juin 1848.

23 Coups de sifflet, signaux lumineux, baguettes d’osier ont ainsi été repérés par les récits de l’insurrection.

24 Le Bien Public, 24 juin 1848.

25 Hugo V., Choses vues. 1847-1848, Paris, Gallimard, Folio, 1990, p. 346.

26 Gazette des Tribunaux, 24 juin 1848.

27 Cf. à ce propos, Pessin Α., Le mythe du peuple et la société française du xixe siècle, Paris, PUF, 1992, p. 202-210.

28 La République, 4 juillet 1848.

29 Gazette des Tribunaux, 25 juin 1848.

30 « Du reste, le retranchement est plutôt une barrière qu’un champ d’action. C’est aux fenêtres que se trouve le véritable poste de combat. [...] On se met en communication avec les deux barricades latérales en perçant les gros murs qui séparent les maisons situées sur le front de défense. » Blanqui Α., Instructions pour une prise d’armes, Paris, Société Encyclopédique française, 1973, p. 55.

31 Reybaud L., Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des Républiques, Paris, Lévy, 1849, p. 487-488.

32 Sur les événements d’avril 1834, cf. Vidalou H., Les mouvements révolutionnaires d’avril 1834 à Paris, D.E.S. sous la dir. de L. Girard, Paris-Sorbonne, 1959.

33 Le Correspondant, 1" juillet 1848.

34 Viollet Α., Récit fidèle et complet des journées de juin 1848, Paris, Dentu, 1848, p. 47.

35 Reymond Des Menors R., Le faubourg Saint-Antoine du 23 au 27 juin 1848, Paris, s.d., p. 6.

36 Pagès-Duport M.-Α., op. cit., p. 6.

37 Maurin Α., Documents pour servir à l’histoire de la Révolution de 1848. Journées révolutionnaires des 23, 24, 25, et 26 juin 1848, Paris, 1848, p. 92.

38 La Providence, 1er juillet 1848.

39 Précis historique des journées de juin 1848, Douai, 1848, p. 9.

40 Gazette Médicale de Paris, 22 juillet 1848.

41 La Lancette Française, 8 juillet 1848.

42 La France du xixe siècle, 26 juin 1848.

43 Lecouturier H., Paris incompatible avec la République. Plan d’un nouveau Paris où les révolutions seront impossibles, Paris, 1848, p. 108.

44 Mesures à prendre pour empêcher les barricades dans Paris, Paris, 1848.

45 Kien B., « Les journées de juin », in Précis historique des journées de juin, Paris, 1848, p. 72.

46 D’après une intéressante source manuscrite fournie par le mémoire rédigé par l’un des gardes nationaux, Gobin : « Récit des événements qui ont précédé ou accompagné la mort de Monseigneur L’Archevêque de Paris ; rapport au Capitaine commandant du 5e escadron de la Garde Nationale », Archives de la Préfecture de Police de Paris, AA, 428.

47 Ainsi R. Limouzin-Lamothe l’affirme-t-il, avec des arguments convaincants, à partir du rapport médico-légal d’autopsie, et du récit du garde national Théodore Albert publié dans L’Ami de la Religion du 8 juillet 1848. Cf. Limouzin-Lamothe R., Un archevêque aux barricades, Paris, Cercle catholique des intellectuels français, 1948.

48 « Un nouveau Golgotha », par Barillot, ouvrier lithographe, in La Providence, 7 juillet 1848.

49 Titre de l’article de F.-P. Bowman dans la revue Romantisme, n° 31, 1981, p. 17-35.

50 Mort de Monseigneur l’Archevêque de Paris, Paris, 1848, pièce.

51 Viollet Α., op. cit., p. 48.

52 Détails curieux et jusqu’alors inconnus sur la mort de Mgr Affre, Paris, 1848.

53 Cf. à ce propos F.P. Bowman, Le Christ Romantique, Genève, Droz, 1973, ch. 11 : « 1848 : le Christ aux barricades ».

54 L’expression est employée dans les Annales médico-psychologiques, en 1850, par A. Brierre de Boismont dans le compte rendu d’une brochure allemande intitulée De morbo democratico, largement inspiré des journées de juin au faubourg Saint-Antoine. S’y inscrit une étape sans doute décisive dans le processus de « psychiatrisation » des foules révolutionnaires.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540