Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les historiens médiévistes face aux défis contemporains

L’historien médiéviste et la pratique des textes : les enjeux du tournant numérique

Paul Bertrand, Marjorie Burghart, Anne-Marie Eddé, Anita Guerreau, Olivier Guyotjeannin et Aude Mairey

Texte intégral

1Les technologies numériques sont déjà bien présentes dans nos activités professionnelles, comme dans notre vie quotidienne. Mais elles s’y sont introduites de manière plutôt subreptice. Or, comme l’a souligné Jean-Philippe Genet, il s’agit d’un véritable changement de système technique et l’on peut faire l’hypothèse qu’il va, dans les décennies à venir, introduire des transformations profondes dans nos pratiques de recherche.

2Le développement de ces techniques s’est fait hors de notre milieu scientifique et c’est aussi hors de lui que se manifeste la volonté de réfléchir aux enjeux de ce mouvement, notamment parmi les spécialistes d’hypothétiques « sciences de l’information » et parmi les techniciens de l’informatique. Il paraît donc urgent d’entamer à notre tour, en tant qu’historiens médiévistes, une telle réflexion, portant tant sur l’évolution de nos procédures de travail et de nos méthodes de recherche que sur celle de la formation des futurs historiens. Le passage du support manuscrit ou papier au support numérique ouvre des possibilités d’accès aux documents et de traitements radicalement nouvelles, mais suppose aussi une transformation profonde de nos modes de lecture et de notre représentation de ce qu’est un document. Or, pour l’instant, le domaine du numérique, au-delà des usages minimaux de l’ordinateur personnel et d’Internet, semble toujours réservé à de petits groupes de chercheurs qui ont fait l’effort, incontestablement pénible et long, de se donner les moyens d’une maîtrise au moins approximative d’outils complexes ; même dans ces petits groupes, les potentialités extrêmement riches de ces outils sont encore faiblement exploitées et leurs effets probablement encore difficiles à imaginer. Nous avons choisi de faire le point sur quelques aspects de cette révolution technique qui nous ont paru importants : les portails et les corpus ; l’édition papier et l’édition en ligne ; la critique du document numérique ; l’élaboration de nouveaux outils de traitement. Dans tous les cas, nous avons tenté de fournir des références permettant à ceux qui le souhaitent d’aller au-delà de nos considérations d’ordre général. On trouvera quelques constats communs entre les différentes parties, ils dessinent les contours d’une situation dans laquelle quelques questions se posent de manière particulièrement pressante.

Portails et réseaux médiévistiques sur Internet (Aude Mairey)

  • 1 P. Rygiel, « Portes, portails et téléportation », en ligne sur le site Ménestrel (http://www.ext.up (...)

3Portails et réseaux constituent, pour les médiévistes comme pour de nombreux utilisateurs d’Internet, des nœuds d’accès essentiels à ce dernier. Ils sont de plus en plus omniprésents dans notre travail, même s’ils sont parfois écrasés par ce que l’on pourrait qualifier d’impérialisme de Google. Ils constituent donc évidemment un enjeu de taille dans un contexte de croissance exponentielle d’Internet comme médium. Mais qu’est-ce qu’un portail ? Qu’est-ce qu’un réseau ? Le terme « portail » est tellement entré dans le vocabulaire commun qu’on ne s’interroge plus vraiment sur la nature de ce qu’il recouvre. Et comme l’a finement noté Philippe Rygiel, dans son intervention lors de la journée d’étude consacrée aux portails médiévistiques en octobre 2005, certains sites sont davantage des ponts entre des utilisateurs et des passeurs que des portes délimitant des territoires1. Pour faire court cependant, on peut noter que l’objet d’un portail est soit de donner accès à d’autres sites, de manière plus ou moins hiérarchisée et plus ou moins critique, soit de donner accès à des bases de données numérisées (ce qui nous renvoie à la question du corpus), soit de faire les deux à la fois.

  • 2 Pour les adresses de ces différents sites, voir la liste donnée en annexe.

4Pour ma part, je souhaiterais m’attarder sur certains grands sites qui poursuivent des objectifs souvent ambitieux et que l’on pourrait peut-être qualifier de réseaux. Pour l’histoire médiévale, ces sites sont assez peu nombreux, mais constamment cités : parmi les principaux, se trouvent le site italien Reti Medievali, dont nous avons ici l’un des principaux représentants, Andrea Zorzi, le site allemand Mediaevum, les sites américains Labyrinth et ORB (encore que ces derniers soient pour l’instant en sommeil, puisqu’ils n’ont pas été mis à jour récemment) et, bien sûr, Ménestrel, qui se trouve actuellement en cours de rénovation complète et dont la SHMESP est l’une des institutions partenaires2.

  • 3 Je me permets de renvoyer pour cette question à A. Mairey, « L’histoire culturelle du Moyen Âge dan (...)

5Ces sites ont plusieurs points en commun. Comme tous les portails, ce sont d’abord des outils de travail précieux pour naviguer sur la toile, et c’est d’ailleurs pour cette fonction qu’ils sont le plus connus et utilisés. Les choix qui ont présidé à leur structuration sont variés, notamment pour la présentation des différents sites recensés. Certains ont opté pour une présentation thématique de ces derniers : c’est le cas, par exemple, de Labyrinth, qui propose une cinquantaine de thèmes reflétant bien les préoccupations historiographiques des participants, assez nettement tournées vers l’histoire culturelle et souvent marquées par l’interdisciplinarité, en particulier entre histoire, littérature et histoire de l’art (on peut citer, par exemple, la chevalerie, l’astronomie, la cuisine, les langues médiévales, mais aussi la philosophie et, bien sûr, spécialité des Anglo-Saxons, les gender studies). Le sous-titre du site, « Resources for Medieval Studies », est à cet égard significatif : les Medieval Studies, très présentes aux États-Unis et dans les îles Britanniques, se présentent comme un regroupement des différentes disciplines d’études du Moyen Âge3. Ménestrel a également choisi un regroupement thématique dans sa section intitulée « Répertoire de l'Internet ». Cette dernière propose un recensement présentant aussi bien des disciplines étudiant le Moyen Âge – l'archéologie, mais aussi la sigillographie, l'épigraphie ou l’héraldique – que des pages thématiques sur l’alimentation, la philosophie ou l’histoire religieuse et des pages sur différents types de sources (les cartulaires, les encyclopédies, etc.). Mais Ménestrel constitue également un répertoire – certes encore incomplet mais déjà bien fourni – de la recherche en Europe, grâce aux « pages nationales », regroupées désormais dans une section distincte, qui permettent de se faire une idée des structures de la recherche et de l’enseignement dans une dizaine de pays européens. D’autres sites, comme Mediaevum, sont structurés un peu différemment, en mettant davantage l’accent sur les types de ressources disponibles sur Internet et ailleurs. On trouve de grandes sections concernant les bibliographies, les bases de données et les projets de recherche – les éléments sur les manuscrits ou la littérature étant cependant regroupés séparément.

  • 4 C’est par exemple tout l’objet de la nouvelle section de Ménestrel intitulée « Collections Ménestre (...)

6Dans tous les cas, on retrouve cependant à peu près les mêmes types de contenus cartographiés, que l’on peut regrouper en quatre grands domaines qui dépassent souvent le seul champ d’Internet. En premier lieu, se trouvent en effet des éléments sur la structuration institutionnelle de la recherche, de manière plus ou moins accentuée (dans Mediaevum, par exemple, une section est consacrée aux adresses et sites des acteurs de la recherche). Apparaissent également des liens vers des sites de corpus et donc vers des sources disponibles en ligne (certains de ces portails, comme l'Internet Medieval Source Book, abritent d’ailleurs eux-mêmes des corpus). Ces portails renvoient, en troisième lieu, à des outils de la recherche, en particulier des outils bibliographiques (sous forme de base de données ou non). Enfin, on peut avoir accès à des liens vers des travaux de chercheurs, que ce soit sous forme de métadonnées (bases de données, logiciels spécifiques, etc.)4 ou sous forme de productions visant à présenter des résultats synthétisés, à destination d’autres chercheurs, mais aussi d’étudiants. L’ORB, par exemple, comprend une section très fournie de cours spécialement rédigés pour le site, à destination des étudiants des Medieval Studies (surtout en histoire et en littérature). Mediaevum consacre, pour sa part, une section spécifique aux outils disponibles pour les étudiants des premières années d’études (surtout centrée sur l’histoire de l’Allemagne). On trouve aussi au sein même de ces réseaux des articles plus pointus mis en ligne gratuitement. En tout cas, une des idées directrices dominant la conception de ces sites est constituée par un souci de sélection qualitative, et cela concerne aussi bien les sites institutionnels que les sites personnels. La dimension herméneutique est évidente, même si elle n’est pas exclusive.

7Ces grands sites entendent donc couvrir l’ensemble du champ de l'histoire médiévale, que ce soit sur le plan du contenu de la recherche ou sur celui de sa structuration et de son enseignement, et ce bien au-delà de ce qui se trouve uniquement sur Internet. Car leur objectif est, me semble-t-il, non seulement d’offrir un accès réfléchi à Internet, mais aussi d’ouvrir des horizons (des étudiants en particulier) vers les outils « traditionnels » de la recherche (archives, bibliothèques, etc.). Mais certains vont plus loin encore en proposant une approche du Moyen Âge destinée au grand public. C’est le cas de Mediaevum notamment, qui comprend une section intitulée « Satura medievalis », proposant par exemple des liens portant sur le Moyen Âge au cinéma ou des sites de reconstitution. Ces grands sites, qui sont toujours nourris par des enseignants et des chercheurs, ont en tout cas une validité scientifique réelle, et ce quel que soit leur mode de fonctionnement institutionnel (partenariat entre institutions, associations d’enseignants-chercheurs, etc.). Mais ils remplissent parfois d’autres fonctions et c’est aussi en cela qu’ils sont plus que de simples portails. En effet, certains constituent des espaces d’échanges pour les médiévistes. C’est en particulier le cas de Reti Medievali, mais aussi de Ménestrel. On y trouve non seulement une présentation de l’actualité de la recherche médiéviste (colloques, publications, etc.), mais aussi des possibilités de discussion entre enseignants-chercheurs. De manière peut-être moins visible enfin, ces sites sont des espaces de discussions entre rédacteurs : les assemblées générales successives de Ménestrel ont montré par exemple que les réflexions sur l’herméneutique, au cœur des questionnements du site, sont extrêmement dynamiques au sein de la communauté des rédacteurs (et les débats sont d’autant plus fructueux qu’ils ont une dimension internationale).

8Finalement, il me semble que deux enjeux majeurs peuvent être dégagés de cette brève présentation. Le premier est bien sûr d’ordre scientifique, puisque l’objectif essentiel de ces sites est de permettre aux historiens, aux étudiants et aux non-spécialistes qui utilisent Internet d’accéder à des contenus scientifiquement validés dans un environnement où le pléthorique est de règle et où l’on peut trouver le pire et le meilleur. Il faut souligner que cet enjeu scientifique se situe à la fois au niveau international et au niveau interdisciplinaire. Au niveau international, puisque ces grands sites permettent aussi de découvrir et de mieux maîtriser les historiographies des différents pays. Au niveau interdisciplinaire, puisque la plupart d’entre eux concernent tout aussi bien l’histoire que l’histoire de l’art, la littérature ou encore l’archéologie. Quel que soit le niveau envisagé, cela constitue une ouverture qui est un atout précieux pour notre pratique quotidienne. Le second enjeu est de nature plus médiatique : les communautés de médiévistes, en effet, dans le cadre de l’importance grandissante d’Internet et plus généralement des évolutions rapides de notre système de communication, doivent absolument accroître leur visibilité, mais une visibilité associée à leur rigueur scientifique, la seconde ne pouvant être sacrifiée à la première...

Éditions papier/éditions en ligne (Marjorie Burghart et Anne-Marie Eddé)

Les questions préalables

  • 5 « L’histoire des médias montre qu’à chaque apparition d’un nouveau support, les hommes ont cherché (...)

9Dans l’ère nouvelle qui est aujourd’hui la nôtre, celle de l’« incunable numérique », nous sommes de plus en plus souvent confrontés au choix entre une publication sur papier et une publication en ligne. Éditions de sources, instruments de recherche, bibliographies, monographies, revues, les types de documents concernés sont très divers. Le sujet des revues et des enjeux de leur mise en ligne faisant l’objet d’une table ronde spécifique, lors de ce congrès, nous envisagerons ici essentiellement l’édition en ligne de corpus de sources et d’outils de recherche sur les sources (catalogues, inventaires, répertoires, etc.) afin de poser les questions qui font encore débat. Pourquoi choisir un support plutôt qu’un autre, publier sur papier ou en ligne ? Dans le cas d’une édition électronique, faut-il dépasser les limites du support papier ou se contenter de reproduire sur un support numérique ce que l’on aurait fait sur papier, une copie tout juste plus facile à diffuser, à l’image des premiers imprimeurs qui cherchaient à reproduire la mise en pages des manuscrits5 ? Quels sont les enjeux et les risques d’une telle évolution, et comment s’y adapter en préservant la qualité de nos recherches ? Pour lancer le débat, il nous a semblé intéressant de comparer les avantages et les inconvénients respectifs de l’édition classique sur papier et de l’édition électronique sous quatre angles différents : l’utilisation du texte, le processus de validation, la chaîne éditoriale et le modèle économique, et enfin la pérennité de l’édition.

Utilisation du texte

10Pour ce qui touche à l’utilisation du texte, les avantages de l’édition électronique sont évidents. Celle-ci permet des recherches lexicales approfondies et une exploration du texte sans commune mesure avec le papier. L’hypertexte offre aussi la possibilité de mettre en relation dynamique un texte et des données qui le décrivent (par exemple un manuscrit et un catalogue, ou une source et son commentaire) et d’établir de nombreux liens multimédias qui permettent de passer facilement d’un texte à l’autre ou d’un texte à une image. Alors qu’il semble de plus en plus difficile de faire admettre à certains éditeurs la présence d’index, de notes de bas de page ou de planches en couleurs, dans les ouvrages imprimés, l’édition électronique semble s’imposer comme le moyen de dépasser ces contraintes. Sous cet aspect, elle peut apparaître, pour les possibilités de recherche et de consultation qu'elle offre, comme un médium idéal, même si elle reste beaucoup moins pratique et agréable que la publication sur papier pour la lecture séquentielle d’une œuvre qu’on souhaite feuilleter et appréhender dans son ensemble.

  • 6 Un accord de ce genre a été passé entre la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de recherch (...)
  • 7 http://www.cn-telma.fr/.

11Le choix d’une édition électronique ne fait plus question pour tout ce qui touche aux bases de données, qui sont de plus en plus nombreuses a passer en ligne. La question de l’avenir du papier se pose aussi pour d’autres instruments de travail comme les catalogues, les inventaires ou les dictionnaires, pour lesquels l’édition électronique offre de grandes possibilités de recherches. De nombreux catalogues sont déjà en ligne ou sur le point de l’être, alors que d’autres sont encore imprimés sur papier. Parfois des solutions mixtes permettent de mettre en ligne gratuitement des notices abrégées et de confier à un éditeur la publication sur papier des notices complètes6. Au-delà de ces instruments de recherche, des éditions de textes commencent aussi à fleurir sur Internet. Des portails tels que Ménestrel ou Reti Medievali, qui les répertorient, permettent de mesurer l’ampleur du phénomène. Ces éditions peuvent être la simple mise en ligne de versions imprimées existantes (comme la Library of Latin Texts, la Patrologia Latina Database et bien d’autres), ou bien des éditions princeps (comme celles que l’on trouve sur la plate-forme TELMA7, par exemple). Ces éditions électroniques possèdent une particularité essentielle : l’interactivité. Les lecteurs peuvent être invités à signaler les erreurs de l’édition et de l'apparat critique. Dans ce cas, l’édition peut être considérée comme un état provisoire et évolutif. Cette « mouvance » du texte électronique pose alors un problème de taille, celui de la validation scientifique.

Processus de validation

12Une édition papier est datée, arrêtée mécaniquement à un état donné. Elle peut bien sûr être révisée, rééditée, mais la nouvelle version n’écrase jamais la précédente, et l’on peut donc reconstituer la progression de la recherche. L’édition électronique peut, elle, être reprise à volonté, par petits bouts, sans que cela apparaisse clairement. Certes, il existe des solutions techniques pour permettre d’assurer le suivi des modifications, mais elles relèvent de l’autodiscipline des éditeurs, alors que le papier l’impose par nature. C’est peut-être là que se trouve la différence essentielle avec l’édition papier et que se pose de façon la plus cruciale le problème de la validation. On peut se demander si la possibilité d’améliorer facilement une édition électronique ne va pas pousser les chercheurs à mettre en ligne des travaux inachevés et qui le resteront. Le risque serait alors de voir les éditions en ligne comme d’éternelles épreuves à corriger.

  • 8 M. Dacos, « L’évaluation et la validation de l’information scientifique en sciences humaines et soc (...)

13Si les chercheurs connaissent bien, aujourd’hui, les voies de la publication papier et savent à quelle revue ou à quel éditeur s’adresser en fonction de leur article ou de leur monographie, les choses sont beaucoup moins claires dans le domaine de l’édition électronique. Il existe beaucoup d’initiatives dispersées et de tâtonnements. Certaines institutions ont mis en place leur propre site d’édition électronique, comme l’École nationale des chartes ou l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), et l’on peut espérer que des plates-formes institutionnelles communes d’édition électronique se développeront dans l’avenir. Mais alors que, dans le monde de l’édition papier, le passage obligé par une collection, un comité scientifique, un éditeur met en place un filtre de qualité (contestable parfois mais qui a le mérite d’exister), sur Internet, n’importe qui peut se déclarer auteur et entretenir une relation directe avec ses lecteurs, sans passer par un éditeur. C’est la notion même d’autorité qui est en cause au fur et à mesure que se met en place ce que Marin Dacos une appelle « nébuleuse d’autorités8 ». Les lecteurs font le tri comme ils peuvent, et l’autorité de l'institution ou de l’auteur lui-même – s’il s’agit d’une personnalité reconnue – remplace l'autorité de l’éditeur. Dès lors, comment mettre en place des instances de validation ? Deux choix sont offerts : se calquer sur ce qui existe pour le papier en imposant les mêmes filtres classiques, ou explorer de nouveaux modèles comme celui de la validation par la communauté (qui donne pour Wikipédia des résultats plus ou moins heureux).

Chaîne éditoriale et modèle économique

14Au-delà de la validation, c’est le problème de la chaîne éditoriale – et accessoirement de son modèle économique – qui se pose. Que ce soit sur papier ou en ligne, éditer est un métier. Dans un cas comme dans l’autre, il faut savoir choisir les textes (d’où l’importance des comités scientifiques), les mettre en pages, les mettre en ligne, créer des collections, des séries, assurer la diffusion. Pour l’édition électronique, les difficultés sont plus grandes encore, puisqu’un aspect supplémentaire de maîtrise technique vient s’y greffer. Il faut donc des professionnels de l’édition pour assurer ces tâches. Si l’on souhaite ne plus avoir recours à des éditeurs commerciaux afin d’assurer la gratuité et le libre accès aux résultats de la recherche – une question qui ne se posait pas dans le cas de l’édition papier –, cela suppose que nos institutions y consacrent des moyens financiers et humains conséquents : développer des filières universitaires, en lien avec le CNRS, pour former à ces nouveaux métiers, créer des postes d’ingénieurs, assurer une plus grande stabilité des postes et proposer une redéfinition des métiers. Actuellement, au CNRS et dans les universités, on ne sait pas très bien dans quelle branche d’activité professionnelle classer les éditeurs électroniques : on les retrouve, selon les cas, en informatique, en documentation-édition ou bien encore en sciences humaines, et leur activité manque de reconnaissance et de mise en valeur.

15L’absence de coûts d’impression et de diffusion de l’édition électronique la rend sans doute moins chère que l’édition classique, mais l’on ne peut sous-estimer son coût si l’on veut garantir sa qualité et sa pérennité. Et même si tous les chercheurs préfèrent la liberté d’accès aux travaux scientifiques, il convient de rester prudent dans les relations avec les éditeurs privés, notamment ceux – ils sont de moins en moins nombreux – qui acceptent encore de publier des travaux d’érudition.

Pérennité

  • 9 Cf. P. Bertrand et Th. Buquet, « L’IRHT : un exemple de chaîne éditoriale multi-supports », Présent (...)

16La pérennité d’une édition électronique peut être considérée sous deux aspects : celui de la référence et celui de l’archivage. En ce qui concerne la pérennité de la référence, il est nécessaire, pour une édition en ligne, de veiller à son accessibilité à long terme9. La stabilité des adresses (URL) participe de cette problématique : certains sites (comme Revues.org) s’attachent à assurer la pérennité des URL, ce qui n’est pas sans demander un certain investissement technique et éditorial. Mais qu’en est-il des institutions qui publient sur leur propre site, sans avoir forcément de nom de domaine propre (par exemple, un laboratoire dont le site est hébergé sur le serveur d’une université ou d’une Maison des sciences de l’homme), et qui peuvent elles-mêmes disparaître ou changer de nom au fil des restructurations ? La pérennité de la référence est nécessaire pour citer une édition en ligne. Des normes commencent à exister pour les références bibliographiques aux documents électroniques (Z 44-005-2 et ISO 690 2), et certaines revues prennent même le soin d’indiquer la façon de citer leurs articles, mais il reste des progrès à faire : notamment, comment faire référence à un point précis du texte, là où l’on utilise les pages dans le modèle papier ?

17Quant à la pérennité des données, elle pose le double problème de la maîtrise dans le temps long des formats de données et des supports d’archivage. En ce qui concerne les formats, on peut espérer que l’utilisation de formats ouverts, non propriétaires, comme XML, et des règles communes d’encodage des textes, comme celles définies par la TEI (Text Encoding Initiative)10 permettront à la fois d’assurer l’interopérabilité des programmes et de maîtriser les effets de l’obsolescence technologique. Quant a l'archivage, la Bibliothèque nationale de France est naturellement amenée, de par ses missions de dépôt légal et de conservation du patrimoine publié, à se préoccuper des éditions en ligne, et mène actuellement des expérimentations pilotes sur des corpus ciblés.

18Sans doute peut-on distinguer plusieurs types d’éditions en ligne, en fonction non seulement de leur contenu, mais aussi de leur état d’achèvement, ce qui constitue une nouveauté par rapport à l’édition papier. D’une part, on discerne une édition « souple » et évolutive, ou plutôt une communication de la recherche en train de se faire, de s’écrire : elle comprend la littérature grise, des documents préparatoires, des éditions inachevées mais qui peuvent rendre des services, des bases de données en cours d’élaboration, ou encore la mise en ligne de notices, même si elles comportent des erreurs. D’autre part, une édition « stricte » plus proche de l’édition traditionnelle, c’est-à-dire validée à un moment donné, à laquelle on peut renvoyer et faire référence. Il ne s’agit pas d’opposer ces deux modes d’édition, mais de souligner plutôt leur complémentarité et d’analyser les conséquences du développement rapide de l’édition en ligne pour l’édition papier dans nos disciplines. Le développement de l’impression à la demande d’une édition en ligne, encore très peu proposée, pourrait également constituer un nouveau pas vers cette complémentarité papier/en ligne : l’expérience des eBooks proposés par Reti Medievali est à ce titre pionnière.

19Espérons, enfin, que la qualité d’une publication ne devienne pas le critère déterminant dans le choix d’éditer sur papier ou sur support électronique, en réservant le papier aux publications jugées les plus importantes et en utilisant les nouvelles technologies simplement pour réduire – de façon illusoire – les coûts d’édition des publications jugées secondaires. L’édition électronique ne pourra se construire réellement que si l’on cherche à prendre en compte les possibilités nouvelles qu'elle offre pour l’exploitation des données et des textes, et pas seulement des critères économiques de coûts d’impression et de diffusion.

Une critique à inventer (Paul Bertrand et Olivier Guyotjeannin)

  • 11 Outre les portails déjà évoqués, voir la tentative de recensement, méritoire mais pas toujours conv (...)

20Internet, comme l’on dit, est plein de ressources et de sources, que l’on a du mal à saisir d’un regard tant les entreprises fleurissent en ordre dispersé11. « On trouve tout sur le web », disent beaucoup d’étudiants (et de chercheurs). Certes, mais l’appréhension de ce « tout » est délicate. La recherche des sources s’est encore compliquée, malgré les apparences : l’accès est certes plus rapide, mais la validité critique des « éditions » que l’on trouve sur Internet se révèle encore davantage sujette à caution. À nous lire ici, on pourrait craindre que les prochaines lignes soient amères et désabusées... Il n’en est rien : elles sont l’expression d’un credo enthousiaste et optimiste, mais sans naïveté. Faire réussir le tournant numérique à l’édition scientifique des sources, c’est avant tout établir les fondements d’une nouvelle critique. Voici quelques réflexions qui pourraient modestement y contribuer.

21Les entreprises qui brassent les textes, auxquelles se bornent notre expérience et notre intervention, sont porteuses de bouleversements pour le travail sur les sources (quelques rares initiatives – surtout allemandes exceptées, c’est l’édition électronique qui permet enfin d’affronter l’océan des actes et des textes-fleuves des xiiie-xve siècles, avec tout ce que cela comporte de questionnements en retour sur la vie des formules, la circulation des modèles, la quantification de la production et de la réception d’écrit, les procédés de compilation, etc.). Mais autant les espoirs de dilatation du regard sont grands, autant les dangers de mésusage sont potentiellement lourds et sûrement très mal mesurés en la période pionnière que nous vivons ou venons de vivre. Le paysage est très difficile à enfermer en quelques traits et il est à peine reconnu, car avant tout très éclaté – un constat que l’on pourrait élargir à l’ensemble de l’Internet « pédagogique », avec la pauvreté quantitative, et souvent qualitative, des sites recensés comme utiles à l’enseignement de l’histoire médiévale et plus encore moderne12, face à l’histoire antique des Pyramides, à l’histoire contemporaine des « actualités », à la géographie des satellites et des cartes en ligne. Les potentialités ne sont pas encore toutes explorées, les corpus sont encore maigres et disjoints, les utilisations encore infimes. Un peu de pratique laisse pourtant déjà pressentir des risques, appelant l’invention et la diffusion de méthodes d’approche et d’usage raisonné, bref d’une critique. Ces risques sont d’ailleurs pressentis par bien des historiens : aux haussements d’épaules ont succédé les imprécations véhémentes, les mises en garde contre l’Internet « dangereux » pour l’historien, soulignant le propos avec des exemples convenus, comme la célèbre Wikipédia13. Le dernier colloque de l’atelier « Histoire et informatique14 », à Florence, a bien montré que les historiens, s’ils ont adopté Internet et parsèment leurs dossiers ANR de projets de mise en ligne, ou mésusent d’Internet eux-mêmes ou n’en usent pas. Les risques critiques sont réels, mais les a-t-on bien définis ?

Pour un inventaire des risques

22L’imprimerie au xvie siècle, les grands réseaux érudits du xviie, dans une mesure moindre les grands traités des xviiie-xixe siècles ont offert de nouvelles méthodes et de nouveaux champs aux faussaires. Si une vaste carrière s’ouvre sans doute à la manipulation des images, on doit craindre bien plus des manipulations déguisées et, pis, involontaires, car, en un sens rapprochés du lecteur, servis à domicile, mis en relation entre eux par la magie de l’hypertexte et la simplicité du clic, les documents électroniques sont aussi, comme paradoxalement, plus lointains, plus difficiles à aborder.

Les numérisations de documents originaux

  • 15 Des exceptions, il est vrai : le fonds de Clairvaux aux Archives départementales de l’Aube (cartula (...)

23Cette distanciation insidieuse tient, en premier lieu, à la coupure du lien avec le document matériel. L’image numérisée sape l’émotion, dématérialise le manuscrit ; après le microfilm, qui au moins était souvent consulté à proximité des originaux et dont l’altérité était évidente, elle masque l’organisation du volume en cahiers, elle atténue trous et taches ; elle néglige souvent les notes dorsales de la charte ; elle éloigne de l’original par l'irrespect des couleurs, l’affadissement des contrastes, le nivellement des différences de dimension où les contraintes de taille de l'écran sont tyranniques... Encore plus grave, la coupure du lien entre le document et son environnement (la collection, le dossier, le fonds, etc.) procède de contraintes économiques, car la numérisation est coûteuse et lourde de fabrication et de maintenance (contrôle, stockage, etc.), et implique (pour l’heure au moins ?) des entreprises souvent ponctuelles et/ou partielles. En bref, elle tend à imposer, même aux institutions d’archives, sensibles aux questions d’articulation interne aux fonds, la logique du microfilmage suivie par les bibliothèques : coups de sonde, numérisation de « belles pièces », du recto de l’acte sans le verso, de monuments précieux/fragiles, isolés, sans réglette, etc.15.

  • 16 De même que les muséographes décrivant les « instruments de musique » d’autres sociétés « premières (...)

24Le mirage de l’« édition électronique », où l’éditeur juxtapose des images de qualité moyenne, où le document est aplati, tiré de son contexte, avec une transcription rapide voire pas de transcription du tout, sans aucun élément identifiant, est un danger réel pour l’édition critique et l’historien : qui va dorénavant se lancer dans une édition critique d’un texte dont les « principaux » (mais sont-ils les principaux ?) manuscrits sont reproduits sur le web en image numérique ? Les grands textes trouveront acquéreurs, mais les textes courts, les chartes ? Qui sera animé par l’esprit de dom Quentin et de Félix Grat, amassant les reproductions de manuscrits pour faire de l’édition critique en chambre ? De façon très empirique, c’est une longue expérience de consultation des originaux (de plus en plus entravée, par ailleurs, par les impératifs de la conservation) qui alerte sur les failles, qui permet de remplir mentalement les vides de la structure, de concevoir les imperfections ou plutôt les blancs de ce mode de représentation. L’illusion de la « reproduction » numérique est de l’ordre de la reconstruction « postmoderne » : la personne qui « édite » de la sorte un document en reproduction donne à lire sa propre vision de l’œuvre16. Seule la vision de l’œuvre remise dans son contexte culturel et archivistique permettra de la comprendre correctement.

Textes et extraits de texte

  • 17 Une « ontologie », dans le monde du « web de données », est un système de représentation des connai (...)

25Au risque de distanciation s’ajoutent les effets d’une imparable atomisation : la consultation par « page » (en fait, un rotulus) impose, si l’on veut s’y retrouver, de mettre un acte, une section de texte par « page ». L’extraordinaire possibilité de faire des allers-retours entre document original numérisé et texte édité (qui décuple les possibilités de contrôle et d’appropriation de l'édition par le lecteur), de naviguer entre plusieurs pages (plus vite et plus pertinemment que dans le volume papier, surtout si l’éditeur a préparé le travail, donc tracé les routes), cette révolutionnaire possibilité arrive pourtant assez vite à saturation ; les actes, les sections de texte se trouvent largement coupés de leur contexte. Pis, les moyens de navigation donnent une fausse impression de contrôle de la matière : l’éclatement hypertextuel est un leurre, donnant l’impression d’une liberté plus importante qu’avec le papier, alors que c’est tout le contraire : à la merci de chemins de lecture préparés d’avance, le lecteur se voit imposer le cheminement de l’éditeur et n’aura guère d’autre choix. L’hypertexte se présente encore plus comme un leurre, si l’on sait que la structure qui préside à la conception des pages est une structure traditionnellement hiérarchique, en forme de base de données, et non une structure relationnelle ouverte « en étoile ». Seule l’utilisation des techniques nouvelles, comme celles qui sont mises en œuvre dans les « ontologies », permet d’entrevoir de vraies avancées : encore faudra-t-il oser penser différemment son édition17. L’atomisation peut être plus grave encore quand les requêtes produisent des extraits de textes, tronçons que l’on sait tout de même depuis plusieurs années enrober d’un minimum de repérage (date et auteur, par exemple) et, depuis moins longtemps, relier d’un clic au texte entier. Mais restituer l’information dans le contexte supérieur (raccrocher l’acte à l’édifice du cartulaire, au fil chronologique du corpus, etc.) est une tout autre affaire. Pour naviguer dans un livre imprimé, une bonne vieille carte mentale suffit (l’introduction au début, les textes, les annexes, la table des matières) ; le « surfeur », lui, évolue en pleine mer et il lui faut embarquer sonar et GPS.

26Il est des effets de nivellement plus insidieux. Sur l’édition papier (sur le volume original, sa photocopie, sa numérisation image, etc.), c’est un coup d’œil à la typographie, au format, au nom de la collection, au nom de l’éditeur (mais aussi bien parce que nous y avons été formés, plus ou moins sur le tas ou sur le tard) qui nous incitera d’entrée à la méfiance quant à la qualité ou à l’exhaustivité de la publication, de son index. À l’opposé, le regard à la fois large, atomisé et égalisateur que procure le corpus électronique aplanira faussement les difficultés, pis, donnera une sorte de caution globale à tous les textes, devenus paroles d’Évangile (ou parole de Google), alors qu’ils sont plus ou moins bien transmis (tout copiste pèche), plus ou moins bien transcrits (tout éditeur pèche). Doublons, cacographies deviennent alors autant de mines menaçant la trouvaille ou l’inventaire du lexique, l’interprétation juridique, la reconstitution prosopographique, etc. Ce dernier problème se trouve décuplé si l’on regroupe des corpus et s’aggrave encore si l’on décide de saisir ou numériser des éditions pré-existantes. Le choix est vite fait et impose une cruelle alternative pour éluder le problème très lourd des droits (soixante-dix ans, plus les années de guerre, après la mort de l’éditeur scientifique, or les éditeurs vivent souvent très vieux) : ou ne traiter que des éditions anciennes, donc souvent les moins bonnes, à nos yeux, et gravement déficientes, pour la France, jusqu’à la fin du xixe siècle, ou ne présenter que des extraits et du coup accepter une atomisation encore accentuée de l’appréhension du texte. Nouveau miroir aux alouettes donc : les assemblages composites d’éditions vétustes et branlantes font illusion, les textes sont endimanchés et les éditions travesties, on leur donnerait le bon Dieu sans confession, alors qu’ils pourraient entraîner la damnation de n’importe quel historien un peu pressé ou naïf. C’est la même illusion que celle dont ont profité des générations d’étudiants avec l’apparition de la micro-informatique et du traitement de textes, quand ils déguisaient leurs mauvais mémoires sous des habits qui inspiraient confiance. In fine, c’est, le regard planté sur la lettre et non sur l’œuvre, la myopie qui guette l’historien face au document. Une myopie inattendue. Mais heureusement, des remèdes existent.

Une utilisation négligée

27Le dernier colloque de l’atelier « Histoire et informatique », à Florence, a souligné avec pertinence un comportement méprisant de la part des historiens vis-à-vis des sources et des travaux en ligne. Ces remarques sur les risques que nous venons de faire, on les retrouve éclatées, éparpillées, dans la bouche des uns ou des autres. De plus, le papier reste encore une nécessité culturelle, liée plus que probablement à notre milieu naturel de travail : l’écrit matériel, cet écrit qui constitue nos sources. Comme le style fait l'homme, le support fait la source : parchemin ou papier, pierre ou céramique, des supports vieux comme l’humanité, qui constituent notre milieu de vie et, par là même, notre milieu d’évaluation ! Envisager de découpler la source de son support naturel reste donc un supplice terrible pour l’historien. Ces risques, ces angoisses face au « virtuel », tout cela explique que l'historien utilise de manière négligente les documents mis en ligne : combien de citations de sources « en ligne » dans les travaux publiés ? Quelles problématiques président aux recherches sur le web, sinon la recherche par « mot » par le biais des moteurs de recherche, soumis aux suggestions sournoises des algorithmes de recherche de Google ? sinon la recherche « par mot » dans les grands ou moins grands corpus de textes en ligne ? Au-delà de ce mode de consultation, les historiens ne se sont encore guère emparés de l’outil. Pour dire les choses crûment : les médiévistes prônent la mise en place de bases de données, mais peu les utilisent et les citent dans leurs propres publications, qu’ils ne voudraient surtout pas voir électroniques.

Que proposer ?

28Délibérément hypercritiques jusqu’ici, nous n’entendons pas jouer les devins ou les guérisseurs, mais, dans le même esprit, souligner plutôt, sans exhaustivité, l’évidence de quelques parades ou correctifs.

Des avertissements hors structure

29Hors structure, de multiples possibilités existent d’abord pour avertir l’utilisateur – les véritables innovations pouvant porter moins sur le fond que sur l’attrait et la maniabilité de ces mises en garde. Il est en premier lieu indispensable de donner, diversifier, et mettre à jour (sûrement le plus difficile) une information extérieure (portails) et interne (notices d’emploi) précise, qui explicite, indissolublement liés, les choix historiographiques, méthodologiques et techniques. Et il faut organiser une vraie formation à ces instruments. Ponctuellement aussi, il faut ménager des introductions critiques. On peut ici rappeler, comme exemple et certes pas comme modèle, l’expérience de la numérisation texte et image d’anciennes éditions de cartulaires d’Île-de-France, par nécessité anciennes et parfois très déficientes18. Que faire en attendant la correction de tous les textes par de nouvelles équipes d’éditeurs (une perspective d’ailleurs en opposition avec le principe « patrimonial » de numérisation qui est à l’origine du projet) ? On a voulu y parer par des introductions critiques étoffées sur l’ancrage historique, la conception, le mode de fabrication, les défauts, les lacunes des éditions présentées, avec les grandes pistes archivistiques et bibliographiques de mise à jour. Ces pages, préparées avec enthousiasme par les étudiants de l’École des chartes à la fin de leur scolarité, sont essentielles, mais, en l’état actuel de présentation, il n’est pas sûr qu’elles résoudront tous les problèmes (lecture très linéaire par ceux-là seuls qui en font l’effort, dans un contexte très monographique d’approche) et éviteront toutes les naïvetés d’exploitation. Car, de façon générale, les introductions ne sont pas lues ou fort peu, et peut-être encore plus en configuration « électronique » : une fois le moteur de recherches maîtrisé, combien de chercheurs mettent-ils en contexte leurs résultats à la lecture de l’introduction ?

Intégrer à la structure des outils de critique

  • 19 Un exemple de pratique qui tend à cette association au mode de tradition manuscrite, pour les notic (...)
  • 20 Un minime exemple lexicographique : le dictionnaire de Du Cange enregistre un hapax asthagium sur l (...)

30Nécessaires donc, ces guides extérieurs ne sont pas suffisants. Il faut donc en imaginer d’autres, qui soient plus proches du cœur ou de la racine. Que faire ? Éveiller le soupçon, pour commencer. Dans un KWIC, on note (si l’on fait dans la dentelle) les informations minimales de repérage, l'identity-kit de l’acte (ou du texte) dont l’extrait est tiré (date et auteur, voire type de l’acte ; période, auteur, titre de l’œuvre, etc.). Personne n’a encore imaginé d’y associer, à défaut d’une notation par une échelle de bons points, une simple mention du mode de tradition du texte, qui incite déjà à une plus ou moins grande prudence19. Un problème qui est de tous les temps20, mais accru par le brassage accéléré des données. Permettre ensuite de rapporter la partie au tout, autrement dit, dans le cadre d’un accès atomisé, donner à voir le tout, les articulations, les contextes. Les outils sont nombreux, et le contraste entre leur flexibilité et leur faible emploi dénonce plutôt notre absence d’imagination, notre reproduction routinière des anciennes formules (introduction, édition, index). Les tables (générées automatiquement) peuvent être démultipliées et les possibilités phénoménales de tri permettent d’envisager des outils inédits d’approche et de critique : production instantanée d’une autre version du texte à partir de l’apparat critique (pré-formaté), d’un autre mode de rendu à partir d’un balisage, etc. Il faut encore chercher à multiplier les passerelles. La démultiplication des moyens de lecture, des clés d’entrée, des tables de lecture permet de croiser les regards et d’accroître l’acuité critique du chercheur. L’utilisation des « ontologies », déjà présentées, afin de décrire les sources et leur contenu, est hélas balbutiante dans le monde des historiens : cette nouvelle forme d’« indexation » dynamique et enrichie doit absolument trouver un écho dans le milieu des sciences humaines et sociales ; cela ne sera possible qu’en nous libérant de nos routines, qu’en dialoguant avec les spécialistes de la communication informatique.

31Autant de gages pour profiter à plein de possibilités de travail incommensurables, qui modifient autant le résultat que sa mise en œuvre. Les expériences récentes montrent ainsi les belles perspectives de la complémentarité entre éditions sur papier et éditions électroniques comme des voies insoupçonnées et riches d’avenir : loin d’être ainsi une mesure patrimoniale ou palliative, la numérisation des documents manuscrits systématiquement associée à l’édition bouleverse les possibilités de contrôle exercé par le lecteur sur le travail de l’éditeur.

Des labels ou une évaluation a posteriori ?

32Le problème pose de façon plus large la question de l’évaluation et du label de l’édition de sources : le vide actuel en matière d’édition électronique ne fait jamais que reproduire le vide en matière d’édition traditionnelle, même si les lourdes entreprises imposent d'elles-mêmes une concertation plus grande. Resteront les éditions « à compte d’auteur », ou même intégrées dans les grosses machineries mais pas toujours « aux normes », les grandes compilations organisées par quelques chercheurs nantis d’un bon scanner et de la volonté de mettre sur le web des scans d’éditions papier en masse. Resteront les masses textuelles traduites vaille que vaille, en anglais souvent, en français parfois, et sur lesquelles les étudiants se jettent avec avidité.

33C’est ici que s’impose l’évaluation a posteriori : ce qui pourrait apparaître comme une hérésie devient en fait une nécessité. Procéder à une évaluation des éditions de sources a posteriori, c’est déplacer le regard scientifique a priori, avant la publication, des comités de lecture, des directions de collection (certes toujours nécessaire, mais combien sont en activité pour les publications sur le web, en sciences de l’homme et de la société ?) : ce regard est posé après coup, après la mise en ligne, par les chercheurs eux-mêmes, qui doivent valider ou invalider la publication, dénoncer ou encenser l’édition électronique. Le jugement est porté après la publication, par l’utilisateur lui-même, sans qu’il la rejette a priori si elle n’est pas passée sous les fourches caudines d’un comité de lecture auparavant. Certes, cette manière de procéder n’est guère habituelle... mais a-t-on le choix face aux milliers de publications journalières sur le web ? Les chercheurs ne peuvent se replier sur eux-mêmes face aux masses de textes édités en ligne de manière critiquable : ils pourraient se laver les mains à la Ponce Pilate ou, au mieux, en jetant l’anathème sur ces ensembles, mais ils ne feraient qu’enfermer la corporation des historiens sur elle-même. À se replier sur soi, la recherche ne pourra plus prétendre à cette transparence qui lui donne des moyens d’avancer. Voilà pourquoi la validation a posteriori pourrait être un des nouveaux chevaux de bataille que doit enfourcher l’historien : les règles de critique de cette validation sont à refonder et surtout à marteler – le temps gagné grâce au comité de lecture et ses « labels » est « perdu » ici, mais perd-on vraiment son temps quand on réfléchit sur les sources ? D’une certaine façon, on reprend pied.

Une pédagogie des bons emplois

  • 21 Nous avons eu connaissance après la rédaction de ces lignes du très stimulant rapport préparé en 20 (...)
  • 22 Ainsi pour se limiter à quelques sites : portail LOEX (Evaluating Web Ressources) à l’attention des (...)

34Ici aussi, on débouche sur une question plus large. Une pédagogie des bons emplois passe par une double pédagogie. Elle passe d’abord par l'apprentissage général des usages d’Internet, branche de plus en plus essentielle de la non moins essentielle initiation au travail bibliographique. À notre connaissance, il n’existe pas encore d’adaptation spécifique aux domaines historiques21 des nombreux sites conçus par les documentalistes et bibliothécaires à l’attention des étudiants ingénieurs ou médecins à qui l’on apprend à « évaluer » (par des formulaires très organisés, parfois exemples réels à l’appui) la pertinence, la fraîcheur et la rigueur des informations accessibles via Internet (avec une écrasante avance du côté des pays anglo-saxons)22. Mais elle passe aussi par la pédagogie aux supports originaux, aux méthodes (et à l’historiographie) de l’édition. C’est le temps d’un nouveau manuel de critique, simplifiée et adaptée. La critique externe et la critique interne du témoin s’imposent une fois de plus. Ce sont en fait deux glaces déformantes qui séparent l’historien du fait : la première est celle de l’édition (électronique), la seconde est celle de la source elle-même, du texte ancien. Les déformations doivent en être atténuées par la critique, appliquée deux fois. Quant aux changements de mentalités, ils viendront lentement et ne pourront s’appuyer que sur un sentiment de sécurité, bien de notre temps : les procédures critiques repensées et adaptées permettront aux chercheurs d’accepter plus facilement le « support virtuel ».

35Le défi est de taille : l’édition électronique est, on l’a vu, appelée des vœux de tous, parfois considérée comme édition de « seconde catégorie », parfois surévaluée ou surestimée. Loin de jeter l’anathème sur ce mode de publication de sources, nous avons voulu poser tous les problèmes pour mieux les résoudre, malmener l’objet pour mieux l’apprécier et mieux nous l’approprier. Nous avons une chance inouïe, qu’aucun chercheur en sciences humaines n’a eue avant nous : nous pouvons modeler nous-même un nouvel instrument d’appropriation et de diffusion du savoir. À nous de saisir cette opportunité unique.

De nouveaux outils pour l’exploitation des corpus numériques (Anita Guerreau)

36Dans ce qui apparaît actuellement comme un terrain particulièrement mouvant, en constante transformation, la question du développement de nouveaux outils adaptés à l’exploration des documents sur support numérique se pose de manière impérieuse. Alors que l’on dispose de corpus numérisés depuis environ une quinzaine d’années, que leur nombre s’accroît de plus en plus vite, on ne peut que constater que leur utilisation réelle reste extrêmement latérale, sinon même quasi inexistante dans les travaux des médiévistes. Il est certes toujours loisible d’imaginer que les thèses en cours amorcent une évolution en ce domaine, et on l’espère. En tout cas, on observe pour l’instant une situation paradoxale : les chercheurs ont un accès potentiel à des masses documentaires de plus en plus amples et de plus en plus riches, mais ils semblent ne savoir trop qu’en faire. C’est que, précisément, la masse fait ici difficulté.

37De petits groupes de chercheurs ont bien pris conscience de cette contrainte nouvelle et inattendue : dans différents domaines, ils commencent à s’atteler à l’élaboration d’outils. Mais la tâche est compliquée, elle exige des investissements en temps très lourds pour des résultats incertains – et rarement appréciés à leur juste valeur. On comprend donc aisément pourquoi trop peu de travaux tirent profit des potentialités ouvertes par le numérique. Les tâtonnements risquent de durer encore, mais il est clair que les médiévistes ne pourront se dispenser longtemps d’aborder de front la question du renouvellement de leurs méthodes d’enquête, ce qui exige de se défaire de bien des réflexes acquis : si l’on veut véritablement tirer parti du progrès technique que représente le passage au support numérique, on ne peut se contenter de transférer les usages adaptés aux documents manuscrits ou aux éditions papier – même si cette pratique est la plus commune pour l’instant.

  • 23 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2 (...)
  • 24 Voir J. Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique (...)

38Ce qui fait la difficulté de consultation et d’utilisation des corpus numérisés fait aussi leur richesse, en appelant d’autres modes de lecture et d’autres questionnements. Leur caractère massif en constitue l’un des intérêts majeurs en ce qu’il impose, en quelque sorte, d’introduire ou de réintroduire une réflexion sur la mesure dans l’analyse historique23. On s’en souvient, l’histoire « quantitative » ou « sérielle » a eu sa période de gloire, avant de disparaître. Outre qu'elle s’appuyait sur un dispositif technique tout autre que celui d’aujourd’hui, elle reposait sur le postulat que seuls certains aspects des phénomènes sociaux (et donc certains types de sources) relevaient de cette approche, essentiellement les prix et la démographie. Or l’on sait, ou l’on devrait savoir, que tous les phénomènes sont susceptibles d’être mesurés et quantifiés, qu’il s’agisse de fréquence, de taille, d’ordre, de distance. C’est notamment le cas des mots et des textes, qui constituent le pain quotidien de la plupart des historiens, à l’exclusion des historiens de l’art ou des archéologues. Toutefois, quelques historiens travaillant sur les images ont d’ores et déjà démontré que l’approche sérielle est parfaitement adaptée à ces objets, comme l’ont fait aussi certains archéologues24. Il convient donc de rappeler que l’opposition entre « quantitatif » et « qualitatif » est artificielle, et qu'elle ne sert trop souvent que de prétexte à une forme de paresse face à la réelle difficulté que présente l’appropriation de méthodes statistiques complexes, pendant longtemps non enseignées dans les cursus de sciences humaines (alors qu’elles le sont en sciences sociales). Les propriétés numériques des objets, quels qu’ils soient, font partie de leur sens, et leur élucidation constitue un outil essentiel de déchiffrement sémantique des phénomènes sociaux tant dans la synchronie que dans la diachronie. Ainsi, un élément régulier, fréquent n’a pas la même signification qu’un élément rare ou exceptionnel ; la mesure porte également sur le rapport entre différents éléments et sur l’évolution de ce rapport ; rappelons-le, si la variante fait partie de la structure et si c’est l’examen d’un ensemble de variantes qui permet de reconstituer cette dernière, la possibilité de mesurer le poids de telle ou telle variante est indispensable à la compréhension de l’organisation de l’ensemble. Le développement conjoint des ordinateurs et des corpus numériques offre des possibilités inédites, accélérées et, somme toute, simplifiées d’utiliser les statistiques comme outils de comparaison raisonnée dont on voit bien l’intérêt pour l’analyse historique. La question des méthodes d’exploitation des corpus numérisés intéresse donc tous les champs de la recherche historique et offre une chance exceptionnelle pour travailler autrement sur les documents et en faire surgir des contenus inédits.

  • 25 Voir la liste donnée en annexe.
  • 26 Une liste indicative est donnée en annexe.

39Dans le domaine des textes, auquel on se tiendra ici, les médiévistes ont accès à des corpus de deux types. Les plus anciens ont été diffusés par des éditeurs commerciaux, d’abord sous forme de CD-Rom et maintenant en ligne – notamment, la Patrologia Latina Database, les Acta Sanctorum, le LLT (succédant aux versions successives du CLCLT), les Monumenta Germaniae Historica25. Pour le latin au moins, il s’agit de corpus de grande ampleur. Leur coût très élevé d’achat ou d’abonnement en limite l’accès à certains instituts et bibliothèques. De plus, les textes ne sont pas utilisables librement, parce que leur récupération est soit extrêmement compliquée (CLCLT-LLT), soit pour le moins malcommode (par exemple PLD). A une date plus récente, des institutions publiques ont commencé à mettre en ligne des ensembles textuels, généralement de taille moindre pour l’instant ; ils sont souvent en accès libre, ou en tout cas gratuit ; mais leur dispersion ne les rend pas toujours d’accès aisé26. Enfin, chaque chercheur peut se constituer son propre corpus, notamment pas le biais d’une pratique ancienne, celle de l’édition de textes, maintenant réalisée sur ordinateur.

  • 27 Une analyse détaillée et critique des outils d’interrogation pour la Concordance de l’occitan médié (...)
  • 28 Br. Bon et A. Guerreau-Jalabert, « Le trésor au Moyen Âge. Étude lexicale et sémantique », Le Tréso (...)

40Les corpus commerciaux sont dotés de moteurs de recherche dont l’efficacité s’est accrue, mais qui restent grossiers et insuffisants. Ceux des médiévistes qui y ont recours les utilisent encore souvent comme de simples substituts, en plus efficaces, des index ou concordances, pour l’identification de citations ou la recherche de mots rares – pour les mots un peu fréquents, au-delà de deux ou trois centaines d’occurrences au maximum, l’utilisateur est submergé par les données. Mais ces bases autorisent d’ores et déjà des interrogations un peu plus élaborées27 : des comptages sur la fréquence des vocables, mais également la reconstitution de réseaux lexicaux par la recherche d’ensembles de co-occurrences, elles aussi mesurables. Il s’agit de procédures extrêmement fécondes en analyse sémantique : l’observation de l’environnement lexical d’un ou plusieurs mots permet de définir une configuration sémantique qui est généralement très différente de la nôtre. Toutefois, avec les moteurs des bases commerciales, le chercheur se heurte à l’absence de lemmatisation et il est contraint à des interrogations par tâtonnements successifs : « Combien d’occurrences de tel vocable avec tel vocable sont-elles attestées ? » Le risque est bien entendu d’omettre des questions qui seraient pertinentes dans le système médiéval d’organisation de la langue et du sens, mais ne le sont pas dans le nôtre. Ces outils représentent toutefois un progrès considérable par rapport à ce que l’on pouvait espérer antérieurement, en utilisant les dictionnaires ou la documentation des équipes lexicographiques28. On reste donc surpris de leur faible utilisation, alors même qu'elle ne demande aucune compétence particulière.

  • 29 Pour des informations précises, on renverra aux sites de présentation des divers logiciels ; ces de (...)
  • 30 Voir, ci-dessous, en annexe.

41Les textes numérisés en libre accès ou les corpus personnels appellent le développement de logiciels d’interrogation plus sophistiqués – même si une partie des premiers sont aussi dotés d’outils minimaux comparables à ceux des bases commerciales. Un certain nombre de laboratoires publics français ou étrangers ont entamé ce travail et l’on peut en attendre des progrès substantiels, notamment avec les logiciels libres qui permettent adaptations et enrichissements collectifs. En effet, les propriétés des langues médiévales, latine ou vernaculaires, limitent encore parfois l’usage d’outils conçus pour des langues actuelles ou sub-actuelles. Certains de ces logiciels sont déjà bien connus de quelques médiévistes : on citera notamment Hyperbase, développé par Étienne Brunet à l’université de Nice, ou Lexico, du Centre de lexicométrie et d’analyse automatique des textes de Paris 3. On peut attendre beaucoup de PhiloLogic, logiciel d’interrogation très puissant, développé à l’université de Chicago, dans le cadre du programme ARTFL29. Certains corpus sont d’ores et déjà couplés à PhiloLogic : c’est le cas, pour le Moyen Âge, du corpus littéraire Textes de français ancien, de l’université d’Ottawa, et du très gros corpus Opera del vocabolario italiano, qui réunit plusieurs partenaires, dont le Consilio Nazionale Delle Ricerche30. Ces outils ne sont néanmoins ni parfaits, ni toujours parfaitement adaptés aux données médiévales. En tout état de cause, il apparaît nécessaire que les chercheurs médiévistes soient à l’avenir formés pour être capables de participer activement à leur amélioration. On ne saurait en effet oublier que les dispositifs techniques ne sont jamais indépendants des types de documents utilisés et des questions qu’on souhaite leur poser. Au-delà de quelques principes généraux qui définissent quelques classes d’outils, ce sont toujours la réflexion historienne et la maîtrise de méthodes plus traditionnelles de l'érudition qui aideront à déterminer les choix méthodologiques et techniques du chercheur.

  • 31 Il est bon de noter que la numérisation de certains dictionnaires des langues médiévales permet une (...)

42S’agissant des textes médiévaux, le principal objectif d’avenir reste la mise en œuvre de procédures statistiques, au lieu de simples comptages. Les logiciels cités ci-dessus offrent du reste des outils statistiques, dont la validité est néanmoins discutée. L’intérêt principal des documents sur support numérique réside, on l’a dit, dans le fait qu’ils ouvrent des modalités de « lecture » autres que linéaire et intuitive31. Les outils statistiques répondent au besoin de maîtriser des ensembles de données de taille considérable, de procéder, comme on l’a noté plus haut, à des mesures précises de phénomènes et à des comparaisons raisonnées, de mettre au jour des relations non perceptibles autrement. Là encore, la formation des chercheurs est indispensable et, là encore, l’effort demandé est important. Mais les résultats que l’on peut en attendre renouvelleront largement notre compréhension de la société médiévale.

  • 32 On doit souligner l’apport exceptionnel en ce domaine des travaux d’Ezio Ornato et de quelques cher (...)
  • 33 S. Lepape, Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en (...)
  • 34 A. Dallo, « Hyperbase et Lexico 3, outils lexicométriques pour l’historien », Histoire & Mesure, 18 (...)
  • 35 Voir notamment J.-Ph. Genet, « Paix et guerre dans les sermons parlementaires anglais (1362-1447) » (...)
  • 36 Guerreau, L’avenir d'un passé incertain..., op. cit. n. 23, p. 191-236.

43La question des méthodes statistiques n’est pas exclusivement liée au développement des ordinateurs. Mais l’accroissement de la puissance de ces derniers permet à tout un chacun d’effectuer des calculs d’une grande complexité ; et certaines des méthodes récentes – les analyses factorielles – sont bien le fruit des développements informatiques. Toutefois, tous ces outils sont encore très peu utilisés. Dans les domaines autres que ceux des textes, on peut d’ores et déjà citer un certain nombre de travaux portant sur divers aspects du manuscrit et de l’écriture32, ainsi que les toutes premières études d’iconographie33. S’agissant des analyses de vocabulaire, on en est encore plus clairement aux balbutiements, alors même que certains principes de statistique pour les données lexicales ont été énoncés il y a plusieurs décennies. Ce domaine exige des compétences multiples, que le cursus de formation traditionnel des historiens ne délivre pas, car se posent des problèmes de théorie, et non seulement de pratique, statistique et tout autant des problèmes de théorie linguistique. C’est sur ces points que portent les débats sur la pertinence des outils existants34. Néanmoins, quelques travaux, notamment ceux de Jean-Philippe Genet, Alain Guerreau ou Aude Mairey, montrent d’ores et déjà la fécondité de ces approches35. L’analyse des faits de langue ouvre d’ailleurs la possibilité de traiter d’autres questions que celles de la seule sémantique historique, quelle que soit l’importance cruciale de cette dernière pour une compréhension des systèmes de représentation et des pratiques sociales36. On rappellera ici la question d’identification des auteurs et des attributions d’œuvres ou de textes anonymes, de loin les plus nombreux, et également les points évoqués par Paul Bertrand et Olivier Guyotjeannin, « la vie des formules, la circulation des modèles, les procédés de compilation ».

  • 37 R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Contribution à l’étud (...)

44Ces points renvoient aux propriétés qui caractérisent plus généralement le mode médiéval de production des objets, qu’il s’agisse de textes, d’images, d’édifices, et que l’on peut définir comme la recherche systématique de la variante dans la reproduction d’un modèle. Cet aspect a été identifié depuis longtemps dans le domaine littéraire, par exemple par Roger Dragonetti dans sa thèse sur la lyrique d’oïl et Robert Guiette dans son article sur les caractères formels de la poésie médiévale37. Or, il est indéniable que la formalisation statistique permet l’observation/description fine et structurée de productions qui utilisent la recombinaison permanente d’éléments en nombre restreint pour produire des objets analogues, mais jamais identiques. Ce jeu produit, dans la synchronie comme dans la diachronie, un bouillonnement permanent autour d’un axe tendanciellement fixe qu’il est extrêmement difficile de maîtriser avec les procédés de « lecture » traditionnels, alors que cette maîtrise est quasiment indispensable au déchiffrement du sens – qui devrait bien être considéré comme le seul objectif de l’analyse historique. Mais il va de soi que ces procédures ne peuvent être efficaces que si elles s’appuient sur une maîtrise des techniques progressivement élaborées par les historiens depuis le xixe siècle. Pour nous, il ne s’agit donc que d’enrichir l'Instrumentarium des médiévistes dans le cadre d’un nouveau système technique. Mais ce pas doit maintenant être franchi, quelles qu’en soient les difficultés, qui sont bien réelles.

Annexes

Annexe

Quelques portails et réseaux

Ménestrel (Médiévistes sur Internet – Sources, travaux, références en ligne) : http://menestrel.in2p3.fr/​

Culture.fr (Le portail de la culture) : http://www.culture.fr/​fr/​sections/​themes

Intute - Arts and Humanities : http://www.intute.ac.uk/​artsandhumanities/​

Reti Medievali (Initiatives on line pour les études médiévales) : http://www.storia.unifi.it/​_RM/​RM-Home.htm

Mediaevum (Mediävistik im Internet) : http://www.mediaevum.de/​haupt2.htm

Labyrinth (Resources for Medieval Studies) : http://labyrinth.georgetown.edu/​

Orb (Online Reference Book for Medieval Studies) : http://the-orb.net/​

Internet Medieval Source Book : http://www.fordham.edu/​halsall/​sbook.html

Netserf (The Internet Connection for Medieval Resources) : http://www.netserf.org/​

Virtual Library Geschichte (« Bibliothèque virtuelle d’Erlangen ») : http://www.erlangerhistorikerseite.de/​vl-dtld.html

Quelques corpus38

1. Corpus commerciaux

Patrologia Latina Database : CD-Rom ; et en ligne : http://pld.chadwyck.co.uk/​

Acta Sanctorum : CD-Rom ; et en ligne : http://acta.chadwyck.corti/​

Library of Latin Texts : CD-Rom ; et en ligne : http://www.brepolis.net/​

Monumenta Germaniae Historica : CD-Rom ; et en ligne : http://www.brepolis.net/​

Corpus de la Littérature Médiévale (ancien français) : CD-Rom ; et en ligne : http://www.champion-electronique.net/​

2. Corpus en ligne et en accès libre39

Latin : http://www.thelatinlibrary.com ; http://www.intratext.com/​Latina/​Mediaevalis/​ ; Telma : http://www.cn-telma.fr/​corpus/​cartulR/​ ; Artehis : http://www.artehis.cnrs.fr/​recherche/​CBMA.htm

Ancien français : http://www.lib.uchicago.edu/​efts/​ARTFL/​projects/​TLA (base Textes de Français Ancien)

Occitan : http://www.trobar.org/​troubadours

Catalan : http://www.rialc.unina.it/​indice.htm

Espagnol : http://www.cervantesvirtual.com

Italien : http://www.lib.uchicago.edu/​efts/​ARTFL/​projects/​OVI/​pwrest/​search.form.html (Opera del Vocabulario italiano) ; et http://www.liberliber.it

Allemand : http://gutenberg.spiegel.de

Anglais : http://labyrinth.georgetown.edu

Notes

1 P. Rygiel, « Portes, portails et téléportation », en ligne sur le site Ménestrel (http://www.ext.upmc.fr/urfist/menestrel/textesportails/index.htm) : « Dans le domaine du web ouvert en effet, les sites les plus fréquentés ou les plus référencés, si nous excluons les grands moteurs de recherche, sont des sites que l’on est tenté de définir comme des ponts, ce qu’est par excellence Ménestrel, et non comme des portes, soit des sites qui sont reliés à plusieurs domaines, constitués de sites densément reliés entre eux, et non des sites qui sont liés à toutes les pages d’un ensemble dense. » Voir aussi la bibliographie donnée par l’auteur sur ces questions, ainsi que les autres communications données lors de cette journée, disponibles à la même adresse (notamment celles d’Isabelle Draelants sur la typologie des sites). On pourra également consulter le numéro spécial du Médiéviste et l’ordinateur, 37, 1998 : « Le texte médiéval sur Internet. Chercher et trouver » (http://lemo.irht.cnrs.fr/37/MO37.HTM).

2 Pour les adresses de ces différents sites, voir la liste donnée en annexe.

3 Je me permets de renvoyer pour cette question à A. Mairey, « L’histoire culturelle du Moyen Âge dans l’historiographie anglo-américaine », Médiévales, à paraître.

4 C’est par exemple tout l’objet de la nouvelle section de Ménestrel intitulée « Collections Ménestrel ».

5 « L’histoire des médias montre qu’à chaque apparition d’un nouveau support, les hommes ont cherché à reproduire le média existant » (G. Poupeau, « L’édition électronique change tout et rien. Dépasser les promesses de l’édition électronique », Le Médiéviste et l'ordinateur, 43 (2004), [en ligne] http://lemo.irht.cnrs.fr/43/43-03.htm).

6 Un accord de ce genre a été passé entre la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) et les éditions Brepols pour l'édition du catalogue des manuscrits hébreux de la Bibliothèque nationale de France.

7 http://www.cn-telma.fr/.

8 M. Dacos, « L’évaluation et la validation de l’information scientifique en sciences humaines et sociales : un angle mort ? », Journée nationale du réseau des URFIST du 31 janvier 2007, cf. http://urfistreseau.wordpress.com/les-interventions/.

9 Cf. P. Bertrand et Th. Buquet, « L’IRHT : un exemple de chaîne éditoriale multi-supports », Présentation des différentes chaînes éditoriales aujourd’hui : atelier formation permanente CNRS-Paris 1, 13 octobre 2004, publiés dans Le Médiéviste et l’ordinateur, 2005 (Varia), [en ligne] http://lemo.irht.cnrs.fr/varia/multi.htm.

10 Cf. http://www.tei-c.org/index.xml.

11 Outre les portails déjà évoqués, voir la tentative de recensement, méritoire mais pas toujours convaincante, de R. Weichselbaumer, Mittelalter virtuell : Mediävistik im Internet, Stuttgart, 2005 : Internet ne suffit pas, comme par miracle, à décloisonner les enfermements nationaux très réels de ces dernières années...

12 S. Avrand-Margot et A. Magret-Chelot, Les 500 sites Internet : histoire-géographie, éducation civique, Paris, 2003.

13 Le premier colloque autour de cet outil si adulé ou décrié s’est tenu il y a quelques mois : http://colloque.wikimedia.fr/2007/.

14 http://www.ext.upmc.fr/urfist/menestrel/textesflorence/index.htm.

15 Des exceptions, il est vrai : le fonds de Clairvaux aux Archives départementales de l’Aube (cartulaires, chartes et sceaux conjoints), [en ligne] http://www.archives-aube.com/index_archives.htm, les Fontes civitatis Ratisponensis (vise à prendre en compte tous les documents, associe transcription, édition, cliché numérisé, y compris notes dorsales des actes), [en ligne] http://bhgw20.uni-graz.ac.at.

16 De même que les muséographes décrivant les « instruments de musique » d’autres sociétés « premières » présentent ces objets en les rattachant à leur propre culture (le concept occidental de « musique », de « décoration d’instrument », etc.) : C. Severi, Le principe de la chimère. Une anthropologie de la mémoire, Paris, 2007, p. 13-19.

17 Une « ontologie », dans le monde du « web de données », est un système de représentation des connaissances, « un réseau sémantique qui regroupe un ensemble de concepts décrivant complètement un domaine. Ces concepts sont liés les uns aux autres par des relations taxonomiques (hiérarchisation des concepts), d’une part, et sémantiques d’autre part », cf. notice « Ontologie » dans http://fr.wikipedia.org/wiki/Ontologie_(informatique). Chaque « objet » – à l’intérieur d’une source, par exemple – peut être défini non seulement par lui-même, mais aussi par les relations taxonomiques et sémantiques qu’il entretient avec d’autres objets. Ces relations sont donc qualifiées, ce qui les distingue des mises en relation traditionnelles. Ainsi des individus sont-ils liés par des relations familiales, des relations de hiérarchie sociale, politique ou économique... Un bel exemple d’édition électronique mettant en jeu le principe des ontologies : Henry III Fine Rolls Project, [en ligne] http://www.frh3.org.uk/cocoon/frh3/home.html ; voir à ce sujet http://www.methodsnetwork.ac.uk/resources/casestudy10.html ; http://www.digitalhumanities.org/dh2007/abstracts/xhtml.xq?id=196.

18 http://elec.sorbonne.fr/cartulaires/.

19 Un exemple de pratique qui tend à cette association au mode de tradition manuscrite, pour les notices du répertoire de cartulaires « CartulR » de la section de diplomatique de l’IRHT (Aedilis), sur la plate-forme TELMA : http://www.cn-telma.fr/corpus/cartulR/ ; exemple du cartulaire de l’abbaye Saint-Pierre de Moissac : http://www.cn-telma.fr/cartulR/entitel212/, voir l’onglet « tradition ». Mais il n’est pas question, évidemment, d’édition ici.

20 Un minime exemple lexicographique : le dictionnaire de Du Cange enregistre un hapax asthagium sur la foi d’une méchante copie du xve siècle dont les tics et faiblesses, analysés par Jean Dufour (Recueil des actes de Louis VI, no 24), permettent de proposer une correction en asinagium.

21 Nous avons eu connaissance après la rédaction de ces lignes du très stimulant rapport préparé en 2006 par des collègues anglais, « Peer review and evaluation of digital resources for the art and humanities », téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.history.ac.uk/digit/peer/Peer_review_report2006.pdf.

22 Ainsi pour se limiter à quelques sites : portail LOEX (Evaluating Web Ressources) à l’attention des bibliothécaires (université du Michigan) : http://www.emich.edu/public/loex/websources.html ; portail d’Alaistair G. Smith de l’université Victoria de Wellington : http://www.vuw.ac.nz/-agsmith/evaln/evaln.htm ; site FORMIST (Formation à l’usage de l’information dans l’enseignement supérieur) de l’ENSSIB de Lyon-Villeurbanne : http://formist.enssib.fr/ ; site SAPRISTI (Sentiers d’accès et pistes de recherche d’information scientifique et technique sur Internet, § Appliquer quelques conseils, § Évaluer l’information) de l’INSA de Lyon : http://docinsa.insa-lyon.fr/sapristi/appliquer-4.php.

23 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 163-189 ; et « Statistiques pour historiens », [en ligne] http://elec.enc.sorbonne.fr/statistiques/stat2004.pdf.

24 Voir J. Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique élargie », Annales. HSS, 51 (1996), p. 93-133 ; F. Djindjian, « Nouvelles méthodes pour l’analyse spatiale des sites archéologiques », Histoire et Mesure, 5 (1990), p. 11-34 ; et Méthodes pour l’archéologie, Paris, 1991. La création de la revue Histoire & Mesure, en 1986, correspondait à la volonté d’ouvrir un espace de réflexion sur la mesure en histoire et l’usage des outils statistiques. On ne peut que renvoyer à cette riche collection de travaux, disponible en ligne soit sur le portail Persée (t. 1 à 15), soit sur le site Revues.org (à partir du t. 16).

25 Voir la liste donnée en annexe.

26 Une liste indicative est donnée en annexe.

27 Une analyse détaillée et critique des outils d’interrogation pour la Concordance de l’occitan médiéval (éd. Champion) est proposée par R. Pellen, « Concordance de l’occitan médiéval (COM1) », Le Médiéviste et l’ordinateur, 45 (2006), [en ligne] http://lemo.irht.cnrs.fr/.

28 Br. Bon et A. Guerreau-Jalabert, « Le trésor au Moyen Âge. Étude lexicale et sémantique », Le Trésor au Moyen Âge. Pratiques, discours, images, L. Burkart, Ph. Cordez, P.-A. Mariaux, Y. Potin éd., à paraître.

29 Pour des informations précises, on renverra aux sites de présentation des divers logiciels ; ces derniers ont été aussi présentés au cours des tables rondes du programme ATHIS, accessibles sur le site Ménestrel.

30 Voir, ci-dessous, en annexe.

31 Il est bon de noter que la numérisation de certains dictionnaires des langues médiévales permet une utilisation bien plus riche que la simple lecture des volumes papier (des interrogations « plein texte » et, pour certains, des interrogations onomasiologiques) ; c’est le cas pour le Niermeyer (J. F. Niermeyer, C. Van de Kieft, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leyde, 1976-2004) et pour le Godefroy (Fr. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, ixe-xve siècles, Paris, 1881-1902).

32 On doit souligner l’apport exceptionnel en ce domaine des travaux d’Ezio Ornato et de quelques chercheurs qui l’ont entouré : E. Ornato et alii, La face cachée du livre médiéval, Rome, 1997. Voir aussi : A. Guerreau et M.-A. Polo de Beaulieu, « Classement des manuscrits et analyse factorielle. Le cas de la Scala Coeli de Jean Gobi », Bibl. de l’École des chartes, 154 (1996), p. 359-400 ; Fr. Bischoff, Urkundenformate im Mittelalter. Grösse, Format und Proportionen von Papsturkunden in Zeiten expandierender Schrifilichkeit (11.-13. Jahrhundert), Marburg an der Lahn, 1996 ; et Id., « Le rythme du scribe », Histoire & Mesure, 11 (1996), no 1-2, p. 53-91 ; Dating Undated Medieval Charters, éd. M. Gervers, Woodbridge, 2002. On signalera le programme GRAPHEM récemment mis en place avec le soutien de l’ANR (Aide à l’expertise paléographique et à l’accès au contenu dans les écritures médiévales).

33 S. Lepape, Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du xiiie au xvie siècle, à paraître ; I. Guerreau, L’auto-représentation du clergé saxon au Moyen Âge d’après les sceaux, à paraître.

34 A. Dallo, « Hyperbase et Lexico 3, outils lexicométriques pour l’historien », Histoire & Mesure, 18 (2003), no 3-4, [en ligne] http://histoiremesure.revues.org/document840.html. Il s’agit d’un numéro spécial sur « Mesurer le texte », dirigé par Jean-Philippe Genet.

35 Voir notamment J.-Ph. Genet, « Paix et guerre dans les sermons parlementaires anglais (1362-1447) », Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (xiiie-xve siècle), éd. R. M. Dessi, Turnhout, 2005, p. 167-200 ; A. Guerreau, « Textus chez les auteurs latins du 12e siècle », Textus im Mittelalter. Komponenten und Situationen des Wortgebrauchs im Schriftsemantischen Feld, éd. L. Kuchenbuch et U. Kleine, Göttingen, 2006, p. 149-178 ; A. Mairey, Une Angleterre entre rêve et réalité. Littérature et société en Angleterre au xive siècle, Paris, 2007.

36 Guerreau, L’avenir d'un passé incertain..., op. cit. n. 23, p. 191-236.

37 R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Contribution à l’étude de la rhétorique médiévale, Bruges, 1960 ; et R. Guiette, « D’une poésie formelle en France au Moyen Âge », Questions de littérature, Romanica gandensia, 8 (1960), p. 1-23.

38 Il s’agit d’une liste restreinte, donnée à titre indicatif et reprenant notamment des corpus cités dans notre texte. La consultation des portails mentionnés ci-dessus permet de mener une enquête approfondie sur les textes édités et les manuscrits numérisés.

39 Dans certains cas, il convient et il suffit de demander un mot de passe.

Auteurs

Centre national de la recherche scientifique
IRHT (UPR 841), Paris/Orléans

Ecole des hautes études en sciences sociales
CIHAM (CNRS, UMR 5648), Lyon

Centre national de la recherche scientifique
IRHT (UPR 841), Paris/Orléans

Centre national de la recherche scientifique
IRHT (UPR 841), Paris/Orléans

École nationale des chartes, Paris
Histoire, mémoire et patrimoine (EA 3624)

Centre national de la recherche scientifique
CESCM (CNRS, UMR 6223), Poitiers

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540