Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les historiens médiévistes face aux défis contemporains

Le médiéviste et les images à l'ère de l’écran global

Jérôme Baschet et Dominique Rigaux

Texte intégral

  • 1 L. Pressouyre, « Histoire de l’art et iconographie », L’histoire médiévale en France. Bilan et pers (...)

1On partira, quitte à nuancer ensuite, d’un constat plutôt réconfortant. Il ne semble plus nécessaire aujourd’hui, comme c’était le cas il y a quelques décennies, de plaider pour une reconnaissance des images en tant que documents à part entière pour l’histoire. Pour ne prendre qu’un seul indice de ce changement, lors du bilan de L'histoire médiévale en France, dressé en 1989, c’est notre collègue historien de l’art, Léon Pressouyre, qui avait eu la charge de présenter les avancées de l’« histoire de l’art et de l’iconographie », tandis que, une décennie plus tard, c’est Michel Pastoureau et Claudia Rabel qui présentaient, dans Tendances actuelles de l'histoire médiévale, le rapport consacré à l’« histoire des images, des symboles et de l’imaginaire » (soir un changement de titre bien significatif)1. Leur contribution s’ouvre par une affirmation claire : « Longtemps délaissée, l’étude des images est aujourd’hui généralement reconnue comme une science historique à part entière » (ce qui peut se référer à l’histoire au sens strict autant qu’à une histoire de l’art s’assumant comme science historique). Peut-on donc considérer que les images ont acquis droit de cité dans le monde des médiévistes et qu’il s’agit là d’un nouvel objet, susceptible d’infléchir notre vision du Moyen Âge autant que nos pratiques d’historiens ?

2Après l’énoncé cité à l’instant, Michel Pastoureau et Claudia Rabel déploient toutefois l’analyse des résistances et des obstacles pratiques rencontrés dans l’étude des images, présentée comme un véritable parcours du combattant. Sans répéter les aspects qu’ils ont bien mis en évidence, on se propose d’évaluer ici les avancées autant que les blocages actuellement perceptibles. On tentera également de mesurer les effets des nouveaux outils informatiques et numériques, appelés à modifier en profondeur l'étude historique des images. Mais, en préalable, il convient de préciser brièvement quel est l’objet d’une telle étude et comment elle s’articule avec une approche globale des sociétés médiévales.

Des images dans l’histoire

  • 2 On pense tout particulièrement à H. Belting, L'image et son public au Moyen Âge, Paris, 1998, et Id(...)
  • 3 J.-Cl. Schmitt, Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Age, Paris, 2002.
  • 4 M. Schapiro, « On the Aesthetic Attitude in Romanesque Art », Romanesque Art, Londres, 1977, p. 1-2 (...)
  • 5 J. Baschet, « Introduction : l’image-objet », L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occide (...)

3Il n’est pas inutile de revenir sur le glissement, observé à l’instant, de l’« histoire de l’art » vers l’« histoire des images ». Ce dernier terme a la faveur des historiens, mais aussi d’éminents historiens de l’art, conscients que la notion d’Art, forgée par l’Esthétique des xviiie et xixe siècles, est inadaptée à l’étude du Moyen Âge2. De plus, Jean-Claude Schmitt a bien souligné que le terme imago ouvre, dans la culture médiévale, une ample constellation de sens, qui déborde les seules images matérielles et au sein de laquelle celles-ci doivent être saisies : images mentales et imagination ; rapport d’image entre l’homme et Dieu, comme entre le Père et le Fils divins, etc.3. En même temps, on ne saurait oublier qu’il existe au Moyen Age une « attitude esthétique » et une notion du beau, ni occulter qu’il y a, dans les images médiévales, de l’art, c’est-à-dire un savoir-faire et des valeurs plastiques qui contribuent à leur puissance efficace4. En aucun cas, l’historien des images ne peut délaisser ces aspects, car là se trouve la matière même de la pensée figurative, qui fait la richesse spécifique des documents visuels. Surtout, il serait fâcheux que le mot « image » conduise à réduire l’œuvre à une simple représentation et fasse oublier sa matérialité et son caractère d’objet, manipulé ou du moins associé à des situations pratiques. C’est pourquoi la notion d’image-objet peut être utile, afin de rappeler que toute image est, au Moyen Âge, nécessairement attachée à un objet ou à un lieu, dont elle constitue le décor et accompagne l’usage5.

  • 6 L’ouvrage de D. Iogna-prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église, Paris, 2006, mont (...)
  • 7 Pour le cas des confréries, C. Vincent, « Images durables et images éphémères dans la vie des confr (...)
  • 8 Un exemple récent : P. Boucheron, « “Tournez les yeux pour admirer vous qui exercez le pouvoir cell (...)
  • 9 Schmitt, Le corps des images..., op. cit. n. 3, ainsi que les travaux de Jean-Marie Sansterre, en d (...)
  • 10 É. Anheim, Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), doct. his (...)
  • 11 J. Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, 2008.

4Ce qu’il s’agit d’étudier, ce n’est donc pas l’image en tant que telle, comme simple représentation, mais des images associées à des objets, des manuscrits ou des édifices, eux-mêmes engagés dans des pratiques sociales majeures, à commencer par la liturgie et le culte des saints. C’est en tant qu’objets matériels, imbriqués dans des rapports sociaux, que les images intéressent d’abord l’historien. De fait, l’essor des images, amplifié au fil des siècles, accompagne l’affirmation de l’institution ecclésiale et, tout particulièrement, sa « pétrification », sous l’espèce d’édifices cultuels sans cesse plus imposants et dont le décor d’images de plus en plus foisonnant contribue à activer la sacralité6. L’étude des usages de l’image, notamment leur rapport d’association/substitution aux reliques, est donc indispensable pour rendre compte des relations sociales instaurées au nom d’une médiation entre l’humain et le divin, ainsi que du processus de spatialisation-localisation qui anime l’Occident au cœur du Moyen Âge. On ajoutera que les représentations figurées constituent bien souvent les emblèmes privilégiés des communautés qui, à diverses échelles, structurent la chrétienté, depuis la paroisse ou le monastère jusqu’à l’Église romaine dans son ensemble7. Elles peuvent être aussi, notamment comme adjuvants du prestige monumental, un instrument d’affirmation des institutions et des pouvoirs, qu’ils soient ecclésiastiques, monarchiques, princiers ou communaux8. Il s’agit donc de saisir l’image dans l’histoire, en rapport avec des pratiques et des représentations sociales, que d’autres types de documents aident également à cerner. L’histoire des conditions théologiques et sociales de l’usage des images, et en particulier l’étude des récits, notamment de miracles, qui accompagnent leur légitimité en même temps qu’ils la fondent, est un aspect essentiel de cette approche9. Il n’est pas moins indispensable de s’interroger sur les transformations des modalités de production des images, parfois en parallèle avec celles qui affectent d’autres objets culturels10. Ainsi, l’étude des images ne saurait se limiter à ce que l’on appelle communément l’iconographie, car la signification des images-objets ne tient pas seulement à la configuration interne des énoncés visuels, mais aussi aux rapports avec les interactions sociales qui se nouent autour d’elles11.

5De fait, les images-objets ne forment pas un monde à part, un continent isolé dont l’étude serait réservée à certains. Elles participent d’une réalité sociale multiforme et multimédia étudiée sous divers angles par les médiévistes. Évoquer l’histoire des images ne revient en aucune manière à constituer un champ séparé de plus, à ajouter aux effets de la spécialisation et à la fragmentation de nos études en sous-secteurs cloisonnés. Il s’agir bien plutôt de tenir ensemble deux énoncés : la reconnaissance de la spécificité des images et notamment du langage figuratif, qui, comme pour tout autre type de document, exige une formation et une familiarité peu compatibles avec une utilisation trop pressée des images ; l’inscription des images dans une réalité historique globale, de sorte que c’est aux questionnements les plus généraux, relatifs aux structures sociales médiévales et à leurs transformations, qu’une approche historique des images devrait prétendre apporter une contribution. Si on se devait, il y a quelques années, d’insister sur le premier aspect, l’urgence semble s’être déplacée vers le second. Il ne s’agit plus de plaider la cause de la pensée figurative en l’isolant dans une splendide irréductibilité, mais de s’efforcer de comprendre l’entrelacement des formes multiples de la pensée figurative et de la pensée verbale, dans leurs différences, mais au sein d’un même univers social de sens. Il s’agit d’analyser des objets où se combinent écrits et figures, et plus encore d’examiner des situations sociales associant images-objets, écrits objets, paroles et gestes, sons et musique. Peut-on penser le Moyen Âge sans ses images ? Sans doute pas, à condition de situer les images dans une perspective ample, qui permette de les associer à des objets, à des pratiques et à d’autres modes de communication.

L’image disputée

  • 12 Elle est en outre composée pour une bonne part de « mémoires d’attente », c’est-à-dire de travaux p (...)
  • 13 FCT (Fichier central des thèses, université Paris Ouest-Nanterre La Défense) : http://fct.u-paris10 (...)
  • 14 Parmi les premiers exemples, on peut citer dans l’ordre chronologique des soutenances de thèses de (...)

6Mais quelle est exactement la place qu’occupent aujourd’hui les travaux portant sur les images dans les études médiévales et peut-on tenter de mesurer son évolution au cours des vingt dernières années ? La tâche n’est pas aisée car les instruments à notre disposition ne sont pas suffisamment affinés pour répondre à ce type de questionnements. Ce que l’on appelle la littérature grise – mémoires de maîtrise, de DEA, puis aujourd’hui de master – reste, en dépit de nombreux efforts locaux, trop inégalement recensé12. Quant aux fichiers centralisés, qu’ils concernent les thèses en cours de préparation dans les universités françaises (FCT) ou les thèses soutenues (SUDOC), ils se sont révélés difficilement utilisables pour faire des comptages susceptibles d’être mis en perspective dans l’ensemble de la production des doctorats en histoire médiévale13. Toutefois, pour sortir d’un certain « impressionnisme », une approche quantitative a été tentée à titre indicatif sur deux documents récents : la liste des thèses soutenues en histoire médiévale à l’École nationale des chartes de 2000 à 2007, et celle que fournit le site de la SHMESP pour la période 2003-2006, complétée, pour l’année 2007, par les données du SUDOC. Les résultats oscillent autour de 10 % de travaux portant sur des images (un peu plus de 13 % pour l’École ; entre 7 et 9 % selon les années pour les universités) sur l’ensemble des thèses recensées, sans que l’on puisse dégager une évolution durant cette période, il est vrai très courte. Cependant, si on éclaire les pourcentages obtenus par des sondages effectués dans le fichier du SUDOC sur un temps beaucoup plus long – les vingt dernières années –, il semble bien que le mouvement qui s’est dessiné dans la décennie 1980-1990 s’est poursuivi régulièrement, mais faiblement et sans une réelle progression14.

  • 15 On peut citer : Jérôme Baschet (EHESS), Christine Bousquet-Labouérie (Tours), Sophie Cassagnes-Brou (...)
  • 16 Par exemple et sans prétendre à l’exhaustivité : D. Alexandre-Bidon, « Une foi en deux ou trois dim (...)

7À défaut d’un véritable essor quantitatif des travaux portant sur les documents iconographiques, en dépit de l’attrait qu’ils suscitent spontanément chez les étudiants, les divers fichiers et listes qui recensent les recherches des médiévistes font apparaître plutôt l’importance des foyers qui sont à l’origine de ce mouvement. Ils se sont développés autour de personnalités scientifiques qui ont joué un rôle d’impulsion majeur – tant du point de vue de la direction de thèses que de l’organisation des recherches collectives. Sans vouloir dresser la liste de tous ceux qui, par leurs engagements et par leurs propres travaux, ont contribué au développement de l’étude des images, à commencer par Jacques Le Goff et Georges Duby, on retiendra, entre autres, Michel Pastoureau et Jean-Claude Schmitt pour l’EHESS, ainsi qu’André Vauchez pour l’université et l’École française de Rome. De la réalisation de ces nouveaux travaux sur l’image, résulte une conséquence importante qui modifie sensiblement les conditions de son enseignement et de sa diffusion. Un nombre non négligeable de collègues ont été recrutés dans l’enseignement supérieur sur des postes d’histoire médiévale à partir d’une expérience de recherche fondée principalement sur des documents iconographiques15. C’est l’une des nouveautés les plus significatives des vingt dernières années. À côté de ces collègues, et souvent avec eux, il est de plus en plus fréquent que des médiévistes, dont l’image n’est pas le domaine de recherche habituel, croisent les sources figurées à un moment donné de leurs parcours et leur consacrent des travaux importants16.

  • 17 Sur cette rencontre intitulée « L’image comme source historique » (San Miniato, 25-30 septembre 199 (...)

8Si ces avancées notables et récentes sont remarquables, elles ne masquent cependant pas la persistance d’un certain nombre de blocages. Sauf à vouloir faire preuve d’un optimisme inconsidéré, il faut bien reconnaître que les praticiens des images - y compris les chercheurs confirmés qui bénéficient pourtant de réseaux - doivent encore affronter de nombreux obstacles tant matériels que disciplinaires. Les principaux ont déjà été justement dénoncés. C’est dans le domaine disciplinaire que les résistances sont les plus insidieuses. Il existe encore une profonde contradiction entre la reconnaissance « théorique » des images comme documents historiques et le peu de crédit de fait attribué à leur traitement par un certain nombre d’historiens, y compris ceux qui sont ouverts à leur utilisation. Les communications « sur les images » ne viennent-elles pas encore en dernier dans les colloques historiques, où les représentations ne sont pas l’objet principal de la rencontre ? Le constat lucide dressé lors de la rencontre de San Miniato, il y a douze ans, par Chiara Frugoni – une des premières historiennes du Moyen Âge engagées dans le développement de l’étude des images en Italie, mais aussi en France, où elle a participé à plusieurs jurys de thèses – est toujours d’actualité17.

  • 18 La nouvelle loi, publiée au Journal officiel du 3 août 2006, sur le droit d’auteur et les droits vo (...)

9Loin de vouloir dresser un cahier des doléances, on retiendra seulement, parmi les difficultés récurrentes, deux points qui sont particulièrement dommageables, mais qui sont aussi les plus susceptibles de connaître une évolution prochaine et méritent, à cet égard, l’attention de la communauté scientifique : la question de la publication des images et des droits de reproduction qui leur sont afférents, et la nature des relations entre histoire et histoire de l’art. À l’ère de l’écran global, il est devenu encore plus difficile – et plus coûteux ! – de se procurer des images de bonne qualité pour la reproduction. Ce n’est pas paradoxal. La multiplication des illustrations provenant des sources les plus diverses – ce qui pose du reste un problème d’homogénéité dans la constitution d’un corpus – a renforcé la méfiance et les exigences des institutions chargées de la conservation des originaux, dont ils rendent l’accès de plus en plus difficile, tandis qu'elle aiguisait les appétits financiers des professionnels. Plus que jamais, les chercheurs doivent s’opposer au « racket » organisé par certains musées, bibliothèques ou agences photographiques et souligner l’urgence de la levée des droits de reproduction photographique pour les usages d’enseignement et de recherche universitaires, comme cela est pratiqué aux États-Unis par exemple, selon le principe de l’usage loyal ou raisonnable (fair use)18.

  • 19 Les recherches en cours en fournissent des exemples nombreux et variés, qu'il s’agisse du programme (...)
  • 20 Il existe heureusement de célèbres contre-exemples qui témoignent d’une collaboration réussie, tels (...)

10Le problème des rapports entre historiens et historiens de l’art est plus complexe. En dépit de réels progrès de communication et de la multiplication de collaborations sur des thèmes transversaux féconds, comme les problématiques concernant l’espace et la sacralité19, suspicion et jalousie réciproques perdurent. Quand il ne s’agit pas de conflits ouverts qui, au-delà des individus, entraînent les institutions. Cet état de fait pèse naturellement sur l’organisation d’une formation reconnue par tous comme indispensable, mais surtout – et c’est sans doute le point le plus important – sur les éventuels débouchés des « docteurs-ymagiers ». La réelle difficulté qu’ils rencontrent à trouver un poste dans les universités françaises témoigne à la fois de réticences récurrentes dans la communauté historique proprement dite et de rivalités persistantes entre historiens et historiens de l’art dont les champs de recherche et les méthodes sont de plus en plus proches20.

  • 21 Il faut souligner que les médiévistes président souvent à ces regroupements. Ainsi, dans les trois (...)

11Cependant la participation – encore assez limitée, il faut bien le reconnaître – des jeunes historiens médiévistes aux recherches sur les images s’explique, au-delà des difficultés déjà évoquées, par une certaine appréhension – légitime – à affronter une source pour laquelle ils ne se sentent pas préparés. Quelle qu’en soit la formulation – « J’aimerais bien travailler sur des images, mais je n’ai jamais fait d’histoire de l’art », par exemple –, cette inquiétude manifeste la nécessité fréquemment éprouvée d’une formation appropriée, associée à une solide culture générale, afin de prendre en compte non seulement le caractère polysémique des images à traiter mais tous leurs aspects et notamment la complexité de leurs modes de signification. Cette prise de conscience est en elle-même une avancée importante. Elle témoigne du chemin parcouru dans la reconnaissance d’une spécificité de l’image et de la nécessité d’une formation adéquate. Il s’agit d’une exigence absolue. Elle passe par un enseignement à la fois d’ordre méthodologique et épistémologique axé sur le statut et les pratiques sociales des images-objets, les modalités spécifiques de la production des significations dans l’image médiévale, la constitution des corpus iconographiques et les principes d’analyse sérielle. De plus en plus souvent au sein des universités françaises, des enseignants chercheurs, qui sont pour la plupart engagés à titre personnel dans l’étude des images, se soucient de l’organiser. L’initiation aux sources iconographiques concerne tous les niveaux depuis le premier cycle jusqu’aux séminaires doctoraux et à la préparation aux concours de l’enseignement. La mise en place de masters, qui, dans bien des facultés, associent l’histoire à l’histoire de l’art (Grenoble 2, Lyon 2, Montpellier 3, etc.), offre de nouveaux enjeux pour donner une véritable place à l’image dans l’enseignement et renforcer des liens entre les deux disciplines21. Il y a là une opportunité et une chance à saisir pour les médiévistes, et pas seulement pour ceux qui se sentent concernés par l’analyse des images, à condition peut-être qu’ils réfléchissent à approfondir leur approche dans une perspective diachronique avec les spécialistes des images d’autres périodes (notamment moderne et contemporaine).

12On ne peut, bien sûr, oublier que l’amplification urgente et indispensable de la formation est freinée par le manque d’enseignants dans ce domaine, par les moyens techniques, les coûts et les restrictions juridiques. Dépasser ces contraintes implique notamment l’adoption de processus technologiques qui n’imposent pas aux universités des renouvellements incessants et épuisants de matériels, et la levée de l’obstacle du droit de reproduction dont le poids se fait sentir aussi bien à titre collectif qu’individuel. Enfin, l’enseignement approprié doit éviter deux écueils : celui de la technicité à toute force – l’historien des images, pas plus que celui des textes, ne saurait se transformer en informaticien – et celui de l’isolement scientifique. Il serait en effet dangereux d’envisager un enseignement sur l’histoire des images médiévales qui ne prenne pas en compte l’imaginaire, la symbolique, mais aussi le droit ou la liturgie. C’est à ce prix que la transmission des savoirs, aujourd’hui à la croisée des chemins, pourra porter tous ses fruits.

Nouveaux outils, nouvelles pratiques

  • 22 Voir la liste de ces bases (notamment Enluminures, Liber Floridus, Mandragore, Romane) sur Ménestre (...)

13L’essor des bases de données et des corpus documentaires accessibles en ligne concerne tous les domaines des études médiévales. Dans le cas des images, les effets en sont particulièrement radicaux, en raison de l’énorme retard en matière de catalogage des œuvres que l’on pouvait constater il y a une vingtaine d’années. Constituer un corpus iconographique demandait alors des années d’efforts, le dépouillement d’un grand nombre d’outils de travail très partiels et d’amples collections photographiques non indexées, sans parler du fait qu’une masse considérable de documents, notamment dans le domaine de l’enluminure, demeuraient hors de portée. Contraints de chercher des épingles dans des meules de foin, on rêvait de « rendre utilisables, grâce aux technologies modernes, ces ensembles de sources », sans savoir que des capacités de stockage démultipliées allaient si vite permettre de donner accès à de telles quantités d’images numérisées. Après une laborieuse période de tâtonnements, cet objectif est aujourd’hui en passe d’être atteint, grâce à l’essor des bases de données d’images, disposant d’un système d’indexation iconographique et le plus souvent consultables en ligne22. Permettant de constituer un corpus iconographique en un temps raisonnable et avec une efficacité impensable antérieurement, cette nouvelle situation fait peu à peu passer une masse considérable d’images du statut de réserves inexploitables à celui de « gisements » documentaires disponibles pour l’analyse.

  • 23 Ces questions concernent tous les types de documents et toutes les périodes : P. Rygiel, « Les sour (...)

14Diverses difficultés doivent cependant être mentionnées. Certaines sont matérielles : manque d’équipement pour le maniement des images numériques ; accès payant à certaines bases, notamment l’Index of Christian Art de Princeton, vétéran des bases de données iconographiques, trop souvent négligé et pourtant toujours irremplaçable. Surtout, bien des outils documentaires ne sont pas informatisés et la plupart des bases disponibles (par exemple celles de l’IRHT, de la BnF ou des grandes bibliothèques européennes) n’offrent encore à l’utilisateur qu’une proportion réduite des fonds quelles ont vocation à traiter. Le premier apport d’une recherche documentaire sur Internet, massif et rapide, ne dispense donc pas d’un travail lent de vérifications et de nombreuses recherches complémentaires. Même si cette réserve est destinée à fondre rapidement au cours des prochaines années, on ne saurait croire qu’il est possible de constituer un corpus scientifiquement pertinent par la seule consultation des bases accessibles en ligne. En tout état de cause, l’élaboration d’un corpus iconographique ne saurait être tenue pour une opération automatique : elle impose un minimum de réflexion sur la conception et le mode d’indexation des bases de données utilisées, sur les biais éventuels qu’ils peuvent introduire, ainsi que sur les logiques qui sous-tendent la construction de son corpus par le chercheur23.

  • 24 La numérisation des documents écrits entraîne des risques similaires de dématérialisation et, dans (...)

15Un autre ordre de difficultés tient au fait que l’écran d’ordinateur (comme toute reproduction, mais d’une façon accentuée par le régime actuellement dominant de l’image) efface en grande partie la matérialité de l’objet dont l’image est partie prenante24. Alors même que l’on se propose de rendre compte des images-objets médiévales, le risque de les réduire au statut des images-écrans contemporaines ne saurait être minimisé, sans pour autant devoir être essentialisé. On doit certes répéter que la connaissance des œuvres originales est nécessaire et qu’il convient de fréquenter, autant que cela est possible, bibliothèques, musées et édifices. Mais, notamment au vu de l’évolution des conditions de consultation des manuscrits enluminés, cela risque d’être bientôt un vœu pieux. Au reste, si le contact avec les œuvres originales est une étape indispensable, on ne saurait oublier que les historiens de l’art ont travaillé, depuis la fin du xixe siècle, sur la base de reproductions photographiques, dont les limitations n’étaient pas sans conséquence (noir et blanc, cadrages serrés, coupures entre les parties constitutives de l’œuvre, etc.). Les corpus d’images numériques doivent donc être évalués en considérant la perte d’informations et le changement de statut par rapport aux œuvres originales, mais aussi par comparaison avec les corpus photographiques antérieurs, vis-à-vis desquels ils sont susceptibles d’apporter de notables améliorations.

  • 25 Outre l’essor des bases de données, il est souhaitable que se multiplient les publications en ligne (...)

16Que le contact avec l’œuvre originale soit possible ou non, il est indispensable qu’étudiants et chercheurs disposent d’une bonne connaissance du type d’image-objet étudié et des problématiques liées à ses aspects formels, techniques, iconographiques et fonctionnels. C’est là ce qui permet d’évaluer la qualité et les limites des informations fournies par la base d’image et de restituer autant que possible, à partir d’une image-écran, l’image-objet qui, seule, constitue un document historiquement pertinent. Plus précisément, le sens de chaque image ne tient pas seulement aux relations internes entre ses éléments constitutifs, mais aussi aux relations entre les multiples images associées à un même objet ou à un même lieu : or, de l'œuvre originale à la reproduction qu’en fournit une base de données, ce sont précisément ces rapports qui risquent de se perdre, rendant alors inintelligible la cohérence même de l’image-objet. Mais un tel danger est loin d’être sans remède. Les bases de données peuvent être conçues de telle sorte qu’elles aident à restituer la cohérence de chaque objet et la complexité des rapports entre les diverses images, scènes er motifs ornementaux qui en constituent l’ornementation. Loin d’être vouées à offrir des vues dissociées et mutilantes, les bases d’images peuvent être dotées de reproductions abondantes, de qualité, et surtout contextualisantes et relationnelles, permettant ainsi de situer une miniature ou un décor marginal dans sa double page comme dans son déploiement sériel, ou encore de localiser une peinture murale ou un chapiteau dans l’espace ecclésial et dans son environnement iconographique25.

  • 26 Sur les principes d’une iconographie sérielle, Baschet, L’iconographie..., op. cit. n. 11, chap. 4.
  • 27 E. Mâle, « L’enseignement de l’histoire de l’art dans l’université », Revue universitaire, 3 (1894) (...)

17Quels effets ce radical bouleversement documentaire est-il susceptible de produire quant aux recherches concernant les images médiévales ? Autrement dit : des bases de données, pour quoi faire ? Leur utilité concerne sans doute tous les types d’approches (y compris l’étude monographique, que favorise la consultation aisée de nombreuses œuvres à titre de comparaison). Mais l’essor des bases de données favorise principalement la constitution d’amples corpus iconographiques permettant d’engager une analyse sérielle des images. De fait, loin de pouvoir s’en tenir à l’examen de certaines œuvres, fussent-elles les plus remarquables, l’étude d’un thème ou d’un motif iconographique doit se fonder sur l’étude d’un corpus rassemblant, dans la mesure du possible, la totalité des occurrences conservées, ou du moins disponibles. C’est là une démarche indispensable pour saisir la richesse d’un thème iconographique, qui ne se réduit jamais à un type fixe et dont il faut au contraire saisir la vitalité figurative, la capacité d’adaptation à des contextes variés, les gammes transformationnelles et les dynamiques d’évolution26. Si l’on ajoute que le questionnement historique invite souvent à croiser plusieurs thèmes ou motifs iconographiques (au sein de ce que l’on propose d’appeler un hyperthème), on voit combien la généralisation des nouveaux outils documentaires transforme les conditions mêmes de possibilité des recherches portant sur les images. Si la photographie a été déterminante pour l’essor de l’histoire de l’art et des études iconographiques27, il n’est sans doute pas exagéré de considérer que les techniques numériques et les bases de données posent aujourd’hui les bases matérielles d’un développement effectif de l’étude sérielle des images médiévales.

18Sans pouvoir en préciser davantage les principes et les enjeux, on se contentera d’indiquer que le traitement statistique des corpus iconographiques, encore très peu pratiqué, constitue certainement une voie prometteuse pour fortifier l’analyse sérielle des images. C’est du moins ce que suggère la thèse pionnière que Séverine Lepape a consacrée à l’iconographie de l’arbre de Jessé, et c’est sans doute là un des points majeurs sur lesquels il conviendra de faire porter l’effort dans les années à venir28. Certes, il ne s’agit nullement de considérer l’outil statistique comme une solution miracle, et moins encore comme le fétiche d’une scientificité affichée29. Comme le montre l’étude mentionnée à l’instant, le traitement statistique ne constitue qu’une étape du travail, aidant à formaliser l'analyse du corpus et permettant d’y repérer régularités et variations, corrélations et ruptures. Loin de clore la réflexion, il l’ouvre en invitant à explorer les zones de tensions ou de mutations et à pousser l’étude des œuvres singulières, en fonction des interrogations que le traitement statistique fait apparaître. Loin d’une vaine opposition entre approche quantitative et approche qualitative, il s’agit de les associer, de les faire confluer dans l’analyse sérielle.

19Être historien des images médiévales, c’est aussi s’inquiéter des images aujourd’hui. Certes, interroger le rapport entre le passé que nous étudions et le présent dans lequel nous vivons, selon la leçon de Marc Bloch, ne concerne pas seulement l’historien des images. C’est, de manière générale, l’une des conditions de l’approche du passé, qu’il conviendrait de considérer comme un aspect à part entière de la tâche du médiéviste. Le médiéviste qu’intéressent les images d’hier ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur celles qui nous entourent aujourd’hui. Mais faut-il voir dans la spectaculaire expansion des images qui traverse le millénaire médiéval – et ses prolongements dits modernes – l’origine de notre propre « civilisation de l’image » ? Ou bien faut-il plutôt travailler à déjouer l’apparente continuité qui semble les relier ? À cet égard, le fait de qualifier le Moyen Âge de « culture de l'imago », comme le propose Jean-Claude Schmitt, ne relève pas d’un simple distinguo linguistique, mais vise à souligner que le Moyen Âge disposait là d’une notion chargée d’implications anthropologiques et profondément différente de ce que l’on entend aujourd’hui par « image ». Sans engager ici une comparaison précise, on peut seulement suggérer tout ce qui sépare le régime contemporain de l’image-écran et le régime médiéval de l’image-objet, contribuant ainsi à creuser l’écart entre le Moyen Âge et nous.

Notes

1 L. Pressouyre, « Histoire de l’art et iconographie », L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991, p. 247-268 ; M. Pastoureau et Cl. Rabel, « Histoire des images, des symboles et de l’imaginaire », Tendances actuelles de l’histoire médiévale en France et en Allemagne, dir. J.-Cl. Schmitt et O.-G. Oexle, Paris, 2002, p. 595-616.

2 On pense tout particulièrement à H. Belting, L'image et son public au Moyen Âge, Paris, 1998, et Id., Image et culte. Une histoire de l’art avant l’époque de l’art, Paris, 1998. Concernant les relations entre histoire et histoire de l’art, ainsi qu’une possible approche conjointe de l’œuvre comme document-monument, voir]. Baschet, « Les images : des objets pour l’historien ? », Le Moyen Âge aujourd'hui. Trois regards sur le Moyen Âge (Histoire, théologie, cinéma), dir. J. Le Goff et G. Lobrichon, Paris, 1997, p. 101-133.

3 J.-Cl. Schmitt, Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Age, Paris, 2002.

4 M. Schapiro, « On the Aesthetic Attitude in Romanesque Art », Romanesque Art, Londres, 1977, p. 1-27.

5 J. Baschet, « Introduction : l’image-objet », L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, dir. J. Baschet et J.-Cl. Schmitt, Paris, 1996, p. 7-26. Jean-Claude Schmitt parle même d’« images-corps », pour souligner la valeur « incarnationnelle » des images chrétiennes, dans leur légitimation, dans leurs motifs et dans leurs usages.

6 L’ouvrage de D. Iogna-prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église, Paris, 2006, montre bien comment L'Ecclesia en vient à tenir le bâtiment-église (avec son décor) pour indispensable à sa reproduction.

7 Pour le cas des confréries, C. Vincent, « Images durables et images éphémères dans la vie des confréries à la fin du Moyen Âge », L’iconographie. Études sur les rapports entre textes et images dans l’Occident médiéval, dir. G. Duchet-Suchaux, Paris, 2001, p. 253-276.

8 Un exemple récent : P. Boucheron, « “Tournez les yeux pour admirer vous qui exercez le pouvoir celle qui est peinte ici”. La fresque du Bon Gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti », Annales HSS, 60 (2005), p. 1137-1202.

9 Schmitt, Le corps des images..., op. cit. n. 3, ainsi que les travaux de Jean-Marie Sansterre, en dernier lieu : « Omnes qui coram hac imagine genita flexerint. La vénération d’images des saints et de la Vierge d’après les textes écrits en Angleterre du milieu du xie siècle aux premières décennies du xiiie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 49 (2006), p. 257-294.

10 É. Anheim, Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), doct. hist., dir. J. Verger, EPHE (Paris), 2004, et Id., « Les calligrammes musicaux de Baude Cordier », Les représentations de la musique au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 46-55 ; O. Cullin, L’image musique, Paris, 2006.

11 J. Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, 2008.

12 Elle est en outre composée pour une bonne part de « mémoires d’attente », c’est-à-dire de travaux ponctuels qui ne sont pas poursuivis par une recherche doctorale.

13 FCT (Fichier central des thèses, université Paris Ouest-Nanterre La Défense) : http://fct.u-paris10.fr/index.jsp ; SUDOC (catalogue public du système universitaire de documentation/ABES) : http://www.sudoc.abes.fr. Dans les deux cas, il faut procéder à des manipulations lourdes et fastidieuses pour obtenir une liste exhaustive des thèses inscrites en histoire médiévale.

14 Parmi les premiers exemples, on peut citer dans l’ordre chronologique des soutenances de thèses de 3e cycle ou nouveau régime : P. Mane, La vie agricole en France et en Italie aux xiie et xiiie siècles d’après les calendriers (sculpture, fresque, mosaïque, vitrail), dir. P. Toubert, univ. Paris 1, 1981 ; D. Russo, Iconographie et spiritualité. Le culte de saint Jérôme en Italie du Nord et du centre à la fin du Moyen Age, dir. A. Vauchez, univ. Paris 4, 1983 ; D. Rigaux, À la table du Seigneur. Le thème du repas eucharistique dans la peinture italienne septentrionale et centrale aux derniers siècles du Moyen Age, dir. A. Vauchez, univ. Paris 4, 1985 ; J. Baschet, Les justices de l’au-delà. Les représentations de l’enfer en France et en Italie (xiie-xve siècles), dir. J. Le Goff, EHESS (Paris), 1989 ; Chr. Raynaud, Les représentations de la violence dans les premiers livres d’histoire enluminés rédigés en français (fin xiie siècle-début xve siècle), dir. B. Chevalier, univ. de Tours, 1989.

15 On peut citer : Jérôme Baschet (EHESS), Christine Bousquet-Labouérie (Tours), Sophie Cassagnes-Brouquet (Toulouse), Martine Clouzot (Dijon), Philippe Faure (Orléans), Isabelle Marchesin (Poitiers), Perrine Mane (CNRS), Paul Payan (Avignon), Christiane Raynaud (Aix-Marseille), Dominique Rigaux (Grenoble), Véronique Rouchon (Lyon), Danielle Sansy (Le Havre). Cette liste serait facilement doublée si on ajoutait les collègues pour lesquels l’image entre notablement, sans en être l’objet principal, dans le champ de leur recherche.

16 Par exemple et sans prétendre à l’exhaustivité : D. Alexandre-Bidon, « Une foi en deux ou trois dimensions ? Images et objets du faire croire à l’usage des laïcs », Annales HSS, 53 (1998), p. 1155-1190 ; J.-L. Biget, Le Jugement dernier de Sainte-Cécile d'Albi, Toulouse, 2003 ; J.-P. Boudet, « Jean Gerson et la Dame à la Licorne », Religion et société urbaine au Moyen Age. Etudes offertes à Jean-Louis Biget par ses élèves, dir. P. Boucheron et J. Chiffoleau, Paris, 2000, p. 551-563 ; M. Fournie, Le ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le midi de la France (v. 1320-V.1520), Paris, 1997 ; A. Guerreau-Jalabert, « L’Arbre de Jessé et l’ordre chrétien de la parenté », Marie. Le culte de la Vierge dans la société médiévale, dir. D. Iogna-Prat, E. Palazzo et D. Russo, Paris, 1996, p. 137-137-170 ; C. Klapisch-Zuber, « Les premiers nus féminins du Quattrocento », Femmes, art et religion au Moyen Age (Actes du colloque international, Colmar, 3-5 mai 2001), dir. J.-Cl. Schmitt, Colmar, 2004, p. 181-194 ; R. Jacob, Images de la justice. Essai sur l'iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, 1994 ; D. Le Blévec et A. Girard, « Le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton : nouvelle approche », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1991, p. 103-124  G. Lobrichon, Assise, les fresques de la basilique inférieure, Paris, 1985 ; H. Millet, Les successeurs du pape aux ours. Histoire d’un livre prophétique médiéval illustré, Turnhout, 2004.

17 Sur cette rencontre intitulée « L’image comme source historique » (San Miniato, 25-30 septembre 1995), voir D. Rigaux, « Chronique », Revue Mabillon, 68 (1996), p. 303-304. Pour mesurer la permanence des vieilles réticences, il suffit de relire les pages de Michel Pastoureau et Claudia Rabel publiées en 2002, cf. supra, n. 1.

18 La nouvelle loi, publiée au Journal officiel du 3 août 2006, sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l'information (DADVSI), dont le texte très restrictif en matière de publication d’images révèle par bien des traits l'« exception française », a suscité de vives protestations. Pour des commentaires sur ce texte, voir notamment le site Droit et nouvelles technologies : http://www.droit-technologie.org.

19 Les recherches en cours en fournissent des exemples nombreux et variés, qu'il s’agisse du programme « Sanctuaires et pèlerinages » conduit par Catherine Vincent au sein du GDR SALVÉ du CNRS – dont les objectifs dépassent les limites traditionnelles de l’histoire médiévale – ou de ceux que conduisent historiens et historiens de l’art dans des lieux où ils ont l’habitude de travailler ensemble, tel le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers ou le Centre d’études médiévales d’Auxerre.

20 Il existe heureusement de célèbres contre-exemples qui témoignent d’une collaboration réussie, tels les quatre volumes dirigés par E. Castelnuovo et G. Sergi, Arti e storia nel Medioevo, Turin, 2002-2004, ou Le Moyen Age en lumière. Manuscrits enluminés des bibliothèques de France, dir. J. Dalarun, Paris, 2002.

21 Il faut souligner que les médiévistes président souvent à ces regroupements. Ainsi, dans les trois exemples cités, le porteur du master est un médiéviste : Nicole Bériou (Lyon 2), Daniel Le Blevec (Montpellier 3), Dominique Rigaux (Grenoble 2).

22 Voir la liste de ces bases (notamment Enluminures, Liber Floridus, Mandragore, Romane) sur Ménestrel : http://www.menestrel.fr. Signalons que les historiens – utilisateurs potentiels de telles bases – ont apporté leur contribution au processus collectif d’expérimentation et de réalisation des premières bases de données informatisées concernant les images médiévales. Nous nous permettons de renvoyer à D. Rigaux, « Pour un corpus des peintures murales des régions alpines », Une mémoire pour l’avenir. Peintures murales des églises alpines, dir. D. Rigaux, Novare, 1997, p. 19-27, qui analyse les caractéristiques de la base PREALP, aujourd’hui partiellement mise en ligne (http://prealp.msh-alpes.prd.fr), et J. Baschet, « Remarques sur l’indexation iconographique. L’expérience des vidéodisques des manuscrits de la Bibliothèque vaticane », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 106 (1994), p. 179-188. La base d’images du Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval, amorcée en 1983, a conduit à la mise au point du Thesaurus des images médiévales, Paris, 1993, dont une nouvelle version, élaborée conjointement avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, sera prochainement mise en ligne.

23 Ces questions concernent tous les types de documents et toutes les périodes : P. Rygiel, « Les sources de l’historien à l’heure d’Internet », Hypothèses, 2003, p. 341-354.

24 La numérisation des documents écrits entraîne des risques similaires de dématérialisation et, dans ce cas, d’accentuation d’un processus antérieur de réduction de l’écrit au « texte » ; sur ce point, comme pour sa judicieuse critique de la notion de « sources », J. Morsel, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale d’histoire de l’université de Paris 1, Paris, 2004, p. 273-286.

25 Outre l’essor des bases de données, il est souhaitable que se multiplient les publications en ligne (qui offrent, en matière d’images, des possibilités remarquables, à l’opposé des limitations des publications traditionnelles), ainsi que des sites associant ressources documentaires et production d’une intelligibilité des objets historiques (point fermement souligné par J. Morsel, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat, Paris, 2007, cf. http://lamop.univ-parisl.fr/lamop/LAMOP/JosephMorsel/index.htm). Le Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval prépare un site consacré aux chapiteaux de plusieurs églises romanes d’Auvergne, avec pour objectif d’en fournir le corpus photographique complet et localisé, ainsi qu’une étude globale.

26 Sur les principes d’une iconographie sérielle, Baschet, L’iconographie..., op. cit. n. 11, chap. 4.

27 E. Mâle, « L’enseignement de l’histoire de l’art dans l’université », Revue universitaire, 3 (1894), p. 10-20.

28 S. Lepape, Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du xiiie au xvie siècle, doct. hist., dir. J.-Cl. Schmitt, EHESS (Paris), 2007. Voir aussi Fr. Thénard-Duvivier, Au seuil des cathédrales. Culture visuelle et enjeux de pouvoirs de Rouen à Avignon (xiiie-xive siècles), doct. hist., dir. D. Rigaux, univ. Grenoble 2, 2007.

29 A. Guerreau, Statistique pour historiens, cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/statistiques/stat2004.pdf.

Auteurs

École des hautes études en sciences sociales
CRH (CNRS, UMR 8558), Paris

Université Grenoble 2 Pierre-Mendès-France
CRHIPA (EA 599)

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540