Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les historiens médiévistes face aux défis contemporains

Des médiévistes dans les archives : Est-ce utile ? Est-ce nécessaire ?

Bruno Galland

Texte intégral

1L’association entre les archives et le Moyen Âge est naturelle. Dans l’inconscient collectif de nos contemporains, le mot « archives », lorsqu’il n’évoque pas un grenier poussiéreux garni de quelques rats ou de toiles d’araignée, renvoie à un document scellé sur parchemin ou à un registre ; et l’archiviste lui-même est assimilé à un connaisseur du passé le plus reculé, donc du Moyen Âge. Cette association spontanée est due, pour l’essentiel, à la nature des travaux poursuivis au cours du xixe siècle dans les services d’archives. Mais, pour qui regarde les choses d’un peu plus près, la situation a beaucoup évolué. Les salles de lecture des services d’archives sont fréquentées principalement par des généalogistes, et l’activité des archivistes est répartie entre l’action culturelle, l’administration et la gestion des masses considérables des archives contemporaines.

2Dans ces conditions, il n’est pas superflu de réfléchir, dans le cadre de ce congrès, à la question qui donne son titre à cette communication. Le libellé, le lecteur l’aura compris, est à double sens. J’entends m’interroger tout autant sur la présence de médiévistes parmi les archivistes que sur celle des chercheurs en histoire du Moyen Âge dans les salles de lecture des services d’archives. Il me semble en effet que ces deux aspects de la question sont étroitement complémentaires, et que l’un ne va guère sans l’autre. Je me propose de rappeler d’abord brièvement les circonstances qui ont permis ce lien étroit entre les archives et l’histoire médiévale, puis de rappeler les raisons pour lesquelles le lien s’est estompé, avant de m’interroger sur la situation à venir dans les prochaines décennies du xxie siècle.

Une association naturelle au xixe siècle

3La fondation en 1821 de l’École des chartes, spécialement consacrée aux études médiévales, et l’appel progressif, puis systématique avec le décret du 4 février 1850, des chartistes à la tête des services d’archives expliquent l’association naturelle entre les archivistes et la recherche médiévale à partir de la Restauration. Confier aux seuls chartistes – et non plus, comme cela s’était fait auparavant, à des chefs de bureau de préfecture – la responsabilité des dépôts d’archives, ce n’était pas seulement permettre l’entrée de l’Histoire dans ces dépôts, ce qui, jusqu’ici et sauf quelques exceptions, n’avait pas vraiment été le cas ; c’était aussi orienter spécialement l’activité de ces dépôts vers l’histoire du Moyen Age.

  • 1 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain : quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, (...)
  • 2 Ibid.

4Si l’on avait fait appel aux chartistes, c’est qu’ils étaient alors les seuls en mesure d’apporter une réponse efficace à ce qui constituait alors la tâche prioritaire des services d’archives, à savoir le classement et l’inventaire des documents de l’Ancien Régime entrés pendant la période révolutionnaire et laissés, depuis, à peu près généralement à l’abandon ; ce travail ne pouvait être effectué que par des spécialistes rompus à la paléographie et à la connaissance des institutions de l’Ancien Régime. Or, à une époque où l’Université ne possédait pas encore de spécialistes capables d’exploiter les documents originaux, en particulier ceux du Moyen Âge – les facultés des lettres ne commencèrent à enseigner véritablement l’histoire que dans les années 1880 : la première chaire d’histoire du Moyen Âge fut créée à la Sorbonne en 1883 seulement –, les chartistes avaient une sorte de monopole en la matière. Ainsi que le relève fort justement Alain Guerreau, « la grande majorité des médiévistes professionnels étaient conservateurs, essentiellement d’archives et de bibliothèques1 ». Ces conservateurs n’avaient pas d’autre possibilité pour faire connaître les documents, pour les faire sortir en quelque sorte des dépôts où personne n’était en mesure de les exploiter, que de travailler eux-mêmes sur ces sources, en publiant des éditions de textes, des dictionnaires historiques, voire des articles ou des ouvrages. C’est ainsi que les archivistes développèrent une activité érudite, et parfois historienne, qui répondait profondément aux nécessités du moment : « De 1850 à 1930 domina le travail d’inventaire, de catalogage et d’édition2. »

  • 3 Br. Galland, « La participation de l’archiviste à la recherche historique : un rôle à redéfinir ?  (...)

5Le « portrait type » de l’archiviste départemental, entre le dernier tiers du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle, est ainsi celui d’un érudit, qui rédige des inventaires sur les séries anciennes, qui analyse finement les pièces médiévales, celles en particulier antérieures au xiiie siècle, qui collabore à des entreprises d’érudition (par exemple les dictionnaires topographiques), qui fonde ou anime des sociétés historiques locales, qui publie des documents et qui même, parfois, rédige des ouvrages historiques. On pourrait multiplier les exemples. Voici Léon Maître, qui dirigea pendant trente-huit ans (de 1872 à 1910) les archives de la Loire-Inférieure. Il rédigea de nombreux instruments de recherche, couvrant la plupart des séries anciennes de son dépôt, mais également un vaste catalogue en treize volumes des actes des ducs de Bretagne. Il fut également l’auteur prolixe de près de cent dix volumes ou brochures couvrant tous les aspects de l’histoire de son département. Auparavant, il avait occupé pendant quatre ans les fonctions d’archiviste de la Mayenne, et laissa derrière lui le Dictionnaire topographique de ce département. Maurice Jusselin, archiviste d’Eure-et-Loir, était spécialiste – entre autres – des notes tironiennes. À Lyon, Marie-Claude Guigue, puis son fds Georges, archivistes de la ville et du département, publièrent, à eux deux, la quasi-totalité des documents antérieurs à 1250. Aux Archives nationales, l’évolution vers la recherche historique est plus affirmée encore, puisque les archivistes n’ont aucune responsabilité administrative. C’est l’époque des grands travaux que sont les inventaires des layettes puis des premiers registres du Trésor des chartes, des cartons des Rois, des jugés du Parlement de Paris3.

Les évolutions du second xxe siècle

6Dans la seconde moitié du xxe siècle, le modèle de l’archiviste historien s’estompe progressivement. C’est le résultat d’une série d’évolutions commencées dix ou vingt ans plus tôt, tant du côté des archives que de la recherche historique.

Les évolutions du côté des archives

7Trois grandes évolutions peuvent être observées dans la stratégie des archivistes. En premier lieu, la priorité du programme de traitement des documents s’est réorientée, après la Seconde Guerre mondiale, vers les archives contemporaines. Cette nouvelle orientation accompagne d’ailleurs celle de l’historiographie qui, à partir des années 1930, s’intéresse de plus en plus à l’histoire contemporaine. Le phénomène s’explique tout à la fois par la masse de ces archives contemporaines, par un souci de reconnaissance administrative, par la nécessité de se tourner vers de nouveaux domaines de travail dès lors que la plus grande partie des fonds anciens sont, sinon finement inventoriés, du moins succinctement répertoriés. Par ailleurs, le champ de la collecte s’est étendu à des établissements récents dépourvus d’archives anciennes. Deuxièmement, le public des archives a connu une croissance exponentielle : il a été multiplié par trois entre 1970 et 1986. Cette augmentation quantitative s’est accompagnée d’une diversification considérable, qui a entraîné une complète inversion du rapport entre les publics universitaire et non universitaire. Les archives sont sorties du seul champ de la recherche historique à caractère scientifique. Enfin, au-delà du public des salles de lecture, les services d’archives ont été invités à participer à la démocratisation de la culture et donc à toucher un public plus large encore en développant leur action culturelle. L’organisation d’expositions, de rencontres, aujourd’hui de spectacles ou de lectures de documents sollicite leur temps et leur énergie.

Les évolutions du métier d’historien

8Cette évolution du rôle de l’archiviste est parallèle à une évolution également sensible du côté de la recherche historique, qui a ses conséquences sur le rôle des archivistes dans l’écriture de l’histoire. Dans l’entre-deux-guerres, les méthodes de l’histoire positiviste qu’avaient si bien incarnées les chartistes – et dont le manuel de référence demeure l'Introduction aux études historiques, cosignée par Charles-Victor Langlois, futur directeur des Archives de France – est contestée par la « nouvelle » histoire dont Lucien Febvre et Marc Bloch affirment les principes en créant les célèbres Annales d’histoire économique et sociale. Le renouvellement des questionnements, l’importance attachée aux dépouillements sériels et aux synthèses, mais aussi la spécialisation croissante de la recherche, l’explosion et l’internationalisation de la bibliographie mettent à mal la position des archivistes adossés à leur documentation mais qui ne disposent ni du temps, ni de la hauteur de vue nécessaires pour participer à des interrogations plus larges.

9Au-delà des méthodes, c’est progressivement la place même du document d’archives dans le discours historique qui s’est trouvée remise en cause. Les fondateurs des Annales ont rappelé le primat des questions ou des hypothèses sur la documentation :

  • 4 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, 1960, p. 26.

Beaucoup de personnes et même, semble-t-il, certains auteurs de manuels se font de la marche de notre travail une image étonnamment candide. Au commencement, diraient-elles volontiers, sont les documents. L’historien les rassemble, les lit, s’efforce d’en peser l’authenticité et la véracité. Après quoi, et après quoi seulement, il les met en œuvre. Il n’y a qu’un malheur : aucun historien, jamais, n’a procédé ainsi4.

  • 5 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, 1953, p. 428.

10De même que « le document lui-même n’existe pas antérieurement à l’intervention de la curiosité de l’historien », de même le document d’archives – et plus largement le document écrit – ne constitue plus désormais pour l’historien l’aliment unique de son questionnement : « L’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute, écrit Lucien Febvre. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire, sans documents écrits s’il n’en existe point5. » Comme le soulignait Nicole Lemaître aux archivistes réunis en congrès au Mans, en 1995 :

  • 6 N. Lemaître, « Les attentes d’un enseignant-chercheur », Les instruments de recherche et leurs uti (...)

Depuis quelques lustres, l’appétit [des historiens et des universitaires] ne se limite plus aux liasses d’archives, il se nourrit d’imprimé, d’archéologie, d’ethnologie, voire de psychologie. Des pans entiers de l’histoire universitaire se passent désormais de l’archive et l'utilisation de celle-ci s’est profondément modifiée. C’est un fait, les archives ne sont plus le seul « grenier de l’histoire »6.

La part des médiévistes reste cependant importante

11La part des étudiants et des enseignants-chercheurs dans le public des archives a fortement diminué, en pourcentage – du fait de l'inflation des généalogistes – au cours des dernières décennies, mais aussi, ce qui est plus inquiétant, en valeur absolue depuis quelques années. Aujourd’hui, les étudiants et les enseignants-chercheurs ne représentent guère plus que 25 % des lecteurs des archives départementales, la part étant évidemment un peu plus forte dans les villes universitaires. Aux Archives nationales, qui n’ont pas de documents d’état civil et qui bénéficient de la présence de très nombreuses universités, le chiffre est évidemment beaucoup plus fort : 47 % du public, mais 60 % il y a dix ans.

12Toutefois, le recul du document d’archives dans l’arsenal de l’historien est sensible en priorité pour l’histoire contemporaine, où la presse et les témoignages oraux constituent d’autres sources également intéressantes et souvent plus faciles d’accès, ensuite seulement pour l’histoire moderne et l’histoire médiévale, même si celle-ci est pénalisée par la méconnaissance du latin chez les étudiants. Aussi, parmi les étudiants et les enseignants qui fréquentent les archives départementales, les médiévistes représentent encore 13 % ; aux Archives nationales, tous lecteurs confondus, la part des médiévistes est sensiblement supérieure – autour de 16 % des étudiants et enseignants. Les médiévistes continuent donc à accorder une grande importance au recours et à l’étude critique du document, ainsi qu’en témoigne d’ailleurs le thème de notre prochain congrès, au Caire, en 2008.

Et demain ?

13Dans son rapport introductif, Jean-Philippe Genet nous annonçait que, d’ici 2050, toute la documentation archivistique médiévale serait consultable en ligne. C’est une perspective tout à fait plausible, même si nous en sommes aujourd’hui encore très loin. Les principaux obstacles à la numérisation dans les services d’archives sont les coûts mais aussi l’absence de classement fin des documents et de données documentaires permettant de caractériser chacune des images. Or, précisément, du fait des travaux de classement effectués au xixe siècle, les fonds médiévaux sont les mieux ordonnés et les plus finement analysés. Pour ce qui est du coût, et pour des raisons analogues à celles que Jean-Philippe Genet décrivait pour l’Italie, les archives départementales, qui dépendent des collectivités territoriales attachées à la mise en valeur du patrimoine local, sont plus favorisées que les Archives nationales, mais celles-ci commencent désormais à offrir à leur tour des documents en ligne. Du fait de cette évolution, le chercheur en histoire du Moyen Âge n’aura bientôt même plus besoin d’aller dans le service d’archives. Que deviendra alors le lien entre le médiéviste et l’archiviste ? Il est important qu’il subsiste pour deux raisons.

14Une première raison intéresse l’archiviste. En effet, l’activité de ce dernier poursuit deux buts, rappelés notamment dans les articles du Code du patrimoine consacrés aux archives : « Les besoins de la gestion et de la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées » et « La documentation historique de la recherche » (Code du patrimoine, article L 211-2). L’évolution de notre société, la pression des acteurs publics tendent, je l’ai déjà dit, à insister sur l’intérêt immédiat – la gestion des flux documentaires pour faciliter le travail de l’administration productrice – ou à réduire la finalité scientifique des archives à l'action culturelle, qui en constitue un prolongement intéressant et souvent nécessaire, mais ne l’épuise pas. L’archiviste doit donc faire l’effort de maintenir son lien avec l’historien, pour préserver l’équilibre de ses missions et, finalement, la seule raison durable de la conservation des archives. Et dans ce lien avec l’historien, celui avec le médiéviste est particulièrement nécessaire, précisément parce que le médiéviste est de tous les historiens celui pour lequel le document d’archives a une part prépondérante dans sa documentation.

  • 7 É. Anheim et O. Poncet, « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, 125 (...)

15Mais surtout, il me paraît important de maintenir ce lien pour l’historien. Le document, la série d’archives, le fonds d’archives ne peuvent être vraiment exploités, compris, interprétés que si l’historien en connaît et en comprend la logique interne, fondée sur la tradition et sur les (dé) classements successifs. La mise en lumière de cette logique interne, son explicitation, c’est le cœur du travail de l’archiviste, bien davantage que l’analyse ou la description – tout historien sait analyser des documents. Je ne peux ici que renvoyer au numéro très éclairant de la Revue de synthèse, publié en 2004 par les soins de nos collègues Etienne Anheim et Olivier Poncet : « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire ». L’introduction en donne le ton : « La mise en archives des documents est une opération à part entière, qui bouleverse des logiques documentaires pour en créer d’autres [...] l’archivage est une opération de construction de catégories, dont l’archivistique doit rendre compte. Si l’historien ne veut pas être dupe de sa documentation, il est nécessaire qu’il soit conscient de cette double construction7. » Des exemples significatifs sont fournis, en particulier, sur le fonds du Trésor des chartes, grâce à Olivier Guyotjeannin et Yann Potin, ou sur celui du parlement de Paris.

16S’il veut pouvoir continuer de recourir avec pertinence aux documents d’archives, le médiéviste du xxie siècle doit prendre garde que les pouvoirs publics, qui ont la tutelle des services d’archives, ne les détournent définitivement du public et des problématiques de la recherche en histoire médiévale pour les dédier exclusivement soit aux archives les plus contemporaines, soit à l’activisme administratif, culturel ou mémoriel. Ainsi, les médiévistes ne doivent pas être absents des grands débats qui occupent les archivistes actuellement, singulièrement la construction du nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, en 201 1, qui entraînera une redéfinition de la politique même des Archives nationales. Il est important que les programmes de numérisation réservent une part aux documents médiévaux, même si ceux-ci seront toujours moins consultés que les répertoires des notaires ou les dossiers individuels des membres de la Légion d’honneur. Il faut veiller également à ce que les publications – en ligne ou hors ligne – ne soient pas seulement dédiées à quelques grands documents très connus, qui intéressent le grand public mais ne permettent pas le renouvellement des problématiques.

17Pour que le lien subsiste, il faut le nourrir. Il est d’abord essentiel que les étudiants apprennent à se rendre dans les salles de lecture d’archives et à travailler sur les documents. Les formations méthodologiques organisées dans les universités et auxquelles les archivistes peuvent parfois contribuer revêtent donc une grande importance, de même que les journées portes ouvertes, comme celles que les Archives nationales et certains services d’archives départementales organisent chaque année. Il est tout aussi important que l’archiviste garde contact avec l’enseignement et la recherche, soit qu’il participe lui-même à un programme ou qu’il enseigne, soit qu’il continue de fréquenter les travaux et les débats de la recherche.

  • 8 Cf. http://www.cn-telma.fr/.
  • 9 Br. Galland, « Travailler ensemble sur l’Ancien Régime : expériences et interrogations », Archives (...)

18En histoire médiévale, un partenariat naturel, largement évoqué au cours de ces journées, est suscité par le développement de la diffusion en ligne. Le centre de ressources numériques Telma8 ou l’édition des comptes des châtellenies savoyardes présentent quelques exemples intéressants. De nombreux archivistes participent au programme des Fasti Ecclesiae Gallicanae animé par Hélène Millet et qui repose fondamentalement sur le dépouillement des archives des chapitres cathédraux. Bien d’autres partenariats peuvent être imaginés en fonction de la nature des documents conservés ici ou là et des centres d’intérêt et de recherche9. Ce qui est important, c’est de chercher à développer des synergies efficaces pour que le médiéviste du xxie siècle puisse continuer de trouver dans les archives un support adapté à ses recherches. Alors, bien sûr, vous l’aurez compris, ma conclusion est la suivante : des médiévistes dans les archives, même au xxie siècle, ce n’est pas seulement utile, c’est absolument nécessaire.

Notes

1 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain : quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 93.

2 Ibid.

3 Br. Galland, « La participation de l’archiviste à la recherche historique : un rôle à redéfinir ? », La Gazette des archives, 204 (2006), p. 211-232.

4 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, 1960, p. 26.

5 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, 1953, p. 428.

6 N. Lemaître, « Les attentes d’un enseignant-chercheur », Les instruments de recherche et leurs utilisateurs. Bilan et perspectives. Journées d’étude de la direction des Archives de France, Le Mans, 1995, Paris, 1996, p. 25-34, ici p. 25.

7 É. Anheim et O. Poncet, « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, 125 (2004), p. 1-14, ici p. 3.

8 Cf. http://www.cn-telma.fr/.

9 Br. Galland, « Travailler ensemble sur l’Ancien Régime : expériences et interrogations », Archives et sciences sociales : aspects juridiques et coopérations scientifiques, Paris, 2006, p. 153-161.

Auteur

Archives nationales - CHAN, Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540