Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les historiens médiévistes face aux défis contemporains

De Cîteaux à Cluny

La place des médiévistes entre institutions scientifiques, aventure associative et politique régionale en Bourgogne

Hannelore Pepke-Durix

Texte intégral

  • 1 Découvrons la Bourgogne ensemble. Schéma régional de développement du tourisme 2005-2015, Dijon, 20 (...)

1Il est rare que la commémoration d’un événement du Moyen Âge alimente la définition d’une politique territoriale sectorielle. C’est pourtant ce qui s’est passé en Bourgogne, avec l’adoption du nouveau schéma régional de développement du tourisme, cadre de la politique régionale en matière de tourisme pour les dix années à venir1. Soulignons qu’il s’agit d’une démarche relevant d’une logique avant tout économique, étroitement liée à la politique d’aménagement du territoire. Au sein de ce schéma, un seul type d’actions est prévu dans le domaine du tourisme culturel, à savoir des « années thématiques pour la valorisation du patrimoine régional ». Cet élément du schéma a été élaboré en référence expresse à l’expérience de l’année « Cîteaux 98 », qui avait marqué le 900e anniversaire de l’abbaye en 1998. La Bourgogne étant également très productive sur le plan intellectuel dans le domaine de l’histoire religieuse, cette nouvelle orientation politique pose la question de son articulation avec la recherche et avec l’enseignement supérieur. Avant d’essayer de répondre à cette question, il paraît utile de retracer les grandes lignes de l’évolution dont est issu cet élément de positionnement de la politique touristique régionale qu’on appelle des « années thématiques » et d’en résumer le concept. Mais tout d’abord, quelques définitions du monde du tourisme, peu connues en dehors des spécialistes du secteur, qu’ils soient professionnels ou enseignants-chercheurs.

Le patrimoine médiéval dans la politique touristique : l’expérience bourguignonne

La politique de développement du tourisme en Bourgogne

Les organismes territoriaux du tourisme

  • 2 L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) est une ancienne ONG, issue dans les années 1970 de l’Uni (...)
  • 3 Mémento du tourisme, 27e éd., Paris, 2007, p. 10.
  • 4 Nombre de CRT et CDT sont actuellement transformés en agences du tourisme, mouvement qui souligne l (...)
  • 5 Voir le Code du tourisme (version consolidée au 1er octobre 2007), Partie législative, Livre I" : O (...)

2Selon la définition de l’Organisation mondiale du tourisme2, le tourisme comprend « les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs3 ». Un organisme territorial du tourisme est un organisme ayant, sur un territoire défini, des compétences en matière touristique. En France, à chacun des grands échelons administratifs correspond un type d’organisme institutionnel du tourisme, du local au national, des offices de tourisme et syndicats d’initiative au groupement d’intérêts économiques « Maison de la France », en passant par les comités départementaux et régionaux du tourisme, en général sous statut associatif4. Regroupés au sein d’une fédération nationale, les comités régionaux (ou CRT) sont devenus obligatoires il y a vingt ans, par la loi du 13 janvier 1987 ; ils ont vu leurs compétences précisées par une autre loi en décembre 1992. Les dispositions des deux lois, avec les modifications intervenues entre-temps, sont aujourd’hui regroupées au sein du code du tourisme5. Depuis les dernières élections régionales, en 2004, les régions françaises se sont dotées d’un certain nombre de schémas régionaux de développement, y compris dans le domaine du tourisme, comme le prévoit l’article L 131-7 du code du tourisme.

Le schéma régional de développement du tourisme de Bourgogne

  • 6 Un premier schéma pour le tourisme régional avait été élaboré dès 1992, mais il n’avait pas connu d (...)

3Le nouveau schéma régional de développement du tourisme de Bourgogne a été adopté par le conseil régional en octobre 20056. Il a été élaboré dans le cadre d’une vaste concertation, associant au conseil régional et au CRT les quatre comités départementaux (ou CDT) et de nombreux autres organismes territoriaux ou consulaires, sans oublier des collectivités locales et des rassemblements, formels ou informels, de certaines catégories d’acteurs privés ou publics du tourisme régional, des loueurs de bateaux habitables aux représentants de la filière vitivinicole en passant par les sites de tourisme spirituel de toutes les grandes religions représentées sur le territoire bourguignon. Fondé sur un état des lieux réalisé par un cabinet de consultants spécialisé et de nombreux entretiens individuels et collectifs, confiés en partie à un deuxième cabinet, ce schéma touche à des domaines très divers : aménagement de véloroutes et regroupement des routes des vins de Bourgogne, soutien à la formation des professionnels et accessibilité sous toutes ses formes, de l’accueil des handicapés jusqu’au transport ferroviaire de voyageurs, sans oublier la « révolution Internet » avec ses incidences sur la gamme des brochures de promotion éditées sur papier. Dans le domaine du tourisme culturel, le schéma indique un seul type d’actions ou « chantier » à mener : des années thématiques pour la valorisation du patrimoine régional.

Le concept des « années thématiques »

  • 7 Découvrons la Bourgogne ensemble..., op. cit. n. 1, p. 65-66.
  • 8 Ibid., p. 20.

4L’état des lieux, première étape de l’élaboration du schéma, reconnaît le tourisme culturel comme un élément majeur de l’offre touristique bourguignonne et de l’image de la région. Il constate que, outre le patrimoine religieux et l’archéologie, « deux thématiques apparaissent comme “légitimes” en Bourgogne : le tourisme spirituel et le médiéval », et attire l’attention sur une tendance à la baisse de la fréquentation des sites ne faisant pas d’effort particulier en matière d’animation et, plus généralement, faute d’événements et de moyens humains et financiers pour dynamiser et renouveler l’offre7. Est également relevée la concurrence toujours plus vive entre sites ouverts à la visite, de plus en plus nombreux, ainsi que l’absence quasi générale de démarches dites d’« interprétation » susceptibles de redynamiser la fréquentation et de rendre le patrimoine plus accessible à des clientèles plus jeunes et plus familiales que les clients traditionnels de la région (cadres de plus de 45 ans et retraités, plutôt diplômés et voyageant sans enfants). Afin d’y remédier, devant la grande richesse patrimoniale de la Bourgogne, qui rend illusoire toute tentative de promouvoir simultanément la totalité de ces patrimoines, le schéma préconise le recours à des années thématiques permettant de mettre en valeur un thème particulier pendant une ou deux saisons. Cette mise en valeur doit associer une action d’envergure pour la promotion à une action de soutien à l’aménagement et à l’animation touristiques des éléments relevant du thème retenu. Cela nécessite un long temps de préparation, au moins deux ans, permettant un travail approfondi sur l'offre, puis un an ou deux de réalisation et de promotion, et, enfin, une demi-année d’évaluation des actions menées8.

  • 9 Ibid., p. 20.
  • 10 A. Lalart-Castro, Des années thématiques pour le tourisme bourguignon, thèse professionnelle dactyl (...)

5L’idée-force est donc d’utiliser, sur chaque thème retenu, quelques sites et/ou événements « locomotives » pour faire avancer, en aménagement comme en promotion, l’ensemble de l’offre liée à ce thème. Parmi les thèmes envisagés lors de l’élaboration du schéma, on trouve le tricentenaire de la mort de Vauban en 2007, qui a en effet vu la Bourgogne engagée dans ce type de démarche par une déclinaison régionale d’un thème national, puis un thème évoquant « La Bourgogne des Celtes aux Romains » (avec l’ouverture du Centre d’interprétation d’Alésia, prévue actuellement vers 2010). D’autres thèmes possibles, sans lien avec une commémoration, se réfèrent simplement à des types de patrimoine : « La Bourgogne des châteaux, parcs et jardins », « Les villages vignerons, les villes du vin et les routes du vin » ou encore « La Bourgogne à vélo et au fil de l’eau » (avec l'achèvement du tour de Bourgogne à vélo, en cours de réalisation sur les anciens chemins de halage des canaux bourguignons et des véloroutes empruntant en général d’anciennes voies ferrées). Lors de l’élaboration du schéma, « La Bourgogne de Cluny » figurait également dans la liste comme une idée parmi d’autres, la commémoration de sa fondation, il y aura bientôt onze cents ans, n’étant alors pas encore perçue par les responsables du tourisme régional comme un événement d’envergure. Actuellement, elle se présente comme la première échéance de commémoration importante à venir en Bourgogne, fortement susceptible de donner lieu à une année thématique en 2010. Le Centre des monuments nationaux, gestionnaire du site de visite, et l’École nationale supérieure des arts et métiers, qui occupe la majeure partie des bâtiments claustraux, préparent activement l'échéance, tout comme la Fédération des sites clunisiens – et tout comme les médiévistes travaillant sur la thématique clunisienne, y compris au sein de l’UMR ARTeHis. D’après le texte du schéma, le pilotage du « chantier » A4 des années thématiques est assuré par le CRT, le choix des thèmes étant l’objet d’une concertation avec les départements et devant donner lieu à la signature d’une convention d’objectifs spécifique9. Il prévoit que de nombreux partenaires soient associés à la démarche : les collectivités territoriales (région et départements), les organismes institutionnels du tourisme, les sites en fonction du thème retenu et, enfin, l'université. Cette dernière peut être concernée en particulier par la participation à un comité de validation des contenus sur un thème annuel donné, dont la composition varie par conséquent avec les thèmes10.

  • 11 SWOT : strengthes, weaknesses, opportunities, threads. Il s’agit de l’analyse croisée des facteurs (...)
  • 12 Les « quatre P » : produit, prix, place (lieux de vente, voire manière de vendre) et promotion.

6Tel qu’il a été adopté en 2005, le concept des années thématiques avait été élaboré au sein du service Développement du CRT, d’abord dans le cadre d’un stage d’une longueur et d’une qualité exceptionnelles en 2004, par une étudiante en mastère spécialisé de management des entreprises culturelles de l’École supérieure de commerce de Dijon, lequel s’est prolongé par une embauche en CDD pour mener à terme le projet. Ce travail s’est appuyé, pour commencer, sur une analyse critique, ayant recours aux concepts du marketing, de l’expérience forte vécue par la Bourgogne d’une année thématique de facto, l’année « Cîteaux 98 », qui avait marqué le900e anniversaire de l’abbaye berceau de l’ordre cistercien. Le bilan, exprimé en termes d’analyse SWOT11 et de marketing mix12, a été jugé largement positif en dépit de quelques faiblesses clairement identifiées. Au total, cette mission préparatoire a duré environ un an. Ce travail, tout comme la forte implication du CRT dans l’année « Cîteaux 98 » et, dès 1990, la promotion d’une « année saint Bernard » pour le 900e anniversaire de la naissance de Bernard de Clairvaux, avait bénéficié de la présence au sein de son équipe et de l’engagement personnel d’une médiéviste, spécialisée dans d’autres aspects de l’histoire médiévale, l’auteur de cette contribution. Avant de chercher à comprendre la place que peuvent occuper les médiévistes dans la mise en pratique du chantier des années thématiques, il convient de retracer brièvement le travail accompli pour « Cîteaux 98 » en le situant dans l’évolution des commémorations.

Un lent processus d’ouverture : de la refondation de Cîteaux à l’année bernardine de 1990

De longs antécédents d’un loisir d’élite

  • 13 Bourgogne romane, brochure publiée par le CRT Bourgogne en de nombreuses éditions dans les années 1 (...)
  • 14 A. Saint-Denis, Les Hôtels-Dieu de Bourgogne, brochure également éditée par le CRT Bourgogne en plu (...)
  • 15 M. Léglise, Routes des pressoirs et vignobles en Bourgogne, Dijon, 1989.

7Il n’y a guère plus d’une décennie, la prise en compte du patrimoine monastique médiéval comme un élément dynamique, voire dynamisant du développement touristique de la Bourgogne était loin d’aller de soi. Certes, l'abbaye de Fontenay était déjà célèbre, car classée au patrimoine mondial de l’Unesco, mais on se contentait de promouvoir le patrimoine roman essentiellement en direction d’un public averti ou tout au moins d’amateurs éclairés. Rares étaient les passerelles entre les organismes institutionnels du tourisme, les gestionnaires des sites en question et les milieux religieux concernés par ces sites. Quant aux médiévistes, on se contentait de les solliciter de temps en temps pour la rédaction du texte ou simplement la préface d’une brochure promotionnelle consacrée à l’art roman ou aux hôpitaux historiques de la région. C’est à ce titre qu’il pouvait arriver au CRT, au début des années 1990, de recourir à la plume d’un Jean Richard13 ou d’un Alain Saint-Denis14, de même qu’on s’adressait à un spécialiste des vins et du patrimoine vitivinicole pour parler des pressoirs historiques en Bourgogne15. Le fait que le directeur de la Culture au conseil régional fût alors lui-même ethnologue de formation n’était pas étranger au niveau parfois exigeant des textes ainsi produits, nettement au-dessus du niveau de la demande touristique courante et de ce fait facilement suspectés d’élitisme.

Ouverture progressive sur fond de mutations sociales

  • 16 Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux. 1098-1998, dir. M. Plouvier et A. Saint-Denis (...)
  • 17 H. Pepke-Durix, « Tourisme. 1. La naissance, du loisir d'une élite au tourisme populaire », Dijon e (...)
  • 18 F. Aynard, Fontenay : l’abbaye et son vallon, Paris, 2000, p. 45.
  • 19 Pepke-Durix, « Tourisme... », loc. cit. n. 18.

8Aussi les commémorations précédentes paraissent-elles rétrospectivement comme caractéristiques de leurs époques respectives. Rappelons que c’est en 1898, pour le 800e anniversaire de la fondation de Cîteaux, qu’une communauté de moines cisterciens de la stricte observance vint s’installer sur le site, où il ne restait presque rien des bâtiments médiévaux16 Cet acte symbolique fut le résultat d’une démarche volontariste au sein de l’ordre, mû par une motivation essentiellement religieuse, même s’il ne faut pas perdre de vue les relations entre les milieux catholiques et la société française à la fin du xixe siècle, l’année symbole se situant sept ans seulement avant la séparation des Églises et de l’État, en 1905. Pour les moines repeuplant Cîteaux, il s’agissait d’y réaliser à nouveau leur idéal de retrait du monde, aux antipodes d’un quelconque souci d’ouverture à la visite touristique, loisir d’élite en plein développement alors, y compris en Bourgogne17. À la même époque, Alésia voyait arriver les premiers groupes de visiteurs, plutôt érudits, voire spécialistes, grâce aux nouvelles facilités qu’offrait la liaison ferroviaire par la ligne PLM, avec une gare au pied même de l’ancien oppidum. Avec l’apparition de l’automobile, la famille Aynard allait bientôt permettre la visite de Fontenay18, et, dès avant 1914, le Touring Club de France intervint dans le sens d’une meilleure mise en valeur d’un autre patrimoine médiéval pourtant toujours dévolu à son utilisation première, l'Hôtel-Dieu de Beaune, en exigeant la suppression de disgracieux becs de gaz installés dans la cour d’honneur19. Mais pas encore de médiévistes à l’horizon pour ajouter un grain de sel érudit.

  • 20 Saint Bernard et l’art des Cisterciens, Dijon, 1953 ; Mélanges saint Bernard. Actes du XXIVe Congrè (...)
  • 21 Renseignements aimablement communiqués par M. Hubert Aynard, propriétaire.

9Freiné par la guerre dans son développement presque aussitôt après l’instauration des congés payés en 1936, le tourisme connut un développement fulgurant dans les décennies qui suivirent le retour à la paix. Néanmoins, en 1953, le 800e anniversaire de la mort de Bernard de Clairvaux, célébré avec faste sur le plan religieux, apparaît surtout comme marqué par un rapprochement entre les milieux religieux et ceux de l’érudition. Outre une somptueuse procession dans les rues de Dijon, on en retient une grande exposition au musée des Beaux-Arts et un colloque où fut notamment mieux cernée l’influence réelle de Bernard sur l'architecture cistercienne20. Si le chanoine Chaume, éminent historien de la Bourgogne du haut Moyen Âge, n’était plus de ce monde, il conviendra d’écrire un jour cette page d’histoire en définissant les rôles de médiateurs que jouèrent dans ce contexte des religieux ou hommes d’Église érudits comme Anselme Dimier ou Jean Marilier – et l’accueil que pouvait leur réserver le maire de la ville, qui n’était autre que le chanoine Kir. Ce fut aussi l'époque où Fontenay amorçait sa mutation en site de visite touristique et culturel, les activités agricoles, sylvicoles et piscicoles passant progressivement au second rang. L’intérêt suscité par la commémoration n’est pas étranger au fait que, en 1953, sa fréquentation passa de près de 5400 à plus de 8 700 visiteurs, chiffres dérisoires par rapport à l’époque actuelle, mais qui représentaient alors un bond supérieur à 60 %21.

Une première expérience réussie de coopération entre culture, religieux et tourisme

  • 22 900 ans, years, Jahre, anni saint Bernard, Dijon, 1990.
  • 23 Renseignement aimablement communiqué par M. Hubert Aynard, propriétaire.

10Le 900e anniversaire de la naissance de Bernard, en 1990, allait voir une première expérience de coopération étroite entre représentants des trois milieux de la culture, de la religion et du tourisme. La France était alors entrée de plain-pied dans la société des loisirs, y compris culturels, et le CRT de Bourgogne avait entamé une croissance rapide de ses effectifs, passant de six salariés à une dizaine en moins de quatre ans. Une association ayant été fondée pour la coordination des événements de l’année, celle-ci bénéficia du soutien de la DRAC de Bourgogne et du CRT pour l’édition d’une brochure de promotion touristique de l’événement22. Financée par l’association, elle fut conçue en commun entre les trois instances mentionnées et sa réalisation technique fut assurée par le CRT. Sa présentation s’inscrivit dans la charte graphique du tourisme bourguignon, caractérisée par la couleur rouge bourgogne ou lie-de-vin de la couverture, un code typographique précis et la devise « La Bourgogne, l’Art et le Plaisir de vivre ». Sur huit pages seulement, les textes présentaient les sites cisterciens et bernardins de Bourgogne en français et donnaient des informations de fond succinctes en français, en allemand, en anglais et en italien. Détail intéressant : sur la carte, dessinée spécialement pour la circonstance, figuraient aussi les principaux sites clunisiens de Bourgogne, en guise d’invitation à mieux comprendre l’époque qui avait vu naître Cîteaux en visitant également les vestiges du monachisme contre lequel s’étaient érigés les fondateurs et premiers promoteurs de Cîteaux. Le principal point faible de l’événement, du point de vue touristique, était l’accessibilité très réduite de Cîteaux, les rares bâtiments anciens étant situés hors du périmètre accessible aux visiteurs. Les moines se résolurent néanmoins à ouvrir leurs portes exceptionnellement pendant quatre jours au cours de l’année, permettant ainsi au public intéressé de voir de près la grande bibliothèque gothique et le définitoire du xviie siècle. Rétrospectivement, cette ouverture modeste paraît comme une expérimentation indispensable dans le cheminement vers une ouverture autrement plus longue en 1998. L’année bernardine fut considérée comme un succès incontesté dans les milieux du tourisme régional et départemental (Côte-d’Or). L’abbaye de Fontenay, seule documentée, classée au patrimoine mondial depuis plusieurs années, franchit alors la barre, économique autant que symbolique, des 100000 visiteurs annuels23.

« Cîteaux 98 », une année qui a fait date

  • 24 Installé dans un ancien bâtiment érigé au xviie siècle comme église paroissiale pour les habitants (...)

11L’année « Cîteaux 98 » a été l’occasion, pour la Bourgogne, de décliner à peu près toutes les formes de promotion en matière de tourisme culturel, tout en concourant à l’aménagement des sites par des conseils prodigués à leurs responsables, les moines de Cîteaux, placés en première ligne car ils s’étaient décidés à accomplir l’acte révolutionnaire d’une ouverture de l’abbaye à la visite pendant plusieurs mois de l’année par la création d’un point d’accueil spécifique24 et d’un parcours guidé reliant ce point aux édifices les plus anciens (la bibliothèque gothique et le définitoire du xviie siècle), tout en gardant une distance respectueuse par rapport au bâtiment du xviiie siècle où loge la communauté. À cela s’ajoutait une action non négligeable en matière de formation et d’information des acteurs du tourisme bourguignon concernés prioritairement par l’événement, à savoir les responsables et le personnel d’accueil des sites cisterciens de la région et des offices de tourisme.

La « capitalisation » de l’année bernardine : bénévolat et réseaux vivaces

12L’année « Cîteaux 98 » allait bénéficier à plus d’un titre de l’expérience de 1990. Des sites cisterciens s’étaient organisés en réseaux, en France et à l’étranger. La charte, d’abord française puis européenne, des abbayes et sites cisterciens de même que l’association des anciennes abbayes cisterciennes devenues églises protestantes en Allemagne en sont des conséquences directes. La première compte environ 160 membres, anciennes abbayes ou granges, ainsi que des communautés vivantes dont le site est ouvert à la visite touristique25. Elle eut pour point de départ l’ancienne abbaye de Vauluisant, dans l’extrême nord de la Bourgogne ; son animation a longtemps été assurée par Clairvaux. Saluons, parmi les actions de la charte, l’organisation de séances de formation pour les guides des sites adhérents, destinées à assurer la qualité des discours tenus à leurs visiteurs ; les médiévistes, directement (comme intervenants) ou indirectement (par la bibliographie), jouent un rôle clé dans cette démarche. La seconde, bien que purement informelle, sans statuts déposés, est extrêmement active et organise, pour ses deux cents sites membres environ, des rencontres annuelles dont le contenu englobe aussi bien la spiritualité et la pastorale que des questions économiques et d’ouverture au tourisme26. Une troisième association, également basée en Allemagne, regroupe les anciennes abbayes de la filiation de Morimond27.

13En Bourgogne, les animateurs bénévoles de l’association créée pour la nouvelle commémoration furent en partie les mêmes qu’en 1990. De même, les contacts reprirent sans peine entre les différentes instances ayant collaboré huit ans auparavant. Cette fois-ci, la thématique était plus vaste. On n’allait pas seulement célébrer un homme, aussi grand que fût son rayonnement, mais la naissance de l’abbaye de Cîteaux, et il apparaîtrait vite que celle-ci était surtout perçue par le public, en France et davantage encore à l’étranger, comme le point de départ de l’ordre cistercien, même si les historiens distinguent soigneusement ces deux événements. Entre les acquis de 1990 sur le plan organisationnel et relationnel et une demande manifeste, voire massive, du public, « Cîteaux 98 » allait ainsi vite prendre une envergure inattendue. Les réponses à élaborer à cette demande se devaient d’être de qualité, non seulement par déontologie générale, mais aussi en raison du niveau de connaissances préalables et donc d’attentes, voire d’exigence, de bon nombre de visiteurs, constaté à maintes reprises par le personnel d’accueil des sites cisterciens.

Les actions menées, en Bourgogne et vers l’extérieur

  • 28 Notamment M. Michel Visteaux, ancien directeur de l’agence d’urbanisme de l’agglomération dijonnais (...)

14La promotion de l'année bénéficiait du fait que l’association reçut des subsides suffisants pour recourir à l’embauche de personnel salarié : une chef de projet, architecte de formation, bientôt rejointe par une stagiaire embauchée en CDD à l’issue de son stage du DESS de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui s’intitulait à l’époque « Histoire et gestion du patrimoine », ainsi qu’une, voire deux secrétaires pendant les périodes où l’activité était la plus intense, sans empêcher ni rendre superflue la présence régulière de bénévoles aux compétences affirmées28. À cela s’ajoutait un fort engagement du CRT : la médiéviste toujours présente au sein de l’équipe fut affectée à la promotion de l’année à temps plein pendant plus d’un an, à partir du printemps 1997, et secondée par une assistante ayant une maîtrise d’histoire (moderne), spécialement embauchée pendant huit mois, d’abord à temps partiel, puis à plein temps, d’octobre 1997 à mai 1998.

  • 29 Visiter la Bourgogne cistercienne. Touring Burgundy in the Footsteps of the Cistercians et Visiter (...)

15Les actions menées différaient quelque peu de celles de l'année bernardine. Tout d’abord, les marchés ciblés étaient essentiellement la France et l’Allemagne, les représentations officielles du tourisme français en Italie et en Espagne ayant signalé un intérêt très réduit pour le thème, et les représentations en Suisse, en Belgique et aux Pays-Bas y étant un peu plus sensibles mais sans véritable mobilisation, de même qu’en Grande-Bretagne. Par ailleurs, le partage des tâches avec les permanentes de l’association « Cîteaux 98 » permettait une gamme d’actions plus large, notamment leur présence au sein d’espaces « Bourgogne » organisés par le CRT dans le cadre de salons touristiques grand public et professionnels. Un volumineux dossier de presse, réalisé au CRT, qui collationnait les apports de ses partenaires, rassemblait, en outre, pour la presse les informations sur tous les aspects de l’année, aussi bien spirituels et culturels que touristiques, dont plusieurs pages consacrées aux bases historiques. L’anniversaire de Cîteaux fut, en outre, retenu comme l’un des trois thèmes de l’année pour la campagne publicitaire annuelle du CRT en France. Le support de promotion essentiel était une brochure de format poche de 32 pages, éditée en deux versions bilingues, français-anglais et français-allemand, avec un tirage très élevé (500 000 exemplaires au total) et l’ambition de satisfaire les exigences des spécialistes tout en étant à la portée du grand public29. Internet ayant fait son apparition comme nouveau moyen de promotion, un site spécifique fut créé par l’association, grâce au support technique du CRT. Enfin, pour assurer un maximum de cohérence et d’efficacité à ces différentes démarches au sein d’un milieu professionnel très éclaté et individualiste, comportant beaucoup de personnel d’accueil temporaire embauché à la saison, des séances de formation – débutant par un cours d’histoire spécifique – furent organisées en octobre 1997 et en avril 1998, avec une aide logistique importante de la Fédération régionale des offices de tourisme et syndicats d’initiative.

Des retombées exceptionnelles

  • 30 « Le trésor des humbles », au Musée archéologique de la ville.
  • 31 L’ancienne abbaye de Molesme, point de départ des fondateurs de Cîteaux, a ainsi vu sa fréquentatio (...)

16Les archives de l’association « Cîteaux 98 » n’étant pas accessibles, on ne peut chiffrer exactement le coût global de l’année et l’ensemble de ses retombées économiques ; mais plusieurs indicateurs montrent son succès éclatant. D’une part, la fréquentation des sites cisterciens de Bourgogne s’est sensiblement accrue en 1998, sauvant le bilan de cette saison difficile marquée par l’organisation de la Coupe du monde de football en France. Globalement, pour seize sites, la fréquentation est passée de moins de 370 000 entrées en 1997 à plus de 470000 en 1998. En y ajoutant les manifestations à thématique cistercienne, on obtient des totaux respectifs de 372 000 entrées en 1997 et de 533 000 en 1998, dont 28 000 pour la seule exposition des manuscrits de Cîteaux pendant l’été 1998 à Dijon30, soit une hausse de plus de 160 000 entrées ou de 43 % par rapport à une année « normale », c’est-à-dire sans effort thématique particulier. Cette hausse a profité tout particulièrement aux sites les moins fréquentés, impossibles à mettre en valeur individuellement par la promotion touristique courante31.

  • 32 C’est-à-dire le montant qu’il aurait fallu payer pour une insertion publicitaire de même surface et (...)
  • 33 T. Morvan, « Les vins des cisterciens », L’Humanité, 16 janvier 1998.
  • 34 « Lectures romanes », recension des ouvrages de T. Kinder, L'Europe cistercienne, et de V. Rouchon (...)
  • 35 T. Perrin, « Les neuf cents ans de Cîteaux », Le Généraliste, 3 mars 1998, p. 39.
  • 36 Par exemple, B. de Lauradour, « La Bourgogne, esprit du vin et spiritualité » Femme pratique.

17Parmi les autres éléments ayant frappé les responsables du tourisme régional, il faut citer la contre-valeur publicitaire32 des articles publiés dans des journaux et des magazines à la suite des voyages de presse organisés en Bourgogne. Or, parmi ceux-ci, un seul voyage, de treize journalistes allemands avec un accompagnateur de Maison de la France, dont le coût global pour le CRT n’avait pas excédé 50 000 francs, avait généré des articles d’une contre-valeur totale de plus de 3,8 millions de francs (environ 580 000 euros). Du jamais vu ! Cette somme, supérieure au budget total de la campagne publicitaire sur le marché français, la plus ambitieuse de toutes celles du CRT, pour la même année, fit prendre conscience aux responsables régionaux de l’impact économique que peut avoir un bon marketing du patrimoine, lorsqu’il rencontre un vrai intérêt de la part du public et dispose de moyens adéquats. La communication rédactionnelle étant fortement cumulative, une fois un certain seuil de notoriété franchi, toute la gamme de la presse française, bien au-delà des médias religieux, culturels et touristiques, finit par s’intéresser à l’année « Cîteaux 98 » sous un angle ou un autre, permettant de toucher des publics très variés, tels L’Humanité pour le vin33 ou la presse médicale pour les livres parus pour la circonstance34 ou simplement la commémoration35 en tant que telle, sans oublier la presse féminine, qui répondit au-delà de ce qui était attendu36. Au total, la moisson des brèves, articles, reportages, numéros spéciaux, voire scripts et résumés d’émissions de radio ou de télévision finir par remplir pas moins de sept classeurs semblables à celui de l’année bernardine.

Quelle place pour les médiévistes par rapport au développement touristique régional ?

18« Cluny 2010 » se profile à l’horizon du tourisme régional bourguignon. En attendant, la célébration nationale de l’année Vauban en 2007 vient de donner lieu à une déclinaison régionale originale mais relativement éloignée des contenus historiques, compte tenu du rang que pouvait prendre le patrimoine vaubanien bourguignon en comparaison avec d’autres régions françaises. L’événement majeur en Bourgogne aura donc été, en juillet 2007, un rallye de tourisme équestre inspiré du service de messagerie créé par l’ingénieur de Louis XIV, culminant, à la mi-juillet, en un grand rassemblement à Bazoches, la seigneurie de Vauban, qui a attiré environ 7 000 personnes. Les manifestations plus culturelles, pourtant de qualité, furent peu susceptibles d’attirer des foules touristiques. Elles ont néanmoins considérablement enrichi et nuancé l’image du personnage auprès du public, en insistant sur sa pensée originale au sujet du territoire morvandiau plutôt que sur ses activités militaires. L’événement, salué unanimement comme un succès par les élus et acteurs de terrain, même si son envergure n’était pas comparable à celle de « Cîteaux 98 », a aussi permis de ne pas laisser se perdre la dynamique des années thématiques malgré le retard pris par l’aménagement du site d’Alésia, première échéance thématique envisagée lors de l’élaboration du schéma. Dans l’attente d’une nouvelle célébration à thématique médiévale, le travail des médiévistes est pris en compte de multiples manières en Bourgogne, dans l’enseignement, dans la recherche non strictement médiévale et, surtout, dans l’action patrimoniale, voire touristique.

Un processus de « patrimonialisation » qui s’accélère et fait l’objet d’études

19La Bourgogne a cette particularité d’offrir à l’histoire médiévale une triple approche de la part des chercheurs et enseignants universitaires. Outre la recherche médiévistique proprement dite, l’histoire et le patrimoine du Moyen Âge ont leur place dans l’enseignement supérieur professionnalisant, et sont l’objet d’une attention particulière de la part de chercheurs en histoire contemporaine. Depuis une quinzaine d’années déjà, une formation professionnalisante existe dans le domaine du management culturel à l’IUP Denis-Diderot. Orientée vers le spectacle vivant plutôt que vers la valorisation du patrimoine, cette formation comporte néanmoins depuis huit ans un module de tourisme culturel, que j’assure et dans lequel, à la demande du responsable de l’IUP, l’expérience de « Cîteaux 98 », enrichie d’autres exemples plus récents, sert de fil conducteur illustrant les bonnes pratiques. Le rappel indispensable des bases historiques est en général très bien perçu par les étudiants, qui apprécient de pouvoir ainsi réviser, sous l’angle de la pratique professionnelle, un domaine relevant pour eux de la culture générale.

  • 37 Communication de Jean-Luc Delpeuch devant le conseil scientifique du Centre international d’études (...)
  • 38 C’est également la relative proximité de Cluny, à une soixantaine de km, qui a permis au CEP, au dé (...)

20Un autre master de management des activités du tourisme et de la culture, issu d’un DESS orienté prioritairement vers le tourisme par adjonction d’une année socle de Ml, existe à l’Institut d’administration des entreprises, mais la place de l’exemple cistercien y est plus restreinte, au sein du module de communication touristique. Le recrutement étant plus cosmopolite et plus hétéroclite du point de vue des formations de base qu’à l’IUP, l’intérêt des étudiants pour le « cas » de l’année cistercienne est généralement moindre. On y observe néanmoins que les étudiants venant d’une maîtrise d’histoire, et surtout d’histoire du Moyen Âge, avaient tendance à se distinguer par leur capacité à empoigner des réalités complexes et à rendre des travaux d’une rigueur intellectuelle supérieure à la moyenne. Avec le recrutement général des masters professionnels en Μ1 à la suite d’une licence, cet avantage de ceux ayant déjà une petite expérience de vraie production intellectuelle risque de se perdre en grande partie. Au niveau bac + 6, un master spécialisé « Patrimoine, culture et nouvelles technologies » existe en outre à l’ENSAM de Cluny, où le travail sur les vestiges de l’abbaye implique une prise en compte de l’histoire permettant de leur donner un sens. Selon les dires du directeur de l’établissement, les étudiants de l’ENSAM en général ont cependant du mal à admettre que « leur » école puisse aussi « appartenir » à la collectivité et au public des visiteurs37. D’autre part, la localisation de l’école à Cluny est un facteur promotionnel envers les pays d’Europe centrale38 ayant aidé à la spécialisation du site dans les formations orientées vers ces pays au sein du groupe de l’ENSAM.

  • 39 Professeur d’histoire contemporaine, responsable du pôle « Patrimoines » de la Maison des sciences (...)
  • 40 B. Chauvin, Le clos et le château de Vougeot, cellier de l’abbaye de Cîteaux, Nuits-Saint-Georges, (...)

21À la médiévistique proprement dite et à son utilisation dans l’enseignement professionnel, s’ajoute une démarche originale dans le domaine de l'histoire contemporaine : la spécialisation d’un professeur, Philippe Poirrier39, dans l’histoire des politiques culturelles. Par conséquent, le travail accompli au cours des dernières décennies dans le tourisme culturel est déjà lui-même l’objet d’une réflexion historiographique. Des échanges réguliers existent, notamment entre la MSH et l’IUP Denis-Diderot. Le dialogue avec des collègues historiens du temps récent et même pratiquement encore présent constitue un enrichissement certain, tout particulièrement dans une région où la richesse et la fonction identitaire du patrimoine n’ont pas toujours aidé à percevoir la limite entre historiographie et hagiographie dès lors qu’on sortait du cercle des spécialistes. On connaît bien le processus de patrimonialisation accélérée et pas toujours heureuse qui marque l’époque actuelle. C’est là que les médiévistes ont un rôle indispensable à jouer. Eux seuls peuvent, pour tout objet d’origine médiévale, dire sa signification originelle – dans la mesure du possible, mais si eux, dans certains cas, ne peuvent le faire, ce n’est pas le grand public qui le fera à leur place – et permettre ainsi de la distinguer de sa signification actuelle. Par extension, leur regard peut aussi être précieux sur ce qui relève de la réception d’événements, de personnes et d’œuvres du Moyen Âge à des époques postérieures. Bref : il y a un besoin absolu de médiévistes pour faire percevoir à ceux qui n’en sont pas la complexité et la dynamique des sociétés médiévales, encore trop souvent réduites à des images d’Epinal. La Confrérie des chevaliers du tastevin vient de montrer l’exemple en confiant la rédaction de la première monographie du Clos de Vougeot fondée sur une démarche scientifique à un médiéviste40. La demande du grand public existe, mais les réponses qu’on lui propose sont souvent pauvres, par manque de connections entre les milieux de la recherche et les techniciens de la mise en tourisme, qu’ils soient salariés d’organismes institutionnels ou bénévoles d’associations locales. Et sur ce point, les médiévistes ne doivent pas hésiter à faire un véritable lobbying, à montrer qu’ils ne sont pas quantité négligeable, qu’ils ne constituent pas une élite enfermée dans une tour d’ivoire, déconnectée du monde. Des démarches institutionnalisées comme les années thématiques du tourisme bourguignon peuvent leur offrir une plate-forme, mais c’est aussi à eux d’être présents hors de leurs institutions de rattachement – université, CNRS ou autres –, quand on les sollicite ou simplement quand cela leur paraît utile et possible, sans passer pour des intrus donneurs de leçons.

Les localisations des médiévistes, entre institutions universitaires et scientifiques, associations et collectivités

  • 41 Comptes rendus annuels des travaux dans le Bulletin du CEM, depuis 1998. Il convient de distinguer (...)

22Les médiévistes universitaires dijonnais eux-mêmes ont récemment réalisé une ouverture remarquable en acceptant, dans l’UMR qui les regroupe avec les archéologues et avec les historiens de l’art du Moyen Âge, des collègues des sciences de la terre et en engageant une réflexion commune à partir des recherches de ceux-ci sur le paléo-environnement, notamment à propos de l’évolution des sols du vignoble au fil des siècles. Ce mouvement se reflète dans le changement de nom de l’UMR, devenue ARTeHis, « Te » signifiant « terre ». Cette évolution est d’autant plus prometteuse que l’effectif de l'ARTeHis s’est sensiblement accru, peu de temps après, par l’accueil de plusieurs historiens médiévistes lyonnais. L’équipe du service régional de l’Inventaire, passé de la DRAC de Bourgogne au conseil régional, prend également une part active aux travaux de l’ARTeHis avec le statut de chercheurs associés. Rappelons que, parmi les éléments constitutifs de l’UMR, figurait le Centre d’études médiévales d’Auxerre, né de la volonté de Georges Duby, lequel centre lie depuis longtemps, dans ses travaux, histoire et archéologie du bâti, bien au-delà du patrimoine bâti de la Bourgogne du Nord où son implantation reste forte, sous l’égide de Dominique Iogna-Prat et de Christian Sapin41. Cette richesse intellectuelle autant que patrimoniale de la Bourgogne incite à s’interroger, à travers son exemple, sur les possibilités d’articulation entre des institutions scientifiques et le public exprimant sa « demande sociale » face au Moyen Âge, en particulier dans le cadre du tourisme et des loisirs.

  • 42 Avec 250 000 visiteurs annuels environ, il est le 2e site avec billetterie le plus fréquenté de la (...)
  • 43 Opinion exprimée oralement lors d’une réunion du conseil scientifique du Centre d’études des patrim (...)

23Premier constat : il existe un foisonnement d’associations, souvent dotées de conseils scientifiques, où le besoin de contacts avec les médiévistes est manifeste. En Bourgogne, c’est bien souvent (mais pas toujours) autour de l’architecture romane et/ou de sites monastiques qu’elles se sont créées ou quelles oeuvrent. Un autre exemple est objet de discussions : le chantier dit « médiéval » de Guédelon, en Puisaye, d’une attractivité impressionnante42. Cette réalisation spectaculaire du rêve de jeunesse d’un châtelain voisin qui voulait construire de nos jours un château fort grandeur nature en employant les techniques médiévales pose des questions. Nicolas Reveyron, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à Lyon II, est catégorique : malgré toutes ses imperfections, Guédelon est un laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert disposant de moyens techniques impossibles à obtenir dans le système universitaire43.

  • 44 Les travaux de cette section sont organisés par le centre Georges-Chevrier « Ordre et désordre dans (...)

24Les médiévistes de l’enseignement supérieur, comme tant d’autres, sont dévorés par de multiples tâches : cette contribution se voudrait aussi un appel aux collègues pour leur dire de ne pas négliger les associations et leurs attentes, notamment par le biais des conseils scientifiques lorsqu’ils existent, car elles sont de précieux relais entre le monde des spécialistes et le grand public. En Bourgogne, bon nombre d’entre elles, qui ont une réelle production intellectuelle, notamment de publications, sont fédérées, depuis 1914, au sein de l’Association bourguignonne des sociétés savantes (ABSS), qui compte actuellement environ 45 membres, dans un périmètre plus large que la région administrative mais historiquement justifié puisqu’il inclut le département de la Haute-Marne, qui correspond peu ou prou à l’ancien diocèse de Langres, issu de la cité lingonne dont Dijon faisait partie à l’origine. Des colloques annuels sont organisés sous l’égide de l’ABSS, à tour de rôle par les sociétés adhérentes, où se rencontrent chercheurs universitaires et extra-universitaires, et dont les actes sont édités. Outre l’apport direct de connaissances, la confrontation amicale des démarches est un stimulant considérable pour ces associations, dans leur grande majorité implantées loin du campus universitaire. « Bourgogne oblige », l’histoire médiévale y tient en général une place importante, surtout si on prend également en considération les travaux de la section d’histoire du droit, dont les séances se déroulent en parallèle avec celles de la section générale44.

25Le travail des associations, ayant pour but l’histoire locale ou d’autres recherches, ou plus généralement au service d’un élément de patrimoine incluant des activités de recherche, est un élément clé dans l’action patrimoniale des collectivités territoriales et leurs regroupements et organismes satellites (communautés de communes, pays, pays d’art et d’histoire, etc.). Nombreuses sont leurs tâches assumées, au nord et tout particulièrement au sud de la Bourgogne, où l’art roman est un véritable marqueur de l’identité culturelle et touristique : gestion de patrimoine bâti dans l’Avallonnais (ancien prieuré grandmontain appartenant à la Société d’études d’Avallon) ou dans le Clunisois (la chapelle des moines à Berzé-la-Ville, propriété de l’Académie de Mâcon), inventaire architectural par le Centre d’études clunisiennes à Cluny et par le CEP de Saint-Christophe-en-Brionnais, ceci avec des étudiants en architecture de plusieurs pays européens, et la valorisation des édifices par la mise en place progressive des « Chemins du roman » couronnés par un Trophée du tourisme de Bourgogne en 2005, médiation et voyages culturels par le Centre international d’études romanes de Tournus... jusqu’à la création d’une association départementale, « Résonances romanes », sous l’égide du conseil général de Saône-et-Loire.

Les enjeux de l’institutionnalisation : quelle place pour la production intellectuelle et pour les jeunes médiévistes ?

26Les dernières années ont vu se multiplier les organismes satellites des collectivités territoriales et aussi des créations de postes au sein des collectivités elles-mêmes. Mais il est rare que la recherche elle-même soit directement prise en compte. Après l’Auxois en décembre 2005, un nouveau pays d’art et d’histoire a obtenu son label en Charolais-Brionnais, un an plus tard. Alors que se prépare l’organisation du concours d’animateur du patrimoine, le syndicat mixte du pays Charolais-Brionnais, organisme porteur du projet de pays d’art et d’histoire, est en train, en ce début de l’année 2008, de renforcer son soutien au fonctionnement du Centre d’études des patrimoines de Saint-Christophe-en-Brionnais, dans la perspective d’une alimentation régulière du pays d’art et d’histoire en connaissances et compréhension des patrimoines de sa zone géographique au sein des réseaux qui la concernent, jusqu’à l’échelon européen puisque le CEP vient d’adhérer, seul membre français pour l’instant, à un réseau européen d’itinéraires romans basé à Magdebourg en Allemagne (Transromanica).

27Dans ce contexte, l’année Cluny 2010 sera aussi un test de la réelle capacité des responsables régionaux et locaux à mettre en pratique ce qui est affiché dans le schéma régional de développement du tourisme. L’État maître des lieux avance lentement mais sûrement dans l’aménagement du site vers une lisibilité exemplaire des vestiges de la maior ecclesia par le biais de la « réalité augmentée », c’est-à-dire la possibilité de voir en même temps, sur écran, les vestiges réels et la reconstitution par les nouvelles technologies de ce qui a disparu, grâce à des partenariats où l'ΕΝSAM occupe une position centrale. Les universitaires y sont présents, les liens sont étroits avec Lyon II notamment. L’engagement de la ville ne peut être connu avant les élections municipales de cette année. À partir de là, quels moyens seront mis à la disposition de qui pour mener quelles actions envers quels publics ? Quels postes seront créés, temporairement ou durablement ? De nombreux jeunes titulaires de masters professionnels, sur la base d’un parcours d’histoire englobant le cas échéant une maîtrise, sont prêts à saisir leur chance. Mais que se passera-t-il au sein des administrations, à tous les échelons ? Sur quelle répartition des compétences pourra-t-on se mettre d’accord ? Quelle dimension voudra-t-on donner vraiment à l’année Cluny 2010 ? Quels aménagements soutenir sur quels autres sites clunisiens en Bourgogne ? Quels compléments de formation dispenser à quels acteurs du terrain ? Qui composera le comité de validation dont les médiévistes ne sauraient être absents ? Tout cela devrait commencer à se préciser au cours de l’année 2008, puis en 2009. Pendant ce temps, les principaux sites cisterciens de Côte-d’Or sont à nouveau en effervescence, renforçant et renouvelant leur attractivité par des démarches nouvelles et originales : la réfection du parcours guidé à Cîteaux et l’installation dans le définitoire d’une nouvelle exposition sur l’abbaye et la vie monastique, conçue pour répondre à tous les critères des quatre labels « Tourisme et Handicap » ; l’aménagement d’un sentier de randonnée par l’Office national de la forêt autour d’un étang proche de l’abbaye, avec signalétique sur la pisciculture monastique ; une exposition pendant toute la saison, d’avril à novembre, au château du Clos de Vougeot, sur le thème « Les moines et le vin » ; la reconstitution grandeur nature du grand marteau de forge et de sa roue à aubes à l’abbaye de Fontenay, dans le cadre d’un projet pédagogique international avec de nombreux collèges et lycées professionnels de toute l’Europe.

28Sans le travail préalable des médiévistes, voire leur implication directe, sur les sites ou par l’intermédiaire des cabinets d’études, aucune de ces réalisations n’aurait été possible. Leur réalisation actuelle semble de bon augure pour une saine émulation. De Cîteaux à Cluny, on attend la suite, car le patrimoine médiéval est aussi une ressource économique inépuisable, impossible à valoriser sans médiévistes. S’il fallait encore des preuves de l’utilité sociale de la recherche médiévistique, vis-à-vis d’un public aussi frileux devant la fiscalité que désireux de découvertes de qualité, de commémorations en célébrations, la Bourgogne monastique pourrait en apporter de monumentales.

Notes

1 Découvrons la Bourgogne ensemble. Schéma régional de développement du tourisme 2005-2015, Dijon, 2005.

2 L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) est une ancienne ONG, issue dans les années 1970 de l’Union internationale des organisations officielles de tourisme, créée après la Seconde Guerre mondiale. Elle est devenue agence spécialisée des Nations unies depuis 2003.

3 Mémento du tourisme, 27e éd., Paris, 2007, p. 10.

4 Nombre de CRT et CDT sont actuellement transformés en agences du tourisme, mouvement qui souligne l'importance grandissante de la composante commerciale parmi leurs fonctions.

5 Voir le Code du tourisme (version consolidée au 1er octobre 2007), Partie législative, Livre I" : Organisation générale du tourisme, Titre III : Les collectivités territoriales et leurs groupements, chapitre Ier : La région, article L 131-8, consultable sur Internet : www.legifrance.gouv.fr.

6 Un premier schéma pour le tourisme régional avait été élaboré dès 1992, mais il n’avait pas connu de mises à jour depuis cette date.

7 Découvrons la Bourgogne ensemble..., op. cit. n. 1, p. 65-66.

8 Ibid., p. 20.

9 Ibid., p. 20.

10 A. Lalart-Castro, Des années thématiques pour le tourisme bourguignon, thèse professionnelle dactyl., ESC Dijon, mastère spécialisé en management des activités culturelles, année 2003-2004.

11 SWOT : strengthes, weaknesses, opportunities, threads. Il s’agit de l’analyse croisée des facteurs internes (forces et faiblesses) et externes (opportunités et menaces) par rapport à une production.

12 Les « quatre P » : produit, prix, place (lieux de vente, voire manière de vendre) et promotion.

13 Bourgogne romane, brochure publiée par le CRT Bourgogne en de nombreuses éditions dans les années 1980 et 1990, avec une préface de Jean Richard à partir de 1990 environ.

14 A. Saint-Denis, Les Hôtels-Dieu de Bourgogne, brochure également éditée par le CRT Bourgogne en plusieurs versions afin d’intégrer des sites nouvellement ouverts à la visite, et réimprimée régulièrement au cours des années 1990.

15 M. Léglise, Routes des pressoirs et vignobles en Bourgogne, Dijon, 1989.

16 Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux. 1098-1998, dir. M. Plouvier et A. Saint-Denis, Vitreux-Dijon, 1998, p. 222-223.

17 H. Pepke-Durix, « Tourisme. 1. La naissance, du loisir d'une élite au tourisme populaire », Dijon et la Côte-d'Or. Un regard de l’Académie des sciences, arts et belles lettres sur le 20e siècle, dir. M. Chauney-Bouillot et M. Pauty, Dijon, 2003, p. 72.

18 F. Aynard, Fontenay : l’abbaye et son vallon, Paris, 2000, p. 45.

19 Pepke-Durix, « Tourisme... », loc. cit. n. 18.

20 Saint Bernard et l’art des Cisterciens, Dijon, 1953 ; Mélanges saint Bernard. Actes du XXIVe Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes (8e centenaire de la mort de Bernard), Dijon, 1953 ; Congrès Saint Bernard : comptes rendus des manifestations, textes et résumés des communications (XXIVe Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes. Dijon, 28 mai-2 juin 1953), Dijon, 1953.

21 Renseignements aimablement communiqués par M. Hubert Aynard, propriétaire.

22 900 ans, years, Jahre, anni saint Bernard, Dijon, 1990.

23 Renseignement aimablement communiqué par M. Hubert Aynard, propriétaire.

24 Installé dans un ancien bâtiment érigé au xviie siècle comme église paroissiale pour les habitants de Saint-Nicolas-les-Cîteaux – village fondé alors pour remettre en valeur le pays dépeuplé par les ravages de la guerre de Trente Ans, actuellement la commune sur le territoire de laquelle se trouve l’abbaye – et transformé ultérieurement en bâtiment agricole, cf. Pour une histoire monumentale..., op. cit. n. 17.

25 Détails sur le site Internet : www.cisternet.com.

26 Cf. www.evangelische-zisterzienser-erben.de.

27 Il s’agit de l’association « Freunde der Abtei Morimond » de Mme Helga Fliege (Siegburg).

28 Notamment M. Michel Visteaux, ancien directeur de l’agence d’urbanisme de l’agglomération dijonnaise.

29 Visiter la Bourgogne cistercienne. Touring Burgundy in the Footsteps of the Cistercians et Visiter la Bourgogne cistercienne. Auf den Spuren der Zisterzienser durch Burgund, Dijon, 1998.

30 « Le trésor des humbles », au Musée archéologique de la ville.

31 L’ancienne abbaye de Molesme, point de départ des fondateurs de Cîteaux, a ainsi vu sa fréquentation passer d’un millier de visiteurs à environ cinq mille.

32 C’est-à-dire le montant qu’il aurait fallu payer pour une insertion publicitaire de même surface et au même emplacement dans la même publication.

33 T. Morvan, « Les vins des cisterciens », L’Humanité, 16 janvier 1998.

34 « Lectures romanes », recension des ouvrages de T. Kinder, L'Europe cistercienne, et de V. Rouchon et D. Faure, Vézelay, dans l’hebdomadaire Le Chirurgien-dentiste de France, 19 février 1998, p. 42-44.

35 T. Perrin, « Les neuf cents ans de Cîteaux », Le Généraliste, 3 mars 1998, p. 39.

36 Par exemple, B. de Lauradour, « La Bourgogne, esprit du vin et spiritualité » Femme pratique.

37 Communication de Jean-Luc Delpeuch devant le conseil scientifique du Centre international d’études des patrimoines en Charolais-Brionnais (CEP), réuni à Cluny le 27 octobre 2007.

38 C’est également la relative proximité de Cluny, à une soixantaine de km, qui a permis au CEP, au début des années 1990, de lancer des stages d’inventaire architectural avec des établissements d’enseignement supérieur en Pologne, puis en Allemagne (ex-RDA).

39 Professeur d’histoire contemporaine, responsable du pôle « Patrimoines » de la Maison des sciences de l’homme de Dijon, auteur de nombreux ouvrages, dont L’invention du patrimoine en Bourgogne, Dijon, 2004, mais aussi éditeur, avec Jacques Berlioz et Patrick Arabeyre, de Vies et légendes de saint Bernard de Clairvaux : création, diffusion, réception, xiie-xxe siècles. Actes des rencontres de Dijon, 7-8juin 1991, Brecht (Belgique), 1993 (Commentarii cistercienses. Textes et documents, 5).

40 B. Chauvin, Le clos et le château de Vougeot, cellier de l’abbaye de Cîteaux, Nuits-Saint-Georges, 2008.

41 Comptes rendus annuels des travaux dans le Bulletin du CEM, depuis 1998. Il convient de distinguer le centre de recherches proprement dit de l’association intitulée « Centre d’études médiévales Saint-Germain » qui accepte également des membres autres que chercheurs professionnels. En 1999, le CEM a été nommé aux Trophées du tourisme de Bourgogne pour l’aménagement des cryptes de Saint-Germain d’Auxerre.

42 Avec 250 000 visiteurs annuels environ, il est le 2e site avec billetterie le plus fréquenté de la région, après l’Hôtel-Dieu de Beaune, et attire de nombreux groupes scolaires, y compris des régions méridionales.

43 Opinion exprimée oralement lors d’une réunion du conseil scientifique du Centre d’études des patrimoines de Saint-Christophe-en-Brionnais.

44 Les travaux de cette section sont organisés par le centre Georges-Chevrier « Ordre et désordre dans l’histoire des sociétés », UMR 5605 (CNRS-université de Bourgogne), qui regroupe les historiens du droit avec les historiens de l’époque moderne et de l’époque contemporaine, si bien que les universitaires y prédominent par rapport aux non-universitaires, contrairement à la section générale.

Auteur

Université de Dijon

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540