Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

La barricade de Juin 1848 : une construction politique

Laurent Clavier et Louis Hincker

Texte intégral

1Planche IX

  • 1 Pardigon F., Episodes des journées de Juin 1848, Londres, 1852.
  • 2 Cet article reprend et développe certaines des conclusions de notre mémoire de Maîtrise : Aspects (...)

2Les journées des 23, 24, 25 et 26 juin 1848 ont été souvent définies comme une lutte sociale féroce entre un Paris bourgeois et un Paris ouvrier, remettant en cause la fraternelle République de Février. Le caractère meurtrier des combats et de la répression, qui firent plusieurs milliers de morts, renforce cette vision. Cependant, dès 1852, l’insurgé François Pardigon rappelait à ses contemporains que la compréhension des barricades dépendait de la prise en considération de l’état d’esprit des protagonistes : « Si l’on avait une juste idée de l’incertitude qui dès le début a présidé à l’attaque de telle ou telle barricade, on verrait l’insurrection sous un jour nouveau »1. Les dossiers des prévenus, déposés aux Archives de la Guerre, éclairent cette autre réalité2. L’expérience des individus, leur manière de la restituer, étaient chargées de sens politique.

L’espace de la barricade

  • 3 Carte des barricades de Juin 1848, Bibliothèque historique de la ville de Paris, A 624 a et A 624 (...)

3La carte classique des barricades de Juin 1848 oppose deux Paris3. A l’est d’une frontière dessinée par les rues du Faubourg Poissonnière, Beaubourg et Transnonain au nord, de la Harpe et Saint-Jacques au sud, les barricades parsèment l’espace insurgé. Mais cette observation se fonde sur la superposition des barricades des quatre journées, en établissant une distinction entre les différents événements on fait apparaître un Paris plus morcelé.

Diversité de l’espace barricadé

  • 4 Cette carte peut être comparée à celle réalisée pour la Semaine Sanglante par R. Tombs, The war ag (...)

4Nous avons superposé la carte classique des barricades et celle des replis de l’espace insurgé à partir de la matinée du 24 juin. La carte représente la progression des troupes et signale donc la résistance des barricades4.

5Le 23 juin déjà, l’issue du combat est indéterminée. Les positions, de part et d’autre, sont mal assurées. Vers 10 heures, les premières barricades s’élèvent tant à la porte Saint-Denis que sur la rive gauche. Dès lors, les mouvements de construction et de reprises par les forces de l’ordre sont simultanés, en différents quartiers. La frontière des rues Beaubourg et Transnonain n’apparaît pas encore. Dès l’après-midi, les boulevards, tenus par la troupe, divisent profondément le Paris populaire. Parmi les premiers barricadés, les quartiers du faubourg Saint-Denis ou du faubourg Saint-Martin, à l’ouest du canal, sont définitivement réoccupés par la troupe dans leur moitié sud. A la faveur de la nuit, les opérations militaires cessant, les barricades sont reconstruites. Cependant, on ne peut parler d’un espace barricadé massif et clairement délimité.

  • 5 Voir Rougerie J., « Recherches sur le Paris du xixe siècle ; espace populaire et espace révolution (...)

6Le déroulement de la matinée du 24 paraît plus simple. C’est alors que se produit le plus important déplacement d’insurgés : au matin une « colonne », venue du faubourg Saint-Antoine, prend la mairie du VIIIe arrondissement, place des Vosges, puis tente en vain d’aller jusqu’à l’Hôtel de Ville. L’espace barricadé a atteint son extension maximale, le retrait commence. Notre carte permet alors de distinguer divers tempéraments dans l’est de Parisien5.

  • 6 Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, t. xi, Paris, 1872, p. 290.

7Au cœur de la capitale, les barricades résistent assez peu. Sur la rive droite, seuls les quartiers du Marais et de l’Arsenal, autour de la rue Saint-Antoine et de son faubourg, tiennent jusqu’au 25 juin. La rive gauche, quant à elle, s’écroule presque d’un seul tenant dès le 24, après la prise difficile du Panthéon. C’est là qu’avaient été données les premières mesures du mouvement, érigées les premières barricades. Ainsi, le Panthéon est le pôle, le « centre d’action »6 et le verrou de la rive gauche.

8Faubourgs et banlieues jouent le rôle principal. La troupe, qui occupe les boulevards, les isole du centre. Les faubourgs Poissonnière et Saint-Denis tombent le 24, tandis que les barrières tiennent encore. Les faubourgs Saint-Antoine, du Temple et le nord-est du faubourg Saint-Martin résistent jusqu’au 26. Le premier tombe finalement d’un seul coup, les deux autres luttent, pied à pied, et sont rudement réprimés. Les banlieues interviennent, précocement et massivement. A la mairie de La Chapelle on empêche la Garde Nationale de Saint-Denis de passer. Belleville se couvre de barricades ; c’est là que se sont livrés les derniers combats. Ici comme là, les combattants se concentrent aux barrières, puis se déversent à l’appui des faubourgs. D’autres banlieues se contentent d’un bouillonnement intérieur et d’occuper les barrières : à La Villette, une barricade est élevée sur les fortifications ; à Ivry, la voie de chemin de fer est coupée pour empêcher les renforts de troupe d’entrer dans Paris.

9Selon les quartiers, les barricades opposent donc une résistance plus ou moins forte à la répression. A l’intérieur de chaque quartier leur singularité s’affirme.

Singularité de la barricade

  • 7 Hugo V, Les Misérables, 1862 ; 5e partie, livre premier.

10A chaque barricade ses matériaux, sa population, son histoire. Victor Hugo en donne une saisissante illustration, en opposant « la Charybde du faubourg Saint-Antoine » à « la Scylla du faubourg du Temple »7 Il les décrit d’un seul trait, vues de l’ouest, comme des forteresses « uniques », caractérisant et occultant le reste de ces faubourgs : « on eut dit que c’était le haillon d’un peuple, [...] et que le faubourg Saint-Antoine l’avait poussé là à sa porte ». Or, au sein même des quartiers, les barricades se distinguent. Les rues-mères du faubourg Saint-Antoine (la rue de Charenton, celle du Faubourg-Saint-Antoine, les rues de Charonne et de la Roquette) sont barricadées dans toute leur longueur mais seules les barricades de la place de la Bastille résistent vraiment. L’étude des sources nous a permis de mieux comprendre ces variations, et d’esquisser une typologie.

11Dès la construction il n’y a pas de barricade standard. On l’érige en choisissant ce que l’on a sous la main : voitures, planches, pavés. Une voiture renversée, omnibus, voiture bourgeoise, ou hacquet facilitent l’entreprise. On va parfois chercher des feuillettes et des barriques chez le marchand de vin ou dans les entrepôts ; des traverses de chemin de fer aux abords des débarcadères, des volets, des échelles, des planches de chantier, des établis, sont également utilisés. Bien sûr, on trouve partout les pavés, symboles même de la barricade. On se procure des leviers pour les arracher, des « pinces » dans les chantiers ou chez les entrepreneurs les plus proches, auxquels on prend à l’occasion des moellons. Les ouvriers du bâtiment sont souvent mis à contribution, et les témoins impressionnés par la rapidité des travaux : « les barricades se sont élevées comme par enchantement », relatait l’un d’eux. Le 23 au soir, au coin de la rue Neuve-Colombier, à l’endroit où la rue Saint-Antoine est élargie par la place Saint-Paul, « les travaux furent menés avec une telle rapidité qu’en quelques heures tout était terminé ». Cela n’empêche pas la rigueur : « les barricades étaient doublées et séparées par un intervalle d’environ trois mètres ». Ailleurs, les résultats sont moins impressionnants : le 23 vers 11 heures, un charretier vient mettre son hacquet à l’abri dans la cour du 157 de la rue du Faubourg-Saint-Martin ; aussitôt cinq locataires s’en saisissent et le mènent pour ébaucher une barricade dans la rue ; elle est prise peu de temps après. Le recrutement et le nombre des constructeurs varient également : hommes, femmes, « les femmes surtout s’en occupaient » au marché aux Carmes, enfants, passants, badauds parfois. Rue Saint-Antoine, « le nombre des travailleurs qui y prenait part finit par s’élever au nombre de deux ou trois cents ». Des témoins en comptent soixante rue de Montmorency, d’autres cinq à six cents rue Aumaire. Et l’on a vu qu’aux débuts de la barricade du 175 rue du Faubourg-Saint-Martin, ils n’étaient que cinq. Au fil du temps et des lieux, la barricade apparaît différente, dans son aspect comme dans sa fréquentation.

12On peut établir, en simplifiant beaucoup, deux grands types : celles, décrites par Hugo, « de front », au contact avec les forces de l’ordre, et celles qui restent longtemps éloignées des combats. Construire une barricade que l’on veut défendre longtemps réclame l’expérience d’un Enjolras ; elle peut être doublée ou triplée afin d’abriter le retrait des combattants ; les pavés, montés dans les étages des maisons attenantes, deviennent des projectiles. On protège les fenêtres avec des matelas, pour viser et tirer à l’abri, on fait des trous dans le toit, pour tirer encore. La barricade est très élevée au pont de l’Hôtel-Dieu, crénelée au faubourg du Temple. Les combattants sont plus nombreux aussi, entre 200 et 800 à la barricade du Faubourg du Temple le 23, 300 le même jour au Petit-Pont.

13Cependant, la plupart restent longtemps à l’écart des combats. Elles sont assez basses pour qu’on puisse les traverser, ou bien on y ménage un petit espace pour la circulation. Elles ne réclament pas une forte présence. Souvent, personne : on se retrouve plus commodément chez le marchand de vin ou dans une maison proche. Ainsi - paradoxe apparent - des dépositions et témoignages n’émane pas une atmosphère de violence. Peut-être est-ce parce qu’en règle générale les défenseurs d’une barricade ne supportent pas ou peu longtemps le feu, à l’exception de celles « de front », où les combats sont meurtriers.

Ancrage dans le voisinage

14Les barricades de juin 1848 que nous connaissons sont souvent l’œuvre de voisins. Sur huit hommes qui érigent la barricade du 157 rue du Faubourg-Saint-Martin, cinq sont locataires à ce numéro, deux résident au 161, un dernier au 182. « La barricade de la rue de Charonne qui a été construite près de ma maison », accuse un propriétaire du n° 168, « a été commencée entre 21 heures et 22 heures et n’a été terminée que vers 2 heures du matin. La majeure partie des travailleurs, hommes et femmes, étaient de la maison du 181 ». Au 8 de la rue Popincourt, indique le mécanicien Legarve, « ce sont les voisins qui ont fait la barricade ». Rue de Montmorency, « soixante voisins faisaient la barricade », selon le témoin Tissot, marchand de meubles. Le prévenu Caniou, maître maçon au 32 rue de la Cerisaie, a dû céder une pince qui « a effectivement servi à faire la barricade [...] par des individus dont plusieurs sont de mon quartier ».

15La barricade, par son simple aspect matériel, pousse à une forte relation avec le voisinage. Elle délimite un espace qu’elle isole du reste de la ville. Rue du Figuier-Saint-Paul « j’étais enfermé complètement dans mon quartier, j’ignorais ce qui se passait ailleurs », plaide Savary. En étudiant attentivement quelques situations, on perçoit la délimitation de « l’espace vécu » de la barricade. Ainsi, débouchant rue Saint-Jacques, la courte place Cambrai est barrée à ses deux extrémités. Les défenseurs sont « trente ou quarante dans l’espace entre les deux barricades ». Le capitaine de la Garde Nationale, Gosselin, accusé en Conseil de Guerre de les avoir commandées, demande au témoin de préciser : - « dans quelle position respective étaient les hommes des barricades ? » - « les insurgés étaient dos à dos ». Les combattants sont repliés dans leur rue et la défendent. Gosselin affirme avec vraisemblance n’avoir eu aucune relation avec les hommes de la barricade voisine, celle de l’Ecole Normale : autre rue, autres hommes, autre espace. Il y a bien sûr une circulation dans les rues, des contacts noués entre barricades, des mouvements de combattants, des « étrangers au quartier » sur les barricades. Mais le fait majeur qui ressort des dépositions reste l’aspect statique. La coupure de la rue renforce son rôle de lieu de vie, au détriment de celui de circulation.

16La carte ne doit pas être lue comme une addition de rues portant une enfilade de barricades : ce serait adopter une vision monolithique. L’espace est morcelé, juxtaposition de voisinages - malgré tout perméables. En comprendre la vie et le fonctionnement, c’est approcher la barricade vécue.

La vie sur les barricades

17Les barricades surprirent tout le monde, elles n’étaient pas désirées. Elles furent une « situation limite », davantage l’expression d’un désespoir que d’une volonté. L’inquiétude, l’incertitude, l’incompréhension furent les sentiments les plus partagés. Les journées de juin furent aussi une confusion générale.

De l’improvisation...

18Le matin du 23 juin, premier jour de l’émeute, le tocsin effrayait, le rappel de la Garde Nationale battait, les omnibus rapportaient les nouvelles les plus alarmantes sur les premières barricades et sur les fusillades. Chacun se demandait : « que faire ? », « que penser ? ». Tous cherchèrent à prendre le parti qui paraissait être le plus raisonnable. On se replia sur le voisinage. Un liquoriste dans la Cité raconta : « Le 23 [...] comme tout le monde j’étais indécis sur ce que je devais faire et je me consultai avec mes voisins ». Le voisinage créa un espace d’information, de concertation et de solidarité. La femme Chassan dans le quartier de l’Observatoire : « A la barricade de notre porte, tout le quartier était présent, hommes comme femmes, écoutant les uns et les autres et cherchant à savoir où tous ces malheurs nous conduiraient ». On se barricada d’abord pour défendre sa maison, sa rue et pour se protéger.

19Il y eut une grande diversité de comportement. Beaucoup se réfugièrent chez eux, entre amis, avec femmes et enfants, ou encore entre voisins effrayés. D’autres restèrent sur leur pas de porte. Au n° 13 rue de Charonne, un témoin raconte : « on voulait nous conduire à la barricade qui se trouvait à peu de distance de la maison. Nous nous y sommes refusés et nous sommes restés devant la maison que nous habitons ». Mais pour certains, la barricade n’était que le prolongement de leur maison : selon Levillain, dans le faubourg Saint-Antoine, « il y avait une barricade à notre porte et nous l’avons gardée ». Entre la non-participation et l’engagement sur les barricades, il y eut de multiples situations intermédiaires.

20Près de celles où il n’y eut que peu de combats, la vie continuait. Beaucoup de prévenus et de témoins expliquèrent qu’ils s’étaient rendus à leurs « heures habituelles » chez le marchand de vin pour prendre leur repas. La porte du liquoriste Morel, rue Saint-Jean-de-Latran, était ouverte : « Les insurgés entraient boire un verre et ressortaient immédiatement ». Staudt, dans le quartier Popincourt, aurait dit : « On ne peut pas être toujours à la barricade, je rentre pour manger ». Les timorés sortirent de chez eux pour faire leurs courses une fois leurs provisions épuisées. Circuler entre les barricades n’était pas difficile. Le 23, relata Wasseige, rue Louis-Philippe « les insurgés laissaient circuler facilement tout ce qui était en costume bourgeois ». Ceux qui avaient une certaine expérience, tel Fillol, 69 ans né à Paris, n’étaient pas dépaysés : « A mon âge, j’ai vu toutes les révolutions de Paris et je croyais pouvoir circuler pendant celle-ci comme pendant les autres ». Les barricades n’entravaient pas forcément le cours habituel des choses.

21Cependant les hommes des barricades exerçaient une contrainte sur le voisinage. La participation, au moins symbolique, de tous était souhaitée sinon forcée. On insistait pour que les portes des maisons restassent ouvertes afin que des issues de secours fussent ménagées en cas de prise de la barricade. Les locataires, les concierges, les propriétaires durent obtempérer. Les boutiques des pharmaciens et les salles des marchands de vin furent réquisitionnées, souvent avec leur accord, pour organiser des « ambulances ». Le soin aux blessés permettait aux indécis de se rendre utiles. Ainsi Salmon, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, put se défendre d’avoir participé aux combats : « j’ai aidé à transporter quinze blessés des ambulances provisoires à la Pitié ». Les barricades n’étaient pas toutes gardées en permanence, mais lorsqu’elles l’étaient, il fallait improviser des repas sur place. Selon un témoin : « Cottin excita les insurgés à aller chez l’épicier au coin des rues des Francs-Bourgeois et Payenne prendre du beurre et d’autres comestibles. Ils rapportèrent ces divers objets derrière la barricade où ils faisaient leur cuisine ». Pour les soirées, les hommes se faisaient parfois livrer de l’huile et des chandelles, ils pouvaient alors se laisser aller à boire des petits verres. Baillard a passé la nuit à la barricade de la barrière de Belleville « en mangeant du pain et buvant de l’eau rougie » ;au n° 162 rue de Paris : « quatre ou cinq insurgés étaient assis au pied de la barricade, buvant et riant devant un feu allumé » ; Cohandoz raconte le 23 : « près de l’Ecole Polytechnique, j’avais écouté un individu qui chantait sur une barricade ». La vie pouvait donc y être conviviale.

22Mais partout les barricadeurs ont voulu imposer la participation directe du voisinage. Cohandoz raconta plus loin que le même jour, place Maubert « des insurgés ont mis pour condition de mon libre passage que je déposerais cinq pavés à une barricade en train d’être élevée ». Bien souvent, les hommes visitèrent les maisons en demandant aux habitants de les suivre dans la rue. Denat, dans le quartier Popincourt rapporte : le 24 « ils m’ont dit de descendre avec eux pour me battre. Je leur ai répondu que je ne voulais pas me battre sans savoir pourquoi. Ils m’ont dit qu’ils ne savaient pas non plus pourquoi, mais qu’il fallait que tout le monde vienne ». Certains désiraient ne pas s’engager inconsidérément, d’autres privilégiaient la participation de tous. La plus forte des injonctions était de se rendre au combat. Dès les premières heures des armureries avaient été pillées. Les boutiques des marchands de produits chimiques et des pharmaciens étaient forcées, pour fabriquer de la poudre. Thomeret, rue du Temple, déclara que, le 24, des individus étaient venus frapper à sa porte : « plusieurs hommes m’ont demandé du soufre et de la salpêtre que je leur ai livré en quantité de trois kilos environ, ils se sont ensuite emparés d’un mortier en fonte et de son pilon ainsi que d’un tamis en crin » ; ils fabriquèrent alors de la poudre dans la cour jusqu’au soir. Elle était souvent séchée dans les fours des boulangeries. Des témoins affirmèrent que « dix mille cartouches » avaient été fabriquées dans le passage du Chantier, quartier des Quinze-Vingt, ainsi que deux obus et deux canons rue de Ménilmontant. Si les barricades, tranquilles ou animées, avaient été improvisées, les individus qui les dirigeaient avaient un souci d’efficacité.

... à l’organisation

  • 8 Ce rôle, de la Garde Nationale, a été souligné par Roger Price dans The French second Republic, a (...)
  • 9 Rappelons qu'en mars 1848, la Garde Nationale de Paris fut réorganisée. Le service actif fut ouver (...)

23On chercha à organiser la vie sur les barricades. Parce qu’elle réunissait le voisinage, la compagnie locale de la Garde Nationale fut le cadre de la mobilisation des hommes8. La République avait ouvert ses rangs à tous les citoyens. Au mois d’avril, les officiers avaient été élus par leurs hommes9. Lors des premières agitations, le rappel fut battu dans les quartiers de Paris. Dans ceux de l’est, il fut très diversement interprété, plutôt entendu comme une provocation. Le rappel ne battait-il pas contre le peuple ? Beaucoup de prévenus dirent n’être pas descendus au rendez-vous, à l’exemple de leurs voisins. Les officiers ne parvinrent pas à réunir leur compagnie. Des caisses de tambours furent crevées et des barricades aussitôt érigées. Cependant, les hommes des barricades voulurent que la Garde Nationale agisse pour le peuple, car les officiers avaient été élus par lui. Tissot se justifia : « Si je me suis trouvé mêlé à une barricade, c’est que j’ai vu travailler plus de soixante voisins qui faisaient partie de ma compagnie et parmi lesquels se trouvaient les trois sergents et je me suis mêlé à eux ».

24Les hommes des barricades allèrent chercher les officiers, refuser était difficile ; en effet, cela signifiait s’exposer à la colère et aux menaces. Ainsi le lieutenant Courtois, le 23 : « Les insurgés sachant que j’étais officier de la Garde Nationale sont venus me forcer d’aller aux barricades qu’ils faisaient dans la rue ». Les officiers étaient coupés de leur Etat-Major, mais ils étaient cependant conscients de leur devoir ainsi que de leur représentativité. Si certains préférèrent rentrer chez eux, d’autres choisirent de tenir leur rôle et tentèrent d’éviter les débordements et l’effusion de sang. Les Conseils de Guerre sanctionnèrent particulièrement ces derniers. Gosselin, capitaine dans le quartier Saint-Jacques, s’expliqua : « Je ne nie pas m’être trouvé aux barricades, je ne l’ai jamais nié [...] je suis resté entre les deux barricades. J’ai promis de rester là à condition qu’on ne tirerait pas un coup de fusil sans mon ordre ». Les officiers de la Garde Nationale furent les personnages centraux des barricades. Ils cherchèrent à stabiliser la situation, ils prirent leur quartier sous leur responsabilité.

25Desteract, capitaine rue de Menilmontant, en fit le récit : « Je me trouvais la seule autorité dans le quartier, et l’on s’adressait à moi pour avoir le nécessaire. Dans ma circonscription, il y avait beaucoup d’individus appartenant aux Ateliers Nationaux qui, ne pouvant se rendre à leurs travaux, étaient sans moyen de subsistance ; beaucoup d’autres personnes ne pouvaient vivre sans mon intervention. J’ai fait alors appel aux propriétaires du voisinage, et je les ai suppliés de venir au secours de ceux qui avaient des besoins. C’est alors que j’ai invité les boulangers à fournir du pain et à cet effet j’ai engagé ma signature ». Beaucoup prirent en charge la distribution des vivres dans les quartiers barricadés. Ils mirent en place un système de bons de fourniture qui permettait de calmer les esprits des hommes des barricades, de rassurer les boutiquiers et d’inciter les propriétaires à la solidarité. Le but était de faire taire les hostilités de voisinage ; beaucoup de pillages furent ainsi évités. Testulat, rue Saint-Paul, assura une distribution de vivres sous les ordres d’officiers de la Garde Nationale. Le soir, on lui dit qu’il fallait faire des bons puisqu’il n’y avait plus de vivres. Il fut choisi pour cette tâche car il savait écrire : « Quand les vivres sont venus, j’ai été chargé de les distribuer. Un lieutenant de la Garde Nationale me donna un brassard tricolore pour me faire reconnaître le chef de la boustifaille comme on m’appelait. Puis un autre lieutenant me dit : voilà un sabre, veillez à ce qu’on ne gaspille ni le pain, ni le vin ». A cette distribution, il y avait selon Testulat : « des gardes nationaux qui maintenaient l’ordre dans le quartier, il y avait des gardes mobiles, de la Ligne, du Léger, de la Garde Républicaine, confondus, mêlés avec les insurgés ». Le soir, Testulat compta cent trois personnes endormies. Cette étonnante description montre que la distribution organisée des vivres fut un moyen de concilier les esprits.

26Par souci de sécurité, des officiers de la Garde Nationale organisèrent des postes au bas des maisons. Il fallait, disaient-ils, préserver les propriétés de la venue « d’individus étrangers au quartier ». Le lieutenant Lefebvre, rue Saint-Maur, réclama l’appui des propriétaires : « j’ai pris le commandement du poste, en remplacement de M. Martinet, qui est venu à son tour me remplacer le lendemain. Pendant que j’étais là, j’ai dit qu’il fallait que les propriétaires payassent de leur présence au poste pour le maintien de l’ordre ». En étant présents, les officiers de la Garde Nationale incitaient les timorés à s’engager. M. Ducoudré, propriétaire, témoigna : « au retour on m’a commandé de faire partie d’un poste, sous les ordres du lieutenant Lefebvre [...] selon moi c’était le meilleur moyen de maintenir l’ordre que de se mêler avec ceux qui voulaient combattre ». La participation de tous était la condition nécessaire à la forme de maintien de l’ordre qui exista dans les quartiers barricadés.

27La Garde Nationale fut le trait d’union entre les postes et les barricades. Selon un témoin, le 24 juin rue des Amandiers « les hommes qui étaient à la barricade étaient les mêmes qui occupaient le poste occupé et commandé par Véry. C’était le poste qui fournissait les factionnaires à la barricade ». Tous les postes n’eurent pas cette complicité avec les barricades, nombreux sont les prévenus qui insistèrent sur ce point pour leur propre défense. Mais il était difficile de faire bande à part, on était aussitôt traité de « lâches ». Souvent, comme Tromson rue de l’Arbalète le 23 juin, il fallut céder aux circonstances : « des barricadeurs pour éviter l’orage se précipitèrent dans le poste et se mirent à l’abri, ils s’y établirent conjointement avec ceux qui l’avaient ouvert ».

28Les officiers de la Garde Nationale, et les personnes qui les avaient entourés, purent alors soutenir devant la justice militaire qu’ils étaient parvenus à maintenir l’ordre sur les barricades. Un témoin du faubourg Saint-Antoine déclara : « il y avait une barricade au pied de notre maison, nous l’avons gardée dans l’intérêt de l’ordre ». Les barricades des journées de juin avaient été assez peu conformes à l’idée que le pouvoir se faisait d’une insurrection.

La politique sur la barricade

29Par leur présence sur ou à proximité des barricades, les officiers de la Garde Nationale avaient maintenu l’ordre, et la légalité républicaine dans les quartiers. De ce fait, la barricade perdait son aspect subversif, obstacle matériel mais frontière perméable, elle fut un lieu de discussions, d’échanges.

Les barricades de la conciliation

30« Dans une guerre civile, il faut être pour ou contre », assenait en septembre 1848 le président du Conseil de Guerre : c’était donner, après coup, une éclatante simplicité aux événements. Or ceux-ci n’avaient pas été vécus aussi clairement. La Révolution de Février, qui avait légitimé les barricades, était proche : prévenus et témoins y firent régulièrement référence. Y avait-il en juin un « bon » côté de la barricade ? Le prévenu Aude, serrurier mécanicien établi au faubourg Saint-Antoine, s’emporta devant la Commission militaire : « Vous appelez ça l’insurrection, mais ce jour là j’ignorais ce que c’était : que voulez-vous que j’en pense lorsque je vois toute ma compagnie en faire partie ? ».

31La simple présence d’une barricade ne renversait pas totalement l’ordre, et ne justifiait donc pas que l’on ouvrît le feu. Maintenir l’ordre ne se résumait pas à empêcher les pillages : « Ma conscience ne me reproche rien. Je n’ai eu en vue que de maintenir l’ordre et d’éviter l’effusion de sang », affirma le lieutenant Cornu, du IXe ancien. Le capitaine Robert, de La Chapelle, a cru « avoir bien agi puisque j’ai empêché l’effusion de sang ». Si la barricade en elle même ne semblait pas renverser l’ordre, le combat fratricide, lui, mettait en danger la société, ils tentèrent donc de l’éviter.

32A lire les interrogatoires, les barricades de Juin 1848 furent ainsi marquées par des discussions autant que par l’âpreté des combats. Les épisodes fameux le rappellent, qui montrent des figures célèbres en train de parler : Arago sur la barricade du Panthéon, Victor Hugo sur celle de la rue Saint-Louis ou le général Bréa sur celle de la barrière d’Italie, avant son assassinat. Leur particularité, en juin 1848, tint à ce qu’elles connurent presque toutes ces discussions. Dans le haut de la rue du Faubourg-Saint-Martin, un cessez-le feu fut négocié dès le 23 entre la barricade et la troupe. Des maires, Pinel-Grandchamps du XIIe ancien comme Martelet du VIIe, vinrent engager pacifiquement les « insurgés » à se retirer. Partout, les officiers de la Garde Nationale des quartiers barricadés montèrent en parlementaires sur les barricades.

  • 10 Girard L., La Garde Nationale, 1814-1871, Paris, 1964.
  • 11 O'Brien P., « The revolutionnary police of 1848 », in Price R., Révolution and reaction: 1848 and (...)

33Ainsi s’approfondit le rôle joué en Février par la Garde Nationale qui, comme le rappelle Louis Girard, « d’agent de répression s’érigea en médiatrice »10. Elle se rapprocha ainsi de la « police de conciliation » qu’avait tenté de mettre en place le préfet Marc Caussidière11, dont le nom fut fréquemment invoqué sur les barricades. Le lieutenant Jusseau, vu rue du Faubourg-Saint-Denis le 23, s’expliqua nettement : « Je suis allé parlementer. J’ai dit qu’on ne tire pas, et je me suis interposé en faveur de la République pour ne pas laisser couler le sang, puis je me suis retiré. [...] - Mais vous avez cependant bien vu que c’était l’autorité supérieure qui venait vous parler pour soumettre ceux au milieu desquels vous étiez, et quand vous vous posiez en parlementaire, vous vous posiez en insurgé. - Nous n’étions pas insurgés, puisque nous nous sommes retirés immédiatement. [...] -Mais encore une fois, vous n’étiez pas à votre place ; vous vous rendiez responsable des actes des insurgés. - Non, mon colonel ». Officiers, ils représentaient la légalité républicaine ; élus par les citoyens de leur quartier, ils possédaient une légitimité démocratique locale. En se montrant sur les barricades, ils affirmaient à la fois leur position de conciliateur, et une certaine légitimité, au moins locale, de la barricade.

34La barricade, ainsi « neutralisée », devenait le lieu d’une possible conciliation. Cette dernière s’exerçait « en faveur de la République ». En donnant une ultime occasion de parler à des citoyens qui ne s’entendaient plus, la barricade devint le catalyseur du débat politique.

Les barricades de la République

35Les prévenus déclarant avoir agi en citoyens demeurèrent pourtant persuadés de n’avoir pas fait de « politique ». Beaucoup y insistèrent. Il y eut entre la justice militaire et eux-mêmes une entente implicite pour réserver ce terme à la doctrine traquée par la répression. Les prévenus saisirent cette occasion pour expliquer leur point de vue. Sans doute le terme de « politique » a-t-il pour nous une acception bien plus large, mais pour ces hommes étaient en jeu la vigilance morale, la méfiance envers les compromissions, un désir de préserver leur intégrité de citoyens. Cela n’empêcha pas qu’ils eurent des causes à défendre sur les barricades.

36Car construire des barricades en juin 1848 à Paris, signifie réagir en agressé. Les premières furent érigées aux cris de « Aux armes ! On assassine nos frères ! ». La répression réduisit « frères » à « ouvriers ». Mais les barricades avaient eu une signification plus morale et politique. Leurs hommes furent persuadés de se défendre contre les partisans du « drapeau blanc », « les prétendants » de toutes sortes, « Carlistes » ou « Napoléoniens ». L’hostilité au « bourgeois » est quasiment absente dans les dossiers des prévenus. Ruault, couvreur dans le quartier Saint-Jean : « il y avait des hommes qui nous disaient que c’était Henri V qui voulait monter sur le trône, et son parti qui faisait la guerre ». Dubocq, marchand ambulant dans le quartier du Jardin-des-Plantes : « on disait que l’on voulait rétablir le drapeau blanc, qu’il fallait nous y opposer ». Il fallait réagir car le bruit courrait que les « prétendants » avaient commencé... une insurrection ! Drouet, ouvrier en cannes dans le quartier Popincourt : le 23 on lui a dit « qu’il y a dans Paris bien des barricades, qu’elles étaient le fait des partisans d’Henri V et Napoléon ». Gilmer, mécanicien dans le quartier Popincourt, a entendu dire que : « c’était le parti de Napoléon qui faisait construire les barricades et tentait une insurrection ». Chassan, menuisier dans le quartier de l’Observatoire : « j’ai entendu dire que le drapeau blanc flottait sur les barricades dans le faubourg Saint-Germain ».

37Ces rumeurs incitèrent les « insurgés » à en construire « pour défendre la République ». Drouet, ouvrier en cannes dans le quartier Popincourt, avoua avoir fait : « comme les autres, pour défendre la République qui était en danger ». La femme Chassan dit que son mari : « a laissé son travail et est allé défendre la République ». La femme Gilmer dit que son mari s’y est rendu : « sur un bruit que la République était menacée, d’autres disaient la Patrie est en danger ». Ne pas suivre le mouvement équivalait à ne pas défendre la République. Les timorés étaient traités de « lâches » ou « d’aristocrates ». Viardot, sculpteur sur bois dans le quartier des Quinze-Vingt : « les insurgés me traitaient d’aristocrate parce que je ne voulais pas aller avec eux défendre les barricades ». Ringuet, entrepreneur de peinture à Ivry se justifia : « si j’ai donné un pistolet à un de mes voisins qui était sans armes, c’est parce qu’il était nécessaire que tous les citoyens se montrassent pour le maintien de la République. Dans ma pensée, personne ne devait rester à l’écart, et en armant mon voisin je lui ôtait le prétexte de rester chez lui, comme il s’y refusait, je lui ai dit tu es donc un aristocrate ».

38Nous avons relevé trois types de drapeaux présents sur les barricades : rarement noirs, parfois rouges, le plus souvent tricolores. Ces derniers pouvaient porter « Vive la République démocratique et sociale », qui fut aussi un cri largement répandu. Ces mots furent, pour la répression, le symbole même de l’insurrection. Les officiers de la Garde Nationale s’en défendirent. Ainsi Desteract, capitaine rue de Ménilmontant et entrepreneur de charpente : « j’ai pensé que cette inscription, que je ne considérais pas comme séditieuse, nous permettait d’agir avec quelque influence sur ceux qui faisaient des barricades au nom de la République démocratique et sociale ». Ces hommes n’eurent pas l’impression de participer à une insurrection. Les barricades avaient été élevées pour résister aux ennemis supposés de la République

La barricade de Juin 1848 : une construction politique

39La barricade fut un objet central dans le Paris de juin 1848. Il fallait poser un pavé pour pouvoir la franchir, et en avoir posé un devint un motif d’arrestation. C’est à la barricade qu’on pouvait se laisser entraîner, le poste de garde permettant en partie d’y échapper. Sur elle flottaient les drapeaux, se poussaient les cris ; on s’y déplaçait pour parlementer. Elle semblait mériter qu’on y mourût en défenseur, en conciliateur ou en assaillant, l’enjeu dépassait la simple signification militaire défensive.

  • 12 Descimon R., « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, ma (...)

40Barrant les coins de rues, souvent construites par des voisins, les barricades renforçaient le poids de l’espace local dans l’espace vécu. Elles nous révèlent ainsi l’organisation du Paris populaire par le voisinage. Ce dernier s’exprimait dans la Garde Nationale démocratisée. Nous retrouvons ici ce qu’a noté Robert Descimon pour les barricades de 1648 : « la barricade des coins de rue exprime emphatiquement l’introversion communautaire »12. Ces barricades étaient destinées à défendre la République. Dans les faits, chacun, au pied du mur, dut construire la République, au coin de sa rue. « Quand la patrie est en danger, chacun doit descendre à la barricade », avait résumé un prévenu du quartier Popincourt : il forçait ainsi l’universel à s’enraciner dans un cadre local.

41La justice militaire stigmatisa une « classe dangereuse » et des doctrines avancées. Pour la première fois, la barricade fut réprimée au nom de la République. Une forme de participation populaire à la défense de l’idée républicaine perdait ainsi sa légitimité.

Notes

1 Pardigon F., Episodes des journées de Juin 1848, Londres, 1852.

2 Cet article reprend et développe certaines des conclusions de notre mémoire de Maîtrise : Aspects du peuple de Paris durant les journées de Juin 1848, sous la dir. de A. Daumard et J. Rougerie, Univ. de Paris I, 1989.
Nous avons travaillé à partir d'un échantillon de 1 500 dossiers des Commissions militaires, et des comptes rendus des Conseils de Guerre, publiés dans la Gazette des Tribunaux entre août 1848 et juin 1849.
Pour ces dossiers, voir les différents travaux de Rémi Gossez : - Les ouvriers de Paris. 1 : L'organisation, La Roche-sur-Yon, Société d'Histoire de la Révolution de 1848, 1967 ; -» Diversité des antagonismes sociaux vers le milieu du xixe siècle », Revue Économique, mai 1956, n° 3, p. 439-457 ; - et ses notices dans Maitron J. (dir.), Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français, 1789-1864, Paris, Editions Ouvrières, 1964-1966, 3 vol.

3 Carte des barricades de Juin 1848, Bibliothèque historique de la ville de Paris, A 624 a et A 624 b.

4 Cette carte peut être comparée à celle réalisée pour la Semaine Sanglante par R. Tombs, The war against Paris 1871, London, Cambridge UP, 1981, p. 147.

5 Voir Rougerie J., « Recherches sur le Paris du xixe siècle ; espace populaire et espace révolutionnaire : Paris 1870-1871 », Bulletin de l'Institut d'Histoire Économique et Sociale de l'université de Paris 1, n° 5, janvier 1977, p. 48-83 ; - ainsi que « Paris des barricades, un espace populaire », in Les traversée de Paris, catalogue de l'exposition, Paris, 1989, p. 46-54.

6 Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, t. xi, Paris, 1872, p. 290.

7 Hugo V, Les Misérables, 1862 ; 5e partie, livre premier.

8 Ce rôle, de la Garde Nationale, a été souligné par Roger Price dans The French second Republic, a social history, Londres, 1972, p. 158.

9 Rappelons qu'en mars 1848, la Garde Nationale de Paris fut réorganisée. Le service actif fut ouvert à tout citoyen de 20 à 55 ans. Il y avait 12 légions, une par arrondissement. Chaque légion comportait 4 bataillons, un par quartier. Chaque bataillon réunissait 8 compagnies, une par fragment de quartier.

10 Girard L., La Garde Nationale, 1814-1871, Paris, 1964.

11 O'Brien P., « The revolutionnary police of 1848 », in Price R., Révolution and reaction: 1848 and the second French Republic, Londres, 1975, p. 133-147.

12 Descimon R., « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, mars-avril 1990, n° 2, p. 397-422.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540