Version classiqueVersion mobile

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’histoire du Moyen Âge et les sciences humaines et sociales

L'« histoire politique » de la fin du Moyen Âge

Quelques discussions

Nicolas Offenstadt

Texte intégral

  • 1 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, (...)

1Si le titre de ce travail comporte des guillemets pour encadrer le terme d’« histoire politique », c’est qu’à l’évidence la notion mérite d’être interrogée. Elle indique surtout un découpage académique classique qu’il faut sans aucun doute revoir. De même, la notion de « politique » pour qualifier un champ d’activités des gens du Moyen Âge a été fortement disqualifiée par Alain Guerreau1. Ces deux questions mériteraient une discussion entière qui ne peut être menée en même temps que l’approche historiographique que nous avons choisie. Ici, nous prendrons simplement « histoire politique » comme une enveloppe commode, l’avantage de ces classements de sens commun étant de permettre la continuité des champs de discours. Le point de vue sera subjectif. Nous ne tenterons pas d’offrir un bilan complet des études sur l’histoire « politique » de la fin du Moyen Âge dans le royaume de France, ou même de celle des pouvoirs, mais simplement d’offrir quelques éléments de discussion sur l’état des travaux en la matière.

2Un point de départ aisé, qui peut servir de point de confrontation direct avec ce volume, peut être trouvé dans le bilan dressé par Dominique Barthélemy pour le Moyen Âge central et par Françoise Autrand et Philippe Contamine pour la fin du Moyen Âge dans L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, volume édité pour les vingt ans de la Société des médiévistes en 1989 et publié en 1991, sous le titre « L’espace français : histoire politique du début du xie siècle à la fin du xve ». Les auteurs constataient déjà que le terme d’« histoire politique » était assez inadéquat pour le Moyen Âge, retenant plutôt, pour leur propos, l’histoire des pouvoirs publics. Rappelons les principales divisions de l’article : « Nouvelles approches », où l’on trouve l’anthropologie du pouvoir, la prosopographie, la symbolique des pouvoirs et les lieux du pouvoir (avec l'archéologie) ; « Problèmes et perspectives » : principautés et seigneuries avant l'« État moderne » et « Les origines médiévales de l’État moderne », en considérant que la définition de cet État doit partir non pas de l’État de l’époque moderne, mais de l'« État actuel ». Sous ce chapeau général, il est aussi fait le bilan de « La guerre de Cent Ans : mentalités et institutions ». Ainsi, pour la fin du Moyen Âge, toutes les « perspectives » sont rassemblées sous l’égide du programme « État moderne », le premier point traitant de la période antérieure. Il y avait bien une sorte de « programme commun » pour l’histoire politique du bas Moyen Âge : « Origines médiévales de l’État moderne ». Cela ne me semble plus le cas. La configuration a changé, mais de façon assez subtile, sans fracas.

3Pour saisir quelques lignes de force de ces évolutions, nous rappellerons les grands paradigmes de cette histoire politique dans un premier temps, puis nous présenterons les interrogations qu’ils ont suscitées et suscitent aujourd’hui pour finir par les voies de renouveau possibles et les alliances ou les absences d’alliances avec les sciences sociales qu’elles portent.

Les grands paradigmes de l’« histoire politique » de la fin du Moyen Âge

L’histoire comme un roman

  • 2 Dont on trouve les traces dans le bilan évoqué, L’histoire médiévale en France. Bilan et perspecti (...)
  • 3 J. Berlioz et J. Le Goff, « Anthropologie et histoire », L’histoire médiévale..., op. cit. n 2, p. (...)
  • 4 J.-Cl. Schmitt et D. Iogna-Prat, « Une historiographie au milieu du gué », Les tendances actuelles (...)
  • 5 Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. vi. Souligné par les auteurs.

4Depuis la constitution de l’histoire comme discipline savante à la fin du xive siècle, la période de la guerre de Cent Ans a fait l’objet d’une grande attention. Les travaux sur les princes, les batailles et les événements n’ont cessé de progresser. On sait que l’historiographie a longtemps cru en la vertu du récit, ressenti le besoin d’évaluer les acteurs de l’histoire, de décrire les faits dans le détail, comme si l’agencement allait de soi lorsqu’on savait lire les documents. Cette veine positive était souvent – et paradoxalement – une somme de jugements de valeur sur les acteurs : des rois brutaux, médiocres ou peu compétents2. A-t-on là une « vieille histoire politique périmée », pour reprendre les termes de Jacques Berlioz et de Jacques Le Goff dans le bilan cité de 19893 ? On le croirait également à lire celui donné dans le volume plus récent sur les Tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne. Le positivisme et ses certitudes auraient été « condamnés par la conception relativiste du savoir scientifique4 ». « L’histoire médiévale, telle qu’elle s’écrit au tournant de l’an 2000 – expliquent encore Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt dans l’introduction à leur beau Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval –, a une dette commune à l’égard de la grande rupture épistémologique qui a affecté les sciences sociales au début du xxe siècle », autour de Weber et Durkheim. Avec la critique des certitudes positives, il ne serait « plus question de prétendre atteindre à travers les documents disponibles la réalité des faits du passé » mais plutôt de privilégier les « logiques de fonctionnement5 ».

5En fait, toute une partie de l'histoire politique de la fin du Moyen Âge s’est fortement préservée de ces apports et de ces enjeux, formant même un véritable refuge pour l’histoire la plus événementielle et la moins réflexive. Celle-ci produit encore un récit des événements qui naturalise toutes les pratiques politiques. En effet, lorsque, dans les textes des historiens qui lui restent attachés, font irruption des actes spécifiques qui semblent ne pas toucher la grande politique, comme les larmes, les acclamations, les cris ou encore les pratiques de dérision, etc., le récit ne s’en émeut pas, les commente à peine, ne les interroge pas. D’une certaine manière, l’histoire de la guerre de Cent Ans est alors écrite comme celle de n’importe quelle autre période, comme n’importe quel roman historique fait d’acteurs et d’intrigues qui se succèdent. Dans ce genre de récit, les gens du Moyen Âge pleurent, rient et s’inquiètent de manière atemporelle. Deux raisons possibles peuvent être avancées pour expliquer la pérennité de cette tendance historiographique. Sans doute, d’abord, le sentiment du caractère fortement événementiel de la période liée à la guerre de Cent Ans et à la guerre dite « civile ». Surtout, la période est une ressource au-delà d’elle-même. Si le récit traditionnel s’est aussi bien maintenu, c’est qu’il a une fonction politique pérenne : servir de moment fondateur de l’entité France, avec la naissance du sentiment national et le personnage de Jeanne d’Arc en particulier. Régulièrement, à droite comme à l’extrême droite surtout, on cite et valorise la figure de la pucelle ou bien l’on stigmatise le « honteux » traité de Troyes à des fins contemporaines... On reviendra sur ces enjeux.

La genèse de l’État moderne

  • 6 Bernard Chevalier souligne la dimension d’actualité du programme dans le bilan de 1989 : « Il est (...)
  • 7 Inutile de le présenter en détail tant il a fait l’objet de publications et commentaires, voir un (...)
  • 8 Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, di (...)
  • 9 « Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècle) », col (...)

6Entamé dans les années 1980, le programme « Genèse/Origines de l’État moderne » est lié à une demande du CNRS après 19816, puis il a pris une dimension élargie dans la seconde étape, à partir de 1989, avec le soutien de la Fondation européenne de la science7. Le programme s’est déroulé de 1984 à 1993, mais il continue d’irriguer et d’alimenter la recherche, comme en témoigne le grand colloque sur les coups d’État que François Foronda vient d’éditer et dont il définit l’objet comme « une pratique constituante au moment de la genèse médiévale et heurtée de l’État moderne8 ». Le projet de recherche sur le contrat politique s’inscrit dans la prolongation des mêmes problématiques, tout en ouvrant de nouvelles perspectives : « Un “contrat politique” fonde-t-il l’État moderne au moment de sa genèse médiévale, sans qu’il suppose pour autant l’accord d’individus pleinement libres et égaux ? » s’interrogent les promoteurs du programme9.

L’anthropologie historique

  • 10 Schmitt et Iogna-Prat, « Une historiographie au milieu du gué », loc. cit. n. 4, p. 405.

7En parallèle avec le développement du programme sur l’État moderne, l’anthropologie historique s’est affirmée chez les médiévistes comme une orientation d’importance : « La plupart des médiévistes français accepteraient aujourd’hui de se placer sous cette bannière », écrivaient récemment Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Prat10. L’anthropologie historique est aussi née d’un contexte, celui des années 1960 et 1970 : une relativisation des valeurs des sociétés occidentales, qui conduit à porter un intérêt plus grand aux sociétés extra-occidentales étudiées par les anthropologues, et une attention accrue à l’égard des sociétés européennes traditionnelles (paysannerie notamment) qui semblent s’effacer avec l’industrialisation et l’urbanisation.

  • 11 Cf. Cl. Gauvard, A. Boureau et R. Jacob, « Les normes », Les tendances actuelles..., op. cit. n. 4 (...)
  • 12 Cl. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 13 Voir une actualisation dans Cl. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, 2005.
  • 14 Berlioz et Le Goff, « Anthropologie et histoire », loc. cit. n. 3, p. 288.
  • 15 Voir ainsi récemment le travail d’É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la com (...)
  • 16 Voir les analyses de B. H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », The American Histori (...)

8L’anthropologie historique a également touché l’histoire politique, notamment à travers l’étude des rituels du pouvoir, non sans discussion et controverses sur la place à leur accorder dans la construction de la souveraineté et des pouvoirs médiévaux11. Elle a encore permis un nouveau regard sur le pouvoir au prisme de la justice. De ce point de vue, la thèse de Claude Gauvard, publiée en 1991, est une rupture. L’objet en est notamment le pouvoir, saisi du point de vue de Foucault en quelque sorte, qui est d’ailleurs cité pour son Histoire de la folie et Surveiller et punir : la grâce, la rémission et l’arbitrage – et les usages, les procédures et les discours qui leur sont liés – servent à réguler le lien social à la fin du Moyen Âge dans une société à honneur, à construire aussi le pouvoir monarchique. L’auteure convoque notamment l’anthropologie politique de Georges Balandier, les travaux de Raymond Verdier (la vengeance) et l’anthropologie structurale ou fonctionnaliste (place du rite dans la résolution des conflits), ou encore les réflexions de René Girard (sur les victimes émissaires) : « Pour être satisfaisante, l’histoire de la criminalité doit donc se situer aux confins de sciences humaines diverses12. » Mais le travail de Claude Gauvard s’ancre aussi dans une « socio-histoire » (sans le mot) des sujets en conflit (hommes/femmes, parentés, statuts sociaux)13. Ce disant, il convient de souligner que les renouvellements produits par l’usage historien de l’anthropologie autour de Claude Gauvard, ses proches et ses élèves sont loin d’avoir irrigués tout le domaine de l’histoire politique. Jacques Le Goff et Jacques Berlioz remarquaient, à la fin des années 1980, que les travaux de Bernard Guenée ou Colette Beaune n’en avaient guère subi l’influence explicite, ce que confirment leurs travaux les plus récents14. Cependant, de nombreuses études sur les pratiques des pouvoirs médiévaux, sur les rituels en particulier, ont enrichi la compréhension de la période en usant des armes de l’anthropologie historique avec une intensité inégale et selon des axes variés15. Aujourd’hui, l’histoire des sentiments et des émotions dans l’espace public ouvre de nouvelles perspectives, et les monographies se multiplient qui cherchent à comprendre le lien entre les discours ou les pratiques que l’on dirait émotionnelles – si fréquentes dans les sources – et les conduites politiques des grands et des princes16.

  • 17 Hanna Vollrath voit, lisant Althoff, une spécificité de l’historiographie allemande en matière de (...)
  • 18 Cf. Althoff, « Tränen und Freude... », loc. cit. n. 16,p. 10 ; Id ., Die Macht der Rituale, Darmst (...)
  • 19 Voir en particulier, de Gerd Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter, Darmstadt, 1997 ; Id(...)

9Sans concerner le bas Moyen Âge dans le royaume de France, les travaux de Gerd Althoff sur la communication politique par les rituels ont alimenté et relancé les débats sur les pratiques politiques médiévales dans leur ensemble, et en particulier les émotions « publiques17 ». À partir de chroniques et de sources littéraires des xe-xiiie siècles principalement, puis en élargissant la perspective, dans ses derniers travaux, à l’ensemble du Moyen Âge, le médiéviste allemand dégage un ensemble de règles et de codes qui organisent les relations des élites, selon des « lois non écrites ». Rires, larmes, démonstrations d’angoisse, gestes de clémence, colères servent à signifier l’amitié comme l’inimitié, exprimer une demande ou annoncer un changement de situation. Cette grammaire des signes, qui compense l’absence de normes écrites, s’exprime avant tout dans les grands rituels publics. Elle est particulièrement opérante lors des réconciliations, pour régler conflits et disputes. Elle permet de signifier à chacun le rang qui est le sien. Ce langage des gestes et des émotions contribue à assurer le lien social, à limiter le développement des querelles. Bref, il offre des voies empruntables d’emblée dans différents contextes, il est facteur de stabilité. Souvent, les comportements publics démonstratifs, à l’apparence spontanée, ne sont que la publication de décisions ou d’accords déjà négociés. Il y a véritablement mise en scène (Inszenierung) – sans que le terme ait de connotations péjoratives, précise Althoff – des émotions et des attitudes. Pour autant, il ne s’agit pas de théâtre : les décisions ainsi rendues publiques obligent et contraignent. Pour que la mise en scène fonctionne sans surprise, il convient, dans de nombreuses circonstances, qu’un intermédiaire entre les parties en cause s’assure du bon déroulement de la rencontre. Ce médiateur doit avoir une autorité suffisante pour que les règles du jeu soient respectées. Dans ses travaux les plus récents, Althoff a intégré plus fortement la dimension agonistique, conflictuelle parfois, des rituels et proposé une historicisarion médiévale de la question18. Le « programme » d’Althoff, sans donner, bien sûr, une clé universelle pour la lecture des rituels médiévaux, a permis de renouveler les approches, d’autant que celui-ci a intégré les discussions au fur et à mesure de ses travaux et suscité tout un ensemble de recherches fructueuses (Claudia Garnier, Hermann Kamp, etc.)19.

Interrogations

Le rite et l’ordre

  • 20 Cl. Gauvard et R. Jacob, « Introduction. Le rite, la justice et l’historien », Les rites de la jus (...)

10Depuis une dizaine d’années, les mises en cause des rituels comme outils d’approche et d’interprétation générale du politique médiéval se sont pourtant multipliées, à partir de différents points de vue. Une interprétation classique en anthropologie comme en histoire tient le rituel pour un instrument d’ordre social, car il symbolise un système de relations socialement approuvées. Le rite entretient et renforce le lien social ou le rétablit après des situations de crise. Une communauté humaine ne peut fonctionner sans actions symboliques qui lui fournissent du sens et de la cohérence au-delà des rapports de pouvoir et des relations sociales concrètes. Le rite serait donc une « remarquable mécanique de production d’unité sociale20 ».

  • 21 Voir aussi le bilan, les réflexions et propositions de Fr. Rexroth, « Rituale und Ritualismus in d (...)
  • 22 A. Boureau, « Les cérémonies royales françaises entre performance juridique et compétence liturgiq (...)
  • 23 Id., « Le lit de justice et la monarchie française », Revue de synthèse, 118 (1997), p. 290.

11Tout un ensemble de critiques se sont portées sur ce champ d’interprétation ou sur différentes approches médiévales qui s’y rattachent21. Alain Boureau a interrogé la « perception téléologique de la construction monarchique » chez les historiens dits « cérémonialistes » (qui ont étudié le sacre, les entrées royales ou les funérailles). Les rites monarchiques y formeraient « peu à peu un “texte” monarchique de plus en plus explicite », comme une progression vers la fin de l’histoire. « Cette textualisation entraîne une contradiction insoluble, le rite devant à la fois illustrer et créer une idéologie, elle-même à la fois initiale et implicite22. » À cela s’ajoutent les limites de la formalisation anthropologique, soit l’idée que le rite résout et fait passer du désordre à l’ordre. Une « causalité un peu magique », selon Boureau, qui a fait l'unanimité. En discutant les travaux de Sarah Hanley en particulier, il écrit, en généralisant : « Et malgré la polysémie que pourrait suggérer la notion de “texte”, l’anthropologie culturelle [derrière Geertz] tend à réduire les processus à des conduites symboliques de sens univoque, sans doute parce que le véritable auteur du “texte” n’est pas Facteur de l’histoire, mais Fauteur déchiffreur23. »

  • 24 Ph. Buc, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, 2003 (trad. de Th (...)

12Philippe Buc a systématisé l’analyse critique, certes à partir de documents du haut Moyen Age pour l’essentiel, mais en s’étendant un peu au-delà24. L’auteur entend pourfendre la notion de rituel telle qu elle est généralement utilisée par les médiévistes. Cette mise en cause porte sur le placage de théories contemporaines sur une civilisation qui dispose d’une forte herméneutique. Elle dénonce aussi le fonctionnalisme qui consiste à attribuer des « fonctions » sociales bien définies au rituel, et d’abord celle d’être facteur d’ordre ou producteur de consensus. Il est, de plus, problématique, souligne Buc, de lire une source médiévale comme si elle apportait des données comparables à celles des ethnologues, et l’on se confronte d’abord à des pratiques textuelles. Les « dangers » du rite apparaissent non seulement dans les mésusages du concept mais également, au Moyen Âge, dans le déroulement même des cérémonies, qui, loin de déployer l’ordre, connaît des manipulations et des violences. Les rites pouvaient donc relever d’abord du « théâtre du pouvoir », être bons ou mauvais, et ne pas avoir de valeur « intégrative ». La mise en texte du rite devient un enjeu où peuvent s’exprimer des conflits politiques et peut donner lieu à des lectures divergentes. Historiens et chroniqueurs font parler les rites en jouant du récit selon les causes ou les pouvoirs qu’ils soutiennent. Le même type de rituel peut être décrit en des termes différents selon les points de vue. Ce sont ainsi les auteurs et non pas les événements qui mesureraient le pouvoir. Aussi, compte tenu de ces risques multiples, Buc enjoint-il de se débarrasser, pour l’étude du Moyen Âge, du concept de « rituel », ce « mot dangereux ».

  • 25 Moeglin, « “Performative turn”... », loc. cit. n. 19, p. 401.
  • 26 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Reli (...)

13Cela dit, on savait bien avant lui que l’historien ne doit pas confondre ses outils d’analyse et la société qu’il observe. Jean-Marie Moeglin a souligné, à son tour, en partant de terrains plus tardifs et pour répondre à Gerd Althoff, le caractère plurivoque des rituels dont le langage ne peut se réduire à une grammaire trop stricte qui permettrait de reproduire toujours les mêmes effets avec les mêmes gestes25. Ces questions renforcent l’interrogation sur l’expression de ferveur politique dans l’espace public telle que l’on peut la lire chez Bernard Guenée, par exemple, qui mesure les engagements aux acclamations, derrière le chroniqueur de Saint-Denis (« manifestation spontanée d’une passion politique » à l’époque de la guerre civile). Pour lui, les récits du Religieux de Saint-Denis « disent bien le degré de ferveur de la foule ». Le clerc deviendrait dès lors « un fin analyste de l’opinion publique. Il constate les sentiments et les passions de la population26 ».

  • 27 Buc, Dangereux rituel..., op. cit. n. 24, p. 296.
  • 28 N. Mariot, « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? Repérage empirique et fonction analytique de (...)
  • 29 Id Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, 2006, p. 307.
  • 30 Id„ « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? Sur l’historiographie... », loc. cit. n. 28, p. 137.

14Il convient de rappeler ici, en contrepoint, ce que dit Buc : les réflexions issues des sciences sociales prêtent trop de croyances primaires aux gens du Moyen Âge en présupposant leur adhésion aux démonstrations cérémonielles27. Nombreux sont les exemples d’hypocrisie ou de jeu en ce type de circonstances. Il croise ainsi tout un ensemble de travaux de sociologie et de science politique qui appellent à une « position déflationniste en matière d’attribution28 » : « Il n’est pas nécessaire d’avoir dans la tête une croyance ou une volonté d’exprimer un message particulier pour pratiquer correctement ou faire l’action qui convient. De nombreux gestes institués ne demandent pas de justifications permanentes et passent les frontières des régimes29. » Souvent l’environnement immédiat conditionne largement la participation. Nicolas Mariot souligne ainsi que le pavoisement des maisons, à l’époque contemporaine, dépend tout autant des lieux que des engagements politiques individuels30. Il s’inquiète aussi devant la position du chercheur en demandeur de croyances et du raisonnement circulaire : « La ferveur renforce la popularité, qui explique la ferveur. » Que tirer, dès lors, des sources narratives qui décrivent la joie ou les gestes d’approbation des sujets devant défilés et rituels princiers ? Sans doute rien, si l’on cherche à mesurer quelque expression politique que ce soit. Plus, si l’on raisonne en termes de pratiques. Cet ensemble de critiques appelle donc un certain nombre de révisions ou de la prudence méthodologique dans la manière de concevoir les études des rites de la fin du Moyen Âge.

Les enjeux du paradigme de l’État moderne

  • 31 Dans son compte rendu à paraître dans Francia sur le volume Coups d’État, Jürgen Miethke souligne (...)
  • 32 C. Beaune, « Les orientations de l’histoire politique en France », Les tendances actuelles..., op. (...)
  • 33 J.-M. Moeglin, « Les recherches françaises sur les cours et les résidences au bas Moyen Âge », Les (...)
  • 34 Genet, « La genèse de l’État moderne... », loc. cit. n. 7, p. 7.
  • 35 Résistance, représentation et communauté, dir. P. Blickle, Paris, 1998, p. 2, souligné par l’auteu (...)
  • 36 J.-Ph. Genet, « L’État moderne : un modèle opératoire ? », L’État moderne..., op. cit. n. 6, p. 26 (...)

15Au-delà de sa fécondité et des résultats multiples qu’il a donnés pour l’histoire des pouvoirs médiévaux, il convient aussi d’interroger plus avant les présupposés méthodologiques du programme de l’État moderne. Le premier tient à la focalisation sur le point d’arrivée, à savoir l’État « moderne » ou « actuel », si l’on reprend les termes du bilan de 1989. Ce point de vue ne laisse pas suffisamment ouverte l’analyse de tous les possibles (l'« appel des possibles », dirait Arlette Farge) médiévaux qui ne se sont pas réalisés, au profit de ce qui est advenu31. Colette Beaune avait signalé dans les Tendances actuelles, en d’autres termes, la place des opposants, des « vaincus » (« les femmes, les princes et les contribuables »)32, et Jean-Marie Moeglin de voir parmi ces marginaux de l’État moderne, les cours princières, très décentrées par rapport à cet État impersonnel qui se construit33. Bien conscient de ces enjeux, Jean-Philippe Genet y avait répondu dans l’article cité des Actes de la recherche (juin 1997), insistant sur le « caractère purement typologique » du modèle, « une définition fondée sur une typologie permet [...] de déjouer les pièges de l’historicisme34 ». Il avait souligné aussi que, au cours du programme, les critiques avaient été intégrées, comme pourrait en témoigner le très riche volume dirigé par Peter Blickle en 1998, Résistance, représentation et communauté, sauf qu’en fait ces éléments sont aussi considérés sous le chapeau de leur contribution à l’État moderne (« Sujet et formation de l’État constitue le thème spécifique des contributions qui suivent »)35. Genet écrivait, il est vrai, lui-même dans le bilan de 1990 que l’État moderne « n’est pas un modèle théorique, mais plutôt un modèle empirique, déduit d’une forme historique observée, et non un modèle conceptuel construit36 ». C’est dire que le risque finaliste ne peut être facilement écarté et qu’il l’est peut-être plus dans les derniers textes que dans les premiers. Il est aussi possible de penser les pouvoirs urbains ou les formes d’arbitrage et de conciliation en dehors de leur contribution à la construction du pouvoir étatique, pour leurs pratiques propres, sans perspectives autres que de saisir leurs « logiques de fonctionnement », pour reprendre encore des auteurs évoqués.

  • 37 M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, 1965, p. 344-347, ici p. 347. Voir G. Noiriel (...)
  • 38 Guenée, L’opinion publique..., op. cit. n. 26, p. 10, 17.
  • 39 B. Gaïti, « L’opinion publique dans ['histoire politique : impasses et bifurcations », Le Mouvemen (...)

16Le second présupposé tient à la survalorisation des entités collectives : l'« État », la « société politique », 1’« opinion publique ». Ces grandes catégories déployées dans le programme risquent parfois de masquer d’autres échelles d’analyse. Comme disait Max Weber, une des tâches du chercheur – il parlait, lui, de la sociologie compréhensive – doit rester de ramener ces entités collectives aux activités d’individus réels : « Pour la sociologie, il n’y a derrière la notion d’“État” – s’il lui arrive d’utiliser ce terme – que le déroulement d’une activité humaine d’une espèce particulière37. » Quelle est en effet la place laissée aux acteurs dans ces schémas de l’État moderne ? Des acteurs qui ne se pensaient sans doute guère en contributeurs à l’État moderne... Comment interroger leurs horizons propres si la forme politique finale est donnée d’avance ? Cet enjeu, qui en croise d’autres, se retrouve dans les travaux sur 1’« opinion publique ». Tout en faisant très attention au sens des mots, Bernard Guenée n’en conclut pas moins : « On peut parler de propagande et d’opinion publique au xive siècle », concepts ramenés ici à des données objectives, comme les sondages, dont les chiffres seraient la « garantie d’une analyse rigoureuse38 ». C’est faire fi de toutes les questions que pose le processus qui fait passer des sentiments d’un individu, pour autant qu’on les saisisse, à 1’« opinion publique » éventuelle, questions ainsi posées par Brigitte Gaïti : « Comment passet-on de l’éparpillement des conduites, du fourmillement des sentiments, du foisonnement des significations investies dans la plupart des activités sociales à ce verdict homogénéisé, et bien souvent étroitement politiquement orienté, d’une opinion publique menaçante, enthousiaste ou encore anti-républicaine39 ? »

Les médiévistes et la nation

  • 40 Voir G. Noiriel, À quoi sert « l’identité nationale », Marseille, 2007.
  • 41 P. Geary, « Nationalismes médiéval et contemporain », Le Cartable de Clio, 7 (2007), p. 115 ; Id.,(...)
  • 42 Geary, « Nationalismes médiéval... », loc. cit. n. 41, p. 115.
  • 43 Ainsi de celles de Colette Beaune (Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 341), qui évoque (...)
  • 44 Fr. Autrand, D. Barthélemy et Ph. Contamine, « L’espace français : histoire politique du début du (...)
  • 45 Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple, 481-1514, Ph. Contamine dir., Paris, 2002, (...)
  • 46 Voir M. Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, 2003, p. 134 (...)

17À l’heure du retour de 1’« identité nationale » comme enjeu de l’espace public40, il n’est pas sans importance d’interroger le rôle qu’ont joué les médiévistes dans la construction de cette notion. Patrick Geary écrit ainsi que l'« étude professionnelle du Moyen Âge en Europe et en Amérique doit le soutien et l’estime dont elle a fait l’objet à son rôle central dans la création et la défense du nationalisme41 ». En France même, les médiévistes n’ont-ils pas, sans beaucoup d’égards pour les travaux constructivistes, porté souvent des conclusions essentialistes sur la « Nation » et le « sentiment national », et servi à « montrer la continuité historique des nations42 »? Pourtant, leurs analyses de détails étaient souvent bien plus nuancées43. Dans le bilan précité, il est ainsi écrit que la guerre de Cent Ans « témoigna aussi de la cohérence d’ores et déjà acquise par la construction française44 ». Philippe Contamine écrit encore dans son histoire politique de la fin du Moyen Âge, cherchant à définir 1’« identité française » d’alors : « La nation française existait bel et bien, dans son acception actuelle45 », sans même évoquer Alphonse Dupront46.

  • 47 S. Kott et St. Michonneau, Dictionnaire des nations et des nationalismes dans L’Europe contemporai (...)
  • 48 St. Englund, « Note critique : Lieux de mémoire en débat », Politix, 26 (1994), p. 141-158.

18Cet essentialisme a pourtant été largement mis à mal par ce que Sandrine Kott et Stéphane Michonneau appellent les « modernes », rassemblant sous ce terme tout un ensemble de travaux démontant la vision d’une nation éternelle et toujours « déjà là » (Gellner, Hobsbawn, Anderson, Hroch, etc.). Face aux approches qui voient la nation comme une réalité culturelle ou ethnique dont le développement historique serait continu, ces analyses soulignent le caractère récent des nations en lien avec la modernisation économique et sociale, lié non pas à un long processus historique unilatéralement orienté, mais à une construction politique, sociale, culturelle, chacun des auteurs valorisant différents facteurs47. Les médiévistes ont ainsi été étrillés par Steven Englund pour leur contribution à cet essentialisme, dans sa discussion des Lieux de mémoire, dénonçant « une téméraire fuite en avant, découvrant la nation et le nationalisme au fin fond de l’histoire médiévale48 ». Il y regrettait la projection de notions anachroniques et les analogies douteuses, tel l’éloge de la reconquête de Charles VII devenant le « premier “discours de 14 juillet” ». Il s’étonnait encore d’une absence d’interrogation sur les mots, de traductions abusives (comme gens par Nation), du glissement rapide de Francs à Français, tout cela pour faire croire à une nation déjà là. Il ne nous semble pas que ces critiques, comme tous les travaux des « modernes », aient été pleinement pris en considération dans l’histoire politique de la fin du Moyen Âge, pourtant, on l’a dit, largement sollicitée à cet égard dans l’espace public.

Alliances et renouveaux

Sacralités ?

  • 49 A. Boureau, La religion de l’État. La construction de la République étatique dans le discours théo (...)
  • 50 E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et société au xiiie siècle, Paris, 20 (...)

19Parmi les développements récents sur les formes de gouvernement et les pouvoirs de la fin du Moyen Âge, il convient de noter la place faite à l’interrogation des textes théologiques et proprement religieux, notamment dans les travaux d’Alain Boureau et de ses élèves. Boureau a récemment déplacé ceux-ci dans un domaine inhabituel, celui de l’État, soutenant la thèse suivante : « L’État-République, forme future et possible de l’État-nation, relève d’une idée qui serait née dans la pensée scolastique, vers 1250-130049 », au moment où s’affirme cette « autorité des maîtres » mise en lumière par Elsa Marmursztejn50. Ancrée dans la théologie du péché originel, de 1’« universalité de la nature humaine », du salut, « la forme étatique exista d’abord dans la pensée avant de se réaliser pratiquement ». Elsa Marmursztejn explique, elle, comment les théologiens, au xiiie siècle, se sont pensés et ont agi en « troisième pouvoir », celui du Studium, entre le Spirituel et le Temporel, un pouvoir qui, appuyé sur sa capacité à déterminer la vérité, prétendait définir les normes de la société de son temps. C’est à travers les disputes quodlibétiques que l'« autorité des maîtres » s’est élaborée. Ainsi se fonde et se défend un savoir autonome des intellectuels, « architectes de la société chrétienne ».

  • 51 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, Turnhout, 2007. Voir aussi, pour un point de vue plus génér (...)

20Contrairement aux propos dévalorisants des humanistes de la Renaissance ou de l’historiographie du xixe siècle, les commentaires scolastiques du Moyen Âge, explique de son côté Bénédicte Sère, loin d’être des textes figés, « se découvrent comme le lieu d’une pensée en mouvement » à celui qui saisit les « mille et une ruses que déploient les maîtres ès arts [...] afin de s’y mouvoir plus librement et d’échapper à [leurs] contraintes ». L’historienne, partant de l’étude de l’amitié dans les commentaires de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, ouvre de nouvelles perspectives sur le genre des commentaires même. La notion d’amitié, souligne-t-elle, ne se confond pas avec les dimensions affectives qu’on lui prête aujourd’hui, mais concerne alors « tout ce qui fonde le lien politique, social ou diplomatique ». L’auteure suit ses réappropriations et ses transformations du xiiie au xve siècle. Elle consacre plusieurs développements à la lecture scolastique des enjeux politiques de l’amitié, des liens établis entre royauté et amitié (« Le roi peut-il avoir des amis ? »), de l’amour du roi pour ses sujets, etc.51. Si l’apport de ces analyses est manifeste et le décentrement du regard fort utile, il n’apparaît pas toujours de relations explicites entre les textes et les sociétés qui les produisent, en particulier dans leur dimension politique, ce qui, du coup, risque de favoriser le retour de la classique histoire des idées qui plane au-dessus des sociétés, simplement revue finement, à partir d’autres sites.

  • 52 Voir aussi, d’un autre point de vue, les remarques d’A. Boureau, « Ritualité politique... », loc. (...)
  • 53 Nous avons entamé l’étude de ces cérémonies dans Faire la paix au Moyen Âge, Paris, 2007, p. 176 s (...)
  • 54 Ibid., p. 166-168.

21Une histoire politique de la liturgie devrait ouvrir également de nouvelles perspectives52. On sait bien que tous les grands événements que l’on fait rentrer dans le champ de l’histoire politique à la fin du Moyen Âge donnaient lieu à des célébrations liturgiques, des messes, d’ampleur inégale. Si la dimension liturgique du sacre a déjà été largement analysée, le champ reste ouvert pour d’autres circonstances, parfois plus ordinaires, de l’interaction entre les princes de la fin du Moyen Âge. Ainsi, dans la conclusion de la paix, les messes écoutées de concert par les grands réconciliés élaborent-elles des formes rituelles spécifiques qui disent la paix par les gestes : il en va ainsi de l’hostie consacrée partagée53. Bien des services particuliers, comme ceux qui ont été décidés en l’honneur de Louis d’Orléans, lorsque les Armagnacs sont maîtres de Paris (1415), méritent d’être intégrés à une histoire renouvelée des pratiques politiques, qui ne cherche pas à mesurer le degré ou la qualité de la « piété » des uns ou des autres, mais prenne cette liturgie politique au sérieux pour en reconstituer la grammaire, en analysant ce qu’il s’y joue. De même les enjeux politiques du prône, l’évolution et les variations du formulaire méritent des enquêtes approfondies54.

Espaces publics

  • 55 Voir un bilan dans Information et société en Occident à la fin du Moyen Age, éd. Cl. Boudreau, K. (...)
  • 56 Voir l’enquête en cours menée par Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt dans le cadre du Laborat (...)

22L’étude du prône, moment de publicité politique majeur pour les fidèles, gagne à s’inscrire dans le renouvellement des travaux sur la « communication » et 1’« information » médiévales. Sans aucun doute influencés au départ par les rapports à l’information de notre société contemporaine, ils permettent d’interroger à nouveaux frais les formes de domination médiévale, les liens entre le pouvoir et son déploiement discursif, les rapports entre les techniques de diffusion des nouvelles et la maîtrise des espaces théoriques et spatiaux55. Tout un ensemble de travaux reprennent la question de 1’« espace public », sans se laisser enfermer dans le regard porté par Jürgen Habermas dans son œuvre célèbre mais en le discutant, le dépassant ou bien encore le mettant à distance56.

Sciences sociales du politique

  • 57 Cf. B. Badie, Les deux États. Pouvoir et société en Occident et en terres d’Islam, Paris, 1986, qu (...)
  • 58 Nous adressons tous nos remerciements aux politistes qui ont bien voulu répondre à nos questions à (...)

23Si l’histoire médiévale a largement rencontré l’anthropologie, on l’a vu, qu’en est-il des autres sciences sociales du politique ? Paradoxalement, les échanges semblent avoir été limités avec les sciences politiques, même si certains chercheurs se sont aventurés dans le comparatisme du développement politique en Occident et en terres d’Islam57. Il semble plus ordinaire pour les politistes arabisants ou sinisants de regarder les « époques médiévales » de leurs aires que pour les spécialistes de 1’« Occident ». Lorsque le Moyen Âge est mobilisé par les politistes, c’est surtout chez les comparatistes, plus que chez les spécialistes de la guerre, des mobilisations collectives ou des politiques publiques. En général, les lectures des politistes relèvent de travaux canoniques ou classiques, qui traitent de la construction de l’État ou des rituels (ceux de Joseph Strayer, Sarah Hanley, etc.) plus que de l’histoire médiévale en train de se faire58. Du côté des médiévistes, les sciences politiques ne sont guère mobilisées, sans doute parce qu’elles semblent traiter avant tout du contemporain, ce qui masque dès lors leurs apports proprement réflexifs sur les pratiques de pouvoirs.

  • 59 Noiriel, État, nation et immigration, op. cit. n. 37, p. 24 sq.
  • 60 Ibid., p. 24.
  • 61 G. Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, 2006, p. 75.

24On imagine aussi l’intérêt pour les médiévistes d’échanger avec la « socio-histoire des relations de pouvoir59 » qui s’est élaborée en partant de l’étude de périodes plus contemporaines. Ces travaux privilégient l’analyse du rôle du pouvoir dans la structuration des liens sociaux, dans un sens foucaldien du pouvoir, en mettant l’accent sur la « dimension interpersonnelle » de celui-ci, en opposition avec l’histoire politique traditionnelle qui le limite soit à un « instrument à conquérir », soit à un « agent d’oppression60 ». Cette approche inclut donc toutes les pratiques de domination et de pouvoir hors des formes de gouvernement. En lien avec les travaux de Gérard Noiriel, ce courant de recherches a donné de nombreux instruments pour réfléchir en d’autres termes à la construction de la « Nation », non comme un déjà-là, mais comme un « travail de mobilisation politique », en quittant ainsi ces rivages incertains de l’essentialisme pour regarder les acteurs qui l'ont accomplie, leurs actions, l’invention des justifications et les instances d’arbitrage qui ont légitimé leurs constructions61.

Acteurs

  • 62 Voir le point de vue de Th. Dutour, « La réhabilitation de l’acteur social en histoire médiévale. (...)
  • 63 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, 2001.

25L’ensemble des réflexions sociologiques autour des acteurs, de leurs capacités d’action, de leurs repères cognitifs et de leurs justifications, et en particulier les propositions de la sociologie pragmatique peuvent constituer un terrain fécond de discussion pour les médiévistes dont certains depuis quelques années empruntent des voies de recherches plus attentives à ce type de questionnement62. L’ouvrage de David Nirenberg est à cet égard modèle. Dans son étude des violences contre les minorités (juifs et lépreux d’abord) en Aragon-Catalogne et dans le royaume de France, et des relations, pour le premier ensemble, entre chrétiens, juifs et musulmans au xive siècle, Nirenberg, au contraire de nombreux auteurs, refuse la démarche téléologique qui insiste sur la « continuité entre les haines du passé et celles du présent », en interprétant souvent les différents contextes à la lumière de l’Holocauste. Son travail remet en cause l’idée d’une « intolérance croissante » à partir du Moyen Âge, qui toucherait différentes minorités et formerait progressivement une « société persécutrice ». Il la remet en cause, parce qu’il use d’une approche plus subtile des sociétés médiévales. Contre la vision d’actes de violence « irrationnels », l’historien restitue à l'acteur toute sa capacité d’analyse. Il considère en effet que les gens du Moyen Âge manipulaient les accusations en sachant bien lesquelles employer selon les enjeux. Pour Nirenberg, les persécutions et les violences contre et entre minorités doivent être étudiées dans l'action, en contexte, pour leur « valeur stratégique63 ».

  • 64 H. Neveux, Les révoltes paysannes en Europe, xive- xviie siècle, Paris, 1997.
  • 65 Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, dir. L. Boltanski et alii, Paris, 20 (...)

26On peut mettre en parallèle avec cet ouvrage les travaux d’Hugues Neveux sur les révoltes médiévales et modernes, qui cherchent à sortir le sujet des paradigmes macrosociaux et macroéconomiques pour redonner à la révolte toute sa consistance d’événement propre, avec une succession d’actions modifiables, et, aux acteurs, plus d’autonomie. Ceux-ci ne sont pas seulement « agis » par une conjoncture qui les dépasse mais insèrent la prise d’armes dans un ensemble de possibles, et l’historien s’efforce alors de restituer les jugements qu’ils mettent en branle64. La bibliographie de l’ouvrage paru en 1997 comporte d’ailleurs des références explicites aux réflexions des sociologues et des historiens proches de cette sociologie pragmatique. Un travail collectif sur les formes sociales « affaires », « scandales » et « grandes causes » s’inscrit dans le dialogue avec la sociologie pragmatique et consacre une part consistante au Moyen Âge65. Le volume, fruit d’un colloque et de rencontres dans le cadre du séminaire de Luc Boltanski, se veut une piste ouverte vers une histoire du politique plus attentive aux acteurs et aux processus.

Versus Institutions ?

  • 66 J. Chiffoleau, « Le crime de Majesté. La politique et l’extraordinaire. Note sur les collections é (...)
  • 67 Ibid., p. 645.
  • 68 Ibid., p. 655.
  • 69 C’est tout le sens de l’article d’A. Fossier, « Où est passée la sociologie de la critique ? À l’é (...)

27Un certain nombre de chercheurs donnent aujourd’hui une place centrale et cruciale au droit et aux institutions dans la constitution de la sphère politique, et insistent en particulier sur la définition de la majesté par ce qui la menace (la lèse-majesté) – le procès devient le lieu où se définit la souveraineté66 – et les constructions juridiques qui la portent. La force de ces travaux n’empêche pas le risque d’oubli des acteurs de la scène politique au profit de mécanismes abstraits dont on ne peut toujours discerner qui les actionne. La lèse-majesté est projetée au « centre » de tous les combats politiques de la guerre de Cent Ans et de la guerre civile, ce qui risque de surcharger d’intensité les comportements politiques67. On pourrait donc tout aussi bien inverser les termes de la remarque de Jacques Chiffoleau sur les risques d’une « histoire de l’action politique pendant les mêmes siècles en se limitant à une analyse sociologique ou anthropologique de ses formes ou de ses enjeux, alors que la production du lien politique lui-même, et peut-être aussi, on l’a suggéré, celle de l’espace public où il se constitue et se développe, dépend si étroitement de ces constructions institutionnelles68 ». Ici l’espace public, 1’« opinion » et les catégories qui s’y déploient deviennent avant tout des « constructions du droit » et de la souveraineté69.

  • 70 Chiffoleau, « Le crime de Majesté... », loc. cit. n. 66, p. 643, n. 12, et pour les poids de l'inte (...)
  • 71 Chiffoleau, « Le crime de Majesté... », loc. cit. n. 66, p. 601, pour la formule « le roi est emper (...)

28L’action politique ordinaire des gens du Moyen Âge tient-elle vraiment à des « constructions institutionnelles » ? Les acteurs qui se déploient en place publique ne remontent pourtant pas aux principes pour chacun de leurs actes70. Afin de mesurer la place exacte de ces « constructions institutionnelles », ne faudrait-il pas justement sortir des entités abstraites pour saisir ce que font les gens lorsqu’ils agissent publiquement, ce qui suppose un regard évidemment sociologique ? De même, l’analyse des formules et des adages en tant que constructions institutionnelles minore sans doute leur usage en situation, leurs manipulations dans les textes et dans l’action71. Les mots du politique se figent parfois dans ces constructions institutionnelles hyper-sacralisées, et la manière dont les acteurs se saisissent des formules pour faire de la politique paraît une question de second ordre. Il convient cependant de ne pas chercher à exagérer les différences d’approches, car l’histoire de l’action politique gagne assurément à articuler les enjeux institutionnels, revus grâce aux travaux évoqués, et les pratiques et interactions politiques.

  • 72 Richard Terdiman rapporté par Englund, « Note critique... », loc. cit. n. 48, p. 150.
  • 73 Voir par exemple le travail de Julie Claustre sur la prison pour dette, Dans les geôles du roi. L’ (...)
  • 74 Voir à cet égard les travaux de Yann Potin sur le Trésor royal.

29Si l’on devait aujourd’hui ouvrir, comme dans le bilan de 1989, une catégorie « problèmes et perspectives », l’éclatement l’emporterait sur l’unité donnée autrefois par le programme sur l’État moderne. Les perspectives de la « vieille histoire politique périmée » demeurent, même si la dynamique est ailleurs. Sans doute le caractère encore partiellement dominant, pour la période, de cette historiographie explique une faible réflexivité : « Un discours dominant bénéficie du privilège structural de rester inconscient de la question de sa propre légitimité72. » Ses effets politiques ne sont pas négligeables puisqu’elle a porté les discours sur les fondements tardo-médiévaux de 1’« identité française ». Pour le reste, le frémissement de nombreux chantiers, thématiques (sur la communication, les émotions ou l’histoire économique revue et insérée dans l’histoire des pouvoirs73) ou axiologiques (retour sur la constitution des documents et leurs enjeux74, anthropologie pragmatique, néo-institutionnalisme, etc.), laisse présager des renouvellements considérables qui devront aussi, encore, s’imposer face à la « vieille histoire politique périmée ».

Notes

1 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 33, 262-263, 270, 297.

2 Dont on trouve les traces dans le bilan évoqué, L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991, p. 117-118.

3 J. Berlioz et J. Le Goff, « Anthropologie et histoire », L’histoire médiévale..., op. cit. n 2, p. 287.

4 J.-Cl. Schmitt et D. Iogna-Prat, « Une historiographie au milieu du gué », Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, dir. J.-Cl. Schmitt et O.-G. Oexle, Paris, 2002, p. 407.

5 Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. vi. Souligné par les auteurs.

6 Bernard Chevalier souligne la dimension d’actualité du programme dans le bilan de 1989 : « Il est clair, en effet, que dans tous nos pays d’Europe occidentale la place qui revient à l’État dans la société fait problème », L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, Paris, 1990, p. 7.

7 Inutile de le présenter en détail tant il a fait l’objet de publications et commentaires, voir un bilan utile dans J.-Ph. Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherches », Actes de la recherche en sciences sociales, 118 (1997), p. 3-18, et celui de mi-parcours, L’État moderne…, op. cit. n. 6.

8 Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, dir. Fr. Foronda, J.-Ph. Genet et J.-M. Nieto Soria, Madrid, 2005, p. XIII.

9 « Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècle) », colloque organisé par François Foronda, Jean-Philippe Genet et José Manuel Nieto Soria, sous l’égide de différentes institutions (Madrid, avril 2008). Voir aussi Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, dir. Fr. Foronda et A.-I. Carrasco, Toulouse, 2007, p. 6, qui s’inscrit explicitement aussi dans la prolongation du programme sur l’État moderne, appuyé sur la notion de « société politique ».

10 Schmitt et Iogna-Prat, « Une historiographie au milieu du gué », loc. cit. n. 4, p. 405.

11 Cf. Cl. Gauvard, A. Boureau et R. Jacob, « Les normes », Les tendances actuelles..., op. cit. n. 4, p. 474.

12 Cl. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, t. 1, p. 4.

13 Voir une actualisation dans Cl. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, 2005.

14 Berlioz et Le Goff, « Anthropologie et histoire », loc. cit. n. 3, p. 288.

15 Voir ainsi récemment le travail d’É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, 2004, qui insiste sur la topographie politique et sociale de la ville, les enjeux de propagande et de communication politique (une « vaste politique de communication » des ducs de Bourgogne), soulignant les « capacités d’adaptation de chacun » (p. 8, 259, 330). Elle refuse la dimension performative du rituel qui « ne résout rien » (p. 328) pointant l’unicité de chaque cérémonie (p. 323).

16 Voir les analyses de B. H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », The American HistoricalReview, 107 (2002), p. 821-845 ; Ead., « Eros and Clio : Emotional Paradigms in Medieval Historiography », Mediävistik im 21. Jahrhundert, dir. H. W. Goetz et J. Jarnut, Munich, 2003, p. 427-441 ; G. Althoff, « Tränen und Freude. Was interessiert Mittelalter-Historiker an Emotionen ? », Frühmittelalterliche Studien, 40 (2006), p. 2-11 (sur les rapports entre notre régime émotionnel et celui du Moyen Âge). Et pour la fin du Moyen Âge « politique », Kl. Oschema, Freundschaft und Nähe im spätmittelalterlichen Burgund. Studien zum Spannungsfeld von Emotion und Institution, Cologne, 2006, et les travaux de Bénédicte Sère sur l’amitié, que nous évoquerons plus loin. Cf. encore Emotions in the Heart of the City (14th-16th Century), dir. É. Lecuppre-Desjardin et A.-L. Van Bruaene, Turnhout, 2005, et N. Offenstadt, « De la joie et des larmes. Émotions, négociations et paix pendant la guerre de Cent Ans », Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, dir. M. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, St. Péquignot et M. Sanchez Martinez, Barcelone, 2005, p. 349-368.

17 Hanna Vollrath voit, lisant Althoff, une spécificité de l’historiographie allemande en matière de communication symbolique dans l’investissement fort du champ des « rituels politiques » en tant qu’instruments très codés du pouvoir, cf. Gestes, paroles et emportements au Moyen Âge, Ostfildern, 2003, p. 28 sq.

18 Cf. Althoff, « Tränen und Freude... », loc. cit. n. 16,p. 10 ; Id ., Die Macht der Rituale, Darmstadt, 2003.

19 Voir en particulier, de Gerd Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter, Darmstadt, 1997 ; Id., « Zur Bedeutung symbolischer Kommunikation für das Verständnis des Mittelaters », Frühmittelalterliche Studien, 1997, p. 370-389 ; Id., Inszenierte Herrschaft. Geschichtsschreibung und politisches Handeln im Mittelalter, Darmstadt, 2003 (recueil d’articles de 1982 à 2002) ; Id., Die Macht der Rituale, op. cit. η. 18 ; ID, « Les rituels », Les tendances actuelles..., op. cit. n. 4, p. 231 - 242, et les discussions et présentations dans J.-M. Moeglin, « “Performative turn”, “communication politique” et rituels au Moyen Âge. À propos de deux ouvrages récents », Le Moyen Age, 123 (2007), p. 393-406 ; Id., « Rituels et “Verfassungsgeschichte” au Moyen Âge. À propos du livre de Gerd Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde », Francia, 25 (1998), p. 245-250 ; N. Offenstadt, « Ne croyez pas aux larmes des rois ! », L’Histoire, 229 (1999), p. 27-28. Et le compte rendu de Die Macht der Rituale par Philippe Buc dans les Cahiers de civilisation médiévale, 48 (2005), p. 251-253. Voir enfin la récente mise au point d’Althoff, « Hinterlist, Täuschung und Betrug bei der friedlichen Beilegung von Konflikten », Bereit zum Konflikt. Strategien und Medien der Konflikterzeugung und Konfliktbewältigung im europäischen Mittelalter, éd. O. Auge et alii, Ostfildern, 2008, p. 19-29.

20 Cl. Gauvard et R. Jacob, « Introduction. Le rite, la justice et l’historien », Les rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge occidental Paris, 1999, p. 7.

21 Voir aussi le bilan, les réflexions et propositions de Fr. Rexroth, « Rituale und Ritualismus in der historischen Mittelalterforschung », Mediävistik..., op. cit. n. 16, p. 391-406.

22 A. Boureau, « Les cérémonies royales françaises entre performance juridique et compétence liturgique », Annales ESC, 46 (1991), p. 1253-1264 ; Id., « Ritualité politique et modernité monarchique. Les usages de l’héritage médiéval », L’État ou le Roi. Les fondations de la modernité monarchique en France ( xive- xviie siècles), dir. N. Bulst, R. Descimon et A. Guerreau, Paris, 1996, p. 9-25.

23 Id., « Le lit de justice et la monarchie française », Revue de synthèse, 118 (1997), p. 290.

24 Ph. Buc, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, 2003 (trad. de The Dangers of Ritual. Between Early Medieval Texts and Social Scientific Theory, Princeton-Oxford, 2001), et la prolongation de l’analyse en réponse aux critiques, « The Monster and the Critics : a Ritual Reply », Early Medieval Europe, 15 (2007), p. 441-452.

25 Moeglin, « “Performative turn”... », loc. cit. n. 19, p. 401.

26 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Religieux de Saint-Denis, Paris, 2002, p. 40-41.

27 Buc, Dangereux rituel..., op. cit. n. 24, p. 296.

28 N. Mariot, « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? Repérage empirique et fonction analytique des attestations de liesse dans l’historiographie des fêtes et cérémonies, xixe-xxe siècles », communication au colloque CNRS/AFSP, « Protester xixe-xxe. Histoire et sociologie des mouvements sociaux », organisé conjointement par deux groupes de travail de l’AFSP, le Groupe d’études et de recherches sur les mutations du militantisme (GERMM) et le Groupe Histoire/Science politique (GRHISPO), Paris, IEP (en ligne) ; et autre version, « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? Sur l’historiographie des fêtes politiques en France après 1789 », Annales HSS, 63 (2008), p. 113-139.

29 Id Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, 2006, p. 307.

30 Id„ « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? Sur l’historiographie... », loc. cit. n. 28, p. 137.

31 Dans son compte rendu à paraître dans Francia sur le volume Coups d’État, Jürgen Miethke souligne encore le risque de subsumer toute l’histoire des pouvoirs dans la problématique de la construction de l’État.

32 C. Beaune, « Les orientations de l’histoire politique en France », Les tendances actuelles..., op. cit. n. 4, p. 305.

33 J.-M. Moeglin, « Les recherches françaises sur les cours et les résidences au bas Moyen Âge », Les tendances actuelles..., op. cit. n. 4, p. 357-358.

34 Genet, « La genèse de l’État moderne... », loc. cit. n. 7, p. 7.

35 Résistance, représentation et communauté, dir. P. Blickle, Paris, 1998, p. 2, souligné par l’auteur, voir aussi, p. 4.

36 J.-Ph. Genet, « L’État moderne : un modèle opératoire ? », L’État moderne..., op. cit. n. 6, p. 262.

37 M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, 1965, p. 344-347, ici p. 347. Voir G. Noiriel, État, nation et immigration, Paris, 2001, rééd. Paris, 2005, p. 57.

38 Guenée, L’opinion publique..., op. cit. n. 26, p. 10, 17.

39 B. Gaïti, « L’opinion publique dans ['histoire politique : impasses et bifurcations », Le Mouvement social, 221 (2007), p. 98. L’auteur note encore : « Or, si l’opinion publique existe, ce n’est pas sur le mode de la trace ou de représentations déposées dans les consciences individuelles ou même dans les groupes et les réseaux sociaux constitués, qu’il suffirait d’additionner, de coaliser, de confronter pour atteindre une hypothétique valeur moyenne ; mais elle existe dans et par le travail de mobilisation politique administrative, partisane, syndicale ou encore scientifique qui lui donne formes, force et sens » (ibid., p. 97). On voit comment le propos est encore plus adapté aux sources médiévales.

40 Voir G. Noiriel, À quoi sert « l’identité nationale », Marseille, 2007.

41 P. Geary, « Nationalismes médiéval et contemporain », Le Cartable de Clio, 7 (2007), p. 115 ; Id., Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, 2004.

42 Geary, « Nationalismes médiéval... », loc. cit. n. 41, p. 115.

43 Ainsi de celles de Colette Beaune (Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 341), qui évoque la complexité de l’élaboration du « sentiment national », les allers-retours, sa pluralité aussi, le considérant comme « une valeur entre d’autres » (p. 349).

44 Fr. Autrand, D. Barthélemy et Ph. Contamine, « L’espace français : histoire politique du début du xie siècle à la fin du xve », L'histoire médiévale en France..., op. cit. n. 2, p. 117.

45 Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple, 481-1514, Ph. Contamine dir., Paris, 2002, p. 354.

46 Voir M. Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, 2003, p. 134-136.

47 S. Kott et St. Michonneau, Dictionnaire des nations et des nationalismes dans L’Europe contemporaine, Paris, 2006, p. 4-5.

48 St. Englund, « Note critique : Lieux de mémoire en débat », Politix, 26 (1994), p. 141-158.

49 A. Boureau, La religion de l’État. La construction de la République étatique dans le discours théologique de l’Occident médiéval (1250-1350), Paris, 2006.

50 E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et société au xiiie siècle, Paris, 2007.

51 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, Turnhout, 2007. Voir aussi, pour un point de vue plus général, Ead., « À propos de l’histoire culturelle du Moyen Âge. La production des commentaires scolastiques (xiiie-xve siècle) », Genèses, 66 (2007), p. 123-137.

52 Voir aussi, d’un autre point de vue, les remarques d’A. Boureau, « Ritualité politique... », loc. cit. n. 22, p. 14 sq.

53 Nous avons entamé l’étude de ces cérémonies dans Faire la paix au Moyen Âge, Paris, 2007, p. 176 sq.

54 Ibid., p. 166-168.

55 Voir un bilan dans Information et société en Occident à la fin du Moyen Age, éd. Cl. Boudreau, K. Fianu, Cl. Gauvard et M. Hébert, Paris, 2004, notamment l’introduction de Claude Gauvard.

56 Voir l’enquête en cours menée par Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt dans le cadre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP, université Paris 1-CNRS), dont les premiers résultats sont consultables sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-parisl.fr/W3/espacepublic/index.htm et dont l’ensemble donnera lieu à la publication de deux volumes en 2009. Le congrès du Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte (Reichenau) se tient sur ce thème en octobre 2008 : Politische Öffentlichkeit im Spätmittelalter, de même qu’un projet de recherche lancé par Vincent Challet et Rafael Oliva (« Espace public, opinion et communication politique »). Voir aussi l’important travail d’Harm Van Seggern, qui donne également de solides aperçus généraux sur les enjeux de l’historiographie de l’information médiévale et de l’espace public : Herrschermedien im Spätmittelalter. Studien zur Informationsübermittlung im burgundischen Staat unter Karl dem Kühnen, Ostfildern, 2003.

57 Cf. B. Badie, Les deux États. Pouvoir et société en Occident et en terres d’Islam, Paris, 1986, qui donne une grande importance au Moyen Âge comme « époque privilégiée d’invention politique » (p. 19).

58 Nous adressons tous nos remerciements aux politistes qui ont bien voulu répondre à nos questions à ce sujet : Annie Collovald (université de Nantes), Brigitte Gaïti (université Paris 9-Dauphine), Yves Schemeil (IEP de Grenoble).

59 Noiriel, État, nation et immigration, op. cit. n. 37, p. 24 sq.

60 Ibid., p. 24.

61 G. Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, 2006, p. 75.

62 Voir le point de vue de Th. Dutour, « La réhabilitation de l’acteur social en histoire médiévale. Réflexions d’après une expérience de terrain », Genèses, 47 (2002), p. 21-41.

63 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, 2001.

64 H. Neveux, Les révoltes paysannes en Europe, xive- xviie siècle, Paris, 1997.

65 Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, dir. L. Boltanski et alii, Paris, 2007, avec les contributions pour l’histoire médiévale de Dominique Barthélemy, Patrick Boucheron, Thierry Dutour et Didier Lett.

66 J. Chiffoleau, « Le crime de Majesté. La politique et l’extraordinaire. Note sur les collections érudites de procès de lèse-majesté du xviie siècle français et sur les exemples médiévaux » Les procès politiques (xive- xviie siècles), dir. Y.-M. Bercé, Rome, 2007, p. 577-662, ici p. 578.

67 Ibid., p. 645.

68 Ibid., p. 655.

69 C’est tout le sens de l’article d’A. Fossier, « Où est passée la sociologie de la critique ? À l’épreuve d’Affaires, scandales et grandes causes », Tracés, 12 (2007), en part. p. 204, 215.

70 Chiffoleau, « Le crime de Majesté... », loc. cit. n. 66, p. 643, n. 12, et pour les poids de l'interaction dans la proclamation des décisions des pouvoirs, N. Offenstadt, « Les crieurs publics à la fin du Moyen Âge. Enjeux d’une recherche », Information et société..., op. cit. n. 55, p. 203-217.

71 Chiffoleau, « Le crime de Majesté... », loc. cit. n. 66, p. 601, pour la formule « le roi est empereur en son royaume ».

72 Richard Terdiman rapporté par Englund, « Note critique... », loc. cit. n. 48, p. 150.

73 Voir par exemple le travail de Julie Claustre sur la prison pour dette, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, 2007, qui mène une « histoire politique de la dette ancienne » (p. 13) et y définit ainsi « une affirmation de la souveraineté royale et une pédagogie des normes du crédit » (p. 425).

74 Voir à cet égard les travaux de Yann Potin sur le Trésor royal.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search