Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

Des femmes sur les barricades de juillet 1830 Histoire d'un imaginaire social

Annie Duprat

Texte intégral

1Planche VIII

  • 1 Histoire et sciences sociales. Un tournent critique ?, Annales Economies, Sociétés, Civilisations,(...)
  • 2 Bourreau Α., « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités » et Chartier R., « Le mon (...)

2Au printemps 1988, s'interrogeant sur les rapports entre histoire et sciences sociales, les Annales ESC publiaient un éditorial consacré à la réflexion sur le « tournant critique » vécu par ces disciplines, et tout particulièrement l'histoire1. Les interrogations formulées alors portaient à la fois sur les méthodes, sur les pratiques d'écriture de l'historien et sur les échelles d'analyse ou comment, tout en empruntant la voie ouverte par la micro-histoire « préciser et discuter les formes de l'adéquation entre les objets d'étude, les modalités de l'observation et les problématiques ». L'éditorial programmatique des Annales formule également une interrogation sur les « nouvelles alliances » de l'histoire avec d'autres disciplines, histoire de l'art, histoire des sciences, socio-linguistique ou philosophie politique. En cheminant parmi les images et les textes de Juillet 1830 nous nous proposons de reconstituer l'imaginaire de ces insurgés qui se résolvent aisément, malgré la violence des combats à peine éteints des Trois Glorieuses à troquer Charles X contre Louis-Philippe. Analyse des méthodes, analyse des sources documentaires, définition des aires disciplinaires de réflexion doivent être conduites préalablement, fût-ce au risque de paraître pesamment didactique, avant de pénétrer dans le champ de cette histoire des « mentalités » ou des « représentations » en constant renouvellement ; malgré les débats que continuent de susciter pareilles dénominations, nous retenons cette terminologie d'emblée, car les polémiques sémantiques sont un signe de vitalité, du moins quand elles ne sont pas l'instrument de l'opprobre intellectuelle ni de la mise à l'écart d'aucuns. Il convient donc, à notre sens, de multiplier les approches et les axes de travail, avec une méthode bien explicitée, pour mener une étude des imaginaires sociaux2. Tentons de montrer ce que la confrontation des points de vue des archivistes, des philosophes ou des historiens de l'art peut apporter à la connaissance historienne de l'objet étudié, en pratiquant préalablement un récolement, un assemblage de données de nature diverses.

  • 3 Exposé des méthodes de l'historien face aux sources iconographiques dans Annie Duprat, Le roi déca (...)
  • 4 Nous renvoyons à Backzko B., Les imaginaires sociaux, Paris, Payot, 1984, et plus anciens, mais to (...)
  • 5 Crouzet D., La Saint-Barthélémy, un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994.
  • 6 Querelle hors des sphères académiques grâce à la revue de vulgarisation L'Histoire : aux propos de (...)

3Ainsi ne s'agit-il en aucune façon de borner cette étude au seul champ de l'imagerie révolutionnaire de 1830 car, même si l'on étend l'analyse aux objets (bibelots, veilleuses, blagues à tabac et autres médailles) la reconstruction de l'imaginaire politico-social des Trois Glorieuses ne peut se faire que grâce au croisement de plusieurs perspectives reliant les productions figurées aux textes contemporains, même les plus disparates3. La recherche, l'analyse et le décryptage des productions figurées d'un événement se situe donc dans le champ de la « représentation » ou comment une société se montre-t-elle, consciemment ou non ? Que nous dit-elle, au-delà des apparences figurées ? Peut-on ainsi entreprendre une lecture des imaginaires sociaux et, au-delà, de l'inconscient collectif de la foule en actes et en action que sont les insurgés de Juillet 18304 ? La définition des méthodes et des objectifs poursuivis est une condition nécessaire mais pas suffisante si l'on omet de montrer les limites des conclusions ainsi élaborées : la modestie sied à l'historien, plus encore depuis que les événements de cette dernière décennie ont montré la fragilité des modèles de lecture du monde. Nous souhaitons ainsi apporter un élément au débat récemment ouvert parmi les historiens modernistes, sur un tout autre sujet, la Saint-Barthélémy, dont l'étude a été renouvelée par Denis Crouzet5. On a rapidement récusé ce que l'auteur avait, conscient de la charge émotionnelle de la formule, nommé « une histoire virtuelle »6. Denis Crouzet avait cependant antérieurement défini sa méthode en ces termes :

  • 7 Crouzet D., Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1 (...)

« L'histoire des systèmes de représentation n'a de sens que si est posé l'axiome [souligné par nous] que chaque représentation loin d'être mystérieusement auto-générée par une tension interne au système dont elle fait partie s'agence dans un champ global. Historiquement, une représentation se crée et s'impose par rapport à une autre représentation. Il n'y a pas de hasard ni de gratuité »7.

  • 8 Voir De Baecque Α., Le corps de l'histoire. Métaphores et politique 1770-1800, Paris, Calmann-Lévy (...)
  • 9 De Baecque Α., op. cit., p. 12, sur l'usage de la métaphore en histoire ; nous ne suivons cependan (...)

4Les recherches de cet auteur s'inscrivent dans le temps long d'une société qui passe, pour reprendre ses propres mots, du « surenchantement » au « désenchantement » du monde, tandis que le propos de notre étude se situe dans le temps court, celui de l'irruption brutale de la violence d'une révolution imprévue, mal préparée et conclue si rapidement que les problèmes antécédents n'ont guère pu être résolus et continueront à se poser pendant toute la durée de la Monarchie de Juillet, à travers de multiples soulèvements urbains. Il convient donc de vérifier si l'étude des représentations figurées et discursives des journées de Juillet permet d'accéder à une lecture des imaginaires sociaux de la France de la monarchie constitutionnelle, ces imaginaires ne se dévoilant que sur les marges, souvent de façon involontaire ou fortuite8. Ainsi est-ce à une lecture métaphorique d'une histoire ponctuelle que nous allons nous consacrer, espérant par là à accéder à la rhétorique du politique9.

  • 10 Beaumont-Maillet L., « Les collectionneurs au Cabinet des Estampes », Les Nouvelles de l'estampe, (...)

5Mais en rester au stade de la simple recomposition des imaginaires par l'étude des productions figurées et textuelles ne nous ouvre guère la clé de leur réception, ni de l'efficacité du message ainsi véhiculé, dans la constitution d'une opinion publique. Il faut aussi déterminer les conditions de la réception des images et des discours et mesurer par ce biais l'effet de « propagande », au sens étymologique de ce terme. On sait combien la constitution d'un corpus de référence est la première et la plus indispensable démarche méthodologique de l'historien. Mais, qui travaille sur des images, au sens large (ici, des estampes souvent hâtivement achevées, voire bâclées pour être diffusées dans l'urgence des événements, mais parfois aussi de grande qualité) doit s'interroger sur les fonds de conservation étudiés. Pour ne prendre que le seul exemple du département des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France, préciser l'origine des estampes retenues dans les collections revient à s'interroger sur le collectionneur, quand il y en a un ; les fonds Hennin et De Vinck sont très différents, de par la personnalité même de leurs créateurs : Michel Hennin, féru de gravures allemandes et d'oeuvres d'artistes confirmés et le baron De Vinck, d'esprit très ouvert, qui n'hésite pas à acheter des feuilles plus disparates ; la collection Smith-Lesouëf, dont le catalogue n'est pas achevé, est riche de plus de dix-sept mille cotes différentes de pièces très hétérogènes, tout comme le recueil de l'histoire de France, ou collection Qbi qui est un assemblage de multiples sources (la collection Laterrade, par exemple). Les fonds De Vinck et Qb1 sont les meilleures références pour qui veut avoir un large aperçu des productions graphiques de l'époque. Un premier état de la question a été récemment exposé par Laure Beaumont-Maillet, directrice du Cabinet des Estampes10.

6L'histoire est mouvante et ne se dévoile que parcimonieusement, au gré des traces existantes du passé que nous voulons lui faire raconter. Mais malgré toutes les précautions prises pour la constitution du corpus, reste encore la part du vide, cet interstice irritant entre ce qui nous a été conservé (pourquoi ? par qui et dans quelles conditions ?) et ce qui a disparu (étourderie ? mépris de l'objet ? autocensure ou censure d'Etat ?). N'hésitons cependant pas, après ces remarques préliminaires à construire notre objet.

  • 11 Voir le film d'Alain Jaubert, Sous les pavés, l'image, Collection Palettes, Editions vidéo Montpar (...)
  • 12 Les lycéens, comme les étudiants d'ailleurs, nomment instinctivement « Marianne » la « Liberté » d (...)
  • 13 Duprat Α., « La meilleure des Républiques ? » L'An I et l'apprentissage de la démocratie, Saint-De (...)

7Le célèbre tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple résonne dans nos mémoires, figure emblématique des journées de juillet 1830 et, au-delà, des Trois Glorieuses ; c'est la première allégorie moderne et savamment construite du peuple à la conquête d'un pouvoir qu'il ne pouvait plus exercer après la fin de la première République11. L'œuvre a connu un succès immédiat malgré de multiples avatars dus à la succession brutale des régimes politiques entre 1830 et 1874 (date de son accrochage définitif au Musée du Louvre) ainsi qu'à la distance prise par le peintre à l'égard de ce que le tableau donne à voir (un peuple uni entraîné par la figure d'une « liberté » très révolutionnaire). La mémoire de l'événement décrit et daté précisément puisque le sous-titre du tableau porte la date du 28 juillet 1830 en a été rapidement transformée, et c'est l'image de la République ou d'une « Marianne » qui lui a été fréquemment substituée12. La Fayette, en présentant le duc d'Orléans à la foule parisienne sous le qualificatif de « meilleure des Républiques », l'ambiguïté politique de ces journées et surtout de leur dénouement a contribué à ce frictionnement du sens13. La présence des attributs iconologiques de la Liberté (pique et bonnet) sur les lithographies, à peine postérieures, du journal La Caricature contribue à occuper le vide de l'imaginaire politico-social et à installer progressivement la figure à peine allusive de la République sous les traits d'une jeune femme, anticipation de Marianne.

  • 14 Vidéodisque Les images de la Révolution, Bibliothèque Nationale et Pergamon Press, 1990.
  • 15 Claudette Hould achève une étude détaillée de la série des Tableaux historiques de la Révolution, (...)

8Femme-Liberté, femme-République, femmes et barricades : la présence de ces figures féminines mérite que l'on s'interroge sur le sens à donner, du moins au dernier terme de la trilogie évoquée plus haut. La Grande Révolution de 1789, si présente aux mémoires des combattants de 1830 comme en témoignent les estampes et les textes, on le verra plus loin, n'a cependant vu surgir quelques barricades que pendant les journées de Prairial An III (20-24 mai 1795) dont l'iconographie est pauvre. Quatre gravures seulement ont été produites, trois d'entre elles, qui appartiennent à la grande série des Tableaux historiques de la Révolution française, montrent l'assassinat du député Féraud à la Convention, et une seule figure une scène de rue, L'attaque du faubourg Saint-Antoine14. Les femmes sont absentes de cette dernière gravure, alors qu'elles sont très présentes sur les gradins et auprès de la tribune de la Convention. L'irruption brutale d'un public montré de façon négative (femmes échevelées courant en désordre sur les travées) correspond bien au discours politique que l'on souhaite tenir sur ces événements alors considérés comme terroristes15. D'une façon plus générale, les femmes, de la rue s'entend, sont absentes du récit en images des journées populaires de la Grande Révolution : tout juste figurent elles, victimes potentielles effrayées de la violence des troupes du prince de Lambesc au Palais-Royal le 12 juillet 1789, ou simple auditoire de Camille Desmoulins, toujours au Palais-Royal, le 14 juillet ; elles restent encore spectatrices en marge des images des journées de fête comme la Fédération de 1790. Elles accompagnent l'événement et sont des témoins pour l'histoire en assumant le seul rôle que la société leur reconnaît alors : elles montrent la Révolution aux enfants (voir, par exemple, les gouaches de Le Sueur au Musée Carnavalet à Paris). Et, quand elles sont actrices, l'iconographie rend bien compte de l'événement des journées d'octobre 1789 en figurant des hommes déguisés dans le cortège. Ce rapide survol de l'iconographie de la Révolution ne considère ni les « héroïnes », les Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt ou autres Madame Roland, ni les membres des clubs, mais les figures des femmes de la rue pour faire une comparaison terme à terme avec la révolution de juillet 1830.

  • 16 Coll. Hennin 11389 ; extraite de Aux Peuples, huit sujets lithographies qui attesteront à jamais l (...)

9A l'inverse, en 1830, les femmes sont très présentes sur les barricades, et pas seulement en simples spectatrices. Elles jouent plusieurs rôles. L'un, convenu, sur le mode compassionnel de la mater dolorosa et consolatrice, femme pleurant les victimes, soulageant les blessés, apportant à boire ou à manger aux combattants. Le second, plus nouveau et inattendu : actrices de l'événement, elles combattent aux côtés des hommes, préparant les fusils, envoyant des projectiles par les fenêtres ou sur la barricade même, les armes à la main. Enfin, mise en image glorieuse et héroï-sée, une femme est la « première victime » de la révolution. Elles n'occupent cependant pas tout l'espace des combats de juillet. Sur cent vingt images (gravures ou lithographies) conservées dans la collection Hennin, six montrent des femmes (5 % du total), cinq d'entre elles sont des combattantes, la dernière étant la « première victime » mentionnée plus haut, apportée Place des Victoires par un garçon boulanger. Cette lithographie de Delaporte, publiée dans le recueil Aux Peuples, porte le titre emphatique Eloquence, renvoyant à la diatribe du jeune ouvrier contre les troupes royales ; l'histoire est d'importance puisqu'on la retrouve, terme à terme dans Une semaine de l'histoire de Paris, livre écrit « à chaud » au début du mois d'août et qui renvoie à l'article de Darmaing, rédacteur en chef de la Gazette des Tribunaux et aux Souvenirs manuscrits de Victor Crochon16.

10La collection De Vinck nous a conservé trois cent trente images ; sur quarante-trois d'entre elles figurent des femmes (14 % du corpus), sept sont des combattantes, sept sont des spectatrices, vingt-deux jouent le rôle « compassionnel » évoqué plus haut, sept enfin sont victimes des combats ; parmi elles, figurent six variantes de la « première victime » de la place des Victoires et une morte place de la Bastille.

11Pareil équilibre entre le nombre des figures de combattantes, de spectatrices et de victimes (sept dans chaque groupe considéré) ne se retrouve dans aucune des autres collections ; on peut à bon droit y voir le choix personnel du baron De Vinck. La « première victime » de la Place des Victoires est soit appuyée contre le socle de la statue équestre de Louis XIV (DV 11064), soit allongée à terre (DV 11063) soit portée à travers les rues (DV 11059 et 11060) ; il existe d'autres variantes de ces postures (DV 11061 et 11062). L'unique victime de la place de la Bastille (DV 11165), autre lieu à lourde charge symbolique, n'est cependant pas l'héroïne centrale de l'image, quoique figurant au premier plan à droite, tandis que les combats font rage. La collection de l'histoire de France, dite Qb1, raconte les barricades de juillet en quatre cent soixante estampes ; soixante et onze d'entre elles montrent des femmes (mais ce chiffre peut être porté à quatre-vingts puisque, sur certaines estampes à compartiments se déroulent des scènes multiples) ; un peu plus de 14 % du corpus, comme dans le fonds précédent, s'attache à montrer le rôle des femmes. Trente-neuf sont pleureuses ou soignantes, vingt-sept sont combattantes, onze sont spectatrices et trois seulement victimes (Prise du marché des innocents, M110739, celle de la place de la Bastille M110723, et l'éternelle variation sur la « première victime », M111051, extraite ici de la Semaine parisienne, ensemble de douze lithographies d'Engelmann sur des dessins de Swebach). La place occupée ici par les combattantes s'explique par l'origine du fonds, récolement le plus large possible des estampes d'histoire de France. Avant de s'interroger sur une éventuelle « intentionnalité » de la production iconographique, constatons, à la comparaison de la collection De Vinck avec le fonds Qb1 combien la personnalité du collectionneur interfère sur le discours des images.

  • 17 Il y a cent cinquante ans... Juillet 1830, catalogue d'exposition, Musée Carnavalet, 8 juillet-2 n (...)

12Abondante est donc l'iconographie des journées de juillet 1830 aussi, pour démêler la question de « l'intentionnalité » cachée des grandes collections ou d'une « intentionnalité » de la production, nous avons recherché quelques objets et tableaux d'une nature différente des gravures et des lithographies. Lors d'une exposition célébrant le cent-cinquantenaire de la révolution de 1830, le musée Carnavalet, musée d'histoire de la Ville de Paris, a présenté nombre d'objets ressortissant à la catégorie des « arts populaires »17. Ainsi d'un jeu de cartes datant de 1831, inventé par E.F.V. Maniez, breveté du roi, Aparsis [sic], passage Saint-Denis, rue Grenata n° 2 dont les figures sont des combattants (et combattantes !) de juillet ; on y distingue une Amazone de 1830, en simple costume de lingère, à l'assaut d'une barricade devant les soldats en armes, portant un drapeau tricolore comme signe de ralliement. Bien que la gestuelle de cette moderne Amazone soit très différente de celle de La Liberté de Delacroix, l'ensemble de la scène (victime en posture traditionnelle d'Hector au premier plan, jeunes combattants en train de tirer au second plan) frappe par une similitude métaphorique avec le célèbre tableau, réalisé dès l'automne 1830 pour être exposé au salon de 1831. Une autre carte du même jeu nous présente une Mlle Laurent debout, faisant le coup de feu sur une barricade faite de pavés et de madriers. La règle du jeu est instructive. Les as sont remplacés par des « Victoires », les rois par des « Soutiens du Peuple », les dames par « les dames de diverses classes » et les valets par des « défenseurs ». Dans le groupe des « Dames de diverses classes » nous retrouvons deux des trois rôles stéréotypés assignés à la femme, douloureuse ou combattante, car figurer une victime ne sied pas à un jeu de société. Pleine de compassion est la « Reine Amélie, mère des pauvres, de la veuve et de l'orphelin, elle a secouru et consolé les blessés » ; combattante est Mademoiselle Laurent puisqu'elle « elle a vengé son vieux père assassiné sous ses yeux par un garde royal » (et cette histoire est souvent rapportée dans les écrits, lettres des estampes ou brochures) ou Mademoiselle Joséphine Mercier ou enfin l'Amazone de 1830. Le témoignage du fils de Louis-Philippe, Ferdinand-Philippe, duc d'Orléans (dont la mort accidentelle causera un si grand trouble en 1842) corrobore le rôle éminent des femmes en juillet 1830.

  • 18 Ferdinand-Philippe d'Orléans, Souvenirs, légende d'une aquarelle de François d'Orléans, prince de (...)

« Le 31 juillet au soir, la foule envahit les salons du Palais-Royal, apportant en triomphe une héroïne de barricade pour la présenter à ma mère »18.

  • 19 Je tiens à remercier chaleureusement Roselyne Hurel et Rosine Trogan, conservateurs du Musée Carna (...)

13Guerrières sont encore les jeunes femmes qui donnent leur nom au canon La parisienne (Musée Carnavalet, inventaire 0A195), et figurent en ligne de combat sur les esquisses de Renoux (D8252 GC) ou sur un dessin anonyme (D3101). Enumérer davantage d'exemples n'apporterait rien de plus ; il convient à présent de se pencher sur des objets dont l'utilisation est si quotidienne que leur vision imprègne l'inconscient, ainsi des différentes blagues à tabac figurant la « première victime » (OM 1781) ou des femmes, à l'arrière de la barricade, dans leur rôle compassionnel (E12705) ; de la même façon, les assiettes imprimées de la Manufacture de Choisy présentent des femmes, toujours dans leur rôle de consolatrices (C107). La femme guerrière s'éteint progressivement, Casimir Delavigne, en transposant La Marseillaise écrit l'hymne La Parisienne, dont les « parisiennes » sont aussi absentes que les « marseillaises » du chant de 1792 ; c'est la femme tout court qui disparaît du décor de l'exceptionnelle veilleuse en porcelaine de Paris exposée dans les vitrines du Musée Carnavalet. Sur les trois faces de l'objet on peut voir les Trois journées Glorieuses... mais aucune femme ! Monnaies et médailles enfin jouent sur le registre de l'emphase et de l'allégorie : est-ce pour cette raison que, parmi les combattants, les polytechniciens sont honorés et les femmes oubliées ?19.

14Deux grands axes de réflexion sont ainsi mis en évidence : la femme, actrice de l'événement, est partie prenante et largement montrée dans l'espace public des Trois Glorieuses (à la différence de 1789) ; puis la femme est allégorisée, comme mythifiée et disparaît comme personne agissante lorsque le pouvoir est installé. Tout se passe très vite et, pour comprendre les anecdotes rapportées sur les estampes, pour en savoir plus sur des héroïnes dont les noms figurent, il faut lire les brochures et les petits livres publiés dès les premiers jours d'août 1830 et se reporter à la presse du temps, en particulier Le Globe (dont le rédacteur en chef, Farcy, est mort le 29 juillet lors de l'assaut des Tuileries) et Le National. Tous se recopient, se plagient et, en publiant les mêmes récits édifiants, quoique pas toujours avérés, avec souvent les mêmes mots et les mêmes phrases, installent la vérité d'une histoire plus vraie que vraie, tant elle sert les desseins (conscients ou non) du nouveau pouvoir, soucieux de légitimité et de représentativité. Pour repérer la construction d'un discours falsificateur du réel, il faudrait connaître avec précision, au jour près, les dates de parution des textes et des images. Or, le registre du Dépôt Légal de la Bibliothèque Royale, d'inscription quotidienne au département des Estampes (les premières entrées datent du 4 août), n'est qu'hebdomadaire aux Imprimés. La mise en parallèle des lettres des estampes et des articles de journaux ou des extraits de livres montre bien le recopiage, qui est accepté fréquemment d'ailleurs par une mention sur l'estampe même ; on peut ainsi déterminer des antériorités qui deviennent des antécédences.

  • 20 Villa N., « La révolution de 1830 : estampes et récits de l'époque », Nouvelles de l'estampe, n° 2 (...)

15Le premier opuscule, Evénements de Paris des 27, 28, 29 juillet 1830 par plusieurs témoins oculaires sur les événements est annoncé dans Le National le 5 août et paraît ainsi « à chaud »20. La lecture de ces brochures d'août-septembre 1830 montre la construction d'un discours délibérément univoque. C'est l'image d'une révolution dans l'ordre et le calme, sans pillage aucun, faite par un peuple unanime, toutes catégories sociales, tous sexes et tous âges confondus. Images et textes rendent compte de cette dimension de rassemblement qui réunit hommes et femmes, enfants et vieillards dans une même tension pour faire triompher la cause de la Charte et du duc d'Orléans. Ainsi dans Les barricades de 1830. Scènes historiques peut-on lire :

  • 21 Debraux E., Les barricades de 1830. Scène historiques, Boulland, 8°Lb491661, p. 18.

« Quel spectacle admirable et touchant que celui de pères de famille, abandonnant leurs foyers domestiques, se dérobant aux instances de leurs épouses, aux caresses de leurs enfants pour voler à la conquête des droits sacrés dont ils veulent leur assurer l'héritage »21.

16Dans cet ouvrage agréable puisqu'il se présente sous la forme de dialogues entre le vieux concierge d'un théâtre et « la pipe », allumeur au théâtre, on peut retrouver l'histoire de quelques héroïnes comme cette jeune femme combattant sous des habits d'homme :

  • 22 Ibid, p. 260.

« Cette jeune femme armée d'une épée et de pistolets, dont on a reconnu le sexe sous des habits masculins. En vain, on lui exposait les dangers qu'elle allait courir. Je n'ai point d'enfants, répondit-elle, voici mon mari dont je partage tous les sentiments, je suis auprès de lui et je mourrai avec lui s'il le faut »22.

  • 23 Les barricades immortelles du peuple de Paris, p. 384, 385 et 387 (BHVP 782).

17Etonnante mise en situation des femmes dans les combats de 1830 ! L'histoire fait florès à tel point qu'on la retrouve, sous des formes quasiment identiques, trois fois dans Les barricades immortelles du peuple de Paris, sous la signature « P. C. Sin » [Cuisin, d'après Barbier] ; cet opuscule, dédié au prince royal le duc d'Orléans, est édité, avec deux gravures, le 30 septembre 1830 chez « Le Roi, libraire »...23. D'autres sources et des estampes reprennent l'anecdote dans des situations et des rues différentes. Ainsi de l'Esquisse du mouvement héroïque du peuple de Paris, de Fabre-Palaprat, médecin :

  • 24 Esquisse du mouvement héroïque du peuple de Paris, par Fabre-Palaprat, médecin, chez Guyot-Amyot, (...)

« Une jeune femme reconnaît son frère parmi les morts. Elle vole chez elle, prend des habits d'homme, un sabre, un poignard, se porte vers le Louvre, monte à l'assaut, combat comme un lion, et, après avoir semé la mort parmi nos ennemis, après avoir vengé la patrie et son frère, elle tombe frappée d'un coup de sabre à la cuisse »24.

18Une semaine de l'histoire de Paris, d'Etienne-Léon Lamothe-Langon (d'après Barbier) édité à deux reprises entre le 15 et le 30 août 1830 rapporte deux histoires, sur le même thème, mais à deux endroits différents de Paris :

« Lors de la prise de la caserne de Babylone, on remarquait au premier rang un jeune adolescent que son intrépidité poussait à affronter la mort. Il n'est pas blessé mais, de retour avec la Garde Nationale, il tombe, accablé de fatigue sur la place des Petits-Pères et s'évanouit. On lui prodigue des secours affectueux... C'était une femme ! » (p. 357). « Sur la place du Palais-Royal, une autre jeune fille habillée en homme allait au milieu de la mêlée au secours des blessés : un coup de feu reçu ne ralentit pas son zèle. » (p. 358).

19Textes et images dialoguent « en boucle » et, parmi bien d'autres, on peut citer telle jeune fille vengeant son père (Qb1 Ml 10816), telle autre son mari mort (Ml 11019), telle autre enfin qui exhorte à la vengeance sur le cadavre de son mari (M 111040) ; les trois scènes sont situées place de l'Hôtel de Ville, lieu de combats acharnés. Peut-on y retrouver ce que décrit Fabre-Palaprat dans son Esquisse du mouvement héroïque du peuple de Paris :

« Une femme, près de la Trésorerie, voit de la croisée son mari tomber, frappé d'un coup mortel ; elle descend, l'embrasse, prend ses pistolets en criant Tu as fait ton devoir, je vais faire le mien. Elle marche droit sur la garde royale et brûle la cervelle à deux soldats » (p. 30).
Ou encore « les imprécations de la veuve d'Augustin qui, sur le corps de son mari, exhorte ses enfants à le venger » (p. 45).

20Quelques-unes de ces combattantes ont des identités précises, telle Clara Levieux :

« Du magasin de la rue Saint-Denis, n° 293, qui a arboré le premier drapeau tricolore sur les barricades de cette rue. C'est encore un fait à consigner en l'honneur de ces dames »

  • 25 Les barricades immortelles, op. cit., p. 403 ; Trois jours, publié à Paris chez Levavasseur en aoû (...)
  • 26 Une semaine de l'histoire de Paris, op. cit., p. 345.

21écrit Cuisin dans ses Barricades immortelles (p. 403). Ce geste de Clara, rapporté également dans Trois jours et dans les Barricades de 1830, n'aurait-il pu inspirer Delacroix pour sa Liberté ?25. D'autres femmes sont héroïsées par leurs vertus « patriotiques » aurait-on dit en 1793, comme Stéphanie Pillaud qui apporte, pour le secours aux victimes, une robe de grand prix26 ; mais un manuscrit anonyme Historique des faits après avoir mis le lecteur en garde contre la fable inventée du jeune « Arcole » plantant au prix de sa vie un drapeau tricolore sur le pont du même nom, rapporte cependant le geste de :

  • 27 Historique des faits qui se sont passés dans le VIIe arrondissement les 27, 28 et 29 juillet et 3 (...)

« Stéphanie Pillaud, ouvrière, demeurant rue de la Tannerie n° 37 accourut à la mairie et y fait la remise d'une magnifique robe de dentelle tombée entre ses mains après la prise du château »27.

  • 28 La Caricature, hebdomadaire de Philipon, 10 mars 1831.

22Les insurgés de 1830, très ostensiblement donc, se refusent au pillage façon 1792. Le soupçon de reconstruction de l'histoire par des récits et des images trop héroïsées commence à poindre. Les femmes sont tellement présentées comme des mères, des épouses ou des « jeunes spartiates » (Barricades de 1830, p. 264) toutes dévouées à la cause de la révolution, portées en triomphe sur des chars fleuris (Barricades immortelles, p. 385) ou sur les canons qu'elles ont pris d'assaut qu'il convient à présent de définir les traces mémorielles de la Révolution de 1789. Quand elle est mentionnée, c'est seulement au travers de l'année 1789 et 1792 est montré comme un « repoussoir » avant de devenir sous le crayon du Grandville du Carnaval politique un « fantôme-cauchemar » en mars 183128. Et comme des gardes suisses veillent sur le palais royal des Tuileries et se font tuer pour défendre le trône d'un Charles X, absent de Paris d'ailleurs, il convenait de mettre en pendant d'une scène de barbares égorgeurs (les Fédérés du 10 août 1792) le glorieux héros de juillet 1830 protecteur du soldat suisse :

« C'est mon prisonnier faut pas qu'on y touche
L'français s'bat, n'assassine pas » (Qb1 Ml 11161).

23Plus précis est le dialogue entre « la pipe » et le concierge dans Les barricades de 1830 :

« - Je dis que c'est dans c'genre là que nous y allions, le jour de la prise de la Bastille.
- Tiens mon vieux, entre nous parce qu'il ne faut pas que les mioches entendent çà ; y a eu de bien belles choses dans notre révolution de 89, mais y a eu bien des bêtises aussi.
- Je le sais, je le sais, que ce gueux de tribunal rév...
- N'en parlons plus. Eh bien, j'ai dans l'idée que si nos enfants font une révolution à leur tour, ils se montreront plus sages que nous » (p. 108).

24Et, plus loin (page 162) :

« On aura beau vanter le 14 juillet, ce ne sera jamais que la moitié du 28 ».

25Les rappels de la Révolution de 1789 fonctionnent, dans les écrits de 1830, comme un système de référence/repoussoir ; les récits mêmes des barricades de juillet se construisent comme le stéréotype d'un nouveau discours révolutionnaire, emphatique mais qui déteste le désordre ; l'imagerie de la violence populaire créatrice d'un monde nouveau est édulcorée, comme arasée au service d'un discours politique uni-voque ; les images des barricades de 1830, sur lesquelles les femmes tiennent une si grande place à la différence de celles de la Grande Révolution, participent de ce discours de la paix civile, tous les français unis derrière Louis-Philippe Ier « roi des français », garant de la Charte, héritier à la fois de la Révolution (puisqu'il en fut un des chefs militaires glorieux à Valmy et à Jemmapes) et d'une monarchie modérée. Laissons parler les témoignages immédiats :

  • 29 Barricades immortelles, op. cit., p. 124.

« Dès le lendemain [27 juillet] enfants, femmes, époux, frères, artisans, riches manufacturiers en faisant de suite abnégation de leurs intérêts personnels pour se dévouer à l'intérêt général ne sont plus désormais qu'une seule famille (...) une familiarité toute patriotique, toute nationale, réunit en un instant les rangs les plus opposés ; la femme jolie oublie sa parure ; on s'aborde, on se parle sans se connaître »29.

26Expliquant plus loin comment surgit « l'idée sublime et protectrice des BARRICADES » [en majuscules dans le texte], Cuisin brosse un long tableau de leur construction par « chaque habitant » qui « s'empresse » d'apporter ce qu'il peut ; l'image d'un peuple uni dans l'action règne à tel point que :

  • 30 Ibid., p. 137.

« Un élégant tilbury, offrant un écusson glorieux se trouvait enlacé avec les brancards d'une charrette »30.

27Et, plus loin :

« La guerre était accompagnée d'un ordre étonnant ; la défense était calme et méthodique » (p. 148).

28Ce que Victor Crochon, dans ses Souvenirs, résumait ainsi :

  • 31 Crochon, op. cit., folio 159 et 222.

« [27 juillet] L'insurrection se manifestait avec une sorte de légalité. [28 juillet] C'était le commencement d'une véritable révolution. Nos pères nous ont souvent entretenu de ces sans-culottes de 93, qui, tour à tour dupes ou complices de ces différentes factions, se livrèrent à tant d'excès, déchirèrent si souvent le sein de leur patrie et faillirent plus d'une fois l'entraîner sur le bord de l'abîme. Si les hommes qui s'avançaient avec tant d'ardeur sur le champ de bataille n'étaient pas mis avec plus d'élégance, ils ont du moins prouvé que l'esprit d'ordre et le respect pour les propriétés avaient pénétré jusque dans les classes les moins éclairées »31.

29Un révolution faite « en famille » par un peuple uni, dans l'ordre et le calme ? Ce discours est immédiatement mis en doute :

  • 32 Historique des faits..., op. cit., folio 47.

« Nous avons dû, nous, consigner ce récit populaire [le jeune Arcole], mais nous avouerons qu'il nous semble faux »32.

  • 33 Newman E., « L'image de la foule dans la Révolution de 1830 », Annales historiques de la Révolutio (...)

30Le mot d'ordre de Vive la Charte mériterait une analyse spécifique qui permettrait de dépasser les conclusions d'Edgar Newman33. Mais les témoignages contemporains sont délicats à manier : qui est Victor Crochon, dont les Souvenirs manuscrits sont passionnants à lire ? Comment se fier à Léonard Gallois, auteur de La dernière semaine de l'Histoire de juillet 1830 qui explique benoîtement être resté immobilisé chez lui mais avoir tout compris des événements grâce aux récits de son fils ? Auteur d'une Histoire pittoresque de la Révolution française mise à la portée de tout le monde, il ne perd pas le sens des affaires et annonce la parution du quatrième volume, chez Audin et Levavasseur. Parce qu'il est un bon connaisseur des révolutions, il s'interroge :

  • 34 Gallois L., La dernière semaine de l'histoire de juillet 1830, Paris, Denain et Levavasseur, 1830, (...)

« J'entendais crier Vive la liberté ! A bas les Bourbons ! et, ce qui n'était guère en harmonie, Vive la Charte, vive le drapeau tricolore ! Quelques ouvriers criaient aussi Vive Napoléon II »34

31Victor Crochon, attentif au féminin de la révolution rapporte (ou invente ?) une anecdote très éclairante :

  • 35 Crochon, op. cit., folio 80.

« Le mardi matin, la petite Mélanie, âgée seulement de six ans, étourdie des cris de Vive la Charte demande à son père et à sa mère qu'est-ce que c'est que Vive la Charte. On ne lui répond pas. Le soir, un grand nombre d'ouvriers, après avoir répété ce cri de ralliement ajoutèrent nous voici sans ouvrage, nous voici sans pain, qu'allons-nous devenir ? Notre petite espiègle court, toute joyeuse vers sa mère. Ah ! maman, je sais maintenant ce que c'est que Vive la Charte. Ça veut dire Vive du pain pour tout le monde »35.

  • 36 Sarrans Jeune B., Louis-Philippe et la Contre-Révolution de 1830, Paris, 1834, p. 35. Voir aussi l (...)
  • 37 De Baecque (op. cit.) nomme « transfert séminal » le passage du pouvoir de la monarchie à la Répub (...)

32Discours de revendication alimentaire qui rappelle les barricades du faubourg Saint-Antoine de Prairial an III. La violence des combats de juillet 1830, et leurs origines ont été masquées sous les figures héroïques d'un peuple uni par la présence des femmes sur les barricades. Que le régime orléaniste ait procédé à un « singulier replâtrage », comme on l'écrit en 1834 cela n'est pas douteux36. Que la mise en exergue du rôle des femmes dans l'action participe de ce discours reconstitué, de cette histoire manipulée par les vainqueurs, telle est l'hypothèse que nous avons cherché à développer ici, en évitant pourtant délibérément de nous placer dans le cadre d'une analyse plus ample et plus « freudienne » comme ont pu le faire, pour la Révolution de 1789, Antoine De Baecque et Lynn Hunt37. Cependant, en replaçant le temps court des Trois Glorieuses dans l'histoire plus longue de la présence/absence des femmes des journées révolutionnaires françaises, de 1789 à 1871, constatons que juillet 1830 est l'irruption active de la femme dans la vie publique ; même en acceptant, comme je l'ai démontré, que nombre d'estampes et de textes héroïsant l'action des parisiennes participent du discours de réunion civique du nouveau régime autour de Louis-Philippe Ier, l'action des femmes ne peut être niée, ainsi qu'en témoignent les listes des blessées. Eponine en expirant sur les barricades a ouvert la voie aux pétroleuses de la Commune de 1871.

Notes

1 Histoire et sciences sociales. Un tournent critique ?, Annales Economies, Sociétés, Civilisations, mars-avril 1988, n° 2, p. 291-293.

2 Bourreau Α., « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités » et Chartier R., « Le monde comme représentation », Annales ESC, nov-déc. 1989, p. 1491-1504 et p. 1505-1520.

3 Exposé des méthodes de l'historien face aux sources iconographiques dans Annie Duprat, Le roi décapité, Paris, Cerf, 1992, p. 19-30 et dans un article à paraître dans les Cahiers de l'Ired de Rouen « Iconographie et histoire : questions de méthode ».

4 Nous renvoyons à Backzko B., Les imaginaires sociaux, Paris, Payot, 1984, et plus anciens, mais toujours actuels : Chakhotine S., Le viol des foules par la propagande politique, Paris, 1939 et Lebon G., La psychologie des foules, Paris, 1895.

5 Crouzet D., La Saint-Barthélémy, un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994.

6 Querelle hors des sphères académiques grâce à la revue de vulgarisation L'Histoire : aux propos de Denis Crouzet, (n° 175, mars 1994, p. 95-102) justifiant son droit à formuler des hypothèses et à « faire de l'histoire virtuelle » a répondu la mise au point de Nicole Lemaitre (n° 180, sept. 1994, p. 79) sur « les dangers de l'histoire virtuelle ».

7 Crouzet D., Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Paris, Champ Vallon, 1990, vol. 2, p. 54.

8 Voir De Baecque Α., Le corps de l'histoire. Métaphores et politique 1770-1800, Paris, Calmann-Lévy, 1993.

9 De Baecque Α., op. cit., p. 12, sur l'usage de la métaphore en histoire ; nous ne suivons cependant pas ses réflexions en faveur d'« une histoire sérielle non quantitative », p. 32.

10 Beaumont-Maillet L., « Les collectionneurs au Cabinet des Estampes », Les Nouvelles de l'estampe, n° 132, déc. 1994, p. 4-33.

11 Voir le film d'Alain Jaubert, Sous les pavés, l'image, Collection Palettes, Editions vidéo Montparnasse, 1990.

12 Les lycéens, comme les étudiants d'ailleurs, nomment instinctivement « Marianne » la « Liberté » de Delacroix.

13 Duprat Α., « La meilleure des Républiques ? » L'An I et l'apprentissage de la démocratie, Saint-Denis, Editions P.S.D, 1995, p. 463-475.

14 Vidéodisque Les images de la Révolution, Bibliothèque Nationale et Pergamon Press, 1990.

15 Claudette Hould achève une étude détaillée de la série des Tableaux historiques de la Révolution, annoncée en 1791 et qui a connu cinq éditions successives sous l'impulsion de Duplessi-Bertaux, jusqu'en 1817.

16 Coll. Hennin 11389 ; extraite de Aux Peuples, huit sujets lithographies qui attesteront à jamais les hautes qualités que le peuple parisien a développées pendant la glorieuse révolution de juillet 1830, par Gérard Seguin, chez Aubert galerie Véro-Dodat, lithographies de Delaporte successeur de Langlumé. Une semaine de l'histoire de Paris de Lamothe-Langon, 1830, p. 157, BHVP 786. Souvenirs de Victor Crochon, BHVP manuscrit ms 1025, folio 114.

17 Il y a cent cinquante ans... Juillet 1830, catalogue d'exposition, Musée Carnavalet, 8 juillet-2 novembre 1980.

18 Ferdinand-Philippe d'Orléans, Souvenirs, légende d'une aquarelle de François d'Orléans, prince de Joinville, figure 8.

19 Je tiens à remercier chaleureusement Roselyne Hurel et Rosine Trogan, conservateurs du Musée Carnavalet, pour leur aide.

20 Villa N., « La révolution de 1830 : estampes et récits de l'époque », Nouvelles de l'estampe, n° 2, 1970, p. 82-84. Madame Villa est l'auteur du catalogue de la collection De Vinck consacré à la monarchie constitutionnelle.

21 Debraux E., Les barricades de 1830. Scène historiques, Boulland, 8°Lb491661, p. 18.

22 Ibid, p. 260.

23 Les barricades immortelles du peuple de Paris, p. 384, 385 et 387 (BHVP 782).

24 Esquisse du mouvement héroïque du peuple de Paris, par Fabre-Palaprat, médecin, chez Guyot-Amyot, 1830 BNF microfiche ml 1019, p. 29.

25 Les barricades immortelles, op. cit., p. 403 ; Trois jours, publié à Paris chez Levavasseur en août 1830, BNF microfiche ml0973, p. 33 ; Les barricades de 1830, op. cit., p. 260.

26 Une semaine de l'histoire de Paris, op. cit., p. 345.

27 Historique des faits qui se sont passés dans le VIIe arrondissement les 27, 28 et 29 juillet et 3 août 1830, manuscrit BHVP ms 1031, folio 59.

28 La Caricature, hebdomadaire de Philipon, 10 mars 1831.

29 Barricades immortelles, op. cit., p. 124.

30 Ibid., p. 137.

31 Crochon, op. cit., folio 159 et 222.

32 Historique des faits..., op. cit., folio 47.

33 Newman E., « L'image de la foule dans la Révolution de 1830 », Annales historiques de la Révolution française, n° 242, oct-déc. 1980, p. 499-509. L'auteur écrit (p. 502) que les insurgés de 1830 « sont favorable à la Charte et donc perdus pour la cause démocratique ».

34 Gallois L., La dernière semaine de l'histoire de juillet 1830, Paris, Denain et Levavasseur, 1830, p. 29.

35 Crochon, op. cit., folio 80.

36 Sarrans Jeune B., Louis-Philippe et la Contre-Révolution de 1830, Paris, 1834, p. 35. Voir aussi le livre militant de Laurent Louessard, La Révolution de juillet 1830, Paris, 1990, où figure un inventaire détaillé des blessés secourus ; sur 210 noms relevés, 11 sont des noms de femmes.

37 De Baecque (op. cit.) nomme « transfert séminal » le passage du pouvoir de la monarchie à la République. Lynn Hunt (Le roman familial de la révolution française, Paris, Albin Michel, 1995), étudiant l'histoire de la Révolution selon un modèle familial freudien, conclut au dépérissement du modèle patriarcal.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540