Version classiqueVersion mobile

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Archéologues et historiens des textes

Archéologie et histoire du Moyen Âge en France : du dialogue entre disciplines aux pratiques universitaires

Isabelle Cartron et Luc Bourgeois

Texte intégral

Nous sommes redevables à François Blary, Joëlle Burnouf, Jean Chapelot et Laurent Schneider pour les nombreuses observations et corrections qu’ils ont apportées au premier état de ce texte. Nous remercions également nos collègues des universités de Bordeaux et de Poitiers pour les échanges qu’ils ont eus avec nous sur ce débat.

  • 1 Voir, en particulier, pour l’histoire, R. Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitu (...)

1Depuis le début des années 1980, une abondante littérature a diagnostiqué une crise épistémologique – ou tout au moins un temps d’incertitudes – dans les sciences humaines. Les chercheurs de chaque discipline ont porté un regard sur la remise en cause des modèles d’interprétation et des catégories qui prévalaient pendant les Trente Glorieuses. Ils ont également constaté une forte dilution des objets de recherche, interprétée selon les cas comme le signe d’un essoufflement ou, au contraire, comme la marque d’un foisonnement1.

  • 2 Lorsque la revue professionnelle, Les Nouvelles de l’archéologie, évoque des crises, elles sont ins (...)
  • 3 M. de Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975. Le petit livre de réflexion postérieur d (...)
  • 4 G. Démians d’Archimbaud et J. Chapelot, « Dix ans d’archéologie médiévale en France », Archeologia (...)
  • 5 J.-M. Pesez, « Histoire de la culture matérielle », La Nouvelle Histoire, dir. J. Le Goff, Paris, 1 (...)
  • 6 En attendant la publication du colloque, voir J. Chapelot et F. Gentili, « Trente ans d’archéologie (...)
  • 7 À titre d’exemple, nous pouvons citer deux publications récentes : Les territoires du médiéviste, d (...)

2L’archéologie médiévale française occupe une place à part dans ce concert : discipline jeune et œuvrant dans l’urgence, construisant ses cadres d’action sous les contraintes administratives et immobilières, elle n’a pas pris le recul nécessaire pour développer une telle lecture historiographique. Faiblement théorique par rapport à ses consœurs anglo-saxonne, italienne ou polonaise, elle n’a guère débattu de ses concepts et de sa raison d’être au sein des sciences de l'Homme2. En France, dès le milieu des années 1970, le débat avait pourtant été ouvert par Michel de Boüard dans son manuel d’archéologie médiévale, bible marquant les origines de la discipline, mais qui nécessiterait aujourd’hui une totale refonte3. Gabrielle Démians d’Archimbaud et Jean Chapelot ont établi un premier bilan factuel au début des années 19804. À la même époque, la « culture matérielle » trouve sa place comme champ de la « nouvelle histoire5 ». Aucune initiative de réflexion globale n’a pourtant eu lieu jusqu’au récent colloque de Vincennes faisant le point sur trente ans d’archéologie en France, qui a toutefois surtout consisté à mesurer l’accroissement des données et l’élargissement des thèmes abordés6. À défaut de grands traités, les questionnements théoriques paraissent éclatés dans de très nombreuses publications, au détour d’une problématique particulière. Pour le Moyen Âge, les résultats les plus significatifs émanent surtout du dialogue entre historiens, géographes et archéologues à propos des conceptions spatiales7.

  • 8 A. Debord, « L’archéologie médiévale », L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, éd. (...)
  • 9 Ce sont les propos des auteurs de la synthèse historiographique proposée lors de ce colloque (J.-Cl (...)
  • 10 Guyotjeannin, « Les sources archéologiques », Les sources de l’histoire médiévale, Paris, 1998, p.  (...)
  • 11 Le médiéviste devant ses sources : questions et méthodes, dir. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Ai (...)
  • 12 En particulier, pour l’histoire, A. Guerreau, L’avenir d'un passé incertain. Quelle histoire du Moy (...)

3Les réflexions sur l’archéologie sont davantage formulées par les historiens. Lors du XXe Congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, publié en 1991, le bilan qui est dressé de l’histoire médiévale en France montre que l’archéologie n’apparaît plus parmi les sciences annexes de l’histoire mais de manière autonome, puisqu’un chapitre entier y est consacré. L’auteur, André Debord, souligne d’ailleurs combien les données archéologiques sont souvent désormais mises en relation avec des problématiques historiques8. En 1998, les historiens réunis au colloque de Göttingen sur les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge prennent acte du développement de l’archéologie, intégrée dans des problématiques plus vastes d’histoire sociale et économique9. Aux dires de ces chercheurs, il s’agit bien d’une véritable intégration de l’archéologie au champ historique, celle-ci ayant résolument quitté sa place de science auxiliaire. Aujourd’hui, les historiens, selon leur formation et leurs centres d’intérêt, font plus ou moins apparaître les sources archéologiques dans leurs ouvrages méthodologiques. Elles sont, par exemple, traitées à l’égal des autres sources dans un petit livre publié par Olivier Guyotjeannin10, alors qu’on les cherche en vain dans un ouvrage collectif récent consacré aux sources du médiéviste11. Malgré ces remarques, il faut tenir compte du fait que cette spécialité a fait l’objet d’attaques – violentes à défaut d’être toujours bien informées – venues justement d’historiens et d’historiens de l’art12.

4Ce status quaestionis du débat épistémologique et cette acrimonie extérieure ne peuvent se comprendre pleinement sans dresser un état des lieux des forces vives de l’archéologie médiévale en France. Depuis une trentaine d’années, le petit monde des archéologues médiévistes s’est largement diversifié ; la place des archéologues dans les universités françaises a changé et un premier bilan paraît nécessaire, afin de mesurer les faiblesses et les fragilités de ce groupe professionnel. L’évocation de ces réalités et de ces pratiques permettra peut-être de mieux comprendre l’absence de véritable débat intellectuel de fond, ainsi que la position ambiguë qu’occupe cette jeune spécialité.

Du dialogue interdisciplinaire : regards croisés

  • 13 Sur l’interdisciplinarité en histoire, voir Noiriel, Sur la « crise »..., op. cit. n. 1, p. 247-252 (...)
  • 14 Nous prenons ici deux exemples renvoyant historiens et archéologues dos à dos. Du côté des historie (...)

5Nous nous trouvons aujourd’hui devant une situation assez paradoxale : d’un côté, chercheurs et enseignants prônent un discours sur le non-sens des découpages disciplinaires et chronologiques, alors que, de l’autre, on constate un repli et des difficultés pour certains à trouver leur place, à se faire reconnaître dès que leurs recherches portent sur des objets situés en marge des champs traditionnels13. Les relations entre « historiens » et « archéologues » reflètent ce paradoxe dont on voudrait donner quelques clés de lecture. On comprendra donc bien que l’on ne cherche pas ici à défendre à tout prix l’autonomie des disciplines mais plutôt à proposer ce qui pourrait participer à un dialogue constructif. Rappelons tout de même que les conditions de développement de l’archéologie médiévale en France ont largement contribué à la confusion des deux champs disciplinaires. En effet, la génération d’archéologues médiévistes des années 1970-1980 était, en grande partie, constituée d’historiens agrégés maniant aussi bien le latin que la truelle. À une époque où l’histoire se concevait comme une métadiscipline au service de laquelle se trouvaient les « sciences auxiliaires », l’archéologie pouvait apparaître comme une méthode à mettre en œuvre. L’essor de l’archéologie préventive a permis à l’archéologie médiévale de devenir plus autonome sans pour autant nourrir une réflexion sur son rapport à l’histoire et à l’anthropologie. Il en résulte une diversité de relations allant de l’acrimonie jusqu’à la collaboration étroite en passant par l’indifférence. S’il demeure donc délicat de généraliser la nature de ces liens, nous sommes alertés depuis quelques années par certains propos marqués par un refus de dialogue entre ces deux disciplines, d’autant plus que la position des archéologues médiévistes dans l’institution universitaire est fragilisée14. Ces regards croisés vont donc nous permettre d’évoquer des tensions, des incompréhensions, mais aussi de riches collaborations, et surtout de tenter d’analyser ces relations.

Les regards des « historiens » sur les « archéologues »

  • 15 Certains propos prennent parfois un ton méprisant. Ainsi, François Bougard et Ghislaine Noyé adress (...)

6Les historiens sont assez bavards en ce qui concerne l'utilisation des sources archéologiques et la critique de la production scientifique des archéologues. Les critiques portent d’abord sur l’utilisation par les archéologues d’un langage de plus en plus technique, faisant appel au vocabulaire des « sciences dures » et jugé très hermétique par des historiens qui utilisent pourtant un langage au moins aussi occulte dans leurs travaux d’érudition. Ces difficultés de traduction s’accompagnent parfois d’une perception de l’archéologie qui se résumerait à la pratique de la fouille – « faire » de l’archéologie, c’est participer à un chantier –, à rendre compte d’un travail technique, en négligeant les interprétations des sources produites15.

  • 16 Cette image, surtout véhiculée oralement, est clairement exprimée par Pierre Toubert dans un entret (...)
  • 17 Par exemple, c’est ce qu’écrit Alain Guerreau, dont la conception de l’archéologie nous renvoie prè (...)

7Les « historiens » semblent donc parfois méconnaître le métier d’archéologue, dont la tâche est loin de se résumer au temps passé en plein air, sur le terrain. L’archéologue est souvent perçu comme un travailleur manuel, affrontant avec plus ou moins de plaisir les conditions climatiques, image qui s’accompagne parfois d’une certaine condescendance amusée16. Diriger une opération archéologique, atteignant parfois la taille d’une petite entreprise, ne s’apprend pas en quinze jours, contrairement à ce que certains historiens ont récemment laissé sous-entendre17. L’archéologue est le « chef d’une équipe » qu’il doit constituer, gérer, dont il devra coordonner les résultats scientifiques tout en leur donnant une cohésion. Il convient aussi de préciser que le temps passé sur le terrain est extrêmement variable suivant l’institution dans laquelle travaille l’archéologue : si le responsable d’opération de l’INRAP y passe en moyenne six à huit mois dans l’année, le chercheur au CNRS ou l’enseignant-chercheur n’y consacre parfois qu’un mois par an, faute de temps et souvent de moyens accordés aux opérations de fouilles programmées.

  • 18 L’essor professionnel des archéologues médiévistes a été souligné récemment par Jean Chapelot. Aujo (...)
  • 19 Métaphore développée par Guyotjeannin, « Les sources archéologiques », loc. cit. n. 10, p. 305-314.

8Par ailleurs, chacun le sait, les archéologues ont dû répondre depuis les années 1980 à une croissance énorme du nombre de fouilles de « sauvetage » (aujourd’hui rassemblées sous l’appellation d’« archéologie préventive »). Cette demande sociale a créé de nouveaux emplois pour lesquels un haut niveau de technicité est requis18. Cet état d’urgence permanent a souvent induit une réduction des missions de l’archéologie à la conservation des vestiges du passé. En effet, comment faire autrement dans un premier temps? Pour reprendre une analogie proposée par Olivier Guyotjeannin, imaginez que plusieurs dépôts d’archives brûlent en même temps en permanence en France : que feriez-vous? Vous mettriez d’abord au point des techniques efficaces pour éteindre les feux et tirer le maximum d’information des cendres pour les générations suivantes19. Et, c’est un fait, la spécialisation et le raffinement technique sont tels que l’archéologue ne maîtrise plus aujourd’hui tous les domaines de son propre champ disciplinaire.

  • 20 Ces difficultés de communication entre les experts et le reste de la population sont au cœur des pr (...)
  • 21 Voir les propositions faites dans ce sens par Chartier, Au bord de la falaise. op. cit. n. 1.

9L’évolution de la discipline a sans doute eu pour corollaire une négligence des interprétations proposées (surtout pour le Moyen Âge), faute de temps pour beaucoup, de formation pour d’autres, de réflexion sur l’avenir d’une discipline pour tous... Cette hyperspécialisation n’est pas propre à l’archéologie, elle caractérise toutes les disciplines scientifiques dans nos sociétés contemporaines, qui ont tiré profit des possibilités du développement technique et de la nécessité de produire un discours d’expert. Le chercheur court alors le risque de s’enfermer dans la construction de ce discours, qui perd de sa crédibilité en devenant justement trop hermétique et inutilisable20. Par ailleurs, cette évolution invite à abandonner l’idée d’une maîtrise totale des savoirs par un seul individu : le chercheur en sciences humaines est amené à composer, à mener un travail d’équipe et donc à développer d’autres qualités pour maîtriser les sources dont il peut disposer. L’élaboration de nouveaux protocoles favorisant la communication entre experts de différents domaines pourrait constituer une solution face à ces difficultés. Il s’agit plutôt aujourd’hui d’acquérir les clés d’un langage spécialisé donnant assez de discernement pour pouvoir critiquer les informations données. De ces rencontres pourraient d’ailleurs naître de nouveaux espaces intellectuels renouvelant les disciplines21.

Le regard des « archéologues » sur les « historiens »

10Ces critiques adressées aux archéologues sont liées à de fortes attentes de la part de certains historiens, quant aux résultats de l’archéologie. À l’inverse, on cherchera vainement chez les archéologues des écrits polémiques sur les historiens : notre analyse porte plus ici sur des comportements, des silences. Cette stratégie d’évitement révèle-t-elle une faiblesse du groupe? L’absence d’attentes de la part des archéologues? Des relations confuses (de pouvoir) avec la discipline historique? Des traditions historiographiques expliquent ici encore en partie cet état de fait.

  • 22 Rappelons ici les propos bien connus de Jacques Le Goff, au milieu des années 1960 : « L’archéologi (...)
  • 23 Sur le débat autour de l’an mil, voir le dossier de la revue Médiévales, 21 (1991). Ce numéro faisa (...)
  • 24 La motte castrale est l’exemple même de ces thèmes qui ont justifié l’existence de l’archéologie mé (...)
  • 25 Henri Galinié a souligné les difficultés dans l'utilisation de sources variées : « Qu’elles soient (...)
  • 26 Voir É. Zadora-Rio, « L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes », Les nouvel (...)
  • 27 Par exemple, L. Pecqueur, « Les sépultures dans les habitats du haut Moyen Âge en France : état de (...)

11L’archéologie médiévale est née dans les années 1960 du questionnement des historiens médiévistes, particulièrement enthousiastes à l’époque de la « nouvelle histoire22 ». Il s’agissait de combler des pans entiers de l’histoire médiévale... vaste tâche assignée aux archéologues! Ces derniers se sont très vite rendu compte des limites d’une telle attente, qui répondait au positionnement de l’archéologie comme science auxiliaire de l’histoire. De fait, les premiers thèmes abordés par l’archéologie concernaient des questionnements historiques contemporains : les premiers châteaux (de terre et de bois), les villages (désertés ou pas), les églises et cimetières paroissiaux, etc. Cette filiation étroite entre les disciplines a suscité de vifs débats au tournant des années 1990 et a produit de beaux fruits autour des thèmes précités. On pense ici à la richesse des échanges autour de la question des « mutations de l’an mil », dont ont débattu archéologues et historiens23. Cette filiation permet donc d’expliquer l’attente d’une partie de la communauté historienne ainsi qu’un certain « droit de regard » sur les résultats de l’archéologie. Il reste que les paradigmes empruntés à l’histoire ne se sont pas toujours révélés opératoires pour analyser des données archéologiques parfois en contradiction avec l’interprétation donnée aux textes. Ce décalage a été noté pour les sites castraux24, l’archéologie urbaine25 ou l’habitat rural26. La théorie classique du passage des « nécropoles en plein champ » aux cimetières paroissiaux est également mise à mal, dans toutes les régions françaises, par de nombreuses découvertes d’ensembles funéraires dispersés dans des habitats ruraux de la fin du premier ou du début du second millénaire27. Si elle veut traiter, sans a priori, les informations qu’elle exhume, l’archéologie médiévale est donc aussi appelée à reformuler ses objets de manière plus autonome.

12Cependant, face au besoin de paradigmes mieux adaptés aux sources archéologiques et aux critiques des historiens, certains archéologues médiévistes ont réagi par un repli identitaire, défendant l’autonomie d’une discipline ayant ses propres méthodes, tournant parfois résolument le dos à un dialogue avec les historiens. Par ailleurs, on peut se demander si l’archéologue n’éprouve pas parfois un certain complexe d’infériorité. Outre la question du poids des attentes générales, le positionnement de l’archéologue face à l’information issue des sources écrites peut poser problème à plusieurs niveaux. En premier lieu, la formation universitaire actuelle des archéologues privilégie de moins en moins l’apprentissage des langues anciennes et le maniement des manuscrits et des textes : les nouvelles générations sont donc souvent démunies dans ce domaine et ont recours à des compétences extérieures. L’orientation plus « technique » des formations en archéologie ne favorise pas, pour la période médiévale, le dialogue avec les historiens. Au contraire, elle peut contribuer à accentuer un sentiment sous-jacent, celui de la supériorité de la personne qui manie l’écrit face à celui qui étudie objets et couches sédimentaires. Elle participe aussi à un traitement plus factuel des vestiges archéologiques au détriment d’une interprétation plus complexe et nuancée des phénomènes.

13Ce constat est fait sans état d’âme : les archéologues médiévistes entretiennent effectivement des liens très étroits avec l’histoire ou l’histoire de l’architecture, dans lesquelles ils se reconnaissent aussi. Néanmoins, il conviendrait de définir plus clairement la place qu’occupe l’archéologie (qui n’a plus grand rapport avec ce qu’elle était il y a trente ans) au sein des sciences humaines et en particulier dans le cadre universitaire.

Réalités et pratiques universitaires

  • 28 Cette définition volontairement restrictive exclut donc les collègues dispensant quelques enseignem (...)
  • 29 La représentation de ces archéologues médiévistes dans les instances nationales est très variable. (...)

14La multiplication récente de nouvelles pratiques (archéologie du bâti, paléo-environnement, archéométrie, etc.), comme la dispersion de la communauté dans des institutions fort diverses ont contribué à brouiller la définition de l’archéologie médiévale. Il est donc indispensable de définir de prime abord la petite population que nous avons cherchée à individualiser. Composée des enseignants a priori les mieux armés pour transmettre à des étudiants les concepts et les pratiques de l’archéologie médiévale, elle se limite à la trentaine de médiévistes recrutés par les universités et autres établissements d’enseignement supérieur (répartition géographique de la figure 1), dont la formation a essentiellement porté sur l’archéologie, dont l’activité de recherche s’exerce dans l’étendue de la France métropolitaine et qui mettent en œuvre l’ensemble de la démarche archéologique (définition des problématiques, direction d’opérations de terrain, publication des résultats)28. Aucune statistique officielle ne permet de cerner ce groupe que nous avons dû reconstituer empiriquement à l’aide des informations disponibles sur le parcours et les travaux de chacun. Le graphique de la figure 2 illustre la discrétion de la place des archéologues dans l’institution, comparée à celle des historiens de l’art et surtout des historiens29. Une analyse plus détaillée révèle d’autres particularités dans le parcours et le statut des archéologues médiévistes de l’université.

  • 30 Rappelons que l’INRAP emploie aujourd’hui plus de 2000 personnes à plein temps, mais qu’une fractio (...)
  • 31 L’importance des liens entre les universités et l’enseignement secondaire, pour les historiens, est (...)

15De nombreux membres de ce petit groupe ont connu une ou plusieurs vies professionnelles avant l’enseignement, la plupart ont reçu leurs premiers salaires dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, d’autres ont débuté leur carrière au sein du ministère de la Culture ou des services archéologiques de collectivités territoriales. Cette diversité de parcours est surtout l’apanage des plus jeunes, puisqu’elle n’était guère possible avant la professionnalisation de l’archéologie dans les années 1980-199030. Elle semble trancher avec l’itinéraire de la plupart des historiens de l’enseignement supérieur, recrutés plus tôt et souvent après un parcours plus linéaire, encore largement conditionné par les concours de l’enseignement31. L’archéologue emprunte donc souvent des chemins plus louvoyants, mais il bénéficie d’une accumulation d’expériences diverses, ce qui n’est pas négligeable.

16Ces universitaires, qui se reconnaissent avant tout comme archéologues, sont toujours rattachés à des départements d’histoire et (en minorité) d’histoire de l’art. Certains n’assurent d’ailleurs qu’une très faible part de leur charge d’enseignement dans leur spécialité d’origine, et la plupart constituent des isolats dans ces départements, ce qui peut nuire à leur intégration à des équipes de recherche. Cette analyse ne condamne pas l’enseignement de certains aspects de l’archéologie par des universitaires qui ne sont pas avant tout archéologues : il est souhaitable que la lecture des « archives du sol » continue d’emprunter les chemins les plus variés. Toutefois, on peut s’interroger sur la multiplication récente des profils de poste associant histoire et archéologie médiévales. Si de tels profils peuvent voir émerger des acteurs privilégiés du croisement des sources et des problématiques, il est peu de jeunes chercheurs qui pratiquent avec un égal bonheur ces disciplines de plus en plus complexes. Dans de tels cas, sur quels critères la sélection s’opère-t-elle? L’obtention des concours de l’enseignement? Elle n’apparaît guère pertinente pour l’archéologie. La compétence théorique et technique en archéologie? Elle ne garantit en rien une stature d’historien. Pour ces postes, on notera toutefois que les docteurs en archéologie, plus souvent dépourvus d’une expérience significative dans l’enseignement secondaire et supérieur, voient leurs chances de recrutement singulièrement restreintes.

  • 32 Nous avons utilisé le très utile recensement coordonné par Jean Chapelot et Anne-Sophie Rieth (L’ar (...)

17Le poids de l’histoire de l’art et de l’histoire se ressent à tous les niveaux. Il est particulièrement clair lors des recrutements. Un classement thématique des thèses portant sur l’archéologie médiévale française et soutenues de 1980 à 200532, croisé avec une analyse du destin professionnel de leurs lauréats, est assez éclairant (figure 3). Si l’on veut avoir quelque chance d’intégrer l’université, il convient de choisir un sujet de thèse portant sur l’organisation de l’espace (c’est la tendance historienne, fortement représentée au sein des doctorants) ou sur l’archéologie du bâti (c’est le versant histoire de l’art). Pour intégrer le CNRS, il faut plutôt pratiquer l’histoire des techniques, en côtoyant les « sciences dures ». Les portes ne sont qu’entrouvertes pour d’autres catégories, en particulier les auteurs de thèses sur le mobilier archéologique, beaucoup mieux représentés pour l’Antiquité.

  • 33 Parmi les 266 directeurs et chargés de recherche de la section 32 du CNRS, les archéologues médiévi (...)

18Alors que le nombre de maîtres de conférences d’archéologie médiévale a augmenté au cours de la dernière décennie, celui des professeurs, déjà faible, s’est encore réduit lorsque deux des chaires importantes – à Aix-en-Provence et à Lyon – ont été pourvues par des spécialistes d’archéologie monumentale. Une fois encore, on peut donner une lecture positive de cette évolution : elle souligne le rapprochement récent et très enrichissant de l’archéologie et de l’histoire de l’architecture dans la lecture du monument. Mais il apparaît aussi qu’un nombre relativement important de doctorants en archéologie peinent aujourd’hui à trouver un enseignant susceptible de les diriger. Les directeurs de recherche au CNRS pallient partiellement cette faiblesse, qui porte malgré tout en germe l’étiolement de certaines thématiques. Les archéologues médiévistes du CNRS travaillant sur l’espace français sont d’ailleurs peu nombreux33. La répartition géographique de la petite population que nous présentons ici est assez irrégulière (figure 1), avec une forte concentration dans la moitié ouest de l’Hexagone et une faiblesse marquée dans le quart nord-est de la France.

  • 34 Les masters professionnels de Paris 1, Nantes-Rennes et Tours sont présentés dans Les Nouvelles de (...)
  • 35 L’effacement progressif du rôle des chercheurs du CNRS et des universitaires dans le discours des a (...)

19Depuis la réforme du LMD – mais le mouvement avait été amorcé lors de la création des maîtrises de sciences et techniques en archéologie, puis des DESS –, les parcours « archéologie » dans les universités françaises ont souvent tendance à être cantonnés à des masters professionnels tournés vers l’archéologie de terrain, les techniques de l’archéologie, voire l’archéologie préventive34. On remarquera d’ailleurs que l’ouverture de ces formations intervient pour une moitié des cas dans des établissements d’enseignement n’ayant pas recruté d’archéologues médiévistes (figure 1). Certes, ces formations sont adaptées à une certaine demande sociale mais elles risquent d’accentuer le clivage déjà existant entre l’archéologie préventive et l’archéologie programmée35. En contrepoint, l’archéologie médiévale est de moins en moins enseignée dans les cursus généraux d’histoire ou d’histoire de l’art. Or, peut-on, d’un côté, brocarder une archéologie considérée comme trop technicienne et, de l’autre, privilégier uniquement la formation de praticiens de terrain en limitant drastiquement la naissance de chercheurs ouverts à l’ensemble des sciences humaines?

Éléments de conclusion : quel avenir ?

  • 36 Ce renouvellement a été souligné récemment par Zadora-Rio, « L’archéologie de l’habitat rural... »,(...)

20En France, l’archéologie médiévale, d’abord pensée et développée par les historiens (l’archéologie comme science auxiliaire) et les historiens de l’art (l’archéologie monumentale), trouve difficilement sa place au sein de l’université. À l’heure où nous écrivons, son avenir est particulièrement menacé : rareté des professeurs, difficultés pour les maîtres de conférences de concilier recherche, missions de terrain et véritable formation des étudiants. Parallèlement, le développement massif de l’archéologie préventive a permis à la fois d’optimiser les outils techniques de l’enregistrement de terrain et de multiplier le nombre de sites découverts, au point de renouveler totalement certaines problématiques comme l’habitat du haut Moyen Âge36. Poussé par cet essor, ce potentiel d’emplois, mais aussi par les politiques générales des ministères successifs de l’Enseignement supérieur, l’enseignement de l’archéologie s’est orienté vers le développement de filières comme les masters professionnels. Si cette orientation présente bien des aspects positifs, elle a tendance à se faire au détriment de la formation de chercheurs embrassant différents champs de la médiévistique. Une réflexion approfondie reste donc à mener sur l’articulation entre l’archéologie préventive, la recherche et les formations proposées dans les universités. Le rôle des enseignants-chercheurs se situe précisément ici, à l’interface entre champs disciplinaires et générations, dans le dialogue avec les autres partenaires des métiers de l’archéologie.

  • 37 Voir, en particulier, Town and Country in England. Frameworks for Archaeological Research, dir. D. (...)
  • 38 Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, dir. J. Revel, Paris, 1996 ; B. Lepetit, « Archit (...)
  • 39 La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval, dir. M. Goullet et M. Heinzelmann, Sigmaring (...)
  • 40 Voir notamment l’introduction de Jacques Revel (« L’histoire au ras du sol ») à l’ouvrage de G. Lev (...)
  • 41 B. Lepetit, Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, 1999, p. 130.

21Le point de vue épistémologique est un peu différent, même s’il reste finalement lié à la conjoncture universitaire. L’archéologie médiévale a encore besoin d’affirmer son identité, mais doit-elle engendrer seule de nouveaux paradigmes? Il y a là un risque d’enfermement. Nous pourrions, sur ce point, nous inspirer de nos collègues historiens et archéologues anglais, toujours plus pragmatiques, qui se sont associés pour publier des états des lieux et des problématiques communes37. Les problématiques de chacun, découlant pour partie du type de source utilisé, doivent finalement se dissoudre dans un discours historique ou, plus largement, anthropologique. Le dialogue entre les sciences humaines et sociales est plus que jamais nécessaire pour l’avenir des disciplines comme pour ouvrir de nouveaux espaces intellectuels. Les réflexions menées actuellement sur les « jeux d’échelles » dans le domaine spatial ou temporel38, sur les réécritures successives des textes et leur transformation39, sur les représentations, sur les normes et leurs mises en pratique sont autant de thèmes communs, où chacun pourrait trouver son compte. Certes, la transposition d’un matériau à l’autre s’avère toujours difficile, mais n’est-ce pas dans cet espace, « au bord de la falaise », que naissent de nouvelles perspectives scientifiques? On pourra s’étonner à ce sujet, par exemple, de l’absence de réception chez les archéologues français de certains courants historiques dérivés du postmodernisme, comme la micro-histoire. Si cette dernière se penche sur des trajectoires individuelles bien difficiles à percevoir pour l’archéologue, elle s’inscrit dans des échelles spatiales qui lui sont familières40. Dans le même ordre d’idée, la prise de conscience par les historiens que leur discours est un récit n’a pas connu de retentissement chez les archéologues, résolument orientés vers l’objectivisme scientifique. Le débat en faveur du dialogue entre chercheurs de ces deux champs disciplinaires est donc loin d’être clos, et nous aimerions, pour finir, faire nôtre une phrase de Bernard Lepetit : « Il faut plaider à la fois pour une affirmation de l’identité de chaque discipline et pour une curiosité réciproque41. »

Figure 1. — Essai de répartition géographique des enseignants-chercheurs en archéologie médiévale métropolitaine (état en 2006)
(critères de sélection détaillés dans le texte).

Figure 2. — Les enseignants d’histoire, histoire de l’art et archéologie médiévale dans les universités françaises en 2006
(d’après les annuaires de la SHMESP et de l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université).

Figure 3. — Typologie des thèses et devenir des docteurs en archéologie médiévale métropolitaine (1980-2005).

Notes

1 Voir, en particulier, pour l’histoire, R. Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, 1998; G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, rééd. 2005 ; pour l’histoire de l’art, J. Appleby, L. Hunt et M. Jacob, Telling the Truth about History, New York-Londres, 1994 ; H. Belting, Das Ende der Kunstgeschichte ?, Munich, 1983 (trad. fr. : L’histoire de l’art est-elle finie ?, Nîmes, 1989) ; pour l’anthropologie, A. Bensa, La fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Toulouse, 2006.

2 Lorsque la revue professionnelle, Les Nouvelles de l’archéologie, évoque des crises, elles sont institutionnelles et non épistémologiques ; voir, entre autres, le dossier « Archéologie d’une crise », coordonné par A. Coudart et M. Talon, Les Nouvelles de l'archéologie, 98 (2005). À propos de l’épistémologie : A. Coudart, « Pourquoi n’y a-t-il pas d’archéologie postprocessuelle en France ? », Les Nouvelles de l’archéologie, 72 (1998), p. 41-45. Sur le débat concernant les relations entre archéologie, histoire et anthropologie dans les pays voisins, voir (parmi une abondante bibliographie), Archaeology, « Annales » and Ethnohistory. New Directions in Archaeology, dir. A. B. Knapp, Cambridge, 1992 ; Ch. Gosden, Anthropology and Archaeology. A Changing Relationship, Londres-New York, 1999 ; A. Christophersen, « The Future for Medieval Archaeology – Perspectives and Possibilities », Bilan et perspectives des études médiévales (1993-1998). Euroconférence (Barcelone, 8-12 juin 1999), Turnhout, 1999, p. 209-221 ; S. Tabaczynski, « Archaeology – Anthropology – History. Unconscious fondations and conscious expressions of social life », Archaeologia Polona, 44 (2006), p. 15-39 ; C. La Rocca, « Uno specialismo mancato. Esordi et fallimento dell’archeologia medievale italiana alla fine dell’Ottocento », Archeologia medievale, 20 (1993), p. 13-43.

3 M. de Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975. Le petit livre de réflexion postérieur de Jean-Marie Pesez (L'archéologie. Mutations, missions, méthodes, Paris, 1997, rééd. 2007) reste très général.

4 G. Démians d’Archimbaud et J. Chapelot, « Dix ans d’archéologie médiévale en France », Archeologia medievale, 10 (1983), p. 297-316.

5 J.-M. Pesez, « Histoire de la culture matérielle », La Nouvelle Histoire, dir. J. Le Goff, Paris, 1978, p. 191-227.

6 En attendant la publication du colloque, voir J. Chapelot et F. Gentili, « Trente ans d’archéologie médiévale en France », L’archéologie médiévale en France depuis trente ans, publié dans Dossiers d’archéologie et sciences des origines, 314 (2006), p. 4-9.

7 À titre d’exemple, nous pouvons citer deux publications récentes : Les territoires du médiéviste, dir. B. Cursente et M. Mousnier, Rennes, 2005 ; et Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, Paris, 1998.

8 A. Debord, « L’archéologie médiévale », L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, éd. M. Balard, Paris, 1991, p. 219-245. Georges Duby, dans l’introduction de l’ouvrage, soulignait l’importance des progrès de l’archéologie pour l’historien, l’obligeant à une remise en cause partielle, G. Duby, « Introduction », ibid., p. 8.

9 Ce sont les propos des auteurs de la synthèse historiographique proposée lors de ce colloque (J.-Cl. Schmitt et D. Iogna-Prat, « Une historiographie au milieu du gué. Trente ans d’histoire médiévale en France », Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, dir. J.-Cl. Schmitt et O. G. Oexle, Paris, 2003, p. 409-410).

10 Guyotjeannin, « Les sources archéologiques », Les sources de l’histoire médiévale, Paris, 1998, p. 305-373.

11 Le médiéviste devant ses sources : questions et méthodes, dir. C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence, 2004.

12 En particulier, pour l’histoire, A. Guerreau, L’avenir d'un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 141-162; pour l’histoire de l’art, Ph. Araguas, « La balkanisation de l’archéologie médiévale dans la France de 2002 », Medievalisme : noves perspectives (actes du colloque de Balaguer, 10-12juillet 2002), Lleida, 2003, p. 161-172.

13 Sur l’interdisciplinarité en histoire, voir Noiriel, Sur la « crise »..., op. cit. n. 1, p. 247-252. À propos du repli identitaire chez les « médiévistes », cf. O. Dumoulin, « La tribu des médiévistes », Genèses, 21 (1995), p. 120-133.

14 Nous prenons ici deux exemples renvoyant historiens et archéologues dos à dos. Du côté des historiens, les sources archéologiques ont été totalement mises à l’écart par Bruno Dumézil dans sa thèse sur les racines chrétiennes de l’Europe. L’auteur s’en explique assez longuement dans son prologue, les sources archéologiques ne pouvant pas « servir à l’histoire de la conversion » chrétienne (Br. Dumézil, Les racines chrétiennes de l’Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares ve-viiie siècle, Paris, 2005, p. 28-29). Certains archéologues rejettent l’utilisation des sources écrites car « si ces sources sont fort utiles, leur exploitation demande un très long travail d’analyse » (I. Catteddu et C. Rapine, « Introduction historique », dans Les habitats carolingiens de Monteurs et La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine), dir. I. Catteddu, Paris, 2001 [Documents d’archéologie française, 89], p. 22, n. 11). Plus souvent encore, chacun n’utilise les données de l’autre qu’à titre d’illustration.

15 Certains propos prennent parfois un ton méprisant. Ainsi, François Bougard et Ghislaine Noyé adressent aux archéologues des critiques vigoureuses : « Il n’en reste pas moins, au-delà du caractère équivoque des données matérielles dès lors qu’on veut les penser en faisant abstraction du reste des connaissances, que les clés de l’interprétation sont régulièrement présentes dans les publications, mais combien de fois de manière involontaire, par le fait d’une étrange restriction mentale (ou d’un manque de formation ?). Pourquoi laisser à d’autres le soin d’élucubrer au fil des comptes rendus critiques ? » (Fr. Bougard, G. Noyé, « Archéologie médiévale et structures sociales : encore un effort », Liber largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, dir. D. Barthelémy et J.-M. Martin, Genève, 2003, p. 345).

16 Cette image, surtout véhiculée oralement, est clairement exprimée par Pierre Toubert dans un entretien publié récemment : « J’ai horreur du métier d’archéologue, j’ai horreur d’être sur un chantier de fouille ! J’y suis allé bien sûr et je sais ce que c’est que d’être sur un chantier, d’être sale comme un peigne, d’aller pisser derrière le fourré, de prendre une douche une fois par semaine, etc. [...] mais j’estime qu’on n’a pas besoin d’être sur le terrain pour en tirer parti » (propos recueillis par Nicolas Offenstadt et publiés dans Genèses, 60 (2005), p. 147). À relativiser et à comparer avec les analyses écrites de P. Toubert, « Histoire et archéologie médiévales : quelques considérations actuelles », Peasants and Townsmen in Medieval Europe. Studia in honorem Adriaan Verhulst, dir. J.-M. Duvosquel et P. Thoen, Gand, 1995, p. 769-775.

17 Par exemple, c’est ce qu’écrit Alain Guerreau, dont la conception de l’archéologie nous renvoie près d’un demi-siècle en arrière : « Les médiévistes doivent tous fouiller ; oui tous ! [...] Ne pas oublier de rappeler, en cas de besoin, que la “technique de fouille” s’apprend en quelques semaines » (Guerreau, L'avenir d’un passé incertain..., op. cit. n. 12, p. 154-155).

18 L’essor professionnel des archéologues médiévistes a été souligné récemment par Jean Chapelot. Aujourd’hui, 450 professionnels, toutes catégories confondues, pratiquent l’archéologie médiévale a temps partiel ou complet, cf. J. Chapelot et A.-S. Rieth, Annuaire des archéologues médiévistes professionnels ou rattachés à une formation de recherche et étudiant la France pendant les années 2002-2005, Caen, 2006, p. v-xi.

19 Métaphore développée par Guyotjeannin, « Les sources archéologiques », loc. cit. n. 10, p. 305-314.

20 Ces difficultés de communication entre les experts et le reste de la population sont au cœur des préoccupations de la sociologie de la traduction, voir M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, 2001, p. 61-142.

21 Voir les propositions faites dans ce sens par Chartier, Au bord de la falaise. op. cit. n. 1.

22 Rappelons ici les propos bien connus de Jacques Le Goff, au milieu des années 1960 : « L’archéologie, après nous avoir restitué les vestiges les plus nobles, [...] retrouve aujourd’hui les aspects [...] que les savants polonais appellent la culture matérielle : archéologie de l’habitat, des techniques rurales et artisanales, de l’alimentation. [...] Les chartes ont cessé d’exprimer toute la réalité médiévale. Ainsi, un nouveau Moyen Âge est en train de naître, de renaître » (J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, p. 16).

23 Sur le débat autour de l’an mil, voir le dossier de la revue Médiévales, 21 (1991). Ce numéro faisait suite à la parution de l’ouvrage de Guy Bois (La mutation de l’an mil : Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, 1989), qui manipulait avec un manque de méthode manifeste des données archéologiques. Et, plus récemment, Hommes et sociétés dans l'Europe de l’an mil, dir. P. Bonnassie et P. Toubert, Toulouse, 2004.

24 La motte castrale est l’exemple même de ces thèmes qui ont justifié l’existence de l’archéologie médiévale à ses débuts : voir, par exemple, M. Bur, « Vers l’an mil, la motte, arme pour une révolution », L’information historique, 44 (1982), p. 101-108. Elle a abouti à une impasse typo-chronologique en établissant une césure artificielle entre « château de bois » et « château de pierre ». Il s’agissait, de plus, d’une confusion entre concept et objet, l’archéologue ne pouvant, malgré la meilleure volonté du monde, étayer une révolution à partir d’un tas de terre. Pour la critique des « typologies de mottes », voir en particulier E. Zadora-Rio, « Les essais de typologie des fortifications de terre médiévales en Europe », Archéologie médiévale, 15 (1985), p. 191-196 ; voir également les propositions d’Hervé Mouillebouche pour sortir de cette impasse : Les maisons fortes en Bourgogne du Nord du xiiie au xvie siècle, Dijon, 2002.

25 Henri Galinié a souligné les difficultés dans l'utilisation de sources variées : « Qu’elles soient archéologiques, planimétriques ou écrites, les sources sont – chacune dans leur propre domaine – hétérogènes et demandent à être soumises à une critique interne préalable, mais aussi à un examen de leur complémentarité qui ne va pas de soi, malgré l’opinion répandue » (H. Galinié, Ville, espace urbain et archéologie, Tours, 2000 [Sciences de la ville, 16], p. 18).

26 Voir É. Zadora-Rio, « L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes », Les nouvelles de l’archéologie, 92 (2003), p. 6-9 ; et un article antérieur du même auteur : « Le village des historiens et le village des archéologues », Les campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, dir. É. Mornet, Paris, 1995, p. 145-153.

27 Par exemple, L. Pecqueur, « Les sépultures dans les habitats du haut Moyen Âge en France : état de la question », Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines, Turnhout, 2005, p. 511-518 ; G. Verbrugghe et D. Carron, « Dizy (Marne, France), “Les Rechignons”. Un exemple champenois de sépultures dispersées dans et aux abords d’un habitat du haut Moyen Âge », Villes et campagnes en Neustrie : sociétés, économies, territoires, christianisation, dir. L. Verslype, Montagnac, 2007, p. 167-174 ; F. Blaizot, « Ensembles funéraires isolés dans la moyenne vallée du Rhône (viie-xve siècle), Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (vie-xve siècle). Contribution des travaux du TGV-Méditerranée à l’étude des sociétés rurales médiévales, dir. O. Maufras, Paris, 2006 (Documents d’archéologie française, 98), p. 281-362.

28 Cette définition volontairement restrictive exclut donc les collègues dispensant quelques enseignements d’archéologie sans pratiquer réellement cette discipline dans le cadre de leurs recherches et ceux dont le terrain d’étude est extérieur à l’Hexagone.

29 La représentation de ces archéologues médiévistes dans les instances nationales est très variable. Ils étaient absents de la section 21 du Conseil national des universités avant les élections de 2007, qui ont vu l’arrivée d’une archéologue médiéviste, mais ils occupent 4 des 21 sièges de la section 32 du CNRS.

30 Rappelons que l’INRAP emploie aujourd’hui plus de 2000 personnes à plein temps, mais qu’une fraction seulement d’entre elles signent des publications. Quelques centaines d’archéologues sont rattachés au ministère de la Culture et aux collectivités territoriales. Ces emplois ont presque tous été créés au cours des trente dernières années.

31 L’importance des liens entre les universités et l’enseignement secondaire, pour les historiens, est clairement analysé par Noiriel, Sur la « crise »..., op. cit. n. 1, p. 324-328.

32 Nous avons utilisé le très utile recensement coordonné par Jean Chapelot et Anne-Sophie Rieth (L’archéologie médiévale en France. Histoire de l’enseignement dans les universités et les grands établissements. État des thèses inscrites et soutenues de 1980 à 2005, Caen, 2006).

33 Parmi les 266 directeurs et chargés de recherche de la section 32 du CNRS, les archéologues médiévistes, dont une partie au moins de l’activité concerne l’espace français, représentent 20 personnes (dont cinq sont des chercheurs en activité de plus de 60 ans). L’archéologie pré-romaine et gallo-romaine est nettement mieux représentée, avec 56 chercheurs.

34 Les masters professionnels de Paris 1, Nantes-Rennes et Tours sont présentés dans Les Nouvelles de l’archéologie, 102 (2005), p. 59-62. Il faut y ajouter les masters professionnels « archéologie préventive » de Montpellier, « archéosciences et géo-environnement » de Dijon, « archéologie, territoires, environnement » de Besançon et « archéomatique » de Tours, et le parcours « savoirs et savoir-faire de l’archéologie » de l’université de Reims, sans compter les masters professionnels d’archéométrie. Ce choix « techniciste » est soutenu par une partie de la communauté archéologique, comme en témoigne, par exemple, cet extrait de l’interview de Jean-Paul Demoulé, président de l’INRAP et professeur de protohistoire à l’université Paris 1, publié dans le journal Le Monde du 10 septembre 2002 : « Il faut aussi que les étudiants soient rompus à l’archéologie préventive sous toutes ses formes, qu’ils sachent [...] comment diriger une fouille sur un site lacustre, dans une carrière, dans un site urbain, dans une grotte. [...] En bref, qu’ils soient polyvalents. »

35 L’effacement progressif du rôle des chercheurs du CNRS et des universitaires dans le discours des archéologues de l’INRAP est inquiétant. Jean-Paul Demoulé les oublie totalement lorsqu’il évoque la place de la recherche scientifique en archéologie préventive, alors qu’il appartient lui-même au personnel universitaire (J.-P. Demoule, « Introduction », L’archéologie préventive dans le monde. Apports de l'archéologie préventive à la connaissance du passé, Paris, 2007, p. 10-13).

36 Ce renouvellement a été souligné récemment par Zadora-Rio, « L’archéologie de l’habitat rural... », op. cit. n. 26.

37 Voir, en particulier, Town and Country in England. Frameworks for Archaeological Research, dir. D. Perring, Londres, 2002 (CBA Research Report, 134). Les travaux récents de certains chercheurs italiens peuvent aussi être cités ici pour illustrer les exemples de collaborations réussies : Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), dir. S. Gasparri et C. La Rocca, Rome, 2005.

38 Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, dir. J. Revel, Paris, 1996 ; B. Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 13 (1993), p. 118-138.

39 La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval, dir. M. Goullet et M. Heinzelmann, Sigmaringen, 2003.

40 Voir notamment l’introduction de Jacques Revel (« L’histoire au ras du sol ») à l’ouvrage de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, 1989. À propos de la micro-histoire, nous renvoyons le lecteur à l’article fondateur de C. Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 6 (1980), p. 3-44.

41 B. Lepetit, Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, 1999, p. 130.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Essai de répartition géographique des enseignants-chercheurs en archéologie médiévale métropolitaine (état en 2006)(critères de sélection détaillés dans le texte).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 2. — Les enseignants d’histoire, histoire de l’art et archéologie médiévale dans les universités françaises en 2006(d’après les annuaires de la SHMESP et de l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 3. — Typologie des thèses et devenir des docteurs en archéologie médiévale métropolitaine (1980-2005).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search