Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Acteurs, pratiques, représentations (1827-1871)

Aux origines du mythe : l’étudiant sur la barricade dans la France romantique (1827-1851)

Jean-Claude Caron

Texte intégral

1L’Histoire aime les mythes, quand elle ne les fabrique pas. Le terme peut sembler trop fort pour qualifier « l’étudiant sur la barricade ». L’affaire ne se résume-t-elle pas à un cliché, un lieu commun, une image ? La longue durée plaide cependant en faveur d’une interprétation mythique de l’image de l’étudiant révolutionnaire, - ce qui n’est pas tout à fait la même chose que l’étudiant barricadier. Représentation réactivée par le printemps de mai 1968.

  • 1 Hamon H., Rotman P., Génération, 1 : Les années de rêve, Paris, Seuil, 1987, rééd. Points Actuel, (...)

2Hervé Hamon et Patrick Rotman1, avec toute la verve de l’enquête journalistique, décrivent « le Quartier » des années soixante en des termes et avec des images convenant aussi bien au Paris de Boulanger ou de Jaurès, à celui de Villèle ou de Guizot. Une sociabilité où se mélangent l’estaminet et le café, les repas chez Flicoteaux et le « resto U », le cabinet de lecture et la « Joie de lire », les amphithéâtres et les salles de T.D., le théâtre de l’Odéon et la Cinémathèque. Quant au cadre, il reste sensiblement le même. Le carrefour central : l’axe nord-sud, formé par la rue de La Harpe, puis le boulevard Saint-Michel et la rue Saint-Jacques, croise l’axe est-ouest, formé par la rue des Ecoles, puis le boulevard Saint-Germain. Ce territoire se contracte ou se dilate selon les générations, cependant il demeure limité par des bornes, tacites, mais connues et respectées : au nord, la Seine ; à l’est, le quartier ouvrier du faubourg Saint-Marcel ; à l’ouest, le quartier aristocratique, puis bourgeois, du faubourg Saint-Germain ; au sud, les boulevards de Port-Royal et du Montparnasse. Ce quartier est aussi marqué par la permanence de l’opposition entre une culture « officielle » offerte par l’Université ou le Collège de France (on y trouve parfois son compte, de Victor Cousin à Raymond Aron, de Jules Michelet à Michel Foucault), et une contre-culture mêlant les auteurs prohibés ou ignorés, l’expérience de la vie au contact du peuple ou de la classe ouvrière, l’apprentissage d’une sexualité entre conformisme de fait (la maison close ou la « drague ») et transgression discursive.

3Et la violence ? Elle n’est pas davantage présente, lors des grands événements historiques (insurrections, coups d’Etat, révolutions) que dans d’autres quartiers ; mais la présence de plusieurs milliers d’individus unis par une solidarité socio-générationnelle dans un espace circonscrit fait du quartier Latin une citadelle de l’idée neuve, de la contestation, voire de l’émeute. Comportement d’autant plus remarqué que la jeunesse du quartier Latin tranche avec une rive gauche passablement endormie, rive de rentiers, de petits bourgeois et de quelques aristocrates, rive dortoir aussi pour de nombreux ouvriers (et ouvrières) attirés par la modicité des loyers.

Géographie du quartier Latin : un cadre révolutionnaire ?

  • 2 Vallès J., Souvenirs d’un étudiant pauvre, Paris, 1930, p. 22-23.

4La topographie semble favorable à une pratique de la barricade. La montagne Sainte-Geneviève, que Vallès qualifie de mont Aventin2, est le point culminant de la rive gauche. L’Ecole de Droit, place du Panthéon, et l’Ecole de Médecine ne sont distantes que de quelques encablures, enserrant la Sorbonne et le Collège de France. Ajoutons-y l’Ecole Normale Supérieure, et l’Ecole polytechnique, jouxtant la place. Le Panthéon, institué lieu de mémoire de la gloire nationale, constitue le point de rassemblement commun des étudiants et des élèves des grandes écoles les jours de manifestation ou d’émeute. La proximité de quartiers ouvriers joue également un rôle dans cette localisation : on cultive, à partir de 1830 (et même dès 1827), l’image de l’alliance entre la jeunesse studieuse et la jeunesse laborieuse, la communauté de génération par delà les distinctions sociales. Parmi les plus célèbres exemples d’utilisation politique de la place du Panthéon citons le soutien à Bavoux, professeur de droit accusé de propos libéraux et licencié en 1819, les manifestations occasionnées par le procès des ministres en décembre 1830 ou en faveur de la Pologne au début de l’année 1831, le cortège de soutien à Michelet au début de 1848 (et encore en mars 1851) et, le 22 février de la même année, la manifestation en direction de la Madeleine, rassemblant étudiants, ouvriers et gardes nationaux. Enfin, l’endroit fut également l’un des hauts lieux de l’insurrection populaire en juin 1848 et sous la Commune.

5Le paysage urbain se trouve remarquablement adapté à l’érection de barricades : les ruelles du quartier Latin sont étroites, sinueuses, souvent de construction médiévale, avec un ruisseau central et des bornes latérales. Le vieux pays latin, déjà attaqué par la pioche sous Rambuteau, constitue une sorte de conservatoire du Paris médiéval au tournant des années 1830-1840. Mais cet espace est politiquement excentré. L’absence de symboles politiques forts est partagé par l’ensemble de la rive gauche : on n’y trouve alors et on n’y trouvera par la suite aucun équivalent des places de la Bastille, de la Nation ou de la République. Les insurrections victorieuses - les révolutions - du xixe siècle se sont majoritairement déroulées sur la rive droite, autour de la Maison municipale (l’Hôtel de Ville) ou du Château (Louvre-Tuileries). La seule exception demeure la Chambre des députés, installée au Palais-Bourbon sous la Restauration, mais qui apparaît davantage comme un prolongement de la fonction politique de la rive droite, à l’extrémité du pont de la Concorde, que comme un symbole de la fonction politique de la rive gauche. Il reste bien sûr les ministères, mais le plus politique, celui des Affaires étrangères, est sis boulevard des Capucines. Le quartier Latin paraît donc exclu de la sphère de la géographie politique parisienne.

6Sa fonction politique était en effet liée à l’existence d’une Université cléricale représentant une sorte d’Etat dans l’Etat. La progressive laïcisation du politique l’a privée de son rôle, et son lent déclin politico-culturel, bien antérieur à la disparition de l’Université causée par la suppression des corporations en 1790, n’a pas été enrayé par la reconstitution d’une Université d’Etat.

L’étudiant sur la barricade (1827-1851)

  • 3 De La Hodde L., Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Julien, Lan (...)
  • 4 Parmi les études parues sur ce sujet dans la foulée de mai 68, on citera notamment : Coutin A., Hu (...)

7Y a-t-il, dans la France des notables, une tradition révolutionnaire étudiante, et plus précisément une culture de la barricade ? Lorsque De La Hodde, grand traqueur de républicains et de conspirateurs, énumère les « corps d’émeute » qui se trouvent à Paris, il place en première position les étudiants3. On peut bien sûr analyser à rebours ce classement établi par le policier : le premier, mais aussi le plus facile à infiltrer et à contrôler. Les archives des séries F7, F17, AJ16, confirmées par celles de la Préfecture de Police, témoignent d’une surveillance permanente et assidue du quartier Latin, et d’une connaissance approfondie de tout ce qui s’y dit : sur ce point, aucun doute, l’étudiant est le gibier le plus facile à prendre, d’où l’intérêt qu’il représente pour le policier « moyen ». Il faut donc veiller à ne pas surestimer les comptes rendus de cette surveillance, avec son lot de menues affaires montées en épingle. Particulièrement sous la Restauration, le quartier Latin et la Jeunesse des Ecoles (l’identification de l’une à l’autre joue alors pleinement) incarnent l’opposition au régime4. La mort de l’étudiant en droit Nicolas Lallemand, en juin 1820, lors d’une manifestation contre le vote de la nouvelle loi électorale (instituant le double vote pour les plus fortunés des électeurs), symbolise toute la force de cette opposition, alors plus libérale que républicaine, plus émeutière que révolutionnaire, et qui s’enrôle massivement dans la Charbonnerie. Il n’est guère d’année qui ne connaisse son « affaire », suivie d’interpellations d’étudiants, de radiations des registres d’inscriptions de la faculté de droit ou de médecine, et de la fermeture temporaire de ces dernières, ou, plus longue, de l’Ecole normale.

1827, le retour des barricades

8Quant aux barricades, il n’en est pas question, même aux moments de plus vive tension, comme en 1820. On manifeste bruyamment, on s’affronte avec la police ou les étudiants royalistes, mais on ne songe nullement à ériger des barricades. Celles-ci n’entrent pas dans la culture politique de la jeunesse bourgeoise, pas davantage dans celle de la jeunesse ouvrière.

  • 5 Vaulabelle A. de, Histoire des deux Restaurations, Paris, Garnier, t. 9, p. 161 sq.

9Il faut attendre le lendemain des élections qui furent une déroute pour Villèle en novembre 1827, pour voir des barricades, en travers de la rue Saint-Denis à Paris. Là, deux nuits durant, les 19 et 20 novembre, au milieu des explosions de pétards célébrant la victoire de l’opposition, plusieurs barricades sont construites le premier soir à la lumière des lampions, par « une bande de cinquante à soixante adolescents, âgés de douze à quinze ans pour la plupart, vêtus de blouses en lambeaux ou portant des tabliers de travail »5. Des voitures de porteurs d’eau et des charrettes stationnant à côté du marché des Innocents sont d’abord utilisées, puis des matériaux de maisons en démolition de la rue Grenétat, et des pavés. Une barrière plus considérable est érigée en face du passage du Grand Cerf. Insensiblement, on est passé de la simple accumulation de véhicules et de matériaux divers à la barricade construite en fonction de critères techniques qui révèlent un savoir faire de bâtisseurs.

  • 6 Ibid., p. 163.
  • 7 Ibid, p. 165.
  • 8 Ibid, p. 166.

10Ne pouvant recourir à la Garde nationale, dissoute au printemps 1827, on envoie la gendarmerie qui est accueillie par des jets de pierre (les barricadiers ne sont armés ni d’armes blanches ni d’armes à feu). La charge des gendarmes provoque certes le renversement de toutes les barricades, mais elle est suivie de leur reconstruction immédiate « sur une dimension plus grande et avec plus de solidité que la première fois »6. Il faudra l’envoi de la garde royale et de la troupe de ligne, qui tirent à vue sur les barricadiers, pour en venir à bout. La scène se répète le lendemain, avec « des groupes nombreux paraissant appartenir à la classe ouvrière »7, sur les deux grands axes ouvriers que constituent les rues Saint-Martin, Saint-Denis et les rues adjacentes. Les mêmes barricades sont érigées par les mêmes individus, les mêmes matériaux utilisés, ainsi que les « outils de maçon qui avaient servi à les élever » la veille, précise Vaulabelle8, attestant ainsi leur origine ouvrière ; la plus haute atteignait un premier étage. Après quelques flottements, la reprise des barricades fut menée avec violence (décharges de feux de peloton), provoquant comme la veille de nombreux morts et blessés.

  • 9 Rémusat Ch. de. Mémoires de ma vie, t. 2, Paris, Plon, 1820-1832, p. 204.
  • 10 Voir Dommanget M., Auguste Blanqui, des origines à la révolution de 1848, EPHE, 1969.
  • 11 Cité par Newman E.L., « La blouse et la redingote. L’alliance du peuple et de la bourgeoisie à la (...)
  • 12 Watripon A., Histoire politique des écoles et des étudiants depuis le Moyen Age jusqu’en 1850, Mic (...)

11De cet événement, trois points méritent d’être retenus. En premier lieu, le renouveau de la barricade comme forme d’expression politique, dont Charles de Rémusat se fait le chroniqueur surpris : « Nous entendîmes prononcer ce mot <de barricade> oublié depuis la Ligue et la Fronde »9. Puis le fait que Paris renoue avec la répression armée à grande échelle, dont Vaulabelle rappelle que le dernier exemple remontait au 13 vendémiaire de l’an III. Enfin, les acteurs et les lieux concernés sont incontestablement le Paris ouvrier, quand bien même, parmi les blessés lors des charges et des feux de peloton, on remarque le nom de l’étudiant en droit Auguste Blanqui10. Il est un cas isolé, bien que le Journal du Commerce du 22 février 1828 précise que parmi les trente-six arrestations opérées figuraient « des commis-marchands, des étudiants, des commis à la banque et quelques ouvriers »11. L’analyse de Watripon est sans équivoque : « Les Ecoles demeurèrent étrangères à cette tentative, dont cependant quelques étudiants furent victimes. La police profita en effet de ces troubles pour les provoquer et leur tendre des pièges »12.

1830, la barricade fraternitaire ?

  • 13 Rozet L., Chronique de juillet 1830, Th. Barrois et B. Duprat, 1832, t. 1, p. 141 ; Blanc L., Hist (...)
  • 14 Blanc L., op. cit., t. 1, p. 226.
  • 15 La Sentinelle du Peuple, n° 2, 7 novembre 1830

121830 symbolise la révolution des barricades. La première serait apparue dès 17 heures, le 27 juillet, à quelques pas du Théâtre-Français, suivie de deux autres rue Saint-Honoré, précise Louis Blanc13. Le 28, les barricades se multiplient dans les quartiers populaires de la rive droite, et, rive gauche, à proximité de la Seine14. Le 29 juillet, on en compte jusqu’à 4055 d’après La Sentinelle du Peuple qui évalue -sur quelles bases ? - à 3 125 000 le nombre de pavés arrachés15. Les barricades de la rive droite ne sont pas seulement tenues par des hommes du peuple : étudiants et polytechniciens s’y trouvent également, car l’essentiel des combats s’y déroule.

13Les Trois Glorieuses sonnent comme l’heure de gloire du quartier Latin. Minoritaires dans le combat (fin juillet, de nombreux étudiants ont déjà rejoint leur famille en province), mais remarqués sur des points chauds, souvent en position de commandement, en collaboration avec des élèves de l’Ecole polytechnique, à la tête de petits groupes, mobiles, initiateurs, plus politisés aussi, les étudiants ont laissé une trace dans l’histoire de la Révolution de 1830. Leurs morts (une petite dizaine) et leurs blessés ont donné lieu à une célébration à laquelle ont participé peintres, sculpteurs et poètes : 1830 n’est pas une révolution étudiante, mais l’élément « jeunesse bourgeoise » - de l’étudiant au commis en passant par le clerc de notaire et le polytechnicien - a fourni un thème inépuisable à la verve littéraire et plastique de la célébration de l’événement.

  • 16 Voir Il y a cent-cinquante ans, juillet 1830, catalogue de l’exposition du musée Carnavalet, juill (...)
  • 17 Ibid., voir le n° 64.
  • 18 Voir notamment le témoignage manuscrit de Victor Crochon, B.H.V.P., ms 1025.
  • 19 Blanc L, op. cit., t. 1, p. 254.

14Des lithographies attestent leur présence16, et la légende d’une eau-forte affirme même qu’un étudiant en droit aurait trouvé la mort en combattant porte Saint-Martin17, ce qu’aucune autre source ne confirme. L’un des tableaux les plus intéressants, dû à Victor Schnetz, « Combat de l’Hôtel de Ville, 28 juillet 1830 », prend comme figure centrale un jeune homme juché au sommet d’une barricade et présentant tous les signes d’identification de l’étudiant : fusil brandi de la main gauche, pistolet à la ceinture, soutenant du bras droit un jeune ouvrier blessé brandissant le drapeau tricolore ; il est la parfaite représentation de la jeunesse révolutionnaire romantique. Le tableau emblématique de Delacroix, « Le 28 juillet, la liberté guidant le peuple », pose un problème d’interprétation : d’une part, on n’y distingue qu’un personnage jeune, en habit noir et chapeau haut-de-forme, fusil en main, qu’il est loisible - mais ce n’est qu’une hypothèse - d’identifier à un étudiant ; d’autre part, la scène se passe sur un amas de matériaux divers (planches, pavés, etc.) évoquant plutôt un simple amoncellement qu’une barricade. Le remarquable dessin d’Alexandre-Marie Colin intitulé « Un polytechnicien entraînant à l’assaut d’une barricade peuple et militaires » renverse la situation (attaque plutôt que défense de la barricade). Il illustre l’incertitude des combats et l’acharnement réciproque, qui tourna bientôt en faveur des insurgés, pour le contrôle des barricades. 1830 fut davantage une guerre de mouvement qu’une guerre de position : aussi les étudiants comme les autres révolutionnaires s’abritent-ils souvent derrière des abris préexistants (notamment les parapets des quais) et progressent-ils à découvert, au risque de lourdes pertes. La barricade apparaît parfois comme un pis-aller, allant à l’encontre d’un comportement décrit comme chevaleresque, propre au romantisme qui triomphe chez ces jeunes bourgeois18. Elle est aussi ce « monument funèbre » qu’exalte Louis Blanc, montrant, au sommet, les cadavres mêlés des assaillants et des défenseurs, fraternisant dans la mort19.

  • 20 Rozet L., op. cit., p. 184-185.
  • 21 Dumas A., Mes mémoires, Paris, Robert Laffont, 1989, coll. « Bouquins », t. 2, p. 49 et 1078.
  • 22 Hugo V, Les Misérables, p. 146.
  • 23 B.H.V.P., ms 1029.

15Certaines barricades furent érigées dans le quartier Latin par des étudiants ou des élèves des grandes Ecoles. Louis Blanc et Louis Rozet l’attestent ; ce dernier raconte la « délivrance » de l’Ecole polytechnique par le peuple du faubourg Saint-Marceau, les élèves sortant « pour travailler aux barricades du quartier, unis à des étudiants en droit et en médecine »20. Concentrées à proximité du pont Saint-Michel et au bas de la rue Saint-Jacques, elles empêchent les troupes de passer le fleuve, et servent de base de départ et de repli pour attaquer l’Hôtel de Ville ou les Tuileries. Leur construction et leur défense incarnent l’alliance entre deux classes sociales aux fonctions complémentaires : les stratèges (Polytechniciens, étudiants) et les soldats-bâtisseurs (ouvriers). Alexandre Dumas, s’attribuant l’initiative de la construction de barricades rue de l’Université et rue du Bac pour laquelle il reçut le soutien d’étudiants menés par Bixio (futur quarante-huitard), conclut : « Les barricades achevées, nous en confiâmes la garde à ceux qui nous avaient aidés à les faire » - c’est-à-dire à des hommes du peuple21. De même, dans Les Misérables, Victor Hugo écrit que pour la construction de la barricade de la rue de la Chanvrerie en juin 1832, les étudiants reçurent des renforts d’hommes du peuple, mais « Enjolras, Combeferre et Courfeyrac dirigeaient tout » ; il ajoute que c’est Courfeyrac qui distribua les cartouches22. Un artiste-peintre, De Greuze, souligne que des étudiants, des ouvriers en guenilles et des gardes nationaux travaillaient ensemble à l’édification de barricades place de l’Odéon23.

16Cette fraternité apparente ne constitue qu’une abolition temporaire des distinctions d’âge : la barricade rassemble des défenseurs allant des gavroches aux vieux soldats des guerres révolutionnaires ; des distinctions de sexe : les femmes jouent un rôle important dans la construction de la barricade et les soins apportés aux blessés (juillet 1830 a gardé le souvenir de Victor Mercier, présenté comme un élève en médecine et dont on apprend qu’il s’agit en fait de Victorine Mercier, élève sage-femme) ; et des distinctions de classe, sans que toute hiérarchie ne soit abolie au sein de la barricade. Celle-ci provoque en fait le côtoiement plus que le mélange, la juxtaposition plus que l’abolition : l’insurrection barricadière n’est pas le charivari carnavalesque.

  • 24 Ecole polytechnique, X2 b/99, album n° 1, cité par Jean-Claude Caron, « L’X en images », in Le Par (...)
  • 25 B.H.V.P., NA 154.
  • 26 Stern D., Histoire de la révolution de 1848, Paris, Balland, 1985, p. 98.
  • 27 Freycinet C. de, Souvenirs. 1848-1878, Delagrave, 1912, p. 5sq.

17Une étude plus précise de l’iconographie des polytechniciens et des étudiants sur la barricade indique sans ambiguïté la fonction dévolue à la jeunesse savante lors des journées révolutionnaires. Cette dernière n’est pratiquement jamais représentée en position offensive vis-à-vis de l’adversaire, mais dans celle de commandement, -épée et/ou bicorne en main pour les polytechniciens, fusil et chapeau noir haut-de-forme pour les étudiants. L’alliance de deux uniformes, civil et militaire, incarne l’ordre et la discipline sur ce monument du désordre que représente la barricade. La jeunesse bourgeoise a pour mission de contrôler la violence révolutionnaire, dans un premier temps par la construction savante de la barricade, puis par la hiérarchisation des tâches sur celle-ci. « Mais vous, mes compagnons, dans la triple journée/Guidant des artisans, populace effrénée/Vous avez, les changeant tout à coup en héros/Etonné l’univers par vos nobles travaux », clame la légende d’une gravure mettant en exergue le rôle des polytechniciens24. Ce texte renvoie tout autant aux témoignages sur la participation des étudiants au maintien de l’ordre, lors du procès des ministres de Charles X en décembre 183025, qu’à l’analyse faite par Daniel Stern de leur rôle lors de la manifestation du 22 février 1848 : « Leur contenance ferme, leurs évolutions régulières donnent aux rassemblements incohérents je ne sais quel sentiment de discipline [...]. D’un attroupement de curieux et de désœuvrés, la présence des étudiants fait une manifestation politique »26. Une analyse confirmée par Charles de Freycinet qui rappelle que, parmi les missions dévolues aux polytechniciens par le Gouvernement provisoire dirigé par Lamartine, figurait le démantèlement des barricades27.

Juin 1832, la barricade bourgeoise ou la barricade prolétaire ?

  • 28 A.P.P., Aa 421.
  • 29 Dumas A., op. cit., p. 826sq.

18Entre juillet 1830 et juin 1832, prennent place les barricades des canuts lyonnais, première entaille à l’idéal fraternel des Trois glorieuses. En juin 1832, l’insurrection se déroula essentiellement sur la rive droite, la garde municipale barrant les ponts pour empêcher le transport du corps de Lamarque au Panthéon. La grande majorité des barricades furent érigées dans le centre historique de la rive droite, seules quelques unes le furent sur la rive gauche, peu de rues furent concernées, généralement situées sur les contreforts de la montagne Sainte-Geneviève, rue Galande, place Maubert, rue Saint-Victor, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, rue Mouffetard, rue du Jardin-du-Roi, sans qu’il soit toujours évident de distinguer, dans les archives, l’élément étudiant de l’élément ouvrier28. Dumas évoque le rôle des chefs républicains (Bastide, Thomas) et des élèves de Polytechnique boulevard Bourdon, puis rue de Ménilmontant. Il cite le cas d’un élève en chirurgie qui prit part aux combats de la rue Saint-Merry et d’un élève de Polytechnique retrouvé le matin du 6 juin « expirant sur le billard » d’un café avoisinant - on songe aux Misérables29.

  • 30 Heine H., De la France, Renduel, 1833, p. 244.
  • 31 Rittiez F, Histoire du règne de Louis-Philippe 1er de 1830 à 1848, Paris, 1855-58, t. 2, p. 19.
  • 32 Dr Poumies De La Siboutie, Souvenirs d’un médecin de Paris, 1910, p. 240.

19Mais les arrestations, puis les condamnations touchèrent surtout des hommes ou des femmes du peuple, comme Jeanne. Cependant, les témoignages divergent sensiblement. Heinrich Heine, observateur lucide de la vie politique à Paris, évoque la présence d’élèves de l’Ecole polytechnique et affirme : « C’est une erreur de croire que les héros de la rue Saint-Martin appartinssent tous aux basses classes du peuple, ou, comme on dit, à la populace ; non, c’étaient pour la plupart des étudiants, de beaux jeunes gens de l’école d’Alfort, des artistes, des journalistes, et, dans le nombre, quelques ouvriers »30. Rappelons que deux ordonnances prononcèrent dès le 7 juin la dissolution de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole vétérinaire d’Alfort. A l’inverse, Rittiez, militant républicain de la Société des Amis du Peuple, reconverti en historien généralement bien informé, affirme que « dans la barricade de la rue Saint-Merry ne se rencontraient que des jeunes gens obscurs »31. Un autre témoin attentif de la vie politique parisienne depuis l’Empire, le docteur Poumiès de la Siboutie, parcourt les rues Saint-Martin et Saint-Denis et constate : « les émeutiers (...) avaient en général très mauvaise mine, des figures sinistres. Plusieurs étaient ivres, d’autres portaient des bonnets rouges de 93. Parmi eux se trouvaient quelques jeunes gens des écoles et quelques individus portant l’uniforme de la garde nationale »32. Il précise que, contrairement au mois de juillet 1830, les insurgés appartiennent à l’échelon social le plus bas.

  • 33 Voir les interrogatoires ou les procès des insurgés de juin 1832.
  • 34 A.N., F7 6783.
  • 35 A.N. BB18 1330.
  • 36 A.N. BB20 62.
  • 37 Hugo V, Les Misérables, p. 168 et p. 87.

20L’objectivité du regard n’existe pas, entre le nombre et l’exception, on distingue ce qui confirme sa propre idéologie. Poumiès de la Siboutie propose de toute évidence une vision sociale sélective, repoussante, de la foule insurrectionnelle et désordonnée, qui produit une œuvre de déclassés et non de bourgeois. Ne peut-on en dire autant de Heine qui met en exergue, par une logique politique opposée, le rôle révolutionnaire des étudiants ? Les archives appuient les dires de Poumiès sur le nombre33, elles confirment également les observations de Heine sur l’exception34. Bien que la justice ait condamné un étudiant en médecine à 15 mois de prison pour avoir attaqué une boutique35, elle fit preuve, en règle générale, d’une grande clémence envers tel étudiant en droit (au nom de « l’étourderie ») ou tel polytechnicien, pourtant arrêté à la tête d’une bande armée, épée en main, au nom de « sa jeunesse, sa position, sa famille »36. Tout cela donne raison à Hugo qui analyse les événements de juin 1832 comme une lutte entre « la jeunesse, les associations secrètes, les écoles, au nom des principes, et les classes moyennes, au nom des intérêts », tout en précisant que si l’âge diffère, « c’est la même race »37.

Avril 1834, le quartier Latin barricadé ?

  • 38 A.P.P., Aa 421 et Aa 422.
  • 39 A.N. F17 2025.
  • 40 A.N. CC 586.
  • 41 A.P.P., Aa 422 ; voir aussi Mémoires de Gisquet, ancien préfet de police, Bruxelles, 1841, t. 5, p (...)
  • 42 A.N. CC 586.
  • 43 A.N. CC 836*.

21Succédant à la Société des Amis du Peuple dont elle était une émanation, la Société des Droits de l’Homme et du Citoyen implanta de nombreuses sections au sein du quartier Latin, les étudiants y jouant un rôle directeur. Précédée par celle de Lyon, la tentative d’insurrection républicaine d’avril 1834 y trouva donc des relais nombreux. Dans tout Paris, surtout sur la rive droite, des barricades furent érigées mais sans la même détermination qu’en juin 1832. Le préfet Gisquet, sur ses gardes, procéda à des arrestations préventives, mais n’arrêta toutefois pas complètement le mouvement38. Dans ses mémoires, il évoque à plusieurs reprises les noms d’étudiants compromis en avril 1834 : certains furent arrêtés alors qu’ils travaillaient à la construction de barricades rue Saint-Jacques ou rue Saint-Hyacinthe39. On rechercha plus particulièrement deux étudiants soupçonnés d’avoir tiré sur un chef d’escadron, tué en montant à l’assaut d’une barricade au coin de la rue d’Enfer et de la rue Saint-Thomas ; le café des Progrès, quartier général des étudiants, aurait servi de dépôt d’armes. Une enquête fut diligentée par les services du préfet, d’autant que l’officier tué était le fils unique d’un député ; de nombreux étudiants, membres des Droits de l’Homme40, furent interrogés. Gisquet poursuivit la lutte entamée contre les Ecoles depuis 1832 avec d’autant plus de célérité que les contacts entre ouvriers et étudiants avaient pris une forme institutionnelle au sein des Droits de l’Homme. C’est ainsi que le 13 avril, en pleine insurrection, la police bien informée arrêta 62 personnes au café des Cinq-Billards, rue des Mathurins-Saint-Jacques, parmi lesquelles 43 étudiants, dont certains étaient armés41. Mais comme en juin 1832, les témoignages se font hésitants et parfois contradictoires. Royer-Collard, dans sa déposition, affirme que quelques individus « qui me parurent appartenir aux écoles » lui réclamèrent des armes. Un rentier identifie les 25 à 30 défenseurs de la barricade rue d’Enfer-rue Saint-Thomas comme des ouvriers, un commissaire de police comme des étudiants, un capitaine de la Garde nationale évoque des ouvriers et « de jeunes garçons que l’on voit dans les rues de Paris », et un petit nombre d’étudiants42. Des nombreux témoignages recueillis ressort le sentiment d’un mélange entre des « jeunes gens bien mis » ou « bien vêtus », et de jeunes, voire très jeunes ouvriers. Sur les 1122 inculpés arrêtés à Paris figuraient près de 140 étudiants, dont la grande majorité, y compris les blessés, bénéficia d’un non-lieu, les plus lourdement condamnés étant les contumaces ou les évadés de Sainte-Pélagie43.

  • 44 A.N. CC 723 et 756.

22On retrouve ce type d’insurgés, entre adolescents et jeunes hommes, lors de l’insurrection déclenchée en mai 1839, au cours de laquelle des barricades furent élevées dans les quartiers ouvriers de la rive droite. Dans le quartier Saint-Jacques, il n’y eut pas de barricade, la seule agitation fut provoquée par un groupe d’une cinquantaine d’individus « pour la plupart âgés de 18 à 20 ans, vêtus de blouses », allant déposer un cadavre devant l’entrée de l’Ecole polytechnique : don macabre et demande restée sans suite de la foule révolutionnaire à ses chefs « naturels ». On note pourtant quelques témoignages sur la présence de redingotes ou d’habits noirs au sein des insurgés, sans parler d’étudiant(s) - problème classique d’identification dans les journées révolutionnaires. Mais aucun étudiant ne figure parmi l’état des tués ou des blessés, et seulement quatre (tous en médecine) sur la liste des insurgés arrêtés les 12 et 13 mai44.

1848 : de février à juin, les deux faces de la barricade

  • 45 Crémieux A., La Révolution de Février. Etude critique sur les journées des 21, 22, 23 et 24 févrie (...)
  • 46 La Démocratie pacifique, 25 février 1848, cité par A. Crémieux, op. cit., p. 246 ; voir aussi Cout (...)
  • 47 Garnier-Pages, Histoire de la révolution de 1848, Paris, 1866, t. 2, p. 85.
  • 48 Rochefort H., Les Aventures de ma vie, Dupont édit., 6e édit., t. 1, p. 89-90 ; A.V.P, Vd6 624 n°  (...)
  • 49 Chassin Ch.-L., Félicien. Souvenirs d’un étudiant de 48, E. Cornély et Cie, s.d. <1904>, p. 290sq.
  • 50 Vallès J., Le Bachelier, Paris, Garnier-Flammarion, p. 128-131.
  • 51 Ténot E., Paris en décembre 1851. Etude historique sur le coup d’Etat, A. Le Chevalier, 1868, p. 1 (...)
  • 52 Vallès J., op. cit., p. 222.
  • 53 Ibid., p. 131 ; cf. aussi Vallès J., « Un chapitre inédit de l’histoire du Deux-Décembre », in Les (...)

23Lors de la révolution de février 1848, des dizaines de barricades furent érigées dans le quartier Latin, dans la nuit du 23 au 24 février, notamment sous la direction des rédacteurs des feuilles étudiantes républicaines, Bosselet (L’Avant-Garde, journal des Ecoles) et Watripon (La Lanterne du quartier latin)45. La rue Saint-Jacques fut presque entièrement dépavée et coupée de barricades environ tous les vingt mètres et le carrefour Buci transformé en une sorte de réduit fortifié : « plus de 400 jeunes gens bien armés, bien disciplinés et bien soutenus par les habitants qui leur fournissaient des vivres, étaient dans cette petite place de guerre »46. Garnier-Pagès signale également des barricades défendues par des étudiants, aux alentours du Collège de France47. Mais, dès la proclamation de la République, les étudiants adoptèrent le même profil que les polytechniciens : démantèlement des barricades, participation au maintien de l’ordre, soutien au gouvernement de Lamartine contre les « menées factieuses ». Le comportement fut identique, mais plus tranché, en juin 1848 : le récit fait par Rochefort de sa rencontre avec un étudiant toulousain ayant combattu du côté des insurgés apparaît comme exceptionnel et les quelques témoignages sur les barricades du quartier Latin (notamment rue Saint-Jacques, rue de la Harpe et comme en 1834 rue Saint-Hyacinthe), l’insurrection ayant démarré place du Panthéon, ne mentionnent aucun étudiant parmi leurs constructeurs ou leurs défenseurs48. En revanche, les élèves de Polytechnique s’engagèrent sans état d’âme du côté des troupes commandées par un des leurs, Cavaignac, et se lancèrent à l’assaut des barricades. Enfin, en décembre 1851, il y eut quelques tentatives de construction de barricades dans le quartier Latin, avec la participation active du Comité des jeunes (Chassin, Vallès, Renoul, Polge, Roch etc.)49. Vallès/Vingtras croyait à l’existence d’un plan de résistance, à la désignation de chefs de barricades ; devant la réalité, il ne songea qu’à entamer le pavé le premier et, les Ecoles ayant donné l’exemple, obtenir « que les Blouses viennent nous commander ! » - bel exemple de renversement de la hiérarchie dans les luttes révolutionnaires50. Les troupes avaient pour ordre d’intervenir sans délai - ce qu’elles firent - pour empêcher la contagion et de fusiller quiconque était pris construisant ou défendant une barricade. Eugène Ténot évoque la première barricade, érigée dans le faubourg Saint-Antoine, et rappelle que ses constructeurs s’appelaient Bastide, Schoelcher, Esquiros, Xavier Durrieu, Watripon, de Flotte, Baudin, Madier de Montjau etc., mais ne mentionne pas la présence d’étudiants51. Des barricades sont ébauchées dans le Paris ouvrier et sur la rive gauche, notamment faubourg Saint-Marceau. Le préfet Maupas s’inquiète de celles de la rue de l’Ecole-de-Médecine. Le 4, elles sont plus nombreuses et plus fortes ; les étudiants sont actifs rue de la Harpe, rue Saint-André-des-Arts, carrefour de Buci et rue Dauphine, mais ne peuvent contenir les troupes dirigées par le général Renault52. A la différence de la rive droite, le peuple ne montre guère d’enthousiasme. On sait la réponse que Vingtras reçut lorsqu’il invita une blouse à venir le rejoindre sur une barricade qu’il avait ébauchée avec ses amis du Comité des jeunes : « Jeune bourgeois ! Est-ce votre père ou votre oncle qui nous a fusillés et déportés en Juin ? »53. Mais il convient de relativiser cette vision de la résistance au coup d’Etat, présentée comme l’œuvre des « gants jaunes » par la propagande bonapartiste, soucieuse de montrer que le peuple soutenait le coup d’Etat.

***

  • 54 A.N. CC 586.
  • 55 Hugo V, Les Misérables, Le Livre de poche, t. 3, p. 225.

24Dans Les Misérables, Victor Hugo décrit avec beaucoup de justesse l’évolution psychologique de la foule conduisant à la naissance des barricades : en quelques instants, on passe de la manifestation à l’insurrection, de l’ordre contesté à l’ordre rompu ; les barricades deviennent zone frontière, délimitent une enclave extra-territoriale, animée de son ordre propre, matérialisation du refus de l’ordre établi - ce qui ne veut pas dire qu’elle ne génère pas son propre code de lois, sa hiérarchie, voire son économie sociale. A une sommation au nom de la loi d’un capitaine de ligne, les insurgés d’une barricade étudiante d’avril 1834 auraient répondu qu’« ils ne reconnaissaient plus la loi, que c’étaient eux qui allaient la faire »54. Une barricade doit être autonome, quitte à former une sorte de fédération avec les autres, territoire de repli possible. Évoquant celle du faubourg Saint-Antoine érigée en juin 1848, Hugo parle de « barricade mère », reliée à un réseau de dix-neuf autres plus petites55. La barricade, loin d’être un phénomène épisodique, est liée à l’histoire politique de la France des notables. Phénomène évidemment urbain, cet obstacle matériel constitue un temps privilégié de l’abolition temporaire et illusoire des barrières sociales. Symbole de la fraternité idéologique, elle contient en elle toute la violence de l’opposition entre le Mouvement - réduit à la résistance - et la Résistance - contrainte au mouvement.

25Au terme de cette étude, il apparaît qu’il n’existe pas de tradition barricadière spécifiquement étudiante. L’étudiant républicain participe volontiers à la barricade populaire du Paris ouvrier de la rive droite. La rive gauche se hérisse plus rarement de telles barrières, celles qui s’y dressent sont moins nombreuses et moins fortifiées. La barricade n’est pas affaire de bourgeois, mais de maçons, de charpentiers, de manœuvres, quand bien même la jeunesse bourgeoise en uniforme ou en habit y tient un rôle dirigeant. La représentation hugolienne de la barricade de juin 1832 a au moins le mérite de la lisibilité idéologique : l’étudiant y sympathise avec l’enfant, symbole à lui seul de ce peuple généreux, mais inconscient, qu’il faut guider, éduquer, contrôler. Le contrôle social ne s’arrête pas, mais se prolonge sur la barricade. Au fond, le discours sur la barricade n’offre jamais que le reflet de celui sur les rapports sociaux établis, avec cette nuance de fraternité passagère qui représente la négation même de l’égalité.

Notes

1 Hamon H., Rotman P., Génération, 1 : Les années de rêve, Paris, Seuil, 1987, rééd. Points Actuel, cf. le chapitre 6, « Le Quartier », p. 165-205.

2 Vallès J., Souvenirs d’un étudiant pauvre, Paris, 1930, p. 22-23.

3 De La Hodde L., Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Julien, Lanier et Cie, 1850.

4 Parmi les études parues sur ce sujet dans la foulée de mai 68, on citera notamment : Coutin A., Huit siècles de violence au quartier Latin, Paris, Stock, 1969 ; Guerrand R.-H., Lycéens révoltés, étudiants révolutionnaires au xixe siècle, Edit. du Temps, 1969 ; Ziegler G., Le Défi de la Sorbonne. Sept siècles de contestation, Paris, Julliard, 1969 ; Choury M., La Commune au quartier Latin, 1971. Plus récemment, Caron J.-C, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier Latin ( 1814-1851), Paris, A. Colin, 1991.

5 Vaulabelle A. de, Histoire des deux Restaurations, Paris, Garnier, t. 9, p. 161 sq.

6 Ibid., p. 163.

7 Ibid, p. 165.

8 Ibid, p. 166.

9 Rémusat Ch. de. Mémoires de ma vie, t. 2, Paris, Plon, 1820-1832, p. 204.

10 Voir Dommanget M., Auguste Blanqui, des origines à la révolution de 1848, EPHE, 1969.

11 Cité par Newman E.L., « La blouse et la redingote. L’alliance du peuple et de la bourgeoisie à la fin de la Restauration », Annales historiques de ta Révolution française, n° 222,47e année, oct.-déc. 1975, p. 530.

12 Watripon A., Histoire politique des écoles et des étudiants depuis le Moyen Age jusqu’en 1850, Michel et Joubert, 1850, p. 126.

13 Rozet L., Chronique de juillet 1830, Th. Barrois et B. Duprat, 1832, t. 1, p. 141 ; Blanc L., Histoire de dix ans, Pagnerre, 1844, t. 1, p. 207.

14 Blanc L., op. cit., t. 1, p. 226.

15 La Sentinelle du Peuple, n° 2, 7 novembre 1830

16 Voir Il y a cent-cinquante ans, juillet 1830, catalogue de l’exposition du musée Carnavalet, juillet-novembre 1980, Ville de Paris.

17 Ibid., voir le n° 64.

18 Voir notamment le témoignage manuscrit de Victor Crochon, B.H.V.P., ms 1025.

19 Blanc L, op. cit., t. 1, p. 254.

20 Rozet L., op. cit., p. 184-185.

21 Dumas A., Mes mémoires, Paris, Robert Laffont, 1989, coll. « Bouquins », t. 2, p. 49 et 1078.

22 Hugo V, Les Misérables, p. 146.

23 B.H.V.P., ms 1029.

24 Ecole polytechnique, X2 b/99, album n° 1, cité par Jean-Claude Caron, « L’X en images », in Le Paris des Polytechniciens, Ville de Paris éditeur, 1994, p. 103.

25 B.H.V.P., NA 154.

26 Stern D., Histoire de la révolution de 1848, Paris, Balland, 1985, p. 98.

27 Freycinet C. de, Souvenirs. 1848-1878, Delagrave, 1912, p. 5sq.

28 A.P.P., Aa 421.

29 Dumas A., op. cit., p. 826sq.

30 Heine H., De la France, Renduel, 1833, p. 244.

31 Rittiez F, Histoire du règne de Louis-Philippe 1er de 1830 à 1848, Paris, 1855-58, t. 2, p. 19.

32 Dr Poumies De La Siboutie, Souvenirs d’un médecin de Paris, 1910, p. 240.

33 Voir les interrogatoires ou les procès des insurgés de juin 1832.

34 A.N., F7 6783.

35 A.N. BB18 1330.

36 A.N. BB20 62.

37 Hugo V, Les Misérables, p. 168 et p. 87.

38 A.P.P., Aa 421 et Aa 422.

39 A.N. F17 2025.

40 A.N. CC 586.

41 A.P.P., Aa 422 ; voir aussi Mémoires de Gisquet, ancien préfet de police, Bruxelles, 1841, t. 5, p. 49-51.

42 A.N. CC 586.

43 A.N. CC 836*.

44 A.N. CC 723 et 756.

45 Crémieux A., La Révolution de Février. Etude critique sur les journées des 21, 22, 23 et 24 février 1848, Thèse de doctorat, Paris, 1912, p. 245-246.

46 La Démocratie pacifique, 25 février 1848, cité par A. Crémieux, op. cit., p. 246 ; voir aussi Coutin A., op. cit., p. 225 et Dabot H., Lettres d’un lycéen et d’un étudiant de 1847 à 1854, Péronne et Paris, Quentin et Blériot, s.d., p. 4-5sq.

47 Garnier-Pages, Histoire de la révolution de 1848, Paris, 1866, t. 2, p. 85.

48 Rochefort H., Les Aventures de ma vie, Dupont édit., 6e édit., t. 1, p. 89-90 ; A.V.P, Vd6 624 n° 5.

49 Chassin Ch.-L., Félicien. Souvenirs d’un étudiant de 48, E. Cornély et Cie, s.d. <1904>, p. 290sq.

50 Vallès J., Le Bachelier, Paris, Garnier-Flammarion, p. 128-131.

51 Ténot E., Paris en décembre 1851. Etude historique sur le coup d’Etat, A. Le Chevalier, 1868, p. 190.

52 Vallès J., op. cit., p. 222.

53 Ibid., p. 131 ; cf. aussi Vallès J., « Un chapitre inédit de l’histoire du Deux-Décembre », in Les Enfants du peuple, Tusson, Du Lérot édit., 1987, p. 183-224.

54 A.N. CC 586.

55 Hugo V, Les Misérables, Le Livre de poche, t. 3, p. 225.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540