Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’histoire médiévale à l’échelle du monde

Les Europes des médiévistes

Remarques sur la construction d’une identité entre science historique et actualité politique

Klaus Oschema

Note de l’auteur

Les réflexions présentées dans cette contribution font partie d’un projet de recherche sur les « Images de l’Europe au Moyen Âge » dont les résultats seront publiés sous la forme d’une monographie. Afin de conserver à cette présentation le caractère d’un essai, les notes ne contiennent que les renvois bibliographiques essentiels. Je remercie Isabelle Deflers (Heidelberg) pour son aide dans la correction du texte en langue française.

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, B. Schneidmüller, « Die mittelalterlichen Konstruktionen Europas. Konvergenz und (...)
  • 2 Voir pourtant E. Pitz, « Mittelalter », Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, 1993, t. 6, col. 6 (...)

1Les médiévistes du xxie siècle, ceci ne fait pas de doute, seront des « médiévistes européens » : si cette affirmation semble aller de soi (car nombreux sont les historiennes et les historiens qui nous rappellent que la délimitation des champs de recherche selon les paramètres du cadre national n’est pas opérationnelle pour l’époque entre l’Antiquité et les Temps modernes)1, nous sommes encore loin de savoir ce qu’implique ce qualificatif apparemment géographique. Écartons d’emblée le débat sur la question de savoir si la catégorie « médiévale » est applicable à des cultures extra-européennes. La discussion qu’entraîne cette question, d’ailleurs fondamentale, viserait plutôt à une définition de ce que nous appelons « Moyen Âge » qu’aux raisonnements sur la signification de la notion d’« Europe2 ».

  • 3 H.-W. Goetz, « Dossier zur Situation der Mediävistik in Deutschland », Das Mittelalter, 12 (2007), (...)

2Aux yeux d’un large public, c’est pourtant ce dernier phénomène qui suscite beaucoup plus d’intérêt. D’un certain point de vue, il n’est donc guère surprenant que le sujet général de notre congrès « Être historien du Moyen Âge au xxie siècle », bien qu’il soit formulé de manière affirmative, se présentant donc sous la forme d’une déclaration, renvoie à une question qui occupe depuis bien des années notre discipline. L’interrogation qui en résulte témoigne des soucis institutionnels de l’histoire médiévale et des disciplines avoisinantes qui se consacrent aux cultures et aux sociétés du Moyen Âge – soucis qui viennent d’être formulés entre autres tout récemment par Hans-Werner Goetz et qui reflètent les problèmes de l’autojustification d’un bon nombre de sciences humaines de notre époque3. À quoi bon réfléchir sur une époque si lointaine, est-on tenté de demander, si nos vrais problèmes contemporains se situent ailleurs ?

3Je souhaite me hasarder à une réponse personnelle que je tenterai de justifier par quelques observations choisies, relatives à mon propre objet d’étude. Commençons donc par la réponse : le travail des médiévistes, même au xxie siècle, me semble indispensable pour des « raisons de sécurité ». En effet, les réflexions des médiévistes sont importantes pour les sociétés contemporaines en ce qu’elles peuvent fournir un moyen de contrer les mauvais usages de l’histoire que nous rencontrons un peu partout dans la vie et dans les argumentations politiques de notre temps. Ma réponse vise donc à une vocation politique de l’histoire qui se veut délibérément apolitique.

  • 4 Pour un bref survol de l’état de la recherche, je me permets de renvoyer à mon esquisse récente : K (...)
  • 5 P. Burke,« Did Europe Exist Before 1700 ? », History ofEuropean Ideas, 1 (1980-1981), p. 21-29.
  • 6 La présentation de Burlce visait bien évidemment à provoquer ; sa réponse est donc à nuancer, comme (...)
  • 7 Les exemples existent en grand nombre, cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... »,(...)

4Afin d’expliquer ces propos, prenons l’exemple de l’histoire du concept d’« Europe » au Moyen Âge telle qu'elle a été présentée par les médiévistes au cours du xxe siècle4. Au premier abord, il est vrai, le sujet semble avoir perdu de son importance, car, à la différence des discussions politiques de notre temps, l’Europe n’est qu’assez rarement abordée de manière consciente par les médiévistes. En fait, il semblerait que les historiens se soient mis d’accord depuis des décennies sur le fait que l’idée d’Europe ne constitue pas un phénomène médiéval. Au contraire, le moment où elle acquiert une importance accrue dans la pensée politique exprimerait une rupture fondamentale qui accompagne l’émergence de l’époque moderne. Peter Burke a posé la question de manière explicite : « L’Europe a-t-elle existé avant 17005 ? » En tant que moderniste, il a répondu de manière négative, réclamant ainsi la genèse d’un des concepts clés de la politique contemporaine pour « son » époque6. Cette opinion a curieusement été acceptée par une grande partie des médiévistes7, sans les avoir cependant amenés à exclure des réflexions sur l’Europe au Moyen Âge de leurs publications. À vrai dire, le contraire aurait été étonnant, vu l’intérêt que la dimension historique de ce qu’on peut appeler l’idée, la conception ou l’identité européenne suscite non seulement couramment, mais de manière croissante depuis le milieu du siècle dernier.

  • 8 La formule de l’« identité européenne » pose problème : d’un côté, la fertilité analytique du conce (...)
  • 9 J. Le Goff, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ?, Paris, 2003 ; trad. allem. : Die Geburt Europas i (...)

5Par conséquent, le lecteur rencontre fréquemment une structure argumentative qui est devenue quasiment stéréotypée : tout en reconnaissant que l’idée d’Europe ne serait pas un phénomène médiéval, plusieurs auteurs justifient leurs réflexions en affirmant que l’on peut néanmoins parler de l’existence d’une « identité européenne » pendant la période en question8. Ne prenons qu’un seul exemple : dans la récente publication de Jacques Le Goff sur la question de savoir si « l’Europe est née au Moyen Âge » – traduit par ailleurs en allemand dans une forme affirmative, parlant ainsi de la « naissance de l’Europe au Moyen Âge » –, on ne trouve guère de réflexions sur les paramètres d’un discours conscient concernant une identité européenne, ni même sur l’utilisation de la notion au sens strict9. Bien au contraire, Jacques Le Goff suit les traces de différents phénomènes concrets qu’il qualifie de typiquement « européens » : la culture urbaine, le développement des universités, le système féodal et d’autres.

6Cette approche n’est pas nouvelle. En fait, l’idée ainsi qu’une énumération de « phénomènes européens » figurent déjà dans un article publié par le médiéviste allemand Hermann Heimpel en 1949. Dans ce texte, Heimpel propose des réflexions sur la « fondation médiévale de l’Europe » tout en reconnaissant que :

  • 10 H. Heimpel, « Europa und seine mittelalterliche Grundlegung », Die Sammlung, 4 (1949), p. 13-26, ic (...)

L’Europe [...] n’est pas une idée médiévale, mais elle est un fait médiéval. [...] Il y existe, à ce qu’il me paraît, huit faits qui permettent d’appréhender le Moyen Âge comme Moyen Âge européen10.

7Si l’on considère non seulement la date de parution de ce texte, mais aussi le contraste avec les publications antérieures de Heimpel au niveau de la focalisation catégorielle, cet article d’à peine quinze pages possède toutes les qualités requises pour devenir un monument clé de la question qui nous intéresse.

  • 11 Par exemple H. Heimpel, « Frankreich und das Reich », Historische Zeitschrift, 161 (1940), p. 229-2 (...)
  • 12 Cf Heimpel, « Frankreich... », loc. cit. n. 11, p. 241. La notion de l’Europe apparaît donc dans de (...)
  • 13 Cf. Heimpel, « Frankreich... », loc. cit. η. 11, p. 230-233. L’auteur parle à plusieurs reprises du (...)
  • 14 H. Heimpel, « Karl der Kühne und Deutschland », Elsaß-Lothringisches Jahrbuch, 21 (1943), p. 2-54. (...)

8Pour bien saisir l’envergure du texte, il faut se rappeler qu’auparavant, c’est-à-dire avant 1945, le cadre quasiment naturel (et normal à l’époque) des recherches de Heimpel était fourni par la « nation ». L’analyse historique se développait au sein d’un cadre national, dont découlait essentiellement, sous la plume de Heimpel et celle de bien d’autres, l’histoire de l’Allemagne ou de l’Empire. Cette délimitation du cadre analytique s’imposait également là où l’historien tentait la comparaison ou l’étude de plusieurs nations en contact ou en conflit11. Bien que Heimpel ait fait référence à une « Europe principale » (Kerneuropa) dans un texte sur la relation historique entre la France et l’Allemagne, les forces actives et les acteurs de l’histoire se manifestaient pour lui dans les nations antagonistes12. Malgré la caractérisation comme « fait culturel » (kulturelle Tatsache), l’Europe dont il parlait avant 1945 ne représentait donc qu’un cadre au sein duquel pouvait se jouer le conflit entre le « Français », qui aurait été coupé de l’Europe à partir de 870, et les « Allemands13 ». En 1943, Heimpel a analysé les relations entre la Bourgogne et l’Allemagne à l’époque de Charles le Téméraire sous le paradigme du conflit entre la nation et le caractère welsch, d’un côté, et la mentalité allemande de l’autre14. Ces deux exemples suffiront à montrer jusqu’à quel point la publication de 1949 marque une réorientation profonde qui substitue à l’ancien paradigme l’analyse d’une entité globalisante que fut l’Europe – et ceci non pas pour des raisons propres à la discipline mais à cause d’une rupture politique.

  • 15 Cf Sommer, « Eine Frage der Perspektive... », loc. cit. n. 14, p. 220, qui parle de deux « changeme (...)
  • 16 La bibliographie sur le sujet étant extrêmement riche, je me contente de renvoyer à l’article clé d (...)
  • 17 Grande-Bretagne : D. Hay, « Sur un problème de terminologie historique : “Europe” et “chrétienté” » (...)
  • 18 Voir, par exemple, Europa. Erbe und Aufgabe. Internationaler Gelehrtenkongreß 1955, dir. M. Göhring (...)

9L’exemple de Heimpel, qui ne voulait peut-être pas nécessairement se racheter de la culpabilité qu’inspirait sa carrière professionnelle dans l’Allemagne national-socialiste mais voulait sûrement marquer une rupture avec son passé par la réorientation de ses réflexions vers l’Europe15, est révélateur dans plus d’un sens. L’attitude s’intègre en effet dans le grand nombre d’écrits qui reflètent les influences mutuelles entre la vie politique et ses besoins d’un côté, et l’orientation des travaux historiques de l’autre, même si ces derniers étaient consacrés à des périodes lointaines16. Ainsi les deux décennies après la Seconde Guerre mondiale ont vu la parution d’un nombre croissant d’études portant sur la genèse et le développement de la notion et de l’idée d’Europe, mais aussi sur l’unité historique qu'elle constituait. Ce mouvement fut international, avec des contributions d’historiens anglais, français, italiens, polonais et allemands d’un côté17, et l’organisation de réunions et de congrès internationaux de l’autre18. L’intérêt croissant pour ce type de questionnement est bien compréhensible : après l’expérience de plusieurs dictatures, d’une catastrophe civique sans précédent et d’une guerre dévastatrice, le désir de trouver une nouvelle solution pour l’organisation politique du continent était quasiment palpable et naturellement les historiens et les savants en général cherchèrent à y apporter des réponses avec leurs propres moyens.

  • 19 Cf. R. Faber, Abendland. Ein politischer Kampfbegriff, 2e éd., Berlin-Vienne, 2002 ; voir aussi D. (...)
  • 20 O. Spengler, Der Untergang des Abendlandes, Munich, 1918-1922 ; trad. fr. : Le déclin de l’Occident (...)

10Or, ces réponses n’étaient ni univoques, ni innocentes ou idéologiquement neutres. L’utilisation de la notion allemande d'Abendland fournit un exemple parlant de ce caractère idéologique. Bien que le mot soit régulièrement traduit par l’« Occident », ses implications s’étendent bien au-delà de la notion française : les connotations de l'Abendland allemand comportent la vision d’une société christianisée, d’une culture qui s’oppose à celle de l’« Orient » et d’une homogénéité qui transcende toute divergence interne. En somme, il s’agit moins d’une catégorie analytique que d’un idéal normatif, d’une « parole de combat », pour reprendre l’expression de Richard Faber19 Rétrospectivement, la charge idéologique indéniable de l'Abendland explique à la fois le succès du célèbre ouvrage d’Oswald Spengler qui prédisait la « chute de l’Occident20 », et la perte de signification qu’a subie cette notion dans le discours scientifique à partir des années 1970 au plus tard.

  • 21 Cf. B. Guthmüller, « Europa Kontinent und antiker Mythos », Der Europa-Gedanke, dir. A. Buck, Tüb (...)
  • 22 Cf. Curcio, Europa..., op. cit. n. 17. Sur la vie et l’œuvre de Curcio, voir récemment T. Grossbölt (...)
  • 23 C. Curcio, Verso la nuova Europa, Naples, 1934, p. 16-17, 27, 35-36 et passim.
  • 24 Ibid., p. 21-23 et 39-53.

11L'Abendland ne fut donc le choix que d’une partie de la communauté scientifique après 1945 et le mot ne réussit pas à s’établir de manière permanente en tant que notion heuristique. Le moment était venu pour un autre concept qui donnait l’impression d’être moins chargé de valeurs idéologiques compromises par l’histoire récente et qui allait devenir la parole politique pour l’avenir du continent détruit : cette notion fut celle de l’Europe. Au premier abord, ce choix pourrait paraître quelque peu paradoxal, car l’Europe n’était aucunement absente des discours fascistes et nazis des années 1930 et 194021. Son succès dans le discours des historiens témoigne cependant d’une flexibilité extraordinaire qui permettait à certains auteurs de présenter des positions diamétralement opposées : ainsi l’historien-politologue Carlo Curcio, qu’on rangera volontiers parmi les « historiens de l’Europe » les plus éminents, grâce à ses deux grands volumes sur l'« histoire de l’idée d’Europe » parus en 195822, avait publié en 1934 un opuscule d’une tout autre teneur. Dans ce petit livre intitulé Vers la nouvelle Europe23, il développait une vision fasciste pour l’avenir du continent et son nouvel ordre politique qu’il considérait comme intimement lié à l’influence « bénéfique » du système fasciste de Mussolini. Il est vrai que ces réflexions propagandistes de Curcio se concentraient avant tout sur l’état contemporain de l’Europe, mais il ne pouvait cependant pas s’abstenir de renvoyer à sa dimension historique afin de cerner les traits caractéristiques de son identité, tout en soulignant l’histoire de l’idée d’Europe24.

12Quelques années après la publication de Curcio, le romaniste allemand Victor Klemperer, écrivant dans un monde dominé par le fascisme, a consacré plusieurs pages à la notion d’Europe dans sa « version nazie ». Dans ses remarques, Klemperer souligne le malaise des nationaux-socialistes allemands face à cette notion qu’ils auraient volontiers instrumentalisée, mais dont ils auraient, à son avis, initialement craint les implications humanistes. Car, dans la perception du savant juif emprisonné, les idéologues du national-socialisme ne pouvaient ignorer la dimension idéalisante de la notion d’Europe qu’ils devaient, à cause de sa charge humaniste, juger incompatible avec leur idéologie :

  • 25 V. Klemperer, LTI. La langue du IIIe Reich. Carnet d’un philologue, É. Guillot trad., Paris, 1996, (...)

Mais, même après une telle défiguration, l’idée et le mot d’Europe n’existaient que pour une couche restreinte de personnes cultivées, et étaient, au demeurant, presque aussi suspects que les concepts réprouvés d’intelligence et d’humanité. Car le danger existait toujours que des souvenirs de l’ancienne représentation de l’Europe se réveillent, conduisant inévitablement à des pensées pacifiques, supranationales et humanistes25.

  • 26 Cf. Klemperer, LTI..., op. cit. n. 25, p. 213.
  • 27 Ibid., p. 211, 212 et 214.

13Malgré ces réticences initiales, si tant est qu’il y en eût, la notion d’Europe acquit, selon Klemperer, une position bien plus importante dans la Lingua Tertii Imperii après l’attaque que l’Allemagne avait déclenchée contre l’URSS. Maintenant le régime pouvait se servir de l’Europe comme d’un symbole représentant l’Occident, qui fut désormais identifié avec la civilisation. L’Europe est donc devenue la « forteresse de la culture » que les nationaux-socialistes se sont proposés de défendre contre les attaques du bolchevisme et de la barbarie de l’Est asiatique26. Mais cette application du concept n’était pas possible aux yeux du romaniste juif sans une modification profonde de la notion elle-même. Car Klemperer, qui se réfère explicitement à Paul Valéry, considérait qu’avant l’époque du nazisme la notion d’Europe représentait avant tout un concept culturel. Dans la tradition humaniste, il projette l’image d’une identité européenne caractérisée par la « triade Jérusalem, Athènes et Rome ». Sous la plume des nationaux-socialistes en revanche, la notion d’Europe et l’idée qu'elle exprimait furent non seulement « rendues nordiques » (aufgenordet), mais elles furent également restreintes à un sens « parfaitement spatial et matériel27 ».

  • 28 Cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... », loc. cit. n. 4 ; et S. Woolf, « Europa (...)

14L’exemple de Klemperer nous montre que les contemporains auraient pu avoir conscience de la charge idéologique qu’avait acquise la notion d’Europe dans les années 1930 et 1940. Malgré ce sens connoté, elle est néanmoins devenue une notion clé et dans le discours politique et dans les études historiques après 1945. Suivons donc la carrière de cette notion qui est loin d’être « innocente » et neutre : les études consacrées à la notion d’Europe (ainsi que celles traitant de l’existence concrète d’une culture européenne) se multiplièrent au cours des deux décennies entre 1945 et 196528. La question se pose pourtant de savoir si cet emploi inflationniste du mot allait de pair avec un progrès objectif des connaissances scientifiques ; en d’autres termes : l’Europe constitue-t-elle une meilleure catégorie analytique que le cadre national, d’un côté, ou les catégories supranationales alternatives, comme l’Occident ou l'Abendland allemand, de l’autre ?

  • 29 Cf. Fischer, Oriens..., op. cit. n. 17, p. 78-112 et 115.
  • 30 Ibid., p. 112-115. Les faiblesses de l’argument fondé sur la nature « purement géographique » ont r (...)

15Si l’on y regarde de près, les études publiées dans les années en question présentent certaines particularités communes, dont on ne retiendra ici que la plus importante. En effet, la lecture révèle très rapidement que ces travaux s’occupaient prioritairement de la dimension proprement politique de l’Europe. À titre d’exemple, on pourrait citer l’ouvrage fondamental de Jürgen Fischer qui a analysé la notion d’Europe entre l’Antiquité tardive et la période alto-médiévale. Selon lui, le mot « Europe » aurait commencé sa carrière en tant que concept politique au cours des vie et viie siècles avant d’atteindre un premier point culminant à l’époque carolingienne. Fréquemment employé dans les panégyriques à l’intention des empereurs carolingiens, il aurait été identifié à leur empire et surtout, de manière rétrospective, à celui de Charlemagne29. L’époque des Ottoniens aurait connu un deuxième paroxysme, mais la notion aurait ensuite périclité et serait devenue un concept « purement géographique » jusqu’à l’époque des guerres contre les Turcs et la chute de Constantinople au cours du xve siècle30.

  • 31 Voir les travaux de Michael Borgolte, en dernier lieu : « Europa im Bann des Mittelalters. Wie Gesc (...)
  • 32 Pour être plus exact, on pourrait parler des régions entre l’Oder et les Pyrénées, car l’Espagne fa (...)
  • 33 Cf. Fischer, Oriens..., op. cit. n. 17, p. 97 sq.·, et Hay, Europe.... op. cit. n. 17, p. 51 sq. Vo (...)
  • 34 Cet effet identitaire ne figure pas seulement dans les enquêtes d’historiens, la problématique est (...)

16Certes, on pourrait critiquer la concentration presque exclusive de l’auteur sur la dimension politique, qu’on complétera aujourd’hui d’une analyse des connotations culturelles de l’Europe31. Or, ce qui me semble plus intriguant ici, c’est l’harmonieuse concordance entre ces propos, qui coïncident avec ceux de la majorité des médiévistes occidentaux de l’époque, et les besoins pratiques et idéologiques du temps de leur écriture, car l’Europe décrite par Fischer peut facilement être identifiée avec les cultures occidentales situées à l’ouest de l’Oder32. Dans une formule abrégée, les frontières de l’Europe que les médiévistes découvraient à travers ce genre de travaux étaient donc celles de l’empire de Charlemagne33. Mais les résultats des enquêtes historiques ne dépendaient pas seulement des circonstances alto-médiévales ; ils reflétaient également un besoin de leurs auteurs, car l’unité historique de l’Europe ainsi définie coïncidait avec la situation politique après 1945 : l’identification de l’Europe historique avec l’Empire carolingien impliquait en effet une justification, quoique imparfaite, du tracé du « rideau de fer » qui coupait le continent en deux depuis la fin de la guerre34.

  • 35 Cf. J. Fried, « Karl der Grosse. Geschichte und Mythos », Mythen Europas. Schlüsselfiguren der Imag (...)
  • 36 Cf. http://www.karlspreis.de/index.php?id=10 [19 mai 2007]. On notera que la déclaration initiale d (...)
  • 37 Voir récemment O. Asbach, « Konstruktionen einer politischen Identität Europas. Dimensionen und Fal (...)
  • 38 Cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... », loc. cit. n. 4, p. 26-31.

17Dans la concentration sur la figure de Charlemagne, plusieurs lignes discursives se croisent, comme en témoigne le rôle important joué par le grand empereur dans l’idéologie de l’intégration européenne après 194535, entre autres avec la fondation du Karlspreis en 1949, accordé pour la première fois en 1950 au baron de Coudenhove-Kalergi, fondateur et promoteur du mouvement « paneuropéen36 ». En suivant les discours historiques et politiques des années d’après-guerre, on ne peut donc ignorer les interdépendances complexes et souvent sous-entendues entre politique et histoire, non seulement en ce qui concerne le choix des sujets traités par les historiens mais aussi quant à leurs résultats37. Or, cette impression ne s’impose pas seulement de manière rétrospective quand on regarde les travaux des deux premières décennies après 1945 : des effets analogues peuvent en fait aussi être identifiés dans des analyses plus récentes38.

  • 39 Voir la synthèse de ses travaux dans Halecki, The Limits and Divisions..., op. cit. n. 17 ; sur la (...)

18Mais restons dans les années 1950 : bien que la plupart des médiévistes se soient souvent contentés de l’image d’une Europe organisée autour de la partie occidentale du continent, en arguant de l'influence de la culture romaine, de l’église romano-catholique et de l’héritage carolingien, l’historien polonais exilé Oskar Halecki se posait en défenseur de l’inclusion de ce qu’il appelait l'« Europe centrale orientale » (Ostmitteleuropa)39. Selon Halecki, ces pays slaves occidentaux qui s’étendent de la Pologne jusqu’aux Balkans devaient indubitablement être comptés parmi les nations européennes – à la différence de la Russie moscovite qu’il excluait délibérément. De cette manière, il n’offrait pas seulement une conception alternative ou élargie du cercle des « cultures européennes », mais il nous permettait également de nous rendre compte de la relativité des définitions et des conceptualisations de ce que pouvait être l’Europe.

  • 40 Cf. Halecki, The Limits and Divisions…, op. cit. n. 17, p. 96-99.

19Le fait que les représentants d’une discipline scientifique ne trouvent pas toujours un accord quant aux catégories de leurs analyses n’est bien entendu pas inhabituel. Or, il me semble que le cas de 1« Europe » constitue un exemple particulier en ce qu’il rend saisissable l’influence des convictions et des objectifs politiques des auteurs en question. On ne peut donc pas qualifier de coïncidence le fait qu’un historien polonais plaide en faveur du caractère européen de sa patrie (d’où il s’est exilé peu après 1939), tout en excluant les nations situées plus à l’est sur la base de critères qui paraissent quelque peu arbitraires : Halecki souligne entre autres la question de l’orthodoxie, l’existence d’un empire immense qui se distingue des nations plus petites de la « vraie Europe » et finalement l’avènement du système soviétique qui aurait scellé de manière évidente l’exclusion de la Russie40.

  • 41 J’emprunte cette expression à W. Schmale, « Die Europäizität Ostmitteleuropas », Jahrbuch für Europ (...)
  • 42 Roger Bacon, Opus Majus, éd. J. H. Bridges, Londres, 1897 (réimpr. Francfort-sur-le-Main, 1964), t. (...)
  • 43 Alexander von roes, Schriften, éd. H. Grundmann et H. Heimpel, Weimar, 1949 (MGH. Studientexte, 4), (...)

20Même si l’argument peut sembler compréhensible au premier abord, il se révèle profondément subjectif au cours d’une lecture critique. Prenons l’exemple de la question du soviétisme : le changement de niveau de l’argumentation entre la proposition d’une souche culturelle développée dans la longue durée et un argument qui repose sur un détail événementiel plus ou moins récent est évident. En outre, à la différence d’une pratique courante, même la question de l’adhésion religieuse ne s’impose pas naturellement comme critère de l'« européicité41 » d’une société donnée. Dans le cas concret, elle devient même ouvertement problématique dès qu’on se rapporte aux sources : ainsi, au xiiie siècle, un auteur comme Roger Bacon ne se sentait apparemment pas obligé d’exclure les peuples païens du nord-est du continent de l’entité qu’il appelait « Europe42 ». D’autres auteurs, en revanche, faisaient de la rupture entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe un signe emblématique de la différence. Ainsi, toujours au xiiie siècle, Alexandre de Roes n’incluait pas la Grèce au nombre des grandes nations européennes, qui ne comprenaient, selon lui, que la France, l’Italie et l’Allemagne, qui se partageaient les tâches du Studium, du sacerdotium et du regnum43.

  • 44 Cf. P. R. Blum, « Europa – ein Appellbegriff », Archiv für Begriffsgeschichte, 43 (2001), p. 149-17 (...)

21S’il existe un trait commun entre les réflexions sur l’Europe, au-delà des siècles qui séparent les écrits d’un Alexandre de Roes et des médiévistes modernes, il ne peut donc se trouver que dans le caractère « normatif », « idéal » ou « construit » de la notion elle-même44. Dans un grand nombre d’études modernes, le problème central consiste en effet dans le mélange que font les auteurs entre normativité et analyse ; mélange qui n’est que trop rarement présenté de manière ouverte et critique. Or, l’opinion selon laquelle une « Europe matérielle » se caractérise entre autres par la religion chrétienne ne saurait être le résultat d’une enquête historique scientifique, si l’on accepte que celle-ci ne révèle que les énoncés discursifs et non pas les traits ontologiques de ses objets. Le même raisonnement vaut pour les autres critères que nous appliquons.

22Il existe bien entendu de bonnes raisons pour expliquer cette situation problématique : nos sociétés contemporaines exigent des historiens des réponses à leurs problèmes actuels. Ce qui les intéresse, ce sont, dans notre cas, des réponses à la question de l’identité européenne dans un sens tangible. Même si la plupart des historiens professionnels sont conscients du caractère construit du phénomène de l’identité lui-même, le genre d’analyse différenciée qui devrait résulter de ce constat ne satisfait pas toujours les attentes des autres membres de la société.

23La tension entre les diverses exigences auxquelles les médiévistes sont confrontés peut paraître insurmontable, mais en même temps elle confirme la nécessité de leur travail. L’exemple de l’histoire de la notion et de l’idée d’Europe met en relief la subjectivité et la relativité de nos enquêtes et de leurs résultats. Parmi les conclusions qu’on pourrait tirer de ce constat, je voudrais souligner trois points qui me semblent particulièrement importants :

24En premier lieu, il semble nécessaire que nous gardions un esprit critique face aux travaux de nos prédécesseurs, même s’il s’agit d’ouvrages que nous percevons comme « classiques ». Le développement méthodologique et théorique de notre discipline nous permet aujourd’hui de saisir des facettes et implications culturelles de la notion d’Europe au Moyen Âge qui échappaient forcément à la génération de Fischer et de Hay, alors en quête d’un concept strictement politique.

  • 45 S. Dufeu, Valeurs et constitutions européennes. Une identité politique entre deux mythes : universa (...)

25Un deuxième aspect concerne la réception de nos travaux dans le cadre élargi du discours scientifique : la diffusion des résultats de la recherche spécialisée se faisant dans un processus plus ou moins lent, il n’est guère étonnant que les représentants d’autres disciplines (historiens modernistes ou politologues) continuent à reproduire des idées reçues sur le monde médiéval qui sont depuis longtemps invalidées par des enquêtes spécialisées. Or, ce décalage entre les différents niveaux du discours devient problématique quand il est employé afin de faire d’un savoir historique révolu un argument politique. Si Sylvain Dufeu parle dans son petit ouvrage sur les Valeurs et constitutions européennes de la « continuité historique frappante entre l’Europe de Charlemagne et celle de la CEE à six en 195845 », cette image n’est plus défendable du point de vue scientifique et risque de constituer un abus de l’histoire.

26Ceci m’amène à un troisième point : les mécanismes actuels du financement des travaux scientifiques exigent des chercheurs une attention accrue quant aux choix et traitement de leurs sujets. Il semble que le renvoi à l'« Europe » facilite en effet l’obtention de fonds. Or, bien que la gestion du choix des sujets à travers une orientation politique puisse être parfois justifiable ou même nécessaire afin d’assurer la pertinence sociale de nos disciplines, celle-ci dépend également de la distance critique. Si un grand public demande donc des réponses simples et univoques à des questions pressantes, l’esprit scientifique peut nous inviter à prendre du recul.

  • 46 Il est donc conséquent de parler « des Europes » au pluriel, cf. J. G. A. Pocock, « Some Europes in (...)

27Prenons enfin un dernier exemple : les sources nous montrent en fait une certaine tendance des auteurs du xiie au xve siècle à identifier l’Europe avec la chrétienté. Si la discussion intra-disciplinaire se rend compte que ceci ne dit rien en soi sur un « caractère essentiel » de l’Europe46, les médiévistes se doivent de transmettre l’image de la complexité qui en résulte au public qui s’intéresse à leur expertise. Il s’agit ici d’une figure discursive qui exerce certes une forte influence sur les constructions mentales, mais qui ne détermine pas nos décisions politiques actuelles et à venir. Dans une époque qui est confrontée à des bouleversements politiques profonds qui créent une demande d’explications, le travail critique des médiévistes semble donc d’autant plus nécessaire afin de parer l’usage simplificateur des arguments historiques.

Notes

1 Voir, par exemple, B. Schneidmüller, « Die mittelalterlichen Konstruktionen Europas. Konvergenz und Differenzierung », « Europäische Geschichte » als historiographisches Problem, dir. H. Duchhardt et A. Kunz, Mayence, 1997, p. 5-24, ici p. 16-24.

2 Voir pourtant E. Pitz, « Mittelalter », Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, 1993, t. 6, col. 684-687, ici col. 685 : Setzt man, wie es der Entstehung des Begriffs entspricht, voraus, dass das Mittelalter des Bezugs auf ein vorangegangenes, seine Ursprünge bedingendes Altertum bedurfte, aus dem es sich in wiederholten Renaissancen zu erneuern vermochte, um auf diesem Wege schliesslich die Neuzeit oder die moderne Welt aus sich hervorzubringen, so beschränkt sich der Schauplatz auf das katholische Abendland in dem bis 1517 bewahrten Umfang. Voir aussi H.-D. Kahl, « Was bedeutet : “Mittelalter” », Saeculum, 40 (1989), p. 15-38, ici p. 16 sq. Le concept de la « secondarité » qui caractériserait les cultures européennes se trouve au centre des réflexions de R. Brague, Europe, la voie romaine, Paris, 1993.

3 H.-W. Goetz, « Dossier zur Situation der Mediävistik in Deutschland », Das Mittelalter, 12 (2007), p. 161-179.

4 Pour un bref survol de l’état de la recherche, je me permets de renvoyer à mon esquisse récente : Kl. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung – eine Skizze », Europa im späten Mittelalter. Politik Gesellschaft Kultur, dir. R. C. Schwinges, C. Hesse et P. Moraw, Munich, 2006 (Historische Zeitschrift. Beihefte, 40), p. 11-32.

5 P. Burke,« Did Europe Exist Before 1700 ? », History ofEuropean Ideas, 1 (1980-1981), p. 21-29.

6 La présentation de Burlce visait bien évidemment à provoquer ; sa réponse est donc à nuancer, comme le montrent par exemple récemment les contributions sur l’idée d’Europe au xviie siècle dans Europa im 17. Jahrhundert. Ein politischer Mythos und seine Bilder, dir. K. Bussmann, Stuttgart, 2004.

7 Les exemples existent en grand nombre, cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... », loc. cit. n. 4, p. 27 sq.·, et M. Borgolte, Europa entdeckt seine Vielfalt. 1050-1250, Stuttgart, 2002 (Handbuch der Geschichte Europas, 3), p. 11.

8 La formule de l’« identité européenne » pose problème : d’un côté, la fertilité analytique du concept des « identités collectives » est très controversée en tant que telle, de l’autre il est évident qu’une telle identité nécessiterait un certain niveau de conscience, cf. J. Assmann, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, 4e éd., Munich, 2002, p. 130-160, ici p. 132. Voir prochainement Kl. Oschema, « Eine Identität in der Krise – Konstruktionen des mittelalterlichen Europa », Identität und Krise ? Konzepte zur Deutung vormoderner Selbst-, Fremd- und Welterfahrungen, éd. C. Dartmann et C. Meyer, Münster, 2007, p. 23-43. Malgré ces difficultés théoriques, le concept a récemment été utilisé plusieurs fois dans notre contexte, voir les contributions dans Nation – Europa Welt. Identitätsentwürfe vom Mittelalter bis 1800, dir. C. Brinker-von der Heyde, A. Gardt et F. Sick, Francfort-sur-le-Main, 2007 (Zeitsprünge, 113/4) ; et dans L'Europe à la recherche de son identité, dir. C. Villain-Gandossi, Paris, 2002.

9 J. Le Goff, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ?, Paris, 2003 ; trad. allem. : Die Geburt Europas im Mittelalter, trad. G. Osterwald, Munich, 2004 ; voir le compte rendu critique par M. Pauly, « Quelle Europe est née au Moyen Âge ? », Francia, 32/1 (2005), p. 157-166.

10 H. Heimpel, « Europa und seine mittelalterliche Grundlegung », Die Sammlung, 4 (1949), p. 13-26, ici p. 20 : Europa, so haben wir gesehen, ist keine mittelalterliche Idee, aber Europa ist eine mittelalterliche Tatsache. [...] Es gibt, so scheint mir, acht Tatsachen, welche das Mittelalter als europäisches Mittelalter aufzufassen erlauben. Pour la critique d’une telle approche « ontologisante », cf. M. Heffernan, The Meaning of Europe. Geography and Geopolitics, Londres, 1998, p. 2 sq.

11 Par exemple H. Heimpel, « Frankreich und das Reich », Historische Zeitschrift, 161 (1940), p. 229-243 ; cf. A. C. Nagel, Im Schatten des Dritten Reichs. Mittelalterforschung in der Bundesrepublik Deutschland 1945-1970, Göttingen, 2005 (Formen der Erinnerung, 24), p. 68-73. Le texte est la version publiée d’un discours prononcé le 14 juillet 1939 à Leipzig.

12 Cf Heimpel, « Frankreich... », loc. cit. n. 11, p. 241. La notion de l’Europe apparaît donc dans des textes que Heimpel écrivait avant 1945 ; tout comme la plupart de ses collègues, il n’en faisait pourtant pas une catégorie heuristique ; voir aussi les citations d’un cours donné le 14 novembre 1933, dans E. Schulin, Hermann Heimpel und die deutsche Nationalgeschichtsschreibung, Heidelberg, 1998 (Schriften der Phil.-hist. Kl. der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 9), p. 34.

13 Cf. Heimpel, « Frankreich... », loc. cit. η. 11, p. 230-233. L’auteur parle à plusieurs reprises du « Français » au singulier (der Franzose), tandis qu’il n’évoque « les Allemands » (die Deutschen) qu’au pluriel.

14 H. Heimpel, « Karl der Kühne und Deutschland », Elsaß-Lothringisches Jahrbuch, 21 (1943), p. 2-54. Sur l’activité de Heimpel à l’époque national-socialiste et surtout pendant son engagement comme professeur à la Reichsuniversität de Strasbourg, cf. P. Racine, « Hermann Heimpel à Strasbourg », Deutsche Historiker im Nationalsozialismus, dir. W. Schulze et O. G. Oexle, Francfort-sur-le-Main, 1999, p. 142-156 ; et K. P. Sommer, « Eine Frage der Perspektive ? Hermann Heimpel und der Nationalsozialismus », Historisches Denken und gesellschaftlicher Wandel. Studien zu Geschichtswissenschaft zwischen Kaiserreich und deutscher Zweistaatlichkeit, dir. T. Kaiser, S. Kaudelka et M. Steinbach, Berlin, 2004, p. 199-223. Voir aussi Schulin, Hermann Heimpel..., op. cit. n. 12 ; et Nagel, Im Schatten des Dritten Reichs..., op. cit. n. 11, p. 26-28, 67-74 et passim.

15 Cf Sommer, « Eine Frage der Perspektive... », loc. cit. n. 14, p. 220, qui parle de deux « changements » (Wandel) ayant eu lieu en 1933 et 1945.

16 La bibliographie sur le sujet étant extrêmement riche, je me contente de renvoyer à l’article clé d’O. G. Oexle, « Zusammenarbeit mit Baal. Über die Mentalitäten deutscher Geisteswissenschaftler 1933 – und nach 1945 », Historische Anthropologie, 8 (2000), p. 1-27, ainsi qu’aux réflexions plus abstraites de J. Rüsen, Historische Orientierung. Über die Arbeit des Geschichtsbewußtseins, sich in der Zeit zurechtzufinden, Cologne, 1994, p. 225-229.

17 Grande-Bretagne : D. Hay, « Sur un problème de terminologie historique : “Europe” et “chrétienté” », Diogène, 17 (1957), p. 50-62 ; Id., Europe. The Emergence of an Idea, Edimbourg, 1957 (2e éd. : 1968) ; France : B. Voyenne, Histoire de l’idée européenne, Paris, 1952 (3 e éd. : 1964) ; Italie : C. Curcio, Europa. Storia di un’idea, Florence, 1958 ; E Chabod, Storia dell’idea d’Europa, Bari, 1961 ; Pologne : O. Halecki, The Limits and Divisions of European History, Londres-New York, 1950 ; Allemagne : à côté de l’article déjà présenté de Heimpel, on citera les contributions de H. Gollwitzer, Europabild und Europagedanke. Beiträge zur deutschen Geistesgeschichte des 18. und 19. Jahrhunderts, Munich, 1951 (2e éd. : 1964) ; et ID., « Zur Wortgeschichte und Sinndeutung von “Europa” », Saeculum, 2 (1951), p. 161-172, ainsi que l’ouvrage pionnier pour la période du Bas-Empire et du haut Moyen Âge de J. Fischer, Oriens Occidens Europa. Begriff und Gedanke « Europa » in der späten Antike und im frühen Mittelalter, Wiesbaden, 1957 (Veröff. des Inst, für Europ. Geschichte, Mainz, Abt. Universalgeschichte, 15).

18 Voir, par exemple, Europa. Erbe und Aufgabe. Internationaler Gelehrtenkongreß 1955, dir. M. Göhring, Wiesbaden, 1956.

19 Cf. R. Faber, Abendland. Ein politischer Kampfbegriff, 2e éd., Berlin-Vienne, 2002 ; voir aussi D. Pöpping, Abendland. Christliche Akademiker und die Utopie der Antimoderne 1900-1945, Berlin, 2002.

20 O. Spengler, Der Untergang des Abendlandes, Munich, 1918-1922 ; trad. fr. : Le déclin de l’Occident : esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle, Paris, 1931-1933. Pour des raisons pratiques, j’ai utilisé la7e édition allemande en format de poche, Munich, 1983, ici p. 22, n. 1.

21 Cf. B. Guthmüller, « Europa Kontinent und antiker Mythos », Der Europa-Gedanke, dir. A. Buck, Tübingen, 1992 (Reihe der Villa Vigoni, 7), p. 5-44, ici p. 26-30 ; et W. Schmale, Geschichte Europas, Vienne, 2000, p. 115-134.

22 Cf. Curcio, Europa..., op. cit. n. 17. Sur la vie et l’œuvre de Curcio, voir récemment T. Grossbölting, « Carlo Curcio (1898-1971) », Europa-Historiker. Ein biographisches Handbuch, éd. H. Duchhardt et alii, Göttingen, 2007, 2, p. 231-250.

23 C. Curcio, Verso la nuova Europa, Naples, 1934, p. 16-17, 27, 35-36 et passim.

24 Ibid., p. 21-23 et 39-53.

25 V. Klemperer, LTI. La langue du IIIe Reich. Carnet d’un philologue, É. Guillot trad., Paris, 1996, p. 209-217, ici p. 212 ; voir aussi les ouvrages cités n. 21. Sur LTI, voir récemment K. Papp, Deutschland von innen und von aussen. Die Tagebücher von Victor Klemperer und Thomas Mann zwischen 1933 und 1955, Berlin, 2006, p. 84-111.

26 Cf. Klemperer, LTI..., op. cit. n. 25, p. 213.

27 Ibid., p. 211, 212 et 214.

28 Cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... », loc. cit. n. 4 ; et S. Woolf, « Europa und seine Historiker », Probleme und Perspektiven der Europa-Historiographie, dir. R. Petri et H. Siegrist, Leipzig, 2004 (Comparativ, 14,3), p. 50-71.

29 Cf. Fischer, Oriens..., op. cit. n. 17, p. 78-112 et 115.

30 Ibid., p. 112-115. Les faiblesses de l’argument fondé sur la nature « purement géographique » ont récemment été démontrées par P. Gautier-Dalché, « Représentations de l’Europe (en particulier septentrionale, centrale et orientale) dans les textes géographiques, xiie-xive siècles », Europa im Weltbild des Mittelalters : Kartographische Konzepte, dir. I. Baumgärtner et H. Kugler (actes du colloque de Nuremberg, 15-17 juin 2006, à paraître). L’idée reste pourtant monnaie courante dans les études historiques, voir, par exemple, A. Höfert, « “Europe” and “Religion” in the Framework of Sixteenth-century Relations between Christian Powers and the Ottoman Empire », Reflections on Europe. Defining a Political Order in Time and Space, dir. H.-Å. Persson et B. Stråth, Bruxelles, 2007, p. 211-230, ici p. 211 sq.

31 Voir les travaux de Michael Borgolte, en dernier lieu : « Europa im Bann des Mittelalters. Wie Geschichte und Gegenwart unserer Lebenswelt die Perspektiven der Mediävistik verändern », Jahrbuch für Europäische Geschichte, 6 (2005), p. 117-135.

32 Pour être plus exact, on pourrait parler des régions entre l’Oder et les Pyrénées, car l’Espagne fait largement défaut dans les analyses de l’époque. Sur la question de l’Espagne comme partie de l'« Europe idéologique », voir récemment K. Herbers, « Peripherie oder Zentrum ? Spanien zwischen Europa und Afrika », Europa im späten Mittelalter.... op. cit. n. 4, p. 99-124.

33 Cf. Fischer, Oriens..., op. cit. n. 17, p. 97 sq.·, et Hay, Europe.... op. cit. n. 17, p. 51 sq. Voir aussi K. J. Leyser, « Concepts of Europe in the Early and High Middle Ages », Past and Present. 137 (1992), p. 25-47, ici p. 39 ; et la critique de cet article par T. Reuter, « Medieval Ideas of Europe and their Modem Historians », History Workshop. 33 (1992), p. 176-180.

34 Cet effet identitaire ne figure pas seulement dans les enquêtes d’historiens, la problématique est également connue dans la recherche archéologique. Je remercie le Pr. Joëlle Burnouf (Paris 1) d’avoir attiré mon attention sur les efforts de réflexion dans ce domaine, notamment lors du colloque « L’avenir du passé. Modernité de l’archéologie » qui a eu lieu au centre Pompidou les 23 et 24 novembre 2006 ; voir les contributions sur la recherche allemande en préhistoire dans Eine hervorragend nationale Wissenschaft. Deutsche Prähistoriker zwischen 1900 und 1995. dir. H. Steuer, Berlin-New York, 2001 (RGA. Erg.-Bd., 29).

35 Cf. J. Fried, « Karl der Grosse. Geschichte und Mythos », Mythen Europas. Schlüsselfiguren der Imagination. Mittelalter, dir. I. Milfull et M. Neumann, Ratisbonne, 2004, p. 15-47. Sur l’utilisation dans le discours politique, voir surtout B. Schneidmüller, « Sehnsucht nach Karl dem Grossen. Vom Nutzen eines toten Kaisers für die Nachgeborenen », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 51 (2000), p. 284-301 ; M. Pape, « Karl der Grosse – Franke ? Deutscher ? oder Europäer ? Karlsbild und Karlskult in der Gründungsphase der Bundesrepublik Deutschland », Jahrbuch für Europäische Geschichte, 4 (2003), p. 243-254 ; et P. Segl, « Karl der Grosse im Deutschen Bundestag », Das Mittelalter, 4 (1999), p. 75-94.

36 Cf. http://www.karlspreis.de/index.php?id=10 [19 mai 2007]. On notera que la déclaration initiale de Kurt Pfeiffer à Aix-la-Chapelle était d’une certaine manière bien plus consciente du cadre idéologique du prix quelle proposait d’inaugurer : Pfeiffer demandait la création d’un prix pour honorer des personnes ayant des mérites particuliers pour l’intégration de l’Europe occidentale, parlant de la westeuropäische Schicksalsgemeinschaft. Aujourd’hui, le comité officiel vise à l’intégration européenne tout court. Sur Coudenhove-Kalergi, cf. V. Conze, Richard Coudenhove-Kalergi. Umstrittener Visionär Europas, Zurich, 2004.

37 Voir récemment O. Asbach, « Konstruktionen einer politischen Identität Europas. Dimensionen und Fallstricke eines Diskurses zwischen Wissenschaft und Politik », Nation Europa Welt..., op. cit. n. 8, p. 281-295.

38 Cf. Oschema, « Europa in der mediävistischen Forschung... », loc. cit. n. 4, p. 26-31.

39 Voir la synthèse de ses travaux dans Halecki, The Limits and Divisions..., op. cit. n. 17 ; sur la vie et l’œuvre du savant polonais, cf. M. Morawiec, « Oskar Halecki (1891-1973) », Europa-Historiker..., op. cit. n. 22, t. 1, p. 215-239.

40 Cf. Halecki, The Limits and Divisions…, op. cit. n. 17, p. 96-99.

41 J’emprunte cette expression à W. Schmale, « Die Europäizität Ostmitteleuropas », Jahrbuch für Europäische Geschichte, 4 (2003), p. 189-214.

42 Roger Bacon, Opus Majus, éd. J. H. Bridges, Londres, 1897 (réimpr. Francfort-sur-le-Main, 1964), t. 3, p. 359 sq.

43 Alexander von roes, Schriften, éd. H. Grundmann et H. Heimpel, Weimar, 1949 (MGH. Studientexte, 4), p. 48 (Memoriale de Prerogativa imperii Romani) et 70 (Noticia seculi) ; sur le concept d’Europe chez cet auteur, cf. M. Fuhrmann, Alexander von Roes : ein Wegbereiter des Europagedankens ?, Heidelberg, 1994 (Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Phil.-Hist. Kl., 4) ; et Kl. Oschema, « Der Europa-Begriff im Hoch- und Spätmittelalter. Zwischen geographischem Weltbild und kultureller Konnotation », Jahrbuch für Europäische Geschichte, 2 (2001), p. 191-235, ici p. 210 sq.

44 Cf. P. R. Blum, « Europa – ein Appellbegriff », Archiv für Begriffsgeschichte, 43 (2001), p. 149-171 ; et Schneidmüller, « Die mittelalterlichen Konstruktionen... », loc. cit. n. 1, p. 15.

45 S. Dufeu, Valeurs et constitutions européennes. Une identité politique entre deux mythes : universalisme et frontière, Paris, 2005, p. 30.

46 Il est donc conséquent de parler « des Europes » au pluriel, cf. J. G. A. Pocock, « Some Europes in their History », The Idea of Europe. From Antiquity to the European Union, dir. A. Pagden, Cambridge, 2002, p. 55-71, ici p. 55 ; et l’anthologie Europes. De l’Antiquité au xxe siècle. Anthologie critique et commentée, éd. Y. Hersaut et F. Durand-Bogaert, Paris, 2000.

Auteur

Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg
Historisches Seminar

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540