Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Figures (1830-1871)

La barricade des Misérables

Thomas Bouchet

Texte intégral

  • 1 Les références au roman, ainsi que la pagination indiquée, renvoient à l'édition établie par Rosa (...)

1C'est à la barricade que Gavroche trouve la mort en chantant ; c'est elle que les amis de l'A.B.C. défendent de toutes leurs forces, pendant de longues heures ; et Jean Valjean en fait sortir à la fois Javert et Marius, au moment où elle devient le théâtre du massacre final ; à plus d'un titre, la barricade de la rue de la Chanvrerie est un lieu central des Misérables1.

  • 2 Maitron J., (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, vol. ii, notice « Hug (...)

2Selon toute vraisemblance, nulle autre œuvre littéraire ne ménage une telle place à ce type de construction, ni ne lui offre un si beau rôle. La barricade de Victor Hugo laisse son empreinte dans les esprits, et sa forte présence peut expliquer à elle seule que pour les innombrables lecteurs du roman, génération après génération, « il est difficile d'imaginer certains événements de l'histoire révolutionnaire de la monarchie de Juillet autrement que Victor Hugo les a décrits »2.

  • 3 L'insurrection des 5 et 6 juin 1832 s'est déclenchée à l'issue des funérailles du général Lamarque (...)

3Ce jugement laisse pourtant perplexe, parce qu'il rend compte d'un processus difficile à déchiffrer. Il ne fait pas de doute que la barricade du romancier est venue se substituer dans les mémoires aux barricades historiques des 5 et 6 juin 1832 – en particulier à celle que Jeanne dirigea au cloître Saint-Merry3. Mais quelles ont été les modalités de ce transfert ? Retranscription fidèle par Victor Hugo d'un épisode alors oublié, et appelé par la vertu du succès littéraire à une gloire posthume inattendue ? Reconstruction des faits historiques, synthétisés et réorganisés de manière inédite ? Mise en perspective d'une expérience individuelle de l'histoire, entre une première rédaction partielle (fin de la monarchie de Juillet) et l'écriture définitive des années d'exil à Guernesey ? Création d'un objet avant tout littéraire, fruit de l'imagination du romancier ?

4L'auteur des Misérables accrédite tour à tour toutes ces hypothèses, et d'autres encore, sans que le lecteur y retrouve toujours son chemin : la barricade appartient simultanément à plusieurs univers et les met en relation. Ce serait, à notre sens, réduire la portée de l'objet que d'engager une confrontation pointilleuse avec l'un ou l'autre de ces univers. On cherchera plutôt ici à explorer certaines caractéristiques d'un dialogue toujours recommencé, certes entre la fiction et l'histoire – cette optique nous servira de point de départ –, mais aussi avec le mythe, la politique ou la poésie, de façon à présenter la barricade comme personnage à part entière dans la fresque dépeinte par Hugo. Là réside peut-être l'une des explications de sa postérité.

  • 4 Voir surtout Milhaud G., « De l'histoire au roman. L'insurrection de 1832 », Europe, février - mar (...)
  • 5 « V. Hugo a imaginé une barricade vraisemblable d'ailleurs, et y a transposé, en y installant ses (...)

5La barricade de la rue de la Chanvrerie, un objet d'histoire ? La question a été abordée maintes fois et sous des angles multiples, entre la quête érudite et l'illustration globale d'une réflexion sur le statut de l'histoire dans les Misérables4. Les conclusions qui se dégagent de ces travaux mettent l'accent sur deux mécanismes distincts : Hugo puise dans l'histoire, mais il s'en démarque et la dépasse, lit-on en substance5. Au-delà de ce constat, ce qui semble ici important c'est que les diverses modalités de la relation à l'histoire ne sont pas incompatibles, loin s'en faut. Il n'est que de suivre la démarche du romancier pour percevoir la richesse du dialogue entre les barricades historiques et la barricade romancée.

  • 6 Balzac H. de, Illusions perdues, Paris, Garnier, 1961, p. 238. Sur ce point : Jung W., « Un type r (...)
  • 7 Aucune mention n'est faite à ces rues dans les rapports très détaillés remis par toutes les légion (...)

6Une première constatation s'impose d'emblée : la barricade de la rue de la Chanvrerie est historiquement improbable. Alors que Balzac choisit de faire mourir l'un de ses personnages - le républicain Michel Chrestien – sur la barricade Saint-Merry6, Hugo fait évoluer Enjolras et ses hommes sur une barricade imaginaire : selon toutes les apparences, aucune construction importante n'a été durablement édifiée rue de la Chanvrerie ou rue Mondétour les 5 et 6 juin 18327. En outre, la vie de cette barricade défie toute logique de combat, ce que Fernand Rude affirme sans détours, en dissociant barricades réelles et représentation romanesque :

  • 8 Rude F., L'insurrection lyonnaise de novembre 1831 : le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, P (...)

« On a tendance à se représenter une bataille des rues vers 1830 d'une façon très romantique, à la manière dont le Victor Hugo des Misérables évoque les barricades du cloître Saint-Merry en juin 1832 : des tas de pavés arrachés derrière lesquels les insurgés se tiennent aux aguets et se font tuer sur place. Il faut se garder d'une pareille illusion »8.

  • 9 Gustave Flaubert, lettre à madame Roger des Genettes, premier mai 1874. Citée par Jean Boudot, dan (...)

7On admettra volontiers que vus sous cet angle les défenseurs de la barricade, entrecroisant leurs destinées au beau milieu de l'insurrection, ressemblent à ces « bonshommes en pain d'épice » dénoncés par Flaubert à propos de Quatre-vingt-Treize9. De fait, Hugo construit les chapitres consacrés à la barricade comme une pièce de théâtre. Morceaux de bravoure ou tirades enflammées, vraies et fausses sorties, péripéties et rebondissements montrent que le romancier n'hésite pas à forcer le trait et à mélanger les genres – tantôt tragédie, tantôt comédie, tantôt mélodrame -pour dépeindre l'épisode. Rien ne manque, pas même le cabaret-coulisses où les insurgés-acteurs vont reprendre leur souffle après une scène éprouvante.

8La barricade de la rue de la Chanvrerie est donc improbable et revendiquée comme telle dans l'écriture même de Hugo. À cet égard, les indications qu'il glisse à son lecteur au détour d'une phrase engagent même à s'interroger sur la possibilité de décrire n'importe quelle barricade, réelle ou fictive. Pour ses assaillants, elle se dérobe aux regards et reste opaque : s'ils envoient des hommes sur les toits voisins pour tenter de percer ses secrets, la réaction est immédiate :

« il [Jean Valjean] ajusta le pompier, et, une seconde après, le casque, frappé d'une balle, tombait bruyamment dans la rue. Le soldat effaré se hâta de disparaître. Un deuxième observateur prit sa place. Celui-ci était un officier. Jean Valjean, qui avait rechargé son fusil, ajusta le nouveau venu, et envoya le casque de l'officier rejoindre celui du soldat. [...] Personne ne reparut sur le toit ; et l'on renonça à espionner la barricade. » (p. 953).

9Pour ceux de ses défenseurs qui ont pu échapper à la mort, elle ne laisse pas de trace et s'apparente à un songe :

« Sorti d'une barricade, on ne sait plus ce qu'on y a vu. [...] On regarde quelque chose de rouge qu'on a dans les ongles. On ne se souvient plus. » (p. 969).

10Comment, dans ces conditions, en espérer une description homogène et fidèle ? Après la fin des combats, alors que la barricade a été prise, elle ne dévoile le plus souvent aux vainqueurs ou aux curieux que les débris de ce qu'elle était encore quelques minutes plus tôt ; elle ressemble à une coquille dépourvue de vie et de sens. Puis le temps accomplit son œuvre : la barricade de la Chanvrerie témoigne, selon Hugo, d'un passé révolu, à telle enseigne qu'il est devenu impossible au début des années 1860 – période de rédaction finale du roman – de se faire une idée de l'emplacement qu'elle occupait : la rue Rambuteau a creusé en 1845 une trouée profonde dans le petit labyrinthe des rues de la Chanvrerie, Mondétour, des Prêcheurs.

  • 10 Combes C, Paris dans Les Misérables, Nantes, CID éditions, 1981, p. 159sq.
  • 11 Voir les rapports déjà cités supra.
  • 12 Quelques exemples : « Les journaux du temps qui ont dit que la barricade de la rue de la Chanvreri (...)

11Cependant, la lecture du roman empêche qu'on s'en tienne là. Hugo, dans le même élan, enracine sa barricade dans le réel, affirme qu'elle s'inscrit bel et bien dans le processus insurrectionnel des 5 et 6 juin 1832. La description du site de la barricade est pour l'essentiel conforme à la topographie des lieux : la rue de la Chanvrerie, les rues Mondétour et des Prêcheurs, et les angles qu'elles forment entre elles sont parfaitement repérables sur les plans de l'époque10. Les forces armées qui la prennent d'assaut sont celles de juin 1832 (ainsi en est-il pour la sixième légion de la garde nationale et pour le cinquième régiment de ligne11. Afin de lier solidement l'épisode romanesque et l'événement réel qui lui sert de cadre, Hugo opère des transpositions ou forge des preuves : dans les pages consacrées à la barricade nombreuses sont les références à des dossiers d'archives qu'il dit avoir consultés avec attention, ainsi que les mentions faites à la presse de l'époque et les mises à contribution de témoins oculaires12. Traces de balles ou traces de sang complètent le processus de légitimation et de validation, et l'accumulation des indices procure aujourd'hui au lecteur un indiscutable effet de réel : voici par exemple l'évocation des instants qui suivent l'un des assauts les plus violents de l'épisode :

« On déposa les morts en tas dans la ruelle Mondétour dont on était toujours maître. Le pavé a été longtemps rouge à cet endroit. » (p. 931).

  • 13 « Le lendemain [6 juin 1832], M. Victor Hugo dînait chez M. Émile Deschamps. Un des convives, M. J (...)
  • 14 Procès des vingt-deux accusés du Cloître Saint-Méry, évènemens des 5 et 6 juin 1832, suivi de pièc (...)
  • 15 Voir Pépin P.T.F., Relation exacte d'une série de faits touchant les funestes événemens des 5 et 6 (...)
  • 16 L'Imprimerie royale, attaquée le 5 juin en fin d'après-midi par un groupe d'insurgés, était située (...)
  • 17 Rey-Dusseuil M., Le Cloître Saint-Méry, Paris, A. Dupont, 1832, 405 p. Sur l'usage que Victor Hugo (...)

12Pourquoi cet étrange mélange des genres ? On peut voir là un souci de libérer l'objet d'une identité univoque, donc appauvrissante. La barricade de la rue de la Chanvrerie est réelle sans l'être, et c'est dans l'alliance de ces deux modalités plutôt que dans leur confrontation qu'il s'agit d'envisager la question. Le réel informe le fictif à chaque fois que Victor Hugo reprend à son compte des récits qu'il a entendus13 ou des éléments qu'il a glanés dans ses nombreuses lectures sur l'événement, qu'il s'agisse du procès des insurgés de Saint-Merry, de l'Histoire de dix ans que publie Louis Blanc ou de déclarations consignées dans les rapports sur l'insurrection14 ; nombreux sont ainsi les emprunts précis à l'épisode de la barricade Saint-Merry – « l'autre barricade, la grande, celle de Jeanne », nous glisse Hugo (p. 933) – : structure générale de l'édifice composé d'une barricade principale flanquée de deux ouvrages avancés dans les rues adjacentes, rôle essentiel du café qui fait office de fonderie, d'ambulance, de cantine et de bastion ultime, phases du combat et caractéristiques de l'assaut final. Et une partie des munitions dont disposent Enjolras et ses hommes aurait été fournie par un nommé Pépin, rapporte Hugo (p. 868) ; or ce personnage, épicier et marchand de couleurs à la Bastille, capitaine de la garde nationale, fut effectivement accusé de participation active à l'insurrection des 5 et 6 juin, mais il fut relâché faute de preuves15. À l'inverse, il n'est pas rare que le fictif irrigue le réel, comme dans l'« attaque nocturne du poste de l'Imprimerie royale »16 un épisode authentique de l'insurrection, qui compterait aux dires de Victor Hugo parmi les « souvenirs les plus terribles des vieux bourgeois du Marais » (p. 921), et auquel Gavroche apporte dans le roman une touche à la fois héroïque et comique ; enfin, la fiction se nourrit de fiction lorsque le romancier s'inspire de Rey-Dusseuil, auteur dès 1832 d'un Cloître Saint-Merry lyrique17. Il résulte de tout cela une extrême souplesse, un jeu perpétuel sur les références.

  • 18 « - Est-ce à Saint-Merry qu'il faudra porter la réponse ? - Vous feriez là, s'écria Gavroche, une (...)
  • 19 « La nuit allait venir et l'on commençait à entendre le tocsin de Saint-Merry. » (p. 841) ; « On é (...)

13Le résultat peut sembler déroutant, de prime abord. Puisque c'est la Chanvrerie et non Saint-Merry que Victor Hugo compare aux grandes barricades historiques de juin 1848, tient-il pour interchangeables la barricade historique et la barricade romancée ? Rien de tel en fait, et Gavroche lui-même n'a garde de les confondre lorsqu'il décrit à Jean Valjean la position de Marius18. Les correspondances établies par le romancier indiquent plutôt des relations serrées entre histoire et fiction. Hugo précise que sur leur route les insurgés des Misérables ont laissé derrière eux Saint-Merry et n'ont choisi l'emplacement définitif de leur barricade qu'à la faveur d'une bifurcation de dernière minute (p. 854 et 865) ; ensuite, les longues heures de combat ou d'attente sont scandées par le tocsin de Saint-Merry, point de contact ténu et essentiel à la fois avec le reste de l'insurrection19. Les défenseurs de la barricade y sont d'autant plus sensibles que le son a une tonalité humaine :

« On n'y entendait qu'un seul bruit, bruit déchirant comme un râle, menaçant comme une malédiction, le tocsin de Saint-Merry. Rien n'était glaçant comme la clameur de cette cloche éperdue et désespérée se lamentant dans le brouillard. » (p. 884).

14La communication est alors moins factuelle que spirituelle et elle rend compte, aux yeux de Hugo, d'une même logique profonde. C'est en ce sens qu'on peut comprendre comment « les deux barricades, quoique matériellement isolées, communiquaient. » (p. 934).

15L'événement des 5 et 6 juin 1832 fournit donc des éléments de compréhension, sans épuiser la signification de la barricade des Misérables. Selon un axe temporel, on peut repérer au moins deux autres systèmes de références apparentes, car l'objet construit par Hugo marque une étape dans l'histoire de son siècle comme dans celle du romancier.

  • 20 Pour ce qui suit, se reporter à l'ensemble du chapitre concerné, p. 925-930.

16La barricade dirigée par Enjolras et par Marius est intégrée dans le contexte explosif des premières années de la monarchie de Juillet. La comparaison avec les deux constructions de juin 1848 – « la Charybde du faubourg Saint-Antoine et la Scylla du faubourg du Temple » longuement évoquées par le romancier –, lui permet de conclure à une « éducation de l'émeute » perceptible dans la structure même des barricades20. En 1832, la barricade est largement improvisée, construite de bric et de broc avec ce qui tombe sous la main, sans cesse refaite par petits bouts ; seize ans plus tard elle a mûri, elle devient ouvrage de professionnels de la guerre civile. « Monstrueuse » et « formidable » au faubourg Saint-Antoine, « terrible » et « sinistre » au faubourg du Temple, « titanique hottée de gravats » ou bien « mur [...] aligné au fil à plomb », « gueule » dans un cas et « masque » dans l'autre, la barricade de juin 1848 montre le chemin parcouru depuis juin 1832.

  • 21 Gaudon J., « Écrire le siècle : l'épopée inachevée », Revue d'histoire littéraire de la France, no (...)

17Même originalité de 1832 par rapport à l'événement majeur qui précède, avec cette fois un intervalle de dix-sept ans. C'est Waterloo qui a conduit à la Chanvrerie et à Saint-Merry, puisque selon Hugo la défaite de Napoléon a désigné l'effacement du grand homme au profit du héros collectif. Alors la barricade prend le relais et incarne la guerre urbaine dans toute sa complexité. La structure chronologique du roman témoigne de cette évolution, jetant un pont entre les deux épisodes dramatiques du 18 juin 1815 et des 5 et 6 juin 183221.

  • 22 Guy Rosa repère ainsi, dans le chapitre intitulé « L'homme rencontré rue des Billettes » (Quatrièm (...)

18Présentée ainsi, la barricade des Misérables pourrait témoigner à sa manière de l'histoire générale de la période. Pourtant, une fois encore, Hugo s'ingénie à brouiller les pistes, au point de dépasser la dimension historique pour produire un mythe-barricade. Il a été souvent noté, en premier lieu, que la barricade de la rue de la Chanvrerie contient des éléments de février et juin 1848, voire de mai 1839 ou de décembre 185122. L'examen des sources du romancier permet de repérer des souvenirs transposés, des bribes d'histoire réutilisées dans un collage multiforme. De la sorte, Hugo fait de la rue de la Chanvrerie une synthèse possible des barricades prises dans leur ensemble.

  • 23 Nombreuses références dans Le Cloître Saint-Méry, op. cit. (p. 108, 143, 271, 369) ; en tête de l' (...)

19Mais il va beaucoup plus loin, dans un mouvement assez vertigineux. Portant son regard en arrière, il relie l'épisode de la barricade de 1832 à « Homère », « Milton », « Dante » – « des démons attaquaient, des spectres résistaient » (p. 985) –, accédant alors au mythe. Tel est l'usage qu'il fait de la référence répétée à l'épisode des Thermopyles, lieu commun de la littérature du temps23 : il salue de cette manière l'héroïsme des combattants mais il donne à cette image une portée qui dépasse largement tout cadre historique ; à ses yeux, le combat des Spartiates est déjà un combat de barricade. L'épopée rue Saint-Denis se situe donc à la fois dans l'histoire et au-delà d'elle ; elle dit à la fois les luttes parisiennes pendant la période des émeutes et des luttes de tous les temps et de tous les lieux.

  • 24 Si l'on suit les conclusions de Pierre Laforgue, la reprise des Misérables en 1860 correspond à l' (...)
  • 25 La chronologie de la rédaction des Misérables est présentée dans ses grandes lignes par G. Rosa, o (...)

20La barricade de la rue de la Chanvrerie s'éclaire aussi en fonction de l'évolution du romancier, de son impressionnante trajectoire politique, entre la monarchie de Juillet et le long exil à Guernesey qui forme le cadre de la rédaction définitive. La signification de la barricade déborde le cadre de la guerre des rues et c'est le combat du proscrit du Deux-décembre qui apparaît en filigrane. Hugo met en relation « la mort sur la barricade » et « la tombe dans l'exil » (p. 979), et il plonge certaines scènes de combat dans une étonnante atmosphère marine qui évoque irrésistiblement Guernesey. Dans ses derniers moments, la barricade est une digue, une falaise dressée face au flot de ses ennemis. Et à l'apogée de l'évocation, le combat final : « inondée d'assaillants », elle résiste d'abord ; pendant de longues minutes, « elle ne se couvrit d'assaillants que comme la falaise d'écume, pour reparaître l'instant d'après, escarpée, noire et formidable. » (p. 980). Ces pages montrent que la barricade est pour le proscrit du Second Empire un symbole d'opposition, et qu'il ressent à cette période l'impérieux besoin de faire entendre sa voix24. Elles amplifient la portée des chapitres écrits dès la fin de la monarchie de Juillet et partiellement retravaillés25.

21Quelle que soit l'optique choisie, l'interrogation portant sur la dimension historique du roman, même appliquée à l'objet-barricade, incite alors à considérer le travail de Victor Hugo dans sa cohérence globale, dans l'infini jeu de correspondances qui l'habitent. À partir de là, il pourra sembler justifié d'élargir la perspective car c'est à l'esprit de la barricade que Hugo s'attache.

22Les caractéristiques proprement littéraires du texte ouvrent un ensemble de perspectives sur les apports du romancier dans la représentation de la barricade en général. Si celle des Misérables garde aujourd'hui une telle prégnance, c'est moins par son adéquation à un contexte particulier que par les éléments qui la transfigurent et qui élargissent son sens et sa portée. Ce qu'on propose dans les lignes qui suivent, c'est donc une tentative d'examen, par définition subjectif et partiel, de ce qui peut toucher ou émouvoir un lecteur dans l'épisode de la barricade. À partir d'une question : avec quoi la barricade de la rue de la Chanvrerie est-elle construite ?

  • 26 Cette phrase fait écho au discours d'Enjolras, proclamant que « la barricade n'est faite ni de pav (...)

23Comme toutes ses semblables, elle est à la fois construction matérielle et groupe humain, contenant et contenu. Or Hugo démontre que cette partition commode n'a pas cours et qu'en fait, la barricade est de part en part humaine. C'est ce qu'indiquent d'abord la nature, la composition et la provenance des éléments qui la forment : tout peut servir, sans aucune limite de provenance, comme le claironne Gavroche, enthousiaste ; dans cette vaste récupération de restes en tous genres, les futailles vides de la veuve Hucheloup, l'omnibus « couché sur le flanc » (p. 867), le vêtement-drapeau, le matelas évoquent l'être autant que l'objet. En outre la barricade est semblable au corps humain ; elle respire par les ouvertures et les passages qui jusqu'à l'assaut final la relient à l'extérieur – en ce sens, l'assaut est étouffement – ; elle est système sanguin, sans répit irrigué et parcouru ; elle est sujette à des pulsations qui font varier son rythme de vie, entre la respiration régulière des moments de calme, les rythmes saccadés et syncopés des attaques, le souffle coupé des attentes. Mieux encore : les éléments bricolés ensemble sont davantage spirituels que matériels. Construire la barricade, c'est en définitive dans l'esprit de Hugo « élever, échafauder et entasser un monceau de misères, de douleurs, d'iniquités, de griefs, de désespoirs, et arracher des bas-fonds des blocs de ténèbres pour s'y créneler et y combattre »26 (p. 976-977).

24Hugo fait vivre sa barricade dans les Misérables, au même titre qu'il fait vivre les autres personnages. À tel point d'ailleurs qu'elle devient sujet de l'action au plus fort des combats. En riposte à l'installation du canon, « la barricade fit feu », et elle « battit des mains » après la première décharge (p. 945) ; puis, devant l'échec de la canonnade, elle « se mit à rire » (p. 946) ; elle « applaudit » (p. 949) pour saluer la précision des tirs de Jean Valjean. Au moment où une première balle touche Gavroche, « toute la barricade poussa un cri » (p. 961). Et quand tout espoir est perdu commence l'« agonie de la barricade » (p. 974). Elle participe donc de la tension essentielle du livre, que synthétise Hugo en une phrase : « Point de départ : la matière ; point d'arrivée : l'âme. » (p. 980).

25Dans cette perspective, la barricade de la rue de la Chanvrerie prend un relief caractéristique. Ce qui lui donne son pouvoir évocateur et son aspect profondément attachant c'est, nous semble-t-il, qu'elle peut se définir comme un être debout. La construction de la rue de la Chanvrerie sort de terre en un clin d'œil ; image concrète du soulèvement insurrectionnel, son élan est tourné vers le haut. Le timon de l'omnibus en forme la pointe, surmontée elle-même par le drapeau rouge. Au fil des heures le travail de surrection se poursuit, conformément aux exhortations de Gavroche : « C'est tout petit, votre barricade. Il faut que ça monte. » (p. 870). Pendant la nuit « on l'avait exhaussée de deux pieds. Des barres de fer plantées dans les pavés ressemblaient à des lances en arrêt » (p. 930) ; quelques heures plus tard, pour répondre à la pression des forces de l'ordre, l'un des insurgés propose : « Soit. Élevons la barricade de vingt pieds de haut, et restons-y tous. » (p. 934). Et plus tard encore : « La barricade était plus forte que lors de la première attaque. [...] on l'avait exhaussée encore. » (p. 944). De la sorte la barricade est toujours inachevée, tension constante vers un but impossible à atteindre. Pièce maîtresse du dispositif : l'escalier fait de pavés qui permet de gagner le sommet en un instant ; il est déblayé et redressé après chaque attaque ; dans l'une des scènes les plus dramatiques de l'épisode le père Mabeuf en gravit les marches une à une pour déployer le drapeau face aux assaillants.

  • 27 Charles D., loc. cit., p. 58.

26Mieux, la barricade déborde ses propres limites, car elle prend ses racines sous terre et trouve son prolongement au-dessus d'elle-même. Elle s'appuie sur le monde des soupiraux et des caves, d'où proviennent certains des matériaux de construction, et qui servent de retranchements ; les fenêtres et les toits du cabaret Corinthe où les derniers combats font rage sont toujours son domaine. D'en-haut – des airs – tombent deux objets providentiels, le matelas qui protège de la mitraille et l'uniforme qui rend possible la fuite d'un insurgé. Par en-bas, par les intestins de la capitale, égouts charriant les matériaux mêmes qui constituent la barricade27, parvient à fuir Jean Valjean avec Marius sur le dos.

27La dimension essentiellement verticale de la barricade n'est pas sans influence sur le type de liens qu'elle entretient avec les espaces qui l'entourent. Ce n'est ni vers le haut, ni vers le bas que la barricade trouve ses limites, mais autour d'elle. Dans Les Misérables, les maisons voisines se montrent d'emblée hostiles à l'insurrection ; elles deviennent des sortes de contre-barricades. À trois reprises les insurgés se heurtent à ces « maisons barricadées », obstacles infranchissables. L'isolement de la barricade est en l'occurrence dû au très faible impact de l'insurrection dans la population parisienne qui refuse de suivre le mouvement. À l'inverse, précise Hugo, lorsque l'insurrection reçoit un soutien populaire, une fusion s'opère avec les bâtiments alentour : alors, « la maison fraternisait avec la forteresse improvisée qui s'appuyait sur elle. » (p. 974).

28Prendre la barricade, c'est donc l'araser, en rogner les arêtes. Sous l'effet du canon :

« Le sommet de la muraille avait disparu. [...] et les débris qui étaient tombés, tantôt à l'intérieur, tantôt à l'extérieur, avaient fini, en s'amoncelant, par faire, des deux côtés du barrage, deux espèces de talus, l'un au-dedans, l'un au-dehors. Le talus extérieur offrait à l'abordage un plan incliné. » (p. 983).

29C'est pourquoi l'ultime résistance des insurgés consiste à mourir les yeux tournés vers le ciel (Mabeuf, Combeferre), ou à se tenir debout même après la mort, comme Enjolras qui, « traversé de huit coups de feu, resta adossé au mur comme si les balles l'y eussent cloué. » (p. 987).

  • 28 Au discours d'Enjolras (p. 939-942) répondent les discours d'ivresse de Grantaire qui en sont indi (...)
  • 29 Souligné par nous.

30Bien entendu la barricade est ici politique tout autant que poétique. Chacun de ses défenseurs y exprime à sa manière – souvent sublime, parfois comique ou grotesque – une vision du monde et de l'avenir28, et les liens qui s'y nouent dessinent les contours d'une société éphémère. C'est pourquoi la barricade, debout jusqu'au dénouement, est aussi une protestation contre la direction imposée aux esprits par une monarchie de Juillet qui a cherché selon Hugo à « couper les angles et les ongles, ouater le triomphe, emmitoufler le droit, envelopper le géant peuple de flanelle et le coucher bien vite »29 (p. 656).

  • 30 Sur ce point : Delabroy J., « « L'accent de l'histoire ». Sur 1848 et Les Misérables de Victor Hug (...)
  • 31 Hugo V, « Sur une barricade », L'Année terrible, 1872 (texte reproduit dans les Œuvres poétiques, (...)
  • 32 Maurel J., « Misérabelais. Une misère barricadée », in Idéologies hugoliennes, Actes du colloque d (...)

31Telle nous apparaît la barricade des Misérables, tout au moins dans quelques-unes de ses significations. Pour aller plus loin dans l'exploration, il serait utile de réfléchir sur ce que représente l'idée de la barricade, partiellement représentée par la rue de la Chanvrerie, dans l'ensemble de l'œuvre de Hugo. Sans parler des barricades de 1848 dont l'évocation par le romancier dans les Misérables vaudrait à elle seule qu'on s'y arrête davantage30, sans revenir non plus sur les multiples notations que recèle l'Histoire d'un crime, mentionnons simplement le poème de l'Année terrible (« Sur une barricade, au milieu des pavés, Souillés d'un sang coupable et d'un sang pur lavés... »)31, ou encore ces innombrables barricades à la fois réelles et imaginaires que dans Les Travailleurs de la mer Gilliatt construit inlassablement au cœur de l'océan, d'après l'analyse de Jean Maurel32. Ici s'esquisse un réseau de significations qui traverse l'œuvre de Hugo, preuve que l'épisode de la rue de la Chanvrerie ne peut en aucun cas être conçu comme une simple digression dans le cours des Misérables.

  • 33 Les Misérables, vol. IV, Paris, Ollendorf-Imprimerie nationale, 1909, dossier documentaire.
  • 34 Rolland R., « Le vieux Orphée », in Europe, juin 1935, p. 9.
  • 35 Compte-rendu analytique officiel du Sénat, n° 20, mercredi 22 juin 1985 (cité par Fizaine J.-C, «  (...)

32On admettra sans peine que la barricade de Victor Hugo, dotée d'un tel pouvoir évocateur, ait marqué les esprits au fil des années et qu'elle ait pu être prise au sérieux. En témoignent trois signes parmi tant d'autres, répartis sur plus d'un siècle, minuscules et révélateurs à la fois : aux États-Unis, pendant la guerre de Sécession, des combattants prennent le surnom d'« Enjolras » ou de « Bossuet »33 ; Romain Rolland, à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Hugo (1935), évoque longuement l'influence sur sa formation du « chantre de la Révolution – et des Révolutions – Invocateur des barricades de 1832 et de Quatre-Vingt-Treize34 » ; et en 1985, Robert Badinter rend aux Misérables un hommage où se mêlent inextricablement le réel et l'imaginaire, l'histoire, la politique et la fiction, puisqu'il s'en va, « quelque part du côté des Halles, déposer quelques fleurs à Victor Hugo et à Gavroche, là où l'auteur situe sa mort sur les barricades. »35

Notes

1 Les références au roman, ainsi que la pagination indiquée, renvoient à l'édition établie par Rosa A. et G., Les Misérables, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1985, XV-1270 p.

2 Maitron J., (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, vol. ii, notice « Hugo », Paris, Éditions ouvrières, 1964, p. 357.

3 L'insurrection des 5 et 6 juin 1832 s'est déclenchée à l'issue des funérailles du général Lamarque. Plusieurs centaines d'insurgés ont élevé des barricades ; ils ont réussi à se rendre maîtres pendant quelques heures d'une moitié Est de la capitale. Mal organisés, peu soutenus par la population parisienne, harcelés par l'armée et la garde nationale, ils ont été délogés de leurs positions (faubourg Saint-Antoine, quartier Montmartre, rue Saint-Martin et cloître Saint-Merry). Au soir du 6 juin, l'ordre régnait et Paris était soumis à l'état de siège. Sur cet événement, on pourra se reporter à : Blanc L., Histoire de dix ans, t. iii, 1840, p. 270-318 ; Thureau-Dangin P., Histoire de la monarchie de Juillet, t. ii, 1884, p. 126-139 ; Vigier P., Paris pendant la monarchie de Juillet, Paris, Hachette, coll. « Nouvelle histoire de Paris », 1991, p. 87-93.

4 Voir surtout Milhaud G., « De l'histoire au roman. L'insurrection de 1832 », Europe, février - mars 1962, p. 110-134. Dans ce même numéro d'Europe, on pourra lire une mise au point de Tersen É., « Le Paris des Misérables », p. 92-109.

5 « V. Hugo a imaginé une barricade vraisemblable d'ailleurs, et y a transposé, en y installant ses héros, toute la résistance des héros de l'histoire » (Milhaud G., loc. cit., p. 124).

6 Balzac H. de, Illusions perdues, Paris, Garnier, 1961, p. 238. Sur ce point : Jung W., « Un type révolutionnaire : Michel Chrestien », L'année balzacienne, 1990, p. 89-97.

7 Aucune mention n'est faite à ces rues dans les rapports très détaillés remis par toutes les légions de la garde nationale (Moniteur universel, 19 juin 1832 ; Rapports sur les opérations et les faits militaires auxquels la garde nationale a pris part dans les journées des 5 et 6 juin 1832, Paris, Crapelet, 1832, 85 p.), ni dans la synthèse éditée par le ministère de l'intérieur (Rapports sur les affaires des 5 et 6 juin 1832, Paris, Imprimerie royale, juin 1832, 16 p.).

8 Rude F., L'insurrection lyonnaise de novembre 1831 : le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, Anthropos, 1969, p. 430-431.

9 Gustave Flaubert, lettre à madame Roger des Genettes, premier mai 1874. Citée par Jean Boudot, dans sa préface à Quatre-vingt-Treize (Paris, Garnier, 1963, p. xliii).

10 Combes C, Paris dans Les Misérables, Nantes, CID éditions, 1981, p. 159sq.

11 Voir les rapports déjà cités supra.

12 Quelques exemples : « Les journaux du temps qui ont dit que la barricade de la rue de la Chanvrerie, cette construction presque inexpugnable, comme ils l'appellent, atteignait le niveau d'un premier étage, se sont trompés » (p. 871). « L'auteur de ce livre a eu entre les mains, en 1848, le rapport spécial fait à ce sujet au préfet de police de 1832 » (sur l'exécution d'un espion envoyé par la police, p. 880).

13 « Le lendemain [6 juin 1832], M. Victor Hugo dînait chez M. Émile Deschamps. Un des convives, M. Jules de Rességuier, raconta l'héroïque défense du Cloître Saint-Merry qui émut profondément le futur auteur de l'« Épopée de la rue Saint-Denis. » ». Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, Paris, Lacroix, 1864 (7e éd.), vol. ii, p. 375.

14 Procès des vingt-deux accusés du Cloître Saint-Méry, évènemens des 5 et 6 juin 1832, suivi de pièces justificatives, Paris, Rouanet, 1832, 146 p. ; Blanc L., Histoire de dix ans, op. cit. Sur la teneur des notes prises par Hugo lors de ses lectures, voir Hugo V, Chantiers, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1990, p. 956-963.

15 Voir Pépin P.T.F., Relation exacte d'une série de faits touchant les funestes événemens des 5 et 6 juin 1832, et présentant la réfutation de plusieurs erreurs commises dans les rapports de M. le Général Schramm et de M. le Maréchal de Camp Tourton adressés à M. le Comte Lobau sur les mêmes événemens, Paris, Auffray, s. d., 52 p. Ce même Pépin sera exécuté en janvier 1836, pour complicité dans l'attentat de Fieschi.

16 L'Imprimerie royale, attaquée le 5 juin en fin d'après-midi par un groupe d'insurgés, était située à l'angle de la rue du Temple et de la rue des Quatre Fils. Elle resta sous leur contrôle pendant deux heures environ.

17 Rey-Dusseuil M., Le Cloître Saint-Méry, Paris, A. Dupont, 1832, 405 p. Sur l'usage que Victor Hugo fait de ce texte, voir : Dumesnil R., « L'origine de deux livres des Misérables », Mercure de France, 1911, p. 77-93.

18 « - Est-ce à Saint-Merry qu'il faudra porter la réponse ? - Vous feriez là, s'écria Gavroche, une de ces pâtisseries vulgairement appelées brioches. Cette lettre vient de la barricade de la rue de la Chanvrerie, et j'y retourne. Bonsoir, citoyen. » (p. 916).

19 « La nuit allait venir et l'on commençait à entendre le tocsin de Saint-Merry. » (p. 841) ; « On écoutait sur le pas des portes les bruits, les rumeurs, les tumultes, [...] et surtout le lamentable tocsin de Saint-Merry. » (p. 843) ; « On entendait le tocsin de Saint-Merry qui ne s'était pas tu depuis la veille. » (p. 933) ; « L'obstination du tocsin de Saint-Merry ranima quelques velléités. » (p. 956).

20 Pour ce qui suit, se reporter à l'ensemble du chapitre concerné, p. 925-930.

21 Gaudon J., « Écrire le siècle : l'épopée inachevée », Revue d'histoire littéraire de la France, nov.-déc. 1986, p. 1101-1108.

22 Guy Rosa repère ainsi, dans le chapitre intitulé « L'homme rencontré rue des Billettes » (Quatrième partie, livre 12, chapitre vii, p. 874-877), la transposition de plusieurs souvenirs vécus par Hugo sur une barricade, dans la journée dramatique du 4 décembre 1851. Ces souvenirs figurent aussi dans le texte ou les notes annexes de l'Histoire d'un crime. Pour plus de détails, se reporter dans l'édition des Misérables utilisée aux notes de la page 1211.

23 Nombreuses références dans Le Cloître Saint-Méry, op. cit. (p. 108, 143, 271, 369) ; en tête de l'ouvrage versifié qu'il intitule L'Aurore d'un beau jour. Épisodes des 5 et 6 juin 1832 (Paris, Bousquet, 1833, 114 p.), Noël Parfait inscrit la phrase célèbre : « Passant, va dire à Sparte... » ; il en va de même dans un poème de jeunesse de Paul Verlaine – « Des morts de juin 1832 et avril 1834 » –, écrit vers 1861 et publié à Londres en 1872 : « Et tous, comme à Pharsale et comme aux Thermopyles, Vendirent cher leur vie et tinrent en échec, Par deux fois le courroux des généraux habiles » (texte reproduit dans Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, 1962, p. 18-19).

24 Si l'on suit les conclusions de Pierre Laforgue, la reprise des Misérables en 1860 correspond à l'abandon de la Fin de Satan, et marque une réintégration du mythe dans l'histoire, une « redescente sur terre, chez les hommes ». Voir Laforgue P., « Mythe, révolution et histoire. La reprise des Misérables en 1860 », La Pensée, mai-juin 1985, p. 29-40. Repris dans Gavroche. Études sur Les Misérables, Paris, SEDES, 1994, p. 25-48.

25 La chronologie de la rédaction des Misérables est présentée dans ses grandes lignes par G. Rosa, op. cit., p. 1220-1248.

26 Cette phrase fait écho au discours d'Enjolras, proclamant que « la barricade n'est faite ni de pavés, ni de poutres, ni de ferrailles ; elle est faite de deux monceaux, un monceau d'idées et un monceau de douleurs. » (p. 941-942). Plus tard Hugo reprendra la même idée dans l'oraison de Baudin : « La barricade Baudin reparut immédiatement, non plus en France, mais hors de France ; elle reparut, bâtie, non plus avec des pavés, mais avec des principes ; de matérielle qu'elle était, elle devint idéale, c'est-à-dire terrible » (Hugo V, Actes et paroles, 11, cité par Charles D., « Le bricolage, loi de formation métique des barricades », in Chamarat G. (dir.), Les Misérables. Nommer l'innommable, Orléans, Paradigme, 1994, p. 45-70.

27 Charles D., loc. cit., p. 58.

28 Au discours d'Enjolras (p. 939-942) répondent les discours d'ivresse de Grantaire qui en sont indissociables, les paroles de Combeferre sur le sacrifice (p. 936-937), ainsi que les « Vive la République ! » de Mabeuf (p. 894) et de Grantaire (p. 987), le « Vivent les peuples ! » de Feuilly (p. 931), et le « Vive la France ! Vive l'avenir ! » de Jean Prouvaire (p. 899).

29 Souligné par nous.

30 Sur ce point : Delabroy J., « « L'accent de l'histoire ». Sur 1848 et Les Misérables de Victor Hugo », Lendemains, VII-28, oct. 1982, p. 59-67.

31 Hugo V, « Sur une barricade », L'Année terrible, 1872 (texte reproduit dans les Œuvres poétiques, vol. III, Paris, Gallimard, 1974, p. 424-425).

32 Maurel J., « Misérabelais. Une misère barricadée », in Idéologies hugoliennes, Actes du colloque de l'Université de Nice (mai 1985), Nice, Serre, 1985, p. 155-166.

33 Les Misérables, vol. IV, Paris, Ollendorf-Imprimerie nationale, 1909, dossier documentaire.

34 Rolland R., « Le vieux Orphée », in Europe, juin 1935, p. 9.

35 Compte-rendu analytique officiel du Sénat, n° 20, mercredi 22 juin 1985 (cité par Fizaine J.-C, « Aspects d'un centenaire », Romantisme, 60, 2e trim. 1988, p. 31).

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540