Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Figures (1830-1871)

Les représentations de la barricade dans l’iconographie de 1830 à 1848

Alain Pauquet

Texte intégral

1Planches II, III et IV

  • 1 Dayot A., Journées révolutionnaires 1830-1848 d’après des Peintures, Sculptures, Dessins, Lithogra (...)

2Les révolutions de 1830 et de 1848, comme les insurrections de la monarchie de Juillet et celle de juin 1848, ont inspiré une iconographie abondante et largement diffusée. Un ouvrage publié à la fin du xixe siècle s’est efforcé d’en présenter l’essentiel : il s’agit du livre d’Armand Dayot1, intitulé Journées révolutionnaires 1830-1848, et qui contient de nombreuses reproductions de tableaux et de gravures réalisés à l’époque, parfois à partir de croquis pris sur le vif. L’inspecteur des Beaux-Arts qu’était Armand Dayot y a présenté un éventail très large qui va des tableaux d’Eugène Delacroix ou d’Horace Vernet aux lithographies de Charlet, Raffet, Bellangé, Martinet, ou Victor Adam, pour ne citer que les auteurs dont les noms reviennent le plus fréquemment.

  • 2 On consultera en annexe (p. 111-112) la liste des œuvres utilisées.

3Dans ce recueil, la représentation de la barricade tient évidemment une place de choix : elle apparaît comme thème central dans 29 tableaux et gravures (illustrant la construction, la défense ou l’attaque d’une barricade). On la trouve également, mais de façon marginale, dans 24 autres « images », ce qui constitue au total un corpus de 53 représentations de barricades2.

  • 3 La répartition concernant la représentation de la barricade stricto sensu donne dix-sept barricade (...)

4La répartition de cette masse iconographique n’est cependant pas égale3 : les Trois Glorieuses tiennent une place prépondérante avec 35 représentations, contre 10 pour février 1848 et 8 seulement pour juin 1848. Quant aux gravures qui concernent les insurrections du début de la monarchie de Juillet, elles sont, hélas, trop peu nombreuses pour permettre une analyse solide.

5Mon but a été de repérer les constantes de la figuration et d’en déduire les intentions idéologiques sous-jacentes, en examinant successivement la composition physique de la barricade, puis les attitudes des insurgés, leur milieu social, leurs vêtements, âge, sexe, armement, etc., enfin les représentations de la mort et de l’héroïsme et la symbolique politique de cette iconographie. Il était impossible d’envisager « en bloc » l’ensemble de ces représentations, car il existe manifestement de nettes différences entre celles de 1830, de février 1848 et de juin 1848. Ces trois séquences iconographiques ont donc fait à chaque fois l’objet d’une analyse distincte, ouvrant la voie à des comparaisons historiques.

Composition matérielle des barricades

  • 4 Attaque et défense d’une barricade, d’après un tableau de Swebach, p. 61.
  • 5 Le corpus indique une voiture des Messageries, 2 charrettes et 2 fiacres renversés.
  • 6 Les pavés apparaissent dans vingt-six gravures sur trente-cinq, les tonneaux dans douze, les planc (...)

6Considérons, en premier lieu, les barricades des Trois Glorieuses. L’importance du corpus iconographique permet d’effectuer un inventaire détaillé des éléments qui les composent ; en procédant à un comptage par type d’éléments et par image, on peut établir un ordre de fréquence dans le choix des matériaux. Ainsi viennent d’abord les pavés, omniprésents, et dont l’amoncellement désordonné forme le substrat indispensable à la construction de l’édifice. Ensuite viennent les tonneaux, barriques tantôt renversés, tantôt debout et, une fois sur deux, remplis de pavés, sans doute afin de renforcer la barricade contre les boulets et de constituer un meilleur rempart pour les défenseurs. Autres éléments observés : les amas de planches et les poutres qu’on peut supposer empruntées, les unes et les autres, aux chantiers de construction et de ravalement des alentours, bien que les échafaudages n’apparaissent que sur une seule gravure4. Des tables aussi, plus efficaces que les poutres pour arrêter les balles ennemies. Moins fréquentes mais plus spectaculaires sont les charrettes, fiacres et autres voitures renversées devant la barricade5, ce qui suggère qu’elles ont servi de point d’appui à sa construction. On aperçoit également des roues de charrette, ou parfois seulement le moyeu d’une roue. Pavés, tonneaux, planches, poutres, tables et véhicules renversés, voilà donc l’essentiel de la barricade6.

  • 7 Dans Attaque et prise des Tuileries, lithographie de V. Adam, p. 53.
  • 8 Notamment dans Boulevard des Italiens, lithographie de V. Adam, p. 62.
  • 9 Prise de l’Hôtel de Ville, d’après une estampe du Temps, p. 39.

7A ces amoncellements édifiés à la hâte, les insurgés ont ajouté tout ce qui leur tombait sous la main : des portes, des tuiles, des bottes de paille, ici et là une guérite renversée7, des arbres entiers ou tronçonnés8, des matelas, bien utiles pour arrêter les balles et pour transporter les blessés et les cadavres... Car ce lieu sent la mort et on y voit même parfois quelques chevaux crevés, couchés entre planches et pavés9.

  • 10 « Charbonnier est maître chez lui », par Bellangé, p. 11 et Construction d’une barricade, par Bell (...)
  • 11 Ibid., p. 33.

8Sur de nombreuses gravures on remarque également des drapeaux tricolores ; certains, plantés dans le moyeu d’une roue de charrette, forment en quelque sorte la cime de la barricade. Symboles révolutionnaires, ces emblèmes sont aussi destinés à braver les forces de l’ordre : on y lit l’inscription « La Charte ou la Mort »10. Autre exemple de défi à l’égard du pouvoir : cet épouvantail placé au bout d’une perche à l’avant d’une barricade et qui se dresse, vêtu de l’uniforme d’un Suisse11.

  • 12 Place de la Bastille, d’après la lithographie du même nom, p. 31.
  • 13 Rue de Rohan, tableau p. 43 et litho p. 45.

9Que dire des dimensions de la barricade ? Elles varient considérablement puisque tout dépend du site choisi par les insurgés... Dans notre corpus, la barrière-barricade est souvent installée à l’entrée d’une rue, face à un carrefour, ou face à une place. Une disposition qui présente l’inconvénient de permettre aux forces de l’ordre de déployer largement leur artillerie ; la barricade édifiée avec peine (en situation ouverte, elle réclame davantage de matériaux) risque donc d’être rapidement emportée12. En revanche, lorsqu’elle est installée dans un passage plus étroit, celle-ci a plus de chances de tenir bon13. Sa hauteur est également variable : de 0,50 m à 1,80 m, pour autant qu’on puisse en juger d’après les proportions respectives des personnages et de l’édifice. La hauteur la plus fréquente paraît être d’environ 1,50 m.

10Si c’est bien le pavé qui fait la barricade, à cette forme « ordinaire » il faudrait ajouter deux formes particulières et complémentaires : la première pourrait être qualifiée de demi-barricade et la seconde de barricade à l’envers.

  • 14 Prise de l’Hôtel de Ville, p. 39.
  • 15 Boulevard des Italiens, p. 62. Le 29 juillet, sur les boulevards on vit s’opposer les insurgés et (...)

11J’appellerai demi-barricade une construction insuffisante à la protection des insurgés, mais derrière laquelle ces derniers se sont retranchés. Elle peut prendre deux formes : c’est tantôt l’utilisation d’un édifice existant – par exemple le parapet des quais de la Seine, celui-ci étant renforcé par des pavés et des poutres –14, tantôt une barricade inachevée et dépourvue de pavés, par exemple sur le Boulevard des Italiens, avec seulement des arbres coupés15.

  • 16 Les assiégeants, Les assiégés, deux lithos d’après des dessins de Bodem, p. 58.
  • 17 Attaque et défense d’une barricade, p. 61 et Rue de Rohan, par V. Adam, p. 45.
  • 18 Construction d’une barricade, p. 33.

12Quant à la barricade à l’envers, je nommerai ainsi les attaques menées contre les soldats depuis les immeubles voisins, véritable harcèlement qui semble atteindre son paroxysme lorsque l’armée donne l’assaut à une barricade placée au pied de ces immeubles. La troupe est alors soumise à une pluie de projectiles divers, qui vont du baquet à lessive aux pots de fleurs, en passant par des meubles (tables, chaises, fauteuils, commodes) ou des ustensiles de toute sorte (bêches, casseroles, poêles) et même des pavés. La scène des cuirassiers « bombardés » dans la rue Saint-Antoine est d’ailleurs fort célèbre, mais elle est loin d’être la seule. Dans plusieurs gravures, les troupes royales sont ainsi tournées en ridicule, les « assiégeants » devenant les « assiégés »16. C’est en ce sens que l’expression « barricade à l’envers » paraît pertinente, car les insurgés utilisent comme projectiles les éléments de construction des barricades. Ainsi, on voit aux fenêtres des immeubles, des pavés disposés régulièrement et des matelas17 et lorsque Bellangé dessine des insurgés édifiant une barricade, il représente à côté de celle-ci un homme en train de monter des pavés à l’étage d’une maison voisine18. En somme, au lieu de servir à la défense, ces matériaux servent à l’attaque et la fonction défensive de la barricade est donc bien inversée.

13Mais qu’en est-il des représentations des barricades en 1848 ? D’emblée, il faut souligner le fait que l’iconographie de 1848 présente un caractère d’édification morale et de pédagogie politique (faut-il dire de propagande ?) qui est absente de l’imagerie des Trois Glorieuses. La volonté de symbolisme y est nettement à l’œuvre, elle contraste avec le souci de réalisme dont témoignent les gravures évoquées précédemment. Désormais la barricade est suggérée plus que décrite en détail. Toutefois, elle est suffisamment représentée pour autoriser quelques remarques et comparaisons utiles.

  • 19 Si on considère l’ensemble de l’iconographie de Février et celle de Juin, les pavés apparaissent d (...)

14Si les pavés restent l’élément principal, ils sont souvent plus gros qu’en 1830, mieux taillés, donc plus aisés à empiler. Ainsi on peut voir quelques barricades où l’on s’est appliqué à disposer les pavés de façon régulière, alors que ceci ne s’observe nulle part dans les gravures antérieures. La composition matérielle elle-même présente des différences par rapport à 1830 : si les poutres, les planches et les charrettes sont encore présentes en abondance, par contre les tonneaux sont devenus plus rares et les drapeaux tricolores beaucoup plus fréquents19.

  • 20 Très évident sur la Prise des barricades de la rue du Petit-Pont, lithographie de Marchais, p. 83. (...)

15Enfin, si on compare les gravures qui illustrent la révolution de Février et celles qui montrent l’insurrection de Juin, on ne relève pas de différence quant à la composition des barricades (ce sont les mêmes gros pavés, charrettes, planches, etc.), mais la comparaison fait tout de même apparaître (au vu de notre corpus) une différence de taille, car plusieurs barricades de juin 1848 atteignent une hauteur impressionnante -de l’ordre de 3 à 5 m -, et constituent de véritables forteresses. De même, on ne retrouve pas en juin 1948 le phénomène de barricade « à l’envers » : si des insurgés sont retranchés aux étages des immeubles voisins20, c’est seulement pour tirer au fusil contre les soldats, nulle part on ne voit de projection de meubles ou d’ustensiles contre ces derniers. Mais n’est-ce pas tout simplement parce que tout le fatras des projectiles a déjà été entassé, en bas, sur la barricade elle-même ?...

Les acteurs de la barricade

16La barricade est évidemment indissociable de ses acteurs, c’est-à-dire des insurgés. Examinons successivement leur condition sociale, leur armement, sexe, âge et l’attitude dans laquelle ils sont représentés.

  • 21 La tête nue paraît connoter la faiblesse, par exemple en raison d’une blessure, alors que le couvr (...)
  • 22 Blanc L., Histoire de Dix Ans, cité par Armand Dayot p. 43, lequel ajoute : « Nous retrouverons ce (...)

17Parmi les insurgés de 1830, on voit quelques soldats qui ont rallié la cause de la révolution, mais surtout des bourgeois et des hommes du peuple. Le bourgeois porte redingote, cravate et haut-de-forme. L’homme du peuple porte une blouse ou la veste sans manches – dite carmagnole – sur une chemise blanche au col largement ouvert, ou seulement la chemise (on est en juillet) le tout sur un pantalon rapiécé aux genoux. Beaucoup de ces hommes du peuple sont affublés d’oripeaux militaires. Rarement tête nue, ils arborent les couvre-chefs les plus divers : casquette, bonnet, chapeau large ou haut-de-forme garni de rubans, mais aussi casque de cuirassier et même un casque datant du Moyen-Age21. Détail parfaitement fidèle car, d’après Louis Blanc, ces casques provenaient du Musée d’artillerie où les insurgés avaient pris également des arquebuses, des piques et des hallebardes (on les retrouve d’ailleurs sur plusieurs gravures22).

  • 23 Scène de dépavage rue de Richelieu dans « Dévastation de la boutique de l’armurier Lepage », litho (...)

18Manches retroussées, bras nus, et parfois encore en tablier, l’artisan insurgé se distingue donc du bourgeois insurgé par ses vêtements. Il s’en différencie aussi par son rôle : ainsi, c’est l’homme du peuple qui, à l’aide d’une barre de fer, soulève les pavés ou les remet en place une fois la victoire obtenue23 et c’est lui qui construit les barricades. Sa silhouette constitue donc la figure ordinaire de l’insurgé.

  • 24 On lira à ce propos la page qu’Armand Dayot a consacré à « Charras et l’Ecole polytechnique », p. (...)

19Le bourgeois est voué à des tâches plus singulières : l’appel aux armes, la harangue, l’exemple. Il peut s’agir d’un étudiant, le cas le plus célèbre étant évidemment celui des polytechniciens24. Dans quatre gravures, un étudiant de L’Ecole polytechnique paraît au centre de l’image, sanglé dans son uniforme, et figé dans une pose stéréotypée au demeurant célèbre quand, tenant son épée d’une main et son bicorne de l’autre, il donne le signal du feu ou de l’assaut. Dans d’autres gravures, le polytechnicien est remplacé par un personnage associant l’habit et la casquette et donnant à son tour l’exemple de l’héroïsme.

  • 25 Sur les trente-cinq « images » étudiées pour 1830, les fusils apparaissent dans treize cas, les sa (...)
  • 26 Dans Construction d’une barricade, par Bellangé, p. 33.

20Les armes les plus fréquemment utilisées, et de loin, sont les fusils ; viennent ensuite les sabres, les pistolets, les piques et hallebardes et plus rarement des haches et des gourdins25. Enfin, de façon isolée, on relève des armes paysannes (des faux, des fourches, des serpes26), un canon et un couteau utilisé pour percer le flanc des chevaux. Les lithos et autres gravures ne cachent rien de la violence des affrontements. On se tue en tirant à bout portant et les combats au corps à corps ne sont pas rares.

  • 27 Par exemple dans Défense d’une barricade, gravure à la manière noire de Martinet, p. 34. Toutefois (...)

21Toutefois, et c’est un autre signe de la différence sociale soulignée plus haut, la violence bourgeoise est souvent empreinte de civilité : le bourgeois ayant fait un ennemi prisonnier, le tient en respect avec un sabre, alors que l’homme du peuple donne libre cours à sa colère et s’acharne volontiers sur l’adversaire à coups de hache, de gourdin ou de baïonnette27.

  • 28 C’est dire que nous n’y incluons pas les « gamins » puisque ce terme désignait à l’époque les adol (...)
  • 29 14 % exactement, correspondant à 12 femmes et 13 enfants (en fait seulement des garçons). Les 4 gr (...)

22Au milieu de cette violence meurtrière, figurent aussi des femmes et des enfants (nous entendons par là les moins de 12-13 ans28). Si on se fie aux quatre gravures les plus détaillées du corpus de 1830 et aux 92 personnages qui y sont représentés, ils forment le tiers des acteurs de la barricade, à part égale de femmes et d’enfants29. Toutefois, il ne faut pas s’abuser sur leur rôle car ils ne sont, en réalité, que des auxiliaires de l’insurrection.

  • 30 Estampe de Maurin, p. 47. Par ailleurs, on voit, dans un angle de la même gravure, une autre jeune (...)
  • 31 La Liberté guidant le peuple, p. 65.

23Les femmes, en effet, ne sont jamais représentées comme prenant part réellement aux combats sur les barricades. Sur une gravure montrant l’attaque du Louvre, on voit, certes, une jeune fille brandissant une hache en signe de vengeance, mais c’est un cas isolé et lorsqu’elles lancent des projectiles, c’est toujours depuis les étages des immeubles voisins, c’est-à-dire en dehors de la barricade elle-même30. On peut donc en conclure que dans le célèbre tableau de Delacroix, la femme qui monte au sommet des pavés n’est que le symbole de la Liberté et rien d’autre31. Elle n’apparaît pas vraiment représentative de la place des femmes dans la révolution de Juillet, du moins telle que la présente l’iconographie de notre corpus.

  • 32 Construction d’une barricade, par Bellangé p. 33.
  • 33 Par exemple sur le tableau de Lecomte Rue de Rohan, p. 43 ou sur la gravure de Victor Adam Barrica (...)
  • 34 Le général La Fayette, par V. Adam, p. 81 et Le Duc d’Orléans se rendant à l’Hôtel de Ville, table (...)
  • 35 Titre de la gravure, lithographie de Raffet, p. 3.

24Mais quand des femmes sont montrées auprès des barricades, quelles sont alors leurs fonctions ? Dans l’ordre décroissant de représentation, elles sont là pour soigner les blessés, apporter à boire aux insurgés, les encourager, les embrasser, éventuellement aider à déplacer les pavés32. Quelques-unes, enfin, supplient leur mari de se mettre à l’abri ou arrivent pour recueillir son dernier soupir33... Après la victoire, en revanche, elles retrouvent des fonctions plus maternelles : au passage de Louis-Philippe, une femme serrant ses enfants contre elle leur montre le nouveau roi, une autre veut lui présenter son bébé emmailloté34. Dans un autre genre et sur une autre gravure, une femme du peuple montre aux insurgés son enfant mort et, tenant à la main un couteau, s’écrie : « Je veux tuer un soldat de Polignac ; ils n’ont pas fait grâce à mon enfant »35. Détail intéressant : cette femme désespérée a un sein découvert et son vêtement débraillé, sa véhémence relèvent de la même inspiration que la Liberté de Delacroix.

25Parmi ces femmes comme parmi les hommes, on retrouve le contraste vestimentaire entre le peuple et la bourgeoisie : les femmes du peuple sont coiffées d’un grand bonnet blanc et un tablier à carreaux est noué sur leur robe. Les bourgeoises sont en chignon et en robe élégante.

  • 36 Titre de la gravure, lithographie de Chaponnier, p. 86.

26Les enfants des barricades (il s’agit seulement de jeunes garçons) appartiennent uniquement au milieu populaire : on le voit à leurs pieds nus et à leurs pauvres atours. Coiffés de casquettes ou de bonnets, ces « gavroches » s’efforcent d’imiter leurs aînés : on les voit porter des pavés, recharger des pistolets et tirer. Ils n’ont pas de fusil cependant. Celui-ci est réservé aux adultes... au grand désespoir des petits. Tel qui s’est emparé d’un fusil demande autour de lui comment s’en servir ; tel autre implore son grand frère : « Dis-donc, Fanfan, quand tu seras mort, tu me donneras ton fusil, pas vrai !36

27Voilà donc les acteurs des Trois Glorieuses.

28Que dire des acteurs de février 1848 ? Les différences avec 1830 sont encore plus nettes qu’à propos des aspects matériels de la barricade. S’agissant des conditions sociales, tout d’abord, la diversité s’avère plus grande et on peut classer ces acteurs en trois groupes :

  • Les bourgeois. Ils sont à première vue moins nombreux qu’en 1830, mais cette première impression est trompeuse. En effet la redingote et le haut de forme sont plus rares, mais il y a des gardes nationaux parmi les insurgés et on sait qu’un certain nombre de bourgeois avaient revêtu leur uniforme de garde national pour l’occasion. Egalement sous l’uniforme, on retrouve les polytechniciens, dans les mêmes poses héroïques qu’en 1830 et deux fois plus fréquemment.
  • Les hommes du peuple. Ils tiennent une place prépondérante, avec des costumes qui ont un peu évolué, car la plupart de ces hommes sont en blouse et la carmagnole est nettement moins portée qu’en 1830. Certains de ces insurgés ont la chemise ouverte et les manches retroussées.
  • Une autre partie des insurgés de Février paraît relever de la petite bourgeoisie. Ceux-ci portent le haut-de-forme ou la casquette, un habit noir, et un pantalon à carreaux. Cette catégorie intermédiaire qui n’apparaissait pas en 1830 se montre proche du peuple : on discute, on transporte ensemble les blessés37.

29Alors qu’en 1830 l’iconographie nous présentait, parmi les insurgés, le peuple et la bourgeoisie comme deux groupes sociaux bien distincts, suivant une répartition stricte des rôles, en 1848, les clivages sociaux sont moins apparents. Cette fois, il existe une sorte de continuum social entre ces deux mondes bourgeois et populaire et les relations entre les différents groupes paraissent plus étroites.

  • 38 Titre d’une eau-forte de Raffet, p. 30. Autre exemple sur une gravure anonyme intitulée Barricade (...)

30Une autre différence est visible par rapport à 1830 : la violence qui paraît bien moindre. Bien que l’armement n’ait pas changé, on ne voit nulle part des insurgés s’acharnant sur des soldats tombés à terre. Au contraire, toute l’iconographie de Février tend à magnifier la compassion, la générosité et même l’humanité et ce, des deux côtés de la barricade. Deux gravures illustrent ce fait, qui montrent les soldats renonçant à l’usage de leurs armes contre des insurgés qui les défient en présentant leur poitrine, et en criant : « Tirez-donc ! Si vous l’osez !38

  • 39 Les quatre gravures sont celles des pages 49, 50, 52 et 53 (cf. infra, p. 000). On y compte cinq j (...)
  • 40 Sur la gravure de Jazet, reproduisant le tableau de H. Schopin Courage et probité, Dayot A., op. c (...)

31Autre différence encore : la place des femmes et des enfants. La présence des enfants dans l’iconographie est ici deux fois moindre qu’en 1830, si on se fie aux quatre « images » où ils sont représentés39. Ce sont des jeunes garçons qui participent au combat, armés seulement de pistolets, sauf un qui joue du tambour. Quant à la présence des femmes, elle est très difficile à mesurer car nous ne disposons ici que d’une seule représentation40 : sur les 14 personnages de la gravure, la proportion est de 7 %, mais si on fait le calcul sur le total des personnages des quatre œuvres mentionnées plus haut, elle tombe à 1,4 %. La raison de cette rareté réside dans le fait que les femmes de Février 1848 ne sont jamais représentées comme associées à des actes violents, que ce soit sur la barricade ou en dehors de celle-ci. Elles symbolisent au contraire le refus de la violence et elles ne s’occupent que des soins aux blessés.

32La barricade de 1848, bien plus que celle de 1830, apparaît donc comme une affaire d’hommes, et d’hommes adultes.

  • 41 Types d’insurgés des journées de juin 1848 par Ed. de Beaumont, p. 85.
  • 42 Gravure anonyme, publiée par le journal L’Illustration le 8 juillet 1848. Dayot A., p. 90.
  • 43 Il pourrait s’agir également des « Montagnards » de Sobrier ou des Gardes Républicains de Caussidi (...)
  • 44 C’est l’une des deux représentations de femme concernant juin 1848 dans ce corpus, l’autre étant c (...)
  • 45 Combat sur une barricade (juin 1848), lithographie de Ciceri, p. 85.

33L’iconographie de juin 1848 constitue un cas particulier dans notre corpus, car elle fait la part belle aux acteurs de la répression : soldats, gardes nationaux et gardes mobiles qu’on voit chaque fois en situation de vainqueurs. Trois gravures seulement représentent les insurgés. La première de manière très négative : mines patibulaires, allures de malfrats en quête d’un mauvais coup41 : c’est à l’évidence l’illustration du fantasme bourgeois de l’époque, identifiant les « classes laborieuses » aux « classes dangereuses ». Une autre gravure met en scène la négociation entre le général Lamoricière et un groupe d’insurgés montés au sommet d’une barricade42. Ces derniers sont une quinzaine : il y a là des hommes en uniforme (probablement des gardes nationaux insurgés43), d’autres qui sont en blouse, un bourgeois fort bien vêtu, enfin une femme tenant un drapeau tricolore44. Emblème essentiel des révoltés de Juin comme l’atteste la troisième gravure, puisque celle-ci représente, là encore au sommet d’une barricade, un combat au corps à corps entre un soldat et un insurgé pour la possession des Trois Couleurs45.

Aspects symboliques

34L’importance du drapeau tricolore conduit naturellement à examiner les aspects symboliques présents dans l’iconographie. Trois axes me paraissent les déterminer : la mise en œuvre de règles esthétiques, la représentation de symboles implicites crées par l’auteur afin de délivrer un « message », et enfin la figuration de symboles explicites auxquels adhéraient les acteurs de l’événement représenté.

  • 46 Combat de la rue de Rohan, d’après un tableau de H. Lecomte, p. 43.
  • 47 Tableau de Horace Vernet, p. 82.
  • 48 Courage et Humanité, d’après un tableau de Léon Coignet, p. 71.
  • 49 Attaque et défense d’une barricade, d’après un tableau de Swebach, p. 61.
  • 50 Attaque et prise du Louvre, p. 51.
  • 51 Combat de la rue Saint-Antoine, p. 36.
  • 52 Par exemple dans L’allocution, d’après une lithographie de Charlet reproduite page 60 ou sur les d (...)

35Dans l’iconographie des Trois Glorieuses, la règle esthétique la plus évidente est celle de l’héroïsation. Elle apparaît surtout dans les tableaux où la scène est ordonnée autour d’un personnage central qu’on veut valoriser pour ses actes ou pour lui-même. Les exemples ne manquent pas : un polytechnicien menant l’attaque rue de Rohan46, Louis-Philippe se rendant à l’Hôtel de Ville47, un jeune ouvrier protégeant un Suisse menacé par les insurgés48, un soldat passé à l’insurrection qui tire à bout portant sur un officier de cavalerie49 et, évidemment, la Liberté peinte par Delacroix. En revanche, l’héroïsation est plus rare sur les gravures car celles-ci présentent essentiellement des groupes en action. Toutefois, leurs auteurs ne négligent pas de représenter des faits exemplaires : une lithographie de Victor Adam représentant la prise du Louvre met en valeur le courage d’un bourgeois protégeant des soldats de la Garde Royale des représailles populaires50 ; une autre, de Charlet, exalte le geste d’un jeune homme qui, s’élançant devant la barricade, tue l’officier commandant la charge51. De même, mais à l’inverse de ce pathos, il y a les gravures humoristiques où le personnage central est un homme du peuple, très en verve52.

36Une autre convention esthétique revient à plusieurs reprises, celle qui souligne l’opposition des deux camps qui s’affrontent en leur donnant des attributs opposés : c’est le combat des haches contre les sabres, des pavés contre les baïonnettes, des insurgés à pied contre la garde royale à cheval, ou encore l’efficacité tactique (et comique) des ustensiles en tout genre projetés contre des soldats disciplinés et armés jusqu’aux dents.

  • 53 Combat dans la rue Saint-Antoine, gravure, p. 37.

37A vrai dire, on est ici à la limite de la convention esthétique et du symbole implicite car, en choisissant d’insister sur tel ou tel aspect des combats, l’auteur du tableau ou de la gravure a pu chercher à produire un message politique. De ce point de vue, on peut interpréter la fréquence des scènes de bombardement de la troupe avec des meubles et des ustensiles comme une façon de suggérer l’unanimité des Parisiens contre le régime de Charles X : celui-ci a perdu la partie dès lors que la révolution est partout, dans la rue comme dans les étages, et que la barricade « ordinaire » se double d’une barricade « à l’envers ». En outre, la diversité du mobilier projeté, qui va de la bêche au fauteuil Louis XVI, vient renforcer cette impression d’unanimité53.

  • 54 Dayot A., p. 4.

38Une autre idée-maîtresse de l’iconographie de 1830 est que, si la liberté a été obtenue grâce à l’union, sa victoire a également nécessité le sacrifice de nombreuses vies. Le signifier est la tâche d’une autre symbolique, les signes les plus évidents en sont les cadavres sur les barricades, l’extrême violence des combats et l’inhumation des morts... « Morts pour la liberté » est précisément le titre d’une lithographie de Victor Adam qui représente, devant le Louvre, quelque chose qui évoque à la fois une tombe et le vestige d’une barricade : surmonté du drapeau tricolore, d’un buisson de lauriers et d’une croix noire, il s’agit d’un monticule fait de terre et de pavés, le tout adossé à un canon. Monument improvisé qui exhibe également plusieurs symboles de la révolution : des fusils, une bêche, un haut-de-forme orné de la cocarde tricolore et une pancarte portant l’inscription « 29 juillet »54.

  • 55 A la Fontaine des Innocents. L’inhumation des victimes (31 juillet 1830), lithographie p. 95.
  • 56 On retrouve cette symbolique végétale sur diverses scènes : les insurgés et la ligne fraternisent (...)

39Si le 29 juillet fut le jour de la victoire, le 31 fut celui de l’inhumation des victimes et une autre lithographie de Victor Adam la représente devant la Fontaine des Innocents55. La gravure mérite d’être évoquée car on y retrouve l’amas de pavés surmonté d’une croix noire, mais aussi la communion du peuple et de la bourgeoisie unis dans le même recueillement. On y lit par ailleurs la force de la symbolique végétale chère à l’époque romantique, puisque des familles populaires apportent des pots de fleurs et des arbustes pour fleurir les tombes56.

  • 57 Dayot A., p. 11.
  • 58 Combat de Paris, de la Fabrique de P. Lacour, graveur à Nancy. Dayot A., p. 76.

40Enfin, un troisième axe de figuration concerne les symboles qui pouvaient être immédiatement compris des contemporains. Le message en l’occurrence est directement politique, il vise à glorifier le triomphe des libéraux et l’unanimité révolutionnaire : « Charbonnier est maître chez lui » proclame une œuvre de Bellangé qui présente, côte à côte, un polytechnicien, un soldat insurgé et un travailleur qui serre contre lui son enfant. Le trio, l’air farouche, se tient debout sur une barricade, devant un drapeau déployé portant l’inscription « La Charte ou la Mort »57. A peu de choses près, la même scène est reproduite sur une image populaire gravée à Nancy, intitulée simplement « Combat de Paris » et accompagnée d’un récit des Trois Glorieuses qui se termine par ces mots : « Partout des héros... partout le courage civil uni au courage guerrier »58. Sur cette gravure, comme sur la précédente, se lit clairement la volonté de célébrer, outre la victoire, l’union du peuple et de la bourgeoisie avec l’armée, une armée qui retrouve ainsi la vocation qui avait été la sienne de 1792 à 1815.

  • 59 Inscriptions qu’on peut lire sur les gravures suivantes : « Charbonnier est maître chez lui » par (...)

41Au sein cette exaltation patriotique et révolutionnaire, le drapeau tricolore est à la fois signe de victoire et signe de renaissance politique ; sa seule présence sur de nombreuses lithographies suffit à en transmettre le message, rendu plus signifiant encore par les inscriptions portées sur le drapeau59 : successivement, « La Charte ou la Mort », « 27, 28, 29 », et « Vive la Liberté ».

  • 60 Figures du blessé dans Courage et probité, p. 49 et Prise du Château d’Eau, litho anonyme éditée p (...)

42L’iconographie de Février 48 est, on l’a dit, chargée de connotations humanitaires. En effet, si les formes esthétiques y sont à peu près les mêmes qu’en 1830, leur contenu, en revanche, est sensiblement modifié. Certes, l’héroïsation concerne les mêmes types sociaux (le polytechnicien, l’homme du peuple) mais elle met l’accent sur l’acte de courage et d’humanité plutôt que sur l’ardeur guerrière. Le sort réservé aux blessés est à cet égard significatif : désormais mis en exergue au premier plan de la gravure ou du tableau, le blessé ou le mourant n’est plus, comme en 1830, une simple victime des combats. Tiré de l’ombre, il devient exemplaire au même titre que le polytechnicien menant l’assaut ; son sacrifice ne saurait être vain car il appelle l’adhésion des cœurs aux vertus propres à fonder la République60.

  • 61 Paris, le 24 Février, à 10 heures. Le texte dit : « Un officier d’état-major : Le Roi a abdiqué !. (...)

43L’idée que mourir pour la révolution est un acte moralement exemplaire se retrouve d’ailleurs dans les scènes où des insurgés exposent leurs poitrines nues aux fusils de la troupe. Mais le phénomène est complexe car, si le blessé est mis en évidence, le cadavre proprement dit s’efface ; la mort est moins montrée qu’en 1830, les symboles de violence sont moins explicites et plus rares ; ainsi cette scène où l’on voit un officier tenter de décourager des insurgés construisant une barricade et qui, sans agressivité, lui répondent simplement qu’il est « trop tard »61.

  • 62 Courage et probité, tableau de H. Schopin, p. 49.

44Autres signes de cette douceur des mœurs : les pistolets qu’on dessine pointés vers le sol et l’absence de représentations de coups mortels tirés à bout portant ou plus généralement l’absence de scènes de massacre. La probité et la discipline populaires sont également vantées, comme en témoigne un tableau de l’époque où l’on voit des ouvriers en blouse protéger divers trésors confiés à leur garde62, contraste saisissant avec le pillage de l’Archevêché en 1830 et 1831.

  • 63 Proclamation de la République..., estampe allégorique (Veuve Turgis, éditeur). Musée Carnavalet. D (...)
  • 64 A propos de ces représentations de la République, on se reportera à l’ouvrage de Maurice Agulhon, (...)

45Ceci paraît plus évident encore lorsqu’on regarde les allégories de la République publiées après février 1848. Celle qui figure dans notre corpus est représentée au sommet d’une barricade, devant l’Hôtel de Ville, dominant une foule où toutes les conditions sociales sont représentées63. A l’instar de la Liberté de Delacroix, elle est coiffée du bonnet phrygien et tient le drapeau tricolore dans la main droite, mais la ressemblance s’arrête là, car, rayonnante et sereine, la poitrine sagement couverte, arborant un triangle maçonnique sur son corsage, elle veut apaiser cette foule qui l’acclame. République pacifique et conciliatrice qui s’oppose à la Liberté vengeresse des Trois Glorieuses64.

  • 65 L’idée de la « bonté » du peuple est une idée largement répandue à l’époque, et d’abord dans le pe (...)

46L’idée que le peuple est bon et généreux et que la conciliation des classes est possible paraît donc avoir été un thème récurrent de l’iconographie65 de Février 1848. On retrouve dans ce message explicite tout l’esprit du printemps quarante-huitard, tout comme dans l’allégorie de la République, qui exprime, elle aussi, l’idée d’une unité sociale réalisée. De cette unité, le drapeau tricolore n’est pas le moindre symbole : plus nombreux qu’en 1830, ceux frappés de l’inscription « Réforme » accompagnent chaque scène de la révolution de Février.

47En somme, et en forçant quelque peu le trait, on pourrait dire de l’iconographie de Juillet 1830 qu’elle présente l’unité des combattants sans masquer la division des classes, et de celle de Février 1848 au contraire, qu’elle suggère l’effacement de cette division et l’avènement de la fraternité enfin accomplie sous l’égide de la République.

48L’iconographie de Juin 1848 est aux antipodes de cette mythologie de la fraternité. Le système de représentation y est proprement inversé puisque les barricades sont présentées du côté de l’armée et des gardes nationaux fidèles à l’ordre établi, et non plus du côté des insurgés. Au lieu de la blouse ou de l’habit, c’est l’uniforme qui triomphe et surtout celui de la troupe, au point qu’on peut se demander si cette iconographie de Juin ne relève pas d’abord d’une volonté de valoriser le rôle de l’armée. Le message est cette fois-ci profondément répressif.

  • 66 Le 2e bataillon de la 10e Légion au Pont Saint-Michel, lithographie de Marchais, p. 84. L’arbre es (...)
  • 67 Le général Lamoricière..., p. 90.

49Quant à la représentation des insurgés, elle est complexe car deux images contradictoires s’y entrecroisent. Certaines gravures renvoient l’image des « classes dangereuses », on l’a évoqué plus haut ; mais d’autres suggèrent l’idée que les insurgés défendent en réalité les valeurs de Février 1848 contre le gouvernement et l’assemblée qui les ont trahies. L’une de ces gravures nous montre une barricade édifiée autour d’un arbre de la Liberté, comme destinée à protéger celui-ci66 ; une autre gravure, déjà évoquée, présente un insurgé se battant à mains nues avec un soldat pour s’emparer du drapeau tricolore ; une autre, enfin, présente une jeune femme tenant le drapeau dans la pose figée d’une déesse République67. Sa ressemblance est d’ailleurs frappante avec l’allégorie mentionnée plus haut.

  • 68 Dévouement de Mgr Denis-Auguste Affre, Archevêque de Paris, lithographie d’Amédée Charpentier, p. (...)
  • 69 D’après Dayot (p. 93) qui tire cette information de Daniel Stern, ce jeune homme était un garde na (...)

50Une lithographie représentant la mort de Mgr Affre68 va dans le même sens. Elle nous montre l’archevêque de Paris, accompagné d’un jeune homme brandissant un rameau de buis en signe de paix69, et accueilli avec déférence par les émeutiers prêts à déposer les armes et à entendre ses paroles. Quant aux responsables de la mort du prélat, ils sont clairement désignés par l’un des insurgés qui pointe le doigt en direction de la Garde mobile. Ce peuple bon et généreux est le même qu’en Février. Pacifique au fond, il a dû, pour survivre, prendre les armes contre une République qui l’a trahi. L’espérance de Février 1848 sombre dans le sang.

***

51Au-delà de l’intérêt purement intellectuel de l’analyse, la question majeure qui se pose à l’historien est évidemment celle de la représentativité du document. Paradoxalement, c’est le caractère volontairement pédagogique de l’iconographie de Février 1848 qui conduit à poser le problème du réalisme ou plutôt de la fidélité à l’événement et à ses acteurs.

  • 70 Cette question fut soulevée au cours du colloque mais sans qu’il puisse y être donné de réponse sa (...)

52Plusieurs questions viennent ainsi à l’esprit. Les conditions sociales des insurgés étaient-elles plus variées en Février 1848 qu’en juillet 1830 ? C’est probable, compte tenu de l’évolution de la société sous la monarchie de Juillet. La violence populaire fut-elle moindre en 1848 qu’en 1830 et les gestes d’humanité plus nombreux ? C’est possible si on se réfère par exemple aux statistiques des victimes des deux insurrections. Y avait-il vraiment, sur les barricades de Février 1848, moins de femmes et d’enfants que lors des Trois Glorieuses ? La question demande à être approfondie, mais, pour notre part, nous pensons qu’au-delà des conventions esthétiques, l’iconographie a le mérite de refléter assez largement la sensibilité de son époque et que, par conséquent, les différences que nous avons relevées doivent correspondre à une certaine réalité70.

53Au demeurant, beaucoup d’aspects de cette iconographie sont manifestement fidèles à la réalité du temps : le symbolisme des drapeaux, l’armement des insurgés, la composition matérielle des barricades, la présence des élèves de l’Ecole polytechnique, etc. D’autres aspects sont plus idéologiques et, partant, plus délicats à interpréter. Mais ils nous révèlent ce qu’étaient les attentes de l’opinion au lendemain des soulèvements et, plus encore, dans quels buts les artistes choisirent de signifier ces aspects idéologiques. Tantôt ce fut dans un but moral : l’acte de bravoure en 1830, le geste humanitaire en 1848 ; tantôt un but esthétique : l’héroïsation du polytechnicien en 1830 et 1848, l’exemplarité morale du blessé en 1848 ; ou, enfin, dans un but politique : en 1830, l’unanimité révolutionnaire, en Février 1848, l’union des classes autour de la République ; en Juin 1848, au contraire, la division des classes et le maintien de l’ordre bourgeois.

ANNEXE
Répertoire des gravures utilisées dans A. Dayot
Pages Révolution de juillet 1830
3 « Je veux tuer un soldat de Polignac... », d’après une litho. de Raffet.
4 Morts pour la Liberté !, d’après une litho. de Victor Adam. 11 « Charbonnier est maître chez lui », d’après H. Bellangé.
17 Rue de Richelieu (mardi soir). « Dévastation de la boutique de l’armurier Lepage », d’après une litho. de Victor Adam (Bulla éd.).
29 Porte St Denis, d’après une litho. de Victor Adam (Bulla éd.).
30 Porte St Martin, d’après une litho de Raffet. B.N. Estampes.
31 Place de la Bastille, d’après une litho de V. Adam (Bulla éd.).
33 Construction d’une barricade, d’après une litho. de Bellangé.
34 Défense d’une barricade, d’après une gravure à la manière noire, de Martinet (Jazet éd.).
36 Combat de la rue Saint Antoine, d’après une litho. de Charlet.
37 Combat dans la rue St Antoine, d’après une gravure à la manière noire, de Martinet (Jazet éd.).
38 Rue St Antoine (le 28 juillet 1830), d’après une litho. de V. Adam, (Bulla éd.).
39 Prise de l’Hôtel de Ville, d’après une estampe du quotidien Le Temps.
43 Combat de la rue de Rohan, d’après une peinture de H. Lecomte. Musée Carnavalet.
45 Rue de Rohan, d’après une litho de V. Adam (Bulla éd.).
47 Attaque du Louvre, d’après une composition de Maurin. B.N Estampes.
50 Attaque et prise du Louvre, d’après une litho. de Bellangé. B.N Estampes.
51 Attaque et prise du Louvre, d’après une litho. de V. Adam (Bulla éd.).
52 Barricade de la Place Dauphine, d’après une litho. de V. Adam (idem).
53 Attaque et prise des Tuileries, d’après une litho de V. Adam (idem).
58 Les assiégeants. Les assiégés. Deux dessins de Bodem (Villain éd.). Musée Carnavalet.
60 L’allocution, d’après une litho de Charlet. B.N. Estampes.
61 Attaque et défense d’une barricade, d’après une litho. d’un tableau de Swebach, publiée par M. Ritter, éd. d’art (Musée Carnavalet).
62 Boulevard des Italiens, d’après une litho. de V. Adam (Bulla éd.).
65 La Liberté guidant le peuple, d’après le tableau d’Eugène Delacroix. Musée du Louvre.
71 Courage et humanité, d’après un tableau de Léon Coignet.
75 deux Scènes insurrectionnelles du 28 juillet 1830, d’après deux lithos de Hippolyte Bellangé. B.N. Estampes.
76 Combat de Paris, image populaire gravée à Nancy chez Lacour.
79 Fuite du Duc de Raguse « Rue Montmartre, près la Rue Joquelet », d’après une litho. de V. Adam (Bulla éd.). B.N. Estampes.
80 La barricade de la rue St Antoine, d’après une litho. de Raffet.
81 Le général La Fayette, d’après une litho. de V. Adam (Bulla éd.).
82 Le Duc d’Orléans se rendant à l’Hôtel de Ville, d’après le tableau de Horace Vernet.
86 « Vaincre ou mourir », d’après une litho de V. Adam et « Dis donc Fanfan... » d’après une litho. de Chaponnier.
95 A la fontaine des Innocents. L’inhumation des victimes (31 juillet 1830) d’après une litho. de V. Adam (Bulla ed). B.N Estampes.
Pages Révolution de février 1848
25 Première charge de la Garde Municipale (22 février, 4 heures de l’après-midi), d’après une litho. de Pruche.
30 « Tirez-donc ! Si vous l’osez ! », d’après une eau-forte de Raffet (marquée 1848).
49 Courage et probité, d’après un tableau de H. Schopin, gravé par Jazet (Goupil éd.).
50 Paris, le 24 Février, à 10 heures, d’après une litho. publiée par la maison Turgis et Journée du 24 Février. Barricade de la Fontaine Molière (Aubert éd.).
52 Combat au poste du Château d’eau (Place du Palais-Royal, le 24 Février 1848). Lithographie, Bès et Dubreuil éd.
53 Combat et prise du Château d’eau (Place du Palais-Royal) d’après une litho de Jules David (Bulla éd.). Musée Carnavalet
54 Prise du Château d’eau, d’après une litho. éditée par la Maison Turgis
57 Le peuple brûlant le trône au pied de la colonne de Juillet, d’après une litho. de J. Arnoult et de V. Adam (Goupil éd.).
63 Proclamation de la République française par le peuple victorieux, le 24 Février 1848. Estampe allégorique (Veuve Turgis éd.). Musée Carnavalet.
Pages Insurrection de Juin 1848
83 Prise des barricades de la Rue du Petit-Pont par le 1er et le 2e bataillon de la 10e Légion et la colonne sous les ordres du général Bedeau, d’après une litho. de Marchais.
84 Le 2e bataillon de la 10e Légion au Pont-St Michel, d’après une litho. de Marchais.
85 Combat sur une barricade (juin 1848), d’après une litho. de Cicéri et Types d’insurgés des Journées de Juin 1848, d’après une litho. d’Edouard de Beaumont. B. N Estampes.
86 Attaque du Panthéon, d’après une peinture d’Aubry-Lecomte. Musée Carnavalet.
87 Prise de la barricade du Faubourg Poissonnière. Lithographie de Le Breton, faite d’après un dessin exécuté d’après nature.
90 Le général Lamoricière parlementant avec les insurgés. D’après un bois publié par le journal L’illustration, le 8 juillet 1848.
93 Dévouement de Mgr Denis-Auguste Affre, Archevêque de Paris. Lithographie d’Amédée Charpentier, d’après Compte-Calix (Goupil éd.).

Notes

1 Dayot A., Journées révolutionnaires 1830-1848 d’après des Peintures, Sculptures, Dessins, Lithographies, Médailles, Autographes, Objets... du Temps, publié à Paris chez Flammarion, s.d. L’ouvrage comprend deux parties ayant chacune leur propre pagination : l’iconographie de 1830 (p. 1-112) ; celle de 1848, qui inclut les insurrections de 1831-1834 et celle de juin 1848 (p. 1-140). Chaque partie est précédée d’un avant-propos daté : le premier de février 1897 et le second d’avril 1897.

2 On consultera en annexe (p. 111-112) la liste des œuvres utilisées.

3 La répartition concernant la représentation de la barricade stricto sensu donne dix-sept barricades pour 1830, six pour Février 1848 et six pour Juin 1848.

4 Attaque et défense d’une barricade, d’après un tableau de Swebach, p. 61.

5 Le corpus indique une voiture des Messageries, 2 charrettes et 2 fiacres renversés.

6 Les pavés apparaissent dans vingt-six gravures sur trente-cinq, les tonneaux dans douze, les planches dans huit, les tables, les poutres, et les véhicules dans cinq, les roues de charrettes dans quatre, les échelles et les arbres renversés dans trois gravures, etc.

7 Dans Attaque et prise des Tuileries, lithographie de V. Adam, p. 53.

8 Notamment dans Boulevard des Italiens, lithographie de V. Adam, p. 62.

9 Prise de l’Hôtel de Ville, d’après une estampe du Temps, p. 39.

10 « Charbonnier est maître chez lui », par Bellangé, p. 11 et Construction d’une barricade, par Bellangé, p. 33.

11 Ibid., p. 33.

12 Place de la Bastille, d’après la lithographie du même nom, p. 31.

13 Rue de Rohan, tableau p. 43 et litho p. 45.

14 Prise de l’Hôtel de Ville, p. 39.

15 Boulevard des Italiens, p. 62. Le 29 juillet, sur les boulevards on vit s’opposer les insurgés et les lanciers de la Garde aidés des Suisses ; les insurgés étant presque à découvert, l’affrontement fut particulièrement meurtrier.

16 Les assiégeants, Les assiégés, deux lithos d’après des dessins de Bodem, p. 58.

17 Attaque et défense d’une barricade, p. 61 et Rue de Rohan, par V. Adam, p. 45.

18 Construction d’une barricade, p. 33.

19 Si on considère l’ensemble de l’iconographie de Février et celle de Juin, les pavés apparaissent dans onze gravures sur dix-huit, les poutres dans huit, les planches dans cinq, les roues de charrette dans trois, les tonneaux et les voitures renversées dans deux ; les autres éléments des barricades n’apparaissent qu’une seule fois (arbres coupés, portes, etc.).

20 Très évident sur la Prise des barricades de la rue du Petit-Pont, lithographie de Marchais, p. 83. On voit les insurgés des étages inférieurs qui se rendent en laissant pendre leurs fusils crosse en bas, tandis que ceux des étages supérieurs continuent à tirer.

21 La tête nue paraît connoter la faiblesse, par exemple en raison d’une blessure, alors que le couvre-chef semble évoquer ici la force, l’énergie virile, le combat.

22 Blanc L., Histoire de Dix Ans, cité par Armand Dayot p. 43, lequel ajoute : « Nous retrouverons ces singuliers combattants dans les journées de Février, et encore plus étrangement équipés ». On trouvera un bel exemple de ces surprenants accoutrements au premier plan du tableau célèbre d’Horace Vernet, Le Duc d’Orléans se rendant à l’Hôtel de Ville, reproduit p. 82.

23 Scène de dépavage rue de Richelieu dans « Dévastation de la boutique de l’armurier Lepage », lithographie de V. Adam, p. 17. Remise en place des pavés visible sur la gravure Le général La Fayette, du même auteur, p. 81.

24 On lira à ce propos la page qu’Armand Dayot a consacré à « Charras et l’Ecole polytechnique », p. 55. Il y écrit notamment : « On ne peut lire une histoire des événements de Juillet sans se rendre compte de l’importance du rôle joué par l’Ecole polytechnique, animée à cette époque d’un esprit si libéral, dans la lutte du peuple contre le gouvernement des Bourbons ».

25 Sur les trente-cinq « images » étudiées pour 1830, les fusils apparaissent dans treize cas, les sabres et les épées dans sept, les pistolets dans cinq, les piques et les hallebardes dans trois, les haches et les gourdins chacun dans deux gravures.

26 Dans Construction d’une barricade, par Bellangé, p. 33.

27 Par exemple dans Défense d’une barricade, gravure à la manière noire de Martinet, p. 34. Toutefois sur cette même gravure, c’est bien un jeune bourgeois qui, en appuyant son pied sur la poitrine du soldat, aide à la tuerie.

28 C’est dire que nous n’y incluons pas les « gamins » puisque ce terme désignait à l’époque les adolescents et non les enfants.

29 14 % exactement, correspondant à 12 femmes et 13 enfants (en fait seulement des garçons). Les 4 gravures analysées se trouvent pages 29, 33, 52 et 80 (cf. infra).

30 Estampe de Maurin, p. 47. Par ailleurs, on voit, dans un angle de la même gravure, une autre jeune fille, allongée à terre car blessée et soignée par un médecin ( ?). Exemples de femmes projetant des pavés dans Les assiégés, dessin de Bodem, p. 58.

31 La Liberté guidant le peuple, p. 65.

32 Construction d’une barricade, par Bellangé p. 33.

33 Par exemple sur le tableau de Lecomte Rue de Rohan, p. 43 ou sur la gravure de Victor Adam Barricade de la Place Dauphine, p. 52.

34 Le général La Fayette, par V. Adam, p. 81 et Le Duc d’Orléans se rendant à l’Hôtel de Ville, tableau d’H. Vernet, p. 82.

35 Titre de la gravure, lithographie de Raffet, p. 3.

36 Titre de la gravure, lithographie de Chaponnier, p. 86.

37 Par exemple dans Combat et prise du Château d’Eau, par J. David, p. 53.

38 Titre d’une eau-forte de Raffet, p. 30. Autre exemple sur une gravure anonyme intitulée Barricade de la Fontaine Molière, où l’on voit un tambour de la Garde nationale offrir sa poitrine aux fusils de la troupe. Dayot A., p. 50. Commentaire de la gravure rapporté par Armand Dayot : « Si vous êtes des lâches, tirez sur nous ! La troupe s’arrête et l’effusion de sang est évitée ».

39 Les quatre gravures sont celles des pages 49, 50, 52 et 53 (cf. infra, p. 000). On y compte cinq jeunes garçons et une femme sur un total de soixante-treize personnages.

40 Sur la gravure de Jazet, reproduisant le tableau de H. Schopin Courage et probité, Dayot A., op. cit., p. 49. On retrouve les femmes en plus grand nombre sur les gravures illustrant la victoire populaire, et par exemple lors de la destruction du trône, Place de la Bastille, p. 57.

41 Types d’insurgés des journées de juin 1848 par Ed. de Beaumont, p. 85.

42 Gravure anonyme, publiée par le journal L’Illustration le 8 juillet 1848. Dayot A., p. 90.

43 Il pourrait s’agir également des « Montagnards » de Sobrier ou des Gardes Républicains de Caussidière.

44 C’est l’une des deux représentations de femme concernant juin 1848 dans ce corpus, l’autre étant celle d’une femme âgée, campée au milieu du groupe d’insurgés aux allures louches et qui cache derrière son dos un grand couteau prêt à servir.

45 Combat sur une barricade (juin 1848), lithographie de Ciceri, p. 85.

46 Combat de la rue de Rohan, d’après un tableau de H. Lecomte, p. 43.

47 Tableau de Horace Vernet, p. 82.

48 Courage et Humanité, d’après un tableau de Léon Coignet, p. 71.

49 Attaque et défense d’une barricade, d’après un tableau de Swebach, p. 61.

50 Attaque et prise du Louvre, p. 51.

51 Combat de la rue Saint-Antoine, p. 36.

52 Par exemple dans L’allocution, d’après une lithographie de Charlet reproduite page 60 ou sur les deux lithos de Bellangé (datées de 1830) de la page 75.

53 Combat dans la rue Saint-Antoine, gravure, p. 37.

54 Dayot A., p. 4.

55 A la Fontaine des Innocents. L’inhumation des victimes (31 juillet 1830), lithographie p. 95.

56 On retrouve cette symbolique végétale sur diverses scènes : les insurgés et la ligne fraternisent sous les chênes (gravure de Martinet, p. 69) et revenant de Rambouillet, les vainqueurs agitent des branchages de chêne à l’adresse de la foule (gravure de Paradis, p. 90). En février 1848, on verra le maréchal Gérard tenter en vain d’apaiser la colère populaire en lui présentant une branche de buis, rapporte Dayot A., p. 53.

57 Dayot A., p. 11.

58 Combat de Paris, de la Fabrique de P. Lacour, graveur à Nancy. Dayot A., p. 76.

59 Inscriptions qu’on peut lire sur les gravures suivantes : « Charbonnier est maître chez lui » par Bellangé, p. 11 ; Construction d’une barricade par V. Adam, p. 33 ; Attaque et prise du Louvre par Bellangé, p. 50 ; Barricade de la Place Dauphine (29 juillet 1830) par V. Adam, p. 52 ; Boulevard des Italiens par V. Adam, p. 62 ; Combat de Paris, image populaire p. 76 ; Le général La Fayette par V. Adam, p. 81. Une autre inscription, « Vive la Charte », apparaît sur deux gravures qui ne sont pas des représentations de barricades : p. 78 et 89.

60 Figures du blessé dans Courage et probité, p. 49 et Prise du Château d’Eau, litho anonyme éditée par Turgis, p. 54.

61 Paris, le 24 Février, à 10 heures. Le texte dit : « Un officier d’état-major : Le Roi a abdiqué !... Vive la Régence ! Un homme du peuple : Il est trop tard ! Vive la République ! ». Dayot, p. 51.

62 Courage et probité, tableau de H. Schopin, p. 49.

63 Proclamation de la République..., estampe allégorique (Veuve Turgis, éditeur). Musée Carnavalet. Dayot, p. 63.

64 A propos de ces représentations de la République, on se reportera à l’ouvrage de Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880. Paris, Flammarion, 1979. Voir plus particulièrement le chapitre iii, p. 85-128.

65 L’idée de la « bonté » du peuple est une idée largement répandue à l’époque, et d’abord dans le peuple lui-même, comme en témoignent les souvenirs de Rodolphe Apponyi, attaché à l’Ambassade d’Autriche. Présent dans les rues lors de l’insurrection, il recueille les propos des « blouses », le 24 février (« Le peuple est bon ; ce qu’il fait, c’est pour nous défendre, pour punir ces méchants qui tirent sur les passants ») et le 1er mars (« Nous ne sommes plus le peuple de 93, nous sommes plus civilisés aujourd’hui... nous sommes frères »). Apponyi R., De la révolution au coup d’Etat 1848-1851, Genève, La Palatine, édité par Charles Samaran, 1948, p. 17, 28.

66 Le 2e bataillon de la 10e Légion au Pont Saint-Michel, lithographie de Marchais, p. 84. L’arbre est clairement visible et identifiable grâce au drapeau fixé sur le tronc. Cependant, comme Noëlle Gérôme (que je remercie) me l’a suggéré au cours de ce colloque, cet arbre ressemble à un Mai car il ne subsiste du feuillage que les branches supérieures. Cela n’a d’ailleurs rien de contradictoire étant donné la filiation historique bien connue du Mai folklorique à l’arbre de la Liberté, symbole révolutionnaire et populaire.

67 Le général Lamoricière..., p. 90.

68 Dévouement de Mgr Denis-Auguste Affre, Archevêque de Paris, lithographie d’Amédée Charpentier, p. 93.

69 D’après Dayot (p. 93) qui tire cette information de Daniel Stern, ce jeune homme était un garde national nommé Albert ; sur la lithographie celui-ci est représenté sans uniforme et simplement vêtu d’une blouse (détail vestimentaire que l’on retrouve sur d’autres représentations de cette scène comme l’a expliqué Jean-Pierre Chaline au cours de son intervention au colloque). Quant au rameau de buis (mais était-ce bien du buis ?) son utilisation confirme l’importance de la symbolique végétale (cf. supra, note 56). Pour un récit détaillé de la mort de Mgr Affre, on se reportera à Daniel Stern (Marie d’Agoult) Histoire de la Révolution de 1848, rééd., Paris Balland 1985, p. 672-677.

70 Cette question fut soulevée au cours du colloque mais sans qu’il puisse y être donné de réponse satisfaisante ; s’agissant du rôle des femmes dans la révolution de 1830, on se reportera à la communication d’Annie Duprat.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540