Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Figures (1830-1871)

La révolution de 1830 au théâtre ou le triomphe de la Barricade imprimée

Jean-Claude Yon

Testo integrale

1L’importance politique des théâtres au xixe siècle est attestée par le maintien du système du privilège jusqu’en 1864 et de la commission de censure dramatique jusqu’en 1906. Le 18 mars 1816, le ministre Vaublanc envoie à tous les préfets une circulaire sur les théâtres. On y lit :

  • 1 Archives départementales de l’Allier, 4 T 207.

Les Théâtres, considérés sous le rapport de l’art, ne peuvent être indifférents à l’autorité. Bien dirigés, ils offrent les plus nobles délassements à la classe instruite de la société : surveillés avec soin, ils peuvent répandre de saines maximes et servir des vues utiles. Souvent les Magistrats y trouvent les moyens d’occuper, aux heures de loisir, une population inquiète, et qui, abandonnée à elle-même, pourrait devenir dangereuse1.

2Cette attention particulière – toujours soupçonneuse – du pouvoir envers le rôle social et politique du théâtre est encore plus patente dans un rapport de François Grille, chef de la division des Sciences et Beaux-Arts au ministère. Il écrit en juillet 1820 :

  • 2 Archives nationales, F 21 1137.

Les théâtres sont une branche importante et c’est trop peu de les considérer comme des objets et des moyens de police. C’est trop rabaisser des établissements qui dans notre état de civilisation sont devenus le centre de réunion de toutes les classes de la société et qui ont par là même tant d’action sur l’esprit d’un peuple qui, quoiqu’on fasse, se conduira encore longtemps plus par ses mœurs que par ses lois2.

3Dans une société où le théâtre joue un si grand rôle, un événement comme la Révolution de 1830 ne peut manquer d’être à l’affiche. Nous allons étudier ici comment la littérature dramatique a pu participer au mouvement qui a donné naissance à la révolution et comment elle a réagi à celle-ci, en en fournissant « à chaud » une certaine image. Cette communication se propose d’insister sur le rôle joué par la barricade et ses représentations dans ce double processus.

Avant 1830 : naissance de la barricade dramatique

  • 3 Il ne faut pas oublier que Charles X fit jouer La Muette de Portici aux Tuileries en mars 1829 et (...)
  • 4 Cité par J.-C. Yon, op. cit., p. 80.

4Il ne s’agit pas de tracer ici un tableau complet de la vie théâtrale pendant les dernières années de la Restauration. Nous noterons seulement que l’irritation croissante du pays envers Charles X et ses ministres est sensible au théâtre. Le ministère plus modéré de Martignac (janvier 1828-août 1829) se signale par un relâchement de la censure, ce qui permet la création de certaines pièces assez critiques. La figure de Guillaume Tell, champion des libertés helvétiques, domine les années 1828-1829 ; des pièces le mettent en scène à l’Opéra-Comique, à la Gaîté et au Vaudeville, tandis que l’Opéra crée, en août 1829, l’ouvrage fameux de Rossini. L’année précédente, La Muette de Portici d’Auber avait été donnée sur un livret de Scribe. Si l’opéra montre une révolte punie3, son potentiel révolutionnaire est incontestable ; on sait le rôle qu’il a joué dans le déclenchement de la révolution belge en août 1830, à Bruxelles. Même le Théâtre de Madame – nom pris par le Gymnase depuis 1824 grâce au patronage de la duchesse de Berry – se lance dans la fronde anti-gouvernementale. En juin 1828, Scribe y donne Avant, pendant et après, « esquisses historiques » dont les trois actes se déroulent en 1787, 1793 et 1825 et proposent une vision libérale des quarante dernières années. « C’est absolument le théâtre de 1791 et 1792 » fulmine La Gazette de France4.

5Cette période correspond également aux débuts du romantisme théâtral. Le succès des acteurs anglais, venus jouer Shakespeare à Paris en 1827 et 1828, contraste avec l’échec cuisant qu’ils avaient essuyé en 1822 et montre l’évolution du public. Les romantiques se heurtent cependant à des résistances multiples. Si la Préface de Cromwell de Victor Hugo date de 1827, Henri III et sa cour de Dumas n’est joué qu’en février 1829, précédant de quelques mois Le More de Venise de Vigny et d’une année Hernani. Face à ces freins – dont le plus évident est la censure royale -, la publication de pièces non représentées est une alternative utile. Mérimée y a recours dès 1825, avec Le Théâtre de Clara Gazul, une suite de pièces présentées comme de simples traductions. Le genre, en apparence mineur, des proverbes de salon permet bien des audaces à des auteurs en outre protégés par un pseudonyme. En 1827 paraissent Les Soirées de Neuilly de M. de Fougeray (Cavé et Dittmer) et Les Scènes contemporaines de la vicomtesse de Chamilly (Loève-Veimars, Romieu, Vandebourg et Méry) dont le titre fait référence à un genre alors en pleine expansion et politiquement très engagé : les scènes historiques.

  • 5 Il n’est pas fortuit que Roederer ait republié cet ouvrage et d’autres essais du même genre sous l (...)
  • 6 Toutes les dates de parution données dans cet article sont tirées de la Bibliographie de la France

6A mi-chemin entre le théâtre et l’histoire, ce genre a été inventé par le président Hénault (1685-1770). En publiant François II, en 1747, il a voulu imiter Shakespeare et recréer une époque par la juxtaposition de scènes très diverses. Le procédé est repris en 1819 dans Le Marguillier de Saint-Eustache du comte Roederer (1754-1835), sans grand succès5. Il revient à Louis Vitet (1802-1873) d’avoir su fixer le genre par un ouvrage intitulé Les Barricades, scènes historiques, mai 1588, paru sans nom d’auteur en avril 1826. Une deuxième édition en mai 1826, une troisième en avril 1827 et une quatrième – enfin signée – en mai 1830 témoignent du retentissement de cette tentative6. Dans l’avant-propos de la première édition, Vitet énonce ses intentions :

  • 7 Les Barricades..., chez Brière, 1826, p. i, p. i-ii et p. ii.

Ce n’est point une pièce de théâtre que l’on va lire, ce sont des faits historiques présentés sous la forme dramatique, mais sans la prétention d’en composer un drame. Je me suis imaginé que je me promenais dans Paris au mois de mai 1588, pendant l’orageuse journée des Barricades, et pendant les jours qui la précédèrent [...] et chaque fois qu’une scène pittoresque, un tableau de mœurs, un trait de caractère sont venus s’offrir à mes yeux, j’ai essayé d’en reproduire l’image en esquissant une scène. [...] Toutefois, ces scènes ne sont pas détachées les unes des autres ; elles forment un tout : il y a une action au développement de laquelle elles concourent ; mais cette action n’est là en quelque sorte que pour les faire naître et leur servir de lien. [...] Je me suis résigné à exciter moins vivement l’intérêt pour copier avec plus d’exactitude7.

  • 8 Discours de réception à l’Académie française de M. Caro..., Paris, Firmin-Didot, 1875, p. 11-12.

7Le livre s’ouvre sur une histoire abrégée de la Ligue, longue d’une cinquantaine de pages, suivie d’une minutieuse description des costumes des protagonistes et de la liste des personnages, une soixantaine. Les quinze scènes se déroulent entre les 8 et 13 mai 1588. Dans chacune sont précisés le jour et l’heure. Vitet transporte son lecteur aussi bien dans le cimetière des Innocents (scène 4) que dans l’église Saint-Gervais (scène 6) ou dans la chambre à coucher du roi (scène 14). Les barricades apparaissent à la scène 9, qui se déroule, place de Grève, le 12 mai à midi et à la scène 10, à la barrière des Sergents, le même jour, une heure plus tard. Ces scènes de rues ont sans conteste provoqué le succès du livre. Vitet a réussi à « faire passer la rue au travers de son drame », selon la pertinente expression de son successeur à l’Académie Caro qui ajoute : « Avec quel art il introduit sur la scène ce personnage nouveau, anonyme, le peuple ! Comme il excelle à nous montrer ses meneurs, ses héros, ses victimes ! Avant lui, personne n’avait songé en France à rien de semblable »8.

  • 9 Les Etats de Blois... par l’auteur des Barricades, Ponthieu et Cie, 1827, p. vi-vii.
  • 10 Le fait est attesté par Anne Ubersfeld dans Le Drame romantique, Paris, Belin, coll. « Lettres Sup (...)
  • 11 Les Etats de Blois..., Ponthieu et Cie, 1827, p. 31. Les scènes sont précédées d’un résumé raconta (...)

8Vitet avait annoncé une trilogie. Le second volet, Les Etats de Blois ou la mort de MM. de Guise, scènes historiques, décembre 1588, paraît en avril 1827 et est réédité en mai 1827 et en février 1828. Bien que très attiré par le théâtre, Vitet explique qu’il doit renoncer « à regret » à faire jouer son ouvrage, l’histoire étant « aujourd’hui proscrite à l’égal de la satire »9. A-t-il peur d’être devancé par d’autres dans la voie qu’il a ouverte ? C’est en lisant Les Barricades que Victor Hugo songe à Cromwell qui paraît, muni de sa fameuse Préface, en décembre 182710. Les quinze scènes des Etats de Blois, situées entre le 21 et le 24 décembre 1588, ménagent une large place à la foule. Le livre s’ouvre sur une scène de tumulte dans l’avant-cour du château de Blois, qui arrache ce cri à l’un des personnages, le colonel des gardes, Ornano : « Morbleu ! encore des barricades ! »11.

  • 12 La plus réussie est La Jacquerie, scènes féodales de Mérimée, publiée en 1828.

9Il faut attendre mai 1829 pour que paraisse le dernier volet de la trilogie, La Mort de Henri III, août 1589, scènes historiques. L’ouvrage, signé, n’est réédité qu’une fois, en juillet 1829. Dans son avant-propos, l’écrivain constate qu’un « grand nombre d’esquisses dramatiques et d’histoires dialoguées » sont parues depuis deux ans12, et que ceci, joint à la « libre carrière [ouverte] au drame historique » par Dumas avec Henri III et sa cour, ne lui est guère favorable :

  • 13 Vitet L., La Mort de Henri III..., H. Fournier jeune, 1829, p. vi.

Et n’est-ce pas d’ailleurs une témérité bien grande que de faire parler dans un livre, c’est-à-dire en tête-à-tête avec le lecteur, ces mêmes personnages que chaque soir maintenant on peut voir agir sur la scène, animés et mis en relief par l’illusion des costumes et par le jeu des acteurs ?13

10On devine une certaine amertume chez Vitet qui bride alors ses espérances théâtrales et se pose uniquement en historien. Ce troisième volet ne permet d’ailleurs aucun effet dramatique, ce dont l’auteur semble presque se vanter :

  • 14 Ibid., p. x et xv.

Ce n’est point du drame, c’est de l’histoire que nous avons voulu faire. [...] En un mot, l’art, après avoir contribué à construire l’édifice, n’en reste pas moins complètement inaperçu. C’est l’histoire seule qui domine et qui brille, c’est à elle que tout est sacrifié14.

11Comme s’il souhaitait empêcher toute tentative d’adaptation scénique, les dix-huit scènes de La Mort de Henri III ont la particularité de regrouper plusieurs lieux par scène. L’action se déroule du 30 juillet au 2 août 1589. Les scènes de foule sont encore nombreuses.

  • 15 Vitet L., La Ligue, scènes historiques, Ch. Gosselin, 1844, p. 2 et 28.

12Regroupant les trois éléments de sa tragédie en 1844 sous le titre La Ligue, scènes historiques, Vitet réaffirme son désir de n’avoir « point aspiré à faire des drames » mais de « l’histoire en action »15. Il n’empêche. De 1826 à 1829, la trilogie a prêté à l’histoire une tournure théâtrale et a donné de la barricade une image très vivante. Vitet lui a pratiquement conféré la puissance et la force de la scène à une époque où la censure ne l’admettait pas au théâtre, prévention que la Révolution de 1830 va annuler en partie.

L’été 1830 : Paris, théâtre des barricades

  • 16 Le Courrier des théâtres, n° 4253 du 3 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4.
  • 17 Elle ne fut restaurée qu’en septembre 1835, suite à l’attentat de Fieschi.

13Les Trois glorieuses entraînent la fermeture momentanée des théâtres qui sont « aux premières loges » pour assister et participer aux combats de rue. Les théâtres secondaires rouvrent dès le 2 août, ainsi que l’Odéon. Ce jour-là, les représentations sont données au profit des victimes, initiative qui est souvent reprise au long du mois. Les spectacles doivent impérativement se rattacher à l’immédiate actualité s’ils veulent attirer un public qui vient de connaître dans la rue des émotions autrement plus fortes. « Le moment actuel est trop dramatique pour le théâtre ; toutes les fictions disparaissent devant des réalités qui les écrasent. » constate Le Courrier des théâtres16. Le système du privilège – même si la révolution semble avoir tout emporté, la censure17 au premier chef – oblige les directeurs à faire acte d’allégeance au nouveau régime et aux puissants du moment : le peuple parisien. Tout est bon pour le flatter et pour transformer chaque représentation en rassemblement politique où l’exaltation de la victoire se mêle à l’hommage aux victimes.

14Dans les jours qui suivent la révolution, le public ne vient rien chercher d’autre au spectacle. Le Vaudeville – situé rue de Chartres où les combats furent très meurtriers – donne-t-il ses ouvrages les plus gais ? On n’y écoute que les couplets de circonstance rajoutés en toute hâte et applaudis avec enthousiasme. Thénard chante La Marseillaise aux Nouveautés tandis qu’Adolphe Nourrit chante La Parisienne de Casimir Delavigne à la Porte-Saint-Martin, puis à l’Opéra. Celui-ci rouvre ses portes le 4 août en jouant La Muette de Portici amputée du cinquième acte : l’ouvrage s’achève désormais sur la victoire des révoltés. Ce soir-là, Nourrit chante les deux hymnes, dans une atmosphère extraordinaire décrite par les journaux :

  • 18 Le Corsaire, n° 2736 du 6 août 1830, p. 3.

Huit cents personnes dessinaient autour de lui le plus beau des amphithéâtres. Gardes-nationaux, pompiers, élèves de l’Ecole polytechnique, hommes de lettres, acteurs, actrices, employés du théâtre, tous répétaient en chœur le refrain national et quand est venue la dernière strophe, après un lugubre roulement, on a vu les armes s’incliner, les genoux fléchir ; la voix émue du chanteur a fait couler les larmes de tous les yeux18.

  • 19 Le Courrier des théâtres, n° 4259 du 9 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4. C’est l’auteur de (...)

15De tels procédés sont très répandus ; la presse écrit le 9 août que « chaque théâtre a sa cantate, sa marche, son à-propos, ses couplets, etc. »19. La reprise d’ouvrages mal vus sous Charles X ou la création (d’ailleurs sans éclat) de pièces interdites par la censure sont d’autres moyens d’attirer le public. Marie Dorval se produit le 19 août à la Porte Saint-Martin dans Les Victimes cloîtrées, célèbre drame anticlérical de 1791. L’Opéra fait alterner La Muette de Portici et Guillaume Tell, rempli d’allusions que les spectateurs ne manquent pas de saisir. C’est pour assister à l’opéra d’Auber que Louis-Philippe fait sa première sortie au théâtre le 25 août. La Comédie-Française, le dernier théâtre avec l’Opéra-Comique à rouvrir le 10 août, joue Le Mariage de Figaro et Régulus, une tragédie du bonapartiste Arnault. Le premier soir, de forts médiocres stances sont lues entre les deux pièces. Comme pour se faire pardonner d’avoir rouvert si tard, le théâtre de la rue Richelieu donne douze représentations entre le 10 et le 21 août – une par arrondissement de Paris – « au bénéfice des Blessés, des Veuves et des Orphelins des mémorables journées des 27, 28 et 29 juillet ». Dès le 2 août, la Commission de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques a abandonné ses droits sur ce type de spectacles.

16Les cantates et les reprises ne suffisent pas et bientôt chaque théâtre se doit de présenter une pièce qui met en scène les Trois glorieuses. La critique et le public s’enthousiasment pour ce répertoire patriotique ; ainsi l’accueil réservé au spectacle proposé par le Vaudeville :

  • 20 Le Courrier des théâtres, n° 4268 du 18 août 1830, critique du 27,28 et 29 juil, p. 2-3.

Ce ne sont pas des applications détournées, des allusions indirectes, comme dans Guillaume Tell et dans Mazaniello. Ici le triomphe est représenté sous les yeux des vainqueurs ; les faits mémorables des derniers jours de juillet sont unis sur la scène aux premiers jours d’août ; on se bat sur le théâtre de la rue de Chartres, comme on se battait, il n’y a pas trois semaines, sur la place du Palais-Royal. Traiter un sujet aussi brûlant de l’intérêt et des passions du moment, c’est à coup sûr s’emparer d’un succès de vogue inévitable20.

17Les théâtres ont recherché ce succès à travers une vingtaine de pièces de circonstance qu’il nous faut à présent examiner, en mettant l’accent sur le rôle qu’elles accordent à la barricade.

1830 au théâtre : la barricade occultée

  • 21 Lamerlière E. de, Le Drapeau tricolore..., Paris, Barba, 1830, p. 26.

18Le Théâtre des Nouveautés est le premier à proposer une véritable intrigue liée à la révolution avec l’A-propos patriotique de Villeneuve et Masson, joué dès le 2 août. Cet intermède n’a qu’un très faible intérêt. Il se déroule dans la cour d’une maison où les femmes font de la charpie et les hommes des cartouches. On retiendra surtout la figure du soldat de ligne qui ne veut pas tirer sur ses concitoyens, appelée à une grande fortune. Les combats semblent assez lointains et la barricade n’est ni citée ni évoquée. Plus suggestif est Le Drapeau tricolore ou trois journées de 1830, à-propos patriotique d’Eugène de Lamerlière, créé à Lyon le 8 août. Il est très difficile de trouver trace des pièces de circonstance que la révolution a pu faire naître dans les théâtres de province. Celle-ci, comme la suivante, ont été conservées car elles ont été éditées à Paris chez Barba. Le Drapeau tricolore se déroule « dans une grande ville de province, les 26, 29 et 30 juillet 1830 » et est divisé en trois tableaux intitulés la Congrégation, la Révolution et la Liberté. L’ouvrage semble avoir été écrit pour profiter de la présence à Lyon de l’acteur du Gymnase Bernard-Léon à qui est confié le rôle comique de Poudret qu’il avait créé en 1824 dans Le Coiffeur et le perruquier de Scribe. Le troisième tableau raconte la prise de l’hôtel de ville grâce à un jeune Polytechnicien envoyé de Paris, où, la veille, il a pénétré « le premier dans le palais du tyran »21. Tout s’achève par des danses, sur des motifs de La Muette de Portici, autour du drapeau tricolore, sans que la réalité des combats ait été véritablement évoquée.

  • 22 Saint-Martin M., La France régénérée..., Paris, Barba, 1830, p. 21.

19Tout autre est le parti pris de M. Saint-Martin, auteur de La France régénérée ou les journées des 27, 28 et 29 juillet 1830, esquisses historiques en trois journées créées à Saint-Etienne le 15 août. L’auteur (également acteur) a voulu montrer la révolution parisienne au public stéphanois. La première journée se déroule sur la place des Victoires et se termine par un appel au combat (chanté sur un air de vaudeville) tandis que sonne le tocsin et gronde le canon. La brochure précise : « Pendant l’entracte, le feu n’a pas discontinué, et au lever du rideau le peuple est repoussé. Le canon cesse, le tocsin sonne toujours »22. Saint-Martin a placé la deuxième journée sur les boulevards où les arbres renversés côtoient les tombeaux des victimes. Les combats ont toutefois lieu en coulisses. Un enfant de onze ans qui a tué un commandant de la garde est porté en triomphe. Il passe sur le bord des rampes pour saluer le public et la foule défile derrière lui en chantant La Marseillaise et en agitant des branches de laurier. La troisième journée se déroule dans la salle du trône des Tuileries, où le peuple rend hommage à un jeune Polytechnicien tombé symboliquement sur le trône. Bien que la barricade n’apparaisse pas dans La France régénérée, le souci de ne pas occulter la violence des combats est manifeste.

  • 23 Arago E. et Duvert F, 27, 28 et 28 juillet..., Paris, Barba, 1830, p. 5.

20Plus réaliste encore est 27, 28 et 29 juillet, « tableau épisodique des trois journées » d’Etienne Arago et E Duvert, deux auteurs d’un certain renom, créé au Vaudeville le 17 août. La barricade y est très présente. Les auteurs dédient aux Parisiens ce tableau « en songeant avec indulgence qu’il sera toujours impossible de retracer dignement le grand drame dont vous êtes les héros »23. La première journée se déroule chez le tonnelier Raimond, un libéral. Un Polytechnicien vient annoncer que l’on dépave les rues et tous les ouvriers partent au combat en criant « Aux barricades ! aux barricades ! » et en emportant les planches, le bois et les tonneaux que Raimond leur donne ; l’acte finit sur un chœur du peuple chanté sur l’air de l’orage du Barbier de Séville :

  • 24 Ibid., p. 22.

Ciel ! entendez-vous (bis) les fusillades ?
Ah ! courons venger (bis) nos camarades.
Amis, courons (bis) aux barricades !
Qu’ils soient punis
Nos ennemis !24

  • 25 Ibid., p. 22.

21Comme à Saint-Etienne, une didascalie prévoit d’occuper à l’entr’acte : « Pendant l’entr’acte, plusieurs hommes viennent tirailler, et se replient après avoir fait feu. L’un d’eux après avoir lâché son coup, fait un signe à l’apprenti qui le suit. Celui-ci entre dans la coulisse, en marchant à quatre pattes et rapporte en la traînant la giberne d’un Suisse »25.

  • 26 Ibid., p. 25.
  • 27 Ibid., p. 33.
  • 28 Ibid., p. 42.

22On imagine aisément l’effet d’un tel jeu de scène sur la salle. La deuxième journée se déroule dans une rue sans barricade, mais cet acte est dominé par la présence d’un Anglais dont la calèche a été bloquée par les barricades. « Et puis les hommes ils sont venus qui ont couché mon [sic] jolie calèche dans le [sic] barricade »26 s’ex-clame-t-il tout en cédant d’ailleurs à l’enthousiasme général et en faisant l’éloge du peuple parisien. Le troisième tableau se situe devant chez Raimond. Le fond de la scène est occupé par « des barricades composées de pavés et de tonneaux »27. Deux ouvriers y « cassent la croûte » puis un Polytechnicien y grimpe pour annoncer la victoire finale et embrasser un ouvrier. Raimond les fait cependant démolir car on annonce la venue de La Fayette ; « Plus d’obstacle à la liberté ! » s’écrie-t-il28. Lieu de lutte puis de fraternisation, la barricade est ainsi présentée comme devant rapidement disparaître, victime du nécessaire retour à l’ordre.

  • 29 Le monde des théâtres n’est pas fâché de faire payer au Gymnase – qui n’a que dix années d’existen (...)
  • 30 Le Courrier des théâtres, n° 4261 du 11 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4.
  • 31 Le brasseur Royer parle ainsi de son fils polytechnicien : « Aussi, c’est un titre à présent. Chaq (...)

23Chronologiquement, la pièce de circonstance suivante est celle du Gymnase intitulée Le Foyer du Gymnase et donnée le 17 août. Ce prologue, signé Scribe, Mélesville et Bayard, est surtout destiné à saluer la réouverture de la salle après des travaux. Le Théâtre de Madame s’est empressé de reprendre son ancienne appellation de Gymnase dramatique, mais ses liens avec le régime déchu lui causent un grand préjudice29. Dès le 10 août, la troupe s’est transportée dans la salle Favart, inoccupée, pour y reprendre La Bohémienne de Scribe, pièce à tendance libérale créée en juin 1829. Le succès a été mince. « Autre règne expiré » constate non sans joie Le Courrier des théâtres30. Avant, pendant et après fut repris le 11 septembre avec un troisième acte modifié, sans plus d’éclat. Dans Le Foyer du Gymnase, les barricades n’apparaissent qu’une fois : comme un personnage les compare à celles de la Fronde, un autre lui répond que le peuple s’est battu pour être son propre maître et non pour s’en donner un, comme les Frondeurs. Deux jours après le Gymnase, l’Odéon est le premier théâtre officiel à créer une pièce liée aux événements, Le Gentilhomme de la chambre ou dix jours après, à-propos national en vaudevilles. Sauvage et Ozaneaux, les deux auteurs, ont repris un vieux procédé du théâtre révolutionnaire : mettre en scène un personnage qui, ignorant les changements survenus, contraste comiquement avec le nouvel état de la société. Il s’agit ici du marquis de Courbignac, endormi accidentellement durant dix jours et qu’un simple défilé de la Garde Nationale suffit à convertir au nouveau régime. L’action étant située après la révolution, le déroulement de celle-ci n’est évoqué que par une longue suite de couplets assez édulcorés, chantés de surcroît sur un air de valse. Ce récit chanté est placé dans la bouche d’un jeune Polytechnicien – personnage que l’on trouve, sous des prénoms divers, dans toutes les pièces de circonstance et qui symbolise la participation de la jeunesse des écoles et de la bourgeoisie de talent à l’insurrection31.

  • 32 Dumersan, Dupin et Dartois, Monsieur de la Jobardière..., Paris, Barba, 1830, p. 17.
  • 33 Gabriel et Masson, Trois jours en une heure, Riga, 1830, p. 16.

24Le même procédé est utilisé par Dupin, Dumersan et Dartois dans la comédie mêlée de couplets créée le même jour aux Variétés, Monsieur de la Jobardière ou la Révolution impromptue. Là encore, les combats ne sont pas montrés mais racontés au marquis et à son épouse qui ont été endormis soixante-douze heures. L’aristocrate a du mal à croire qu’il « a suffi de trois jours pour tout renverser et tout relever »32. Si son épouse doit renoncer à sortir en voiture à cause des barricades, celles-ci sont en effet en train de disparaître – un paveur vient rechercher la demoiselle avec laquelle il a dépavé la cour du marquis et reprend l’ouvrage pour redonner à Paris un visage normal. Du bruit effraie-t-il le ménage Jobardière ? Ce ne sont que des pétards annonçant l’accession au trône du duc d’Orléans. La révolution est bien finie. A peine plus réaliste est Trois jours en une heure, le tableau national mêlé de chants de Gabriel et Masson mis en musique par Romagnési et Adam et joué à l’Opéra-Comique le 21 août. L’ouvrage est dédié à Lafayette. Il se déroule dans l’enclos d’une manufacture de toiles peintes. Un ouvrier, Antoine, mène ses camarades au combat mais prend soin d’écarter du groupe les « tapageurs » et les « ivrognes ». Par une ellipse qu’annonce le titre, les ouvriers, sitôt sortis, reviennent vainqueurs et un personnage peut rassurer le manufacturier : « Tout est calmé, mon oncle ; ce peuple si terrible pendant le combat se montre après le succès à la fois généreux et sensible, même envers ses ennemis »33.

  • 34 L’abolition de facto de la censure après les Trois glorieuses fait qu’il n’existe pour tout ce rép (...)

25Cette circonspection des théâtres officiels fait d’autant plus regretter que n’ait pas été imprimée34 la pièce de circonstance du Théâtre de la Porte-Saint-Martin, Les Barricades, à-propos-vaudeville de Benjamin Antier et Anicet-Bourgeois, deux auteurs de premier plan. Créée le 29 août, la pièce a été donnée jusqu’au 7 octobre et a donc remporté un grand succès. Le Courrier des théâtres la résume ainsi :

  • 35 Le Courrier des théâtres, n° 4280 du 30 août 1830, critique de La Barricade, p. 2.

On y voit figurer des gardes nationaux, des ouvriers, des femmes, des enfants, des blessés, un jésuite déguisé, des soldats de la ligne qui refusent de tirer sur le peuple, enfin tout ce que nous avons vu les 27, 28 et 29 juillet. Les bourgeois élèvent une barricade ; une femme emploie tout son mobilier à la défense publique ; d’autres arrangent un drapeau tricolore. Le tout est entremêlé de couplets, qui respirent le plus pur patriotisme. Le public a applaudi, comme il applaudit à tous les ouvrages du même genre et, sur sa demande, on a nommé MM. Benjamin et Anicet35.

26Cette barricade dressée sur la scène de la Porte-Saint-Martin est également présente au Cirque-Olympique à partir du 31 août, jour de la création de La Prise de la Bastille, gloire populaire et le passage du Mont-Saint-Bernard, gloire militaire, pièce en deux époques et sept tableaux de Vilmot, Nézel et Laloue. La mise en scène de l’illustre Franconi, les décors de Philastre et Cambon et le savoir-faire de l’établissement dans les reconstitutions à grand spectacle ont dû produire beaucoup d’effet. La première partie de la pièce se déroule en juillet 1789 mais le deuxième de ses quatre tableaux – intitulé Les Barricades – est en fait une maladroite transposition des Trois glorieuses, l’apparition de La Fayette au tableau suivant tissant le lien entre les deux révolutions.

  • 36 Vilmot, Nézel et Laloue, La Prise de la Bastille..., J. Hardy, 1830, p. 11.

27Le tableau des barricades nous montre le peuple casser les lanternes et se rassembler sur une place parisienne que la brochure ne localise pas précisément. Une charge de cavaliers n’empêche pas un poste de la garde d’être désarmé tandis qu’un régiment de ligne fraternise avec les insurgés. On construit une barricade. « Tout le monde se met à l’ouvrage. Arrive un porteur d’eau que l’on arrête : son tonneau est placé dans la barricade. Une chaise de poste a le même sort, après que les voyageurs sont descendus... puis une voiture de moellons »36. Le peuple s’arme chez un armurier qui consent à prêter des fusils, puis se groupe autour du drapeau tricolore planté dans un tonneau. « Mes enfants, le voilà revenu !... Maintenant il s’agit de le défendre jusqu’au dernier soupir » s’écrie l’artisan Moreau, prouvant du même coup que cette scène de barricade se déroule bien en 1830 et non en 1789. L’arrivée des Suisses provoque un combat général sur lequel le tableau s’achève. A la fin du mois d’août 1830, un mois après la révolution, la Porte-Saint-Martin et le Cirque-Olympique osent ainsi montrer la réalité matérielle des barricades. Les pièces jouées en septembre n’eurent pas la même audace.

  • 37 On raille notamment tous ceux qui se vantent d’être entré le premier aux Tuileries...
  • 38 Nous laissons de côté la pièce de circonstance du théâtre de M. Comte – un théâtre d’enfants. Nobl (...)

28Le 5 septembre, la Gaîté célèbre tardivement la révolution par un vaudeville de Simonnin et Honoré, Le Te Deum et le tocsin ou la Route de Rouen. L’action se déroule dans un village entre Paris et Rouen. Les auteurs s’attachent surtout à ridiculiser la couardise des notables légitimistes, malgré la présence sur scène d’un groupe de Rouennais qui sont partis se battre à Paris. Quatre jours plus tard, la Comédie-Française sort enfin d’une réserve qui pouvait paraître suspecte et donne un « drame historique » en trois actes, Trois jours d’un grand peuple. On a fait appel pour l’écrire à l’obscur Nouguier. Les comptes rendus, dans la presse, du drame – qui n’a pas été imprimé – laissent entrevoir une œuvre particulièrement fade, voire stupide, ce qui explique les sifflets, huées et rires qui l’ont accueillie et firent de la première représentation aussi la dernière. D’une toute autre valeur est la comédie en vers de d’Epagny, Les Hommes du lendemain, créée à l’Odéon le 11 septembre. Il ne s’agit plus de raconter la révolution mais d’en observer les conséquences, en l’occurrence l’habileté de certains à profiter de l’héroïsme des autres37. Le vrai héros, l’ouvrier blessé Robert, en est réduit à exprimer son désir de justice en dormant ; ce « rêve de l’homme du peuple » – qui fait l’objet d’une lithographie accompagnant le texte imprimé – trahit un désenchantement certain. Le même thème est traité dans La Foire aux places, une comédie-vaudeville de Bayard créée au Vaudeville le 25 septembre. L’ouvrier ébéniste Brosset constate que ceux qui se sont battus, comme lui, n’ont rien demandé et rien reçu38.

  • 39 Mélesville et Carmouche, La Coalition, Quay, 1830, p. 37.
  • 40 C’est ainsi que paraissent dans une revue, les huit Napoléon de huit spectacles parisiens, qui se (...)

29Présentés comme des hommes frustrés de leur victoire en septembre, les héros des barricades sont désignés en octobre comme potentiellement dangereux. Le Vaudeville donne le 22 octobre La Coalition, tableau populaire de Mélesville et Carmouche. Les auteurs opposent les bons ouvriers qui pensent que leur tâche est finie, à ceux qui restent dans la rue et se font manipuler par les jésuites. « Si vous voulez d’l’ouvrage et du commerce,/Ils sont dans l’ordre et la liberté ! » chante en guise de conclusion Bernard, maître-serrurier et sergent de la Garde Nationale39. Anicet-Bourgeois et Francis font passer le même message dans leur tableau-vaudeville Une Nuit au Palais-Royal ou la Garde Nationale en 1830, créé à l’Ambigu-Comique le 6 novembre. Ils montrent au public parisien des gardes nationaux qui aident des ouvriers égarés à ne pas être le jouet des agitateurs carlistes. De même, les revues jouées en décembre se gardent bien de ressusciter les barricades et préfèrent insister sur la suppression de la censure théâtrale et sur sa conséquence la plus visible, la multiplication des pièces consacrées à Napoléon40. La barricade est donc peu ou prou écartée de ce répertoire de circonstance dans lequel les auteurs ridiculisent l’« avant », louent l’« après » et se soucient assez peu du « pendant ». Elle trouve un refuge là ou elle avait été popularisée grâce à Vitet dans le théâtre imprimé.

1830 : la barricade imprimée

30Mentionnons rapidement quelques ouvrages qui sont des pamphlets dialogués -anonymes – sans grande portée. Les Scènes entre M. de Polignac, Charles X et le bey d’Alger parues chez Bolognini en septembre ne sont qu’une lourde satire de trois vaincus. Plus singulier est la brochure publiée à la fin du mois d’octobre chez Bellemain : Les Braves morts pour la liberté, en présence de Napoléon et de Louis XVIII dans les Champs-Elysées. On y voit les deux souverains accueillir avec sollicitude les victimes des barricades. Les Scènes de Cour et de cabaret, « parades historiques » publiées à la mi-octobre chez Levavasseur présentent le dernier conseil des ministres de la Restauration. L’action se déroule ensuite dans une auberge près de Rambouillet où se cache la duchesse d’Angoulême déguisée en paysanne. Reconnue par un substitut qui veut la faire arrêter, elle peut rejoindre saine et sauve Rambouillet grâce à un paysan intègre. On retrouve la fille de Louis XVI dans Les Bourbons et les barricades ou l’esclavage et la liberté, « scènes historiques en vers » également publiées à la mi-octobre. Elle y est présentée comme une enragée. Outrées et vulgaires (Charles X pense plus à ses coliques qu’au pays...) lorsqu’elles décrivent les vaincus, ces scènes donnent un résumé très banal et stéréotypé de la révolution.

  • 41 On peut même se demander si Vitet ou un autre écrivain de premier ordre ne se cache pas sous l’ano (...)

31Le récit fidèle et vivant des Trois glorieuses doit être cherché dans trois ouvrages qui portent le même titre : Les Barricades de 1830, et qui sont parus dans les derniers jours d’août ou les premiers jours de septembre. Deux sont sous-titrés « scènes historiques » mais l’un des deux, publié chez Levavasseur, se borne à retracer la journée du 27 juillet, ce qui est regrettable car l’auteur a parfaitement assimilé la technique de Vitet (liste des personnages, indication des heures, etc.) et raconte les premiers combats avec une justesse de ton digne d’un grand écrivain41.

  • 42 Les Barricades de 1830, drame historique en trois journées, Jules Lefebvre et Cie, 1830, p. 13.
  • 43 Ibid., p. 14.

32Le « drame historique en trois journées » paru chez Jules Lefebvre n’est pas moins intéressant. Du 26 juillet au 10 août, sept scènes retracent la révolution. La scène III se déroule le 27 au soir, rue Saint-Honoré. Evoquant une charge de gendarmes à cheval, l’auteur n’oublie ni le pas des chevaux au galop, ni le cliquetis des sabres, ni les cris des blessés. Il montre des Parisiens renversant un omnibus (une « Dame-Blanche ») pour construire une barricade. Le texte abonde en petits faits vrais, jusqu’au dialogue final de deux paveurs qui, le 10 août, « travaillent à faire disparaître les traces des barricades »42. Voyant entrer aux Tuileries deux généraux réactionnaires, l’un dit à l’autre, avec amertume : « C’est pour ça qu’on a fait des barricades... Ah ! jour de Dieu, si j’tenais c’te graine-là sous la d’moiselle ! Dieu de Dieu !... s’faire tuer pour changer Charles en Philippe » 43

  • 44 Debraux E., Les Barricades de 1830, A. Boulland, p. 157.

33Le troisième ouvrage est le seul à être signé. Emile Debraux a rédigé ces vingt-quatre scènes historiques qui, réparties entre un prologue, trois journées et un épilogue, s’étalent sur près de 300 pages du 25 au 30 juillet, et transportent le lecteur aussi bien à Saint-Cloud qu’à la Chambre des députés. Debraux n’hésite pas à mettre en scène Charles X, Polignac, Laffitte, Guizot, etc. Il fournit en annexe des pièces justificatives : le rapport de Chantelauze, les quatre ordonnances, la charte révisée et le serment du roi. Les scènes 11, 12, 13 et 18 font revivre les barricades, avec un grand réalisme. On y apprend comment tirer en toute sécurité en déplaçant des moellons ou en utilisant deux planches. Certains détails font penser que Debraux a été le témoin direct de ce qu’il raconte, comme cette réflexion d’un ouvrier qui dit s’amuser à voir « ces diables de soldats sautiller de pavé en pavé pour faire retraite »44. Si Debraux s’affirme franchement orléaniste, il ne masque rien de la violence des combats ni des souffrances consenties par le peuple.

34Impensable sur une scène du temps de Charles X, la barricade avait trouvé en Vitet et dans les « scènes historiques » un écrivain et un genre capables de la faire exister avec une intensité remarquable. La révolution de 1830 aurait pu la faire trôner entre les deux pans du manteau d’Arlequin, mais on a vu que les auteurs des pièces de circonstance s’ingénièrent plutôt, par souci d’apaisement, à masquer son importance. Le théâtre imprimé fut donc, après les Trois glorieuses comme avant, le seul lieu où la barricade pouvait être évoquée en utilisant la puissance de l’écriture dramatique. Il fallut attendre février 1848 pour que ces barricades sortent du texte et accèdent enfin pleinement à la scène, cette autre tribune.

Note

1 Archives départementales de l’Allier, 4 T 207.

2 Archives nationales, F 21 1137.

3 Il ne faut pas oublier que Charles X fit jouer La Muette de Portici aux Tuileries en mars 1829 et s’en montra « fort satisfait » (cf. Yon J.-C, Eugène Scribe, la fortune et la liberté, Thèse, Université de Paris I, 1993, p. 242).

4 Cité par J.-C. Yon, op. cit., p. 80.

5 Il n’est pas fortuit que Roederer ait republié cet ouvrage et d’autres essais du même genre sous le titre Comédies historiques, en trois volumes, parus de 1827 à 1830.

6 Toutes les dates de parution données dans cet article sont tirées de la Bibliographie de la France.

7 Les Barricades..., chez Brière, 1826, p. i, p. i-ii et p. ii.

8 Discours de réception à l’Académie française de M. Caro..., Paris, Firmin-Didot, 1875, p. 11-12.

9 Les Etats de Blois... par l’auteur des Barricades, Ponthieu et Cie, 1827, p. vi-vii.

10 Le fait est attesté par Anne Ubersfeld dans Le Drame romantique, Paris, Belin, coll. « Lettres Sup. », 1993, p. 95.

11 Les Etats de Blois..., Ponthieu et Cie, 1827, p. 31. Les scènes sont précédées d’un résumé racontant ce qui s’est passé entre la fin des Barricades et le début des Etats de Blois. Un autre résumé fut placé au début de La Mort de Henri III.

12 La plus réussie est La Jacquerie, scènes féodales de Mérimée, publiée en 1828.

13 Vitet L., La Mort de Henri III..., H. Fournier jeune, 1829, p. vi.

14 Ibid., p. x et xv.

15 Vitet L., La Ligue, scènes historiques, Ch. Gosselin, 1844, p. 2 et 28.

16 Le Courrier des théâtres, n° 4253 du 3 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4.

17 Elle ne fut restaurée qu’en septembre 1835, suite à l’attentat de Fieschi.

18 Le Corsaire, n° 2736 du 6 août 1830, p. 3.

19 Le Courrier des théâtres, n° 4259 du 9 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4. C’est l’auteur de l’article qui souligne.

20 Le Courrier des théâtres, n° 4268 du 18 août 1830, critique du 27,28 et 29 juil, p. 2-3.

21 Lamerlière E. de, Le Drapeau tricolore..., Paris, Barba, 1830, p. 26.

22 Saint-Martin M., La France régénérée..., Paris, Barba, 1830, p. 21.

23 Arago E. et Duvert F, 27, 28 et 28 juillet..., Paris, Barba, 1830, p. 5.

24 Ibid., p. 22.

25 Ibid., p. 22.

26 Ibid., p. 25.

27 Ibid., p. 33.

28 Ibid., p. 42.

29 Le monde des théâtres n’est pas fâché de faire payer au Gymnase – qui n’a que dix années d’existence – la vogue extraordinaire que lui a donnée le répertoire de Scribe.

30 Le Courrier des théâtres, n° 4261 du 11 août 1830, « Nouvelles de Paris », p. 4.

31 Le brasseur Royer parle ainsi de son fils polytechnicien : « Aussi, c’est un titre à présent. Chaque famille nous les envie. [...] partout en les voyant, on dit : voilà des braves ! et Lafayette les a embrassés ! » (Sauvage et Ozaneaux, Le Gentilhomme de la chambre..., Paris, p. 22).

32 Dumersan, Dupin et Dartois, Monsieur de la Jobardière..., Paris, Barba, 1830, p. 17.

33 Gabriel et Masson, Trois jours en une heure, Riga, 1830, p. 16.

34 L’abolition de facto de la censure après les Trois glorieuses fait qu’il n’existe pour tout ce répertoire ni rapport ni manuscrit de censure.

35 Le Courrier des théâtres, n° 4280 du 30 août 1830, critique de La Barricade, p. 2.

36 Vilmot, Nézel et Laloue, La Prise de la Bastille..., J. Hardy, 1830, p. 11.

37 On raille notamment tous ceux qui se vantent d’être entré le premier aux Tuileries...

38 Nous laissons de côté la pièce de circonstance du théâtre de M. Comte – un théâtre d’enfants. Noblesse et roture de Duport, comédie créée le 29 septembre, est une bluette qui vise à démontrer que l’honnêteté est la vraie noblesse. La révolution est à peine évoquée.

39 Mélesville et Carmouche, La Coalition, Quay, 1830, p. 37.

40 C’est ainsi que paraissent dans une revue, les huit Napoléon de huit spectacles parisiens, qui se font mutuellement l’appel (Rougemont, Brazier et de Courcy, Les Variétés en 1830, Riga, 1831, p. 16).

41 On peut même se demander si Vitet ou un autre écrivain de premier ordre ne se cache pas sous l’anonymat de cette brochure.

42 Les Barricades de 1830, drame historique en trois journées, Jules Lefebvre et Cie, 1830, p. 13.

43 Ibid., p. 14.

44 Debraux E., Les Barricades de 1830, A. Boulland, p. 157.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540