Version classiqueVersion mobile

Itinéraires du savoir de l’Italie à la Scandinavie (Xe-XVIe siècle)

 | 
Corinne Péneau

Le monde universitaire au Moyen Âge

Pierre Plaoul (1353-1415) : une grande figure de l’université de Paris éclipsée par Gerson

Hélène Millet

Texte intégral

  • 1 Parmi les innombrables variantes (Plaoust, Playoul, Plo, Plaon, etc.) ou déformations manifestes ( (...)

1Il n’est même pas besoin d’être historien pour avoir entendu parler de Gerson et savoir qu’il fut chancelier de Paris à la fin du Moyen Âge. En revanche, pour connaître le nom de Pierre Plaoul, son collègue à la faculté de théologie, il faut être un spécialiste de l’histoire intellectuelle et religieuse des environs de 14001. Pourtant, tandis que Plaoul bénéficiait de la confiance et de l’estime des maîtres parisiens au point d’être constamment choisi comme porte-parole de l’Université dans les débats sur le « Grand Schisme » entre 1390 et 1410, dans le même laps de temps, Gerson n’avait jamais parlé qu’en son nom propre.

  • 2 D’après P. Glorieux, « L’année universitaire 1392-1393 à la Sorbonne à travers les notes d’un étud (...)

2Si l’on fait abstraction de l’énorme différence de diffusion de leur œuvre écrite, rien dans la documentation ne privilégie l’un plutôt que l’autre. Gerson n’est si bien connu que parce qu’il a été abondamment étudié. Sur les activités professionnelles de Plaoul, on possède beaucoup de matériaux, et son Commentaire des sentences, conservé en trois exemplaires au moins, pourrait livrer le contenu de son enseignement2. Mais personne ne s’est jamais inquiété de savoir quelle était sa pensée. Comble de l’ironie, ce grand spécialiste de Gerson que fut Mgr Glorieux s’est servi du commentaire de Pierre Plaoul non pour en étudier la doctrine mais pour en extraire les notes susceptibles d’éclairer sur les méthodes de travail en usage à l’université.

  • 3 En 1410, Jean XXIII succéda à Alexandre V, le « troisième » pape élu par le concile de Pise. Press (...)

3Il n’entrait ni dans mon dessein ni dans mes capacités de pallier les lacunes de l’histoire de la scolastique, mais j’étais en revanche bien armée pour recueillir les témoignages de l’engagement de Plaoul dans la bataille pour mettre fin au schisme. Toute sa vie d’homme s’est déroulée tandis que la chrétienté occidentale était partagée en deux camps rivaux. Il avait vingt-cinq ans en 1378 lorsque s’ouvrit le schisme pontifical avec les élections litigieuses successives d’Urbain VI et de Clément VII. À sa mort, le 11 avril 1415, le concile de Constance venait de voter le décret Haec sancta pour faire face à la fuite du pontife qui l’avait convoqué3. Pour un partisan de la papauté pisane tel que lui, l’avenir ne pouvait pas être chargé de couleurs plus sinistres. On était encore à cent lieues de la solution définitive intervenue à la fin de 1417.

  • 4 La personnalité et le rôle de Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie, sont désormais bien connu (...)

4Pierre Plaoul fit plus que prendre part aux événements ; il contribua à les façonner. Il avait personnellement fait le choix de se battre pour l’unité de l’Église au lieu de continuer à soutenir la légitimité avignonnaise, tout comme la très grande majorité des universitaires parisiens. Il fut à la tête de plusieurs ambassades et il prononça de nombreux discours. Nous connaissons la teneur de certains d’entre eux par des notes d’auditeurs ou par des résumés. Aux côtés de Simon de Cramaud, il a été l’un des artisans de la convocation du concile de Pise (1409) par les cardinaux des deux obédiences4. Un évêché, celui de Senlis, couronna sa carrière ecclésiastique. Plusieurs chroniqueurs, dont le célèbre « religieux de Saint-Denys », ont fait mention de lui. Il est donc possible non seulement de retracer sa vie mais aussi de prendre la mesure de sa réputation auprès de ses contemporains et, finalement, de s’interroger sur les raisons de l’ingratitude de la renommée à son égard.

Des années de formation en dents de scie

  • 5 Il a été édité par Bourgeois du Chastenet, Nouvelle histoire du concile de Constance, Paris, 1718, (...)
  • 6 L’« affaire Blanchard » a été étudiée par A. E. Bernstein, Pierre d’Ailly and the Blanchard Affair (...)

5« Je ne suis pas natif de cette obéissance ; je suis liégeois » a déclaré Pierre Plaoul dans un discours prononcé le 16 décembre 14065. Il n’y a donc pas d’hésitation à avoir : en l’occurrence, celui que les documents ecclésiastiques disent clericus Leodiensis n’avait pas seulement été tonsuré à Liège, il y était né. On sait aussi l’année de sa naissance, 1353, car il s’était présenté comme ayant trente-deux ans, le 16 août 1385, aux commissaires chargés de l’interroger lors du « procès Blanchard6 ». Là s’arrêtent nos certitudes sur ses origines.

6De sa famille et de ses parents, rien n’a transpercé. Mais il y a fort à parier qu’il était issu d’un milieu modeste – un article d’accusation du même procès (no 59) ne le dit-il pas avoir été pauperrimus homo ? – et qu’il fut élevé à la cathédrale Saint-Lambert. Cela expliquerait pourquoi il se trouva dans l’orbite du chancelier Blanchard, l’homme du procès. Ce dernier en effet était un clerc tournaisien qui avait obtenu son premier bénéfice à Liège et il était devenu doyen de la cathédrale de cette ville en 1363 ; a ce poste, il était bien placé pour déceler les jeunes talents de l’école capitulaire.

  • 7 Jean de Guignecourt, un ancien du collège de Sorbonne à qui nous le verrons très lié, est un autre (...)
  • 8 Il avait été licencié en arts sous le chancelier Jean de La Chaleur (CUP, t. III, p. 418).
  • 9 Cette première source est la citation à comparaître de l’affaire Blanchard (CUP, t. III, p. 346).

7Quand le jeune garçon vint-il à Paris et quand fut-il admis comme étudiant dans la nation picarde de la faculté des arts et comme socius au collège de Sorbonne ? On l’ignore aussi7. Tout au plus peut-on situer à 1371 l’année où il obtint sa licence en arts8 Lorsqu’il apparaît pour la première fois dans les sources, en 1385, il était déjà bachelier en théologie ainsi que sous-chancelier, assistant par conséquent du chancelier Jean Blanchard9.

  • 10 O. Lewry, « Corporate Life in the University of Paris, 1249-1418, and the Ending of the Schism », (...)
  • 11 L’abbé de Sainte-Geneviève employait lui aussi un sous-chancelier. En 1385, cet officier était Jea (...)

8Bien qu’on trouve couramment l’expression « chancelier de l’université de Paris » sous la plume des historiens, il n’y avait pas à proprement parler de chancelier de l’Université mais un chancelier de l’Église de Paris, c’est-à-dire un officier du chapitre de la cathédrale à qui était dévolue la mission de veiller à la collation des grades dans l’université de Paris. Le recteur, un maître ès arts élu pour trois mois par ses pairs, pouvait en revanche se poser en véritable représentant du collège des étudiants et maîtres parisiens. Cette division des rôles, avec tout ce qu’elle supposait de divergences sur l’origine et l’exercice de l’autorité, explique l’existence d’un conflit récurrent entre le chancelier et le recteur10. Pour la collation des grades a la faculté des arts, le chancelier partageait ses prérogatives avec l’abbé de Sainte-Geneviève et il déléguait les siennes à un officier à sa discrétion, le sous-chancelier11.

  • 12 B. Guenée, Entre l’Église et l’État, Paris, 1987, p. 185-189.
  • 13 Tout liégeois qu’il fût, Plaoul s’est toujours trouvé en milieu avignonnais. Avec des protecteurs (...)

9La querelle qui opposa Jean Blanchard à l’Université éclaboussa copieusement son assistant12. Il leur était reproché de rançonner les candidats aux grades, ceux surtout qui, du fait de leurs origines ou de leurs opinions, pouvaient être soupçonnés de sympathies urbanistes13. Mais la procédure a considérablement gommé cet aspect du scandale et ne s’est guère intéressée qu’à l’enrichissement indu des accusés. En juin 1384, une dispute de préséance avec le recteur avait mis le feu aux poudres. L’affaire fut portée en Curie et Clément VII demanda une enquête. Le 15 avril 1385, Blanchard et Plaoul furent cités à comparaître et, dans les mois qui suivirent, ils durent répondre aux accusations.

10Dans l’acte rédigé pour la circonstance, les articles 58 à 80 mettaient explicitement en cause Pierre Plaoul. Il lui était surtout reproché de s’être souvent fait inviter à manger et d’avoir reçu beaucoup de cadeaux. Son enrichissement était patent, lui qui portait maintenant des vêtements de luxe alors qu’il n’avait aucune autre source de revenus, ni patrimoniale ni bénéficiale. Loin de s’en défendre, l’accusé reconnaissait les faits et s’estimait en règle avec la morale ; devant l’assemblée générale de sa nation, celle de Picardie, il se serait exclamé que « ni Dieu ni le diable ne pouvait l’empêcher de recevoir des dons à partir du moment où ils lui étaient offerts ». D’après deux témoins au moins, il lui était aussi arrivé de forcer la note. À Thomas de Borville qui refusait de payer la taxe, un homme de main du sous-chancelier était venu extorquer des livres à titre de gage, mais, avec l’assistance de quatre gens d’armes et sous la menace de tout divulguer, l’étudiant les avait récupérés. Dans cet épisode, on ne sait finalement lequel, de l’accusé ou du témoin, a joué le plus vilain rôle.

11Pierre Plaoul n’était pas un ingrat. Il ne fit pas que relever les accusations, il accepta aussi de témoigner en faveur de Jean Blanchard. Dans sa déposition, le 16 août, il rapporta sa propre expérience de candidat à la licence en arts sous Jean de la Chaleur, le chancelier précédent, pour montrer que les cadeaux étaient devenus un usage. Peut-être même n’y aurait-il pas eu de procès sans cette querelle de préséance avec le recteur, estimait-il. L’étude chiffrée qu’a menée Alan Bernstein est néanmoins péremptoire : il y eut un relèvement important des droits à acquitter pour passer les examens à partir du moment où Jean Blanchard devint chancelier. Bien que, dans une moindre mesure, Pierre Plaoul eût profité du système, et ce, on l’a vu, sans grand état d’âme.

12L’affaire fut poursuivie en Curie, et, pour la représenter, l’Université dépêcha Pierre d’Ailly. Nouvellement promu à la tête du collège de Navarre, le jeune et brillant théologien mit tout son talent à réclamer la condamnation des coupables. Mais Clément VII n’avait nulle envie de s’aliéner un partisan aussi déclaré que Blanchard et il se contenta de le déplacer (28 septembre 1386). Aucune sanction particulière ne vint frapper Plaoul, mais il est à présumer que, par voie de conséquence, son patron dut licencier son sous-chancelier.

  • 14 Une supplique (S 1230, dans H. Nélis, Documents relatifs au Grand Schisme, Rome, 1934, Analecta Va (...)

13Pierre Plaoul dut alors juger préférable – ou on le jugea pour lui – de s’éloigner pour un temps de Paris, car, dans les années 1387-1388, on le retrouve dans la familia du cardinal Pierre Ameilh, en Avignon par conséquent. Sans doute était-ce encore la protection de Jean Blanchard qui lui valut d’être accueilli dans ce nouveau milieu. Dans sa jeunesse, l’ancien chancelier avait en effet côtoyé Pierre Ameilh auprès du cardinal Guy de Boulogne, puis de son neveu, Robert de Genève, avant qu’il ne devienne Clément VII. Au jeune exilé, son nouveau patron ne tarda pas à faire attribuer un beau bénéfice, le premier qu’on lui connaisse : une prébende à la collégiale de Saint-Omer, laissée vacante par un autre familier du cardinal le 2 mars 138714.

  • 15 Selon Bernard Guenée (op. cit., p. 200), Jean de Guignecourt n’était qu’un « successeur falot » do (...)
  • 16 P. Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit., p. 446.
  • 17 B. Guenée, op. cit., p. 196.

14Toutefois, Pierre Plaoul était loin d’avoir perdu tous ses appuis à Paris. Le successeur de Blanchard choisi par Clément VII était en effet Jean de Guignecourt, un ancien du collège de Sorbonne qui était devenu chanoine de Saint-Barthélemy de Liège en 1362 et qui avait lui-même été sous-chancelier, aux environs de 1378, sous les ordres de Jean de La Chaleur15. Il y avait plus que de la sympathie entre les deux « sorbonnards ». Plaoul éprouvait une grande admiration pour son aîné et il se montra bouleversé par son décès, survenu le 30 mars 139316 À qui connaît cette amitié, sa présence aux côtés des « tombeurs de Jean Blanchard », en juillet 1388, lors d’une nouvelle ambassade universitaire en Avignon paraît moins surprenante. L’ancien sous-chancelier se trouvait sur place ; il pouvait donc se rendre utile. Il s’agissait cette fois de faire barrage à Juan de Monson et à tous ses confrères dominicains qui élevaient publiquement des doutes sur l’immaculée conception de Marie17. Cette œuvre pie, qui jeta le discrédit sur l’ordre des Prêcheurs, fut au départ de l’irrésistible ascension bénéficiale de Pierre d’Ailly. Or celle-ci se fit aux dépens de Jean de Guignecourt.

  • 18 La nature exacte de l’échange n’est pas aisée à établir. Selon une lettre de Clément VII (CUP, t.  (...)

15Contraint de limoger son confesseur dominicain, Charles VI nomma son aumônier, Michel de Creney, pour le remplacer et, pour gérer ses bonnes œuvres, il fit appel à Pierre d’Ailly. À ce nouveau poste, l’entreprenant théologien trouva immédiatement une autre occasion de se mettre en avant. Comme le cardinal Pierre de Luxembourg était décédé le 2 juillet 1387, à l’âge de dix-huit ans et en odeur de sainteté, il fut chargé d’introduire en Curie la cause en béatification et, pour ce faire, il se rendit en Avignon pour une troisième ambassade, au printemps 1389. Or, honni soit qui mal y pense, à l’automne, et plus précisément le 7 octobre, le pape acceptait une permutation de bénéfices entre Guignecourt et Pierre d’Ailly, au terme de laquelle ce dernier devenait chancelier de Paris tandis que Guignecourt rétrogradait dans la hiérarchie ecclésiastique18. Pierre Plaoul, l’ami fidèle, reçut procuration de Jean de Guignecourt afin de procéder à l’échange. Il savait donc parfaitement à quoi s’en tenir sur cet inégal marché.

  • 19 P. Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit.

16Est-ce à la faveur de cette trêve avec d’Ailly que Plaoul revint à Paris ? Peutêtre, car on l’y retrouve en 1392, occupé à enseigner la théologie en tant que bachelier sententiaire, avec une réputation de professeur déjà bien établie. Parmi les étudiants qui se pressaient au collège de Sorbonne pour l’écouter, Richard de Basoches a pris des notes très soigneuses qu’il a émaillées de détails journaliers19. Du 11 octobre 1392 au 30 juin 1393, bornes normales d’une année universitaire, le professeur avait donné 132 leçons ordinaires. Il était censé avoir commenté les quatre livres des Sentences de Pierre Lombard, mais, sur les sept questions qu’il avait traitées, six se rapportaient au premier livre. Pour les trois suivants, selon une pratique devenue courante, il s’était contenté de donner un résumé, sans pour autant omettre les quatre séances solennelles comportant la discussion de ses propos par des collègues et destinées à marquer l’avancement des travaux. Les sujets qu’il avait choisi de développer portaient sur la foi, la connaissance et le désir de Dieu, la Trinité, la charité (conçue comme moyen d’accéder à la Trinité), la prédestination et l’Incarnation. Richard de Basoches estimait avoir reçu de cet enseignement la « moelle » de la théologie et il termina son cahier en accordant un chaleureux satisfecit à son maître, reverendo philosopho, precellentissimoque metaphysico.

  • 20 En fait de bénéfices, Richard de Basoches ne lui connaissait qu’une cure normande : Thiberville au (...)

17Cette même année 1393, les régents en théologie accordèrent la licence d’enseigner au talentueux professeur, et, en 1394, on voit que Pierre Plaoul était devenu leur collègue. Sans attendre, les honneurs ecclésiastiques vinrent s’ajouter aux lauriers académiques : le 23 juillet 1394, il fut investi d’une prébende au chapitre de Paris20. Désormais assuré d’avoir un toit dans la capitale et des revenus confortables, il fit une carrière universitaire sans problème, et, pleinement apprécié par la majeure partie des universitaires parisiens, il devint peu à peu leur porte-parole attitré dans les affaires du schisme.

La voix de l’université de Paris dans le combat pour l’unité de l’Église

18Jusqu’alors, la vie de Pierre Plaoul avait été constamment colorée par le schisme. En tant qu’assistant de Jean Blanchard, vu ses liens avec le cardinal Pierre Ameilh et les premiers protagonistes de la rupture avec Urbain VI (en 1378, Jean de Guignecourt fut l’un des tout premiers à rapporter les nouvelles de la révolte des cardinaux à la cour de France), on aurait pu s’attendre à ce qu’il persiste à soutenir la branche avignonnaise de la papauté. Mais il devint l’un des plus actifs combattants pour l’unité de l’Église, sans qu’on parvienne à saisir exactement quand et pourquoi il évolua dans ce sens.

  • 21 Depuis son serment d’allégeance à Clément VII en 1383, l’université de Paris avait sombré dans une (...)
  • 22 C’est en février 1393 que les débats sur le schisme agitèrent la vie universitaire. Le 13 février, (...)
  • 23 Bien que les listes conservées ne le disent pas explicitement, le rang et la manière dont il est c (...)

19Les notes de Richard de Basoches sont précisément l’une des sources citées par Robert Swanson pour montrer que les débats sur le schisme reprirent en 1392-1393 dans l’enceinte universitaire21. Mais ce qu’a rapporté l’étudiant témoigne davantage de son trouble que de la pensée de son maître à cette date22. En février 1394, on voit Pierre Plaoul agir pour la première fois en tant que docteur en théologie, comme scrutateur de la consultation sur les moyens de retrouver l’unité, organisée par l’Université. L’année suivante, Benoît XIII étant devenu pape, il prit part à la première assemblée du clergé du royaume convoquée par Charles VI23.

  • 24 Il est indiqué comme étant seul ambassadeur du roi en tant qu’évêque de Senlis, titre qui n’était (...)
  • 25 F. Ehrle, « Ein Bericht über das bisher unbekannte zweite Pariser Concil vom August 1396 », dans A (...)

20Le premier témoignage du sens de son engagement provient de la mission de propagande qu’il reçut du roi au printemps 1396 : vanter les mérites de la voie de cession comme moyen de mettre un terme au schisme auprès des princes de l’Empire24. Partie à la mi-avril, l’ambassade visita Sigismond de Hongrie, Wenceslas de Bohême, les ducs de Bavière et les Électeurs rhénans avant de revenir à Paris, vers le 15 août. À cette date, les membres de la seconde assemblée du clergé convoquée par Charles VI étaient déjà en train de siéger. En tant qu’ambassadeur fraîchement revenu d’Allemagne, Pierre Plaoul demanda à prendre la parole le 28 août, et, le lendemain, il délivra le premier discours dont on ait gardé un souvenir. Selon le résumé qu’en fit l’évêque de Maguelone, il soutint qu’il fallait résister au pape afin de l’obliger à céder, aller même jusqu’à lui soustraire la collation des bénéfices et refuser d’acquitter les taxes25.

  • 26 H. Denifle et É. Chatelain, Auctarium Chartularii Uniuersitatis Parisiensis. Liber procuratorum na (...)
  • 27 RSD, t. II, p. 526. Cette mention a été omise dans l’index des noms de personnes. Le passage pose p (...)

21À l’automne 1396 se situe la première attestation qui nous montre Pierre Plaoul mandaté par l’université de Paris pour s’exprimer à propos du schisme. Pour une raison qui nous échappe, il n’avait alors nulle envie de recevoir une telle mission : on dut l’y contraindre sous la menace (per penam privacionis)26. De fait, en février 1397, lors du débat contradictoire organisé au Conseil royal suite aux objurgations de l’Université, il fut noté comme l’un des orateurs par Michel Pintoin27.

  • 28 Jean Courtecuisse n'eut finalement pas à intervenir. Une incise d’un discours de Gilles des Champs (...)
  • 29 Pierre Ravat, évêque de Saint-Pons-de-Thomières, avait prétendu que moins d'un tiers des universit (...)

22Le 24 mai 1398, les participants à la troisième assemblée du clergé du royaume – celle qui vota la soustraction d’obédience à Benoît XIII – élurent les douze personnalités devant faire office d’orateurs. Pierre Plaoul fut l’un d’eux, choisi en tant que théologien parisien au même titre que Gilles des Champs et Jean Courtecuisse28. Il lui revint de clôturer les débats, le 7 juin, par un discours, prononcé au nom de l’université de Paris, qui dura trois heures. Pour thème, il prit une parole prononcée par Mattathias au Livre des Macchabées (I Mach, 2, 22). Au moment de commettre l’irréparable, ce prêtre fidèle à la Loi s’était écrié face à l’envoyé du roi Antiochus Épiphane qui le sommait d’apostasier : « Que Dieu nous soit favorable. » La référence dut marquer les esprits, car le rédacteur de l’ordonnance de soustraction d’obédience prêta cette même parole à Charles VI au moment d’énoncer la terrible décision. Après avoir polémiqué avec Pierre Ravat, défenseur de Benoît XIII, sur la proportion des maîtres parisiens favorables à la politique royale, Pierre Plaoul s’était employé à démontrer qu’il était de nécessité de salut de cesser d’obéir à un pape qui détruisait l’Église29.

  • 30 Parce qu’il était né liégeois, donc en pays devenu urbaniste, il y eut des gens pour estimer suspe (...)
  • 31 Paris, A.N., J 515, no 202, et J 516, nos 488 et 53-55. Sur cet épisode, voir G. Xhayet, Réseaux d (...)

23Seul prince à s’être ouvertement déclaré favorable à la temporisation envers Benoît XIII, Louis d’Orléans avait prévu de se rendre en Avignon, entouré d’une forte escouade de conseillers, au mois de décembre 1398. Curieusement, les noms de Gilles des Champs et de Pierre Plaoul figurent parmi ceux qu’il avait retenus à cette fin. Mais le voyage fut annulé. À l’été 1399, Plaoul fut employé à une ambassade qui correspondait beaucoup mieux à ses convictions. Avec le conseiller du roi et maître des requêtes, Pierre Blanchet, il sillonna le pays liégeois pour l’engager à se soustraire à l’obédience du pape romain30. Les gens de Liège le 11 juin, ceux de Huy le 16, de Dînant le 18 et de Thuin le 21 signèrent un engagement de soustraction, mais il fallut attendre le 6 octobre pour que l’évêque élu, Jean de Bavière, accepte de le ratifier31.

  • 32 On sait seulement qu’il n’était pas à Paris le 5 janvier 1400 (CUP, t. IV, p. 42).
  • 33 Auctarium, t. I, p. 892,4, 6. Le 22 février (ibidem, p. 905), cette même nation faisait remercier (...)
  • 34 J. Vieillard, avec la collab. de M.-H. Jullien de Pommerai, Le registre de prêt de la bibliothèque (...)

24Durant les cinq années qui suivirent, les sources ne disent plus rien de ses activités32. Celles qui se rapportent à l’année 1405, quoique confuses et difficiles à interpréter dans le détail, attestent de nouvelles missions, financées par l’université de Paris, en vue de résoudre le schisme. Le 17 janvier 1405, la nation anglaise fit savoir qu’elle était d’accord pour envoyer Plaoul auprès du pape romain, Innocent VII, en compagnie de Jean Guiot, Henri Doigny, Guillaume Beauneveu et Arnold Witwit33. Quand sont-ils partis et pour combien de temps ? La mission est restée confidentielle. Mais le registre des prêts de la bibliothèque du collège de Sorbonne apporte des informations indirectes sur les déplacements de Pierre Plaoul. Il est sûr qu’il était à Paris le 21 juin 1405, jour où il se présenta à la bibliothèque, peut-être au retour d’un voyage, pour emprunter trente ouvrages. Sûr également qu’il se préparait à s’absenter longuement le 5 octobre 1405 car il avait alors restitué la clé et tous les livres empruntés. On sait enfin qu’il se présenta le 1er avril 1406 pour récupérer livres et clé34.

  • 35 RSD, t. III, p. 361. Il a été suivi par Noël Valois (op. cit., t. III, p. 422-428).
  • 36 Vidimus anni iam exacto curriculo vestros doctissimos oratores et eos, quocienscumque nobiscum ess (...)
  • 37 Bourgeois, p. 187.

25Ces dates s’accordent mal avec les informations données par Michel Pintoin pour la même période. Selon ce chroniqueur, par manque d’argent, il n’y aurait eu qu’une ambassade à Rome et, conduite par Plaoul, elle aurait dû y patienter huit mois tandis qu’innocent VII ajournait par deux fois la convocation d’un concile de son obédience35. Ces discordances factuelles, somme toute mineures, ne doivent pas occulter l’essentiel : grâce à Plaoul et à ses compagnons, les communications furent rétablies entre l’université de Paris et la Curie romaine. On le voit à la correspondance échangée à l’issue du conclave où fut élu Grégoire XII (30 novembre 1406) : les cardinaux urbanistes annoncèrent collectivement l’événement à l’Université et, pour certains au moins, individuellement. On a ainsi conservé la lettre de Giordano Orsini où est rappelé le bon accueil qu’il fit aux délégués de l’université et la façon dont il les avait reçus, en amis, sous son toit36. C’est donc en personne « bien informée » que, à l’assemblée du clergé de 1406, Pierre Plaoul put déclarer : « L’en nous a donné a entendre par decha : ceux de Italie estoient tres bien disposés a oster l’obeissance a Boniface, se la sustraxion de cette obeissance eust un peu plus longuement duré37. »

  • 38 Le 27 mai, les orateurs avaient parlé en latin ; on les pria de passer au français pour que tout l (...)
  • 39 L’exemplaire qu’en reçut Benoît XIII comporte la copie d’un acte notarié, date du 24 février 1402, (...)
  • 40 Paris, A.N., X1A, 4787, fol. 359-364.

26Pour lui, le reste de l’année 1406 fut ponctué par une série de discours, tous destinés à consolider l’œuvre commencée avec la soustraction d’obédience en 1398. Les deux premiers furent prononcés les 27 mai et 7 juin devant le parlement de Paris où, en compagnie de Jean Petit – le futur apologiste du tyrannicide-, il représentait l’université de Paris38. Celle-ci, en son nom propre mais avec l’appui de lettres royales, voulait faire condamner en diffamation les auteurs de l’Epistola tholosana, lettre ouverte dirigée contre les acteurs de la soustraction d’obédience qui circula à partir de février 1402, sans mention de nom d’auteur et comme un produit collectif de l’université de Toulouse39. L’orateur s’appliqua à réfuter la logique du libelle – « ils entendent les canons charnelment et selon la loy bestial qui est cause de discorde a la loy divine et raisonnable » – ainsi que ses fondements ecclésiologiques – « Il disent que le roy ne puet assembler le conseil de son eglise de son royaume mais appartient au pape. Suppose que de ce eust constitution, toutevoie in preiudicium pads publice n’est point a dire. Et si sentent s’il estoit unicum papa. Combien que ce que dient est faulx, car les roiz et empereulx et autres princes ont souvant assemblé le clergie, comme dit Ysidore40. »

27Apparemment convaincus par la démonstration et certainement surveillés par Jean sans Peur, les conseillers du Parlement condamnèrent la lettre à être lacérée publiquement et déclarèrent ses auteurs coupables du crime de lèsemajesté.

28Trois mois plus tard, l’université de Paris voulut consolider cette première victoire ; elle renvoya ses deux orateurs devant la même cour pour y faire proclamer que les clauses financières de la soustraction n’avaient pas été abolies par la restitution de 1403. La séance du 7 septembre fut consacrée aux discours, et, le 11 septembre, devant Plaoul, mais aussi Gilles des Champs et Jean Gerson, les parlementaires se prononcèrent en faveur des plaignants.

  • 41 Bourgeois, p. 177-189 et p. 189-199.
  • 42 Le 15 décembre 1406, a I interpellation du chancelier : « Il anuie a Nosseigneurs. Maître Pierre, (...)
  • 43 « L’autre cause pourquoy nous departions de luy [Benoît XIII], estoit pour ce qu’il estoit violate (...)

29Terme logique de ce renversement de la conjoncture, une nouvelle assemblée du cierge fut convoquée pour la Toussaint 1406 afin de relancer le processus de soustraction. On y retrouve les deux précédents orateurs, toujours chargés de représenter l’université de Paris. L’intervention de Pierre Plaoul occupa deux séances, les 15 et 16 décembre41. À ceux qui n’étaient pas des universitaires, ses discours paraissaient un peu longs, et il fut coupé à plusieurs reprises42. Face à lui, parmi les défenseurs de Benoît XIII, il y avait « monseigneur de Cambrai », c’est-à-dire Pierre d’Ailly : les anciens adversaires profitèrent de l’occasion pour en découdre. L’argumentation de Plaoul était parfaitement rodée. Sur le fond, il y a peu de nouveautés à relever, mais quelques métaphores durent frapper. Ainsi l’Église, d’abord présentée comme une malade au chevet de laquelle les médecins avaient été appelés, est ensuite une vierge qui doit faire face aux assauts amoureux des deux « contendants43 ». On sent aussi davantage de pugnacité dans le propos, avec le souci de réfuter pied à pied les arguments adverses et d’habiles retournements des références bibliques produites par la partie adverse.

  • 44 Je dois à Dieter Girgensohn un dossier de pièces inédites sur cette ambassade.

30L’élection d’un nouveau pape dans l’obédience urbaniste apporta une grosse surprise aux prélats assemblés à Paris, alors qu’ils s’apprêtaient à se séparer. Par la bulle Qui se humiliat, Grégoire XII offrait à son adversaire de s’engager ensemble dans la voie de cession. Du coup, le renouvellement de la soustraction d’obédience parut un remède inapproprié et on convint qu’il fallait aider au rapprochement des deux contendants en leur dépêchant une ambassade nombreuse et consensuelle44. Le roi et son clergé d’une part, l’université de Paris de l’autre choisirent de prestigieux délégués. Du côté universitaire, aux cinq ambassadeurs de 1405, on avait adjoint Jean Petit, Eustache de Fauquembergues, Pierre Cauchon et Robert du Quesnoy. La délégation royale était emmenée par Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie, et, parmi ses 27 membres, on remarque que Gerson, chancelier de Paris depuis 1396, se trouvait aux côtés de Pierre d’Ailly.

  • 45 Voir H. Millet, « Michel Pintoin chroniqueur du Grand Schisme d’Occident », dans Saint-Denis et la (...)
  • 46 A. Bossuat, « Une relation inédite de l’ambassade française au pape Benoît XIII en 1407 », Le Moye (...)
  • 47 RSD, t. III, p. 650.

31Le journal des événements que tint le secrétaire Jacques de Nouvion a été copié par Michel Pintoin45. On sait donc qu’en mai 1407, devant la Curie avignonnaise à Marseille, Pierre Plaoul resta dans l’ombre, probablement par diplomatie, car Benoît XIII ne voulait entendre que d’Ailly et Gerson46. Mais à Rome, lors de la première audience que leur accorda Grégoire XII, le 18 juillet 1407, Simon de Cramaud prit d’abord la parole au nom du roi, puis Plaoul, au nom de l’Université47. Jacques de Nouvion ayant arrêté son journal après cette démarche, les historiens ont cru au retour des ambassadeurs. Pourtant, le plus important restait à accomplir.

32Tandis que certains rentraient en effet à Paris, d’autres attendirent vainement aux environs de Savone que l’entrevue des deux papes se produise, comme prévu, à la Toussaint 1407.

  • 48 J. Vincke, Briefe zum Pisaner Konzil, Bonn, 1940, no 15.
  • 49 E. Martène et U. Durand, Veterum scriptorum... amplissima collectio, t. 7, Paris, 1733, col. 771-7 (...)
  • 50 Ibidem, col. 798. Les mêmes firent d’ailleurs partie des treize Français solennellement condamnés (...)

33Conséquence attendue de ce rendez-vous manqué, Charles VI et la France entrèrent dans la neutralité. Or dans la lettre, datée du 12 janvier 1408, par laquelle cette décision fut communiquée aux cardinaux urbanistes, on apprend que cinq ambassadeurs étaient encore en Italie : quatre évêques (Simon de Cramaud, Pierre Fresnel, Pierre Ameilh, Pierre d’Ailly) et Pierre Plaoul48. Pierre d’Ailly se détacha de ce groupe pour rester dans l’entourage de Benoît XIII (on l’y vit recevoir les suppliques). Les autres attachèrent plutôt leurs pas à la Curie urbaniste, alors itinérante : le 16 avril 1408, ils étaient à Lucques49. Il est donc plus que probable qu’ils furent témoins de la rupture entre Grégoire XII et la majeure partie de ses cardinaux, les 11 et 12 mai 1408, et qu’ils s’employèrent à en propager la nouvelle. Leur rôle d’intermédiaires avec la Curie avignonnaise s’est achevé sur un point d’orgue. L’acte d’union des deux sacrés collèges fut en effet signé à Livourne le 29 juin 1408 en présence de cinq témoins, dont quatre étaient des ambassadeurs français : Simon de Cramaud, Pierre Fresnel, Pierre Plaoul et Jean Pierre50.

  • 51 La chronique d’Enguerran de Monstrelet, L. Douët d’Arcq éd., Paris, 1857, t. 1, p. 549. L’identité (...)

34Pierre Plaoul et Simon de Cramaud furent probablement ceux qui s’attardèrent le plus longtemps dans la suite des cardinaux unionistes, apportant ainsi une collaboration directe à la convocation de l’Église en concile, à Pise, pour le 25 mars 1409· En France, une assemblée du clergé avait été convoquée pour le 1er août 1408 ; elle ne débuta vraiment qu’à la fin du mois. Simon de Cramaud la rejoignit le 25 septembre. S’il faut en croire Monstrelet, il était accompagné de Pierre Plaoul, mais aucune des sources, certes dispersées et très lacunaires, qui renseignent sur cette assemblée ne le mentionne. Le chroniqueur est certainement dans le vrai lorsqu’il déclare que l’arrivée des deux hommes, porteurs de nouvelles fraîches, était très attendue. Il fournit aussi en cette occasion un détail pittoresque : « Maistre Pierre Plaoul, docteur en théologie, chevauchoit moult souvent en habit de docteur avecques ledit cardinal, tout d’un lez comme chevauchent les nobles femmes51. »

  • 52 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum noua et amplissima collectio, t. 27, Venise, 1784, col. 341. Les (...)
  • 53 Mansi, op. cit., t. 26, col. 1144, J. Vincke, Acta, op. cit., p. 208, amplissima collectio, t. 7, (...)
  • 54 Ce résumé fait dire à Plaoul : « Non enim sola est universitas regni Francie, immo et Angliae et A (...)

35Au concile de Pise, couronnement de tous ses efforts pour réunir les deux obédiences, Pierre Plaoul fit son entrée le 13 avril 1409 avec les autres représentants de l’université de Paris, dont la plupart étaient de vieux compagnons d’ambassade : Dominique Petit, Robert du Quesnoy, Pierre de Provins, Jean Pierre, Eustache de Fauquembergues, Pons Symonnet, Guillaume Carpentier, Arnaud Witwit et Jean Bourillet52. Son heure de gloire arriva le mercredi 29 mai, jour de la treizième session ; ce fut lui qui donna le sermon, devant 105 maîtres en théologie. Mais nous n’en avons conservé que de brefs résumés53. Celui d’un notaire du concile a relevé que l’orateur avait eu la courtoisie de rappeler que l’université de Paris comptait des talents venus de toutes les nations ; cela fut très apprécié54. Sur le fond du problème, sa conclusion avait été sans détours : les deux contendants étaient schismatiques et hérétiques ; on devait les priver de leur office et les expulser. Tous retinrent qu’il avait choisi pour thème un verset du prophète Osée (2, 2), particulièrement bien adapté à la situation : « Les fils de Juda et les fils d’Israël se réuniront, ils se donneront un chef unique. »

Les aléas de la renommée

  • 55 C’est la Gallia Christiana (t. X, col. 1431) qui parle de nomination par Alexandre V ; la source u (...)

36Comme beaucoup de clercs qui s’étaient dépensés sans compter pour résoudre le schisme, Pierre Plaoul reçut un gage de reconnaissance de la part du pontife choisi à Pise pour régner sur ceux qui avaient fait le choix de la réconciliation. Le 2 octobre 1409, Alexandre V fit de lui un évêque de Senlis55. Le siège était traditionnellement occupé par un maître parisien, investi de la fonction de protecteur de l’université. Le choix était donc judicieux. Mais, comme on va le voir, ses faits et gestes d’évêques n’interviendront que fort peu dans le bilan qu’il reste à faire sur sa notoriété.

  • 56 Et veristmile michi est quod a Deo assumptus est in coelum, ut ejus sanctitas innotesceret toti mu (...)

37Avant de rallier son évêché (dont Pierre Cauchon prit possession en son nom le 28 janvier 1410), Pierre Plaoul fit fonction de procureur royal auprès du pape pisan et il fut témoin de sa mort, survenue à Bologne le 4 mai 1410, après moins d’un an de règne. À ses anciens confrères de l’université, il raconta la fin édifiante de ce pape, plus fort que Socrate parce qu’il avait manifesté sa foi dans l’au-delà. Selon Plaoul, il y avait là un signe de ce qu’il était vrai vicaire du Christ, dirigé par le Saint-Esprit. Ses propos laissent transparaître de l’inquiétude pour l’unité, non encore pleinement atteinte56.

  • 57 Il est entendu en tant que tel, avec le cardinal Adimari, par la nation anglaise le 13 novembre 14 (...)
  • 58 Gallia Christiana, t. X, col. 1431.

38Envers le successeur d’Alexandre V, Jean XXIII, Pierre Plaoul ne dut pas éprouver la même sympathie. À la faveur d’une légation aux côtés du cardinal Adimari, il revint en France57. Comble de l’ironie, la mission consistait à faire rentrer les taxes et renflouer le trésor apostolique. Il semble que l’évêque de Senlis n’ait mis aucun acharnement à la remplir et qu’il ait préféré diriger ses pas vers son diocèse. Il y fit sa joyeuse entrée, le 16 décembre 1410, mais au lieu d’être pieds nus, ainsi qu’il était d’usage à Senlis, il resta chaussé, par faveur spéciale, eu égard à sa santé58.

  • 59 Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441), Paris, 1879 (Mé (...)

39On aurait aimé savoir comment le théologien s’acquitta de sa charge pastorale, mais les sources locales sont indigentes. Des maigres renseignements donnés par la Gallia Christiana, il ressort surtout qu’il cultiva de bonnes relations avec son chapitre : en 1412, il se reconnut redevable du droit de chape et, en 1414, de certaines distributions attachées aux jours où il célébrait in pontificalibus. Les archives de la ville de Senlis ont conservé le souvenir d’une visite de la famille royale, à Pâques 1414, et du passage du roi, en septembre de la même année, mais sans qu’on sache si l’évêque leur avait fait les honneurs de sa cathédrale59.

  • 60 Liste éditée par A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, 2 vol., Paris, 1867-1870, t. 1 (...)
  • 61 Il demeura procureur du collège jusqu’à sa mort ; en tant que tel, il ne semble pas avoir emprunté (...)

40Un emprunt de dix-huit livres, que Pierre Plaoul fit au collège des Cholets (inclus dans la maison parisienne des évêques de Senlis) le 25 janvier 1411, montre qu’il n’avait en rien renoncé à ses occupations intellectuelles. Dans ce lot d’ouvrages très classiques, on remarque deux livres liturgiques à l’usage du diocèse de Senlis, un ordinaire et un bréviaire, mais rien n’indique l’utilisation qu’il comptait en faire60. En 1412, il devint proviseur de son ancien collège, et, le 30 avril 1412, il reçut à nouveau une clé de la bibliothèque. Aucune mention de prêt n’a cependant été consignée ultérieurement61.

  • 62 CUP, t. IV, no 1943, p. 227.
  • 63 RSD, t. IV, p. 441.
  • 64 H. Finke, Acta concilii Constanciensis, 4 vol., Munster, 1896-1928, t. 3, p. 216-217.
  • 65 Propos prêtés à Jacques de Cerisy, secrétaire de Gerson, par Mgr Glorieux, dans Le concile de Cons (...)

41On sait encore que, le 23 février 1412, il participa à une réunion du clergé où fut agitée la menace d’un refus d’obéir aux collations apostoliques en matière bénéficiale62. Alors que la guerre civile paralysait la vie politique, en juillet 1412, il fut choisi pour faire partie d’une délégation de notables chargée de ramener la concorde entre les factions63. D’après Michel Pintoin, les résultats de cette intervention furent loin d’être à la hauteur des espérances. Mais comment s’en étonner, alors que la paix n’était pas à l’ordre du jour dans les esprits ? Désigné pour faire partie de l’ambassade royale au concile qui s’ouvrit à Constance à la Toussaint 1414, il fut probablement empêché de s’y rendre par la maladie64. La nouvelle de sa mort, survenue le 11 avril 1415, circula parmi les Pères conciliaires. Gerson s’en serait montré très attristé : « Ils étaient presque contemporains, pensait son secrétaire, et avaient fait en même temps leurs études de théologie65. » Mais Plaoul était en fait de dix ans l’aîné du chancelier.

  • 66 De même, dans la Chronique du Religieux de Saint-Denys, Plaoul paraît pour la première fois dès 13 (...)

42Cette différence de génération se lit parfaitement dans les chroniques du temps. Froissart (mort vers 1404) cite par deux fois Plaoul alors qu’il ignore Gerson ; mais Monstrelet (né vers 1390) connaît et cite les deux, sa mémoire étant meilleure pour le chancelier que pour l’évêque de Senlis66.

  • 67 Le roi « manda les greigneurs clers en prudence qui fuissent en l’université de Paris pour avoir c (...)
  • 68 L’ambassade en Allemagne, seconde occasion que Froissart eut de citer Plaoul, est en revanche parf (...)

43Chez Froissart, le souvenir et le nom de Plaoul sont d’abord associés à ceux de Jean de Guignecourt, tous deux étant dépeints comme « les greigneurs clers en prudence qui fuissent en l’université de Paris » ; c’est pourquoi, en 1394, le roi les avait consultés sur la manière dont il fallait accueillir l’élection de Benoît XIII67. Le chroniqueur fait ici une erreur de datation manifeste, car Guignecourt était mort le 30 mars 1393. Mais les discussions liées au schisme, dont nous savons par Richard de Basoches qu’elles troublèrent le petit monde de l’université en février 1393, pourraient fort bien avoir été le cadre de cet épisode68.

  • 69 Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit., p. 432.

44Si les explications données par Froissart sur la grande renommée dont jouissait alors Pierre Plaoul sont un peu courtes, les éloges décernés par l’étudiant à son maître sont loin d’être anodins. Il se félicitait en effet d’avoir été instruit a reverendo philosophico excellentissimo metaphysico realique theologo69. L’épithète « réaliste » éveille l’attention. Faut-il lui donner son acception philosophique ?

  • 70 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif (Paris et Cologne) », Albertus Magnus und der Alber (...)
  • 71 S’il figure dans la liste des néo-albertistes établie par Zénon Kaluza à partir des lectures que r (...)

45La progressive réhabilitation de la fin du Moyen Âge dans l’histoire des doctrines théologiques et philosophiques a notamment permis d’apprendre comment, dans la seconde moitié du xive siècle, à la faculté des arts parisienne, les positions du nominalisme furent sérieusement attaquées par un courant néoréaliste qui se voulait l’héritier de saint Albert le Grand. Les théologiens furent obligés de « dépasser le mode nominaliste » et, à la fin du siècle, certains osèrent affirmer 1’« unité organique de la spéculation philosophico-théologique70 ». N’était-ce pas là précisément ce que Richard de Basoches avait apprécié chez Pierre Plaoul ? Son nom n’apparaît cependant pas comme celui d’un chef de file dans l’étude de Zénon Kaluza sur l’émergence de l’albertisme à Paris et Cologne71. Je crois désormais possible de mieux le situer dans ce mouvement.

  • 72 J. Vieillard, Le registre... op. cit., p. 786.

46Pierre Plaoul avait fait don à son collège de sa Lectura in libros Sentenciarum. Or cet ouvrage figure dans la courte liste des œuvres récentes les plus empruntées ; fort de ses cinq lecteurs entre 1464 et 1479, il la clôture même, devançant ainsi son seul concurrent pour le xve siècle, l’Exposé de Pierre d’Ailly sur le Traité de la sphère de Jean de Sacrobosco, emprunté trois fois72. Quant à Gerson, il était purement et simplement absent des rayonnages. Faute de connaître le contenu du Commentaire de Pierre Plaoul, on ne saurait expliquer ce regain de faveur par la coloration philosophique de son enseignement. Mais ce que ses discours révèlent de ses conceptions ecclésiologiques apporte au moins une lueur sur sa théologie.

  • 73 Bourgeois, p. 194.
  • 74 On trouve dans Y. Congar, L’Église de saint Augustin à l’époque moderne, Paris, 1970, p. 230-231, (...)

47En la matière, comme beaucoup d’autres orateurs, le théologien a souvent fait référence à saint Augustin, mais il s’est aussi directement situé en disciple de saint Albert le Grand dans son discours du 16 décembre 140673. Dans la ligne du docteur dominicain74, il a ainsi donné une définition de l’Église où la charité intervient pour assurer l’unité des croyants : Ecclesia non est aliud nisi conjunctio omnium existentium in charitate. Également fondamental était pour lui le sacrement de l’Eucharistie, sans lequel l’Église ne pouvait pas être dite corps du Christ. Ecclesia enim corpori Christi in sacramento altaris potest comparari quia sub specibus panis Christus et Deus stat, avait-il expliqué à ses auditeurs du parlement de Paris. Et il rappela au passage que, dans la primitive Église, la communion fréquente était un usage établi.

  • 75 A. Longnon, Obituaires de la province de Sens, 4 vol., Paris, 1902-1923,t.1, p. 740.

48L’obituaire du collège de Sorbonne offre un indice, certes ténu, que Pierre Plaoul avait précisément été apprécié pour son albertisme. L’ancien socius devenu proviseur fit à son collège des dons considérables qui lui valurent d’être figuré sur le vitrail des bienfaiteurs de la bibliothèque. Or le rédacteur de l’obit qui rappelle sa mémoire a choisi de mentionner, outre une Bible et une Concordance, un scriptum de saint Albert sur les Sentences75.

  • 76 Face à son vieil adversaire, il s’attarda à rappeler le souvenir de Jean de Guignecourt : « Estait (...)
  • 77 Auctarium, t. 2, p. 47.

49S’il faut enfin considérer les bonnes relations des théologiens avec les philosophes de la faculté des arts comme une caractéristique du mouvement néoréaliste parisien, nul doute que Pierre Plaoul en était. Il eut en effet toujours à cœur de se poser en porte-voix de l’ensemble de l’université de Paris, mais on lit aussi dans ses discours l’expression d’une réelle considération pour ses collègues artiens, qui va bien au-delà du simple opportunisme. À l’assemblée de 1406 notamment, alors que Pierre d’Ailly soutenait que seule l’opinion de la faculté de théologie était à prendre en compte, il réagit avec vivacité en affirmant que les artiens étaient bons philosophes, et que certains, comme le médecin Jean Bignon, étaient aussi docteurs en théologie76. Conséquence logique, les artiens considéraient Plaoul comme l’un des leurs, sans considération de son appartenance à la nation de Picardie. Ainsi, en février 1409, à Arnaud Witwit qui lui avait demandé la faveur de pouvoir se recommander d’elle, la nation anglaise répondit favorablement et similiter de magistro nostro, magistro Petro Pleou77.

50L’albertisme professé par le théologien peut ainsi lui avoir valu une certaine popularité dans l’université parisienne, tandis que les chanceliers d’Ailly puis Gerson restaient quant à eux fidèles au nominalisme. Mais les divergences doctrinales ne sont qu’un élément parmi d’autres susceptibles d’expliquer leur antagonisme, et sans doute pas le plus important. Le schisme en effet n’était pas au premier chef une affaire dogmatique mais un problème de droit, de politique et de rapport à l’autorité. Or, à cet égard, l’avènement de Benoît XIII a introduit une rupture au sein des universitaires parisiens : quelques-uns mirent leur confiance en ce pape tandis que la majorité opta pour privilégier la recherche de l’unité de l’Église et refouler au second plan le combat pour la légitimité avignonnaise. Parmi les premiers, on trouve justement Pierre d’Ailly et Gerson, dont l’attachement au pontife s’était traduit par de belles promotions : devenu évêque du Puy en 1395, Pierre d’Ailly avait alors cédé la chancellerie de Paris à son disciple.

  • 78 Voir la synthèse de G. Posthumus Meyjes (Jean Gerson. Apostle of Unity. His Church Politics and Ec (...)

51L’évolution de la position et de la pensée de Gerson dans les débats sur la résolution du schisme doit ici être résumée, car elle a été fort mal comprise par les historiens78. Le Gerson professant des idées conciliaristes appartient à la période postérieure à 1415. À partir de 1394, le chancelier a au contraire fait figure de papiste, et son ralliement à la solution conciliaire pisane n’est intervenu qu’in extremis à la fin de 1408. Auparavant, il s’était distingué en professant une profonde répugnance pour la soustraction d’obédience : son retrait à Bruges en 1398 et ses velléités de démissionner de la chancellerie en témoignent assez. Après la restitution, en totale communion d’opinion avec Pierre d’Ailly, il avait cherché par tous les moyens à préserver Benoît XIII d’un nouvel accès de défaveur lors de la grande ambassade de 1407. Que ce soit pour des raisons de préséance séculaires ou pour l’incompatibilité de leurs opinions, le chancelier ne pouvait alors aucunement prétendre représenter l’université.

  • 79 Je relève une exception à cette règle : dans l’énumération des membres de la grande ambassade de 1 (...)

52Michel Pintoin, quant à lui, ne s’y est pas trompé. Ses propres opinions le rapprochaient de Gerson. Malgré son attachement à l’institution universitaire, à partir de 1398, le chantre de Saint-Denis éprouva de plus en plus de répugnance à rendre compte des orientations et des initiatives des maîtres parisiens. Mais comme il était respectueux de la ligne politique définie en Conseil royal, il a parlé de Pierre Plaoul autant et même plus que de Gerson. Avec respectivement neuf et sept occurrences, ils apparaissent l’un et l’autre comme des sommités au « hit-parade » de la chronique, avec cette correction que trois occurrences gersoniennes proviennent du journal de Jacques de Nouvion, contre deux seulement pour Plaoul. Mais les informations les concernant ont été traitées différemment79.

  • 80 RSD, II, p. 223, 417 et 691, III, p. 361, 377, 513 et 651, IV, p. 441.

53Aux yeux du chroniqueur, Pierre Plaoul fut surtout un personnage officiel, dont il convenait de mentionner la présence ou le rôle. Par deux fois, des précisions sont données sur ses aptitudes, comme pour justifier les mandats dont il avait été investi. En 1399, le roi l’avait choisi parce qu’il était in theologia famosus magister. En 1406, dans le pourfendeur de l’épître toulousaine, Michel Pintoin a salué un quidam in sacra pagina excellentissimus professor, Petrus Plaon nuncupatus. Curieux coup de chapeau, à la vérité, puisque Pierre Plaoul, loin d’être un « quidam », avait déjà été nommé à quatre reprises. En 1412 enfin, il est cité de façon anonyme, par son titre d’évêque de Senlis, et mis sur le même pied que les autres notables coupables d’avoir échoué dans la mission de pacification qui leur avait été confiée80.

  • 81 RSD, III, p. 347, 513, 605, 615 et 685, IV, p. 417, V, p. 63.

54Gerson n’apparaît pour la première fois dans la chronique qu’en 1405, à cause du sermon qu’il avait prononcé devant la cour et qui avait beaucoup impressionné. Très porté sur l’éloquence, Michel Pintoin s’était plu à décrire le prédicateur ad assistentes reverenter et magnifice dirigens verba sua et pro themate ter istud repetens : Vivat rex. Il était en outre fort sensible au prestige attaché au titre de chancelier de Notre-Dame de Paris, et, dans les deux autres passages où il a cru bon de le nommer, il s’est montré fort offusqué par les mésaventures advenues à cet insigne détenteur de l’autorité. Pour avoir déclaré aux états de 1411 que, jadis, un roi demandant pareil effort financier à ses sujets aurait été déposé, Gerson avait été inquiété et ne dut son salut qu’à une pirouette verbale. Las ! Sa réputation d’Armagnac s’en trouva renforcée, et, par pures représailles, les Cabochiens pillèrent sa maison. Curieusement, le chroniqueur n’a plus ensuite trouvé d’occasion de le mentionner81.

55Malgré sa sympathie pour Gerson, Michel Pintoin ne l’a donc pas dépeint comme une personnalité exceptionnelle, surpassant de très loin tous ses confrères, promise à une gloire pluriséculaire. Qu’est donc le plus surprenant : la persistante renommée de Gerson ou l’oubli total dans lequel est tombé Pierre Plaoul ?

  • 82 D. Hobbins, « The Schoolman as Public Intellectual : Jean Gerson and the Late Medieval Tract », Th (...)

56La récente analyse du succès gersonien qu’a publiée Daniel Hobbins fournit quelques arguments qui peuvent être retournés a contrario pour expliquer l’effacement82. À la différence de Gerson, on ne voit pas qu’il se soit jamais soucié de la diffusion d’une version écrite de ses discours, ni qu’il ait cherché à être lu et compris en dehors des auditeurs qu’il avait à convaincre. En fait d’œuvre écrite, on ne lui connaît que sa Lectura in libros Sentenciarum. Or ce genre littéraire, directement lié à la fonction de professeur de théologie, n’était plus autant prisé, et Gerson lui a préféré des essais brefs et synthétiques sur des sujets variés. Pierre Plaoul s’était évertué à diversifier les thèmes de ses cours et à les relier à l’actualité, mais il ne s’était pas préoccupé de fractionner sa Lectura, et ses exposés furent toujours très fouillés. Il avait parlé longuement, environ trois heures, ont parfois noté ceux qui l’avaient écouté, apparemment fort admiratifs mais peut-être aussi un peu las. Sa vie enfin s’est arrêtée avant le concile de Constance, lieu et moment dont on se plaît désormais à relever l’importance culturelle et politique car ils se sont avérés propices à la formation d’une « opinion publique ».

  • 83 À la fin de la Concordance qu’il avait donnée à la bibliothèque du collège de Sorbonne (BnF, Lat. (...)

57À ces observations comparatives, il faut encore ajouter deux considérations d’ordre plus général. Une fois le schisme résolu, la littérature de combat qu’il avait engendrée s’est vite démodée au profit d’exposés doctrinaux centrés sur le conciliarisme. En se focalisant sur l’alternative de la supériorité conciliaire, la polémique a gommé la créativité et la multiplicité des propositions de réforme élaborées dans la suite de l’expérience du refus d’obéissance au pape. Par ailleurs, le mouvement doctrinal où s’est illustré Pierre Plaoul s’est lui aussi enlisé dans l’oubli, et il s’y est ajouté de l’opprobre du fait de sa supposée responsabilité du néoréalisme dans la « sclérose » des pratiques universitaires, aussi vivement dénoncée que peu étudiée. Or, en demandant à être inhumé dans l’église Saint-Marcel, aux côtés de Pierre Lombard, Pierre Plaoul s’était lui-même offert à la postérité comme un pur produit de la scolastique, auréolé d’une gloire professorale portée par l’éphémère de l’oralité83.

Notes

1 Parmi les innombrables variantes (Plaoust, Playoul, Plo, Plaon, etc.) ou déformations manifestes (Plev, Talion, Blaus...), la forme Plaoul est celle qu’utilise l’intéressé pour lui-même.

2 D’après P. Glorieux, « L’année universitaire 1392-1393 à la Sorbonne à travers les notes d’un étudiant », Revue des sciences religieuses, 19 (1939), p. 429-482, ici p. 460, l’un des exemplaires au moins aurait été validé par l’auteur en vue de sa publication, et (p. 430), il pourrait avoir existé d’autres exemplaires en plus des manuscrits BnF lat. 3074, lat. 14534 et lat. 15897.

3 En 1410, Jean XXIII succéda à Alexandre V, le « troisième » pape élu par le concile de Pise. Pressé par l’empereur Sigismond, il convoqua le concile de Constance pour la Toussaint 1414. Deux sessions seulement s’étaient déroulées lorsqu’il prit la fuite, pensant ainsi échapper à la démission qu’on cherchait à lui imposer. Sur l’histoire du Grand Schisme d’Occident, pour compléter les récits inclus dans les grandes collections, il convient de se rapporter à N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, 4 vol., Paris, 1896-1902.

4 La personnalité et le rôle de Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie, sont désormais bien connus grâce au livre de H. Kaminsky, Simon de Cramaud and the Great Schism, New Brunswick (New Jersey), 1983.

5 Il a été édité par Bourgeois du Chastenet, Nouvelle histoire du concile de Constance, Paris, 1718, « Preuves », p. 189-199 (dorénavant, Bourgeois).

6 L’« affaire Blanchard » a été étudiée par A. E. Bernstein, Pierre d’Ailly and the Blanchard Affair. University and Chancellor of Paris at the Beginning of the Great Schism, Leyde, 1978, à partir des pièces publiées par H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, 4 vol., Paris, 1889-1897 (dorénavant CUP), au t. III, no 1504-1522, p. 340-420. Ici, p. 418.

7 Jean de Guignecourt, un ancien du collège de Sorbonne à qui nous le verrons très lié, est un autre protecteur possible de Plaoul.

8 Il avait été licencié en arts sous le chancelier Jean de La Chaleur (CUP, t. III, p. 418).

9 Cette première source est la citation à comparaître de l’affaire Blanchard (CUP, t. III, p. 346).

10 O. Lewry, « Corporate Life in the University of Paris, 1249-1418, and the Ending of the Schism », Journal of Ecclesiastical History, 40 (1989), p. 511-523.

11 L’abbé de Sainte-Geneviève employait lui aussi un sous-chancelier. En 1385, cet officier était Jean Trélon de Malincourt (CUP, t. III, p. 338).

12 B. Guenée, Entre l’Église et l’État, Paris, 1987, p. 185-189.

13 Tout liégeois qu’il fût, Plaoul s’est toujours trouvé en milieu avignonnais. Avec des protecteurs tels que le cardinal Pierre Ameilh et Jean Blanchard, il est clair qu’il n’avait pas dû hésiter longtemps sur l’obédience qu’il devait embrasser.

14 Une supplique (S 1230, dans H. Nélis, Documents relatifs au Grand Schisme, Rome, 1934, Analecta Vaticano-Belgica, 13) témoigne de l’intervention du cardinal. La clause non obstantibus de la lettre de collation (ibidem, L 1278) ne mentionne qu’une expectative de prébende à Lille. Pierre Plaoul ne s’estimait pas comblé pour autant par son bénéfice audomarois car, dans la supplique qu’il rédigea l’année suivante (Archivo Segreto Vaticano, Reg. Suppl. 74, fol. 158), il se plaignit de n’en pouvoir rien tirer tant qu’il serait aux études ou en Curie.

15 Selon Bernard Guenée (op. cit., p. 200), Jean de Guignecourt n’était qu’un « successeur falot » donné à d’Ailly.

16 P. Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit., p. 446.

17 B. Guenée, op. cit., p. 196.

18 La nature exacte de l’échange n’est pas aisée à établir. Selon une lettre de Clément VII (CUP, t. III, no 1552, p. 482 = H. Nélis, op. cit., L 1678), Pierre d’Ailly aurait apporté des prébendes à Amiens et à Meaux dans l’échange, mais seule celle d’Amiens semble être allée à Jean de Guignecourt (H. Nélis, op. cit., L 1680). De plus, d’après le collecteur apostolique pour le diocèse d’Amiens (Archivo Segreto Vaticano, Collect. 194, fol. 129), d’Ailly aurait résigné sa prébende d’Amiens contre une prébende à Laon et le personat de Baisieux. Toutefois, ni Pierre d’Ailly, ni Jean de Guignecourt n’ont été trouvés au chapitre de Laon.

19 P. Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit.

20 En fait de bénéfices, Richard de Basoches ne lui connaissait qu’une cure normande : Thiberville au diocèse de Lisieux (Eure, arr. Bernay). Mais il était visiblement mal informé sur la vie de son professeur, qu’il croyait originaire de Haute-Picardie. Comme Plaoul faisait peu de cas de sa prébende de Saint-Omer (cf. supra, n. 14), il se peut qu’il l’ait troquée contre la cure de Thiberville. Mais il était encore chanoine de Saint-Omer en 1389 lorsque Guignecourt le prit pour procureur. On ignore s’il conserva sa cure après être devenu chanoine de Paris. La Gallia Christiana (t. X, col. 1431) tient qu’il fut chanoine à Senlis, ce que je n’ai pu vérifier. En 1406, en réponse à des accusations portées contre lui, il déclara avoir toujours eu « son » bénéfice en pays clémentin et bénéficié de l’appui des princes.

21 Depuis son serment d’allégeance à Clément VII en 1383, l’université de Paris avait sombré dans une léthargique neutralité. Cf. R. N. Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, Cambridge, 1979, p. 78.

22 C’est en février 1393 que les débats sur le schisme agitèrent la vie universitaire. Le 13 février, à propos de la procession du Saint-Esprit, Pierre Plaoul avait parlé du concile général et du schisme des Grecs ; mais sans donner de solution, indiquait Basoches. Le 18 février, il commença son cours avec trois heures de retard ! (nos 84 et 85).

23 Bien que les listes conservées ne le disent pas explicitement, le rang et la manière dont il est cité indiquent qu’il devait déjà y représenter l’université de Paris.

24 Il est indiqué comme étant seul ambassadeur du roi en tant qu’évêque de Senlis, titre qui n’était évidemment pas le sien à cette époque, par la Chronique du Religieux de Saint-Denys, L. Bellaguet éd., Paris, 1839-1852, réimpr. CTHS, avec une préface de B. Guenée, Paris, 1994 (dorénavant RSD), t. II, p. 417. N. Valois (op. cit., t. III, p. 80), a rétabli qu’il s’était trouvé en compagnie de l’évêque de Beauvais, Louis d’Orléans, et de l’abbé du Mont-Saint-Michel, Pierre Le Roy. Il est clair néanmoins qu’il n’appartenait pas à la délégation que l’université de Paris envoya en doublure de cette ambassade.

25 F. Ehrle, « Ein Bericht über das bisher unbekannte zweite Pariser Concil vom August 1396 », dans Archiv für Literatur–und Kirchengeschichte des Mittelalters, t. VI, 1889, p. 221.

26 H. Denifle et É. Chatelain, Auctarium Chartularii Uniuersitatis Parisiensis. Liber procuratorum nationis Anglicanae (Alemaniae), 2 vol., Paris, rééd. 1937 (dorénavant Auctarium), t. 1, col. 730.

27 RSD, t. II, p. 526. Cette mention a été omise dans l’index des noms de personnes. Le passage pose plusieurs problèmes ; en particulier, il a dû y avoir confusion sur l'identité des orateurs choisis pour défendre le parti du pape, parmi lesquels magister Petrus Plan.

28 Jean Courtecuisse n'eut finalement pas à intervenir. Une incise d’un discours de Gilles des Champs indique que Pierre Plaoul et lui-même s’étaient réparti les arguments à développer.

29 Pierre Ravat, évêque de Saint-Pons-de-Thomières, avait prétendu que moins d'un tiers des universitaires parisiens préconisaient la soustraction d’obédience. Plaoul eut beau jeu de le réfuter, et Ravat, sommé de donner des noms, déclara qu’il le ferait en privé.

30 Parce qu’il était né liégeois, donc en pays devenu urbaniste, il y eut des gens pour estimer suspect l’engagement clémentin de Plaoul et l’accuser de préconiser la soustraction afin de renforcer l’obédience romaine.

31 Paris, A.N., J 515, no 202, et J 516, nos 488 et 53-55. Sur cet épisode, voir G. Xhayet, Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468), Genève, 1997 (Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, fasc. 269), p. 443.

32 On sait seulement qu’il n’était pas à Paris le 5 janvier 1400 (CUP, t. IV, p. 42).

33 Auctarium, t. I, p. 892,4, 6. Le 22 février (ibidem, p. 905), cette même nation faisait remercier le duc de Berry pour avoir également envoyé un émissaire. Les éditeurs estiment qu’il y eut deux ambassades successives. Jean Guiot, docteur en décret, participa au vote de 1398 (bulletin no 177)· Cette équipe de cinq hommes fut reconduite et étoffée pour la « grande ambassade » de 1407.

34 J. Vieillard, avec la collab. de M.-H. Jullien de Pommerai, Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, 2000 (Documents, études et répertoires publiés par I’IRHT, 57), p. 194-195·

35 RSD, t. III, p. 361. Il a été suivi par Noël Valois (op. cit., t. III, p. 422-428).

36 Vidimus anni iam exacto curriculo vestros doctissimos oratores et eos, quocienscumque nobiscum esse voluerunt, libenter audivimus, domestice suscepimus et in omnibus tractavimus ut amicos. Lettre éditée par D. Girgensohn, « Kardinal Antonio Caetani und Gregor XII in den Jahren 1406-1408 : vom Papstmacher zum Papstgegner », Quellen und Forshungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 64 (1984), p. 203.

37 Bourgeois, p. 187.

38 Le 27 mai, les orateurs avaient parlé en latin ; on les pria de passer au français pour que tout le monde comprenne. Dans le Journal de Nicolas de Baye (2 vol., Paris, 1885, t. I, p. 158-159), Tuetey a rapporté le contexte des discours mais, au prétexte que les deux « harangues en français hérissées de citations latines » seraient fastidieuses pour ses lecteurs, il ne les a pas éditées. Nicolas de Baye avait quant à lui précisé : Nota septem folia sequentia, multum excellentia et notabilia in propositionibus sequentibus factis per excellentes dericos et doctores Sacre Sctripture in presenti Curia.

39 L’exemplaire qu’en reçut Benoît XIII comporte la copie d’un acte notarié, date du 24 février 1402, au terme duquel vingt-sept maîtres toulousains approuvèrent le texte. Aucun des quatre régents en droit civil n’était signataire et, sur les huit professeurs de théologie, deux s’abstinrent. Cf. H. Millet, « Conclusion », Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, 2004 (Cahiers de Fanjeaux, no 39), p. 596-597.

40 Paris, A.N., X1A, 4787, fol. 359-364.

41 Bourgeois, p. 177-189 et p. 189-199.

42 Le 15 décembre 1406, a I interpellation du chancelier : « Il anuie a Nosseigneurs. Maître Pierre, aves-vous guere a dire ? », Plaoul répondit : « Je finirai demain » (Bourgeois, p. 189).

43 « L’autre cause pourquoy nous departions de luy [Benoît XIII], estoit pour ce qu’il estoit violateur de nostre mere, l'Epouse de Jesus-Christ, laquelle est une vierge, en laquelle n’y a aucune tache. Ces deux contendans veulent charnellement concumbere cum ea, comme a une epouse charnelle » (Bourgeois, p. 188).

44 Je dois à Dieter Girgensohn un dossier de pièces inédites sur cette ambassade.

45 Voir H. Millet, « Michel Pintoin chroniqueur du Grand Schisme d’Occident », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, 1999, p. 213-235.

46 A. Bossuat, « Une relation inédite de l’ambassade française au pape Benoît XIII en 1407 », Le Moyen Âge, 55 (1949), p. 99.

47 RSD, t. III, p. 650.

48 J. Vincke, Briefe zum Pisaner Konzil, Bonn, 1940, no 15.

49 E. Martène et U. Durand, Veterum scriptorum... amplissima collectio, t. 7, Paris, 1733, col. 771-775 (dorénavant, amplissima collectio).

50 Ibidem, col. 798. Les mêmes firent d’ailleurs partie des treize Français solennellement condamnés en consistoire par Benoît XIII le 21 octobre 1408 (Valois, op. cit, t. IV, p. 44-45).

51 La chronique d’Enguerran de Monstrelet, L. Douët d’Arcq éd., Paris, 1857, t. 1, p. 549. L’identité du cardinal en question pose problème, car aucun prélat de ce titre n’est cité dans les lignes précédentes. Du Boulay a voulu qu’il s’agisse du cardinal de Bar. Je croirais plutôt que Cramaud, futur cardinal, était ainsi visé. Ce ne serait qu’un exemple supplémentaire des imprécisions chronologiques du chroniqueur : n’a-t-il pas reporté à l’année 1409 la mort de Pierre Plaoul, alors salué comme évêque de Senlis (t. 2, p. 37) ?

52 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum noua et amplissima collectio, t. 27, Venise, 1784, col. 341. Les listes semblent donner la préséance à Dominique Petit, mais c’est Plaoul qui tint la vedette. Avec Dominique Petit et Pierre Cauchon, il se présenta le 9 mai pour apporter son témoignage au procès fait aux deux papes (J. Vincke, Acta, op. cit., p. 147).

53 Mansi, op. cit., t. 26, col. 1144, J. Vincke, Acta, op. cit., p. 208, amplissima collectio, t. 7, col. 1094, et Monstrelet, op. cit., t. 2, p. 282 (ce dernier, d’après une lettre à l’université de Paris écrite par ses délégués à Pise).

54 Ce résumé fait dire à Plaoul : « Non enim sola est universitas regni Francie, immo et Angliae et Alamanniae et Italiae et aliarum nationum, cum de omnibus mundi partibus ibidem conveniant studentes. Unde si quid boni faciat ipsa universitas aut dicat, sive fecerit aut dixerit, honor debet attribut non solum Gallicis, sed omnibus praedictis » (amplissima collectio, t. 7, col. 1094).

55 C’est la Gallia Christiana (t. X, col. 1431) qui parle de nomination par Alexandre V ; la source utilisée par Eubel (Archivio Segreto Vaticano, Miscell. Arm. XII, 121A) ne permet pas de confirmer cette assertion, qui reste plus que vraisemblable.

56 Et veristmile michi est quod a Deo assumptus est in coelum, ut ejus sanctitas innotesceret toti mundo. Gaudeat ergo mater eedesia hac vice sponsum sanctum, non obstantibus scismaticis. Gaudeat alma mater universitas [Alexandre V était un gradué en théologie de Paris] genuisse sanctum unum ecclesiae sponsum sibi sanctissime et castissime copulatum, et Deo referatgratiarum actiones. » Lettre éditée par Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l’Histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne (Textes latins). Chronique de Jean Brandon, Bruxelles, 1870, p. 137.

57 Il est entendu en tant que tel, avec le cardinal Adimari, par la nation anglaise le 13 novembre 1410 (Auctarium, t. II, col. 90).

58 Gallia Christiana, t. X, col. 1431.

59 Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441), Paris, 1879 (Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 5).

60 Liste éditée par A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, 2 vol., Paris, 1867-1870, t. 1, p. 375-376.

61 Il demeura procureur du collège jusqu’à sa mort ; en tant que tel, il ne semble pas avoir emprunté de livres. J. Vieillard, Le registre de prêt..., op. cit., p. 195.

62 CUP, t. IV, no 1943, p. 227.

63 RSD, t. IV, p. 441.

64 H. Finke, Acta concilii Constanciensis, 4 vol., Munster, 1896-1928, t. 3, p. 216-217.

65 Propos prêtés à Jacques de Cerisy, secrétaire de Gerson, par Mgr Glorieux, dans Le concile de Constance au jour le jour, Paris-Tournai, s.d., p. 84.

66 De même, dans la Chronique du Religieux de Saint-Denys, Plaoul paraît pour la première fois dès 1395, dans la liste des participants à l’assemblée du clergé (t. II, p. 223), alors qu’il faut attendre 1405 et le sermon Vivat rex pour que Gerson y soit nommé (t. III, p. 347).

67 Le roi « manda les greigneurs clers en prudence qui fuissent en l’université de Paris pour avoir conseil et collation à euls, maistre Jehan de Guignicourt et maistre Pierre de Talion, lesquels estoient en prudence et en science les plus grans clers de Paris et les plus agus. » Kervyn de Lettenhove, Œuvres de Froissart, 1867-1877, réimpr. 1967, t. XV, p. 129.

68 L’ambassade en Allemagne, seconde occasion que Froissart eut de citer Plaoul, est en revanche parfaitement bien située en 1396. Ibidem, t. XVI, p. 69.

69 Glorieux, « L’année universitaire... », loc. cit., p. 432.

70 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif (Paris et Cologne) », Albertus Magnus und der Albertismus : Deutsche philosophische Kultur des Mittelalters, J. F. M. Hoenen et A. de Libera éd., Leiden, 1995, p. 218.

71 S’il figure dans la liste des néo-albertistes établie par Zénon Kaluza à partir des lectures que révèle le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (ibidem, p. 255), c’est pour avoir emprunté le Commentaire des Sentences de saint Thomas.

72 J. Vieillard, Le registre... op. cit., p. 786.

73 Bourgeois, p. 194.

74 On trouve dans Y. Congar, L’Église de saint Augustin à l’époque moderne, Paris, 1970, p. 230-231, un résumé des conceptions ecclésiologiques d’Albert. Pour lui, l’Esprit saint est principe de l'unité ecclésiale, et, pour être membre de la congregatio fidelium, il faut la charité.

75 A. Longnon, Obituaires de la province de Sens, 4 vol., Paris, 1902-1923,t.1, p. 740.

76 Face à son vieil adversaire, il s’attarda à rappeler le souvenir de Jean de Guignecourt : « Estait du College de Charbonne, n’estoit que bachelier cursoire en theologie, estait reputé le plus grand clerc du monde » (Bourgeois, p. 196).

77 Auctarium, t. 2, p. 47.

78 Voir la synthèse de G. Posthumus Meyjes (Jean Gerson. Apostle of Unity. His Church Politics and Ecclesiology, Leiden-Boston, 1999), qui se limite à la période antérieure à 1409 mais ne résiste pas toujours au culte de la personnalité gersonienne.

79 Je relève une exception à cette règle : dans l’énumération des membres de la grande ambassade de 1407, Plaoul a été nommé juste après Gerson, comme s’ils allaient de pair, alors que ce rapprochement rompait l’énumération des délégués par le roi.

80 RSD, II, p. 223, 417 et 691, III, p. 361, 377, 513 et 651, IV, p. 441.

81 RSD, III, p. 347, 513, 605, 615 et 685, IV, p. 417, V, p. 63.

82 D. Hobbins, « The Schoolman as Public Intellectual : Jean Gerson and the Late Medieval Tract », The American Historical Review, 2003, <http://www.historycooperative.org/journals/ahr/108.5/hobbins.html> (30 May 2007).

83 À la fin de la Concordance qu’il avait donnée à la bibliothèque du collège de Sorbonne (BnF, Lat. 15253, fol. 384), une note contemporaine précise l’emplacement de sa sépulture ; mais, contrairement au tombeau de Pierre Lombard, celui de Pierre Plaoul ne semble pas avoir été dessiné par Gaignères.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search