Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

L'invention de la barricade

Les barricades dans les insurrections parisiennes : rôles sociaux et modes de fonctionnement1

Mark Traugott

Texte intégral

  • 1 Une version de cette communication a été présentée, en langue anglaise, en février 1994 au colloqu (...)

1Planche I

2Dans le courant du xixe siècle, la barricade fut peu a peu tenue pour inséparable des grands soulèvements qui secouaient la capitale française. Notre siècle, à son tour, a rendu mémorables la Libération de Paris en 1944 et les événements de Mai 1968 avec leurs barricades. Il apparaît donc que l’édification de barricades est un des modes d’expression les plus remarquables et les plus constants des insurrections révolutionnaires dans l’histoire française, depuis l’époque moderne jusqu’à nos jours.

3Pour autant, en dépit de cette ubiquité apparente, ce sont les nombreuses discontinuités dans l’histoire des barricades qui se sont révélées les plus fructueuses dans le programme de recherche dont s’inspire cet article. Par exemple, les divers changements dans les techniques de construction des barricades et les méthodes pour leur déploiement illustrent les rapports qui existent entre les insurgés et les forces de répression dans les situations révolutionnaires. De la même manière, l’alternance des périodes durant lesquelles les barricades furent tantôt présentes, tantôt absentes, nous fournit un précieux indice de l’autonomie et de la force relatives de l’État. En m’efforçant de fournir un inventaire systématique des insurrections urbaines où les barricades furent employées, je pense avoir mis en évidence les aléas de la diffusion de ce phénomène en France comme ailleurs en Europe. D’autres résultats issus de mes recherches permettent, en outre, de suggérer les mécanismes par lesquels la science des barricades est transmise dans le temps et l’espace.

4Ma préoccupation principale a toujours été, parmi les divers enseignements qu’on peut tirer de ces évolutions, de comprendre les fonctions sous-jacentes – aussi bien sociales que militaires – que remplissent les barricades dans des situations insurrectionnelles. J’en suis venu à la conclusion que c’est leur signification sociologique qui explique pourquoi les barricades ont survécu à quatre cents ans de changements dramatiques dans l’art de l’insurrection et pourquoi elles ont joué un rôle central dans une tradition révolutionnaire qui s’étend de nos jours au monde entier.

5Toutes les questions soulevées ci-dessus sont issues d’une étude plus large dont ce texte ne représente qu’une infime partie. Je m’intéresse ici de manière beaucoup plus précise à la localisation des barricades : leur situation dans un contexte urbain spécifique, la relation entre la répartition des insurgés dans les divers sites d’activité révolutionnaire et les caractéristiques des communautés auxquelles ils appartiennent. C’est dans la conclusion que je préciserai les rapports entre mes résultats et les thèmes généraux de la recherche plus large que j’ai engagée par ailleurs.

Sur l’origine des barricades

  • 2 Cet usage n’était en aucune manière spécifiquement parisien. J’ai trouvé mention de chaînes utilis (...)

6Dès leur invention, les barricades ont été fortement liées à la mobilisation des communautés locales. Au xvie siècle, l’usage était de fermer les quartiers de Paris à la tombée de la nuit en tendant de lourdes chaînes de métal au travers des rues étroites qui constituaient leurs principaux points d’accès2. Mesure de sécurité destinée à contrôler les flux d’étrangers qui pouvaient troubler le sommeil des résidents, la même tactique était employée en plein jour dès lors qu’on craignait des débordements de violence interne. Des membres du voisinage pouvaient alors prendre position derrière les chaînes afin de contrôler les événements et repousser les intrus si nécessaire.

  • 3 La Grande Encyclopédie, (Paris : Société anonyme de la grande encyclopédie, n.d.), p. 491. Selon l (...)

7Les événements du 12 Mai 1588 – encore connus sous le nom de « journée des barricades » – donnèrent lieu à une extension de cet usage traditionnel des chaînes. Durant la révolte de la capitale contre les agents du roi, les quartiers se mobilisèrent à la hâte et consolidèrent leur défense en renforçant les chaînes qui servaient de barrières. Tout matériau était bon pour cet usage mais, dans les conditions de la vie parisienne au xvie siècle, ce qui tombait le plus facilement sous la main étaient les tonneaux, les petits fûts et les barils en bois utilisés pour transporter et conserver les produits de toutes sortes. Remplis de terre et de pavés tirés des rues, ils offraient une « couverture » d’une masse et d’un volume suffisants pour servir essentiellement de défense aux rebelles. Ce sont ces tonneaux – ces barriques, suivant le terme en usage à l’époque – qui donnèrent à la fois l’apparence et l’origine étymologique des barricades3.

  • 4 Les événements de 1588 entraînèrent un conflit entre le Roi Henri III et le duc de Guise, s’ajouta (...)

8Initialement, les barricades furent donc des créations collectives de communautés réduites, dirigées souvent contre les représentants de l’autorité. Il est également significatif qu’elles remontent à une époque de combats décisifs entre une monarchie centralisée et les représentants de pouvoirs locaux autonomes4. Mais tandis qu’il est possible de retracer l’usage de barricades depuis la fin du xvie siècle jusqu’à la période de la Fronde, cette tactique semble avoir été sommairement abandonnée par la suite. Durant le siècle et demi qui suit l’accession de Louis XIV au trône et l’établissement de la monarchie absolue des Bourbons en France, je n’ai trouvé aucune référence à la construction de barricades ; mais l’explication de cette disparition provisoire mériterait d’autres développements allant beaucoup plus loin que la démonstration présentée ici : sauf pour remarquer la vulnérabilité relative de l’État dans les périodes où les barricades se sont multipliées.

Une ère révolutionnaire

9Mon propos concerne le rapport entre les barricades et leurs voisinages durant la période spécifique de vingt-cinq ans qui précède l’établissement du Second Empire en 1852. C’est en effet dans le courant de ce quart de siècle que la résurgence du républicanisme et des mouvements révolutionnaires généralisa l’usage des barricades et leur donna leur sens moderne. Dans le cas de Paris, des barricades furent édifiées par des forces d’insurrection en 1827, 1830, 1832, 1834, 1839, à la fois durant les journées de février et juin 1848, en 1849 et en 1851. On pourrait même avancer que toute une génération de révolutionnaires a fait son éducation politique, au sommet des barricades, en luttant contre les Bourbons et les Orléans, qu’elle a acquis sa maturité dans les combats de la Deuxième République et vu ses aspirations écrasées par le Coup d’Etat qui inaugura le régime de Louis-Napoléon.

10S’il est un seul personnage dont la vie résume l’expérience de cette génération d’insurgés, c’est certainement Auguste Blanqui. Son engagement dans la plupart des soulèvements de la période – limité seulement par le fait qu’il passa plus de la moitié de ses soixante-quinze ans de vie en prison, en exil, ou en maison de détention à la suite de ces mêmes activités révolutionnaires – en fit un révolutionnaire de carrière. Avec Armand Barbès, il fut l’un des participants les plus actifs des événements de 1827, au début de cette période de troubles civils. Blanqui fut décoré pour son rôle de commandement lors de la Révolution de 1830 mais, à l’instar d’un grand nombre de ses compagnons républicains, il perdit toutes ses illusions en voyant que la déroute de la dynastie des Bourbons aboutissait à l’installation d’une branche cadette de la famille royale, et on le trouve parmi les conspirateurs qui luttent contre Louis-Philippe dès 1832.

11Cette même décennie s’acheva par un épisode révolutionnaire : la révolte avortée, organisée par Blanqui et quelques-uns de ses partisans en 1839. Elle se focalisa sur le quartier ouvrier entourant l’Église Saint-Merri là où, sept ans auparavant, un groupe d’insurgés parisiens avait tenu une dernière position, en désespoir de cause. On a peine à reconnaître de nos jours à l’emplacement du parvis du Centre Pompidou, où s’ébattent les jongleurs et les musiciens de rue, le dédale de rues étroites qui, à l’époque de Blanqui, abritaient un bon échantillon des classes laborieuses de la capitale. C’est ce secteur que Blanqui choisit comme le site le plus prometteur pour les insurrections en raison à la fois de son tracé et des sensibilités politiques de ses habitants.

12Même si Blanqui a échoué dans sa tentative de rallier le peuple en 1839, le choix de son terrain d’action n’était pas en cause. La répartition des barricades, lieux de combats au sein de la ville, témoigne à la fois de continuités et de discontinuités. Voyez par exemple le fort contraste entre la situation des barricades dans Paris au mois de février 1848 et lors des événements de juin, la même année. Le renversement de Louis-Philippe mobilisa une grande partie de la population parisienne et l’on trouvait, à certains moments des journées de février, des barricades dans tous les quartiers de Paris.

13Bien qu’il soit simpliste de définir le conflit qui éclata, quatre mois plus tard, comme une « guerre de classes », purement et simplement, les cartes des barricades érigées lors des journées de juin montrent que les combats furent nettement limités à la moitié orientale de la capitale, là où dominaient les quartiers ouvriers.

  • 5 Ces deux insurrections sont comparables dans la mesure où l’une et l’autre furent menées à grande (...)

14Mais si nous étudions plus spécifiquement la répartition des barricades dans un seul quartier, un quartier agité comme celui de l’église Saint-Merri, et si nous suivons leur évolution lors des insurrections comparables, séparées nettement dans le temps, alors une remarquable continuité apparaît. Les Journées de juillet 1830 et celles de février 1848 sont les deux ensembles d’événements les plus comparables durant la période en question5. L’étude d’un simple graphique nous permet d’établir une réelle continuité en l’espace de dix-huit ans dans la concentration et la répartition des barricades. La carte (Pl. I) montre leur localisation en juillet 1830 sous la forme de petits rectangles de couleur grise. Elle représente en outre les barricades de février 1848 sous la forme de petits rectangles noirs. Lorsque les cartes de l’époque ou les descriptions données par des participants mentionnent que des barricades ont été édifiées au même endroit lors des deux révoltes, elles ont été représentées sous la forme de deux rectangles contigus. La carte confirme dès lors les remarques des contemporains : les barricades parisiennes réapparaissent, presque par magie, au même endroit, d’une insurrection à l’autre. On pourrait pour l’essentiel en arriver à la même conclusion dans de nombreux autres quartiers de Paris.

  • 6 Selon certaines sources, 4 054 barricades au total furent construites à Paris en Juillet 1830 ; on (...)

15Les barricades furent moins nombreuses lors des journées de février 1848 et, sur les cent cinquante deux barricades répertoriées dans ce quartier, douze furent construites dans des rues qui n’existaient pas en 18306. Mais en ne retenant que les rues où une barricade aurait pu être érigée en 1830, nous trouvons que sur cent quarante barricades construites en février 1848, soixante douze avaient été dressées au même endroit lors des Journées de juillet 1830. Donc, un peu plus de la moitié de toutes les barricades de février reconstituaient un nœud d’activité insurrectionnelle, au même endroit, près de dix-huit ans plus tard. Il est bien évident que des considérations pratiques et stratégiques interviennent pour une large part dans cette régularité. En tout premier lieu, l’édification d’une barricade à un croisement, là où, tout à la fois, elle bloquait le passage et commandait une ligne de feu le long de la rue adjacente. Et si, au lieu de vues aériennes, nous prenions en compte la configuration des bâtiments alentour, nous comprendrions sans doute encore mieux l’utilisation systématique de certaines localisations. Certes, les aspects pratiques ne sont pas seuls en cause pour expliquer la construction ou non d’une barricade, même dans un site idéal. Il faut veiller dès lors à ne pas rendre compte de la répartition des barricades en fonction de cette unique explication mécanique, qui tient implicitement les insurgés pour une vaste population fluctuante choisissant son terrain d’action selon des critères purement pragmatiques. Qu’il nous suffise de dire pour le moment que la localisation des barricades se conforme à des modèles précis.

  • 7 Cf. Auguste Blanqui, « Des barricades », France, Archives Nationales (Bureau des manuscrits) FR 95 (...)

16Blanqui lui-même était bien conscient de l’existence et de la stabilité de tels modèles, et son exil à la fin du Second Empire lui donna largement l’occasion de réfléchir aux moyens de les mettre en pratique. A Bruxelles, en 1868 ou 1869, il ébaucha un manuscrit sur le combat de barricade, dans lequel il tirait les leçons des défauts des révoltes passées et donnait son avis, fondé sur une expérience considérable, afin de préparer les améliorations nécessaires à l’avenir7.

  • 8 Sur les trois sites de barricades qui se trouvent sur la carte de Blanqui, une seule (celle de la (...)

17Ces instructions portaient sur la construction de la barricade idéale, avec une coupe tracée à la main et des calculs élaborés sur le nombre de mètres de pavés nécessaires pour obtenir un nombre requis de pierres. Blanqui fournissait aussi une carte de son cher quartier Saint-Merri, en montrant simplement comment les barricades devaient être déployées pour un maximum d’efficacité stratégique. Il est évident cependant que la répartition des barricades construites dans ce quartier lors des insurrections principales de notre période-clé eut peu de rapport avec l’exercice spéculatif mené par Blanqui ; ce qui souligne la nécessité d’aller au-delà des considérations théoriques si nous voulons comprendre toutes les forces en jeu dans cette localisation8.

La disposition physique des barricades lors de la Révolution de février

18Heureusement, la Révolution de février 1848 constitue un cas très favorable à ce type d’analyse détaillée. Chose surprenante, puisqu’il s’agit d’un conflit extrêmement inégal qui renversa le régime en place et donc qui n’a pas produit le type de sources – listes d’arrestations par les autorités – que les historiens utilisèrent habituellement pour reconstituer les activités insurrectionnelles et l’origine sociale des insurgés. Mais, comme naguère les journées de juillet 1830, les journées de février ont produit une source excellente pour notre propos : les déclarations des personnes demandant réparation pour des dommages occasionnés par les combats.

  • 9 Les dédommagements vont d’une simple somme de dix francs – le salaire de deux ou trois jours d’un (...)

19A la suite des journées de février, une commission nationale de dédommagement fut mise en place par le nouveau gouvernement républicain afin d’indemniser les blessés et les survivants dont des proches avaient été tués au combat. Son travail consistait à vérifier la validité des demandes et à organiser la distribution des fonds collectés grâce à des souscriptions volontaires. Ses conclusions donnant lieu à des transferts d’argent importants, des enquêtes méticuleuses furent conduites sur le milieu, le caractère, les idées politiques, et surtout la participation à l’insurrection de chaque demandeur9. La commission recherchait des témoins directs capables de vérifier l’exactitude des déclarations des demandeurs. Les informations collectées mentionnaient fréquemment la localisation précise d’une barricade, elles faisaient le point sur les actions qui s’y étaient déroulées. En confrontant ce dossier aux informations contenues dans celui des demandeurs, ce type de témoignage offre la possibilité de la description et de la localisation des barricades dans Paris.

  • 10 Sur l’état initial des dossiers de la Commission, voir la monographie de Auguste Nougarède de Faye (...)

20Malheureusement ces données sont fragmentaires10. Malgré la collecte de plus de 7 000 demandes de dommages et intérêts, les destructions par le feu lors de la Commune de Paris ont réduit le nombre des documents exploitables à 550. Quand on se limite aux insurgés dont les actions sont spécifiquement associées à certaines barricades, il ne reste plus que 182 cas individuels.

  • 11 Ces données viennent des sources suivantes : pour 1830, cf. Pinkney D., « The Crowd in the French (...)

21Tentons une brève description de cet échantillon. Tous sont des hommes, à une exception près. Leur âge est très variable – de 14 à 77 ans – mais les combattants des barricades sont plus âgés que la moyenne des insurgés de février (37,7 contre 35,3 ans), plus âgés aussi que les participants aux journées de juillet 1830 (l’exemple le plus comparable de « révolution » réussie, où l’âge moyen atteignait trente ans), ou que ceux des journées de juin 1848, proches chronologiquement (l’âge moyen étant dans ce cas de 33,4 ans)11. Seule une minorité (27 %) est née à Paris, ce qui correspond à la structure de la population générale de la capitale. Près des trois quarts (73 %) de ceux qui demandent à être indemnisés ont été blessés dans les combats de février, une faible proportion (6 %) ont perdu des proches, et un cinquième (21 %) recherche une reconnaissance honorifique pour la participation aux événements de février. Parmi ces demandeurs, on trouve à peu près autant d’artisans hautement qualifiés que dans la population parisienne en général. En bref, les insurgés de février 1848 différent peu des participants aux autres grandes insurrections parisiennes de la période.

  • 12 Le poids des communautés locales pourrait apparaître encore plus grand, si l’on pouvait établir un (...)

22On peut utiliser les mêmes documents pour rendre compte de la répartition spatiale des barricades à travers Paris. Ainsi on peut connaître le domicile de la grande majorité de ceux dont des témoins attestent qu’ils participèrent aux combats sur telle ou telle barricade. Dans 155 cas, les deux localisations – celle de la barricade et celle du domicile – sont connues et peuvent être caractérisées par leur relative proximité. Comme le montre le tableau 1, la catégorie la plus nombreuse – N = 56, ou 36,1 % du total – est composée de personnes connues pour avoir armé une barricade située à moins de trois pâtés de maisons de leur lieu de résidence. De tels combattants ont donc décidé de défier le régime orléaniste avec des membres de leur propre communauté de quartier, au sens strict. On peut dès lors supposer que, dans de nombreux cas, ils connaissaient de vue et par leurs prénoms, quelques-uns de leurs compagnons de combat. En tenant compte de la nature du voisinage à Paris à cette époque, il est tout à fait possible qu’ils aient eu en commun des occupations et des activités politiques ou qu’ils aient bu, dans le même bistrot, leur ration quotidienne de vin. Nombre de ces hommes étaient unis par la similarité de leur quotidien, sinon par leur participation effective à un même réseau dense de liens sociaux informels. Du moins partageaient-ils sans doute l’identité diffuse de leur quartier d’origine. Tout ce qui pouvait fonder des sentiments de solidarité enracinés dans une forte culture locale était encore renforcé par une connaissance commune des événements et des personnalités associés aux révoltes antérieures. De tels liens permettent d’expliquer pourquoi certains lieux sont invariablement au cœur de chaque insurrection. En mettant en évidence l’importance du voisinage, les registres d’indemnisation de 1848 permettent d’affirmer que les barricades de 1848 sont fondées sur la même mobilisation locale qu’à l’origine, deux siècles et demi plus tôt12.

Tabl. 1 – Localisation des barricades par rapport au lieu de résidence des insurgés qui les tiennent

Tabl. 1 – Localisation des barricades par rapport au lieu de résidence des insurgés qui les tiennent
  • 13 Par exemple, c’est la localisation du domicile par rapport à la frontière administrative qui est d (...)

23Le tableau 1 indique aussi le nombre et le pourcentage des demandeurs d’indemnités ayant combattu sur des barricades plus ou moins éloignées de leur domicile. Tandis qu’on pourrait supposer que le nombre décroît à mesure que la distance augmente entre les deux lieux, les définitions selon les termes en usage à l’époque (des quartiers et des arrondissements de tailles et de formes différentes, à la population inégale) rendent impossible un tel constat, s’il correspond d’ailleurs à la réalité13. Pour une première approche, regroupons ceux des insurgés qui ont combattu sur une barricade située à une distance maximale de trois pâtés de maisons de leur domicile, dans le même quartier de Paris ou dans un quartier adjacent. Je désignerai donc, pour plus de clarté, ces insurgés qui ont combattu à proximité immédiate de leur domicile sous le terme « voisins ».

24L’avant-dernière catégorie du tableau 1 suggère une autre logique de localisation, lors de la Révolution de février. Le groupe désigné sous le terme « un peu plus loin » correspond à près d’un tiers de tous ceux dont les activités ont pu être recensées, c’est donc la deuxième catégorie par sa taille. Je suis convaincu que l’action de ses membres s’inscrivait dans un cadre identitaire plus large que les limites du voisinage urbain. Une étude systématique des cas individuels m’a confirmé dans mon intuition initiale : lorsque les insurgés étaient liés à une barricade située à quelque distance de leur domicile, ils n’étaient pas pour autant dispersés sur tout le territoire de la ville. Ce qui les attirait alors peut être défini en termes stratégiques. Il s’agissait de lieux possédant une signification tactique ou politique particulière pour les habitants de la capitale les plus engagés. Parmi les sites qui constituaient des cibles essentielles dans Paris lors des journées de février, la Préfecture de police, le Ministère des Affaires étrangères, et le Château d’eau. Parmi les places à la fonction symbolique forte, où de grandes barricades furent érigées, la place de la Bastille, la place de Grève et la place de la Concorde. Quelques autres lieux – par exemple le Palais royal ou les Tuileries – peuvent entrer dans l’une et l’autre de ces catégories.

25Il semble que des insurgés, venus de tous les quartiers de la ville, aient été attirés par quelque tropisme puissant vers ces sites révolutionnaires reconnus par le temps. En fait, cette répétition d’un drame révolutionnaire ritualisé n’avait rien de neuf. En 1848, la déclaration de la Deuxième République depuis le balcon de l’Hôtel de Ville s’était imposée. Malgré l’apparente spontanéité de la foule assemblée sur la place de Grève, les principaux participants semblaient jouer une scène tirée de la Révolution française de 1789. Loin de répondre aux rythmes de leurs activités quotidiennes, ceux qui s’étaient assemblés dans ces lieux de combats antérieurs s’inspiraient d’une connaissance de la tradition insurrectionnelle, à laquelle ils s’identifiaient et qui, au milieu du siècle, était bien établie dans la capitale. Aussi, nous pourrions qualifier de « combattants dotés d’une large culture politique » ceux qui réagissaient de la sorte.

Tabl. 2 – Types de participation à la barricade

Tabl. 2 – Types de participation à la barricade
  • 14 Les « combattants de proximité » incluent tous ceux qui furent actifs sur des barricades situées à (...)

26Le tableau 2 représente la répartition des mêmes données de localisation entre les deux catégories que nous avons distinguées : les « combattants de proximité » et les insurgés aux horizons plus larges14 ; ils représentent au total 80 % des insurgés de février dont le lieu de participation a pu être identifié.

  • 15 Les données suivantes ont été retenues comme significatives : participation aux insurrections de 1 (...)

27Il est également possible d’étudier les caractéristiques des individus dans l’une et l’autre de ces catégories. En anticipant un peu, dans la plupart des cas – par exemple, la répartition entre les sexes ou les motifs de leurs demandes d’indemnités –, les deux groupes restent à peu près indistincts. A quelques nuances près. Ceux qui ont combattu à proximité de leur domicile sont un peu plus jeunes (37 ans contre 38,9 en moyenne) et plus souvent célibataires (38,6 % contre 25 %). De leur côté, les combattants aux horizons plus longs sont plus souvent Parisiens de naissance (37,2 % contre 26,2 %) et ils sont plus souvent liés aux insurrections antérieures en raison de leur histoire personnelle (22,8 % contre 14,6 %). Ils sont également deux fois plus nombreux à avoir poursuivi leur instruction au-delà du niveau de l’école primaire (19 % contre seulement 8,6 %)15.

28Ces divergences, qui ne sont pas considérables, mettent néanmoins l’accent sur une même réalité. Malgré l’importance du voisinage, un nouveau type de logique apparaît en 1848 dans l’édification des barricades. Il est naturellement impossible de fonder une hypothèse sur le seul cas des journées de février, mais le projet d’étude plus vaste, dont cette communication n’est qu’un aspect, cherche à montrer l’évolution des barricades au cours du xixe siècle. Leur fonction purement stratégique s’effaça régulièrement à mesure que les facteurs technologiques (l’utilisation de l’artillerie contre les populations civiles par exemple) et la détermination des autorités politiques à réagir (utilisant, tout à la fois, des moyens plus sophistiqués de répression et d’habiles concessions) réduisirent leur efficacité et leur intérêt. Pour autant, les barricades ne disparurent pas comme moyens de lutte.

29A l’inverse, elles se diffusèrent en France et à l’étranger où elles acquirent une importance nouvelle en tant qu’éléments d’une tradition révolutionnaire largement reconnue. A l’époque de la Commune de Paris, la dernière occasion d’édification de barricades à une large échelle à Paris au xixe siècle, la plupart des barricades étaient devenues des constructions particulièrement élaborées ; tandis que leur signification sociologique se faisait plus apparente.

  • 16 Naturellement la probabilité d’une insurrection urbaine réussie restait assez faible, même au xixe(...)

30La distinction entre « combattants de proximité » et « insurgés aux horizons plus larges » trouve alors tout son sens. Pour comprendre les constructions de barricades, leur fonction, il est préférable de mettre en avant la naissance et le développement, à travers elles, de liens de solidarité entre des insurgés potentiels. En s’appropriant l’espace physique, en organisant la construction de la barricade, en recrutant de nouveaux défenseurs, en se frottant aux forces de contrôle social préexistant au combat, les insurgés acquièrent un sens croissant de ce qui est en jeu et peuvent, si les conditions s’y prêtent, par l’engagement, passer des mots à la réalité des faits. Les barricades facilitent donc la mobilisation révolutionnaire, en exploitant à l’origine les liens de solidarité enracinés dans le voisinage à des fins insurrectionnelles. En mettant à profit de tels liens, la barricade contribuait à abaisser le coût de la mobilisation et accroissait ainsi les chances de succès16.

  • 17 Blanqui lui-même critiquait cette attitude, courante, qu’il résumait en ces termes : « Que chacun (...)

31Mais cette même force du voisinage imposait aussi des limites. L’identification mutuelle se trouve accrue lorsque les participants sont voisins mais cela renforce une orientation locale, en conflit avec les buts plus généraux du mouvement17. De la même manière, la spontanéité tant vantée d’actions de voisinage est inséparable de leur absence d’organisation ; ce qui constitue un lourd handicap lorsque les forces adverses se composent de soldats ou de policiers bien entraînés. Par ailleurs, l’enracinement de ce type d’actions condamne à réagir plutôt qu’à agir, à manquer de stratégie et à ne pas percevoir le long terme.

32Telles sont les raisons de l’effacement, quoique progressif et jamais complet, de la vicinité au profit de visées plus larges. Ce processus a été encouragé par l’identification des insurgés à une série d’objectifs révolutionnaires qui ont pris comme symbole la barricade. Celle-ci devint une icône pour ceux qui estimaient que leur lutte avait des implications révolutionnaires, et même mondiales, et qu’elle n’était pas seulement une réponse étroite à des griefs locaux. La construction de barricades permit, en outre, à bien des indécis, qui hésitaient à jeter leurs forces dans une insurrection imminente, de peser sur les chances de succès. Gagnant en importance, la dimension symbolique de la barricade vint à éclipser la valeur purement tactique et militaire de l’ouvrage. Pour autant, les barricades restèrent l’expression collective d’une communauté, mais d’une communauté plus vaste et plus abstraite.

Notes

1 Une version de cette communication a été présentée, en langue anglaise, en février 1994 au colloque « Violence et tradition démocratique en France, 1789-1914 », à Irvine, Californie. Les recherches sur lesquelles elle s’appuie ont été soutenues par la Fondation Simon Guggenheim et par le Conseil scientifique de l’Université de Californie à Santa Cruz.

2 Cet usage n’était en aucune manière spécifiquement parisien. J’ai trouvé mention de chaînes utilisées de la même manière à Londres au moins à partir du xve siècle et à Ghent en 1297.

3 La Grande Encyclopédie, (Paris : Société anonyme de la grande encyclopédie, n.d.), p. 491. Selon l’auteur de l’article, cette évolution vers des obstacles toujours plus fortifiés pourrait sembler naturelle, il n’en reste pas moins que Paris est le seul endroit où l’utilisation de chaînes donne naissance à des barricades.

4 Les événements de 1588 entraînèrent un conflit entre le Roi Henri III et le duc de Guise, s’ajoutant à des tensions pré-existantes sur des questions religieuses qui avaient opposé le Roi et les représentants des bourgeois de Paris.

5 Ces deux insurrections sont comparables dans la mesure où l’une et l’autre furent menées à grande échelle et couronnées de succès : largement spontanées, ces mobilisations de masse consacrèrent le renversement du gouvernement en place grâce au soutien d’une coalition, vague mais large, de groupes politiques et grâce à la neutralisation ou la défection de l’armée, de la police et des milices.

6 Selon certaines sources, 4 054 barricades au total furent construites à Paris en Juillet 1830 ; on en compte simplement 1 512 en Février 1848. Cf., par exemple, Bibliothèque nationale, Département des cartes et des plans, GeDD 5711 et DL17 1850.

7 Cf. Auguste Blanqui, « Des barricades », France, Archives Nationales (Bureau des manuscrits) FR 95921.

8 Sur les trois sites de barricades qui se trouvent sur la carte de Blanqui, une seule (celle de la rue de la Regnie) correspond à une barricade effective (et pour Juillet 1830 seulement).

9 Les dédommagements vont d’une simple somme de dix francs – le salaire de deux ou trois jours d’un ouvrier qualifié – jusqu’aux 24 000 francs versés à la veuve de Thomas Marie Jollivet, membre de la Chambre des Députés tué accidentellement Place de la Concorde. Pour les combattants effectifs des barricades qui reçurent une indemnité monétaire, la somme médiane se monte à 500 francs, payés souvent sur plusieurs années. Toutes les données sur les insurgés de Février viennent de la série F Id III des Archives nationales. Pour plus d’informations, cf. Traugott M., « The Crowd in the French Revolution of February, 1848 », American Historical Review, 93, juin 1988, p. 638-652.

10 Sur l’état initial des dossiers de la Commission, voir la monographie de Auguste Nougarède de Fayet, Les Blessés de Février, Paris, Amyot, 1849.

11 Ces données viennent des sources suivantes : pour 1830, cf. Pinkney D., « The Crowd in the French Revolution of 1830 », American Historical Review, 70, october 1964, p. 1-17 ; pour Février 1848, cf. Traugott M., « The Crowd... », op. cit. ; pour Juin 1848, cf. Tilly C, Lees L.H., « The People of June, 1848 », in Price R. ed., Revolution and Reaction : 1848 and the Second French Republic, New York : Barnes and Noble, 1975, p. 170-209.

12 Le poids des communautés locales pourrait apparaître encore plus grand, si l’on pouvait établir un lien entre la localisation d’une barricade et un lieu de travail. Malheureusement, presque aucun dossier d’indemnisation n’offre cette possibilité. Dans tous les cas, comme la grande majorité des blessés le furent le 24 février, c’est-à-dire un jour après le début des hostilités et donc à un moment où tout travail normal avait à peu près cessé dans la capitale, il est vraisemblable que le lieu de résidence a été un phénomène plus déterminant que le lieu de travail lors de l’insurrection de février.

13 Par exemple, c’est la localisation du domicile par rapport à la frontière administrative qui est déterminante pour évaluer si une barricade dans le « même quartier » que le domicile d’un insurgé est plus proche ou plus éloignée qu’une barricade dans un quartier adjacent. Notons en outre que le nombre de cas répertoriés sous le terme « même arrondissement » est faible, en grande partie parce que peu de localisations se trouvent dans cette catégorie tout en échappant à celle répertoriée sous le terme « quartier adjacent », auquel priorité a été donnée dans le système de codification. Enfin, le nombre assez grand de cas classés dans la catégorie « arrondissement adjacent » s’explique par le fait que, pour une localisation au centre de Paris, là où eurent lieu la plupart des combats, cette catégorie couvre un vaste espace, équivalent à seize quartiers individuels.

14 Les « combattants de proximité » incluent tous ceux qui furent actifs sur des barricades situées à trois pâtés de maisons maximum de leur domicile, dans le même quartier ou dans un quartier immédiatement adjacent. Les « combattants aux horizons plus larges » regroupent ceux qui ne combattirent pas sur des barricades proches de leurs domiciles mais furent attirés en revanche par l’un des dix lieux tactiquement ou symboliquement importants, ceux mentionnés ci-dessus, les rues entourant l’Eglise Saint-Merri et celles à proximité de la rue Rambuteau – dont la fameuse rue Transnonain.

15 Les données suivantes ont été retenues comme significatives : participation aux insurrections de 1827, 1830, 1832, 1834 et 1839 ; ou participation du père du demandeur d’indemnité à l’un de ces événements. Il est intéressant de noter, en comparant les deux groupes en termes d’expérience insurrectionnelle à la suite des journées de Février – principalement les événements de Juin 1848, Juin 1849, Décembre 1851 et la Commune de Paris – qu’il n’y a pratiquement aucune différence – 12 % pour les « combattants de proximité » contre 13 % pour les « combattants aux horizons plus larges » – : il apparaît donc que le voisinage est une réponse spontanée et rudimentaire de recrues un peu plus jeunes à une situation révolutionnaire.

16 Naturellement la probabilité d’une insurrection urbaine réussie restait assez faible, même au xixe siècle. C’est seulement en termes relatifs que les barricades accrurent cette probabilité. Depuis cette période, les chances de succès se sont encore réduites, mais c’est un autre sujet.

17 Blanqui lui-même critiquait cette attitude, courante, qu’il résumait en ces termes : « Que chacun défende son poste et tout ira bien ». C’était à ses yeux une erreur capitale qui expliquait de nombreux désastres révolutionnaires de l’époque. Pour cette raison, mais aussi pour éviter des dénonciations éventuelles de voisins en cas de défaite, il préconisait des mesures visant à décourager la tendance naturelle des insurgés à combattre dans leur propre voisinage.

Table des illustrations

Titre Tabl. 1 – Localisation des barricades par rapport au lieu de résidence des insurgés qui les tiennent
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tabl. 2 – Types de participation à la barricade
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540