Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

L'invention de la barricade

Les troubles de la rue Saint-Denis ou le renouveau des barricades à Paris
Les 19 et 20 novembre 1827

Annie Lauck

Texte intégral

1Après les années révolutionnaires et la dictature impériale, le régime de la Restauration permet le fonctionnement d’un système représentatif même s’il est encore soumis à des aléas. Les Parisiens découvrent ou font revivre, grâce à une liberté mesurée, de nouvelles formes d’expression politique, dont certaines sont promises à un bel avenir : rassemblements massifs devant l’Assemblée, échauffourées entre royalistes et libéraux, affrontements d’étudiants et de gendarmes, cortèges funèbres contrariés par la police et, en 1827, quelques barricades rue Saint-Denis. Nous nous proposons d’étudier l’apparition de ces dernières dans le temps et dans l’espace, le 19 novembre 1827.

2Nous nous heurtons aussitôt à la difficulté de reconstituer les faits précisément. Les témoins et les acteurs ont immédiatement intégré la barricade dans le combat politique qu’ils se livraient. Cette construction, qui étonne, n’est nullement revendiquée car, en l’absence d’une parole populaire restituée à l’historien, elle est présentée comme l’œuvre de barbares jusque dans les rangs de l’opposition. L’intérêt devient alors de mieux connaître les individus qui eurent l’idée d’amonceler pierres et échafaudages en travers d’une rue. Nos questions sont simples : où, quand, comment et par qui furent élevées les sept barricades des 19 et 20 novembre ? Quelles furent les responsabilités du directeur général et du préfet de police ainsi que celles des officiers qui ordonnèrent le feu ? Enfin, quelles interprétations les contemporains donnèrent-ils de ces troubles précurseurs de la Révolution de Juillet ?

3Nous étudierons tout d’abord les événements du 19 novembre comme le résultat d’une fête troublée ; ceux du 20 novembre, en revanche, ressemblent davantage à un affrontement attendu, si ce n’est espéré. Nous nous interrogerons enfin sur les « mystérieux » initiateurs des barricades, devenus un point de fixation dans la lutte politique de cette extrême fin de la Restauration.

La soirée du 19 novembre : une fête troublée

1827, une année mouvementée

4Les barricades sont édifiées à la fin d’une année difficile, au cours de laquelle le gouvernement de Villèle est affaibli.

  • 1 AN : BP. F/7/3881, 7 mars 1827.

5Le marasme des affaires touche les milieux populaires, la petite bourgeoisie du négoce et de l’artisanat, tandis que la contestation politique grandit et s’organise contre le ministère Villèle et son administration. La loi sur la presse, déposée le 26 décembre 1826 à l’Assemblée par le ministre Peyronnet, déclenche de vives réactions à Paris. Le préfet de police Delavau dans ses bulletins quotidiens cherche à saisir la nature de l’agitation. Pour lui, elle n’est due qu’aux feuilles libérales, aux imprimeurs, à leurs ouvriers, et aux diatribes des députés. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter puisque la masse des ouvriers, même les plus pauvres, reste tranquille. Cependant, une surveillance étroite est maintenue aux alentours de la Chambre des députés1. En effet, les orateurs les plus célèbres interviennent, Casimir Perier, Royer-Collard, Benjamin Constant, Chateaubriand s’insurgent contre des restrictions jugées inacceptables. L’auteur de La Royauté selon la Charte (1816) patronne la Société des Amis de la liberté de la presse. Le 31 mars, au plus fort de cette contestation, l’enterrement du comte de la Rochefoucault-Liancourt provoque un scandale qui alimente d’autant plus la haine contre le ministre et sa police que le préfet Delavau refuse que le corps soit porté à bras. Lors d’une échauffourée entre des soldats et des jeunes gens, le cercueil tombe à terre. Le grand référendaire, sollicité par les pairs, demande des comptes à l’administration. L’opposition de cette Chambre conduit le gouvernement à retirer la loi sur la presse.

6La nouvelle est connue à Paris le 18 avril. Le Constitutionnel salue cette victoire et décrit l’enthousiasme des Parisiens. « ... Bien que la nouvelle fût peu connue ce soir, un nombre assez considérable de rues ont été illuminées. Il est probable que demain mercredi l’illumination sera générale. Nous nous faisons un devoir de rappeler aux citoyens que les pétards et les feux d’artifices sont défendus par des règlements de police. Il ne faut pas laisser à nos adversaires de prétextes pour calomnier la joie la plus légitime. »

7Le 19 avril, ce journal décrit un défilé d’ouvriers imprimeurs parcourant, drapeau blanc en tête, les rues de Paris aux cris de « vive le Roi, vive la Chambre des pairs, vive la liberté de la presse ! »

8Cependant l’inquiétude est sous-jacente. Le Constitutionnel insiste avec emphase sur les manifestations d’une « joie paisible ». Les violences sont notées à regret :

« un petit nombre d’hommes soudoyés ou qui comprennent mal encore la liberté puisqu’ils ne savent pas la respecter chez les autres ne prouve rien contre la presque unanimité des citoyens ; mais admirez l’ordre qui a régné au milieu de cette remarquable explosion d’enthousiasme. En Angleterre, le peuple en pareil cas court chez les ministres s’amuser brutalement à briser leurs meubles... ».

9En mai et juin les étudiants manifestent contre la nomination d’un professeur, Récamier, jugé trop proche des jésuites tandis qu’en août, les obsèques du député Manuel provoquent de nouveau des affrontements entre la jeunesse des écoles, celle du commerce et les gendarmes.

10C’est donc à la fin d’une année troublée et sur fond de crise économique que se déroulent les élections de novembre 1827. Villèle joue son va-tout : le 6 novembre, il fait nommer 76 nouveaux pairs pour réduire l’opposition de la Chambre haute et dissout la Chambre des députés ; les élections des collèges d’arrondissement fixées le 17 sont avancées, celles des grands collèges sont prévues le 24. L’opposition – y compris royaliste – le ressent comme un coup de force. Cependant, le président du Conseil, s’il espère diminuer la représentation des libéraux, sous-estime leurs efforts pour créer un courant d’opposition efficace contre les ultras et les ambitions du clergé. La Société « Aide-toi, le ciel t’aidera », animée par Guizot, surveille l’établissement des listes électorales. Les deux oppositions royaliste et libérale s’unissent contre le ministère.

  • 2 AN F/7/6171. Rapport de Delavau au ministre de l’Intérieur (19 novembre 1827).

11Dans la soirée du 18 novembre, les députés élus donnent des banquets et illuminent leurs fenêtres2 ; quelques Parisiens connaissant les résultats les imitent.

La joie des uns et la peur des autres

  • 3 AN F/7/6741. Lettre de Delavau à Franchet à 11 heures et demie.
  • 4 AN F/7/4171. Rapport de Delavau au ministre de l’Intérieur (29 novembre 1827).

12Les plus hautes autorités de la police et de l’armée redoutent les manifestations de liesse suivant l’élection des députés libéraux à Paris. Le 18 novembre, à deux heures de l’après-midi, Franchet, Directeur général de la police met en garde Delavau : « Comme il serait possible que le mouvement imprimé par les révolutionnaires allât plus loin qu’on aurait pu le prévoir, je vous invite à vous tenir en mesure de réprimer tout désordre. En l’absence de M. Coutard et de M. de Wall, le service de la place de Paris appartient à M. Montgardé qui à ce commandement n’est pas habitué. Je suis convenu avec le major de la garde royale que 300 hommes de cavalerie resteraient consignés pour être disponibles à la première réquisition. » A cette inquiétude répond celle du préfet : bien qu’il constate que la soirée du 18 novembre n’ait pas donné lieu à des désordres3, il lui écrit : « Les rapports qui me parviennent de moment en moment sur l’esprit public me donnent la certitude que le parti libéral appelle de tous ses vœux et conçoit l’espérance de voir bientôt surgir une nouvelle révolution, une conflagration générale. Un de mes agents lancé depuis longtemps parmi les sommités révolutionnaires de la capitale s’exprimait ainsi ce matin dans son rapport : « Chaque pas que nous faisons nous rapproche de la révolution, et le parti dissimule si peu ses desseins, que chacun des candidats qu’il a proposés, est en quelque sorte enveloppé tout entier du manteau tricolore. Ce serait une erreur de croire que c’est le ministère qu’il veut renverser, que c’est le ministère qui lui pèse, que c’est le ministre qu’il hait, ce sont les Bourbons ; et le gouvernement n’a pas trop de temps devant lui, pour prévenir les coups qu’on veut porter au Roi et à sa dynastie... Ce rapport développe tout au long l’idée d’un dessein révolutionnaire : « Tout se prépare pour une nouvelle révolution et les dangers de la monarchie sont imminents »4. Sans adhérer totalement à l’information, Delavau la transmet et manifeste le désir que le gouvernement rassure les royalistes.

13Le 19 au soir, dans la rue Saint-Denis, le commissaire Genaudet, en mission d’observation, transmet plusieurs rapports. Responsable du quartier Saint-Thomas d’Aquin, il dirige aussi une brigade secrète de la Direction générale.

« Presque toutes les maisons des rues Saint-Denis, Faubourg Saint-Martin, ou de celles adjacentes, sont illuminées. Un marchand papetier de la rue Saint-Denis, n° 228, a exposé sur sa croisée un transparent portant l’inscription suivante : vive le Roi, vive la Charte, vive Benjamin Constant ! C’est le seul transparent qu’on ait remarqué dans cette rue.
On lance sur la voie publique des fusées, des pétards ; des hommes, la plupart commis marchands, se promènent un parapluie à la main, déployé et surmonté d’une chandelle allumée et plantée sur le bout de la canne. De loin en loin, on tire, de l’intérieur des maisons, des coups de fusil ou de pistolet ; en un mot, du côté de ces rues précitées, où se poste la foule, on voit se renouveler toutes les scènes scandaleuses qui ont eu lieu lors du retrait de la loi sur la licence de la presse. Au Palais Royal, beaucoup de boutiquiers ont illuminé les grilles qui longent les galeries de pierre ; on y voit peu de monde. Dans les autres quartiers de Paris, tout est tranquille ; seulement, quelques illuminations de loin en loin. »

14L’embarras de la circulation dans cette rue étroite est grand. La rue Saint-Denis, une des plus anciennes et des plus commerçantes de Paris, allie la bourgeoisie au peuple. Elle est aussi chargée de symboles car c’est le chemin de retour du Roi, nouvellement sacré à Reims, vers Notre-Dame. Aux piétons se mêlent les voitures dont les chevaux sont effrayés par les feux d’artifices. Sur le pavé de la rue Saint-Denis les agents de police se contentent d’observer.

  • 5 AN F/7/4173. Rapport de gendarmerie du 19 au 20 avril 1827.
  • 6 AN F/7/3881. BP du 20 novembre à deux heures du matin.

15Peu avant 10 heures du soir, une bande de déguenillés intervient en criant « fêtez les élections » et en jetant des pierres dans les vitres des fenêtres non illuminées ou dans celles dont les lampions se sont éteints (sur ce point tous les documents concordent). Un habitant excédé, Durupt, conduit alors un galopin au poste de police de Mauconseil. La foule le prend pour un « mouchard » et le menace. Le Constitutionnel du 21 novembre reproduit à ce propos la lettre d’un médecin témoin offusqué de la scène, qui critique les agissements de l’agent de police. Durupt se réfugie au poste qui fait alors l’objet de la vindicte publique – en avril, ce poste avait déjà été assailli de coups de pierre et ses vitres brisées car un gendarme à cheval y cherchait protection5 ; Delavau se décide à envoyer 50 gendarmes pour dégager le poste6. La manifestation de joie tourne alors à l’affrontement.

16L’arrêt de la Cour royale précise qu’à l’arrivée des gendarmes, la foule s’était dispersée et que le poste n’était plus en danger. C’est donc la venue de la garde qui crée un réflexe de rejet, de défense – celle-ci a-t-elle été brutale ? –. Au moment où elle repart, des inconnus barrent la rue. Le commissaire Genaudet résume la situation à 11 heures du soir : «... Des charges de cavalerie ont déjà eu lieu dans cette dernière rue, ainsi que dans celle St-Martin. Dans la première, des ouvriers ont arraché des échafaudages placés devant une maison en reconstruction, les ont disposés en travers de la voie publique ; la barrière est à hauteur d’homme. Plus loin, des tonneaux de porteurs d’eau à bras, des planches présentent obstacle au passage des voitures et des chevaux : des pavés, jetés çà et là, offrent les mêmes difficultés pour la circulation des chevaux et des voitures. Des cris de “vive la Charte”, “vive Benjamin Constant” accompagnaient les attaques d’une foule en fureur lançant des écailles d’huîtres et des pierres sur la cavalerie. On criait près la rue Coquillère, à l’entrée de la rue Coqhéron, “éclairons la rue Rivoli”, ne craignons point les “mouchards” !... ».

17Le préfet Delavau décrit également ces premières barricades, élevées très rapidement et qui surprennent autant les badauds que les agents de police et la gendarmerie.

  • 7 AN F/7/6741. Rapport de Genaudet transmis à la Cour royale.
  • 8 Arrêt de la Cour royale, p. 6.

18Alors que Genaudet emploie « barrière » puis « obstacle », dans sa troisième note rédigée à minuit un quart, après que la troupe a fait feu, il utilise les mots « retranchement » et enfin « barricade »7. Ces constructions sont décrites avec précision dans le rapport de Delavau et dans l’arrêt de la Cour royale qui précise : « Ces barricades furent consolidées avec des pierres de taille et moellons pris dans les deux maisons en construction. Des pierres furent brisées en petits morceaux faciles à lancer... »8.

19Ces matériaux, pris sur place, témoignent de la spontanéité des gestes. S’agit-il d’une émeute ? Les autorités n’en doutent pas. Delavau et Roechz emploient immédiatement le mot barricade. Le compte rendu de l’officier de gendarmerie est agressif et simplificateur. Il évoque ainsi l’incident du poste Mauconseil :

  • 9 AN F/7/4173. Rapport de la gendarmerie royale de Paris (19 novembre).

« Lorsque ces troupes sont arrivées elles ont trouvé la rue Saint-Denis dépavée en beaucoup d’endroits et quatre barricades formées successivement, derrière lesquelles étaient retranchés en grande quantité de mauvais sujets armés de pierres »9.

  • 10 AN F/7/6741. Rapports de Genaudet du 19 novembre 1827.

20Le vocabulaire de Genaudet a lui aussi changé : les « ouvriers » et les « enfants » qui tiraient des pétards à 11 heures ont laissé la place à des « vagabonds »10. Les autorités interprètent les troubles comme une rébellion. Les notes des 18 et 19 novembre montrent que Franchet et Delavau s’attendaient à une épreuve de force.

  • 11 Isambert, Mémoires au Conseil d’Etat, p. 47.
  • 12 Ibid. p. 48.
  • 13 Dommanget M., Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de juillet, Paris, 1962, p. 42.

21De même, le comte de Divonne décrit un durcissement de la situation au général Montgardé «... des avis ultérieurs me parvinrent sur la sédition qui devenait de plus en plus grave... »11. Le général divise ses troupes en trois colonnes, le premier officier à ouvrir le feu est le capitaine Bouvyer. Ayant reçu l’ordre de passer outre s’il rencontrait un obstacle, il ordonne un feu de peloton sur la barricade du Grand Cerf et la maison en construction qui la flanque. En revanche, le chef de bataillon Darracq, dont les troupes s’apprêtaient à riposter, fait remarquer qu’il s’agit du feu de celles d’en face, de Bouvyer en l’occurrence. Aidé d’un artisan, Douez, il parlemente sur les marches de l’église Saint-Leu avec les personnes assemblées et évite l’affrontement. Divonne interdit de tirer de nouveau. Une telle confusion montre l’exaspération de certains officiers. Divonne consigne : « un grand nombre m’entoura m’assurant qu’on n’en voulait pas à la ligne, que je passerais avec elle si je voulais, mais qu’on ne voulait pas de gendarmerie »12. Les soldats renversent les barricades que s’empressent de rétablir « les mutins », jusqu’à ce que le général Montgardé intervienne lui-même. Après un ferme ultimatum qu’il adresse aux lanceurs de pierre, ses troupes peuvent passer, balaient les barricades, fouillent les maisons en construction et rétablissent le calme. En se retirant, des gendarmes tirent dans la rue aux Ours, proche de la barricade Saint-Leu, et blessent plusieurs personnes dont l’étudiant Auguste Blanqui, touché au cou. C’était sa troisième blessure de l’année13.

Pourquoi ce recours aux barricades ?

22Le geste semble spontané le 19 novembre. On s’oppose aux forces de l’ordre détestées, on défend son territoire. L’étroite rue Saint-Denis se prête à la défense d’un espace de liberté d’expression que l’on veut préserver des patrouilles. La rapidité de construction étonne le préfet. Cependant, il ne nous semble pas qu’il y ait eu un plan préétabli : le matériel est pris sur place, les barricades s’échelonnent dans une seule rue. Les lanceurs de pierre sont-ils véritablement retranchés derrière les barricades ? Les plus déterminés semblent plutôt utiliser la bâtisse en construction.

  • 14 Bertier de Sauvigny G., La Restauration, Paris, 1977, p. 87.

23Des Parisiens ont déjà utilisé la barrière pour empêcher l’autorité d’agir. Guillaume Bertier de Sauvigny le signale à propos des ordures et des vidanges. « En fait, la seule voirie intérieure fermée avant 1830 fut celle de Ménilmontant, et encore grâce au fait que les habitants du quartier s’étaient insurgés en 1824 établissant une barricade pour empêcher l’accès à la décharge »14.

  • 15 Archives parlementaires de 1789 à 1870 : audience du 8 mai 1821 à la Chambre des pairs.

24Lors de l’Affaire Nantil, complot du 19 août 1820 qui annonce les conspirations des carbonari, un inculpé déclare à propos de Dumoulin, négociant grenoblois lui aussi arrêté : « Il dit qu’en cas de mauvais succès, on avait eu un instant la pensée de se barricader dans les rues de Paris »15.

  • 16 Pinkney D.H., La Révolution de 1830 en France, Paris, 1988, p. 350.
  • 17 Godechot J., Histoire de l’Italie moderne, t. i : Le Risorgimento. 1770-1870, Paris, 1971. – Cande (...)

25David Pinkney souligne le rôle des vétérans de l’armée impériale lors des combats de Juillet 183016. Le retranchement derrière les ruines ou l’obstruction d’un passage n’appartient-elle pas à tout ancien soldat ? Ces multiples exemples ne peuvent-ils pas expliquer les comportements de cette soirée de novembre ? L’influence des carbonari n’est-elle pas aussi une réponse possible ? En effet, les ventes sont nombreuses en France et des réfugiés italiens sont présents à Paris. Il ne semble pas avoir eu de barricades à Naples lors de l’intervention autrichienne ?17. En revanche, à Turin, les étudiants, pour protester contre l’arrestation de camarades qui chahutaient au théâtre, ont défié les carabiniers royaux :

  • 18 Santa Rosa, De la révolution piémontaise, Paris, 2e éd., 1822, p. 53, 54.

« Un second détachement paraît dans la rue du Pô, il est accueilli par des huées. Les carabiniers, par une louable fidélité à leur consigne, passent sans s’émouvoir. Cette attitude de la force publique trompa une ardente jeunesse, qui s’imagina que le gouvernement la craignait. Elle s’empare de l’université, dépave la grande cour, se retranche à la porte avec des bancs, et déclare qu’elle ne se séparera qu’après avoir soustrait ses camarades à une punition illégale. Le comte de Balbe, ministre de l’Intérieur, qui était aussi chef de l’Université, essaya de ramener les étudiants. Il se rendit parmi eux, on l’applaudit et on lui demanda justice. Il tint le langage d’un père tendre et sévère ; mais on insistait sur la liberté des étudiants arrêtés : les cris qui le demandent deviennent terribles. Le comte de Balbe ne promit rien, mais rien aussi dans ses paroles n’annonçait l’emploi de la force... un quart d’heure s’écoula, et la réponse fut portée par quatre compagnies de grenadiers »18.

26Les étudiants sont dispersés avec une brutalité qui indigne la ville. Par la suite aucune autre barricade n’est mentionnée au cours de l’année 1821.

27La nuit du 19 novembre fait deux morts et plusieurs blessés ; c’est la première fois au xixe siècle que les troupes tirent sur la population parisienne. La presse unanime insiste sur la gravité des événements et s’interroge sur l’identité des responsables. La nuit du 20 novembre voit à nouveau des barricades s’élever dans la rue Saint-Denis.

La soirée du 20 novembre : un affrontement attendu

28Les événements de la veille introduisent des éléments nouveaux dans les rapports de l’opinion publique et de l’administration à la fois inquiète et déterminée. Les électeurs libéraux et royalistes d’opposition en n’élisant aucun député ministériel dans le département de la Seine ont en effet infligé une sévère défaite à Villèle. La foule présente rue Saint-Denis montre que ces bourgeois ou ces aristocrates sont soutenus par des classes sociales plus modestes. Les autorités militaires et policières sont en alerte.

Une armée et une police sur leurs gardes

  • 19 Arrêt de la Cour royale, p. 13. Lettre reprise dans la requête d’Isambert qui souligne « coup déci (...)

29Le duc de Clermont-Tonnerre, ministre de la Guerre, écrit au général Montgardé la lettre suivante, le 20 novembre 1827 : « Mon cher général, je suis informé que les perturbateurs sont dans l’intention de tenter ce soir un coup décisif. Il faut nous mettre en mesure de le rendre décisif contre eux si l’affaire s’engage... »19.

  • 20 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

30Dans la soirée, d’importantes forces militaires sont requises dans les casernes et stationnent en vue sur les places publiques, boulevards et près du château. Delavau écrit : « On avait observé des dispositions hostiles dans la rue Saint-Denis et aux environs, des groupes s’étaient formés sur divers points, on y tenait des propos qui indiquaient les plus coupables intentions »20. Une ordonnance interdisant les rassemblements et les tirs de pétards est affichée. On pressent des troubles sérieux :

  • 21 Arrêt de la Cour royale, p. 12.

« Le mardi 20 novembre, on s’attendait généralement à voir se renouveler dans la soirée les scènes de la veille ; c’était surtout dans la rue Saint-Denis et les rues voisines qu’une rumeur sourde en menaçait les habitants. Les rapports des divers agents de police en avaient averti l’autorité même ; le commissaire de police Genaudet avait prévenu par écrit le directeur de la police générale que l’on se proposait de faire des barricades ».21

31Selon Delavau l’ambiance générale paraît cependant différente.

L’inquiétude des habitants de la rue Saint-Denis

  • 22 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

« A sept heures et demie la foule était considérable, toutes les boutiques étaient fermées, les marchands qui se prêtent trop souvent au désordre dans le premier moment se hâtent de solliciter l’intervention de l’autorité dès que leurs intérêts sont menacés ou leur tranquillité compromise, aussi dès huit heures s’étonnaient-ils que des forces imposantes ne fussent opposées aux séditieux »22.

  • 23 Arrêt de la Cour royale, p. 13.

32Des bandes parcourent de nouveau les rues forçant les habitants à illuminer. Les juges ajoutent : « Aucune force publique ne réprima d’abord ces désordres et la crainte fit que l’illumination devint générale. Quelques habitants indignés parvinrent sur plusieurs points à saisir des perturbateurs »23. Ainsi, le sieur Hamel aidé de ses commis soutient un siège contre la bande qui attaque ses fenêtres à coups de pierre. Des exemples semblables sont donnés dans Le Constitutionnel du 21 novembre 1827.

Les barricades

  • 24 Arrêt de la Cour royale, p. 14.

« Dans le temps que ces bandes circulaient, des gens restés inconnus se portèrent dans les maisons en construction, devant l’église Saint-Leu, et devant le passage du Grand-Cerf, dont ils enfoncèrent les clôtures ; ils s’emparèrent des outils et matériaux qui avaient servi la veille à établir des barricades et que l’on s’était borné à renfermer dans les maisons au lieu de les faire enlever... »24.

  • 25 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

33Le préfet de police notant que les « nouvelles barricades formées avec plus de soin et d’intelligence » que la veille ont été élevées décide d’intervenir25. La barrière en effet a pris de l’importance. Elle atteint la hauteur du premier étage et une autre a été érigée pour clore la rue Saint-Denis, à la jonction de celles du Renard et de Grenetat :

  • 26 Le Constitutionnel, 22 novembre 1827.

« Montés sur l’auvent de la boutique de l’épicier, les hommes de cette bande brisaient à coups de bâtons les vitres de l’appartement et l’épicier a été obligé de se réfugier dans sa cave. Ce travail, fait par des jeunes gens la plupart de l’âge de 15 à 18 ans, a duré deux heures sans obstacles, sans qu’aucune force publique se soit mise en devoir de l’empêcher »26.

L’intervention des troupes

  • 27 Arrêt de la Cour royale, p. 16.

34Le préfet ne donne l’ordre d’intervenir qu’à 11 heures du soir, les troupes s’avancent accompagnées de commissaires de police et de simples agents. Comme la veille, les officiers réagissent de manière diverse devant les barricades dont les assaillants semblent cette fois-ci plus nombreux et plus agressifs. Le commissaire de police Roche, monté sur la barricade Saint-Leu, fait les sommations et reçoit une pierre à l’épaule. Il ordonne alors au chef de bataillon de tirer mais celui-ci s’y refuse. Un autre officier agit de même et répond au cours de l’enquête « qu’il n’avait pas cru qu’on dût échanger des balles contre des pierres »27. En exhortant la population au calme ce chef de bataillon obtient le passage, même s’il doit revenir sur ses pas pour renverser l’obstacle redressé.

35Le colonel de Fitz-James, qui commande des troupes de ligne, s’approche de la rue Grenetat avec davantage d’inquiétude, comme en témoigne son rapport du 21 novembre au général Montgardé. Après avoir côtoyé sans heurt la foule le long de plusieurs voies, il arrive rue Saint-Denis :

  • 28 Isambert, op. cit., p. 51.

« Pas une âme n’était dans les rues, les portes étaient fermées (...). A la distance d’environ 50 toises on aperçut alors une forte barricade, et derrière était la foule dont on entendait les cris, et quand nous n’aurions pas distingué parfaitement alors les injures et les provocations, les pierres qui commençaient à arriver dans les jambes du peloton d’avant-garde, nous avertissaient positivement des intentions de ceux qui étaient en-deçà des barricades. »28.

  • 29 Ibid.

36Le commissaire de police Galleton et des officiers parlementent inutilement. Fitz-James « croyant qu’on tirait sur la troupe et sans attendre le général... ordonna le feu qui fut exécuté par le premier peloton et la barricade fut renversée sans autre résistance »29.

  • 30 Arrêt de la Cour royale, p. 16.

37« On se porta ensuite vers la deuxième barricade, celle du Grand Cerf ; des coups de fusil furent encore tirés par la troupe, malgré la défense du général, qui au moment de la première décharge était accouru pour arrêter le feu et qui criait aux soldats de cesser. Beaucoup de militaires furent atteints par des pierres, aucun ne fut blessé grièvement »30. Ces tirs font quatre morts. Des charges de cavalerie ont lieu dans les rues adjacentes et des piétons sont blessés par des gendarmes.

38Delavau tenu au courant de la répression conclut satisfait :

  • 31 AN F/7/3881. BP du 20 novembre 1827.

« Les événements de cette soirée ont inspiré dans le quartier une crainte salutaire qui préviendra, il faut l’espérer, le retour de semblables désordres.
Il est deux heures, l’ordre est partout rétabli.
La justice instruit activement sur tous les faits qui ont eu lieu depuis deux jours »31.

39La police a voulu faire peur, elle y a réussi. La démonstration de force nous semble avoir été envisagée avant le 19 novembre tant la situation paraissait révolutionnaire à la police.

40Dans Paris l’émotion est grande. Les personnalités élues obtiennent un rendez-vous de Villèle et réclament des mesures énergiques afin de protéger la sécurité des habitants. Sont présents Benjamin Constant, Lafitte, de Schoenen... Le 21 au soir, l’ordre est maintenu grâce à la présence, tôt dans la soirée, de patrouilles ; le préfet se félicite du changement d’attitude des habitants.

  • 32 AN F/7/3881. BP du 21 novembre 1827.

41Voici la « morale », clairvoyante, que le préfet de police tire de ces journées : « Le rétablissement de la tranquillité est dû, on ne peut en douter, à l’énergie et à la sévérité des moyens déployés dans la nuit d’hier. Les décharges de mousqueterie qui ont donné la mort à quelques misérables et blessé un nombre considérable de séditieux ont jeté la terreur parmi les habitants, qui, revenus à des sentiments plus sages, se sont empressés de séparer leur cause de celle de séditieux dont ils ont trop souvent partagé les erreurs et encouragé les projets »32.

  • 33 Le Constitutionnel, expression utilisée le 23 novembre 1827.

42Les barricades du 20 novembre prennent une forme plus révolutionnaire que celles de la veille – l’une des constructions est plus haute et plus « forte », l’un des emplacements mieux choisi. Cependant, cette image leur est surtout attribuée par les autorités contre lesquelles elles sont dressées ; elles forment un appareil encore assez dérisoire et qui tombe sans être vraiment défendu. La presse libérale les rejette comme l’œuvre de « bandits », comme une pratique surgie des temps obscurs de la Ligue plus encore que des batailles de la Fronde. Les journalistes, les juges, en attendant les mémorialistes, s’interrogent sur les bandes de « déguenillés », sur les « architectes des barricades »33.

Qui sont les « architectes des barricades » ?

  • 34 Arrêt de la Cour royale, p. 3, 6, 14.

43La Cour royale avoue son impuissance en dépit de l’enquête très poussée faite auprès des blessés, des témoins, des militaires (plus de 1 100 personnes). Les individus qui ont construit les barricades demeurent inconnus34.

La foule et les « bandes » de la rue Saint-Denis

  • 35 Isambert, op. cit., p. 33.
  • 36 Canler, Mémoires, Paris, réed. 1986, p. 92.
  • 37 Le Constitutionnel, 21 novembre 1827.
  • 38 Journal du commerce, 22 février 1828.
  • 39 Caron J.-C, Générations romantiques, Paris, A. Colin, 1991, p. 279.

44Des impressions d’ensemble sont données sur la composition de la foule par les commissaires et le préfet de police. Delavau adresse un compte sommaire des événements au ministre de l’Intérieur, le 28 novembre : « Outre les ouvriers, on remarqua dans cette foule des hommes assez bien mis, des jeunes gens appartenant au commerce et aux écoles »35. Sur le terrain, Genaudet remarque à 9 heures, des « commis marchands », à 11 heures, des « ouvriers » et des « enfants » tirant des pétards. Il voit des « ouvriers » improviser les premières barricades. A minuit et quart les troupes ont tiré sur des « vagabonds ». Canler, inspecteur de police en poste rue Saint-Denis, se souvient, bien des années plus tard : « Tout Paris semblait s’être porté dans ces deux rues...[...] les bourgeois venaient sur la chaussée pour juger de l’effet que produisait leurs fenêtres illuminées [...]. Pendant ce temps, les enfants se promenaient par bandes, demandant des lampions et brûlant, avec les pétards et les fusées dont ils étaient porteurs, la figure et les vêtements des passants »36. Cette jeunesse quelque peu turbulente est aussi mentionnée par les journalistes : « Les personnes qui ont été témoins de ces scènes déplorables assurent que la moitié de ceux qui se trouvaient dans la rue étaient de jeunes artisans de 12 à 15 ans »37. Le Journal du commerce indique parmi les personnes arrêtées : « des commis marchands, des étudiants, des commis à la banque et quelques ouvriers »38. J.-C. Caron signale que les étudiants, nonobstant la présence de Blanqui, ont peu participé à ces troubles39. Les classes moyennes et le peuple se sont donc côtoyés rue Saint-Denis, mais l’irruption des bandes et l’avancée de la nuit a pu modifier la composition de la foule. Dans la presse « des polissons en guenilles », des « échappés du bagne », des « bandits » sont évoqués.

  • 40 AN F/7/4173. Rapport de la gendarmerie royale, des 19 et 20 novembre 1827.
  • 41 Canler, op. cit., p. 93.
  • 42 Le Constitutionnel, 21 novembre 1827.

45Les morts, les blessés, les personnes arrêtées constituent une sorte d’échantillon. La liste des morts et des blessés, officiellement reconnus par le tribunal, comprend 21 noms, 18 métiers sont mentionnés. Les artisans sont en majorité, ouvriers surtout mais aussi employés et commis. Les rapports de la gendarmerie mentionnent douze individus arrêtés pour bris de vitre. Ce sont tous des artisans, des gens du petit commerce40. Cette foule frondeuse ressemble fort à la population parisienne. Cependant des témoins y reconnaissent « de sinistres figures », des agents de la brigade de sûreté et leurs indicateurs sont identifiés par Canler41. Isambert insiste sur la présence active d’agents des nombreuses polices secrètes. Dès le lendemain, Le Constitutionnel est dubitatif : « Les voitures qui survenaient et que repoussaient les tireurs de pétards, en les couvrant de feu, paraissent avoir donné l’idée à quelques étourdis de barrer la rue ; peut-être leur a-t-elle était suggérée par des conseillers perfides »42. Les barricades seraient-elles une invention de la police ? La presse ministérielle déplore cette interprétation et développe la sienne.

Le peuple révolutionnaire s’est-il réveillé ?

  • 43 AN F/7/6772, pièce 29.
  • 44 Ibid.

46En septembre déjà, lors du voyage du Roi à Saint Omer, Delavau répond à propos d’avis alarmants parvenus au ministre de l’Intérieur, par une note de synthèse sur la propagande, l’organisation, les espoirs des libéraux. Si Lafayette et Lafitte paraissent relativement modérés, comme le prouve leur attitude à l’enterrement de Manuel, le préfet note que des « brouillons se sont faits les meneurs du parti ». Brochures, pamphlets, discours circulent : « Tant il importe aux factieux de faire revivre parmi le peuple des idées révolutionnaires et de l’accoutumer à des appels à l’insurrection »43. Il n’y a pas de plan ni de date arrêtée, mais l’occasion peut faire naître l’insurrection même si « les gens avisés du parti éloignent ces projets s’ils ne les repoussent »44.

  • 45 La Gazette de France, 22 novembre 1827.

47Pour les responsables de la police et les ultras en général, les héritiers de 1789 cachent mal le peuple de 1793. La Gazette de France, restée fidèle à Villèle, répond au Journal des Débats ou au Constitutionnel qui accusent la police : les habitants du quartier Saint-Denis auront reconnu « que les lampions du libéralisme n’étaient en quelque sorte que la lumière de ses fusils et que l’incendie suivait de près la funeste clarté de ses triomphes »45. Pour la gazette conservatrice « Les bandes ne sortent pas des bureaux de la police » mais des appels implicites des feuilles libérales à l’illumination, et à l’opposition aux autorités constituées :

« Voilà d’où ces hommes nous viennent mais songez-y bien, ils viennent contre vous autant que contre nous-mêmes, ils viennent contre la société, plutôt que contre le gouvernement ; ils viennent contre vos familles et vos biens, plus encore que contre nos opinions et nos influences ; ce n’est plus la querelle d’un parti contre un autre ; c’est la querelle de ceux qui ne possèdent rien contre ceux qui possèdent quelque chose. »

48Le journal, en accroissant l’inquiétude devant les troubles, fortifie le gouvernement, alors qu’un second tour de scrutin doit avoir lieu. Il appelle La Quotidienne, journal royaliste qui a rejoint l’opposition, à davantage de clairvoyance ; mais se trompe-t-il vraiment sur les possibles revendications, même confuses, d’un peuple éprouvé par la crise économique ? Par des gestes, – bris de vitres, par des objets, –barricades –, les jeunes artisans et employés expriment leur mécontentement envers le gouvernement et ceux qui le soutiennent. La Gazette de France entend déjà et invite La Quotidienne à percevoir : « Les cris séditieux et les coups de feu lancés du refuge que quelques bandits s’étaient crées dans le centre de Paris, contre les lois, contre la société toute entière ».

49Le seul témoin qui fût avec la foule, partageant sa joie et qui nous ait laissé un bref souvenir de la nuit du 19 novembre est Auguste Blanqui. Image bien lointaine –il écrit le 29 novembre – enjolivée peut-être et empreinte du souci de se justifier qui le hante après 1848. Il parle de lui à la troisième personne.

  • 46 BN : NA 9582, folio 177sq.

« Le règne de M. de Villèle touchait à sa fin. L’année 1827 vit la chute du parti royaliste dans les élections et le commencement de la grande agitation qui devait aboutir aux barricades de 1830. Cette année mémorable fut sillonnée d’émeutes où la bourgeoisie et le peuple venaient faire éclater en commun leur antipathie pour la race bourbonienne. Blanqui dont la haine contre la Restauration grandissait par le temps et les événements, entraîné d’ailleurs par la trempe de son esprit essentiellement pratique et fort impatient des théories qui n’aboutissent pas, se trouva mêlé à toutes ces émeutes et fut blessé trois fois dans la même année 1827. En avril et en mai il reçoit deux coups de sabre dans la rue Saint-Honoré à l’occasion de la loi d’amour de M. Peyronnet, et sur le pont saint Michel dans un hourra d’étudiants contre le jésuite Récamier. Le 29 novembre au soir dans l’échauffourée sanglante qui suivit les élections libérales de la veille, il tombe rue aux Ours, atteint d’une balle au cou, sous un feu de peloton. Ce jour-là il avait retrouvé le Peuple de la première Révolution avec ses guenilles héroïques, ses bras nus, ses armes improvisées, son courage indomptable et sa colère qui renverse. Abandonné et délaissé des meneurs libéraux, le Peuple céda cette fois le terrain. Mais l’observateur clairvoyant put juger au caractère de la démonstration, que l’arrêt de la dynastie était prononcé ce jour et que l’exécution ne se ferait pas longtemps attendre. Blanqui disait alors à ses amis que Charles X serait stuarisé à la première émeute. La prédiction comme toutes celles qu’il a faites, ne devait pas tarder à s’accomplir »46.

Les barricades ont-elles été construites par la police ?

  • 47 Arrêt de la Cour royale, p. 6, 7, 14.
  • 48 Ibid, p. 15, 16.
  • 49 Isambert, op. cit., p. 40, réponse de Delavau à ce commissaire.
  • 50 Ibid, p. 5.

50Le Constitutionnel évoque des « conseillers perfides » et se scandalise, à juste raison, de l’absence de forces de l’ordre à l’arrivée de bandes de « casseurs ». La Cour insiste à plusieurs reprises, dans son arrêt, sur l’invraisemblable passivité des agents et des commissaires, sur l’intervention tardive des troupes le 20 novembre47. Les fonctionnaires de police répondent qu’ils ne sont qu’en « observation ». Ont-ils peur d’intervenir ? Ceci n’est pas exclu car l’officier Hébert explique que les agents, très connus dans le quartier, ne peuvent sans danger se mêler à la foule48 et sont donc restés à la préfecture ; le commissaire de police Boniface semble inquiet de dresser contravention49. Maître Isambert désire obtenir que le directeur général de la police et le préfet soient inculpés. Il énumère dans sa requête les différents services de police présents rue Saint-Denis et cherche à prouver leur collusion avec les bandes et les hommes des barricades50.

  • 51 Lettre d’un bourgeois de la rue Saint-Denis à M. de Villèle : Guillaume Dumolard, Paris, 1827.
  • 52 Froment, La police dévoilée, p. 231.

51La même année, un savoureux pamphlet présente les événements comme une fête donnée par Villèle aux Parisiens : les troupes et les « architectes des barricades » se donnent le mot pour préparer la représentation51. Enfin, deux policiers apportent des témoignages troublants : Froment, dans La Police dévoilée et Canler dans ses Mémoires. Tous deux se disent alors en mission rue Saint-Denis. Leurs témoignages sont-ils recevables ? Froment est chef d’une brigade de police secrète dévouée à Delavau. Ne cherche-t-il pas sous le ministère Martignac, plus modéré, à se racheter ? N’exploite-t-il pas un thème devenu à la mode ? Tout cela est vraisemblable. Néanmoins, il accuse très clairement des agents d’avoir provoqué des troubles en suivant les ordres d’un individu revêtu d’une redingote bleue52 ; il explique la passivité des agents par la mission d’observation et le retrait de leur carte, ce qui les empêche d’intervenir mais aussi d’être identifiés. Les 19 et 20 novembre sont un complot de la police, qui aurait pu être encore plus sanglant sans le sang froid de la plupart des officiers.

  • 53 Canler, op. cit., p. 91-94.

52L’inspecteur Canler, devenu par la suite chef de la sécurité, se promène et observe la foule. Il voit apparaître une bande menée par un énergumène armé d’un bâton : « Je m’approchai alors de l’homme au bâton que je reconnu avec surprise pour être un ancien forçat attaché comme auxiliaire à la brigade de sûreté commandée par Coco-Lacour, un autre de la bande était un ancien forçat en rupture de ban, que j’avais moi-même arrêté quelques temps auparavant en flagrant délit au Temple ». C’est ce même homme au bâton que Canler a entendu crier aux « barricades » le 19 novembre53.

53Les agents, dont ceux des polices secrètes, sans ordre explicite, ne saisissent-ils pas que leur hiérarchie désire un affrontement ? N’ont-ils pu jouer les provocateurs pour affoler les électeurs, c’est à dire les bourgeois de la rue Saint-Denis, et au-delà tous ceux de France ? Pour les libéraux, le thème d’une police provocatrice est bienvenu ; leur presse l’exploite largement. Ils doivent rassurer les électeurs et l’opinion publique, et veulent rejeter les violences d’une opposition illicite afin d’obtenir la confiance du pays légal. Le peuple dont ils désirent l’appui ne peut être celui des barricades et des lanceurs de pierres. Ces hommes sont donc reniés par tous les partis mais, pour les uns, ils appartiennent au peuple révolutionnaire de triste mémoire, pour les autres, ils sont en marge du vrai peuple car celui-ci est bon :

  • 54 Le Constitutionnel, 23 novembre 1827.

« Les journaux du ministère font calomnieusement intervenir le peuple comme acteur dans ces scènes où il n’a été que spectateur et victime. Aujourd’hui, les classes laborieuses ne sont pas moins amies de l’ordre que les classes spéculatives. Les bandes noires et sinistres que nous avons signalées vivent au milieu du peuple, aux dépens du peuple, mais ne sont pas le peuple qui les repousse avec mépris. Ce n’est pas à la voix du peuple que ces bandes se rassemblent au buffet des Tuileries pour dresser des barricades dans les rues, pour jeter des pierres dans les croisées et des brandons dans les appartements des citoyens paisibles »54.

54Dès le 21 novembre, Le Constitutionnel s’étonne : « Pourquoi la police, qui devait avoir tant d’agents n’a-t-elle opposé aucune résistance à la construction des faibles barricades qui y sont élevées ? Pourquoi les marchands de pétards n’ont pas été arrêtés ? Pourquoi ceux qui les jetaient sur les passants, dans les voitures et jusque dans les appartements, ont-ils pu impunément causer le désordre pendant trois heures... Mille fois coupables ceux qui ont fait entrer ces tumultes et ces effusions de sang dans les calculs de leur odieuse politique ! Mille fois coupables s’ils n’avaient même à se reprocher que de l’ineptie ! ». L’attitude équivoque de l’autorité et particulièrement de la police est donc aussitôt soulignée. Sa passivité au début des désordres puis lorsque les premières barricades s’érigent est incompréhensible le 19 et bien davantage encore le 20 novembre.

  • 55 Chauvaud F, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, 1991, p. 12 (...)

55La barricade du xixe siècle, une machiavélique invention de la police préparant « la nécessaire expiation des parias » ?55. Comme des contemporains libéraux, Rémusat et Vaulabelle, nous resterons prudents ; nous ne conclurons pas au rôle initiateur des agents. En revanche, il est important de noter que des gens du peuple ont découvert, durant ces deux nuits, la force d’opposition symbolique que la barricade représentait, même élevée à hauteur d’homme. Les juges ont conclu l’affaire par un non-lieu, faute de preuves. Cet épilogue judiciaire illustre le déclin du régime. Le rejet immédiat de ces monuments populaires par les chefs libéraux annonce les affrontements futurs, au lendemain de la Révolution de Juillet.

Notes

1 AN : BP. F/7/3881, 7 mars 1827.

2 AN F/7/6171. Rapport de Delavau au ministre de l’Intérieur (19 novembre 1827).

3 AN F/7/6741. Lettre de Delavau à Franchet à 11 heures et demie.

4 AN F/7/4171. Rapport de Delavau au ministre de l’Intérieur (29 novembre 1827).

5 AN F/7/4173. Rapport de gendarmerie du 19 au 20 avril 1827.

6 AN F/7/3881. BP du 20 novembre à deux heures du matin.

7 AN F/7/6741. Rapport de Genaudet transmis à la Cour royale.

8 Arrêt de la Cour royale, p. 6.

9 AN F/7/4173. Rapport de la gendarmerie royale de Paris (19 novembre).

10 AN F/7/6741. Rapports de Genaudet du 19 novembre 1827.

11 Isambert, Mémoires au Conseil d’Etat, p. 47.

12 Ibid. p. 48.

13 Dommanget M., Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de juillet, Paris, 1962, p. 42.

14 Bertier de Sauvigny G., La Restauration, Paris, 1977, p. 87.

15 Archives parlementaires de 1789 à 1870 : audience du 8 mai 1821 à la Chambre des pairs.

16 Pinkney D.H., La Révolution de 1830 en France, Paris, 1988, p. 350.

17 Godechot J., Histoire de l’Italie moderne, t. i : Le Risorgimento. 1770-1870, Paris, 1971. – Candeloro G., Storia del l’Italia moderna, t. ii : 1815-1846. Dalla Restaurazione alla Rivoluzione nazionale, Milan, 1958.

18 Santa Rosa, De la révolution piémontaise, Paris, 2e éd., 1822, p. 53, 54.

19 Arrêt de la Cour royale, p. 13. Lettre reprise dans la requête d’Isambert qui souligne « coup décisif », p. 38.

20 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

21 Arrêt de la Cour royale, p. 12.

22 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

23 Arrêt de la Cour royale, p. 13.

24 Arrêt de la Cour royale, p. 14.

25 AN F/7/3881. BP 20 novembre 1827.

26 Le Constitutionnel, 22 novembre 1827.

27 Arrêt de la Cour royale, p. 16.

28 Isambert, op. cit., p. 51.

29 Ibid.

30 Arrêt de la Cour royale, p. 16.

31 AN F/7/3881. BP du 20 novembre 1827.

32 AN F/7/3881. BP du 21 novembre 1827.

33 Le Constitutionnel, expression utilisée le 23 novembre 1827.

34 Arrêt de la Cour royale, p. 3, 6, 14.

35 Isambert, op. cit., p. 33.

36 Canler, Mémoires, Paris, réed. 1986, p. 92.

37 Le Constitutionnel, 21 novembre 1827.

38 Journal du commerce, 22 février 1828.

39 Caron J.-C, Générations romantiques, Paris, A. Colin, 1991, p. 279.

40 AN F/7/4173. Rapport de la gendarmerie royale, des 19 et 20 novembre 1827.

41 Canler, op. cit., p. 93.

42 Le Constitutionnel, 21 novembre 1827.

43 AN F/7/6772, pièce 29.

44 Ibid.

45 La Gazette de France, 22 novembre 1827.

46 BN : NA 9582, folio 177sq.

47 Arrêt de la Cour royale, p. 6, 7, 14.

48 Ibid, p. 15, 16.

49 Isambert, op. cit., p. 40, réponse de Delavau à ce commissaire.

50 Ibid, p. 5.

51 Lettre d’un bourgeois de la rue Saint-Denis à M. de Villèle : Guillaume Dumolard, Paris, 1827.

52 Froment, La police dévoilée, p. 231.

53 Canler, op. cit., p. 91-94.

54 Le Constitutionnel, 23 novembre 1827.

55 Chauvaud F, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, 1991, p. 123.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540