Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

L'invention de la barricade

Petite histoire du mot barricade

Mireille Huchon

Texte intégral

  • 1 Voir T. E. Hope (Lexical borrowings in the romance languages, Oxford, Blackwell, 1971, p. 326) qui (...)

1La barricade apparaît en français au xvie siècle. Les événements de mai 1588 et leurs préliminaires (le projet de barricades à Paris en 1587 au retour de Guyenne du duc de Mayenne) la campent dans son sens moderne et assurent à ce mot aux racines méridionales sa diffusion en France et dans l’ensemble de l’Europe, puisqu’il sera emprunté à la suite de ces événements par l’italien, l’espagnol, l’anglais et l’allemand1. Barricader est également contemporain de ces mouvements séditieux de 1588 et c’est au duc de Guise que devrait revenir la première attestation de ce verbe dérivé de barricade. Quant à l’expression être du même côté de la barricade, elle apparaît également dans un contexte politique, attribuée à Clemenceau.

  • 2 Ménage (Dictionnaire étymologique, 1750) donne le mot avec la mention « mot du Languedoc ».
  • 3 Le Trésor de la langue française, Paris, CNRS, 1975 (abrégé par la suite en TLF), s.v. barricade, (...)
  • 4 Voir le Grand Robert de la langue française (2e éd.), 1985.
  • 5 Voir infra note 11.
  • 6 Le terme est absent du lexique provençal-français donné par P. Pansier, Histoire de la langue prov (...)
  • 7 La famille de barrique est particulièrement bien représentée en gascon moderne, voir dans Palay S. (...)

2L’origine exacte du mot barricade, dont les premières attestations fournies par les dictionnaires étymologiques datent des années 1570, est encore débattue. Pour certains, il serait dérivé de barrique (mot d’Aquitaine comme le signale le dictionnaire de R. Estienne de 15492 et qui a été emprunté par le français au milieu du xve siècle) avec le suffixe ade3 particulièrement développé au xvie siècle et d’origine méridionale (provençal, espagnol, italien). Pour d’autres, il proviendrait de barriquer, avec l’influence du provençal barricado, de barricare « fermer avec une barre »4. Toutefois, les premiers exemples connus de barriquer, dérivé de barrique, sont postérieurs à 15705 et la date d’apparition du mot barricado en provençal est inconnue6, même s’il semble bien que le mot date du xvie siècle, puisqu’en anglais dans ses premières attestations dans les années 1590 coexistent les formes barricade et barricado. On pourrait aussi songer – comme l’y invitent la forme barrique venue d’Aquitaine et la localisation des premières attestations du mot barricade – à un emprunt au gascon barricade, mais là encore, on ne sait si le mot gascon qui signifie « barricade » et « contenu d’une barrique » est antérieur au français7. Dans toutes les hypothèses, toutefois, le mot est mis en relation avec barrique.

  • 8 Selon le TLF, le passage d’un sens à l’autre « reste peut-être lié au sémantisme de termes issus d (...)
  • 9 Bloch O. et von Wartburg W., Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1968.
  • 10 Dauzat A., Dubois J., Mitterand H., Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Paris, Larous (...)
  • 11 L’exemple le plus précoce de ce mot, très employé par d’Aubigné, date de Cholières, Les apresdisné (...)

3L’évolution sémantique du mot est aussi sujette à caution. A en croire le Trésor de la langue française, le terme est attesté tout d’abord au sens d’« ensemble de barriques » chez Ambroise Paré, puis de « retranchement formé de l’amoncellement de divers objets » chez Biaise de Monluc8 et est utilisé, au pluriel, au sens de « soulèvement au cours duquel ont été dressées des barricades » à partir du dictionnaire de Furetière (1690). Cette chronologie est fautive. Le Trésor de la langue française donne le sens premier avec pour mention de date, xvie siècle, et le sens second avec la date de 1571 : or le texte de Paré a été publié en 1585 et l’emploi au pluriel pour désigner le soulèvement existe bien dès le xvie siècle. Quant au dérivé barricader, les dictionnaires étymologiques en attribuent la paternité en 1588 à Estienne Pasquier9 (dans une lettre datée du 20 mai 1588, mais publiée en 1597) ou à Pierre de L’Estoile10 (dans son journal publié en 1621) et notent que ce verbe est en concurrence avec barriquer, alors tout récent dans la langue française11.

4A la première attestation connue de barricade est donc attaché le nom de Biaise de Monluc, originaire de Guyenne. La date de 1571, fournie dans les rubriques étymologiques, correspond en fait à la date présumée de rédaction des Commentaires, puisque l’œuvre de Monluc, mort en 1577, ne sera publiée qu’en 1592. Monluc utilise très volontiers le terme de barricade, par exemple lorsqu’il relate l’attaque de Mont-de-Marsan de septembre 1569 :

  • 12 Monluc B. de, Commentaires, éd. P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, p. 719.

« Les ennemis tirarent droict au pont, le long d’une grande rue, là où ils avoient faict une barricade, laquelle tous ne purent pas gaigner »12

5ou le siège de Rabastens en juillet 1570 où il est monstrueusement défiguré par une balle de mousquet précisément tirée d’une barricade ;

« Il y avoit deux petites chambres qui estoyent de la haulteur d’une longue picque ; et d’ad-vantage les ennemis deffendoyent ces chambres de bas en haut, de sorte qu’homme des nostres ne pouvoit montrer la teste qu’il ne fust veu. Et commencèrent noz genz à tirer à grands coups de pierre là-dedans et eulx aussi en tiroyent contre nous, mais l’advantage estoit aux nostres, qui tiroyent contre bas. J’avois faict pourter trois ou quatre eschelles auprès du bord du fossé et comme je me retoumay en arrière pour commander que l’on apportast deux eschelles, l’arquebusade me fust donnée par le visage du coing d’une barricade qui touchoit à la tour : je croy qu’il n’y avoit pas là quatre arquebousiers, car tout le reste de la barricade avoit esté mis par terre de deux canons qui tiroyent au flanc. Tout à un coup je fuz tout sang, car je le jettois par la bouche, par le nez et par les yeux ».

6Le mot désigne donc chez Monluc dans un contexte militaire un « retranchement formé de l’amoncellement de divers objets ». C’est aussi dans la description d’un siège que le mot se trouve utilisé par Ambroise Paré, le siège de Metz de 1552, dont il fait la relation dans sa dernière œuvre, Apologie, et traité contenant les voyages faits en divers lieux, rédigée en 1584 et publiée dans l’édition de ses œuvres complètes de 1585 ; les deux occurrences de barricade dans le même passage ont un sens différent ; dans un premier cas, il s’agit de projectile enflammé, dans le second cas, d’un élément de protection au même titre que les tonneaux ; il semble en fait que Paré prenne le terme comme synonyme de barrique :

  • 13 L’expression désigne des pierres.
  • 14 Œuvres complètes d’Ambroise Paré, éd. J.-F. Malgaigne, Paris, Baillière, 1840-1841, t. iii, p. 705

« Generalement tous les assiégés delibererent de valeureusement se defendre avec toutes machines de guerre : à sçavoir, de braquer et charger l’artillerie (à la pantiere de la breche) de boulets, cailloux, clous de charrette, carreaux, et chaisnes de fer : aussi toutes especes et differences d’artifices de feu, comme boettes, bariquades, grenades, pots, lances, torches et fusées, cercles entourés de chausses-trappes, fagots bruslans : d’abondant eau bouillante et plomb fondu, et poudre de chaux vive pour leur crever les yeux. Aussi eust-on percé les maisons de costé et d’autre pour y loger des harquebusiers, pour les battre en flanc et les haster d’aller, ou les faire du tout demeurer. Pareillement on eust donné commission aux femmes de depaver les rues, et leur jetter par les fenestres des misches de sainct Estienne13, busches, tables, bateaux, bancs et escabelles, qui leur eussent effondré la cervelle. D’avantage il y avoit un peu plus avant un gros corps de garde remparé de charrettes et palissades, tonnes et tonneaux, et bariquades remplis de terre pour servir de gabions, entrelardés de fauconneaux et faucons, pieces de campagne, harquebuses à crocq, et harque-buses et pistoles, et artifices de feu, qui leur eussent rompu jambes et cuisses, de façon qu’ils eussent esté battus en teste, en flanc et en queuë ; et où ils eussent forcé ce corps de garde, il y en eust eu d’autres aux carrois des rues, de cent pas en cent pas, qui eussent esté autant mauvais garçon ou plus que les premiers ; et n’eust esté sans faire beaucoup de femmes vefves et orfelins »14.

  • 15 Le seul emploi du mot barricade dans l’ensemble des Essais de Montaigne se trouve dans une correct (...)
  • 16 C’est ainsi que Pasquier la nomme dans sa correspondance. Voir Pasquier E., Lettres historiques po (...)

7Les hésitations de Paré militeraient en faveur d’un mot qui ne lui est pas vraiment familier et non entré dans la langue commune, alors que chez Monluc c’est tout naturellement que le terme vient sous sa plume, ce qui pourrait renforcer l’hypothèse de l’origine gasconne du terme. Il est remarquable qu’aussi bien chez Monluc que chez Paré qui racontent leurs campagnes, l’un comme lieutenant du roi en Guyenne, l’autre comme chirurgien, le mot apparaisse dans une guerre de siège ; c’est dans des récits militaires que l’on pourrait trouver d’autres occurrences de ce mot. Toutefois ce n’est ni Monluc, en raison de la date de publication de ses Commentaires, ni Paré chez qui le mot a d’autres acceptions que celle qui deviendra traditionnelle, qui divulguent le mot, mais les événements de 158815 ; le 12 mai est vite connu comme la journée des barricades16, qui donne lieu à maints récits.

8A comparer les premières définitions qui sont fournies par les dictionnaires du xviie siècle (Cotgrave, Richelet, Furetière, Académie), c’est celle de Richelet qui rend le mieux compte de la spécificité de ces barricades :

  • 17 Richelet, Dictionnaire francois, J. Herman, Widerhold, 1680 (avenue signifie « chemin par où l’on (...)

« Chaînes qu’on tend aux avenuës des rues des viles, barriques, ou autres choses qu’on met aux avenues des ruës pour se défendre et arréter l’éfort de l’ennemi »17.

9Selon l’auteur de l’Histoire tres-veritable de ce qui est advenu en ceste vile de Paris, depuis le septiesme de may 1588, jusques au dernier jour de Juin ensuyvant, publiée en 1588 :

  • 18 Cimber L. et Danjou F, Archives curieuses de l’histoire de France, Paris, Beauvais, 1836, t. xi, p (...)

« Tous ceux dudict quartier (la rue Neufve-Nostre-Dame) s’assemblèrent avec armes, tirèrent leurs chesnes aux nez desdicts suisses sans qu’ils sonnassent un mot, se barricadèrent derrière lesdictes chesnes avec des muids qu’ils remplirent de pavé et sable de rue »18.

10Selon Pierre Victor Cayet :

  • 19 Cayet P.-V, Chronologie novenaire, Paris, J. Richer, 1608, f. 47 r°.

« Aussi tost que quelques uns des Seize qui demeuroient en la ruë neufve veirent que les Suisses se mettoient dans le Marché-neuf, il firent tendre la chesne de la rue neufve nostre Dame, la font border de muids, et tous ceux de leur faction (dont il y en avoit nombre en ces quartiers la) borderent incontinent ceste barricade de mousquets »19.

11Selon le récit manuscrit d’un bourgeois de Paris à la fin de mai 1588 :

  • 20 Archives curieuses..., t. xi, p. 383.

« Ce jour enseigna aux Parisiens le vray moyen de se fortifier chacun en son quartier, beaucoup plus fort et asseuré par telles barricades que par les chesnes bandées et estendues : et croit-on, quand mesmes les portes seroient toutes ouvertes que cent mil hommes ne sçauroient forcer la ville barrée et accommodée de la façon qu’elle estoit, tant par les rues que par les fenestres. Je vis en quelques-unes de ces barricades des enclumes de mareschaux, de grosses poultres de maisons et des vaisseaux remplis de gros grez et pierres de pavez »20.

12Il évoque ainsi le passage de la reine mère, à travers les barricades jusqu’à la Sainte chapelle :

« pour lui faire passage on oste un barrique par chacune barricade par où elle passoit, et soudain on le remettoit en son lieu pour serrer le passage ; elle monstroit un visage riant et assseuré sans s’estonner de rien ».

  • 21 Ibid., p. 373 : « Le peuple cependant s’eschaufoit petit à petit en la besoingne de leurs barricad (...)

13Ces deux derniers extraits montrent que barricade est aussi bien rapproché de barrique que de barrer21.

  • 22 Archives curieuses..., t. xi, p. 382.

14Le bourgeois de Paris a auparavant relevé « le merveilleux accord et consentement entre tous les habitants de ceste ville »22 qui ont dressé avec une hardiesse et une promptitude exceptionnelles des barricades dans tous les quartiers. Le récit que, dans son Histoire universelle, d’Aubigné fait de la journée des Barricades laisse entendre que le mot s’est répandu commme une traînée de poudre et semble même avoir fonctionné comme un mot de passe :

  • 23 Expression signifiant « jeter le dé », d’où « engager une affaire ».
  • 24 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. vii, 1985-1988, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1993, p. (...)

« Le peuple ayant presque partout fermé les boutiques et appuyé les portes, en mesme temps les plus esloignez du Louvre furent les plus prests à livrer de chance23. Le Comte de Brissac trouvant à l’Université quelques escoliers les premiers en ru, leur fit commencer une barricade, et de là ce nom courant partout, chascun voulut monstrer qu’il en avoit veu faire. L’effect suivit le nom par tout ce vaste corps, et celles qui affrontoyent les Suisses furent les plus hautes »24.

  • 25 La critique interne montre que cette relation est postérieure à la mort d’Henri III.
  • 26 Cayet, op. cit., f. 47r° : « Tous ceux de ceste faction sortirent incontinent avec leurs armes, ch (...)

15En fait, 1’« invention de ces barricades » remonte à 1587 si l’on en croit Le Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant25, publié en 1593, plusieurs fois réimprimé en 1594 et cité par Cayet26 :

  • 27 Le maheustre désigne le soldat partisan d’Henri IV.
  • 28 Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, 1594, f. 56 v° (référence abrégée par la suite en Dial (...)

« Maheustre27
Mais s’il eust fallu faire quelque entreprise, ou se defendre contre la force du Roy, estoit il en leur puissance d’y resister ?
Manant
Je vous diray, il ne se parloit entr’eux d’aucune entreprise, mais seulement tendoient à la defensive au cas que l’on voulust attenter aux Catholiques, et de fait l’invention des Barricades estoit resolue entr’eux plus d’un an au paravant l’effect d’icelles pour se defendre seulement, et non pour entreprendre ny commencer »28.

16Le procez verbal d’un nommé Nicolas Poulain, lieutenant de la Prevosté de L’isle de France, qui contient l’histoire de la Ligue, depuis le second Janvier 1585, juques au jour des Barricades, escheües le 12 May 1588, qui dénonça au roi en 1587 les projets des ligueurs pour se saisir des places fortes de la ville lors du retour de Guyenne du duc de Mayenne, est particulièrement explicite et suggère que le projet des barricades tiendrait au souci de maîtriser les éléments incontrôlés :

  • 29 Archives curieuses..., t. xi, p. 299. Ce texte qui est donné par Cimber et Danjou a été imprimé en (...)

« mais quant au Louvre, qu’ils trouvoient un peu plus malaisé, ils le devoient bloquer et assiéger par les avenues des rues, puis deffaire les gardes du Roy ou les affamer, afin de se saisir de Sa Majesté et de ceux qui seroient dedans le Louvre. Sur quoy il leur fut remontré qu’il y avoit dans la ville une grande quantité de voleurs et gens méchaniques, qui pas-soient le nombre de six, voire de sept mille, qui n’estoient advertis de l’entreprise, lesquels il serait malaisé de retenir, s’estans une fois mis à piller ; que leur bande serait une pelote de neige qui grossirait tousjours et enfin apporterait ruine et confusion totale à l’entreprise et aux entrepreneurs. Sur cest advis, qui sembla considérable et très pertinent, fut proposé l’invention des barricades, suivies et approuvées, finalement conclues, assavoir que, joignant chacune chaîne, il serait mis des tonneaux pleins de terre pour empescher le passage, et que, si tost que le mot serait donné, nul ne pourrait passer par les rues que ceux qui auraient le mot et la marque pour passer, et que chacun en son quartier ferait la barricade suivant les mémoires qu’on leur envoyeroit. Seulement quatre mil hommes passeraient par les dictes barricades, tant pour aller au Louvre rompre les gardes du Roy qu’ès aultres Cieux où il y aurait des forces pour Sa Majesté ; par le moyen desquelles barricades ils empescheroient aussi que la noblesse qui estoit logée en divers quartiers ne luy pourrait donner secours, ausquels on devoit couper la gorge, et à tous les politiques qui tenoient le party du Roy, spécialement aux suspects de la religion »29.

17Ce n’est peut-être pas un scénario d’étymologie-fiction que d’imaginer que le duc de Mayenne a rapporté avec armes et bagages de Guyenne le mot barricade, bien représenté dans le vocabulaire militaire de cette province comme le montrent les emplois de Monluc.

  • 30 Voir N. Poulain (op. cit., p. 321) « le mercredy, veille des barricades » ou p. 322, « le samedy d (...)
  • 31 Voir Dialogue... f. 48 v° : « Quant aux agents pres des Princes, villes et provinces, je sçay qu’a (...)

18Le procès verbal de Nicolas Poulain où le jour du 12 mai est mentionné sous le nom de Barricades30, tout comme le Dialogue qui évoque à maintes reprises les Barricades31, attestent que l’emploi de barricade au pluriel pour désigner le soulèvement est quasi contemporain des événements de 1588 et non à dater de la fin du xviie siècle.

  • 32 D’Aubigné dans l’Histoire universelle (t. vii, p. 188) souligne « la rhétorique du Duc de Guise qu (...)

19Quant à barricader, ce n’est ni à Pasquier, ni à Pierre de L’Estoile, mais au duc de Guise à qui revient le mérite de la première attestation connue. Dans une lettre du 17 mai 158832, publiée la même année, il s’exprime en ces termes :

  • 33 Coppie d’une lettre escrite au Roy, et extraict d’une autre aux Princes et seigneurs François, le (...)

« Quelques Gentils-hommes de mes amis, estans à Paris pour leurs affaires, me vindrent trouver ; et sur tout Dieu excita miraculeusement tout le peuple à courir unanimement aux armes, et sans conferer ensemble, asseurez de ma presence et de quelque ordre que je mis soudain parmy eux, d’eux mesmes s’allerent accomoder et barricader de tous costez, à dix pas desdites forces estrangeres et d’une si grande promptitude et vehemence, que en moins de deux heures ils feirent entendre ausdites trouppes qu’elles eussent à se retirer à l’instant hors de la ville et faux-bourgs »33.

20Barricader l’emportera sur barriquer que d’Aubigné emploie lorsque dans les Tragiques, il fait référence à la journée des Barricades par l’intermédiaire de Nabuchodonosor :

  • 34 Tragiques, IV, v. 1240.

« Ce fut lors que l’on vid les lions s’embrazer
Et chasser, barriques, leur Nebucadnezer »34.

21Les relations contemporaines des événements utilisent plus volontiers la forme barricader. C’est le terme qui vient sous la plume de Sponde en 1589 dans son Advertissement au roy :

  • 35 Sponde J. de, Œuvres littéraires, éd. A. Boase, Genève, Droz, 1978, p. 326.

« Qui eût dit, il y a deux ans, que les Parisiens se seraient barricadés contre leur Roi, qu’ils l’auraient chassé de son siEge, de sa Ville capitale. On n’en eût jamais cru les Devins, on ne l’a pas même bonnement cru après qu’il est advenu, on s’est toujours forgé quelque remords, quelque reconnoissance en eux, et n’eût on pas encore cru leur endurcissement. Cependant on l’a vû, on en est encore là. Et tant d’autres Villes, qui ont suivi ce chemin, qui se sont élancées au même précipice de rebellion avec leur Chef, qui se roidissent tout de même ? »35.

22Mentionnons incidemment que ce précipice qu’évoque Sponde a un nom au xvie siècle, la barricave ou barricane, mot qui ne survivra pas au xvie siècle, alors que la barricade était promue à une belle carrière politique.

  • 36 Libelle rédigé par le baron de Verderonne, reproduit dans 52 Mazarinades, présentées par Hubert Ca (...)

23Les barricades de la Fronde ne diffèrent guère de celles de la Ligue si l’on se réfère à la mazarinade intitulée Agreable récit de ce qui s’est passé aux dernieres barricades de Paris. Faites le 26 Aoust 1648. Descrites en vers Burlesques36 :

« Faisons un tour parmy les rues,
Par tout les chaisnes sont tendues,
Des caves on sort des tonneaux,
On amene des tombereaux
Des chariots et des charrettes,
On appreste les escoupettes,
Et nos Bourgeois tous resolus,
Vieux soldats tout frais esmoulus
Sont attachez aux Barricades
Comme forçats à leurs rocades ».

24Elles sont traditionnellement connues également comme journées des Barricades. Alors que l’édition du dictionnaire de l’Académie de 1932 ne mentionnait pas d’exemple particulier, l’édition actuelle en cours de rédaction et dont la première partie a été publiée en 1993 indique sous le sens d’« émeutes populaires » ; « les journées des Barricades en 1588 et 1648 furent parmi les plus violentes émeutes parisiennes ». En 1867, dans le Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Pierre Larousse explique que seules les journées de 1588 et 1648 ont été ainsi nommées car, dans leur cas, « les barricades furent le drame tout entier qui en prit le nom, tandis que dans nos révolutions modernes elles ne présentent qu’une face des bouleversements auxquels elles ont servi de prélude : accessoire caractéristique, il est vrai mais qui s’efface devant la grandeur tragique du déroulement ».

25Chateaubriand souligne la différence des barricades de son temps avec celles du xvie siècle :

  • 37 Id., ibid, p. 600.

« pourquoi nos dernières barricades, dont le résultat a été puissant, gagnent-elles si peu à être racontées, tandis que les barricades de 1588, qui ne produisirent presque rien, sont si intéressantes à lire ? »37.

  • 38 Il n’y a dans la base de données Frantext aucun exemple de barricade ou barricader dans les textes (...)
  • 39 Hugo V, Correspondance (1849-1866), Paris, Ollendorff, 1950, p. 388.

26Mais c’était avant que Hugo n’érige et n’immortalise celles de 1832 dans ses Misérables. La barricade y tient une place prépondérante, comme le prouve la récurrence du mot (pas moins de 338 emplois du substantif ou du verbe, soit près du tiers des emplois recensés par la banque de données Frantext qui a relevé 1188 occurrences dans les 3 346 textes du xvie au xxe siècle entrés dans la base38). Hugo précise lui-même que la barricade est un des « grands intérêts du livre »39. Il évoque aussi souvent dans sa correspondance la place des barricades où il séjournait à Bruxelles :

  • 40 Hugo V, Correspondance (1867-1873), Paris, Ollendorff, 1952, p. 131.

« Nous avions fait ce beau rêve de vous avoir tous les deux à notre table douce et intime de la place des barricades »40

27ou encore :

  • 41 Id., ibid, p. 63.

« Tâchez de donner cette fête à la place des barricades (j’aime ce nom) »41.

  • 42 Voir dans la base de données Frantext, des emplois multiples de barricade dans Zola, La débâcle ; (...)

28On retrouve certes dans la production romanesque du xixe siècle la barricade, chez Flaubert, dans l’Education sentimentale, par exemple, mais jamais avec cette prégnance qui en fait un des acteurs majeurs du drame42.

  • 43 Voir les exemples de R. Martin du Gard et G. de Pourtalès cités dans l’article barricade du TLF.

29Il ne m’appartient pas ici de faire l’histoire de la barricade à l’époque moderne, de souligner la variété des matériaux employés, mais simplement de mentionner qu’au xixe comme au xxe siècle, le sens concret de barricade reste toujours le sens dominant, comme en attestent les barricades de 1968, parfois en relation avec le verbe barrer. Les emplois figurés du type barricade d’arguments ou barricade des cœurs43 sont des créations isolées. Seule s’est imposée au xxe siècle l’expression être du même côté de la barricade. Barrès l’attribue à Clemenceau en 1906 :

  • 44 Barrès M., Mes cahiers, t. 5, 1906-1907, Paris, Plon, 1982, p. 13, cité par le TLF.

« Il disait aux environs du 1er mai aux révolutionnaires : “Nous ne sommes pas du même côté de la barricade” »44.

30Péguy donne la même paternité dans un long passage des Cahiers de la quinzaine où il dénonce la bureaucratie :

  • 45 Péguy C., La République... Notre royaume de France, textes politiques choisis par Denise Mayer, Pa (...)

« M. Georges Clemenceau a fait aussi un certain sort au mot barricade, un sort nouveau, en parlant de ceux qui sont de l’un et de l’autre côté, qui ne sont pas du même côté de la barricade. Ce n’était malheureusement qu’une boutade de journaliste. Et peut-être un souvenir de romantique. La barricade n’est plus aujourd’hui le grand instrument social et politique, le grand appareil de gouvernement ou de révolution, le grand appareil de discernement. Ce n’est plus la barricade aujourd’hui qui discerne, qui sépare en deux le bon peuple de France, les populations du royaume. C’est un beaucoup plus petit appareil, mais infiniment plus répandu aujourd’hui, qu’on nomme le guichet. Quelques cadres de bois, plus ou moins mobiles, un grillage métallique, plus ou moins fixé, font tous les frais d’un guichet. C’est pourtant avec cela, c’est avec ce peu que l’on gouverne la France très bien. Format bon ordinaire. Au lieu qu’il fallait des tonneaux, et même des barriques, et si j’ai bonne mémoire des omnibus, presque des immeubles, pour faire une barricade »45.

31Barricader, du sens de « fermer avec une barricade », a pris par extension le sens de « fermer solidement », d’où l’emploi fréquent de syntagmes comme portes barricadées, fenêtres barricadées. Se barricader est utilisé aussi au sens de « s’enfermer » et le verbe est déjà relevé dans son emploi figuré dans l’édition de 1694 du dictionnaire de l’Académie :

« On dit fig. quand un homme s’enferme dans une chambre pour ne voir personne qu’il s’y est barricadé ».

  • 46 « Je me suis mis à ce coing pour me barricader », IV, 2.
  • 47 Sartre J.-P, Les mots, Paris, Gallimard, 1964, p. 165.
  • 48 Chateaubriand R., Les Mémoires d’Outre-tombe, éd. M. Levaillant, Paris, Flammarion, t. iii, p. 651
  • 49 Diderot D., Les Bijoux indiscrets, 1748, ch. XLVII.

32Selon le Trésor de la langue française, c’est en 1611 dans une comédie de Larivey, Tromperies, qu’apparaît cette acception du verbe46. Sartre parlera de « se barricader dans le présent »47, Chateaubriand de « se barricader contre l’Europe »48. Le verbe est ainsi beaucoup moins spécialisé que la barricade. Le bijou voyageur dans les Bijoux indiscrets de Diderot49 ne se plaint-il pas qu’à Constantinople, « les bijoux sont barricadés » ?

  • 50 Chateaubriand R., op. cit., p. 599 : « Au reste, les barricades sont des retranchements qui appart (...)
  • 51 Sur les 1 188 occurrences du corpus Frantext, respectivement 2 et 3 occurrences.
  • 52 Selon le TLF dans les Mémoires de Pierre de L’Estoile (1ère partie p. 261), sous la forme barricad (...)
  • 53 Selon le TLF, comme substantif dans Halévy L., Carnets, 2, 5 et, en 1881, comme adjectif dans Valè (...)

33Il faut relever la grande stabilité sémantique de la barricade. Des barricades de 1588 à celles de mai 1968, pour le lexicologue, elles n’ont guère changé, sinon que, selon les époques et les matériaux utilisés, on est plutôt derrière, dans ou sur les barricades et que le lien étymologique avec barrique n’est plus perçu, seul survivant le rapprochement avec barrer. Elles sont, depuis leur origine, associées aux émeutes parisiennes, de telle façon qu’il a pu se créer un « mythe du Paris des barricades » qui frappe l’imaginaire des romanciers50. Dans la famille de mots de barricade, où dominent barricade et barricader, il existe aussi des mots plus rares51, le substantif barricadeur, déjà employé au début du xviie siècle52 pour désigner l’insurgé, et barricadier53, substantif et adjectif, apparu en 1870. Il est à parier que la réflexion menée dans ce colloque devrait assurer à l’adjectif conceptuel barricadier, barricadière, au sens de « relatif à la barricade », une belle carrière.

Notes

1 Voir T. E. Hope (Lexical borrowings in the romance languages, Oxford, Blackwell, 1971, p. 326) qui note que le mot fut popularisé partout en Europe comme un résultat de la fameuse journée des barricades (voir l’anglais et l’allemand). La première attestation du mot en italien dans Davila, Dell’istoria delle guerre civili di Francia (1623) décrit des événements français et les étymologistes espagnols donnent le mot espagnol comme d’origine française (la première attestation en 1623 faisant référence aux Français).

2 Ménage (Dictionnaire étymologique, 1750) donne le mot avec la mention « mot du Languedoc ».

3 Le Trésor de la langue française, Paris, CNRS, 1975 (abrégé par la suite en TLF), s.v. barricade, récuse un emprunt direct à l’italien, la forme barricata n’étant attestée qu’à partir du xviiie s., mais note que la formation française a pu être faite par analogie avec des mots de même domaine sémantique empruntés alors à l’italien, comme gabionnade. A. Rey (Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992) reprend textuellement l’ensemble des données du TLF.

4 Voir le Grand Robert de la langue française (2e éd.), 1985.

5 Voir infra note 11.

6 Le terme est absent du lexique provençal-français donné par P. Pansier, Histoire de la langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, t. iii, Avignon, Aubanel, 1927 et les recherches qu’a obligeamment entreprises Suzanne Thiolier, directrice de l’Institut de langue d’oc de l’Université de Paris IV, ont été infructueuses.

7 La famille de barrique est particulièrement bien représentée en gascon moderne, voir dans Palay S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, CNRS, 1991, barrica, barricayre, « tonnelier », barricada, « barricader », barricaù, « relatif à la barrique », barricot, « baril », barrricote, barricoutét, « petit baril », barriquejà, « faire rouler des barriques » ; également Honorat S.J., Dictionnaire provençal-français. Digne, Repos, 1846, barrica, « barrique », barricadar « barricader », barricane « tonnelier », barrico, « petit baril », barricoutier, « tonnelier ».

8 Selon le TLF, le passage d’un sens à l’autre « reste peut-être lié au sémantisme de termes issus du rad. de barre, notamment barrer (cf. latin médiév. barrica pour barrium « enceinte, faubourg » dans Du Cange, s.v. barrium et savoy. barricada « fermer ou consolider avec une ou plusieurs barres » dans FEW, t. i, p. 331 b.) ». En fait, il y a une erreur de chronologie.

9 Bloch O. et von Wartburg W., Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1968.

10 Dauzat A., Dubois J., Mitterand H., Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Paris, Larousse, 1964.

11 L’exemple le plus précoce de ce mot, très employé par d’Aubigné, date de Cholières, Les apresdisnées, 1585, p. 232 (ex. cité par Huguet E., Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Champion, 1925), le TLF attribuant fautivement au moyen français un exemple de la chronique de Cayet.

12 Monluc B. de, Commentaires, éd. P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, p. 719.

13 L’expression désigne des pierres.

14 Œuvres complètes d’Ambroise Paré, éd. J.-F. Malgaigne, Paris, Baillière, 1840-1841, t. iii, p. 705.

15 Le seul emploi du mot barricade dans l’ensemble des Essais de Montaigne se trouve dans une correction manuscrite postérieure à 1588 : « Un homme de vocation juridique, mené ces jours passés voir une estude fournie de toutes sortes de livres de son mestier, et de toute autre sorte, n’y trouva nulle occasion de s’entretenir. Mais il s’arrete à gloser rudement et magistralement une barricade logée sur la vis de l’estude, que cent capitaines et soldats rencontrent tous les jours, sans remarque et sans offence ». Les Essais, 1, XVII, éd. P. Villey, Paris, PUF, 1965, p. 72.

16 C’est ainsi que Pasquier la nomme dans sa correspondance. Voir Pasquier E., Lettres historiques pour les années 1556-1594, éd. D. Thickett, Genève, Droz, 1966, p. 312, 324 (lettres de 1588).

17 Richelet, Dictionnaire francois, J. Herman, Widerhold, 1680 (avenue signifie « chemin par où l’on aborde »). Voir Cotgrave, A dictionarie of the French and English Tongues, 1611 : « A barricado ; a defense of barrels, timber, pales, earth, or flones, beaped up, or closed together, and serving to stop up a street, or passage, and to keepe off shot etc. », le Dictionnaire de l’Académie, 1694 : « Espece de retranchement qu’on fait ordinairement avec des barriques remplies de terre, pour se defendre, se mettre à couvert de l’ennemi » et Furetière, Dictionnaire universel, 1690 : « Defense et fortification, ou retranchement qu’on fait à la haste avec des barriques, des charrettes, poutres ou arbres abatus pour garder quelque passage. On en fait aussi derriere la porte d’une chambre en la fermant avec des verrous, des barres, des cofres, etc. Les Barricades de la Ligue, celles de la guerre de la Fronde faites à Paris au mois d’Aoust 1648. »

18 Cimber L. et Danjou F, Archives curieuses de l’histoire de France, Paris, Beauvais, 1836, t. xi, p. 336 (référence abrégée par la suite en Archives curieuses...).

19 Cayet P.-V, Chronologie novenaire, Paris, J. Richer, 1608, f. 47 r°.

20 Archives curieuses..., t. xi, p. 383.

21 Ibid., p. 373 : « Le peuple cependant s’eschaufoit petit à petit en la besoingne de leurs barricades, tellement qu’en peu d’heures ils eurent barré les rues en plusieurs endroits de la ville ». Voir également les Mémoires de la ligue, 1602, t. ii, p. 346 : « Et generalement commença-on à se barriquader par tout de trente en trente pas, et à tendre les chaines. Les barriquades fort bien flanquées, et bien munies d’hommes pour les defendre. Tellement qu’il ne fut plus question d’aller par tout Paris, sans mot de guet, passeport ou particuliers billets des Capitaines ou Colonnels des quartiers ».

22 Archives curieuses..., t. xi, p. 382.

23 Expression signifiant « jeter le dé », d’où « engager une affaire ».

24 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. vii, 1985-1988, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1993, p. 184.

25 La critique interne montre que cette relation est postérieure à la mort d’Henri III.

26 Cayet, op. cit., f. 47r° : « Tous ceux de ceste faction sortirent incontinent avec leurs armes, chacun se rend au corps de garde de son quartier, et (comme rapporte le livre du Manant et du Maheustre) suyvant la resolution qu’ils en avoient prise entr’eux plus d’un an devant, ils se barricaderent par toute l’Université. »

27 Le maheustre désigne le soldat partisan d’Henri IV.

28 Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, 1594, f. 56 v° (référence abrégée par la suite en Dialogue...).

29 Archives curieuses..., t. xi, p. 299. Ce texte qui est donné par Cimber et Danjou a été imprimé en 1621 à la suite du texte de Pierre de L’Estoile, Journal des choses memorables advenuës durant tout le Regne de Henry III Roy de France et de Pologne. Nicolas Poulain, qui a trahi les ligueurs, a été largement récompensé par le roi en mai et septembre 1588 (voir Archives curieuses..., t. x, p. 432, où dans les comptes de dépenses d’Henri III est évoquée à son propos la récompense pour « le service de Sa Majesté en certain lieu et endroit dont elle ne veult estre cy faict mention ni declaration »).

30 Voir N. Poulain (op. cit., p. 321) « le mercredy, veille des barricades » ou p. 322, « le samedy d’apres les barricades ».

31 Voir Dialogue... f. 48 v° : « Quant aux agents pres des Princes, villes et provinces, je sçay qu’au commencement et devant les Barricades ils en ont eu par tout, et envoyoient de ville en ville et de province en province, personnes honnestes de qualité et de creance pour porter parole et advertir leurs confederez de ce qui se passoit à Paris, et aussi pour en instruire ceux qui ignoroient, et ne sçavoient que c’estoit que la ligue : et à la suscitation, frais et diligences des seize, toutes les provinces et villes qui sont de l’Union, y ont esté appellees, et pratiquees dés auparavant les Barricades. Et par ce moyen de telles pratiques et instruction, quand l’effect des Barricades est advenu et l’occasion presentee, les villes n’ont fait difficulte de faire le semblable... ».

32 D’Aubigné dans l’Histoire universelle (t. vii, p. 188) souligne « la rhétorique du Duc de Guise qui escrit à ses partisans d’un style doux et triomphant ».

33 Coppie d’une lettre escrite au Roy, et extraict d’une autre aux Princes et seigneurs François, le 17 jour de May dernier. Par Monseigneur le Duc de Guise, Pair et grand Maistre de France, Paris, D. Millot. L’édition du même texte publiée en 1588 sans nom d’imprimeur offre la graphie barriquader ; celle de 1588, qui est faite sur la copie de Didier Millot, la graphie baricarder.

34 Tragiques, IV, v. 1240.

35 Sponde J. de, Œuvres littéraires, éd. A. Boase, Genève, Droz, 1978, p. 326.

36 Libelle rédigé par le baron de Verderonne, reproduit dans 52 Mazarinades, présentées par Hubert Carrier, Paris, Edhis, 1982.

37 Id., ibid, p. 600.

38 Il n’y a dans la base de données Frantext aucun exemple de barricade ou barricader dans les textes du xvie siècle dépouillés. L’emploi dans l’œuvre de Sponde se trouve dans la base de données de textes du xvie siècle EQUIL XVI.

39 Hugo V, Correspondance (1849-1866), Paris, Ollendorff, 1950, p. 388.

40 Hugo V, Correspondance (1867-1873), Paris, Ollendorff, 1952, p. 131.

41 Id., ibid, p. 63.

42 Voir dans la base de données Frantext, des emplois multiples de barricade dans Zola, La débâcle ; Leroux, Rouletabille chez le tsar ; Anatole France, Le petit Pierre ; Malraux, L’espoir ; Abellio, Heureux les pacifiques.

43 Voir les exemples de R. Martin du Gard et G. de Pourtalès cités dans l’article barricade du TLF.

44 Barrès M., Mes cahiers, t. 5, 1906-1907, Paris, Plon, 1982, p. 13, cité par le TLF.

45 Péguy C., La République... Notre royaume de France, textes politiques choisis par Denise Mayer, Paris, Gallimard, 1946, p. 203, repris de De la situation faite au parti intellectuel dans le monde moderne devant les accidents de la gloire temporelle, Paris, Cahiers de la quinzaine, 1908.

46 « Je me suis mis à ce coing pour me barricader », IV, 2.

47 Sartre J.-P, Les mots, Paris, Gallimard, 1964, p. 165.

48 Chateaubriand R., Les Mémoires d’Outre-tombe, éd. M. Levaillant, Paris, Flammarion, t. iii, p. 651.

49 Diderot D., Les Bijoux indiscrets, 1748, ch. XLVII.

50 Chateaubriand R., op. cit., p. 599 : « Au reste, les barricades sont des retranchements qui appartiennent au génie parisien : on les retrouve dans tous nos troubles, depuis Charles V jusqu’à nos jours » ; Green J., Journal, 1.1, Paris, Plon, 1938, p. 206 : « Le plus singulier talent des parisiens, c’est celui d’élever des barricades en très peu de temps et avec tout ce qui leur tombe sous la main » ; Gracq J., En lisant, en écrivant, Paris, Corti, 1981 : « Il y a eu un mythe de Paris, un mythe à la vie tenace, mais qui s’est effondré brutalement dans les trente dernières années. Il est né après 1789, et surtout après 1830... sous une forme politique et belliqueuse, celle de Paris-lumière-des-révolutions ; à cette époque, c’est le pavé, le brûlant pavé de Paris, toujours près à se soulever en barricades, qui est le symbole dynamique, explosif de la ville. La Commune prolongera ce mythe jusque sous la Troisième République ; sa récurrence fera pousser encore, comme une parodie tardive, les barricades de 1968 ».

51 Sur les 1 188 occurrences du corpus Frantext, respectivement 2 et 3 occurrences.

52 Selon le TLF dans les Mémoires de Pierre de L’Estoile (1ère partie p. 261), sous la forme barricadeux.

53 Selon le TLF, comme substantif dans Halévy L., Carnets, 2, 5 et, en 1881, comme adjectif dans Valès J., Le Bachelier, p. 154.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540