Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

L'invention de la barricade

La barricade avant la barricade

Anne-Marie Cocula

Texte intégral

112 mai 1588 : les barricades entrent dans l’histoire de France ou, plutôt, dans celle de Paris. Cette « journée des barricades », loin d’être le fruit d’une improvisation populaire, est le résultat d’une mobilisation politique et militaire orchestrée par la Ligue et le duc de Guise. Ils s’opposent ainsi à l’entrée dans Paris des compagnies de Suisses et de gardes françaises, au total 4 000 hommes d’armes, que le roi Henri III a fait disposer stratégiquement dès quatre heures du matin. Le résultat dépasse les espérances des Ligueurs : le 13 mai, en fin de journée, Henri III quitte Paris. Le divorce était consommé entre le roi et la capitale de son royaume.

2Conscients de l’importance de cette journée, les contemporains ont laissé des témoignages précis sur la construction des barricades, sur leur fonctionnement et sur leur rôle : ces aspects paraissent fondateurs de l’histoire des barricades et de leur survie à travers siècles dans la mémoire des Parisiens. La rapidité et l’efficacité du dispositif mis en place dans la matinée du 12 mai 1588 incitent à poser trois questions qui n’ont pas encore de réponse assurée : y a-t-il eu une répétition générale antérieure à la journée du 12 mai ? Y aurait-il une préhistoire de la barricade liée à la stratégie des prises de villes durant les guerres de religion ? Enfin, l’invention des barricades de mai 1588 signifie-t-elle la naissance d’un processus révolutionnaire ressenti comme tel par ceux qui l’ont vécu ?

« La feste des sainctes barricades »

  • 1 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), Paris, Gallimard, 1943, p. 551.552.
  • 2 Pasquier E„ Lettres historiques pour les années 1556-1594, Genève-Paris, éd. D. Thickett, Droz, 19 (...)

3Dans son Journal, Pierre de L’Estoile décrit précisément le dispositif de mise en place des forces royales à l’aube du 12 mai 1588 : deux compagnies au Petit-Pont, entre le carrefour Saint-Séverin et l’Hôtel Dieu, une compagnie sur le pont Saint-Michel, quatre compagnies au marché Neuf, quatre compagnies en place de Grève, six compagnies au cimetière des Innocents, et le reste des 4 000 hommes autour du palais du Louvre. Ce dispositif qui associe compagnies de Suisses et de soldats français est à la fois offensif et défensif : d’un côté, on occupe le cœur de Paris, de l’autre, on protège le Louvre où réside Henri III1. Etienne Pasquier souligne bien l’omniprésence des gens armés et la surprise des Parisiens : « le jeudi, douzième, sur la Diane, (le roi) fit entrer toutes ses gardes que l’on dispose par les principaux cantons, aux halles, cimetière Saint-Jean, place de Grève, Marché Neuf, près Notre-Dame, vers le Petit Pont, pour se venir saisir de la place Maubert, les principales rues tapissées, d’un côté et d’autre, de telle manière de gens armés. A notre lever, le peuple voit ce nouvel et inaccoutumé spectacle... »2.

  • 3 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 552.
  • 4 Thou J.-A. de, Histoire universelle, 16 vol. , Londres, 1734, voir vol. x, p. 258. Denis Richet(...)
  • 5 Pasquier E., op. cit., p. 2S6sq.
  • 6 d’Aubigné A., Histoire Universelle, Paris, éd. de Ruble, 1886-1909, 10 vol. , voir t. vii, p. 213.
  • 7 Cité par Barnavi E. et Descimon R., La Sainte Ligue, le Juge et la potence, Paris, Hachette, 1985, (...)

4Sa réplique est immédiate et les témoignages sur la rapidité de construction des barricades concordent, quel que soit le camp où se rangent témoins et historiens du temps. Pierre de L’Estoile, partisan du roi, insiste sur l’intense mobilisation générale de ses adversaires : « Sur ce, incontinent chacun prend les armes, sort en garde par les rues et cantons, en moins de rien tend les chaînes et fait barricades aux coins des rues. L’artisan quitte ses outils, le marchand ses trafics, l’université ses livres, les procureurs leurs sacs, les avocats leurs cornettes, les présidents et les conseillers mêmes mettent la main aux hallebardes. On n’oit que cris épouvantables, murmures et paroles séditieuses pour échauffer et effaroucher le peuple »3. Jacques-Auguste de Thou fait un constat identique, même s’il marque un arrêt dans sa description afin d’exprimer le désarroi des bourgeois et du peuple face à l’entrée des troupes étrangères et à leur quadrillage des quartiers de la capitale : « cependant, l’esprit de révolte, qui avoit commencé à éclater à la place Maubert, se répandit bientôt après dans tous les autres quartiers de Paris : en un moment toutes les chaînes furent tendues, les avenues des places se trouvèrent fermées de barricades »4. Etienne Pasquier est sensible au mouvement de propagation du modèle de la barricade en ce tout début de matinée : « Les soldats du roi voulaient gagner pied à pied la place Maubert ; le peuple commence à se barricader vers la rue Gallande pour leur boucher le passage. Les Suisses ne pouvant passer par ce moyen font halte. A l’exemple de cette barricade, chaque quartier fait le semblable pour fermer le pas aux autres soldats »5. Plus distant et bien éloigné du lieu des opérations, Agrippa d’Aubigné traite en combattant aguerri et quelque peu méprisant la naissance des barricades : « le comte de Brissac, trouvant à l’Université quelques escoliers les premiers en rue, leur fit commencer une barricade, et de là, ce nom courant partout, chascun voulut monstrer qu’il en avoit vu faire. L’effet suivit le nom par tout ce vaste corps »6. Pour plus de détails, le témoignage de Louis de Sainctyon, échevin et capitaine dans son quartier, donne la mesure du piège qui s’est fermé sur les soldats qui viennent d’occuper la ville : « tout le peuple dressa ses chesnes et barricades à cinquante pas l’un de l’autre. De sorte que toutes les garnisons se trouvèrent en un instant enfermées et de fortes barricades gardées de tous les habitants avec armes, et les fenestres des maisons garnies de mousquetaires et harquebuziers, et les auvents abbatus »7. Tel est bien le dispositif des barricades du 12 mai 1588 : ce sont autant de nasses qui tiennent prisonnières les compagnies royales en leur ôtant leur mobilité et leur possibilité de jonction.

  • 8 Pasquier E., op. cit., p. 286sq.
  • 9 Thou J.-A. de, op. cit., volx, p. 238.

5Une telle stratégie suppose une bonne orchestration antérieure que les historiens de la Ligue ont étudiée et dont ils ont bien marqué les étapes : à la fin mars 1588, Guise a imposé aux chefs ligueurs un nouveau découpage militaire de la capitale selon une division en cinq quartiers et des hommes-clés pour les garder avec, à leurs côtés, un réseau de militants qui disposent d’armes et d’argent pour étendre leur pouvoir. Cette organisation porte ses fruits un mois plus tard : ce sont les barricades. Mais quels en furent les initiateurs et les constructeurs ? Pour Etienne Pasquier, le chef d’orchestre en est le duc de Guise qui choisit de rester à Paris et mobilise ses stratèges et fidèles au petit matin : « ... De ce pas il va à la messe avec sa famille à la chapelle de Brac, sur le sept heures, sans porter sur le front aucune marque de crainte. Ce temps pendant, il ne s’endort, ainsi donne ordre de se fortifier par l’entremise de quelques citoyens qui lui étaient voués ; et voyant ses affaires se disposer en quelque espérance de bon train, il envoie le chevalier d’Aumale – un Guise – d’un côté, et le seigneur de Brissac – Charles de Cossé, ligueur proche de Guise – d’un autre, pour sonder le cœur du Parisien. Le seigneur de Brissac prend pour son quartier, la place Maubert, où il arrive sans destourbier ; car combien que les gardes fussent en armes, si avaient-ils commandement, comme on dit, de ne se remuer. Ceux qui suivaient l’un et l’autre seigneur, confirmaient au peuple qu’on vouloit mettre garnisons en nos maisons et nous asservir sous la miséricorde du soldat ; au demeurant que Monsieur de Guise se portait bien »8. Cette version rejoint celle d’Agrippa d’Aubigné qui donne au comte de Brissac le même rôle d’initiateur dans l’édification des barricades. Elle diffère de celle de De Thou, sensible à la mobilisation populaire, « à l’esprit de révolte » des Parisiens et à la chance manquée du roi de reprendre les choses en main : « ces troupes qui, si le Roi eût voulu se servir d’elles, pouvoient dans cette première consternation, où leur arrivée avoit jetté les Parisiens, le rendre maître absolu de cette capitale, étant restées un temps assez considérable sans rien entreprendre, au lieu de répandre la terreur, n’inspirèrent que du mépris au peuple, qui commença à ne les plus regarder que comme des statues de fer immobiles »9.

  • 10 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 554.

6Pierre de L’Estoile concilie ces deux points de vue : il insiste d’abord sur la construction solidaire des barricades, toutes catégories sociales confondues, ensuite, sur la récupération guisarde de ce mouvement populaire : « ... craignant d’être prévenu, (Guise) envoie sous main plusieurs gentilshommes de ses partisans qu’il fait disposer de son ordonnance en chaque canton pour encourager ce peuple assez mutin mais couard, et enseigner aux escadrons et dizaines le moyen de se bien barricader et défendre ». Parmi eux, le comte de Brissac, déjà cité, qui joue là encore le rôle de conseiller en barricade au quartier latin : « ...les bourgeois du carrefour Saint-Séverin qui étaient animés et assistés par le comte de Brissac, qui avait dès le matin gagné le côté de l’université, fait armer les écoliers et fait faire les premières barricades vers la rue Saint-Jacques et le quartier de la place Maubert »10. Tout en laissant la part belle à l’organisation ligueuse, maîtresse du jeu, ces appréciations différentes des rôles du peuple et de la noblesse dans l’édification des barricades sont révélatrices de l’intérêt qu’on leur porte : celui d’un dispositif de protection entre les soldats et la population.

  • 11 Ibid, p. 552-553.

7C’est le déroulement de la journée du 12 mai qui leur confère d’emblée une tout autre dimension. Non seulement le dispositif est en place, mais il tient bon et sa seule présence renforce les Parisiens et affaiblit le roi. Point besoin de mise à l’épreuve pour opérer ce revirement de situation à l’inverse de celui qu’escomptait Henri III : « Au contraire, le roi qui jusques au midi dudit jour était le plus fort, ayant moyens de rompre les intelligences et barricades du Guisard et de ses Parisiens, remet la sienne (son épée) au fourreau, avec défense à tous les siens de tirer leurs épées, seulement à moitié, sur peine de la vie, espérant que la temporisation, douceur et belles paroles, accoiseraient la fureur des mutins et désarmeraient peu à peu ce sot peuple, lequel tout au rebours, l’après-dîner venu, s’étant armé, assemblé et barricadé plus que devant et se sentant fort, commença à regarder de travers les Suisses et soldats français, étant par les rues, et à les braver de contenance et de paroles, les menaçant, si bientôt ils ne se retiraient, de les mettre tous en pièces »11.

  • 12 Ibid, p. 553.

8Dès lors, il semble inutile de s’interroger sur le caractère défensif ou offensif des barricades du 12 mai 1588, leur présence suffit à modifier les données politiques de l’épreuve de force engagée entre le roi et les ligueurs. Ce sont elles qui rallient à la Ligue ceux qui s’étaient rangés du côté du roi. Ce sont elles qui deviennent la pièce maîtresse des tractations entre le roi, ses officiers, Catherine de Médicis et le duc de Guise. Ce sont elles, enfin, qui limitent la propagation de l’émeute qui éclate en cours de journée entre le Petit-Pont et le pont Notre-Dame : le massacre des Suisses qui tentent de s’esquiver avec l’aide des envoyés du roi est perpétré tant à « coups d’arquebuses qu’autres coups de main et de grès et pierre que les femmes et les enfants jetaient par les fenêtres »12.

  • 13 Pasquier E., op. cit., p. 286sq.
  • 14 Journal de L’Estolle, op. cit., p. 554.

9Cette précision, contenue dans le Journal de L’Estoile, met en scène furtivement des femmes et des enfants. S’ils sont absents des barricades, ils sont présents dans les étages des maisons riveraines où ils ont fait provision de munitions prises dans la rue ou au bord de la Seine. Les autres références aux femmes, victimes toutes désignées de la soldatesque entrée dans la capitale, servent à hâter la mobilisation parisienne : « un certain Rodomont de cour, qui avait promis monts et merveilles au roi, voyant que sa promesse s’évanouissait à néant par une fureur désespérée, dit sur le pont Saint-Michel, qu’il n’y aurait femme de bien qui ne passât par la discrétion d’un Suisse, parole qui depuis fut cher vendue au roi, et qui aiguisa grandement la fureur du peuple »13. C’est cette insécurité pleine de menaces que Crillon, l’un des commandants royaux, aurait rappelée la nuit venue pour effrayer les bourgeois qui montent la garde près des barricades et non dans leurs foyers : « ...auquel (Crillon) on n’en voulait pas moins pour avoir été si insolent et vilain en paroles que de menacer les bourgeois de Paris cette nuit-là du déshonneur de leurs femmes, et ce en termes injurieux, sales et impudiques tout outre »14.

« Allons barricader ce bougre de Roi dans son Louvre »

  • 15 Ibid, p. 554.
  • 16 Ibid, p. 554.

10Tel est le mot d’ordre, selon Pierre de L’Estoile, qu’aurait donné dans la soirée un certain La Rivière, avocat de la cour, depuis la barricade qu’il animait, place Maubert. Déjà se dressait l’un de ces héros de barricade que popularisera le xixe siècle. Son appel, si jamais il a été prononcé, permet de mieux comprendre le changement opéré dans le dispositif des barricades entre le 12 et le 13 mai 1588. Elles ont cessé d’être une garantie de protection pour devenir une machine de guerre destinée à enfermer le roi dans son palais. Les témoignages permettent de recouper des signes de mobilité dans le quadrillage des barricades : selon Pierre de L’Estoile, les portes de la capitale sont à nouveau ouvertes et gardées non plus par les soldats du roi mais par les bourgeois de la Ligue15. L’enfermement ne menace plus les ligueurs mais le roi lui-même : « si bien qu’à ce pauvre roi ne demeura que la fausse-porte du Louvre, par laquelle il se pût sauver (ce qu’il fit) la nécessité le pressant »16.

  • 17 Ibid, p. 555.
  • 18 Ibid, p. 556.
  • 19 Ibid, p. 557.

11Fidèle à sa réputation d’intermédiaire, Catherine de Médicis se met à son tour en route pour jouer les bons offices entre Henri III et le duc de Guise afin de persuader ce dernier de rallier le Louvre. Étrange ambassade à travers des barricades qui jouent parfaitement leur rôle : « ... la reine-mère, laquelle tout du long de son dîner n’avait fait que pleurer, prend le chemin vers l’hôtel de Guise pour tâcher de pacifier cette émotion, laquelle était telle qu’à peine put-elle passer jusques là par les rues si dru semées et retranchées de barricades, desquelles ceux qui les gardaient ne voulurent jamais faire plus grande ouverture que pour passer sa chaire »17. Au moment où Guise refuse, le roi est déjà sur le départ pour échapper à la progression des ligueurs vers le Louvre : « ...lequel voyant le peuple continuer en ses armes et en sa furie, et icelle croître et augmenter d’heure en heure, l’hôtel de ville et l’arsenal pris et occupés par le duc de Guise, et les Parisiens ses partisans qui s’étaient approchés des portes du Louvre et commençaient à se barricader contre icelles,...sortit du Louvre à pied, une baguette en la main comme s’en allant, selon sa coutume, promener aux Tuileries »18. Il s’en fallait de peu pour que le piège qu’il avait tendu l’avant-veille aux ligueurs ne se referme sur lui. Henri de Navarre, son beau-frère et futur Henri IV, grand chasseur devant l’éternel, aurait réagi de la sorte aux nouvelles venues de la capitale : « Aux premières nouvelles qui furent apportées au roi de Navarre des barricades de Paris, il ne dit mot, sinon qu’ayant songé un bien peu, étant couché sur son lit vert, il se leva et tout gaiement dit ces mots : « ils ne tiennent pas encore le Béarnais »19.

L’invention des barricades

12Cette technique éprouvée les 12 et 13 mai 1588, a-t-elle fait l’objet d’une répétition générale ? La banalité de la terminologie du temps, jointe à l’absence de description précise de la technique des barricades, laisse à penser que ces dispositifs avaient une existence antérieure à laquelle les journées parisiennes ont donné publicité et renommée. Le jeudi 12 mai aurait-il été surnommé le jour des barricades s’il n’avait pas été suivi de la fuite du roi dès le lendemain ? L’effet de surprise créé par la surrection des barricades se conjugue avec la stupeur née du départ d’Henri III. Au trop-plein d’une capitale envahie d’hommes d’armes et quadrillée de barricades répond le vide causé par la dérobade royale. A court terme, les barricades apportent la victoire aux ligueurs, à moyen terme, elles la donnent au roi et à ses partisans.

  • 20 « Le Procès-Verbal d’un nommé Nicolas Poulain, lieutenant de la prévosté de l’Isle de France, qui (...)
  • 21 Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, Genève, éd. Peter M. Ascoli, 1977 (1593).
  • 22 Thou J.-A. de, op. cit., vol. ix, p. 661.

13La réussite immédiate des ligueurs suppose une préparation que renforcent les projets de complots ligueurs déjoués par les espions du roi depuis janvier 1585, au moment où se fonde et s’organise la ligue parisienne. Le danger se précise au printemps 1587, en liaison avec l’exécution de la reine Marie Stuart, en février. Deux tentatives ligueuses pour s’emparer de la personne royale auraient alors échoué si l’on se réfère au procès-verbal de Nicolas Poulain, lieutenant de la prévôté d’Ile de France et agent de renseignement d’Henri III au sein de la ligue parisienne20. De Thou a décrit la mise au point de ces projets qui visaient à prendre les lieux stratégiques de la capitale et à isoler le roi de la noblesse, capable de lui porter secours. C’est alors –et ce témoignage se retrouve dans le Dialogue du maheustre et du manant21 – que l’utilisation des barricades aurait été mise au point entre les responsables ligueurs : « ... Mais comme il étoit à craindre que dans le désordre on ne saccageât la ville, que leur propre troupe ne se débandasse pour aller piller de côté et d’autre, ils résolurent de tendre les chaînes dans les rues, d’élever à la hâte une espèce de fort auprès de chaque chaîne, avec des tonneaux remplis de terre qu’on tenoit tous prêts... Au reste ces forts bâtis avec des tonneaux avoient été imaginés, non seulement pour empêcher le pillage, mais encore pour contenir la noblesse qui étoit éparse dans la ville et l’empêcher d’aller au secours du Louvre asssiégé »22. Encore faut-il pour accréditer cette thèse que le témoignage de De Thou ne soit pas une reprise du procès-verbal de Poulain. Mais, même dans ce cas, l’histoire des barricades du 12 mai 1588 s’inscrit bien dans une réflexion stratégique qui fait de ce dispositif le contraire d’une invention spontanée, populaire et défensive.

14S’il n’est pas possible de dater la naissance des barricades, il est permis de s’interroger sur leurs origines. Même si leur préhistoire reste inconnue, il est sûr que leur histoire doit beaucoup au déclenchement et à la durée des guerres civiles que nous appelons guerres de religion. En effet, dès leur début, les prises de villes constituent l’enjeu majeur du parti protestant, incapable de se mesurer militairement sur un autre terrain. Prises par surprise, par tactique, par trahison, les villes sont au cœur d’un dispositif politique et religieux. Cette préoccupation constante conduira, après la Saint-Barthélemy, à l’octroi de places de sûreté aux protestants et au renforcement de la mobilisation militaire des cités catholiques qui se sentent menacées. Sans cet apprentissage douloureux d’une autodéfense, assorti de la certitude de l’absence de secours extérieurs et, donc, de la nécessité de se débrouiller avec les moyens du bord, en revivifiant les pratiques militaires municipales héritées du Moyen Age, on ne comprendrait pas l’invention des barricades. L’emploi de l’artillerie et celui des chevauchées en forme de raids obligent les populations à mettre au point de nouvelles formes de fortifications au moment où les anciennes menacent ruine par défaut d’entretien. Les barricades, à la fois rapides à assembler, faciles à multiplier, aisées à démolir, peu coûteuses en matériaux et propices à la solidarité de maisons, de rues et de quartiers, constituent dans l’urgence une réponse aux menaces d’une guerre tourbillonnante qui peut surgir de l’extérieur ou de l’intérieur même d’une cité.

  • 23 Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562 principalement dans Paris et à la Cour (...)
  • 24 Ibid, p. 41 (24 mai 1562).
  • 25 Ibid, p. 84 (26 juillet 1562).

15La lecture attentive du Journal de Pierre de Paschal – Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562 principalement dans Paris et à la Cour – témoigne des fièvres parisiennes et des réactions militaires qui les accompagnent : la course aux armes et le barrage immédiat des rues. A la moindre rumeur, les chaînes sont tendues et les rues sous surveillance. Après la nouvelle du massacre de Wassy, le 1er mars 1562, la ville est saisie de cette peur qui anticipe les menaces, mobilise les habitants et leur désigne des boucs-émissaires qu’ils massacrent au passage et dont ils démolissent les maisons : « le dimanche de quasimodo, cinquième d’avril 1562, alla un infiny peuple de Paris à Popincourt et abatirent la maison à coups de pierres, arrachèrent tout les boys et poustres, et le pourtarent devant la maison de ville, et là le firent brusler, et crioyent : Dieu n’a pas oblié le peuple de Paris. Et si quelqu’un en murmuroit, estoit extrêmement batu, ou tué incontinent »23. En même temps, les Parisiens prennent conscience de leur vulnérabilité vis-à-vis de l’extérieur qui les oblige à creuser des tranchées, hors des faubourgs, pour retarder l’approche d’ennemis qui se sont rendus maîtres de villes proches, comme Orléans. Autant de signes d’une fébrilité précoce qui ira en grandissant avec les années de guerre et le déferlement des violences consécutives à la Saint-Barthélemy. Les habitants découvrent aussi la présence militaire de troupes qui ne font que passer mais dont les défilés et les « montres », même disciplinés, signalent le danger et les désordres potentiels : « l’artillerie partit ce jour de l’Arsenal du Roy, qui est près des Célestins, et fut conduite le long de la ville, et menée à la plate-forme qui est hors des fauxbourgs Saint-Jacques. Il en y avoit vingt cinq pièces, entre lesquelles y avoit douze doubles canons. L’on fit mettre fiens le long de rues où passa ladicte artillerie. Ce jour-là esmut fort les gens de bien de veoir faire un tel appareil contre les siens propres »24. Cette même année, les Parisiens s’opposent à la venue de troupes étrangères et mercenaires dont ils craignent les débordements. Si la parade des lansquenets et des Suisses peut constituer un spectacle hors de Paris, elle ne saurait être permise dans la ville même : « les Parisiens firent tant que les Suisses susdits n’entrèrent pas dans leur ville et le faisoient de craincte de quelque surprise »25. A cela s’ajoutent les allers et venues de la Cour ou de grands personnages dont les déplacements donnent lieu à toutes les interprétations, sans oublier les bruits de complot et d’enlèvement de la personne royale qui constituent le fond permanent des rumeurs et des craintes avec le Louvre pour quartier général.

  • 26 Mémoires de Marguerite de Valois, Paris, Mercure de France, 1971, coll. « Le Temps retrouvé », p.  (...)

16Sans cette lente maturation de l’autodéfense des Parisiens, la ligue n’aurait trouvé ni le terrain favorable ni la main d’œuvre pour mettre au point son dispositif militaire. Quant à l’édification même des barricades, son exemple a pu venir d’ailleurs, hors des frontières du royaume. Les guerres d’Italie et les révoltes urbaines des Flandres ont pu servir de banc d’essai à leur utilisation. Il reste à en retrouver traces et témoignages. La seule mention, très explicite, antérieure aux barricades parisiennes de 1588, se trouve dans les Mémoires de Marguerite de Valois. On sait qu’à l’été 1577, la reine Margot, sous prétexte d’une cure aux eaux de Spa pour soigner un éré-sipèle, accomplit le principal voyage diplomatique de son existence : elle tente avec l’assentiment de la Cour de tailler en Flandre un royaume pour son dernier frère, le duc d’Alençon. Ce projet, dirigé contre l’Espagne, est en faveur des Pays-Bas révoltés. La mission de Marguerite échoue face à l’hostilité de Don Juan d’Autriche et des villes de la Flandre méridionale. Parmi celles-ci, la cité de Huy qui lui fait un bien méchant accueil : « ... ayants l’allarme que Dom Jean s’estoit saisi du chasteau de Namur sur mon passage, soudain que nous fusmes logez ils sonnent le tocsin et traisnent l’artillerie par les rues, et les barriques contre mon logis ; tendans les chaisnes, à fin que nous ne nous puissions joindre ensemble, et nous tindrent toute la nuict en ces alteres sans avoir moyen de parler à aucun d’eux, estant tout petit peuple, gents brutaux et sans raison. Le matin ils nous laissent sortir, ayants bordé toute la rue de gens armez »26. Un peu plus de dix ans avant les 12 et 13 mai 1588, tout est donc en place dans la mise en scène des barricades : le tocsin annonciateur de danger, les chaînes protectrices des rues, les armes disposées pour la défense, les barriques qui servent à barricader dans son logis l’hôte indésirable, enfin, le peuple accusé de brutalité et de déraison par celle qu’il a retenue une nuit en captivité. Est-ce ce récit fait par la reine à Henri III qui a déterminé ce dernier à ne pas supporter l’humiliation d’une sortie captive hors de son palais du Louvre, bien plus déshonorante que celle subie par sa sœur ?

17La mésaventure de Marguerite, élargie au destin du roi de France, ce frère qu’elle n’aimait pas, peut être une contribution aux discussions des historiens sur les dimensions révolutionnaires de la Ligue et des journées des barricades. On sait combien les travaux d’Elie Barnavi, de Robert Descimon, d’Ariette Lebigre et de Denis Richet ont contribué à enrichir ce débat qui annonce ceux qui font l’objet du présent colloque. Pour apporter une pierre ou un pavé à leurs recherches et à leurs contributions, il convient de souligner combien la volonté parisienne et ligueuse de barricader le roi dans le Louvre contribue à faire de ces journées des moments révolutionnaires annonciateurs d’autres révolutions. Henri III l’a bien compris : sa fuite ou, plutôt, sa dérobade devance sa possible capture et prépare sa revanche. Ce n’est pas lui qui l’exercera, mais son successeur, Henri IV. Son entrée dans Paris, après le terrible siège enduré par les habitants de la capitale, est la réponse aux barricades de mai 1588.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aux ouvrages et articles déjà cités, il convient d’ajouter :

Barnavi E., Le Parti de Dieu. Etude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585-1594, Bruxelles. Louvain, 1980, 388 p.

Constant J.-M., Les Guise, Paris, Hachette, 1984.

Descimon R., Qui étaient les seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, 1585-1594, Paris, 1983, 304 p.

Lebigre A., La Révolution des curés, Paris 1588-1594, Paris, 1980, 295 p.

Notes

1 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), Paris, Gallimard, 1943, p. 551.552.

2 Pasquier E„ Lettres historiques pour les années 1556-1594, Genève-Paris, éd. D. Thickett, Droz, 1966, p. 286.

3 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 552.

4 Thou J.-A. de, Histoire universelle, 16 vol. , Londres, 1734, voir vol. x, p. 258. Denis Richet (« Les barricades à Paris, le 12 Mai 1588 », Annales E.S.C., mars-avril 1990, n° 2, p. 383-395) signale que de Thou a bien vu le rôle stratégique de la place Maubert lors de la journée des barricades.

5 Pasquier E., op. cit., p. 2S6sq.

6 d’Aubigné A., Histoire Universelle, Paris, éd. de Ruble, 1886-1909, 10 vol. , voir t. vii, p. 213.

7 Cité par Barnavi E. et Descimon R., La Sainte Ligue, le Juge et la potence, Paris, Hachette, 1985, p. 54.

8 Pasquier E., op. cit., p. 286sq.

9 Thou J.-A. de, op. cit., volx, p. 238.

10 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 554.

11 Ibid, p. 552-553.

12 Ibid, p. 553.

13 Pasquier E., op. cit., p. 286sq.

14 Journal de L’Estolle, op. cit., p. 554.

15 Ibid, p. 554.

16 Ibid, p. 554.

17 Ibid, p. 555.

18 Ibid, p. 556.

19 Ibid, p. 557.

20 « Le Procès-Verbal d’un nommé Nicolas Poulain, lieutenant de la prévosté de l’Isle de France, qui contient l’histoire de la Ligue depuis le second janvier 1585 jusques au jour des Barricades esceues le 12 may 1588 », publié dans Cimber M.-L. et Danjou F., Archives curieuses de l’Histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, Paris, Beauvais, 1836, 4e série, t. xi, p. 289-293.

21 Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, Genève, éd. Peter M. Ascoli, 1977 (1593).

22 Thou J.-A. de, op. cit., vol. ix, p. 661.

23 Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562 principalement dans Paris et à la Cour par Pierre de Paschal, publié par M. François, Paris, 1950, p. 17.

24 Ibid, p. 41 (24 mai 1562).

25 Ibid, p. 84 (26 juillet 1562).

26 Mémoires de Marguerite de Valois, Paris, Mercure de France, 1971, coll. « Le Temps retrouvé », p. 121.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540