Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Itinéraires du savoir de l’Italie à la Scandinavie (Xe-XVIe siècle)

 | 
Corinne Péneau

Préface

Claude Gauvard

Texte intégral

1Lorsque, en 1969, Élisabeth Mornet fut recrutée dans l’Enseignement supérieur comme assistante, la Sorbonne ne connaissait pas encore de divisions administratives et des maîtres prestigieux régnaient sur l’histoire médiévale. Elle choisit l’un d’entre eux pour diriger ses premières recherches, Michel Mollat du Jourdain, que ses centres d’intérêt portaient à la fois vers l’histoire religieuse de la fin du Moyen Âge et vers l’exploration du monde connu à cette époque. La spécialisation à outrance n’était pas alors de mise et le champ de l’enseignement comme celui de la recherche étaient largement ouverts. Michel Mollat avait aussi fondé un séminaire, le premier en histoire du Moyen Âge qui se tînt à l’Université. Le fil directeur en était l’histoire des pauvres et de la pauvreté au Moyen Âge, mais les centres d’intérêt des conférences comme des auditeurs dépassaient largement ce sujet pourtant vaste. Élisabeth Mornet le fréquenta et y rencontra les principaux spécialistes qui la formèrent à leur tour, à commencer par Pierre Jeannin et Robert Delort, mais aussi André Vauchez et Michel Balard. C’est là qu’elle rencontra aussi Jacques Verger tandis que, parallèlement, dans les années qui suivirent, se formait ce que les collègues extérieurs appelaient la « joyeuse bande de Paris 1 » – Élisabeth Mornet, Paul Benoit, Alain Demurger, Michel Kaplan, Françoise Micheau, Jean-Philippe Genet et moi-même –, dont les membres sont liés par une amitié indéfectible grâce aux préparations de cours généreusement échangées, aux expériences pédagogiques mises en commun pour reconstruire autant que possible une université soumise aux réformes ministérielles et à une démographie galopante, et sont tout simplement unis par une même passion du Moyen Âge.

2Dans cette construction, Élisabeth Mornet a pris une place extrêmement active, d’autant qu’elle avait pris l’habitude de travailler avec Robert Fossier, séduite sans doute par son érudition et sa faculté d’imagination, mais aussi par son approche sensible des hommes et des choses, qui lui permettait de lier avec une évidente facilité le matériel au spirituel. L’intitulé du cours changeait d’une année sur l’autre, si bien que longtemps, en compagnie de Gérard Rippe, Élisabeth Mornet a couvert tout ce que l’économie et la société médiévales pouvaient recéler, depuis le haut Moyen Âge jusqu’à l’aube de la Renaissance. Rien de ce que sont la forêt ou la maison paysanne, les riches ou les pauvres, les liens féodaux ou les prétentions de la chevalerie ne lui fut étranger. Et pourtant, combien ces thèmes étaient éloignés de ses propres recherches ! Mais ils satisfaisaient son insatiable curiosité d’esprit et, à ce titre, elle saura apprécier tout ce qui, dans ce volume, sort de son champ chronologique ordinaire tout en répondant à son intérêt pour le Nord, qu’il s’agisse des cisterciens Scandinaves au xiie siècle, analysés par Brian Patrick McGuire, ou de la conversion religieuse et des idéaux moraux de la Norvège en formation, décrits par Sverre Bagge.

3Il faut dire qu’elle-même avait beaucoup reçu. Au lycée Victor-Duruy d’abord, où la formation des élèves était exemplaire, à la Sorbonne ensuite. Robert Delort est sans doute, dans l’Alma mater, celui qui l’a le plus marquée. Il lui a ouvert un monde, celui de l’Europe du Nord, que le commerce des fourrures lui avait rendu familier ; il lui a montré aussi l’exigence des références justes, le goût des archives que l’accès et la langue rendent difficiles. Rien ne semblait pourtant disposer Élisabeth Mornet, italienne par sa mère, à déchiffrer le moyen allemand et à plus forte raison à décliner les langues Scandinaves ! Si ce n’est le goût affirmé d’être polyglotte, de sortir d’une histoire hexagonale pour s’ouvrir à l’histoire étrangère. Mais elle a choisi l’une des moins connues des historiens français, sans doute parce qu’elle est l’une des plus inaccessibles et que ce voyage hors du commun convenait bien à son indépendance d’esprit.

4Plusieurs séjours en Suède, au Danemark, en Norvège ont été nécessaires, sans oublier la Bibliothèque nordique dont Élisabeth Mornet est l’un des plus fidèles lecteurs. Ce livre témoigne des liens intellectuels et amicaux qu’elle a pu tisser avec nos collègues du Nord de l’Europe dont tous les pays sont ici représentés, de l’Islande à la Norvège en passant par la Finlande, la Suède et le Danemark. Tous ont tenu à dire leur reconnaissance pour des travaux qui font date et certains se sont plus, tels Olle Ferm en Suède et Jean Marie Maillefer en France, à les prolonger. Ce champ géographique spécifique et rare fait que l’étude des pays nordiques reste malheureusement cantonnée le plus souvent en France à une spécialité littéraire, celle de l’histoire des civilisations. Les contributions rassemblées ici viennent enrichir ce point de vue, soit en mettant l’accent sur les chartes médiévales, dans la plus pure tradition diplomatique, comme c’est le cas dans la communication de Birgitta Fritz, soit en ouvrant sur l’histoire du droit, comme c’est le cas pour Thomas Lindkvist, soit en montrant ce que la littérature peut apporter à l’histoire, grâce à l’exemple du chef islandais Snorri Sturluson décrit par Torfi T. Tulinius.

5Dans le cadre de ce grand ensemble nordique, Élisabeth Mornet s’est dotée d’une autre spécialité : l’histoire de l’Église. Il s’agissait moins de décrire les institutions ecclésiastiques que d’étudier le haut clergé, évêques et chanoines, comme un corps vivant susceptible de construire les institutions. La rencontre avec Hélène Millet, à l’origine spécialiste des chanoines de Laon, puis incitatrice des Fasti Ecclesiae Gallicanae, est venue conforter ce champ d’études. Le séminaire de Bernard Guenée, qui s’est imposé à tous les spécialistes des derniers siècles du Moyen Âge dans les années 1970-1980, a aussi été un creuset où s’est enrichie sa pensée. Il y était question des élites politiques, des rapports entre l’Église et l’État, de la façon dont sont nés les États, nourris dans le giron de l’Église. Les prélats des pays nordiques n’ont pas échappé à ce schéma, comme le montre Thomas M. S. Lehtonen en étudiant la succession des évêques en Finlande. Néanmoins, le pouvoir central a pris en Scandinavie un caractère à la fois plus personnel et plus soumis à l’aristocratie que dans le reste de l’Occident. Les pistes lancées par Élisabeth Mornet auprès de jeunes chercheurs sont venues le confirmer, qu’il s’agisse des travaux de Corinne Péneau sur le pouvoir politique suédois, de Stéphane Coviaux sur les évêques de Norvège et de la thèse que Raphaëlle Schott est en train d’achever sur les conseillers de la reine Marguerite. Ces travaux de jeunes docteurs ou de doctorants formés à son école se sont enrichis des comparaisons qu’elle est capable de mener avec les cas français ou anglais, grâce à cette ouverture d’esprit et de savoirs. À l’inverse, des chercheurs spécialisés dans l’histoire d’autres pays, en particulier le royaume de France, tels Olivier Mattéoni ou Isabelle GuyotBachy, ont pu enrichir leurs points de vue à la lecture de ses écrits. Et, dans ce recueil, la communication de Olle Ferm en montre le prolongement pour l’exemple suédois.

6Ses recherches sur le haut clergé Scandinave ont obligé Élisabeth Mornet à poser le problème clé de la formation et de la culture de ses membres. Elle les a repérés à l’Université, surtout à Paris, en Angleterre, mais aussi dans les grandes universités que l’Empire a créées à partir du xive siècle. Elle s’est ainsi mêlée de près aux recherches sur les universités occidentales, aux côtés de Jacques Verger, Jean-Philippe Genet, Charles Vulliez et, pour les plus jeunes, Nathalie Gorochov et Thierry Kouamé. Article après article, cas après cas, elle a contribué alors à démolir des acquis pourtant bien enracinés : il fallait cesser de penser et d’écrire que ces hommes appartenant au haut clergé étaient mal formés et que le clientélisme auquel ils étaient soumis rimait avec une profonde ignorance. Il fallait s’inquiéter de la qualité de l’enseignement reçu, de l’âge auquel ils étaient formés, de leurs moyens de subsistance. Il fallait les suivre dans leurs pérégrinations qui les entraînaient d’université en université ; il fallait connaître le contenu de leurs bibliothèques et traquer leurs testaments. Il fallait enfin décrire les réseaux dans lesquels ils s’inséraient. Élisabeth Mornet est ainsi devenue la spécialiste française des étudiants d’Europe du Nord au Moyen Âge. En même temps, ces interrogations ont constitué la trame de la méthode prosopographique dont elle a été l’une des pionnières et l’une des meilleures propagandistes à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Avec Hélène Millet, elle a animé le séminaire de prosopographie du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, et un grand nombre d’étudiants y ont appris les contraintes de la méthode. Certains, tels Nathalie Gorochov et Thierry Kouamé, en ont fait avec bonheur le fondement de leur thèse. Car la méthode prosopographique oblige à la plus extrême rigueur et à raisonner sur le moindre détail. Qui croit encore aujourd’hui que les hommes et les femmes du Moyen Âge ne tentent pas de dire leur âge avec précision et que l’expression vel circa, « ou environ », qui suit le chiffre donné dans leur déclinaison d’identité, est le résultat de leur incertitude ? Les recherches d’Élisabeth Mornet en ce domaine ont fait date.

7Si l’enseignement de la méthode prosopographique a pu apporter son lot d’exigences à ceux qui l’ont suivi, il n’a jamais éclipsé les études de cas, l’analyse de personnages exemplaires qui servent de points d’achoppement au raisonnement de l’historien, à la manière d’une microhistoire : tel est le sens des personnages qui, dans ce volume, courent sous la plume de Jacques Verger ou d’Hélène Millet. Il n’a jamais éclipsé non plus la recherche du vivant et du sensible, la quête de ce qui échappe éventuellement au rationnel et à une certaine uniformité. L’histoire est aussi pour Élisabeth Mornet celle des hommes ou des femmes d’une spiritualité exceptionnelle, de sainte Brigitte au chanoine Van der Paele. La première lui est chère pour sa vie et ses écrits exacerbés, et cet intérêt pour l’hagiographie sera stimulé par l’étude que consacre Anders Fröjmark au destin historiographique d’un autre saint suédois, Étienne, « apôtre du Hälsingland » ; le second, chanoine de Bruges au milieu du xve siècle, l’a intéressée parce qu’il a eu l’heur de se faire représenter par Jan Van Eyck en un tableau où transparaissent les exigences spirituelles d’un nominalisme finissant. Pour avoir eu le privilège de connaître en primeur le commentaire qu’elle a donné de cette œuvre majeure, commentaire qui était à l’origine destiné aux étudiants avant de devenir un précieux article, je sais à quel point les cours d’Élisabeth Mornet étaient novateurs. Ils étaient, en une continuité parfaite, l’expression de sa recherche, et ils ont suscité bien des vocations de médiévistes, dont témoignent ici celles de plusieurs jeunes auteurs. Ce n’est certainement pas un hasard si Corinne Péneau et Antoine Destemberg ont choisi de commenter des images...

8La mission qu’Élisabeth Mornet a remplie comme éditrice aux Publications de la Sorbonne est venue conforter et enrichir ce savoir. Les normes bibliographiques, la qualité de l’expression n’ont plus eu de secrets pour elle ! Elle s’est faite alors lectrice précieuse. Sans relâche, les travaux des chercheurs jeunes ou moins jeunes ont été revus, relus et corrigés... Combien de manuscrits, mais aussi de mémoires de maîtrise ou de DEA portent sa marque dans le plus grand anonymat ?

9Ce livre témoigne de tout cela : rigueur de l’analyse, exigence de la vérité, don de l’échange qui incitent les collègues à devenir complices le temps d’un écrit et qui obligent les disciples à se dépasser et à trouver leur voie. C’est là le plus bel hommage pour un enseignant et chercheur qui a su semer avec la plus grande modestie et le seul souci du travail bien fait.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540