Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale

 | 
Laurent Feller

Propos de conclusion : conversions, commutations et raisonnement économique

Monique Bourin

Texte intégral

1La conversion des redevances est un moment privilégié pour observer et comprendre les comportements des seigneurs médiévaux et plus généralement des « acteurs économiques » médiévaux. C’est là qu’il convient de s’installer pour saisir les rationalités économiques des mondes seigneuriaux. Tel est le programme, succinctement résumé, que Laurent Feller a proposé comme thème d’une rencontre organisée par le LAMOP à un ensemble de médiévistes de diverses nationalités, de divers âges, mais partageant, certains depuis plusieurs années, la même intention de réexaminer une histoire économique quelque peu pétrifiée et en tout cas souffrant d’un réel désamour. « Rationalités », « acteurs économiques » : ce vocabulaire et ces concepts sont volontairement anachroniques. Il ne s’agit pas d’adopter sans réserve des mots actuels, mais bien au contraire de les adapter pour profiter de leur puissance et mieux donner à voir les contraintes subies et les stratégies développées par les populations médiévales.

  • 1 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p. 469.

2Depuis cinquante ans en France, et plus encore en Angleterre, il est admis, dans le sillon tracé par Postan et Duby, que la quasi-totalité des seigneurs sont tombés dans le piège grossier que leur tendait le développement de l’économie monétaire. Certes Duby prend toutes les précautions nécessaires, signalant à la fois que, encore au début du xive siècle, seule une très petite partie des seigneuries a échappé aux mains de l’ancienne noblesse, que « l’évolution des perceptions seigneuriales [...] s’orienta, selon les régions et même d’une seigneurie à l’autre, dans des directions très différentes1 ». À le lire avec attention, dans le chapitre intitulé « L’affaissement des cens », l’idée majeure – celle qui a été retenue par les historiens – est que, pour satisfaire de nouveaux besoins en numéraire, essentiellement liés au goût du paraître, les seigneurs ont converti redevances et services en une rente en argent. Mais la hausse continue des prix laminait ces revenus. D’où l’effort, selon Duby, pour se procurer du numéraire par d’autres formes de prélèvement : d’abord par les taxes de mutation dans un marché de la terre que le fractionnement des manses rendait plus fluide, puis par la multiplication des tailles, dues par les serfs ou par les communautés ; enfin, par la vente de franchises.

3Selon ce schéma, le moteur de toute l’évolution est hors du milieu seigneurial ; hormis quelques seigneuries ecclésiastiques qui investissent les profits qu’elles tirent du négoce en achetant des terres et des seigneuries, les autres subissent l’évolution. Certes, mentionne Duby, « ils s’accoutumèrent à acheter, à vendre, à manier les deniers. [...] Bien des chevaliers agissaient en seigneurs plus avisés que leurs ancêtres, beaucoup moins étrangers à l’esprit de profit » ; mais ils étaient plus âpres parce que la gêne les pressait. Un peu plus loin, Duby conclut le chapitre sur une élévation de la rente seigneuriale, tirant parti des efforts et des entreprises paysans, en sorte que les seigneurs furent les principaux bénéficiaires de la prospérité rurale. Néanmoins, le ton général du chapitre transmet, par une multitude de mots et de touches, l’image de seigneurs harcelés par l’économie monétaire environnante, souffrant à en suivre le développement. Certes, une image secondaire est transmise, celle de seigneurs « beaucoup mieux avertis que leurs prédécesseurs des réalités économiques et de la valeur des biens ». Mais l’image dominante, cohérente est, dans le registre de l’émotion, celle de seigneurs « serrés par le besoin », subissant malgré eux et somme toute condamnés. Les générations suivantes, qui ont lu Duby, ont, selon un mouvement très classique, oublié les seigneurs avisés et retenu le « souci lancinant de trouver de l’argent ». L’émotionnel a recouvert et caché le rationnel.

4On doit d’ailleurs s’interroger sur les raisons qui poussent à refuser aux acteurs économiques médiévaux, à quelques exceptions près, la capacité d’anticiper, de réfléchir dans une situation d’incertitude. J’y verrais plusieurs raisons. À l’abri de nos bibliothèques et bien nourris, nous sous-estimons l’inquiétude de l’aléa climatique dans une société agricole où il est impossible d’oublier la nécessité de survivre sans grand secours à une mauvaise année. Le rythme de la vie y est non pas celui du salaire régulier, mais celui des années inégales qui se succèdent, les mauvaises étant précisément celles où le recours à un salaire d’appoint se restreint faute d’offre de travail. Et sans doute, dans un monde qui ne cesse de confier aux économistes le soin de faire des anticipations, rêve-t-on de manière reposante d’une société qui aurait vécu sans prévoir.

Campagnes médiévales : ruses et anticipations

  • 2 D. McCloskey, English Openfields as Behaviour Toward Risk, Research in Economic History, Greenwich (...)
  • 3 R. M. Townsend, The Medieval Village Economy. A Study of the Pareto Mapping in General Equilibrium (...)
  • 4 Voir le compte rendu de plusieurs de ces ouvrages dans William R. Day jr, « The land market in pre (...)

5Il faut sans doute essayer de se libérer de la force émotionnelle de ces pages, remettre en doute la représentation romantique de ces seigneurs pressés par l’irruption de l’argent, repartir des faits et les approfondir. Chercher les rationalités des comportements et des choix économiques au Moyen Âge : économiques au sens où il s’agit de choix et de mise en oeuvre de décisions. Tel ou tel de ces mots a naguère suscité des empoignades entre historiens. Mais les temps ont changé, en partie par une pression extérieure au cercle des médiévistes ; les économistes ont fait violence aux médiévistes en se saisissant de leurs données qu’ils ont parfois insuffisamment dominées mais qu’ils ont traitées avec la force de leurs modèles théoriques. Les chemins ont été largement ouverts dans les années 1970 par Douglas North et McCloskey2. Plus récemment, divers auteurs ont approfondi la démarche. Ainsi, R. M. Townsend, dans The Medieval Village Economy3. Pour essayer de parler comme un économiste, ces divers ouvrages décrivent des stratégies d’optimisation de la production dans un environnement économique caractérisé par haut risque, incertitude et information imparfaite. Ils admettent tous que l’économie préindustrielle ne fonctionne pas selon les schémas totalement distincts de ceux des économies modernes4. Il est légitime d’y chercher des stratégies marquées par l’aversion au risque. Ou, pour s’exprimer comme un médiéviste, on retiendra la capacité d’anticipation du danger par les paysans et leur aptitude à bâtir, individuellement ou collectivement, une stratégie spatiale subtile. On leur prête habituellement de la rouerie pour échapper aux sbires du seigneur venus prélever les gerbes sur le champ. C’est restreindre leur capacité d’innovation. Les grossiers paysans – comme les voyaient les seigneurs leurs contemporains et la bourgeoisie des siècles suivants – passaient aussi leur existence à anticiper aussi leur descendance et préparer le passage d’une génération à une autre. Mais il est vrai que, si les moyens leur manquaient pour réaliser leurs projets, du moins les situations et les solutions étaient assez simples à concevoir.

  • 5 David Stone, Decision-Making in Medieval Agriculture, Oxford, Oxford University Press, 2005.

6Pour les seigneurs, les situations étaient autrement complexes. Et, comme le remarque Duby, la complexité n’a fait que s’accroître au fil des siècles. Il suffit de se plonger dans des comptabilités seigneuriales pour être submergé par la quantité d’informations consignées. Les seigneurs ont été longuement décrits comme des sots, ancêtres de don Quichotte, ruinés par la croisade ou leurs entreprises téméraires et par leurs dons aux établissements religieux. Sots de n’avoir pas perçu la hausse des prix, sots de n’avoir pas vu le péril de l’endettement, sots d’avoir si peu et si mal investi dans leurs domaines. Cette vulgate de la sottise seigneuriale est aujourd’hui à son tour remise en question. Les premières pages que David Stone a écrites en tête de Decision Making in Medieval Agriculture5, sous le titre « Interpreting medieval agriculture », reprennent les points de vue qui se sont exprimés encore récemment chez les médiévistes anglophones : il montre, citant B. Harvey ou Langdon, à quel point la rationalité économique est encore contestée à la gestion seigneuriale. Il rompt avec cet état d’esprit, et son analyse des comptes du manoir de Wisbech, propriété de l’évêque d’Ely, est un plaidoyer pour la rapidité de certains seigneurs à réagir et à adapter leurs domaines aux situations nouvelles. Peut-on prendre appui sur ces réflexions qui concernent l’exploitation domaniale beaucoup plus que la rente foncière ? Il est vrai qu’il s’agit de l’Angleterre et que, là comme en Italie, l’esprit agronomique a soufflé.

Les rationalités économiques d’êtres pourvus d’affect

  • 6 « Of course, profit was by no means the only aim or the only rational aim-of farmers in past socie (...)

7Même si le changement se fait lentement, penser, prévoir, se protéger ne sont plus perçus comme l’apanage des seuls clercs et marchands des villes au Moyen Âge ; ce sont des attitudes qui sont aussi reconnues potentiellement aux seigneurs comme aux paysans. Il n’est plus absurde de rechercher la rationalité économique de leurs comportements. Pour autant, il faut s’entendre sur le terme de rationalité économique et ne pas y voir la seule intention de maximiser ses profits pour un être parfaitement rationnel, dénué d’émotions et d’affections6. Ici rationalité est pris au sens large : celui des raisons qui dictent les choix, conscients ou inconscients, et les comportements dans un système de décisions personnel plus ou moins cohérent.

8Il serait absurde d’imaginer que les motivations médiévales, notamment seigneuriales, sont toutes orientées par la volonté d’accroître les revenus. J’y reviendrai plus loin ; mais pour situer les perspectives sans ambiguïté, je mettrai en avant l’exemple présenté dans cet ouvrage par Clément Lenoble, même s’il ne s’agit pas exactement de la conversion d’une redevance seigneuriale, et même s’il s’agit d’un cas très particulier, celui des Frères mineurs d’Avignon. En 1368, par accord entre eux et Hugonin de Sade, la rente de 14 livres qu’il leur devait annuellement pour les anniversaires et chapellenies fondés par trois générations de ses ancêtres est transformée en la livraison de cinquante barils, soit environ un quart d’hectolitre, à prendre sur une vigne. Voici donc l’exemple d’une conversion à rebours : il est bien peu probable d’Hugonin soit gêné par le versement de 14 £. par an. Quelle raison alors à cette conversion ? Après une recherche minutieuse à travers les testaments conservés de la famille de Sade et les constitutions franciscaines, Clément Lenoble aboutit à l’idée que la transformation de la rente de l’argent en vin est un modèle économique compatible avec les exigences spirituelles des Frères et avec leur règle de vie. « Le contrat de 1368 peut répondre à cet “embarras de richesses” et à la difficulté qu’éprouvent alors les Frères à ne pas l’accumuler. » Hugonin de Sade apparaît dès lors comme celui qui aide les Frères à vivre leur pauvreté. À cette date, ce type de contrat est encore exceptionnel : c’est la manifestation d’un engagement civique qui place les Sade au premier rang de la classe dirigeante avignonnaise. Tout est donc ici à l’envers de ce que l’on pourrait attendre : la conversion en vin d’une rente payable en argent selon une motivation identitaire et prestigieuse, qui n’a rien de financier.

9La tâche que s’est fixée ce livre est extrêmement difficile du fait même de la documentation médiévale. On sait bien qu’elle est en général issue des archives d’établissements religieux, sauf dans les pays où le notariat, sous ses formes diverses, a conservé la trace de transactions entre les laïcs. Parfois et par bonheur, la documentation est homogène et cohérente, et permet de saisir la situation d’ensemble d’une seigneurie ; plus souvent elle reste pointilliste, faite d’informations éparses. Mais même dans les situations documentaires privilégiées, l’écriture médiévale de la pratique est laconique sur les mobiles et les motifs des actes qu’elle enregistre ou consigne. Au mieux, elle nous permet de décrire des situations, en l’occurrence des formes de conversion, mais le contexte précis de la prise de décision est en général imperméable à l’historien qui doit le reconstruire. À lui de mettre les choses en perspective en fonction d’éléments qu’il perçoit comme constituant le contexte général de la modification intervenue, et de ses propres représentations. Ainsi Duby interprète l’introduction de l’argent dans la situation des personnes et dans les relations sociales comme une violence. On aurait sans doute pu la percevoir comme une fluidité nouvelle et comme une forme de libération des engrenages interpersonnels, à la manière de la vente qui clôt une relation bien plus radicalement que toute autre forme de transaction, si elle est faite au juste prix. Ce schéma est d’ailleurs présent à titre secondaire dans L’économie rurale et la vie des campagnes, mais longtemps il n’a guère été repris. Le maniement de l’argent et du crédit demeure hautement suspect dans les pays qui ont connu la tradition catholique.

La difficulté de suivre la politique seigneuriale : multiples redevances, multiples choix

10Pour bien des raisons, le tableau que donne cet ouvrage des conversions de redevances est très complexe. Certaines, aisément explicables, tiennent à la différence des chronologies et des régions envisagées : Angleterre, Italie, Aragon, Catalogne, Bretagne, Normandie, Savoie, Allemagne entre le xiie et le xve siècle. Les faciès régionaux sont évidemment contrastés. Les conversions de redevances dépendent de l’état initial du prélèvement susceptible d’être converti et de la forme des relations sociales entre seigneurs et paysans, et entre paysans : un tableau européen ne peut que renvoyer une mosaïque de relations sociales. Les conversions s’insèrent dans un cadre économique régional et local, fortement dépendant de l’existence de la circulation monétaire et d’un marché urbain de consommateurs et de marchands exportateurs. Sans même imaginer des formes d’économie spéculative, le choix entre vendre les denrées acquises par le prélèvement ou préférer des redevances payables en argent dépend fortement des possibilités de vendre les denrées régulièrement et du coût de leur acheminement aux lieux de négoce. Que les conversions de redevances soient à concevoir en fonction du degré d’urbanisation d’une région est une constante que tous les articles réunis dans ce livre reprennent. Mais, sauf peut-être en Italie, il était traditionnel de voir les seigneurs s’adapter, avec plus ou moins de bonheur, à une situation de négoce qui leur était proposée, imposée et à laquelle ils étaient étrangers. La question porte aujourd’hui sur le rôle actif des seigneurs, ou du moins de certains d’entre eux, dans le développement du commerce et de l’usage de la monnaie ; et sur l’interprétation des conversions de redevances dans ce profil renouvelé de la seigneurie.

  • 7 Thomas Jarry, « Évaluer, inventorier, exploiter : le Rotulus de denariis de l’abbaye Saint-Étienne (...)

11Les différences entre les formes et les modalités des conversions de redevances tiennent aussi au profil différent des seigneuries envisagées, du moins celles qui le sont dans un cadre monographique. Et, à l’intérieur des seigneuries, lorsque celles-ci s’étendent sur une aire vaste. Georges Duby a fait remarquer depuis longtemps que les corvées ont été conservées au milieu du xiiie siècle par les moines de Cluny dans la proche seigneurie de Lourdon et commuées ailleurs. Les différences mises en lumière ici par Catherine Letouzey montrent aussi que l’abbaye de la Trinité de Caen n’a pas la même politique dans ses possessions anglaises et normandes, l’une et l’autre pourtant en bonne santé au seuil du xive siècle. Elle rapproche ces résultats de ceux obtenus par Thomas Jarry. Les redevances dues dans le même village d’Ambly à la seigneurie de la Trinité et au même moment, au début du xiiie siècle, à celle de Saint-Étienne de Caen sont éclairantes : alors que Saint-Étienne a commué les redevances et perçoit 30 sous7, la Trinité ne reçoit qu’une redevance en argent de 1 sou et a conservé les redevances en nature.

12Enfin et surtout, parce que le prélèvement seigneurial est fait d’une multitude de redevances qu’il faut prendre en compte ensemble si l’on veut essayer de comprendre les mécanismes de conversion : il faut évidemment suivre Duby sur ce point, analyser les conversions redevance par redevance, puisque chacune a son propre calendrier, son propre rythme, ses propres profits, ses propres modes de prélèvement. Par-delà les influences et les contagions, il convient d’être prudent pour passer de l’exemple monographique à la généralisation. On sait aujourd’hui, après les travaux de Marjorie Chibnall, repris par Catherine Letouzey dans cet ouvrage, que le cas de Minchinhampton, seigneurie de l’abbaye de la Trinité dans le Gloucestershire, était loin d’être archétypique. Et on apprécie la prudence de David Stone à élargir la validité des résultats qu’il pense avoir acquis à Wisbech.

13L’équilibre de chaque seigneurie, à chaque moment, est à comprendre comme un mélange de contraintes externes et de choix internes. Les contraintes vont de l’aléa climatique aux possibilités pédologiques en passant par la volonté d’imposer et la nécessité de composer. Entre la forme des redevances annuelles, la préférence accordée à la redevance proportionnelle ou à la levée fixe en argent, ou en grains, le transfert des exigences sur les redevances casuelles, le maintien de certains services et l’abandon d’autres, l’accent mis sur les tailles ou les transactions du marché ou du passage, il est bien difficile de tenir tous les fils des explications et des choix. On a rarement les moyens de conclure à une situation subie ou choisie.

Conversion et commutation

14Une autre difficulté s’impose vite à qui cherche à faire la synthèse des apports de ce livre. Le terme de conversion y est en fait pris à deux sens différents, tous deux aussi légitimes mais qui correspondent à des stratégies de nature différente et ont des conséquences différentes.

  • 8 Voir par exemple l’analyse du phénomène par Jean Tricart, Les campagnes limousines du xie au xvie  (...)

15Pour Julien Demade, comme pour une partie de l’information concernant l’Angleterre ou pour la Savoie de Nicolas Carrier, la conversion est la possibilité ponctuelle de payer une redevance annuelle, au choix du seigneur ou au choix du tenancier, dans une unité qui n’est pas l’unité coutumière. Elle est à distinguer des allègements de redevances caractéristiques des périodes de difficultés et de reconstructions de la fin du Moyen Âge. Alors, la modération du cens répond à l’incapacité du tenancier à s’acquitter de son dû ou, dans un contexte de concurrence entre seigneuries ou entre régions, au sacrifice temporaire consenti pour conserver un tenancier fugueur8. La conversion établit un équivalent entre le montant dû et le montant versé ; elle n’est pas une diminution, avouée mais théoriquement temporaire, de la redevance. Il se peut que la convertir régulièrement prépare un changement définitif de la redevance, mais, dans son principe, il s’agit fondamentalement d’une décision à court terme. Qu’elle puisse être reconductible une année ultérieure est sans doute présent aux esprits, mais ne modifie pas le caractère immédiat et temporaire de la conversion.

16Si la redevance est modifiée définitivement, remplacée par une autre, les modalités du changement sont bien différentes des précédentes. Le principe est de remplacer une forme stable de prélèvement par une autre, tout aussi stable. Cette « conversion » est souvent accompagnée d’un allègement, mais parfois seulement d’une modification de l’assiette. Les exemples sont multiples, redevances proportionnelles commuées en cens fixe, cens en grains commués en cens en argent, droits d’entrage alourdis avec cens réduit, taille abonnée, réduction du droit de taulage, paiement de la dîme des agneaux en argent, etc. Tous les registres de la seigneurie en connaissent.

  • 9 Il s’agit bien d’ailleurs d’une conversion au sens où on convertit un moyen de paiement en un autr (...)

17Je réserverai le mot de conversion aux premiers cas, ceux qui se pensent dans le cadre de la saison ou de l’année9. Et celui de commutation aux transformations durables. Les temporalités en sont différentes. La conversion, qui donne la possibilité de payer la redevance dans une autre unité en conservant la même hauteur de versement, manifeste une flexibilité économique en même temps qu’un attachement résistant à la forme coutumière du prélèvement seigneurial. À l’inverse, les commutations révèlent la capacité de transformation et d’adaptation de la coutume, une souplesse de long terme qui se traduit dans le court terme par des décrochements successifs de la redevance, analogues à des marches d’escalier. Lorsqu’il s’agit d’évaluer les rigidités ou les souplesses que le prélèvement seigneurial induit dans l’économie médiévale, et notamment dans la circulation des richesses et des denrées, les deux processus doivent être observés concurremment. Quels sont leurs effets respectifs en ce qui concerne la gestion de l’incertitude de la récolte et des prix et du partage de la richesse ?

  • 10 Ou dans le cadre global d’une seigneurie, au sein de laquelle les diverses conversions individuell (...)

18Il en va de même si l’accent veut être porté sur la relation sociale entre le seigneur et son tenancier ou son sujet. Le cadre social de la négociation n’est pas le même, mais l’analyse est plus compliquée. Non pas la conversion – on saisit bien qu’elle est une affaire qui se traite directement entre le tenancier et le seigneur ou son représentant, même si elle est à comprendre dans le cadre général de la société d’interconnaissance villageoise10 – mais la commutation parce qu’elle prend des formes sociales diverses. Elle peut en effet être résolue collectivement. C’est ce type de transformation du prélèvement qui est envisagé par Sandro Carocci, Luigi Provero ou Carlos Laliena : changement de coutume de tout un village ou d’une seigneurie. Mais elle peut aussi se négocier de manière contractuelle, entre le seigneur et son tenancier, tenure par tenure. C’est cette forme de commutation de redevance que d’autres auteurs, comme Pere Benito ou Daniel Pichot, présentent. L’échelle d’observation n’est pas la même. Dans les cas italiens, qui ont des équivalents dans toute l’Europe, la commutation s’organise dans des seigneuries de village tenues par de grandes familles et concerne l’ensemble du prélèvement ou de l’organisation de tout le territoire villageois ; dans les autres, c’est la tenure qui est observée. Il ne fait pas de doute que ces éclairages différents ne sont pas fortuits : que la négociation qui préside à la commutation de redevance soit ponctuelle ou durable, individuelle ou collective n’est pas dépourvu de signification sociale. Il convient de rester fidèle à la logique documentaire.

19Alors que la conversion des redevances participe du registre des relations individuelles dans le cadre collectif de la seigneurie (la possibilité de conversion est souvent ouverte à tous les tenanciers d’une seigneurie mais la conversion se décide habituellement dans une relation duale entre seigneur et tenancier), dans la commutation, général et particulier s’excluent : ou bien la commutation est établie par un contrat entre tenancier et seigneur, ou bien la transformation vaut pour l’ensemble du village ou de la seigneurie. La commutation individuelle n’est évidemment jamais hors contexte et se diffuse par contagion. Mais elle reste très largement affaire de circonstances spécifiques, propres au tenancier. La seconde se comprend dans le rapport de force collectif d’une communauté avec le ou les seigneurs. Il est plus facile d’observer ces deux modalités séparément avant d’essayer d’en comprendre les rationalités en parallèle.

20Il se trouve en tout cas dans cet ouvrage – et les raisons en sont aisées à comprendre – que les contributions les plus économiques se sont intéressées aux conversions et que celles qui traitent des commutations ont privilégié l’éclairage social, sans perdre de vue les incidences économiques de la modification du prélèvement.

  • 11 Ils concernent en effet une analyse doublement restreinte. D’une part, dans le temps puisqu’ils ne (...)

21Traditionnellement, en matière de commutations, une approche s’était imposée qui a eu tendance à masquer les autres : les livraisons en nature, proportionnelles ou fixes, ont été abandonnées progressivement au profit de rentes en argent, et l’inflation a peu à peu érodé le pouvoir d’achat de cette rente, appauvrissant les seigneurs. Dans cette optique, le trophée de la bonne gestion irait à l’inverse à celui qui joue sur le marché, paysan, seigneur ou intermédiaire, stockant par anticipation quand la récolte s’annonce mauvaise pour profiter des cours élevés de l’hiver suivant, voire d’une année sur l’autre malgré la dévalorisation des céréales longuement conservées. Si elles étaient judicieusement conduites, conversion ou commutation devraient alors aller dans le même sens, celui d’un retour aux grains, encore qu’on puisse placer en grains, en jouant sur le marché, l’argent issu du prélèvement en espèces ; et la bonne gestion des « ressources humaines » rachèterait les services obligatoires, réputés peu rentables, au profit du salariat, surtout en période de haut démographique. Mais, dans un début de xxie siècle où le développement durable s’introduit comme une vertu à côté de la course aux rendements et où l’on mesure les dangers d’une économie spéculative, doit-on conserver ces critères d’appréciation de la « qualité » de gestionnaire11 ou les modifier ?

Conversions

  • 12 Chris Dyer, Lords and Peasants in a Changing Society. The Estate of the Bishopric of Worcester (68 (...)

22Il est difficile d’évaluer quelle part des redevances annuelles faisait l’objet de conversions. L’écriture gestionnaire fut longtemps réservée à des inventaires durables qui indiquaient parfois la possibilité de payer une redevance sous une forme ou une autre, sans que l’on puisse décider ce qu’il en est dans la pratique. Et on a parfois cru voir abusivement des commutations. Les trois surveys de Minchinhampton qui ont été interprétés comme révélant la commutation rapide des redevances dues à l’abbaye de la Trinité sont peu probants : selon Catherine Letouzey, le survey C semble au contraire une reprise du B, selon une reformulation destinée à éviter toute mauvaise interprétation. Il ne s’agit pas de commutation mais de conversion : c’est-à-dire d’une option entre plusieurs formes de redevances, service ou argent, à la discrétion de l’abbesse. Si le versement se fait, au moment de la rédaction des surveys, en argent, c’est seulement en vertu d’une décision provisoire. Mais on ne peut généraliser à partir du cas de la Trinité, car la gestion du patrimoine de l’abbaye, issu de donations royales, semble être un conservatoire de formes anciennes de redevances12 et ne doit pas être considéré comme exemplaire des seigneuries anglaises.

23Il est bien probable que l’ancienneté des conversions de redevances est largement sous-estimée car il faut attendre le temps des comptabilités pour prendre la mesure de cette pratique. Dans les derniers siècles du Moyen Âge, lorsque les sources permettent enfin d’en approfondir les circonstances et les modalités, les conversions apparaissent parfois comme une pratique courante, parfois aussi comme une mesure exceptionnelle pour répondre à une mauvaise récolte.

Les conversions de mauvaise récolte

  • 13 Archives vaticanes, Introitus et Exitus 249, foi. XIII. L’ensemble de cette comptabilité m’a été c (...)
  • 14 On pourrait penser que l’existence ou l’absence de défaut de versement des cens en nature s’expliq (...)

24J’accorderai un peu d’attention à ces conversions exceptionnelles puisque la répartition des rôles dans cet ouvrage leur en a laissé assez peu et qu’elles permettent d’analyser le fait particulier des incidences de la cherté sur le versement des redevances. Les comptabilités de l’archevêque de Narbonne13 révèlent en effet pour l’année 1346 que, au mois de septembre, des tenanciers de l’archevêque n’ont pas de quoi verser les cens (appelés usages dans cette zone) : Cum plures persone dirti loci quam aliunde deberent usatica ordei et non haberent et esset ordinatum per dictum precentorem quod precium reciperetur. À dire vrai, bien que l’année 1346-1347 soit connue par un nombre particulièrement important de comptabilités de baylie à cause de la mort de l’archevêque Gausbert du Val, le seul exemple conservé concerne la baylie de Montels et Nissan14. Cette petite baylie s’étend entre Narbonne et Béziers, de part et d’autre du vaste étang de Capestang qui communique avec la mer ; elle est faite de terroirs habituellement riches. Pour essayer de saisir les raisons d’être de ces quelques cas de conversion, il faut les replacer dans l’ensemble de la logique de la richissime seigneurie archiépiscopale, et notamment dans sa politique céréalière.

25Même pour cette très médiocre récolte de 1346, les recettes en blé de la baylie sont considérables ; en y incluant, il est vrai, le reliquat de l’année précédente, de plusieurs centaines de setiers, l’archevêque a reçu près de 3 000 setiers, environ 500 en froment, environ 2 000 en orge, un peu d’avoine et de menus blés.

  • 15 700 setiers d’orge à Nissan et 425 à Montels.
  • 16 À Nissan, les tasques et les dîmes montrent une production majoritaire en orge, mais le froment y (...)

26Ces blés proviennent des cens pour un tiers du total. C’est loin d’être négligeable. Mais la comparaison entre le produit des dîmes et des tasques (redevances à part de fruits) d’une part, qui offre une image à peu près exacte de la part des diverses céréales dans la production locale, et les revenus des cens d’autre part montre que la répartition des blés dans les cens ne reflète plus celle de la céréaliculture. Le cens sont massivement en orge : à peine 2 setiers de froment mais plus de 1100 setiers d’orge15 ; au contraire, froment et orge font presque jeu égal dans les dîmes et les tasques16.

27Une bonne part de ces recettes en blé est vendue par le bayle. Si beaucoup d’orge a été consommée par la seigneurie, ses hôtes et ses employés, la majeure partie a été vendue (1346 setiers). Du froment qu’il a reçu, le bayle vend très peu (69 setiers) car il a consommé beaucoup, mais aussi parce qu’il le vend sous forme de méteil (arao) mi-froment mi-orge (290 setiers). Avant d’être vendus, orge et méteil ont été stockés dans des silos gardés, peut-être parce que la mauvaise récolte les met en péril.

Des conversions au cours du marché

  • 17 Les pages consacrées aux venditiones bladorum enregistrent successivement le froment, le méteil (m (...)

28Les conversions sont inscrites dans les pages concernant les ventes de blé ; la conversion en effet transfère des recettes en grains en recettes en espèces17. Ces venditiones bladorum rapportent dix exemples sûrs de conversion de cens et peut-être treize. Comparé aux masses vendues, le montant des cens convertis est faible, de l’ordre de 80 setiers d’orge, soit moins de 5 % de l’ensemble des blés vendus et un peu plus de 5 % d’orge. Il n’est pas de conversion de cens en froment ; rien d’étonnant, les cens en froment sont si rares.

  • 18 C’est la même mesure : les quantités sont additionnées dans la comptabilité ; elles ne le sont évi (...)

29La liste des ventes de céréales commence par des conversions de cens : 22 setiers d’orge qui sont payés en espèces au lieu d’être versés en nature. Le paiement a lieu le 1er septembre, puis de nouveau 12 setiers dans le même mois et sans doute encore 22 quelques jours plus tard. La valeur d’échange reconnue est de 7 sous (le setier ?) à Nissan lors de la première transaction, de 8 le même mois pour la seconde. Dans le village voisin, au même moment, 18 setiers puis 7 setiers sont versés en argent à 8 sous le setier aussi18. Valeur coutumière ?

30Certainement pas. La liste des ventes montre un autre paquet de conversions, en fin d’année, en avril et mai : de 20 à 25 sous le seder. C’est le tarif fort. Et comme certains ne peuvent pas payer, le versement est reporté à l’été suivant, sans qu’on sache si un mécanisme de crédit avec intérêt s’installe. Incontestablement, les conversions ne se font pas à un tarif coutumier, mais bien au prix du marché. Il se peut d’ailleurs que la fluidité des prix des céréales rende la conversion des cens à des taux coutumiers impraticable : le marché est trop présent, à moins de dix kilomètres de deux grosses villes, à quatre de la petite ville qu’est Capestang, ouvrant sur la mer. C’est donc dans l’ensemble des transactions céréalières, marchandes ou non, qu’il faut comprendre les conversions de cens.

31De mois en mois, le prix de l’orge a monté. Au mois de décembre, 18 setiers sont vendus au détail à Montels pour les semailles à 13 sous le setier ; quelques jours plus tard, à un marchand de la petite ville toute proche de Capestang, 14 sous le setier, mais en grande quantité : 110 setiers. À la même date, c’est au même prix que 100 setiers sont vendus à un habitant de Nissan, qui, sans être qualifié de marchand, achète par dizaines, voire centaine(s) de setiers à plusieurs reprises. L’orge atteint 17 sous le setier à la fin du mois de janvier, 25 au mois d’avril ; au début du mois de mai, les consuls de Béziers l’achètent même 26 sous. Les prix sont les mêmes à Nissan. Ils sont du même ordre dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Narbonne. Mais tous les signes sont rassemblés pour montrer que la récolte est insuffisante pour les besoins et que la tension sur les prix est très forte pendant cet hiver 1346-1347.

  • 19 Le froment est en gros deux fois plus cher et le méteil (orao) donc une fois et demie.

32Pour ces blés bien plus chers19 que sont le froment et le méteil, les ventes commencent aussi en décembre, avec un mélange analogue de ventes en gros et au détail, notamment sur le marché de Béziers, le vendredi principalement. Ce sont les mêmes marchands, mais les quantités qu’ils traitent sont, sauf exception, toutes petites, de 4 à 18 setiers. La hausse des prix est d’une proportion analogue à celle de l’orge : entre décembre et mars, le froment a augmenté de 25 % ; il est probable que, comme pour l’orge, la hausse principale a eu lieu avant les premières ventes de l’archevêque.

Les ventes de céréales de l’archevêque de Narbonne : gros et détail

33Le bayle de l’archevêque vend en gros et en détail. Les acheteurs en gros sont habitants de la baylie, actifs à Béziers. À l’exception d’un marchand de Capestang, aucun étranger à la baylie n’a accès aux blés de l’archevêque, ni Narbonnais, ni Biterrois. Commodité pour le bayle ? Ou bien quasicontrainte ? Le bayle vend au détail entre 6 et 20 setiers chaque fois, un peu sur place, pour l’essentiel sur le marché de Béziers. Difficile de savoir comment se fait exactement cette vente in minuto, peut-être par de petits marchands. Au total, environ 200 setiers sont écoulés ainsi, 800 par les marchands.

34Au même moment, les prix pratiqués en gros et au détail sont très voisins. Ce n’est pas là qu’il faut chercher la stratégie de vente au détail ou en gros. Les consuls de Béziers interviennent et acquièrent 45 setiers au prix le plus haut : 26 sous par setier.

35Sans que la règle soit absolue, il semble que l’archevêque commence à vendre en novembre et décembre, surtout en gros. À cette date, le setier vaut déjà deux fois plus qu’au temps des conversions de cens de septembre. Sans doute le marché de l’orge ne s’amorce-t-il que quand les réserves domestiques commencent à s’amenuiser. Ensuite, à partir de mars, il intervient plutôt au détail. Peut-être parce que les acheteurs en gros ont assez de stock pour ne plus acheter à ce prix ; peut-être parce que les stocks de l’archevêque diminuent ; peut-être aussi que, dans ces temps de cherté, il est difficile au bayle de ne pas approvisionner les villageois, ses voisins.

36Ainsi se précise le profil de vendeur de l’archevêque et de son bayle. Il n’attend pas le plus haut des cours pour commencer à vendre : il n’est pas un accapareur, au sens strict du terme. Néanmoins, il n’est pas indifférent au marché : en bonne année, il stocke. En cas de mauvaise récolte, il ne vend pas ou peu à bas prix en début de saison et profite largement des hausses des cours céréaliers.

Des conversions en début et en fin de saison

  • 20 Une fois, au mois de mai, il indique qu’il s’agit de pauvres (miserae personae). Pourquoi cette me (...)
  • 21 Cependant, comme le montrent d’autres comptabilités et d’autres années, il est sensible à la catas (...)

37Comment comprendre les conversions de cens dans ce contexte ? Toutes portent sur de petites quantités, quelques setiers, mais les périodes et donc les prix auxquels elles ont lieu distinguent deux catégories. Pour celles d’hiver et de printemps, au prix fort, le bayle apporte quelques précisions20. Il mentionne que ces conversions sont des versements contraints, exigés par les collecteurs apostoliques, qui surveillent la levée des revenus depuis la mort de l’archevêque au mois de janvier. Une fois est même mentionnée à Béziers une saisie du sergent royal. Le bayle n’endosse pas la responsabilité de faire payer les pauvres insolvables ; il obtempère. Est-il dans une situation difficile entre les plus pauvres des villageois et, du moins en 1347, les collecteurs apostoliques ? L’archevêque – il est vrai qu’une partie des opérations de conversions se situent pendant la vacance du siège – ne se comporte pas en tout cas comme un seigneur généreux qui efface les cens impayés ou les prêts de froment à rembourser, exigés parfois au plus haut des prix puisque, pour certains, on atteint 40 sous le setier, deux fois le prix du marché21.

38Reste à comprendre, même si elles ne portent que sur de petites quantités, les conversions de septembre qui se font à un petit prix, à un moment où il est sans doute aisé de prévoir que la cherté va s’installer. Dans cette situation de pénurie prévisible, la conversion des cens n’est pas avantageuse financièrement pour l’archevêque. Il pourrait attendre la montée des cours, mais encourrait alors le risque d’un défaut de paiement. Quant aux tenanciers qui déclarent ne pas pouvoir verser leur orge de cens, comment interpréter leur attitude ? Anticipent-ils en fait la hausse des cours ? Le bayle les contraint-il à acquitter la redevance malgré la pénurie prévisible ou consent-il à la conversion ? Il est difficile d’interpréter plus avant. Est-ce le propre du seigneur, par son bayle, que d’instaurer ou d’accepter ce rapport négocié d’autorité accessible et juste ?

39De l’information apportée par les comptabilités narbonnaises sur le marché des grains et sur les conversions, peu nombreuses, on retiendra qu’elles suivent les cours du marché, qu’elles interviennent en mauvaise année, mais à des moments différents de l’année, et que l’archevêque, par l’intermédiaire de ses administrateurs, est un vendeur avisé ; malgré sa capacité à intervenir comme un gros opérateur sur le marché des grains, il ne semble pourtant pas chercher à accentuer la cherté.

Un système de conversion généralisé : la seigneurie de l’hôpital de Nuremberg

40C’est un tout autre processus de conversion que les très riches séries de l’hôpital de Nuremberg permettent à Julien Demade de mettre en lumière dans l’étude très fouillée et éclairante qu’il livre dans cet ouvrage. Au lieu d’être concentrées sur une année, elles couvrent ici tout le xve siècle. Et le phénomène de conversion y est d’une grande ampleur. D’abord parce qu’il ne se limite pas à la seule conversion de quelques cens en blé, mais touche toute une gamme de redevances. Ensuite, par sa fréquence. Pour le seul village de Simonshofen, situé à une vingtaine de kilomètres de Nuremberg, 5 700 versements de redevances y sont inscrits : pour un quart d’entre eux versés par conversion. C’est dire le poids de cette pratique dans l’économie du prélèvement seigneurial, du moins dans la Franconie du xve siècle. Le résultat de cette pratique est le versement en argent d’une grande part de ce qui est dû à l’hôpital en nature : virtuellement, le prélèvement en argent représente un quart du nombre des versements, pratiquement, plus des deux tiers. Mais ici, même s’il semble bien que la pratique des conversions – ou du moins de leur enregistrement – ait été déclenchée par la grave crise frumentaire de 1430, la conversion ne renvoie pas de manière évidente à la difficulté de fournir le produit prévu dans la redevance « normale ». Il y a de très grosses disparités d’une année à l’autre dans le montant des redevances versées par conversion, mais on ne lit pas une bonne corrélation inverse entre l’importance de la récolte et le prix des denrées d’une part et celle du paiement par conversion d’autre part.

41Cette entrée d’argent par conversion des redevances annuelles n’est pas accentuée par la conversion des corvées et des charrois : bien au contraire, outre qu’ils effectuent réellement les services dus, les tenanciers de l’hôpital lui louent leur temps et perçoivent des salaires à la tâche ou à la journée. La rareté des conversions de services montre que l’hôpital ne semble pas vouloir généraliser le salariat agricole ; les paysans ne semblent pas non plus chercher à dégager du temps, pas plus qu’ils ne souhaitent ainsi chercher prioritairement à se libérer d’un service qui serait ressenti comme un humiliant signe de sujétion.

42La conversion n’a pas pour but de changer le calendrier du prélèvement : elle ne le modifie en rien.

43Comme le fait remarquer Julien Demade, il est difficile de comprendre la logique des conversions en utilisant les catégories de redevances distinguées par les historiens. Les gélines et les fromages sont couramment convertis, mais pas les œufs. Le seigle mais pas l’avoine. Ce n’est pas le poids de la redevance qui explique la conversion de certaines redevances seulement : les redevances en gélines, massivement converties, sont de faible valeur.

44D’autre part, puisque l’on ne saisit pas de corrélation nette entre la fréquence des paiements par conversion et la courbe des prix des denrées converties, la conversion ne semble pas être l’occasion systématique d’un espoir de « bonne affaire », même si on ne peut pas renoncer complètement à l’idée que se profile parfois une anticipation de profits à venir pour l’un ou l’autre, tenancier ou seigneur. L’hôpital de Nuremberg ne semble pas non plus chercher à assurer son approvisionnement et donc à refuser les conversions de redevances lorsque la récolte est faible et qu’on craint un manque de céréales.

45Une autre piste d’explication pourrait être que, dans certains cas, le seigneur souhaite imposer au tenancier de venir livrer en personne, à la grange, le montant de ses redevances. Mais l’affirmation de la sujétion ne semble pas prendre cette forme à Nuremberg. Et le choix des redevances converties ne semble pas lié au caractère récognitif de sujétion de telle plutôt que de telle autre. Julien Demade a montré dans sa thèse que c’est par les arrérages de redevances et le danger constant de saisie des terres que l’hôpital tient alors ses tenanciers. La transformation du statut des tenures, devenues perpétuelles, a fait s’instaurer un autre système de contrôle : les formes de la sujétion ont changé.

Les avantages pratiques des conversions

  • 22 Sans doute à un moindre stockage correspond aussi une diminution du bâti seigneurial, image de pui (...)

46Quelle raison alors à ces conversions massives de redevances ? Le pragmatisme et l’attention aux coûts de perception. Pour le tenancier, éviter le coût du transport. C’est, insiste Julien Demade, le caractère portable des redevances qui explique le recours fréquent à la conversion, notamment à la conversion en espèces. Dans le cas de redevances quérables, il est vrai que les seigneurs disposent parfois longtemps de corvées de charroi qui fournissent en grand nombre une main-d’œuvre peut-être peu efficace mais peu coûteuse aussi ; mais, même avec des coûts de transport réduits, il faut compter avec les frais de stockage et de garde. Pour le seigneur aussi, le règlement en espèces est donc commode22.

47Nicolas Carrier fait remarquer un autre avantage, celui de la divisibilité d’une redevance convertie : le partage de la redevance d’une geline entre plusieurs tenanciers est plus facile à réaliser si elle est payée en espèces. Même facilité dans les pays où le manse est resté l’assise de la fiscalité seigneuriale. Au fil des années, les divisions successorales ont multiplié les redevances partagées ; la conversion dans une somme unique simplifie la levée pour le seigneur, mais aussi le rassemblement d’une redevance multiple et éclatée pour les tenanciers.

48Nicolas Carrier fait remarquer encore, à propos de la situation savoyarde, qu’une redevance établie en nature et payée en argent présente un autre avantage ; celui d’éviter la contestation sur la qualité du produit livré. Les mentions qui fixent le montant du versement dû, dans les baux plus encore que dans les entrages et autres acapts méridionaux, renvoient à une inquiétude persistante chez le seigneur que le tenancier, ou le fermier, fournisse des produits médiocres. Il faut donc intégrer dans les coûts de perception des redevances et des loyers en nature celui de la stricte surveillance de la qualité des denrées versées. Au moment d’évaluer les intérêts respectifs des versements en nature et des paiements en argent, il faut tenir compte de leurs coûts respectifs pour celui qui s’acquitte de son dû et pour celui qui le reçoit.

49À bien des égards, les raisons de commodité et de coût dominent le choix de la conversion de redevance.

50Si seigneur et tenanciers trouvent souvent chacun leur intérêt au règlement en espèces, pourquoi la pratique n’en est-elle pas plus répandue et les versements des redevances demeurent-ils très majoritairement faits en nature ?

51En premier lieu, la conversion implique évidemment que le seigneur ne compte plus sur les redevances pour s’approvisionner, qu’il ait assez du sien ou qu’il sache pouvoir assurer par d’autres moyens les besoins de ses proches. Ce n’est peut-être pas le cas de toutes les seigneuries.

52D’une année sur l’autre, les avantages de tel ou tel moyen de paiement, notamment grains divers et espèces, peuvent être contrebalancés par la conjoncture. Si le coût relatif de transport et de stockage argent/grains répond à une tendance structurelle et n’est certainement pas fluctuant, chaque moyen de paiement peut avoir des avantages et des inconvénients d’un autre type qui varient d’une année sur l’autre et d’un mois à l’autre via la fluctuation du marché des grains mais aussi la fluctuation des autres prix. Notamment dans les temps d’instabilité monétaire, ici la géline, ailleurs le bichet de grains gardent un pouvoir d’achat et une valeur libératoire stables, si du moins les cours des grains ne décrochent pas par rapport aux prix des autres denrées. La valeur de conversion suit avec un peu de retard la hausse des prix des denrées, mais elle la suit et même d’assez près pour qu’aucune érosion grave ne se fasse jour. La redevance originelle reste le fondement stable qui perdure et qu’on convertit au gré des situations passagères.

La valeur et le coût des choses : un savoir partagé

53Tous les mécanismes de conversion de redevances impliquent des évaluations partagées, une connaissance commune de la valeur des choses.

54À quelle valeur se fait la conversion ? À Nuremberg, pour les gélines et les fromages, la valeur de conversion est fixée par la norme : 6 deniers pour les fromages, 5 deniers pour les gélines d’automne et 10 pour celles de Carême. Mais, pour les céréales, la conversion se fait au prix du marché de Nuremberg, les redevances étant portables. Et c’est là un caractère quasi constant des conversions en toutes circonstances que de se faire au prix du marché. Il en va ainsi dans la Normandie de la fin du xiiie siècle : la référence du chirographe cité en exemple par Isabelle Theiller est le prix du grain au grand marché de Rouen des vendredis d’octobre et de novembre, celui-là même où se font les « apresagements » ou estimations judiciaires. La conversion se fait donc sur les bases d’une estimation et d’une information largement partagées.

  • 23 Voir sur ce point : L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et (...)

55Sans vraie surprise, on constate que le système de conversion des redevances suppose une culture rigoureuse de l’estimation et de l’évaluation. Il faut d’abord que les prix soient connus des partenaires de la transaction, le tenancier et les représentants du seigneur. La conversion des redevances implique l’existence de nombreux marchés ou lieux d’échanges par le biais desquels se fait l’accès à l’information. Le marché diffuse cette information : depuis les temps carolingiens, on va au marché pour vendre et acheter, mais aussi en badaud. La multiplication bien connue des marchés, comme dans l’Angleterre du xiiie siècle, a rapproché de tous ces pratiques et ce savoir empirique de la valeur des denrées. La valeur monétaire des choses est connue : valeur des biens fonciers23 et valeur des denrées. La connaissance des coûts et l’évaluation des frais des levées fiscales, l’une et l’autre empiriques, sont aussi loin d’être absentes des milieux seigneuriaux, et même des paysans. Il est frappant de voir les notables villageois exprimer avec aisance les revenus nets à attendre, en année moyenne, du prélèvement seigneurial. Il est vrai que beaucoup de ces notables servent le seigneur dans son administration ou afferment ses revenus. Il se peut que manque aux paysans médiévaux la capacité à construire un budget prévisionnel, mais du moins ont-ils celle d’évaluer un revenu net moyen, incluant la prise en compte des coûts de perception et de transport. C’est d’ailleurs sur ces bases que sont régulièrement établies les assises, les douaires et autres concessions de biens : en fonction du revenu net à en attendre.

56Il est difficile d’évaluer si les conversions de redevances ont été couramment pratiquées lorsque les seigneurs vivaient des denrées prélevées. Qu’en était-il dans le système de la foodfarm anglaise ? Telles que les conversions de redevances s’inscrivent dans la documentation écrite, qu’elles soient très momentanées, liées au manque de récolte, ou qu’elles soient largement pratiquées comme à Nuremberg, elles impliquent l’omniprésence des marchés et d’échanges normalisés. Elles renvoient à une économie plus souple qu’on ne l’imagine. La spéculation et la recherche d’un revenu maximal ne sont pas la règle dominante des attitudes économiques seigneuriales ; le revenu ne s’impose pas au détriment de relations sociales ordonnées autour d’une collection de liens locaux durables entre seigneur et tenancier. Pour autant, la prise en compte des coûts du prélèvement n’est absente ni des calculs paysans ni des stratégies seigneuriales.

Commutations

57Il est possible que certaines commutations ne soient que la pérennisation définitive de conversions durablement pratiquées et finalement entérinées. Des exemples anglais, cités dans cet ouvrage par Phillipp Schofield, montrent le retour à la redevance originelle après de longues années de versement par conversion, par exemple des services en argent : la prescription est lente. Néanmoins, entre conversion et commutations, les différences sont fortes tant dans les intentions qui président aux unes et aux autres que dans leurs incidences économiques et sociales. À cet égard, si les conversions introduisent la souplesse du moyen de paiement des redevances, les commutations, qui fixent le montant d’une redevance en proportion de la récolte, en quantité de grains ou en valeur, conduisent à répartir différemment, dans la société, l’effet des fluctuations économiques et des tendances de long terme.

Les commutations : des modifications durables

58Si les conversions introduisent la flexibilité du versement de la redevance, mais n’en modifient pas la valeur, il en va différemment des commutations. La commutation peut n’être qu’une conversion entérinée, et le résultat d’une commutation peut ne pas être différent de ce qu’aurait été une conversion, dans le versement du tenancier comme dans les revenus du seigneur. Pourtant, même dans un tel cas, qui n’est pas le plus fréquent, subsistent de fortes différences. En premier lieu, l’une est modifiable chaque année, pas l’autre. La temporalité fait partie des différences cruciales entre commutations et conversions. La conversion se rejoue chaque année, la commutation est définitive. Dans la relation seigneuriale, la différence est importante, car la commutation clôt toute négociation, tandis que la conversion la perpétue, même dans les cas où le tarif de la conversion est stable et coutumier. Chaque année se pose la question de la forme dans laquelle sera payée la redevance ; ce caractère incertain, cette marge de manœuvre sont absents de la commutation.

  • 24 Luigi Provero cite l’exemple de Vico qui rachète en 1181 son fodrum pour 300 lires et paiera annue (...)

59Une seconde différence majeure est le fait que la conversion – à la différence de la modération acceptée parfois par le seigneur dans le cas de mauvaises récoltes durables – stipule une égalité entre la redevance ou le service théorique et la redevance réellement payée ; c’est rarement le cas lors des commutations. Une bonne partie des commutations sont accompagnées d’un allègement de redevance. Dans ce cas, quel que soit le cadre de la commutation, individuelle ou collective, la commutation est souvent un rachat de cens ou d’un ensemble de redevances et elle s’accompagne du versement d’une somme importante. La redevance annuelle est abaissée ; la réduction achetée, selon un taux très inégal d’un tenancier à l’autre ou d’une communauté à une autre. À un achat coûteux correspond en règle générale un paiement annuel très réduit24. La commutation est donc un investissement de la part des paysans.

60Au fil de l’évolution économique et de la croissance de l’offre des denrées, les commutations ont bien souvent le sens d’une simplification des redevances : s’il reste encore à l’abbaye de Peterborough, par exemple, en plein xiiie siècle, des traces de la food rent, elle a disparu de la plupart des seigneuries. Stricto sensu, dans le vocabulaire des médiévistes, le terme de redevance s’applique aux versements annuels ou casuels liés à la tenure. Mais la différence entre seigneurie banale, seigneurie foncière et même seigneurie domestique est plus claire dans l’analyse des historiens que dans la pratique et on peut élargir le propos à l’ensemble de la fiscalité seigneuriale. La commutation peut ne concerner que la tenure, seulement la redevance annuelle ou tout l’ensemble du système fiscal, incluant aussi les taxes d’entrage, d’héritage et de mutation. Mais, lorsqu’elle touche à la fiscalité collective, la commutation est une transformation complexe qui peut réaménager tout le système fiscal, notamment dans des villages soumis à un seul seigneur, ou dans des seigneuries suffisamment cohérentes pour que leur régime soit homogène.

Les commutations individuelles sont silencieuses

61Les mutations de redevances foncières conclues entre un seigneur et l’un de ses tenanciers sont peu décrites par les sources écrites, de la même manière que le mouvement qui a transformé auparavant d’innombrables terres allodiales en tenures demeure largement mystérieux. Pere Benito fait remarquer que les commutations constituent une part importante de ce qui est conservé des archives seigneuriales au xiiie siècle, notamment en Catalogne à l’est du Llobregat mais que le fait est trompeur : ce sont précisément les situations de commutation qui les ont alimentées. Elles ne constituent en fait qu’un tout petit pourcentage des immenses séries, à peine plus tardives, de reconnaissances recopiées dans les capbreus ou terriers, fort nombreux dans les régions méridionales. Dans les rares registres notariaux de la même époque, la proportion n’en est pas élevée non plus. Il est difficile d’en discerner les fréquences, le rythme régulier ou non, homogène ou non, mais aussi le sens : peut-on y lire une évolution coordonnée vers de nouveaux types de prélèvement ou une sorte de mouvement brownien aux orientations multiples ? Les accensements nouveaux ressemblent-ils aux redevances commuées ou les seigneurs leur imposent-ils des redevances différentes de celles dont ils acceptent ou souhaitent la commutation ?

  • 25 La distinction est déjà très nettement faite depuis la thèse de Pierre Toubert, Les structures du (...)
  • 26 Pere Benito fait remarquer une certaine homogénéité du taux de ces redevances partiaires dans le c (...)
  • 27 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, Rome, 1993, p. 338.

62Pour poursuivre l’exemple des contrées catalanes ou languedociennes qui suivent des évolutions similaires, une première évolution est perceptible, peut-être moins marquée dans la Vieille Catalogne, évolution qui dissocie les manses et instaure la domination quasi exclusive du régime des tenures parcellaires. L’emphytéose perpétuelle, caractérisée, comme dans une partie des contrats a livello italiens25, par l’association d’un droit d’entrage en argent et d’un faible loyer annuel, fixe le plus souvent, accompagne cette première phase. Une tendance générale émerge, surtout au cours du xiiie siècle, à une réduction de la fréquence des redevances proportionnelles, tasques ou champarts, et à une augmentation de celle des cens, en nature et surtout en argent. Ou du moins à la transformation des tenures chargées de redevances partiaires26 en tenures à cens fixe. Mais ce mouvement progressif, né d’une multitude de réajustements successifs, est plus ou moins marqué suivant les régions. La conclusion de François Menant pour la Lombardie du xiie siècle27 est autre : la stabilité formelle domine les « loyers forfaitaires en blé, et les redevances à part-fruit, qui se rattachent directement aux usages domaniaux d’époque carolingienne, exercent une prépondérance écrasante ». L’intensité des commutations contractuelles dépend fortement des conditions locales, dans lesquelles la force de l’évolution économique ambiante et celle du contrôle seigneurial comptent beaucoup, ainsi que naturellement la situation originelle. Dans une région comme la Bretagne, où les redevances foncières sont très tôt et fortement en espèces, Daniel Pichot souligne les permanences : majoritaires elles sont et demeurent.

63Il semblerait que les périodes où les commutations individuelles sont plus nombreuses alternent avec celles où la coutume collective s’affirme fortement et que s’introduise peu à peu une palette de situations d’échappement à la règle commune. Ainsi en va-t-il en Catalogne et France méridionale : après la mise en place des coutumes castrales, des retouches ont été introduites par de nouveaux contrats emphytéotiques, comme si la coutume s’érodait au fil des temps. Phillipp Schofield, comme Catherine Letouzey dans le cas de la Trinité de Caen décrivent une situation anglaise différente, une unification, sans doute progressive, des statuts sinon des redevances. À l’arbitraire général du xiie siècle succède une période de mise en ordre, telle que l’arbitraire devient caractéristique des seuls vilains : d’ailleurs, bien des commutations doivent en fait être interprétées comme des fixations de redevances jusqu’alors changeantes au gré des besoins seigneuriaux. La tendance la plus clairement marquée est la réduction de l’incertitude au profit de la fixité.

Les commutations collectives : des formes multiples pour des situations multiples et variées

64Les contrées méridionales offrent dans cet ouvrage les exemples les plus évidents de commutation collective. D’autres contrées en ont connu, notamment toutes celles qui ont bénéficié de chartes de coutumes ou de franchises dont les commutations de redevances sont l’une des composantes. Mais de fait, l’Europe méridionale a connu des communautés fortes, dont les négociations avec les seigneurs ont laissé les traces écrites indispensables à l’historien. Toutefois, les négociations collectives ne signifient pas systématiquement que s’instaure une relation publique entre le seigneur et la communauté, en place d’une relation contractuelle : c’est le cas parfois, mais Luigi Provero fait remarquer que le remplacement assez fréquent du fodrum par un fictum signale un glissement sémantique de l’impôt public vers un loyer contractuel ; il le commente avec prudence comme le signe éventuel d’une contractualisation de la fiscalité.

65La Navarre de Sanche le Sage, analysée par Carlos Laliena, offre l’exemple d’une évolution imposée par le roi dans ses seigneuries et qui ne s’étend guère aux autres, en une réforme ample et rapide de la fiscalité. On y retrouve des traits de l’évolution qui caractérise les commutations individuelles, tels que la simplification des redevances. Elle se produit ici en deux temps. À l’exception du droit de gîte (cena) qui subsiste, les autres prestations sont regroupées, dans la dernière décennie du xiie siècle, en une redevance double, un versement en nature associé à un paiement en argent. Puis, dans les trente années qui suivent, s’impose la seule pecha en argent. Cette commutation a en fait d’abord les caractéristiques d’une conversion, égalité de valeur entre ancienne et nouvelle formes de versement et assiette individuelle. Mais, dans la seconde phase, l’assiette devient collective et la pecha égale pour tous. Le roi y trouve un avantage majeur : l’argent qu’il frappe, il en force la pénétration et la circulation jusque dans des zones qu’il pénètre difficilement.

66Dans les franchises piémontaises étudiées par Luigi Provero, la levée sera aussi assurée par la communauté et même l’assiette puisque le fictum n’est pas à taux unique. Il n’y a plus d’exception à l’appartenance à la communauté, plus d’exemption. Cette assise collective et fixe présente l’intérêt, dans ce pays où fleurissent de nouveaux villages, les villenove, de garantir un revenu fiscal minimum. Ici aussi la part des redevances en argent a augmenté. Ici aussi l’évolution tend à une simplification des redevances, même si subsistent à côté du fictum diverses taxes, de marché, de péage et des droits de justice ; mais la géométrie des droits, qui au terme de la commutation appartiennent à la communauté moyennant un paiement commué et de ce que le seigneur continue à percevoir, varie fortement d’une communauté à l’autre.

67La commutation des coutumes peut parfois prendre la forme d’un changement radical, à l’exemple de ce qui se produit en Latium, à Genazzano, plus tard, il est vrai, dans une période de densité démographique décroissante. Ici aussi la liberatici et l’absolutio renvoient aux affranchissements « classiques ». Mais l’introduction du jus serendi comme règle de gestion du territoire et de fiscalité, redistribuant chaque année les terres, bouleverse toute l’organisation du village. Sandro Carocci fait remarquer l’originalité du processus : la transformation est ici si profonde que la première étape est le retour de tous les biens aux mains des seigneurs avant que, redevenu vierge de tout droit des paysans, le village ne renaisse à un nouveau système agricole, fiscal et social. La commutation commence ici par une table rase. Le terme de conventio laisserait penser à une transaction de caractère contractuel. Mais ce serait ignorer la puissance des familles de l’aristocratie romaine : la branche des Colonna qui possède le village impose un régime qui lui permet de profiter d’énormes revenus de l’élevage.

Micromosaïques du prélèvement seigneurial

68L’étude des conversions et surtout des commutations de redevances a quelque chose de vertigineux. S’il y a bien des faciès régionaux dans les renégociations de redevances, la mosaïque seigneuriale est infiniment variée, quelle que soit l’échelle à laquelle on l’observe. Et se focaliser sur les moments et les circonstances où les changements s’opèrent aggrave cette impression d’un kaléidoscope incompréhensible. La chronologie n’est pas plus rassérénante que la géographie. Si on sait peu de chose des éventuelles conversions précoces, on devine que les commutations se sont succédé depuis les temps carolingiens. L’Angleterre montre par exemple des traces précoces de commutation des services de transport en averagium et des services de garde en wardpenny. Si l’on voit bien les périodes difficiles où les conversions sous contrainte se sont multipliées, il n’est pas visiblement de périodes sans commutations, ni sans doute sans conversions de redevances. Quant à la typologie des seigneuries et des redevances, elle est également si riche et si dispersée qu’il paraît tout à fait impossible de rendre compte, sauf à généraliser de manière trop abrupte pour être juste, des choix qui ont fait disparaître ici telle taxe, ici telle redevance : on perçoit bien que les revenus seigneuriaux et les charges paysannes constituent des systèmes dont il faudrait décrypter l’évolution, non pas de manière analytique, mais dans une arithmétique synthétique, faisant jouer le poids global, le calendrier et la répartition entre services, espèces et produits agricoles.

69L’inertie et le hasard expliquent sans doute pour une part la juxtaposition de seigneuries aux caractéristiques différentes, issues d’évolutions divergentes. Mais sans doute des raisons nous échappent-elles aussi. Comme le rappelle Phillipp Schofield, à propos de fermages, pourquoi subsiste-t-il côte à côte, dans la même seigneurie, au seuil du xiiie siècle, un domaine pris à la rente de deux food rents par an et l’autre entièrement en shillings ? Cette multiplicité des évolutions est d’abord le signe d’une adaptabilité bien plus forte qu’on ne le pense souvent de la coutume ; elle ne bloque en fait aucune évolution ni collective, ni même particulière.

70Pour la plupart des régions analysées dans cet ouvrage, les auteurs, unanimement, reconnaissent que l’évolution est loin d’être univoque et que les commutations comme les conversions vont au même moment transformer les redevances dans des sens divergents. On voit bien que les commutations adoucissent généralement le poids des redevances et qu’elles aboutissent aussi à des systèmes fiscaux simplifiés. Pour le reste, à travers la jungle des redevances diversement articulées, on peut essayer de caractériser les stratégies seigneuriales et paysannes en recherchant deux axes comportementaux : la recherche impérieuse d’argent et l’aversion au risque.

Conversions et commutations en argent : un choix raisonnable

71Des seigneurs « serrés par le besoin » ? Le monde seigneurial est aussi varié que sont multiples les formes de prélèvement, mais la richesse seigneuriale est évidente, leurs domaines directs sont sans commune mesure avec ceux des riches paysans ; leurs besoins de crédit trouvent immédiatement à être satisfaits. Pourtant, il n’est pas discutable que nombre de seigneurs peinent à tirer argent de ces richesses et que la plupart d’entre eux ne disposent pas de grandes liquidités. Mais il faut distinguer les besoins d’argent exceptionnels et ceux qui se font sentir au jour le jour. Pour les premiers, il faut faire appel à des ressources exceptionnelles et puissantes que sont les ventes de franchises aux communautés. Pour les autres, les ressources régulières viennent des produits du domaine, des redevances annuelles et même casuelles, qui à l’échelle d’une seigneurie, bon an mal an, sont assez stables, et de toute la fiscalité banale, tailles et taxes diverses sur les activités économiques dont tous les seigneurs ne bénéficient pas.

72Convertir et commuer les redevances qui produisent du vrac en argent présentent une multitude d’intérêts : pas seulement fournir du numéraire mais aussi baisser les frais, frais de transport dont on sait qu’ils sont considérables au Moyen Âge pour les redevances quérables, frais de stockage, mais aussi, en amont, frais de levée. La ferme laisse une bonne part du bénéfice au fermier ; la levée directe nécessite une nuée de contrôleurs divers et surtout quelques-uns de ces intermédiaires, reeves, bayles et prévôts, dont il faut contenir les ambitions démesurées. Si une bonne fiscalité est une fiscalité peu visible ou peu douloureuse à celui qui la paye et dont la levée n’est pas coûteuse, les stratégies des seigneurs consistant à multiplier le paiement des redevances en argent ne sont pas si sottes.

73On a beaucoup ironisé sur le mauvais calcul d’une redevance en argent dont le pouvoir libératoire s’émousse au fil de la hausse des prix, jusqu’à ne presque rien valoir. C’est vrai dans le cas des commutations, mais les conversions permettent l’adaptation aux conditions momentanées, sans perdre la référence d’origine, et évitent l’érosion du pouvoir libératoire des cens. Et les droits d’entrage et les lods qui sont proportionnels à la valeur vénale du bien profitent largement de la hausse du foncier qui accompagne celle des produits agricoles. Le transfert du prélèvement de la redevance annuelle sur la redevance casuelle est avantageux pour le seigneur. Mais surtout, même si la hausse générale des prix est évidente quand on la mesure à l’échelle du siècle, mesurée à l’aune de la vie d’un seigneur, elle est peu perceptible, sauf dans des moments d’accélération, comme au début du xiiie siècle en Angleterre ; alors bien des seigneurs ont réagi assez rapidement.

Prudences seigneuriales, prudences paysannes

74Les auteurs de cet ouvrage montrent aussi que les conversions et commutations, plus souvent destinées à produire des espèces, laissent cependant toujours subsister un prélèvement varié. Faut-il y voir une stratégie d’assurance contre les aléas ? D’abord faire en sorte que les besoins quotidiens soient couverts ? Si cette prudence dicte les conduites économiques des seigneurs, elle cadre mal avec les fantasmes militaires et les rêves de croisade, si dispendieux quand ils deviennent réalité. Mais les largesses aux prières des moines sont un investissement et une assurance durables qui évitent pour soi et les siens les tortures infernales. Ce qui prouve que les rationalités économiques et spirituelles sont parfois contradictoires.

75Les divers types de redevances annuelles intègrent différemment le partage des risques entre seigneurs et paysans. Les redevances proportionnelles les répartissent aussi équitablement que le permet le principe de la seigneurie foncière, mais ne permettent pas des gains substantiels : les bonnes années, la redevance fournit beaucoup mais les prix sont bas. Les cens en argent risquent de voir éroder leur pouvoir d’achat si l’ensemble des prix et des salaires montent, mais assurent de bonnes rentrées nettes. Le seigneur ayant eu pour souci premier d’assurer les besoins en grains de sa familia, la cherté des grains n’est pas à craindre. Les cens en nature peuvent voir leur pouvoir d’achat érodé si les prix des grains ou des autres denrées fournies par les redevances annuelles ne suivent pas la hausse des autres objets de dépenses seigneuriales ; en revanche, ils permettent des gains substantiels les années de cherté. Quels sont les bons choix et les bonnes anticipations ? Quelles sont les commutations judicieuses ? Elles se font dans le moyen terme, pour un nombre respectable d’années, sinon de décennies, à la différence des conversions qui se font dans le court terme de l’année à un moment où, si elles ne se décident pas longtemps avant la date du versement, les résultats de la récolte sont connus et l’évolution des prix est en partie prévisible.

76Parler des stratégies et des choix des seigneurs est une commodité : on a vu que le préchantre du chapitre de Narbonne et les collecteurs apostoliques donnent des consignes ou même des ordres aux bayles. Mais pour Catherine Letouzey, l’abbesse de la Trinité est la main qui dirige les destinées du patrimoine de l’abbaye. Il n’est pas facile d’établir la part de responsabilités des plus hauts agents de la seigneurie.

77Les seigneurs, ou leurs agents, ne sont pas les seuls maîtres du devenir des redevances, même si on ne doit pas oublier l’inégalité sociale qui préside à toutes les relations entre seigneurs et paysans. Comme Georges Duby l’avait fait remarquer, les seigneurs ont largement profité de l’enrichissement global ; ils n’y sont pas totalement étrangers, l’ont au moins laissé se développer et l’ont peut-être encadré. Le rôle moteur des uns et des autres est objet de discussions. L’argent circule parmi les paysans et ils semblent avoir une propension à préférer les redevances en argent aux redevances proportionnelles et aux cens parce qu’ils sont fixes. Les tasques et champarts sont pourtant de vraies assurances contre le risque climatique. Visiblement, les paysans ont, au long de la période médiévale, préféré, quand ils le pouvaient, le gérer eux-mêmes et prendre la responsabilité de la commercialisation de leurs productions. Des salaires pour des travaux d’appoint apportent un complément d’espèces.

78Tous les paysans partagent-ils ces choix ? C’est très improbable. Les franchises, les commutations et la plupart des conversions pourraient apparaître comme un gagnant-gagnant si l’on omettait les clivages au sein du monde paysan et le rôle des élites dans les choix des communautés. Avantageuses pour les seigneurs et pour une part de la paysannerie, lourdes pour les plus petits.

79Chacune à son rythme, annuel ou pluriannuel, et chacune selon ses modalités, conversions et commutations façonnent l’impact des redevances sur la répartition des richesses. La forme du versement influe sur le partage des risques climatiques entre celui qui verse et celui qui reçoit ; et définit aussi les conséquences de l’incertitude intra-annuelle du cours des denrées. Les commutations modifient, pour la longue période, le partage des richesses, mais aussi l’exposition de chacun aux aléas et aux évolutions structurelles de l’économie : un cens fixé en valeur conduit à faire peser l’essentiel des fluctuations sur les tenanciers ; les fluctuations de récolte et celles du prix du blé, les unes peuvent avantageusement se compenser les unes les autres, tandis que les revenus du seigneur supportent l’évolution du niveau général des prix. Les conversions quant à elles permettent d’ajuster, au coup par coup, les conséquences de cette répartition de référence ; degré de flexibilité supplémentaire dans l’économie, pour utiliser un terme à la mode, confié aux mains des uns ou des autres, elles permettent de pallier les fluctuations infra-annuelles ou d’en tirer parti.

80Malgré la complexité des conversions et des commutations, malgré celle du prélèvement seigneurial, malgré la participation de nombreux seigneurs au marché des grains, le bilan reste celui d’un transfert puissant d’argent des paysans vers le monde seigneurial. Il débouche sur une question : accumulation ou redistribution ? Le cycle de la circulation de l’argent se bloque-t-il en certaines niches ou retourne-t-il pour l’essentiel aux campagnes paysannes, via l’artisanat et les dépenses des seigneurs, et de tous ceux qui en profitent, notamment en objets artisanaux, dont les fabricants sont tributaires des produits agricoles qu’ils achètent pour une part au moins ?

Notes

1 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p. 469.

2 D. McCloskey, English Openfields as Behaviour Toward Risk, Research in Economic History, Greenwich (Conn.), 1976, p. 124-170.

3 R. M. Townsend, The Medieval Village Economy. A Study of the Pareto Mapping in General Equilibrium Models, Princeton, 1993.

4 Voir le compte rendu de plusieurs de ces ouvrages dans William R. Day jr, « The land market in pre-industrial Europe. Some implications of recent research on the rural economy (review essay) », dans Le marché de la terre au Moyen Âge, L. Feller et C. Wickham (éd.), Rome, 2005 (École française de Rome, 350), p. 49-61.

5 David Stone, Decision-Making in Medieval Agriculture, Oxford, Oxford University Press, 2005.

6 « Of course, profit was by no means the only aim or the only rational aim-of farmers in past societies », ibid., p. 6.

7 Thomas Jarry, « Évaluer, inventorier, exploiter : le Rotulus de denariis de l’abbaye Saint-Étienne de Caen (xiiie siècle) », Tabularia, « Études », no 6, 2006, p. 1-23 (cité par C. Letouzey).

8 Voir par exemple l’analyse du phénomène par Jean Tricart, Les campagnes limousines du xie au xvie siècle. Originalité et limites d’une reconstruction rurale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

9 Il s’agit bien d’ailleurs d’une conversion au sens où on convertit un moyen de paiement en un autre moyen de paiement.

10 Ou dans le cadre global d’une seigneurie, au sein de laquelle les diverses conversions individuelles se coordonnent, s’additionnent ou se contrebalancent.

11 Ils concernent en effet une analyse doublement restreinte. D’une part, dans le temps puisqu’ils ne tiennent pas compte des conséquences à long terme. D’autre part, dans l’économie : ce sont des analyses partielles qui ne prennent pas en considération le « bouclage » des marchés et l’inefficacité d’une stratégie que tout le monde applique en même temps.

12 Chris Dyer, Lords and Peasants in a Changing Society. The Estate of the Bishopric of Worcester (680-1540), Cambridge, 1980.

13 Archives vaticanes, Introitus et Exitus 249, foi. XIII. L’ensemble de cette comptabilité m’a été communiqué par Marie-Laure Jalabert qui l’a utilisée pour sa thèse, Autour du Livre Vert : idéal et réalités de la seigneurie des archevêques de Narbonne, de Gilles Aycelin à Pierre de La Jugie (1290-1375), université Paris 1, 2007.

14 On pourrait penser que l’existence ou l’absence de défaut de versement des cens en nature s’explique par l’inégalité des quantités dues, mais cette hypothèse ne résiste pas à un examen complet des comptabilités. Il est vrai que les usages de Montels se montent à plus de 300 setiers d’orge tandis que ceux de Sigean ou de Canet, où le phénomène n’est pas visible, sont bien plus faibles. Mais à Nissan aussi, gros village voisin de Montels, il y a défaut de paiement et pourtant il y a aussi des tenanciers qui ne paient pas leur cens. L’explication est ailleurs.

15 700 setiers d’orge à Nissan et 425 à Montels.

16 À Nissan, les tasques et les dîmes montrent une production majoritaire en orge, mais le froment y représente le tiers de la production, bien plus que dans les cens.

17 Les pages consacrées aux venditiones bladorum enregistrent successivement le froment, le méteil (moitié froment, moitié orge, appelé ici arao), l’orge, l’avoine, puis tous les petits blés et légumineuses.

18 C’est la même mesure : les quantités sont additionnées dans la comptabilité ; elles ne le sont évidemment pas quand les mesures diffèrent, par exemple quand de l’orge de Montels est portée à Narbonne où la mesure est plus forte des 6/5e

19 Le froment est en gros deux fois plus cher et le méteil (orao) donc une fois et demie.

20 Une fois, au mois de mai, il indique qu’il s’agit de pauvres (miserae personae). Pourquoi cette mention ? Le bayle leur vend au prix du marché, pas moins cher. Accepte-t-il un paiement en retard, d’ailleurs peu avantageux pour les tenanciers ?

21 Cependant, comme le montrent d’autres comptabilités et d’autres années, il est sensible à la catastrophe climatique et réduit les fermages lorsque la grêle a détruit les récoltes.

22 Sans doute à un moindre stockage correspond aussi une diminution du bâti seigneurial, image de puissance. Mais d’autres représentations de puissance ont pu se substituer.

23 Voir sur ce point : L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, 2005.

24 Luigi Provero cite l’exemple de Vico qui rachète en 1181 son fodrum pour 300 lires et paiera annuellement 100 lires, et Mondovi 1400 lires et 300 lires.

25 La distinction est déjà très nettement faite depuis la thèse de Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, Rome, 1973, p. 529 sq.

26 Pere Benito fait remarquer une certaine homogénéité du taux de ces redevances partiaires dans le cadre de la microrégion, et l’existence de fortes différences entre les microrégions.

27 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, Rome, 1993, p. 338.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540