Version classiqueVersion mobile

Évêques et communautés religieuses dans la France médiévale

Espaces et territoires

Les évêques de Cambrai et les communautés séculières et régulières du Hainaut

Contribution à l’étude de leurs relations (xe-xve siècle)

Monique Maillard-Luypaert

Texte intégral

1L’immensité du territoire diocésain, la longueur de la période envisagée, le grand nombre et la variété des communautés monastiques et canoniales, l’ampleur de la documentation disponible imposent des limites assez strictes à cette enquête qui n’a d’autre ambition que d’apporter sa contribution à une vaste recherche au niveau de la France et de ses marges.

2Ces limites sont d’abord géographiques, ou plutôt géopolitiques. Seuls trois archidiaconés sur six ont retenu l’attention : Valenciennes, Hainaut et Brabant dans sa partie méridionale, correspondant au comté de Hainaut, amputé de l’Ostrevant qui ressortit au diocèse d’Arras, et de la région de Chimay qui dépend de celui de Liège. Le petit territoire de Lobbes, longtemps hainuyer puis rattaché à la principauté épiscopale de Liège mais dépendant toujours au spirituel de l’évêque de Cambrai, est inclus dans cette enquête. L’espace ainsi couvert peut être qualifié de territoire-frontière, aux marges de l’empire germanique, aux portes du royaume de France.

3Les limites sont aussi chronologiques. L’enquête commence au début du xe siècle, moment qui correspond à la réforme clunisienne, et s’arrête en 1439, juste avant le long épiscopat de Jean de Bourgogne.

4Malgré la disparition de nombreux fonds d’archives, la masse documentaire disponible reste imposante, grâce, notamment, à la bonne conservation des fonds ecclésiastiques du nord de la France et aux éditions de sources qui, pour la partie belge du Hainaut, compensent les pertes occasionnées par les destructions de 1940.

  • 1 Anne-Marie Helvétius, évoquant la situation très contrastée et finalement fort complexe du ixe sièc (...)

5Enfin, le cadre institutionnel est lui aussi volontairement restreint. Ont été retenus les chapitres séculiers, masculins et féminins, ainsi que les communautés de bénédictins, de cisterciens, de chartreux et de chanoines réguliers, à savoir les communautés indépendantes qui suivent la règle dite de saint Augustin, et les filles d’Arrouaise, de Saint-Victor de Paris et de Prémontré. A priori, cette sélection paraît simple ; elle l’est beaucoup moins quand on aborde la haute époque. Ce n’est un secret pour personne que la distinction entre moines et chanoines n’est pas toujours très claire, qu’avant l’Institutio canonicorum d’Aix, la « frontière » entre l’ordo monasticus et l’ordo canonicus n’est pas nette, et qu’après 816, la situation reste floue pendant tout un temps1. De nombreuses communautés ne savent pas comment se positionner par rapport au choix entre l’un ou l’autre ordo, et naviguent donc entre les deux.

6Pour l’heure, le propos sera limité à deux questions : quel rôle les évêques de Cambrai ont-ils joué dans les processus de fondation des communautés hainuyères et quelle a été leur action dans les processus de réforme, dans la régularisation ou la sécularisation de ces communautés ?

Le rôle des évêques dans les processus de fondation

7Le nombre de fondations épiscopales est assez dérisoire. Seuls trois évêques sont concernés : soit ils prennent possession d’une communauté existante, soit ils en fondent une nouvelle.

  • 2 Ibid., p. 268-277.
  • 3 N. Ruffini-Ronzani, « Du comté de Cambrai à la marche de Valenciennes. Marginalisation du pouvoir c (...)

8En 948, l’évêque Fulbert, qui doit sa nomination entre autres au duc de Lotharingie Gislebert, manœuvre habilement pour obtenir du roi Otton Ier de Germanie l’abbaye de Maroilles. Cette maison était devenue royale sous Charles le Chauve, roi de Francie occidentale, mais en 925, le Hainaut s’est retrouvé, comme toute la Lotharingie, dans le royaume de Francie orientale ou Germanie. Maroilles, abbaye de chanoines, devient donc épiscopale, la seule en Hainaut, et l’évêque en est l’abbé2. Cette acquisition témoigne de la volonté de Fulbert de renforcer son pouvoir dans le diocèse. On ne s’étonnera donc pas du bras de fer qui l’oppose au comte de Cambrai Isaac, dont il sort vainqueur en obtenant l’ensemble des droits comtaux sur Cambrai et sa région3.

  • 4 U. Berlière, Monasticon belge, t. 1, vol. 2 : Supplément (province de Namur). Province de Hainaut, (...)

9Vers la fin du xie siècle, l’évêque Gérard II de Lessines fonde une petite abbaye à Aubechies, dont l’existence sera brève car au début du siècle suivant, son successeur Burchard unit les biens du monastère à ceux de l’abbaye bénédictine de Saint-Ghislain, les deux communautés n’en formant plus qu’une4.

  • 5 J. Becquet, Province ecclésiastique de Cambrai. Diocèses actuels de Cambrai et Lille, Paris/Turnhou (...)

10On retrouve un évêque fondateur vers la fin du xiiie siècle. Guillaume d’Avesnes installe une chartreuse au Val-Saint-Paul près de Cambrai, mais cet emplacement à proximité de la cité épiscopale s’avère inapproprié à la stricte observance de la règle de saint Bruno. C’est pourquoi, en 1295, le couvent est transféré à Marly près de Valenciennes, grâce à l’intervention du frère de l’évêque, le comte de Hainaut Jean d’Avesnes5.

  • 6 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 282. N. Ruffini-Ronzani, « Du comté de C (...)
  • 7 La comtesse Richilde rattache l’abbaye de Saint-Denis à l’abbaye bénédictine de La Sauve-Majeure, p (...)
  • 8 En 1081 ou 1082, au bord de la petite rivière Haine, qui a donné son nom au Hainaut. U. Berlière, M (...)
  • 9 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 317.
  • 10 En 1252. Ibid., p. 441.
  • 11 En 1257. Archives départementales du Nord (AD Nord), 49 H 6, no 28.

11À plusieurs reprises, les évêques soutiennent aussi les initiatives de laïcs, la plupart du temps de haut rang. À la fin du xe siècle, Rothard conseille au comte Arnoul, marchio de Valenciennes, de fonder un monasterium canonicorum dans le castrum de Valenciennes6. Cette communauté de douze chanoines se régularise plus tard pour devenir l’abbaye Saint-Jean-Baptiste, dépendante d’Arrouaise. Un siècle après, en 1081, Gérard II donne son consentement à la fondation par la comtesse de Hainaut Richilde et son fils, le comte Baudouin II, de l’abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie7. L’évêque a-t-il lui-même consacré l’oratoire construit par deux clerici sous le vocable de la Sainte Trinité à Pommeroeul, pour finalement remettre la petite cella entre les mains de l’abbé de Crespin ? Le doute semble permis8. En revanche, en 1132, Liétard élève lui-même la toute nouvelle communauté des moniales de Ghislenghien au rang de véritable abbaye9. Et vers le milieu du xiiie siècle, Nicolas de Fontaine approuve la fondation par la comtesse de Flandre et de Hainaut, Marguerite de Constantinople, du prieuré victorin du Val-des-Écoliers à Mons10. Il règle aussi les rapports entre l’hôpital Sainte-Élisabeth et le couvent de Victorines fondé au Quesnoy par cette même comtesse, sur le modèle de l’hôpital et du couvent cistercien de la Byloke à Gand11.

  • 12 J.-M. Duvosquel, « Les chartes de donation d’autels émanant des évêques de Cambrai aux xie-xiie siè (...)
  • 13 À titre d’exemple, huit autels sont assurés à l’abbaye d’Haumont par l’évêque en 1083 : E. Van Ming (...)
  • 14 Ibid., p. 242-245, 364-365 ; ADierkens, « Entre Cambrai et Liège : l’abbaye de Lobbes à la fin du (...)
  • 15 E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 310-311.
  • 16 J. Nazet, Les chapitres de chanoines séculiers en Hainaut du xiie au début du xve siècle, Bruxelles (...)
  • 17 Chartes du chapitre de Sainte-Waudru de Mons, éd. par L. Devillers, Bruxelles, Kiessling et Cie, 18 (...)
  • 18 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 317.
  • 19 G. Wymans, Inventaire des archives de l’abbaye de Saint-Feuillien du Rœulx, Mons, Archives de l’Éta (...)
  • 20 Chartes du chapitre de Sainte-Waudru, op. cit., p. 27-28, no 16.

12Entre la fin du xie et la fin du xiie siècle, l’appui des évêques à la fondation de communautés, à leur implantation et à leur développement se manifeste également par les innombrables donations ou confirmations de donations ou de cessions d’autels, avec tout ce que ces actes impliquent en termes de biens fonciers, de serfs et de revenus12. Les fondations régulières sont particulièrement favorisées, notamment celle des Bénédictins d’Hautmont13. Parmi les séculiers, seuls quatre chapitres, Saint-Ursmer de Lobbes14, Saint-Vincent de Soignies15, Notre-Dame de Condé16 et Sainte-Waudru de Mons17, figurent parmi les bénéficiaires. Les mobiles des donations proprement épiscopales sont généralement explicites : Nicolas de Chièvres entend faire plaisir à sa sœur Walburge, première abbesse de Ghislenghien, en lui cédant trois églises en l’espace de six ans18, puis il donne un autel en aumône, pour le salut de son âme, à la nouvelle abbaye prémontrée du Rœulx19. C’est aussi pour assurer son salut que Roger de Wavrin fait un don similaire aux chanoinesses de Mons20.

  • 21 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 359.
  • 22 Ibid., p. 137 et 234.
  • 23 J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 309-311.
  • 24 AD Nord, 11 G 63, no 479 ; 26 H 3, no 19.

13Les évêques ont également leur mot à dire dans les déménagements de communautés. On en compte deux au xiiie et deux autres au xve siècle. À la demande de Jeanne, comtesse de Hainaut, Godefroy de Fontaine autorise en 1234 le transfert des Cisterciennes du Refuge-Notre-Dame, abbaye située à Audenarde dans le diocèse de Tournai, sur une terre appartenant à l’abbaye de Liessies, à Ath21. Son neveu et successeur, Nicolas de Fontaine, règle en 1269 le transfert du chapitre séculier de Valenciennes, Notre-Dame-de-la-Salle, dans l’église Saint-Géry de cette même ville, dont le patron n’est autre que le prieuré clunisien de Saint-Saulve22. Ce chapitre avait été installé par le comte de Hainaut Baudouin V dans la chapelle de son château de la Salle-le-Comte en 119223, chapelle qui se révèle trop exiguë pour les chanoines. En 1432, c’est à l’instigation de la comtesse Jacqueline de Bavière que les chanoines abandonnent l’église Saint-Géry pour retourner à la Salle-le-Comte, désormais agrandie. Ce déménagement en sens opposé est réglé par l’évêque Jean de Gavre24.

  • 25 AD Nord, 4 G 708, nos 6988, 6989, 6990 ; 3 G 539, no 51, fol. 92-93. Voir M. Maillard-Luypaert, « L (...)

14Autre transfert, en 1409 : celui du chapitre Saint-Ursmer de Lobbes, en principauté épiscopale de Liège, vers l’église Sainte-Marie de Binche, dans le comté de Hainaut, en raison de l’insécurité née du conflit armé opposant deux frères de la maison de Bavière, le comte de Hainaut Guillaume IV et le prince-évêque (élu) de Liège, Jean de Bavière. L’affaire est menée tambour battant par le bailli du comte de Hainaut, mais l’autorisation du transfert sera donnée finalement par l’évêque Pierre d’Ailly au terme de négociations entre toutes les parties concernées25.

L’action des évêques dans les processus de réforme

  • 26 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 204-208 et 304-307.
  • 27 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 312 : « […] le seul moyen de priver les (...)

15L’opinion qui consiste à voir dans la transformation de nombreux établissements ecclésiastiques l’effet de la politique carolingienne visant à nommer des abbés laïques à la tête des abbayes ou à donner une partie des biens en bénéfice, a été fortement nuancée par Anne-Marie Helvétius26. Loin de signifier un état de décadence spirituelle, cette transformation serait plutôt la conséquence du désir des communautés de choisir un style de vie qu’elles estiment plus à même d’assurer leur subsistance. Il n’y aurait pas de « mauvais » chanoines d’un côté, davantage préoccupés de leurs intérêts matériels, et de « bons » moines de l’autre, menant une vie spirituelle exemplaire. Ces chanoines, que combattent les réformateurs, parfois avec mépris, on les trouve dans les abbayes de Crespin, de Maroilles, d’Hautmont et de Saint-Saulve près de Valenciennes. Depuis 816 et le concile d’Aix, ils n’ont jamais opté clairement pour l’ordo canonicus, vivant selon leurs propres règles et coutumes, sous l’autorité d’abbés laïques, généralement des comtes, sans trop se soucier de l’ordinaire du lieu qui pourrait les contraindre. Par conséquent, certaines restaurations monastiques du xie siècle pourraient s’expliquer par la volonté des évêques réformateurs à la fois de sanctionner les communautés de clerici jugées trop indépendantes et de soustraire les abbatiae à l’emprise des laïcs qui les dirigent27.

  • 28 E. Van Mingroot, s. v., « Gérard Ier de Florennes, évêque de Cambrai († 1051) », dans Dictionnaire (...)

16Dans le processus de réforme initié à partir des xe-xie siècles, les évêques de Cambrai ont joué un rôle de premier plan. Pendant les douze premières années de son épiscopat, Gérard Ier de Florennes entreprend une réorganisation et une restauration monastiques. Son but est clairement de contrer la mainmise des grands laïcs sur les communautés. Ses réformes lui valent l’inimitié du comte de Hainaut Régnier V, ce dernier estimant que certaines nominations d’abbés lui reviennent de droit28. Ses interventions relèvent de trois modes différents.

  • 29 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 250.
  • 30 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 287.
  • 31 Ibid., p. 287.
  • 32 La réforme initiée à Verdun par Richard était fondée sur l’ordre, l’obéissance et l’étude. U. Berli (...)

17Tout d’abord, l’évêque fait nommer les abbés, ou déposer ceux qu’il juge non conformes à ses vues, par l’empereur ou par le prince-évêque de Liège, avec l’objectif de rétablir une observance plus stricte de la règle de saint Benoît. Dans la première moitié du xie siècle, en l’espace de dix ans, il ne dépose pas moins de quatre abbés, dont trois à Saint-Ghislain où il va jusqu’à revendiquer pour lui-même et pour l’empereur le droit de nomination29. Sensible à l’état de pauvreté de cette abbaye, il profite d’une vacance, vers 1015, pour faire nommer par Henri III un religieux de son choix30. Il renouvelle l’opération en 1024 ou 1025, avec l’aide de l’abbé de Stavelot Poppon, en faisant déposer deux abbés successifs et nommer l’abbé réformateur Héribrand, malgré les manœuvres dilatoires du comte de Hainaut, Régnier V31. En 1020, il adopte la même politique à l’abbaye de Lobbes où, après avoir fait expulser l’abbé Ingobrand par l’évêque de Liège Notger, il impose à ce dernier le choix d’un homme étroitement lié à l’Église impériale, Richard de Saint-Vanne, pour diriger la communauté32. Précisons toutefois que Lobbes est la seule abbaye située dans les limites les plus anciennes du Hainaut qui n’a jamais failli à l’observance monastique.

  • 33 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 288.

18Deuxième mode d’intervention de l’évêque, le remplacement des chanoines, qui refusent l’observance bénédictine, par des moines. C’est ainsi que Gérard Ier procède à Hautmont, abbaye concédée en bénéfice héréditaire à son père, Arnoul Ier de Florennes, par le beau-frère de ce dernier, le comte Herman d’Ename. C’est le frère de l’évêque, Godefroid de Florennes, qui en hérite à la mort du père. Gérard et son frère obtiennent d’abord l’autorisation conjointe de l’empereur Henri II et du comte d’Ename pour chasser les chanoines d’Hautmont et les remplacer par des moines. Avec la nomination à la tête de l’abbaye de son ami Richard de Saint-Vanne en 1016, puis celle de son chapelain Foulques, l’évêque atteint son but : le passage de l’ordo canonicus à l’ordo monasticus, la restauration définitive de la communauté monastique d’Hautmont33.

  • 34 Vers 1025-1030. A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 269, 275-276 et 288-289. (...)

19Puis c’est au tour de Maroilles, abbaye épiscopale, d’opérer un virage. Comme évêque-abbé, Gérard Ier y a les coudées franches. Après l’expulsion des trente chanoines, ou de ce qu’il en reste, il prend l’initiative de restaurer l’abbaye dans la stricte observance bénédictine. Il nomme abbé son frère Eilbert, ancien moine de Saint-Thierry de Reims, et disciple lui aussi de Richard de Saint-Vanne. L’abbaye est reconstruite et l’ordo monasticus y devient réalité avant 103334.

  • 35 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 253 et 288.

20Troisième et dernier mode d’intervention, le soutien accordé aux initiatives de rétablissement de la règle bénédictine. Un exemple vers 1020-1025 : à Maubeuge, Gérard Ier autorise l’abbesse réformatrice Ansoalde à restaurer l’ordo monasticus dont les moniales bénédictines s’étaient détachées au fil du temps. Sans doute faut-il voir dans ce soutien épiscopal une probable influence, ici aussi, de Richard de Saint-Vanne, étant donné les liens familiaux qui unissent Ansoalde au futur abbé de Saint-Hubert en Ardenne, qui avait été confié comme oblat à l’abbaye de Lobbes au temps où Richard dirigeait cette communauté35.

  • 36 Sur Gérard II, voir, de façon générale, E. Van Mingroot, s. v., « Gérard II de Lessines, évêque de (...)
  • 37 L. Kery, Die Errichtung des Bistums Arras, 1093/1094, Sigmaringen, J. Thorbecke (Beihefte der Franc (...)
  • 38 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 290.
  • 39 Ibid., p. 290.
  • 40 En 1087. Ibid., p. 290.
  • 41 E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 225-231 et 240-242.
  • 42 Ibid., p. 247-252.

21Le deuxième successeur de Gérard Ier, Gérard II de Lessines, est connu pour avoir éprouvé une grande sympathie à l’égard de la politique réformatrice de la papauté, contre l’avis d’une partie importante de son clergé, notamment cathédral36. Entre les réformateurs et les conservateurs, le conflit est violent et destructeur. Il s’inscrit en outre dans le contexte qui précède la séparation du diocèse d’Arras d’avec celui de Cambrai, souhaitée par les réformateurs et devenue effective après la mort de l’évêque37. Sous l’épiscopat de Gérard II, de nombreuses communautés se forment dans l’esprit de la réforme grégorienne, en Hainaut comme dans tout le diocèse. L’évêque y est-il pour quelque chose ? J’ai cité précédemment les fondations d’Aubechies et de Pommeroeul. Mais c’est surtout à l’égard de communautés déjà fondées que Gérard II montre de l’intérêt. Peut-être a-t-il joué un rôle dans l’introduction des coutumes clunisiennes dans son diocèse38 : à Crespin, d’où les chanoines ont été chassés, il intervient dans la restauration de l’abbaye, en accord avec la comtesse de Hainaut Richilde, comme le suppose Anne-Marie Helvétius qui précise que le premier abbé issu de cette restauration introduira les coutumes clunisiennes dans son abbaye39. À la même époque, l’évêque se déplace à Saint-Ghislain pour y ordonner des moines40. Puis c’est une petite prévôté, près de Valenciennes, qui attire son attention et suscite sa générosité : l’église et le chapitre de Notre-Dame-la-Grande et Sainte Foy, dont Gérard II approuve l’érection et la dotation par les comtes de Hainaut ; il y consacre deux autels, ainsi que l’aître, exempte la nouvelle prévôté, dépendante de l’abbaye d’Hasnon au diocèse d’Arras, de toute redevance épiscopale et paroissiale et la gratifie de biens fonciers situés dans le pagus de Cambrai41. Enfin, il soumet à l’abbé d’Anchin le prieuré bénédictin de Notre-Dame d’Aymeries, fondé par la châtelaine de Mons : les religieux pourront élire librement leur supérieur parmi les moines d’Anchin42.

  • 43 Ibid., p. 307-309. Droit d’obsone ou droit de gîte, dont jouissaient l’évêque et les archidiacres l (...)
  • 44 Ibid., p. 310-311.
  • 45 J. Nazet, « La transformation d’abbayes en chapitres à la fin de l’époque carolingienne : le cas de (...)

22Gérard II se soucie également des chapitres séculiers préexistants, par exemple celui de Soignies, qu’il exempte en 1092 d’une taxe, l’obsonium, grevant les revenus de l’autel paroissial dédié à saint Pierre dans la collégiale43 ; en 1093, il lui fait don de l’autel d’Horrues44. La transformation de ce chapitre, qui a succédé à une abbaye fondée par saint Vincent Madelgaire au viie siècle, s’est accomplie dans le courant du xe siècle après l’échec d’une tentative de restauration de la règle monastique entreprise par le comte de Hainaut avec l’aide d’Erluin, premier abbé de Gembloux au diocèse de Liège. Les chanoines l’ont finalement emporté sur les moines mais sans aucune intervention épiscopale connue45.

  • 46 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 212.
  • 47 En 1118. Ibid., p. 254.
  • 48 Peu après 1129. J. Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre, ou Histoire complète du monastère de Sa (...)
  • 49 J. Vos, Lobbes, op. cit., p. 66.

23À la vague réformatrice des xe-xie siècles, on peut rattacher l’expulsion des clercs de Moustier-en-Fagne, dans l’Avesnois, et leur remplacement par des moines en 1127. C’est l’évêque Burchard qui autorise le changement de statut de cette petite prévôté dépendante de l’abbaye de Lobbes46. C’est ce même évêque qui probablement, en pleine Querelle des investitures, se rend à Rome en compagnie de l’abbé de Saint-Ghislain, Oduin, pour permettre à celui-ci de recevoir du pape Gélase II l’investiture de son abbaye47. C’est lui aussi qui envoie à Lobbes les abbés de Saint-Ghislain et Saint-Denis-en-Broqueroie pour obliger les moines à élire un abbé favorable à Cluny, au sein même de la province de Reims. Il semblerait que l’abbé précédent, qui venait d’être déposé, ait dû abdiquer après avoir été cité à comparaître à Reims devant le légat Mathieu d’Albano, un clunisien, ancien prieur de Saint-Martin-des-Champs à Paris, la faute de l’abbé lobbain ayant été de refuser l’introduction des coutumes clunisiennes dans son abbaye. L’accueil réservé aux deux émissaires de l’évêque est glacial, les moines de Lobbes brandissent leurs privilèges pour attester que seul l’évêque de Liège peut intervenir dans leur processus électoral. La réplique de Burchard sera cinglante : l’abbaye est mise en interdit48. Deux ans plus tard, tout s’arrange : l’évêque Liétard bénit le nouvel abbé Leonius, reprenant ainsi la longue tradition lobbaine de la double bénédiction par l’évêque de Cambrai et par celui de Liège49.

  • 50 G. Wymans, Inventaire des archives de l’abbaye de Saint-Feuillien du Rœulx, Bruxelles, Archives gén (...)
  • 51 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 394.

24Burchard ne se contente pas d’agir dans les monastères bénédictins. Il se tourne également vers les jeunes pousses qui commencent à attirer des vocations dans le diocèse : les disciples de saint Norbert. L’évêque est lui-même un proche du fondateur de Prémontré. En 1125, il approuve la donation à l’ordre d’un petit oratoire dédié à saint Feuillien, situé au Rœulx ; aux religieux qui le desservent, il cède immédiatement huit autels avec la promesse d’élever le futur monastère au rang d’abbaye ; il fixe lui-même le mode d’élection, d’installation et de consécration du futur abbé50. Six ans plus tard, Liétard, successeur de Burchard, va bénir à Vellereille-les-Brayeux le cimetière d’une deuxième abbaye prémontrée, Notre-Dame de Bonne-Espérance51.

  • 52 Vers 1165-1167. Ibid., p. 255.
  • 53 Entre 1167 et 1172. Pierre d’Alsace reprochait à l’abbé Léon d’avoir refusé de prêter serment aux s (...)

25Trois décennies passent. Dans le contexte très tendu de la lutte du Sacerdoce et de l’Empire, deux évêques aux sympathies complètement opposées interviennent à leur tour dans les processus d’élection et de nomination des supérieurs de communautés : d’abord Nicolas de Chièvres, qui refuse à plusieurs reprises de bénir le moine Gossuin, lequel a obtenu de l’empereur Frédéric Barberousse l’investiture du temporel de l’abbaye de Saint-Ghislain contre la majorité de la communauté52, ensuite Pierre d’Alsace, dont la position pro-impériale lors du schisme opposant Alexandre III à deux antipapes successifs, le pousse à chasser l’abbé de ce monastère, pourtant élu canoniquement, pour imposer un homme de son choix53.

  • 54 En 1217. Ibid., p. 328.

26Une deuxième vague réformatrice, plus modeste, survient au xiiie siècle en Hainaut. Elle frappe de plein fouet tant les réguliers que les séculiers de longue date. À la demande du pape Honorius III, l’évêque Jean de Béthune entreprend de réformer les maisons bénédictines de son diocèse, dont le monastère de Sainte-Aldegonde de Maubeuge, communauté féminine en voie de sécularisation54. Mais il échoue dans son entreprise, les moniales sont bientôt remplacées par des chanoinesses soumises à la règle de saint Augustin, sous l’autorité de l’une d’entre elles, qualifiée d’abbesse. Le même processus est en cours à Sainte-Waudru de Mons.

  • 55 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 258.
  • 56 Ibid., p. 259.

27Les évêques continuent à surveiller du coin de l’œil les élections abbatiales chez les Bénédictins et à intervenir d’autorité le cas échéant. À Saint-Ghislain, Enguerrand de Créqui subit une déconvenue lorsqu’il annule en 1284 l’élection de Gilles de Hainin, qu’il juge inculte, et nomme à sa place Roger de Sart55. L’archevêque de Reims, à qui Gilles a fait appel, valide son élection. Le candidat malheureux est représenté cinq ans plus tard par l’évêque Guillaume d’Avesnes ; cette fois il est agréé par la communauté56.

  • 57 En 1249. AD Nord, 11 G 19, no 141. J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 136.
  • 58 En 1251. Ibid., p. 136.
  • 59 Vers 1260-1261. Ibid., p. 136, 147. L’évêque déclare que ces nouveaux statuts généraux sont édictés (...)
  • 60 En 1274. Ibid., p. 96 et 136-137.
  • 61 En 1399. AD Nord, 11 G 19, no 144. J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 75, 136.

28Dans les chapitres séculiers, c’est avec un souci très net de réforme que les évêques révisent les statuts généraux ou en élaborent eux-mêmes de nouveaux, pour ensuite les promulguer : Nicolas de Fontaine pour Notre-Dame-de-la-Salle de Valenciennes57, Saint-Vincent de Soignies58, où il a été prévôt avant son épiscopat, et Notre-Dame d’Antoing59, chapitre dépendant de l’abbaye de Lobbes ; Enguerrand de Créqui pour Soignies60, et, à l’extrême fin du xive siècle, Pierre d’Ailly pour le chapitre de Valenciennes, dont il révise lui-même les statuts avec l’aide de son cousin Pierre Le Maire, bachelier dans les deux droits61.

  • 62 M. Maillard-Luypaert, Papauté, clercs et laïcs. Le diocèse de Cambrai à l’épreuve du Grand Schisme (...)
  • 63 M. Maillard-Luypaert, « Du Brabant au Hainaut, en passant par la Champagne : les avatars de l’Eccle (...)

29Dernier épisode réformateur pour la période étudiée : la transformation éphémère de l’abbaye de Saint-Ghislain en chapitre séculier. En 1429, l’abbé Jean de Layens, qui avait participé avec son ami Pierre d’Ailly aux conciles de Pise et de Constance62, réussit à convaincre l’évêque Jean de Gavre que la situation de son monastère est désastreuse. La raison ? La présence de plusieurs jeunes moines illettrés et inexpérimentés. Avec l’appui de son archidiacre de Hainaut, Raoul Le Prêtre, neveu de Pierre d’Ailly, l’évêque accepte alors de transformer Saint-Ghislain en un chapitre de chanoines séculiers. Des statuts sont rédigés sur le modèle de ceux de Saint-Vincent de Soignies, des chanoines sont désignés, leurs prébendes constituées et, cerise sur le gâteau, le pape Martin V donne son accord à cette profonde mutation. Mais l’opération tourne court : à l’instigation, peut-être, de la comtesse douairière de Hainaut, Marguerite de Bourgogne, la bulle papale est annulée par Eugène IV deux ans plus tard, au motif que ce changement radical de statut porte atteinte à l’ordre bénédictin, à ses membres et à son honneur, et qu’il est une source de scandale pour la population63.

30À défaut d’avoir été de grands fondateurs d’abbayes et de chapitres, les évêques de Cambrai ont soutenu et encouragé la fondation, le développement et la croissance des communautés, notamment bénédictines et prémontrées. Certains évêques, plus que d’autres, se sont engagés dans la réforme de l’Église, par vagues successives à partir des xe-xie siècles, en intervenant dans les élections abbatiales et dans le rétablissement de l’observance bénédictine, en favorisant l’arrivée des disciples de saint Norbert au xiie siècle, en révisant les statuts généraux des chapitres séculiers à partir du xiiie. Les interventions épiscopales confirment la soumission étroite des communautés à l’ordinaire, contrepartie aux faveurs accordées.

31Le Hainaut ne peut représenter à lui seul le vaste diocèse de Cambrai et les xve-xvie siècles apportent eux aussi leur lot de réformes ou de tentatives de réforme plus ou moins heureuses. Quant à l’action des évêques vis-à-vis des communautés nouvelles apparues dès le xiiie siècle, notamment des Mendiants, elle mériterait elle aussi une étude approfondie.

Discussion

32Alain Dubreucq : L’écriture hagiographique n’a-t-elle pas joué un rôle dans ces épisodes de relation entre évêques et monastères ?

33Monique Maillard-Luypaert : Oui, bien sûr, d’ailleurs Anne-Marie Helvétius s’est abondamment servie de la littérature hagiographique dans ses travaux, notamment pour l’étude de ces premiers monastères, qui étaient, en fait, à partir de l’époque dont je parle, des communautés de chanoines qui hésitaient entre ordo monasticus et ordo canonicus. Elle a relu d’une manière originale et nouvelle les récits hagiographiques.

34Laurent Morelle : Sous le nom de « réforme », notez-vous des différences d’approche dans l’argumentaire ? Vous avez tracé un vaste panorama sur cinq siècles et vous avez utilisé ce terme de « réforme ». Quelles sont les grandes inflexions que vous pouvez dégager dans l’argumentaire de ceux qui souhaitent qu’il y ait un nouveau projet, une nouvelle discipline, une nouvelle observance ? Autre question : vous avez évoqué le cas d’une réforme dans le sens d’un passage de moines à chanoines qui a échoué. Avez-vous d’autres exemples du même type et pouvez-vous là aussi préciser l’argumentaire qui a été alors avancé ?

35M. M.-L. : Pour répondre à votre dernière question, à ma connaissance, ce souhait de la part d’un abbé d’un monastère bénédictin d’une réforme de son établissement vers un modèle de vie canonial, souhait approuvé par l’évêque de Cambrai Jean de Gavre (1412-1436 ou 1438), est un cas unique. Du moins pour le bas Moyen Âge, je n’en connais pas d’autres pour le diocèse de Cambrai, et encore c’est un épisode qui a failli passer inaperçu, s’il n’avait pas été relevé incidemment par dom Ursmer Berlière, le grand bénédictin de Maredsous qui, dans les archives vaticanes avait découvert un document. J’ai un peu cherché pour étoffer le dossier, ce qui n’a pas été aisé. J’ai dû chercher dans des sources littéraires pour corroborer cette initiative. Pour répondre à votre première question, maintenant, je dirais que sous le terme « réforme », il y a toute une série d’initiatives différentes. Le terme, dans l’esprit grégorien, est surtout valable pour la période des xe-xie siècles. Ensuite, il n’a plus tout à fait le même sens, en particulier à partir du xiiie siècle. Au xive, la majorité des évêques de Cambrai sont très peu présents et actifs dans leur diocèse et pour certains d’entre eux, il n’y a même aucune source exploitable pour définir quelle a été leur politique d’interventions vis-à-vis des communautés tant monastiques que canoniales. Le terme de réforme est un peu fourre-tout, on y met toute sorte de d’initiatives variables.

36L. M. : Autrement dit, les réformes sont les instruments d’une intervention épiscopale et il faut remettre ce terme dans le cadre d’une politique épiscopale à l’égard de ces communautés.

37M. M.-L. : Tout à fait.

38Noëlle Deflou-Leca : À propos des dépositions d’abbés auprès de Gérard Ier, la documentation permet-elle de cerner les stratégies épiscopales ? Y a-t-il des rivalités de réseaux familiaux ou de réseaux de pouvoir ?

  • 64 Voir note 4.

39M. M.-L. : Il faudrait revoir dans le détail les travaux d’Erik Van Mingroot64. Dans la liste que j’ai fournie, j’ai essayé de repérer le lien de parenté ou de proximité que tel ou tel évêque pouvait avoir avec d’autres personnalités importantes de la vie politique ou religieuse. Pour Gérard Ier (1012-1051), j’ai indiqué son amitié avec Richard de Saint-Vanne, qui a eu un rôle sur sa politique réformatrice. Maintenant, il faut savoir aussi que pour cette période et pour le Hainaut, nous manquons cruellement de sources hormis pour les actes des évêques Gérard Ier et Gérard II (1076-1092) et les récits hagiographiques, parce que les chartriers des institutions monastiques ont été détruits en 1940 et tous n’étaient pas édités. Il est donc difficile de savoir ce qui est sous-jacent à la politique menée par les évêques.

Notes

1 Anne-Marie Helvétius, évoquant la situation très contrastée et finalement fort complexe du ixe siècle, y voit « la mise en place d’un système, avec ses imprécisions, ses lacunes, ses contradictions » (Abbayes, évêques et laïques. Une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Âge [viie-xie siècle], Bruxelles, Crédit communal, 1994, p. 204-208).

2 Ibid., p. 268-277.

3 N. Ruffini-Ronzani, « Du comté de Cambrai à la marche de Valenciennes. Marginalisation du pouvoir comtal et affirmation de la seigneurie épiscopale », Trajectoires, hors-série, 2, 2017, p. 1-13 (avec une bibliographie). URL : http://trajectoires.revues.org/2272

4 U. Berlière, Monasticon belge, t. 1, vol. 2 : Supplément (province de Namur). Province de Hainaut, Abbaye de Maredsous, 1897, réimpr. Liège, Centre national de recherches d’histoire religieuse, 1961, p. 195-196 ; E. Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, comtes du Cambrésis (1012-1092/93), Louvain/Leuven University Press, 2005, p. 362-364.

5 J. Becquet, Province ecclésiastique de Cambrai. Diocèses actuels de Cambrai et Lille, Paris/Turnhout, Brepols, 1994 (Abbayes et prieurés de l’ancienne France, Recueil historique des archevêchés, évêchés, abbayes et prieurés de France, 15), p. 71. L’attachement de Guillaume aux chartreux se manifeste par le don au couvent d’une bible en douze volumes (A. Dinaux, « Les Chartreux à Marly et à Valenciennes [1288-1791] », Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, nouv. sér., 4, 1842, p. 138.

6 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 282. N. Ruffini-Ronzani, « Du comté de Cambrai à la marche de Valenciennes », art. cité.

7 La comtesse Richilde rattache l’abbaye de Saint-Denis à l’abbaye bénédictine de La Sauve-Majeure, près de Bordeaux, et la soumet à la règle de saint Benoît. Sur cette abbaye, voir A. Dupont, Saint-Denis-en-Broqueroie. Les préoccupations d’une communauté bénédictine en Hainaut (1374-1571), mémoire de licence dirigé par Jacques Pycke, université catholique de Louvain, 1997.

8 En 1081 ou 1082, au bord de la petite rivière Haine, qui a donné son nom au Hainaut. U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 313-314 ; E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 208-214 : la charte a été remaniée à Crespin, l’abbaye mère ; l’évêque n’aurait pas été particulièrement actif dans les premiers moments de la vie de ce petit monastère.

9 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 317.

10 En 1252. Ibid., p. 441.

11 En 1257. Archives départementales du Nord (AD Nord), 49 H 6, no 28.

12 J.-M. Duvosquel, « Les chartes de donation d’autels émanant des évêques de Cambrai aux xie-xiie siècles éclairées par les obituaires. À propos d’un usage grégorien de la chancellerie épiscopale », dans Hommage à la Wallonie. Mélanges offerts à Maurice A. Arnould et Pierre Ruelle, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1981, p. 147-163.

13 À titre d’exemple, huit autels sont assurés à l’abbaye d’Haumont par l’évêque en 1083 : E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 218-223.

14 Ibid., p. 242-245, 364-365 ; ADierkens, « Entre Cambrai et Liège : l’abbaye de Lobbes à la fin du xie siècle », dans MMaillard-Luypaert, J.-M. Cauchies (dir.), Autour de la Bible de Lobbes (1084). Les institutions. Les hommes. Les productions. Actes de la Journée d’étude organisée au Séminaire épiscopal de Tournai, 30 mars 2007, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, 2007 (Centre de recherches en histoire du droit et des institutions. Cahiers, 28), p. 27, 31 et 37.

15 E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 310-311.

16 J. Nazet, Les chapitres de chanoines séculiers en Hainaut du xiie au début du xve siècle, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1993, p. 154.

17 Chartes du chapitre de Sainte-Waudru de Mons, éd. par L. Devillers, Bruxelles, Kiessling et Cie, 1899, t. 1, p. 17, no 11, p. 676, no 455.

18 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 317.

19 G. Wymans, Inventaire des archives de l’abbaye de Saint-Feuillien du Rœulx, Mons, Archives de l’État/Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1975, p. 124-125, no 31.

20 Chartes du chapitre de Sainte-Waudru, op. cit., p. 27-28, no 16.

21 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 359.

22 Ibid., p. 137 et 234.

23 J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 309-311.

24 AD Nord, 11 G 63, no 479 ; 26 H 3, no 19.

25 AD Nord, 4 G 708, nos 6988, 6989, 6990 ; 3 G 539, no 51, fol. 92-93. Voir M. Maillard-Luypaert, « Les collégiales du Hainaut. Le cas du chapitre collégial de Saint-Ursmer, déménagé de Lobbes, en principauté épiscopale de Liège, à Binche, “bonne ville” du comte de Hainaut », dans R. Le Bourgeois, A. Massoni, P. Montaubin (dir.), Les collégiales et la ville dans la province ecclésiastique de Reims, Amiens, Publication du CAHMER, 2010 (Histoire médiévale et archéologie, 23), p. 183-195 ; Id., « De Lobbes à Binche : le voyage sans retour d’un chapitre de chanoines (1409) », dans J.-M. Cauchies (dir.), Histoire de la ville de Binche de la genèse au temps présent, Société d’archéologie et des amis du musée de Binche, 2019, p. 91-103.

26 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 204-208 et 304-307.

27 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 312 : « […] le seul moyen de priver les laïques de la détention de telles abbatiae était d’y remplacer les chanoines par des moines bénédictins, de façon à pouvoir restituer à ceux-ci la fonction abbatiale et les droits qui en dépendaient ».

28 E. Van Mingroot, s. v., « Gérard Ier de Florennes, évêque de Cambrai († 1051) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, 1984, t. 20, col. 742-751 ; L. Jégou, « L’évêque entre autorité sacrée et exercice du pouvoir. L’exemple de Gérard de Cambrai (1012-1051) », Cahiers de civilisation médiévale, 47, 2004, p. 37-55 ; E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 3-7 ; Ch. Mériaux, « La parole d’un évêque d’Empire au xie siècle : Gérard de Cambrai (1012-† 1051) », dans J. Heuclin (dir.), Parole et Lumière autour de l’an mil, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, p. 137-153 ; N. Ruffini-Ronzani, « Résumé de thèse. Église et aristocratie en Cambrésis (fin ixe-mil. xiie siècle). Le pouvoir entre France et Empire au Moyen Âge central », Revue Mabillon, 25/86, 2014, p. 343-347.

29 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 250.

30 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 287.

31 Ibid., p. 287.

32 La réforme initiée à Verdun par Richard était fondée sur l’ordre, l’obéissance et l’étude. U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 209 ; A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse (viie-xie siècle). Contribution à l’histoire religieuse des campagnes du haut Moyen Âge, Sigmaringen, J. Thorbecke (Beihefte der Francia, 14), 1985, p. 340-341 ; A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 288 ; A. Dierkens, « Entre Cambrai et Liège », art. cité, p. 22-23 ; A. Marchandisse, « Abbaye de Lobbes, principauté épiscopale de Liège, Empire et papauté au tournant des xie et xiie siècles », dans Autour de la Bible de Lobbes, op. cit., p. 55.

33 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 288.

34 Vers 1025-1030. A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 269, 275-276 et 288-289. L’évêque continuera à y jouer un rôle de premier plan, comme lorsqu’en 1304, Guido da Collemezzo concède à l’abbaye son nouveau sceau, en remplacement de celui qui a été volé dans le coffre du dortoir (AD Nord, 11 H 19, no 531).

35 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 253 et 288.

36 Sur Gérard II, voir, de façon générale, E. Van Mingroot, s. v., « Gérard II de Lessines, évêque de Cambrai († 1092) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, op. cit., col. 751-755 ; Ph. Endmann, « Gerhard II. Von Cambrai, ein Bischof im Schnittpunkt der Interessen von König, Papst und Stadt », Concilium Medii Aevi, 5, 2002, p. 77-118 ; E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 3-7.

37 L. Kery, Die Errichtung des Bistums Arras, 1093/1094, Sigmaringen, J. Thorbecke (Beihefte der Francia, 33), 1994 ; B. Delmaire, Le diocèse d’Arras, de 1093 au milieu du xive siècle. Recherches sur la vie religieuse dans le nord de la France au Moyen Âge, Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 1994 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 31), 2 vol.

38 A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, op. cit., p. 290.

39 Ibid., p. 290.

40 En 1087. Ibid., p. 290.

41 E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 225-231 et 240-242.

42 Ibid., p. 247-252.

43 Ibid., p. 307-309. Droit d’obsone ou droit de gîte, dont jouissaient l’évêque et les archidiacres lors de leurs visites de paroisses (J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 240 ; E. Van Mingroot, Les chartes, op. cit., p. 33).

44 Ibid., p. 310-311.

45 J. Nazet, « La transformation d’abbayes en chapitres à la fin de l’époque carolingienne : le cas de Saint-Vincent de Soignies », Revue du Nord, 49/193, avril-juin 1967, p. 257-280.

46 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 212.

47 En 1118. Ibid., p. 254.

48 Peu après 1129. J. Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre, ou Histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du chapitre de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, Louvain, Ch. Peeters, 1865, t. 2, p. 63-64.

49 J. Vos, Lobbes, op. cit., p. 66.

50 G. Wymans, Inventaire des archives de l’abbaye de Saint-Feuillien du Rœulx, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1975, p. 102-103, no 2. Cette donation est confirmée par Nicolas de Chièvres en 1137 : ibid., p. 107-108, no 9 ; U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 411. Voir G. Wymans, L’abbaye de Saint-Feuillien du Rœulx, en Hainaut (1125-1300), Averbode, Praemonstratensia (Bibliotheca Analectorum Praemonstratensium, 7), 1967.

51 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 394.

52 Vers 1165-1167. Ibid., p. 255.

53 Entre 1167 et 1172. Pierre d’Alsace reprochait à l’abbé Léon d’avoir refusé de prêter serment aux schismatiques : ibid., p. 255.

54 En 1217. Ibid., p. 328.

55 U. Berlière, Monasticon belge, op. cit., p. 258.

56 Ibid., p. 259.

57 En 1249. AD Nord, 11 G 19, no 141. J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 136.

58 En 1251. Ibid., p. 136.

59 Vers 1260-1261. Ibid., p. 136, 147. L’évêque déclare que ces nouveaux statuts généraux sont édictés avec l’accord du chapitre d’Antoing et de l’abbé de Lobbes, patron de l’église.

60 En 1274. Ibid., p. 96 et 136-137.

61 En 1399. AD Nord, 11 G 19, no 144. J. Nazet, Les chapitres, op. cit., p. 75, 136.

62 M. Maillard-Luypaert, Papauté, clercs et laïcs. Le diocèse de Cambrai à l’épreuve du Grand Schisme d’Occident (1378-1417), Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis I, Collection générale, 88), 2001, p. 371-382.

63 M. Maillard-Luypaert, « Du Brabant au Hainaut, en passant par la Champagne : les avatars de l’Ecclesia semper reformanda (première moitié du xve siècle) », dans L’Église et la vie religieuse, des pays bourguignons à l’ancien royaume d’Arles (xive-xve siècle), Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes (Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, xive-xvie siècle, 50), 2010, p. 67-85.

64 Voir note 4.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search