Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

3e section. Hommes et femmes

Les commères de Limoges : accouchée et monde des femmes au xve siècle

Jean Tricard

Texte intégral

  • 1 Depuis les travaux pionniers de Madeleine Foisil sur les actes du for privé et les livres de raiso (...)
  • 2 J. Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de raison italiens. Pour relancer (...)
  • 3 Id., « Livres de raison et naissance d’une culture familiale (xive-xvie siècle) », dans Renaissance (...)
  • 4 M. Bourin, préface de J. Tricard, Livres de raison, p. 14.
  • 5 C. Klapisch-Zuber, préface de Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot (dir.), t. 1, (...)

1Depuis une génération, les historiens redécouvrent les livres de raison et leur importance dans l’étude et la connaissance de l’intérieur de la famille d’autrefois1. Mélanges de livre de comptes – d’où leur nom – et de livre de famille, à part variable selon le cas, ces documents pragmatiques du for privé se sont développés en France aux xvie et xviie siècles avant tout. Les exemples connus les plus anciens remontent cependant à la fin du Moyen Âge2. Le Limousin en semble particulièrement riche sans que l’on sache vraiment si cette situation privilégiée correspond à un comportement original de la bourgeoisie locale, principale rédactrice des livres de raison, ou à une recherche régionale singulièrement dynamique en la matière, menée par quelques grands érudits locaux de la fin du xixe siècle et du début du xxe, et d’abord Louis Guibert et Alfred Leroux3. Quoi qu’il en soit, comme l’écrit Monique Bourin, dans un texte récent, les livres de raison limousins apportent une « pierre essentielle à un débat large et multiforme sur la place de l’individu dans la société médiévale. Individu, sujet, personne particulière ? Bien au-delà du débat simplificateur opposant holisme et individualisme dans la définition de la société médiévale, [ces] livres de raison permettent d’appréhender les représentations médiévales de la personne : celle que les auteurs se font d’eux-mêmes à travers ce qu’ils décrivent des liens de parenté et de sociabilité, des événements qu’ils jugent bon de relater ont une valeur exemplaire4 ». Les livres de raison, livres de famille par excellence, permettent-ils, en particulier, d’appréhender les « représentations des femmes », ces éternelles « présentes absentes » des sources médiévales, aujourd’hui où se développe l’histoire des femmes et du genre5 ? Et lesquelles ?

2Pour nous en tenir ici aux livres de raison limousins de la fin du Moyen Âge, constatons d’abord qu’aucun d’entre eux n’a été tenu par une femme. La situation n’est pas particulière au Limousin. Dans la France moderne encore, où se multiplient les livres de raison, de tels livres de femmes restent rares – dans l’état actuel de nos connaissances. C’est donc le pater familias qui présente seul les femmes de la famille, selon ses codes et à sa manière, selon les moments de la vie familiale et sociale qui lui paraissent dignes d’être rapportés et connus de la descendance. Il évoque, en règle générale, la femme que l’on épouse, qui apporte une dot, qui a des enfants et souvent en meurt, qui est remplacée par une autre. Au hasard des sensibilités et des centres d’intérêt particuliers de l’un ou de l’autre rédacteur, l’évocation d’un sevrage, la mauvaise santé d’une épouse, plus rarement encore les rapports conflictuels entre époux, seulement évoqués en termes masqués et bien peu favorables à la femme et à la victime. Ainsi chaque livre de raison apporte-t-il son témoignage spécifique sur les rapports entre hommes et femmes – c’est une des particularités majeures de ces écrits du for privé où peut s’exprimer avant tout la personnalité de l’auteur pratiquement libre de tout modèle, sinon familial.

  • 6 « Le cahier memento de Psaumet Péconnet, notaire de Limoges (1487-1503) », dans Livres de raison, (...)

3C’est dans ce contexte très particulier que se place le témoignage de Psaumet Péconnet à la fin du xve siècle à travers son court Cahier memento, d’ailleurs arrivé mutilé jusqu’à nous6. Ce dernier porte témoignage sur les comportements et l’ascension sociale de ce petit cadet de famille notariale du bourg d’Eymoutiers dans la Montagne limousine, venu achever à Limoges ses études de notaire. Il y rencontre la fortune et la réussite sociale en y épousant « la Mathive Beyneche », membre de la puissante famille des Benoist, une des premières lignées bourgeoises de la ville. C’est l’événement majeur de sa vie d’homme nouveau, ambitionnant, grâce à son beau mariage, de gagner place et reconnaissance dans sa nouvelle et prestigieuse famille et, par voie de conséquence, dans la haute société des notables de Limoges.

  • 7 J. Tricard, « Mariage, “commérages”, parrainage : la sociabilité dans les livres de raison limousi (...)

4Le Cahier memento de Psaumet Péconnet commence donc par le récit de ses belles noces et le rappel des frais entraînés, des aides financières apportées. Il se poursuit par la liste des enfants du jeune couple. La chose est classique et se retrouve pratiquement dans chaque livre de raison. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est la liste des « commérages » – commeraditz dans le livre de Psaumet Péconnet, écrit en langue limousine – qui accompagne l’annonce des deux premières naissances. Nous n’en connaissons pas d’autre exemple et ils nous apportent un témoignage rare sur le monde des femmes entre elles, et ce qu’en retient le rédacteur masculin. Les « commérages » – le mot renvoie aux repas pris en commun – se situent en effet entre l’accouchement et les relevailles de la jeune mère, un laps de temps pendant lequel, n’étant pas encore purifiée des souillures de l’enfantement, elle vit en marge de la société chrétienne et en est réduite, en principe, à la fréquentation des femmes7.

  • 8 On trouve cependant trace de cette coutume dans d’autres provinces du royaume. On ne saurait donc (...)
  • 9 « Cartulaire du Consulat de Limoges », C. Chabanneau (éd.), Revue des langues romanes, nos 8-12, a (...)

5Les « commérages » sont, au xve siècle, une vieille tradition limousine, controversée et mal vue des autorités civiles et religieuses de la ville8. Le Cartulaire du Consulat de Limoges, qui regroupe des actes officiels des xiie et xiiie siècles, en porte témoignage, reflet des interdits religieux. Il insiste à plusieurs reprises sur le fait que les commérages, qui font certes partie des obligations de la bonne chrétienne, doivent être compris comme de pures visites charitables faites aux accouchées pauvres et pour leur apporter quelques secours matériels. Les hommes en sont exclus, à part le père et le parrain de l’enfant, « de quelle condition qu’ils soient ». Les visiteuses n’ont droit d’apporter à l’accouchée que pain et vin, qu’elles peuvent partager avec elle en un repas frugal et décent. Il est expressément interdit, en revanche, d’offrir « fougaces ou oublies ou autre denrée semblable », de manger et de boire à l’excès, encore moins aux dépens de l’accouchée sans avoir, d’apporter des cadeaux, en une formule « de faire dépenses excessives ni extraordinaires ». Tout vise donc dans ces textes normatifs à éviter assemblée et comportements condamnables aux yeux de la morale chrétienne et de la bonne société9.

  • 10 Psaumet Péconnet est le seul auteur de livres de raison limousins de la fin du Moyen Âge à évoquer (...)

6La seule répétition de ces interdits aux xiie et xiiie siècles atteste sans doute qu’ils restaient sans grand effet sur les comportements et n’empêchaient pas que se poursuivent des visites jugées à scandale et hors normes. Les listes dressées par Psaumet Péconnet quelque deux siècles plus tard permettent de comparer textes juridiques et texte pragmatique, d’observer la subsistance de la coutume et, peut-être, sa popularité persistante, en tout cas son importance pour un jeune couple et un jeune père ambitieux, l’exploitation qui en était faite, et les entorses aux règles civiles et religieuses, la constitution d’un monde de femmes – sous l’œil d’un homme – à un moment particulièrement valorisant de la vie de la femme, de l’épouse et de la mère10.

  • 11 Cahier memento, p. 178-181. Voir, en annexe, le tableau des commérages.

7Psaumet Péconnet a dressé une liste des commérages après la naissance de ses deux premiers enfants11 : son livre de raison ne précise pas pourquoi il l’a fait, dans quel esprit et selon quelle méthode il l’a réalisé, pourquoi il n’a plus dressé de listes à la naissance de ses enfants suivants ni comment il a fixé le rang de chaque visiteuse, pourquoi il y a inclus quelques hommes. L’historien, réduit aux hypothèses, privilégie les explications d’ordre mondain, en liaison avec les ambitions sociales du rédacteur. Mais on ne peut éliminer d’autres éléments, comme une visite précoce ou tardive – accidentelle ou elle-même chargée de sens. Un changement dans le rang de présentation du même personnage d’une liste à l’autre pose également question. On ne saurait passer sous silence ces facteurs d’incertitude ; le livre de raison de Psaumet Péconnet garde sans doute sur le sujet, comme sur d’autres, sa part d’interrogations et de secrets.

  • 12 Ibid., p. 178.
  • 13 Ibid., p. 179.

8Première entorse à la règle des commérages, c’est le nom d’un visiteur qui ouvre la première liste – lors de la naissance du premier enfant du couple-, « Maître Martin Balestier, licencié en médecine12 ». Il est peu vraisemblable que ce dernier rende à la jeune accouchée une visite professionnelle en un temps où l’accouchement est affaire des femmes, et d’abord des « ventrières ». En revanche, ses titres universitaires font de cet homme un visiteur de marque qui honore le jeune couple par sa venue et confirme leur place dans le monde des notables. Autant d’avantages mondains qui font négliger les interdits chrétiens et donnent priorité à un homme dans un monde en principe réservé aux femmes. La deuxième visiteuse surprend moins et est à la place qui lui revient : c’est la marraine de l’enfant, qui lui a aussi donné son prénom : « La Mariote Rogier, comayr. » Sans doute doit-elle cette fonction non seulement à sa notoriété mais à sa qualité d’épouse du « maître » de Psaumet Péconnet, Martial Parot. L’ambitieux père est manifestement fier d’avoir une telle marraine pour son premier enfant mais sa satisfaction est partiellement gâchée parce que « son mari ne voulut pas venir13 ». Sa formule montre qu’il n’envisage pas que son « maître » respecte ainsi les interdits masculins des commérages mais considère cette absence comme une avanie qui lui est faite. On est décidément loin de l’esprit initial de l’institution de charité.

  • 14 C’est-à-dire « belle-sœur ». Il connaît pourtant le mot.
  • 15 La mère de Mathive Péconnet est Mathive Salesse (Cahier memento, p. 175).
  • 16 Ibid., p. 180.

9La suite de la liste le respecte davantage, en apparence du moins. Elle compte avant tout des femmes appartenant à la famille de sa femme. La famille des Benoist d’abord, dans laquelle il a pour premier souci de se faire pleinement admettre, ses belles-sœurs Gallane et Mathive, qu’il appelle « sor » et non « selorge14 ». Parmi les visiteuses est encore mieux représentée la famille Salesse, parenté maternelle de la jeune épouse15. Autour de la jeune accouchée se retrouvent avant tout ses propres parentes, appartenant à deux grandes familles de Limoges. Ne visitent-elles pas d’abord la jeune femme, plus qu’elles ne font l’honneur de leur présence au jeune couple, comme feint de le croire le mari ? La propre famille de celui-ci – moins prestigieuse et vivant loin de Limoges – n’est représentée à ces premiers commérages que par la seule Jeanne Pradel, et en avant-dernière position16.

  • 17 Valérie Dinematin était la deuxième épouse d’Étienne Benoist. Il déplore à plusieurs reprises sa d (...)
  • 18 Cahier memento, p. 180.

10Le cercle des visiteuses s’élargit enfin aux représentantes de familles de notables alliées aux Benoist et aux Salesse : en troisième position apparaît Symone du Peyrat, femme de « Marsau Disnemandi » – les Disnematin avaient donné une fille en mariage à Étienne Benoist17 ». En huitième, « Peyr Feydit et sa fame ». Encore un homme que la notoriété de sa famille et son alliance avec les Salesse font recevoir dans une assemblée qui lui était pourtant interdite par la coutume. Et, du coup, Psaumet Péconnet néglige de préciser le nom et le prénom de son épouse18.

11Les veuves tiennent une place majeure dans ce monde des commérages. Elles représentent la moitié des visiteuses. Ces femmes n’ont-elles pas un poids et un prestige particuliers par leur âge, leur expérience, leur état – qui leur donnent une forme d’indépendance et de disponibilité. Autant de qualités qui en font sans doute les conseillères naturelles écoutées de la jeune mère et les maîtresses de l’assemblée des femmes.

  • 19 Psaumet Péconnet emploie le mot « viage », visite, passage.

12Psaumet Péconnet ne manque pas enfin de relever que certaines visiteuses ont fait deux passages19. Un geste d’attention dont il ressent tout l’honneur redoublé, pour sa femme et pour lui.

13Au total, cette première liste de commérages atteste que les femmes des grands notables ne se soucient plus seulement d’exercer leur devoir de charité à l’égard d’une accouchée dans le besoin, comme le préconisaient les textes coutumiers des xiie et xiiie siècles. Ce sont des dames de la haute société bourgeoise entre elles qui, par leur visite à l’une des leurs, renforcent la cohésion et les solidarités familiales du monde des élites urbaines.

  • 20 Cahier memento, p. 180.
  • 21 Psaumet Péconnet rédige ainsi sa note codée : « pt lp rpfpdpt gplppnpbpypychp ». L. Guibert la déc (...)

14Les seconds commérages, qui se déroulent après la naissance d’un deuxième enfant, un garçon, chez Mathive Benoist et Psaumet Péconnet, confirment que le déroulement des premiers était dans le droit-fil des comportements traditionnels en la circonstance. C’est la marraine de l’enfant, Nanette Salesse, qui apparaît en tête de liste, comme le doit sa fonction. Elle honorera encore la jeune accouchée d’une deuxième visite20. Elle était déjà présente aux premiers commérages, en dixième position seulement. Le choix comme marraine de cette parente de l’accouchée, membre d’une famille consulaire alliée des Benoist, paraît des plus logique. Nanette Salesse n’est pourtant marraine que par défaut. Psaumet Péconnet a en effet indiqué, sous forme codée, qu’une de ses belles-sœurs, Galiane Benoist – qui apparaissait déjà en troisième position lors des commérages autour de sa première fille-, avait refusé d’être la marraine de son fils. Le codage de cette note lui permet de garder une trace secrète d’un refus préjudiciable à son honneur et à ses ambitions tout en évitant un aveu en clair qui pourrait déplaire à sa puissante belle-famille et nuire davantage encore à son intégration dans la famille Benoist, voire à son image dans la mémoire de ses descendants, auxquels le livre de raison est destiné21. Gallane Benoist accepta, en revanche, d’être marraine de l’enfant suivant de Psaumet Péconnet, Étienne, deux ans plus tard. L’interprétation de ces comportements, apparemment contradictoires, est délicate, faute d’autres éléments d’information : brouille et réconciliation, choix contesté du parrain, témoignage d’une forme de rejet initial puis de l’intégration progressive de l’homme nouveau dans la belle-famille ? Hypothèses parmi d’autres, sans doute, qui traduisent la complexité et les zones d’ombre des rapports entre hommes et femmes, entre nouveaux venus et membres anciens au sein de la famille, des enjeux et des stratégies autour de la jeune mère, du nouveau-né, des commérages et du baptême.

15L’originalité des seconds commérages par rapport aux premiers est l’entrée en nombre – et dans les premiers rangs – de la famille Péconnet-Pradel. Dès le troisième rang Jeanne Pradel, seule représentante des siens lors des précédents commérages, gagne six places. Elle est ici présentée comme la sœur du parrain de l’enfant ; elle semble donc profiter de la promotion à cette fonction de « Maître Pierre Pradel, prestre et licencié en droit », l’homme titré de la famille. Il est lui-même cité dans la liste des commérages – où le parrain a sa place – après Jeanne Pradel. Un cousin de Psaumet Péconnet, un clerc, figure encore sur la liste, en dernière position. Sa présence, nouvelle entorse à la règle, peut s’expliquer par sa parenté avec Psaumet et son état à la fois.

  • 22 Cahier memento, p. 180 ; tableau des commérages, p. 667-668.

16Du coup, peut-être, la famille dominante des Benoist n’est représentée que par une seule femme, Guicharde, en sixième position. Elle est présentée comme « la fame Me Anthoine Tibort licencié en médecine », ce qui la valorise manifestement. Elle est suivie de Symone Peyrat, déjà citée aux premiers commérages, mais alors au troisième rang22. Comme pour d’autres changements de rang, on en est réduit à des suppositions qui tournent autour de l’évolution des rapports familiaux et sociaux, les brouilles et les réconciliations, la marge de manœuvre plus ou moins réduite du rédacteur par rapport aux situations et aux codes, voire la rigueur plus ou moins grande d’enregistrement des visiteuses et l’ordre même des visites.

  • 23 Les problèmes de l’alimentation de l’accouchée n’ont que peu retenu l’attention des historiens (S. (...)
  • 24 S. Laurent, op. cit., 1989, p. 209-213, Cartulaire..., p. 176.

17Le classement des commères ne paraît pas, en tout cas, se fonder sur la générosité respective de leurs dons à la jeune accouchée. Chacune arrive avec des cadeaux en nature très voisins les uns des autres – à quelques rares exceptions près. Ces dons tiennent de la tradition, inspirée des recommandations consulaires des xiie et xiiie siècles et du régime alimentaire adapté à l’état de la nouvelle mère23. On peut y voir, en quelque sorte, une réponse aux plaintes dont le Cartulaire du Consulat se fait encore l’écho au xive siècle : les bourgeois de Limoges y criaient à la ruine causée par les frais des « repas de l’accouchée24 ».

  • 25 S. Laurent, op. cit., p. 207-208 ; B. Laurioux, Manger au Moyen Âge, Paris, Hachette-Littérature, (...)

18Sur ce plan, aussi, la tradition a été cependant adaptée aux commérages entre notables. Dans les actes anciens du Cartulaire, il n’était question que de pain et de vin apportés à l’accouchée dans le besoin pour un repas frugal à forte symbolique chrétienne25.

19Des recommandations et un esprit de charité et d’ouverture bien oubliés, apparemment, des visiteurs de Mathive Benoist, porteuses de victuailles pour un bon repas entre femmes de l’élite sociale de la ville.

  • 26 Simon de Vallambert, p. 46-47,103-104 ; S. Laurent, op. cit., p. 207.

20La présence quasi constante de « pâtés de poulet », voire de « pâtés de quatre poulets », parmi les dons des commères est particulièrement riche de sens. Ils n’apparaissaient évidemment pas dans le Cartulaire du Consulat. Leur présence ici peut avoir une dimension diététique – un souci déjà répandu chez les élites du temps comme dans les livres de médecine. La volaille y est présentée comme une chair blanche « naturelle », considérée comme « légère et peu humide », bénéfique à l’accouchée. Elle a également la réputation de favoriser la lactation et est donc conseillée aussi à ce titre aux jeunes mères comme aux nourrices26.

  • 27 B. Laurioux, Manger, op. cit., p. 131-188 ; A. J. Grieco « Alimentation et classes sociales à la f (...)

21À cet aspect diététique s’ajoute peut-être un autre qui prend en compte une hiérarchie culturelle et sociale des aliments. Dans la « grande chaîne de l’être », connue de beaucoup à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, les aliments d’origine aviaire jouissent d’un rang et d’un prestige particuliers dans la mesure où ils renvoient à un des éléments naturels supérieurs, le ciel. Cette nourriture devient symboliquement nourriture des élites sociales par opposition aux aliments issus de la terre, alimentation des humbles. Il n’est pas interdit d’imaginer – culture traditionnelle, effet de mode et d’imitation aidant – que ces grandes bourgeoises font à l’une des leurs un cadeau chargé de sens, qui confirme, plus ou moins consciemment, leur commune appartenance à la haute société27.

  • 28 Cartulaire, p. 12.
  • 29 B. Laurioux, Manger, op. cit., p. 176.

22Le vin est l’autre cadeau rituel des commères. Il figurait déjà, contrairement au poulet, parmi les éléments autorisés aux commérages par les actes consulaires28. Malgré les craintes des autorités religieuses et civiles de débordements et de comportements à scandale provoqués par une consommation excessive, et d’abord chez les femmes29. Le vin est, on le sait, considéré comme un remède, le remontant par excellence pour la jeune mère au lendemain de son accouchement.

  • 30 La quarte correspond au quart de la pinte (1 litre environ), la tarsière au tiers (Cahier memento,(...)
  • 31 Cahier memento, p. 181.

23Pour éviter peut-être ces excès de boisson auxquels les commérages doivent une part de leur mauvaise réputation et pour respecter les traditions, chaque visiteuse fait un don en vin limité : elle offre généralement une « tarsière », plus rarement une « quarte » ou une « pinte30 ». C’est tout autant un geste social qu’un cadeau alimentaire. Boire du vin avec son hôte honore les deux et renforce les liens de sociabilité. Psaumet note donc soigneusement la quantité de vin offerte mais aussi sa qualité. Il précise, par exemple, que Guicharde Benoist a apporté « une tercière de vin nouveau et une pinte de vin vieux », une générosité particulière, en rapport avec le rang de la famille de Guicharde et sa proximité de l’accouchée31.

  • 32 Ibid., p. 179,181 ; Cortulaire..., p. 12,176.

24Moins fréquents que le poulet parmi les dons en nature, deux miches ou trois pains selon les cas. Ce sont, dans deux mentions sur quatre, des pains de luxe, des « pains de chanoine ». On est loin, une nouvelle fois, du symbole chrétien évoqué dans les actes consulaires, proche du cadeau manifestant la qualité de celle qui l’offre et de celle qui le reçoit32.

  • 33 L. Guibert dit ne pas avoir compris la formule dietz leoulz. Ne peut-on cependant la traduire par (...)

25Allant enfin au-delà des cadeaux obligés de la tradition, quelques visiteuses ou visiteurs marquent leur honorabilité et leur générosité particulières, leur proximité de l’accouchée par des dons plus nombreux et plus variés : le premier de la liste, maître Balestier, ajoute une oie et un poulet rôtis à son pâté de poulet et à sa tarsière de vin. Mariote Rogier marque sa condition de marraine de l’enfant et d’épouse du « maître » de Psaumet Péconnet en se montrant particulièrement généreuse lors de sa seconde visite à l’accouchée avec un pâté de lièvre – nourriture du chasseur et de l’aristocrate –, un cochon de lait, quatre poulets rôtis, outre le pâté de poulet et les deux tarsières de vin traditionnels – de quoi festoyer entre commères. Dans la famille Salesse, Anne s’en tient à un pâté et à une tarsière alors que Mathive se singularise en omettant ces cadeaux traditionnels au profit de deux miches de pain, un fromage et, peut-être, dix œufs33. Un couple se sent-il moralement et socialement obligé d’apporter davantage de victuailles ? Pierre Feydit et sa femme offrant un pâté de poulet, deux tarsières de vin et encore un cochon de lait, une oie, deux poulets rôtis, trois « pains de chanoine ». Les femmes de la famille Benoist qui viennent commérer avec leur jeune parente portent cochon de lait, queue de mouton, pièce de bœuf, vin nouveau et vin vieux. Une aide roborative de la famille immédiate qui évoque aussi le souci de partager les frais de banquet entre proches et de permettre ainsi au jeune couple, avec l’appui du clan dominant, de tenir son rang sans se ruiner.

  • 34 Cahier memento, p. 181.

26Le parrain et la marraine de Pierre Benoist se distinguent enfin des autres visiteurs en négligeant les cadeaux en nature au profit d’un « grant présen très honestemen », selon la formule volontairement mystérieuse de Psaumet Péconnet, si précis et explicite par ailleurs. On peut soupçonner qu’il s’agit là de deux présents en argent dont le rédacteur ne tient à faire connaître à personne le montant précis. Dons en nature et dons en argent, l’importance n’est sans doute pas la même, le traitement de l’information non plus. Le monde de l’argent garde sa confidentialité et son mystère34. Le rédacteur reste le maître du jeu et de l’aveu.

27Ce passage du petit livre de raison de Psaumet Péconnet montre, une nouvelle fois, l’importance des informations fournies par ce type de document du for privé dans le domaine familial et au-delà.

28Il témoigne d’abord du succès persistant d’une institution coutumière, les commérages, qui n’a pourtant laissé que peu de traces écrites, peut-être victime de sa mauvaise réputation et des interdits qui pèsent sur elle. Il permet de comparer une pratique du xve siècle – apparemment encore bien vivante – à des textes normatifs qui prétendaient la régenter et la moraliser dès les xii e et xiii e siècles, avec un succès apparemment déjà limité. Il donne donc la possibilité d’en analyser les dérives et les exploitations biaisées. Il fournit l’occasion, rare, de découvrir le monde des femmes à un moment particulier où les lendemains de l’accouchement et leur accompagnement par les commères doivent donner à cet univers féminin un poids singulier. C’est cependant un homme, l’époux de la jeune accouchée, qui tient la plume et qui porte donc un témoignage à sa manière sur l’autre sexe, qui juge selon ses codes et ses intérêts les comportements familiaux et sociaux des femmes entre elles.

29Les textes consulaires anciens préconisaient une ouverture chrétienne des femmes de la bourgeoisie de Limoges au monde des défavorisées et des accouchées dans le besoin, le partage avec elles du pain et du vin, à la symbolique religieuse évidente. On en est loin dans le texte de Psaumet Péconnet. Le repas frugal avec la pauvresse y fait place au banquet entre soi. Sans doute certains aliments dominants apportés à Mathive Benoist sont-ils considérés, par la tradition et la diététique du temps, comme particulièrement adaptés au régime de l’accouchée et propres à lui rendre forces et santé. Mais ils ont aussi une dimension culturelle et sociale, et sont des aliments symboles de la nourriture des élites. Les offrir ou les recevoir est signe de reconnaissance et d’honorabilité réciproques.

30Comme la visite elle-même. Les commères ne secourent pas ici la « pauvre fame gisan » mais rendent visite à une accouchée de leur milieu, de leur famille même pour la plupart. Elles confirment avant tout les solidarités de parenté, une commune appartenance au monde clos de la haute bourgeoisie limougeaude. C’est précisément de celui-ci que Psaumet Péconnet, l’homme nouveau, a l’ambition première d’être reconnu et accepté. Chaque visite d’une femme de sa prestigieuse belle-famille ou de ses alliées est interprétée par le jeune ambitieux comme un signe d’intégration, même s’il n’est pas sûr que ces visites, dans l’esprit des commères, ne s’adressent pas d’abord à la jeune épouse, fille de Benoist. La participation aux commérages, et à une place de choix, de l’épouse de son « maître » le notaire Étienne Parot, montre que, dans l’esprit du rédacteur, réussite professionnelle et réussite familiale s’épaulent et se rejoignent.

31Les commérages prennent donc ici une dimension mondaine et sociale primordiale, et cet espace de rencontre qui devrait, selon les canons de l’Église, être réservé aux femmes et fermé aux hommes – un moment d’intimité féminine rare, au moins dans les sources – est, en fait, ouvert à quelques hommes de qualité. Leur notoriété fait oublier les interdits. Leur venue est source renouvelée d’honneur et de reconnaissance pour le jeune couple, plus un élément de scandale. Désormais, c’est plutôt le refus de certains de venir « commérer » qui est durement ressenti, par le jeune père ambitieux au moins, comme une atteinte à sa notoriété toute neuve.

  • 35 La seule présence de Psaumet Péconnet ne peut-elle, aussi, arrêter les confidences entre commères  (...)

32Cette vision, très largement utilitaire, masculine et égocentrique des commérages, explique peut-être leur disparition du livre de raison de Psaumet Péconnet à partir de la naissance du troisième enfant. Ce n’est pas obligatoirement synonyme de leur abandon par la famille Péconnet, plutôt l’indice qu’ils perdent alors de leur importance promotionnelle aux yeux du rédacteur, de mieux en mieux intégré dans sa nouvelle famille. Les commérages suivants, s’ils se pratiquent toujours, ne sont plus pour lui qu’affaires de femmes et de tradition. Ils ne méritent plus de figurer parmi les éléments fondateurs de la mémoire et de l’honorabilité familiales, donc dans le livre de raison. Pour des raisons voisines sans doute, il ne rapporte jamais ce que disent ces femmes entre elles – alors que sa fonction paternelle lui donne le droit de les entendre. Il n’a sans doute qu’indifférence – pour ne pas dire pire – pour ces « bavardages de femmes » et leur mystérieux contenu. Il n’est pas sûr cependant que, contrairement à l’historien, ces femmes aient été totalement fâchées de ce comportement. Avec les contraintes de leur temps, de leur milieu, de leur sexe, la confidentialité n’était-elle pas pour le cercle des femmes la condition nécessaire à l’expression d’une forme d’autonomie et de liberté de parole35 ?

Notes

1 Depuis les travaux pionniers de Madeleine Foisil sur les actes du for privé et les livres de raison (M. Foisil, Le sire de Goubeville, Paris, Aubier-Montaigne, 1988 ; id. « L’écriture du for privé », dans Histoire de la vie privée, P. Ariès et G. Duby (dir.), t. 2, Paris, Seuil, 1986, p. 334, 336, 338) les recherches sur les livres de raison ont progressé de façon spectaculaire. Les très importantes bibliographies qui se trouvent dans les livres les plus récents sur la question en portent témoignage (S. Mouysset, Papiers de famille. introduction à l’étude des livres de raison (France xve-xixe siècle), Rennes, PUR, 2007, p. 316-339 ; Les femmes et l’Histoire familiale ( xvie-xviie siècle), Renée Burlammacchi, Description Jeanne du Laurens, Généalogie, S. Broomhall et C. H. Winn (éd.), Paris, A. Champion, 2008, p. 177-180).

2 J. Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de raison italiens. Pour relancer une enquête », Revue historique, 307/4, 2003, p. 993-1011.

3 Id., « Livres de raison et naissance d’une culture familiale (xive-xvie siècle) », dans Renaissance d’un pauvre pays, Tours, Publication de l’université, 1998, p. 169-288 ; id., Livres de raison, chroniques, terriers, les passions d’un médiéviste, Limoges, PULIM, 2007.

4 M. Bourin, préface de J. Tricard, Livres de raison, p. 14.

5 C. Klapisch-Zuber, préface de Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot (dir.), t. 1, Le Moyen Âge, C. Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Seuil, 1996, p. 13-22. Une journée d’études organisée par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a permis de faire le point sur la question, avec une importante bibliographie (Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe : bilan et perspectives, 1er avril 2008. Journée d’études organisée par D. Lett. Les bilans de cette journée sont disponibles dans le no 3 de la revue Genre et Histoire, www.genrehistoire.fr).

6 « Le cahier memento de Psaumet Péconnet, notaire de Limoges (1487-1503) », dans Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, L. Guibert (éd.), avec le concours d’A. Leroux et alii, t. I, Paris-Limoges, A. Picard, Vve Ducourtieux, 1888, p. 175-186. Il est amputé de ses feuillets centraux.

7 J. Tricard, « Mariage, “commérages”, parrainage : la sociabilité dans les livres de raison limousins du xve siècle », dans Croyances, pouvoirs et société, M. Cassan, J. Boutier, N. Lemaître (dir.), Le Loubanel, Les Monédières, 1988, id., « L’affrontement ou le mariage, stratégie de conquête du pouvoir à Limoges au xve siècle », dans Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au xxe siècle, C. Petitfrère (dir.), Tours, CEHVI, 1999, p. 66-68, repris dans id., Livres de raison, op. cit., p. 202-204.

8 On trouve cependant trace de cette coutume dans d’autres provinces du royaume. On ne saurait donc considérer les « commérages » comme une institution spécifiquement limousine : A. Van Gennep évoque de façon générale un « cérémonial particulier avec dons et échanges de cadeaux, surtout de la part de la marraine et des voisines » (A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, t. 1, Paris, 1943, p. 121). En Normandie, se déroulent à la fin du Moyen Âge des « fêtes de gésine », voir J. M. Rogier, « L’enquête sur l’âge de Jean II d’Estouteville », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1975, p. 115-128 ; des lettres de rémission évoquent des « repas de gésine » où l’on boit parfois plus que de raison : R. Vaultier, Le folklore pendant la guerre de Cent ans d’après les lettres de rémission du Trésor des chartes, Paris, CNRS, 1965, p. 1.

9 « Cartulaire du Consulat de Limoges », C. Chabanneau (éd.), Revue des langues romanes, nos 8-12, août-déc. 1895, p. 12,176.

10 Psaumet Péconnet est le seul auteur de livres de raison limousins de la fin du Moyen Âge à évoquer les « commérages ». Un indice insuffisant, à l’évidence, pour avancer à coup sûr qu’ils ne sont plus pratiqués dans les autres familles de notables. Peut-être, simplement, n’y ont-ils pas la même fonction de promotion sociale. J. Tricard, « Vie religieuse et attentes familiales particulières dans les livres de raison de la fin du Moyen Âge », dans Religion et mentalité au Moyen Âge, S. Cassagnes-Brouquet et alii (dir.), Rennes, PUR, 2001, p. 403-404 ; repris dans id., Livres de raison p. 220-221.

11 Cahier memento, p. 178-181. Voir, en annexe, le tableau des commérages.

12 Ibid., p. 178.

13 Ibid., p. 179.

14 C’est-à-dire « belle-sœur ». Il connaît pourtant le mot.

15 La mère de Mathive Péconnet est Mathive Salesse (Cahier memento, p. 175).

16 Ibid., p. 180.

17 Valérie Dinematin était la deuxième épouse d’Étienne Benoist. Il déplore à plusieurs reprises sa disparition. Il manifeste un respect particulier pour son beau-père, « Monseigneur Helie Dinematin ». Cf. J. Tricard, « Les formules de notoriété et d’honneur dans les livres de raison limousins de la fin du Moyen Âge », Temporalités, no 1, Limoges, PULIM, 2004, p. 30 ; repris dans id., Livres de raison, op. cit., p. 235.

18 Cahier memento, p. 180.

19 Psaumet Péconnet emploie le mot « viage », visite, passage.

20 Cahier memento, p. 180.

21 Psaumet Péconnet rédige ainsi sa note codée : « pt lp rpfpdpt gplppnpbpypychp ». L. Guibert la décode « et lo refudet Gallane Beyneche » (Cahier memento, p. 180, n. 6 ; J. Tricard, « Des secrets politiques et religieux aux secrets intimes ; expressions de l’aveu dans les livres de raison (xive-xviie siècles) », dans Livres de raison, op. cit, p. 277).

22 Cahier memento, p. 180 ; tableau des commérages, p. 667-668.

23 Les problèmes de l’alimentation de l’accouchée n’ont que peu retenu l’attention des historiens (S. Laurent, Naître au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 1986, p. 207-209). Au xvie siècle, Simon de Vallambert ne s’y intéresse que par le biais de l’allaitement du nourrisson : Simon de Vallambert, De la manière de nourrir et gouverner les enfans dès leur naissance, C. H. Winn (éd.), Genève, Droz, 2005. À titre de comparaison, F. Aubaille-Sallenave « Les nourritures de l’accouchée dans le monde arabo-musulman méditerranéen », dans Culture et nourritures de l’Occident musulman, Médiévales, 33, automne 1977, p. 103-123.

24 S. Laurent, op. cit., 1989, p. 209-213, Cartulaire..., p. 176.

25 S. Laurent, op. cit., p. 207-208 ; B. Laurioux, Manger au Moyen Âge, Paris, Hachette-Littérature, 2002, p. 278 ; Y. Pelicier, « La nourriture à la Renaissance, essai de typologie », dans Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance. Actes du congrès de Tours, 1979, J.-C. Margolin et R. Sauzet (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, 1982, p. 18-20.

26 Simon de Vallambert, p. 46-47,103-104 ; S. Laurent, op. cit., p. 207.

27 B. Laurioux, Manger, op. cit., p. 131-188 ; A. J. Grieco « Alimentation et classes sociales à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance », dans Histoire de l’alimentation, J.-L. Flandrin et M. Montanari (dir.), Paris, Fayard, 1996, p. 479-490 ; O. Redon et B. Laurioux, « Histoire de l’alimentation entre Moyen Âge et Temps modernes. Regards sur trente ans de recherche », dans Le désir et le goût, une autre histoire, O. Redon, L. Sallmann, S. Steinberg (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Temps et espaces », 2005, p. 82-83.

28 Cartulaire, p. 12.

29 B. Laurioux, Manger, op. cit., p. 176.

30 La quarte correspond au quart de la pinte (1 litre environ), la tarsière au tiers (Cahier memento, p. 178, no 9). Cette dernière mesure s’est conservée dans les milieux populaires limousins jusqu’au xxe siècle.

31 Cahier memento, p. 181.

32 Ibid., p. 179,181 ; Cortulaire..., p. 12,176.

33 L. Guibert dit ne pas avoir compris la formule dietz leoulz. Ne peut-on cependant la traduire par « dix œufs » – « yaux » en langue limousine ? Les œufs faisaient partie du régime traditionnel des convalescents (B. Laurioux, Manger, op. cit., p. 143).

34 Cahier memento, p. 181.

35 La seule présence de Psaumet Péconnet ne peut-elle, aussi, arrêter les confidences entre commères ? Ces « affaires de femmes » et leurs secrets partagés ne regardent pas les hommes.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.