Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

3e section. Hommes et femmes

Alix de Parroy, abbessse de Remiremont (1432-1474)

Michel Parisse

Texte intégral

  • 1 Voir M. Parisse, éd., Les chanoines réguliers. Émergence et expansion xie-xiiie siècles), Saint-Ét (...)
  • 2 Celles qui suivent la règle de saint Augustin.
  • 3 Remiremont, Vosges, arr. Épinal, ch. l. c.
  • 4 Parroy, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, c. Arracourt.

1Dans le monde des religieuses du Moyen Âge, les chanoinesses séculières ont une place de choix. Largement représentées en Empire et en Italie, elles sont moins nombreuses en France. Avant l’essor et l’expansion des chanoines réguliers au xie siècle1, les religieuses se partageaient de façon indifférenciée entre celles qui se réclamaient de la règle de saint Benoît et qu’on appelait « moniales », et celles qui suivaient les préceptes de Benoît d’Aniane sur les « religieuses qui vivent à manière des chanoines ». À partir du xiie siècle, une nouvelle nomenclature s’imposa : les chanoinesses régulières2 concurrencèrent les chanoinesses séculières. C’est parmi ces dernières qu’allaient se recruter les « dames nobles » (adelige Damen) de l’Empire et de la Lorraine. L’étude d’une d’entre elles peut nous permettre d’éclairer quelque peu ce qu’elles étaient ; l’exemple sera pris dans la célèbre abbaye vosgienne de Remiremont3. Les textes normatifs, qui permettent souvent de connaître ces dames, ne nous renseignent pourtant pas suffisamment sur leur vie quotidienne. Aussi les testaments sont-ils des sources bienvenues pour lever un peu le mystère de leur vie de tous les jours. On prendra ici l’exemple de l’abbesse de Remiremont Alix de Parroy4, qui dicta, en 1474, le testament que voici.

21474 (N.ST.), 4 JANVIER. REMIREMONT

3testament d’alix de parroy, abbesse de remiremont

4A. Original perdu

5B. Copie de Vuillemin, Bibl. Remiremont, ms. 5, p. 338-343

  • 5 C’est-à-dire pâle.

61. Ou nom du Pere, du Fil et du Sainct Esprit, Amen. Je, Alix de Parroye par la pacience de Dieu humble abbausse de l’église conventuale sainct Perre de Remiremont, sainne de cuer et de pensee la Dieu mercy, combien que je soie fleve5 et debile de mon corp, considerans et resgardans qu’il n’est chouse plus certainne que de la mort ne moinx certainne que de l’heure d’icelle, non voulans, s’y plait à mon creatour, trespasser de ceste mortele vie sen faire ordonnance et testament de mes biens, fais, ordonne et devise mon testament, ordonnance et darrene volllunte des biens que notre seigneur m’ait prestei en cest mortel monde en la forme et maniere que s’ensuyt :

  • 6 Il s’agit des trois saints patrons de l’abbaye de Remiremont : Amé, Romaric et Adelphe.

72. Premierement je rend offre et command mon airme, quant elle partirait de mon corp, en l’especiale salvegarde et commandise de notre seigneur Jhesu Crist mon creatour et redemptor, de la benoîte vierge Marie sa glorieuse mere, de nos benois corps sainctz6 et de toute la court celestial de paradis, lou priant et suppliant très humblement qu’ilz la vuellent recepvoir en lour benoîte et saincte compaignie.

83. Item je esley la sepulture de mon corp on cimitiere de notre dicte eglise saint Pierre, entre mes dous niepces de Parroy, cui Dieu perdoni.

94. Item je vuel et ordonne et commande que mez debtz soient paiee et mez clains appaisiez et torffais remedez que bonnement et dehument pourront estre trouvez et demontrei en mains de mes excutours subscriptz.

105. Item je vuel et ordonne et commande ung annual de messez estre dit et celebrei tant pour le salut de mon airme comme de tous ceulx et celles pour cui je suis tenue de prier et vuel et commande que les signours d’eglise que diront le di annuel soient bien paiez et satisfaitz de lour penne au rawart de mes executors soubscriptz.

  • 7 Sacristain.
  • 8 Sonneur de cloches.

116. Item je vuel et ordonne et commande que tous signours d’eglise qui diront messez pour le salut de mon airme le jour de mon obit ayant chacun deux gros monnaie de Lorraine et les channoinez de notre eglise chacun trois gros, lez secretz7 et ly cloichier8 chacun deux gros monnaie que dessus.

127. Item je donne et ordonne a notre dicte eglise Sainct Pierre vingtz frans monnoie de Lorraine pour une foy affin que je soie plus condigne d’etre participans des bienffaitz d’icelle.

138. Item je donne et ordonne ung compegnaige d’almosne a distribuer aux personnes de notre davant dite eglise comme il est de costume en tel cas affin qu’elez m’ayent pour recommandee en lour prierez.

149. Item je vuel et ordonne que le lundemaln de mon obit soit fait ung service en l’eglise parrochiale Notre Dame de Remiremont, c’est assavoir haltez vigiles et trois haultes messes l’une du sainct esperit, l’autre de notre dame, et l’aultre de requiem en l’église parrochiale dudit Remiremont pour le salut de mon airme et vuel que deux que seront et aideront a faire lesdits hault service soient paiie au bon rawart de mes executours soubscriptz.

  • 9 Prieuré de chanoines réguliers établi à l’emplacement primitif de l’abbaye de Remiremont.
  • 10 Hérival, cne Val d’Ajol, Vosges, arr. et c. Remiremont

1510. Item je donne au signeurs religieux du Saint-Mont9 seix resalz de froment pour une foy et aultres seix auz signeurs religieux d’Yreval10 affin que je soie accompaignie a lours prierez et bienffaits et avec ce je ordonne ung trental de messes estre dit pour le salut de mon airme en l’eglise du Saint-Mont et ung autre trental en l’eglise d’Yreval a paier au bon rawart de mes dicts executours.

1611. Item je donne a la confrairie monseigneur sainct Nicolay dudit Remiremont deux frans monnaie de Lorraine pour une foy.

1712. Item je done a la lumiere Notre Dame de l’église parrochiale dudit Remiremont ung frans pour une foy

  • 11 Beaupré, abbaye de cisterciens, cne Moncel-les-Lunéville, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, cant (...)

1813. Item je donne aux signeurs religieux de Belpres11 ou gisent mon pere et ma mere et mes ancestres deux florins cursablez pour une foy tant pour le salut de mon airme que dez airmes de mesdits pere et mere et ancestrez.

  • 12 Mirecourt, Vosges, arr. Neufchâteau, ch. l. c.
  • 13 Toul, prieuré de dominicains, Meurthe-et-Moselle, ch.-l. arr.
  • 14 Neufchâteau, prieuré de franciscains, Vosges, ch. l. arr.

1914. Item je donne aux cordeliez de Mirecourt12 quaitres resalz froment et aultres quaitrez au prachours de Toul13 et aultres quaitrez aux cordeliers du Nuefchastei14.

2015. Item je donne, vuel et ordonne que mon saphir, mez reliques ensemble la piere que on mest es yeulx et mon petit psaltier que se porte demourient en la maison de mez prebendez a tous jours.

2116. Item je vuel, ordonne et commande que tous les moblez de ma conpaignie contenu en une cedule estant en une hugette en ma chappelle soient donnez et delivrez a ma niepce Petronelle a cause de la conpaignie, quar ausssy il y appartiennent.

2217. Item je donne a ma dite niepce Petronelle vingtz resalz froment, vingz resalz sode, dous cowez de vin, dous porcs et ung resal de sal pour faire mon escuelle dieu l’année durant selon les us de notre eglise.

  • 15 Les coquerelles sont chargées de la bonne marche des obsèques.

2318. Item je vuel et ordonne que mes executours soubscripts paient le trental des chanoinnes et celui de Saincte-Croix et tout ce que serait dehu au coquereles15 tant en grainnes et sal come en argent et aux seigneurs curéi du concile de Remiremont ensemblez toutes altres chouse dehuez et appartenant pour toutes une annee.

  • 16 L’« hôtel de la crosse » désignait la maison occupée par l’abbesse du moment.

2419. Item je donne et ordonne encor a la dite maison de mes prebendez ung leict estant en mon hostel de la crosse16 en la chambre le seneschal lequel ja acquestez des executours dame Katherine la Porcelatte cui dieu perdonne.

  • 17 Ligneville, Vosges, arr. Neufchâteau, c. Vittel.

2520. Item je vuel et ordonne que le grant leict estans en la grant chambre de mon dit hostel soit baillie et delivre a ma niepce Yzabel de Ligneville17 a cause de sa compaignie quar il y appartiennent.

  • 18 Mailleroncourt, Haute-Saône, arr. Lure.

2621. Item je donne a ma compaigne dame Symonette de Melleroncourt18 seix frans monnaie de Lorraine pour une foy pour une roube et donne a ma petite compaigne sa niepce ung florin d’or pour des crevechiez affin qu’elle m’ayent pour recommandee en lours prieres.

  • 19 Charlotte de Montjustin mourut le 8 septembre 1487.

2722. Item je done a ma chiere et bien amee cousine et suer en Dieu dame Charlotte de Montjustin19 secreste en notre eglise seix florins d’or pour une foy affin qu’elle m’ait pour recommandee en ses prierez.

  • 20 Choiseul, Haute-Marne, arr. Chaumont, c. Clefmont. Alix fut abbesse de 1507 à 1521.

2823. Item je donne à ma dame Alix de Chosieurx20 ma roube fourree d’eglise et a Jehanne et Marguerite ses suers et a Marie chacune ung florin d’or pour une foy affin qu’elle m’aiyent pour recommandee en lours prieres.

2924. Item je donne a mon seneschal vingtz resalz avene pour une foy.

3025. Item je donne a Arnoul mon escuier vingtz florins d’or pour une foy pour ung cheval.

3126. Item je donne a messire Jaique Paillette mon chappellain deux frans, deux resalz froment et deux resalz soile pour une foy en recognessance des aggreables services qu’il m’ait fait et affin qu’il m’ait pour recommandee en ses prieres.

3227. Item je donne a Jehan Thurry mon celerier seix frans, seix resalz froment pour une foy en recompense de son service et pour prier pour my.

3328. Item je done a messire Nicole Brulet seix resalz froment et deux escus for en recognessance de servicez qu’ilz m’ait fait pour prier pour my.

  • 21 Chambrière.
  • 22 Selon les dictionnaires, le mot désigne une garniture de lit ou un oreiller.
  • 23 Serge.
  • 24 Drap de lit.

3429. Item je donne a M. Grossel ma petite chamberlien21 en recompense de son service en cas que je ne l’aurroie satisfait en mon vivant seix frans et seix resalz pour une foye ensemble un petit leict revestu de chavessal22, d’ung orelier d’une sarge23 et une paire de linsieux24, item encor ung petit poetz de covvre, une petite pelle d’arain, demi douzzaine d’escuellez, une paire de plaitz d’estain.

3530. Item je done a toutez mez aultres servandes, vielez et joinnes a chacune ung resal froment por (prier) por my.

  • 25 Boulanger.

3631. Item je done a mon cusenier, a mon charreton et a mon fournier25 a chacun d’eux ung resal froment et ung resal soile pour une foy

  • 26 Bouchère ( ?). Une mangnerie est une boucherie.

3732. Item je done a la mangnienne26 dous resalz froment et à Richard son fil ung resal et a messire Nicole son frere ung florin d’or pour une foy.

3833. Item je donne a messire Jehan Macute maistre de mon hospital une noix d’inde non farree.

3934. Item je donne aux questez du Sainct-Esprit, de Saint-Bernard, de Saint-Anthonne et de Saint-Humbert a chacune seix gros monnoie de Lorraine pour une foy.

4035. Item je donne a la lumiere de nos glorieux corps sainctz ung escus d’or pour une foy.

4136. Item je donne a toutes les coquerelez de notre eglise une quarte froment pour prier pour moi.

  • 27 Autrey, abbaye, Vosges, arr. Lunéville, c. Rambervillers.

4237. Item je donne a messire le priour d’Autrey27 ung florin d’or pour prier pour my.

4338. Item je donne à Ysabel femme Nicolay charpentier deux resalz froment.

4439. Item je donne aultrez deux resalz froment a Ysabel l’enfermiere pour une foy pour prier pour my.

  • 28 Tapis de banc pour les prières à genoux.
  • 29 Hagenbach, Bas-Rhin, arr. Altkirch, c. Dannemarie.

4540. Item je donne a ma successeur abbausse de notre eglise mon tapis28 nuef que me donnait mon cusin Estienne de Halquembach29 affin qu’elle m’ait pour recommandee en ses prieres.

4641. Item je vuel et ordonne que celle que ferait le service de mon arme pour et on nom de ma niepce Petronelle soit paiiee et recompensee de sa penne par mes executours soubscriptz tant que par raison elle soit bien contentée.

4742. Item je vuel aussy et ordonne on cas que je ne pourroie assevir le service que ja commenciez pour ma niepce Marguerite de Parroye que celle que l’accomplirait soit satisfaite souffizamment par mes executours soubscriptz.

  • 30 Haudonville, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, c. Gerbéviller.

4843. Item je donne a mon nepvour Jehan de Parroye seigneur de Haldonviller30 mon gobelet d’argent dorer covvert et tout un pot de vexeles d’argent que je puis avoir au demourant en recognessance dez bons et aggreables servicez qu’il m’ait fait et en consience qu’il tanrait la main bonnement a l’execution de cestui mien presens testament.

4944. Item je vuel, ordonne comande que toutes les huigez, biens moblez et utensilez que pourront estre trouvez et cognus estre apportei de ma maison de mez prebendes y soient rapportez ou a l’esquipollans de ceux qui seront usez.

5045. Item cestui mien presens testament assevir et accompli et memement mez debtz paiiez je donne leigue et ordonne le residu de mez biens a mes quaitrez chieres et bien amees niepces et filles en Dieu c’est assavoir Ysabel de Ligneville, Alix du Chastelet, Petronelle de Haraucourt et Katherine de Halquenbach, et vuel ordonne et commande que li dit residu de mez biens soit divise et departis entre ellez quaitres par egale portion.

5146. Item je esley pour mes executours de cestui miens presens testamet mon tres chier et bien ame nepvour Jehan de Parroye dessus nommei et mes dites quaitres niepcez ensemblez mes fiaubles et bien amez messire Jehan Macuti maistre de l’hospital et messire Jaique Paillettz mon chappellain ja davant nommei et chacun deux es mains desquellx je meis des maintenant tous mes biens pour executer, assevir et accomplir cestui mien presens testament selond son contenu et forme eet de ce je lour en donne la charge et donne auxdits maistre de l’hospital et a messire Jaique mon chapelain et chacun d’eulx dous escus d’or pour leur penne de l’execution de cestui mien presens testament.

5247. Item je rappelle et revoque tous aultres testaments et ordonnances que je pourroie avoir fait on temp passe davant la date de cestui et vuel et commande que cestui mien presens testament soit de force de valour de vigour et de puissance tant et sy avant que testament et ordonnance et darrene voluntie puet et doit mieux valoir par droit par us et par costumes de villes et de pais en implorant la favour et benignetei de droit canon, et ne vuel mie que mesdits executours soient tenus ne obligiez de mettre aulcune chouses en l’execution de cestui miens presens testament plus avant que la faculté de mez biens ne se pourrait extendre, et pourtant que toutes les chouses dessusdites et escriptes et chacune d’icele soient fermes establez et vallisables et toujours j’ay prie et requis a discrete personnes messires Nicole Brulet de Dompaire demourant audit Remiremont prebstre notaire publique de l’autorité imperiale et jure de la court de Toul soubscript qu’il voulsit cestui mien presens testament fait passer et deviser par devant lui mettre et rediger en forme dehue signer de son signet publique duquel il use en tel cas et plus grant en son office de notaire.

5348. Ce fuit fait en la dixte ville de Remiremont en la maison de la crosse l’an de graice notre Seigneur courrant par mil quatre cent septantez et trois l’an, l’indiction septime et le quatrieme jour du mois de janvier environ deix heures devers le maitin, tres sainct pere en Dieu seigneur Sixte par la pacience divine pape quatrieme estans au tier an de son pontificat, presens venerables et discretez personne maistre Nicole Colard de Bruieres prebstre chanoine de la devant dicte eglise Saint Pierre eet Nicolay Berbier bourgeois du dit Remiremont tesmoings ad ceu appelez especialement et requis.

Commentaire

« O. Adeledis de Parrroye abbatissa anno domini M.CCC.LXX.III, que dedit pro suo anniversario LX florenos, Item adhuc XX florenos ad opus ecclesie. »

« Obit de l’abbesse Alix de Parroy morte en l’an du Seigneur 1473, qui donna 20 florins pour son anniversaire et encore 20 florins pour la fabrique de l’église. »

  • 31 BnF, Paris, nouv. acq. lat. 349, p. 48.

54Tels sont les termes dans lesquels est rappelée la mémoire de l’abbesse Alix (Adeledis) dans le nécrologe de l’abbaye à la date du 26 janvier31. On observera que l’année de sa mort est 1473 dans l’ancien style, ce qui signifie que son testament du 4 janvier doit être daté de 1474 nouveau style.

  • 32 Georges Poull, Les sires de Parroy, Rupt-sur-Moselle, 1972.

55En dehors de ce qu’elle nous dit dans son testament, on sait peu de chose de la vie de cette chanoinesse. En 1432 elle fut appréhendée à l’abbaye de Remiremont, sans doute sur une proposition d’une chanoinesse de sa famille, Marguerite de Parroy. Cette famille émerge dans la petite noblesse au service des ducs au milieu du xii e siècle. Georges Poull a retracé à grands traits l’histoire de cette seigneurie32. Malheureusement il aborde à peine le xve siècle et n’éclaire guère l’entourage des deux dames. On retiendra cependant que le père d’Alix, Ferry II de Parroy (1414-1456), épousa successivement Alix de Ville et Marie de Chambley. De ces mariages naquirent au moins trois enfants : Claude, Aubert et Alix. Étant donné la tradition des prénoms, on peut penser qu’Alix, la future abbesse, était fille d’Alix de Ville. Chanoinesse en 1432, elle devint doyenne en 1439, succédant d’abord au décanat à Cunégonde d’Oricourt, puis à l’abbatiat à Jeanne de Chauvirey.

  • 33 La plus ancienne mention du système des compagnies figure dans une charte de 1179, où une religieu (...)
  • 34 Les autres abbayes de cet ordre disposaient en général d’une vingtaine de prébendes.

56L’abbaye de Remiremont était une institution très riche. Ses biens se répartissaient à près de cinquante kilomètres à la ronde jusqu’au Toulois, à la Bourgogne et à l’Alsace. Ses revenus les plus lointains formaient deux ensembles, l’un, le plus éloigné, plutôt destiné à la communauté, l’autre regroupé dans 52 bans et dont les revenus étaient partagés entre 144 prébendes. Un quart de ces dernières, soit 36, était destiné à l’abbesse ; aux chanoines, on réservait 29 prébendes, tandis que le reste, soit 79, allait aux dames. Cela ne suffisait pas. On peut supposer que, comme il était difficile de faire 79 parts à chaque redistribution des revenus, on se résolut à opérer des regroupements et c’est ainsi que furent constitués des ensembles de prébendes ou « compagnies de prébendes33 ». Les prébendes des dames furent réparties entre 21 « compagnies »34. Celles-ci n’étaient pas de taille égale : 2 compagnies disposaient chacune de deux prébendes seulement, 6 tenaient chacune trois prébendes, 8 en avaient quatre, et le reste se répartissait entre 5 compagnies de 5 prébendes.

  • 35 Françoise Boquillon, Les Chanoinesses de Remiremont, Remiremont, 2000, p. 52.

57Cette distribution avait un rôle fondamental, puisque la compagnie servait de base au fonctionnement du régime des prébendes. L’historienne de Remiremont aux Temps modernes écrit à ce sujet : « La compagnie de prébendes est une cellule autonome avec ses biens particuliers, ses revenus, sa dame titulaire qui peut appréhender (coopter) une ou plusieurs nièces. Le recrutement et les apprébendements se font dès lors à Remiremont dans le cadre de ces « compagnies »35. Il y a plus : chaque compagnie disposait d’une maison particulière, d’une place au cimetière, d’une voix au chapitre. Une « dame de prébendes » gérait seule sa compagnie ; dès qu’elle avait obtenu du chapitre l’autorisation d’apprébender une novice, elle devenait « dame tante » et la novice « dame nièce ». Il y avait un nombre variable de dames tantes et de nièces à cause des aléas de la vie quotidienne et surtout du contexte historique. Une dame tante pouvait recruter, ou appréhender ou coopter une ou plusieurs novices. Celles-ci, une fois appréhendées, étaient appelées nièces, qu’elles soient ou non du même sang que la tante. En effet la maison d’une compagnie pouvait accueillir une à trois nièces, selon la politique des dames tantes. Les dames d’une même compagnie se disaient « compagnes » (sociae). Appréhendée par sa « tante » Marguerite, Alix fut sa « nièce » jusqu’à sa mort. Leur compagnie fut détenue successivement par Isabelle, Marguerite et Alix de Parroy de 1430 à 1474. Avant elles la compagnie avait appartenu à Henriette de Mailleroncourt (morte en 1428). Quand Alix mourut, elle permit à deux dames de la famille de Mailleroncourt, une famille alliée, de devenir tantes.

  • 36 Les chiffres entre parenthèses renvoient aux alinéas du texte du testament. L’alinéa 42 mentionnan (...)
  • 37 Haraucourt, Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, c. Saint-Nicolas de Port.

58Dans son testament, Alix mentionne d’une part, sans leurs prénoms, deux nièces défuntes qui portent le même nom qu’elle, de Parroy (3)36, d’autre part quatre nièces vivantes : Pétronelle de Haraucourt37 (16, 17, 41, 45), Ysabel de Ligneville (20, 45), Alix du Chastelet (45) et Katherine de Halquenbach (45).

  • 38 Mailleroncourt, Haute-Saône, arr. Lure, c. Saulx.

59Elle cite encore sa « compagne » Symonette de Mailleroncourt38 (21). Si toutes les compagnies avaient été pourvues en dames nièces, la communauté aurait rassemblé au total 21 dames tantes et 58 dames nièces. Cela n’arrivait jamais. Les nièces continuaient à vivre dans leur famille et n’étaient que peu présentes à l’abbaye. C’est seulement une fois devenues tantes qu’elles résidaient régulièrement à Remiremont et animaient le chapitre.

60Sans que cela soit évoqué ici, Alix disposait d’autres compagnies et prébendes dont elle avait hérité, mais elle restait attachée à la compagnie où elle avait été appréhendée en premier et où elle deviendrait tante. Quand elle parle de la « maison de ses prébendes » (15, 19, 44), elle fait allusion à ce premier apprébendement.

La vie quotidienne des dames nobles

  • 39 Michel Parisse, « Les chanoinesses dans l’Empire germanique », Francia, 6 (1978), p. 107-126.

61À sa fondation, l’abbaye de Remiremont déclarait suivre la règle de saint Benoît. Elle adopta ensuite le régime édicté par Benoît d’Aniane en 816 à l’intention des « religieuses qui vivaient à la manière des chanoines ». Pour désigner les religieuses, on usait du terme sanctimoniales, mot neutre qui convenait aussi bien aux moniales qu’aux chanoinesses. Les historiens s’efforcèrent de dater le moment où les religieuses avaient abandonné la vie monastique pour le régime canonial, recherche vaine puisque le régime retenu par les dames était indéfinissable : après Latran IV, Remiremont se rallia à l’ordre de saint Benoît sans se sentir tenue de respecter la règle bénédictine ; sa voisine, Épinal, qui suivait officiellement le même régime, déclarait sans ambages en 1286 qu’elle n’appliquait pas la Règle, que ses dames pouvaient se marier librement, et que l’on avait là une institution propre à l’Allemagne et à la Lorraine39. Les dames de Remiremont menaient donc une vie libre, plus stricte toutefois quand elles étaient tantes que tant qu’elles étaient nièces. À l’instar des chanoines séculiers, elles ne connaissaient pas de restrictions, comme on le voit à la lecture des donations faites par l’abbesse.

62Sa domesticité formait un personnel nombreux, où chacun avait sa place. Sont cités ici :

  • un sénéchal, chargé de l’écurie de l’abbesse (24), assisté d’un écuyer (25) ;
  • un chapelain (26) ;
  • un cellérier (27) ;
  • une chambrière (29) ;
  • plusieurs autres servantes (30) ;
  • un cuisinier, un charretier et un fournier (31) ;
  • une bouchère (32) ;
  • le maître de l’hôpital (33) ;
  • des coquerelles, c’est-à-dire des femmes chargées des obsèques (18, 36) ;
  • une infirmière (40).

63La maison a donc, entre autres, un nombreux personnel qualifié dans les métiers de bouche. Pour trouver de quoi nourrir tout ce monde, il fallait de grosses réserves. Nombreux sont ceux et celles qui se voient donner des céréales par résaux (froment, blé, seigle). L’abbesse distribue au total 50 résaux de grain.

64Plusieurs clercs et des servantes peuplent la « maison de la crosse », où l’on trouve :

  • la literie : lits grands ou petits, draps (linceuls), oreillers, plumons, traversin ;
  • la lingerie ;
  • des vêtements (robes fourrées d’église40) ;
  • le mobilier (huches) ;
  • du mobilier de cuisine (un pot de cuivre, une poêle d’airain, une demi-douzaine d’écuelles, une paire de plats d’airain) ;
  • le trésor (un saphir, un reliquaire, un cristal de roche, un psautier de poche).

65L’abbesse est une grande dame à l’image des princes de son époque. Elle mène grand train, loge et nourrit en abondance un personnel et des visiteurs, au total en moyenne 10 à 15 personnes.

La mémoire et le souvenir

66La préoccupation première de la testatrice est d’organiser sa mémoire dans le temps et dans l’espace. Elle fixe le choix de sa sépulture en demandant à reposer dans le cimetière de l’église Saint-Pierre, entre deux de ses nièces. Elle veut partir l’esprit tranquille au plan matériel, en s’assurant que ses dettes sont réglées, si elle en avait. Elle entend que tous les conflits, effectifs ou éventuels, auxquels elle serait mêlée, soient réglés.

67Les quatorze premières dispositions concernent messes et prières pour le repos de son âme. Les premiers services sont assurés le jour de l’enterrement (jour de l’obit) : les titulaires d’une église qui disent une messe ce jour-là reçoivent chacun deux gros de Lorraine, les chanoines du chapitre trois gros, les sacristains et le sonneur de cloches deux gros. À la mode ancienne, on fait une distribution de nourriture aux personnes de l’abbaye.

68Le lendemain sont assurés des offices (9) à l’église paroissiale de Remiremont, trois messes avec vigiles, celles du Saint Esprit, de Notre Dame et de Requiem pour une somme à préciser. Alix commande une messe annuelle aux titulaires des églises, qui seront défrayés selon un tarif fixé par les exécuteurs testamentaires (5). Les prêtres titulaires diront une messe le jour de l’enterrement d’Alix et recevront « deux gros monnaie de Lorraine », de même pour les chanoines de l’abbaye qui recevront trois gros, les sacristains et le sonneur de cloches qui en auront deux (6).

69Des églises du voisinage sont invitées à participer aux services :

  • le prieuré et les chanoines du Saint-Mont (pour six résaux de froment) (10) ;
  • les ermites de Hérival (pour six résaux de froment) (10) ;
  • la confrérie Saint-Nicolas (pour un franc) (11) ;
  • le luminaire des saints patrons (pour un franc) (12) ;
  • les cisterciens de Beaupré (pour deux florins) (13) ;
  • les Cordeliers de Mirecourt (pour quatre résaux de froment) (14) ;
  • les Précheurs de Toul (pour quatre résaux de froment) (15) ;
  • les Cordeliers de Neufchâteau (pour quatre résaux de froment) (16).

Conclusion

70L’abbesse de Remiremont déroulait son testament devant un notaire public et quatre exécuteurs testamentaires. Elle disposait d’une richesse matérielle considérable et variée, dont elle use librement au profit de ses compagnes de l’abbaye. Nous sommes loin de la rigueur des chanoinesses de 816, quand Benoît d’Aniane ouvrait modestement les portes du monastère des « religieuses vivant à la façon des chanoines ». Siècle après siècle une institution religieuse s’est construite, les étapes principales étant la répartition des prébendes et l’exclusive nobiliaire. Ce testament de 1473 ne mentionne pas ce dernier point, admis sans réserve par presque toutes les maisons de cette sorte. Alix de Parroy, abbesse de Remiremont, illustre ce qu’était une « religieuse noble » du xve siècle.

Notes

1 Voir M. Parisse, éd., Les chanoines réguliers. Émergence et expansion xie-xiiie siècles), Saint-Étienne, 200g.

2 Celles qui suivent la règle de saint Augustin.

3 Remiremont, Vosges, arr. Épinal, ch. l. c.

4 Parroy, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, c. Arracourt.

5 C’est-à-dire pâle.

6 Il s’agit des trois saints patrons de l’abbaye de Remiremont : Amé, Romaric et Adelphe.

7 Sacristain.

8 Sonneur de cloches.

9 Prieuré de chanoines réguliers établi à l’emplacement primitif de l’abbaye de Remiremont.

10 Hérival, cne Val d’Ajol, Vosges, arr. et c. Remiremont

11 Beaupré, abbaye de cisterciens, cne Moncel-les-Lunéville, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, cant. Lunéville-sud.

12 Mirecourt, Vosges, arr. Neufchâteau, ch. l. c.

13 Toul, prieuré de dominicains, Meurthe-et-Moselle, ch.-l. arr.

14 Neufchâteau, prieuré de franciscains, Vosges, ch. l. arr.

15 Les coquerelles sont chargées de la bonne marche des obsèques.

16 L’« hôtel de la crosse » désignait la maison occupée par l’abbesse du moment.

17 Ligneville, Vosges, arr. Neufchâteau, c. Vittel.

18 Mailleroncourt, Haute-Saône, arr. Lure.

19 Charlotte de Montjustin mourut le 8 septembre 1487.

20 Choiseul, Haute-Marne, arr. Chaumont, c. Clefmont. Alix fut abbesse de 1507 à 1521.

21 Chambrière.

22 Selon les dictionnaires, le mot désigne une garniture de lit ou un oreiller.

23 Serge.

24 Drap de lit.

25 Boulanger.

26 Bouchère ( ?). Une mangnerie est une boucherie.

27 Autrey, abbaye, Vosges, arr. Lunéville, c. Rambervillers.

28 Tapis de banc pour les prières à genoux.

29 Hagenbach, Bas-Rhin, arr. Altkirch, c. Dannemarie.

30 Haudonville, Meurthe-et-Moselle, arr. Lunéville, c. Gerbéviller.

31 BnF, Paris, nouv. acq. lat. 349, p. 48.

32 Georges Poull, Les sires de Parroy, Rupt-sur-Moselle, 1972.

33 La plus ancienne mention du système des compagnies figure dans une charte de 1179, où une religieuse est dite compagne d’une autre (Chartes de l’abbaye de Remiremont des origines à 1231, Nancy, 2e éd., 1997, p. 185 (Clemencia cameraria, et Beatrix socia ejus).

34 Les autres abbayes de cet ordre disposaient en général d’une vingtaine de prébendes.

35 Françoise Boquillon, Les Chanoinesses de Remiremont, Remiremont, 2000, p. 52.

36 Les chiffres entre parenthèses renvoient aux alinéas du texte du testament. L’alinéa 42 mentionnant le service funèbre d’une nièce d’Alix nommée Marguerite de Parroy, on peut en déduire qu’elle est l’une des deux nièces citées au no 3.

37 Haraucourt, Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, c. Saint-Nicolas de Port.

38 Mailleroncourt, Haute-Saône, arr. Lure, c. Saulx.

39 Michel Parisse, « Les chanoinesses dans l’Empire germanique », Francia, 6 (1978), p. 107-126.

40 C’est-à-dire la robe de chœur, souvent fourrée de vair ou d’hermine.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.