Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

3e section. Hommes et femmes

Tam donne quam rustice

Les campagnes portugaises au féminin (xiiie siècle)

Robert Durand

Texte intégral

1Dans sa thèse fondatrice, Monique Bourin a consacré quelques très belles pages aux femmes des villages languedociens en s’appuyant notamment sur les « Doléances de la viguerie de Béziers ». On y découvre aussi bien leur rôle dans le monde du travail que la spécificité de leur mémoire et de leur affectivité.

  • 1 Inquirições geraes de D. Affonso III, 1258, terceira alçada (désormais Inq.), Portugaliae Monumenta (...)

2J’ai sollicité une autre source inquisitoriale pour savoir si les femmes évoluent avec la même aisance dans ce monde d’hommes que présentent, comme toutes les campagnes médiévales, les campagnes portugaises. Il s’agit de la grande enquête, la première depuis la fin de la reconquête, commandée par le roi Alphonse III en 1258. La mission des enquêteurs consistait à relever, après la période troublée des années 1245-1248, les atteintes portées aux droits seigneuriaux du roi, dans leurs aspects fonciers et régaliens. L’enquête s’arrête donc aux portes des seigneuries privées, qu’elles soient laïques ou ecclésiastiques, sans que cela affecte la représentativité des territoires et des populations sur lesquels et auprès desquelles elle porte : l’émiettement des seigneuries privées est tel, en effet, que très peu de villages échappent en totalité aux sollicitations des enquêteurs. C’est du moins le cas dans la région que j’ai choisi d’interroger, la Beira, entre Douro et Tage, confiée à la troisième commission (alçada) d’enquête1.

  • 2 Inq., p. 863: Audivit dicere multis hominibus et matri sue [...].
  • 3 Inq., p. 790: Et dixit quod ipse sapit per ubi, tunc temporis, erant termini de Figueiroo, quia fui (...)

3Dans chaque village ou groupe de villages, les quatre enquêteurs royaux réunissent les témoins, exclusivement masculins, pour recueillir sous serment leurs déclarations concernant les droits royaux et les atteintes qu’ils auraient éventuellement subies. La mémoire directement sollicitée est donc, comme en Languedoc, uniquement masculine, même si quelques témoins, pour étayer leur déclaration, font appel à des souvenirs familiaux transmis par une mère ou une grand-mère2, voire au souvenir de la présence d’une femme lors de la délimitation d’une terre3. En tout état de cause, les femmes, quel que soit leur statut, ne sont jamais amenées à prêter serment. Elles sont pourtant bien présentes dans les campagnes beirotes de 1258, qu’elles soient nommées ou anonymes, victimes ou actrices, dames (donne) ou paysannes (rustice).

Nobles ou paysannes ?

  • 4 Sous la forme de Donna N, donna. Parmi d’innombrables exemples, Inq., p. 812 : Donna Dordia, una do (...)
  • 5 Antroponimia y sociedad. Sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos ix a xiii, P. (...)
  • 6 À titre d’exemple, Inq., p. 945, à Nespereira : Sancha Petri et Estefania Petri, moniales de Tarouq (...)
  • 7 Inq., p. 1097 : à S. João da Pesqueira, Donna Ousenda, fille de D. Garsia de Trevões, et les autres (...)

4Il n’est pas toujours aisé de déterminer le statut social des femmes apparaissant dans notre enquête et, partant, de singulariser des comportements en fonction de ce statut. Le titre de donna qui précède fréquemment les noms féminins est d’un emploi trop aléatoire pour être retenu comme indice d’appartenance à la classe supérieure (mais la même remarque s’impose à propos du donnus précédant de nombreux noms d’hommes). Pour établir la supériorité sociale et justifier des attitudes ou des droits des femmes, les témoins, ou les enquêteurs, sont très souvent amenés à répéter le titre après le nom4. Ces précisions étaient d’autant plus nécessaires que le système de dénomination des nobles et des non-nobles, femmes ou hommes, est strictement le même dans l’ensemble de l’enquête. La plupart du temps, en effet, comme leurs homologues masculins, les femmes sont désignées par un double élément, le nom (notre prénom) et le surnom. Ce dernier est toujours formé à partir du nom du père, constituant de ce fait un authentique nomen paternum, ce qui, au demeurant, ne surprendra pas les lecteurs familiers des enquêtes anthroponymiques initiées par Monique Bourin sur la base des dépouillements de cartulaires, d’où il ressort, entre autres, que l’emprunt du nom du père pour forger le surnom des fils et des filles caractérise le système de dénomination des régions occidentales et centrales de la péninsule Ibérique5. On ajoutera que les moniales elles-mêmes n’échappent pas à la règle générale d’une dénomination à base familiale6. Cependant, lorsque, à l’échelle du village, toute homonymie est écartée, on se contente souvent du nom propre, précédé ou non de donna, pour désigner certaines femmes, quel que soit leur rang. Il est vrai qu’on use aussi d’autres déterminants pour attester de l’identité. Il s’agit le plus souvent, dans un contexte impliquant des transactions foncières, de déterminants familiaux du type « fille de », « épouse de », « mère de », « sœur de ». On remarquera que dans tous ces cas les références familiales sont loin d’être exclusivement masculines, précisément parce qu’il s’agit de transmissions de biens : la lignée maternelle n’est pas plus négligée que la lignée paternelle, et si certaines femmes sont dites « épouses de », il arrive aussi que des hommes soient considérés comme « maris de ». Par ailleurs, quand les deux parents sont nommés, c’est le père qui apparaît en premier ; mais la mère peut aussi figurer seule et ce du vivant de son mari. Il se peut même que, parmi les enfants, seule une fille soit expressément nommée, ses frères restant dans l’anonymat7. Mais on trouve également la situation, inverse, de filles ou de sœurs anonymes, face à des fils ou frères nommés. Le constat s’impose – et ce n’est pas sans intérêt – qu’au niveau de la dénomination les femmes bénéficient strictement des mêmes attentions et d’un même système que les hommes.

  • 8 Inq., p. 1026. Ailleurs, comme à S. João da Pesqueira (p. 1094), le montant n’est que de 5 sous, vo (...)
  • 9 Inq., p. 799 : à Gouveia, femine vidue, tam donne quam rustice, debent dare luitosam regi si casave (...)
  • 10 Inq., p. 780: Non timent majordomos mulieres vidue.

5Cela dit, l’égalité entre femmes et hommes est rompue dans un cas au moins : quel que soit leur statut social, les femmes veuves de certains villages souffrent en effet d’une réelle discrimination puisque, pour se remarier (ou pour se remarier dans un certain délai), et contrairement aux hommes, elles sont tenues de se soumettre à certaines obligations. Ainsi, dans le territoire de Lamego, celles qui possèdent une terre ou une vigne doivent pour se remarier obtenir l’accord du majordome du roi ; sinon, le libre choix du mari est subordonné au paiement d’une taxe, dite ossas, dont le montant – 5 morabotins vieux, l’équivalent de 5 porcs – est particulièrement lourd8. Dans d’autres cas, la taxe pesant sur les veuves porte le même nom – luctuosa – que celle qui est prélevée en cas de succession sur la tenure et elle est exprimée soit en nature (le melior signum, c’est-à-dire le meilleur bien meuble9), soit en espèces ; son montant varie alors dans les mêmes proportions que les ossas. Cela dit, nombreux sont les villages qui ne contrôlent pas le remariage des veuves, et en conséquence la dévolution des biens afférente : pour signifier cette relative liberté, les témoins disent alors que « les veuves ne craignent pas les majordomes10 ». Mais craignent-elles, plus que les hommes, les menaces, temporelles, des puissants ou celles, spirituelles, des clercs ? C’est poser le problème de leur implication dans la société et plus spécialement dans le cadre de la seigneurie royale.

Quelles transactions ?

  • 11 Inq., p. 845: Dixit quod audivit dicere quod erat caballaria et [...] quod Donna Froyli tenebat ibi (...)
  • 12 Dans l’expression facere forum de caballaria ou pro ad faciendum regis caballariam (Inq., p. 867 et(...)
  • 13 Un exemple parmi des dizaines, Inq., p. 868 : les hameaux de Balisque, S. Cristovão et Vilar – lequ (...)
  • 14 Inq., p. 867 : à Forniço, in ipsa hereditate [...] que fuit de Roderico Alqueire, que erat caput de (...)
  • 15 R. Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux xiie et xiiie siècles, Paris, Centro c (...)

6Les biens appartenant au roi sont répartis, dans les enquêtes comme dans les actes de la pratique, entre trois groupes juridiques : les regalengos, les jugadas et les caballarias, caractérisés par des obligations différentes ou des systèmes différents de redevance. Un regalengo (reguengo) est soumis exclusivement à un prélèvement de quotité qui peut varier du quart au huitième de la récolte. Dans un village donné, il est constitué de parcelles, jointives ou non, qui sont temporairement rattachées aux exploitations paysannes qu’elles viennent compléter. Une terre de jugada est soumise à un prélèvement fixe sur la production céréalière, dont le montant est déterminé par le nombre de jougs, c’est-à-dire l’importance du train d’attelage dont elle dispose ; il s’y ajoute un prélèvement proportionnel sur les autres productions comme le vin ou le lin. Elle constitue régulièrement une unité de production, appelée casal ou feu (fogueira), et elle fait l’objet de transmission héréditaire. Dans la caballaria, enfin, les prélèvements sur la production sont remplacés par des services de type militaire, impliquant l’entretien d’un cheval (lequel n’apparaît jamais, par ailleurs, comme animal de trait). Notons au passage que rien ne s’oppose à ce que des femmes soient détentrices d’une caballaria, dans la mesure où elles peuvent faire assurer le service11. Le terme caballaria est d’ailleurs employé tour à tour pour désigner une unité territoriale et le service de chevauchée lié à sa possession12. Cependant, le territoire de la caballaria, qui s’étend parfois sur un ou plusieurs hameaux ou fragments de hameaux13, constitue rarement une unité d’exploitation ; elle est elle-même composée de casaux dont les tenanciers ou les propriétaires – et pas seulement ceux qui détiennent le chef-casal (caput de caballada)14 – participent, en personne ou par contribution, au service de chevauchée dans le cadre des milices municipales et sont de ce fait considérés comme cavaliers (caballarii), parfois, mais c’est exceptionnel, assimilés aux chevaliers/milites. Ajoutons que le prélèvement royal ne se borne pas aux champarts des terres en regalengo, aux cens des biens en jugada et aux services des territoires de caballada. Le paysan doit également contribuer à la rémunération, ou tout au moins à la restauration et au gîte, des agents royaux, notamment les riches-hommes et les majordomes, préposés au contrôle, à la perception et au stockage des denrées prélevées. Il s’y ajoute éventuellement les frais de tribunal et les amendes judiciaires (vox et calumpnia) et les services de type militaire (ost et anuduva), qui peuvent par ailleurs être dissociés de la possession de la terre. Il doit aussi contribuer à la collecta, sorte de taille abonnée dont le montant est fixé par village15.

7C’est dans ce cadre complexe que peuvent intervenir les atteintes aux droits du roi que traquent les enquêteurs. Elles passent le plus souvent par l’intermédiaire de transactions foncières impliquant un changement de statut des nouveaux possesseurs : legs aux églises paroissiales ou aux ordres religieux, ventes aux nobles ou aux institutions religieuses. Leurs initiateurs sont le plus souvent des hommes : paysans vendeurs de gré ou de force, nobles et clercs acheteurs au mépris de la loi. Cependant les femmes ne sont pas exemptes, qu’elles soient victimes (de leur piété, de leur crédulité, de leur pauvreté, de leur fragilité en cas de veuvage) ou qu’elles soient actrices du développement de leur patrimoine par une habile politique d’achats, voire prédatrices quand les acquisitions sont opérées per forciam.

Victimes

  • 16 Inq., p. 822: Donna Godina testavit eidem ecclesie, pro anima filie sue [...].
  • 17 Inq., p. 817: à Tonda, ecclesia habet, de testamento de Donna Maiore, unas hereditates [...] et ali (...)

8Donne ou rustice, les femmes ont en effet accès à la propriété ou à la possession héréditaire de la terre au même titre que les hommes : par achat, mais aussi par héritage à parts égales avec leurs frères ou encore par dot. Un grand nombre d’aliénations féminines de propriété (utile ou éminente) sont faites par voie testamentaire, le plus souvent au profit des églises paroissiales, parfois au nom du couple, mais souvent en leur nom propre. Les témoins n’ont guère à être sollicités pour se souvenir des legs ainsi opérés par une épouse, une mère, une aïeule, une sœur, voire une belle-mère. L’importance du bien légué nous échappe en partie tant sa désignation est vague : un bien propre, une tenure héréditaire (hereditas), une parcelle, une vigne, un châtaignier. Contrairement à ce qu’on observe dans les documents de la pratique où les donations pro anima sont fréquentes, la raison d’être de ces aliénations est rarement exprimée par les témoins, sauf lorsque la donatrice n’est pas la bénéficiaire16. La destinée de ces biens varie également d’un cas à l’autre. Le plus souvent, le légataire se substitue au roi en tant que propriétaire éminent, en rattachant le bien à son patrimoine. Les enquêteurs constatent alors fréquemment, mais pas toujours, que le nouveau propriétaire (le curé de la paroisse, tel chanoine de Viseu, tel monastère) ne s’acquitte plus des redevances ou des services normalement dus au roi (et modo nullum forum facit). Parfois, cependant, la perte des droits royaux n’intervient qu’à l’issue d’un changement de culture, en général la plantation d’une vigne17. Dans le cas de biens relevant d’une caballaria, les implications ne sont évidentes que lorsque l’amputation est telle que l’entretien du cheval est compromis.

  • 18 Inq., p. 886: Unus homo fugit ad Laurosa cum suis capris pro metu de pignora, et ivit unus mancipiu (...)
  • 19 Inq., p. 871: Addit quod per forciam et per metum de Guilelmo Gunsalvi vendidit Pelagius Johannis e (...)
  • 20 Inq., p. 1045.
  • 21 Inq., p. 1020: Et modo vinea est destructa, ideo quod non potuerunt eam servire regi et ecclesie () (...)
  • 22 Inq., p. 821: Habentur uinee et linares de fogariis forariis regis, de quibus levat Stehanus Diaz, (...)

9Le souci de l’Au-delà, en tout cas, n’est pas la seule préoccupation des donatrices. Certaines – mais la démarche n’est pas exclusivement féminine – recherchent avant tout une protection immédiate des autorités ecclésiastiques (monastères, ordres militaires, chapitres cathédraux ou évêques) contre les exigences jugées abusives de la seigneurie royale, laquelle apparaît par ailleurs d’autant moins protectrice qu’elle est plus lointaine. Mais on observe aussi la situation, inverse, de femmes amenées à céder des biens pour échapper aux pressions de nobles locaux. Un bel exemple est fourni à Casal, un hameau de Ribafeita. Un homme s’était enfui du hameau avec ses chèvres pour échapper à la saisie de son troupeau ; mais un jeune homme du village où il avait trouvé refuge, Mendo Soares, s’empara des chèvres, ce qui lui valut la vindicte de Lourenço Viegas, le potentat dudit village, qui menaçait de lui arracher les yeux. Chantage ? Toujours est-il que, pour obtenir sa grâce, sa mère, donna Bona, n’eut d’autre choix que de donner une terre et un moulin au détenteur de la force18. Cas limite, évidemment, révélateur de la violence inhérente à ces campagnes et des incidences d’une « justice » expéditive. Pourtant ce sont parfois les femmes, plus que leurs maris, qui protestent le plus crânement devant les exactions des nobles, telle Marilina, épouse de Paio Eanes, qui refuse de consentir à l’acte de vente du casal familial à Guilelmo Gonçalves, préférant, disait-elle, qu’on lui coupe la main plutôt que de se résoudre à cette corroboration. Même si les gestes ne suivent pas la proclamation d’intention, c’est bien la femme qui se fait entendre et c’est le souvenir de son attitude que transmet, admiratif, le témoin Martim Pequeno19. Mais à vrai dire, c’est bien souvent une situation de fragilité que révèlent beaucoup de ventes, franches ou déguisées. Les femmes, en effet, apparaissent trop fréquemment parmi les vendeurs de biens de tous types, de la simple parcelle à la caballaria, pour que leur démarche ne soit pas provoquée par le besoin. Elles sont par ailleurs surreprésentées dans les constitutions de rentes. L’exemple le plus significatif nous est proposé à Lamego où une femme qui tenait un bien du domaine royal comportant une vigne avait été amenée à constituer au profit de l’église cathédrale une rente annuelle d’un morabotin, que sa fille dut majorer d’un demi morabotin et sa petite-fille d’un quart20. On ignore si les unes et les autres continuaient à payer au roi le cens normalement prévu, mais il est évident qu’on allait, par cette surcharge de redevances, vers un point de rupture précipitant l’aliénation du bien. On relève, dans la même région, un cas semblable, quoique non exclusivement féminin. Un homme, Martinho Anaia, s’était engagé vis-à-vis d’une église de Lamego, Sainte-Marie de Almacave, à fournir chaque année deux puzales de vin (environ 180 litres) ; sa femme, Maria Afonso, dut s’engager, pour la même vigne, à ajouter deux puzales, et leur fille, Gontina Martins, dut en concéder deux autres. La vigne, chargée du cens dû au roi (le quart du vin produit) et surchargée par trois rentes, ne pouvait plus trouver preneur21. Dans d’autres cas, cependant, la constitution d’une rente sur une tenure royale au profit d’un établissement religieux ou d’un noble apparaît plutôt comme une substitution que comme une accumulation de redevances. Ainsi à Molelos, dans le territoire de Gouveia, pour rendre compte de détournements de redevances en vin et en lin au profit d’un miles, Estevão Diaz, un témoin, précise qu’une femme (dont il a oublié le nom) les avait transférées à son aïeul, Gonsalvo de Sà, pour qu’il la « défende » des prélèvements royaux22.

Actrices

  • 23 Inq., p. 1057.
  • 24 Inq., p. 1059: Si seminai panem in souto.
  • 25 Inq., p. 975: Cum alia sua pauca hereditate.

10Les femmes ne sont pourtant pas toujours victimes des transactions foncières : on les trouve aussi du côté des entrepreneurs, usant de tous les moyens à leur disposition, y compris les moins légitimes, pour acquérir, préserver ou accroître leur patrimoine. Certaines se montrent soucieuses de valoriser leur bien par des changements d’affectation des parcelles, notamment par l’extension de la vigne. C’est le cas de donna Sancha Sarracines, à Alvelos, près de Lamego : elle achète un enclos et une linière rattachés à une exploitation pour en faire une vigne, tout en continuant à s’acquitter de redevances au roi23. Même attitude chez donna Dominica, dans la même région, qui achète, pour le défricher, un bois appartenant au roi : les deux parties semblent y trouver leur compte puisque le roi perçoit chaque année, quoi qu’il arrive, un cens fixe (une teiga, soit 20 litres), plus, éventuellement, lorsque le bois est mis en culture, le quart des céréales24. Ces actions sont le fait de deux roturières, soumises aux mêmes obligations que leurs homologues masculins, alors que dans le même cadre géographique un miles, Martinho Anes de Souto, s’est exempté de toute redevance sur des biens achetés dans les mêmes conditions. Mais lorsque ce sont des femmes nobles qui se constituent des propriétés aux dépens des biens royaux, elles obtiennent les mêmes avantages. Ainsi Orraca Ermiges, non qualifiée de donna, mais identifiée comme telle en tant que sœur du miles Rodrigo Ermiges : elle achète en toute illégalité des parcelles constitutives d’une exploitation paysanne (fogueira) du domaine royal, y fait une vigne, un jardin et une linière, qu’elle joint à un autre « petit bien25 » qu’elle possédait à proximité pour constituer à son profit une exploitation complète (casal), pour laquelle son statut social l’exonère de toute redevance.

  • 26 Inq., p. 945 : ce reguengo, en effet habet aquam pro ad regandum in die ferie tercie.
  • 27 Inq., p. 966. Le champart y était prévu au cinquième, au quart ou au tiers selon les productions, e (...)
  • 28 Inq., p. 871 : à Alvelos, un hameau de Cavernães, un bonum casale, tenu par D. Maria de Bigas.
  • 29 Inq., p. 866 : à Povolide, Martinas Veegas, armiger, filiavit unam hereditatem regalengam regis et (...)
  • 30 Inq., p. 869 : à Covelo, hameau de S. Miguel de Vila Boa, Donnus Suerius Gomecii jectavit ipsum Mar (...)
  • 31 Inq., p. 884: Donna Ausenda, donna, que fuit uxor de Martino Sueírií, portario domini regis Sancii, (...)

11Autre forme de délit dans laquelle s’illustrent des femmes : le recel de biens acquis illégalement. On l’observe dans tous les milieux, y compris chez les moniales, telles Sancha Peres et Estefanía Peres, bénédictines de Tarouquela, qui tiennent à Nespereira – comme d’ailleurs une autre domina, Elvira Arias, et des milites – des parcelles de reguengo ayant la rare particularité de pouvoir être irriguées26. Il est vrai que, malgré leur statut, les unes et les autres continuent de verser au roi un champart. Ce n’est plus le cas de Maria Gil, moniale d’Arouca, qui possède à Castelo de Paiva l’ensemble du hameau (villa) de Moimenta, acquis illégalement (per forciam) par son père, Gil Guedaz, un chevalier : elle ne s’acquitte plus des champarts ni des services27. Le recel est une pratique largement partagée par l’ensemble des donne, et il porte sur tous types de biens : un « bon casal28 », un « deffens enclos29 », de « bonnes vignes30 ». Plus anecdotique apparaît, en revanche, la situation de donna Ousenda : veuve d’un agent subalterne du roi, un simple exécutant (porteiro) subordonné au riche-homme et au majordome, cette donna avait conservé, à Ribafeita, des biens tenus par son mari in prestimonio – c’est-à-dire à titre précaire – au temps où il exerçait sa fonction ; elle s’acquittait néanmoins des redevances sur ces « bonnes vignes, bonnes terres et maisons31 ».

  • 32 Inq., p. 924-925.
  • 33 Inq., p. 1088-1090.
  • 34 Inq., p. 830-831: Dixit quod vidit homines Hospitulis pignorare et constringere pro anuduva, et hom (...)

12Les résistances féminines à l’autorité du roi-seigneur peuvent évidemment prendre d’autres formes, plus actives, que le recel. Les enquêtes, en effet, nous présentent, au détour de témoignages, d’authentiques femmes d’affaires agissant le plus souvent – mais c’est précisément ce que voulaient valider les enquêteurs – en marge de la légalité. Les affaires les plus anodines renvoient au souci, déjà évoqué, du salut de l’âme, sans pour autant négliger les avantages matériels d’ici-bas. Elles combinent des achats, illégaux ou non, de biens royaux avec des donations ou des échanges avec des institutions religieuses. À Castro Daire, une dame, donna Maior, épouse d’un écuyer, Soeiro Lourenço, avait acheté à des « hommes du roi », entre autres, deux moulins, qu’elle cède ensuite à un ermitage, lequel lui rétrocède, pour la durée de sa vie, une vigne qu’elle joint aux autres biens (dont des terres irriguées) également acquis aux dépens du domaine royal32. À Armamar, c’est donna Urraca Sanches qui procède à plusieurs (au moins quatre) acquisitions de vignes, qu’elle lègue à l’ordre de l’Hôpital (sans que l’on en connaisse les contreparties)33. C’est encore l’ordre de l’Hôpital qui bénéficie des attentions particulièrement bienveillantes de « donna Bona, mère de Mendo Anaya », à Cornias, un hameau de Silvares, où elle intervient pour faire exempter les tenanciers de l’ordre de la taxe de remplacement du service militaire (anaduva) dont ils s’acquittaient normalement auprès du judex royal de Besteiros34.

  • 35 Inq., p. 958.

13Là encore, on ignore les motifs de l’intervention en faveur des Hospitaliers : pacte égalitaire d’entraide mutuelle entre puissants, ou crainte de mesures de rétorsions d’un trop puissant voisin ? Il est simplement permis d’espérer que les paysans, bénéficiaires directs de la remise de redevance, ne seront pas pénalisés par des ponctions compensatoires au bénéfice de l’ordre militaire. Les mêmes questions peuvent d’ailleurs se poser lorsque des « dames » prétendent défendre leurs propres « hommes », détenteurs de biens royaux, des redevances dues au roi. Quel intérêt, par exemple, aurait eu D. Sancha Lopes à maintenir dans l’illégalité, à proximité de Moimenta, l’un de ses « hommes » ignorant superbement les droits du roi sur un moulin et son aqueduc ainsi que sur une parcelle arborée, parties intégrantes d’un reguengo, si ces droits ne lui étaient pas reversés en partie ou en totalité35 ?

  • 36 Inq., p. 770: in Pinanzos morabatur una donna, que vocabatur Donna Giralda, et habet tria casalia e (...)
  • 37 Inq., p. 894: Donna Therasia, de Villa Maiori, mater de Stephano Petri, de Taavares, comparavit de (...)

14Une domina pouvait-elle transmettre ses privilèges d’exemption de redevances à un mari de rang social inférieur ? C’est ce que semblent contester des témoins. À Pinanços, dans la « terre » de Seia, donna Giralda, qui possédait trois casaux et demi en bien propre, avait épousé un villanus, Domingo Soares. Or les témoins constatent que, depuis la mort de son épouse, celui-ci continue à être exonéré de la jugada sur ces biens, sans pour autant posséder de cheval36. S’agissait-il d’une irrégularité caractérisée, ou les témoins ont-ils voulu attirer l’attention des enquêteurs sur le caractère déjà irrégulier de la situation au temps de D. Giralda ? Car l’évolution inverse, c’est-à-dire le passage d’un bien relevant du domaine royal des mains d’un vilain à celles d’un noble, fait l’objet des mêmes dénonciations. À Joazim, un hameau de Vila Maior, donna Therasia, qui n’est jamais autrement qualifiée de donna, avait acheté à des tenanciers héréditaires du roi des vignes et des terres, qu’elle avait ensuite revendues à un chevalier, Fernando Martins, dont la veuve, donna Sancha, s’exonère de toute obligation vis-à-vis du roi37.

Dominatrices

  • 38 Inq., p. 833: Martinus Petri, judex de Viseo, fecit inquisitionem super Porreeyro per cartam domini (...)

15L’opposition de certaines femmes aux prétentions seigneuriales du roi devient parfois plus frontale. À Porrinheiro, Maria Gonsalves passe outre aux conclusions de deux enquêtes royales qui lui sont hostiles. Dans une première affaire, elle est condamnée à la confiscation d’un bien que son père, Gonçalo de Saa, avait tenu à titre temporaire (in prestimonio) pour la rémunération de services et que, de son vivant, il abandonnait même à son remplaçant lorsque, malade, il ne pouvait pas s’acquitter de ses obligations. Après sa mort, sa fille s’était néanmoins maintenue sur ce bien : une enquête, diligentée par le juge de Viseu, Martinho Peres, sur ordre du roi Alphonse III, avait conclu que le bien devait être mis à la disposition du viguier du riche-homme chargé de la circonscription, ce qui fut fait dans l’immédiat ; mais Maria Gonsalves réussit à se réapproprier le bien. La seconde enquête, dans le village voisin de Paços, menée par le même juge, devait se heurter à la même résistance et connaître la même issue38. On ne sait trop de quoi s’étonner en priorité : de l’impéritie de l’administration royale ou de l’obstination de la dame ? On trouve, en tout cas, d’autres représentantes de la petite noblesse locale dont l’attitude n’est guère différente.

  • 39 Inq., p. 880: Dixit coram illo et coram aliis bonis hominibus clericis et laycis: «Amici mei, videt (...)

16Voici donna Maria de Bigas, sans doute fille de Paio Rodrigues, qualifié de miles. Elle possédait une quintana, c’est-à-dire en l’occurrence une demeure plus imposante que les maisons paysannes, avec une cour à laquelle on accédait par une porte monumentale. Cela suffisait pour asseoir son autorité sur la villa de Bigas, en fait un minuscule hameau de Lordosa, au nord de Viseu39.

  • 40 Inq., p. 877: Unus homo, nomine Donnus Silvester, habebat unum casale in Varzea forarium de jugata, (...)
  • 41 Inq., p. 879: Donna Maria de Bigas filiavit de caballaria de Sauto unam ganderam super vinea et fec (...)
  • 42 Ibid.: Et debent dare unum carpentarium deforo pro ad faciendum et pro ad adubandum castellum de Vi (...)

17À partir de là, elle avait acquis des biens et des droits dans deux hameaux voisins, Varzea et Souto. Dans le premier, elle bénéficiait d’une prédation de son père, qui s’était emparé d’un casal, sous prétexte qu’il avait appartenu à l’un de ses agents domaniaux ; il l’avait même étendu, puis divisé en deux40. À Souto, elle s’était elle-même approprié une terre inculte relevant d’une caballaria, l’avait enclose et l’avait défrichée41. Nul doute qu’elle agissait en tant que chef de famille, non seulement au nom de ses enfants (mais peut-être étaient-ils mineurs), mais surtout au nom de ses frères, jamais nommés, qui lui avaient cédé un casal pour qu’elle s’acquitte d’un service de charpentier dont était redevable la villa de Bigas pour l’entretien du château de Viseu42.

  • 43 Inq., p. 885: Donnus Laurencius Veegas et Donna Maior Pelagli, uxor ejus, filiaverunt per forciam u (...)
  • 44 Inq., p. 891-892: Donnus Laurencias Gomecii et sue sorores filiaverunt unum mollinum regalengum reg (...)
  • 45 Inq., p. 884: Donna Maior et Maria Petri, donne, fecerunt per forciam unas casas in hereditate de c (...)
  • 46 Inq., p. 892: Donna Maior Pelagli filiavit tres castaneos Domini regis de Mozamades [...] et testav (...)

18Sur une assise territoriale d’ampleur comparable, dans le même secteur, à Ussaganhos, hameau de Ribafeita, une autre donna, Maior Pais, avec ou sans ses deux maris successifs, accumule également les exactions aux dépens du domaine royal pour le plus grand profit de ses enfants. Avec l’un de ses maris, Lourenço Viegas, elle s’était notamment emparée « par la force », dans le hameau de Gumiei, d’un moulin et de plusieurs sites de moulins relevant d’une terre royale qu’ils avaient transmis à leur fille, Sancha Lourenço, moniale à Lorvâo43. Cette dernière possédait en outre un autre moulin, à Moçamedes, acquis de la même manière par son frère, en contradiction avec les dispositions prises par les légitimes possesseurs44. Avec un autre mari, Estevão Vermuiz, Maior Pais avait également procédé, auprès de six possesseurs différents, à des achats de terres constitutives de la caballaria de Ussaganhos pour y construire « par la force » des maisons, ce qui avait évidemment provoqué pour le roi la perte de ses droits45. Plus tard, Maior Pais, sans doute veuve, accroissait encore son patrimoine par divers achats, tout en assurant le salut de son âme par le legs, à l’ordre de l’Hôpital, de trois châtaigniers dont elle s’était indûment emparée46.

  • 47 Inq., p. 774: Alfonsus Garsee, unus villanus [...] habuit ipsam hereditatem et vendidit earn Donne (...)
  • 48 Ibid.: Dominus rex mandavit integrare ipsas vineas populatoribus de Bovadela per suum portarium, et (...)
  • 49 Inq., p. 775: Et dixit quod semper <PedreIon> habuit ipsam hereditatem regalengam et dabat inde rationem de p</PedreIon> (...)
  • 50 Inq., p. 774: De villa de Arcozello debet rex habere mediam vocem et calumpniam et collectam; tamen (...)

19Le rayonnement territorial de donna Urraca Fernandes Gata était sans doute un peu plus étendu : plusieurs villages au sud-ouest de Seia, notamment Oliveira do Hospital et Varzea de Meruge. Ici, sa domination est sans partage : après avoir acheté un dernier bien à un vilain en situation irrégulière, elle possédait l’ensemble du village, assurant le patronage de l’église et contrôlant la désignation des clercs47. À une petite dizaine de kilomètres plus au sud, Oliveira do Hospital était peut-être, cependant, son principal centre d’action. À Bobadela, à proximité immédiate de Oliveira, elle permet, aux « hommes » de l’ordre de l’Hôpital de cultiver de « bonnes vignes » relevant à l’évidence, aux dires mêmes des bénéficiaires, du domaine royal : elle s’oppose même à ce que soit exécutée la sentence royale restituant ces biens à leurs légitimes possesseurs48. Plus au nord, à Travanca de Lagos, on la voit intervenir en faveur d’autres dépendants des Hospitaliers qui tenaient illégalement un bien appartenant à Pedrelon, un tenancier du roi49. Plus loin encore, à Torrozelo, où elle avait acquis quatre casaux au lieu-dit Arcozelo, la dame s’opposait à toute intervention des officiers royaux chargés du prélèvement des redevances, y compris pour les amendes judiciaires et, plus exceptionnel, pour la contribution solidaire du village, la collecta50.

  • 51 Inq., p. 790: Et ipse, per forciam et per mandatum de Donna Aldara, jectavit eos inde, correndo pos (...)

20Honnies par les dépendants du roi, sans doute redoutées par les paysans rangés sous leur protection, ces représentantes de la petite noblesse pouvaient aussi faire l’objet d’admiration. On la sent pointer chez ce témoin de Figueiro da Granja se rappelant avec délices ses exploits de jeunesse : il avait, sur ordre de sa grand-tante, donna Alvara Froiaz, pourchassé à cheval les hommes d’un village voisin qui voulaient cultiver des terres que ladite dame voulait leur interdire51.

21Au terme de ce cheminement dans les campagnes portugaises de la Beira à la recherche d’influences féminines, nous avons surtout rencontré soit des femmes démunies, soit des femmes affairistes, les premières aliénant leurs possessions au profit des églises, les autres manifestant le souci d’accroître par tous les moyens leur patrimoine : pas de donna Monica, donna, veillant amoureusement sur ses vignes ! Il faut dire que notre guide de voyage – l’enquête royale – n’invitait guère à la mise en évidence de valeurs comme l’écoute ou la compassion, censées représenter le « typiquement féminin », à l’opposé de valeurs plus guerrières qui caractériseraient l’attitude masculine. Intervenant dans les mêmes domaines que les hommes, et pour les mêmes motifs, les femmes, tam donne quam rustice, affichent, au contraire, les mêmes soucis et les mêmes ambitions que les hommes. On savait déjà que, dans ces régions ibériques, leur système de dénomination s’apparentait strictement à celui des hommes parce que héritières au même titre que leurs frères. L’enquête de 1258 confirme qu’elles étaient également capables de défendre leurs intérêts, y compris par une opposition frontale à l’administration royale.

Notes

1 Inquirições geraes de D. Affonso III, 1258, terceira alçada (désormais Inq.), Portugaliae Monumenta Historica, Inquisitiones, vol. I, pars I, Lisbonne, 1917, p. 753-1103.

2 Inq., p. 863: Audivit dicere multis hominibus et matri sue [...].

3 Inq., p. 790: Et dixit quod ipse sapit per ubi, tunc temporis, erant termini de Figueiroo, quia fuit ibi multociens cum una donna, uxore ipsius militis, que erat soror de sua avola et vocabatur Donna Aldara Froiaz.

4 Sous la forme de Donna N, donna. Parmi d’innombrables exemples, Inq., p. 812 : Donna Dordia, una donna ; p. 1093 : Donna Tarasia, donna ; p. 924 : una domina, Donna Major. On notera qu’il en va de même pour les hommes : l’ambiguïté du titre donnus doit être systématiquement levée, non plus par sa répétition, mais par la qualification de miles.

5 Antroponimia y sociedad. Sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos ix a xiii, P. Martínez Sopena (dir.), Santiago de Compostela/Valladolid, 1995.

6 À titre d’exemple, Inq., p. 945, à Nespereira : Sancha Petri et Estefania Petri, moniales de Tarouquela.

7 Inq., p. 1097 : à S. João da Pesqueira, Donna Ousenda, fille de D. Garsia de Trevões, et les autres enfants de celui-ci.

8 Inq., p. 1026. Ailleurs, comme à S. João da Pesqueira (p. 1094), le montant n’est que de 5 sous, voire 2 sous à Sinde, (p. 780).

9 Inq., p. 799 : à Gouveia, femine vidue, tam donne quam rustice, debent dare luitosam regi si casaverint ante annum ; et debent dare pro luytosa unam penam puratam de coniliis de nouent palmis.

10 Inq., p. 780: Non timent majordomos mulieres vidue.

11 Inq., p. 845: Dixit quod audivit dicere quod erat caballaria et [...] quod Donna Froyli tenebat ibi caballum [...] et dixit quod sapit Mariam Menendi et filios suos morari in Sancta Ovaya et erat tunc temporis caballaria domini regis.

12 Dans l’expression facere forum de caballaria ou pro ad faciendum regis caballariam (Inq., p. 867 et passim).

13 Un exemple parmi des dizaines, Inq., p. 868 : les hameaux de Balisque, S. Cristovão et Vilar – lequel comporte 4 casaux – constituent une caballaria.

14 Inq., p. 867 : à Forniço, in ipsa hereditate [...] que fuit de Roderico Alqueire, que erat caput de caballaria ; p. 884, à Gumiei : in Gomeey et in Casali et in Lofina habet dominus rex duas caballarias, et sunt inde capita de istis caballariis in Gomeey.

15 R. Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux xiie et xiiie siècles, Paris, Centro cultural português, 1982, p. 456-470.

16 Inq., p. 822: Donna Godina testavit eidem ecclesie, pro anima filie sue [...].

17 Inq., p. 817: à Tonda, ecclesia habet, de testamento de Donna Maiore, unas hereditates [...] et aliam prope ecclesiam et fecit ibi prelatus vineam.

18 Inq., p. 886: Unus homo fugit ad Laurosa cum suis capris pro metu de pignora, et ivit unus mancipius et filiavit ipsas capras de Laurosa, et Donnus Laurencius Veegas prendidit ipsum mancipium per nomen Menendum Suerii et voluit illi sacare oculos ; tunc Donna Bonna mater de ipso mancipio dedit ipsam hereditatem et ipsum mollinum Donno Laurencio, pro tali quod non sacaret oculos filio suo.

19 Inq., p. 871: Addit quod per forciam et per metum de Guilelmo Gunsalvi vendidit Pelagius Johannis et uxor sua Mariilina ipsum casale; et addit quod Guilelmus Gunsalvi dixit Mariiline quod roboraret illi cartam de ipso casali et ipsa dixit quod taliaret illi antea manum; et tamen roboravit cartam perforciam, ipso presente.

20 Inq., p. 1045.

21 Inq., p. 1020: Et modo vinea est destructa, ideo quod non potuerunt eam servire regi et ecclesie (); nullus est ausus fructificare eam vel seminare ibi panem propter rendam et testamentum ecclesie.

22 Inq., p. 821: Habentur uinee et linares de fogariis forariis regis, de quibus levat Stehanus Diaz, miles, sextam de vino et de lino [...]. Martinel, de Riparia, dixit similiter et addit quod una mulier que habebat istam hereditatem dedit Gunsalvo de Saa istam incensoriam de ista hereditate tali pacto quod defenderet eam et impareret.

23 Inq., p. 1057.

24 Inq., p. 1059: Si seminai panem in souto.

25 Inq., p. 975: Cum alia sua pauca hereditate.

26 Inq., p. 945 : ce reguengo, en effet habet aquam pro ad regandum in die ferie tercie.

27 Inq., p. 966. Le champart y était prévu au cinquième, au quart ou au tiers selon les productions, et de plus on devait dans ce hameau mettre à la disposition des agents domaniaux un pré où garder et nourrir les animaux saisis par eux.

28 Inq., p. 871 : à Alvelos, un hameau de Cavernães, un bonum casale, tenu par D. Maria de Bigas.

29 Inq., p. 866 : à Povolide, Martinas Veegas, armiger, filiavit unam hereditatem regalengam regis et fecit in eam defensam et est de casali regalengo qui dicitur de Anserigo et modo Donna Onega, mulier sua, tenet et defendit ipsam hereditatem et habet et possidet eam [...] et addit quod ipse armiger vallavit eam.

30 Inq., p. 869 : à Covelo, hameau de S. Miguel de Vila Boa, Donnus Suerius Gomecii jectavit ipsum Martinum Fernandi de hereditate foraria regis per forciam et fecit in ea bonas ninas ; et habet modo eam Maria de Veyga et nullum forum facit de ea regi.

31 Inq., p. 884: Donna Ausenda, donna, que fuit uxor de Martino Sueírií, portario domini regis Sancii, ani istius regís, qui tenuit istam hereditatem in prestimonio de predicto rege, habet et possidet bonas ninas et bonas hereditates et casas de ista hereditate regis et tamen servit eam regi.

32 Inq., p. 924-925.

33 Inq., p. 1088-1090.

34 Inq., p. 830-831: Dixit quod vidit homines Hospitulis pignorare et constringere pro anuduva, et homines Hospitalis levaverunt denarios de anuduva ad judicem de Balasteriis; et judex, per rogatum de D. Bona, matre de Menendo Anaya, tornavit ipsos denarios de anuduva hominibus Hospitalis de Cornias [...] Interrogatus qua ratione non intrat majordomus in Cornias, dixit quod nescit si est timore, si rogatu.

35 Inq., p. 958.

36 Inq., p. 770: in Pinanzos morabatur una donna, que vocabatur Donna Giralda, et habet tria casalia et medium de propria hereditate. Et ipsa donna casavit cum uno villano per nomen Dominico Sueirii, et modo ipse villanus habet ipsam hereditatem et non dat de ea jugatam regi, et etiam non habet equum; et etiam dixit quod ipsa donna est jam mortua [...]. Dominicus Sueirii, ipse qui fuit maritus de ipsa Donna Giralda, dixit similiter.

37 Inq., p. 894: Donna Therasia, de Villa Maiori, mater de Stephano Petri, de Taavares, comparavit de hominibus herdadores de Jhoazim vineas et hereditates et possessiones forarias regis, et vendidit postea ipsa Donna Therasia ipsas hereditates Fernando Martini, militi, et modo Donna Sancia, de Tavoadelo, que fuit uxor de Fernando Martini, habet et possidet ipsas hereditates et nullum forum facit regi.

38 Inq., p. 833: Martinus Petri, judex de Viseo, fecit inquisitionem super Porreeyro per cartam domini Alfonsi, regis Portugalie et comes Bolonie. Et per inquisitionem quam ipse judex invenit, integrava eidem Sueirio Gunsalvi, qui tunc temporis erat vicarius de Donno Alfonso Teliz, qui tenebat terram de Viseo a domino rege [...] et ipse Sueirius Gunsalui [...] recepii rationem de pane de ipsa hereditate pro ad Donnum Alfonsum Teliz. Et modo Donna Maria, filia de Gunsalvo de Saa, habet ipsam hereditatem [...] Martinus Petri [...] fecit similiter inquisitionem super una hereditate foraria de caballaria de Paazos [...] et [...] integrauit similiter istam hereditatem eidem Sueirio Gunsalui [...] et modo Donna Maria [...] habet ipsam hereditatem.

39 Inq., p. 880: Dixit coram illo et coram aliis bonis hominibus clericis et laycis: «Amici mei, videte, per istum marcum Partit Sautus, que est foraria regis, cum Bigas.» Interrogatus de loco ubi stat ille marcus, dixit quod prope castaneum qui stat ante portam de quintana de Bigas.

40 Inq., p. 877: Unus homo, nomine Donnus Silvester, habebat unum casale in Varzea forarium de jugata, et ipse Donnus Silvester obiit, et Pelagius Rodenti de Bigas, miles, aposuit quod ipse Donnus Silvester fuerat servicialis suus et filiavit pro inde ipsum casale [...] et fecit de ipso casali duo casalia, et modo Donna Maria de Bigas habet ipsa casalia et nullum forum facit regi de eis.

41 Inq., p. 879: Donna Maria de Bigas filiavit de caballaria de Sauto unam ganderam super vinea et fecit in illa devesam et de illa irrumpit.

42 Ibid.: Et debent dare unum carpentarium deforo pro ad faciendum et pro ad adubandum castellum de Viseo. Et addit quodfratres de Donna Maria de Bigas dederunt Donne Marie unum casale tali pacto quod Dona Maria faceret semper istud forum de carpentario pro tota villa. Il semble, aux dires d’un autre témoin, que ladite donna Maria n’ait tenu ses engagements que temporairement: Et addit quod vidit ipsam Donnam Mariam dare carpentarium pro ad faciendum istud forum regi.

43 Inq., p. 885: Donnus Laurencius Veegas et Donna Maior Pelagli, uxor ejus, filiaverunt per forciam unam hereditatem et unum mollinum et alias sesseqas de mollinis de istis focariis regis de Gomeey [...] et modo Donna Sancia Laurencii, filia de Donno Laurencia Veegas, soror de Lorbano habet ipsam hereditatem et nullum forum facit regi.

44 Inq., p. 891-892: Donnus Laurencias Gomecii et sue sorores filiaverunt unum mollinum regalengum regis de Mozamades [...] et modo Donna Sancia Laurencii habet ipsum mollinum et nullumforumfacit de eo regi.

45 Inq., p. 884: Donna Maior et Maria Petri, donne, fecerunt per forciam unas casas in hereditate de caballaria de Ussaganios et modo Gomecius Pelagli Gago habet ipsas casas et nullum forum facit de eis regi.

46 Inq., p. 892: Donna Maior Pelagli filiavit tres castaneos Domini regis de Mozamades [...] et testavit eos Hospitali.

47 Inq., p. 774: Alfonsus Garsee, unus villanus [...] habuit ipsam hereditatem et vendidit earn Donne Orrace Gate, et modo nullum Jorum/acit regi [...] Interrogatus de patronatu ecclesie dixit quod Donna Orraca est patrona per conparam de villa.

48 Ibid.: Dominus rex mandavit integrare ipsas vineas populatoribus de Bovadela per suum portarium, et portarius posuit cautum in ipsis vineis quod homo de Ulvaria non laboret nec intret eas, et modo habent eas et laborant eas et noluerunt eas leyxare pro cauto regis [...] et dixerunt etiam quod laboraverunt ipsas uineas per mandatum de Donna Orraca.

49 Inq., p. 775: Et dixit quod semper <PedreIon> habuit ipsam hereditatem regalengam et dabat inde rationem de pane [...] et postquam tenuit Donna Orraca Ulveiram de Hospitali filiaverunt earn illi sui homines [...] et Donna Orraca noluit leixare ipsam hereditatem ipsi homini.

50 Inq., p. 774: De villa de Arcozello debet rex habere mediam vocem et calumpniam et collectam; tamen majordomus non intrat modo illuc propter Donnam Orracam Gatam ; et modo quatuor casalia que habet Donna Orraca nullum forum faciunt regi.

51 Inq., p. 790: Et ipse, per forciam et per mandatum de Donna Aldara, jectavit eos inde, correndo post ipsos homines in uno equo, et addit quod jectavit de ipso loco Pelagium Suarii et Pelagium Regem.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.