Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. La domination sociale

Encore les « mauvaises coutumes »…

Considérations sur l’Église et la seigneurie à partir de quelques actes des cartulaires de Saint-Victor de Marseille

Florian Mazel

Texte intégral

Je remercie Michel Lauwers, Isabelle Rosé et Armelle Le Huërou pour leur précieuse relecture.

  • 1 J.-P. Poly, É. Bournazel, La mutation féodale, xe-xiie siècle, Paris, PUF, 1991 (1re (éd.) 1980), p (...)
  • 2 É. Magnou-Nortier, « Les mauvaises coutumes en Auvergne, Bourgogne méridionale, Languedoc et Proven (...)

1L’interprétation de l’apparition des « mauvaises coutumes » ou des « mauvais usages » dans la documentation diplomatique à partir de l’extrême fin du xe siècle représente encore aujourd’hui l’un des points les plus débattus de la controverse historiographique sur la « mutation de l’an mil ». Pour les uns, cette émergence manifesterait avec justesse et en dépit de certains excès rhétoriques l’apparition de nouveaux prélèvements seigneuriaux dans le cadre de la « crise châtelaine1 ». Pour les autres, le phénomène serait dû avant tout aux transformations du monachisme réformé, lequel s’engage, à partir de la fin du xe siècle, dans une vaste entreprise de soustraction de ses seigneuries aux formes traditionnelles de l’emprise aristocratique2.

  • 3 Pour transformer la présomption en certitude, il faudrait réexaminer de manière précise le chartrie (...)
  • 4 C’est par exemple aussi le cas de la Catalogne, pourtant l’un des foyers historiographiques de la t (...)

2En Provence, seuls trois actes semblent contenir l’expression de « mauvaises coutumes » avant le xiie siècle3. Cette rareté n’est pas propre à la Provence4 et ne rend pas ces textes plus originaux ni moins intéressants que ceux, plus abondants, issus de régions mieux documentées comme le Languedoc méditerranéen voisin, bien connu de la dédicataire de ces Mélanges. Leur étude précise vise d’abord à apporter une contribution supplémentaire au débat. Mais elle fournit aussi l’occasion de souligner combien il est nécessaire de réintroduire l’Église et les questions ecclésiales au cœur des questionnements sur la seigneurie, jusque dans ses aspects les plus économiques, en particulier pour les xe-xiie siècles qui voient la domination seigneuriale se modifier en profondeur.

  • 5 Voir D. Panfili, Aristocraties meridionales. Toulousain-Quercy, xie-xiie siècles, Rennes, PUR, 2010 (...)
  • 6 Nous n’avons conservé aucun des originaux des actes étudiés ici. Le Grand cartulaire, compilé peu a (...)

3Pour être rares, les actes provençaux mentionnant des « mauvaises coutumes » ou de « mauvais usages » n’en présentent pas moins de fortes similitudes, par leur datation d’abord, par leur lien avec l’abbaye Saint-Victor de Marseille ensuite. Ces trois actes se situent en effet entre 1061 et le début des années 1080, soit au début de la crise grégorienne, une chronologie identique aux actes du Quercy, du Haut-Toulousain et du Bas-Languedoc5. Deux sont des notices rédigées par les moines de Saint-Victor, officiellement à la demande d’un seigneur laïque et d’un évêque. Le troisième est une charte monastique rouergate dont l’élaboration laisse aussi deviner l’intervention de l’abbé marseillais. Les trois actes concernent des biens de Saint-Victor et ont à ce titre été conservés dans les archives de l’abbaye et copiés dans l’un ou l’autre de ses cartulaires6. Cette prégnance monastique n’a rien d’original : c’est aussi dans les actes des abbayes réformées qu’apparaissent le plus tôt et le plus massive ment les mentions de « mauvaises coutumes » en Bourgogne, en Touraine, en Quercy ou en Bas-Languedoc.

  • 7 CSV, no 827.
  • 8 Deusde est abbé de Saint-Amans de Rodez. Depuis la fin du xe siècle, l’abbé de Saint-Amans semble a (...)
  • 9 Concedente et consenciente domino et seniore meo Rotenensium atque Arvernensium comite Rotberto et (...)
  • 10 Malos vero usus, tultas, tortitudines, districtiones fidejussorias et lucra que per symonianam fact (...)
  • 11 Après une liste de souscripteurs rouergats apparaissent les seings de Volverade Porcelet, de l’arch (...)
  • 12 Sur Raimbaud d’Arles, voir en dernier lieu F. Mazel, « L’Église d’Arles d’Ithier (961-985) à Raimba (...)

4L’acte le plus ancien ne concerne pas la région provençale7. Il s’agit en effet de la donation, le 12 juin 1061, du monastère de Vabres, en Rouergue, à l’abbaye de Saint-Victor et à l’abbé Durand (1060-1065), en vue de sa restauration (ad honorem omnipotentis Dei et restaurationem ipsius loci). L’initiative en revient à Deusde, abbé de Rodez8, accompagné de son frère Raimond, de la femme et des fils de celui-ci, avec l’accord et le consentement de leur seigneur le comte d’Auvergne et de Rouergue Robert, de sa femme Berthe et de la grand-mère de celle-ci, la comtesse Richarde9. La donation comprend en fait deux volets. En premier lieu, les donateurs donnent au monastère de Vabres la moitié d’un château, que ses châtelains devront désormais tenir de la main de l’abbé (auquel ils devront prêter serment de fidélité), et renoncent à tous les « mauvais usages, toltes, levées iniques, saisies, sécurités et revenus que par péché simoniaque nous ou nos parents recevaient ou exigeaient sur le dit monastère et sur ses domaines, manses, villae et celles, jusqu’à ce jour10 ». En second lieu, ils donnent le monastère de Vabres à l’abbé Durand pour qu’y soient adoptées la règle de saint Benoît et les coutumes du monastère marseillais. L’acte est écrit sur l’ordre de Deusde (Ego Deusde hanc cartam scribere jussi), mais il est rédigé par un membre de la suite de l’abbé Durand et à la demande de ce dernier, à Saint-Gilles, principal centre du pouvoir raimondin dans la basse vallée du Rhône11. La donation est faite entre les mains de l’abbé Durand et de l’archevêque d’Arles Raimbaud, « moine du même monastère Saint-Victor » et l’un des promoteurs des nouvelles idées romaines dans le Midi depuis qu’il a présidé, en tant que vicaire du pape Victor II, le concile de Toulouse de 105612.

  • 13 Le monastère de Vabres s’étant soustrait à la tutelle victorine à partir des années 1120, on compre (...)
  • 14 Il s’agit d’une des premières attestations de cette légende dans la documentation diplomatique vict (...)
  • 15 On rencontre assez souvent un terme voisin de tortitudo, tortura, dans les restitutions de biens ec (...)
  • 16 Ego Deusde [...] et Raimundus frater meus [...] donamus et reddimus [...].
  • 17 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’Église dans la province ecclesiastique de Narbonne (zone (...)
  • 18 Ibid., p. 233-234.

5Les « mauvais usages » en question concernent donc des domaines situés en Rouergue, mais le texte lui-même relève autant du scriptorium victorin que de son auteur, l’abbé Deusde13. L’acte insiste d’ailleurs dans un long préambule sur le prestige du monastère marseillais que Deusde dit avoir choisi après avoir étudié « les moeurs et la règle des divers monastères de Gaule », rappelant sa fondation par l’illustre Jean Cassien14 et soulignant la présence en son sein de nombreuses reliques, celles de Victor et de ses compagnons, mais aussi celles de Pierre et Paul et de tous les apôtres. La mention des « mauvais usages » inaugure une énumération assez hétérogène : on y trouve des redevances couramment attestées (tiritas, districtiones) et des termes beaucoup plus singuliers, étrangers au lexique du prélèvement seigneurial en Rouergue comme en Provence (tortitudines, lucra), qui relèvent d’une rhétorique antisimoniaque imprégnant l’ensemble de l’acte15. La donation a en effet tous les traits d’une restitution de droits16 dont l’acte considère qu’ils ont jusqu’à présent été exercés de manière pécheresse et simoniaque (per symoniacam factionem). Deusde et son frère Raimond sont clairement amenés à reconnaître qu’ils tenaient ces biens en vertu d’une injuste usurpation (que huc usque usurpata injuste tenuimus ac possedimus) et leur geste s’énonce comme une renonciation (abrenunciamus) et un déguerpissement (in perpetuum guerpitionem facimus). Le contexte de la restitution est explicite : Deusde reconnaît dès le début du préambule agir avec l’accord et sur l’ordre du pape Nicolas II, qu’il a rencontré à l’occasion d’un récent pèlerinage à Rome, et sa décision se place juste après la tenue à Toulouse, vers 1059-1060, d’un deuxième concile antisimoniaque (après celui de 1056), présidé par le légat de Nicolas II, l’abbé de Cluny Hugues de Semur17. À l’évidence, Deusde et son frère tenaient leurs droits du comte d’Auvergne et de Rouergue Robert, héritier des Raimondins du chef de son épouse. Les Raimondins avaient fondé Vabres et étaient considérés depuis le xe siècle comme les abbés laïques de la communauté18. Si l’on en juge par le lien implicite entre la possession du château et la perception des « mauvais usages », évoquée juste à sa suite et au sein de laquelle peuvent seulement être identifiés des droits de nature militaire (la tolte, la districtio), Deusde et son frère devaient exercer au nom des comtes une forme d’avouerie.

6C’est donc dans un contexte marqué par les menaces proférées par les conciles réformateurs contre ceux qui détiennent des établissements et des biens ecclésiastiques que l’acte est rédigé et que Deusde et son frère renoncent à leurs droits anciens, jusque-là considérés comme légitimes. Les usages n’ont ici rien de nouveau et ne doivent leur qualification de « mauvais » qu’à leur illégitimité au regard des nouvelles normes grégoriennes, lesquelles rejettent tout prélèvement sur les patrimoines des monastères réformés, même au titre de l’avouerie ou d’une quelconque protection militaire.

  • 19 CSV, no 603-612.

7La deuxième mention de « mauvaises usages » dans la documentation victorine figure dans une notice récapitulative rédigée au début de l’abbatiat de Richard (1079-1106) [document no 1]. Dans le Grand cartulaire où elle a été copiée, cette notice prend place au sein d’un petit dossier concernant les biens de Saint-Victor à Aiguines et Salles, dans le diocèse de Riez19. Ce patrimoine résulte pour l’essentiel de l’intégration à la communauté victorine de la petite communauté de clercs de Saint-Jean-Baptiste de Salles. La notice rappelle quelques-uns des épisodes qui ont conduit à cette intégration. Sous l’abbatiat d’Isarn (1021-1044), Audibert de Saint-Jurs et ses fils auraient d’abord donné à Saint-Victor l’honneur de Salles, situé dans le territoire du castrum d’Aiguines.

  • 20 On remarquera l’écho de cette compensation avec les corvées auxquelles renonce Audibert.

8Après la mort d’Isarn, cette donation fut remise en cause et un grave conflit opposa Audibert et ses fils aux moines. Un plaid fut finalement tenu à Salles sous l’autorité de l’abbé Bernard (1065-1079), en présence notamment de Guillaume de Moustiers, le seigneur d’Audibert. Au cours de ce plaid, ce dernier et deux de ses fils, Rostaing et Alfant, acceptèrent de rendre à l’abbé tout ce dont ils s’étaient emparés : terres, vignes, « défens », moulins, corvées de charroi effectuées avec des ânes ou des bœufs, albergues et « tous les mauvais usages ». En outre, ils donnèrent à l’abbé « le cloître et la maison de l’église Saint-Jean, et tout l’honneur de la même église et la dîme, comme le prêtre Venerandus les avait eus par Audibert et ses fils ». En contrepartie, Audibert et son fils Rostaing reçurent de l’abbé un bœuf et une mule20. La notice se conclut par la réitération de ces abandons par Pons Audibert (un troisième fils) et surtout par Alfant – à l’origine de la rédaction du texte, celui-ci semble être un temps revenu sur sa donation – entre les mains de l’abbé Richard (1079-1106). Alfant précise notamment qu’il a remis le claustrum, son jardin et le sponsalitium de l’église Saint-Jean entre les mains de Rainoard et Aicard, deux moines de Saint-Victor. Pons et Alfant reçoivent alors respectivement dix et douze sous de l’abbé.

  • 21 Pour plus de détail, voir E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milie (...)
  • 22 CSV, no 6o3.
  • 23 Venerandus figure parmi les témoins de la donation de 1038.
  • 24 Saint-Victor conserve seulement, apparemment, une petite église dédiée à Sainte-Marie, jamais évoqu (...)
  • 25 Cette communauté est attestée pour la première fois en 1051 (CSV, no 606) et le claustrum mentionné (...)
  • 26 N’oublions pas que Raimbaud reste jusqu’à sa mort considéré comme un moine de Saint-Victor.

9La notice peut être complétée par toute une série d’actes qui permettent d’éclairer les dessous de l’affaire21. La donation de l’honneur de Salles en faveur de Saint-Victor date de 103822. Entre 1044 et 1051, pour des raisons totalement inconnues, Audibert revient sur cette donation, préférant fonder et doter une petite communauté de clercs confiée au prêtre Venerandus, qui appartenait à son entourage23, auquel il réattribue l’ensemble de ce qu’il avait auparavant donné à Saint-Victor24. Un claustrum et une mansio sont élevés à proximité de l’église Saint-Jean. Celle-ci, probablement rénovée, fait l’objet d’une bénédiction en 1059, en présence de l’archevêque d’Arles Raimbaud et de l’évêque de Nice Raimond (1051-1073), issu de la famille de Moustiers25. À cette occasion, Audibert et plusieurs de ses fidèles dotent l’église d’un sponsalitium. Mais peu après, sous la pression victorine que relaie sans doute l’archevêque Raimbaud26, Venerandus et ses compagnons se donnent à l’abbaye marseillaise avec l’ensemble de leurs biens. Cette décision représente un extraordinaire retournement de situation à l’avantage des moines. Mais pour Audibert et ses fils, ce geste est vécu comme une trahison : ils récupèrent alors l’ensemble de ce qu’ils continuent à considérer comme leurs biens et leurs droits, jusqu’à ce que le plaid tenu par l’abbé Bernard les oblige finalement à les restituer.

  • 27 Par cet acte, le comte ôte le senioraticum de Saint-Jurs à Guillaume de Moustiers pour le confier a (...)

10Replacés dans ce contexte, les événements rapportés par la notice gagnent en limpidité et le recours à l’expression de « mauvais usages » en signification. La confirmation finale d’Alfant est clairement décrite comme un déguerpissement (facio donationem atque guirpitionem). L’expression « mauvais usages » vient juste après l’évocation de l’albergue, un prélèvement lié à l’exercice de la guerre, mais aussi après la mention de corvées de charroi dont on peut supposer qu’elles se rapportent ici aussi aux activités militaires. Ces droits sont exercés par Audibert et ses fils sous l’autorité de celui qui est très certainement leur seigneur, Guillaume de Moustiers, lequel est issu d’une lignée qui, si l’on en croit un acte comtal de 1126, tenait ses droits à Saint-Jurs en fief du comte de Provence27. La nature « mauvaise » de ces usages (l’albergue, les corvées et sans doute d’autres prélèvements justifiés par la protection militaire) tient, pour les moines, au fait que ces droits pesaient sur des biens censés leur appartenir et relever exclusivement de leur seigneurie en vertu de la donation initiale de 1038 et de l’autodédition de Venerandus et de ses compagnons postérieure à 1059. Rien n’est dit des droits qu’Audibert et ses fils pouvaient continuer de lever sur le patrimoine de la petite communauté canoniale dirigée par Venerandus. Mais on peut penser que le revirement d’Audibert en faveur de cette dernière se fondait sur une meilleure entente, un meilleur contrôle social – n’oublions pas que Venerandus a été choisi par Audibert au sein de son entourage – et devait impliquer le maintien de certains prélèvements sur le patrimoine canonial, en particulier ceux liés à la protection militaire. Sans doute Audibert et ses fils désiraient-ils conserver cette fonction d’avoué qu’ils pouvaient exercer sur le petit claustrum canonial de Saint-Jean-Baptiste, mais dont les moines, eux, ne voulaient pas. En tout cas, jusqu’au plaid tenu en présence de l’abbé Bernard, Audibert estimait détenir des droits légitimes sur le claustrum lui-même, l’église Saint-Jean et la dîme qui lui était attachée : au sein de sa seigneurie, il ne faisait pas de distinction entre les terres, les taxes militaires, l’église et la dîme. Voilà ce qui constitue, aux yeux des moines, l’essence d’un « mauvais usage ».

  • 28 Cette datation est fonction de la viduité de la comtesse Azalaïs (1065), évoquée dans la notice, et (...)

11Le troisième acte évoquant les mauvaises coutumes est une notice commémorative (breve commemorationis), composée à la demande de l’évêque d’Avignon Rostaing (1047-av. 1076) [document no 2]. Vers 1065-107528, l’évêque abandonne aux moines de Saint-Victor le « mauvais usage » qu’il détient sur leur dépendance de Saint-Promace, dans le castrarti de Forcalquier : ses hommes levaient des droits sur les vignes des moines « contre la coutume » et exigeaient de leurs paysans des « mauvaises coutumes », prenant « par la force autant qu’ils pouvaient ». Le texte précise que ces droits étaient des custodia, que l’on appelle dans la langue courante des droits de garde (pro custodiis que vulgo gardias dicunt), c’est-à-dire un prélèvement de nature militaire. L’évêque semble d’ailleurs considérer que la comtesse – certainement Azalaïs, veuve du comte Guillaume VI – exerçait aussi ces droits ou y avait part d’une quelconque façon.

  • 29 É. Sauze, « Le polyptyque de Wadalde : problèmes de toponymie et de topographie provençales au ixe  (...)
  • 30 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 34.
  • 31 Sur ces vicomtes, voir en dernier lieu F. Mazel, « Du modèle comtal à la “châtelainisation”. Les vi (...)
  • 32 CSV no 659 : Et hoc precipue commonemus ac precepimus vicecomitibus, vicariis, fidelibus, sive omni (...)
  • 33 J.-P. Poly, La Provence..., op. cit., p. 199-200.

12De nouveau, le contexte fournit les éléments qui permettent de comprendre le sens de ce « mauvais usage ». Saint-Promace de Forcalquier n’est pas une dépendance victorine parmi d’autres. Il s’agit d’une église très ancienne, le seul sanctuaire mentionné dans le polytpyque de Wadalde, qui recense, vers 813-814, les biens de l’église cathédrale de Marseille à laquelle l’abbaye Saint-Victor est alors soumise. Saint-Promace appartient alors à la villa Bettorida29. Au milieu du xie siècle, Saint-Promace est désormais situé dans le territoire du castrum de Forcalquier, qui appartient aux comtes de Provence. Ceux-ci semblent avoir concédé une bonne partie de leurs droits, à commencer par le contrôle du château, à la famille vicomtale d’Avignon : entre 1101 et 1105, la vicomtesse d’Avignon Ermessende reconnaît tenir les châteaux de Mane, Forcalquier et Avignon pour la comtesse Azalaïs, veuve du comte Ermengaud30 ; l’évêque Rostaing, qui exerce une trentaine d’années auparavant des droits de garde, c’est-à-dire des droits liés à cette fonction châtelaine, est le fils aîné du vicomte Bérenger et le beau-frère d’Ermessende31. En 1044, le comte Bertrand a reconnu que Saint-Promace avait appartenu aux moines de Saint-Victor et leur a cédé tous ses droits sur l’église et ses biens. Surtout, il a accordé à Saint-Promace (ecclesia, locus aut burgus) une immunité totale et interdit toute intrusion et tout prélèvement, en particulier la levée de l’albergue et de la tolte, de la part de quiconque, vicomte, viguier, fidèle ou détenteur d’un fisc comtal, qu’il soit ecclésiastique ou laïque, à l’intérieur des limites définies tout autour de l’église, considérant comme sacrilège celui qui enfreindrait l’interdiction et ne serait pas venu à résipiscence dans les quinze jours32. Le comte s’inspire alors de la trêve de Dieu tout récemment promulguée au concile de Saint-Gilles de 1042/1044, qui interdisait explicitement que l’albergue soit levée sur les domaines ecclésiastiques « sous prétexte d’une coutume issue d’un mauvais usage33 ». Comme en témoigne la notice, le comte ne fut pas obéi par tous ses fidèles. Lorsque, enfin, vingt à trente ans plus tard, l’évêque Rostaing se défait de ses droits de garde sur les vignes et les paysans de Saint-Promace de Forcalquier, il agit en fonction du nouveau contexte grégorien, inauguré dans la région parles conciles d’Arles (1058/1059), Vienne (1060) et Avignon (1060 et 1063) et l’arrivée à la tête de la congrégation victorine de l’abbé Bernard (1065-1079). La notice le dit clairement : l’évêque n’agit pas pour respecter la trêve de Dieu ou obéir au comte ; son geste est présenté comme une restitution (nostra donatio atque dimissio) et justifié par un sentiment de culpabilité – celui dont les grégoriens cherchent à favoriser la diffusion –, la conscience de commettre un péché et d’agir contre le commandement de Dieu (considerans quia magnum peccatum esset hoc et contra Dei voluntatem).

13Une nouvelle fois l’expression de « mauvaise coutume » ou de « mauvais usage » ne désigne donc pas un prélèvement nouveau qui toucherait n’importe quel paysan. Elle vient frapper du sceau de l’illégitimité un droit ancien lié à l’exercice de prérogatives militaires dont nous sommes sûrs qu’elles sont ici tenues du comte, levé sur un domaine ecclésiastique dont les moines entendent préserver l’immunité. Cette immunité peut exceptionnellement s’appuyer sur une concession comtale précoce qui relayait les mesures de la trêve de Dieu. Mais les victorins ne parviennent à lui donner sa pleine efficacité que dans les années 1060-1070, lorsque le mouvement réformateur entreprend à une tout autre échelle de la faire reconnaître.

  • 34 Nombre de ces éléments se retrouvent ailleurs, en dépit d’une chronologie différente. Pour le Midi (...)
  • 35 Cette chronologie peut être ailleurs plus précoce (sur les domaines clunisiens, la dénonciation des (...)
  • 36 E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie, op. cit., p. 264-276.

14Dans les trois textes examinés, les « mauvais usages » ou les « mauvaises coutumes » présentent donc une indéniable cohérence34 :1) Il s’agit de droits anciens, régulièrement associés à des albergues, des toltes, des gardes, voire au contrôle d’un château et donc liés à l’exercice de la guerre. 2) Ces droits d’origine comtale sont détenus par des membres laïques ou ecclésiastiques de l’aristocratie régionale. 3) Cette détention résulte de la concession d’une forme d’avouerie, d’un fief ou d’un château, dans le cadre de la participation traditionnelle de l’aristocratie à l’exercice du pouvoir local. 4) À partir du milieu du xie siècle35, ces droits sont dénoncés comme abusifs et illégitimes par certains secteurs de l’Église et tenus pour de « mauvais usages » dès lors qu’ils pèsent sur des domaines ecclésiastiques, en l’occurrence monastiques, considérés comme immunistes. Cette immunité est promulguée dès les années 1040 par certains canons de la trêve de Dieu, laquelle est relayée de manière précoce par le comte de Provence, puis elle est renforcée par les conciles grégoriens à partir des années 1056-1060. Mais elle est surtout mise en œuvre sur le terrain par les moines victorins, avant même que l’abbé Bernard n’obtienne du pape Grégoire VII, en 1079, la bulle d’immunité et d’exemption qui accorde à l’abbaye marseillaise tous les privilèges dont bénéficiait déjà Cluny36.

15L’apparition des « mauvaises coutumes » est donc bien le reflet d’une évolution politique et seigneuriale. Mais celle-ci ne renvoie pas à l’essor soudain des pouvoirs châtelains et à la généralisation de l’oppression chevaleresque. Elle tient à l’essor de la puissance monastique et à la séparation progressive des seigneuries ecclésiastique et laïque. Cette séparation ne réside pas dans la répartition des terres et des hommes entre les deux versants du groupe dominant, mais tient à la singularité croissante des seigneuries ecclésiastiques, de nouveau surtout les seigneuries monastiques, qui cherchent à se soustraire à toute une série de prélèvements traditionnels qui continuent d’avoir cours ailleurs. Cette soustraction ne représente qu’un aspect d’une mutation seigneuriale de plus grande ampleur, dont le second volet est représenté par l’investissement de la seigneurie des laïcs par l’Église, par le biais des restitutions de droits jusque-là intégrés à toute seigneurie et désormais considérés comme exclusivement ecclésiastiques : les églises, les dîmes, les oblations, les droits de sépulture...

  • 37 D. Panfili, Aristocraties méridionales..., op. cit., p. 361-369. Sur l’essor des taxes à part de fr (...)

16On évoque souvent au nombre des conséquences de ces évolutions, et avec raison, l’enrichissement de l’Église. Mais l’impact sur le prélèvement seigneurial des laïcs ne doit pas pour autant être ignoré, même si l’on peine à en mesurer l’ampleur. Pour les laïcs, ces évolutions se traduisaient en effet par un manque à gagner qui dut susciter des mécanismes compensatoires. On a pu récemment faire l’hypothèse d’une corrélation entre l’abandon des dîmes et la diffusion croissante des taxes à part de fruit, que l’historiographie associe plus traditionnellement aux défrichements ou parfois aux cultures temporaires37 : l’abandon des « mauvaises coutumes » pourrait avoir favorisé des ajustements identiques. La fin du xie siècle voit par ailleurs les prélèvements seigneuriaux sur la circulation, les marchés et les vacants se multiplier. De nombreux facteurs ont bien sûr joué dans ces phénomènes complexes. Mais on voudrait suggérer ici qu’il importe de restituer au tarissement progressif des revenus « ecclésiastiques » des seigneurs laïcs – les droits qu’ils levaient sur les hommes et les terres d’Église, comme les droits « ecclésiastiques » qu’ils possédaient sur leurs hommes et leurs terres – un rôle à la mesure du bouleversement que ce tarissement représente dans l’histoire de la seigneurie et de l’aristocratie. À ce titre, comme à bien d’autres, la réforme de l’Église, monastique puis grégorienne, apparaît bien comme un phénomène social total.

Annexes

ANNEXES

DOCUMENT 1

Notice récapitulative des démêlés entre Audibert de Saint-Jurs et ses fils d’une part, l’abbaye Saint-Victor de Marseille d’autre part, au sujet de l’église Saint-Jean-Baptiste de Salles et de ses dépendances, qui s’achève par la renonciation définitive d’Alfant de Saint-Jurs (1079-début des années 1080).

B COPIE DE LA FIN DU XIe SIÈCLE : GRAND CARTULAIRE DE SAINT-VICTOR DE MARSEILLE, FOL. 150

Texte latin d’après CSV, no 605

Extat carta scripta apud monasterium Massiliensae, qualiter beatae memoria? domnus Ysarnus abbas acaptavit honorem Saleta?, quae est in territorio castri quod dicitur Aquina, de Aldeberto Sancti Georgii et filiis ejus. Quam cartam, post clarissimum ejus obitum ipsius domni Ysarni diuersis altercationibus atque contentionibus et infra determinationes jam dictae cartae terrarum subreptionibus, cum idem Adelbertus et filii ejus falsare niterentur, placium constitutum est in eadem Sala; quod habuit domnus Bernardus, ejusdem monasterii abbas, in quo aeciam affuerunt milites ipsius terra?, domnus scilicet Wilelmus, senior Monasteri!, cum uxor sua Elena, et nepos ejus Raimundus et Pontius Arberti et Pontius Malfactus et Tassilo et Riculfus atque Pontius, Rothbaldus canonici, multique alii. In quo placito, in presentía dictorum militum, in manu jam dicti abbatís, sepe dictam cartam, sicut scripta est et clericus earn legere potest, sine ullo retinemento, insuper et terras atque vineas male invasas atque defensorium et molendinos dederunt, reddiderunt atque omnimodis firmaverunt, et aeciam asenarias et boarias et alberguarias, extra voluntate monachorum, et omnes malos usos quos ibi apprehendebant, in presentía omni abbatís suorumque monachorum et militum, qui, sicut diximus, ibi aderant, dereliquerunt, Aldebertus scilicet, Rostagnus et Helefans, filii ejus ; insuper et claustrum atque mansionem aecclesiae sancti Johannis, et onorem omnem ipsius ecclesiae atque decimum, sicut Venerandas presbiter per Aldebertum et filios ejus abebat vel per eos acapateverat; omnia in manu ipsius abbatis dederunt, atque omnino jirmauerunt, et, quia hoc fecerunt, dedit domnus abba Aldeberto bovem unum optimum, et Rostagno mulam optimam.

Similiter Pontius Aldebertus, in manu domni abbatis Richardi, firmavit; et dedit ei x solidos. Ego Helefans precepi scribere hujusmodi noticia literarum, ad cognitionem presentium et futurorum, et facio donationem atque guirpitionem de claustro aecclesiae sancti Johannis, atque de orto et de omni honore sponsalicili ipsius aecclesiae, in manus scilicet Rainoardi atque Aicardi; et, accipiens ab eis precium xii solidorum, quantum ad me pertinet, dono, sicut dixi, sanctae Maria? et sa ncto Victori et monachis ejus, ut habeant et possideant semper sine ulla mea interpellatione cunctorumque viventium. Et quantum infra determinationibus kartae, quam dedimus et firmavimus sanctae Mariae et sancto Victori, ego mihi retinere videbam vel homo per me, si dicere potuerint monachi quod sanctus Victor uel sui melius habere debeant quam ego, pro hoc ego eis relinquo.

Traduction

Une charte écrite au monastère de Marseille établit que le seigneur abbé Isarn, de bienheureuse mémoire, acquit l’honneur de Salles, qui est dans le territoire du castrum que l’on appelle Aiguines, d’Audibert de Saint-Jurs et de ses fils. Cette charte, comme, après la mort très célèbre de ce même seigneur Isarn, au cours de diverses altercations, de contentieux et de tromperies au sujet des définitions des terres de la dite charte, Audibert et ses fils s’efforçaient de la falsifier, un plaid se tint dans le dit lieu de Salles. Le seigneur Bernard, abbé de ce même monastère, participa à ce plaid ; y assistèrent aussi les chevaliers de la même terre, à savoir le seigneur Guillaume, seigneur de Moustiers, avec sa femme Hélène, et son neveu Raimond, et Pons Albert, et Pons Malfait, et Tassil, et Riculf, et Pons Roubaud, chanoines, et beaucoup d’autres. À ce plaid, en présence des dits chevaliers, dans la main de l’abbé déjà évoqué, Audibert, Rostaing et Alfant, ses fils, donnèrent, rendirent et confirmèrent en toute chose la dite charte, comme elle est écrite et comme un clerc peut la lire, sans aucune réserve, avec en outre les terres et les vignes méchamment envahies, et les « defens », et les moulins, et ils abandonnèrent aussi les corvées de charroi d’âne et de bœuf et les albergues [qu’ils avaient] sans l’accord des moines et tous les mauvais usages qu’ils levaient ici, en présence du seigneur abbé et de ses moines et des chevaliers qui, comme nous l’avons dit, étaient là. En outre, le cloître et la maison de l’église Saint-Jean, et tout l’honneur de la même église et la dîme, comme le prêtre Venerandus les avait eu par Audibert et ses fils et par eux les avait acquis, toutes ces choses ils les donnèrent et les confirmèrent en tout dans la main du même abbé. Et parce qu’ils firent ceci, le seigneur abbé donna à Audibert un excellent bœuf et à Rostaing une excellente mule.

De même, Pons Audibert confirma dans la main du seigneur abbé Richard, et [celui-ci] lui donna dix sous.

Moi Alfant j’ordonnai d’écrire de cette manière une notice écrite pour l’instruction des [hommes] présents et futurs, et je fais donation et abandon du cloître de l’église Saint-Jean, et du jardin, et de tout l’honneur de la dotation de la même église dans la main de Rainoard et d’Aicard, et, recevant d’eux la somme de douze sous, tout ce qui m’appartient, je le donne, comme je l’ai dit, à sainte Marie et saint Victor et aux moines de ce monastère, pour qu’ils l’aient et le possèdent toujours sans aucune revendication de ma part ni de tous les vivants. Et moi, tous les biens définis dans la charte que nous avons donnée et confirmée à sainte Marie et saint Victor, [que] je voyais retenir pour moi ou quiconque pour moi, si les moines peuvent dire que saint Victor ou les siens doivent l’avoir de préférence à moi, je les leur abandonne.

DOCUMENT 2

Notice commémorative de l’abandon par l’évêque d’Avignon Rostaing (1047-1075) de ses droits de garde et mauvaises coutumes sur les vignes et les hommes de l’obédience victorine Saint-Promace de Forcalquier (vers 1065-1075).

B – COPIE DE LA FIN DU XIe SIÈCLE : GRAND CARTULAIRE DE SAINT-VICTOR DE MARSEILLE, FOL. 137v

Texte latin d’après CSV, no 665

Breve commemorationis quod precepit facere Rostagnus, episcopus Avenionis.

Ego Rostagnus, episcopus Avenionensis, contra preceptum Dei, malum usum habebam in obedientiam sancti Promani, apud castrum Fucralcherii; scilicet accipiebant homines mei de vineis supradicti sancti, pro custodiis quae vulgogardias dicunt, contra morem, quantum illis videbatur; sed et de villanis qui habitant in ipsa villa sancti consuetudines malas accipiebant, et vi auferebant quod poterant. Unde ego considerans quia magnum peccatum esset hoc et contra Dei voluntatem, dimisi illum malum usum et precepi scribere et confirmare, ex parte mea et ex parte comitissae et omnium principum nostrorum, ut nullus deinceps hoc audeatfacere, neque comes neque episcopus neque aliquis princeps post nos venturus. Et, ut ista nostra donatio atque dimissio firma et stabilis permaneat, firmavimus nos ipsi hoc scriptum et omni tempore firmum permanere laudamus. Monachi vero predictae obaedientiae sancti Promacii gratis et cum bona voluntate bovem unum obtulerunt, pro testimonio hujus libertatis et absolutionis.

Traduction

Note commémorative qu’ordonna de faire Rostaing, évêque d’Avignon.

Moi Rostaing, évêque d’Avignon, contre le précepte de Dieu j’avais un mauvais usage sur l’obédience de saint Promace, dans le castrum de Forcalquier : mes hommes saisissaient sur les vignes dudit saint, pour les custodia que l’on appelle couramment les gardes, contre la coutume, autant qu’il leur semblait bon ; ils saisissaient aussi des mauvaises coutumes sur les vilains qui habitent dans la dite villa du saint, et par la force prenaient autant qu’ils pouvaient. C’est pourquoi moi, considérant que c’était un grand péché et [que cela allait] contre la volonté de Dieu, j’abandonnai ce mauvais usage et ordonnai d’écrire et de confirmer, de ma part et de la part de la comtesse et de tous nos princes, que nul à l’avenir n’ose plus faire ceci après nous, ni comte, ni évêque, ni quelque prince que ce soit. Et pour que notre donation et abandon demeure ferme et stable, nous avons confirmé nous-mêmes cet écrit et nous approuvons que cette confirmation dure pour tout temps. Et les moines de la susdite obédience de saint Promace offrirent gratuitement et avec bonne volonté un bœuf en témoignage de cette liberté et de cette libération.

Notes

1 J.-P. Poly, É. Bournazel, La mutation féodale, xe-xiie siècle, Paris, PUF, 1991 (1re (éd.) 1980), p. 97-98 ; O. Guillot, « Consuetudines, consuetude : quelques remarques sur l’apparition de ces termes dans les sources françaises des premiers temps capétiens », dans Inspiration, formation et expression de la coutume, S. Kalifa et al. (dir.), Dijon, Faculté de droit et de science politique (Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 40), 1984, p. 21-48 ; Ch. Lauranson-Rosaz, « Des “mauvaises” aux “bonnes” coutumes », dans La coutume au village dans l’Europe médiévale et moderne, M. Mousnier (dir.), Toulouse, PUM (Fiaran, 20), 1998, p. 19-51.

2 É. Magnou-Nortier, « Les mauvaises coutumes en Auvergne, Bourgogne méridionale, Languedoc et Provence au xie siècle : un moyen d’analyse sociale », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (xe-xiiie siècle), Rome, École française de Rome, 1980, p. 135-172 ; M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle), Paris, L’Harmattan, 1987, p. 241 ; D. Barthélemy, La société dans le comte’de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 319-352 ; C. Duhamel-Amado, Genèse des lignages méridionaux, t. 1 : L’aristocratie languedocienne du xe au xiie siècle, Toulouse, CNRS, 2001, p. 69-70 et 179-185. Y. Sassier occupe dans ce débat une position médiane : voir notamment « Patrimoines d’églises et pouvoirs locaux en Auxerrois (début xe-fin xie siècle) », dans Les pouvoirs locaux dans la France du Centre et de l’Ouest (viiie-xie siècles). Implantation et moyens d’action, D. Barthélemy, O. Bruand (dir.), Rennes, PUR, 2004, p. 175-192 ; id., « Autour des Gesta pontificum Autissiodorensium », dans Aucto ritas. Mélanges offerts à Olivier Guillot, G. Constable, M. Rouche (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2006, p. 437-451.

3 Pour transformer la présomption en certitude, il faudrait réexaminer de manière précise le chartrier de l’abbaye de Montmajour, un travail auquel je n’ai pas encore eu le temps de me livrer.

4 C’est par exemple aussi le cas de la Catalogne, pourtant l’un des foyers historiographiques de la thèse de la « mutation de l’an mil ».

5 Voir D. Panfili, Aristocraties meridionales. Toulousain-Quercy, xie-xiie siècles, Rennes, PUR, 2010, p. 370 (la plus ancienne mention d’une mauvaise coutume en 1071) ; C. Duhamel-Amado, Genèse des lignages, op. cit., p. 180 (plus ancienne mention en 1078).

6 Nous n’avons conservé aucun des originaux des actes étudiés ici. Le Grand cartulaire, compilé peu après 1080, et le Petit cartulaire, réalisé au début du xiiie siècle, sont édités dans Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, B. Guérard (éd.), Paris, 1857 (désormais abrégé CSV). Les actes étudiés sont les nos 605 et 665 (Grand cartulaire), « 827 (Petit cartulaire). Les deux premiers sont transcrits et traduits en annexes de cet article.

7 CSV, no 827.

8 Deusde est abbé de Saint-Amans de Rodez. Depuis la fin du xe siècle, l’abbé de Saint-Amans semble aussi régir l’abbaye de Vabres. Voir J. Bousquet, Le Rouergue aux XIe-XIIe siècles. Les pouvoirs, leurs rapports et leurs domaines, Toulouse, ms. thèse, 1971.

9 Concedente et consenciente domino et seniore meo Rotenensium atque Arvernensium comite Rotberto et uxore ejus domna Berta ejusque [a] via comitissa Ricardis. Ces personnages sont ainsi apparentés (voir H. Débax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, PUM, 2003, p. 340-342), comme l’indique le schéma ci-dessous (les personnes citées dans le texte sont soulignées) :
Image 100000000000025800000076EF78AE51.jpg

10 Malos vero usus, tultas, tortitudines, districtiones fidejussorias et lucra que per symonianam factionem in eodem monasterio et in ejus dominicaturis, mansis, milis et cellis, usque ad hoc tempus nos vel nostri parentes accepimus vel exigemus, omnino reliquentes, funditus abrenunciamus [...].

11 Après une liste de souscripteurs rouergats apparaissent les seings de Volverade Porcelet, de l’archevêque d’Arles Raimbaud et d’Hugues moine (certainement un victorin qui accompagne l’abbé Durand), puis la mention suivante : Ego Pondus rogatus scripsi, Durando abbate mandante.

12 Sur Raimbaud d’Arles, voir en dernier lieu F. Mazel, « L’Église d’Arles d’Ithier (961-985) à Raimbaud (1030-1069). Fondements et horizons d’une hégémonie archiépiscopale », dans L’organizzazione ecclesiastica nel tempo di San Guido. Istituzioni e territorio nel secolo XI, S. Balossino, G. B. Garbarin (dir.), Acqui Terme, EIG, 2007, p. 105-138.

13 Le monastère de Vabres s’étant soustrait à la tutelle victorine à partir des années 1120, on comprend que l’acte n’ait été conservé qu’à l’abbaye marseillaise. Voir A. Remensyder, Remembering Kings Past. Monastic Foundation Legends in Medieval Southern France, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1996, p. 303-305.

14 Il s’agit d’une des premières attestations de cette légende dans la documentation diplomatique victorine. Voir M. Lauwers, « Mémoire des origines et idéologies monastiques. Saint-Pierre-des-Fossés et Saint-Victor de Marseille au xie siècle », Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge, 115 (2003), p. 155-180.

15 On rencontre assez souvent un terme voisin de tortitudo, tortura, dans les restitutions de biens ecclésiastiques en contexte grégorien. Voir le cas des actes de Moissac : D. Panfili, Aristocraties méridionales..., op. cit., p. 628.

16 Ego Deusde [...] et Raimundus frater meus [...] donamus et reddimus [...].

17 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’Église dans la province ecclesiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du viiie à la fin du xie siècle, Toulouse, PUM, 1974, p. 461-463. Plusieurs actes en faveur de Saint-Victor passés en Albigeois évoquent ce concile, au cours duquel fut d’ailleurs aussi confirmée la possession du monastère Sainte-Ségolène de Lagrave par l’abbaye marseillaise.

18 Ibid., p. 233-234.

19 CSV, no 603-612.

20 On remarquera l’écho de cette compensation avec les corvées auxquelles renonce Audibert.

21 Pour plus de détail, voir E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu xe-début xiie siècle, Münster, LIT, 1999, p. 372-376. C’est de manière arbitraire que Jean-Pierre Poly identifie cet Audibert avec le « mauvais sire » Adalard mentionné dans la Vie de l’abbé Isarn (J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, Bordas, 1976, p. 181).

22 CSV, no 6o3.

23 Venerandus figure parmi les témoins de la donation de 1038.

24 Saint-Victor conserve seulement, apparemment, une petite église dédiée à Sainte-Marie, jamais évoquée dans les actes concernant la communauté de prêtres.

25 Cette communauté est attestée pour la première fois en 1051 (CSV, no 606) et le claustrum mentionné en 1053 (CSV, no 608). La bénédiction peut être déduite de la constitution du sponsalicium en présence des deux pontifes (CSV, no 610). Sur les consécrations des années 1050-1060 en Provence et le rôle de Raimbaud, voir M. Lauwers, « Consécration d’églises, réforme et ecclésiologie monastique. Recherches sur les chartes de consécration provençales du xie siècle », dans Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval, D. Méhu (dir.), Turnhout, Brepols, 2008, p. 93-142.

26 N’oublions pas que Raimbaud reste jusqu’à sa mort considéré comme un moine de Saint-Victor.

27 Par cet acte, le comte ôte le senioraticum de Saint-Jurs à Guillaume de Moustiers pour le confier aux milites du castrum (parmi lesquels des descendants d’Audibert ?), à l’exception de l’albergue et de la justice qu’il conserve pour lui-même. Voir G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit. L’exemple de la Provence et du Dauphiné, xiie-début xive siècle, Rome, EFR, 1988, p. 30-32.

28 Cette datation est fonction de la viduité de la comtesse Azalaïs (1065), évoquée dans la notice, et de la fin de l’épiscopat de Rostaing, qui a un successeur en 1076.

29 É. Sauze, « Le polyptyque de Wadalde : problèmes de toponymie et de topographie provençales au ixe siècle », Provence historique, 34 (1984), p. 3-33.

30 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 34.

31 Sur ces vicomtes, voir en dernier lieu F. Mazel, « Du modèle comtal à la “châtelainisation”. Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siècles », dans Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, PUM, 2008, p. 251-264, avec une généalogie et la bibliographie antérieure.

32 CSV no 659 : Et hoc precipue commonemus ac precepimus vicecomitibus, vicariis, fidelibus, sive omnibus fiscalibus nostris, ecclesiastici ac secularis ordinis, ut [nemo] (...) aliquam vim inferred moliatur in ecclesia, loco aut burgo sancti Promasii neque per arbergariam neque per tollementum, et ut infra terminus qui sunt positi in circuitu ecclesie, nullus homo siue ulta persona aliquem assaliat aut predam faciat, pro ulla umquam culpa. Quod qui fecerit, nisi infra xv dies ad emendationem venerit, ad altare et monachos ejusdem loci legem sacrilegi, id est [...].

33 J.-P. Poly, La Provence..., op. cit., p. 199-200.

34 Nombre de ces éléments se retrouvent ailleurs, en dépit d’une chronologie différente. Pour le Midi et le Mâconnais, voir É. Magnou-Nortier, « Les mauvaises coutumes », op. cit. Pour la Bourgogne, un bel exemple est analysé par J. Richard, « Mauvaises coutumes et juste coutume : une communauté rurale entre ses deux seigneurs », dans Histoire et société. Melanges offerts à Georges Duby, t. 2 : Le tenancier, le fidèle et le citoyen, Ch. M. de La Roncière (dir.), Aix-en-Provence, PUP, 1992, p. 23-29 : la mauvaise coutume qui pèse sur des hommes du chapitre cathédral d’Autun est ici liée au sauvement exercé, sous la fidélité du duc, par un seigneur châtelain et aux abus qu’il a pu faciliter.

35 Cette chronologie peut être ailleurs plus précoce (sur les domaines clunisiens, la dénonciation des « mauvaises coutumes » commence dès le début du xie siècle) ou plus tardive (voir le cas autunois cité n. 34).

36 E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie, op. cit., p. 264-276.

37 D. Panfili, Aristocraties méridionales..., op. cit., p. 361-369. Sur l’essor des taxes à part de fruit à la fin du xie siècle dans le Midi languedocien, voir plus généralement C. Duhamel-Amado, Genèse des lignages, op. cit., p. 147-152.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.