Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. La domination sociale

Liberté et servitude paysanne en Castille et León, du xe au xiiie siècle

Pascual Martínez Sopena

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Ce travail fait partie du projet de recherche Construcción y representación del poder regio en Cas (...)
  • 2 M. Bourin, R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge. Les solidarités paysannes du 11e au 13e siècl (...)

1Dans l’un des chapitres de l’admirable Vivre au village au Moyen Âge, Monique Bourin relève la maturité précoce des communautés paysannes dans les territoires hispaniques, leur autonomie rapide. Elle ajoute : « Incompréhension admirative et un peu honteuse des historiens des autres contrées face à une telle précocité, scepticisme des spécialistes de la péninsule Ibérique pour qui la documentation non ibérique est inadaptée ou les historiens aveugles : le pourquoi de cette originalité n’est pas vraiment élucidé2. » Dans cette contribution axée sur la notion de liberté paysanne, nous avons tenté de mettre en lumière quelques éléments sur lesquels se sont fondées les hypothèses de certains médiévistes parmi les plus réputés du siècle dernier. Cette tâche nous a conduit à évoquer les conditions de l’Espagne médiévale, reconstruire les lignes d’étude de la question et commenter une série de textes significatifs. Nous invitons le lecteur à faire ses propres recherches. Ce travail s’inscrit dans la lignée d’initiatives que Monique Bourin a su piloter et que le signataire a eu l’honneur et le plaisir de partager. De telles initiatives ont permis à tous les participants de découvrir les réalités sortant de nos domaines de recherche et, donc, ils ont contribué à corriger notre propre myopie. Cette expérience montre, si besoin en était, l’utilité de la coopération dans le cadre d’une histoire comparée pour élucider les énigmes.

2Parmi les rois de León, Vermudo II (982-999) n’est habituellement pas considéré comme un prince de premier ordre. On pourrait même dire que son règne et sa triste époque, marqués par les constantes rébellions des nobles et secoués par les expéditions d’Ibn Abi Amir – dit Almanzor, le hachib du califat de Cordoue –, ne se firent une place dans les récits historiques que grâce à une donnée circonstantielle : la loyauté témoignée au monarque par le chroniqueur Sampiro, qui s’employa à préserver la bonne mémoire de celui qui fut son protecteur.

  • 3 A. Isla Frez, Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén, université de J (...)
  • 4 [...] Sub ea videlicet ratione servata: ut ipsi homines quos ibidem contestamus ingenui existant p (...)

3Cependant, la critique la plus récente réévalue l’œuvre de ce souverain goutteux3. Dans cette optique, certains documents de son règne témoignent de l’ambition du monarque d’ordonner la société au tournant du millénaire. Le premier, daté de 996, concerne la donation effectuée par Vermudo II et son épouse Elvira aux neuf églises des ermites de Pardomino, un complexe anachorétique de la montagne de León. Chaque église reçut un homme, parfaitement identifié, cum filiis adque uxoribus vel qui de eorum progenie nati fuerint, lequel était tenu de la servir. Néanmoins, le texte soulignait que leur condition n’était pas celle des serfs, mais qu’il s’agissait d’hommes libres4.

  • 5 Le terme casata correspond à la notion générique de « groupe familial » ; ainsi, au xie siècle, il (...)

4Comme il était prévu en même temps que ce groupe de serviteurs des fratres se perpétuent dans leurs descendants, on se demande ce que signifiait servir « comme des hommes libres ». Un autre document, concédé en 1001 par la reine Elvira, devenue veuve entre-temps, apporte quelques éclaircissements : il s’agit du texte dans lequel la reine confirmait au siège épiscopal de Saint-Jacques-de-Compostelle une vingtaine de casatas en bordure du Miño, tout en précisant que les membres de ces familles étaient des hommes libres5 : c’est-à-dire des personnes se définissant par leur sujétion à des charges fiscales (on peut même dire « publiques »). De sorte que le service dû par les familles cédées à Pardomino et les casatas galiciennes consistait en une cession perpétuelle du bénéfice des contributions prélevées par le monarque. Ne pas être assujetti à ce type d’obligations était un signe – parmi d’autres – de « macule servile ».

  • 6 Cette nouvelle apparaît dans l’une des versions du Fuero de León, probablement vingt-cinq à trente (...)

5Mais l’intérêt principal des deux textes réside probablement ailleurs. L’un et l’autre témoignent d’un certain souci de définition du statut des personnes afin de préciser qui sont les hommes libres et qui sont les serfs. S’agit-il d’un phénomène propre à cette époque ? L’on sait bien sûr que Vermudo II ordonna une grande enquête sur la situation des personnes afin d’éclaircir leur statut juridique en fonction de leur liberté de mouvement6.

  • 7 J. M. Ruiz Asencio, op. cit., no 577.

6Pour clore ce tour d’horizon, l’un des sanctuaires de Pardomino offre une vision strictement locale sur les répercussions de l’enquête. Un an à peine après la donation de 996, un procès opposa le frater Eulalio, chargé de l’église de Saint-Sauveur, à un certain Rodrigo Alvarez qui selon toute vraissemblance disposait du commissorio de Ferreras de Vegamián. Le conflit tournait autour de illo omine que tenebat frater Eulalio dato de rege domno Vermudo : Rodrigo Alvarez, qui refusait de reconnaître cette situation, n’avait pas hésité à séquestrer cet homme pour l’emmener dans sa circonscription (le commissorio ou la mandatio dont il était régent au nom du monarque) et lui confisquer son boeuf7. Il est évident qu’il agit de la sorte (ou il prétendit avoir agi ainsi) car il considérait cet homme comme l’un de ses homines de mandatione, de ses iuniores, comme l’indique le texte précédent. Il prétendait donc agir selon les règles instaurées par le roi.

7Le texte du Fuero de León comporte une autre précision importante : tous les hommes libres ne le sont pas de la même manière. L’archétype de la liberté est celle dont jouissent les hommes de benefactoria, qui espèrent être accueillis par un seigneur disposé à respecter leur condition et à leur offrir les plus grands avantages ou « bénéfices ». Les hommes de mandatione sont libres, mais leur liberté de mouvement est nettement restreinte. Dans ce sens, la cession par le roi de ces hommes aux sanctuaires de Pardomino montre bien comment les hommes de cette condition peuvent se perpétuer au service d’un seigneur sans pour autant avoir un statut de serf : ils se perpétuaient également au service des représentants du roi dans tout commissorio où ils devaient s’acquitter des obligations fiscales mentionnées dans le document de Compostelle.

  • 8 La servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au xiie siècle et au-delà : d (...)

8L’exposé qui suit s’inspire des actes d’une table ronde organisée il y a quelques années à Rome autour de l’évolution de la servitude depuis le xiie siècle dans les pays de la Méditerranée occidentale. Les actes du colloque coordonné par Monique Bourin et Paul Freedman rassemblent une collection d’études très intéressantes, parmi lesquelles on peut citer de brillantes contributions de Pierre Bonnassie, Stéphane Boissellier, Lluís To et Carlos Laliena concernant la péninsule Ibérique8. Les territoires de Castille et León ne furent pas abordés dans le cadre du colloque et c’est précisément ce qui nous a poussé à réfléchir sur cette question. Mais, comme on l’aura remarqué, la chronologie proposée est différente de celle du colloque de Rome, car l’évolution des territoires occidentaux de la péninsule ne saurait être bien comprise en prenant comme point de départ le xiie siècle.

  • 9 Voir par exemple J. A. García de Cortázar, La sociedad rural en la España Medieval, Madrid, Siglo (...)

9Il convient d’observer au passage que, si la « liberté » a occupé une place prépondérante dans l’historiographie des royaumes occidentaux de la péninsule, la « servitude » a été reléguée à un second plan, presque à titre anecdotique9. Comme bien souvent, le traitement de cette question nous renvoie à l’autorité de Claudio Sánchez-Albornoz qui développa dans les territoires occidentaux une problématique sur laquelle s’était déjà penché son maître Eduardo de Hinojosa. D’autres auteurs, tels Angela García Rives et Charles Verlinden, avaient déjà traité la question avant la guerre civile. En Espagne et en Argentine, Sánchez-Albornoz parvint à susciter un intérêt réel pour le statut des personnes et ses répercussions, un domaine où se rejoignent l’histoire des institutions et l’histoire sociale. Parmi tous les travaux du maître, nous avons sélectionné quelques études significatives de sa ligne de pensée et de quelques-uns de ses disciples – Alfonso García-Gallo et Reyna Pastor – en raison de leur influence et de l’originalité de leurs idées. L’œuvre de cette dernière, d’ailleurs, s’inscrit dans le cadre du renouvellement que connut le médiévisme espagnol dans les années 1970 ; pour notre sujet, ses préoccupations sont parallèles à celles qui se manifestent chez Juan Ignacio Ruiz de la Peña et José Luis Martín Rodríguez. La question de la liberté et de la servitude redevient donc une question d’actualité en Castille et León. Certains auteurs comme Ernesto Pastor, Jean-Pierre Molénat et Carlos Estepa nous permettent d’offrir une vision rapide des diverses approches du sujet (le cadre régional s’étant révélé très efficace pour établir des lignes d’évolution, mettre en lumière des liens et des contrastes), et des visions nouvelles de thèmes classiques comme les behetrías ou les serfs mudéjares.

L’empreinte de Claudio Sánchez-Albornoz

  • 10 « López, Pérez, Gutiérrez », dans C. Sánchez-Albornoz, Confidencias, Madrid, Espasa-Calpe, 1979, p (...)

10Réfléchissant sur les « patronymes si ordinaires » qui identifient dans les documents castillans de l’époque tant les membres de la noblesse que les petites gens, Sánchez-Albornoz écrivit un jour qu’ils symbolisaient le « sens populaire et égalitaire de l’identité hispanique10 ». Dans sa vision de l’histoire d’Espagne, ces notions sont associées à un troisième concept fondamental : le sentiment de la liberté. Pour approfondir un thème qui imprègne toute l’œuvre de Sánchez-Albornoz, il y a lieu de commenter certaines études qui furent publiées à la fin de sa vie, bien qu’elles aient été écrites longtemps auparavant. Les volumes des Cuadernos de Historia de España édités en 1976 et 1978 nous en proposent deux au titre significatif : l’une est consacrée aux serfs et l’autre aux hommes libres de la période asturo-leónaise.

Les hommes libres et les serfs chez Sánchez-Albornoz

  • 11 C. Sánchez-Albornoz, « Los hombres libres en el reino astur-leonés hace mil años », Cuadernos de H (...)
  • 12 Dans le même volume de la revue contenant l’article sur les serfs, on trouve un autre travail sur (...)

11L’étude sur les serfs remonte à l’année 1922 et fait partie d’un tableau très riche sur les institutions de la période asturienne qui ne fut publié qu’après la mort du grand historien. Celle qui concerne les hommes libres fut écrite à Bordeaux en 1939, juste avant son exil définitif en Argentine11. Il s’agit de deux travaux très différents sur le plan de la conception. Le premier se rattache à la veine érudite de l’auteur et s’accompagne de quantité de notes, essentiellement des textes de diplômes ; le second peut se définir comme un essai sur la liberté d’une surprenante légèreté compte tenu des circonstances dans lesquelles il fut écrit. Cependant, il est évident que l’un et l’autre témoignent de l’intérêt permanent du maître pour le statut des personnes au xe siècle – une constante indéniable dans toute son œuvre12.

  • 13 C. Sánchez-Albornoz, « Los siervos... », art. cit., p. 91-92 ; la description fait allusion essent (...)

12Sánchez-Albornoz, pour qui le servage avait été le « nerf » de la société wisigothique, estime qu’il fut peu important dans la période ultérieure. Selon lui, les serfs abondèrent en Galice et ils survécurent également dans les Asturies. Mais dans les autres territoires, ils furent rares ou inexistants. La situation galicienne et asturienne s’expliquerait principalement par un traditionalisme romano-gothique évident : l’afflux des Goths et leur rôle capital après 711 (il appelle les Asturies le « nombril du royaume ») consolidèrent une situation qualifiée de « néotraditionnelle ». Dans le León, la situation (dérivée du repeuplement/repoblación de la fin du ixe siècle) fut beaucoup plus mitigée. Le Portugal se caractérisa par un très grand nombre de serfs maures, tandis que le servage fut pratiquement inexistant en Castille. Mais même dans les régions de plus forte implantation, les serfs ne furent jamais majoritaires – à en juger par les multiples références à la liberté des personnes et à leur éventuel affranchissement. Concernant les hommes libres, Sánchez-Albornoz décrit des situations très diverses : il y avait les iuniores de capite (descendants d’anciens colons, les plus apparentés au servage), les affranchis (libertos, toujours soumis à des modes de patronage individuel), les homines mandationis (successeurs des privati possessores hispano-romains, qui étaient tombés sous la coupe d’administrateurs royaux ou des institutions ecclésiastiques) ; il y avait aussi les colons des nouveaux territoires que la mauvaise fortune avait conduits à une benefactoría ou incomuniatio, ou les boni homines qui possédaient tous leurs droits13.

  • 14 Voir cette citation et les suivantes dans « Los hombres libres... », p. 394, 403 et 424.

13Pour Sánchez-Albornoz, les hommes libres de l’époque asturo-leónaise se rangeaient essentiellement en deux situations. En Galice, le mode d’encadrement prédominant était les mandationes royales, dont les habitants étaient assujettis à certains tributs peu élevés hérités de l’époque romaine (functiones, tributimi quadragesimale) et avaient conservé leur liberté juridique et leur liberté de mouvement. Tout du moins jusqu’à l’avènement de Vermudo II, sous le règne duquel les homines mandationis devinrent des colons dépourvus de toute indépendance économique. L’autre situation correspond à celle de la vallée du Douro, peuplée d’hommes « libres et pauvres » provenant des montagnes du Nord, la « masse rurale de petits propriétaires libres [qui] constitua le noyau de la nouvelle société14 ». Sur ce vaste territoire, la liberté personnelle fut la caractéristique des behetrías au sein desquelles les paysans « propriétaires » avaient le droit de choisir leur seigneur, et même elle se perpétua chez les solariegos « dépendants ». En outre, la liberté resta associée à la propriété des terres, du fait des initiatives populationnistes lancées par les rois aux xie et xiie siècles – à l’échelle des anciennes cités et des villes neuves, mais aussi de plus petits noyaux de population-, et trouva son expression la plus achevée dans les caballeros villanos, les cavaliers roturiers. D’où la question de Sánchez-Albornoz qui, à propos de ceux-ci, se demande si « la formation de cette nouvelle classe sociale castillano-leónaise, en particulier dans les territoires frontaliers [...] [aurait été possible] sans l’existence dans le royaume de León au xe siècle de cet immense réseau d’hommes libres et de propriétaires [...] ».

14Don Claudio estimait que les répercussions de la liberté originelle se faisaient sentir dans l’histoire de l’Espagne jusqu’aux temps présents – non sans ambigüité d’ailleurs : la double condition des hommes libres, paysans et guerriers à la fois, aurait déterminé une combinaison d’héroïsme et de tragédie qui lui inspire cette pensée hermétique sur laquelle il conclut son étude : « Un jour, nous tenterons d’éclaircir et d’expliquer ces paroles d’aujourd’hui. On pourrait dire sans exagération que l’Espagne subit aujourd’hui, pour son plus grand malheur, les conséquences logiques de ce phénomène historique lointain. » Sur la sombre toile de fond de la guerre civile, l’auteur faisait allusion à ce qu’il avait toujours considéré comme une idée maîtresse du génie national : le désir de liberté des paysans-soldats contenait fatalement le germe de la violence qui s’était emparée de la nation.

15Nul n’ignore l’influence exercée par Sánchez-Albornoz. Ces pages mêmes s’inspirent des réflexions de deux de ses disciples les plus illustres : Alfonso García-Gallo, qui fut l’un de ses derniers élèves de la période madrilène, et Reyna Pastor, qui appartient à la seconde génération de ses disciples argentins. Tous deux entretinrent une relation permanente avec le maître, même s’ils défendirent des points de vue différents sur certains thèmes sur lesquels Sánchez-Albornoz faisait autorité ou sur sa démarche historique. Cette proximité affective doublée d’une capacité critique indéniable fournit à leur témoignage un intérêt supplémentaire.

Les iuniores d’Alfonso García-Gallo

  • 15 A. García-Gallo, op. cit., 332-342.

16Dans un article classique d’A. García-Gallo sur les « restrictions à la liberté de mouvement de la population rurale » de León, l’auteur analyse d’une part les homines et tributarii des ixe et xe siècles, d’autre part les iuniores dans le Fuero de León, et enfin les iuniores au début du xiiie siècle15.

  • 16 Colección Documental del Archivo de la Catedral de León (775-1230), I, E. Sáez (éd.), León, Centro (...)
  • 17 Los fueros del Reino de León, J. Rodríguez Fernandez (éd.), León, Ediciones Leonesas, 1981, II, no(...)
  • 18 A. García-Gallo, op. cit., p. 344, définit comme hereditas deforis les biens possédés par un paysa (...)

17Commençant par mettre en doute la continuité entre le statut dégradé des colons de l’époque romano-wisigothique et les habitants des seigneuries du haut Moyen Âge, faute de preuves, l’auteur privilégia la glose de textes très explicites parfaitement repérables dans la chronologie des xe et xie siècles : la charte par laquelle l’évêque Frunimio de León accorda à son siège une généreuse donation de biens dans la vallée de l’Orbigo16, et l’un des préceptes du Fuero de León daté entre 1017 et 102117. Comparant le portrait des hommes de la charte de l’évêque Frunimio de 917 avec les iuniores du Fuero, il jugeait que leur statut était identique. Mais, contrairement aux idées reçues, il considérait que les hommes libres d’abandonner les villae de Frunimio n’étaient pas attachés à la terre, pas plus que ceux du Fuero de León. Au contraire, ils jouissaient tous d’une claire mobilité et c’est précisément les conditions de rupture de cette relation que les normes léonaises s’employaient à préciser. Propriétaires de biens « propres » (des chevaux, la hereditas de foris18,) ils n’étaient pas des gens misérables. Mais, comme ces biens étaient insuffisants, les iuniores cultivaient les terres appartenant à d’autres propriétaires dont ils dépendaient, même si l’ensemble des terres exploitées devait former une « même unité économique ». Leur appellation générique les oppose aux seniores ; ils sont l’équivalent d’homo de mandatione, ou homo subiectus.

  • 19 Istud mandat dominus rex pro directo in sua terra: Quod totus homo qui fuerit iunior de cabesza et (...)

18Mais cette expression était-elle suffisamment précise ? Elle recouvrait peut-être une série de situations qui n’apparaissent pourtant que dans quelques documents tardifs. En particulier, A. García-Gallo examine un certain décret d’Alfonso IX de León (1214 ?) où il perçoit des traces d’une situation ancienne – celle qui prévalait au xie siècle ? –, établissant une distinction entre iuniores de cabesza et iuniores per hereditatem19.

19Alors que les iuniores de cabesza ne pouvaient s’établir dans les villae du roi, les iuniores per hereditatem pouvaient le faire : c’est la différence entre une relation personnelle et une relation contractuelle ; « personnel » se référant, de son point de vue, aux hommes qui se sont mis sous la tutelle d’un puissant : des gens en quête de protection qui vivent sur son domaine, lui rendent des services « propres aux hommes libres », lui jurent fidélité et sont entretenus par lui, sans lien aucun avec la terre. Car la possession de la terre se matérialise par des contrats à titre précaire, des fueros et des cartas pueblas octroyés aux collazos (un synonyme de iuniores) et aux solariegos, qui jouissent d’une complète liberté de mouvement.

  • 20 Sur le processus d’urbanisation encouragé par les rois castillans et leónais de l’époque, P. Martí (...)

20Cependant, ce saut dans le temps suscite de sérieuses objections. Selon García-Gallo, le texte invoqué permet de récupérer une image représentative du début du xie siècle. En revanche, il ne faut pas exclure qu’une telle précision juridique soit propre au xiiie siècle, époque à laquelle – sous l’effet du processus d’urbanisation encouragé par les monarques qui finirait par donner au terme villa un sens totalement différent de celui qu’il avait deux siècles plus tôt – se produisirent d’importants mouvements de population qui entraînèrent des troubles dans le royaume20. Incontestablement, il semble que la cristallisation des statuts sociaux en Europe ait été un phénomène de la fin du xiie siècle et du début du xiiie. Nos textes tardifs doivent correspondre à la version régionale du problème, bien moins rigide que celle qui est admise dans d’autres régions de la péninsule – la « Vieille » Catalogne –, où l’on assistait simultanément à l’implantation du ius maletractandi. En tout état de cause, ce type de réflexion est très proche des points de vue développés ultérieurement par Reyna Pastor.

Les communautés paysannes de Reyna Pastor

  • 21 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en el periodo de crecimiento y consolidación de la for (...)
  • 22 Id., p. 45. L’auteur souligne la vigueur des cellules familiales et des presuras, leur étroite rel (...)

21Contrairement à l’étude de García-Gallo, celle de Reyna Pastor ne cherche pas à établir des distinctions en fonction du critère de la liberté ou de la servitude : à la base, elle conçoit la paysannerie comme une classe sociale, complexe et fluide à la fois21, au sein de laquelle existent des différences d’images très schématiques (maiores/minores ; maximos/minimos ; vieux/jeunes) pouvant se refléter dans des fonctions (caballeros/peones) et des statuts (infanzones/villanos ; hereditarios, herederos). Mais l’auteur pose la question de la liberté sous le même angle que Sánchez-Albornoz22. Son étude privilégie les communautés locales. Il est vrai que le poids de la monarchie retomba sur elles (la charge fiscale en particulier) et que dans l’ensemble elles restèrent sous la dépendance de seigneurs. Mais il semble plus exact de suggérer qu’il y eut un accommodement mutuel entre seigneurie et communauté. De fait, les réflexions de Pastor sur les chartes de franchises, les prétendus fueros buenos, font allusion à ce double rapprochement de positions et au combat des paysans visant à se libérer de certaines contraintes.

  • 23 Id., p. 230 et 244. Des seigneurs plus riches peuvent exiger moins à chaque paysan, alors que les (...)
  • 24 E. González Díez, El régimen foral vallisoletano, Valladolid, Diputación Provincial, 1986, no V.

22Une donnée fondamentale fut que les paysans « étaient organisés pour la plupart en communautés villageoises, et étaient donc de petits producteurs habitués à jouir d’une certaine autonomie et à respecter en premier lieu leur solidarité communautaire ». Le mouvement qui déboucha sur les fueros buenos se développa au cours du xiie siècle (après les conflits sociaux des années 1110-1125) et devait aboutir vers l’an 1200. Sommairement, il montre que la pression seigneuriale et la résistance paysanne se combinèrent en une conjoncture favorable23 ; plus concrètement, les revendications portèrent sur divers aspects que l’historienne a définis et dont elle a souligné la récurrence et l’évolution dans les chartes et leurs multiples variantes. À titre d’exemple, nous pouvons citer le fuero accordé par la comtesse Estefanía Sanchez en 1129 à ses hommes de Villarmildo, un village en limite de la Tierra de Campos. Ce texte insiste particulièrement sur la disparition des exigences sur le groupe familial et réduit de façon significative les droits du seigneur en matière judiciaire. Mais d’un autre côté, l’importance des prestations en travail est notable et, dans ce cadre social, tous les dépendants n’ont pas le même rang : ceux qui possèdent un cheval sont exemptés des obligations les plus lourdes, alors que certaines catégories de travailleurs – les yugueros et les hortelanos – restent en marge de l’intervention du seigneur non pas en raison de leur situation privilégiée, mais parce qu’ils dépendent étroitement des collazos, leurs supérieurs. En résumé, les « nouveaux » fueros ne furent pas si « bons » que cela pour tout le monde24.

  • 25 On peut établir un lien entre ce point de vue et le discours de Chris Wickham sur le rôle des nota (...)

23Le point de vue de Reyna Pastor a inspiré diverses études ultérieures en Espagne et à l’étranger25. Les fueros malos, pourrait-on dire, correspondent aux « mauvais usages » ou « mauvaises coutumes » d’autres régions. Leur extinction ou leur abrogation grâce aux fueros buenos supposa une consolidation de la communauté paysanne (concilium, concejo) sous quelques principes : la liberté collective, la hiérarchie interne et le rôle des notables locaux comme intermédiaires entre les seigneurs et leurs sujets.

Solariegos et moros : deux observatoires particuliers

24L’œuvre de Reyna Pastor s’inscrit dans le renouvellement de la médiévistique espagnole des années 1970, surtout à partir de son installation à Madrid. D’où la coïncidence entre ses préoccupations et celles d’autres historiens qui, sous un angle différent ou même divergent, proposaient de nouvelles interprétations de la société médiévale hispanique. Parmi ceux qui se penchèrent sur la question de la servitude et de la liberté dans les territoires occidentaux de la péninsule, les noms de José-Luis Martín Rodríguez et Juan Ignacio Ruiz de la Peña font figure de référence.

  • 26 J. L. Martín Rodríguez, «¿Campesinos de remensa en Castilla y León?», dans En la España Medieval. (...)

25Face à la multiplication des études sur la société féodale castellano-leónaise, José-Luis Martin s’interrogeait sur l’existence de serfs dans la Meseta du Douro : plus particulièrement, il se demandait si la situation des paysans vasallos (solariegos) si courants dans les fueros était comparable à celle des paysans de remença, les serfs typiques du Nord de la Catalogne, affirmant que les « mauvais usages, propres à toute société servile » avaient existé en Castille et León. Mais est-ce suffisant pour qualifier de « servile » la société de la Meseta ? Pour vérifier cette hypothèse, l’auteur chercha à savoir si les vasallos solariegos étaient obligés « d’acheter leur liberté de mouvement ou, plus exactement, de payer [le changement de résidence] par la perte de “leurs” terres ou la remise d’une partie de “leurs” biens26 ». Sans nul doute, cette expression fait référence à ce qu’ils avaient reçu du seigneur (mais qu’en était-il des biens propres du paysan ?), et cette pratique était courante, y compris pour le roi et les concejos. Bref, tout ceci reflète plutôt des systèmes de sauvegarde destinés à écarter le risque de voir passer des biens et des droits dans d’autres mains.

  • 27 Par exemple, le fuero de Noz (Zamora) stipule que tout paysan abandonnant le village pourra contin (...)
  • 28 P. H. Freedman, The Origins of Peasant Servitude in Medieval Catalonia, Cambridge, Cambridge Unive (...)

26En outre, Martin précisait que cette modalité coexistait avec d’autres formules remplaçant la saisie de biens par des prélèvements au profit des seigneurs plus élevés que ceux établis dans les fueros27. Dans cette même optique, on trouve d’autres faits attestés, comme l’obligation de vendre ses biens au roturier qui se déclarerait « vassal » du seigneur ou le droit de retrait seigneurial. Il n’est donc pas probable que les paysans solariegos étaient des serfs. Cette situation d’ailleurs est comparable à celle qu’ont décrite certains auteurs dans la Catalogne du début du xiie siècle, quand l’existence de charges « serviles » ne signifiait pas encore la cristallisation d’un statut de « servage28 ».

  • 29 J. I. Ruiz de la Peña Solar, « Siervos moros en la Asturias medieval », Asturiensía Medievalia, 3 (...)

27D’autres réalités existèrent dans l’histoire du pays, parmi lesquelles le nombre de captifs musulmans (les moros dont parlent les testaments, les donations pieuses ou les chartes de dot) et le maintien d’une tradition légale et de certains modes de représentation sociale d’origine wisigothique. L’efficacité et la persistance de ces éléments donnent un caractère particulier à la problématique du servage depuis la seconde moitié du xe siècle jusqu’au début du xiiie. Les réflexions de Juan Ignacio Ruiz de la Peña, fondées sur l’examen de listes de serfs musulmans et chrétiens (homines de criatione) dans les Asturies, en fournissent un point de vue très utile29.

28Quelques-unes de ses pages illustrent une situation plus générale : l’intégration sociale des musulmans dans un cadre rigide qui s’assouplit au fil du temps. Au début, il l’admet, l’esclavage exista. Mais dès la fin du xe siècle ou le début du xie, la situation changea petit à petit. Ainsi, la généreuse donation effectuée au monastère de Corias par ses fondateurs, les comtes Piniolo Jiménez et Aldonza (1044), inspira à Ruiz de la Peña des réflexions assez paradoxales : si on peut vraisemblablement classer les musulmans originels parmi les serfs (par exemple à travers le modèle de couple, où l’on voit la marque d’une endogamie raciale), les prétendus serfs maures portaient des noms chrétiens (signe qu’ils avaient été baptisés et qu’ils étaient peut-être intégrés dans l’ensemble des serfs). Les indications plus tardives sur le servage à Corias renforcent cette dernière hypothèse : au milieu du xiie siècle, seule la reconstruction éventuelle des généalogies permet de distinguer les serfs qui descendaient de musulmans. L’auteur y voit l’« évolution d’une condition initiale d’esclavage ou de servage individuel en une situation propre aux homines de criatione ».

  • 30 Ruiz de la Peña, op. cit., p. 156. Sur cette question et sur l’interprétation des textes mentionné (...)

29L’aboutissement de ce processus serait l’affranchissement légal. Mais les listes de serfs et d’hombres de criazón disparaissent des Asturies au milieu du xiie siècle, ce qui pousse Ruiz de la Peña à penser que les serfs disparurent progressivement dans la région30.

Liberté et servitude dans l’historiographie récente

30Ce chapitre porte sur certaines questions récemment débattues par les historiens concernant la dépendance paysanne dans les territoires de Castille et León. Dans l’ensemble, on peut dire qu’il y a des nouveautés intéressantes, ce qui serait une manière de conclure. Mais il ne faut pas omettre une question fondamentale : le lien entre les préoccupations actuelles et la tradition historiographique. C’est pourquoi notre dernière partie sera consacrée à développer ces liens, outre la présentation schématique des nouvelles perspectives.

Les casatos, des esclaves du xe siècle ?

  • 31 E. Pastor Díaz de Garayo, Castilla en el transito de la Antigüedad al feudalismo. Poblamiento, pod (...)

31Dans son étude sur les territoires situés entre le Douro et l’Arlanza, Ernesto Pastor a estimé que l’esclavage survécut dans la Castille des lignages comtaux. Les mentions relatives aux casati/casatos dans la documentation – appelés également collazos à cette époque – attestent leur existence. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut oublier une réalité indéniable : la prépondérance des paysans libres31.

  • 32 Id., p. 282-285. Le schéma d’évolution suit les propositions de Pierre Bonnassie (« Survie et exti (...)

32D’autres historiens (depuis Sánchez-Albornoz jusqu’à José María Mínguez) signalèrent l’existence d’esclaves. Mais leur distribution géographique irrégulière et leur caractère essentiellement domestique en firent des oubliés de l’histoire sociale, surtout en Castille. E. Pastor, au contraire, souligne leur importance32.

33Les mentions et les listes de casatos accompagnent les fondations des comtes castillans Garcí Fernández et Sancho García à Covarrubias (978) et Oña (1011) ; on les retrouve dans les dons généreux que firent les grands de Castille à ces deux monastères et à quelques autres. Une certaine tradition historiographique les définit comme des paysans attachés à la terre, bien que, d’un point de vue juridique, certains les assimilent à des serfs, d’autres à des esclaves ou à des tenentes libres. Pour E. Pastor, les casatos étaient des esclaves de domaines aristocratiques ou fiscaux. Le casamentum représentait un mode particulier de développement de l’économie familiale (parallèle à la modalité la plus répandue, les paysans libres) : encore encadré dans la grande propriété, mais de plus en plus autonome, il était le signe d’un tournant radical dans le système d’exploitation.

  • 33 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 22, incluant une réflexion sur les études de divers auteurs (...)
  • 34 E. Pastor, op. cit., p. 286, η. 203 ; on peut comparer avec les homines ingenui de Pardomino (voir(...)

34Mais son argument principal n’en est pas moins indirect. Nous avons déjà souligné l’importance des listes de serfs asturiens dans les documents du xe au xiie siècle. Il est bon d’y revenir une nouvelle fois, comme un indice utile pour les casatos de Castille. Il est clair que, dans le cas des Asturies, il s’agissait de serfs, non pas d’esclaves à l’ancienne, comme le suggère E. Pastor. D’ailleurs, certains auteurs ont renoncé à ranger les casatos dans la catégorie des serfs et penchent davantage pour des définitions plus analytiques (paysans établis « sur des parcelles familiales individualisées »), les rapprochant des iuniores per hereditatem du León33. Enfin, en réponse à une question sur les casatos de la fin du xie siècle et les très rares exemples du xiie (qui débordent la chronologie de son étude), Pastor reconnaît que la persistance du terme ne signifie pas la persistance du groupe social34.

Benefactoria, behetría. Le renouvellement d’une problématique

  • 35 Le lecteur français dispose d’une excellente explication du phénomène des behetrías grâce à J. M. (...)

35Sánchez-Albornoz, l’éminent historien, s’intéressa de près à l’étude des behetrías. Avant lui et après lui, une auréole de prestige a entouré cette institution qui est en réalité un réseau complexe de relations sociales, car il s’agit d’une réalité implantée aussi bien dans les solares paysans que dans les monastères familiaux de la noblesse, qui évolua depuis l’aube du xe siècle jusqu’à sa lente dissolution à la fin du Moyen Âge. Ce prestige est lié au fait que les benefactorias et plus tard les behetrías représentent le plus haut degré de liberté dans un monde rural universellement encadré. En d’autres termes, ce sont deux particularités de la société féodale castillane35.

  • 36 C. Estepa Díez, «Hombres de behetría, labradores del rey y Königsfreie. Propuestas para una histor (...)
  • 37 C. Estepa Díez, Las behetrías castellanas, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2003, 2 vol. Voir (...)

36Dans les vingt dernières années, Carlos Estepa a été le principal promoteur du renouvellement des points de vue sur les behetrías qu’il a étudiées d’un point de vue socio-institutionnel et dans une optique d’histoire comparée. Les résultats de ses recherches, affirmant que les benefactorias s’apparentaient à des formules connues en Allemagne du fait de leur caractère commun de « domaine seigneurial royal primitif36 », ont été développés méthodiquement dans son ouvrage consagré aux behetrías castillanes37.

  • 38 Id., p. 80.

37Pour Estepa, les benefactorias des xe et xie siècles traduisaient une « relation fondée sur la liberté et la propriété de l’homme libre », lequel se plaçait sous la protection d’un senior, dominus ou patronus laïque issu de la noblesse territoriale ou des notables locaux. Le « parapluie » de la benefactoría protégea les laboureurs, les clercs et les cavallarios. Au xiie siècle, l’institution évolua et finit par acquérir le profil des behetrías classiques. Évolution dont témoignent les restrictions à la liberté de choix du seigneur et les conditions relatives à la propriété. En toile de fond, on constate la montée en puissance de la noblesse qui accrut son pouvoir « en liaison étroite avec le pouvoir royal38 ».

  • 39 En espagnol, propiedad dominical, dominio señorial et señorío jurisdiccional.

38Comme cadre théorique, il faut prendre en compte les trois catégories proposées par cet auteur afin de définir la dépendance des paysans : « propriété domaniale », « domaine seigneurial » et « seigneurie juridictionnelle39 ». Malgré leur caractère analytique, elles semblent représenter des étapes successives de la configuration des structures de pouvoir au Moyen Âge. Pour Estepa, la behetría est une forme particulière du « domaine seigneurial » reflétant principalement l’existence d’une paysannerie libre, intégrée dans des structures féodales par le biais de formes atypiques de sujétion relativement souple. L’origine de ces conditions, il faut la chercher dans leur lien primitif avec le pouvoir royal, une donnée ambivalente qui a permis l’implantation locale des nobles tout en préservant un fort degré de liberté pour les « hommes de behetría ».

39Il s’agit là d’une hypothèse intéressante. Ce n’est d’ailleurs pas la seule concernant l’actualité des benefactorias/behetrías. De la fin du xie siècle à la fin du xiie un processus de bipolarisation put se produire au sein de la paysannerie de behetría avec, d’une part, une minorité anoblie qui donna naissance au groupe influant des hidalgos locaux, seigneurs diviseros des behetrías, et d’autre part, une masse de dépendants dont la soumission était liée aux solares sur lesquels ils vivaient et revêtait un caractère personnel. Mais par ailleurs, beaucoup d’entre eux cultivaient leurs propres terres (heredades). Ceux-ci occupaient, d’un point de vue juridique, l’échelon le plus élevé dans la paysannerie dépendante et étaient connus habituellement sous le nom de labradores (« laboureurs »).

Sur les mudéjares

40Nous avons laissé les serfs musulmans des Asturies à l’aube du xiiie siècle convertis au christianisme et, dès lors, libérés ou intégrés dans les structures d’un servage rural dont les destinées sont encore mal connues. Cependant, d’après Ruiz de la Peña, le renouvellement des contingents de captifs musulmans avait déjà cessé à cette époque.

  • 40 J. P. Molénat, Campagnes et Monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 1997 (...)

41La situation est différente dans les régions méridionales qui connurent dès le xiiie siècle une multiplication du nombre de musulmans installés dans les territoires chrétiens, les mudéjares. Jean-Pierre Molénat a reconstruit le passé mudéjar dans la région de Tolède, renouvelant les approches habituelles sur une question connue et encombrée d’idées reçues. Ajoutons qu’il s’est intéressé également à d’autres problèmes, comme celui des yugueros qui a des implications dans toute la Couronne de Castille. À son avis, les « mudéjares du Nord de la Meseta, comme ceux de la Nouvelle Castille, au bas Moyen Âge sont vraisemblablement le produit de l’avance de la reconquête au xiiie siècle, s’agissant de captifs libérés ou de leurs descendants, fixés sur place par la difficulté d’émigrer, du fait de l’éloignement croissant de la frontière40 ». Dans leurs noms, les nisbas géographiques le corroborent. D’ailleurs, l’absence de mudéjares dans la campagne au xiie siècle et l’inexistence d’un quartier maure à Tolède avant le xive siècle laissent penser qu’il en fut ainsi.

42Dans le courant du xiiie siècle, on observe la présence d’une minorité issue à l’origine du servage, car l’existence de musulmans captifs se consacrant aux travaux agraires en qualité d’esclaves est attestée. Mais leur situation ne se révèle qu’au travers des chartes d’affranchissement et des documents prouvant qu’ils ont acheté leur liberté par leur travail.

43Le travail constitue d’ailleurs une voie qui n’implique pas nécessairement la conversion au christianisme. Il convient aussi de souligner un fait intéressant : la solidarité entre les hommes libres et ceux qui aspirent à la liberté. Pour établir les contrats de travail qui sont la clé de la liberté, ce sont les mudéjares libres qui fournissent la caution exigée par les maîtres.

  • 41 Id., p. 119-121.

44Par ailleurs, l’étude de Molénat revient sur une question de statut juridique en rapport avec les yugueros ou quinteros, catégorie de travailleurs agricoles qui apparurent très tôt dans le vieux pays de León et dans les territoires conquis de La Mancha (Nouvelle Castille). Certains les ont assimilés à des serfs ou des « semi-esclaves ». Mais pour la plupart des historiens, il s’agit de l’adaptation d’un contrat originaire du Maghreb, le khammés41. Les réflexions fondées sur l’exemple de Tolède mettent en lumière la dureté de leurs conditions de travail – un contrat à part de fruit (un cinquième) mal considéré en droit islamique, massivement utilisé par les propriétaires absentéistes à l’égard de paysans chrétiens (dont certains provenaient du Nord et d’autres étaient d’ascendance mozarabe), sans oublier non plus les travailleurs musulmans.

  • 42 Voir au paragraphe 2.3. le commentaire sur les yugueros dans la vallée du Douro au début du xiie s (...)

45Derrière cette modalité – renouvelable après chaque campagne agricole –, on perçoit que le yuguero reste en marge de la vie communautaire, soumis exclusivement à son maître tant qu’il travaille pour lui42. Une interprétation parallèle (en sens inverse !) à la représentation de la société des fueros buenos sous un jour féodal, assimilant les paysans castillans à des « vassaux » (le plus souvent) qui reçoivent des prestimonios comme les milites et rendent fréquemment des services comme des caballeros.

Notes

1 Ce travail fait partie du projet de recherche Construcción y representación del poder regio en Castilla y León (siglos XI-XIII). Poder regio y poderes territoriales, ref. HUM2006-136777-C02-01), financé par le Ministerio de Ciencia y Tecnología.

2 M. Bourin, R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge. Les solidarités paysannes du 11e au 13e siècle, Paris, Messidor, 1984, p. 213.

3 A. Isla Frez, Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén, université de Jaén, 2006.

4 [...] Sub ea videlicet ratione servata: ut ipsi homines quos ibidem contestamus ingenui existant post partem ecclesie sancte, non habeant usum serviendi ut servi, sed serviant ut homines ingenui post partem hunc locum sanctum tam ipsi quam et qui ibi venerint ad abitandum in ipsas hereditates [...] (Colección Documentai del Archivo de la Catedral de León, III, J. M. Ruiz Asencio (éd. J, León, Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 1987, no 574).

5 Le terme casata correspond à la notion générique de « groupe familial » ; ainsi, au xie siècle, il peut s’appliquer à certaines parentés nobles. Le texte a le mérite en particulier de mettre en relief les problèmes du moment. Vir meus domnus Veremundus rex memorie dive dedit vobis homines habitantes in Valle Castelle casatas viginti et obtinuistis eas multis temporibus pro suis et nostris utilitatibus sequendis. Mortuus ille surrexerunt homines qui eos abstrahere volebant de vestro servicio et/ecistis inde nobis querimoniam [...] [la reine confirme le droit du siège de Compostelle, de sorte que] sicut ipsos homines turi vestro obtinuistis [...] sic eos post vestram partem et dei stare permittimus ut in vestris monasteriis servicium exerceant sicut aliis populus ingenuus (sic !), ut vectigalia vel tributa que fiscum solebant exolvere [...] (A. López Ferreiro, Historia de la Iglesia de Santiago, Santiago de Compostela, Seminario Conciliar Central, 1901, II, p. 199-200).

6 Cette nouvelle apparaît dans l’une des versions du Fuero de León, probablement vingt-cinq à trente ans postérieure aux faits racontés : [...] Et quando obtinuit rex domno Vermudo suo regno constricto discurrentes suos sagiones per omnem terram suam qui fuit iuniore serviat post parte mandatione et qui fuerit de benefacturia vadat ubi voluerit seu etiam et hereditates qui in diebus suis non preserunt post mandationes non eas inquirant [...]. Texte cité par A. García Gallo, « El hombre y la tierra en la Edad Media leonesa (el prestimonio agrario) », Revista de la Facultad de Derecho de la Universidad de Madrid, I-2 (1957), p. 334.

7 J. M. Ruiz Asencio, op. cit., no 577.

8 La servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au xiie siècle et au-delà : déclinante ou renouvelée ? Actes de la table ronde de Rome, 8 et g d’octobre 1999, Melanges de l'École française de Rome-Moyen Âge [MEFR-MA], 112-2 (2000), p. 633-1085.

9 Voir par exemple J. A. García de Cortázar, La sociedad rural en la España Medieval, Madrid, Siglo XXI, 1988. Si l’on prend comme indicateur les références au terme « servidumbre/servage » qui apparaissent dans cette étude, on observe qu’elles se rapportent presque toujours à la Catalogne (qui revient 8 fois sur 9, dont 5 en exclusivité), alors que la Castille n’est mentionnée que 3 fois et toujours accessoirement, l’Aragon 2 fois, etc. Concernant les siècles du haut Moyen-Âge, l’auteur soutient que l’étendue des espaces disponibles fut à l’origine d’une rupture des liens anciens de servitude dans les Asturies et en Catalogne, que les serfs étaient plus des domestiques (captifs maures, débiteurs) que des paysans, et que les casatos et juniores ne descendaient pas des serfs ruraux de l’Antiquité (23). En page 174, l’auteur souligne le contraste entre la « Vieille » Catalogne et le Nord de l’Aragon, zones de « servage aigu », avec les « zones moyennes » (vallée du Douro, Galice) et celles de « liberté maximale » (Sud de l’Aragon, « Nouvelle » Catalogne, Estrémadures de Castille et León), tout en observant que « à présent, il n’y a pas de réponses sûres ». En tout état de cause, la situation « moyenne » des paysans de la Vieille Castille et de la Galice ne fait pas allusion au servage, mais à des obligations plus lourdes que dans les pays conquis aux xiie et xiiie siècles.

10 « López, Pérez, Gutiérrez », dans C. Sánchez-Albornoz, Confidencias, Madrid, Espasa-Calpe, 1979, p. 97-100.

11 C. Sánchez-Albornoz, « Los hombres libres en el reino astur-leonés hace mil años », Cuadernos de Historia de España, 59-60 (1976), p. 375-424 ; id., « Los siervos en el noroeste hispano hace un milenio », Cuadernos de Historia de España, 61-62 (1977), p. 5-95·

12 Dans le même volume de la revue contenant l’article sur les serfs, on trouve un autre travail sur les juifs de cette époque ; en 1949, il avait écrit une étude consacrée aux libertos/affranchis. Voir C. Sánchez-Albornoz, « Los libertos en el reino astur-leonés », dans id., Estudios sobre las Instituciones Medievales Españolas, Mexico, Instituto de Estudios Históricos, 1965, p. 348 et suiv.

13 C. Sánchez-Albornoz, « Los siervos... », art. cit., p. 91-92 ; la description fait allusion essentiellement à la Galice.

14 Voir cette citation et les suivantes dans « Los hombres libres... », p. 394, 403 et 424.

15 A. García-Gallo, op. cit., 332-342.

16 Colección Documental del Archivo de la Catedral de León (775-1230), I, E. Sáez (éd.), León, Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 1987, no 43:[...] Aditio etiam vobis alia villa in Urbeco, que vocitant Verzianos, cum terras et pomtferis [...] per cunctis terminis et loris suis, sit vobis concessum ab homni integritate, cum omines avitantes vel qui abitare venerint, reddant vobis per sínpulos annos XII modios de ordeo et XII vicinarios de lino et VI relias ; et si de ipsa villa ductus fuerint ad alia parte avitantes, ibi dimitant medietate de omnia rem sua quam abuerint et illa ereditate; et dum ipsos omne[s] ibi fuerint avitantes, sic homicidios,furtos,fornigationes quantum illis contempserit ad eglesie sancte vel qui perseverantes fuerint in Christo, perpant cum deprepatione et pacto. Similiter concedo vobis alias III villas in Paramo, tras Extola, illa una Cornelius, alia villa de Marco, tertia villa de Eddane; et in ipsas villas duos pueros qui custodiebant vakas C et oves C, nomina de ipsos pueros Sarrazinus et Daude et Hecale [...].

17 Los fueros del Reino de León, J. Rodríguez Fernandez (éd.), León, Ediciones Leonesas, 1981, II, no 2 : [9] X. Precepimus etiam ut nullus nobilis sive aliquis de benefactoría emat solare aut ortum alicuius iunioris, nissi solummodo mediam hereditatem deforis [...] Iunior vero que transient de una mandatione in aliam et emerit hereditatem alterius iunioris si habitaverit in ea possideat earn integram. Et si noluerit in ea habitare [...] habeat medietatem prefate hereditatis, excepto solare et orto [...].

18 A. García-Gallo, op. cit., p. 344, définit comme hereditas deforis les biens possédés par un paysan qui n’appartiennent pas au seigneur (c’est-à-dire qui lui sont propres) ; contredisant ainsi Sánchez-Albornoz (pour qui il s’agissait de lopins de terre défrichés par le paysan, selon la tradition des colons romains).

19 Istud mandat dominus rex pro directo in sua terra: Quod totus homo qui fuerit iunior de cabesza et voluerit venire morari ad suam villani, non recipiatur ibi. Et si fuerit iunior per hereditatem partat cum domino suo sicut fuerit forum de terra, et laxet hereditatem et veniat. Et si forte iunior voluerit redire ad hereditatem, sit villanus de terra quomodo debet esse, et det suos directos domino suo sicut debet dare. Et nullus homo de ipsa villa de qua fecerat se vicinus, razenet ei ilium, nec alcallis nec iusticia, unde alium non sit (J. González, Alfonso IX, Madrid, CSIC, 1944, II, no 649).

20 Sur le processus d’urbanisation encouragé par les rois castillans et leónais de l’époque, P. Martínez Sopena, « Le rôle des petites villes dans l’organisation de l’espace en Castille », dans L’espace rural au Moyen Âge. Portugal. Espagne, France ( xiie-xive siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, M. Bourin et S. Boissellier (dir.), Rennes, PUR, 2002, p. 149-165. La problématique du versement d’une rançon (remença) par les paysans catalans allant s’installer dans une villa du roi est abordée par L. To, « Servitude et mobilité paysane : Les origines de la remença catalane (xiie-xiiie siècle) », dans La servitude dans les pays de la Méditerranée..., op. cit., p. 853-861.

21 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en el periodo de crecimiento y consolidación de la formación feudal. Castilla y León, siglos X-XIII, Madrid, Siglo XXI, 1981.

22 Id., p. 45. L’auteur souligne la vigueur des cellules familiales et des presuras, leur étroite relation avec les droits communautaires, confirmant la capacité de négocier comme signe de liberté, bien qu’elle s’élève contre l’utilisation de ce terme dans le sens où on l’entend aujourd’hui (p. 47).

23 Id., p. 230 et 244. Des seigneurs plus riches peuvent exiger moins à chaque paysan, alors que les communautés paysannes, au lieu de remettre en cause le système, revendiquent des améliorations ponctuelles.

24 E. González Díez, El régimen foral vallisoletano, Valladolid, Diputación Provincial, 1986, no V.

25 On peut établir un lien entre ce point de vue et le discours de Chris Wickham sur le rôle des notables du xiie siècle dans les communautés paysannes (C. Wickham, Comunità e clientele nella Toscana del XII secolo. Le origini del comune rurale nella Piana di Lucca, Rome, Viella, 1995).

26 J. L. Martín Rodríguez, «¿Campesinos de remensa en Castilla y León?», dans En la España Medieval. Estudios en memoria del Profesor D. Salvador de Moxó, Madrid, Universidad Complutense, 1982, II, p. 37-48 (citations, p. 37 et 39).

27 Par exemple, le fuero de Noz (Zamora) stipule que tout paysan abandonnant le village pourra continuer à cultiver des terres seigneuriales contre la remise d’un cinquième de ses récoltes au lieu des 4 solidi habituels (J. L. Martin, ibid., p. 42).

28 P. H. Freedman, The Origins of Peasant Servitude in Medieval Catalonia, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

29 J. I. Ruiz de la Peña Solar, « Siervos moros en la Asturias medieval », Asturiensía Medievalia, 3 (1979), p. 139-161. Dans ce travail, l’auteur étudie une douzaine de listes et de nouvelles concernant des serfs datées entre 976 et 1153, bien que la plupart soient du xie siècle.

30 Ruiz de la Peña, op. cit., p. 156. Sur cette question et sur l’interprétation des textes mentionnés, on observe une nette disparité avec les opinions formulées quarante ans plus tôt par Ch. Verlinden, « L’esclavage dans le monde ibérique médiéval », Anuario de Historia del Derecho Español, XI (1934), p. 284-448.

31 E. Pastor Díaz de Garayo, Castilla en el transito de la Antigüedad al feudalismo. Poblamiento, poder político y estructura social del Arlanza al Duero (siglos VIII-XI), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996.

32 Id., p. 282-285. Le schéma d’évolution suit les propositions de Pierre Bonnassie (« Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Âge (ive-xie s.) », Cahiers de civilisation medievale, XXVIII/4 (1985), p. 307-343.

33 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 22, incluant une réflexion sur les études de divers auteurs sur ce groupe social. García de Cortázar ne les voit pas comme des esclaves ou des serfs attachés à la terre, contrairement à l’opinion exposée auparavant dans son ouvrage El dominio del monasterio de San Millan de la Cogolla (siglos X a XIII). Introduccio'n a la historia rural de la Castilla altomedieval, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1969, p. 228-229.

34 E. Pastor, op. cit., p. 286, η. 203 ; on peut comparer avec les homines ingenui de Pardomino (voir supra, n. 4).

35 Le lecteur français dispose d’une excellente explication du phénomène des behetrías grâce à J. M. Salrach Marés, « Les féodalités méridionales : des Alpes à la Galice », dans Les féodalités, J. P. Poly et E. Bournazel (dir.), Paris, PUF, 1998, p. 368.

36 C. Estepa Díez, «Hombres de behetría, labradores del rey y Königsfreie. Propuestas para una historia comparativa en la formación y primera evolución del feudalismo europeo», dans Les origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sánchez Albornoz, J. Pérez et S. Aguadé Nieto (dir.), Madrid, Casa de Velázquez, 2000, p. 137-158; la rédaction de ce travail est antérieure de plusieurs années.

37 C. Estepa Díez, Las behetrías castellanas, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2003, 2 vol. Voir un panorama bibliographique complet dans I, p. 14-38.

38 Id., p. 80.

39 En espagnol, propiedad dominical, dominio señorial et señorío jurisdiccional.

40 J. P. Molénat, Campagnes et Monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 1997, p. 32.

41 Id., p. 119-121.

42 Voir au paragraphe 2.3. le commentaire sur les yugueros dans la vallée du Douro au début du xiie siècle, à partir du fuero de Villarmildo.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540