Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Troisième partie. Les conseillers municipaux de Paris

Chapitre IX. Les conseillers de droite

Texte intégral

1Avec 208 représentants, les élus de droite constituent l’ensemble le plus important. Leurs caractéristiques sociales sont-elles très différentes de celles des élus de gauche ? Y-a-t-il à droite d'autres critères d'éligibilité qu'à gauche ?

I — Les caractéristiques sociales

211 femmes sont élues sous l'étiquette gaulliste, soit 24 %. Les listes gaullistes favorisent tout particulièrement l'élection des femmes en 1947. C'est alors que sont élues Yvonne Georges-Picot, Gisèle Bardet, Colette Bécourt-Foch, Janine Rastier-Caillé, Nicole de Hauteclocque, Janine Alexandre-Debray, Suzanne Thierry d'Argenlieu. Hélène Vivier-Ribière, candidate en 1947, devient conseiller municipal en 1949. Ces femmes portent pour la plupart des noms illustres et sont souvent liées au milieu militaire ou aux résistants. Yvonne Georges-Picot est l'épouse du général Georges-Picot. Colette Bécourt-Foch est la fille du général Houdemon, qui fut gouverneur des Invalides, et la veuve du commandant Bécourt, petit-fils du général Foch, fait Compagnon de la Libération à titre posthume. Nicole de Hauteclocque est la fille du colonel de Saint-Denis et l'épouse de Pierre de Hauteclocque, cousin germain du général Leclerc de Hauteclocque. Suzanne Thierry d'Argenlieu, fille de Gaston Pageot, général de brigade, est la nièce par alliance de l'amiral Thierry d'Argenlieu. 7 élues l'ont été sur des listes de la droite non gaulliste, soit 15,2 %, 3 sur les listes du MRP ou de la Résistance en 1945, soit 6,5 %.

3Les élus de droite apparaissent issus de milieux plus favorisés que ceux d'autres partis. 24,26 % des pères sont cadres, 16,8 % exercent une profession libérale, moins de 5 % sont ouvriers. Le tableau suivant donne les résultats détaillés :

Tableau 1. Professions exercées par les pères des élus de droite

4Les professions exercées par les conseillers eux-mêmes confirment le recrutement des élus de la droite parisienne parmi les catégories sociales supérieures. Cinq seulement des élus de droite sont ouvriers : André Lagardette, conseiller RPF de 1952 à 1953, ancien garçon de café, est machiniste à la RATP ; Henri Pozza, conseiller UNR de 1959 à 1965, est agent technique chez Simca ; Louis Fournier de la Barre, conseiller RPF de 1947 à 1953, est ouvrier métallurgiste ; Auguste Marboeuf, conseiller indépendant puis “Paris-Majorité” de 1953 à 1977, est ajusteur-mécanicien au garage de l'Aviation civile de la rue des Morillons ; Joseph Dumas, conseiller MRP nommé en 1945, est ouvrier ajusteur.

Tableau 2. Professions exercées par les élus de droite

5Y-a-t-il une différence sociale selon que les élus appartiennent à des groupes gaullistes ou non gaullistes ? La composition sociale des différents groupes gaullistes est la suivante :

  • 1 Ensemble du groupe Union pour le Renouveau de Paris.
  • 2 Ensemble du groupe Paris-Majorité

Note 11
Note 22
Tableau 3. Profession des élus des groupes gaullistes

6La comparaison avec les élus de la droite non gaulliste montre que la différence n'est pas très grande : seuls les élus du MRP recrutent un peu plus parmi les employés, mais le faible nombre des effectifs du MRP au Conseil municipal ne permet pas de tirer des conclusions très probantes.

Tableau 4 Profession des élus du MRP

7Les élus des autres groupes de la droite non gaulliste sont également issus de milieux privilégiés.

8Après les élections municipales de 1945, le groupe des modérés comprend deux industriels (9,1 %), un artisan (4,5 %), un commerçant (1,5 %), trois cadres du secteur privé (13,6 %), un cadre du secteur public (4,5 %), un employé (4,5 %) et douze membres exerçant une profession libérale (54,5 %).

9En 1953, les trente-sept élus du RGR et du CNI comprennent quatre industriels (10,8 %), un commerçant (2,7 %), un artisan (2,7 %), huit cadres du secteur privé (21,6 %), trois cadres du secteur public (8,1 %), un enseignant (2,7 %), un ouvrier (2,7 %), dix-huit conseillers exerçant une profession libérale (48,7 %).

10En 1959, les vingt-cinq élus de la droite non gaulliste sont deux industriels (8 %), deux commerçants (8 %), quatre cadres du secteur privé (16 %), deux cadres du secteur public (8 %), un employé (4 %), un ouvrier (4 %), treize exerçant une profession libérale (52 %).

11En 1965, les treize élus du groupe centriste se répartissent entre un industriel (7,7 %), quatre cadres du secteur privés (30,8 %) et huit exerçant une profession libérale (61,5 %).

12En 1971, la répartition est sensiblement la même : un industriel (7,7 %), quatre cadres du secteur privé (30,8 %), un cadre du secteur public (7,7 %) et sept exerçant une profession libérale (53,9 %). Les élus Républicains indépendants sont cadres du privé (80 %) ou exercent une profession libérale (20 %).

13Au-delà de quelques différences assez peu significatives compte tenu des effectifs, les élus de droite apparaissent issus des catégories sociales supérieures, cadres ou professions libérales.

14Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que ce soit parmi les élus de droite que l'on trouve essentiellement ceux qui ont fait des études supérieures. Sur les 208 élus de droite, nous avons des renseignements fiables en ce qui concerne 158 d'entre eux. Sur ces 158, seuls 29 (18,3 %) n'ont pas fait d'études supérieures. Pour les 129 qui ont fait des études supérieures, la répartition est la suivante, qui met en valeur la prédominance des formations juridiques qui concernent 56 % d'entre eux, 61 % avec Sciences-Po :

Tableau 5. Etudes supérieures faites par les conseillers de droite ayant effectué des études supérieures

15Les conseillers de droite sont moins souvent nés dans la région parisienne que les conseillers de gauche : 43,26 % seulement sont nés en région parisienne. Peut-être certaines femmes de la bourgeoisie parisienne vont-elles encore accoucher dans des résidences provinciales, comme cela se faisait au xixe siècle.

Tableau 6. Lieux de naissance des élus de droite

16Les élus de droite apparaissent en général un peu plus âgés que l'ensemble des conseillers, mais il y a une certaine différence entre la droite gaulliste et la droite non gaulliste. En 1945, après les élections municipales, le groupe des modérés, avec une moyenne d'âge supérieure à 56 ans, est le plus âgé des groupes du Conseil, tandis que le groupe du MRP, avec une moyenne d'âge de 42 ans, est l'un des plus jeunes du Conseil, avec le groupe des élus de Résistance (36 ans). En 1947, la moyenne d'âge du groupe du RPF est de 47 ans, légèrement supérieure à celle du Conseil (45 ans) et le groupe du MRP (35 ans) est le groupe le plus jeune. En 1953, les groupes RGR (55 ans) et Indépendant (51 ans) sont les groupes les plus âgés du Conseil, alors que le groupe du RPF (47 ans) a une moyenne d'âge inférieure à celle du Conseil (49 ans) et que le groupe du MRP (43 ans) est encore le groupe le plus jeune du Conseil. En 1959, le groupe de l'UNR (45 ans) est le groupe le plus jeune du Conseil, les groupes du Centre (51 ans), du CNI (53 ans) et du MRP (53 ans) ayant des moyennes d'âge plus élevées que l'ensemble du Conseil (50 ans). En 1965 et 1971, on constate une nette différence entre le groupe centriste et le groupe URP. En 1965, la moyenne d'âge du groupe centriste est de 58 ans, celle du groupe de l'URP de 50 ans ; en 1971, la moyenne d'âge du groupe “Libertés de Paris” est de 57 ans, celle du groupe Paris-Majorité de 51 ans, le groupe des Républicains Indépendants (42 ans) étant le plus jeune groupe du Conseil.

Tableau 7. Répartition par tranche d'âge des membres des groupes gaullistes

II — Les groupes gaullistes : étude politique

Le groupe RPF en 1947 et en 1953

  • 3 Jean Teitgen, élu MRP, relève dans Le Monde du 4 novembre 1952 : “Jamais éléments plus disparates (...)

17Beaucoup d'observateurs relèvent l'hétérogénéité du groupe RPF en 19473. Au-delà des différences, on peut néanmoins tenter de distinguer quatre groupes dans les cinquante-deux élus du RPF.

18Un premier groupe rassemblerait deux conseillers qui apparaissent très proches du général de Gaulle. Le premier est son frère cadet, Pierre de Gaulle, né en 1897. Le second est Jean Auburtin, ami de Charles de Gaulle depuis 1934 : c'est Auburtin qui a présenté Paul Reynaud à de Gaulle dans l'entre-deux-guerres et qui a été l'un des propagandistes de Vers une armée de métier dans les milieux politiques.

19Un deuxième groupe est constitué d'anciens de la France Libre ou des réseaux gaullistes. Certains font partie des premiers ralliés au général de Gaulle à Londres : Jean Marin, présent lors de l'appel du 18 juin, a été l'un des membres de l'équipe “Les Français parlent aux Français” à Londres ; Alexandre Moscovitch a rejoint dès le 3 juillet 1940 les Forces Françaises Libres puis a participé aux campagnes d'Afrique, de France et d'Allemagne ; Jacques Rateau a rejoint Londres le 21 juin 1940, puis a combattu dans les Forces Françaises Libres sous le n° 63 et a été blessé dans les rangs de la deuxième division blindée. Pierre Ruais, directeur des travaux de routes stratégiques au Tchad en 1940, s'est employé à rallier à la France Libre certaines unités militaires hésitantes ; puis, attaché à l'état-major particulier du général de Gaulle à Londres en 1942-1943, il a été adjoint au chef du quatrième bureau et s'est engagé ensuite dans les formations parachutistes en Afrique du Nord ; capitaine à la brigade de choc de la première armée, il a participé à la campagne de France. Amédée Brousset, compagnon de la Libération, a été capitaine au Bataillon de marche n° l. Louis Fournier de la Barre, compagnon de la Libération, a combattu dans la première Division Française Libre et a participé à l'opération de Bir-Hakeim. Le général Gross a été commandant des bases de l'armée d'Italie et de la première armée Rhin-et-Danube (1943-1945), puis des Forces Françaises au Moyen-Orient. Maurice Kaouza, résistant à Londres puis à Alger, a participé au débarquement des troupes françaises en Corse et a été sous-préfet de Sartène. René Moatti a été membre de la première Division Française Libre. Deux conseillères municipales, en raison du nom qu'elles portent, peuvent être rattachées à ce groupe : Suzanne Thierry d'Argenlieu et Colette Bécourt-Foch, veuve de Jean Bécourt-Foch qui, à Toulouse lors de l'armistice, gagna Saint-Jean-de-Luz et, s'embarquant sur un transport anglais chargé de troupes polonaises, rejoignit le général de Gaulle à Londres ; devenu commandant aux Forces Aériennes Françaises Libres, mort pour la France le 15 août 1944, il fut fait Compagnon de la Libération à titre posthume le 29 décembre 1944. D'autres conseillers peuvent être classés dans cette catégorie car ils ont appartenu à des réseaux gaullistes, parfois organisés directement par le “Deuxième Bureau” de Londres, le Bureau Central de Renseignements et d'Action. Nicole de Hauteclocque et Jean Tillier-Debesse ont été tous deux membres du réseau du colonel Rémy. C'est le cas aussi d'Henri Ulver, qui s'engage en octobre 1940 dans les Forces Françaises Libres, dirige ensuite le réseau “Béarn”, émanation du BCRA. Jean-Louis Vigier, qui s'engage dès 1940 dans les Forces Françaises Libres et est affecté au service de renseignement, entre ensuite au réseau “Camouflage du Matériel”, puis constitue le réseau Maurice qui aide au franchissement des Pyrénées et anime enfin le groupe Ail du réseau Alibi. Georges Broussine, évadé de France le 11 mars 1942, se rend à Londres puis est parachuté dans la nuit du 18 au 19 février 1943 à Sorigny près de Tours. Il est le chef fondateur du réseau “Bourgogne”, chargé de mettre en place des réseaux d'évasion qui devaient convoyer hors d'atteinte de l'ennemi prisonniers évadés et aviateurs alliés. Enfin, Yvonne Georges-Picot a appartenu au réseau “Alliance”, d'abord giraudiste, qui s'est ensuite rallié à la France Libre. Dix-sept conseillers au moins ont donc été liés à la résistance gaulliste (France Libre et réseaux), soit un tiers de l'effectif.

20Un troisième groupe, moins nombreux, est constitué de conseillers qui ont participé à la Résistance soit dans les FFI, soit dans les mouvements de Résistance, moins liés au gaullisme. C'est le cas de Paul Coirre, directeur des laboratoires pharmaceutiques Coirre, qui a fourni pendant l'Occupation les FFI en médicaments et matériel sanitaire, de Paul Faber, membre du Comité Local de Libération du XVIIe arrondissement, de Maurice de Fontenay, membre du Comité Parisien de la Libération, ou de Julien Tardieu, qui a organisé et dirigé le maquis des FFI dans les Cévennes. Parmi ceux qui ont appartenu à des mouvements de Résistance figurent Gisèle Bardet, membre de “Défense de la France”, Jacques Debu-Bridel, membre du Comité Directeur du Front National, Maurice Dubar, Marcel Lévêque et Jules Mandrillon, membres de “Ceux de la Libération”, Maurice Mancelle, Bernard Lafay, Jacques Féron et André Thirion, membres de “Ceux de la Résistance”, Janine Rastier-Caillé, ancienne déléguée du “Mouvement de Libération Nationale” dans les Côtes-du-Nord. Une douzaine de conseillers sont donc liés à la Résistance intérieure. Ils sont un peu moins nombreux que ceux issus de la France Libre ou des réseaux gaullistes.

21Un dernier groupe est constitué des notables parisiens. Certains sont liés à la vie politique parisienne de l'entre-deux-guerres. Janine Alexandre-Debray est la fille d'Armand Alexandre (1872-1934), conseiller municipal du quartier Rochechouart de 1929 à 1934. Georges Contenot, René Fiquet, Maurice de Fontenay, Gaston Le Provost de Launay ont été élus conseillers dans l'entre-deux-guerres : René Fiquet et Maurice de Fontenay siègent à l'Hôtel de Ville depuis 1919, Georges Contenot depuis 1924, Gaston Le Provost de Launay depuis 1925. Pierre Benoist, ancien directeur du Parc des Princes, a été candidat aux municipales de 1935 dans la deuxième circonscription d'Auteuil. André Watelet, conseiller modéré depuis 1945, s'était déjà présenté aux municipales de 1929 dans le quartier Saint-Lambert (XVe arrondissement). André Fruh a été candidat aux municipales de 1929 dans le quartier Rochechouart. Edouard Tercinet a été candidat aux législatives de 1932 dans le troisième arrondissement. D'autres apparaissent comme les représentants de grandes familles parisiennes. C'est le cas notamment d'Edmond Champetier de Ribes, neveu d'Auguste Champetier de Ribes, président du Conseil de la République en 1946-1947 et fils d'Ernest Champetier de Ribes, ancien président de la Chambre des Notaires de Paris, et apparenté à une autre grande famille notariale parisienne, les Tollu.

22Le slogan gaulliste pour les élections municipales de 1947, “Du neuf et du raisonnable”, laissait prévoir un renouvellement du personnel politique municipal à l'occasion du succès du RPF aux municipales de 1947. Pour tenter de vérifier cette hypothèse, nous avons recueilli dans le tableau suivant le passé politique des cinquante-deux conseillers élus aux municipales de 1947, en faisant figurer leurs anciens mandats et leurs anciennes candidatures aux élections municipales (M), législatives (L) ou sénatoriales (S).

23Le tableau suivant résume les différents parcours :

Tableau 8 : Passé politique des élus RPF de 1947

24En outre, parmi les conseillers ayant siégé entre 1944 et 1947, quatre ont siégé pendant l'entre-deux-guerres et un (René Fiquet) a même siégé jusqu'en 1944. Le groupe gaulliste comporte donc un tiers d'anciens conseillers municipaux et, parmi les nouveaux élus, treize avaient déjà été candidats sans succès à des élections. Le renouvellement est donc réel, mais il convient de le nuancer.

25En 1953, les gaullistes n'ont que dix élus, tous sortants. Il n'y a donc pas de facteur d'éligibilité nouveau.

Les groupes gaullistes sous la Ve République

26Le groupe gaulliste du Conseil municipal est renouvelé après les élections municipales de 1959. Alors qu'il n'y avait eu que dix élus du RPF en 1953, l'UNR a cette fois vingt-trois conseillers municipaux. De plus, six des élus de 1953 ne figurent pas dans le nouveau groupe gaulliste. Janine Alexandre-Debray est élue sur une liste indépendante. Pierre Ruais, élu député en 1958, ne se représente pas, l'UNR ayant décidé de ne présenter aucun député aux élections municipales à Paris en 1959. Henri Ulver, qui avait abandonné pratiquement toute activité au Conseil municipal, s'est retiré de la vie politique. Henri Jouy, Maurice Kaouza, passé au RGR, et Jean Grousseaud, passé au Centre Républicain, ne sont plus candidats.

  • 4 Pour la période postérieure, il faudrait envisager également les élus venus au gaullisme après la (...)

27Comme dans le cas des élus communistes, le concept de génération politique est utile pour étudier les élus gaullistes de la Cinquième République. La distinction qu'il convient d'établir, au moins pour la période qui nous concerne, jusqu'aux municipales de 19714, est celle entre les élus ayant adhéré et éventuellement eu des responsabilités au RPF et ceux ayant rejoint le mouvement gaulliste après 1958. L'étude du groupe gaulliste en 1959 montre l'importance de la génération du RPF chez les premiers élus UNR de la Cinquième République. Sur ces vingt-trois élus, dix-huit sont passés par le RPF.

28Cinq d'entre eux, Colette Bécourt-Foch, Nicole de Hauteclocque, Alexandre Moscovitch, Pierre Devraigne et Jean Auburtin appartenaient déjà au groupe du RPF en 1947 et sont à nouveau élus sous l'étiquette gaulliste, même si entre temps leur itinéraire politique les a éloignés du mouvement gaulliste.

  • 5 Alain Griotteray, De Gaulle, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Trois portraits cavaliers, Paris, De F (...)

29Treize des nouveaux élus sont des anciens membres du RPF. Parmi eux, certains ont été responsables du RPF dans des arrondissements parisiens : Jacques Foulquier a été l'un des fondateurs du RPF dans le IVe arrondissement de Paris ; André Planchet a été responsable du RPF pour le XIIe arrondissement dès 1947 et s'est présenté sans succès sous cette étiquette aux municipales de 1953 dans le huitième secteur (XIe, XIIe arrondissements). Trois ont milité antérieurement en province : Albert Chavanac a été délégué du RPF pour le Sud-Ouest en 1949 ; Philippe Barrés a été député RPF de la Meurthe-et-Moselle de 1951 à 1956 ; Alain Griotteray, s'il n'a pas participé directement aux activités du RPF dès 1947 étant officier d'activé, s'est présenté aux législatives de 1951 comme candidat RPF en Dordogne5. D'autres ont eu des responsabilités nationales. Michel Caldaguès, secrétaire du groupe des Républicains populaires indépendants à l'Assemblée Nationale de 1946 à 1951, a adhéré au RPF en 1947 et est devenu en 1951 chef de cabinet de Louis Terrenoire, alors secrétaire général du RPF. Jacques Dominati a adhéré au RPF dès sa création et est devenu en 1950 secrétaire général des étudiants du parti gaulliste puis, aux assises de Paris en novembre 1952, conseiller national du RPF. Jacques Marette, adhérent au RPF dès sa fondation, a été directeur-gérant du Rassemblement ouvrier de 1947 à 1950, directeur des éditions du Rassemblement du Peuple Français de 1949 à 1952 et a figuré au Conseil National parmi les représentants des groupements professionnels et de l'action ouvrière au titre de la Région de Toulouse à partir de 1951. Paul Minot, membre du RPF dès sa création, a appartenu à partir de 1950 au Conseil national du RPF. Conseiller municipal de Pariquy-les-Vaux (Nièvre) de 1947 à 1953 et membre du Conseil départemental de la Nièvre chargé de la propagande, il a été candidat du RPF dans la Nièvre aux législatives de 1951 puis est devenu responsable du RPF pour le XVIIe arrondissement. En 1953, il s'est déjà présenté, sans succès, aux municipales sur la liste gaulliste dans le cinquième secteur. Jacques Dursort, Louis Boissonnet, Henri Pozza et Jean Tastevin ont également été membres du RPF.

  • 6 Il est difficile d'affirmer qu'un élu n'est pas passé par le RPF, dans la mesure où les documents (...)
  • 7 Archives de la Seine, D3 M2 33.

30Seuls cinq des élus gaullistes de 1959 n'ont pas été, semble-t-il6, membres du RPF et n'ont rejoint le mouvement gaulliste qu'après 1958 : Alex Biscarre, André-Yves Breton, Dominique Pado, Paul Pernin et Marcel Ribéra. Deux d'entre eux, André-Yves Breton et Marcel Ribéra, sont des conseillers sortants, élus sur des listes indépendantes en 1953. Alex Biscarre, conseiller municipal “Alliance Démocratique” du quartier de la Chaussée d'Antin de 1932 à 1941, ancien des Forces Françaises Libres, s'était présenté sans succès aux municipales de 1953 dans le 4e secteur à la tête d'une liste “Groupement des anciens combattants et victimes de guerre et économiquement faibles”7. Dominique Pado s'était présenté sans succès aux municipales de 1953 sous l'étiquette du RGR dans le deuxième secteur sur la liste conduite par Ernest-Henri David. Adhérent à l'UNR au début de la Ve République, il avait été le candidat gaulliste dans la vingt-cinquième circonscription de la Seine (XVIIIe arrondissement) aux législatives de 1958. Paul Pernin avait conduit, aux législatives de 1945, dans la sixième circonscription de la Seine, une liste républicaine de la Réconciliation française et, en novembre 1946, une liste du parti républicain et social de la Réconciliation française. Candidat sans succès aux élections municipales de 1947 dans le neuvième secteur sur la liste du “Rassemblement des Républicains”, il s'était présenté aux législatives de 1951 à la tête d'une liste du RGR dans la sixième circonscription de la Seine et à nouveau aux municipales de 1953 dans le huitième secteur (XIe, XIIe arrondissements) sur la liste d'Union des Républicains indépendants et du RGR conduite par Marcel Lévêque.

  • 8 Le Monde, 13 mars 1959.

31L'“éligibilité” au Conseil municipal pour les gaullistes en 1959 semble donc tenir à un passé de militant ou d'adhérent au RPF. Le Bureau du groupe à l'Hôtel de Ville est d'ailleurs exclusivement constitué d'anciens adhérents du RPF. Albert Chavanac est désigné comme président, Alex Moscovitch et Michel Caldaguès sont vice-présidents, Jacques Dominati est secrétaire général8.

  • 9 Pierre Bas, Colette Bécourt-Foch, Alex Biscarre, Michel Caldaguès, René Capitant, Albert Chavanac, (...)

32Sur les trente-neuf élus des listes de la majorité après les élections municipales de 1965, vingt-sept peuvent être considérés comme gaullistes ou proches du gaullisme9. Les autres élus sont d'anciens MRP (Hubert Prangey, Louis Gidel) qui rejoignent les gaullistes après la dissolution du mouvement, des Républicains Indépendants (Victor Bucaille, Jacques Dominati, Maurice Mension, Jean Maillet, André Watelet, René Fayssat, Pierre-Christian Taittinger) ou des Indépendants (Lucien Joffre, Auguste Marboeuf) auxquels s'ajoute, dans le XVIe arrondissement, Gaston Rémy-Néris, sans étiquette.

  • 10 Voir partie II “évolution politique”.

33Le groupe gaulliste est alors renouvelé. A la veille des municipales de 1965, le groupe UNR, compte tenu des démissions survenues en cours de mandat10, ne compte plus que quatorze membres. Un seul ne se représente pas, Jean-Claude Bunoust-Roquère. Cinq sont battus du fait du nouveau mode de scrutin : Jean Auburtin, Louis Boissonnet, Alex Moscovitch, Henri Pozza, Marc Saintout. Huit sont réélus : Colette Bécourt-Foch, Alex Biscarre, Michel Caldaguès, Albert Chavanac, Nicole de Hauteclocque, Paul Minot, André Planchet, Jacques Salvinien. Il y a donc dix-neuf nouveaux élus.

34Trois facteurs principaux d’“éligibilité” peuvent être alors distingués : être député ou suppléant, être le collaborateur d'une personnalité gaulliste élue de Paris, être un ancien militant du RPF qui trouve par là la récompense des services rendus.

  • 11 Plus Nicole de Hauteclocque, conseiller sortant, parlementaire depuis 1962.
  • 12 Lettre de Bernard Rocher à l'auteur, 17 octobre 1990.
  • 13 Entretien avec Pierre Bas avec l'auteur, 9 novembre 1990.
  • 14 Lettre de François Collet à l'auteur, 17 septembre 1990.

35Contrairement au choix de l'UNR en 1959, des députés ou leurs suppléants sont présentés en 1965. Christian de La Malène et Claude Roux sont députés depuis 1958. Gabriel Kaspereit est député depuis 1961, ayant été élu lors d'une partielle consécutive à la démission de René Moatti. Pierre Bas, René Capitant, Michel de Grailly, Jean-Charles Lépidi et Bernard Rocher sont députés depuis 1962. Odette Launay a été proclamée député en 1963, lors de l'entrée au gouvernement de Michel Habib-Deloncle. Raymond Colibeau est le suppléant de Gabriel Kaspereit depuis 1962, François Collet celui de Pierre Bas, Didier Delfour le suppléant de Bernard Lepeu, député UNR de la vingt et unième circonscription11. Douze des nouveaux élus sont donc députés ou suppléants. La volonté de présenter au Conseil municipal des personnalités déjà connues des électeurs et l'espoir d'une moindre dissidence de la part d'élus parlementaires s'ajoutaient au désir des députés gaullistes de Paris d'avoir un meilleur contact avec les dossiers locaux. Le témoignage de Bernard Rocher en ce sens est très clair : “Etant devenu parlementaire, j'ai constaté qu'un député de Paris, agissant dans le cadre de sa circonscription, avait beaucoup moins qu'un député de province l'occasion d'intervenir auprès des ministères, l'essentiel du pouvoir étant détenu par le préfet de la Seine. Celui-ci avait peu de contact avec les parlementaires qui n'étaient pas sa préoccupation majeure. Il en était bien différemment des membres du Conseil municipal et du Conseil général, interlocuteurs habituels du préfet et tout à fait capables de lui compliquer sérieusement la vie. Les membres les plus notoires de ces assemblées, tel le rapporteur général du budget ou les présidents des grandes commissions, bénéficiaient d'une considération très attentive du préfet. Des rapports, souvent étroits, s'établissaient ainsi, permettant à ces élus d'influencer de façon souvent importante les décisions concernant la gestion de la ville, ce qui était rarement le cas pour les parlementaires parisiens. Telle fut une des raisons qui me poussèrent à me présenter aux élections municipales de 196512. Pierre Bas justifie d'une manière proche sa candidature, quand il l'explique par sa volonté d'avoir le contrôle des dossiers locaux13. François Collet explique sa candidature par la suite normale de son élection de 196214.

  • 15 Lettre de René Galy-Dejean à l'auteur, 1er octobre 1990.

36C'est parce qu'ils sont les collaborateurs d'une personnalité gaulliste élue de Paris que trois nouveaux conseillers municipaux sont élus : Jean-Jacques Gantier, René Galy-Dejean, Jean Tibéri. Jean-Jacques Gantier est en 1965 le collaborateur de Roger Frey, élu du XIIe arrondissement : attaché de cabinet auprès de Roger Frey, ministre de l'Intérieur en janvier 1962, attaché parlementaire en avril 1962, il est depuis décembre 1962 chargé de mission au cabinet de Roger Frey. Celui-ci lui a sans doute demandé de se présenter aux municipales de 1965 pour traiter les dossiers locaux. René Galy-Dejean est le collaborateur de Jacques Marette, ministre des PTT et élu du XVe arrondissement. Chargé des relations avec la presse (1960-1961), chef du secrétariat particulier (1962), il devient chef-adjoint de cabinet en 1963 et chef de cabinet en 1965. Dans ces fonctions, il assume en particulier la supervision de l'action de Jacques Marette dans le XVe arrondissement et a été désigné comme maire-adjoint de l'arrondissement en avril 1964. Lors de la constitution de la liste gaulliste dans le XVe arrondissement, Jacques Marette lui propose de figurer sur la liste pour continuer son action15. Jean Tibéri est choisi comme candidat par René Capitant : secrétaire de l'UNR dans la troisième circonscription où René Capitant est élu en 1962, il est en outre conseiller technique à la commission des lois de l'Assemblée Nationale que préside René Capitant.

37Les élections de 1965 sont l'occasion pour les gaullistes de faire élire d'anciens militants parisiens du RPF, qui n'avaient pas été choisis ou élus précédemment. Claude Debrion, membre du RPF depuis juillet 1947, avait été secrétaire du Conseil du deuxième secteur de Paris du Rassemblement. Yves Fortin, membre du RPF depuis 1954, avait déjà été sans succès candidat aux municipales de 1959 dans le deuxième secteur. Claude-Gérard Marcus, membre du RPF depuis le 1er juillet 1948, délégué puis secrétaire général adjoint à la propagande des jeunes du Rassemblement du Peuple Français, secrétaire général puis secrétaire national des Jeunes Républicains sociaux et membre du Comité directeur des Républicains sociaux, élu par les Jeunes, est en outre membre de la Commission politique de l'UNR-UDT de la Seine et du Conseil national de l'UNR-UDT depuis 1963.

38Enfin, le choix de Jean Chérioux, conseiller municipal radical de Saint-Antoine-du-Rocher (Indre-et-Loire) de 1953 à 1965, permet aux gaullistes d'avoir dans leur groupe le petit-fils d'une grande figure municipale parisienne, Adolphe Chérioux (1857-1934), conseiller municipal du quartier de Saint-Lambert de 1895 à 1934, ancien président du Conseil municipal de Paris. Dans ce cas précis, on retrouve un facteur d'éligibilité déjà perçu antérieurement : avoir dans sa famille un ancien conseiller municipal.

39L'élection de vingt nouveaux membres fait entrer une génération gaulliste nouvelle au Conseil municipal. Sous les réserves déjà exprimées sur l'appartenance au RPF et compte tenu des témoignages recueillis auprès des conseillers municipaux, la distinction entre les générations gaullistes donnerait le résultat suivant :

  • 16 François Collet, officier de marine de 1943 à 1959, n'a eu aucune activité politique sous la IVe R (...)
  • 17 C'est en dehors du mouvement gaulliste que Claude Roux exerce une activité politique sous la IVe R (...)

Note 116
Note 217

40Les élus ayant appartenu au RPF restent majoritaires, mais la génération des gaullistes de la Ve République est plus nettement représentée qu'en 1959 et qu'avant les municipales de 1965.

41Pour les neuf nouveaux élus gaullistes de 1971, les critères d'éligibilité sont les mêmes qu'en 1965 : être parlementaire ou suppléant d'un parlementaire, être membre d'un cabinet ministériel. Trois des nouveaux élus sont députés : Pierre-Charles Krieg et Jean de Préaumont, députés depuis 1962, Charles Magaud, député depuis 1968. Quatre sont les suppléants de parlementaires : Pierre Chédor, suppléant de Jean de Préaumont, Pierre Dangles, suppléant de Christian de La Malène, Michel Missoffe, suppléant de François Missoffe, Jacques Sanglier, suppléant de Bernard Lafay. Monique Garnier-Lançon et Roger Romani sont tous deux membres de cabinets ministériels. La première, qui depuis 1967 travaille à la direction politique du journal gaulliste La Nation, est, de 1969 à 1971, conseillère technique au cabinet du ministre d'Etat chargé des affaires culturelles. Le second, chargé de mission (relations avec le Parlement) au cabinet d'Yves Guéna, ministre des Postes et Télécommunications, puis ministre de l'Information et à nouveau ministre des Postes et Télécommunications de 1967 à 1969, est, de 1969 à 1971, chargé de mission au cabinet de Roger Frey, ministre d'Etat, chargé des relations avec le Parlement.

42Le groupe “Paris-Majorité” s'ouvre à des membres du Centre Démocratie et Progrès :

  • Lionel Assouad, collaborateur de Joseph Fontanet dont il fut notamment le chef-adjoint de cabinet au secrétariat d'Etat au commerce de 1959 à 1961 et le conseiller technique au ministère de la Santé et de la Population de 1961 à 1962 ;
  • Yves Milhoud, ancien suppléant de Jean Legaret de 1958 à 1962, secrétaire général du Club des Prouvaires présidé par Jean Legaret, candidat aux municipales de 1965 sur la liste de Jean Legaret, puis secrétaire général de la Fédération de Paris du Centre démocrate et président de la Fédération de Paris du Centre Démocratie et Progrès à partir de 1969, dont il est également membre du Comité Directeur ;
  • Antoine Veil, ancien directeur du cabinet de Joseph Fontanet, secrétaire d'Etat à l'Industrie et au Commerce du gouvernement Debré en 1959, puis au Commerce Intérieur en 1959-1961, enfin ministre de la Santé publique en 1961-1962, membre du comité directeur du Centre démocrate en avril 1966, puis membre du bureau exécutif et du comité directeur du Centre démocratie et progrès.

III — Les élus de la droite non gaulliste (1953-1971)

  • 18 Sur le RGR, voir Philip Williams, La vie politique sous la 4e République, Colin, 1971, p. 287-293.
  • 19 Son élection est annulée par le Conseil de préfecture et l'annulation est confirmée par le Conseil (...)

43Le groupe du RGR compte onze élus au lendemain des municipales de 1953 : Ernest David, Marius Astier, Jean Legaret, Bernard Lafay, Paul Faber, Maurice de Fontenay, Pierre Deviraigne, Jean Rémond, Pierre de Léotard, Marcel Lévêque, Marcel Ribéra. Sept de ces élus sont d'anciens conseillers municipaux du RPF. On retrouve dans ce groupe la diversité du RGR au début des années 195018. Ernest David, Marius Astier, Bernard Lafay, Jean Rémond et Marcel Ribéra sont des radicaux ; Jean Legaret, élu député en 1952 à l'occasion d'une élection partielle dans la deuxième circonscription de la Seine, Pierre Devraigne et Marcel Lévêque viennent de l'UDSR ; Pierre de Léotard, élu député en 1951 dans la deuxième circonscription de la Seine, appartient à la Réconciliation française, mouvement fondé par les fidèles du colonel La Rocque19 ; Paul Faber et Maurice de Fontenay se situent en dehors de ces groupements politiques : anciens membres de la Fédération républicaine, ils se rallient au RGR pour être candidats sur la liste conduite par Bernard Lafay dans les XVIe et XVIIe arrondissement dont ils sont les représentants.

  • 20 Il s'agit de Jules Mandrillon, Maurice Lancrenon, Julien Tardieu, André Watelet, Jacques Féron, An (...)
  • 21 Frédéric-Dupont, Denys-Cochin, Victor Bucaille, Auguste Marboeuf, Emile Veysset, Roger Rigaud, Pie (...)
  • 22 Le Monde, 30 avril 1953.

44Le Centre National des Indépendants compte en 1953 un nombre d'élus plus important que le RGR : vingt-six membres, dont quinze nouveaux. Les onze élus sortants avaient été élus sous l'étiquette du RPF en 194720. Les quinze élus nouveaux21 donnent au Conseil municipal une physionomie quelque peu nouvelle, qui le rapproche davantage de celui d'avant-guerre, plus traditionaliste et plus modéré22. Parmi ces élus figurent en effet des personnalités qui se rattachent, soit directement, soit par des liens familiaux, aux conseils municipaux d'avant-guerre :

  • Edouard Frédéric-Dupont, élu du quartier Saint-Thomas-d'Aquin de 1933 à 1943, réintégré dans ses fonctions par le Comité Parisien de la Libération et réélu en 1945 ;
  • Victor Bucaille, conseiller du quartier de l'Odéon de 1925 à 1944, nommé conseiller municipal en 1945 par le Gouvernement Provisoire de la République Française, mais qui n'avait pas été réélu aux municipales de 1945 et que le RPF n'avait finalement pas intégré à sa liste de 194723 ;
  • Roger Rigaud, conseiller municipal du quartier Necker de 1935 à 1944, non réintégré dans ses fonctions par le Comité Parisien de la Libération et battu aux municipales de 1945 ;
  • Armand Massard, conseiller municipal du quartier de la Plaine-Monceau de 1932 à 1944, non réintégré dans ses fonctions par le Comité Parisien de la Libération, conseiller municipal de 1945 à 1947, battu aux municipales de 1947 ;
  • Pierre-Christian Taittinger, fils de Pierre Taittinger, conseiller municipal du quartier de la Place-Vendôme de 1936 à 1944 et président du Conseil municipal en 1943-1944 ;
  • François Denys-Cochin, descendant d'une famille d'édiles parisiens : son grand-père paternel est Denys Cochin (1851-1922), membre de l'Académie française, député de la Seine de 1893 à 1919, conseiller municipal du septième arrondissement (quartier des Invalides) de 1881 à 1894, ministre d'Etat de 1915 à 1916 et sous-secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères (Blocus) de 1916 à 1917 ; son arrière-grand-père est Auguste Cochin (1823-1872), maire-adjoint et maire du Xe arrondissement (ancien) et conseiller municipal du 7 janvier 1858 à 1860 ; sa mère, Marthe Firmin-Didot, était la fille de Maurice Firmin-Didot (1859-1925), qui dirigea pendant de nombreuses années la célèbre librairie parisienne : il descend donc directement d'Ambroise Firmin-Didot (1790-1876), qui fut conseiller municipal de Paris du 3 octobre 1849 à 1869.

45D'autres conseillers municipaux du CNI ont participé à la vie politique de l'entre-deux-guerres : René Fayssat, député de la première circonscription de Grasse “républicain de gauche” de 1932 à 1936, et Jean Cartier, président de la Xe section de Paris du Parti républicain-socialiste depuis 1936. Quelques-uns de ces nouveaux élus sont passés par le RPF (Frédéric-Dupont, Marboeuf et Fayssat).

46En 1959, les élus de la droite non gaulliste sont essentiellement des conseillers sortants. Sur les 19 élus du CNI, 17 sont des conseillers sortants ; il n'y a que deux conseillers nouveaux :

  • Pierre-Emile Menuet, ancien membre du Parti Social Français et du réseau Klan, réseau des fidèles du colonel La Rocque, pendant la guerre, ancien membre de la Réconciliation Française, suppléant aux législatives de 1958 du député Jean-Marie Le Pen, membre du Front National des Combattants, créé en 1957 par Jean-Marie Le Pen pour soutenir l'Algérie française ;
  • Paul Garson, ancien membres des Forces Françaises Libres et gendre de Robert Lazurick, directeur de L'Aurore.

47Deux des quatre élus du Centre Républicain sont des conseillers sortants : Bernard Lafay et Paul Faber. Deux sont de nouveaux conseillers municipaux : Monique Humbert et Louis Ducatel, ancien responsable du parti radical-socialiste, ancien commandant FFI, qui était conseiller général du deuxième secteur de la Seine-banlieue depuis 1945. Enfin, sur des listes divers droite, sont élus René Thomas, conseiller sortant, exclu du CNI mais qui le rejoint après l'élection, et Jean Dides. Jean Dides, ancien membre du RPF, chargé de mission au cabinet du préfet de police Baylot de 1951 à 1954 avec lequel il met en place avec lui la lutte contre les communistes, en liaison avec “Paix et Liberté”, mis en disponibilité de la police en 1954, a été élu député en 1956 dans la sixième circonscription de la Seine, apparenté au groupe d'Union et de Fraternité Française (poujadiste), qu'il quitte dès la fin de 1956. Partisan de l'Algérie française, il a été à l'origine d'une manifestation le 13 mars 1958 contre les députés, mais a été battu aux législatives de 1958.

48En 1965, les élus centristes, élus dans le troisième et le onzième secteurs, sont encore pour l'essentiel des conseillers sortants, venant de diverses origines politiques. Onze sur treize sont des conseillers sortants :

  • dans le troisième secteur, Edouard Frédéric-Dupont, François Denys-Cochin et Janine Alexandre-Debray, élus en 1959 sur des listes indépendantes, Etienne Royer de Véricourt élu en 1959 sur la liste du MRP ;
  • dans le onzième secteur, Bernard Lafay, Paul Faber et Monique Humbert, élus en 1959 sur la liste du Centre Républicain, Pierre Devraigne, élu en 1959 sur la liste de l'UNR, puis passé au groupe d'Action municipale, puis aux Indépendants et rallié ensuite au Centre Républicain, Maurice Weill, élu en 1959 sur la liste socialiste, André-Yves Breton, élu en 1959 sur la liste de l'UNR, puis exclu en 1962 pour s'être présenté aux législatives de 1962 comme suppléant de Michel Poniatowski contre le candidat de l'UNR, Armand Massard, élu en 1959 sur la liste du CNI24

49Deux conseillers nouveaux siègent dans ce groupe, élus sans étiquette dans le troisième secteur : Joseph Ayrignac et Philippe Tollu, ancien candidat du RGR aux législatives de 1956 dans la Seine.

50La droite non gaulliste est renouvelée aux élections de 1971. Parmi les treize élus centristes de 1971, neuf sont des nouveaux : Georgie Myers-Auburtin et Philippe Mithouard dans le troisième secteur, Michel Elbel, Gilbert Gantier, Georges Mesmin, Denis Joyeux, Pierre Lépine, Albert Listambert, Solange Marchai dans le dixième secteur.

51L’“éligibilité” de Georgie Myers-Auburtin et de Philippe Mithouard s'explique sans doute en grande partie par un héritage familial : Georgie Myers est l'épouse de Jean Auburtin, ancien président du Conseil municipal ; Philippe Mithouard est le petit-fils d'Adrien Mithouard, conseiller municipal du quartier de l'Ecole militaire de 1898 à 1919, président du Conseil municipal pendant la Grande Guerre.

  • 25 Toutefois, selon Dominique Venner (Guide de la politique, Balland, 1972), Pierre Lépine a été memb (...)

52Parmi les nouveaux élus du XVIe arrondissement, on peut distinguer deux catégories. Il y a d'une part des élus sans étiquette, éloignés des appareils politiques, dont c'est la première candidature, qui semblent vouloir faire la distinction entre la gestion municipale et la politique nationale : c'est le cas de Denis Joyeux, de Pierre Lépine25, de Solange Marchai, d'Albert Listambert, présentés comme “sans étiquette”. Ainsi, Solange Marchai n'adhère au CDS qu'en 1973. Il y a d'autre part des responsables du centrisme d'opposition : Michel Elbel, membre du Comité Directeur du Centre démocrate depuis 1966, candidat suppléant aux législatives de 1967 dans la vingt et unième circonscription (XVIe arrondissement), Gilbert Gantier, suppléant du général Stehlin, député de la vingt et unième circonscription, depuis 1968, Georges Mesmin, ancien collaborateur ministériel de Pierre Sudreau de 1958 à 1962, membre du Conseil politique du Centre démocrate depuis novembre 1967 et candidat aux législatives de 1968 du Centre PDM dans la vingtième circonscription (XVIe arrondissement).

53Le groupe des Républicains Indépendants, créé en 1971, limité à sa création à cinq membres, est, à l'exception de Jacques Dominati, composé de nouveaux élus, choisis parmi les responsables parisiens de la Fédération : Xavier de La Fournière, déjà candidat aux municipales de 1959 sur la liste du CNI, maire-adjoint du XVIIe arrondissement de 1969 à 1971, est devenu membre du bureau de la Fédération Nationale des RI et vice-président de la Fédération de Paris ; il est cofondateur du Club Perspectives et Réalités. Patrick Jonville, membre depuis sa fondation du Comité directeur de la Fédération de Paris des RI et vice-président depuis 1970, est également membre du Comité directeur du Club Perspectives et Réalités de Paris depuis 1969. Gérard Laborde, membre du Comité directeur de la Fédération de Paris des RI, est suppléant de Jacques Dominati depuis 1967. Bertrand de Maigret, gendre de Michel Poniatowski, est vice-président de la Fédération de Paris des RI.

54L'examen des différentes catégories politiques met en valeur divers critères d'éligibilité.

55Les partis politiques choisissent des candidats ayant pris part à la Résistance, filière classique d'accès à une carrière politique.

Tableau 9. Activités dans la Résistance des conseillers municipaux de Paris

Tableau 10. Activités dans la Résistance des nouveaux élus

56Ils choisissent des candidats ayant déjà une bonne connaissance de l'administration de Paris, souvent des maires ou des maires-adjoints qui ont pu se faire apprécier de la population. Vingt conseillers ont eu des responsabilités dans l'administration de Paris avant d'être élus. Dix-sept ont été maires ou maires-adjoints d'arrondissement.

  • 26 A son sujet, Annie Kriegel écrit : “Maire adjoint du Ve arrondissement (...) il était devenu une m (...)

57Parmi les élus communistes, Edmond Bagard a été maire-adjoint du Ve arrondissement de 1947 à 195026, Pierre Mialet a été maire du IIIe arrondissement de 1947 à 1950, Louis Turpin a été maire-adjoint du IXe de 1947 à 1950, François Sauvage a assumé les fonctions de maire-adjoint du IXe de 1944 à 1945.

58Maurice Pressouyre, conseiller socialiste, a été maire-adjoint du XVIe de 1944 à 1945.

59Parmi les élus de droite, Max Brusset a été maire-adjoint du Ie arrondissement en 1945, Jean-Jacques Juglas a été maire-adjoint du XVIe de 1944 à 1945, Hubert Prangey a été maire-adjoint du XIVe de 1944 à 1945, André Thirion a été maire-adjoint du XIXe de 1944 à 1945, Etienne de Véricourt a été maire-adjoint du VIIe de 1944 à 1947, Henri Ulver a été maire-adjoint du VIIe de 1946 à 1947, Jean de Préaumont a été maire-adjoint du XVIIe d'octobre 1960 à septembre 1961, Léon Cros a été maire-adjoint du Xe de 1963 à 1965 avant de remplacer Jean-Charles Lépidi au Conseil, René Galy-Dejean a été maire-adjoint du XVe de 1964 à 1965, Robert Casso a été maire du XVIIe de 1970 à 1976, avant de devenir conseiller au décès de Paul Faber, Pierre Knipiler a été maire-adjoint du le de 1971 à 1976 avant de remplacer Jean Legaret, Jean Rousseau a été maire-adjoint du le de 1971 à 1974 avant de remplacer Gérard Laborde.

60Trois autres conseillers ont eu des liens avec l'administration parisienne avant leur élection : Maurice Kaouza, préfet de police adjoint, Raymond Colibeau, ingénieur des Travaux publics à la préfecture de la Seine, Pierre Dangles, chargé de mission auprès du rapporteur général du budget de la Ville de Paris.

61Une troisième filière — qui prend de plus en plus d'importance à mesure que s'amoindrit le rôle de la Résistance — est la responsabilité au sein d'un parti politique. Dans un système électoral où les conseillers sont élus sur des listes formées par les partis politiques, ce mode de désignation est fondamental. Les partis du mouvement ouvrier favorisent ainsi la candidature de militants ayant une responsabilité au niveau local ou fédéral — c'est particulièrement net, on l'a vu, pour les nouveaux élus communistes de 1965 et de 1971. Mais cela est vrai également pour les Républicains Indépendants : les élus RI de 1971 ont tous des responsabilités au sein de la fédération de Paris. Quand le choix se porte sur des candidats ayant des responsabilités locales, il s'agit souvent de faire figurer sur les listes des personnes qui ont “travaillé” le terrain et se sont fait connaître de la population. Quand le choix se porte sur des militants ayant des responsabilités plus importantes, au niveau fédéral, le but est de leur donner une assise locale qui leur permettra de se faire élire parlementaire.

62A droite existent également des filières un peu différentes. Les partis cherchent à faire figurer sur leurs listes des candidats dont un parent a été conseiller municipal. Il y a là une forme d'héritage politique qui peut attirer les électeurs : Géorgie Auburtin, épouse de Jean Auburtin, Jean Chérioux, petit-fils d'Adolphe Chérioux, François Denys-Cochin, petit-fils de Denys Cochin, Michel Missoffe, neveu de Michel Missoffe, conseiller municipal du quartier des Champs-Elysées de 1919 à 1925 et frère du député François Missoffe, Philippe Mithouard, petit-fils d'Adrien Mithouard, Armand Massard, fils d'Emile Massard, Janine Alexandre-Debray, fille d'Armand Alexandre, Pierre-Christian Taittinger, fils de Pierre Taittinger, Etienne de Véricourt, apparenté par son mariage à Jean Lerolle, député du VIIe de 1928 à 1936, et à Paul Lerolle, conseiller municipal du quartier de l'Ecole Militaire de 1884 à 1898. Les principaux responsables politiques de la droite gaulliste parisienne, qui constituent les listes, cherchent également à avoir le contrôle des dossiers locaux de l'arrondissement qu'ils représentent, en se présentant eux-mêmes, en présentant leur suppléant ou en désignant un membre de leur cabinet ministériel qui suit les dossiers locaux : ainsi Roger Frey désigne Jean-Jacques Gamier ou Jacques Marette René Galy-Dejean.

  • 27 Par exemple, les élus communistes appartiennent souvent à des associations de locataires ou de par (...)
  • 28 Par exemple, Pierre Ruais, qui représente les XIXe et XXe arrondissements, habite dans le XVIe.
  • 29 Michel Salles, qui habite le VIe arrondissement où il milite, se fait élire en 1965 dans le XXe ar (...)
  • 30 Mentions sur la profession de foi (Archives de la Seine D3M2 33).

63Dans ces conditions, l'élection de candidats quelque peu fantaisistes, s'appuyant sur des amitiés locales qu'ils nouent de manière plus ou moins honnête, comme le directeur de music-hall Oscar Dufrenne, conseiller du Xe arrondissement de 1922 à 1933, n'est plus possible. L'appartenance à une association, facteur souvent déterminant lors de la composition des conseils municipaux de province, apparaît également relativement secondaire à Paris, où la vie locale est moins développée et où la presse locale est pratiquement inexistante. Ce facteur n'est presque jamais mis en avant dans les réponses à notre questionnaire. Certes, les conseillers appartiennent parfois à une association27, mais cela s'ajoute en général à un autre facteur d'éligibilité plus important. Le choix des candidats à Paris est un choix essentiellement politique — la polémique sur la candidature socialiste dans le XIXe arrondissement en 1971 le montre bien. Qu'un certain nombre de conseillers municipaux n'habitent pas dans le secteur qu'ils représentent28 ou changent d'arrondissement au gré des élections municipales29 en est une preuve supplémentaire. C'est une fois élus que la plupart des conseillers municipaux se posent en défenseurs des associations locales et se créent une clientèle locale qui leur permet de se faire réélire. Ainsi, Bernard Lafay, désigné comme conseiller du XVIe arrondissement à l'Assemblée municipale provisoire grâce à son action dans la Résistance et réélu ensuite, s'appuie une fois conseiller municipal sur les associations du XVIIe arrondissement pour se constituer une assise politique solide. Les représentants des associations figurent souvent en position non éligible sur la liste après les politiques, quand les élections se font au scrutin proportionnel. Ainsi, aux élections municipales de 1953, dans le quatrième secteur figurent en dernière position de la liste des indépendants, après les candidatures politiques, André Démanche, “vice-président de l'Association des familles dans le 8e arrondissement” et Albert-Paul Ripoche, “vice-président de l'Association des Poilus d'Orient et TOE”30.

Notes

1 Ensemble du groupe Union pour le Renouveau de Paris.

2 Ensemble du groupe Paris-Majorité

3 Jean Teitgen, élu MRP, relève dans Le Monde du 4 novembre 1952 : “Jamais éléments plus disparates n'entrèrent aussi nombreux à l'Hôtel de Ville qu'en 1947 avec la victoire du RPF”.

4 Pour la période postérieure, il faudrait envisager également les élus venus au gaullisme après la démission ou le décès du général de Gaulle.

5 Alain Griotteray, De Gaulle, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Trois portraits cavaliers, Paris, De Fallois, 1990.

6 Il est difficile d'affirmer qu'un élu n'est pas passé par le RPF, dans la mesure où les documents que l'on a conservés sur le RPF, et notamment le fichier, apparaissent tardifs. Toutefois, dans les cinq cas, la mention de leur passage au RPF ne figurant dans aucune biographie et aucune trace de leur adhésion n'ayant pu être retrouvée dans les archives du RPF, il semble possible d'affirmer qu'ils n'ont pas été membres du Rassemblement.

7 Archives de la Seine, D3 M2 33.

8 Le Monde, 13 mars 1959.

9 Pierre Bas, Colette Bécourt-Foch, Alex Biscarre, Michel Caldaguès, René Capitant, Albert Chavanac, Jean Chérioux, Raymond Colibeau, François Collet, Claude Debrion, Didier Delfour, Yves Fortin, René Galy-Dejean, Jean-Jacques Garnier, Michel de Grailly, Nicole de Hauteclocque, Gabriel Kaspereit, Christian de la Malène, Odette Launay, Jean-Charles Lépidi, Claude-Gérard Marcus, Paul Minot, André Planchet, Bernard Rocher, Claude Roux, Jacques Salvinien, Jean Tibéri.

10 Voir partie II “évolution politique”.

11 Plus Nicole de Hauteclocque, conseiller sortant, parlementaire depuis 1962.

12 Lettre de Bernard Rocher à l'auteur, 17 octobre 1990.

13 Entretien avec Pierre Bas avec l'auteur, 9 novembre 1990.

14 Lettre de François Collet à l'auteur, 17 septembre 1990.

15 Lettre de René Galy-Dejean à l'auteur, 1er octobre 1990.

16 François Collet, officier de marine de 1943 à 1959, n'a eu aucune activité politique sous la IVe République, mais sa mère a été membre du Haut Comité à la Famille et à la Population dès sa création par le général de Gaulle.

17 C'est en dehors du mouvement gaulliste que Claude Roux exerce une activité politique sous la IVe République. En 1951, il est candidat de l'Union des républicains et démocrates indépendants aux élections législatives dans la sixième circonscription de la Seine et est élu en 1953 conseiller municipal de Vincennes. En 1954, il est chargé de mission au cabinet du secrétaire d'Etat des PTT du ministère Mendès France, André Bardon et il se représente, à nouveau sans succès, aux législatives de 1956 dans la sixième circonscription sur la liste des Indépendants-ARS. Il appartient alors au Comité Central de l'Action Républicaine et Sociale et au Comité Directeur de l'Association française pour la Communauté Atlantique.

18 Sur le RGR, voir Philip Williams, La vie politique sous la 4e République, Colin, 1971, p. 287-293.

19 Son élection est annulée par le Conseil de préfecture et l'annulation est confirmée par le Conseil d'Etat. Son siège revient en 1955 à Antoinette Valmier.

20 Il s'agit de Jules Mandrillon, Maurice Lancrenon, Julien Tardieu, André Watelet, Jacques Féron, André Fruh, Edmond Champetier de Ribes, René Thomas, Jean-Louis Vigier, Edouard Tercinct, Maurice Dubar.

21 Frédéric-Dupont, Denys-Cochin, Victor Bucaille, Auguste Marboeuf, Emile Veysset, Roger Rigaud, Pierre-Christian Taittinger, Armand Massard, René Fayssat, André-Yves Breton, Jean Pécastaing, Jean Carlier, Robert Castille, François Peretti, Roger Pinoteau.

22 Le Monde, 30 avril 1953.

23 Témoignage de Pierre Bas.

24 Armand Massard quitte le groupe du CNI entre 1959 et 1965. Après avoir pensé à se retirer en raison de son âge, il cède aux pressions de Denis Baudouin, secrétaire général des Indépendants, et de Bernard Lafay qui lui demandent de se représenter afin de contribuer à l'échec de la liste de la majorité gaulliste dans le XVIIe arrondissement (Armand Massard, Faits et méfaits divers, Paris, Editions Pierre Charron, 1970).

25 Toutefois, selon Dominique Venner (Guide de la politique, Balland, 1972), Pierre Lépine a été membre du PSF puis du Parti de la Réconciliation française, mais il ne fait nulle part état de ce passé politique.

26 A son sujet, Annie Kriegel écrit : “Maire adjoint du Ve arrondissement (...) il était devenu une manière de notable de quartier ou, dans la typologie des différentes sortes de militants, un “homme de masse” serviable, disponible et accessible par fonction. Il arpentait infatigablement rues et marchés de son arrondissement, serrait des mains, trinquait au comptoir d'où on le hélait, le contraire d'un bureaucrate — ni serviette, ni carnet, ni sourcil froncé et air important, mais plus fin et averti qu'il n'y semblait à le voir, pas orateur pour un sou, dos rond, poches béantes et pieds traînants” (Ce que j'ai cru comprendre, Robert Laffont, Paris, 1991, p. 375).

27 Par exemple, les élus communistes appartiennent souvent à des associations de locataires ou de parents d'élèves. Pierre Knipiler — candidat suppléant en 1971 devenu conseiller au décès de Jean Legaret — exerce de nombreuses responsabilités au sein du mouvement associatif, notamment dans le premier arrondissement : il est membre du patronage laïque de l'arrondissement, membre, secrétaire général puis vice-président de l'amicale des anciens combattants 1939-1945 du premier secteur de Paris, secrétaire général puis vice-président de l'Amicale des anciens combattants de la Banque de France, administrateur du bureau d'Aide Sociale du premier arrondissement de 1956 à 1976; il appartient également à la ligue universelle du bien public, à l'association France- Britannique

28 Par exemple, Pierre Ruais, qui représente les XIXe et XXe arrondissements, habite dans le XVIe.

29 Michel Salles, qui habite le VIe arrondissement où il milite, se fait élire en 1965 dans le XXe arrondissement et en 1971 dans le XVIIIe. Colette Bécourt-Foch, qui habite dans le IVe arrondissement, représente les XVIe et XVIIe arrondissements puis les Ve et VIe arrondissements. On a vu qu'en 1971 le PC faisait élire des conseillers en dehors de l'arrondissement où ils militent.

30 Mentions sur la profession de foi (Archives de la Seine D3M2 33).

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Professions exercées par les pères des élus de droite
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Tableau 2. Professions exercées par les élus de droite
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Note 11Note 22Tableau 3. Profession des élus des groupes gaullistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Tableau 4 Profession des élus du MRP
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Tableau 5. Etudes supérieures faites par les conseillers de droite ayant effectué des études supérieures
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Tableau 6. Lieux de naissance des élus de droite
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Tableau 7. Répartition par tranche d'âge des membres des groupes gaullistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Légende Tableau 8 : Passé politique des élus RPF de 1947
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Note 116Note 217
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Tableau 9. Activités dans la Résistance des conseillers municipaux de Paris
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Tableau 10. Activités dans la Résistance des nouveaux élus
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1127/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540