Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Troisième partie. Les conseillers municipaux de Paris

Chapitre VIII. Les conseillers de la gauche non communiste

Texte intégral

1En 1965 et en 1971, les conseillers de la gauche non communiste et les communistes sont élus sur les mêmes listes d'Union démocratique. Cette proximité politique est-elle liée à une proximité sociale ? Qui sont les conseillers de la gauche non communiste ?

I — Les caractéristiques sociales 1

  • 1 Dans cette partie, nous allons étudier d'abord les caractéristiques sociales des 49 élus appartena (...)

2Deux femmes seulement sont élues : Juliette Ménard, élue en 1945, et Itala de Zan, qui devient conseiller en 1974 après le décès de Georges Leygnac. Les femmes ne représentent que 4 % des élus de la gauche non communiste.

  • 2 Nous avons pu obtenir cette indication pour 45 conseillers de la gauche non communiste.

3Les élus de la gauche non communiste apparaissent essentiellement issus des classes moyennes. Un tiers sont fils d'employés mais, contrairement aux communistes, on trouve des enfants de professions libérales (8,9 %) et de cadres du secteur public (8,9 %) 2.

Tableau 1. Professions des pères des conseillers municipaux de la gauche non communiste

4La part des ouvriers parmi les élus de la gauche non communiste est pratiquement nulle (2 %). Il n'y a qu'un seul ouvrier élu au titre de la gauche non communiste, Louis Moulinet, syndicaliste CFDT qui rejoint le PS en 1971, tourneur-outilleur chez Thomson. Ces conseillers sont employés, cadres (souvent journalistes) ou exercent une profession libérale.

Tableau 2. Catégories socio-professionnelles des conseillers de la gauche non communiste

  • 3 Pour 1945, 1947 et 1953, il ne s'agit que des membres des groupes socialistes. En 1959, 1965 et 19 (...)

Tableau 3 : Evolution des CSP des élus de la gauche non-communiste 3

5Dans ces conditions, les élus de la gauche non communiste apparaissent logiquement plus diplômés que les élus communistes. Sur les 49 élus, nous disposons d'informations fiables sur 34. Sur ces 34, 26 ont fait des études supérieures, soit 76 %.

Tableau 4 : Etudes faites par les conseillers de la gauche non communiste ayant fait des études supérieures

6Sur 32 élus de la gauche non communistes diplômés sur lesquels nous avons des renseignements fiables, le diplôme le plus élevé

  • est inférieur au baccalauréat dans six cas (18,75 %),
  • est le baccalauréat dans cinq cas (15,6 %),
  • est un diplôme de l'enseignement supérieur dans vingt-et-un cas (65,6 %).

7La part des conseillers municipaux originaires de la région parisienne est sensiblement égale à la moyenne (46,9 % sont originaires de la région parisienne pour une moyenne de 46,4 %).

Tableau 5. Lieux de naissance des conseillers municipaux de la gauche non communiste

8Ces élus sont plus âgés que les élus de la gauche communiste : l'âge moyen d'entrée des élus de la gauche non communiste est de 45 ans, contre 39 ans pour les élus communistes. La moyenne d'âge du groupe SFIO après les élections municipales de 1945 et après les municipales de 1947 est de 46 ans, celle du groupe SFIO après les municipales de 1953 est de 50 ans. En 1959, la moyenne d'âge de l'ensemble des élus de la gauche non communiste est de 54 ans, en 1965 de 56 ans, en 1971 de 49 ans. Le vieillissement que l'on constate jusqu'en 1965 est lié à l'absence de renouvellement du groupe. En revanche, en 1971, le renouvellement du groupe socialiste s'accompagne d'un rajeunissement.

Tableau 6. Répartition par tranches d'âge des membres des groupes de la gauche non communiste

II — Les groupes socialistes : étude politique

  • 4 Les différentes dates d'adhésion sont celles qui figurent dans le Maitron. La date d'adhésion à la (...)
  • 5 La Cognée du XIe arrondissement, n°5, mai 1952 (nécrologie de Xavier Péladan).

9En 1945, la SFIO fait élire des militants de l'entre-deux-guerres s'étant illustrés dans la Résistance. Outre André Le Troquer et Paul Rivet, déjà conseillers municipaux dans l'entre-deux-guerres, sont en effet élus Henri Billebaut, qui a rejoint le mouvement socialiste en 1928, Gaston Gévaudan, membre de la SFIO depuis 1923, André Joublot, qui a adhéré aux Jeunesses socialistes en 1923, Juliette Ménard, membre de la SFIO depuis 1939, Maurice Pressouyre, qui a adhéré à la SFIO à Souillac en 1932, Roger Priou-Valjean, qui a adhéré aux étudiants socialistes en 1929, Henri Vergnolle, qui a rejoint la SFIO en 1916 et a été à plusieurs reprises candidat socialiste dans l'entre-deux-guerres, René Menuet, adhérent à la SFIO depuis 1934 4, Xavier Péladan qui, né en 1912, a rejoint le mouvement socialiste dès son adolescence en adhérant aux Jeunesses socialistes 5. Les nouveaux élus ont pour beaucoup participé à la Résistance, essentiellement au sein du mouvement “Libération-Nord”: Roger Priou-Valjean est l'un des hommes à l'origine de la formation de “Libération-Nord”, Gaston Gévaudan est responsable de quatre arrondissements de Paris au sein de “Libération-Nord”, André Joublot et Henri Vergnolle ont été membres de “Libération-Nord”, Xavier Péladan est président de la 20e section de Paris de “Libération-Nord” et secrétaire général adjoint, René Menuet a été responsable du service Noyautage des Administrations Publiques à la préfecture de la Seine, Maurice Pressouyre est secrétaire du comité local de libération du XIVe arrondissement.

10Deux nouveaux conseillers municipaux socialistes seulement sont élus en 1947 : Charles Cottin, dans le cinquième secteur et Jean Guignebert, dans le deuxième secteur. Tous deux se sont illustrés dans la Résistance. Charles Cottin, vice-président de Libération-Nord dans le XVIe arrondissement, est ensuite secrétaire de la 16e section de la SFIO. Jean Guignebert, secrétaire général à l'Information après l'arrestation de Teitgen en 1944, ne siège que brièvement au groupe socialiste, puisqu'il est exclu de la SFIO en janvier 1948 avec les animateurs de la “Bataille Socialiste” et s'apparente alors au groupe communiste.

  • 6 Date citée lors de sa candidature à la Commission executive fédérale en 1953.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Date citée dans le Maitron.
  • 10 Avant de militer à Paris, Pierre le Goff avait été l'un des animateurs du socialisme dans le Morbi (...)

11Les nouveaux élus de 1953 sont Michel Salles, Pierre Giraud, Maurice Weill et Pierre Le Goff. Tous quatre militent depuis rentre-deux-guerres au Parti Socialiste : Pierre Le Goff adhère à la SFIO en 1919 6, Maurice Weill en 1922 7, Michel Salles en 1934 8, Pierre Giraud en 1929 9. Tous quatre ont déjà été présentés sans succès par le Parti Socialiste à des élections à Paris : Michel Salles aux municipales de 1945, Maurice Weill aux municipales de 1947, Pierre Giraud candidat aux législatives de 1945, de 1946 et de 1951 ainsi qu'aux législatives partielles de 1952, Pierre Le Goff 10 aux municipales de 1945, aux législatives de juin et de novembre 1946, aux municipales de 1947. Ce dernier apparaît comme le dauphin d'André Le Troquer, auquel le Parti Socialiste a demandé de ne pas se représenter afin de laisser la place au Conseil municipal à un militant plus disponible. Michel Salles et Maurice Weill siègent alors à la Commission exécutive de la fédération de la Seine. Enfin, Michel Salles, Pierre Giraud et Pierre Le Goff ont tous trois appartenu pendant la guerre au mouvement de résistance “Libération-Nord”. En 1953, les socialistes sont donc représentés au Conseil municipal par des militants anciens, ayant adhéré dans l'entre-deux-guerres, ayant appartenu pour la plupart à Libération-Nord et étant impliqués depuis plusieurs années dans les combats électoraux.

12Comme le groupe communiste, le groupe socialiste est assez peu renouvelé aux municipales de 1959. Sept des neuf élus sont des sortants : Michel Salles, Pierre Giraud, René Menuet, Maurice Weill, Gaston Gévaudan, Pierre Le Goff, Henri Billebaut. Georges Hirsch, qui avait démissionné en 1953, est réélu en 1959. Il n'y a en réalité qu'un seul nouvel élu, André Weil-Curiel, membre des Jeunesses socialistes puis de la SFIO depuis 1930, déjà candidat aux municipales de 1935 dans le quartier de Notre-Dame-des-Champs contre l'ancien préfet de police Jean Chiappe et aux législatives de 1936 contre un autre élu de la droite parisienne, Louis Rollin. André Weil-Curiel était l'un des premiers Français Libres, ayant rallié de Gaulle à Londres dès juillet 1940. Ce sont encore des militants ayant adhéré dans l'entre-deux-guerres qui représentent la SFIO au Conseil municipal en 1959.

13En 1965, il y a quatre conseillers nouveaux :

  • Gilbert Chabrut, membre de la SFIO depuis 1958, dans le premier secteur,
  • Philippe Pariggi, membre de la “Jeune République”, dans le premier secteur également,
  • Pierre Seince, membre de la SFIO depuis 1959 11, administrateur du foyer Léo-Lagrange dans le dix-huitième arrondissement, gendre de Joseph Raybaud, sénateur des Alpes-Maritimes, conseiller général des Alpes-Maritimes et maire de Levens, dans le douzième secteur,
  • Pierre Astier, membre du mouvement socialiste depuis 1943 12, secrétaire de la vingtième section de Paris de la SFIO depuis la fin des années 50 et déjà candidat aux municipales de 1959 et aux législatives de 1962, dans le quatorzième secteur.

14C'est donc en 1965 seulement que deviennent conseillers municipaux des socialistes ayant adhéré à la SFIO après 1940, et en particulier deux militants ayant rejoint le parti après les événements de 1958.

  • 13 Fédération de Paris du Parti Socialiste, Livre blanc 1969-1971, p. 26 (compte rendu du conseil féd (...)

15Aux élections de 1971, sur les neuf élus inscrits au groupe socialiste, six sont des nouveaux : Daniel Benassaya, Pierre Guidoni, Georges Sarre, Claude Estier, Georges Leygnac, Louis Moulinet, soit 67 %. La fédération de Paris du nouveau parti socialiste a souhaité ce renouvellement, en imposant par exemple la candidature de Pierre Guidoni dans le XIXe arrondissement, alors que la section locale souhaitait représenter le conseiller sortant Henri Billebaut 13. Cette décision provoque une polémique au sein du Parti Socialiste. Il y a en effet une contradiction entre les statuts nationaux du PS — qui stipulent que les candidats aux élections municipales sont choisis par les sections — et les statuts de la fédération de Paris. Selon ces statuts, la commission exécutive fédérale ouvre la procédure de désignation des candidats. Les candidatures sont adressées à la fédération qui en informe les secrétaires de section. La commission exécutive retient les candidatures nécessaires dans chaque circonscription pour assurer la représentation du parti conformément aux décisions des congrès et conseils nationaux et fédéraux. Les sections procèdent à un vote sur ces propositions. Un conseil fédéral ayant pouvoir de congrès retient les candidatures définitives. Il est notamment chargé de régler les conflits qui ont pu naître depuis l'ouverture de la procédure de désignation. La décision du conseil fédéral du 20 février de présenter Pierre Guidoni dans le XIXe arrondissement provoque une certaine polémique. Le 21 février, Henri Billebaut envoie une lettre à Alain Savary, premier secrétaire du PS, lui rappelant le vote en sa faveur de la section du XIXe arrondissement — qui l'a désigné le 8 février par seize voix contre quatre à Pierre Guidoni — et se plaignant de la candidature de Pierre Guidoni, “totalement inconnu dans le XIXe arrondissement”. Le même jour, le trésorier de la dix-neuvième section, Jean Sanchez, envoie une lettre à Alain Savary parlant d'un comité fédéral qui avait “un caractère totalitaire”. Le 23 février, Pierre Guidoni, dans une lettre à Alain Savary, justifie le choix de la fédération :

16Ce mécanisme se justifie par une série de raisons :

  1. Paris est la seule ville qui soit en même temps un département et donc une fédération. Il convient d'y maintenir une certaine unité, donc d'assurer un arbitrage démocratique des conflits éventuels. Ce qui se fait dans toutes les villes au niveau de la section (choix des alliances, désignation des candidats, du maire..) ne peut se faire à Paris, lorsqu'il s'agit d'établir des listes dans toute la capitale, sans intervention de tous les militants — donc d'un Conseil fédéral.
  2. Paris est dotée d'un conseil “sui generis”, le Conseil de Paris, qui n'est ni un conseil municipal, ni un conseil général, mais un organe particulier de la capitale. Les socialistes y forment — comme les statuts les y obligent — un groupe unique : ils ne représentent pas telle ou telle section mais l'ensemble du parti à Paris. Il est normal que l'ensemble des militants participent à leur désignation.
  3. La fédération de Paris vit des efforts de tous ses militants et de toutes ses sections, dans tous les secteurs. C'est leur activité qui permet au parti de maintenir son rang et son audience électorale. Or, la réalité politique (et la force plus ou moins grande de nos alliés dans les divers secteurs) font que la gauche n'a de chances sérieuses que dans cinq ou six secteurs : refuser tout arbitrage fédéral conduirait à pénaliser les trois quarts des militants, qui n'auraient plus aucun droit de regard sur la désignation de leurs candidats à l'Hôtel de Ville”.

17Cet épisode nous paraît particulièrement important. Il montre bien que la désignation des candidats au Conseil de Paris répond bien plus à des préoccupations politiques qu'à des considérations d'ordre local. Le groupe socialiste de l'Hôtel de Ville tel qu'il existe après les élections de 1971 comprend d'ailleurs les diverses générations qui se retrouvent dans le nouveau parti socialiste.

18Les trois conseillers sortants réélus — Michel Salles, Pierre Astier et Pierre Seince — ont adhéré à la vieille SFIO respectivement en 1934, 1943 et 1959.

19Daniel Benassaya, Pierre Guidoni et Georges Sarre sont des membres du CERES, fondé en 1966 par Jean-Pierre Chevènement, dont Georges Sarre fut le suppléant aux législatives de 1968. Georges Sarre, membre de la SFIO depuis 1964, est de 1969 à 1971 premier secrétaire de la Fédération de Paris du Parti Socialiste et Pierre Guidoni, membre de la SFIO depuis 1962, est secrétaire adjoint. Daniel Benassaya, secrétaire de la 13e section de la SFIO à partir de 1968, appartient à la Commission exécutive de la fédération de Paris de la SFIO à partir de 1969.

20Claude Estier et Georges Leygnac sont deux membres de la Convention des Institutions Républicaines. Claude Estier, exclu de la SFIO à la fin de 1947 avec les membres du groupe “Bataille socialiste”, est ensuite membre du Parti Socialiste Unitaire, puis responsable de la Convention des Institutions Républicaines, dont il est le secrétaire général à partir de 1968. Il est élu sous cette étiquette aux législatives de 1967 dans le XVIIIe arrondissement. Georges Leygnac, ancien secrétaire général de la Fédération de la Seine de l'UDSR et ancien secrétaire général adjoint de l'UDSR, candidat aux législatives de 1962 dans la septième circonscription de la Seine sous l'étiquette du Rassemblement Démocratique, a été ensuite membre titulaire (1966, 1967, 1968, 1970) du groupe permanent de la Convention des Institutions Républicaines. C'est sous cette étiquette qu'il s'est présenté aux législatives de 1967 et de 1968 dans la dixième circonscription de Paris (XIe arrondissement).

21Louis Moulinet, ancien permanent de la JOC, est un syndicaliste, secrétaire général adjoint de l'Union Régionale Parisienne CFDT de 1964 à 1971.

22Jusqu'en 1965, la SFIO choisit donc pour la représenter au Conseil municipal des militants ayant rejoint le mouvement socialiste dans l'entre-deux-guerres, exerçant souvent des responsabilités au sein de la fédération. Ces élus sont relativement âgés, avec un recrutement social différent du recrutement communiste : il n'y a pas d'ouvriers mais des employés et des professions intellectuelles. Le renouvellement intervient en 1971, dû à l'effort de rénovation mené alors par le mouvement socialiste et aux progrès attendus du parti socialiste à Paris. Il s'accompagne d'un sensible rajeunissement du groupe.

Notes

1 Dans cette partie, nous allons étudier d'abord les caractéristiques sociales des 49 élus appartenant à la gauche non communiste (socialistes, radicaux de gauche et PSU).

2 Nous avons pu obtenir cette indication pour 45 conseillers de la gauche non communiste.

3 Pour 1945, 1947 et 1953, il ne s'agit que des membres des groupes socialistes. En 1959, 1965 et 1971, il s'agit de socialistes, de radicaux de gauche et des deux élus du PSU (David Weill et Claude Bourdet).

4 Les différentes dates d'adhésion sont celles qui figurent dans le Maitron. La date d'adhésion à la SFIO de Juliette Ménard est celle indiquée lorsque celle-ci est candidate à la commission nationale féminine de la SFIO. Celle d'Henri Billebaut se trouve sur une lettre adressée à Alain Savary en 1971 (dossier “élections”, archives de l'OURS). Celle de René Menuet est indiquée sur la fiche remplie par l'intéressé lors de sa candidature aux élections législatives de 1967 (ibid.).

5 La Cognée du XIe arrondissement, n°5, mai 1952 (nécrologie de Xavier Péladan).

6 Date citée lors de sa candidature à la Commission executive fédérale en 1953.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Date citée dans le Maitron.

10 Avant de militer à Paris, Pierre le Goff avait été l'un des animateurs du socialisme dans le Morbihan. Il avait participé en 1923 à la création de la section SFIO de Vannes dont il reste le secrétaire pendant plusieurs années ; il se présente aux cantonales de 1926 à Auray, est élu conseiller municipal de Vannes en 1929, est secrétaire adjoint de la Fédération socialiste du Morbihan dans les années 30 et se présente aux législatives à Lorient en 1928. 1932 et 1936.

11 Les dates d'adhésion de Pierre Seince et de Gilbert Chabrut proviennent des archives de la Fédération de la Seine de la SFIO (OURS) : congrès fédéraux de 1963 et de 1967.

12 Date indiquée par Pierre Astier (septembre 1990).

13 Fédération de Paris du Parti Socialiste, Livre blanc 1969-1971, p. 26 (compte rendu du conseil fédéral du 20 février 1971) et archives de l'OURS (dossier élections).

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Professions des pères des conseillers municipaux de la gauche non communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Tableau 2. Catégories socio-professionnelles des conseillers de la gauche non communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Tableau 3 : Evolution des CSP des élus de la gauche non-communiste 3
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Tableau 4 : Etudes faites par les conseillers de la gauche non communiste ayant fait des études supérieures
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Tableau 5. Lieux de naissance des conseillers municipaux de la gauche non communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Tableau 6. Répartition par tranches d'âge des membres des groupes de la gauche non communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540