Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Troisième partie. Les conseillers municipaux de Paris

Chapitre VII. Les conseillers communistes

Texto completo

I — Les caractéristiques sociales

  • 1 Les communistes représentent 66 % des femmes dans l'Assemblée Municipale provisoire, 55 % des femm (...)
  • 2 17,8 % en 1945B, 24 % en 1947, 17,8 % en 1953, 20,7 % en 1959, 28 % en 1965 et 25 % en 1971.
  • 3 Témoignage de Micheline Krasucki, lettre du 20 septembre 1991 à l'auteur.

1Sur les 46 femmes élues au Conseil de Paris entre 1944 et 1977, 23 l'ont été sous l'étiquette communiste, soit 50 %1. Les femmes représentent 23,4 % des conseillers communistes et la part des femmes dans le groupe communiste n'est jamais inférieure à 17 %2. Le Parti Communiste désire en effet favoriser la participation des femmes à la vie politique parisienne. Ainsi, en 1953, le PCF souhaite qu'une femme soit élue sous l'étiquette communiste dans chaque secteur3.

2Les conseillers communistes apparaissent dans l'ensemble plus jeunes que les autres conseillers. C'est en 1959 que les conseillers communistes sont les plus âgés, en raison de l'absence de renouvellement du groupe. L'âge moyen d'entrée au Conseil des élus communistes confirme cette relative jeunesse : cet âge moyen est de 39 ans, contre 43 ans pour l'ensemble des conseillers.

Tableau 1. Moyenne d'âge du groupe communiste

Tableau 2. Répartition par tranche d'âge des membres du groupe communiste

  • 4 Le Khi-deux est légèrement significatif (khi-deux de 2,91 avec 1 degré de liberté).

3Ils apparaissent également comme plus Parisiens que la moyenne. 54 % d'entre eux sont nés dans la région parisienne4.

Tableau 3. Lieux de naissance des conseillers municipaux communistes

4Les conseillers communistes sont également d'origine plus modeste. Le tableau des professions des pères (93 connues) met en valeur le nombre important des fils d'employés et surtout d'ouvriers. Un tiers des conseillers communistes sont fils d'ouvriers. Deux seulement sont fils de cadres : André Carrel est le fils d'un journaliste, secrétaire du Comité des forges ; André Lecoeur, nommé en 1945 membre de l'Assemblée municipale provisoire au titre du Front national, mais dont l'appartenance au PC n'est même pas assurée, est fils d'officier. Aucun père de conseiller communiste n'exerce une profession libérale.

Tableau 4. Professions des pères des conseillers municipaux communistes

5Les professions des élus communistes — celles exercées avant qu'ils ne deviennent permanents — mettent également en valeur une origine sociale plus modeste. Quatre conseillers seulement exercent une profession libérale : Charles Lederman et André Blumel (apparenté communiste) sont avocats, Pierre Rouquès est médecin, Jean-François Chabrun (nommé en 1945) est homme de lettres. Trois seulement peuvent être considérés comme cadres : André Lecoeur est ingénieur, André Carrel est journaliste, rédacteur en chef du Front national quotidien, puis chef de la rubrique politique de L'Humanité, Louis Baillot est ingénieur à l'Office national d'études et de recherches aéronautiques.

Tableau 5. Catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux communistes

6Quand on examine les professions mandature par mandature, on remarque une évolution du caractère ouvrier du groupe communiste : la part des employés baisse.

Tableau 6. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux communistes

7L'étude des conseillers municipaux communistes confirme bien que le PC donne alors la priorité aux ouvriers. Pour les non ouvriers, le fait d'être d'origine ouvrière est un titre de noblesse. Seuls 36 conseillers municipaux communistes ne sont ni ouvriers, ni fils d'ouvriers, soit 36,7 % de l'effectif.

8Compte tenu des caractéristiques sociales des conseillers communistes, il n'est pas surprenant qu'un faible nombre d'entre eux aient fait des études supérieures : 17 sur 98, soit 17,4 %. Quatre ont fait des études de droit (André Blumel, qui n'est qu'apparenté au groupe communiste, Charles Lederman, Pierre Néron, Pierre Mialet) ; trois des études de lettres (André Carrel, Jean-François Chabrun, Georges Cogniot, normalien de la rue d'Ulm), un des études de médecine (Pierre Rouquès), un des études de sciences (Paul Langevin). Trois ont fréquenté des écoles habilitées à délivrer des diplômes d'ingénieur (Gaston Auguet, Louis Baillot, André Lecoeur), cinq une école normale d'instituteurs (André Voguet, Madeleine Marzin, Catherine Lagatu, Maria Rabaté, Marie Fanonnel).

II — Les caractéristiques politiques

  • 5 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, Paris, Fayard, 1984, t. 4, p. 242.

9Après les élections municipales de 1945, le groupe communiste a 27 membres. 17 siégeaient dans l'Assemblée municipale provisoire. Il y a donc 10 élus nouveaux, soit 37 % du groupe : Henri Gourdeaux, Pierre Delon, René Laignel, Auguste Touchard, Robert Francotte, Yvonne Sampaix, Pierre Rouquès, Georges Cogniot, Clément Baudouin, François Sauvage. Six de ces élus nouveaux ont déjà été candidats aux municipales à Paris dans l'entre-deux-guerres et deviennent conseillers municipaux à la Libération grâce à l'influence croissante du Parti Communiste à Paris. Georges Cogniot et Auguste Touchard, élus députés en 1936, ont été candidats malheureux aux municipales de 1935, dans les quartiers de la Goutte d'Or (XVIIIe) et Combat (XIXe). Pierre Delon a été candidat aux municipales de 1935 dans le quartier de la Roquette (XIe), Henri Gourdeaux aux municipales partielles de 1933 dans le quartier Picpus (XIIe), Gabriel Sauvage en 1935 dans le quartier Saint-Georges (IXe) et Jean Thomasson dans le quartier Picpus (XIIe). Le choix d'Yvonne Sampaix s'explique en grande partie parce qu'elle est l'épouse de Lucien Sampaix, secrétaire général de L'Humanité en 1939, fusillé par les Allemands pendant l'Occupation. Clément Baudouin, Robert Francotte et René Laignel ont eu des responsabilités importantes dans la Résistance communiste, qui expliquent probablement qu'ils soient choisis en 1945. Clément Baudouin est membre de l'état-major des FTPF en zone sud. Robert Francotte héberge des résistants, en particulier Jean Jérôme, collaborateur de l'état-major des FTP ; après l'arrestation de Jean Jérôme, il conserve la garde de l'argent du parti communiste, qu'il remet à la Libération à Waldeck L'Huillier5. Il est par ailleurs président du Comité Local de Libération du XIVe arrondissement. René Laignel est lieutenant des Forces Françaises de l'Intérieur.

10Le groupe reste largement composé de militants ayant rejoint le PC avant le Front Populaire. Dix d'entre eux se sont présentés aux municipales à Paris dans l'entre-deux- guerres, dont quatre élus (Léon Mauvais, Raymond Bossus, Gaston Auguet, Emmanuel Fleury).

* sans précisions
Tableau 7. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1945

11En 1947, il y a dix conseillers communistes nouveaux, soit 40 % du groupe : Carmen Blotron, Maurice Colin, Andrée Coquais, Suzanne Diquélou, Maria Doriath, André Huraux, André Lunet, Lucienne Mazelin, Georges Rondot, André Voguet. Dans au moins six cas sur dix, ces nouveaux élus sont des militants communistes de l'entre-deux-guerres remarqués par leur action dans la Résistance et qui sont alors sollicités pour être conseiller municipal, alors qu'ils n'ont pas été candidats dans l'entre-deux-guerres.

12Maurice Colin, membre du Parti Communiste dès l'entre-deux-guerres, est mobilisé en septembre 1939 ; évacué de la ligne Maginot, il s'échappe avant l'arrivée des Allemands à Saint-Mihiel et regagne Paris où il prend contact avec le Parti Communiste clandestin, notamment avec Maurice Berlemont et Madeleine Marzin. Il participe à la constitution des Comités populaires qui organisent l'action contre l'occupant et est arrêté en 1943 par la Gestapo. Interné à Fresnes puis à Compiègne, il travaille à l'organisation clandestine du PC dans le camp, puis est déporté à Mauthausen puis au kommando de Loibl-Pass où il participe à la réorganisation clandestine du PC. Il y dirige l'organisation clandestine du Front National et commande l'organisation militaire clandestine du camp, qui permet au kommando de se libérer lui-même. Après sa libération, il commande l'unité militaire des Français sur le front de Yougoslavie. Après la guerre, de retour en France, il appartient à la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes.

13Suzanne Diquélou, militante communiste dès l'entre-deux-guerres, appartient pendant la guerre aux FTPF.

14Maria Doriath est membre du Parti Communiste depuis 1935 et membre du comité de section du Ville arrondissement de 1937 à 1939. Internée en 1940 comme militante syndicaliste communiste, elle est libérée et, alors qu'elle travaille à la brasserie Marignan sur les Champs-Elysées, participe à la résistance intérieure communiste en prenant des initiatives personnelles de fin 1939 à avril 1941, puis contribue à la formation des comités populaires dans les hôtels, cafés et restaurants, dans le cadre du Front National à partir de 1941. Elle prend part à la Libération dans le XIe arrondissement de Paris et est secrétaire de section dans le XIe arrondissement à partir de 1945.

15André Huraux, responsable de l'Agit-Prop dans les entreprises pour la section communiste du XIIIe arrondissement en 1937, est en 1940 l'un des organisateurs des comités populaires de la Métallurgie, dans les XIIIe, XIVe et XVe arrondissements. Il anime la résistance chez Panhard et dans les usines de la Rive gauche. Il est arrêté et déporté en Allemagne, d'avril 1943 à mai 1945, au camp d'Oranienbourg.

16André Lunet, membre du PC depuis 1937, replié à Limoges en 1940, est responsable régional du PCF pour la Haute-Vienne pendant la guerre.

17André Voguet adhère au Parti Communiste dans le treizième arrondissement en 1937, en soutien à la politique antifasciste menée par le PC. Il est fortement marqué par la personnalité du conseiller municipal communiste René Le Gall, fusillé par les Allemands pendant la guerre. Sous l'Occupation, il est secrétaire du Front National Universitaire Clandestin et il côtoie Frédéric Joliot-Curie, Jacques Decour, Danielle Casanova, Jacques Solomon, Georges Politzer, Paul Langevin...

18Ces nouveaux élus communistes sont également pour la plupart des militants syndicalistes. André Huraux est secrétaire du syndicat CGT des Métaux de la région parisienne de 1946 à 1948. André Lunet, secrétaire du syndicat CGT des Métaux de la région parisienne de 1936 à 1939, participe pendant la guerre aux activités de la CGT clandestine et est membre du bureau du syndicat unique de la Métallurgie jusqu'en 1944 ; à la Libération, il remet sur pied l'Union CGT des Bouches-du-Rhône et est nommé en 1946 secrétaire de l'Union syndicale des travailleurs de la Métallurgie de la Seine. André Voguet a été désigné pour représenter le Syndicat National des Instituteurs aux travaux de la commission Langevin-Wallon. Maria Doriath, élue déléguée du personnel en 1936 à la brasserie du Claridge, est secrétaire de la section syndicale Hôtels-Cafés-Restaurants-Brasseries (HCRB) du Ville arrondissement de 1936 à 1939, membre du Conseil syndical des HCRB de 1936 à 1939 et membre du Bureau syndical des HCRB de 1937 à 1939.

19En 1947, le Parti Communiste choisit de préférence des militants qui ont adhéré au PC dans l'entre-deux-guerres plutôt qu'à la période de la Libération, qui n'ont pas pris part aux luttes politiques parisiennes de l'entre-deux-guerres mais qui ont participé à la Résistance et qui ont des responsabilités dans le mouvement syndical.

20Si l'on envisage l'ensemble du groupe communiste en 1947, on obtient la stratification suivante, qui montre encore la représentation quasi exclusive des élus communistes ayant adhéré au Parti Communiste antérieurement à la déclaration de guerre.

* sans précision
Tableau 8. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1947

21Les municipales de 1953 — où sont élus six conseillers nouveaux sur vingt-huit conseillers, soit 21 % du groupe — sont les dernières où l'on fait entrer au Conseil municipal, comme en 1947, des militants ayant adhéré au Parti dans l'entre-deux-guerres et qui, tout en s'étant illustrés dans la Résistance, appartiennent à une génération communiste antérieure à la génération de la Résistance.

22Jean Roger adhère au Parti Communiste dès 1932. Pendant la guerre, il est résistant et déporté à Mauthausen. Il est déjà candidat aux législatives d'octobre 1945, de juin 1946 et de novembre 1946, où il figure en cinquième ou sixième position sur la liste communiste conduite par André Marty dans la première circonscription de la Seine.

23Louis Turpin est membre du Parti Communiste depuis 1935. Mobilisé en 1939 et fait prisonnier de guerre, il est responsable de l'organisation clandestine du stalag 369. Il avait déjà été candidat à différentes reprises, aux législatives d'octobre 1945, de juin et de novembre 1946 en position inéligible sur la liste communiste conduite par Marcel Cachin dans la deuxième circonscription de la Seine et aux municipales de 1947 dans le quatrième secteur.

24Pierre Mialet est membre du Parti Communiste depuis 1932, ayant adhéré à l'âge de dix-huit ans. Il rejoint la Résistance communiste après sa démobilisation le 15 août 1940. Arrêté le 1er juin 1941, il s'évade, puis continue ses actions de résistance, dans le cadre du Front national, jusqu'en 1945. Le Parti Communiste le présente déjà sans succès aux municipales de 1947 sur la liste communiste dans le septième secteur, aux législatives de 1951 sur la liste communiste dans la troisième circonscription de la Seine et aux sénatoriales de 1952 en seizième position de la liste communiste de la Seine.

25Les candidatures de Louis Turpin et de Pierre Mialet ont une signification un peu particulière. Louis Turpin a été maire-adjoint du IXe arrondissement de juillet 1947 à novembre 1950, Pierre Mialet maire du IIIe de novembre 1947 à novembre 1950. Tous deux ont été révoqués, comme l'ensemble des maires et maires-adjoints communistes. Les faire entrer au Conseil municipal où ils défendent les intérêts de la même population dont ils ont eu à s'occuper en tant que maire est une manière pour le PC de protester une nouvelle fois contre l'injustice de cette révocation.

26Il apparaît pourtant une tentative de rajeunissement du groupe. Plusieurs des nouveaux élus appartiennent à la génération qui a adhéré au Parti Communiste soit pendant la guerre, soit à la Libération.

27André Sibaud a participé à la Résistance dans le centre de la France, comme membre des M.U.R. à Clermont-Ferrand de septembre 1942 à juin 1943. Il participe en novembre 1942 à sa première réunion de cellule du PCF clandestin et est admis au PC en février 1943. En juin 1943, la police de Vichy et la milice attaquent le maquis auquel il appartient dans la région d'Arlanc (Puy-de-Dôme). Son père est arrêté, déporté à Dachau où il meurt en février 1945. Fin 1943, André Sibaud reprend contact avec les FFI-FTP. Sous-officier FFI, il participe à la libération de la région de Saint-Etienne et de Lyon sous les ordres du commandant Massart, le futur député communiste de la Loire, Théo Vial.

28Micheline Krasucki a adhéré au Parti Communiste en 1946.

  • 6 Catherine Lagatu, qui succède en 1954 à Alban Satragne, décédé, appartient également à cette génér (...)

29Louis Baillot adhère aux Jeunesses Communistes et au PC en 1944. Son choix a là aussi une signification : arrêté pour avoir participé aux manifestations contre Ridgway, il est lors de son élection incarcéré à Fresnes6.

30La stratification des générations communistes est résumée dans le tableau suivant.

* sans précision
Tableau 9. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1953

31En 1959, il n'y a que quatre nouveaux élus (13,8 % du groupe) : Raymond Thoirain (membre des Jeunesses Communistes depuis 1934 et du Parti Communiste depuis 1938, l'un des responsables de la grève générale insurrectionnelle du 10 août 1944 dans le métro, secrétaire de la Fédération de Paris), André Moroni (membre du Parti Communiste depuis 1943, ancien membre de l'Armée Rhin et Danube), Raymond Laurens (ancien prisonnier de guerre évadé), Pierre Néron (membre du PC depuis la Libération et membre du Bureau de la Fédération de Paris du PC). Le tableau suivant résume les générations politiques :

* sans précision
Tableau 10. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1959

32En 1965, le groupe comprend quinze conseillers nouveaux, qui représentent 60 % du groupe : Charles Lederman, Roland Pérona, Andrée Pouillot, élus dans le premier secteur, Liliane Brozille et Joseph Marquez, élus dans le deuxième secteur, Andrée Delbos et André Réau élus dans le septième secteur, Andrée Grunn et André Blumel, élus dans le douzième secteur, Jacques Grosman et Jean Portejoie, élus dans le treizième secteur, Michel Férignac, Henri Malberg, Jacques Risse, Christiane Schwartzbard, élus dans le quatorzième secteur. Ces nouveaux élus sont des membres de l'appareil, et il s'agit pour la plupart d'entre eux de leur première candidature à une élection : seuls André Réau et Charles Lederman ont été candidats aux législatives de 1962, le premier comme suppléant. Le tableau suivant met en valeur les différentes générations représentées au groupe communiste :

* sans précision
Tableau 11. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1965

  • 7 Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964, les Communistes français dans la capitale, Champval (...)
  • 8 Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 34, p. 96.
  • 9 Sur le Parti Communiste et les Juifs, voir Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964, les Comm (...)

33L'éligibilité au sein du Parti Communiste peut se définir comme l'aboutissement d'une progression dans l'appareil et d'un travail sur le terrain. Le cas d'André Réau semble caractéristique : il adhère au PC en 1953 dans le XIIIe arrondissement où il travaille, est secrétaire de cellule six mois après son adhésion, membre du Comité fédéral deux ou trois ans plus tard, secrétaire d'une des sections de l'arrondissement en 1956, permanent et secrétaire du XIIIe arrondissement en 1960, membre du Bureau fédéral et candidat suppléant aux législatives de 1962, enfin candidat aux municipales de 1965 dans l'un des arrondissements où les chances de la gauche unie sont les plus grandes7. D'autres cas sont plus spécifiques. Ainsi, le Parti Communiste présente dans le premier secteur l'avocat Charles Lederman, d'origine juive polonaise, qui, pendant la guerre, a milité dans le secteur juif et a participé à la rédaction et à la diffusion de la presse résistante juive. Il est l'un des fondateurs de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, dont il est à la Libération le secrétaire général puis le président8. La présentation de Charles Lederman dans le premier secteur, qui englobe les deuxième et troisième arrondissements, est une façon pour le PC de s'attirer les suffrages des communautés juives du Sentier et du Marais9.

34En 1971, sur vingt conseillers communistes ou apparentés, il y a huit nouveaux, soit 40 % du groupe : Aimé Delarue, Henri Derrien, Jean Gajer, Alain Lhostis, Henri Meillat, Michèle Potier, Louis Régulier, Roland Wlos. Comme en 1965, il s'agit pour l'essentiel de conseillers désignés par le PC en raison de leurs responsabilités dans l'appareil et de leur ancien militantisme sur le terrain. Deux cas sont caractéristiques : ceux d'Aimé Delarue et de Jean Gajer.

  • 10 Lettre d'Aimé Delarue à l'auteur, 10 octobre 1990.

35Aimé Delarue est membre du Parti Communiste depuis 1952, membre du Comité fédéral depuis 1964 et secrétaire du XIe arrondissement depuis 1970 ; il milite également dans les associations de parents d'élèves, dans les associations de locataires, au Comité pour le logement social et à la Fédération Sportive et Gymnique du Travail. Il est présenté à plusieurs reprises à des élections sans succès : en 1965 dans le quatrième secteur (IXe, Xe arrondissements), aux législatives de 1967 comme suppléant de Raymond Barbe dans la septième circonscription (IXe arrondissement), aux législatives de 1968 dans la neuvième circonscription (Xle arrondissement). En 1971, le PC le présente dans un secteur où les chances de la gauche sont grandes. Aimé Delarue peut expliquer cette candidature : “J'ai été présenté par la Fédération de Paris du PCF et les militants du Xle arrondissement. Mon expérience concernant les petites et moyennes entreprises, leurs problèmes économiques, la situation des salariés, mes méthodes de travail dans la coordination et la direction des diverses activités de notre parti ont été, je pense, quelques-unes des raisons de ma candidature10

36Jean Gajer adhère en 1946, à l'âge de 15 ans, à la Jeunesse Communiste, et au Parti Communiste en 1948. Secrétaire de cercle de l'UJ en 1948, puis secrétaire du XVIIIe arrondissement, il entre au Comité Fédéral de la Seine de l'Organisation de la Jeunesse en 1949. Délégué au Festival mondial de la Jeunesse de Budapest, il est arrêté dans l'affaire de la caserne Clignancourt (manifestation contre le départ de soldats en Indochine) et reste en prison quelques semaines. En 1950, il devient secrétaire fédéral de la Seine de l'Organisation de la Jeunesse et commence à travailler comme dessinateur en bâtiment. A son retour du service militaire, il entre au Comité National de la Jeunesse et au Comité Fédéral de Paris du PC après la conférence préparatoire au XIVe Congrès de juin 1956. Licencié de l'entreprise Schwartz-Haumont, il devient en mars 1957 permanent et premier secrétaire de la Fédération de Paris de l'Union de la Jeunesse. En 1958, il entre au bureau de la Fédération de Paris du PC et, à l'automne 1959, au bureau national de la Jeunesse Communiste. En 1962, 1967 et 1968, il est le suppléant de Louis Baillot, candidat et député (1967-1968) de la vingt-septième circonscription (XVIIIe arrondissement). Aux municipales de 1965, il figure sur la liste de l'Union démocratique dans le 12e secteur (XVIIIe arrondissement) comme suppléant. C'est à l'issue de cet itinéraire que le PC le désigne pour représenter le XVIIIe arrondissement au Conseil de Paris.

37Certains, militants dans des arrondissements où les chances de la gauche sont faibles, sont présentés dans les secteurs où les chances de succès de l'Union démocratique sont plus importantes, afin de suivre au Conseil de Paris les problèmes de l'arrondissement où ils militent.

38Henri Derrien, membre du PC depuis 1959, est secrétaire de la section Citroën-15e du Parti Communiste de 1966 à 1969, membre du comité fédéral depuis décembre 1968 et secrétaire du comité fédéral du XVe arrondissement depuis novembre 1969. Présenté comme candidat suppléant aux législatives de 1967 et de 1968 dans la dix-septième circonscription de Paris (XVe arrondissement), il est présenté par le PC aux municipales dans le XIIIe arrondissement. Les chances de la gauche étant faibles dans le XVe arrondissement, le PC fait élire dans un arrondissement jugé plus sûr un conseiller qui pourra suivre au sein du Conseil de Paris les affaires du XVe arrondissement, en particulier le problème des terrains Citroën et l'aménagement du Front de Seine.

  • 11 Paris Hebdo, n° 62, 20 janvier 1978.

39Le cas de Louis Régulier est assez proche de celui de Henri Derrien. Membre du Parti Communiste à partir de 1958 après avoir milité à la CGT depuis 1948, il est secrétaire de cellule, puis secrétaire de la section entreprise de la gare des Batignolles et secrétaire du comité du XVIIe arrondissement de Paris du PCF et membre du comité fédéral. Alors que son militantisme se déroule essentiellement dans le XVIIe arrondissement, où il se présente aux législatives de 1967 et de 1968, le PC le présente aux municipales de 1971 dans un arrondissement jugé plus sûr, le XVIIIe arrondissement. Lorsque Paris-Hebdo fait son portrait à la veille des législatives de 1978, il signale : “En 1971, il est élu conseiller municipal sur la liste du XVIIIe arrondissement, afin d'avoir plus de poids pour intervenir sur les problèmes du XVIIe arrondissement11.

40Le cas de Roland Wlos est identique. Membre du Parti Communiste depuis juin 1955, après avoir adhéré à la Jeunesse Communiste en 1954, il est secrétaire de la section “Bel Air” en 1966, membre du secrétariat du XIIe arrondissement en 1967, 1968 et 1969 et secrétaire du XIIe arrondissement en 1970. Il appartient au Comité fédéral à partir de 1970. Les chances de la gauche étant faibles dans le XIIe arrondissement, il est présenté par le PC aux municipales de 1971 dans le XIe arrondissement.

41De même, Alain Lhostis (membre des Jeunesses Communistes depuis 1961, du Parti Communiste depuis janvier 1963, ancien premier secrétaire de section des cheminots de la gare de l'Est et premier secrétaire du Xe arrondissement depuis 1969) est présenté par le Parti Communiste dans le XIXe arrondissement, les chances de la gauche étant faibles dans un Xe arrondissement traditionnellement marqué à droite. C'est lui qui intervient ensuite au Conseil de Paris sur les questions du Xe arrondissement, notamment sur l'établissement de l'espace vert de l'hôpital Villemin, et il se présente aux législatives de 1973 dans le Xe arrondissement.

42Le tableau suivant présente les différentes générations communistes : la génération ayant adhéré avant 1939 disparaît presque totalement.

* sans précision
Tableau 12. Date d'adhésion au PC des conseillers élus en 1971

  • 12 Lettre de Michel Férignac à l'auteur du 21 septembre 1990 : “Candidat, à la demande du PCF, aux él (...)

43Les conseillers communistes, qui sont désignés par le parti pour figurer sur les listes, sont donc prioritairement issus de milieux ouvriers. Plus jeunes que la moyenne des conseillers, ils n'ont pas fait d'études supérieures. Ils sont choisis d'abord parmi des militants de l'entre-deux-guerres, ayant adhéré pour la plupart avant 1936 (la génération du Front Populaire et celle de la Résistance paraissent peu représentées), s'étant illustrés dans la Résistance, en particulier au moment de la libération de Paris, puis ils sont désignés en fonction de leurs responsabilités locales ou fédérales. S'ils ne sont pas permanents au moment de leur élection, ils le deviennent ensuite12.

Notas

1 Les communistes représentent 66 % des femmes dans l'Assemblée Municipale provisoire, 55 % des femmes élues en 1945, 46 % des femmes élues en 1947, 71 % des femmes élues en 1953, 60 % des femmes élues en 1959, 58 % des femmes élues en 1965, 55 % des femmes élues en 1971.

2 17,8 % en 1945B, 24 % en 1947, 17,8 % en 1953, 20,7 % en 1959, 28 % en 1965 et 25 % en 1971.

3 Témoignage de Micheline Krasucki, lettre du 20 septembre 1991 à l'auteur.

4 Le Khi-deux est légèrement significatif (khi-deux de 2,91 avec 1 degré de liberté).

5 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, Paris, Fayard, 1984, t. 4, p. 242.

6 Catherine Lagatu, qui succède en 1954 à Alban Satragne, décédé, appartient également à cette génération communiste : née en 1919, membre du mouvement de Résistance “Libération-Nord”, elle adhère à la CGT en 1945 et au Parti Communiste en février 1946 et appartient au bureau de la section à Châteaulin dès 1946. Aux municipales de 1947, elle est candidate à Port Launay (Finistère).

7 Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964, les Communistes français dans la capitale, Champvallon, 1991, p. 231 et témoignage d'André Réau (lettre à l'auteur d'octobre 1991).

8 Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 34, p. 96.

9 Sur le Parti Communiste et les Juifs, voir Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964, les Communistes français dans la capitale, Champvallon, 1991, p. 155 à 167.

10 Lettre d'Aimé Delarue à l'auteur, 10 octobre 1990.

11 Paris Hebdo, n° 62, 20 janvier 1978.

12 Lettre de Michel Férignac à l'auteur du 21 septembre 1990 : “Candidat, à la demande du PCF, aux élections municipales de 1965 et élu, je deviens, conformément à la tradition communiste, permanent politique exerçant à la fois une activité pour le Parti et mon mandat d'élu”.

Índice de ilustraciones

Leyenda Tableau 1. Moyenne d'âge du groupe communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 104k
Leyenda Tableau 2. Répartition par tranche d'âge des membres du groupe communiste
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 118k
Leyenda Tableau 3. Lieux de naissance des conseillers municipaux communistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 141k
Leyenda Tableau 4. Professions des pères des conseillers municipaux communistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 200k
Leyenda Tableau 5. Catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux communistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 153k
Leyenda Tableau 6. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux communistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 201k
Leyenda * sans précisionsTableau 7. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1945
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 132k
Leyenda * sans précisionTableau 8. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1947
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 133k
Leyenda * sans précisionTableau 9. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1953
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 170k
Leyenda * sans précisionTableau 10. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1959
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda * sans précisionTableau 11. Date d'adhésion au PC des conseillers municipaux élus en 1965
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 124k
Leyenda * sans précisionTableau 12. Date d'adhésion au PC des conseillers élus en 1971
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1125/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 112k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site