Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

1re section. Commercialisation, marchés, crises

Espaces de sociabilité paysanne et marchés en Catalogne : les exemples d’Amer et Monells vers 1300

Elvis Mallorquí et Lluís To Fijueras

Note de l’auteur

Cet article reprend la communication que nous avons donnée au colloque tenu à Béziers en 2005 en l’honneur de Monique Bourin. Nous tenons à remercier ses organisateurs pour l’opportunité qu’ils nous ont donnée de présenter cette recherche. E. Mallorquí a fait le dépouillement des archives de Monells et L. To Figueras a travaillé sur celles d’Amer, mais nous considérons le texte comme le résultat d’une recherche collective largement inspirée des travaux et des intérêts scientifiques de Monique Bourin.

Texte intégral

  • 2 R. H. Hilton, « Small town society in England before the Black Death », Past and Present, 105 (1984 (...)

1L’importance des petites villes avec marché dans la société rurale du Moyen Âge a été déjà soulignée par les historiens dans plusieurs régions d’Occident2. Le rôle de ces villes comme lieu central où s’échangeaient produits de la campagne et des ateliers urbains est un lieu commun dans les descriptions des rapports sociaux à l’échelle locale.

2Il est moins fréquent de pouvoir mesurer l’aire d’influence de ces marchés ou l’impact de leur existence dans les économies paysannes ou dans la mobilité des hommes et des femmes. En Catalogne, on a l’avantage d’avoir conservé, parfois en grand nombre, des registres des notaires de quelques-unes de ces petites villes-marchés depuis la fin du xiiie siècle. Dans ces pages, on essayera de démontrer par le biais des registres des notaires l’importance des marchés hebdomadaires pour les populations rurales qui s’y rendaient de façon plus ou moins régulière. Le fait qu’on pouvait profiter de la visite au marché pour aller chez le notaire et y faire enregistrer des actes est l’un des seuls moyens permettant de mesurer l’aire géographique couverte par l’un de ces marchés. En poursuivant l’analyse de la clientèle des notaires, on peut aussi analyser les déplacements des populations rurales vers les petites villes pour s’y marier, puis dessiner l’aire géographique des mariages.

  • 3 L’analyse révélait une série de zones concentriques : le village, les villages voisins et une couro (...)

3Dans sa thèse, sur la base de l’un des seuls registres conservés en Bas-Languedoc pour la période antérieure à 1348, celui de J. de Fumo, notaire de Clermont, Monique Bourin avait déjà essayé de délimiter l’horizon spatial des villageois languedociens : l’aire géographique dans laquelle on rencontrait des partenaires pour faire des affaires et celle un peu plus large dans laquelle on pouvait trouver un conjoint3. En suivant cette piste, on a cru bon de tirer profit de la proverbiale richesse des minutiers catalans du bas Moyen Âge pour essayer d’éclairer un peu le genre de rapports existant entre les habitants des petites villes et ceux de leurs entourages ruraux. On utilisera ici les données de deux bourgs du diocèse de Gérone : Monells, une toute petite bourgade bâtie au pied du château des seigneurs du même nom, à proximité de la ville de La Bisbai, et Amer, une petite ville qui s’était développée à côté d’une abbaye bénédictine, Sainte-Marie d’Amer.

L’aire géographique des mariages : l’exemple d’Amer

4Pour analyser l’aire géographique des mariages, on a utilisé les premiers registres conservés des notaires d’Amer, petite ville monastique avec un marché, située au milieu d’une vallée appelée elle aussi d’Amer, à quelques kilomètres de Gérone, siège diocésain et chef-lieu d’un vieux comté.

  • 4 A. M. Aragó, « La col.lecta del bovatge del 1327 », Estudis d’Història Medieval, 3 (1970), p. 39-51
  • 5 Pour un aperçu des mas dans la vallée entourant la petite ville d’Amer : J. Blanco, « Masos i masos (...)

5La population de la ville peut être estimée à 208 feux, d’après le relevé de feux destiné au bovaticum de 13274. La population paysanne habitait dans des mas ou fermes dispersés tout d’abord dans ce qu’on appelait la vallée d’Amer, qui comprenait l’espace le plus proche de la ville et dont la population était estimée à 140 feux. Au-delà de la vallée, des populations paysannes habitaient dans des mas plus ou moins dispersés dans l’espace de plusieurs paroisses rurales et dans des hameaux groupés autour de leur église, selon le modèle de la celiarla bien connue du Roussillon voisin5. Il y avait par exemple à proximité d’Amer des cellaria habitées à St. Climent d’Amer, St. Cristòfor de les Planes, St. Marti de Llèmena et une sacraria à Tinyoses. Il avait aussi, à proximité, des bourgades un peu plus consistantes comme St. Feliu de Pallerols, en amont de la vallée d’Amer, et Anglès, la popule nove castri Anglesio, vers la ville de Gérone (voir carte).

  • 6 Il s’agit de 29 volumes ou fragments de minutiers, parfois quelques folios épars. Les notaires étan (...)
  • 7 Ce contraste entre garçons et filles est également perceptible dans les testaments où l’on a l’habi (...)

6Dans ces registres ou fragments de registres de la période 1278-1331, on a pu retrouver 359 contrats de mariage6. Il s’agit d’un échantillon inégalement réparti car il manque des registres concernant les années 1280-1281, 1285, 1287-1289, 1304-1306, 1327 et il n’y a presque rien pour l’année 1324. Mais on a pu retrouver des exemples des autres années de la période. Évidemment, il ne s’agit que d’un échantillon incomplet de tous les contrats de mariage effectivement enregistrés chez les notaires d’Amer. On peut avoir connaissance de beaucoup d’autres au travers d’actes écrits se rapportant aux contrats de mariage. Par exemple, l’acte par lequel les familles reconnaissaient la dette de la dot ou l’apport du fiancé (donatio propter nuptias), qui d’habitude suit le contrat de mariage, apparaît parfois de forme isolée et offre un complément de données sur quelques mariages supplémentaires. La façon de régler les transferts de dots ou dons de l’époux, en général échelonnés sur plusieurs échéances, permet aussi de retrouver des traces de contrats de mariage dans les minutiers. En effet, chaque versement d’argent pouvait donner lieu à l’enregistrement d’un acte de quittance (apocha) de l’argent encaissé. Cela nous permet d’avoir des renseignements sur quelque 240 mariages dont les contrats n’ont pas été conservés, et bien entendu des renseignements supplémentaires sur une partie des contrats connus. Viennent enfin les actes par lesquels un homme ou une femme renonçait aux droits à l’héritage paternel et au droit à la part légitime sur cet héritage. Cette renonciation était aussi une des clauses habituelles des contrats de mariage, car c’était en échange de la dot que les fiancés l’acceptaient. On peut toutefois rencontrer ce type d’acte isolé parfois lié aux épousailles, mais parfois sans rapport évident avec un mariage quelconque. Ainsi, les fils pouvaient recevoir cette légitime en quittant le foyer paternel avant leur mariage ou après. Sur l’échantillon de 112 actes, 45 concernent des femmes ou des hommes mariés, mais 67 ne font pas mention de conjoint. Les filles sont plus nombreuses dans le premier groupe (29 contre 16) tandis que les garçons le sont largement dans le second (60 contre 8)7.

7Une partie des habitants ont pu faire des noces sans la formalité d’un contrat écrit. En fait, on a des indices de l’existence de ce qu’on appelle parfois les mariages clandestins ou autres formes d’union moins formelle. Mais malgré ses limites, l’échantillon est précieux par le volume de mariages connus directement ou indirectement et par le fait qu’il concerne une population qui pour l’essentiel était une population paysanne.

Tableau 1 – Les contrats de mariage et actes concomitants dans les registres des notaires d’Amer (1278-1331)

Tableau 1 – Les contrats de mariage et actes concomitants dans les registres des notaires d’Amer (1278-1331)

8Les registres des notaires ont l’avantage de classer les individus par rapport à leur paroisse, ville ou bourgade de résidence, et on se rend compte tout de suite que la clientèle qui fréquentait l’étude du notaire était composée majoritairement d’hommes et de femmes venant de l’extérieur de la ville.

  • 8 Il y a une vaste bibliographie sur le sujet. Voir entre autres : M. Aventín, « Familia i unitat d’e (...)

9Le modèle successoral de la région et de l’ensemble de la Vieille Catalogne visait à transmettre intégralement le patrimoine à un seul des enfants8. Cet héritier unique était en général l’aîné des garçons mais on constate d’importantes nuances à ce modèle. Quelques familles paysannes ont préféré une fille comme héritière, même s’ils avaient des fils mâles, alors que cela ne se faisait jamais chez les nobles. Les autres enfants de la famille recevaient un héritage en argent : la dot dans le cas des filles, les droits « légitimaires » dans le cas des garçons. Mais on octroyait parfois aussi des biens fonciers comme complément ou comme alternative au versement pécuniaire. Cela veut dire qu’on voyait plus de filles allant s’installer chez leurs époux, surtout quand ceux-ci étaient des héritiers d’un patrimoine foncier, que le contraire.

10Une autre caractéristique du modèle familial de la région permet souvent de mieux préciser le sens des déplacements pour cause de mariage. Plus de la moitié des contrats de mariage conservés sont précédés d’un acte de transmission du patrimoine de la part des parents à l’héritier ou héritière qui va se marier par la suite. Ces actes assortis de plusieurs clauses prévoient invariablement la cohabitation des parents, ou de l’un d’eux s’il s’agit de veufs ou veuves, avec le nouveau couple et le partage en cas de dispute qui rendrait la vie commune difficile. Il s’agit du modèle de famille-souche parfaitement décrit par les anthropologues pour la période contemporaine. 196 des 359 contrats de notre échantillon sont ainsi précédés de cet acte de transmission d’héritage ou « hérétament » au bénéfice de l’héritier qui doit se marier. Ce modèle a l’avantage de nous permettre de saisir qui des deux conjoints s’est déplacé pour s’installer en gendre ou belle-fille chez la famille de son conjoint, désormais titulaire du patrimoine familial. Très souvent il en adopte le nom, qu’il soit gendre ou belle-fille.

11Dans les 163 contrats de mariage restants, d’autres clauses permettent souvent de savoir lequel des deux fiancés allait s’installer chez l’autre. En effet, dans la plupart des cas on prenait soin de bien préciser lequel des deux apportait seulement de l’argent, un argent qui n’était pas versé mais généralement promis par le biais d’une reconnaissance de dette. L’autre partie se contentait d’en faire une promesse théorique équivalente, mais ils mentionnaient les biens fonciers, le patrimoine, qui garantissait l’argent reçu de son partenaire. Il peut s’agir de maisons en ville mais le plus souvent ce sont des mas qui apparaissent aussi comme la garantie préférée dans les contrats précédés de transmission d’héritage. En tout cas, un patrimoine foncier bien décrit garantissait les apports monétaires dans 77 cas et dans les 86 autres c’était soit une référence vague à l’ensemble de biens d’un des deux conjoints, dans 39 cas, encore moins de précisions dans 47 cas.

  • 9 AHG, Notaría Amer, vol. 14b, fol. 127 ; 1.6.1319.

12Si dans la plupart des contrats était promise et enregistrée une dot ou donatio propter nuptias exprimée en argent, c’est plutôt l’apport de l’ensemble des biens des deux fiancés que l’on rencontre en guise d’échanges dotaux dans 23 cas. Les deux conjoints s’engagent à mettre en commun tous leurs biens que désormais ils possèdent ensemble. Dans ce cas de figure d’absence de garantie foncière et d’apport de l’ensemble de biens, le nouveau couple pouvait créer un nouveau foyer et constituer un nouveau patrimoine sans que l’on puisse dire avec certitude si l’un des deux avait déménagé plutôt que l’autre. Dans ces quelques cas douteux, on a attribué au premier cité dans le contrat le rôle de celui qui déménageait. Comme exception, on peut citer le cas du couple formé par Guillema Escala et Pere de Basses : d’après une clause dans leur contrat de mariage, les parents de l’épouse leur offrent la possibilité d’habiter chez eux pendant trois ans sans frais à payer. Un délai raisonnable qui devait servir au couple pour trouver une maison à eux et quitter celle destinée sans doute à héberger un frère héritier qui apparaît dans l’acte9.

  • 10 Cette obligation réelle de la dot est l’occasion de prélever une taxe servile, la firma sponsalici (...)

13Les garanties foncières, qui expliquent le foisonnement d’actes écrits par le notaire, sont utiles pour cerner un peu les contours sociaux des familles engagées dans ces contrats de mariage. On a laissé de côté le seul cas d’un mariage noble où la garantie d’une dot en argent bien en dessus de la moyenne était la maison forte (stallium) du lignage, les Rocasalva de Susqueda. En revanche, on peut penser que pour cette typologie de contrats il était indispensable de posséder un patrimoine foncier suffisant et que tous ceux qui n’en avaient pas risquaient de n’apparaître jamais dans un contrat signé en face du notaire. La majorité des contrats avaient pour garantie un patrimoine dont l’élément essentiel était un mas (166) ou des patrimoines assimilés (62) sur un total de 359 contrats10. Bien évidemment, pour les contrats où il y avait un acte préalable de transmission du patrimoine, cette majorité était encore plus nette.

Tableau 2 – Éléments servant à garantir la dot ou donatio propter nuptias du conjoint dans les contrats de mariage

Hommes

Femmes

Total

Mas, demi-mas, borde, cabane, métairie (masoveria)

147

81

228

Maison et autres éléments fonciers (potager, étal)

24

7

31

Terres, vignes...

4

0

4

Tous leurs biens (omnia bona)

39

8

47

Imprécis

40

8

48

Le rôle de la petite ville dans les mariages

14Dans notre échantillon de contrats de mariage, une minorité seulement concernent des habitants de la petite ville d’Amer, ce qui est la conséquence à la fois de la haute densité démographique des paroisses des alentours et du rayonnement des services de leurs notaires. Autrement dit, la taille de la ville d’Amer était bien modeste par rapport à l’ensemble de la population habitant dans l’espace qui l’entourait. Dans 286 cas de l’échantillon de 359, ni l’un ni l’autre des fiancés n’habitait la ville. Dans 23 cas, les deux étaient des habitants d’Amer et dans 49 autres un des deux était de la ville (et dans 34 cas la résidence d’un des deux partenaires n’est pas précisée).

15Cette asymétrie en recoupe bien d’autres. Si on regarde de près les 72 cas où au minimum un des deux était de la ville, on peut observer que le nombre de fiancé(e)s se déplaçant vers Amer était supérieur au nombre de ceux qui quittaient la ville pour épouser quelqu’un ailleurs : 7 cas seulement contre 39 qui avaient fait le trajet dans le sens inverse. L’asymétrie se rencontre aussi dans le fait que ce sont plutôt des filles qui viennent épouser des garçons d’Amer, au nombre de 30 contre 9 garçons, qui suivent le même chemin. En revanche, les filles des familles de la ville se mariaient de préférence dans la même ville. Mais ici il faut rappeler que ce sont surtout les filles qui se déplaçaient pour cause de mariage car le système successoral donnait la préférence à l’héritier mâle et tendait à exclure les filles de l’héritage paternel par le biais de la dot. La coutume encourageait plutôt les filles à se déplacer lors du mariage pour s’installer chez leur conjoint ou très souvent chez leurs beaux-parents. Ce constat peut être confirmé et renforcé par les données obtenues d’autres types d’actes qui attestent des mariages. Toujours dans cette période, le bilan sur le marché matrimonial était favorable à la petite ville.

Tableau 3 – Les fiancés et fiancées d’Amer d’après 72 contrats de mariage et 68 actes concomitants (1278-1331)

Amer

Hors Amer

Inconnu

Total

Garçons d’Amer quittant le foyer pour se marier

5

3(1)

-

8(1)

Filles d’Amer quittant leur foyer pour se marier

18(5)

4(1)

-0)

22(7)

Provenance des fiancés des filles d’Amer

5

9 (8)

2(3)

16(11)

Provenance des fiancées des garçons d’Amer

18 (5)

30 (42)

1 (7)

49 (54)

Entre parenthèses, les données des quittances, reconnaissances de dettes et cessions de légitime

16Une explication possible de cette asymétrie peut résider dans le fait que ceux qui partaient pour se marier loin d’Amer utilisaient de préférence les services d’un autre notaire installé plus près du lieu de résidence du conjoint. Un petit groupe de fiancées viennent d’autres villes ayant elles aussi des notaires (Vic, Anglès, St. Feliu de Pallerols) ou de villages plus proches de ces centres. On peut supposer que, lorsque les enfants des familles d’Amer épousaient quelqu’un de ces centres ou lorsque le couple allait s’y installer, leur contrat était enregistré chez le notaire qui était le plus proche et non dans les registres d’Amer.

17Une autre explication peut entrer en compte, sans être incompatible avec la première, c’est que le nombre d’époux ou épouses venus d’ailleurs soit supérieur à celui des partants. Dans ce cas de figure, les mariages auraient été un des moyens pour les excédents démographiques des familles paysannes de s’installer en ville et de contribuer à l’accroissement des populations urbaines. Si on suit cette hypothèse, force est de constater que les fiancé(e)s apportaient avec eux une dot ou une donatio propter nuptias pécuniaire. L’argent des familles paysannes s’écoulait ainsi vers la ville, et les exploitations paysannes contribuaient par là à financer le développement de cette petite ville et probablement de bien d’autres ailleurs.

18En tout cas, les conséquences sociales de ces alliances matrimoniales entre familles paysannes et familles de la ville ne sont pas négligeables. Les rapports de parenté entre les uns et les autres pouvaient contribuer à cimenter des rapports à plusieurs niveaux. Et on en verra un exemple par la suite.

19Sur notre échantillon de 359 contrats de mariage, il y en a 287 dont aucun des conjoints ne vivait dans la ville d’Amer. Ces mariages unissaient souvent des hommes et des femmes du même village ou d’une même paroisse qui avaient utilisé les services du notaire de la ville d’Amer pour enregistrer leurs épousailles. Mais étant donné la dispersion de l’habitat et la faible taille démographique de chaque communauté villageoise ou paroissiale, si on voulait éviter l’inceste et les dangers d’ordre infernal qu’il évoquait, on était forcé le plus souvent de chercher un conjoint en dehors de la paroisse ou de la communauté d’origine. C’est pourquoi seuls 98 couples d’un échantillon de 359 unissaient deux fiancés du même endroit. Les 98 incluent les 23 contrats de mariage unissant deux époux de la ville, et 29 de la vallée entourant Amer. Mais partout les couples issus de la même paroisse sont très minoritaires par rapport aux couples formés par l’arrivée d’une épouse ou d’un époux d’une autre paroisse.

20Cette image de dispersion et de forte mobilité doit être nuancée par le fait que la distance qui séparait les maisons familiales des deux conjoints était le plus souvent assez réduite. Autour de l’entité que les textes appellent la vallée d’Amer, et parfois en faisant partie, il y avait trois paroisses qui aujourd’hui font partie de la commune d’Amer (St. Climent d’Amer, Lloret Salvatge, St. Genis Sacosta, en plus de St. Miquel qui était la paroisse de la ville). Un deuxième cercle est constitué par les paroisses qui jouxtaient cet ensemble (St. Julia de Llor, Anglès, St. Martí Sacalm, Susqueda, les Planes d’Hostoles, St. Pere Sacosta, les Encies, Cogolls). En direction nord-est, dans la vallée de Llèmena, parallèle à celle d’Amer, il y avait plusieurs paroisses (St. Aniol de Finestres, Granollers de Rocacorba, St. Esteve de Llèmena, la Barroca, St. Martí de Llèmena, St. Pere de Llora, Ginestar, Sta Cecília de les Serres) et de là on parvenait vers le sud à Constantins. Toutes les populations citées se trouvent à l’intérieur d’un rayon de 10 km autour de la petite ville d’Amer. Or, l’écrasante majorité des contrats de mariage recensés concernent des familles habitant cette aire géographique. Une aire géographique où Amer était la seule agglomération ayant des caractéristiques urbaines, exception faite d’Anglès, la populatio des vicomtes de Cabrera.

Tableau 4 – L’aire géographique des époux d’après 359 contrats de mariage et 321 actes concomitants (1278-1331)

Héritier/ère, conjoint avec un patrimoine

Époux/se partant avec une dot ou don marital

Ville d’Amer

130 (19,1 %)

38 (5,6 %)

Vallée d’Amer (et commune actuelle d’Amer)a

208 (30,6 %)

189 (27,8 %)

Paroisses voisines de la vallée d’Amerb

123 (18,1 %)

168 (24,7 %)

Vallée de Llèmena, Constantins et Anglèsc

148 (21,8 %)

141 (20,7 %)

St. Feliu de Pallerols et autres paroisses et villes plus lointainesd

37(5,4 %)

79 (11,6 %)

Inconnu

34 (5 %)

65 (9,5 %)

a) Vallée d’Amer, St. Climent d’Amer, St. Genís Sacosta, Lloret Salvatge, St. Miquel d’Amer.
b) St. Julia de Llor, St. Martí Sacalm, les Planes d’Hostoles, St. Pere Sacosta, Les Encies, Cogolls, la Barroca, Sta. Cecilia de les Serres.
c) St. Aniol de Finestres, Granollers de Rocacorba, St. Esteve de Llèmena, St. Martí de Llèmena, St. Pere de Llorà, Ginestar, Susqueda, Constantins, Anglès.
d) St. Esteve d’en Bas, Falgons, Mieres, St. Miquel de Campmajor, St. Iscle de Colltort, Rupit, Pruit.

21Comme on l’a déjà remarqué plus haut, les fiancé(e)s de ce noyau qui allaient se marier ailleurs pouvaient enregistrer leur mariage auprès d’un notaire situé plus près de leur nouveau foyer. C’est ainsi qu’on peut expliquer le fait que les paroisses plus proches d’Amer aient enregistré moins de fiancés partant de chez eux que l’inverse, tandis que les populations plus lointaines sont celles où l’on enregistre davantage de filles ou de garçons quittant leur foyer familial pour se marier que de jeunes restant chez eux lors du mariage.

22Or une paroisse très proche de la ville d’Amer, comme c’était le cas de St. Marti Sacalm, enregistre aussi un plus grand nombre de départs pour se marier ailleurs que d’arrivées pour épouser les héritiers ou héritières des mas de la paroisse (5 mariages concernent deux conjoints habitants de la paroisse, 20 des héritiers avec des conjoints venus d’ailleurs et 39 des filles ou fils partant se marier ailleurs). On peut dans des cas comme celui-ci penser que la paroisse a eu des excédents démographiques, et donc des enfants cadets qu’on essaye d’installer ailleurs par la voie du mariage. Au moins 8 enfants de cette paroisse, 2 garçons et 6 filles, ont été mariés avec des habitants de la ville d’Amer, contre deux filles seulement ayant fait le chemin en sens inverse. Sans doute une prosopographie plus détaillée de ces familles paysannes pourrait nous confirmer si en effet il y a eu des ménages avec plus de deux enfants arrivées à l’âge adulte capables d’encourager les migrations vers la petite ville autour de 1300.

  • 11 Il reçoit en plus le droit d’utiliser une forêt avec un bail à cens, AHG, Amer, vol. 13, fol. 201 ( (...)

23Parmi les actes dépouillés, il y a aussi un petit nombre de renonciations aux droits légitimaires n’étant pas liés à un quelconque mariage. On sait par ailleurs que c’étaient les fils cadets qui se voyaient accorder une somme d’argent en échange de la cession à leur frère ou sœur aîné les droits sur le mas ou le patrimoine familial. Six étaient des hommes de la ville, mais la plupart étaient issus de la vallée ou des paroisses rurales dont il a été question jusqu’ici. Pour quelques-uns, on nous dit qu’au moment de signer l’acte ils habitent déjà en dehors du foyer familial : un dans la ville de Gérone, un autre dans la populatio d’Anglès et trois autres dans la ville d’Amer. L’expression utilisée (modo habitator, nunc commorans, etc.) suggère un déménagement plus ou moins récent dans le temps. Pour ce groupe largement masculin (60 hommes pour 8 femmes seulement), la mobilité n’est pas forcément liée au mariage mais plutôt aux opportunités de travail ou d’apprentissage qu’offraient les villes médiévales. Le lien entre la cession des droits légitimaires et l’apprentissage est même parfois nettement exprimé. En effet, lorsque Pere de Castanyer de la paroisse de St. Martí Sacalm renonce à son droit sur le mas familial au bénéfice de sa sœur et son beau-frère, il reçoit 300 sous et les frais de l’apprentissage dans un métier pendant deux ans et demi11. C’est pour cela qu’il est intéressant de jeter un coup d’œil sur les contrats d’apprentissage.

Les déplacements des apprentis

24Un peu partout, les analyses sur le recrutement des apprentis des métiers urbains ont montré l’importance des effectifs ruraux. La même conclusion peut être établie pour le cas de la ville d’Amer. Dans les registres des notaires de la période choisie, on peut rencontrer une cinquantaine de contrats d’apprentissage : 44 pour des jeunes hommes et 10 pour des filles. Sur cet échantillon, 10 contrats concernent des transferts vers la ville de Gérone, où la variété des métiers et les dimensions de l’artisanat offraient des possibilités bien plus larges que celles de la petite ville d’Amer. Celle-ci devient pourtant la destination prévue pour 28 apprentis, 11 autres feront leur apprentissage avec des artisans situés dans les villages ou hameaux entourant la vallée (tisserands, tailleurs, charpentiers et dans un cas un peu spécial un clerc qui s’engage à apprendre à écrire à un jeune homme), et dans 5 autres le lieu de résidence du maître n’est pas précisé. Si, dans la petite ville d’Amer, on ne pouvait rencontrer certains des métiers qui attiraient les jeunes vers Gérone (bosseria, flassader, albadaner), les contrats attestent quand même de 9 métiers différents, même si la plupart concernent les tisserands, tailleurs et cordonniers.

25En revanche, les familles des apprentis étaient dans 10 cas des habitants de la ville d’Amer, les autres étant de la vallée ou des paroisses voisines (5 de la vallée d’Amer, 1 de la vallée d’Anglès, 2 de Castanyet, 1 de Cogolls, 1 de Les Encies, 1 de St. Esteve de Llèmena, 2 de St. Julià de Llor, 2 de St. Martí Sacalm, 1 de Susqueda), 5 seulement venaient d’un peu plus loin : 1 de St. Joan de Fàbregues, 1 de Sta Creu d’Horta, 1 de Vilobí d’Onyar, 1 de St. Feliu de Pallerols, 1 de St. Miquel de Pineda, et 1 de très loin (Perpignan) pour poursuivre son apprentissage auprès du chirurgien de la ville.

  • 12 S. P. Bensch, « Apprenticeship, wages, and guilds at Puigcerdà (1260-1300) », dans El món urbà a la (...)

26L’analyse d’un échantillon assez large de la ville de Puigcerdà, au cœur des Pyrénées catalanes à la fin du xiiie siècle, a déjà montré l’importance des liens existant entre les familles des apprentis et les maîtres de métier qui les accueillent, ainsi que leurs engagements réciproques dans les contrats12. Les familles des apprentis d’Amer, comme celles des apprentis d’origine rurale de Puigcerdà, s’engagent à participer aux frais, à fournir des vivres (victum) ou des quantités fixes de céréales ou de vin, ou de l’argent en suffisance pour payer le maintien de l’apprenti. Par exemple, Bernat de Croses, qui sera pendant deux ans apprenti du forgeron de la ville d’Amer, apporte 10 quartiers de céréales et 25 sous, et le maître prend en charge l’alimentation pendant toute la durée du contrat. D’autres arrangements concernent l’habillement ou le maintien de l’apprenti s’il tombait malade car généralement, au-delà des huit jours, la famille devait prendre en charge son entretien. Toutes ces clauses confirment l’idée déjà exprimée plus haut que les familles paysannes ont contribué en hommes et en argent au dynamisme des petites villes aux alentours de 1300.

  • 13 La même clause est présente dans les contrats des apprentis de Puigcerdà cités par S. Bensch.
  • 14 Pour cette question, l’exemple des travaux sur l’Angleterre de la même période nous paraît crucial  (...)

27Le rôle des rapports de parenté dans l’artisanat médiéval a déjà été souvent relevé, pour souligner entre autres la transmission des métiers de père en fils, au sein de la famille. Des cas comme celui d’Amer permettent d’élargir un peu la perspective. Ci-dessus, on a démontré l’importance des alliances matrimoniales qui se tissent entre familles de la ville et celles de son hinterland rural. Sans doute ces liens déjà établis facilitaient-ils l’embauche de jeunes du monde rural de la part des artisans de la ville, ils permettaient aux familles rurales d’obtenir les contacts nécessaires pour installer de façon convenable leur enfant auprès d’un maître réputé. Une dernière clause qui revient dans au moins douze des contrats analysés est celle qui permettait au jeune apprenti d’avoir quelques jours de permission pendant les moissons (un mois) et les vendanges (de huit jours à un mois). Sans doute la clause prévoyait-elle la participation des apprentis aux tâches agricoles qui mobilisaient le plus grand nombre de bras, chez leurs parents ou ailleurs13. Pour ces jeunes à la charnière du monde urbain et rural, ces « congés » annuels étaient assurément l’occasion de retrouver les liens avec leurs racines paysannes. Ils incarnent le degré d’interdépendance entre monde urbain et monde rural14.

Le marché de Monells d’après les registres du notaire

  • 15 E. Mallorquí, « La vila de Monells, del segle ix al xii », Estudis del Baix Empordà, 18 (1999), p.  (...)

28Monells était une petite bourgade née au pied du château des seigneurs du lieu et bâtie autour de la place où se tenait le marché hebdomadaire depuis 1102. Un censier des années 1220 dénombre 139 individus composant 75 familles, et un siècle plus tard, vers 1330, l’analyse des deux registres notariaux permet de compter un minimum de 282 habitants, groupés en un minimum de 183 familles15. Parmi ces 282 habitants, il y en avait un pourcentage non négligeable (40 %) qui étaient identifiés avec leur métier, ou qui portaient un anthroponyme dérivé d’un métier. On y trouve des marchands, des drapiers, des cordonniers, des tailleurs, des forgerons, des meuniers, etc. Une activité sans doute animée par l’existence du marché hebdomadaire.

  • 16 AHG, Notarial, Monells, vol. 162, de mai 1332 au 3 avril 1333 avec 809 actes, et vol. 161 du 3 avri (...)
  • 17 V. Farías, « Las vilas de la región catalana en los siglos xii-xiv. Propuestas para el estudio del (...)

29L’analyse approfondie des registres de notaires de Monells des années 1332-133316 et sa comparaison possible avec les travaux réalisés sur les livres des juifs de la Bisbai et sur des censiers de quelques paroisses voisines (Cruïlles, Sant Sadurní et d’autres de la région attenante des Gavarres) permettent d’apporter un éclairage sur le degré d’attraction du village et du marché de Monells sur les populations rurales des environs ou sur son entourage rural17. Les registres de notaires apportent de ce point de vue des précieux renseignements.

  • 18 D’après une notice plus tardive de 1368 : die sabbati ·IIa· die septembris, on faisait une annonce (...)
  • 19 AHG, Notarial, Cruïlles, vol. 1 (1302-1304). Sur la dispersion du peuplement dans la paroisse de Cr (...)

30Tout d’abord, les actes enregistrés par les notaires dans leurs minutiers sont datés, ce qui permet de les classer par jour de la semaine. Le classement des actes enregistrés par le notaire Jaume Marti dans les registres conservés des années 1332 et 1333 permet de déceler un rythme hebdomadaire très clair (voir le tableau 5). Un seul jour, le samedi, concentre un plus grand nombre d’actes que tout le reste des jours de la semaine. On peut en déduire qu’il s’agissait du jour du marché hebdomadaire, ce qui peut être confirmé par ailleurs18. La comparaison avec les actes d’un minutier du village de Cruïlles, juste à côté de Monells, où se déplace le notaire Jaume Marti de Monells pour y enregistrer des actes19, permet de vérifier que le jour de la semaine où l’on enregistre moins d’actes est justement le samedi puisque la plupart de l’activité se déroulait à Monells ce jour-là. En revanche, à Cruïlles, un village sans marché, c’est le dimanche que l’on enregistrait le plus grand nombre d’actes : c’était le jour de la messe et beaucoup d’habitants des mas dispersés profitaient qu’ils se rendaient au village pour aller chez le notaire.

Tableau 5 – Nombre d’actes par jour de la semaine enregistrés par le notaire à Cruïlles et à Monells

Tableau 5 – Nombre d’actes par jour de la semaine enregistrés par le notaire à Cruïlles et à Monells

31Les notaires notaient toujours le lieu de résidence des gens qui s’engageaient par un contrat quelconque et celui des témoins. Si les témoins étaient toujours présents auprès du notaire, ceci n’est pas le cas pour les contractants : très souvent les époux agissaient au nom de leurs épouses absentes, et quelquefois nobles, chevaliers ou marchands agissaient par l’intermédiaire de procureurs (procuratores), ce qui leur permettait de ne pas être présents chez le notaire au moment où l’on rédigeait l’acte. Par conséquent, on peut dénombrer assez précisément la quantité d’hommes et de femmes qui passaient réellement par l’étude du notaire. Comme pour le nombre d’actes, on découvre ainsi qu’à Monells les individus présents un samedi (531) sont largement plus nombreux que ceux qu’on peut compter pour l’ensemble du reste des jours de la semaine (346). Un autre constat peut être tiré des données du lieu d’origine des individus présents en face du notaire.

32En effet, les jours sans marché, la plupart des clients du notaire (60 %) sont des habitants de la petite bourgade de Monells. Le samedi, jour du marché, c’est justement l’inverse : la plupart des présents à l’étude du notaire (60 %) sont des habitants des paroisses des alentours : Cruïlles, St. Sadurní de l’Heura, Corçà, Madremanya, Caçà de Pelràs ou d’autres un peu plus lointaines de la plaine du Baix Empordà. Il s’agit pour la plupart de paroisses rurales avec des populations paysannes, et un petit nombre seulement provenaient de la petite ville voisine de la Bisbal ou d’autres noyaux de peuplement d’une taille bien supérieure à celle de Monells.

  • 20 Individus qui apparaissent dans le registre vol. 161 du notaire de Monells, d’avril à août 1333. On (...)

Tableau 6 – Rayonnement du marché de Monells d’après le lieu de résidence des présents dans les actes notariés (1333)20

Zone de provenance

Jours de marché

Jours sans marché

Total

Monells

139 (26,18 %)

232 (60,42 %)

371 (40,55 %)

Paroisses voisinesa

201 (37,85 %)

87 (22,54 %)

288 (31,48 %)

Plaine du Baix Empordàb

123 (23,17 %)

17 (4,43 %)

140 (15,3 %)

Massif des Gavarresc

38 (7,15 %)

30(7,81 %)

68 (7,43 %)

Autresd

30 (5,65 %)

18 (4,69 %)

48 (5,25 %)

Total

531

384

915

a) St. Sadurni de l’Heura, Madremanya, Caçà de Pleràs, Corçà et Cruïlles.
b) Castell d’Empordà, la Bisbal, Casavells, Mata, Vulpellac et autres.
c) St. Mateu de Montnegre, St. Cebrià de Lledó, Sta. Pe Naia, Sta. Àgata, St. Cebrià dels Alls et Fitor.
d) Gérone, Barcelone, et autres.

33Les jours où il n’y avait pas de marché à Monells, le notaire pouvait s’occuper aussi d’une clientèle en provenance des paroisses rurales proches, comme par exemple celles de St. Cebrià de Lledó, dans le massif montagneux des Gavarres, ou celles de son versant nord-oriental : Madremanya, St. Martí Vell et la Pera. Mais pendant ces jours de la semaine, la concurrence des notaires de la petite ville de la Bisbai ou des notaires de Rupia, Peratallada ou Ullastret prenait une bonne partie de la clientèle qui, un jour par semaine, le samedi, s’acheminait à Monells (voir carte).

  • 21 M. Le Mené, « Métayage et bail à cheptel dans l’Ouest de la France (1335-1342) », dans Campagnes mé (...)

34On a peu de doutes sur le caractère rural du marché de Monells, malgré l’existence d’une petite vente de produits manufacturés proposés par les artisans locaux ou apportés par des marchands. L’un des produits vendus et achetés sur la place du marché était assurément le bétail. Les registres du notaire de Monells des années 1332 et 1333 contiennent au total 90 baux à cheptel ou transactions concernant des animaux, presque toujours en petit nombre mais portant au total sur 506 têtes de bétail21. D’après ces actes, on peut aussi connaître la localité d’origine du bétail vendu ou cédé à Monells, ou plus exactement le lieu de résidence des éleveurs. Les actes de bail à cheptel permettent de bien distinguer qui étaient les individus chargés de l’élevage des animaux. C’est un peu moins clair quand il s’agit de transactions, bien que beaucoup parmi les vendeurs d’animaux déclarent les avoir chez eux, tandis que les acquéreurs sont parfois des habitants de mas. Par exemple, au moins 16 habitants de la paroisse voisine de Cruïlles sont allés à Monells pour y acquérir ou vendre des petits troupeaux qu’ils pouvaient garder dans leurs mas ou les maisons où ils demeuraient. Cela montre le caractère non exclusivement agricole de ces exploitations paysannes.

Tableau 7 – Le bétail au marché de Monells d’après 90 baux à cheptel et transactions (1332-1333)

Tableau 7 – Le bétail au marché de Monells d’après 90 baux à cheptel et transactions (1332-1333)
  • 22 8 baux ou transactions sur le bétail ont été conclus pendant la foire de Monells (nundinis Monellor (...)
  • 23 Par exemple, Pere Surell boucher (carniçerio) de Gérone, AHG, Monells, vol. 162, fol. 54 (18.10.133 (...)

35Une bonne partie des baux ou transactions, 60 sur go, ont été signés un samedi, le jour du marché, et quelques transactions ont eu lieu pendant une foire qui se tenait à Monells autour des 10 et 11 octobre22. Cette foire était sans doute consacrée pour une bonne partie à l’élevage, de même que le marché était l’occasion pour les paysans de rencontrer des acquéreurs parfois venus de loin. On retrouve à Monells des citoyens de Gérone, en particulier des bouchers ou des marchands à la recherche de la viande qu’ils pourraient vendre en ville23. Ceci n’est qu’un des exemples qui permettent de juger de l’importance des marchés ruraux et de leur rôle d’intermédiaires entre le monde des exploitations paysannes et celui des villes, et que l’activité des notaires permet d’éclairer.

36L’analyse des cas d’Amer et Monells a permis de mettre en lumière l’importance du monde paysan dans l’essor et le développement des petites villes et des bourgades : elles assurent le succès du marché et fournissent une partie considérable de la clientèle des notaires qui y résident. L’espace dessiné par les rapports qui se tissent autour du marché explique en partie les mariages entre conjoints habitant des paroisses différentes mais faisant partie de la même aire géographique. Les liens familiaux établis par les mariages ont certainement contribué à cimenter les rapports entre paysans des vallées et hameaux relativement éloignés qui pouvaient se côtoyer sur la place du marché hebdomadaire. Mais les contrats de mariage font aussi état d’un flux migratoire de jeunes villageois vers la ville, parallèle à celui des jeunes apprentis. Ce flux vers la petite ville était aussi accompagné par celui des paiements de dots pécuniaires. Ceci démontre que, d’une façon ou d’une autre, les épargnes paysannes ont contribué à l’essor urbain de la période précédant la Peste noire dans l’Occident méditerranéen. Malgré leur taille modeste, les villes de marché du diocèse de Gérone qu’étaient Amer et Monells ont été un maillon incontournable pour l’intégration sociale des familles paysannes dans une économie plus vaste.

Carte 1 – Aire géographique de 359 mariages enregistrés par les notaires d’Amer (1278-1331)

Carte 2 – Présents en face du notaire de Monells (1331-1332)

Notes

2 R. H. Hilton, « Small town society in England before the Black Death », Past and Present, 105 (1984), p. 53-78, et id., « Medieval market towns and simple commodity production », Past and Present, 109 (1985), p. 3-23.

3 L’analyse révélait une série de zones concentriques : le village, les villages voisins et une couronne plus large. Et en général l’aire matrimoniale était un peu plus vaste que celle qui séparait les contractants d’un acte notarié quelconque : M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : Genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle), Paris, L’Harmattan, 1987, p. 90-93.

4 A. M. Aragó, « La col.lecta del bovatge del 1327 », Estudis d’Història Medieval, 3 (1970), p. 39-51.

5 Pour un aperçu des mas dans la vallée entourant la petite ville d’Amer : J. Blanco, « Masos i masos grassos a la vall d’Amer (segles XIV-XVI) », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. 43 (2002), p. 29-105. Nous n’avons pas pour la région une enquête comparable à celle d’A. Catafau, Les celleres et la naissance du village en Roussillon (xe-xve siècles), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1998. On trouve pourtant des renseignements précieux dans V. Farías Zurita, « La sagrerà catalana (C.1025-C.1200). Características y desarrollo de un tipo de asentamiento eclesial », Studia Historica-Historia Medieval, 11 (1993), p. 81-121, et V. Farias, R. Martí et A. Catafau, Les sagreres a la Catalunya medieval, Gérone, Documenta Universitaria, 2007.

6 Il s’agit de 29 volumes ou fragments de minutiers, parfois quelques folios épars. Les notaires étant Pere de Planca (1278-1279), Ramon de Susqueda (1282-1303), Bartomeu Descafilar (1310-1324), Bonanat Ballester (1325-1355). Comme ailleurs, la seigneurie abbatiale contrôlait ici l’office notarial qui était assuré par un seul notaire monopolisant cette fonction pour l’ensemble de la ville et ses alentours. Arxiu Historic de Girona (AHG), Notaría d’Amer, vol. 2, 2b, 3, 3b, 4, 5 (1278-1290) ; vol. 5, 6, 7, 8 (1291-1300) ; vol. 8b, 9, 9b, 20b, 10 (1301-1310) ; 10, 19,11, 12, 20b, 14, 14b, 13 (1311-1320), 14b, 15,16, 20, 22, 23, 23b, 21, 626, 25 (1321-1331).

7 Ce contraste entre garçons et filles est également perceptible dans les testaments où l’on a l’habitude de demander de bien marier les filles, avec une dot convenable, tandis que pour les fils on prévoit l’argent des droits légitimaires.

8 Il y a une vaste bibliographie sur le sujet. Voir entre autres : M. Aventín, « Familia i unitat d’explotació », dans Història Agrària dels Països Catalans, E. Giralt (dir.), vol. II : Edat Mitjana, Barcelone, Fundado Catalana per a la Recerca, 2004, p. 467-503. Une vision du système dans la Catalogne contemporaine : A. Barrera, Casa, herencia y familia en la Cataluña rural, Madrid, Alianza, 1990.

9 AHG, Notaría Amer, vol. 14b, fol. 127 ; 1.6.1319.

10 Cette obligation réelle de la dot est l’occasion de prélever une taxe servile, la firma sponsalici ou obligacione dotis, très souvent attestée dans les registres des notaires de la région : R. Lluch, Els remences. La senyoria de l’Almoina de Girona als segles XIV i XV, Gérone, Documenta Universitaria, 2005, p. 125-200.

11 Il reçoit en plus le droit d’utiliser une forêt avec un bail à cens, AHG, Amer, vol. 13, fol. 201 (année 1317).

12 S. P. Bensch, « Apprenticeship, wages, and guilds at Puigcerdà (1260-1300) », dans El món urbà a la Corona d’Aragó, del 1137 als decrets de Nova Planta. XVII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó, Barcelona-Lleida, 7-12 setembre del 2000, S. Claramunt (éd.), Barcelone, Universitat de Barcelona, 2003, p. 209-222.

13 La même clause est présente dans les contrats des apprentis de Puigcerdà cités par S. Bensch.

14 Pour cette question, l’exemple des travaux sur l’Angleterre de la même période nous paraît crucial :). Masschaele, Peasants, Merchants and Markets. Inland Trade in Medieval England, 1150- 1350, New York, St. Martin’s Press, 1997, et la discussion de R. H. Britnell, « Urban demand in the English economy, 1300-1600 », dans Trade, Urban Hinterlands and Market Integration c.1300-1600, James A. Galloway (éd.), Londres, Centre for Metropolitan History, 2000, p. 1-21.

15 E. Mallorquí, « La vila de Monells, del segle ix al xii », Estudis del Baix Empordà, 18 (1999), p. 35-54.

16 AHG, Notarial, Monells, vol. 162, de mai 1332 au 3 avril 1333 avec 809 actes, et vol. 161 du 3 avril au 8 août de la même année avec 249 actes.

17 V. Farías, « Las vilas de la región catalana en los siglos xii-xiv. Propuestas para el estudio del hecho urbano medieval », dans Les sociétés meridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et Sud de la France). Hommage à Pierre Bonnassie, H. Débax (dir.), Toulouse, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, 1999, p. 185-190 ; id., Poblamiento y sociedad en el noreste catalán. Siglos XI-XIII, thèse de doctorat inédite, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone, 1999.

18 D’après une notice plus tardive de 1368 : die sabbati ·IIa· die septembris, on faisait une annonce publique in foro de Monellis ut moris est (AHG, Notarial, Monells, vol. 215, fol. 22v-23r).

19 AHG, Notarial, Cruïlles, vol. 1 (1302-1304). Sur la dispersion du peuplement dans la paroisse de Cruïlles, voir E. Mallorquí, « Homes, viles i masos (Cruïlles, 1319) », dans Homes, Masos, Historia. La Catalunya del nord-est (segles XI-XX), R. Congost, L. To (dir.), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, p. 43-89, ici p. 51-59.

20 Individus qui apparaissent dans le registre vol. 161 du notaire de Monells, d’avril à août 1333. On a comptabilisé tous ceux qui apparaissent dans les actes comme parties principales des contrats, fidejussores ou témoins, sauf ceux qui sont cités explicitement comme étant absents.

21 M. Le Mené, « Métayage et bail à cheptel dans l’Ouest de la France (1335-1342) », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 177-188, et A. Serra, « Entre una ramaderia senyorial i una ramaderia pagesa (segles X-XIII) », Estudis d’Història Agrària, 14 (2000-2001), p. 60-61.

22 8 baux ou transactions sur le bétail ont été conclus pendant la foire de Monells (nundinis Monellorum) du mois d’octobre 1332 : AHG, Monells, vol. 162, fol. 51 (10.10.1332), fol. 51V (10.10.1332), fol. 52V (11.10.1332) et fol. 54 (18.10.1332), et 6 autres pendant une nouvelle foire qui se tenait le premier mai. J. Marquès, « Monells (V) », Revista de Girona, 56 (1971), p. 28-29, et plus en général sur le réseau de foires de la région : C. Batlle, Fires i mercats, factors de dinamisme econòmic i centres de sociabilitat (segles XI a XV), Barcelone, Rafael Dalmau editor, 2004.

23 Par exemple, Pere Surell boucher (carniçerio) de Gérone, AHG, Monells, vol. 162, fol. 54 (18.10.1332). On rencontre aussi un Ramon Tortosa de Queixàs, drapier de Gérone ; Dalmau de Rovira, marchand de Gérone ; Bernat Joan, tavernier de Gérone ; Bonanat de Bordils, citoyen de Gérone, ou encore Ponça sa Pinya et Bernat Ferrer de Gérone ; AHG, Monells, vol. 161, fol. 13, fol. 32, fol. 8v, fol. 9, vol. 162, fol. 39, fol. 93, fol. 100v, fol. 122. Sur les rôles des bouchers de Gérone dans les baux à cheptel : Ch. Guilleré, Girona al segle XIV, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1993, vol. I, p. 371-380.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les contrats de mariage et actes concomitants dans les registres des notaires d’Amer (1278-1331)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 5 – Nombre d’actes par jour de la semaine enregistrés par le notaire à Cruïlles et à Monells
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 7 – Le bétail au marché de Monells d’après 90 baux à cheptel et transactions (1332-1333)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Carte 1 – Aire géographique de 359 mariages enregistrés par les notaires d’Amer (1278-1331)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Carte 2 – Présents en face du notaire de Monells (1331-1332)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.