Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Troisième partie. Les conseillers municipaux de Paris

Chapitre VI. Un portrait global des conseillers municipaux de Paris

Texte intégral

I — Hommes et femmes

1Sur l'ensemble des 361 conseillers municipaux ayant siégé de 1945 à 1977, on compte 46 femmes, soit 12,7 % de l'effectif. Assemblée par Assemblée, la répartition est la suivante :

Tableau 1. Nombre de femmes au Conseil de Paris

  • 1 5,93 % en 1945, 5,36 % en juin 1946, 6,06 % en novembre 1946, 3,86 % en 1951, 3,49 % en 1956, 1,29 (...)

2Le nombre des élues au Conseil municipal de Paris est proportionnellement plus important que le nombre des élues à l'Assemblée Nationale. Le nombre des élues à l'Assemblée Nationale représentait en effet au plus 6 % environ dans l'immédiat après guerre et il n'a cessé de reculer pour tomber en-dessous de 2 % sous la Ve République1. Il est également plus important que le nombre d'élues au Conseil général de la Seine entre 1945 et 1967 : 8 femmes seulement sur 159 conseillers généraux, soit 5 %.

II — Parisiens et provinciaux

3L'objectif principal de l'étude sur les lieux de naissance est de distinguer les conseillers enracinés dans la capitale et les provinciaux arrivés plus ou moins tardivement à Paris. Le premier élément de réponse est l'indication du lieu de naissance, que nous avons pu établir pour tous les conseillers.

Tableau 2. Lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre 1945 et 1976

Tableau 3. Lieux de naissance des conseillers (en %)

Tableau 4. Part des conseillers nés à Paris-Ville

  • 2 En 1975, 32,3 % des résidents recensés à Paris sont nés à Paris, 43,4 % dans l'Ile-de-France (INSE (...)

4Le nombre de conseillers originaires de la région parisienne tend donc à augmenter et les conseillers paraissent plus parisiens que l'ensemble de la population de Paris, du moins pour la fin de la période2. Mais cet indice n'a en fait qu'un intérêt limité. Une personne née en province mais arrivée à Paris quelques semaines après sa naissance aura le même sentiment d'être parisien qu'un Parisien de naissance. Or il est connu que, dans certains cas, les mères quittent Paris pour aller accoucher dans leur famille, en province. Le lieu de naissance n'a donc d'intérêt qu'à défaut d'indications supplémentaires. Pour essayer d'avoir une information plus précise, nous avons posé lors de l'enquête aux conseillers la question suivante : “A quel âge êtes-vous arrivé à Paris ?” En complétant ces réponses par les indications trouvées dans les biographies des conseillers décédés ou n'ayant pas répondu, on corrige quelque peu l'aspect nécessairement insatisfaisant de la simple indication du lieu de naissance. En effet, on observe des naissances provinciales alors que les parents habitent à Paris ou dans la banlieue proche, des arrivées à Paris très rapprochées de la naissance... Sur 82 conseillers nés en dehors de la région parisienne dont nous avons pu fixer assez précisément l'âge d'arrivée à Paris, un tiers (27) ont eu une enfance parisienne. Si ce pourcentage est appliqué à l'ensemble des conseillers nés en province, on peut estimer que plus de 60 % des conseillers auraient eu une enfance parisienne, les autres étant arrivés à Paris adolescents ou adultes, pour raisons universitaires ou professionnelles.

5La comparaison entre les lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre 1944 et 1977 et les lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre les élections de 1900 et la conquête de l'Hôtel de Ville par le Comité Parisien de la Libération montre une assez grande permanence. La liste des conseillers municipaux publiée en 1957 nous a permis d'étudier les lieux de naissance de 324 conseillers ayant siégé entre 1900 et 1944 (sur 329). Les résultats sont les suivants :

Tableau 5. Lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre 1900 et 1944

6De même, une étude menée sur les lieux de naissance des conseillers généraux ayant siégé entre la formation de l'assemblée départementale provisoire de 1945 et la disparition du Conseil général de la Seine en 1967 — à partir de la liste publiée en 1957 et des notices et portraits des conseillers généraux — montre une répartition entre originaires de la région parisienne et originaires de la province très proche de celle qui existe pour les conseillers municipaux de Paris. En revanche, la part des conseillers généraux de banlieue nés à Paris-ville est nettement inférieure à celle des conseillers municipaux de Paris : 22,7 % des conseillers généraux de Seine-banlieue sont nés à Paris, contre 39,3 % pour les conseillers municipaux.

Tableau 6. Lieux de naissance des conseillers généraux de la Seine-banlieue ayant siégé entre 1945 et 1967

III — Structures d'âge

7On constate un certain vieillissement des conseillers municipaux entre 1944 et 1977. Le tableau suivant met en valeur la moyenne d'âge du Conseil lors de la première réunion qui suit la nomination ou l'élection.

Tableau 7. Moyenne d'âge des conseillers municipaux

8La répartition par grandes classes d'âge donne les résultats suivants :

Tableau 8. Répartition par classes d'âge des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976 (en %)

9La part des moins de trente ans diminue tandis qu'augmente celle des plus de soixante ans.

10Par rapport à l'entre-deux-guerres, on constate néanmoins un certain rajeunissement du Conseil. Un calcul mené à partir des dates de naissance indiquées dans la liste des conseillers municipaux et généraux établie par Michel Roussier en 1957 indique en effet que la moyenne d'âge des conseillers municipaux après les élections municipales de 1929 est de 55 ans et la moyenne d'âge après les élections municipales de 1935 est supérieure à 51 ans. La proportion de conseillers âgés de plus de 70 ans est alors plus importante.

Tableau 9. Répartition par classes d'âge des conseillers élus en 1929 et en 1935

11Les résultats enregistrés pour la période de l'après-guerre sont assez proches de ceux constatés pour les conseillers généraux de la Seine-banlieue, sauf en 1947 et en 1965, où les conseillers généraux sont plus âgés que les conseillers municipaux de Paris. Cela s'explique par l'absence de renouvellement du Conseil général en 1947 et en 1965 : une loi du 5 septembre 1947 proroge les pouvoirs des conseillers généraux de la Seine-banlieue élus en septembre 1945 jusqu'en 1953 ; la loi n° 64-1227 du 11 décembre 1964 proroge le mandat des conseillers généraux de banlieue élus en 1959 jusqu'à la disparition du Conseil général de la Seine en 1967 — seules quelques partielles doivent être organisées en 1965 après des décès.

Tableau 10. Moyenne d'âge des conseillers généraux de la Seine-banlieue

IV — Catégorie socio-professionnelle

12Les deux tableaux suivants présentent la répartition par catégories socio-professionnelles des conseillers de Paris.

Tableau 11. Catégories socio-professionnelles de l'ensemble des conseillers municipaux de Paris ayant siégé entre 1944 et 1976

Tableau 12. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976

  • 3 Gilles Le Beguec, “L'aristocratie du barreau, vivier pour la République. Les secrétaires de la con (...)
  • 4L'origine sociale des conseillers municipaux parisiens traduit de manière inversée la structure s (...)

13Ces deux tableaux mettent en valeur la part importante des professions supérieures (industriels, cadres et professions libérales) au sein du Conseil municipal. Parmi les professions libérales, les avocats (39) l'emportent nettement sur les médecins (11) et les hommes de lettres et publicistes (10). Parmi ces avocats, certains — en particulier Jacques Charpentier, Janine Alexandre-Debray, Edouard Frédéric-Dupont — ont été secrétaires de la conférence du stage, l'une des filières de la carrière politique au début du siècle3. L'évolution la plus significative est l'augmentation de la part des cadres au détriment des employés et des enseignants. Quelle que soit la période, on constate une surreprésentation des catégories supérieures — professions libérales et cadres — si l'on compare la répartition des catégories sociales des conseillers et la répartition des catégories sociales de la population parisienne, phénomène déjà constaté à la fin du xixe siècle par Michel Offerlé4 et confirmé par l'étude que nous avons menée sur les conseillers élus en 1929 et en 1935.

Tableau 13. Répartition des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux en 1929 et en 1935 (en %)

14La répartition par catégories socio-professionnelles de la population parisienne fournie par les recensements de l'INSEE pour 1954, 1962, 1968 et 1975 montre en effet que les professions libérales et les cadres supérieurs et moyens représentent seulement 19 % de la population active en 1954 et en 1962, 26 % en 1968 et 32,3 % en 1975, alors que la moitié des conseillers municipaux est recrutée dans cette catégorie sociale. Les seules professions libérales ne représentent que 1,4 % de la population active parisienne en 1968 et 1,8 % en 1975.

15La différence entre les conseillers municipaux de Paris et les conseillers généraux de Seine-banlieue est assez nette. La part des ouvriers et des employés est plus importante au Conseil général, alors que celle des cadres et des professions libérales est moindre.

Tableau 14. Catégories socio-professionnelles de l'ensemble des conseillers généraux de la Seine-banlieue ayant siégé entre 1945 et 1967

Tableau 15. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers généraux de la Seine-banlieue entre 1945 et 1967

V — L'origine sociale

16L'indicateur retenu pour l'origine sociale est la profession du père telle qu'elle figure sur l'acte de naissance. Nous avons pu établir ce renseignement pour 346 des 361 conseillers.

Tableau 16. Profession des pères des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976

17On remarque l'importance des fils d'employés et des professions intellectuelles supérieures (cadres, professions libérales, enseignants) et la relative faiblesse des fils d'ouvriers.

VI — Etudes et diplômes

18Les renseignements dont nous disposons pour cette partie de l'étude sont nettement moins fiables que pour les autres items. En effet, quand le conseiller est décédé ou quand aucune réponse n'a été obtenue au questionnaire, il est difficile de trouver dans les sources imprimées les indications nécessaires, surtout pour ceux qui n'ont pas fait d'études supérieures.

19Sur les 361 conseillers, nous avons des renseignements qui nous paraissent fiables pour le type d'études effectuées sur 294 conseillers. Sur ces 294, 117 n'ont pas fait d'études supérieures, soit environ 40 %. Pour les 177 qui ont fait des études supérieures, les formations juridiques prédominent. Un conseiller sur deux qui a fait des études supérieures a fait des études de droit.

Tableau 17. Etudes supérieures faites par les conseillers municipaux ayant siégé de 1945 à 1976

20Sur 228 conseillers diplômés sur lesquels nous avons des renseignements fiables concernant le diplôme, 48 ont un diplôme inférieur au baccalauréat (21 %) ; pour 26 d'entre eux, le diplôme le plus élevé est le baccalauréat (11,4 %), 154 ont un diplôme de l'enseignement supérieur (67,5 %).

VII — Le mandat de conseiller de Paris

21Les questions que nous nous sommes posées sur le mandat de conseiller de Paris sont les suivantes :

  • combien de mandats accomplit un conseiller ? combien de temps reste-t-on conseiller de Paris ?
  • le mandat est-il souvent interrompu ou est-il exercé en continuité ?
  • quand y a-t-il un fort renouvellement du conseil ?
  • le mandat de conseiller de Paris est-il lié à un mandat parlementaire ? y a-t-il cumul des mandats ? être conseiller de Paris permet-il de devenir parlementaire ? permet-il de devenir ministre ou secrétaire d'Etat ? quelle est l'articulation entre le mandat parlementaire et le mandat local ?

22Pour les 334 conseillers dont le mandat est achevé au moment où nous écrivons (avril 1992), nous avons calculé la durée du mandat (en nombre d'années). Le tableau suivant présente les résultats :

Tableau 18. le Durée du mandat de conseiller municipal de Paris

23On reste donc en moyenne conseiller de Paris un peu plus de neuf ans, mais la durée est très variable, de quelques semaines (pour des conseillers nommés à l'Assemblée municipale provisoire et non réélus aux municipales de 1945) à 42 ans pour Nicole de Hauteclocque, élue sans discontinuité de 1947 à 1989. Sur les 361 élus,

  • 183 ont siégé au cours d'une seule des mandatures étudiées,
  • 92 ont siégé au cours de deux mandatures,
  • 50 ont siégé au cours de trois mandatures,
  • 17 ont siégé au cours de quatre mandatures,
  • 12 ont siégé au cours de cinq mandatures,
  • 4 ont siégé au cours de six mandatures,
  • 3 ont siégé au cours de sept mandatures.

24Le tableau suivant permet de montrer les continuités ou les ruptures au sein du Conseil. On voit par exemple que, parmi les conseillers nommés en 1945 (45 A), 18 siégeaient déjà avant la guerre, 2 avaient été nommés en 1941 et 29 appartenaient au CPL.

Tableau 19. Ancienneté du mandat des conseillers municipaux

25La part des conseillers sortants est la suivante :

Tableau 20. Part des sortants au Conseil municipal

26C'est en 1947 — à cause de la poussée du RPF et parce que de nombreux conseillers élus parlementaires ne sont pas représentés — et en 1965 — lors de la modification du mode de scrutin — que le renouvellement est le plus important.

27Le mandat est généralement exercé en continuité. Parmi les 361 conseillers, seize seulement ont une interruption dans leur mandat entre 1944 et 1977, soit 4,4 %.

28Le mandat de conseiller apparaît comme un mandat de début de carrière politique. L'âge moyen d'entrée au Conseil est de 43 ans, ce qui est relativement jeune dans le monde politique.

Tableau 21. Age d'entrée au Conseil municipal (par tranches d'âge)

29Il y a peu de différences selon les Conseils, à l'exception du cas particulier de l'Assemblée municipale provisoire.

Tableau 22. Age moyen des nouveaux conseillers

30Sur 112 conseillers qui ont exercé un mandat de parlementaire, 32 seulement l'ont exercé avant leur élection au Conseil municipal :

  • parmi les conseillers élus avant 1940, deux sont parlementaires avant d'être conseillers municipaux : Gaston Le Provost de Launay, député de la Charente-Inférieure de 1919 à 1924, élu conseiller municipal du quartier des Champs-Elysées à partir de 1925, et Raymond Susset, député du Xe arrondissement à partir de 1932 et conseiller à partir de 1935,
  • parmi les conseillers élus pour la première fois aux municipales de 1945, sept sont ou ont été parlementaires : Georges Cogniot, élu député du XIe arrondissement en 1936 et membre de l'assemblée consultative provisoire ; Auguste Touchard, élu député du XIXe arrondissement en 1936 ; Albert Rigal, élu député du IVe en 1936 et membre de l'assemblée consultative provisoire ; Jean-Daniel Jurgensen, Paul Verneyras, Maurice Kaouza et Robert Salmon, tous quatre membres de l'assemblée consultative provisoire,
  • Maurice Lévêque, proclamé élu en 1946, était membre de l'assemblée consultative provisoire,
  • Jacques Debu-Bridel, élu en 1947, était membre de l'assemblée consultative provisoire,
  • parmi les conseillers nouvellement élus en 1953, quatre ont été élus parlementaires auparavant : René Fayssat, député de Grasse de 1932 à 1936, Jean Legaret, élu député de la deuxième circonscription de la Seine le 6 janvier 1952 à l'occasion d'une élection complémentaire, Pierre de Léotard, député de cette même circonscription depuis 1951, Marcel Ribéra, élu le 12 juillet 1952 membre de l'Assemblée de l'Union française,
  • parmi les conseillers élus pour la première fois en 1959, trois avaient été parlementaires : Philippe Barrès, député de Meurthe-et-Moselle de 1951 à 1956, Claude Bourdet, ancien membre de l'assemblée consultative provisoire, Jean Dides, député de la Seine de 1956 à 1958,
  • parmi les nouveaux conseillers de 1965, neuf sont députés de Paris : Christian de La Malène, Claude Roux et Jean-Charles Lépidi, élus en 1958, Gabriel Kaspereit, élu en juin 1961 à l'occasion d'une élection partielle, Pierre Bas, René Capitant, Michel de Grailly, élus en 1962, Odette Launay et Bernard Rocher, suppléants proclamés élus en 19635,
  • parmi les conseillers qui font leur entrée en 1971, cinq ont été au préalable élus députés : Claude Estier, député du XVIIIe arrondissement de 1967 à 1968, Pierre-Charles Krieg, député de la première circonscription de la Seine depuis 1962, Charles Magaud, député du XIIe arrondissement depuis 1968, Jean de Préaumont, député du XVIIe arrondissement depuis 1961 et Jacques Sanglier, député depuis 1959.
  • 6 Il redevient ministre alors qu'il est conseiller de Paris : il est garde des Sceaux dans le gouver (...)

31Quatre conseillers seulement ont exercé des responsabilités ministérielles avant d'être élus à l'Assemblée municipale parisienne, et encore est-ce souvent dans des circonstances exceptionnelles : Jean Guignebert, élu en 1947, est secrétaire général à l'Information en 1944 ; Jacques Debu-Bridel, élu en 1947 également, est secrétaire général provisoire à la Marine, en attendant l'arrivée à Paris de l'amiral Thierry d'Argenlieu ; René Capitant, élu en 1965, est commissaire à l'Education du GPRF en 19436. Un seul est ministre dans des circonstances normales avant d'être conseiller : Christian de La Malène, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre, Michel Debré, chargé de l'information, de 1961 à 1962, élu conseiller en 1965.

32Le mandat de conseiller apparaît donc plus comme l'amorce d'une carrière politique.

33Quatre-vingt conseillers (soit 22 % de l'effectif) sont en effet membres d'une assemblée parlementaire après leur entrée au Conseil de Paris, sans l'avoir été auparavant. Soixante-quinze ont été membres de l'Assemblée nationale, des Assemblées constituantes ou de l'Assemblée consultative provisoire, vingt-huit du Sénat, sept de l'Assemblée de l'Union française, quatre du Parlement européen. L'élection dans une Assemblée parlementaire intervient dans 49 % des cas moins de cinq ans après l'élection au Conseil de Paris, mais il existe des distorsions importantes entre le conseiller élu aux municipales de 1945 qui devient député quelques mois après à l'occasion des premières élections législatives et les quatre conseillers qui doivent attendre plus de vingt ans pour devenir parlementaire, le cas extrême étant Janine Alexandre-Debray, élue au Conseil en 1947 et qui entre au Sénat en 1976.

34Dix-neuf conseillers ont été ministres après leur élection au Conseil, sans l'avoir été avant :

  • Robert Bétolaud, membre du Comité Parisien de la Libération et conseiller modéré de 1945 à 1947, est ministre des Anciens combattants et victimes de guerre dans le cabinet Queuille de septembre 1948 à octobre 1949,
  • Jacques Dominati, conseiller UNR puis RI de 1959 à 1977, est secrétaire d'Etat auprès du premier ministre dans le deuxième gouvernement Barre (1977-1978),
  • Roger Dusseaulx, conseiller MRP de 1945 à 1947, devient ministre sous la Ve République, en 1962 (ministre délégué auprès du Premier ministre pour les relations avec le Parlement, puis ministre des travaux publics et des transports),
  • Pierre Ferri, conseiller RPF de 1947 à 1953, est ministre des PTT du gouvernement Laniel (1953-1954),
  • André Fosset, conseiller MRP de 1945 à 1959, est nommé ministre de la qualité de la vie dans le gouvernement de Jacques Chirac en janvier 1976,
  • Edouard Frédéric-Dupont, conseiller à partir de 1933, est brièvement ministre des relations avec les Etats associés du 3 au 14 juin 1954,
  • Léo Hamon, membre du CPL et conseiller de 1945 à 1947, est secrétaire d'Etat dans le gouvernement Chaban-Delmas de 1969 à 1972, porte-parole du gouvernement puis chargé de la participation et de l'intéressement,
  • Gérard Jaquet, membre du CPL et de l'Assemblée municipale provisoire, est secrétaire d'Etat à la présidence du Conseil, chargé de l'information, dans le cabinet Guy Mollet (1956-1957) et ministre de la France d'Outre-Mer dans les cabinets Bourgès-Maunoury et Félix Gaillard (1957-1958),
  • Jean-Jacques Juglas, conseiller MRP de 1945 à 1947, est ministre de la France d'Outre-Mer dans le cabinet Pierre Mendès France remanié de janvier à février 1955,
  • Gabriel Kaspereit, élu conseiller gaulliste en 1965, appartient au gouvernement de Jacques Chaban-Delmas à partir de 1969, comme secrétaire d'Etat auprès du ministre du développement industriel et scientifique puis comme secrétaire d'Etat à la moyenne et petite industrie et à l'artisanat,
  • Bernard Lafay, élu en 1945, est secrétaire d'Etat à la présidence du Conseil chargé de la fonction publique dans le cabinet Edgar Faure (janvier-mars 1952), secrétaire d'Etat aux affaires économiques dans le cabinet Laniel (1953-1954), ministre de la Santé publique et de la Population du deuxième gouvernement Edgar Faure (1955-1956),
  • André Le Troquer, élu depuis 1919, est ministre dans le gouvernement provisoire de la République française, puis sous la IVe République (ministre de l'Intérieur et ministre de la Défense en 1946),
  • Jacques Marette, qui siège quelques mois en 1959, est ministre des Postes et Télécommunications de 1962 à 1967,
  • Jean Raymond-Laurent, élu en 1925, est secrétaire d'Etat à la marine dans le second cabinet de Georges Bidault (1949-1950),
  • Roger Romani, élu en 1971, est ministre délégué auprès du Premier Ministre Edouard Balladur, chargé des relations avec le Sénat et des rapatriés, en 1993,
  • Georges Sarre, élu en 1971, devient secrétaire d'Etat aux transports dans le gouvernement de Michel Rocard en 1988, responsabilité qu'il conserve dans les gouvernements d'Edith Cresson et de Pierre Bérégovoy,
  • Pierre-Christian Taittinger, élu en 1953, est secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Jacques Chirac en 1976, puis secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères dans les deux premiers gouvernements Barre (1976-1977),
  • Jean Tibéri, élu en 1965, est secrétaire d'Etat aux industries alimentaires dans le gouvernement de Jacques Chirac de janvier à août 1976,
  • Henri Ulver, élu en 1947, est secrétaire d'Etat au budget dans les gouvernements Laniel et Mendès France (1954-1955), puis ministre de l'industrie et du commerce de Mendès France, en 1955.

35Il leur faut en moyenne attendre une quinzaine d'années. Robert Bétolaud et Jacques Marette deviennent ministres trois années seulement après leur élection, mais André Fosset doit attendre 31 ans. Toutefois (à l'exception d'André Le Troquer et de René Capitant) aucun conseiller n'obtient un grand portefeuille (Finances, Affaires étrangères, Education nationale, Intérieur, Défense, Justice). Les élus parisiens qui obtiennent ces postes — en particulier Maurice Couve de Murville et Roger Frey — sont parlementaires sans être conseillers.

  • 7 Aux élections à la première assemblée constituante sont élus dans la Seine Jean Cayeux, Frédéric-D (...)
  • 8 Le Monde, 14 août 1947.
  • 9 Pierre de Gaulle, Jacques Debu-Bridel, Bernard Lafay.
  • 10 André Huraux est proclamé député en février 1951 en remplacement d'André Croizat, décédé, et, en m (...)
  • 11 Aux élections de 1953 sont élus conseillers municipaux des parlementaires : Frédéric Dupont, Henri (...)
  • 12 A ces élections sont élus cinq députés, Jean Legaret, Frédéric-Dupont, Julien Tardieu, Jean Pécast (...)
  • 13 Nicole de Hauteclocque, Marc Saintout.
  • 14 Voir le développement sur les critères d'éligibilité des gaullistes en 1965 et en 1971.

36L'opportunité de cumuler un mandat de conseiller municipal et un mandat de parlementaire, en particulier un mandat de député, est l'objet de discussions, ce qui n'est d'ailleurs pas propre à notre période, puisque ce thème est déjà présent avant la guerre. De nombreux conseillers municipaux sont élus aux élections législatives de 1945 et de 19467, mais, en 1947, la règle appliquée par les partis politiques est de ne pas présenter de parlementaires, à deux exceptions près, Léo Hamon et André Le Troquer. C'est ce choix qui explique par exemple l'absence d'Edouard Frédéric-Dupont parmi les candidats du RPF. Il est vrai que celui-ci avait, lors du débat sur le Conseil municipal de Paris à l'Assemblée Nationale, demandé que le mandat parlementaire soit incompatible avec celui de conseiller municipal de Paris et de conseiller général de la Seine8. Mais, dès 1948, des conseillers sont élus conseillers de la République9 et, en 1951, députés, sans que cela provoque de démissions — à l'exception de celle de la conseillère communiste Madeleine Marzin, la règle du PC étant alors d'éviter tout cumul de mandat10. Même si, en 1953, l'élection comme président du Conseil municipal d'Edouard Frédéric-Dupont est critiquée par Etienne Royer de Véricourt, qui reproche au nouveau président d'être à la fois parlementaire et conseiller, le principe du cumul est admis jusqu'aux municipales de 195911. En revanche, le choix est fait par les gaullistes de ne pas présenter de parlementaires aux élections municipales de 195912, mais cette position hostile au cumul est très rapidement abandonnée : des conseillers municipaux gaullistes sont élus parlementaires en 196213 et le cumul est ensuite admis, voire recherché par tous les partis14, y compris par le Parti communiste : Louis Baillot, élu député en 1967, ne démissionne pas du Conseil.

  • 15 Pour simplifier, il n'est pas tenu compte des modifications intervenues à l'occasion d'élections c (...)

37Le tableau suivant montre, à différentes dates, combien de conseillers municipaux occupent un siège de parlementaire (seuls sont pris en compte l'Assemblée nationale et le Sénat)15.

Tableau 23. Nombre de conseillers cumulant un mandat de conseiller municipal et un mandat de parlementaire (député ou sénateur)

38Selon les grandes lignes que nous avons dégagées dans ce portrait de groupe, le conseiller municipal de Paris “type” apparaîtrait être un homme d'environ cinquante ans, qui vit à Paris depuis son adolescence s'il n'y est pas né, qui exerce une profession libérale ou qui est cadre, qui a fait des études de droit et qui espère amorcer par cette élection une carrière politique plus importante. Mais ce portrait type doit être nuancé en fonction des étiquettes politiques, qui doivent absolument être prises en compte lorsque l'on cherche à dégager les critères d'éligibilité.

Notes

1 5,93 % en 1945, 5,36 % en juin 1946, 6,06 % en novembre 1946, 3,86 % en 1951, 3,49 % en 1956, 1,29 % en 1958, 1,72 % en 1962, 1,91 % en 1967, 1,70 % en 1968, 1,69 % en 1973. Chiffres calculés à partir des élus de métropole exclusivement et cités dans Jean Pascal, Les femmes députés de 1945 à 1988, Paris, chez l'auteur, 1990, p. 67.

2 En 1975, 32,3 % des résidents recensés à Paris sont nés à Paris, 43,4 % dans l'Ile-de-France (INSEE, Direction régionale de Paris, Vers un nouvel équilibre Paris-Province ?, supplément trimestriel n° 2 à Aspects statistiques de l'Ile de France, sd (ca 1978), p. 83). En 1954, 44,7 % des personnes recensées à Paris sont nées dans la métropole hors du département de la Seine (INSEE, Direction régionale de Paris, Bulletin régional de statistique, 1er trimestre 1958, n° 1, p. 10).

3 Gilles Le Beguec, “L'aristocratie du barreau, vivier pour la République. Les secrétaires de la conférence du stage”, xxe siècle, avril-juin 1991, p. 22-31.

4L'origine sociale des conseillers municipaux parisiens traduit de manière inversée la structure sociale parisienne ; alors que le salariat représente environ 70 % de la population active de la ville, les salariés ne fournissent en moyenne que 15 % des membres du Conseil municipal” (op.cit., p. 121).

5 Après l'entrée au gouvernement de Michel Habib-Deloncle et de Jacques Marette.

6 Il redevient ministre alors qu'il est conseiller de Paris : il est garde des Sceaux dans le gouvernement de Georges Pompidou à partir du 1er juin 1968.

7 Aux élections à la première assemblée constituante sont élus dans la Seine Jean Cayeux, Frédéric-Dupont, Marc Gerber, Solange Lamblin, Paul Rivet, Joseph Denais, Jean-Jacques Juglas, Georges Cogniot, André Le Troquer, Robert Salmon, Auguste Touchard, Paul Verneyras, Jean-Daniel Jurgensen. Albert Rigal est élu dans le Loiret, Roger Dusseaulx en Seine-Maritime. Aux élections à la deuxième assemblée constituante sont élus Jean Cayeux, Frédéric-Dupont, Paul Rivet, Robert Bétolaud, Joseph Denais, Jean-Jacques Juglas, Georges Cogniot, André Le Troquer, Albert Rigal et Roger Dusseaulx, Maurice Kaouza au Soudan-Niger. Aux élections à l'Assemblée nationale sont élus Jean Cayeux, Frédéric-Dupont, Solange Lamblin, Maria Rabaté, Paul Rivet, Gaston Auguet, Robert Bétolaud, Joseph Denais, Jean-Jacques Juglas, Georges Cogniot, André Le Troquer, Auguste Touchard, Paul Verneyras, Roger Dusseaulx, Albert Rigal et, dans la Sarthe, Hubert Lefèvre-Pontalis. Aux élections sénatoriales du 8 décembre 1946 sont désignés Léon Mauvais, Max André, Léo Hamon et Marc Gerber.

8 Le Monde, 14 août 1947.

9 Pierre de Gaulle, Jacques Debu-Bridel, Bernard Lafay.

10 André Huraux est proclamé député en février 1951 en remplacement d'André Croizat, décédé, et, en mai 1951, Jean Grousseaud remplace Charles Schauffler, également décédé. Lors des élections générales de 1951 sont élus Pierre de Gaulle, Henri Ulver, Pierre Ferri, Bernard Lafay, Jean Grousseaud, André Le Troquer, Madeleine Marzin, Jean-Louis Vigier et René Moatti. Paul Coirre est élu député le 21 décembre 1952 en remplacement de Louis Rollin, décédé.

11 Aux élections de 1953 sont élus conseillers municipaux des parlementaires : Frédéric Dupont, Henri Ulver, Pierre Ferri — qui démissionne ensuite du Conseil municipal, Bernard Lafay, Pierre de Léotard, Jean Legaret, Jean Grousseaud, Jean-Louis Vigier, députés, Jacques Debû-Bridel, sénateur, réélu le mai 1952. Aux élections législatives de 1956 sont élus ou réélus Frédéric-Dupont, Jacques Féron, Bernard Lafay, Jean-Louis Vigier. Aux élections sénatoriales de juin 1958 sont élus Raymond Bossus, Robert Francotte, Charles Fruh, André Fosset et Pierre Giraud. Aux élections législatives de 1958 sont élus Jean Legaret, Frédéric-Dupont, Jacques Féron, Julien Tardieu, Jean Pécastaing, Pierre Ruais et Roger Pinoteau.

12 A ces élections sont élus cinq députés, Jean Legaret, Frédéric-Dupont, Julien Tardieu, Jean Pécastaing et Roger Pinoteau, et trois sénateurs dont le mandat se poursuit jusqu'en avril 1959, Raymond Bossus, Robert Francotte et Pierre Giraud. Jacques Marette, qui devient sénateur gaulliste en juin 1959 en remplacement d'Edmond Michelet, démissionne du Conseil municipal, contrairement à Bernard Lafay, qui cumule les responsabilités de sénateur et de conseiller municipal.

13 Nicole de Hauteclocque, Marc Saintout.

14 Voir le développement sur les critères d'éligibilité des gaullistes en 1965 et en 1971.

15 Pour simplifier, il n'est pas tenu compte des modifications intervenues à l'occasion d'élections complémentaires, des démissions ou des proclamations de suppléants.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Nombre de femmes au Conseil de Paris
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-1.jpg
Fichier image/, 101k
Légende Tableau 2. Lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre 1945 et 1976
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-2.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Tableau 3. Lieux de naissance des conseillers (en %)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-3.jpg
Fichier image/, 194k
Légende Tableau 4. Part des conseillers nés à Paris-Ville
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-4.jpg
Fichier image/, 107k
Légende Tableau 5. Lieux de naissance des conseillers ayant siégé entre 1900 et 1944
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-5.jpg
Fichier image/, 159k
Légende Tableau 6. Lieux de naissance des conseillers généraux de la Seine-banlieue ayant siégé entre 1945 et 1967
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-6.jpg
Fichier image/, 144k
Légende Tableau 7. Moyenne d'âge des conseillers municipaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-7.jpg
Fichier image/, 85k
Légende Tableau 8. Répartition par classes d'âge des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976 (en %)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-8.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Tableau 9. Répartition par classes d'âge des conseillers élus en 1929 et en 1935
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-9.jpg
Fichier image/, 94k
Légende Tableau 10. Moyenne d'âge des conseillers généraux de la Seine-banlieue
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-10.jpg
Fichier image/, 79k
Légende Tableau 11. Catégories socio-professionnelles de l'ensemble des conseillers municipaux de Paris ayant siégé entre 1944 et 1976
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-11.jpg
Fichier image/, 162k
Légende Tableau 12. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-12.jpg
Fichier image/, 197k
Légende Tableau 13. Répartition des catégories socio-professionnelles des conseillers municipaux en 1929 et en 1935 (en %)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-13.jpg
Fichier image/, 143k
Légende Tableau 14. Catégories socio-professionnelles de l'ensemble des conseillers généraux de la Seine-banlieue ayant siégé entre 1945 et 1967
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-14.jpg
Fichier image/, 166k
Légende Tableau 15. Evolution des catégories socio-professionnelles des conseillers généraux de la Seine-banlieue entre 1945 et 1967
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-15.jpg
Fichier image/, 211k
Légende Tableau 16. Profession des pères des conseillers municipaux ayant siégé entre 1945 et 1976
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-16.jpg
Fichier image/, 228k
Légende Tableau 17. Etudes supérieures faites par les conseillers municipaux ayant siégé de 1945 à 1976
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-17.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Tableau 18. le Durée du mandat de conseiller municipal de Paris
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-18.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Tableau 19. Ancienneté du mandat des conseillers municipaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-19.jpg
Fichier image/, 135k
Légende Tableau 20. Part des sortants au Conseil municipal
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-20.jpg
Fichier image/, 75k
Légende Tableau 21. Age d'entrée au Conseil municipal (par tranches d'âge)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-21.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Tableau 22. Age moyen des nouveaux conseillers
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-22.jpg
Fichier image/, 109k
Légende Tableau 23. Nombre de conseillers cumulant un mandat de conseiller municipal et un mandat de parlementaire (député ou sénateur)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1124/img-23.jpg
Fichier image/, 421k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540