Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

3e section. Nommer les hommes

Faire de l’anthroponymie médiévale au siècle des Lumières

Le cas Muratori

Pierre Toubert

Texte intégral

  • 1 Pour les travaux plus ou moins anciens de L. Cibrario (1860), A. Gaudenzi (1898), D. Olivieri (192 (...)

1Je suis heureux d’avoir l’occasion de m’associer à cet hommage amical que ses collègues et élèves rendent à Monique Bourin. Parmi les domaines auxquels celle-ci a consacré des recherches originales et fortes, il en est un où l’importance de son apport est bien connue : celui de l’anthroponymie médiévale. Par ses travaux personnels, par les enquêtes qu’elle a conçues et dirigées, et qui ont abouti à la publication d’une dizaine d’ouvrages collectifs, elle a profondément renouvelé nos connaissances en la matière. Elle a permis de mieux en définir les enjeux et d’aborder avec précision le problème des caractéristiques régionales de l’anthroponymie médiévale. De même pour les nuances chronologiques de phénomènes capitaux qui n’avaient été jusque-là abordés que de manière très générale ou, au contraire, trop ponctuelle1. C’est précisément en revenant sur cette préhistoire de la discipline et en me limitant au domaine italien que je voudrais évoquer ici la figure de Ludovico Antonio Muratori (1672-1750). À travers son cas d’étude, on saisit en effet les conditions culturelles d’une anthroponymie médiévale construite en tant que champ de recherche historique original dans la première moitié du xviiie siècle.

  • 2 Sur l’œuvre de L. A. Muratori, voir S. Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori,(...)

2Bien sûr, Muratori a été naturellement conduit, au fil d’une œuvre immense2, à aborder de manières occasionnelles telles ou tel problème d’ordre anthroponymique. La chose est particulièrement claire pour l’ensemble des recherches qu’il a consacrées à la généalogie de la famille d’Este ou au problème connexe des droits revendiqués sur Comacchio par l’Église romaine et qui l’a opposé dans une controverse fameuse à Leibniz médiéviste. Je n’entends pas procéder ici à une sorte de recensement des notations éparses dans son œuvre sur les perplexités critiques que lui ont posées les questions d’homonymie, par exemple, et les difficultés conséquentes de datation de tel document ou de reconstitution de liens de parenté fondés sur les usages sociaux d’anthroponymes personnels. En l’occurrence, du reste, Muratori, en élève attentif de Mabillon et de l’école mauriste, n’a fait que mettre en pratique les préceptes de critique énoncés par les devanciers qu’il admirait en connaissance de cause. Le problème qui me retiendra ici est autre. Il apparaît en effet que, au-delà des principes méthodologiques élémentaires définis dès 1681 par Mabillon dans son De re diplomatica, Muratori est le premier médiéviste à avoir conduit sur l’anthroponymie médiévale une réflexion théorique allant au-delà de l’application pratique de règles ressortissant à la simple critique textuelle.

  • 3 Sur la Società Palatina, voir en particulier L. Vischi, « La Società Palatina di Milano », Arch. S (...)
  • 4 L. A. Muratori, Antiquitates Italicae Medii Aevi siue Dissertationes de Moribus, Ritibus, Religion (...)
  • 5 B. Croce, Storia della storiografia italiana nel secolo decimonono, t.I, Bari, Laterza, 1947 et id (...)

3Il a exposé assez longuement ses vues originales dans deux dissertations de ses Antiquitates Italicae Medii Aevi (ci-après : AIME). Les six volumes in-folio des AIME qui paraissent à Milan de 1738 à 1742, grâce au soutien politique et financier de la Società Palatina constituée à cette fin3, se proposent en effet le but ambitieux de nous offrir une sorte d’histoire totale du Moyen Âge italien. Justement considérées par Sergio Bertelli comme l’apogée de l’œuvre muratorienne, les Antiquitates expriment clairement dans leur interminable titre4 la volonté de leur auteur, grâce à une distribution thématique par dissertationes – soixante-quinze au total–, d’établir une cohérente « Kulturgeschichte » de l’Italie médiévale, pour reprendre l’expression de Benedetto Croce5. Ce dernier a insisté avec raison sur l’importance de l’entreprise et sur le fondement -théorique et documentaire – qu’elle a offert à toute l’historiographie romantique italienne, de Manzoni à Cibrario et à Sismondi. Il paraît utile d’en évoquer très brièvement la structure d’ensemble afin de mieux apprécier la place et la fonction que Muratori y a assignées à ses deux dissertations consacrées très explicitement à l’anthroponymie médiévale et sur lesquelles je voudrais plus spécialement m’arrêter.

  • 6 Rappelons que, dans les toutes dernières années de sa vie, Muratori a jugé indispensable de complé (...)

4Il est clair, dès l’abord, que Muratori, désireux à la fois d’échapper, sur la fin des années 1730, au cadre étouffant de ses tâches officielles d’archiviste au service des Este et de tirer lui-même un parti synthétique de son immense entreprise d’édition des sources narratives du millénaire médiéval italien, a conçu un projet, très original pour son temps, d’histoire culturelle. Tournant alors délibérément le dos au parti narratif de l’écriture historique et à des cadrages chronologiques dont il ne sous-estimait d’ailleurs pas l’importance6, il s’attache à la tâche autrement difficile et neuve de mettre en lumière ce qu’il définit comme facies et mores Italici populi, dans la longue durée des ve-xve siècles. On peut, sans anachronisme me semble-t-il, considérer ses dissertationes comme autant d’essais consacrés à l’analyse structurale de toutes les composantes de la société et de la culture. Confronté à un premier problème de choix, dans l’ordre d’exposition de ses sujets, Muratori a opté pour un système thématique cohérent sans être contraignant et dont on ne peut que rappeler ici en quelques mots les lignes directrices.

  • 7 C’est dans la dissertation XIII de ce premier tome, De Hominibus liberis et arimannis, que Murator (...)

5Le premier tome des Antiquitates (1738) est naturellement consacré, en dix-huit dissertations, aux cadres généraux de la vie publique et des institutions, du Regnum Italiae aux circonscriptions féodales mineures. Il n’y néglige ni le statut des personnes7 ni, suivant son goût pour les digressions, le régime des fiscs royaux, le métier notarial et les conditions de production de l’acte écrit ou la condition juridique des communautés d’habitants.

6Le tome II, publié l’année suivante – dissertations 19 à 33-, passe très logiquement de l’exposé des structures publiques à celui des cadres juridiques et des constructions normatives sur lesquels ces structures sont fondées. Fidèle à son parti d’histoire totale, Muratori y accorde une extension maximale à sa conception des leges et statuta. À côté des normes législatives d’origine étatique, il fait une très large place à tous les statuta régulant l’organisation des arti et corps de métier urbains, à la consistance légale des milices urbaines, des jeux publics, des marchés. Son goût pour une approche culturelle des mores populi le conduit, en partant de l’étude des métiers organisés à consacrer une dissertation originale (dissertation 25), à l’étude des tissus, des vêtements, de la mode. En cédant à son goût pour la digression, la dissertation sur la mercatura (elle-même engendrée par la dissertation sur les arti) l’amène à placer ici deux dissertations connexes (dissertations 27 et 28) sur le jus monetae et sur les espèces en circulation (pecuniae genera). Les deux dernières dissertations du tome II marquent un tournant thématique et sont consacrées aux origines de la langue italienne et à ses spécificités lexicographiques. L’ultime dissertation du tome II (dissertation 33), De etymologia Italicarum vocum, rend sensible le goût de Muratori pour les mots et pour leur capacité à traduire la réalité des choses et des acceptions sociales et psychologiques des réalités et de la vie quotidiennes. La dissertation 33 est accompagnée d’un généreux index rerum (coll. 1121 à 1332) où s’affirme le souci de promouvoir une étymologie scientifique, explicitement opposée aux fantaisies étymologiques des humanistes de la Renaissance : première expression d’une distanciation sur laquelle Muratori reviendra dans ses essais sur l’anthroponymie médiévale.

7C’est dans le tome III (1740) – dissertation 34 à 44 – que ces derniers prennent place, dans une séquence thématique, dont on aurait peine, il faut l’avouer, à justifier la cohérence. Après avoir enfin abordé le problème des bonnes règles de diplomatique de l’acte privé, de la sigillographie et des divers types de contrats, Muratori examine dans sa dissertation 37 le statut des hôpitaux et hospices de diverse nature, puis les problèmes du duel judiciaire (dissertations 38 et 39). Renouvelant la pratique du virage thématique inaugurée au tome II avec ses dissertations sur les origines de la langue italienne, il consacre sa dissertation 40 aux règles de la prosodie et aux origines de l’Italica poesis. C’est à ce point qu’il place les deux dissertations consacrées à l’anthroponymie médiévale qui retiennent notre attention :

Dissertation 41 : De nominibus et agnominibus antiquorum (col. 715-765),
Dissertation 42 : De cognominum origine (col. 769-805).

8Après quoi, il conclut le tome III par deux essais consacrés à l’étude des lettres et des institutions d’enseignement dans l’Italie médiévale.

9Le tome IV des AIME (1741), sans doute le plus intéressant d’un point de vue général, est consacré aux aspects institutionnels et sociaux de la vie communale italienne. Le tome V (1741) embrasse tous les problèmes religieux et a longuement retenu l’attention de Sergio Bertelli. Quant au tome VI, il est entièrement occupé par quatre dissertations bouche-trous sur des sujets que l’auteur se reprochait de ne pas avoir mieux traités dans les cinq premiers tomes et surtout par un index generalis rerum et nominum. À aucun moment, Muratori n’y revient sur les questions d’anthroponymie médiévale. Ses dissertations 41-42 nous livrent donc bien l’essentiel de sa pensée sur le sujet.

10Quelques conclusions se dégagent déjà de cette rapide description de l’économie générale des AIME. Il est clair tout d’abord que, loin d’être parsemées ici et là dans l’ensemble de l’œuvre, les questions d’anthroponymie y sont abordées en bloc et de manière systématique dans deux dissertations totalisant une centaine de colonnes et placées en position centrale, au cœur du tome III. Une deuxième conclusion s’impose et concerne la place que Muratori assigne à l’anthroponymie dans son programme encyclopédique. Il est intéressant de noter qu’il ne l’envisage pas vraiment comme une « science auxiliaire » de l’histoire. Dans l’ordre sans doute relatif et souple du dispositif thématique de ses dissertationes, il range néanmoins sans ambages l’anthroponymie parmi les faits de culture, entre les origines de la poésie italienne et les institutions d’enseignement des lettres au haut Moyen Âge. Comme pour la poésie, c’est par référence à des usages antiques (ici la prosodie latine classique, là le système anthroponymique latin de la même époque) qu’il juge les traits évolutifs du langage et des structures onomastiques, post Barbaros et jusqu’à la Renaissance du xiie siècle. Bien qu’il ne lui échappe évidemment pas (et sa référence répétée à Mabillon est à cet égard parlante) que l’anthroponymie peut se révéler d’un précieux secours dans la critique documentaire, il est loin d’en limiter l’usage à cette finalité pratique. Ce n’est pas chez lui simplement un élément à prendre en compte pour distinguer un vrai document d’un faux ou pour en préciser la datation grâce à des repères onomastiques bien assurés, comme l’entendait la doctrine des mauristes. L’anthroponymie est bien chez lui un fait de culture globale, un élément essentiel à la compréhension de la facies et des mores populi Italici. Son intérêt pour elle l’engage dans plusieurs directions que ses deux dissertations tentent d’explorer en suivant la piste du destin éclaté des noms de personnes : comment est-on passé de la norme antique à l’apparente absence de norme médiévale ? Quels sont les facteurs culturels qui expliquent une telle évolution ? Quelles conséquences celle-ci a-t-elle eues sur la perception psychologique que l’homme médiéval s’est construite à partir de l’expression onomastique de son moi social ? Comment un tel système médiéval a-t-il pu permettre à la société de rendre manifestes, en particulier, les liens de parenté ou d’affinité ? Comment et jusqu’à quel point peut-on mettre en rapport les systèmes anthroponymiques attestés et l’appartenance de leurs usagers à tel ou tel groupe de la société ? Comment, en somme, l’anthroponymie médiévale a-t-elle pu, tant bien que mal, jouer en Italie son rôle de marqueur et de régulateur du lien social ? Telles sont les questions qui se pressent dans un discours dont il convient de démêler les fils savamment entrecroisés par Muratori dans ses dissertations 41 et 42 des AIME.

11Le titre même donné par l’auteur à chacune des deux dissertations est en soi un premier indice sur ses conceptions d’ensemble. La dissertation 41 a bien pour objet premier, suivant d’ailleurs en cela le dessein général de l’œuvre, de commencer par tracer un tableau de la situation à la fin de l’époque antique (ve-vie siècle) et, partant, de mieux mesurer l’ampleur des évolutions médiévales. À la rapide évocation de ce qui lui apparaît bien comme un système anthroponymique bien établi sous l’Empire romain – celui des tria nomina-, il considère l’évolution onomastique du haut Moyen Âge comme une renovatio a Christianis et non comme une simple désagrégation de la structure antique qui ne serait elle-même qu’un des aspects d’une plus ample régression sociale et culturelle.

  • 8 Sergi Bertelli, op. cit., ci-dessus à la note 2, souligne justement la prudence, voire la réserve (...)

12Sur ce point donc, la vision muratorienne de la renovatio onomastique du haut Moyen Âge est, certes, celle d’une conséquence culturelle des grandes invasions mais aussi celle d’une transformation interne liée en profondeur au processus de christianisation de la société. Avec pertinence, il note ainsi que la structure des tria nomina ne s’est pas brutalement effondrée. Il observe que c’est dans le milieu aristocratique qu’elle s’est le mieux maintenue jusqu’au vie siècle et analyse les cas de Paulin de Nole, Cassiodore et Boèce. S’il place la substitution du système antique par la simplícitas, à partir des vie-viie siècles, d’un nouveau système fondé sur le nom personnel unique (uno uti nomine tunc mos fuit), il y voit nettement une conséquence des grandes invasions. Mais il assortit cette observation générale de nombreuses nuances. Il insiste sur la variété du stock anthroponymique disponible. S’il constate l’effet de mode dont bénéficient les noms personnels germaniques, il souligne aussi la permanence durable des nomina Romanorum et la représentation étoffée des noms de martyrs « et autres chrétiens illustres par leurs vertus8 ». Il ne dissocie pas le phénomène de vogue d’une anthroponymie germanisante d’un phénomène parallèle de résistance à cette mode dont il prospecte les mobiles : aversion naturelle des Italiens pour les barbarica nomina, attachement aux noms latins religionis causa ou par simple attachement à une pratique d’affirmation du lignage par répétition, de génération en génération, de son « trésor » d’anthroponymes anciens. Balayant du regard la diversité des situations régionales du haut Moyen Âge, il ne lui échappe pas non plus que des régions comme la Lombardie ont été plus sensibles à la mode germanisante alors que d’autres, au contraire, ont longtemps constitué des îlots conservateurs, comme l’exarchat de Ravenne et le duché romain jusqu’en plein viiie siècle. Fidèle à sa méthode de toujours illustrer ses conclusions par des exemples documentaires, Muratori publie et commente à ce propos un acte de 957 concernant l’interminable procès fait à Saint-Ambroise de Milan par ses dépendants de Limonta, bien connu depuis, où s’étale en effet une grande mescolanza d’anthroponymes divers.

  • 9 Ce n’est là, bien sûr, qu’un aspect presque anecdotique d’un problème plus général étudié par E. C (...)

13C’est à ce point que Muratori aborde en détail et avec verve le phénomène des anthroponymes qu’il qualifie d’ineptes, et, en particulier, les cognomina animaliers qu’il voit prospérer aux xiiie-xive siècles dans quelques grandes familles comme les Scaliger, della Torre, Tignosi, Cacciaguerra, Paltonieri, etc. S’il met sur le compte d’incompréhensibles traditions familiales, la vogue de ces cognomina « ineptes » par leur trepidatio, leur dedecus ou leur fastidium, il se fait surtout un plaisir de ridiculiser les auteurs de la Renaissance qui ont voulu rationaliser et justifier ces pratiques onomastiques9. Sa cible préférée est l’humaniste Paolo Giovio qui lui paraît avoir atteint le summum du grotesque en voyant chez Can Grande delle Scala une réaffirmation des tria nomina antiques, Giovio n’hésitant pas à fonder son argumentation sur le fait : 1) que Can Grande avait bien un nomen chrétien (Francisus), 2) que Cane était un attribut de gentilitas tirant son étymologie de la tartarica lingua où Cane = khan = roi, et ou 3) Grande n’était que le supernomen attribué à Cane a merito gestarum.

14Muratori fait grand cas de ces cognomina infamants. S’il ne tente pas une explication de la préférence que leur manifestent maintes familles dominantes, la fonction sociale de tels marqueurs lignagers ne lui échappe pas, même si elle le laisse perplexe. Il relie aisément cette digression à son discours général sur l’avènement du nom personnel à partir du haut Moyen Âge : l’adoption par un lignage puissant de supernomina de ce type lui apparaît finalement comme un recours – si inepte qu’il le juge – destiné à assurer la permanence visible d’un lignage aristocratique au-delà de la succession, de génération en génération, des nomina personnels dont les classes inférieures devaient se contenter. Et ce qui, finalement, importe davantage pour lui, c’est moins l’« ineptie » des cognomina de type animalier ou grotesque que la constatation de l’efficacité de leur acceptation sociale.

15C’est à propos des cognomina infamants que Muratori manifeste son souci constant de ne pas traiter l’anthroponymie médiévale comme un gisement inerte d’informations mais d’en souligner les usages comme objets de manipulation sociale et, en l’espèce, comme signes du pouvoir familial.

16Le fait dominant bien perçu par Muratori – et finalement pour la première fois dans l’érudition moderne–, c’est la révolution onomastique que constitue l’avènement du nom personnel. Il présente cette révolution avec sa prudence habituelle à la fois comme une conséquence des grandes invasions (post Barbaros...) et comme une renovatio chrétienne avec la large irruption des noms de saints et de martyrs. Il tente, et là encore son approche de la question est novatrice, d’évaluer de manière quantitative les diverses composantes (antiques, germaniques, chrétiennes) du stock anthroponymique disponible, à partir du xe siècle, c’est-à-dire au moment où ce stock est bien constitué et accessible grâce à une documentation plus abondante. Il procède dans sa tentative d’évaluation de manière certes impressionniste mais néanmoins raisonnée. Il prend soin en effet de sélectionner les types de documents les plus propres, selon lui, à procéder à une telle pesée : les listes onomastiques les plus élémentaires et les mieux fournies. Les listes de membres des confraternités, les listes de tenanciers établies pour les besoins de gestion seigneuriale et les listes obituaires ont alors sa préférence. Il note bien le fait à ses yeux le plus frappant que constitue le grand nombre d’homonymes attestés dans une même liste. Reprenant un inventaire des redevables de cens affectés au luminaire de la cathédrale de Modène (vers 980), le stock onomastique considéré lui arrache – dans un élan qui ne lui est pas coutumier – un cri de perplexité : Bone Deus ! Rideat quisque dum heic Petrus sex, Johannes decem, Andreas tres, Martinus quattuor, Maria sex [...] sine nullo signo inter se distinctos ! Même remarque et même perplexité lorsqu’il considère les nombreux cognomina des listes obituaires de la cathédrale de Modène aux xe-xie siècles où, derrière le foisonnement des homonymes, il ne peut déceler qu’une infime minorité d’illustria nomina distinctifs : un comte et deux évêques de la cité seulement.

  • 10 Preuve – entre cent – de la curiosité d’esprit et de l’ouverture de Muratori, celui-ci observe, à (...)
  • 11 Le prototype pour lui des listes onomastiques horizontales est fourni par les listes de cens et to (...)

17Un tel constat pousse Muratori à un intelligent effort de compréhension d’une situation aussi singulière. Il invoque tout d’abord la nécessité de prendre en compte le décalage des mentalités dans l’appréciation de la conscience de soi que l’homme médiéval pouvait se faire : Monstrum id plane videatur nobis, diverso more viventibus. Cette invitation à résister aux tentations de l’anachronisme l’amène à deux remarques importantes. Il est tout d’abord nécessaire, souligne-t-il, de bien avoir présent à l’esprit le fait qu’il s’agit d’une anthroponymie propre à des petits groupes emboîtés vaille que vaille dans une société segmentaire. Des situations qui nous y apparaissent comme source de confusion (par exemple la multiplication des homonymes personnels) n’étaient sans doute pas perçues comme telles dans des microsociétés comme la curtis de Limonta ou la familia de l’Église de Modène. En second lieu, surtout, il importe d’étudier comme il le fait les techniques auxquelles on a eu recours, en fonction de besoins sociaux de plus en plus différenciés, pour adapter à ces nouvelles conditions de vie collective un système aussi rudimentaire que celui des anthroponymes personnels. Par-là, en somme, Muratori revient au thème des cognomina infamants dont l’apparente ineptie l’avait déjà frappé. Mais il procède alors de manière très générale à un inventaire des divers recours onomastiques en usage pour remédier aux insuffisances du système, ceci en vue de rendre mieux perceptible la continuité des lignages. Toujours sur la base des listes nominatives qu’il édite suivant sa manière habituelle à l’appui de son exposé, il note la diversité des solutions adoptées : expliciter la filiation (Talis fìlius ou filius quondam Talis...)10 ; adjoindre à l’anthroponyme personnel l’indication de ce qu’il appelle une dignitas (princeps, dux, marchio, comes, episcopus, etc.) ou d’une quelconque qualification professionnelle (judex, notarius, scabinus, sutor, etc.) ou sociale typique, comme Talis vassallus domini Talis. À quoi s’ajoutent, bien sûr, les indications d’origine géographique ou de pouvoir territorial (Talis de tali castro, de tali plebe, domínus de, etc.). Au demeurant, Muratori ne manque pas de souligner les grandes imperfections de ces palliatifs au système des nuda propria nomina hominum et, là encore, il met le lecteur en garde contre toute approche anachronique du système. Il prévient de l’usage répandu des noms alternatifs venus doubler un nom de baptême (Talis qui et Talis vocatur). C’est évidemment au compte de ces manipulations onomastiques qu’il convient de replacer son développement sur les supranomina aristocratiques si caractéristiques en raison de leur « ineptie infamante ». Il note, en bon lecteur d’Ordéric Vital, que toutes ces manipulations ne sont pas limitées au domaine italien. Avec pénétration, il est aussi à ce chapitre le premier, me semble-t-il, à avoir noté que c’est par le haut de la société que les pratiques onomastiques se répandent car les modes anthroponymiques n’ont leur raison d’être que comme support de l’affirmation des généalogies. Avec modestie, il signale en passant que ce sont les efforts qu’il a lui-même déployés pour établir la généalogie de la famille des Este qui l’ont rendu sensible à toutes les difficultés que pose à l’historien cette véritable ingénierie onomastique à laquelle eut recours, du xe au xve siècle, l’aristocratie italienne. Son propos n’est cependant pas sur ce point dogmatique. Il insiste sur le fait : 1) que c’est la généralisation des noms personnels qui a entraîné l’anthroponymie médiévale italienne dans une quête des supernomina (ou praenomina) distinctifs ; 2) que de tels recours sont aussi attestés dès le xe siècle, occasionnellement, en milieu rural dans un contexte d’énumérations horizontales et non généalogiques ou diachroniques, comme cela sera le cas dans les couches supérieures de la société à partir du xie siècle11. En parfait familier de l’essence notariale de la culture italienne des xe-xiie siècles, il note enfin, au terme de la dissertation 41, que ce n’est que dans les négoces juridiques de quelque importance que les notaires, dans leur souci constant d’éviter les pacta obscura, ont pris le plus de soin de préciser au maximum les coordonnées anthroponymiques des acteurs comme, par exemple, dans un acte modenais de l’an mil où apparaît comme contractant un Garipertus filius quondam Aripaldi, qui supernominatur Incendimesse et nunc habitator de Formigine. Par là même, il esquisse une distinction qui n’était alors pas banale entre une anthroponymie de pratique sociale et une anthroponymie formelle en usage pour les négoces juridiques.

  • 12 Je me permets, sur cette question, de renvoyer à mon essai : P. Toubert, « Nome e cognome. Dal nom (...)

18Le caractère très indicatif donné par Muratori aux titres de ses dissertations apparaît en toute clarté dans le cas des deux textes qui nous occupent. Muratori plaçait en exergue de sa dissertation 41 le problème de l’anthroponymie antique et – implicitement – celui des formes de passage à l’anthroponymie médiévale. On vient de voir qu’il y aborde très largement l’ensemble des questions posées par les spécificités de l’onomastique médiévale. Dans l’éventail de la problématique qu’il y ouvre, place est donc déjà faite à la question des cognomina (dits aussi par lui à l’occasion supernomina ou praenomina) destinés à pallier les inconvénients d’un système anthroponymique médiéval fondé sur les noms personnels, les nuda nomina propria. C’est à cette question, en effet décisive, de l’usage social des qualificatifs familiaux permettant de dépasser le degré zéro de l’anthroponymie médiévale qu’il revient en détail dans sa dissertation 42, justement intitulée De cognominum origine. Bien qu’il ait déjà fait plus qu’effleurer la question dans sa dissertation précédente à propos des cognomina infamants à fonction paradoxale d’illustration familiale, c’est désormais le généalogiste attitré de la famille d’Este qui se penche de manière plus systématique sur la question, en somme, du passage du nom de personne au nom de famille12.

19Partant du postulat selon lequel l’efficacité d’un système anthroponymique réside dans sa capacité à désigner avec précision la place de l’individu à l’intérieur d’une société donnée, Muratori est ainsi amené dans sa dissertation 42 à considérer les usages de plus en plus courants des cognomina, à partir des xe-xie siècles et jusqu’au xiii e siècle, comme autant de réponses aux besoins d’une société rendue de plus en plus exigeante en raison de sa croissance et de sa différenciation. Il revient sur l’idée que le recours aux cognomina a d’abord distingué les familles aristocratiques, les gens du commun (ignobiles) se contentant dans leurs références onomastiques de recours plus simples : Ad patriam aut ad artem suam ad se distinguendos a ceteris. Fort de sa connaissance des archives des Este et des archives vénitiennes, il n’a pas de peine à souligner le caractère stable, dès les ixe-xie siècles, des cognomina attestés pour la noblesse ducale vénitienne. Depuis l’émancipation politique de Venise dès le début du ixe siècle jusqu’au milieu du xie siècle, la dignité ducale y a bien été monopolisée, note-t-il, par un groupe très restreint de familles qui ont étayé leur conscience de soi par la référence constante à des cognomina gentilices (Participazi, Candiani et Orseolo). Il en va de même, note-t-il de manière moins appuyée, pour l’aristocratie romaine des xe-xiie siècles où quelques grands lignages aux cognomina très typiques (les Boveschi ou filii Bobonis, les Papareschi, les Orsini ou filii Ursi, les Frangipani, les Colonna) se sont partagé le contrôle des organes du pouvoir précommunal.

20L’analyse des cognomina plus détaillée à laquelle se livre Muratori dans la dissertation 42 lui donne une nouvelle occasion de partir en guerre contre les généalogies de fantaisie élaborées dès la fin du Moyen Âge et surtout au xvie siècle. Contre les tentatives « ineptes » faites depuis Andrea Dandolo au xive siècle jusqu’aux humanistes de la Renaissance pour faire remonter jusqu’à l’Antiquité – et si possible jusqu’à Jules César ou aux Flaviens – la généalogie de familles nobles au prix de surinterprétations et de distorsions grotesques de leurs cognomina, il date décidément du xe siècle les plus anciens exemples de recours assuré à la pratique de transmission du même cognomen familial de génération en génération (Candiani, Orseolo). Il analyse ensuite assez finement (t. III, col. 774 et suiv.) les processus de diffusion, de haut vers le bas de la société, des modes anthroponymiques de l’aristocratie. Il y voit justement l’une des manières dont a pu affirmer sa conscience de soi un groupe social qu’il qualifie d’un terme dont il ne soupçonnait probablement pas le succès futur et qu’il qualifie déjà de nomenclatura. Muratori demeure d’autre part toujours sensible aux dimensions régionales de l’anthroponymie médiévale. Il prend plaisir à nous inviter à un tour d’horizon européen de cette nomenclatura, de France en Allemagne, en Savoie, à Rome et jusqu’au domaine napolitain. Avec toute la perspicacité que lui confère sa connaissance de la richesse des archives locales, il marque un temps d’arrêt plein d’intérêt sur le cas de la Toscane à l’époque de la comtesse Mathilde. Il s’y livre à une analyse, très moderne dans son esprit et ses méthodes, des données anthroponymiques fournies par les listes de souscriptions testimoniales transmises par les diplômes comtaux et les notices de plaids. Non sans un certain courage (puisqu’il écrit ces lignes sous le pontificat de Benoît XIII Orsini), il détruit au passage le mythe de l’antiquité de la famille Orsini. Il place au xie siècle la montée du lignage à partir d’un Ursus et rappelle que le lignage n’accède à la dignité papale qu’en 1191 seulement, avec Célestin III, par le rameau des Boveschi. Il applique la même méthode et aboutit à des conclusions semblables pour les Pierleoni. Très remarquable, à ce point de sa dissertation, est le tableau qu’il nous donne, à partir d’un relevé des marqueurs anthroponymiques, de la renovatio de l’aristocratie romaine au xiiie siècle avec l’ascension des nouveaux lignages auto définis soit par un cognomen « inepte » (comme les Boccamazzi), soit, à la manière des Orsini, par la référence constante à un Spitzenahn notoire comme les Ottaviani ou les Stefaneschi. D’autres études de cas sur l’anthroponymie aristocratique à Gênes, Padoue, Bologne, Ferrare et Florence lui permettent d’étendre la portée de ses conclusions.

21La manipulation des cognomina (autrement dits par lui agnomina, supernomina ou praenomina) apparaît ainsi à Muratori comme la meilleure illustration du rôle fonctionnel qu’a joué l’anthroponymie au service de l’affirmation de la classe dominante dans les villes italiennes au xie-xiiie siècles. Quoique de manière beaucoup plus expéditive (t. III, col. 801-804), il passe pour finir en revue les divers systèmes de fixation d’anthroponymes familiaux attestés à la même époque dans le ceto medio urbain et rural.

22Nous avons tenté de suivre dans sa démarche la manière dont Muratori a donné corps, dans cette somme d’anthropologie culturelle que sont ses Antiquitates, au domaine onomastique. Tentons, en guise de conclusion, d’en reprendre brièvement les points forts et d’en souligner la modernité.

23Il serait évidemment absurde de vouloir prouver in extremis que Muratori a créé de toutes pièces l’anthroponymie médiévale telle que nous la voyons pratiquer aujourd’hui. Il est en revanche permis d’admirer sans réserve l’intelligence avec laquelle il lui a conféré un statut de discipline originale à l’intérieur de la médiévistique. C’est là, me semble-t-il, que les Antiquitates marquent un progrès majeur par rapport à ses devanciers, à Mabillon surtout, à ses contemporains mauristes et aux grands érudits italiens avec lesquels il était en rapport suivi dans la République des lettres, Giambattista Vico et Pietro Giannone en tête. Il a clairement et pour la première fois circonscrit l’anthroponymie comme champ de recherche historique propre et non plus, comme Mabillon et les pères mauristes, comme une simple science auxiliaire au service de l’art de vérifier les dates et d’assurer les généalogies. Ce faisant, il l’a avec décision faite basculer du côté de l’histoire « morale » selon sa terminologie, disons avec Benedetto Croce, tout simplement culturelle. Il en a bien défini la dimension sociale, de l’anthroponymie aristocratique à l’anthroponymie servile. Il en a souligné les types de manipulation à visée fonctionnelle en tant que mode d’affirmation de l’appartenance à un groupe ou en tant que technique de transgression consciente des frontières sociales. Il en a compris l’ambivalence comme phénomène de mode ou de résistance à la mode. Il me paraît, en somme, avoir été le premier à comprendre et à illustrer abondamment par un recours judicieux à des sources choisies la ligne maîtresse d’évolution des systèmes anthroponymiques médiévaux. Ceci, en analysant toutes les techniques de complémentarité qui, à partir d’un système élémentaire fondé sur le nom personnel, ont permis, grâce à divers bricolages onomastiques, à l’individu d’exprimer sa conscience ou son désir d’appartenir à un groupe – familial ou professionnel – et de rendre aisément perceptible sa dépendance à l’égard de systèmes de relations liés à telle structure de pouvoir ou à telles composantes d’ordre géographique, politique, religieux, affectif. Sergio Bertelli a bien montré à quel point, en général, Muratori avait partagé l’idée leibnizienne d’un perfectionnement continu des méthodes et des formes d’exposition de l’histoire. Tenter de retracer la manière dont il a appliqué cette conviction au domaine anthroponymique nous invite à admirer, une fois de plus, l’élégance intellectuelle avec laquelle, chez lui, tutto ciò che può cadere sotto il nome d’istoria mene compreso anche sotto quello di erudizione.

Notes

1 Pour les travaux plus ou moins anciens de L. Cibrario (1860), A. Gaudenzi (1898), D. Olivieri (1924), P. Aebischer (1947), G. Serra (1950), O. Bratto (1953 et 1956), I. Kajanto (1966), je me contente de renvoyer ici par souci de brièveté aux notes de P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, Rome-Paris, École française de Rome, 1973 [rééd. 1993], selon l’index bibliographique. Le travail essentiel est celui de Giandomenico Serra.

2 Sur l’œuvre de L. A. Muratori, voir S. Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, Edizioni Scientifiche, 1960 ; G. Giarizzo, « Alle origini della medievistica moderna (Vico, Giannone, Muratori) », Bull. d. 1st. Stor. It. p. il Medio Evo, 74 (1962), p. 1-43 ; M. Rosa, « Echi dell’erudizione muratoriana nel’700 », Studi Medievali, 3a serie, 4 (1963), p. 821-854 et surtout l’ouvrage collectif : Atti del Convegno internazionale de studi muratoriani, Modena 1972, Florence, 1975, et, en particulier, les contributions de G. Tabacco, G. Fasoli et V. Fumagalli au tome II : L. A. Muratori storiografo.

3 Sur la Società Palatina, voir en particulier L. Vischi, « La Società Palatina di Milano », Arch. Stor. Lombardo, 7 (1880), p. 392-566.

4 L. A. Muratori, Antiquitates Italicae Medii Aevi siue Dissertationes de Moribus, Ritibus, Religione, Regimine, Magístratíbus, Legibus, Studiis Literarum, Artibus, Lingua, Militia, Nummis, Princípibus, Libértate, Servitute, Foederibus, aliisque faciem et mores Italici Populi referentibus post declinationem Romani Imperii ad Annum usque MD. Omnia illustrantur et confirmantur ingenti copia diplomatum et chartarum veterum. Nunc primum ex Archivis Italiae depromtarum additis etiam nummis, chronicis aliisque monumentis numquam antea editis. Palatinis Mediolanensibus sociis editionen curantibus, Milan, in Regia Curia, 1738 à 1742.

5 B. Croce, Storia della storiografia italiana nel secolo decimonono, t.I, Bari, Laterza, 1947 et id., Conversazioni critiche, Bari, Laterza, 1950, p. 209, cité par S. Bertelli, op. cit., p. 364.

6 Rappelons que, dans les toutes dernières années de sa vie, Muratori a jugé indispensable de compléter sa monumentale édition en vingt-huit volumes in-folio des Rerum Italicorum Scriptores (1723-1751) par des Annali della Storia d’Italia (1744-1740) destinés à en présenter une sorte de résumé ou aide-mémoire selon l’ordre chronologique des textes édités dans les RIS.

7 C’est dans la dissertation XIII de ce premier tome, De Hominibus liberis et arimannis, que Muratori ouvre (contre Leibniz) le débat sur les arimanni destiné à une certaine postérité historiographique. Mais non moins novatrices sont les deux dissertations suivantes, De Servis et De Manumissionibus Servorum, et de Libertis, Aldiis et Aldianis (col. 712-878).

8 Sergi Bertelli, op. cit., ci-dessus à la note 2, souligne justement la prudence, voire la réserve mentale, avec lesquelles Muratori aborde les problèmes ressortissant au domaine hagiographique. Ce ne sont point les vies des saints ou leurs miracles (réels ou supposés) qui l’intéressent mais, toujours, les usages sociaux du culte des saints et, dans notre cas d’espèce, les recours anthroponymiques qu’ils offrent hic et nunc.

9 Ce n’est là, bien sûr, qu’un aspect presque anecdotique d’un problème plus général étudié par E. Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », dans Atti del Convegno Internationale..., op. cit., t. II, p. 227-240.

10 Preuve – entre cent – de la curiosité d’esprit et de l’ouverture de Muratori, celui-ci observe, à propos de la pratique du Talis filius Talis, que celle-ci, nullement majoritaire dans la documentation italienne des xe-xiie siècles qu’il édite, était au contraire d’un usage constant apud Musulmanos sive Arabes.

11 Le prototype pour lui des listes onomastiques horizontales est fourni par les listes de cens et toutes redevances dues à un moment donné à une Église ou une seigneurie. Inversement, il tire un parti très moderne de l’exploitation généalogique (diachronique) des notices de plaids des xie-xiie siècles et, singulièrement, des plaids comtaux toscans à l’époque de la comtesse Mathilde.

12 Je me permets, sur cette question, de renvoyer à mon essai : P. Toubert, « Nome e cognome. Dal nome di persona al nome di famiglia », dans I vincoli familíarí in Italia. Dal secolo XI al secolo XX, A. Manoukian (dir.), Bologne, Il Mulino, 1983, p. 69-82.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.