Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Deuxième partie. L'évolution politique du conseil municipal d'août 1944 aux élections municipales de 1977

Chapitre V. Paris place forte du gaullisme (1965-1977)

Texte intégral

I — La majorité gaullo-centriste

Les municipales de 1965

  • 1 Loi n° 64-620 du 27 juin 1964 relative à l'élection des conseillers municipaux des communes de plu (...)

1Le mode de scrutin est modifié pour les élections municipales de 19651. Les élections se font à deux tours, au scrutin majoritaire, avec listes bloquées. Une liste de suppléants est annexée à la liste. Seules les listes ayant obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés au premier tour peuvent se maintenir au second. Les coalitions ne sont pas possibles entre les deux tours. La ville de Paris est découpée en quatorze secteurs électoraux :

Tableau 1. Répartition des arrondissements par secteur en 1965

  • 2 L'Année politique, 1965, p. 3.

2L'UNR, responsable de la nouvelle loi électorale, attend beaucoup de cette consultation municipale et souhaite retrouver sa prédominance perdue à Paris du fait des dissidences des élus de 1959, sinon obtenir tous les sièges, comme aux législatives de 1962. Pour cela, elle présente des listes communes avec les Républicains Indépendants ou avec d'anciens élus du MRP, comme Hubert Prangey ou Louis Gidel. La campagne est axée sur la modernisation et l'équipement de Paris. En revanche, la fédération de la Seine du Centre National des Indépendants rejette toute alliance avec l'UNR afin de “faire échec au but avoué de la loi électorale municipale qui est de ne laisser en présence que le parti communiste et les partis inconditionnels du pouvoir2.

  • 3 L'Année politique, 1965, p. 4.

3Le Conseil National de la SFIO a décidé, fin novembre 1964, d'approuver “la constitution de listes de coalition avec les démocrates de gauche partout où cela serait absolument nécessaire pour battre l'UNR” et d'admettre “des ententes avec des communistes ou avec des républicains qui, bien qu'éloignés du socialisme, sont opposés sans équivoque au régime actuel3. Déjà, dès le mois d'octobre, la fédération socialiste de Paris avait engagé des négociations avec les communistes en vue des municipales. Le nouveau mode de scrutin condamne les socialistes à nouer des alliances, faute de quoi ils seraient éliminés du Conseil municipal en raison de la faiblesse de leur implantation parisienne. La fédération avait écarté l'idée de certains élus socialistes de faire alliance avec une partie de la droite non gaulliste. De toutes façons, les indépendants et le MRP, contactés par les socialistes, font savoir qu'ils refusent toute alliance à Paris avec le Parti Communiste. Dans son rapport au Conseil fédéral sur les élections municipales de 1965, fait en octobre 1964, le secrétaire fédéral, Claude Fuzier, prévient :

  • 4 Rapport de Claude Fuzier présenté au Conseil fédéral pour les municipales de 1965 (octobre 1964), (...)

4Nos camarades de Paris doivent se débarrasser en tout état de cause d'une illusion : celle de la possibilité d'un accord électoral entre la réaction antigaulliste et les socialistes. D'abord parce que les accords de ce type ont été, en 1962, très mauvais dans l'ensemble du pays. Ensuite parce que le Cartel des non a été condamné par le 54e Congrès. Puis parce que la droite antigaulliste est, dans la Seine, profondément réactionnaire. Enfin parce que des triangulaires de ce genre se font toutes au profit de l'UNR si la gauche est divisée [...] Des camarades ont suggéré que nous ayons d'une circonscription à l'autre des positions différentes. Ce serait très grave. D'abord parce que cela ridiculiserait le Parti encore plus dans Paris, qui n'a pas de vie locale, que dans l'ensemble du département. Ensuite parce que les communistes, qui n'ont pas besoin de nous, compte tenu du système électoral et des réflexes prévisibles de l'électorat, pourraient se passer de nous dans les quatre circonscriptions sûres. Enfin, parce que, d'une façon générale, il ne faut pas risquer de préparer de futures divisions entre les membres du Parti, certains reprochant peu fraternellement aux autres de n'avoir pas été liés par un accord dont personne ne conteste le caractère difficile4.

5Ces négociations sont en effet difficiles pour les socialistes. Comme le note Claude Fuzier, “la disproportion des forces est évidente ; dans les quatorze circonscriptions de Paris, les communistes sont nettement devant nous, souvent dans la proportion de 1 à 4”.

  • 5 L'Année politique, 1965, p. 7.
  • 6 A l'exception du troisième secteur, il s'agit toujours d'un conseiller municipal sortant.
  • 7 L'exception est le dixième secteur (XVIe arrondissement) où le conseiller communiste sortant, Albe (...)

6Après plusieurs semaines de conversation, les partis de gauche annoncent, le 7 janvier, leur décision de présenter des listes communes à Paris. Le communiqué commun publié dit notamment : “Par une nouvelle loi électorale applicable dans les villes de plus de 30.000 habitants, le gouvernement a voulu empêcher l'union des forces républicaines en interdisant la constitution de coalitions entre les deux tours de scrutin... En réponse à cette provocation... [les fédérations de la Seine du parti communiste et du parti socialiste SFIO] ont décidé de participer en commun accord à la constitution de ces listes en tenant compte de leurs forces respectives sur l'ensemble du département et d'inviter les autres formations démocratiques à ce combat uni contre le gaullisme.” Pour la première fois depuis la guerre, un accord de type “Front Populaire” est conclu dans l'ensemble d'un département. Un communiqué du PSU du 12 janvier affirme : Les fédérations de la Seine du parti socialiste unifié [...] ont pris connaissance des projets d'accord [...] qui se fixent comme objectif à Paris, comme dans les principales communes de banlieue, de battre l'UNR et la réaction, en constituant des listes uniques de toute la gauche. Force est de constater que le projet ne répond pas dans sa forme présente à un tel objectif. Il s'agit d'un cartel électoral tourné vers le passé [...]. Aucun compte n'est tenu des résultats de 1962 qui permirent à des forces neuves, notamment le PSU, de commencer à s'affirmer ''5. Il est vrai que la mise à l'écart du PSU semblait être l'un des objectifs des socialistes parisiens. Dans le rapport de 1964, Claude Fuzier écrit : “Le PSU conservera le siège de Bourdet dans le XIIIe arrondissement, ce qui permettra au PC et à nous de nous opposer à sa présence dans les autres circonscriptions, en particulier celles qui sont jouables”. Les négociations avec le PSU se poursuivent néanmoins. Après un premier échec, les listes d'union démocratique présentées à Paris incluent finalement le PSU et le conseiller PSU sortant, Claude Bourdet, est représenté dans le septième secteur. Dans chaque secteur, c'est un candidat communiste qui est en tête de liste6 et, dans treize secteurs, un candidat socialiste est en deuxième de liste7. A la demande du Parti Socialiste, un candidat radical de gauche est présenté dans le onzième arrondissement, considéré comme favorable à la gauche.

7A côté de ces deux ensembles se présentent dans onze secteurs des listes du centre”Liberté pour Paris“ (absentes dans les XVIe, XIXe, XXe arrondissements), conduites par des conseillers municipaux sortants dans le premier secteur (Jean Legaret), le troisième secteur (Edouard Frédéric-Dupont), le quatrième secteur (Jean Carlier), le sixième secteur (Paul Pernin), le huitième secteur (Julien Tardieu), le neuvième secteur (Jean Cayeux), le dixième secteur (Bernard Lafay). Dans treize secteurs se présentent des listes “P.A.R.I.S. ”, présentées par Jean-Louis Tixier-Vignancour (absentes du XIIe arrondissement). Avec cinq autres listes, diverses et isolées, ce sont donc en tout cinquante-sept listes qui sont présentes au premier tour, chiffre inférieur à celui des élections précédentes.

  • 8 Elisabeth Dupoirier, “Une ou deux droites à Paris. Les élections municipales de 1977 et la restruc (...)

8A l'issue du premier tour, le ballottage est général. La participation est de 63,56 %. Les listes d'Union pour le Renouveau de Paris sont en tête dans six secteurs (2e, 4e, 6e, 8e, 9e, 10e), les listes d'Union démocratique dans six secteurs (le, 5e, 7e, 12e, 13e, 14e), les listes centristes dans deux secteurs (3e, 1le). L'URP est en tête sur l'ensemble de la capitale, avec 38,17 % des suffrages exprimés, suivie de l'Union démocratique (35,18 %), des centristes (16,61 %), de l'extrême-droite (9,17 %). Les listes isolées ne recueillent que 0,87 % des suffrages exprimés. L'Union démocratique obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements ouvriers : XIXe, XXe, XIe, XIIIe et IIIe arrondissements et ses résultats les moins bons dans les arrondissements aisés de l'ouest de Paris : VIIIe, VIIe, XVIe, XVIIe et Vie. Il y a correspondance exacte avec les arrondissements où, en 1959, les communistes obtenaient leurs meilleurs et moins bons scores. L'URP obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements où la concurrence est moindre à droite, les XVIe, XXe et XIXe arrondissements, où ne se présentent pas de listes centristes, le XIIe où ne se présente pas de liste P.A.R.I.S., ainsi que dans le IXe arrondissement. Les résultats gaullistes les plus médiocres se trouvent dans les quatre premiers arrondissements et dans le VIIe arrondissement, là où la liste centriste est conduite par une forte personnalité sortante du Conseil municipal, Edouard Frédéric-Dupont dans le VIIe arrondissement et Jean Legaret dans le premier secteur, là où le déplacement des Halles imposé par le gouvernement gaulliste a pu nuire aux candidats de l'URP. A contrario, les centristes obtiennent leurs meilleurs résultats là où ils sont représentés par ces personnalités : le VIIe, le XVIIe (avec Bernard Lafay), le Ie, le VIIIe et le IVe, leurs résultats les plus médiocres se trouvant dans les XIIIe, XIe, Xe, Ve et IXe arrondissements. L'extrême-droite obtient son meilleur résultat dans le XVIe arrondissement, profitant de l'absence de liste centriste, ainsi que dans le Ville, Vie, IXe et Ve arrondissements ; ses résultats les plus faibles se situent dans les arrondissements de force des centristes : VIIe, IVe et Ie, ainsi que dans les XVIIIe et XIe arrondissements. Analysant ces élections, avec les législatives de 1967, Elisabeth Dupoirier relève que l'implantation gaulliste fait “apparaître un phénomène territorialement diffus, insensible aux frontières traditionnelles de la gauche et de la droite parisiennes, et sans relation avec la caractérisation socio-professionnelle des quartiers de la capitale établie au recensement de 19688.

  • 9 Le Monde, 18 mars 1965.

9Pour le deuxième tour, il y a cinq duels entre les listes d'Union démocratique et les listes d'Union pour le Renouveau de Paris dans les 5e, 7e, 12e, 13e et 14e secteurs ; sept triangulaires sont provoquées par le maintien des listes centristes dans les le, 3e, 4e, 6e, 8e, 9e, 11e secteurs et une par le maintien de la liste “P.A.R.I.S” dans le 10e secteur ; dans le 2e secteur, les quatre listes du premier tour se maintiennent. Dans un communiqué, le secrétariat général de l'UNR dénonce “l'attitude scandaleuse” des listes centristes qui prennent “le risque d'un succès communiste plutôt que de se retirer et d'inviter les électeurs à voter pour les listes les mieux placées, c'est-à-dire celles de l'Union pour le Renouveau de Paris9.

  • 10 L'Année politique, 1965, p. 26.

10A l'issue du deuxième tour, les listes de l'Union pour le Renouveau de Paris l'emportent dans les 2e, 4e, 6e, 8e, 9e et 10e secteurs et ont 39 élus ; les listes d'Union démocratique l'emportent dans les le, 5e, 7e, 12e, 13e et 14e secteurs et ont 38 élus ; les listes centristes l'emportent dans les 2e et 1 le secteurs et ont 13 élus. L'UNR et ses alliés républicains indépendants n'ont donc pas la majorité absolue au Conseil municipal. Cet échec est largement attribué à la défaite dans le premier secteur, provoquée par le maintien de la liste centriste de Jean Legaret qui espérait avoir les voix qui étaient allées à la liste P.A.R.I.S. patronnée par Jean-Louis Tixier-Vignancour. Au cours de ces élections, les listes centristes ont repris aux gaullistes une partie des voix perdues en 196210.

Tableau 2. Répartition politique du Conseil municipal en 1965

Le Conseil de 1965

11L'élection du président du Conseil municipal après les élections de 1965 est l'occasion de définir la nouvelle majorité du Conseil municipal. L'UNR n'ayant pas obtenu au Conseil municipal la majorité absolue au Conseil municipal, un accord avec les centristes est nécessaire. Les élus centristes essayent d'abord de trouver un terrain d'entente avec la gauche, mais les communistes font échouer cette tentative. Le jour de l'élection, Paul Laurent, membre du Bureau politique et secrétaire de la fédération de la Seine du PC, arrive en fin d'après-midi à l'Hôtel de Ville, venant du Comité Central du PC où les centristes ont violemment été pris à partie et dénoncés comme “foncièrement réactionnaires”. Les pourparlers, qui se déroulent par l'intermédiaire des socialistes (dont le secrétaire fédéral, Claude Fuzier, est présent) échouent de ce fait. On envisage également qu'un centriste, Armand Massard, doyen d'âge du Conseil municipal, occupe quelques mois la présidence, mais cette proposition, émanant de Bernard Lafay, est rapidement abandonnée. La séance s'ouvre tardivement. Les deux premiers tours, où la majorité absolue est requise, donne des résultats analogues. Albert Chavanac (URP) obtient 39 voix, Pierre Giraud (SFIO) 38, Armand Massard (centriste) 13. Après une suspension de séance de trois heures, un accord intervient entre gaullistes et centristes. L'UNR, qui a déjà renoncé à une candidature politique, celle de René Capitant, et qui a désigné Albert Chavanac, qui, n'étant pas parlementaire, apparaît davantage comme un “administrateur”, promet maintenant de n'occuper la présidence que quatre années sur les six de la mandature et de la céder pour les deux autres années aux centristes. Les postes du Bureau et les présidences de commission doivent être partagés entre gaullistes et centristes. Albert Chavanac est élu par 48 voix contre 38 à Pierre Giraud (socialiste), quatre élus centristes n'ayant pas accepté de voter pour le candidat gaulliste, dont Pierre Devraigne et Armand Massard, qui ne prennent pas part au vote.

  • 11 Le Monde, 3 avril 1965.

12Pierre Viansson-Ponté, commentant cette élection dans Le Monde, souligne que l'anticommunisme des Centristes l'a finalement emporté sur l'antigaullisme : “Après cet épisode, et compte tenu du fait que le centrisme revêt dans la région parisienne un caractère assez particulier, il sera plus difficile aux partis et aux hommes groupés sous cette dénomination d'apparaître comme une véritable force de contestation du gaullisme11.

13Les centristes obtiennent deux vice-présidences, un poste de secrétaire, ainsi que le poste de syndic. Le reste du Bureau est composé d'élus de l'URP. Les centristes obtiennent également la présidence de la deuxième commission et celle de la sixième commission, ainsi que la présidence de la Commission de l'Aide à l'Enfance. Janine Alexandre-Debray, centriste, conserve également le rapport général du compte, mais c'est à un élu gaulliste, Christian de La Malène, que revient le poste le plus important du Conseil municipal, celui de rapporteur général du budget. L'opposition entre la droite et la gauche se renforce, en particulier lors de la désignation des représentants du Conseil municipal aux principaux conseils d'administration. Alors que Michel Salles a considéré, lors de la discussion du budget de 1965, que le Conseil municipal était encore une assemblée démocratique, où la minorité ne se sent pas totalement évincée, il met en valeur, le 24 juin 1965, l'exclusion des conseillers de gauche après la victoire de l'UNR.

  • 12 Voir sur cette question les débats au Conseil de Paris le 8 juillet 1968, p. 435-457.

14En vertu de l'accord passé en 1965, la présidence du Conseil municipal revient en 1966 à un centriste, Paul Faber, puis en 1967 à nouveau à un gaulliste, Michel Caldaguès. C'est à lui qu'il appartient de gérer la crise de 1968 à l'Hôtel de Ville. Pendant toute la durée des événements, le Conseil de Paris ne se réunit pas, en dépit de demandes répétées des groupes de gauche12. Le 16 mai, un communiqué est publié par le Bureau du Conseil municipal : “Le Bureau du Conseil municipal a été saisi par certains groupes de l'Assemblée d'une demande d'intervention auprès du Préfet de Paris afin que celui-ci convoque le Conseil de Paris en session extraordinaire. Conformément à la position adoptée par les groupes de la majorité de l'Assemblée, le Bureau pense qu'il n'y a pas lieu, dans l'immédiat, de demander une session extraordinaire, les controverses politiques devant céder le pas à un dialogue que tous les Parisiens souhaitent fructueux entre les intéressés afin de parvenir à l'indispensable apaisement”. Un deuxième communiqué, le 28 mai, confirme la volonté du Bureau de ne pas délibérer dans un climat de violence. Interpellé sur ce point par Claude Bourdet, dans le cadre de sa question orale “sur les méthodes, l'emploi et la structure de la police parisienne à la suite des événements de mai et de juin” lors de la séance du Conseil du 8 juillet, Michel Caldaguès, qui a alors quitté la présidence du Conseil où il est remplacé par le gaulliste Bernard Rocher, justifie sa position par quatre arguments :

  • le Bureau ne voulait pas que l'émeute disposât à l'Hôtel de Ville d'une tribune, alors qu'un “certain nombre de conseillers apportaient constamment leurs encouragements et leur caution à l'émeute” ;
  • parmi les manifestants, certains envisageaient une prise de l'Hôtel de Ville, notamment le 24 mai à la suite de la manifestation de la gare de Lyon et, si une telle manifestation était arrivée à ses fins alors que le Conseil de Paris était en session, le Bureau craignait qu'une telle opération ne trouvât des alliés au sein même de l'Hôtel de Ville ;
  • les conseillers de gauche voulaient réunir le Conseil pour faire le procès de la police ;
  • enfin, dans les derniers jours de mai, on a vu se dessiner une pression pour que le Conseil de Paris vote des allocations de secours aux comités de grève en leur laissant le bénéfice de les répartir selon leurs propres critères, ce qui était inacceptable pour la majorité.

15Le Conseil municipal refuse la demande de Claude Bourdet de création d'une commission d'enquête du Conseil de Paris, composée de conseillers municipaux de tous les groupes et de personnalités extérieures, pour récolter les témoignages sur le comportement de la police parisienne pendant les événements. Il adopte au contraire une motion par laquelle “le Conseil de Paris témoigne sa reconnaissance et sa satisfaction à la police parisienne et à toutes les forces de l'ordre pour le dévouement et le courage avec lesquels elles ont accompli leur devoir au cours des événements de mai et juin 1968”.

  • 13 Le Monde, 26 et 27 juin 1969.

16L'année 1969 est marquée par la scission du groupe centriste, après les consultations électorales nationales, référendum puis présidentielle. Le 28 mars, le docteur Lafay, élu député aux législatives de 1968 avec le soutien des gaullistes et apparenté à l'Assemblée Nationale au groupe de l'UDR, forme, avec d'autres conseillers centristes du XVIIe arrondissement le groupe de l'Union du Centre. De plus, au sein du groupe centriste orthodoxe qui soutient aux présidentielles la candidature d'Alain Poher, Janine Alexandre-Debray prend position en faveur de Georges Pompidou. Lors du renouvellement du Bureau au mois de juin, la présidence doit revenir, selon l'accord conclu en 1965, à un centriste. Deux centristes sont candidats : le candidat orthodoxe, Etienne Royer de Véricourt, qui a appelé à voter “non” au référendum et qui a soutenu la candidature d'Alain Poher aux élections présidentielles, et le candidat du groupe de l'Union du Centre, Maurice Weill. Le groupe de l'URP apparaît alors en position d'arbitre. Au premier tour de scrutin, sur 88 votants, Maurice Weill n'obtient que 16 voix contre 30 au docteur de Véricourt ; le candidat socialiste Pierre Giraud recueille 11 voix, la candidate communiste, Madeleine Marzin, 26 ; cinq voix se dispersent sur des conseillers non candidats. Au deuxième tour, le docteur de Véricourt est élu président avec 48 voix contre 36 à Madeleine Marzin. Une majorité de conseillers du groupe de l'URP refuse, malgré le ralliement à la majorité du Dr Lafay, nommé quelques jours auparavant secrétaire d'Etat dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, de mettre en péril l'alliance budgétaire conclue en 1965 avec les centristes. Seuls douze élus gaullistes refusent au premier tour leur suffrage au docteur de Véricourt13.

17En 1970, la présidence revient au gaulliste Didier Delfour, élu au troisième tour de scrutin par 43 voix contre 35 au socialiste Pierre Astier, les groupes centriste, URP et Union du Centre se répartissant les autres postes du Bureau. Mais les rapports se tendent entre les différentes tendances de la majorité budgétaire, au moment où se préparent les élections municipales de 1971.

  • 14 Séance du 14 décembre 1970. BMO Débats 1970, p. 1283.
  • 15 BMO Débats 1970, p. 921-922.
  • 16 Michel Brisacier, Paris dans la pensée et l'oeuvre de Charles de Gaulle, thèse de sciences politiq (...)

18Un débat important a lieu autour de l'attribution du nom de Charles de Gaulle à la place de l'Etoile. Le 13 novembre 1970, à l'ouverture de la session ordinaire, tous les conseillers, debout, observent une minute de silence à la mémoire du général de Gaulle. Puis, sur proposition de tous les groupes de l'Assemblée, le Conseil de Paris, à mains levées et à l'unanimité des présents en séance, attribue le nom de Charles de Gaulle à la place de l'Etoile. Selon le conseiller centriste André-Yves Breton, sa suggestion de donner le nom de de Gaulle à la place de l'Hôtel de Ville ou au rond-point des Champs-Elysées a été rejetée par tous les autres présidents de groupe14. Puis la séance est suspendue une demi-heure en signe de deuil15. Le 11 décembre 1970, Edouard Frédéric-Dupont dépose au début de la séance une proposition tendant à annuler la décision prise le 13 novembre. Il souhaite qu'un monument à la mémoire du général de Gaulle soit construit sur la nouvelle place prévue à l'emplacement de la porte Maillot, que le nom du général de Gaulle soit donnée à cette place et que la porte Maillot prenne immédiatement le nom de porte Général-de-Gaulle. Après une première interruption de séance de deux heures, pendant laquelle les groupes politiques se réunissent dans le Bureau du président, l'urgence avec discussion immédiate est prononcée sur la proposition. Michel Caldaguès dénonce les arrière-pensées politiques des centristes et demande le retrait du texte. Après l'examen des rapports, le président Didier Delfour suspend à nouveau la séance pendant deux heures, jusqu'à vingt heures. A la reprise, Maurice Berlemont déclare que les élus communistes restent favorables à l'attribution du nom de Charles de Gaulle à une place parisienne en raison de son rôle dans la Résistance, mais estiment que le choix de la place de l'Etoile n'est pas le meilleur. Claude Bourdet défend le même point de vue. Les groupes de gauche demandent le renvoi de la proposition à la troisième commission. La séance est à nouveau suspendue pendant une heure. Pendant une courte reprise, les élus de gauche déposent un projet de délibération tendant à ce que la délibération votée par le Conseil de Paris le 13 novembre soit annulée et à ce que la troisième commission se réunisse pour choisir un nouvel emplacement. Après une nouvelle suspension de séance et une reprise, la séance est suspendue pendant plus de trois heures pour permettre la réunion de la troisième commission. A la reprise, alors qu'il est près d'une heure du matin, la troisième commission propose le rejet des propositions de la gauche. Pierre Bas, président du groupe gaulliste, constatant qu'aucune unanimité ne peut se faire, annonce que les groupes de l'Union pour le renouveau de Paris et de l'Union du Centre cesseront de participer à un débat indigne de l'Hôtel de Ville et se retirent. Didier Delfour laisse la présidence au centriste Joseph Ayrignac, vice-président, et quitte avec les autres conseillers la salle des séances. Le préfet quitte également la salle. Philippe Tollu dépose alors une délibération proposant que le nom de Charles de Gaulle soit donnée à la place des Invalides, reprise d'une ancienne idée de Colette Bécourt-Foch. Les groupes encore présents (centristes et de gauche) décident de reporter la discussion à la séance du 14 décembre. A l'ouverture de cette séance, Janine Alexandre-Debray, bien que membre du groupe centriste, dépose une proposition tendant à passer à l'ordre du jour sur toutes les propositions tendant à remettre en cause la décision du 13 novembre attribuant le nom de Charles de Gaulle à la place de l'Etoile. Philippe Tollu et Joseph Ayrignac expliquent alors qu'ils n'ont pas signé la feuille de présence le 13 novembre pour ne pas participer au vote. Après deux suspensions de séance, le texte de Janine Alexandre-Debray est adopté à l'occasion d'un scrutin par appel nominal à la tribune. Il y a quatre-vingt-six votants. Geneviève Guyard (centriste), Pierre Le Goff et Philippe Pariggi (socialistes) sont excusés, Andrée Grunn (PC) ne prend pas part au vote. Quarante-quatre conseillers votent la proposition de Janine Alexandre-Debray, l'ensemble du groupe URP, le groupe Union du Centre et deux conseillers centristes : Janine Alexandre-Debray et André-Yves Breton. Quarante-et-un conseillers votent contre : les autres élus centristes, Joseph Ayrignac, Denys-Cochin, Pierre Devraigne, Edouard Frédéric-Dupont, Armand Massard, Philippe Tollu, Etienne Royer de Véricourt et l'ensemble des élus de gauche. David Weill, ancien PSU, s'abstient volontairement. Le maintien de la délibération du 13 novembre n'est donc obtenu que d'extrême justesse. Cet épisode est l'expression de la rivalité entre gaullistes et centristes à la veille des élections de 1971. Michel Brisacier note : “L'initiative d'Edouard Frédéric-Dupont est de politiser le débat. Les conseillers de gauche ont eu conscience, après la séance, de s'être laissés entraîner dans une mésaventure. Ainsi n'allaient-ils pas tellement insister, le lundi 14 décembre, malgré les pressions des centristes les plus anti-gaullistes, pour empêcher le premier ministre d'inaugurer la place Charles-de-Gaulle16.

  • 17 L'Aurore, 4 décembre 1970, cité par Michel Salles, BMO Débats 1970, p. 1536.

19Si des tensions existent entre centristes et gaullistes, d'autres tensions existent au sein du groupe URP, entre gaullistes et républicains indépendants. Ainsi, le 4 décembre 1970, dans L'Aurore, Jacques Dominati déclare à propos des élus UNR de Paris qu'il s'agit d'un “groupe dominant, dirigé par quelques élus, assuré de la docilité de collègues paralysés par une incompétence nourrie d'honneurs [...] soumis aux impératifs d'une habileté intéressée ou plus simplement noyés par leur propre lassitude17.

20Après les municipales de 1965, les gaullistes parviennent donc à retrouver un pouvoir important au Conseil municipal, mais c'est au prix d'une alliance avec les centristes. Ils espèrent que eux et leurs alliés pourront obtenir la majorité absolue après les élections de 1971, afin de se passer de l'appui des centristes d'opposition. Mais c'est la position des Républicains indépendants qui fragilise alors la majorité gaulliste.

II — Gaullistes et giscardiens

Les municipales de 1971

21Aux élections municipales de 1971, 76 listes et 482 candidats se présentent au premier tour. L'extrême-gauche, la gauche, le centrisme, la majorité, l'extrême droite sont présents dans tous les secteurs.

  • 18Aux élections de 1971, le PSU ne voulut pas participer à la coalition de la gauche parisienne, à (...)

22L'appellation “extrême-gauche” s'applique aux listes “Paris aux travailleurs” formées par le PSU et Lutte Ouvrière avec le soutien de la Ligue Communiste Révolutionnaire et de l'Alliance marxiste révolutionnaire. Cette nouvelle alliance du PSU, allié en 1965 aux socialistes et aux communistes, explique le retrait de Claude Bourdet18, l'autre conseiller du PSU, David Weill, se présentant sur une liste centriste. Le PSU présente 58 % des candidats de ces listes, Lutte ouvrière 26 %, le reste étant réparti entre les militants de diverses associations.

  • 19 Cette lettre est reproduite dans le Livre blanc de la fédération de Paris du PS, 1969-1971 (Archiv (...)

23Les listes d'union démocratique rassemblent candidats communistes, socialistes, représentants de la Convention des institutions républicaines, des comités de gauche du parti radical et d'Objectif 72. Les communistes disposent de 48 candidats, les socialistes de 19, la CIR de 8, les radicaux de 6 et Objectif 72 de 3. Comme en 1965, les communistes conduisent les listes dans tous les secteurs. Georges Sarre, premier secrétaire de la Fédération de Paris du PS, s'en explique le 22 avril 1971 dans une lettre à Alain Savary, premier secrétaire du PS19. Son but est de répondre à ceux qui accusent les socialistes d'avoir été à la remorque des communistes lors de ces élections :

24Le problème se posait dans les termes suivants : il fallait distinguer entre les secteurs sûrs (11e, 13e, 8e, 19e et 20e arrondissements), les secteurs possibles, les secteurs perdus d'avance. Le PC nous proposait une tête de liste dans un de ces derniers secteurs : le 17e arrondissement ou les 7e et 8e. Nous demandions la tête de liste dans deux des bons secteurs (Sarre dans le 11e, Estier dans le 18e) et dans un secteur possible (le 14e). Nous aurions pu alors accepter aussi un secteur moins favorisé : nous proposions Colette Audry dans le 16e. Il nous apparaissait en effet comme une folie de placer une tête de liste socialiste ou deux dans les secteurs où l'UDR avait de grandes chances de passer au premier tour et dans ceux là seuls. On imagine la campagne de presse sur le thème défaite là où les socialistes mènent la liste, succès là où ce sont les communistes et les accusations qui seraient (...) portées contre nous. Après une discussion très dure, montrant que le PCF était allé au bout des concessions possibles, et ne cèderait plus d'un pas — n'accepterait jamais, en particulier, ni de confier la tête de liste aux socialistes dans l'un des secteurs sûrs, ni de confier à Colette Audry la tête de liste dans le 16e, nous avons décidé de reconduire purement et simplement la solution de 1965”.

25Dans douze des quatorze secteurs se présentent, sous l'étiquette “Paris pour tous les Parisiens”, des candidats centristes moins marqués à droite qu'en 1965, investis par le Centre démocrate, le parti radical et le Centre républicain. Dans les deux autres secteurs (IIIe et Xe), les listes centristes sont intitulées “Libertés de Paris” et conduites respectivement par Edouard Frédéric-Dupont et par le professeur Pierre Lépine.

  • 20 La répartition des candidats sur les différentes listes est donnée dans l'Année politique, 1971, p (...)

26Les listes de la majorité — “Paris-Majorité” — rassemblent des candidats UDR, Républicains indépendants, Centre démocratie et Progrès, Centre national des indépendants et les conseillers sortants de l'Union centriste. L'UDR présente 57 candidats, les Républicains Indépendants 13, le Centre Démocratie et Progrès 9, le Centre National des Indépendants 5 et l'Union Centriste de Bernard Lafay 3. Sur ces listes figurent 3 membres du gouvernement, 20 députés et 3 sénateurs20. Le but du parti gaulliste et de ses alliés est d'obtenir la majorité absolue au Conseil, pour éviter de poursuivre les arrangements avec les centristes nécessaires de 1959 à 1965. Dans le premier secteur (Ie, IIe, IIIe et IVe arrondissements), les candidats de la majorité ont fait alliance avec Jean Legaret, dont le maintien au deuxième tour de 1965 avait favorisé la victoire de la liste d'Union démocratique.

27Au premier tour, le 14 mars, il y a 43,8 % d'abstentions. Tous les secteurs sont en ballotage. La majorité est en progression par rapport au premier tour des municipales de 1965. La majorité obtient 43 % des suffrages exprimés alors que le centre obtient 18,72 %, la gauche classique 28,48 %, l'extrême-gauche 6,30 %, l'extrême-droite 2,57 %, les “divers” 0,62 %.

28Au deuxième tour, la majorité obtient la majorité absolue au Conseil de Paris. Le pourcentage des abstentions est passé à 43,76 %. La gauche unie garde cinq des six secteurs qu'elle détenait en 1965, mais perd le premier qu'elle avait gagné en 1965 à la faveur d'une triangulaire. Elle représente 38,37 % des suffrages exprimés. Le centre emporte deux secteurs, les VIIe et VIIIe arrondissements et le XVIe. La majorité, avec 51,67 % des suffrages exprimés, domine dans sept secteurs.

  • 21 D'après la répartition donnée dans Le Monde du 23 mars 1971 et les modifications signalées le 31 m (...)

Tableau 3. Répartition politique du Conseil municipal en 197121

Les rivalités au sein de la majorité

  • 22 Le Monde, 31 mars 1971.

29Dès mars 1971, avant la réunion du nouveau Conseil municipal pour l'élection du Bureau, une fissure apparaît dans la majorité à l'Hôtel de Ville22. La création d'un groupe giscardien est annoncée le 24 mars 1971 par Michel Poniatowski, secrétaire général de la Fédération nationale des Républicains indépendants, et par Jacques Dominati. Le 25 mars, une réunion à l'Hôtel Matignon, en présence de Jacques Chaban-Delmas et des principaux dirigeants des groupes de la majorité, ne fait que confirmer la volonté des Républicains indépendants de se placer à part. Le 29 mars, une réunion des conseillers élus sous l'étiquette “Paris-Majorité” a lieu à l'Hôtel de Ville. Quarante-et-un des quarante-six conseillers élus sous cette étiquette sont présents. Deux conseillers républicains indépendants s'associent à cette réunion, Lucien Joffre et Auguste Marboeuf-Regnault, pour marquer leur désapprobation de l'action menée par Jacques Dominati. Celui-ci, lors d'un bref passage, annonce sa volonté de créer un groupe, par analogie à la situation qui existe à l'Assemblée Nationale où des groupes politiques différents représentent les tendances de la majorité et où leur action est coordonnée par un comité de liaison. Les quarante-et-un élus présents confirment leur volonté de constituer au sein du Conseil un groupe unique “Paris-Majorité” et désignent comme président Jean Tibéri.

30Lors de l'élection du Bureau, Jean Chérioux (UDR), candidat du groupe Paris-Majorité et des Républicains indépendants, est élu dès le premier tour avec 46 voix contre 31 à Maurice Berlemont (PC). Les treize élus centristes du groupe Libertés de Paris déposent des bulletins blancs et s'abstiennent lors de la désignation des vice-présidents et des secrétaires, choisis parmi les élus “Paris Majorité” ou “Républicains indépendants”. Christian de La Malène reste rapporteur général du budget, René Galy-Dejean est élu rapporteur général du compte, Jacques Dominati rapporteur général du personnel. Ce dernier est le seul à bénéficier des voix centristes. Le groupe “Libertés de Paris” ne prend pas non plus part au vote lors de la désignation des représentations du Conseil municipal au Conseil d'administration du district de la région parisienne et se joint aux critiques de la gauche lors de la désignation des représentants du Conseil aux conseils d'administration des sociétés d'économie mixte et aux conseils d'administration des établissements scolaires du second degré.

31En 1972, la présidence revient une fois encore à un élu du groupe “Paris-Majorité”, Nicole de Hauteclocque, première femme à accéder à ce poste. L'élection n'est acquise qu'au troisième tour de scrutin, Mme de Hauteclocque ne recueillant aux premiers tours que 41 et 42 voix. Sa mise en ballottage est donc le fait du groupe Paris-Majorité et on peut y voir l'expression d'un léger malaise au sein de la droite parisienne à la veille des législatives de 1973. Les élus du groupe “Libertés de Paris” refusent de voter pour elle. Au premier tour, ils votent pour leur candidat, Joseph Ayrignac, puis, aux deuxième et troisième tours, pour un candidat issu de Paris-Majorité mais qui n'appartient pas à l'UDR, Lucien Joffre.

32En 1973, Jacques Dominati, Républicain Indépendant, succède à Nicole de Hauteclocque à la présidence. Le groupe Républicain Indépendant ne représente pourtant que six élus, même après le ralliement d'Edouard Frédéric-Dupont, qui quitte le groupe “Libertés de Paris” pour le groupe des Républicains Indépendants au début de 1973. Les élus du groupe “Libertés de Paris” ont soutenu la candidature de Jacques Dominati, en raison de ses positions favorables à une évolution du statut de Paris, mais refusent de prendre part au vote des autres membres du Bureau, le groupe “Paris-Majorité” ayant refusé la représentation proportionnelle. Le Bureau reste exclusivement composé de représentants des groupes “Paris-Majorité” et “Républicain Indépendant”.

33En 1974, de graves difficultés apparaissent entre le groupe “Paris-Majorité” et les Républicains Indépendants. Jacques Dominati annonce en mars son intention de briguer à nouveau la présidence, en dépit de l'accord passé avec le groupe “Paris-Majorité” à qui doit revenir la présidence. Le président du groupe “Paris-Majorité”, Jean Tibéri, refuse cette réélection. La question du statut de Paris est l'un des éléments du débat. Dans un article paru le 25 mars 1974 dans le journal des Républicains Indépendants Paris Demain, Patrick Jonville plaide en faveur de la réélection de Jacques Dominati et attaque le groupe Paris-Majorité :

34Si, tout en feignant de vouloir un changement des institutions parisiennes, certains élus conservateurs du groupe Paris-Majorité s'obstinent dans leur refus de participer au renouveau démocratique de Paris, nous les laisserons face à leurs responsabilités. Qu'ils élisent alors leur président minoritaire et reviennent devant les électeurs [...]. Si le groupe Paris-Majorité voulait aujourd'hui freiner notre réussite, nous ne verrions d'autre issue que de mettre en lumière la gestion directe des affaires municipales par les pouvoirs préfectoraux au mépris de toute raisonnable décentralisation. Certes, avec ses quarante-deux membres, le groupe Paris-Majorité peut élire un président, mais il ne pourra imposer une politique digne de Paris”.

  • 23 Le Monde, 14 juin 1974.
  • 24 Dépêche AFP du 12 juin 1974, papiers Pierre-Christian Taittinger, BAVP.

35Au cours de la dernière séance de la session de printemps, à deux reprises, les Républicains Indépendants ont voté avec la gauche et les centristes contre “Paris-Majorité”, sur le projet de la création d'une ZAC pour sauvegarder la Cité fleurie et surtout sur la demande d'une session extraordinaire au cours de laquelle serait discutée la question du statut de Paris. Lors des élections présidentielles de 1974, les élus gaullistes de Paris soutiennent la candidature de Jacques Chaban-Delmas, pourtant largement distancé dans la capitale. En juin, contrairement à la coutume, Jacques Dominati, dont le groupe a été renforcé par le passage de Pierre Seince, ancien élu socialiste, aux Républicains Indépendants, se représente pour un second mandat, avec le soutien du nouveau président de la République. Mais les élus du groupe “Paris-Majorité”, hostiles à sa reconduction, désignent comme candidat à la présidence Yves Milhoud, président de la fédération de Paris du Centre Démocratie et Progrès. Le 12 juin, le ministre de l'Intérieur, Michel Poniatowski, convoque Yves Milhoud et lui fait part du prix qu'attache le président de la République à la réélection de Jacques Dominati. Il prie le candidat du groupe Paris-Majorité de se retirer, ce que celui-ci refuse23. Quatre conseillers favorables à la réélection de Jacques Dominati démissionnent du groupe Paris-Majorité : Lucien Joffre, Maurice Weill, Auguste Marboeuf-Regnault, Lucien Finel24. Le 13 juin 1974, le journal gaulliste La Nation écrit : “Il y a cependant moins de raisons que jamais que les prétentions de M. Dominati à être reconduit dans son mandat, au mépris des engagements passés qu'il a acceptés et qui lui ont permis d'être élu l'an dernier, soient prises en considération”. Deux candidats de la majorité s'affrontent donc lors de l'élection. Au premier tour, Jacques Dominati recueille 25 voix, contre 32 à Yves Milhoud et 29 au candidat unique de la gauche, Georges Sarre. Au second tour, Jacques Dominati recueille 24 voix, contre 32 à Yves Milhoud et 29 à Georges Sarre. Jacques Dominati retire sa candidature, permettant à Yves Milhoud de l'emporter au troisième tour avec seulement 37 voix, contre 29 à Georges Sarre. Le Bureau est exclusivement composé d'élus UDR.

  • 25 La décision de Valéry Giscard d'Estaing s'explique par différentes facteurs : la mise en cause de (...)
  • 26Daniel Benassaya : Je trouve scandaleux que, pour la deuxième fois en moins d'une semaine — il y (...)
  • 27 La question préalable est repoussée (les communistes ne la votent pas pour ne pas laisser les main (...)
  • 28 BMO Débats 1974, p. 742 et p. 749.

36La tension entre le groupe “Paris-Majorité” et le nouveau pouvoir est très vite sensible. L'affaire de la voie express rive gauche le montre bien. Lorsqu'après la décision prise par le nouveau président de la République de ne pas engager l'Etat dans cette opération de voirie contestée25 le Conseil de Paris discute de cette question dans sa séance du 20 juin 1974, les propos des membres du groupe “Paris-Majorité” sont critiques. René Galy-Dejean regrette le désaveu posthume dont est victime le président Pompidou sur cette affaire, ce qui entraîne les protestations des élus des groupes “Libertés de Paris” et “Républicains Indépendants”. Pour lui, il s'agit d'un “geste qui se veut spectaculaire”, “un geste gratuit, sans efficacité, sans lendemain”. Christian de La Malène s'adresse en ces termes au préfet : “Quelle hypothèque va peser désormais, Monsieur le préfet, sur les engagements que vous viendrez prendre à cette tribune au nom du gouvernement !”. Bernard Rocher estime qu'après la décision du chef de l'Etat, “il serait plus simple de nommer une délégation spéciale pour administrer Paris, un commissaire du gouvernement pour en être l'exécutif, et laisser les conseillers de Paris faire des cocottes en papier avec les schémas directeurs ou les Plans d'Occupation du Sol que nous avons la vanité d'imposer aux tiers, alors que la puissance publique ne les respecte pas”. Le sens de la continuité de l'Etat ne lui paraît pas sauvegardé. Lorsque, à la séance du 24 juin 1974, Daniel Benassaya, conseiller socialiste, met en cause l'intervention du chef de l'Etat dans les affaires parisiennes, il est approuvé par Christian de La Malène26. Le même mécontentement se manifeste lors de la première session extraordinaire de 1974 convoquée les 28 et 30 octobre à la suite de la décision de Valéry Giscard d'Estaing de supprimer le Centre de Commerce International prévu aux Halles. Sans suivre les socialistes qui demandent l'adoption de la question préalable sur le mémoire afin de protester contre l'intervention directe du président de la République dans les affaires parisiennes27, les élus gaullistes manifestent leur mécontentement : Monique Garnier-Lançon, qui rapporte le mémoire, souligne que “les intéressés, c'est-à-dire les élus des Parisiens, n'ont pas été consultés” ; Pierre-Charles Krieg parle d'une situation “imposée à la Ville de Paris”28. Le 28 avril 1975, René Galy-Dejean demande même la cession des terrains des Halles à l'Etat afin que celui-ci paie les conséquences du changement d'avis.

37La politique menée par Valéry Giscard d'Estaing au plan national entraîne les réserves des personnalités éminentes du Conseil de Paris, par ailleurs parlementaires. Lors du vote de la loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse, le 28 novembre 1974, seuls Charles Magaud, Claude-Gérard Marcus, Georges Mesmin et Jean de Préaumont votent pour. S'y opposent en revanche Pierre Bas, Jacques Dominati, Edouard Frédéric-Dupont, Nicole de Hauteclocque, Pierre-Charles Krieg, Bernard Lafay, Christian de La Malène, Claude Roux et Jean Tibéri, ainsi qu'un autre député de la majorité très lié aux conseillers gaullistes du XIIe arrondissement, Pierre de Bénouville. Gabriel Kaspereit s'abstient volontairement.

  • 29 Le Monde, 11 juin 1975.

38Dans ce contexte, les Républicains Indépendants se rapprochent des élus centristes de “Libertés de Paris”, un intergroupe, “Paris-Avenir”, étant constitué entre les deux groupes, auxquels se joignent quelques anciens élus de Paris-Majorité ayant quitté leur groupe en octobre 1974 pour fonder le groupe des “non-inscrits”, comme Auguste Marboeuf ou Jean Legaret. Le 3 mars 1975, les membres du groupe “Paris-Avenir” ne prennent pas part au vote sur le maintien du Bureau. L'élection du Bureau en 1975 est particulièrement difficile29. Le 2 juin, Jacques Chirac et Michel Poniatowski réunissent à Matignon des conseillers de Paris représentant les diverses tendances de la majorité présidentielle, Jean Tibéri, Bertrand de Maigret, Philippe Tollu. Un accord se fait sur l'élection à la présidence du Conseil d'un membre de Paris-Avenir et sur la recherche d'un meilleur équilibre de la majorité vers les Républicains Indépendants et les centristes en vue des municipales de 1977. En contrepartie, l'UDR demande un accord pour la composition des Bureaux de l'Assemblée en 1975 et en 1976, ainsi que la création d'un comité de liaison de la majorité. Le 6 juin, le groupe “Paris-Avenir” désigne son candidat à la présidence, Michel Elbel, mais refuse une négociation sur le Bureau de 1976 et sur la création d'un comité de liaison. Les gaullistes réunis le 9 juin demandent le respect de la totalité de l'accord et désignent comme candidat à la présidence Bernard Lafay, l'un des plus anciens élus parisiens, qui siège sans discontinuer au Conseil municipal depuis 1945. Il est élu au troisième tour de scrutin, par 35 voix contre 29 à Jean Gajer et 20 à Michel Elbel. Après la démission des deux vice-présidents élus de Paris-Avenir, Bertrand de Maigret et Philippe Mithouard, les vice-présidents sont exclusivement des élus UDR, les secrétaires étant deux UDR, un élu “Libertés de Paris” et un non inscrit.

  • 30 Le Monde, 12 juin 1976.
  • 31 Toutefois, lors des votes, la majorité s'élargit après 1974, les élus centristes votant désormais (...)

39En 197630, de longues tractations entre Pierre Bas, nouveau président du groupe Paris-Majorité, et Jacques Dominati, président de Paris-Avenir, aboutissent finalement à un accord. Dans un premier temps, le groupe “Paris-Avenir” revendique la présidence. Finalement, le 9 juin, ce groupe accepte la candidature de Bernard Lafay, afin de préserver la cohérence de la majorité. Les gaullistes acceptent alors de partager les postes de vice-présidents et de secrétaire et de laisser à un centriste le poste de syndic, détenu depuis dix ans par André Planchet (UDR). Le 10 juin, Bernard Lafay est réélu à la présidence, dès le premier tour, mais il lui manque douze voix par rapport au total des voix de la majorité. Solange Marchai et Bertrand de Maigret (Paris-Avenir), Patrick de Saevsky et Jean Rousseau (Paris-Majorité) sont vice-présidents, Patrick Jonville, Denis Joyeux (Paris-Avenir), Pierre Chédor et Albert Listambert (Paris-Majorité) secrétaires. Le poste de syndic revient à Philippe Tollu. Toutefois, les vice-présidents et secrétaires de “Paris-Avenir” ne sont élus qu'au second tour, alors que ceux de “Paris-Majorité” le sont dès le premier tour et Philippe Tollu n'est élu que de justesse au premier tour, ce qui permet aux groupes de gauche de souligner dans un communiqué la faiblesse de la majorité31.

  • 32 BMO Débats 1975, p. 1385-1389.
  • 33 BMO Débats 1976, p. 1360-1363.

40Dans ce contexte, la pression des conseillers de gauche devient de plus en plus importante, les chances de la gauche aux municipales de 1977 paraissant réelles. L'attitude des élus communistes, emmenés en général par le secrétaire du groupe Jean Gajer, se durcit, notamment dans l'affaire des Halles, contre Christian de La Malène. Les élus communistes attaquent également fortement le préfet de police, en particulier dans l'affaire du Parisien Libéré. Le 5 décembre 1975, l'ensemble des élus communistes déposent même une demande de déclaration d'urgence, avec discussion immédiate, en faveur d'une proposition demandant la suspension du préfet de police, Jean Paolini, suite à “l'agression sauvage à laquelle se sont livrées des forces de police contre les ouvriers du Parisien Libéré et qui a fait des dizaines de blessés”. La demande de déclaration d'urgence est naturellement rejetée par la majorité. Les élus communistes sont soutenus par leurs collègues socialistes, Georges Sarre déclarant lors des explications de vote : “Les libertés démocratiques, dans ce pays, sont en péril. Tout cela a un relent de préfascisme”, ce qui provoque le départ des préfets et une suspension de séance. A la reprise, Georges Sarre demande la démission du premier ministre Jacques Chirac et du ministre de l'Intérieur Michel Poniatowski et Alain Lhostis (PC) critique la “bestialité des sections spéciales des forces de police”, ce qui provoque un nouveau départ des préfets32. Le 6 décembre 1976, après l'intervention de la police dans les locaux occupés du Parisien Libéré, les groupes de gauche tentent de susciter un nouveau débat. La question préalable opposée par le préfet de police est votée par la majorité et les conseillers de gauche quittent la salle des séances pour aller manifester avec les travailleurs33.

  • 34 Le quartile supérieur des résultats du PC est composé
    — aux municipales de 1945, des XXe, XIIIe, XI (...)

41L'histoire politique du Conseil municipal de Paris entre 1944 et 1977 est dominée par les rivalités entre la droite gaulliste et la droite non gaulliste. En effet, quel que soit le mode de scrutin, les forces de gauche ne parviennent jamais à conquérir la majorité à l'Hôtel de ville, à l'exception de la courte période 1945-1947. C'est que la gauche, dominée par le Parti Communiste, n'est puissante que dans quelques arrondissements de l'est parisien, les XXe, XIIIe, XIXe et XIe arrondissements notamment34. Après un échec en 1947 — la victoire du RPF est rapidement annihilée par les scissions du groupe qui entraînent la victoire des Indépendants aux élections de 1953 — et en 1959 — à cause du problème algérien — les gaullistes parviennent à faire de Paris l'un de leurs bastions. En 1977, le RPR a, outre dix-huit députés sur trente-et-un et cinq sénateurs sur douze, trente-quatre conseillers municipaux sur quatre-vingt-dix, le poste de rapporteur général du budget et le poste de président du Conseil, quatre présidences de commissions permanentes sur sept, six présidences de commissions sur sept, résultat de trente années d'efforts politiques.

Notes

1 Loi n° 64-620 du 27 juin 1964 relative à l'élection des conseillers municipaux des communes de plus de 30.000 habitants, publiée dans le Journal Officiel du 28 juin 1964 p. 5635.

2 L'Année politique, 1965, p. 3.

3 L'Année politique, 1965, p. 4.

4 Rapport de Claude Fuzier présenté au Conseil fédéral pour les municipales de 1965 (octobre 1964), Fonds Claude Fuzier, OURS, E2 58 BD, p. 14-16.

5 L'Année politique, 1965, p. 7.

6 A l'exception du troisième secteur, il s'agit toujours d'un conseiller municipal sortant.

7 L'exception est le dixième secteur (XVIe arrondissement) où le conseiller communiste sortant, Albert Ouzoulias, est suivi d'un représentant du PSU.

8 Elisabeth Dupoirier, “Une ou deux droites à Paris. Les élections municipales de 1977 et la restructuration du bloc conservateur”, Revue française de science politique, n° 6, décembre 1977, p. 848-883 (citation de la p. 874).

9 Le Monde, 18 mars 1965.

10 L'Année politique, 1965, p. 26.

11 Le Monde, 3 avril 1965.

12 Voir sur cette question les débats au Conseil de Paris le 8 juillet 1968, p. 435-457.

13 Le Monde, 26 et 27 juin 1969.

14 Séance du 14 décembre 1970. BMO Débats 1970, p. 1283.

15 BMO Débats 1970, p. 921-922.

16 Michel Brisacier, Paris dans la pensée et l'oeuvre de Charles de Gaulle, thèse de sciences politiques, Paris-I, 1986.

17 L'Aurore, 4 décembre 1970, cité par Michel Salles, BMO Débats 1970, p. 1536.

18Aux élections de 1971, le PSU ne voulut pas participer à la coalition de la gauche parisienne, à cause de l'échec de ses négociations avec le parti communiste sur le plan national. La forme du scrutin droite contre gauche imposée à Paris par le pouvoir en 1965 ne permettait absolument pas le succès, même local, d'une liste isolée de gauche, qui risquait même, dans certains cas, de faire triompher la droite. Je ne fus donc pas candidat à nouveau. Je n'acceptai pas non plus la proposition que me firent socialistes et communistes de participer comme indépendant à la liste d'union de la gauche dans le 13e arrondissement dont j'avais été l'élu. Il me semblait qu'ayant été l'un des artisans du regroupement de la gauche nouvelle et de la fondation du PSU, il serait inélégant de rompre avec celui-ci pour sauver mon siège personnel.” (Claude Bourdet, A qui appartient Paris ?, Seuil, 1972, p. 11).

19 Cette lettre est reproduite dans le Livre blanc de la fédération de Paris du PS, 1969-1971 (Archives de l'OURS).

20 La répartition des candidats sur les différentes listes est donnée dans l'Année politique, 1971, p. 20.

21 D'après la répartition donnée dans Le Monde du 23 mars 1971 et les modifications signalées le 31 mars 1971.

22 Le Monde, 31 mars 1971.

23 Le Monde, 14 juin 1974.

24 Dépêche AFP du 12 juin 1974, papiers Pierre-Christian Taittinger, BAVP.

25 La décision de Valéry Giscard d'Estaing s'explique par différentes facteurs : la mise en cause de la politique urbaine des années 60, le coût de l'opération, sans oublier que le rapporteur de la question au Conseil de Paris est Yves Milhoud, qui a battu Jacques Dominati à la présidence.

26Daniel Benassaya : Je trouve scandaleux que, pour la deuxième fois en moins d'une semaine — il y a quelques jours, c'était pour la voie express rive gauche, aujourd'hui, c'est au sujet de la Cité fleurie — nous recevions des ordres dictés par l'Elysée, alors qu'une commission spéciale a été désignée par le Conseil de Paris pour se pencher sur le problème [...]. Si cela continue, j'arriverai, avec mes camarades des groupes socialiste et des radicaux de gauche, à déposer un projet de délibération tendant à désigner M. le Président de la République comme maire de Paris et à envoyer aux champs les membres du Conseil de Paris. — Christian de la Malène : Très bien !" (BMO, Débats du Conseil de Paris, séance du 24 juin 1974, p. 506.

27 La question préalable est repoussée (les communistes ne la votent pas pour ne pas laisser les mains libres au président de la République). Après le rejet, socialistes et radicaux de la gauche quittent le débat.

28 BMO Débats 1974, p. 742 et p. 749.

29 Le Monde, 11 juin 1975.

30 Le Monde, 12 juin 1976.

31 Toutefois, lors des votes, la majorité s'élargit après 1974, les élus centristes votant désormais plus souvent avec leurs collègues des Républicains Indépendants et de Paris- Majorité.

32 BMO Débats 1975, p. 1385-1389.

33 BMO Débats 1976, p. 1360-1363.

34 Le quartile supérieur des résultats du PC est composé
— aux municipales de 1945, des XXe, XIIIe, XIXe, XIe et XVIIIe arrondissements,
— aux municipales de 1947 des XIIIe, XXe, XIXe, XIe et XVIIIe arrondissements,
— aux municipales de 1953 des XXe, XIIIe, XIXe, XIe et XVIIIe arrondissements,
— aux municipales de 1959 des XXe, XIXe, XlIIe, XIe et IIIe arrondissements.
Le quartile supérieur de l'Union démocratique est composé
— aux municipales de 1965 des XIXe, XXe, XIe, XIIIe et IIIe arrondissements,
— aux municipales de 1971 des XIXe, XlIIe, XXe, XIe et XVIIIe arrondissements.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Répartition des arrondissements par secteur en 1965
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Tableau 2. Répartition politique du Conseil municipal en 1965
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1122/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1122/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Tableau 3. Répartition politique du Conseil municipal en 197121
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1122/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540