Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

3e section. Nommer les hommes

La toponymie de la vallée du Douro et la « révolution anthroponymique » du xie siècle

Carlos M. Reglero de la Fuente

Texte intégral

  • 1 J. M. Piel et D. Kremer, Hispano-gotisches Namenbuch. Der Niederschlag des Westgotischen in den al (...)
  • 2 C. Sánchez Albornoz, Despoblacíón y repoblacion del valle del Duero, Buenos Aires, Instituto de Hi (...)
  • 3 M. Bourin (éd.), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, Publications de l’université (...)

1Tout voyageur parcourant la vallée du Douro est frappé par le grand nombre de lieux qui portent des noms de personnes d’origine variée : Villalpando, Martín Muñoz de las Posadas, Bamba, Frómista, Villabrágima, Villagarcía, Pelayos, Sancho Bueno, Sancho Tello, Torre de Clemente... II en est de même dans tout le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique, comme Pavaient déjà noté Piel et Kremer dans leur étude sur l’onomastique hispanogothique en Galice et au Portugal1. Nombreux sont les auteurs qui ont attiré l’attention sur ce phénomène caractéristique de la toponymie du Douro, généralement au milieu des polémiques sur les dépeuplement et repeuplement de la vallée du Douro présumés par Claudio Sánchez-Albornoz, théorie admise par certains et rejetée par d’autres2. Ce travail prétend dresser un tableau général de cette toponymie, signaler les contrastes entre régions, en particulier entre le Nord et le Sud du Douro, et établir un lien avec les études d’anthroponymie réalisées dans les années 1980 et 19903.

Une vision temporelle : origine et transformations

  • 4 Barrios García, « Toponomástica e Historia... », p. 125-127.

2La plupart des topo-anthroponymes du bassin du Douro sont documentés pour la première fois aux xe-xiiie siècles. Les sources écrites antérieures au milieu du ixe siècle sont si rares que l’on connaît très peu de toponymes et d’anthroponymes datant avec certitude de cette époque – d’où la nécessité de recourir à des arguments philologiques très controversés pour tenter de déterminer l’origine de certains noms4. En marge de ces difficultés, l’apparition et l’évolution de ces toponymes soulèvent d’autres questions intéressantes : l’identification de la personne dont un lieu porte le nom, l’apparition de nouveaux topo-anthroponymes qui remplacent les noms anciens, la disparition ou la transformation de l’élément anthroponymique présent dans un toponyme.

Les personnes à l'origine des noms de lieux

  • 5 Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230), II, (953-985), E. Sáez Sánchez (...)
  • 6 C. M. Reglero de la Fuente, « Transformaciones de la antroponimia leonesa en el siglo XI : triunfo (...)

3L’un des aspects les plus passionnants pour les historiens qui étudient les noms de lieux et de personnes est l’identification de la personne qui est à l’origine du nom d’un lieu. Il est très rare que l’on trouve des références aussi explicites que celle de Villa de Manni. En 977, Manni Ovecoz fit don de cette villa à la cathédrale de León en déclarant de uilla mea propria quam ego Manni populaui a populacione prima, quam abui de auorum etparentorum meorum. Ipsa villa fuit primiter ager meus, nunc uero uocitant uilla de Manni5. Il n’existe aucune autre mention concernant cette villa située dans la région de Palencia, pas plus que de Manni Ovecoz, bien que l’utilisation de la forme nomen + nomen paternum dans le royaume de León au xe siècle indique qu’il s’agissait d’un homme de haut rang, non pas d’un simple paysan6.

  • 7 P. Martínez Sopena et M. J. Carbajo Serrano, « Notas sobre la colonización de la Tierra de Campos (...)

4Le plus souvent, c’est le rôle social prépondérant du fondateur ou d’autres témoignages de zones proches qui permettent de l’identifier. Le cas de la Villa de Bera en Tierra de Campos, où le monastère d’Abellar acheta des terres aux fils et petits-fils de Bera, est bien connu7. L’identification des personnes dont un lieu a emprunté le nom est plus simple lorsque l’on dispose du nomen + nomen paternum. Mais cela ne permet pas toujours d’en savoir davantage sur ces hommes, qui furent simplement des personnes influentes dans une petite contrée – rarement des comtes ou des nobles de haut lignage.

  • 8 P. Martínez Sopena, « La Tierra de Campos... », 96-100. C. M. Reglero de la Fuente, Espacio y pode (...)
  • 9 C. M. Reglero de la Fuente, El monasterio de San Isidro de Dueñas en la Edad Media (911-1478). Est (...)

5En Tierra de Campos, on trouve la trace au milieu du xe siècle d’un certain Forakasas iben Tajon, fils d’un fidelis regis du roi Ordoño II ; sa zone d’influence coïncide avec le toponyme « Melgare de Foracasas » ou « Castro de Foracasas », documenté entre 961 et 988 (après la mort de Foracasas iben Tajon). Il est probable qu’on puisse lui attribuer également un autre lieu de la Tierra de Campos appelé Villa de Furakasas. Dans la même région et à la même époque, Abaiub iben Zezera devait donner son nom à Castrobol ; le comte Fernán Bermudez (945-984) donnerait le sien à Vega de Fernán Bermudez (mentionné pour la première fois en 1057 comme appartenant à son arrière-petit-fils Fafila Petriz) ; et le comte Almundus à la Villa d’Almundus et aussi peut-être à Castro Almundus (Castromonte)8. De même, on peut supposer que le lieu appelé Castriello de Oveco Diaz dans la contrée du Cerrato est lié à Oveco Diaz, qui fit don à San Isidoro de Dueñas en 934 d’un domaine proche de ce lieu9.

  • 10 Barrios García, « Repoblación de la zona... », p. 81. Voir également J. González, « Repoblación de (...)

6Au sud du Douro, Angel Barrios a identifié les personnages qui ont donné leur nom aux villages de Cipédrez (Ziti Petriz, bailli de Nájera en 1085), Garcivelasco (dominus de Villanueva dans la Rioja en 1081), Diagalvaro (seigneur de Ibrillos en 1068-89), Gomeznaharro (clerc de l’entourage du comte Pedro Ansúrez aux alentours de 1115), Muñoserrazín (propriétaire à Brazuelas en 1125), Martín Muñoz (succeseur de Sisnando Davidiz à Coimbra et partisan d’Alphonse Ier d’Aragon, dit le « Batailleur »)10...

Nouveaux seigneurs, nouvelle toponymie

  • 11 Diccionario geográfico de España, Madrid, Ediciones del Movimiento, 1960, vol. 14, p. 415.

7L’identification des personnes qui sont à l’origine des topo-anthroponymes permet de constater que les changements de nom étaient constants. La plupart datent des xe -xie siècles au nord du Douro et de la fin du xie et xiie siècle au sud. Mais on trouve des exceptions jusqu’à une période récente. Ainsi, après la guerre civile espagnole (1936-1939), le village de Quintanilla de Abajo (Valladolid) devint Quintanilla de Onésimo en honneur à Onésimo Redondo, l’un des fondateurs de la Falange, né dans ce lieu et mort pendant le conflit11. Cependant, la plupart de ces changements se produisirent avant la fin de l’ancien régime.

  • 12 En 1154, Alfonso VII fit don à la cathédrale de Salamanque des églises qui sunt in villa que vocat (...)
  • 13 Carrera de la Red, op. cít., p. 238.

8Au milieu du xiie siècle, Alfonso VII confia le peuplement d’un ancien castro (bourg fortifié) au comte Nuño Pérez de Lara. La nouvelle ville prit le nom de Castronuño12. À la même époque, l’ancien Castello de Donnino ou Castrodonin, documenté entre 961 et 1125, devint Castroponce, sans doute à l’initiative des nouveaux seigneurs, la famille du comte Ponce de Minerva13.

  • 14 Ibid., p. 220-222, 67.
  • 15 T. Garcia Fernández, Historia de la villa de Valencia de don juan (León) (Antigua Coyanza), Vallad (...)
  • 16 P. Madoz, Diccionario geográfico-estadistíco-histórico de España y sus posesiones de ultramar. Sal (...)
  • 17 M. Vallejo del Busto, El Cerrato Castellano, Valladolid, Diputación Provincial de Palencia, 1978, (...)

9Mais c’est surtout le processus de seigneurialisation du bas Moyen Âge qui marqua fortement la toponymie. Vega de Fernán Bermudez qui, au milieu du xive siècle, tomba entre les mains de Ruy Ponce changea son nom en Vega de Ruiponce. Villamartín de don Sancho, appelé simplement Villamartin aux xiie et xiiie siècles, devenant seigneurie de D. Sancho de Tovar à la fin du xive siècle, emprunta le nom de son seigneur14. Un autre seigneur donna son nom à sa ville : l’infant portugais don Juan qui reçut à la fin du xive siècle la seigneurie de Valencia, l’ancienne Coyanza. Pour la différentier de l’autre Valencia sur les rives de la Méditerranée, la ville léonaise prit le nom de « Valencia de Don Juan »15. Ce phénomène est documenté également dans les régions situées au sud du Douro, comme l’atteste l’exemple de Peñaranda de Bracamonte, nom emprunté à une famille noble d’origine française installée en Castille à la fin du xive siècle, les Bracamonte, seigneurs de la ville16. Parmi les noms qui subirent de multiples changements, on peut citer Castriello de Oveco Diaz, qui en 1352 s’appelait Castriel de Lope Díaz, avant de devenir Castrillo de don Juan au xvie siècle en hommage à son nouveau seigneur, D. Juan Delgadillo de Avellaneda (1561)17.

La fuite du temps : oubli et mutations

  • 18 Carrera de la Red, op. cit., p. 129-132.
  • 19 Martínez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 24, 32, 175, 196, 215, 219.

10Les topo-anthroponymes ne survécurent pas toujours à la disparition de la personne dont ils portaient le nom. C’est surtout la forme anthroponymique qui évolue. La fixation du toponyme n’est jamais définitive et les usages locaux tendent à l’adapter au schéma toponymique environnant. Exemple : Melgar de Forakasas – village connu sous cette dénomination entre 945 et 988 en raison de Forakasas iben Tajón, décédé vers 956. Dès 988, le nom devint Melgar de Suso (« d’en haut »), abandonnant la mémoire de l’ancien seigneur. Même chose pour Melgar de Abduz, dont le nom changea en Melgar de Yuso (« d’en bas »)18 dès le milieu du xiie siècle. À Burgos, Castrello de Munnio Romanez (952) est devenu Castrillo del Val ; Rastrello de Gómez Gotiniz (1065) s’est muté en Castrillo de la Vega ; Pinniella de Cedron (s. xiie) en Pinilla de los Moros ; Alcoba de F<er>rando Videz en Alcoba de la Torre ; Celleruelo de Hann Oveque en Cilleruelo de Abajo ; Celleruelo de Ferrando en Cilleruelo de Arriba ; Barbatiello de Alvaro Telliz (978) en Barbadillo del Pez (1148)19...

  • 20 Ibid., 253. Vallejo, op. cit, p. 321-322.
  • 21 Carrera de la Red, op. cit., p. 177-178, 354.
  • 22 Ibid., p. 352-353,163-164.
  • 23 Reglero de la Fuente, Espacio y poder..., p. 46, 69.
  • 24 Ibid., p. 69-70.
  • 25 P. Madoz, Diccionario geográfico-estadístico-históríco de España y sus posesiones de ultramar. Pal (...)

11Parfois aussi, une partie de l’anthroponyme a disparu, comme le titre domno au nord du Douro : Torre de domno Feles (1062) devint Tordeheles (1302), puis Tordueles ; Torre domno Sindino (948) devint Turres de Sendino (s. xiie) et enfin Torresandino20 ; Villa don Sanzo (947,1047) se changea en Villa Sancio (1186) et Villazanzo ; Villa de domno Iohannes (982) en Villaiunes (1261) et Villiváñez21. II n’est pas rare non plus que le second élément du nom disparaisse, qu’il s’agisse du nomen paternum ou d’un surnom : Villa Muza ven Hanni (967) se transforma en Villa Muza Hanni (1068), puis Villa Muça (1352) ; Castrum Gundisalvo iben Muza en Rastro Gundisalviz, puis Castrogonzalo22 ; Castrum de Aeiza Gutierrez en Castro de Abeiza, puis Castro Beza et finalement Castrodeza23 ; Villa Velasco Manco (1080-1122) en Villavelasco (1188) ; Villa Munio Loco (1084-1094) en Villamunio (1188)24 ; Fuentes de Don Bermudo en Fuentes de Nava25...

  • 26 Martínez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 28, 337.
  • 27 Reglero de la Fuente, Espacio y poder..., p. 69.

12On constate aussi fréquemment une déformation du toponyme une fois que l’anthroponyme est tombé en désuétude, rendant celui-là méconnaissable si la forme médiévale ne s’est pas maintenue. Ce qui débouche sur une réinterprétation curieuse fondée sur des étymologies populaires. Quintanella de Munio Cisla est devenu aujourd’hui Quintanilla de Morocisla, remplaçant le nom de personne prélatin Munio par le gentilé moro (maure) ; Castrello de Muça (1029), un nom arabisant, s’est muté en Castrillo de Murcia, nom d’une ville26 ; le village actuel de Castromonte (littéralement château du mont) dérive en fait de Castro Almonde, provenant du nom germanique Almundus ou Olimundus, un comte du xe siècle27.

Les noms de lieux : espaces et formes

Les contrastes régionaux

  • 28 Carrera de la Red, op. cit., Martínez Sopena, La Tierra de Campos..., p. 95. Martinez Diez, Pueblo (...)
  • 29 Reglero, Espacio y poder..., p. 348-355.
  • 30 J. A. Fernández Flórez, « El “Becerro de Presentaciones”. Códice 13 del archivo de la catedral de (...)

13Les toponymes comportant un anthroponyme se retrouvent dans presque toutes les contrées de la vallée du Douro en Castille et León à divers degrés. Au nord du Douro, en Tierra de Campos occidentale (vallées de la Cea, du Valderaduey et du Sequillo) et dans le territoire de Burgos, 30 % environ des toponymes médiévaux comportèrent un nom de personne à une période donnée28. Ces pourcentages ne sont pas généralisables à toute la vallée du Douro. Par exemple, dans la contrée des Montes de Torozos située juste au sud de la Tierra de Campos occidentale, la proportion diminue de moitié29. De même, une vision globale du diocèse de León (dont le secteur sud-est comprend la Tierra de Campos) révèle des contrastes marqués entre archiprêtrés : en Campos et sur le haut plateau des Oteros, les anthroponymes abondent ; dans le Nord-Est du diocèse et dans la montagne (archiprêtrés de Rueda, Lillo, Burón, Argüello, Cervera, Liébana, Triollo, San Román et Almanza), c’est à peine si on en trouve30.

  • 31 Les pourcentages donnés se fondent sur l’étude toponymique effectuée par Martínez Diez, Pueblos y (...)

14Mêmes contrastes dans les terres castillanes de la province de Burgos. Dans les territoires du Sud-Ouest de la province (Burgos, Muñó, Clunia, Lerma, Palenzuela, Castrojeriz...), la proportion d’anthroponymes est élevée, entre 20 et 30 %, ainsi que dans les territoires situés autour de la voie de communication entre Burgos et la Rioja (Arlanzón, Oca, Pancorbo, Briviesca...). En revanche, ils sont plus rares dans les contrées situées au nord-est de la province (de Villadiego ou Amaya à Ubierna et Siero), ne dépassant pas 7 à 15 %. De même, dans les régions montagneuses de la partie orientale de la province et dans les contrées du Sud-Est, autour de Lara, à peine 10 % des localités portent un nom de personne31.

  • 32 Barrios García, « Repoblación de la zona meridional... », p. 52-53.

15Au sud du Douro, les contrastes sont tout aussi marqués comme l’avait déjà souligné Angel Barrios à propos des diocèses de Ségovie, d’Àvila, de Salamanque et de Ciudad Rodrigo. C’est dans les archidiaconés d’Ávila, de Ségovie et d’Arévalo que l’on trouve les pourcentages les plus élevés : entre 21 et 30 °/o ; de même en direction nord vers Coca, Olmedo, Íscar et au sud du territoire de Cuéllar, ainsi qu’à l’est vers Alba de Tormes et Baños (au sud de Salamanque). Cette forte densité d’anthroponymes se prolonge vers le Portugal dans la région de Ciudad Rodrigo bien qu’elle ne dépasse pas 14 %. Au sud de ce territoire, les anthroponymes sont absents ou presque. Au nord, entre ces régions à forte densité et le Douro, ainsi qu’à l’est d’une ligne unissant Pedraza et Portillo, autour de Sepulveda, les proportions sont inférieures à 10 %32.

  • 33 Nous nous basons sur l’inventaire toponymique fourni par Martínez Diez, Las comunidades de Villa y (...)

16Même situation à l’est de la région étudiée par Barrios, dans les territoires ou comunidades de villa y tierra de la province de Soria et du Sud de la province de Burgos (Agreda, Soria, Almazán, Medinaceli, Atienza, Berlanga, Osma, Gormaz, Calatañazor ou Andaluz...) avec des pourcentages souvent inférieurs à 5 %, qui atteignent rarement 10 %33. On rejoint ainsi les territoires situés au sud-est des meríndades de Burgos, déjà étudiés.

17Ce panorama, bien qu’incomplet, révèle donc les forts contrastes existant d’une contrée à l’autre. Mais surtout il montre que les contrastes ne sont pas le fruit du hasard. Les contrées où la densité d’anthroponymes est la plus forte correspondent à une zone englobant la Tierra de Campos, le territoire de Burgos, Alba de Tormes et l’archiprêtré d’Ávila.

Structure formelle des toponymes

  • 34 Carrera de la Red, op. cit., Martínez Diez, Pueblos y alfoces... Pour les diocèses d’Ávila et de S (...)

18Pour former un toponyme, l’anthroponyme s’utilise seul (Garci Pedro, Pedro Serrano, Bamba, Pascuales) ou en combinaison avec un autre élément, généralement un substantif qui le précède (Villa Velasco, Aldea Rodrigo, Castro Ponce). On observe des contrastes régionaux évidents dans ces structures toponymiques entre les contrées du Nord du Douro et celles du Sud. Nous avons choisi comme point de référence deux grandes étendues au nord du Douro : la Tierra de Campos Occidentale et la région de Burgos ; et deux autres au sud du fleuve : les diocèses de Ségovie et d’Ávila34.

19Au nord du fleuve, à peine un topo-anthroponyme sur sept (15 %) est constitué d’un nom de personne uniquement. Le plus souvent – pratiquement sept fois sur dix – il est précédé d’un substantif indiquant un type d’habitat (villa, villar, castro, torre, quintana, palacio...). La seule différence entre les deux régions concerne le substantif utilisé : dans la région de Campos, c’est le terme villa qui revient le plus souvent (61 %), suivi de très loin par castro, castrillo, castiel (7 %). Dans la région de Burgos, villa prédomine toujours, mais moins fortement (44 %) en raison de l’importance de termes comme quin tana, quintanilla (12 %), rarement associés à un anthroponyme en Tierra de Campos. En ce qui concerne les ouvrages fortifiés, torre (5 %) prévaut sur castrillo (2 %). Le reste est constitué par un ensemble varié où se répètent souvent les orotoponymes, en particulier le substantif valle en Tierra de Campos (Val de Laurenzo, Val de Materno, Otero de Rezmiro), mais aussi des hagiotoponymes (San Miguel de Ranero, San Cebrián de Buena Madre), des hydrotoponymes (Fonte Angurello, Pozuelos de Sarracino, Fuentes de Materno), des phytotoponymes (Melgar de Fernamental)... Au sud du Douro, on retrouve les mêmes structures, mais les proportions sont pratiquement inversées. Dans ces territoires, les topo-anthroponymes constitués uniquement d’un nom de personne prédominent (80 %), davantage encore à Ávila (90 %) qu’à Ségovie (66 %). En revanche, les substantifs indiquant un type d’habitat (aldea, villa, torre, quintana) atteignent à peine 10 %, la plupart se trouvant dans la province de Ségovie. Parmi les autres topo-anthroponymes, on retrouve également des orotoponymes, des hagiotoponymes, de hydrotoponymes et des phytotoponymes en petit nombre et à des degrés divers.

  • 35 Carrera de la Red, op. cit., p. 487-488, 498. Reglero de la Fuente, Espado y poder..., p. 33. Mart (...)
  • 36 Carrera de la Red, op. cit., p. 457-458, 462-465, 472, 475.

20Bien que peu fréquente, on relève avec intérêt l’apparition de la combinaison gentilé + nom de personne (Naharros de Godin, Serranos de Crespo, tous deux dans l’archiprêtré de La Serrezuela, diocèse d’Ávila) associant la région d’origine (Navarre, la Sierra) à une personne. Il convient de souligner aussi la présence dans les deux territoires de topo-anthroponymes qui ne désignent pas un individu, mais ses descendants. La forme qui retient le plus notre attention, bien que peu fréquente, est la forme arabisante employant le préfixe Ben-, Bani- que l’on retrouve dans plusieurs noms de lieux de la Tierra de Campos : Banecidas (o Villa Vani Zeites, de Banu Zait), Vanimunios (de Beni Munno), Benafarces (de Bena Farages) ou à Burgos : Palacios de Benagel35. Plus fréquemment, c’est le suffixe -inus,-anes qui est accolé à la forme latine, comme dans Revellinos, Toñinos (Domnino), Vidayanes (Via de Alianes), Bondreganes, Froianes..., tous situés en Tierra de Campos36. Au sud du Douro, l’usage le plus répandu est le pluriel d’un nom : Galindos, Guraldos, Guigelmos, Malucos, Pascuales, Migaeles, Muñicos, Vidales...

Les noms de personne : formes et onomastique

Noms simples, noms composés

  • 37 Voir la note 3.

21Première approche possible de la question de l’anthroponymie dans les topo-anthroponymes : l’approche formelle. Partant d’un classement déjà utilisé pour étudier l’anthroponymie médiévale37, on trouve des noms seuls (Maluca, Villa Bera), des noms avec une désignation complémentaire (Quintanilla de doña Gotina, Benafarces) et des formes comportant deux éléments (Vega de Fernán Bermudez, Pascual Muñoz, Muño Pedro), les noms composés étant absents. Ces trois formes, avec leurs variantes, sont présentes à divers degrés dans les quatre grands territoires analysés (Campos, Burgos, Segovia et Ávila).

22Au nord du Douro, c’est le nom seul qui prédomine très nettement – plus de 90 % en Tierra de Campos et 80 % à Burgos. En revanche, au sud du Douro, la moitié seulement des anthroponymes du diocèse de Ségovie et un peu plus du quart de ceux du diocèse d’Ávila correspondaient à ce schéma au milieu du xiiie siècle. Dans ces deux dernières régions, il faut souligner la présence d’anthroponymes au pluriel (Galindos, Guigelmos, Malucos...), parfois précédés d’un article (Los Fannes, Los Otones), qui font référence aux descendants de celui qui a donné son nom à la localité : ils représentent presque le dixième de tous les noms dans ces deux diocèses. En revanche, aucune trace d’anthroponyme au pluriel au nord du Douro.

23Les noms comportant une désignation complémentaire sont clairement minoritaires dans toutes ces contrées (entre 3 et 6 %). À Ávila et à Burgos, l’usage du signe distinctif social domiti-us/a, devenu don lorsqu’il a subsisté dans la toponymie moderne : Torre domno Sindino, Fontes de domno Bermundo, Donjimeno, Donvidas, Donhierro..., est fréquent. On en trouve quelques exemples en Tierra de Campos (Villa Domna Maire), mais la forme la plus caractéristique est l’expression de la filiation à l’aide du préfixe arabisant beni (Benegiles, Banecidas, Vanicelia, Vanimunios).

24Quant aux combinaisons de deux éléments, elles sont rares en Tierra de Campos (moins de 3 %), plus nombreuses à Burgos (13 %). Au contraire, elles sont très fréquentes dans la toponymie au sud du Douro, davantage dans le diocèse d’Ávila (plus de 70 %) que dans celui de Ségovie (50 % à peine). La plupart du temps, la forme employée est la suivante : nom personnel + nomen paternus (plus de 50 % à Ávila, 37 % à Ségovie, 12 % à Burgos) : Blasco Blásquez, Sanchidrián (Sancho Adrián), Galingómez (Gaiindo Gómez), Muño Serracín, Gómez Serracín, Alcoba de Frando (Femando) Videz, Arabuzo de Ferrando Garziez... Au sud du Douro, les formes les plus courantes sont : nom personnel + surnom (6-9 %) : Muño Grande, Sancho Cativo, Dia Ciego..., et nom personnel + locatif/gentilé (2-6 %) : Sancho Franco, Ferrand Galego, Gómez Nafarro... ; à l’inverse, la combinaison nom personnel + métier est rare : Echa Ferrero, Bermud Salinero, Vicent Viñadero.

25On observe donc un contraste frappant entre le Nord et le Sud du Douro, selon la prédominance du nom seul ou du nom personnel + nomen paternus. N’oublions pas non plus les différences entre Tierra de Campos et Burgos de ce point de vue et dans l’emploi de la désignation complémentaire domnus, mais aussi entre Ávila et Ségovie, où la proportion des formes combinant deux éléments est un tiers supérieure dans la première que dans la seconde.

L’onomastique : noms dominants et groupes linguistico-culturels

26L’onomastique révèle également des disparités importantes d’un territoire à l’autre. Le stock onomastique au nord du Douro est beaucoup plus vaste qu’au sud. Si l’on ne tient compte que du nom personnel, il existe en Tierra de Campos 182 noms différents sur 220 anthroponymes (soit 82 noms différents pour 100) ; 197 sur 260 à Burgos (75/100), alors que la proportion diminue à 60/100 dans le diocèse de Ségovie (47 sur 78) et même à 47/100 dans celui d’Ávila (56 sur 120).

27Avec ces valeurs, il est difficile de parler de noms dominants pour les contrées situées au nord du Douro. On peut signaler simplement la récurrence en Tierra de Campos de Velasco (5 fois), Mutarra, Suero (4), Citi, Gonzalo, Halaf, Juan et Revelli (3) ; à Burgos, de Fernando (7), Munio (6), Asur, Gómez, Guimara, Mazarefos, Nuño, Sendino, Vela (4), Boniel, Ferruz, Gonzalo et Juan (3). C’est-à-dire que le nom qui revient le plus souvent dans chaque région représente environ 2,5 % de la totalité des anthroponymes. En d’autres termes, 72 des 182 noms recensés (40 %) en Tierra de Campos et 71 des 197 noms répertoriés (36 %) à Burgos servent à désigner la moitié des toponymes.

  • 38 Carrera de la Red, op. cit, p. 238, 221-222.

28D’où l’utilité de classer les noms par souches linguistico-culturelles, même si les pourcentages ne peuvent être qu’approximatifs compte tenu de la difficulté de classement de certains noms (en raison des divergences entre philologues ou des altérations subies par les formes actuelles). En Tierra de Campos, les plus nombreux sont les noms latino-chrétiens (39 %), suivis des noms arabisants (30 %) et des noms germaniques (25 %), alors que les noms prélatins sont rares (6 %). À Burgos, les formes latino-chrétiennes et les formes germaniques arrivent à égalité (autour de 36 % chacune) ; les formes arabisantes sont plus rares, bien que significatives (16 %), et les prélatines légèrement plus nombreuses qu’en Tierra de Campos (10 %). Les noms germaniques proviennent de la tradition hispano-gothique et on trouve un seul nom d’origine « franque » (Ponce) dans deux toponymes des xiie et xive siècles (Castroponce, Vega de Rui Ponce)38.

29Au sud du Douro, la situation est différente. Dans le diocèse d’Ávila, les noms qui reviennent le plus souvent sont Muño (13 fois), Sancho (10), Blasco/Velasco (9), Domingo, Ecta, limeno (5) ou García (4). Muño représente plus de 10 % des anthroponymes connus, et 10 des 56 noms répertoriés (18 %) désignent la moitié des lieux. À Ségovie, la concentration anthroponymique est moins forte : les noms les plus courants sont Sancho (7), Vela (5), Munio (4), Blasco et Domingo (3). Sancho représente 9 % du total, et 13 des 47 noms répertoriés (28 %) désignent la moitié des toponymes.

30L’analyse des souches linguistico-culturelles révèle des différences significatives par rapport aux contrées situées au nord du Douro, mais aussi d’un diocèse à l’autre. Partout, le substrat dominant est le substrat latino-chrétien (un peu plus de 40 %). Mais à Ávila le substrat prélatin est le second en importance (33 %), loin devant le germanique (17 %), alors que dans la région de Ségovie les deux substrats sont présents à environ 20 %. Contrairement à la Tierra de Campos ou à Burgos, les noms arabisants (Cid, Cidiello, Melque, Tariego) y sont nettement marginaux (1 à 5 %), légèrement plus nombreux à Ségovie. La représentativité des noms « francs » (Guaraldos, Guijelmos, Merlin, Bernaldos, Otones, Remondo) est faible également (234 %), bien qu’elle soit plus significative qu’au nord du Douro.

Les noms de lieu : reflet de la transformation de l’anthroponymie médiévale (xe-xiie siècle)

31Ces analyses prennent tout leur sens si l’on rapproche les résultats obtenus de ceux des études antérieures sur l’anthroponymie de Castille et León du ixe au xiiie siècle, aussi bien du point de vue des formes anthroponymiques que de l’onomastique. Les différences territoriales entre le Nord et le Sud du Douro trouvent leur écho temporel dans les périodes antérieure et postérieure à la « révolution anthroponymique » du xie siècle.

  • 39 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 161-162, 176, 251, 286-291, 397-400.
  • 40 Voir la note 6.

32L’anthroponymie masculine laïque du León et de la Castille au xe siècle et dans les premières décennies du vie est dominée par les formes anthroponymiques simples. Pendant la plus grande partie du xe siècle, le nom seul représente 80 à 90 % de tous les individus documentés – avec une lente régression tout au long du siècle. À partir de la seconde moitié du xie siècle, cette situation change complètement : les noms simples cèdent le pas aux noms combinant deux éléments, en particulier à la forme nom personnel + nomen paternus qui deviendra la forme dominante dans la seconde moitié du xi e et tout le xiie siècle, sans entraîner pour autant la disparition des formes simples. À la fin du xie, on observe également une augmentation des formes doubles associant le nom de personne à une référence à un lieu, un métier ou un surnom. Il s’agit là d’un phénomène commun à une bonne partie de l’Espagne chrétienne de l’époque, avec une exception notable : la région Rioja-Navarre où les formes doubles (nom + nom paternel, nom + nom de lieu) était prédominante dès le xe siècle39. Par ailleurs, il faut souligner que les formes à deux éléments s’étaient répandues plus tôt parmi la noblesse que dans la paysannerie, ajoutant ainsi une dimension sociale importante à ce phénomène40.

  • 41 A. Barrios García, Estructuras agrarias y de poder en Castilla. El ejemplo de Ávila (1085-1320). 1 (...)

33D’un point de vue temporel, on pourrait dire que les formes topo-anthroponymiques du Nord du Douro sont plus anciennes que celles du Sud, comme l’atteste l’importance des formes doubles dans les territoires du Sud et la présence de surnoms, locatifs ou métiers comme second élément du nom. On pourrait en déduire que les individus ayant donné leur nom aux localités situées au nord du Douro ont dû vivre – pour la plupart – avant le milieu du xie siècle, alors qu’au sud du Douro, ils auraient plutôt vécu dans la seconde moitié du xie siècle et au xiie. La comparaison entre le diocèse de Ségovie et celui d’Ávila révèle que l’anthroponymie de cette dernière circonscription est plus évoluée que la première, ce qui peut correspondre soit à une colonisation plus tardive, soit à la présence de migrants originaires de la région Rioja-Navarre41, dont l’anthroponymie évolua plus tôt vers la forme du nom composé. Il ne s’agit là, bien entendu, que d’une hypothèse car dans tous les territoires étudiés coexistent des toponymes apparus à diverses époques.

  • 42 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 157-159, 174, 243-246, 395-397·
  • 43 J’ai abordé ces questions dans ma contribution intitulée « Onomástica arabizante y migraciones en (...)

34La comparaison des analyses onomastiques de toponymes et d’individus mène à des conclusions similaires. Le stock onomastique du xe siècle est très riche et les noms les plus récurrents désignent un petit nombre d’individus, de sorte que la « concentration onomastique » est très faible. Au fil du xie siècle, cette situation change : le stock de noms diminue, l’usage des noms dominants s’accentue et, par voie de conséquence, la « concentration onomastique » aussi. Cette nouvelle donne est nettement perceptible dans le dernier quart du xie siècle42. De nouveau, cette évolution temporelle chez les individus a son reflet spatial dans les toponymes : au nord du Douro, le stock onomastique présente les caractéristiques propres au xe et au début du xie siècle, alors qu’au sud, il se conforme à celles de la seconde moitié du xie ou du début xiie siècle. Faute de disposer d’études régionales, il est difficile de comparer les pourcentages dans les différentes souches linguistico-culturelles. Mais on peut tracer quelques grandes lignes. En premier lieu, les noms arabisants, dont nous avons étudié récemment l’importance dans le royaume de León. Les pourcentages de topo-anthroponymes arabisants en Tierra de Campos et à Burgos dépassent nettement les pourcentages d’individus documentés dans ces contrées dans la première moitié du xe siècle – tout spécialement dans le cas de Burgos. Et pourtant, la Tierra de Campos est précisément l’une des régions du royaume de León où la densité des noms arabisants est la plus forte (pratiquement un quart de la population), soit un peu moins que dans les topo-anthroponymes (30 %). Autour de Burgos, on observe également une concentration notable de noms arabisants qui ne dépasse pas 6 %, bien en deçà des toponymes, sachant que, dans la région de Burgos, la proportion des noms arabisants se réduit à environ 4 %43. Quoi qu’il en soit, c’est un fait que les noms arabisants disparaissent pratiquement à partir du dernier quart du xie siècle – sauf quelques exceptions comme Cidi, ce qui concorde encore une fois avec la situation des diocèses au sud du Douro.

  • 44 Carrera de la Red, op. cit., p. 221-222.

35La disparition des noms arabisants coïncide avec l’apparition des noms « francs », une souche de noms germaniques, bien qu’ils diffèrent de la tradition hispano-gothique antérieure. Au nord du Douro, la topo-anthroponymie « franque » est très réduite et tardive. Castroponce fait son apparition dans la seconde moitié du xiie siècle, remplaçant Castrodonin, la dénomination antérieure ; de même, Vega de Ruiponce est le toponyme donné à l’ancien lieu de Vega de Fernán Bermudez dans la seconde moitié du xive siècle44. Au sud du Douro, les toponymes « francs » cités auparavant sont attestés dès le milieu du xiiie siècle.

  • 45 Barrios García, « Repoblación de la zona... », p. 68.
  • 46 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 295.

36Outre les noms arabisants ou « francs », on peut constater d’autres similitudes entre l’onomastique des toponymes et des individus. À titre d’exemple, on pourrait choisir le diocèse d’Ávila. Angel Barrios avait déjà signalé que les nouvelles d’une vague d’immigration originaire de la région Rioja-Navarre correspondaient à certains noms de personnes présents dans la toponymie d’Ávila45. Une comparaison entre les noms les plus usuels dans la documentation de la Rioja pendant la seconde moitié du xie siècle et ces toponymes aurait sans doute corroboré sa thèse. L’étude de García de Cortázar a montré que, à cette époque, les noms qui prédominent dans la documentation de San Millán de la Cogolla sont Sancho (63 mentions), Muño (43), García (39), Fortunio (37), Domingo (30), Blasco, Enneco, Diego (20-24), Tello, Galindo, Jimeno, Aznar, Juan (17-20), Vela, Nuño, Gonzalo, Lope, Gómez, Pedro (10-13)46... Comme nous l’avons déjà noté, les noms les plus fréquents parmi les topo-anthroponymes d’Ávila sont Muño (13), Sancho (10), Blasco (9), Domingo, Ecta et Jimeno (5), Garcia (4), Diego, Gaiindo, Juan, Miguel, Pedro et Vidas (3). Les coïncidences sont donc frappantes dans bien des cas (Muño, Blasco, Domingo, Jimeno, Gaiindo, Juan ou Pedro...) même si Garcia est bien moins présent et Fortunio n’apparaît même pas (il revient cependant dans les patronymes). Parmi les patronymes, on trouve en premier lieu Sancho (7), Nuño (4) et Muño (3). N’oublions pas que dans ces territoires affluaient des vagues d’immigrants d’origines diverses, et que tous les toponymes ne datent pas de la même époque ; une partie d’entre eux datent de la période romanowisigothe ou du xe siècle.

37En règle générale donc, la toponymie des différentes contrées de la vallée du Douro a figé les anthroponymes des individus qui donnèrent leur nom aux différents lieux. Les contrastes entre les noms de lieu au nord et au sud du Douro mettent en évidence deux périodes différentes dans l’évolution de l’anthroponymie, qui correspondent à deux étapes de la colonisation des territoires. Dans une certaine mesure, la « révolution anthroponymique » et onomastique du xie siècle consacre la séparation des deux territoires.

Le royaume de Castille et León

Notes

1 J. M. Piel et D. Kremer, Hispano-gotisches Namenbuch. Der Niederschlag des Westgotischen in den alten und heutigen Personen-und Ortsnamen der Ibertschen Halbinsel, Heildelberg, Carl Winter-Universitätsverlag, 1976, p. 355-393.

2 C. Sánchez Albornoz, Despoblacíón y repoblacion del valle del Duero, Buenos Aires, Instituto de Historia de España, 1966 ; l’auteur a réuni des listes de toponymes comportant des anthroponymes qui étaient selon lui le fruit du repeuplement des xe-xiie siècles (ibid., p. 311-314, 355-357> 372.-373)-P· Martínez Sopena, La Tierra de Campos Occidental. Poblamiento, poder y comunidad del siglo X al XIII, Valladolid, Institución Cultural Simancas de la Diputación Provincial de Valladolid, 1985, p. 96-100, soulignait également la forte proportion de toponymes incluant un anthroponyme dans la région étudiée – un tiers des noms recensés-, établissant un lien avec la fondation de nouveaux villages aux xe-xie siècles. Son travail a été complété sur le plan philologique par M. F. Carrera de la Red, Toponimia de los valles del Cea, Valderaduey y Sequillo, León, Institución Fray Bernardino de Sahagún de la Diputación Provincial de León, 1988, qui parvient à des conclusions similaires. G. Martinez Diez, dans Pueblos y alfoces burgaleses de la repoblación, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1987, est un ardent défenseur de la théorie de SánchezAlbornoz, lequel considérait qu’un cinquième pratiquement des toponymes de Burgos dans la vallée du Douro sont d’origine anthroponymique. Les études qu’Angel Barrios a consacrées à la toponymie des territoires au sud du Douro recensent un grand nombre de toponymes comportant des anthroponymes, liés selon lui pour la plupart à la colonisation des xie-xiie siècles, avec bien des réserves cependant : A. Barrios García, « Toponomástica e Historia. Notas sobre la despoblación en la zona meridional del Duero », En la España Medieval. Estudios en memoria del profesor D. Salvador de Μοxό, I, 2 (1982), p. 115-134 ; id., « Repoblación de la zona meridional del Duero. Fases de ocupación, procedencia y distribución espacial de los grupos repobladores », Stvdia historica. Historia medieval, III-2 (1985), p. 33-82.

3 M. Bourin (éd.), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, Publications de l’université de Tours, 1989 ; M. Bourin et P. Chareille (éd.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Persistances du nom unique, Tours, Publications de l’université de Tours, 1992 ; P. Martinez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad. Sistemas de identificación hispano-cristianos en los sjglos IX a XIII, Santiago de Compostela-Valladolid, Universidad de Santiago de Compostela-Universidad de Valladolid, 1995.

4 Barrios García, « Toponomástica e Historia... », p. 125-127.

5 Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230), II, (953-985), E. Sáez Sánchez et C. Sáez (éd.), León, Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 1987, p. 254, doc. 451. En Galice, plusieurs documents du monastère de Sobrado attestent le lien familial entre le fondateur de la villa, à laquelle il donna son nom, et le signataire du texte. En 927, Segeredo donna une hereditate que habeo de auío meo Fafilane, qui sum filius Ponpeiani, et est ipsa hereditas in uilla que dicunt Ponpeiani (Tumbos del monasterio de Sobrado de los Monjes, P. Loscertales de G. de Valdeavellano (éd.), Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1976, vol. I, p. 59, doc. 27) ; en 877, Nunilo donnait villa mea nomine Frontiniani, quant habeo de propietate parentum meorum Fagini et de auio Daildu, et ille habuit de suo seruo Frontiniano que presui de estirpe (ibid., p. 96, doc. 63), ce qui prouve qu’un lieu peut aussi porter le nom du serf qui l’exploite initialement ; un troisième exemple montre comment la lignée qui occupe une villa peut lui donner son nom : en 942, un document se réfère à un conflit inter Sesnandum filium Gondesindi et homines de Lemenioni, neptos de Lemeni (ibid., p. 161, doc. 129).

6 C. M. Reglero de la Fuente, « Transformaciones de la antroponimia leonesa en el siglo XI : triunfo del nombre complejo y cristianización de la onomástica », lacobus. Revista de estudios jacobeos y medievales, 3-4 (1997), p. 55-59.

7 P. Martínez Sopena et M. J. Carbajo Serrano, « Notas sobre la colonización de la Tierra de Campos en el siglo X : Villabera », dans Actas del I Congreso de Historia de Castilla y León. I. Edad Medía, Burgos, Junta de Castilla y León, 1983, p. 113-125.

8 P. Martínez Sopena, « La Tierra de Campos... », 96-100. C. M. Reglero de la Fuente, Espacio y poder en la Castilla medieval. Los Montes de Torozos (siglos X-XIV), Valladolid, Diputación Provincial de Valladolid, 1994, p. 69.

9 C. M. Reglero de la Fuente, El monasterio de San Isidro de Dueñas en la Edad Media (911-1478). Estudio y colección documental, León, Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 2005, p. 296-299, doc. 6.

10 Barrios García, « Repoblación de la zona... », p. 81. Voir également J. González, « Repoblación de la “Extremadura” leonesa », Híspania, 11 (1943), p. 201, 253 ; id., « La Extremadura castellana al mediar el siglo XIII », Híspania, 127 (1974), p. 302-305. On pourrait citer aussi Chañe, nom d’une localité du territoire de Cuéllar et d’un certain personnage que confirme un document datant de 1112 (Reglero de la Fuente, El monasterio de San Isidro, p. 374, doc. 37).

11 Diccionario geográfico de España, Madrid, Ediciones del Movimiento, 1960, vol. 14, p. 415.

12 En 1154, Alfonso VII fit don à la cathédrale de Salamanque des églises qui sunt in villa que vocatur Castrum Nunu, pour l’aide quod Nunoni Pétri meo alferiz jecistis, cum predicta villa popularetur (Documentos de los archivos catedralicios y diocesano de Salamanca, siglos XII-XIII, J. L. Martín Martín, L. M. Villar García, F. Marcos Rodríguez et M. Sánchez Rodríguez (éd.), Salamanque, Universidad de Salamanca, 1977, p. 104, doc. 18).

13 Carrera de la Red, op. cít., p. 238.

14 Ibid., p. 220-222, 67.

15 T. Garcia Fernández, Historia de la villa de Valencia de don juan (León) (Antigua Coyanza), Valladolid, Gráficas Castilla, 1948, p. 110.

16 P. Madoz, Diccionario geográfico-estadistíco-histórico de España y sus posesiones de ultramar. Salamanca, Valladolid, Ed. Ámbito, 1984 (publié initialement à Madrid, 1845-1850, classé par ordre alphabétique pour toute l’Espagne), p. 175. Dans le diocèse d’Ávila, le village actuel de Mombeltrán s’appelait El Colmenar en 1250, puis El Comenar de las Ferrerías de Ávila : G. Martinez Diez, Las Comunidades Villa y Tierra de la Extremadura Castellana (Estudio histórico-geografico), Madrid, Editora Nacional, 1983, p. 618.

17 M. Vallejo del Busto, El Cerrato Castellano, Valladolid, Diputación Provincial de Palencia, 1978, p. 117-118.

18 Carrera de la Red, op. cit., p. 129-132.

19 Martínez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 24, 32, 175, 196, 215, 219.

20 Ibid., 253. Vallejo, op. cit, p. 321-322.

21 Carrera de la Red, op. cit., p. 177-178, 354.

22 Ibid., p. 352-353,163-164.

23 Reglero de la Fuente, Espacio y poder..., p. 46, 69.

24 Ibid., p. 69-70.

25 P. Madoz, Diccionario geográfico-estadístico-históríco de España y sus posesiones de ultramar. Palencia, Valladolid, Ed. Ámbito, 1984, p. 107.

26 Martínez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 28, 337.

27 Reglero de la Fuente, Espacio y poder..., p. 69.

28 Carrera de la Red, op. cit., Martínez Sopena, La Tierra de Campos..., p. 95. Martinez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 21-46.

29 Reglero, Espacio y poder..., p. 348-355.

30 J. A. Fernández Flórez, « El “Becerro de Presentaciones”. Códice 13 del archivo de la catedral de León. Un parroquial leonés de los siglos XIII-XV », dans Léon y su Historia. V. Miscelánea Histórica, León, Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 1984, p. 263-566. L’importance des topo-anthroponymes avait déjà été signalée à partir de cette source par L. López Santos, « Toponimia de la diócesis de León », Archivos Leoneses, 1 (1947), p. 57.

31 Les pourcentages donnés se fondent sur l’étude toponymique effectuée par Martínez Diez, Pueblos y alfoces... L’auteur ne donne pas de chiffres et ses interprétations sont discutables parfois. Mais sa vision générale est correcte.

32 Barrios García, « Repoblación de la zona meridional... », p. 52-53.

33 Nous nous basons sur l’inventaire toponymique fourni par Martínez Diez, Las comunidades de Villa y Tierra...

34 Carrera de la Red, op. cit., Martínez Diez, Pueblos y alfoces... Pour les diocèses d’Ávila et de Ségovie, nous nous fondons sur les registres de la dîme du milieu du xiiie siècle (Gonzalez, « La Extremadura castellana », p. 403-424 ; L. M. Villar García, Documentación medieval de la catedral de Segovia (1115-1300), Salamanque-Deusto, Ediciones Universidad de Salamanca-Ediciones Universidad de Deusto, 1990, p. 219-240, doc. 141).

35 Carrera de la Red, op. cit., p. 487-488, 498. Reglero de la Fuente, Espado y poder..., p. 33. Martínez Diez, Pueblos y alfoces..., p. 319.

36 Carrera de la Red, op. cit., p. 457-458, 462-465, 472, 475.

37 Voir la note 3.

38 Carrera de la Red, op. cit, p. 238, 221-222.

39 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 161-162, 176, 251, 286-291, 397-400.

40 Voir la note 6.

41 A. Barrios García, Estructuras agrarias y de poder en Castilla. El ejemplo de Ávila (1085-1320). 1, Salamanca, Universidad de Salamanca-Institución Gran Duque de Alba, 1983, p. 128-136.

42 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 157-159, 174, 243-246, 395-397·

43 J’ai abordé ces questions dans ma contribution intitulée « Onomástica arabizante y migraciones en el reino de León (siglos IX-X) », lors du colloque Anthroponymie et déplacements. Migrations, réseaux, métissage dans la chrétienté médiévale, organisé à la Casa Velázquez de Madrid en mai 2007 [sous presse].

44 Carrera de la Red, op. cit., p. 221-222.

45 Barrios García, « Repoblación de la zona... », p. 68.

46 Martínez Sopena (coord.), Antroponimia y sociedad..., p. 295.

Table des illustrations

Légende Le royaume de Castille et León
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Université de Valladolid

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540