Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Deuxième partie. L'évolution politique du conseil municipal d'août 1944 aux élections municipales de 1977

Chapitre IV. Prépondérance et crises du Gaullisme (1947-1965)

Texte intégral

1A deux reprises, en 1947 et en 1959, les gaullistes emportent un succès aux élections municipales mais le groupe gaulliste connaît dans les deux cas une crise interne qui conduit à la domination des Indépendants au Conseil municipal.

I — Le succès du RPF

Les élections municipales de 19471

  • 1 Voir en particulier le dossier AN F1CII 380.

2Les élections municipales de 1947 se déroulent dans un cadre juridique différent de celui des élections de 1945. La loi n° 47-1733 du 5 septembre 1947 fixe le régime électoral pour les élections au Conseil municipal de Paris et au Conseil général de la Seine.

3Si le nombre des conseillers municipaux est maintenu à quatre-vingt-dix, la Ville de Paris est divisée en neuf secteurs électoraux.

Tableau 1 : Répartition des arrondissements par secteur en 1947

4Par rapport aux municipales de 1945, on constate un resserrement de l'éventail politique : il y a moins de listes en présence (74 seulement). Le Parti Communiste, la SFIO, le MRP, le RPF ont constitué des listes dans tous les secteurs de la capitale.

5Le Parti Communiste attache une importance considérable à ces élections dont il souligne le caractère éminemment politique : “Les élections municipales doivent être pour les masses l'occasion d'exprimer leur colère” (Jacques Duclos). Il présente des listes homogènes, ouvertes à un radical n'ayant pas accepté l'alliance avec le RPF, Alban Satragne.

  • 2 Entretien de l'auteur avec André Thirion, septembre 1990.

6Pour le RPF, création récente d'avril 1947, les élections municipales qui doivent avoir lieu constituent l'occasion de montrer la popularité du gaullisme face aux partis de la IVe République. Le RPF rassemble sur ses listes des radicaux socialistes, des radicaux indépendants, des UDSR, des PRL, à l'exception des anciens membres du PSF qui se présentent sur des listes dites “Liberté-Rénovation française”, et des modérés divers, venus de l'URD ou de l'Alliance Démocratique. Les listes du RPF sont composées pour faire jouer l'influence de personnalités susceptibles de retenir leur ancienne clientèle électorale. La désignation des candidats semble avoir été difficile, plus de sept cents candidatures ayant été envisagées. Il semble que les candidats du Rassemblement n'appartenant pas à d'autres partis aient été désignés sans qu'il y ait de candidature à la candidature. Aucun dossier de candidature n'a pu être retrouvé à l'Institut Charles-de-Gaulle ; par ailleurs, René Moatti nous a indiqué qu'il était à Nancy pour régler les problèmes locaux de désignation d'une tête de liste quand, à son retour, il a appris que l'on souhaitait sa candidature dans le XVIIIe arrondissement. Selon André Thirion, les candidatures ont été choisies au RPF par Louis Vallon et Edmond Barrachin, ce qui expliquerait selon lui l'importance des “notables” sur cette liste, quel que soit leur passé (c'est ainsi qu'André Thirion explique par exemple la présence de René Fiquet sur les listes gaullistes)2 Lors d'une réunion du Comité directeur de la Seine du RPF, Gaston Palewski avait donné comme consigne pour la composition des listes : “Les listes du RPF doivent être :

  • populaires, c'est-à-dire comprendre le plus grand nombre possible d'ouvriers jeunes,
  • nationales, c'est-à-dire composées d'hommes dont le passé militaire et plus généralement le patriotisme ne peuvent être soupçonnés,
  • constituées d'honnêtes gens dans tous les sens du terme, à constituées d'honnêtes gens dans tous les sens du terme, à l’exclusion des affairistes ”3

7A côté des listes des grands partis se présentent des listes plus marginales. En particulier des listes du Parti Communiste International figurent dans trois secteurs (IIe, IIIe, IXe). Dans le neuvième secteur, la tête de liste est Rousseau, secrétaire national des Jeunesses socialistes, ce qui montre une certaine collusion des trotskystes et des Jeunesses socialistes.

8Les réunions préélectorales sont, dans l'ensemble, peu suivies. Les auditoires les plus nombreux sont ceux du RPF, compte tenu de la présence des contradicteurs communistes (250 à 400 personnes auditeurs en moyenne). Le RPF porte également la contradiction dans les réunions communistes, sous une forme quelquefois très violente, mais les auditeurs des réunions communistes sont moins nombreux que lors des précédentes consultations électorales (150 à 200 personnes en moyenne, parfois beaucoup moins). Les réunions du MRP sont très peu suivies (30 à 50 personnes en moyenne), tandis que les réunions socialistes, boudées au début de la campagne, trouvent peu à peu un auditoire (150 présents en moyenne).

  • 4 Voir également le rapport du préfet du 15 mars 1953 à propos des municipales de 1947 (AN F1CII 405 (...)

9Quatre traits majeurs caractérisent le résultat de ces élections4.

10Le Parti Communiste, avec 27 % des suffrages exprimés sur l'ensemble de Paris, recule sensiblement, aussi bien dans les arrondissements bourgeois où il avait remporté en 1945 des succès qu'il avait confirmés en 1946 que dans les arrondissements où il est le plus solidement établi (baisse dans les XIIIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements). Plusieurs éléments peuvent expliquer cet échec relatif. Le PC, qui a rompu avec les autres grands partis après son départ du gouvernement, apparaît plus isolé. Sur la question de la Sarre, alors au coeur du débat politique, l'obédience du Parti Communiste à l'URSS apparaît contraire aux intérêts français.

11La SFIO (8,7 %) connaît des pertes importantes qui atteignent, en pourcentage, presque le double de celles subies par le PC. Selon le rapport du préfet de 1953, ces pertes sont dues tout à la fois à des déplacements de voix au profit du RPF et à une certaine lassitude du “dirigisme” imputé par certains à la SFIO.

12Le MRP (6,4 %) s'effondre ; cet échec s'explique tout à la fois par le recrutement hétérogène du mouvement, son développement trop rapide et naturellement par la concurrence du RPF.

  • 5 Rapport du préfet du 11 octobre 1947, AN F1CII 380.

13Le trait marquant de ces élections est bien le succès du RPF à Paris, qui recueille la majorité absolue des suffrages (55,7 %). Le RPF semble avoir été favorisé par la grève de longue durée des transports parisiens qui a réveillé chez les électeurs la crainte de grèves générales et a ravivé le désir d'un gouvernement fort. Il semblerait également que les incidents provoqués par les éléments syndicalistes, soutenus par des parlementaires communistes, à Verdun et à Frouard, à l'occasion de l'acheminement de péniches de sucre vers l'Allemagne, aient vivement impressionné une partie de l'opinion publique parisienne, en rendant manifeste le danger d'anarchie. Le préfet de la Seine écrit dans son rapport : “Le règlement tardif de ces incidents n'a pas calmé l'inquiétude de ceux qui y voient une atteinte grave à l'autorité de l'Etat et sont confirmés dans leur conviction que des réformes constitutionnelles s'imposent pour restaurer cette autorité. Ils se tournent alors de préférence vers le RPF dont le programme répond, sur ce point essentiel, à leurs préoccupations.5 Les autres partis de droite n'ont aucun succès. Les électeurs de droite bloquent leurs voix sur le RPF. Les conseillers sortants de droite qui ne sont pas candidats sur la liste RPF sont tous battus. Le RPF l'emporte essentiellement dans les arrondissements bourgeois de l'ouest de la capitale, les communistes dans les arrondissements populaires de l'est, le MRP résiste le mieux dans les arrondissements de la rive gauche. Par rapport aux municipales de 1945, la géographie électorale connaît peu de modifications. Les quartiles supérieur et inférieur du Parti Communiste comprennent les mêmes arrondissements ; le quartile supérieur du RPF comprend les mêmes arrondissements que le quartile supérieur des modérés aux municipales de 1945, à l'exception du sixième arrondissement, remplacé en 1947 par le neuvième ; le quartile inférieur du RPF comprend les mêmes arrondissements que le quartile inférieur des modérés de 1945, à l'exception du douzième arrondissement, remplacé en 1947 par le onzième.

Le Conseil de 1947

  • 6 5 élus sur 9 dans le premier secteur (Ve, VIe, VIIe arrondissements), 5 élus sur 11 dans le deuxiè (...)
  • 7 Marius Astier, Bernard Lafay, Maurice Kaouza, Jean Panhaleux, Marie-Georges Contenot, René Fiquet, (...)
  • 8 Jacques Féron, Pierre Ferri, Maurice de Fontenay, Jean Grousseaud, Henri Jouy, Maurice Lancrenon, (...)
  • 9 Jean Marin et André Thirion.

14Le RPF a en tout cinquante-deux élus, soit la majorité absolue6. Sur ces cinquante-deux conseillers, sept sont élus au titre du RGR7 ; neuf au titre du PRL8 ; deux sont des élus “Résistance” de 19459. Le groupe communiste a vingt-cinq conseillers. Le groupe socialiste a huit conseillers, mais un nouvel élu, Jean Guignebert, ne siège que brièvement au groupe socialiste, puisqu'il est exclu de la SFIO en janvier 1948 avec les animateurs de la “Bataille Socialiste” et s'apparente alors au groupe communiste. Le MRP, qui a subi une défaite lors des élections municipales, n'a plus que cinq élus : même Léo Hamon, rapporteur général du budget sortant, représenté en dérogation à la règle de non-cumul des mandats, est battu dans le XVIIIe arrondissement.

  • 10 Bernard Lafay, Henri Ulver et Janine Alexandre-Debray sont vice-présidents, Jean-Louis Vigier secr (...)
  • 11 Discours d'André Fosset après l'élection de Pierre de Gaulle.
  • 12 Le MRP paraît être, au début de la mandature, l'adversaire principal du RPF à l'Hôtel de Ville. Da (...)
  • 13 Le Monde, 18-19 janvier 1948.
  • 14 Les élections complémentaires du bureau ont lieu le 8 mars 1948.

15Le RPF est en position dominante au Conseil. Pierre de Gaulle, désigné comme président du groupe RPF à l'Hôtel de Ville10, est élu président du Conseil municipal lors de la première séance de la mandature, avec 51 voix, contre le candidat communiste Raymond Bossus (25 voix) et le candidat socialiste Gaston Gévaudan (8 voix). Le MRP ne prend pas part à l'élection, refusant de voter pour Pierre de Gaulle parce que le RPF est “un groupement qui, à côté d'hommes foncièrement attachés aux institutions républicaines et au progrès social et ne se laissant emporter par la vague qu'à regret et parce qu'ils craignent d'être emportés par elle, compte des hommes dont les attitudes antérieures amènent à les classer [...] dans le camp de la réaction11. Le président du groupe communiste, Raymond Bossus, attaque violemment les gaullistes : “vichystes, collaborateurs, anciens topazistes, six-févriéristes se regroupent avec les apprentis dictateurs, les destructeurs de la Constitution, les ennemis jurés de la classe ouvrière, ennemis qui rêvent d'appliquer la Charte du Travail instaurée par Vichy sous l'inspiration d'Hitler et de Mussolini”. Le groupe communiste quitte ensuite la salle des séances et ne prend pas part à l'élection du Bureau. Le RPF offre une vice-présidence au socialiste Gaston Gévaudan et un poste de secrétaire à Xavier Péladan, également socialiste, et désigne René Menuet, autre élu socialiste, comme rapporteur général du personnel. On perçoit là une volonté d'ouverture des gaullistes vers les socialistes, alors qu'aucun geste n'est fait envers le MRP12. Henri Ulver est désigné comme rapporteur général du budget, Julien Tardieu comme rapporteur général du compte. Mais la commission exécutive de la Fédération socialiste de la Seine annonce aussitôt après l'élection que les trois socialistes élus à des fonctions auxquels ils n'étaient pas candidats doivent être considérés comme démissionnaires. Après un premier refus du groupe socialiste du Conseil municipal, les élus socialistes doivent s'incliner suite à l'arrêt rendu par la commission nationale des conflits de la SFIO13. Un Bureau RPF homogène est alors constitué14 et Marius Astier est élu rapporteur général du personnel.

  • 15 Rapport d'activité du groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville pour l'année 1949. Congrès fé (...)
  • 16 Groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville. Compte rendu d'activité pour 1950. Congrès fédéral (...)

16Cet épisode montre une réelle difficulté entre le groupe socialiste et la Fédération de la Seine de la SFIO, d'où l'insistance que mettent ensuite les secrétaires politiques du groupe à l'Hôtel de Ville à souligner, lors de leur rapport d'activité aux congrès fédéraux, les bons rapports retrouvés entre le groupe et la Fédération. Ainsi, en 1950, “le groupe se fait un devoir de souligner qu'au cours de l'année 1950 tous ses travaux et toutes ses initiatives ont été conduits en plein accord avec les délégués fédéraux et le Bureau fédéral ; il tient à rendre hommage à la cordiale collaboration des camarades chargés d'assurer la liaison entre la fédération et le groupe qui, par une réelle compréhension du caractère particulier de l'action municipale et départementale, ont permis d'oeuvrer au mieux des intérêts du Parti15 1. Lors du Congrès fédéral de 1951, les élus soulignent qu'en 1950 “toutes les initiatives importantes furent prises en plein accord avec les représentants fédéraux ; ainsi a pu être évité le renouvellement des malentendus provoqués surtout par la situation délicate du groupe au lendemain des élections municipales de 1947 ; le groupe tient à ce propos à rendre hommage à la compétence et à la compréhension des délégués fédéraux qui l'ont en toutes occasions aidé de leurs conseils et de leurs observations16.

17Très vite, le discours du Conseil municipal est marqué par les thèmes de la politique nationale. Les communistes utilisent la tribune pour développer les thèmes de leur propagande nationale de la période de guerre froide, bien éloignée des problèmes municipaux parisiens.

  • 17 Il s'agissait d'un meeting international des peuples opprimés par les Soviets sous la présidence d (...)

18Ainsi, le 24 novembre 1947, les conseillers communistes posent deux questions orales au préfet de police, l'une “sur les responsabilités des sanglants incidents qui se sont déroulés dans l'avenue de Wagram le 28 octobre et dont furent victimes 250 parisiens”, l'autre ”sur les responsabilités encourues par les pouvoirs publics dans le meurtre du cheminot Puzzuoli, ancien combattant des FTP, décédé à la suite des blessures reçues au cours des violences exercées par certains détachements spéciaux organisés de police, le 28 octobre, avenue de Wagram, lors de la contre-manifestation du peuple de Paris contre l'odieuse provocation à l'égard de l'URSS, pays ami et allié de la France17. La mise en cause de la police parisienne est très violente.

19Un projet de délibération est déposé par le groupe communiste demandant l'élimination de la préfecture de police des policiers ayant participé à l'arrestation de résistants patriotes et le licenciement des chefs ayant donné l'ordre de matraquer ou des agents l'ayant fait lors de la manifestation de Wagram. Emmanuel Fleury dénonce le mépris de la Préfecture de Police pour les élus parisiens. Les communistes sont vivement interrompus par les gaullistes et par le socialiste Roger Priou-Valjean. Ce dernier met en balance, dans sa réponse, les méthodes de la police française “soucieuse de respecter la personnalité des citoyens” et la torture dans les pays de l'Est. Il s'appuie sur l'interrogatoire subi, peu avant le procès de Nicolas Petkov, par son ami le député paysan bulgare Peter Koev et il demande que la République soit défendue contre les communistes. Le président du groupe communiste, Raymond Bossus, répond : “Si les travailleurs et les républicains bulgares ont jugé utile, pour la marche en avant du progrès et de la démocratie, dans l'intérêt populaire bulgare, de prendre des mesures, de châtier des traîtres à la République, ils ont eu raison”.

  • 18 BMO Débats 1947, p. 536.
  • 19 BMO Débats 1947, p. 544.

20Le 27 novembre, à l'occasion d'une question orale “sur les mesures prises par les pouvoirs publics à l'égard des détaillants et sur les répercussions des augmentations successives des prix sur les conditions de vie des travailleurs parisiens”, le conseiller communiste Maurice Colin critique “les exécuteurs en France de la politique expansionniste de l'impérialisme américain18. Lors de la même séance, à l'occasion d'une question sur la remise en état des vieux immeubles, le communiste Auguste Lemasson affirme que “la reconstruction française est paralysée progressivement, en attendant de l'être totalement, pour préparer le terrain à la pénétration des capitaux et des marchandises yankees19.

  • 20 BMO Débats 1947, p. 682-687.

21Le 1er décembre, à l'occasion d'une question “sur les intentions des pouvoirs publics concernant l'aménagement et les tarifs des transports parisiens”, le conseiller communiste Georges Demeure apporte son soutien aux grévistes et affirme que “la colère du peuple monte et grandit à Paris et dans toute la France contre les décrets de misère et de famine dictés par l'impérialisme américain à un gouvernement servile préparant, contre le peuple et par haine du peuple, le lit des apprentis dictateurs”. Le 15 décembre, André Voguet, à l'occasion d'une question “sur la propagation de films et d'écrits portant préjudice au prestige de la pensée française”, dénonce les accords Blum-Byrnes, la part croissante des oeuvres anglo-saxonnes dans le tirage global des romans vendus en France et des oeuvres américaines dans les illustrés pour enfants, la vente de Sélection du Reader's digest. Il condamne l'aide en papier donnée aux livres “antidémocratiques, réactionnaires et antisoviétiques”, en particulier l'aide et la publicité pour le livre de Kravchencko, J'ai choisi la liberté, “ramassis de toutes les atteintes antisoviétiques les plus éculées”. Il dépose en conclusion de son intervention un projet de voeu demandant la révision des accords Blum-Byrnes20.

  • 21 BMO Débats 1948, p. 17-18.

22Le 8 mars 1948, Raymond Bossus propose d'adopter le texte suivant : “Le Conseil municipal adresse ses plus vives félicitations à la population républicaine de Prague qui a joué un rôle décisif dans le renforcement du respect de la volonté populaire et qui a déjoué les plans de désordre et de guerre civile élaborés par quelques ministres agissant au nom et aux ordres de l'impérialisme américain21. Lorsque les ministres des Affaires étrangères de différentes puissances d'Europe se réunissent à Paris en mars 1948 et que les groupes du RPF, du MRP et de la SFIO votent une adresse de bienvenue, un texte communiste est déposé, mais sa nature, les accusations et les insultes graves articulées dans ce texte à l'égard des chefs d'Etat ou chefs de gouvernement ne permettent pas sa mise au vote le 15 mars 1948.

  • 22 BMO Débats 1951, p. 77-92.

23Le 12 mars 1951, Raymond Bossus développe à la tribune une question au libellé significatif : “sur l'atteinte portée aux libertés de Paris, la fascisation de la police parisienne utilisée à une répression accrue contre les travailleurs, les défenseurs de la paix, les républicains, la tolérance et le soutien des manifestations de fascistes dans les rues de Paris, l'utilisation de Notre-Dame de Paris comme tribune et lieu de manifestation en faveur de la trahison pétainiste, la tolérance et le soutien de l'organisation des troupes de choc et de désordre contre les institutions républicaines22, véritable texte de propagande politique qui aurait eu sa place plus dans une réunion publique qu'à la tribune du Conseil. La police parisienne est la cible privilégiée des attaques des conseillers communistes, qui refusent systématiquement de voter le budget de la préfecture de police.

  • 23 Remarque formulée à l'occasion d'un débat sur la question posée par des élus communistes "sur les (...)

24Les communistes n'hésitent pas à employer des moyens contraires au règlement pour faire pression sur la majorité du Conseil et sur l'administration, par exemple le 22 mars 1951 en amenant à l'Hôtel de Ville des enfants afin d'appuyer la revendication communiste d'augmentation des crédits pour les colonies de vacances. Le 28 juin, le préfet, qui a refusé de recevoir une nouvelle délégation envoyée par les communistes, souligne que le PC ne manque jamais une occasion d'essayer de neutraliser le travail de l'administration préfectorale23.

25Dans ces conditions, des invectives sont fréquemment échangées entre gaullistes et communistes. La mise en cause des gaullistes par les communistes, commencée dès l'élection du président, se poursuit le 20 novembre, lorsqu'il s'agit de former les commissions. Albert Ouzoulias lance à Pierre de Gaulle, à propos d'un problème réglementaire : “Vous violez le règlement comme votre frère veut jeter bas la Constitution”. Ces échanges se poursuivent les années suivantes. Le 1er décembre 1947, le conseiller communiste Albert Ouzoulias met en cause, sans aucune preuve, de prétendus liens entre André Thirion et le PPF sous l'Occupation. André Thirion, ancien communiste, exclu du PC en 1931, est l'un des conseillers municipaux gaullistes que les communistes attaquent le plus volontiers. En 1948, René Geneste, qui remplace Georges Contenot, décédé, est mis en cause par les communistes qui l'accusent d'avoir été condamné pour coups et blessures ; un jury d'honneur, présidé par Pierre de Gaulle, reconnaît ensuite sa bonne foi.

  • 24 BMO Débats 1949, p. 299-306.

26Puis les communistes exploitent divers scandales qui agitent le groupe gaulliste pour dénoncer les liens entre les gaullistes et les anciens collaborateurs ainsi que le caractère fascisant du gaullisme. Il est vrai qu'en 1949, successivement, René Fiquet, condamné pour collaboration économique, est déchu de son mandat de conseiller municipal ; Pierre Benoist, chez qui on a arrêté un militant de la LVF, est exclu du Rassemblement ; Jack Rateau, impliqué dans le “complot de la Pentecôte”, est incarcéré de juin à octobre. Dès le 28 mars 1949, alors que le conseiller gaulliste Maurice Kaouza pose une question “relative à un prétendu complot du RPF à la Préfecture de police”, le conseiller communiste Emmanuel Fleury accuse le RPF d'avoir agressé une réunion communiste à Issy-les-Moulineaux et affirme que les manifestations du RPF ressemblent aux manifestations hitlériennes. Il demande la dissolution des groupes armés du RPF. Le conseiller gaulliste Pierre Devraigne demande, quant à lui, la dissolution du Parti Communiste. Le 20 juin 1949, dans le contexte du complot de la Pentecôte, à l'occasion d'une question orale du groupe communiste “sur la découverte de dépôts d'armes dans divers arrondissements de Paris et sur les mesures prises pour la sauvegarde des institutions républicaines24, le président du groupe communiste, Raymond Bossus, dénonce la prétention au pouvoir personnel des gaullistes, “avec tout ce que cela comporte d'organisations de bandes armées, de corruption, de pillage de fonds publics, d'attaques contre les organisations ouvrières et démocratiques”. Il présente à la tribune du Conseil un florilège de citations du général Giraud, de l'amiral Muselier, de Churchill, d'Henri de Kérillis, d'Eliott Roosevelt citant son père, tendant à étayer la propension à la dictature du général de Gaulle. Il affirme qu'un véritable complot a été organisé pour le 18 juin et que des attaques contre les communistes étaient envisagées. Il fait une analogie entre le comportement des conseillers municipaux gaullistes et ceux des conseillers municipaux lors du février 1934. Il conclut son intervention en déposant un projet de voeu ainsi libellé : “Le Conseil municipal, se faisant l'interprète de la population républicaine de Paris qui veut que cessent les menées factieuses qui se multiplient dans la capitale par des hommes de coup de main, rappelant les actes des agresseurs de la République en 1934, émet le voeu qu'immédiatement soient dissoutes les ligues factieuses du Rassemblement du peuple français, emprisonnés et châtiés les auteurs d'agression contre les sièges d'organisation républicaines et les patriotes”. Les communistes déposent également un projet de délibération demandant au syndic de communiquer à l'Assemblée l'état des dépenses engagées par le Bureau du Conseil municipal à l'occasion de la manifestation du 18 juin. La longue intervention de Raymond Bossus est interrompue cinquante-deux fois par des élus gaullistes, en particulier par Jean-Louis Vigier.

27C'est que les gaullistes ne se privent pas non plus de mettre en cause les communistes. Le secrétaire général du groupe, Jean-Louis Vigier, rappelle ainsi fréquemment les tentatives de reparution de L'Humanité pendant l'Occupation et met souvent en cause l'entrée tardive des communistes dans la Résistance, par exemple le 1er décembre 1947 : “Quand vous demandiez aux Allemands de faire reparaître officiellement votre journal, j'étais dans la Résistance et vous étiez nos ennemis”. Attaqué le même jour sur son passé de résistant, André Thirion ne manque pas de rappeler aux élus communistes le passé communiste de Doriot. En 1949, les gaullistes soulignent les motifs de la démission de la conseillère communiste Andrée Coquais. Celle-ci était intervenue auprès d'un conseiller municipal de Paris siégeant pendant la période de Vichy, Maurice Levillain, pour obtenir avec succès sa réintégration à l'Assistance Publique dont elle avait été révoquée au début de la guerre.

  • 25 Vincent Auriol, Journal du septennat, 1948, p. 6, Colin, 1974.
  • 26 BMO Débats 1948, p. 341.
  • 27 BMO Débats 1949, p. 718-723.
  • 28 BMO Débats 1951, p. 14-21.
  • 29 Séance du 7 avril 1952, BMO Débats 1952, p. 148-151.
  • 30 A l'occasion d'une question orale de Jean Teitgen et Etienne Royer de Véricourt sur les méthodes u (...)
  • 31 BMO Débats 1952, p. 583.

28La politique nationale intervient également au sein du Conseil du fait des attaques des conseillers gaullistes contre le régime et les gouvernements de Troisième Force. Les conseillers gaullistes sont influencés par le général de Gaulle qui réunit régulièrement les conseillers municipaux de Paris au siège du RPF jusqu'en 1949. Après son élection, Pierre de Gaulle tarde à rendre au président de la République Vincent Auriol la visite protocolaire. Vincent Auriol le note dans son Journal du septennat à la date du 1er janvier 1948, évoquant la cérémonie des voeux : “Viennent ensuite MM. Pierre de Gaulle et Alessandri, respectivement présidents du Conseil municipal et du Conseil général. Pierre de Gaulle est gêné, il craint que je n'aie pas oublié son incorrection d'il y a quelques mois lorsqu'il oublia, à dessein d'ailleurs, de me présenter les voeux du Conseil municipal comme c'était l'habitude25. Le 28 juin 1948, René Moatti parle des ministres comme de personnes “aux mains débiles”, “indignes de gouverner une nation comme la France26, ce qui suscite la vive protestation du préfet. Le 8 décembre 1949, Gaston Le Provost de Launay pose une question “sur les raisons qui ont pu inciter une fraction importante du gouvernement à encourager le mouvement de grève générale du 25 novembre 1949 condamné par le président du Conseil”. Après que les représentants des deux préfectures eurent quitté la salle des séances, le conseiller gaulliste met en cause les ministres socialistes et, soulignant les divergences au sein du gouvernement, parle de “spectacle effroyable”. Il demande à cette occasion l'augmentation de l'indemnité des conseillers municipaux que le gouvernement refuse, selon lui, en raison du nombre trop important de gaullistes et de communistes au sein du Conseil27. Le 5 mars 1951, à l'occasion d'un débat sur la politique économique28, le conseiller gaulliste Maurice Kaouza accuse le gouvernement de ne plus rien représenter et de n'être qu'un “squelette amolli”. Il faut attendre la formation du gouvernement Pinay, en 1952, pour qu'Henri Ulver, prenant acte de la “tentative de redressement de la politique française”, décide la baisse volontaire de certaines impositions et des économies corrélatives sur le budget de la police pour soutenir la politique du gouvernement29. Mais ce soutien au gouvernement Pinay du groupe RPF est de courte durée : dès le 3 juillet, Pierre de Gaulle critique “l'inconsistance et l'inaction” du gouvernement au moment des manifestations communistes contre Ridgway et dénonce la “mascarade” de l'arrestation et de la libération de Jacques Duclos30 ; le 10 juillet, Henri Ulver attaque l'attitude d'Antoine Pinay vis-à-vis du budget de la Ville, qui n'est toujours pas approuvé à cette date31.

  • 32 BMO Débats 1949, p. 401-409.

29Il arrive même qu'en dépit de leurs divergences, gaullistes et communistes se retrouvent pour critiquer le gouvernement. Le 25 mars 1948, le groupe gaulliste reprend à son compte de larges parties d'un texte de Raymond Bossus demandant l'abrogation du plan Mayer. Le 30 juin 1949, André Thirion approuve les critiques du communiste Henri Gourdeaux sur la non-approbation des crédits votés en juillet 1948 par le Conseil municipal pour des constructions de locaux scolaires et figurant à un programme d'emprunt. Le préfet doit protester dans sa réponse contre les attaques visant le gouvernement32. Lors de la séance des 7 et 8 juillet 1949, le RPF, en s'abstenant, permet l'adoption d'un projet de voeu déposé par le groupe communiste tendant à la libération immédiate des mineurs incarcérés et à l'amnistie des travailleurs frappés pour faits de grève à l'issue des grèves de l'automne 1948.

30De même, RPF et communistes se rejoignent pour critiquer la politique gouvernementale envers les maires et maires-adjoints de Paris.

  • 33 BMO Débats 1950, p. 734-746.

31Lors de l'insurrection qui précède la Libération de Paris, les Comités Locaux de Libération avaient pris possession des mairies d'arrondissement et chassé les maires et maires-adjoints en place pendant l'Occupation. Pendant plus de dix-huit mois, la situation est restée provisoire. Des personnalités exerçaient les fonctions de maire et maire-adjoint sans nomination officielle. Dans cette période, le poids des communistes était très important. Après les élections municipales de 1945, des corrections ont été apportées, en liaison avec le Comité Parisien de la Libération, de façon à accorder l'orientation politique des municipalités avec les tendances politiques exprimées dans l'arrondissement. La nomination intervint par décret du 26 février 1946. L'exposé des motifs précise : “donnant satisfaction à un voeu émis par le conseil municipal de Paris, les présentes nominations traduisent une représentation proportionnelle des diverses tendances politiques fondées sur les derniers résultats électoraux acquis dans la capitale.” En 1947, dans la perspective des municipales, le préfet avait souhaité que cet alignement de la nomination des maires sur la tendance politique de l'arrondissement soit précisée dans la loi. Le Ministère de l'Intérieur avait établi un projet allant dans ce sens, mais la section de l'Intérieur du Conseil d'Etat a donné un avis nettement défavorable, voyant là une innovation tendant à introduire dans la législation française la notion de fonctionnaires quasi-électoraux, entraînant l'abandon du projet. Toutefois, le 11 décembre 1947, le Conseil a voté un voeu présenté par le RPF demandant un nouvel examen des nominations des maires et maires-adjoints, en fonction du résultat des municipales. Le 6 novembre 1950, en raison du prosélytisme effectué dans leurs arrondissements, les maires et adjoints communistes sont révoqués. Cette révocation suscite une campagne du Parti Communiste, qui proteste à la fois au Conseil municipal de Paris et au Parlement, et qui pousse des conseils municipaux de banlieue ou de province à envoyer des lettres de protestation. Le 23 novembre 1950, lors du débat suscité par une question orale des conseillers communistes33, Pierre de Gaulle s'associe aux critiques communistes sur le mode de désignation par le gouvernement des maires et maires-adjoints, demande la révocation de tous ceux qui sont encore en place et une nouvelle nomination d'ensemble. Pour lui, les nouvelles nominations ne vont que maintenir, voire augmenter le caractère partisan de la gestion des mairies.

  • 34 BMO Débats 1947, p. 512-513.
  • 35 Cité dans Michel Brisacier, Paris dans l'oeuvre et la pensée de Charles de Gaulle, thèse de scienc (...)
  • 36 Cité dans Le Rassemblement du 29 mai 1948.
  • 37 BMO Débats 1948, p. 972. Un texte est adopté dans ce sens le 28 mars 1949.

32Si le RPF attaque ainsi les gouvernements de Troisième Force, c'est que le Conseil municipal de Paris doit être l'exemple d'une future gestion gaulliste de la France, qui mettra fin aux errements de la IVe République. Cette perspective apparaît dès l'une des premières séances de la mandature, à propos du ravitaillement. Bernard Lafay déclare en effet : “Bien que ses pouvoirs soient malheureusement trop réduits, le Conseil municipal a le devoir, dans les circonstances exceptionnelles, de faire entendre sa voix et d'exprimer sa volonté. Il est le mandataire de millions d'êtres humains qui ont placé leur espoir dans l'efficacité de sa bonne gestion des intérêts de la capitale [...] L'ère des promesses non tenues et des systèmes avortés doit être close [...]. L'approvisionnement de Paris en lait frais est un problème d'autorité. Nous ne pouvons faire attendre davantage nos enfants dans l'espoir d'un retour, hélas !, problématique de l'autorité gouvernementale34. Ce n'est pas par hasard si Claude Mauriac entend le général de Gaulle, en 1948, évoquer avec fierté une délibération du Conseil municipal lançant un programme de logements35. C'est que les gaullistes comparent fréquemment leur réussite au Conseil municipal et l'échec de l'Etat. La mise en valeur des réalisations gaullistes à Paris dans l'organe du mouvement, Le Rassemblement, en est une bonne preuve. Dans un article du Rassemblement du 11 septembre 1948, intitulé “Un exemple, la gestion du RPF à l'Hôtel de Ville”, il est noté : “Ce que serait la politique budgétaire du RPF, c'est celle qui est pratiquée au Conseil municipal de Paris”. Lors de la réunion du Comité directeur de la Seine du RPF le 22 mai 1948, Pierre de Gaulle note d'ailleurs : “Nous avons tous eu la certitude, dès le mois d'octobre, que nous avions à faire quelque chose qui aurait des répercussions sur la façon dont on jugerait le Rassemblement36. Les grandes idées gaullistes doivent être mises en application : lors de la discussion du budget de la première commission, le 30 décembre 1948, les gaullistes demandent au préfet de poursuivre l'application des principes de l'association du capital et du travail dans la conclusion de tous les contrats à survenir entre la Ville et ses cocontractants37.

33Pourtant, les crises que connaît le RPF sur le plan national se répercutent au Conseil municipal et le gaullisme en crise perd sa prépondérance sur Paris aux élections municipales de 1953.

II — La crise du RPF et la victoire des Indépendants

Les crises du groupe gaulliste

  • 38 Pierre Benoist et Jack Rateau démissionnent du Conseil municipal. Ces démissions, ajoutées aux déc (...)
  • 39 Voir à ce sujet le rapport du préfet de la Seine au ministre de l'Intérieur du 15 mars 1953 (AN F1 (...)
  • 40 Jean Panhaleux, Marus Astier, Ernest David et Marcel Lévêque.

34L'histoire politique du Conseil municipal entre 1947 et 1953 est liée aux crises que traverse le groupe du RPF38. Le groupe connaît en effet des dissidences importantes39. Les premières dissensions ont lieu à l'occasion des élections sénatoriales de 1948. Quatre conseillers municipaux40 démissionnent alors du RPF pour former un groupe RGR, auquel vient se joindre Henri Vergnolle, démissionnaire du groupe socialiste. A l'occasion des élections législatives de 1951, Bernard Lafay et Jean Marin, candidats sur des listes concurrentes des listes RPF, rompent avec le Rassemblement et rejoignent le RGR. Si, contrairement à la tradition, Pierre de Gaulle reste président pendant quatre ans, jusqu'en 1951, son élection est de moins en moins aisée. Il renonce à se présenter en 1951, devenant parlementaire, et il est alors remplacé par Paul Coirre. Jusqu'en 1951, les Bureaux restent pourtant homogènes, constitués uniquement d'élus du RPF.

  • 41 Composé de André Fruh, Paul Faber, Edmond Champetier de Ribes, Maurice Dubar, Jules Mandrillon, Re (...)

35Les élections législatives de 1951 montrent une modification du rapport des forces politiques à Paris. Si, par rapport à 1947, le PC se maintient (avec 26,2 % des suffrages exprimés) et si la SFIO et le MRP progressent légèrement, le RPF en revanche accuse une chute importante, de l'ordre de 40 % : il ne recueille plus que 26,7 % des suffrages exprimés. Cette baisse se fait au profit du RGR (14 % des suffrages exprimés) et des listes des Indépendants et républicains nationaux (14,3 % des suffrages exprimés). Au niveau national, les dissensions s'accentuent au sein du RPF et se manifestent notamment à l'occasion de l'investiture de M. Pinay auquel la majorité du RPF reste hostile. De plus, l'élection législative partielle organisée dans le second secteur les 22 juin et 6 juillet 1952 après la démission du RPF Pasteur Vallery-Radot montre l'accentuation du déclin du Rassemblement à Paris. Le candidat gaulliste, Edmond Michelet, n'obtient que 13,8 % des suffrages exprimés au premier tour et se retire entre les deux tours afin de favoriser l'élection de Jean Legaret (RGR) contre le communiste Gaston Auguet. Ces dissensions et ces échecs ont une répercussion au sein du Conseil municipal, où huit conseillers démissionnent du RPF et constituent le groupe des “Indépendants et Républicains nationaux”41. Au milieu de l'année 1952, le groupe du RPF ne compte plus que 39 membres.

36La crise la plus grave du groupe RPF date de novembre 1952, analogue à celle de juillet 1952 sur le plan parlementaire. En vue des élections municipales de 1953, quelques personnalités modérées ou radicales, dont Bernard Lafay, entreprennent avec des élus gaullistes des conversations destinées à préparer des listes d'union. Il semble que la direction du RPF ne soit pas a priori hostile à ce type d'accord, mais souhaite éventuellement élargir cette union au MRP et à la SFIO. Ces deux partis refusant, le RPF désire que ses candidats gardent leur indépendance. Dès la fin octobre, André Watelet, vice-président du groupe, démissionne du RPF pour rejoindre les Indépendants. Le 30 octobre, Jacques Féron assiste à la réunion des dissidents gaullistes au Palais-Bourbon.

37Pierre de Gaulle prend vivement à partie, le 1er novembre, dans le Bulletin de l'Agence parisienne d'information, les élus RGR et Indépendants et plus particulièrement ceux qui envisagent de constituer un cartel pour les prochaines élections :

38“[L'élection législative partielle du deuxième secteur de la Seine] a tourné la tête de quelques-uns des candidats qui, faisant état de leur succès passager, tendent à se croire désormais les maîtres de la capitale. A force de le penser, ils ont fini par en persuader d'autres. Et c'est ainsi que nous avons vu se constituer, sous l'égide de radicaux, un comité d'entente groupant des RGR et des “Indépendants” en vue de la formation de listes communes”.

  • 42 Roger Duchet.
  • 43 Allusion sans doute à Pierre Taittinger.

39Pierre de Gaulle précise ensuite que les RGR sont essentiellement des membres du vieux parti radical auquel se sont agrégés quelques groupes connexes. Pour les Indépendants, dit-il, “c'est une autre affaire” : “Des milieux conservateurs ont voulu reformer des équipes qui leur furent propres et leur ont donné le titre commode d'Indépendants auquel on ajoute, même en pleine capitale, les mots “et paysans” qui en soulignent l'origine provinciale. Les Parisiens étaient mal fixés sur la signification de ce terme. Mais voici qu'elle se précise. Le comité récent, formé par les Indépendants, sous la présidence d'un maire de la Côte-d'Or42, comprend, outre quelques personnalités connues, les plus notoires vichys tes de la capitale43. Le mot Indépendants a pris ainsi tout son sens.”

40Pierre de Gaulle dénonce alors la possibilité de listes communes formées par des candidats aussi opposés : “Ce cartel électoral a pour objet, à la faveur d'une équivoque, d'obtenir des citoyens un vote contraire à leurs intentions. Aux électeurs modérés qui, après cinquante ans de lutte, avaient réussi à conquérir et à conserver la municipalité de Paris, on demande tout simplement de favoriser le retour à la tête de la capitale des hommes trop intéressés d'une extrême gauche politicienne dont ils n'ont pas gardé le meilleur souvenir. Aux laïques et aux “avancés” on suggère de désigner pêle-mêle avec ceux qu'ils préfèrent des représentants des partis d'extrême-droite qui, en dépit du malheur des temps, risquent de n'avoir rien appris et d'avoir tout oublié. Mais surtout, les uns et les autres, tous nationaux comme on l'est à Paris, sont invités à assurer par leurs votes la rentrée dans la politique des gens pour qui la Résistance n'a jamais été qu'un coupable accident et qui, au fond, ne désiraient pas la victoire, et cela tout simplement parce que ces derniers ont, paraît-il, des électeurs et qu'il n'est pas de petits profits quand on a peu de scrupules.”

41Dans un article du Monde du 2 et 3 novembre 1952, Jacques Fauvet souligne que l'on reconnaît bien là la pensée et le style même du général de Gaulle, bien que Pierre de Gaulle déclare ensuite que son article ne traduit que des impressions personnelles.

  • 44 Le Monde, 4 novembre 1952.

42Jean-Louis Vigier, secrétaire général du groupe RPF à l'Hôtel de Ville, député et directeur de l'Agence parisienne d'information, se borne à faire précéder cet article d'un chapeau dans lequel il se demande si l'article correspond à la ligne officielle de la rue de Solférino. Mais il indique trouver cet article contradictoire avec la position du général de Gaulle qui, après avoir reçu les conseillers municipaux du RPF, avait demandé de ne rien conclure et de ne rien rendre impossible sur les alliances44.

  • 45 Le Monde, 5 novembre 1952.

43L'article de Pierre de Gaulle provoque une vive réaction de Gaston Le Provost de Launay, élu sur une liste du RPF en 1947 et l'un des plus anciens élus de la capitale, également démissionnaire du RPF : “A la fin de cette présidence de durée inhabituelle, Pierre de Gaulle avait perdu 25 % de ses troupes et n'avait gagné personne. Aujourd'hui, vous manifestez votre mécontentement par de sévères critiques adressées à vos anciens électeurs de droite et à vos anciens électeurs de gauche. Que va-t-il vous rester ? Permettez moi de vous dire que, dans les quartiers de Paris que j'ai la prétention de mieux connaître que vous, les électeurs de M. Denais, de droite, ceux du docteur Lafay, de gauche, les amis de Le Provost de Launay — situez-les où vous voudrez — sont cousins germains. En les divisant, vous allez à un désastre45.

44Le 3 novembre, le Bureau du groupe RPF à l'Hôtel de Ville, composé alors, outre Pierre de Gaulle, d'André Thirion, de Julien Tardieu, de Janine Alexandre-Debray et de Jean-Louis Vigier, décide de convoquer les membres du groupe en Assemblée générale pour le 6. Les différents points de vue s'affrontent et tous les efforts tentés pour les concilier échouent, en dépit des efforts de René Moatti.

45Réuni sous la présidence du général de Gaulle, le conseil de direction du RPF décide, le 7 novembre, d'exclure Paul Coirre, président du Conseil municipal, Jacques Féron, syndic, et Jean-Louis Vigier. Ce dernier publie alors un commentaire laconique : “Invité à rencontrer le général de Gaulle pour exposer les motifs de ma réserve, je me suis trouvé devant une demande d'autocritique et entendu offrir un délai de cinq minutes pour donner ma réponse. Je me refuse à dire le contraire de ce que je pense. Nous voici donc exclus du Rassemblement pour avoir demandé aux Français de s'unir”. Il précise son point de vue dans un article du Figaro du 12 novembre 1952 : il y regrette que Pierre de Gaulle coupe les ponts avec les alliés d'hier et que des Français qui sont pourtant d'accord sur la France et sa grandeur soient aujourd'hui plus maltraités que les “séparatistes”. Il y regrette les liens que l'on essaie de nouer avec le MRP plutôt qu'avec les Indépendants.

  • 46 Celles de Janine Rastier-Caillé, de Georges Broussine, de Maurice Lancrenon, de Julien Tardieu, de (...)
  • 47 Le Monde, 8 novembre 1952.

46L'exclusion de ces trois personnalités entraîne de nouvelles démissions au sein du groupe46.Aussitôt, les dissidents constituent un “groupe d'action municipale” composé de neuf membres. Le groupe RPF ne compte plus alors que vingt-sept membres. Réuni en séance plénière, le conseil départemental du RPF approuve à l'unanimité des votants l'exclusion des conseillers municipaux, jugés faire passer leur intérêt personnel avant l'intérêt national en recherchant des ententes électorales équivoques47.

47Toutefois, le RPF conserve la présidence du Conseil municipal. Le groupe, où Roger Franchet remplace Jean-Louis Vigier comme secrétaire général, désigne René Moatti comme candidat à la présidence, au troisième tour de scrutin, contre Pierre Devraigne et Jean Auburtin. Le 17 novembre, René Moatti est élu au troisième tour par 40 voix contre 15 à René Menuet (socialiste) et 25 à Raymond Bossus (communiste), sur 87 votants. Le groupe d'Action Municipale ne présente pas de candidat, mais le RGR présente la candidature de Champetier de Ribes. L'accord en effet ne peut pas se faire entre les groupes du centre (RGR-Indépendants et Action municipale) et, au deuxième tour de scrutin, la moitié des dissidents gaullistes votent pour le candidat du MRP plutôt que pour le candidat des Indépendants. Au troisième tour, les dissidents se rallient à la candidature de René Moatti, en voulant manifester que leur désaccord sur la tactique électorale n'altérait pas leurs relations personnelles avec la majorité de leur ancien groupe. De plus, René Moatti est l'un de ceux qui, au sein du groupe, ont tenté de concilier les points de vue. Le Bureau est alors ouvert : le groupe d'Action municipale obtient un poste de secrétaire, les Indépendants-RGR une vice-présidence et un poste de secrétaire, le MRP et la SFIO chacun une une vice-présidence. Trois RPF complètent le Bureau, le poste de syndic restant à Jacques Féron. L'élection de René Moatti entraîne pourtant le départ de Pierre Devraigne du groupe.

48L'approche des élections municipales entraîne de nouveaux incidents, d'autant plus qu'une nouvelle élection législative partielle, dans le premier secteur, après le décès de Louis Rollin, a encore mis en valeur le déclin du RPF dans le secteur où Pierre de Gaulle a été élu en 1951 : le candidat RPF, Albert Ollivier, ne recueille au premier tour que 9,4 % des suffrages exprimés et doit se retirer entre les deux tours afin de permettre l'élection du dissident gaulliste Paul Coirre (Ind-ARS) contre le communiste Léon Feix. Exceptionnellement, le Conseil municipal refuse, à l'ouverture de la session de mars 1953, par 33 voix contre 27, de reconduire le Bureau, les Indépendants et le RGR soutenant la traditionnelle opposition communiste à la reconduction et le MRP et la SFIO s'abstenant. Cinq candidats se présentent : René Moatti (RPF), dont le groupe maintient la candidature malgré ses réticences, André Watelet (Ind-RGR), Raymond Bossus (PC), François Suzanne (MRP) et René Menuet (SFIO). Trois tours de scrutin sont nécessaires. Les résultats sont les suivants (il y a 75 votants aux deux premiers tours, 79 au troisième) :

Tableau 2. Election du président du Conseil municipal en mars 1953

49Au troisième tour, le MRP favorise finalement la victoire de René Moatti, ce qui confirme, à l'approche des élections, le désir du MLRP de donner, à l'occasion, la préférence au RPF sur ceux que les républicains populaires considèrent comme les représentants de la droite dans la capitale, les Indépendants, les radicaux et les dissidents gaullistes. En contrepartie, le MRP obtient trois postes au Bureau, deux vice-présidences et un poste de secrétaire, alors que les Indépendants ne sont plus représentés. L'élection a duré sept heures, en raison de nombreuses suspensions de séance.

  • 48 1. Janine Alexandre-Debray, Jean Auburtin, Gisèle Bardet, Colette Bécourt-Foch, Amédée Brousset, J (...)
  • 49 Gaston Le Provost de Launay et René Thomas.
  • 50 Georges Broussine, Paul Coirre, Jean Drouot-L'Hermine, Jacques Féron, Yvonne Georges-Picot, Mauric (...)
  • 51 Marius Astier, Edouard Champeticr de Ribes, Ernest David, Pierre Devraigne, Maurice Dubar, Paul Fa (...)

50A la suite de cette crise, le RPF ne compte plus que vingt-sept membres48. Deux des élus de 1947 sont non-inscrits49. Le groupe d'Action municipale (équivalent du groupe ARS à l'Assemblée Nationale) comprend dix membres50. Treize anciens RPF siègent à l'intergroupe RGR-Indépendants, présidé par Bernard Lafay51.

  • 52 Les rapports entre le MRP et le RPF restent alors très tendus. Lors de la séance des 30-31 décembr (...)

51Ces crises internes modifient la majorité budgétaire. Les budgets primitifs de 1948 et de 1949 sont votés par le groupe du RPF et une partie des socialistes, une autre partie du groupe socialiste, la totalité du groupe communiste et du groupe du MRP votant contre52. Le budget primitif de 1950 est adopté par les seuls élus du RPF, les élus communistes, socialistes, MRP et les dissidents gaullistes votant contre ou ne prenant pas part au vote. Le budget primitif de 1951 est adopté par les seuls élus gaullistes, les communistes et le MRP votant contre, les socialistes et les dissidents gaullistes ne prenant pas part au vote. Le budget primitif de 1952 est adopté par les seuls élus gaullistes, les élus communistes, MRP et RGR votant contre, les socialistes ne prenant pas part au vote. Les comportements sont modifiés lors du vote du budget primitif de 1953 : seuls les communistes votent contre ; les gaullistes, les membres du groupe d'Action municipale, les membres de l'intergroupe RGR-Indépendants votent pour, ainsi que Gaston Gévaudan (socialiste) ; les autres membres du groupe socialiste et les membres du MRP s'abstiennent.

52Les élections municipales de 1953 confirment le déclin du gaullisme au Conseil municipal au profit des Indépendants.

Les élections municipales de 1953

53Aux élections municipales de 1953, huit partis ou organisations politiques vont au scrutin avec des listes complètes dans les neuf secteurs : le PC, la SFIO, le MRP, l'Union des Indépendants et du RGR, le CNI, la Fédération républicaine des Indépendants, l'Union des Républicains nationaux, le RPF.

  • 53 Le Monde, 25 mars 1953.
  • 54 Les Archives du RPF conservent un projet de lettre de Pierre de Gaulle où il explique pourquoi, ap (...)
  • 55 De fait, sur quatre colistiers élus avec Pierre de Gaulle en 1947, un seul, Jacques Debû-Bridel, s (...)
  • 56 Selon André Thirion, c'est le général de Gaulle lui-même, peu satisfait de la manière dont son frè (...)
  • 57 Ces deux lettres figurent dans la boîte 42 des Archives RPF de la "Région parisienne".

54Les querelles au sein du groupe RPF laissent des traces lors de la présentation des candidatures. René Moatti, le président sortant, ne se représente pas. Le doyen d'âge du Conseil municipal, Gaston Le Provost de Launay, annonce également qu'il ne se représente pas, ne voulant pas se présenter contre l'un de ses anciens amis, chose inévitable en raison de la dispersion des élus du RPF de 1947 sur plusieurs listes53. Pierre de Gaulle, après avoir hésité54 et après avoir sollicité les présidents des groupes Indépendant, RGR, Action municipale et MRP pour constituer des listes communes, décide, en accord avec son frère, de ne pas se représenter, et il l'explique en ces termes : “Dans mon propre secteur, des ambitions tardives et mal explicables vont déclencher entre amis d'hier un inutile conflit que, pour ma part, je ne puis accepter55. On comprendra que, dans ces conditions, je préfère me dégager de cette lutte et attendre, pour en revenir un jour peut-être à l'action municipale, que les médiocres soucis des uns, les haines des autres, l'incompréhension de beaucoup aient cessé de contrarier les nécessités supérieures du service public”'56. Pierre de Gaulle reçoit le soutien de Charles Trochu qui, dans une lettre du 2 avril 1953, appelle à voter pour le RPF en critiquant les Indépendants et notamment Antoine Pinay, Louis Jacquinot et Roger Duchet, parce qu'ils sont favorables à l'armée européenne et parce que les “lavalistes” dirigent les listes de coalition. Pierre de Gaulle remercie Charles Trochu dans une lettre du 18 avril 1953, malgré le “désaccord qui subsiste entre [eux] quant au rôle et aux responsabilités d'un certain régime et de ses chefs au cours du récent conflit57. Le RPF, contrairement à ce qui se passe en 1947, provoque des candidatures à la candidature pour compléter sa liste. La règle est de présenter les conseillers sortants dans l'ordre de leur élection de 1947, mais chaque section doit décider. Des sortants sont écartés : Raymond de Gallico, à qui l'on reproche de ne pas avoir fait grand chose, Jean Tillier-Debesse, à qui les militants du 16e et du 17e secteur reprochent son absence lors des obligations les plus importantes de son mandat et à qui ils ne proposent que la dernière place, Louis Fournier de la Barre, pour cause d'indignité, ce conseiller ayant à plusieurs reprises défrayé la chronique des faits divers. Dans le neuvième secteur, André Thirion, qui revendique la tête de liste qu'il n'a pas eue en 1947, finit par démissionner du Rassemblement, les militants préférant que Pierre Ruais conduise la liste et Pierre de Gaulle étant hostile à sa candidature pour des raisons personnelles. Un autre conseiller sortant gaulliste, écarté, René Geneste, objet d'attaques du PC en 1948, critique violemment le RPF et menace de constituer une liste. Sa première déclaration traduit bien, au-delà de la rancoeur d'un homme écarté, la crise que traverse le mouvement gaulliste à la veille des municipales de 1953 :

  • 58 Rapport du préfet de la Seine, 17 avril 1953, AN F1CII 405.

55Gaulliste du premier jour, médaillé militaire, croix de guerre 14-18,39-45, médaillé de la Résistance, combattant volontaire engagé à l'âge de dix-sept ans, je me vois aujourd'hui trahi et abandonné par mes compagnons de combat. Je dois à la vérité de m'élever publiquement contre les moeurs politiques qui sont au sein du RPF monnaie courante. On y vend des sièges à ceux qui sont capables de les acheter. Je me réserve, au cours de mes réunions, le droit de démontrer et de prouver que le RPF et le général de Gaulle sont les premières victimes d'un entourage d'aventuriers qui ont conduit le mouvement et son chef à la ruine, les Français à la division, pour aboutir à la plus vaste escroquerie politique que la France ait jamais connue. Ma candidature de protestation n'a qu'un seul but :faire connaître la vérité sur les dessous du RPF pour que la France soit enfin fixée sur les moeurs politiques d'un mouvement qui avait suscité la plus noble des ambitions et qui se meurt par l'ambition et la malhonnêteté de certains dirigeants58.

56Dans un deuxième temps, il décide néanmoins de retirer sa candidature, afin de “ne pas servir à des manoeuvres qui ne pourraient que diviser encore plus les Français”.

  • 59 En vue des élections municipales, les indépendants, jusque là divisés entre le Centre des indépend (...)
  • 60 Le Monde, 11 avril 1953.
  • 61 Rapport du 13 avril 1953 de Richard Pouzet, secrétaire général de la Seine, au chef de cabinet du (...)

57Les élections se déroulent également dans une certaine confusion au sein de la droite non gaulliste parisienne, en raison de la multiplication des listes se réclamant des Indépendants. Dans un premier temps, les partis de droite envisagent de constituer des listes uniques regroupant les Indépendants59, l'ARS et les représentants du RGR60. Mais le RGR estime que la part faite dans une première répartition aux Indépendants “de Paris”, jugés trop à droite, est excessive, tandis qu'Edouard Frédéric-Dupont juge inadmissible que les tractations soient faites essentiellement aux dépens des conseillers Indépendants sortants. Le 11 avril, Bernard Lafay dépose dans le cinquième secteur une liste intitulée “Union des Républicains Indépendants et du RGR” et cette initiative est considérée par Jean-Louis Vigier comme un moyen de pression intolétable. De plus, Maurice de Fontenay, qui figure en deuxième position sur la liste déposée par Bernard Lafay, déclare ensuite avoir accepté de figurer sur la liste à condition qu'y figurent également deux candidats désignés par lui et qui finalement n'ont pas été retenus par Bernard Lafay : informé par Richard Pouzet, secrétaire général de la Seine, de l'impossibilité de se retirer de la liste déjà déposée, il se propose de “saborder la liste où il est désormais contraint de figurer” et appelle à ne pas voter pour elle61.

  • 62 Le Monde, 14 avril 1953.
  • 63 L'Année politique, 1953, p. 32.
  • 64 Rapport du 22 avril 1953, AN F1CII 405.

58Le 13 avril, les négociations menées entre les Indépendants et l'ARS d'une part et le RGR d'autre part sont définitivement rompues. Le RGR présente des listes distinctes sous sa seule étiquette dans les neuf secteurs parisiens. Les listes des uns et des autres se réclament pareillement du président Pinay62. Celui-ci, rappelé en hâte à Paris, s'efforce en vain de réconcilier tout le monde. Il souhaite que “des formations proches par l'esprit ne se heurtent point sur le plan local alors que des tâches communes les attendent sur le plan national”. Mais un retrait général des listes déjà déposées s'avère impossible et les choses restent en état, chacun des partenaires accusant l'autre d'intransigeance63. L'Alliance Démocratique, affiliée au RGR, refuse de patronner les listes du RGR en raison de l'échec de l'accord. Les dirigeants du “Parti Républicain et Social de la Réconciliation Française” invitent les militants du cinquième secteur à voter pour la liste du Dr Lafay en rayant le nom de celui-ci. Ils estiment en effet qu'il n'a pas été loyal dans les négociations préélectorales et qu'il est en outre responsable de la rupture entre le RGR et le CNI64.

  • 65 Dans le huitième secteur se présente une liste d'Union des Républicains nationaux, patronnée par R (...)

59Les éléments de la droite non gaulliste se retrouvent donc sur différents types de liste : les listes “présentées par le Centre National des Indépendants (président d'honneur : Antoine Pinay)”, soutenues par les Républicains Indépendants, “l'Action Républicaine Sociale” et “les Indépendants de Paris”, les listes patronnées par le RGR sous l'étiquette “Union des républicains Indépendants”, les listes de la “Fédération des Républicains Indépendants”, regroupant d'anciens membres du parti de Louis Marin, les listes des “Républicains nationaux”, partisans de la réconciliation avec certains éléments de Vichy65. Cette division des candidats de la droite non gaulliste est vivement critiquée par leurs partisans, en particulier par Louis-Gabriel Robinet qui, dans le Figaro du 14 avril 1953, estime à ce sujet que “l'électeur, une fois de plus, aura la triste impression qu'on se moque de lui”.

  • 66 Dans Le Figaro du 17 mars 1953, Etienne Royer de Véricourt, président du groupe du MRP à l'Hôtel d (...)

60Le PC présente des listes homogènes dans chaque secteur, ouvertes cette fois encore au radical Alban Satragne, conseiller sortant, apparenté communiste. Comme lors des précédentes élections, les listes communistes portent un titre très large, “listes d'union ouvrière et démocratique pour la paix et l'indépendance nationale”, le PC marquant l'intention de ne pas faire appel seulement aux militants et aux sympathisants habituels, mais de s'adresser à une clientèle plus étendue, notamment aux petits commerçants et à la petite bourgeoisie. Le PC développe une campagne de protestation contre le “complot” dont il serait victime et contre l'arrestation de dirigeants cégétistes. Le MRP, qui a rejeté les offres d'union faites par Pierre de Gaulle “à tous les bons serviteurs de la capitale66, présente également des listes homogènes, de même que la SFIO, qui ne représente pas André Le Troquer.

61Quelques listes marginales se présentent. Dans le premier secteur, Henri Vergnolle, ancien président socialiste du Conseil municipal, qui n'a pu obtenir l'appui du RGR auquel il a nui en lui opposant une liste distincte aux sénatoriales en 1952, présente une liste d'Indépendants de gauche. Dans le troisième secteur, Armand Leroux, ancien conseiller municipal socialiste élu en 1935, mène une liste “Défense des contribuables”. Dans les deuxième, troisième et quatrième secteurs se présentent des listes se réclamant du “groupe des anciens combattants Indépendants et économiquement faibles”, constitués à l'instigation d'Alex Biscarre, ancien conseiller municipal de Paris, inscrit en 1932 à l'Alliance démocratique.

62La division de la droite entraîne un nombre important de candidatures. On compte 86 listes pour les 9 secteurs et 854 candidats pour les 90 sièges à pourvoir. Le record revient au cinquième secteur avec 13 listes et 117 candidats pour 13 sièges.

  • 67 François Goguel, Chroniques électorales, la IVe République, PFNSP, 1981, p. 127.

63Les résultats sont essentiellement marqués par un recul très net du RPF au profit des modérés. Sur l'ensemble de la ville, le CNI a 25,2 % des suffrages exprimés, le RGR 12,02 %, le RPF 10,6 %, les “divers droite” 7,83 %. Le MRP obtient 6,84 %, le PC 27,6 %, la SFIO 9,75 %. Les communistes obtiennent leurs meilleurs scores dans les arrondissements de l'est traditionnellement favorables à la gauche : les XXe, XIIIe, XIXe, XIe et XVIIIe arrondissements. C'est également dans des arrondissements populaires (XVIIIe, XIIe, IVe, Xe et XIXe) que le RPF résiste le mieux, tandis qu'il est nettement devancé par la droite classique dans les arrondissements aisés de l'ouest, où le CNI et le RGR réalisent leurs meilleurs scores. En revanche, le CNI obtient ses plus mauvais résultats dans les arrondissements de l'est favorables à la gauche. On retrouve aux municipales de 1953 ce que François Goguel peut noter pour les élections législatives de 1951 à Paris : “Plus la droite est forte, plus le RPF est faible par rapport aux tendances conservatrices et vice-versa. En d'autres termes, la base sociale du RPF est très différente de celle des partis conservateurs, en ce sens qu'elle est beaucoup plus populaire et même indiscutablement en partie prolétarienne67.

Le Conseil de 1953

64Le nouveau conseil municipal est composé de vingt-huit communistes, vingt-six Indépendants, neuf socialistes, dix RPF, six MRP et onze élus du RGR. Le total des sièges obtenus par le RPF, les Indépendants et le RGR s'élève à quarante-sept, alors que le RPF avait obtenu cinquante-deux sièges en 1947. Le MRP gagne un siège par rapport à 1947, les socialistes un également et les communistes trois.

Tableau 3. Répartition politique du Conseil municipal en 1953

  • 68 Rapport d'activité du groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville (Congrès fédéral de 1953, Arc (...)

65Le Conseil municipal se réunit pour la première fois le 20 mai pour élire le nouveau Bureau et les rapporteurs. Pour l'élection du président, au premier tour, chaque groupe présente son candidat : Edouard Frédéric-Dupont pour les Indépendants, Pierre Ruais pour le RPF, Marcel Lévêque pour le RGR, Jean Teitgen pour le MRP, Gaston Gévaudan pour la SFIO, Raymond Bossus pour le Parti Communiste. Etienne de Véricourt, président du groupe du MRP, met en cause la candidature d'Edouard Frédéric-Dupont, qui cumulerait les responsabilités de président du Conseil municipal et de parlementaire. Celui-ci n'est élu qu'au troisième tour, recueillant 47 voix sur 89 suffrages exprimés, contre 27 à Raymond Bossus, 9 à Gaston Gévaudan et 6 à Jean Teitgen. Les socialistes n'ont pu parvenir à leur objectif de faire battre Edouard Frédéric-Dupont. Lors du congrès fédéral qui se tient quelques semaines après cette élection, les secrétaires du groupe, René Menuet et Gaston Gévaudan, expliquent : “En parfait accord avec le Bureau fédéral, nos camarades conseillers municipaux se sont fixé la tâche de faire battre Frédéric-Dupont, candidat du 6 février, au poste de président du Conseil municipal. Malgré des propositions très précises, les élus communistes refusèrent de se rallier à la candidature d'un conseiller MRP qui, résistant authentique, était susceptible de rassembler une majorité. Le groupe communiste à l'Hôtel de Ville porte ainsi la responsabilité de l'élection de Frédéric-Dupont68. Le reste du Bureau est exclusivement composé des élus des trois groupes majoritaires. Les gaullistes conservent le rapport général du budget, Henri Ulver étant réélu à cette fonction, au troisième tour de scrutin seulement avec 40 voix contre 27 à Maurice Berlemont et 18 à Julien Tardieu (Indépendant). Mais, nommé en juin secrétaire d'Etat au budget, il démissionne de cette fonction et c'est Julien Tardieu, du CNI, qui est alors élu rapporteur général du budget, au premier tour, par 37 voix sur 70 suffrages exprimés. Le rapport général du compte, d'abord confié à Julien Tardieu, revient en juin à la gaulliste Janine Alexandre-Debray. Enfin, Marius Astier (RGR) est désigné comme rapporteur général du personnel. Les trois groupes majoritaires ont chacun l'un des postes importants de rapporteurs. Ces trois groupes se répartissent également les présidences des commissions permanentes.

  • 69 Le Monde, 26 juin 1957.
  • 70 Marcel Lévêque, qui avait pris une part importante dans la Résistance, était beaucoup plus éloigné (...)

66A partir de 1954, un accord se fait au Conseil municipal entre les groupes majoritaires (Indépendants, RGR et RPF) pour présenter un candidat unique à la présidence du Conseil municipal. Le 15 juin 1954, la présidence revient au RGR Bernard Lafay. Jacques Féron (CNI) est élu en 1955, Pierre Ruais (républicain social) en 1956, au troisième tour seulement. Cette année-là, l'élection du reste du Bureau est particulièrement difficile, en raison des divisions de la droite, et un communiste, Louis Turpin, parvient même à se faire élire à la vice-présidence. Contrairement à la coutume, la majorité du Conseil municipal se prononce contre le maintien du Bureau à l'ouverture de la session budgétaire et une nouvelle élection est organisée, qui se traduit par l'éviction du communiste. Lors de l'élection du Bureau de 1957, qui se déroule le 24 juin, le Conseil municipal comporte un nouveau groupe, celui du Centre Républicain, présidé par le Dr Lafay, recrutant essentiellement parmi les élus du RGR, dont le groupe est réduit à six membres. Or, c'est au RGR que, selon l'accord de 1953, doit revenir en 1957 la présidence du Conseil municipal. Lors de la réunion de groupe, le RGR décide de présenter la candidature de Pierre Devraigne, ancien RPF, radical de la tendance Morice69. Lors du premier tour, sur 87 suffrages exprimés, Pierre Devraigne ne recueille que 27 voix, soit le même nombre que le candidat communiste Raymond Bossus. Dès ce premier tour, il apparaît que le Centre Républicain en totalité et les Républicains sociaux pour leur majorité ne sont pas favorables à la candidature du Dr Devraigne. Au deuxième tour, sur 83 suffrages exprimés, Pierre Devraigne ne recueille plus que 24 voix, chiffre inférieur à celui des voix du candidat communiste : 27 voix. Au cours d'une longue suspension de séance, des réunions se produisent pour présenter un nouveau candidat. Les élus du Centre Républicain, du MRP, des Républicains sociaux et du groupe socialiste effectuent une démarche auprès de Marcel Lévêque, également membre du groupe RGR, qui, avant l'ouverture du troisième tour de scrutin, fait savoir qu'il se présente à titre personnel contre Pierre Devraigne et Raymond Bossus. André Fruh demande aux conseillers ayant voté pour lui de voter pour Devraigne. Les communistes, hostiles à la candidature du Dr Devraigne, font voter pour Marcel Lévêque, élu par 59 voix contre 29 à Pierre Devraigne. Les communistes saluent dans ce résultat la défaite du “fascisme”70. En juin 1958, c'est l'Indépendant Jean-Louis Vigier qui est élu président, profitant du retrait au troisième tour du candidat socialiste, peu désireux d'être élu avec les voix communistes.

  • 71 Scrutin n° 77.
  • 72 Il est adopté par 62 voix contre 26.

67La majorité budgétaire est assez large. En décembre 1953, le budget est voté par 43 voix contre 27. Les socialistes et le MRP s'abstiennent, les communistes votent contre. En décembre 195471, le budget est voté par 61 voix contre 28. Seuls les communistes votent contre et le président de leur groupe, Raymond Bossus, dénonce la collusion de l'extrême-droite et de la SFIO, liée selon lui à un arrangement au Conseil général. Le budget 1956 est adopté par 48 voix (RPF, CNI, partie du RGR) contre 30 (PC, Lafay, Faber) et 9 abstentions volontaires (socialistes). Le budget 1957 est adopté par 59 voix contre 27. Seuls les communistes votent contre, les autres partis l'approuvent, y compris les socialistes. La même majorité vote le budget 1958 le 21 décembre 195772. Raymond Bossus dénonce “l'union sacrée” autour de Julien Tardieu pour aggraver le sort de la population parisienne et critique les socialistes qui, s'ils ont parfois voté avec le PC (contre les subventions aux écoles libres, contre l'augmentation des taxes...) ont finalement voté le budget avec les “réactionnaires”. En décembre 1958, le budget est adopté par 60 voix contre 29. Seuls votent contre ce budget les communistes et les deux élus socialistes passés au PSA, Roger Priou-Valjean et André Joublot.

68Cet appui socialiste a une double explication.

  • 73 Sauf en 1955 où le budget 1956 est adopté par les socialistes et les communistes.

69D'une part, au Conseil général, les élus de droite soutiennent en général le budget élaboré par le rapporteur général socialiste du budget du département, Gaston Gévaudan73.

70D'autre part, les socialistes parviennent ainsi à isoler les communistes, à une époque où l'anticommunisme très développé de la droite parisienne est globalement soutenu par les socialistes, en particulier par Pierre Giraud.

  • 74 BMO Débats 1953, p. 297-300.
  • 75 BMO Débats 1953, p. 506.
  • 76 BMO Débats 1954, p. 369.
  • 77 BMO Débats 1955, p. 252-254.

71Dès le 22 juin 1953, lors de la discussion d'un ordre du jour sur la résolution de la crise ministérielle, les altercations sont vives entre conseillers communistes et conseillers socialistes. Lorsque le communiste Albert Boisseau évoque “le front unique des travailleurs communistes et socialistes”, le socialiste René Menuet l'interrompt : “N'engagez pas les socialistes ! Il y a une corde entre nous !”74 Le 19 novembre 1953, le Conseil municipal vote, contre l'avis des communistes, un voeu tendant à la libération des citoyens polonais persécutés en raison de leurs convictions philosophiques et religieuses, en particulier du cardinal Wyszynski75. Le soutien communiste au Vietminh est l'occasion d'une altercation entre le préfet de police, soutenu par la majorité, et les communistes lors de la discussion du budget de la préfecture de police en décembre 1953. A l'ouverture de la troisième session extraordinaire de 1954, le 11 mai, le Conseil municipal, debout, à l'exception des élus communistes, observe une minute de silence pour saluer “l'héroïsme désespéré” des combattants de Dien-Bien-Phu et le Bureau demande au gouvernement de s'abstenir de participer à toute manifestation culturelle ou autre dans le cadre des relations franco-soviétiques76. En avril 1955, le conseiller Indépendant Massard met en cause le colonel Fabien, grande figure de la résistance communiste, qui a fait fusiller cinquante personnes pour avoir refusé de se dénoncer après le meurtre de l'officier allemand77.

  • 78 Séance du 18 juin 1956, BMO Débats 1956, p. 421-3 (l'aspirant Maillot a livré des armes aux rebell (...)

72L'année 1956 est celle où l'anticommunisme du Conseil municipal se manifeste le plus. Au printemps 1956, les élus de la majorité mettent en cause la participation communiste aux manifestations contre la guerre d'Algérie. Lorsque le 12 mars, à l'occasion d'un débat sur la question algérienne, Camille Denis demande la négociation et parle de “deux pays”, son discours est interrompu quatorze fois. Lorsque le vice-doyen d'âge, Henri Gourdeaux, qui préside la première séance de la deuxième session ordinaire, demande le cessez-le-feu en Algérie, les élus de la majorité rappellent le rôle de l'aspirant Maillot78. Le 21 juin, alors que Maurice Colin parle de “répression française en Afrique du Nord” et de “politique raciste”, Julien Tardieu lance aux communistes : “Vous vivez en marge de la nation”.

  • 79 BMO Débats 1956, p. 718-720.
  • 80 BMO Débats 1956, p. 737-744.
  • 81 BMO Débats 1956, p. 885-886.
  • 82 André Wurmser, Fidèlement vôtre. Soixante ans de vie politique et littéraire, Grasset, 1979, p. 43 (...)

73Les débats autour du problème hongrois sont particulièrement vifs. Lors de l'ouverture de la troisième session ordinaire, le 19 novembre 1956, sur proposition de tous les groupes du Conseil, à l'exception du groupe communiste, le Conseil municipal adopte un texte dans lequel il “s'incline avec respect devant ceux qui sont tombés en Hongrie pour l'indépendance de leur patrie, pour la défense de la liberté et des droits sacrés de la personne humaine, exprime à la nation hongroise martyre son admiration pour le courage indomptable dont elle a fait preuve en se dressant pour réaliser la vraie démocratie politique et sociale contre un oppresseur dont l'action sanglante révolte la conscience universelle et flétrit ceux qui, en France, approuvent ce crime contre l'humanité”. Lorsque Lucienne Mazelin, conseillère municipale communiste, souhaite prendre la parole pour une explication de vote, elle est interrompue par des interventions émanant des différents groupes. A l'issue d'une suspension de séance, le Conseil municipal, sur proposition des présidents de tous les autres groupes, décide que les paroles de la représentante communiste ne figureront pas au Bulletin municipal officiel79. Lorsque, quelques minutes plus tard, le président du groupe communiste, Raymond Bossus, pose au préfet de police une question orale “sur les raisons pour lesquelles la police parisienne n'a rien fait pour empêcher les émeutiers, incendiaires attaquant les locaux et imprimeries d'organisations démocratiques, sur l'assassinat de travailleurs, sur la nécessité de dissoudre les ligues et les groupements factieux”, suite aux attaques contre les locaux communistes le 6 et 7 novembre, son discours est interrompu soixante-douze fois par les conseillers de tous les groupes, notamment par Pierre Giraud, conseiller socialiste80. Quand, enfin, le Conseil municipal choisit de rendre hommage à la Hongrie en donnant à une rue de Paris le nom de Kossuth, héros de l'indépendance hongroise qui prit en 1848 la tête de l'insurrection libératrice, le choix est significatif : c'est le carrefour Châteaudun, siège et centre nerveux du Parti Communiste, qui est choisi81. Cette dénomination est encore commentée en 1979 par André Wurmser, polémiste de L'Humanité, dans ses Mémoires : “Les fiers amants de la liberté profitèrent de la circonstance pour nous infliger une affreuse humiliation : ils baptisèrent Kossuth le carrefour Châteaudun dont le siège de notre Parti occupait un immeuble. Le combattant de la révolution de 1848, que notre République conservatrice avait négligé, fut honoré par les conseillers municipaux des beaux quartiers82.

  • 83 BMO Débats 1956, p. 977.
  • 84 BMO Débats 1956, p. 1240-1243.
  • 85 Ces subventions sont rétablies au budget de 1960 (BMO Débats 1959, p. 1112).

74L'anticommunisme virulent après les événements de Hongrie se traduit également par la suppression de diverses subventions. Le 6 décembre 1956, Pierre Giraud fait renvoyer les attributions des subventions aux associations sportives et aux associations de jeunes pour déterminer quelles sont les associations qui ne sont pas affiliées à la FSGT, aux “Amis de la nature” section France, à l'UJRF et aux “Vaillants et Vaillantes”. Il considère en effet que certains organismes, affiliés au PC, ne méritent plus de subventions du Conseil municipal83. Sur son rapport, le Conseil municipal décide de supprimer les subventions versées à ces associations liées au PC. Pierre Giraud justifie ainsi l'attitude du Conseil municipal : “En supprimant ces subventions, nous empêchons le Parti Communiste de poursuivre en France cette tâche de désagrégation de la nation qu'il pratique depuis plus d'un quart de siècle et dans laquelle il a montré jusqu'à quel point il était enferré en prenant la position que vous connaissez tous après les événements de Hongrie84. Le rétablissement demandé par les communistes lors de la préparation du budget de 1958 n'est pas accordé85.

  • 86 BMO Débats 1956, p. 1057-1066.
  • 87 BMO Débats 1956, p. 1265-1280.
  • 88 BMO Débats 1957, p. 1179-1182.

75Le 10 décembre 1956, Marcel Ribéra, appuyé par Pierre Giraud, demande une nouvelle répartition des locaux de la Bourse du Travail sur une base moins favorable à la CGT et la suppression de la subvention de cinq millions versée à la CGT au titre de “syndicat non logé86. Cette subvention est effectivement supprimée lors de la discussion du budget de la deuxième commission pour 1957 et la somme est répartie entre les autres syndicats87. Même si, lors de la discussion du budget 1958, la deuxième commission souhaite le rétablissement de la subvention versée à la CGT, le Conseil municipal maintient, à l'instigation de Pierre Giraud, sa position prise l'année précédente88.

  • 89 BMO Débats 1956, p. 1351-1355.
  • 90 BMO Débats 1957, p. 332-334.

76Enfin, le Conseil décide l'interdiction des manifestations dans les promenades de la Ville de Paris, ce qui est un moyen de ne plus accorder à L'Humanité l'autorisation d'établir sa fête dans le bois de Vincennes89. Le 11 avril 1957, le Conseil municipal, sur rapport du socialiste Pierre Le Goff, passe à l'ordre du jour sur quatre propositions de Raymond Bossus tendant la première à organiser la Fête de l'Humanité au bois de Vincennes, la deuxième à l'autoriser au jardin des Tuileries, la troisième à l'organiser au Parc des expositions, la quatrième à inviter le préfet à rechercher un emplacement convenable pour la tenue et le déroulement de la fête. Là encore, les socialistes votent avec la majorité de droite. Pour Pierre Giraud, “à l'époque actuelle, il est intolérable en effet que les ennemis de la liberté puissent se prévaloir de la défense des libertés démocratiques pour essayer d'obtenir du gouvernement ou des conseils municipaux la possibilité de développer leur propagande90. Les communistes ne cherchent pas à sortir de leur isolement sur cette question. Lorsque, le 27 juin 1957, le Conseil municipal demande au gouvernement hongrois d'épargner la vie de deux écrivains, Joseph Gali et Obersovsky, condamnés pour délit d'opinion, le groupe communiste s'abstient.

77Le 23 juin 1958, après l'exécution d'Imre Nagy, le nouveau président, Jean-Louis Vigier, rompant avec la tradition, ne salue pas les conseillers municipaux communistes fusillés pendant la guerre. Le même jour, sur proposition socialiste, le Conseil condamne l'exécution d'Imre Nagy et de ses compagnons, “crime perpétré dans un total mépris des règles fondamentales de la justice et du respect de la personne humaine”.

78Pendant les dernières années de la IVe République, c'est la droite non gaulliste qui domine le Conseil municipal de Paris. Les élections de 1959, organisées quelques mois après le retour au pouvoir du général de Gaulle, sont l'occasion pour les gaullistes de reconquérir les positions perdues en 1953, mais les déchirements provoqués en France par le conflit algérien leur font perdre à nouveau leur prépondérance sur la municipalité parisienne.

III — Le gaullisme victorieux face au problème algérien (1959-1965)

Les municipales de 195991

  • 91 Voir en particulier le dossier AN F1CII 668.
  • 92 Ordonnance n° 59-231 du 4 février 1959 relative à l'élection des conseillers municipaux de Paris, (...)

79Alors que, dans la plupart des communes de France, les élections se déroulent désormais au scrutin de liste majoritaire à deux tours, le régime de la représentation proportionnelle, déjà en vigueur dans la capitale, est conservé pour les municipales de 195992, avec quelques modifications par rapport aux règles en vigueur pour les élections de 1947 et de 1953. Les secteurs sont en partie redécoupés. La nouvelle répartition est la suivante :

Tableau 4. Répartition des arrondissements par secteur en 1959

8096 listes se présentent, groupant 966 candidats. Cinq partis sont présents dans les neuf secteurs : le Parti Communiste, la SFIO, le MRP, l'UNR et le CNI. Le Parti Communiste reste isolé et présente des listes distinctes. Les querelles internes chez les socialistes n'ont pas cessé et, dans le quatrième secteur, contre la liste officielle de la SFIO que dirige André Weil-Curiel, se présente une liste du Parti Socialiste Autonome, conduite par le conseiller municipal socialiste Roger Priou-Valjean et par l'ancienne secrétaire fédérale de Paris, Mireille Osmin. Pour atténuer les conséquences de la crise, des socialistes “autonomes”

81figurent sur les listes SFIO, par exemple le Dr Choffe dans le premier secteur. Dans le troisième secteur, la liste officielle du MRP, conduite par Jean Cayeux, est concurrencée par une liste d'Action municipale et familiale du Centre Démocratique conduite par Louis Gidel, conseiller sortant du MRP, qui a rompu avec son ancien parti. L'UNR, qui souhaite conquérir Paris comme le RPF l'avait fait en 1947, présente, contre les listes Indépendantes, des listes homogènes. Le Centre Républicain, l'Union des Forces Démocratiques et l'Union des Républicains Libéraux ne participent à la compétition que dans six secteurs.

  • 93 Les prévisions préfectorales prévoyaient une perte de huit sièges pour les communistes (dossier 10 (...)
  • 94 L'Année politique 1959, p. 30.

82Le Parti Communiste consolide ses résultats antérieurs, contrairement aux prévisions préfectorales93. En novembre 1958, les suffrages communistes étaient de 270.413 contre 380.000 aux élections du 2 janvier 1956. Le 8 mars 1959, les communistes obtiennent 326.958 voix, c'est-à-dire qu'ils regagnent la moitié des voix perdues en novembre94. Ils recueillent 29,06 % des suffrages exprimés et progressent dans tous les arrondissements par rapport aux municipales de 1953. Avec 29 conseillers municipaux, ils constituent toujours le premier groupe du Conseil municipal. L'UNR, en recul dans l'ensemble de la France, dépasse néanmoins les Indépendants à Paris : 251.337 voix, soit 22,34 % des suffrages exprimés, pour l'UNR ; 219.620 voix, soit 19,49 % des suffrages exprimés, pour le CNI. L'UNR a 29 conseillers municipaux, le CNI 19. Le MRP, qui ne recueille que 58.536 voix sur l'ensemble de Paris, soit 5,20 %, perd 3 de ses 6 sièges. L'Union des Forces Démocratiques, avec 48.278 voix et 4,29 % des suffrages exprimés, obtient l'élection de Claude Bourdet au Conseil municipal. Les socialistes, avec 81.904 voix et 7,28 % des suffrages exprimés, ont 9 élus. Le Centre Républicain, avec 62.093 suffrages, est écrasé dans l'ensemble de la capitale, sauf dans les XVIe et XVIIe arrondissements où se présente Bernard Lafay : c'est dans ce cinquième secteur que le Centre Républicain a ses 4 élus. Les listes qui se situent en dehors de ces partis, en général des “divers droite”, obtiennent 76.652 voix, soit 6,81 % des suffrages exprimés, et deux élus, Jean Dides dans le huitième secteur, René Thomas dans le sixième secteur.

83Les communistes obtiennent leurs meilleurs résultats dans les arrondissements ouvriers de l'est parisien tandis que les scores les plus médiocres sont réalisés dans les arrondissements bourgeois de l'ouest. Le CNI réalise ses meilleurs résultats dans les Ve, VIe et VIIe arrondissements, où se présente Edouard Frédéric-Dupont, ainsi que dans les Ie et VIIIe arrondissements. En revanche, ses résultats sont médiocres dans les arrondissements populaires de l'est. L'UNR obtient les meilleurs résultats dans des arrondissements périphériques populaires, là où la concurrence de la droite traditionnelle est moins forte, ainsi que dans le IXe arrondissement, alors que ses résultats les plus médiocres se situent essentiellement dans les zones de force du CNI, les Ve, Vie et Vile arrondissements. Le Parti Socialiste a des résultats moins contrastés, mais il reste très faible dans les arrondissements de l'ouest.

Tableau 5. Répartition politique du Conseil municipal en 1959

  • 95 1. Le lendemain, en vertu d'un accord tacite, ce sont les socialistes, groupe charnière du Conseil (...)
  • 96 L'Année politique, p. 39.

84Lors de la première réunion du nouveau Conseil municipal, forts de leur légère prédominance numérique sur les Indépendants, les conseillers UNR, après avoir envisagé la candidature de Philippe Barrès, présentent à la présidence le Dr Devraigne, ancien membre du RGR. L'élection, acquise au premier tour de scrutin, est due en particulier à l'abstention volontaire des huit conseillers municipaux socialistes présents95. L'UNR revendique et obtient deux postes importants, celui de rapporteur général du budget, qui revient à Alain Griotteray, et celui de rapporteur général du personnel, qui revient à Jacques Dominati. Les présidences de commission sont réparties entre Indépendants et membres de l'UNR. L'Année politique peut commenter : “C'est là un changement de majorité sensible. L'UNR l'emporte nettement sur les Indépendants96. Mais, comme en 1947, le groupe gaulliste connaît, à l'occasion du conflit algérien, une crise qui lui fait perdre la prépondérance au Conseil municipal au profit des Indépendants.

La crise algérienne au Conseil municipal

  • 97 BMO Débats 1956, p. 227-235. Les socialistes s'abstiennent dans ce vote interprété comme une criti (...)
  • 98 Témoignage de Michel Salles en 1966, BMO Débats 1966 p. 698.
  • 99 Cité dans Jean Chariot, "Note sur le rôle de la Fédération de la Seine dans les partis politiques (...)

85La droite parisienne est, dans son ensemble, favorable à l'Algérie française. Le 12 mars 1956, lors du débat provoqué par les manifestations de Nord-Africains du 9 mars à Paris, le Conseil municipal, sur proposition de Jacques Féron, a voté une résolution proclamant son attachement au maintien de l'Algérie au sein de la communauté nationale française et invitant le préfet de police “à interdire toutes manifestations portant atteinte au moral de l'armée et de la populationet à mettre hors d'état de nuire les états-majors des mouvements tombant sous le coup des lois qui répriment la reconstitution des ligues dissoutes97. En mai 1958, le Bureau du Conseil municipal a l'idée de voter un ordre du jour de félicitations aux troupes qui, à Alger, se dressent contre le pouvoir français. Seule l'opposition de Michel Salles et de Marcel Lévêque, alors président, empêche ce vote98. Lors du quatrième congrès du Centre National des Indépendants et Paysans au palais d'Orsay à Paris, les 30 novembre, 1er et 2 décembre 1960, la majorité se rallie à une motion en faveur de l'Algérie française défendue par Roger Duchet et la plupart des élus parisiens (Philippe Vayron, conseiller général de la Seine, Jean-Marie Le Pen, député du Ve arrondissement, Edouard Frédéric-Dupont), tandis que la motion minoritaire favorable à la politique d'autodétermination du général de Gaulle est soutenue par les principaux dirigeants provinciaux du mouvement, comme Raymond Mondon et Aimé Paquet99.

  • 100 BMO Débats 1959, p. 300-304.

86Le cas le plus extrême est celui du conseiller “divers droite” Jean Dides, rallié au Centre Républicain. Cet ancien commissaire de police est particulièrement favorable à l'Algérie française. Dès les 29 et 30 juin 1959, il pose une question orale aux préfets “sur les moyens dont ils disposent tant pour remédier à la détresse physique et morale des travailleurs nord-africains de la région parisienne que pour assurer leur protection à leur domicile et sur les lieux de leur travail100. A cette occasion, il demande aux préfets de réprimer la rébellion et de de participer à “la lutte directe pour le maintien de l'Algérie française”.

  • 101 BMO Débats 1959, p. 765-772.

87Des personnalités plus importantes du Conseil se prononcent également pour le maintien de l'Algérie française. Edouard Frédéric-Dupont, le 3 décembre 1959, demande au préfet quelles mesures il compte prendre “pour aider le gouvernement dans sa tâche d'apaisement en Algérie”. Il invite en particulier les caisses des écoles des différents arrondissements de Paris à prendre en charge, pendant les vacances de 1960, un certain nombre d'enfants d'Algérie, comme cela a été fait dans le septième arrondissement en 1959, afin de resserrer les liens entre la métropole et la colonie101. Le 29 décembre 1959, lorsque Claude Bourdet met en parallèle la répression soviétique à Budapest et la répression française en Algérie, un véritable tumulte surgit au Conseil municipal. La séance est suspendue à deux reprises ; les conseillers des groupes de l'UNR et du CNI quittent la salle des séances avec les préfets.

88Cet engagement de la droite du Conseil municipal en faveur de l'Algérie française a des conséquences politiques dès le début de 1960, lors de la semaine des barricades. Certains conseillers semblent sinon soutenir, du moins comprendre, les motivations des insurgés.

  • 102 D'après Le Monde du 29 janvier, le Conseil municipal d'Alger a ouvert le 27 une souscription pour (...)
  • 103 Le Monde, 30 janvier 1960.
  • 104 Le Monde, 3 février 1960.

89Selon une formule rapportée par Le Figaro le 27 janvier 1960, Edouard Frédéric-Dupont déclare : “La cause du drame se trouve dans la politique du gouvernement à base de reniements et d'incertitudes. Je salue les martyrs de l'Algérie française”. Pierre Devraigne, président du Conseil municipal (qui le 6 avril 1959, a,@ lors de son discours inaugural, rendu hommage au “sursaut national” du 13 mai 1958), et Alain Griotteray, rapporteur général du budget, adressent un télégramme à M. Bouarouha, maire d'Alger, télégramme reproduit dans L'Aurore du 29 janvier : “Sommes fraternellement unis à vous par la pensée et par le coeur durant les heures tragiques que votre ville traverse. Affectueusement à vous”. Or, à cette date, le Conseil municipal d'Alger est aux côtés des insurgés102. Le vendredi 29, Alex Moscovitch et Jacques Foulquier, présidents de la Commission de la police au Conseil municipal et au Conseil général, demandent dans un communiqué que la paix des braves ne puisse en aucun cas être refusée aux patriotes qui se battent pour l'Algérie française103. L'UNR accepte mal la position de ces élus parisiens et semble vouloir déférer Pierre Devraigne, Alain Griotteray, Jacques Foulquier et Alex Moscovitch devant la commission de discipline de l'UNR104.

  • 105 Les différents communiqués des socialistes se trouvent dans Le Combat social, supplément n° 10, 19 (...)

90La position de ces élus est également vivement critiquée par leurs collègues de gauche, par voie de communiqués et d'affiches105. Le 30 janvier, le Bureau de la Fédération socialiste de la Seine “dénonce le soutien apporté par quelques élus du département de la Seine à la sédition algéroise”. La Fédération “considère notamment que le député Frédéric-Dupont, rapporteur du budget de la police au Conseil municipal de Paris, n'est plus qualifié pour représenter les intérêts de la police parisienne puisqu'il s'est déclaré solidaire des hommes qui ont fait tirer à Alger sur les forces de l'ordre faisant leur devoir”. Le 8 février, la Commission exécutive de la Fédération socialiste SFIO de la Seine “dénonce notamment MM. Pierre Devraigne, président du Conseil municipal de Paris, Alain Griotteray, rapporteur général du budget de la Ville de Paris, Alex Moscovitch, président de la commission de la police, Frédéric-Dupont, rapporteur général du budget de la police municipale et Bernard Lafay, conseiller municipal de Paris qui, en soutenant les factieux d'Alger, ont combattu la République et la politique d'autodétermination élaborée par le président de Gaulle et, par là même, ne sont plus qualifiés pour parler au nom de la population parisienne”. Elle “mandate le groupe socialiste des élus départementaux pour qu'il prenne toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer de leurs responsabilités les élus ayant ainsi failli et décide d'engager contre eux une campagne de dénonciation publique”. Une affiche contre Edouard Frédéric-Dupont est élaborée par les socialistes dans les Ve, VIe et VIIe arrondissements et une seconde affiche, à l'échelon départemental, est signée de tous les élus socialistes. Le 9 février, réuni à l'Hôtel de Ville, le groupe des élus socialistes municipaux et départementaux décide “de tout mettre en oeuvre pour que soit retiré à M. Pierre Devraigne le poste de président de l'Assemblée municipale, à M. Alain Griotteray le poste de rapporteur général du budget de la Ville de Paris, à M. Alex Moscovitch le poste de président de la commission de la police, à M. Frédéric-Dupont le poste de rapporteur du budget de la police municipale, à M. Foulquier le poste de président de la commission de la police au Conseil général de la Seine, à M. Vayron le poste de vice-président du conseil général”. Dans une déclaration du 12 février, les conseillers communistes “dénient à M. Devraigne le droit d'exprimer aux factieux le soutien du Conseil municipal de Paris et de la population parisienne” et signent quelques jours plus tard avec la Fédération de Paris du PCF une affiche intitulée : “L'Hôtel de Ville de Paris, foyer d'intrigue pour les fascistes et leurs alliés” où ils demandent le renouvellement du Bureau et le remplacement du rapporteur général du budget.

  • 106 Rapport de Claude Fuzier, congrès 1960 de la fédération SFIO de la Seine (archives de l'OURS).

91A l'ouverture de la session de printemps du Conseil municipal, le 21 mars 1960, les socialistes et les communistes s'opposent à la reconduction du Bureau, au cours d'une séance très agitée, pendant laquelle les urnes sont renversées. Le Bureau est finalement reconduit, par 48 voix contre 39. Cette action est saluée lors du Congrès fédéral de la SFIO de juin 1960 : “Le terme de cette bataille [lors des événements de janvier] devait être la session de printemps du Conseil municipal de Paris lorsque nous nous sommes opposés à la reconduction du Bureau présidé par M. Pierre Devraigne. La majorité réactionnaire du Conseil municipal en a décidé autrement, ce qui était prévisible. Mais l'objectif de la Fédération n'était pas tant d'obtenir des têtes — encore qu'un échec des complices de l'émeute algéroise aurait été une satisfaction importante—que de créer dans le département une agitation tendant à démontrer clairement l'existence de groupements fascistes ou factieux s'appuyant sur des personnalités qui se targuent, dans des périodes calmes, d'être républicaines”106.

  • 107 Sur la position de la gauche, voir Le Combat social, 22 juillet 1960.

92Lors de l'élection du nouveau Bureau, en juin 1960, des tensions apparaissent à nouveau. A gauche, le groupe socialiste décide, lors d'une réunion menée avec les représentants de la commission executive de la fédération de la Seine de la SFIO, de demander la reconduction du Bureau du Conseil général107. Selon un accord de 1959, la présidence du Conseil municipal doit revenir à un Indépendant. Le candidat du Conseil général doit donc être un gaulliste. Le groupe UNR refuse la reconduction du Bureau du Conseil général, à la grande surprise semble-t-il des responsables de l'UNR à l'échelle nationale, notamment Jacques Chaban-Delmas. Le refus du groupe de l'UNR est confirmé le mercredi 22, par 18 voix contre 13 : les élus UNR proches des ultras de l'Algérie française, en particulier Jacques Dominati, ne veulent pas de la reconduction du président Dardel, en raison de ses positions prises en janvier. Le groupe des Indépendants désigne comme candidat à la présidence du Conseil municipal Julien Tardieu. Le groupe socialiste présente la candidature de Pierre Giraud, le groupe communiste celle de Raymond Bossus. Julien Tardieu est élu au troisième tour seulement par 46 voix contre 43 à Pierre Giraud, seul autre candidat. Les divisions de la majorité profitent aux socialistes qui emportent, grâce aux voix du MRP et des communistes, deux sièges au nouveau Bureau, composé de quatre Indépendants, trois UNR, deux socialistes et un Centre Républicain. Au Conseil général, même si la droite accepte au dernier moment la reconduction du Bureau, une majorité socialiste-communiste est formée, qui aboutit à un Bureau “Front populaire”. Cette position est critiquée. Le congrès de la fédération de la Seine doit adopter un texte affirmant que le vote du 22 juin à l'assemblée départementale ne comporte aucune entente politique avec les fédérations communistes de la Seine et le groupe des élus qui en dépend, mais Georges Dardel et Pierre Giraud sont évincés du comité directeur par le congrès national de juillet 1960.

  • 108 La Fédération a deux représentants au sein du groupe, Gautier et Mercier, et Claude Fuzier, secrét (...)
  • 109 Claude Fuzier, Rapport général d'activité de la Fédération de la Seine au Congrès fédéral de 1961 (...)
  • 110 Les budgets 1960, 1961, 1962, 1963 et 1964 du département de la Seine sont approuvés par les commu (...)

93A partir de cette date, les socialistes s'éloignent de la droite. En décembre 1960, on observe une modification de l'attitude des socialistes lors du vote du budget. A la session budgétaire de 1959, les socialistes, fidèles à la ligne adoptée dans les années 50, ont voté le budget présenté par Alain Griotteray, qui est adopté par 60 voix contre 30 (celles du groupe communiste et de Claude Bourdet). En revanche, en décembre 1960, lors du vote du budget 1961, les socialistes s'abstiennent, afin de ne voter ni avec la droite, ni avec les communistes. Cette attitude, adoptée en accord avec la Fédération de la Seine108, est l'expression de la volonté des socialistes de développer au Conseil municipal et au Conseil général une politique autonome, distincte de celle menée par la droite et de celle menée par les communistes. Elle est explicitée lors du Congrès fédéral de 1961 : “Cette bataille sur les deux fronts est rendue d'autant plus nécessaire que le bloc communiste et le bloc réactionnaire groupent malheureusement des forces considérables dans le département de la Seine et que, de plus, toute une partie des gens qui sont numériquement indispensables à la formation d'une coalition avec la droite sont d'authentiques fascistes, tout aussi dangereux que les communistes. En affirmant cette tactique et en se dégageant totalement de l'emprise de l'une ou l'autre des deux coalitions possibles, le Parti a rendu en réalité sa tâche plus facile. La démonstration en a été faite au moment du vote des budgets à la fin de l'année 1960. En effet, en développant sa politique autonome, le Parti n'a pas voté le budget du Conseil municipal présenté par le rapporteur Griotteray, ex-UNR, passé au groupe ultra proche du mouvement de M. Soustelle. L'abstention socialiste dans ce débat a voulu marquer la désapprobation du Parti envers un budget qui, techniquement correct, ne répondait pas aux besoins de la ville de Paris109. En dépit de la formule finale renvoyant à des considérations de gestion, c'est bien des motivations politiques qui poussent le groupe socialiste à modifier son attitude : la référence à l'itinéraire politique d'Alain Griotteray le montre bien. De plus, les socialistes ont alors besoin des voix communistes au Conseil général pour appuyer l'action du président et du rapporteur général du budget, tous deux socialistes110.

94Au début de 1961, un nouveau groupe se crée au Conseil, le groupe d'Action municipale, composé d'élus UNR en désaccord avec la politique algérienne menée par le général de Gaulle : Pierre Devraigne, Jacques Dominati, Jacques Foulquier, Alain Griotteray, Dominique Pado, Paul Pernin et Marcel Ribéra, désigné comme secrétaire général du groupe.

95Le 25 avril 1961, le Conseil municipal se réunit en session extraordinaire à la demande de plus du tiers de ses membres pour discuter du problème algérien, lors du putsch des généraux. Lorsque le Conseil municipal se réunit, le Conseil général a déjà pris position et les élus communistes reprochent au président Julien Tardieu sa lenteur à convoquer les conseillers municipaux. Différents textes sont proposés lors de cette session. Paul Pernin, au nom du groupe des Indépendants, de l'Action municipale et du Centre républicain, dépose le texte suivant :

96Le Conseil municipal affirme sa volonté, dans les circonstances dramatiques que traverse le pays, de tout faire pour éviter la guerre civile et pour réaliser la réconciliation des Français sur la base de l'unité et de l'intégrité de la patrie ; adjure le chef de l'Etat de tout faire pour réaliser cette réconciliation ; en conséquence s'abstient de toute manifestation ou du vote de toute motion susceptible de la retarder ; soucieux de ne pas voir livrée la population parisienne aux bourreaux de Budapest, la met en garde sur les dangers que constitue le PC pour l'ordre, la liberté et la République”.

97Le texte est repoussé : seuls 29 conseillers des groupes Indépendant, Action municipale et Centre Républicain le votent ; les 39 conseillers de gauche présents votent contre ; les gaullistes et le MRP ne prennent pas part au vote. Au nom de l'UNR, Paul Minot dépose un autre projet :

98Le Conseil municipal, dans les heures dramatiques que vit la France, exprime son entière confiance au général de Gaulle pour l'action énergique dont il a pris l'initiative contre le coup de force en Algérie et l'assure de son soutien pour préserver les institutions de la République contre toutes les tentatives de subversion”.

99Ce texte est repoussé. Il ne recueille que 24 voix, celles des gaullistes, des socialistes et du MRP. Les communistes votent contre. Les Indépendants, les élus du Centre républicain et du groupe d'Action municipale ne prennent pas part au vote, ainsi que Claude Bourdet. L'ensemble des groupes de gauche présente alors un texte :

100Le Conseil municipal condamne de la façon la plus énergique la criminelle sédition d'Alger qui constitue un insolent défi à toutes les traditions démocratiques qui sont l'honneur de la France et demande le châtiment exemplaire des coupables ;

101flétrit l'attitude des officiers félons qui ont pris l'initiative de cette aventure, qui cause un tort considérable au pays ;

102se félicite de la puissance du mouvement populaire antifasciste que connaît Paris depuis le nouveau coup de force qui s'est exprimé en particulier par le succès de la grande grève nationale du 24 avril 1961 et par les manifestations populaires ;

103adresse un appel solennel aux fonctionnaires, aux militaires et aux soldats du contingent pour qui le refus d'obéissance à des chefs parjures et traîtres à leur mission est le plus impérieux des devoirs”.

104Ce texte est également repoussé. Seule la gauche vote en sa faveur. Les conseillers de droite, y compris les gaullistes, votent contre.

105Afin que le Conseil prenne position sur cette affaire, les socialistes, qui mettent en cause les Indépendants, déposent un dernier projet de motion :

106Le Conseil municipal se félicite de la courageuse fermeté avec laquelle le général de Gaulle, président de la République, a fait front contre la rébellion. Il lui exprime sa reconnaissance et l'assure de son soutien dans l'action énergique qu'il a entreprise et qu'il poursuit, dans le respect de la légalité républicaine, pour assurer la primauté de la loi, expression de la volonté nationale.”

107Ce dernier texte ne recueille que 24 voix (socialistes, gaullistes et MRP) ; les communistes et Claude Bourdet votent contre ; le reste de la droite ne prend pas part au vote.

108Cette session, si elle n'aboutit à l'adoption d'aucun texte, montre bien la rupture entre les élus gaullistes et indépendants, qui ne se retrouvent que pour voter contre le texte soutenu par les communistes. Toutefois, les groupes de droite parviennent à refaire en grande partie leur unité pour l'élection du Bureau.

109Le 19 juin, l'élection du Bureau nécessite encore des négociations entre les groupes et plus de huit heures. Paul Minot (UNR) est élu président au troisième tour de scrutin.

  • 111 BMO Débats 1961, p. 634-666. Sur cette soirée, voir Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris, 17 oct (...)
  • 112 BMO Débats 1961, p. 679-689.

110De nouveaux affrontements au sein de la droite ont lieu le 27 octobre 1961, lorsque le Conseil se réunit en session extraordinaire pour discuter des “incidents survenus dans la soirée du 17 au 18 octobre 1961111. Des attentats de l'OAS ont visé des membres du Conseil, en particulier le président Minot. Bernard Lafay met en cause le gouvernement, mais la position la plus vive est prise par le conseiller Jean Dides, rallié au groupe de Bernard Lafay. Il met en cause les arrestations arbitraires, les internements de fidèles de l'Algérie française et accuse le gouvernement d'avoir laissé faire le FLN : “On laisse se déclencher une manifestation qui sert à la politique de dégagement après que les polices parallèles du régime aient obtenu l'assurance des meneurs FLN qu'il n'y aurait aucune violence”. Il est interrompu par des conseillers gaullistes, criant : “A la porte, M. Dides !” Toutefois, les groupes de droite se retrouvent pour s'opposer à l'ouverture de la commission d'enquête demandée par Claude Bourdet sur les événements du 17 octobre et pour voter une résolution témoignant à la police parisienne de la confiance du Conseil. Mais les oppositions resurgissent à la séance suivante, celle d'ouverture de la session ordinaire, les 13-14 novembre 1961. Le groupe socialiste pose une question “sur la répression des activités OAS112. Lors de la discussion, Jean Dides compare, en s'en indignant, “le traitement réservé aux défenseurs de l'Algérie française qui sont aussi les défenseurs de la Constitution et celui concédé aux gentils assassins des méchants gardiens de la paix de Paris”. Louis-Stanislas Moreau, élu du CNI, met en cause le gouvernement qui a appliqué à certains officiers détenus le régime des détenus de droit commun. Marcel Ribéra critique les arrestations trop nombreuses parmi les partisans de l'Algérie française et affirme : “Je condamne ce régime et il se condamne de lui-même”.

111A l'issue de la discussion, le Conseil vote sur une résolution du groupe socialiste. Il rejette le premier paragraphe :

112Le Conseil municipal condamne tous les actes de violence quels qu'en soient les auteurs ou motifs qui les inspirent”.

113Seuls les socialistes, les gaullistes, Claude Bourdet et le MRP votent ce texte, les communistes votent contre, ainsi que les quatre élus du Centre républicain, les Indépendants et le groupe d'Action municipale ne prenant pas part au vote.

114Le deuxième paragraphe, ainsi libellé

115S'incline devant toutes les victimes et notamment celles des membres des services de sécurité d'Alger et des personnalités libérales musulmanes et européennes ;

116constate que les attentats au plastic, tous revendiqués par l'OAS, se multiplient dans la capitale ;

117regrette que de si lâches attentats puissent être perpétrés sans que leurs auteurs soient arrêtés, jugés et punis ;

118condamne les actes de violence qui, sous le couvert de la défense de l'Algérie, visent à saper le régime républicain et à instaurer une dictature fasciste”,

119est adopté par 54 voix contre 13. Les communistes, les socialistes, les élus du MRP, les gaullistes ont voté pour. Le Centre républicain et le groupe d'Action municipale ont voté contre. Les élus du CNI n'ont pas pris part au vote.

120Le dernier paragraphe,

121s'étonne que l'action de répression dans le domaine des activités OAS soit bien moins efficace et spectaculaire que dans la lutte contre les divers autres formes d'attentats dont sont victimes les populations de la capitale et de la banlieue”,

122est adopté par 39 voix (l'ensemble de la gauche) contre 26 (les gaullistes, le groupe d'Action municipale, le Centre républicain). Le MRP et les élus du CNI ne prennent pas part au vote.

123L'ensemble du texte est rejeté : 42 conseillers votent pour (la gauche et le MRP), 44 contre (l'ensemble de la droite).

124L'engagement de Jean Dides auprès des partisans de l'Algérie française s'accentue ensuite. Le 16 novembre 1961, lors d'un meeting du Comité de Vincennes, organisme sympathisant de l'OAS, autorisé par le préfet de police, il proclame “Gloire au général Salan !” devant une assemblée scandant “OAS ! OAS !”. Il est, peu de temps après, inculpé de provocation au meurtre et écroué à la Santé. Le Conseil refuse le 20 novembre de donner la parole à Bernard Lafay qui souhaite intervenir sur son sort. Jean Dides est mis en liberté provisoire le 30 novembre par ordonnance du juge d'instruction, ordonnance confirmée par un arrêt de la Chambre des mises en accusation, mais il fait l'objet, à la sortie même de la prison de la Santé, d'une mesure d'internement administratif. A la majorité, et non à l'unanimité, le Bureau, divisé sur la question algérienne, exprime son indignation contre cet internement arbitraire. Certains membres du Bureau participent à une manifestation devant la prison de la Santé en faveur des partisans de l'Algérie française arrêtés. Une écharpe est posée sur le pupitre de Jean Dides. Le 4 décembre 1961, le syndic, Denys-Cochin, membre du CNI, “en son nom personnel”, informe le Conseil de ce fait et poursuit :

125La chose en soi est grave. Elle heurte la logique et la sensibilité. Elle est contraire aux principes fondamentaux de la Constitution. Elle est inquiétante. Mais ce qui est plus grave encore, c'est que l'autorité responsable n'ait été retenue en aucune façon par la qualité de l'intéressé et par la considération de la responsabilité spéciale qu'il assume devant la population parisienne en cette période de session budgétaire. Incontestablement, notre Assemblée est atteinte. Je doute qu'elle puisse, pour des raisons partisanes, se désintéresser d'incidents qui mettent si crûment en lumière la précarité de notre mandat et le déclin du principe d'immunité consacré ou non par la loi, faute duquel il est parfaitement vain d'assumer des responsabilités électives”.

  • 113 BMO Débats 1961, p. 1065-1067.

126La position de Denys-Cochin suscite des réactions de la part des communistes et des socialistes et ces deux groupes refusent de voter le budget du Bureau pour l'année 1962 présenté par le syndic le 18 décembre 1961. Les socialistes considèrent en effet que les fonctions de syndic doivent s'accompagner d'une très grande réserve dans le domaine des manifestations politiques113. De même, le 21-22 décembre 1961, le groupe socialiste vote pour la première fois contre le budget de fonctionnement, présenté par Alain Griotteray.

127L'ensemble des groupes de gauche s'oppose au maintien du Bureau à l'ouverture de la première session ordinaire de 1962, le 26 mars. La gauche veut que soit évincée du Bureau la représentante du groupe du Centre républicain, Monique Humbert, en raison des propos tenus par Bernard Lafay au Sénat le 21 mars : “Le cessez-le-feu n'est qu'un alibi. Sous prétexte de terminer une guerre, c'est une autre qu'on recommence, une guerre à front renversé où l'ennemi d'hier fait figure d'allié d'aujourd'hui, où les hommes à abattre sont ceux qui veulent rester français. Forcera-t-on, je vous le demande, forcera-t-on l'armée de la République à inscrire sur ses drapeaux et ses étendards d'atroces victoires ?” Lorsque, le 26 mars 1962, le Conseil municipal examine cinq projets de délibération concernant les événements d'Algérie et le cessez-le-feu, aucun texte ne peut être adopté. Le texte communiste “saluant le cessez-le-feu en Algérie et appelant la population parisienne à s'opposer à toute initiative de l'OAS” n'est voté que par les groupes de gauche, l'ensemble des groupes de droite et le MRP votant contre. Le texte socialiste “se félicitant du cessez-le-feu en Algérie et appelant la population parisienne à se tenir prête pour mettre en échec l'OAS” n'est voté que par les groupes de gauche et le MRP, tandis que l'ensemble des groupes de droite vote contre. Le projet de délibération déposé par le MRP “adressant l'hommage de Paris aux victimes d'une guerre de sept années, condamnant toutes les violences et adressant au Gouvernement un appel pour rétablir le respect de la dignité des personnes” n'est voté que par les gaullistes, les socialistes et le MRP ; les communistes votent contre ; les indépendants, les membres du groupe “Action municipale” et les membres du Centre républicain s'abstiennent. La proposition déposée par les groupes du CNI, de l'Action municipale et du Centre républicain “condamnant toutes les violences et invitant les Français à se réconcilier dans un même amour de la Patrie” n'est votée que par ces groupes. Les groupes de gauche votent contre, considérant que ce texte, par restriction mentale, approuve finalement l'action de l'OAS. Les gaullistes ne prennent pas part au vote. Enfin, le texte déposé par les gaullistes “stigmatisant les assassinats de jeunes soldats, adressant à l'armée sa gratitude et son admiration, assurant le général de Gaulle de sa confiance pour régler l'affaire de l'Algérie et appelant tous les Français à l'union” ne trouve aucun autre soutien. Les groupes de gauche votent contre ; la droite non-gaulliste s'abstient.

  • 114 BMO Débats 1961, p. 802.

128La division des droites parisiennes représentées au Conseil municipal est donc patente sur l'affaire algérienne. L'exaspération des gaullistes contre la droite indépendante semble même croissante. Lorsque, le 27 novembre 1961, le conseiller CNI Louis-Stanislas Moreau, à l'occasion d'un débat sur la jeunesse, critique la télévision de la Ve République, le conseiller gaulliste Alex Biscarre lui lance : “Fichez-nous la paix ! Quel rapport y-a-t-il entre cette affaire et la Ve République ! Sans elle, vous ne seriez pas ici !114. L'élection des Bureaux en 1962,1963 et 1964 donne alors lieu à quelques difficultés.

  • 115 Le Monde, 22 juin 1962.
  • 116 Le groupe communiste, qui avait retiré son candidat, ayant 29 élus, le groupe socialiste 9 et le P (...)
  • 117 Le 2 juillet 1962, à l'occasion d'une question orale de Paul Pernin et des autres membres du group (...)
  • 118 On peut citer une autre conseillère municipale, Colette Bécourt-Foch, qui se plaint dans une lettr (...)

129En 1962, le groupe indépendant, à qui doit revenir la présidence, désigne comme candidat Janine Alexandre-Debray115. Après deux premiers tours difficiles pour la candidate du CNI, les indépendants désignent un nouveau candidat, Pierre-Christian Taittinger, élu par 44 voix contre 42 à Pierre Giraud et 1 à Victor Bucaille116. Les positions de Mme Alexandre-Debray sur le problème algérien117, ainsi sans doute que son sexe dans un milieu, semble-t-il, peu favorable aux femmes118, expliquent son échec.

  • 119 Le Monde, 22 juin 1963 et 26 juin 1963.
  • 120 Expression citée dans l'article du Monde du 22 juin 1963.
  • 121 Cette solution est refusée par Roger Frey, qui suit l'élection de son bureau du ministère de l'Int (...)
  • 122 Selon Jean-Jacques Piette, qui a eu accès à des archives inédites de Paul Laurent et de Claude Fuz (...)
  • 123 L'Humanité, 26 juin 1963.

130L'élection est encore plus difficile en 1963119. Conformément à l'accord conclu, la présidence doit revenir à un membre du groupe de l'UNR. Mais, avant l'élection, les observateurs estiment que certains conseillers indépendants risquent de refuser leur voix au candidat de l'UNR, dont le groupe ne compte plus alors que 13 membres, après la formation du groupe d'Action municipale (6 membres), le départ du groupe de Philippe Barrès et de Jacques Dursort, l'exclusion d'André-Yves Breton qui s'est présenté comme suppléant de Michel Poniatowski contre un candidat UNR aux législatives de 1962. L'UNR elle-même semble envisager une défaite de son candidat au profit du candidat socialiste ou d'un candidat indépendant et l'un des conseillers du groupe UNR envisage même que son groupe “se retire sur l'Aventin” en attendant les élections municipales120. Certains conseillers semblent même craindre, en cas de défaite du candidat de l'UNR, que le gouvernement, s'appuyant sur le résultat des élections législatives de 1962 où 31 députés de l'UNR ont été élus à Paris, ne prononce la dissolution du Conseil municipal et n'avance la date des élections municipales à Paris. Le candidat désigné par l'UNR est Jean Auburtin. Après deux premiers tours où l'on observe une grande dispersion des voix, plusieurs hypothèses sont envisagées : la reconduction de Pierre-Christian Taittinger121, le vote des indépendants et des membres du Centre républicain pour Pierre Giraud, candidat socialiste, l'élection de Bernard Lafay, avec l'appui des communistes et des socialistes, contre Jean Auburtin122. En réalité, au troisième tour, seuls se présentent Jean Auburtin et Pierre Giraud. Les membres du Centre républicain décident de ne pas prendre part au vote. Bernard Lafay déclare : “Le groupe du Centre républicain était disposé à l'occasion du scrutin pour la présidence du Conseil municipal à s'associer à toute manifestation exprimant une ferme volonté de défense des libertés municipales et républicaines. Il a témoigné de son sens des responsabilités politiques, mais il se refuse à céder au chantage à la dissolution, tout autant qu'à une opération étroitement partisane. Devant l'impossibilité de rassembler utilement les républicains et les libéraux, nous ne prendrons pas part à un scrutin dont les données sont inacceptables”. Jean Auburtin est élu au troisième tour, avec 41 voix contre 39 à Pierre Giraud. L'opération qui a échoué pour la présidence réussit pour l'élection des autres membres du Bureau. Socialistes, communistes, membres du PSU et du Centre républicain votent ensemble123. Maurice Berlemont (communiste) est élu vice-président au deuxième tour de scrutin, Pierre Le Goff (socialiste) et Monique Humbert (Centre républicain) au premier tour avec 44 voix, Hubert Prangey (MRP) au troisième tour ; Henri Billebaut (socialiste) est élu secrétaire au premier tour, Roger Dubost (CNI) au deuxième tour avec 44 voix, Catherine Lagatu (communiste) et Claude Bourdet (PSU) au troisième tour. Tous les candidats de l'UNR à ces fonctions sont battus.

  • 124 Le Monde, 27 juin 1963.
  • 125 Voir l'intervention de Bernard Lafay BMO Débats 1963 p. 1512-1513.

131Au correspondant de l'agence France-Presse, Jean Auburtin — qui a semble-t-il songé un moment à remettre sa démission — déclare : “Il est de mon devoir de mettre en garde la population parisienne contre l'exploitation politique que certains pourraient être tentés de réaliser à propos des scrutins qui sont intervenus au Conseil municipal de Paris. Chacun a pu se rendre compte de l'incohérence de ces votes et on ne peut que faire des réserves sur des scrutins contradictoires qui ont dégagé deux majorités. En tant qu'élu parisien et national appartenant à l'UNR-UDT, je regrette qu'ait été tentée à cette occasion une expérience de front populaire élargi, car cette expérience apparaît contradictoire au voeu de la population parisienne qui, lors des dernières élections législatives, a choisi trente et un députés UNR124. Lors du vote du budget 1964, le groupe du Centre républicain envisage un vote négatif qui entraînerait le rejet du budget et l'organisation probable de nouvelles élections municipales125, avant de décider finalement de s'abstenir, ce qui permet l'adoption du budget : par 44 voix contre 38.

  • 126 Le Monde, 24 juin 1964.
  • 127 Le Monde, 24 juin 1964.

132En 1964, c'est un indépendant qui est élu président du Conseil municipal. Le groupe des Indépendants a désigné comme candidat Jean Legaret, adversaire de la Ve République et partisan de l'Algérie française, que le gouvernement n'a réintégré au Conseil d'Etat qu'après plusieurs mois d'hésitations après son échec aux législatives de 1962. Au premier tour, vingt voix de la majorité se dispersent donc sur d'autres candidats : parmi elles figurent probablement celles des élus gaullistes, réservés sur la candidature de Jean Legaret. Le deuxième tour donne des résultats voisins. Au cours d'une suspension de séance de six heures, des multiples tractations ont lieu, tant envers le groupe UNR qu'envers certains opposants à la candidature de Jean Legaret au sein du groupe des indépendants. Jean Legaret dépolitise sa candidature, précisant qu'il souhaite faire abstraction de son personnage politique pour replacer le débat sur le terrain municipal et administratif126. Au troisième tour, les élus UNR votent pour lui et il est élu par 45 voix contre 38 à Pierre Giraud. Il y a 7 bulletins blancs. Cette élection, motivée par la crainte d'un “Front Populaire” et de la revendication par les communistes de la présidence du Conseil général en cas d'élection d'un candidat socialiste à la présidence du Conseil municipal, est très commentée. Pour Pierre Viansson-Ponté, elle prouve que “le réflexe anticommuniste conduit nombre de gaullistes à admettre l'alliance avec leurs pires adversaires de droite” H poursuit : “S'il en va ainsi, à quelques mois d'une confrontation électorale qui sera rude, c'est sans doute parce que l'électorat de l'UNR, à Paris tout au moins, ne fera pas grief aux candidats de ce parti du soutien accordé à un indépendant, alors qu'il lui tiendrait rigueur d'avoir, en se plaçant sur la réserve, permis un succès de la gauche. Mais, à terme, n'est-ce pas toute l'orientation du mouvement gaulliste qui se trouve engagée ?”127. L'UNR et les indépendants retrouvent la majorité au sein du Bureau.

133A partir de 1962, l'opposition des socialistes à la politique menée par la majorité de l'Assemblée s'affirme. Les socialistes votent contre le projet de budget de 1963, de 1964 et de 1965. Un bloc de gauche uni se forme contre une droite parisienne divisée, mais les élections municipales de 1965 et de 1971 permettent aux gaullistes de conquérir enfin durablement la municipalité parisienne.

Notes

1 Voir en particulier le dossier AN F1CII 380.

2 Entretien de l'auteur avec André Thirion, septembre 1990.

3 Archives du RPF, Registre des Procès-Verbaux du Comité Directeur de la Seine (1947-1948), Région parisienne, boîte 11.

4 Voir également le rapport du préfet du 15 mars 1953 à propos des municipales de 1947 (AN F1CII 405).

5 Rapport du préfet du 11 octobre 1947, AN F1CII 380.

6 5 élus sur 9 dans le premier secteur (Ve, VIe, VIIe arrondissements), 5 élus sur 11 dans le deuxième secteur (XIIIe, XIVe arrondissements), 5 élus sur 8 dans le troisième secteur (XVe arrondissement), 8 élus sur 9 dans le premier secteur (Ie, IIe, Ville, IXe arrondissements), 9 élus sur 13 dans le cinquième secteur (XVIe, XVIIe arrondissements), 5 élus sur 9 dans le sixième secteur (XVIIIe arrondissement), 5 élus sur 8 dans le septième secteur (IIIe, IVe, Xe arrondissements), 5 élus sur 11 dans le huitième secteur (XIe, XIIe arrondissements), 5 élus sur 12 dans le neuvième secteur (XIXe, XXe arrondissements).

7 Marius Astier, Bernard Lafay, Maurice Kaouza, Jean Panhaleux, Marie-Georges Contenot, René Fiquet, conseillers sortants, ainsi qu'Ernest-Henri David.

8 Jacques Féron, Pierre Ferri, Maurice de Fontenay, Jean Grousseaud, Henri Jouy, Maurice Lancrenon, Gaston Le Provost de Launay, Jules Mandrillon, André Watelet.

9 Jean Marin et André Thirion.

10 Bernard Lafay, Henri Ulver et Janine Alexandre-Debray sont vice-présidents, Jean-Louis Vigier secrétaire général.

11 Discours d'André Fosset après l'élection de Pierre de Gaulle.

12 Le MRP paraît être, au début de la mandature, l'adversaire principal du RPF à l'Hôtel de Ville. Dans une lettre du 20 janvier 1951 à Henri Ulver, Jacques Soustelle écrit : "Les positions politiques prises sur le plan parisien et celles qui sont prises sur le plan national, sont inverses. Nous nous sommes rapprochés du Parti Socialiste à Paris ; en même temps (voir l'article de Daniel Mayer dans Le Populaire de ce matin), c'est ce parti qui s'oppose le plus violemment à toute entente. Inversement, c'est le MRP qui est notre adversaire le plus farouche à l'Hôtel de Ville." (Archives du RPF, BO 42).

13 Le Monde, 18-19 janvier 1948.

14 Les élections complémentaires du bureau ont lieu le 8 mars 1948.

15 Rapport d'activité du groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville pour l'année 1949. Congrès fédéral 1950 (Archives de l'OURS).

16 Groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville. Compte rendu d'activité pour 1950. Congrès fédéral 1951 (Archives de l'OURS).

17 Il s'agissait d'un meeting international des peuples opprimés par les Soviets sous la présidence de l'ancien sénateur Gustave Gaulherot. Le cheminot Puzzuoli est décédé huit jours après la manifestation des suites d'une intoxication absolument étrangère aux événements de l'avenue de Wagram.

18 BMO Débats 1947, p. 536.

19 BMO Débats 1947, p. 544.

20 BMO Débats 1947, p. 682-687.

21 BMO Débats 1948, p. 17-18.

22 BMO Débats 1951, p. 77-92.

23 Remarque formulée à l'occasion d'un débat sur la question posée par des élus communistes "sur les mesures scandaleuses d'expulsion des locataires" (BMO Débats 1951, p. 354-361).

24 BMO Débats 1949, p. 299-306.

25 Vincent Auriol, Journal du septennat, 1948, p. 6, Colin, 1974.

26 BMO Débats 1948, p. 341.

27 BMO Débats 1949, p. 718-723.

28 BMO Débats 1951, p. 14-21.

29 Séance du 7 avril 1952, BMO Débats 1952, p. 148-151.

30 A l'occasion d'une question orale de Jean Teitgen et Etienne Royer de Véricourt sur les méthodes utilisées par la police pour faire régner l'ordre public, BMO Débats 1952, p. 421-427.

31 BMO Débats 1952, p. 583.

32 BMO Débats 1949, p. 401-409.

33 BMO Débats 1950, p. 734-746.

34 BMO Débats 1947, p. 512-513.

35 Cité dans Michel Brisacier, Paris dans l'oeuvre et la pensée de Charles de Gaulle, thèse de science politique, Paris I, 1986, p. 219.

36 Cité dans Le Rassemblement du 29 mai 1948.

37 BMO Débats 1948, p. 972. Un texte est adopté dans ce sens le 28 mars 1949.

38 Pierre Benoist et Jack Rateau démissionnent du Conseil municipal. Ces démissions, ajoutées aux décès, modifient quelque peu le groupe. De nouveaux élus font leur entrée : René Geneste, Jean Drouot-L'Hermine, André Lagardette, Roger Ruaux, René Thomas, Hélène Vivier-Ribière, Raymond de Gallico.

39 Voir à ce sujet le rapport du préfet de la Seine au ministre de l'Intérieur du 15 mars 1953 (AN F1 CII 405).

40 Jean Panhaleux, Marus Astier, Ernest David et Marcel Lévêque.

41 Composé de André Fruh, Paul Faber, Edmond Champetier de Ribes, Maurice Dubar, Jules Mandrillon, René Thomas, Maurice de Fontenay.

42 Roger Duchet.

43 Allusion sans doute à Pierre Taittinger.

44 Le Monde, 4 novembre 1952.

45 Le Monde, 5 novembre 1952.

46 Celles de Janine Rastier-Caillé, de Georges Broussine, de Maurice Lancrenon, de Julien Tardieu, de Jean Drouot-L'Hermine et d'Edouard Tercinet.

47 Le Monde, 8 novembre 1952.

48 1. Janine Alexandre-Debray, Jean Auburtin, Gisèle Bardet, Colette Bécourt-Foch, Amédée Brousset, Jacques Debu-Bridel, Pierre Ferri, Louis Foumier-Delebarre, René Franchet, Raymond de Gallico, Pierre de Gaulle, René Geneste, Jean Gross, Jean Grousseaud, Nicole de Hauteclocque, Henri Jouy, Maurice Kaouza, André Lagardette, René Moatti, Alex Moscovitch, Pierre Ruais, René Ruaux, Suzanne Thierry-d'Argenlieu, André Thirion, Jean Tillier, Henri Ulver, Hélène Vivier-Ribière.

49 Gaston Le Provost de Launay et René Thomas.

50 Georges Broussine, Paul Coirre, Jean Drouot-L'Hermine, Jacques Féron, Yvonne Georges-Picot, Maurice Lancrenon, Janine Rastier-Caillé, Julien Tardieu, Edouard Tercinet, Jean-Louis Vigier.

51 Marius Astier, Edouard Champeticr de Ribes, Ernest David, Pierre Devraigne, Maurice Dubar, Paul Faber, Maurice de Fontenay, André Fruh, Bernard Lafay, Marcel Lévêque, Jules Mandrillon, Jean Marin, André Watelet. Un ancien élu socialiste, Henri Vergnolle, les a rejoints.

52 Les rapports entre le MRP et le RPF restent alors très tendus. Lors de la séance des 30-31 décembre 1948, lors de la désignation des représentants du Conseil municipal au sein du Conseil de surveillance de l'Assistance publique, les gaullistes permettent l'élection du communiste Pierre Rouquès et du socialiste Gaston Gévaudan, mais font battre le médecin MRP Etienne Royer de Véricourt.

53 Le Monde, 25 mars 1953.

54 Les Archives du RPF conservent un projet de lettre de Pierre de Gaulle où il explique pourquoi, après avoir hésité, il décide de se représenter, et où il justifie le cumul du mandat de député et de conseiller municipal (Région parisienne, BO 42).

55 De fait, sur quatre colistiers élus avec Pierre de Gaulle en 1947, un seul, Jacques Debû-Bridel, se présente sous l'étiquette du RPF. De plus, la liste concurrente des indépendants est dirigée par Edouard Frédéric-Dupont, second de la liste de Pierre de Gaulle pour les législatives de 1951.

56 Selon André Thirion, c'est le général de Gaulle lui-même, peu satisfait de la manière dont son frère avait mené le groupe RPF, qui lui a demandé de se retirer.

57 Ces deux lettres figurent dans la boîte 42 des Archives RPF de la "Région parisienne".

58 Rapport du préfet de la Seine, 17 avril 1953, AN F1CII 405.

59 En vue des élections municipales, les indépendants, jusque là divisés entre le Centre des indépendants de Rocher Duchet et la Fédération des Indépendants de Paris de Pierre Taittinger avaient réalisé leur unité et créé un unique Centre des indépendants de Paris regroupant les amis de Roger Duchet, de Pierre Taittiner, de Joseph Denais, de Louis Rollin, de Frédéric-Dupont, de Pierre Isorni (Le Monde, 20 octobre 1952).

60 Le Monde, 11 avril 1953.

61 Rapport du 13 avril 1953 de Richard Pouzet, secrétaire général de la Seine, au chef de cabinet du ministre de l'Intérieur (AN F1CII 405).

62 Le Monde, 14 avril 1953.

63 L'Année politique, 1953, p. 32.

64 Rapport du 22 avril 1953, AN F1CII 405.

65 Dans le huitième secteur se présente une liste d'Union des Républicains nationaux, patronnée par René Fiquet qui, porté démissionnaire après sa condamnation pour collaboration économique, a été acquitté en appel.

66 Dans Le Figaro du 17 mars 1953, Etienne Royer de Véricourt, président du groupe du MRP à l'Hôtel de Ville, rejette les offres de Pierre de Gaulle : “Nous n'ignorons pas qu'après les élections nous serons appelés à travailler en commun, que cela justifiera de part et d'autre des concessions, mais nous pensons qu'il appartient au suffrage universel, dans sa souveraineté, de faire connaître le degré d'influence qu'il désire voir exercer par chacune des doctrines en place”.

67 François Goguel, Chroniques électorales, la IVe République, PFNSP, 1981, p. 127.

68 Rapport d'activité du groupe des élus socialistes à l'Hôtel de Ville (Congrès fédéral de 1953, Archives de l'OURS). A l'Hôtel de Ville, les rapports des communistes et des socialistes étaient alors d'autant plus difficile que la position des élus communistes au Conseil général complique la tâche de Gaston Gévaudan, rapporteur général du budget du département. Dans le même rapport d'activité de 1953, il est noté : “Les communistes refusant systématiquement de voter les recettes nécessaires pour équilibrer les dépenses que leur démagogie tend à enfler démesurément, le Département se trouve dans une situation délicate. Son Rapporteur du budget, notre camarade Gaston Gévaudan, qui a adopté une attitude très ferme à l'égard des élus communistes, continuera certainement à assurer avec succès la lourde tâche qui lui incombe”. Le RGR, le RPF, les indépendants et le MRP associent le 27 mai leurs voix aux socialistes pour permettre l'élection à la présidence du Conseil général du socialiste Maurice Coutrot contre Georges Marrane.

69 Le Monde, 26 juin 1957.

70 Marcel Lévêque, qui avait pris une part importante dans la Résistance, était beaucoup plus éloigné des milieux de droite traditionnels que Pierre Devraigne, qui avait eu Pierre Laval, alors président du Conseil, comme témoin à son mariage en 1935.

71 Scrutin n° 77.

72 Il est adopté par 62 voix contre 26.

73 Sauf en 1955 où le budget 1956 est adopté par les socialistes et les communistes.

74 BMO Débats 1953, p. 297-300.

75 BMO Débats 1953, p. 506.

76 BMO Débats 1954, p. 369.

77 BMO Débats 1955, p. 252-254.

78 Séance du 18 juin 1956, BMO Débats 1956, p. 421-3 (l'aspirant Maillot a livré des armes aux rebelles, ce qui lui a valu les félicitations de L'Humanité).

79 BMO Débats 1956, p. 718-720.

80 BMO Débats 1956, p. 737-744.

81 BMO Débats 1956, p. 885-886.

82 André Wurmser, Fidèlement vôtre. Soixante ans de vie politique et littéraire, Grasset, 1979, p. 439.

83 BMO Débats 1956, p. 977.

84 BMO Débats 1956, p. 1240-1243.

85 Ces subventions sont rétablies au budget de 1960 (BMO Débats 1959, p. 1112).

86 BMO Débats 1956, p. 1057-1066.

87 BMO Débats 1956, p. 1265-1280.

88 BMO Débats 1957, p. 1179-1182.

89 BMO Débats 1956, p. 1351-1355.

90 BMO Débats 1957, p. 332-334.

91 Voir en particulier le dossier AN F1CII 668.

92 Ordonnance n° 59-231 du 4 février 1959 relative à l'élection des conseillers municipaux de Paris, publiée dans le Journal Officiel du 7 février 1959 p. 1688.

93 Les prévisions préfectorales prévoyaient une perte de huit sièges pour les communistes (dossier 10451 73-1 313, Archives de la Seine).

94 L'Année politique 1959, p. 30.

95 1. Le lendemain, en vertu d'un accord tacite, ce sont les socialistes, groupe charnière du Conseil général, qui bénéficient des voix de la droite. Il y alors au Conseil général 62 élus PC et PSU, 16 élus socialistes, 4 élus MRP et 68 élus de droite Deux majorités sont possibles : une majorité PC/PSU/SFIO, une majorité droite / SFIO, qui est choisie par les socialistes en 1959. Georges Dardcl, maire de Puteaux, membre du Comité Directeur de la SFIO, est élu au premier tour par 83 voix contre 66 à Georges Marrane (communiste). Par une parfaite symétrie avec ce qui s'est passé au Conseil municipal, les deux postes importants, rapporteur général du budget et rapporteur général du personnel, échoient à deux candidats socialistes : Gaston Gcvaudan et René Menuet. Cette élection explique en grande partie la position du groupe socialiste au Conseil municipal (L'Express, 26 mai 1959).

96 L'Année politique, p. 39.

97 BMO Débats 1956, p. 227-235. Les socialistes s'abstiennent dans ce vote interprété comme une critique du gouvernement de Guy Mollet.

98 Témoignage de Michel Salles en 1966, BMO Débats 1966 p. 698.

99 Cité dans Jean Chariot, "Note sur le rôle de la Fédération de la Seine dans les partis politiques français", Table ronde de l'Association française de science politique "Paris et sa région", 29-30 avril 1966 (dactylographié), p. 1 et 2.

100 BMO Débats 1959, p. 300-304.

101 BMO Débats 1959, p. 765-772.

102 D'après Le Monde du 29 janvier, le Conseil municipal d'Alger a ouvert le 27 une souscription pour laquelle il s'est inscrit pour la somme de 20 millions pour "montrer [sa] solidarité à l'égard des combattants et de ceux qui acceptent avec tant de foi patriotique de cesser le travail".

103 Le Monde, 30 janvier 1960.

104 Le Monde, 3 février 1960.

105 Les différents communiqués des socialistes se trouvent dans Le Combat social, supplément n° 10, 1960 (OURS).

106 Rapport de Claude Fuzier, congrès 1960 de la fédération SFIO de la Seine (archives de l'OURS).

107 Sur la position de la gauche, voir Le Combat social, 22 juillet 1960.

108 La Fédération a deux représentants au sein du groupe, Gautier et Mercier, et Claude Fuzier, secrétaire général, assiste aux réunions du groupe chaque fois que des problèmes d'ordre politique sont évoqués.

109 Claude Fuzier, Rapport général d'activité de la Fédération de la Seine au Congrès fédéral de 1961 (Archives de la fédération de la Seine de la SFIO, OURS).

110 Les budgets 1960, 1961, 1962, 1963 et 1964 du département de la Seine sont approuvés par les communistes.

111 BMO Débats 1961, p. 634-666. Sur cette soirée, voir Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris, 17 octobre 1961, Seuil, 1991.

112 BMO Débats 1961, p. 679-689.

113 BMO Débats 1961, p. 1065-1067.

114 BMO Débats 1961, p. 802.

115 Le Monde, 22 juin 1962.

116 Le groupe communiste, qui avait retiré son candidat, ayant 29 élus, le groupe socialiste 9 et le PSU 1 seul, des conseillers de la majorité ont donc voté pour Pierre Giraud, il est vrai très estimé, au tour décisif.

117 Le 2 juillet 1962, à l'occasion d'une question orale de Paul Pernin et des autres membres du groupe d'Action municipale sur l'accueil des réfugiés d'Afrique du Nord à leur arrivée à Paris, elle critique la politique menée par le pouvoir gaulliste en Algérie et demande : "à défaut de sauver l'Algérie française, sauvons les Français d'Algérie". De plus, elle a été la rivale du gaulliste Gabriel Kaspereit lors de l'élection partielle du neuvième arrondissement de Paris, provoquée par la démission de René Moatti, en désaccord avec la politique algérienne de de Gaulle.

118 On peut citer une autre conseillère municipale, Colette Bécourt-Foch, qui se plaint dans une lettre conservée dans le dossier de son mari à l'Ordre de la Libération que ses offres de candidature aux élections législatives n'aient pas été retenues parce qu'elle était une femme.

119 Le Monde, 22 juin 1963 et 26 juin 1963.

120 Expression citée dans l'article du Monde du 22 juin 1963.

121 Cette solution est refusée par Roger Frey, qui suit l'élection de son bureau du ministère de l'Intérieur (L'Aurore, 25 juin 1963).

122 Selon Jean-Jacques Piette, qui a eu accès à des archives inédites de Paul Laurent et de Claude Fuzier (Jean-Jacques Piette, Les accords PC-SFIO dans le département de la Seine aux élections municipales de 1965, Université de Paris, Faculté de droit et des sciences économiques, mémoire pour le DES de science politique, janvier-mars 1969, 139 p.), le groupe communiste se prononce pour la candidature de Bernard Lafay mais le groupe socialiste, à une faible majorité, la repousse. L'attitude prêtée au groupe communiste est étonnante, compte tenu de l'opposition entre le groupe communiste et le Centre républicain l'année précédente, à l'occasion de l'affaire algérienne.

123 L'Humanité, 26 juin 1963.

124 Le Monde, 27 juin 1963.

125 Voir l'intervention de Bernard Lafay BMO Débats 1963 p. 1512-1513.

126 Le Monde, 24 juin 1964.

127 Le Monde, 24 juin 1964.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Répartition des arrondissements par secteur en 1947
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Tableau 2. Election du président du Conseil municipal en mars 1953
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 3. Répartition politique du Conseil municipal en 1953
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Tableau 4. Répartition des arrondissements par secteur en 1959
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Tableau 5. Répartition politique du Conseil municipal en 1959
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1121/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540