Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. Ordonner choses et mots

Le cahier, le gage et le symbole : l’efficacité de l’écriture pratique

Florence Weber

Texte intégral

  • 1 A. Gramain et F. Weber, « Ethnographie et économétrie : pour une coopération empirique », Genèses. (...)
  • 2 F. Weber, S. Gojard et A. Gramain (dir.), Charges de famille. Parenté et dépendance dans la France (...)

1Il m’est impossible de rédiger cet hommage sans expliciter d’abord la relation intellectuelle très spéciale qui lie l’anthropologue des sociétés occidentales contemporaines que je suis à l’historienne médiéviste Monique Bourin. Je lui dois une inflexion importante de mes recherches après 1998. Nous étions toutes les deux persuadées que l’histoire économique et l’anthropologie économique, fauchées par le discrédit politique et intellectuel ayant touché le marxisme théorique depuis la fin des années 1980, devaient renaître en restaurant les conditions d’un dialogue avec la science économique contemporaine. Mais comment travailler avec des économistes sans expliciter nos différences dans les méthodes, potentiellement complémentaires, nos divergences théoriques, potentiellement inconciliables, et la construction éventuelle d’un objet commun ? Je conduisais ce programme de travail avec l’économiste Agnès Gramain1 sur la prise en charge familiale des personnes dépendantes dans la France contemporaine, analysée en termes de production domestique2. Monique Bourin nous poussa à l’étendre aux transactions foncières documentées pour l’époque médiévale. Pouvions-nous construire, historiens, anthropologues et économistes, un objet commun, le fonctionnement du marché de la terre au Moyen Âge ? Nos méthodes étaient-elles complémentaires ? Que faire de nos éventuelles divergences théoriques ?

  • 3 F. Weber, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie éco (...)
  • 4 L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans (...)
  • 5 N. Coquery, F. Menant et F. Weber (dir. et intr.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des (...)

2C’est donc à la sollicitation de Monique Bourin que je dois trois opérations menées entre 1998 et 2002. J’eus d’abord à expliciter les principes de l’approche ethnographique des transactions marchandes3. Je cherchai ensuite à les appliquer à des données médiévales, dans le cadre d’une opération de recherche à trois voix4. Je contribuai enfin avec deux collègues historiens à l’organisation d’un colloque sur l’écriture pratique5. Dans cet article, je rappellerai les grandes lignes de ce programme de recherches, avant de revenir sur des recherches antérieures qui portaient sur l’efficacité rituelle des pratiques de l’écriture, du cahier personnel à l’interaction écrite, pour envisager le double rôle de l’écriture, l’écriture comme gage dans la relation interpersonnelle, l’écriture comme symbole permettant la décontextualisation des actions.

Histoire économique, anthropologie économique : un programme de recherches

  • 6 En particulier, The Great Transformation, New York, Hold Rinehart, 1944, traduction française La gr (...)

3Tout a commencé avec une note de synthèse sur le marché de la terre en anthropologie, que Monique Bourin sut réclamer de moi avec insistance lors d’un inoubliable colloque d’histoire économique aux Treilles en 1998, où je représentais seule l’anthropologie sociale face aux deux économètres Jean Pierre Florens et Agnès Gramain. Ce fut pour moi l’occasion de réfuter les théories du Grand Partage – parmi lesquelles, au premier chef, l’œuvre de Karl Polanyi6 – qui opposent les économies traditionnelles, encastrées ou enchâssées (embedded) dans les relations sociales, étudiées par les historiens et les anthropologues, et l’économie moderne qui serait, elle, séparée (disentangled) de la société. Dans cette optique, la science économique d’un côté, l’histoire et l’anthropologie économiques de l’autre ne partageraient pas d’objet commun : à la première l’étude de l’économie séparée de la société, aux secondes l’étude de l’économie encastrée dans la société.

  • 7 En particulier « A theory of the allocation of time », Economic Journal, LXXV, 299 (1965), p. 493-5 (...)
  • 8 On peut sur ce point renvoyer aux travaux de Clifford Geertz, en particulier son célèbre article pu (...)
  • 9 Cf. M. Callon, « Introduction », dans id. (éd.), The Laws of the Market, Oxford, Blackwell, 1998, p (...)
  • 10 Les premières sont dites emics ou indigènes, les secondes etics ou savantes. Cf. C. Dufy et F. Webe (...)

4Prenant acte de l’abandon par les économistes, dès 1960 et l’œuvre de Gary Becker7, de cette division pacifique des territoires disciplinaires, j’étais persuadée que, malgré des postulats théoriques inconciliables entre la sociologie ethnographique dont je me réclame et l’économie marginaliste qui domine aujourd’hui la science économique (primat de la relation versus primat de l’individu), il était possible de combiner, moyennant une certaine prudence et un contrôle réciproque, les outils de l’économiste et ceux de l’anthropologue sur des objets soigneusement définis en commun. C’est ce que je faisais avec Agnès Gramain sur la prise en charge familiale des personnes âgées dépendantes dans la France contemporaine, définie comme production domestique de santé et reposant sur une intériorisation différentielle des normes morales qui régissent en France aujourd’hui les relations de parenté. Pour répondre aux questions des médiévistes sur le marché de la terre, je tentai, après avoir critiqué le Grand Partage, d’appliquer aux transactions marchandes les principes de l’analyse ethnographique que j’avais appliqués précédemment à l’économie domestique. En prenant appui sur l’analyse de transactions ambiguës, j’insistai sur trois éléments déjà mis en évidence par l’anthropologie classique et par la nouvelle sociologie des marchés : l’importance des significations que prennent les transactions pour leurs partenaires8, l’importance des cadres matériels et institutionnels des transactions qui fixent ces significations9, et la nécessité de distinguer fermement les opérations intellectuelles effectuées par les acteurs et celles effectuées par les observateurs10.

  • 11 Op. cit., n. 3. Cette définition rencontre celles proposées par Michel Callon (op. cit., η. 9) puis (...)
  • 12 Prendre en compte la coexistence de ces deux univers, l’univers marchand, l’univers des relations p (...)

5Passant à l’analyse des transactions marchandes qui, elles, sont des transactions univoques, j’ai alors proposé une définition qui les distingue des autres types de prestations, transferts et transactions non marchandes. Une transaction marchande est une interaction lors de laquelle des droits sur un objet sont transférés d’un individu à un autre en échange d’une contrepartie jugée équivalente par les deux partenaires de la transaction ; ces partenaires sont par ailleurs d’accord pour mettre entre parenthèses leur éventuelle relation personnelle le temps de cette interaction close sur elle-même, à l’issue de laquelle chacun est quitte11. Transaction marchande (instantanée) et relation personnelle (dans la durée) peuvent donc coexister : distinctes mais compatibles, chacune d’elles s’inscrit sur une scène sociale différente dans laquelle elle prend sa signification pour les partenaires de l’interaction12.

Objet et individu, choses personnelles

  • 13 Bazin, « La chose donnée », Critique, 596-597 (1997), p. 7-25.
  • 14 Pour reprendre le terme proposé par Annette Weiner (cf. Inalienable Possessions. The Paradox of Kee (...)
  • 15 Voir le travail du sociologue Franck Cochoy sur les professionnels de la mise en marché à la fin du(...)
  • 16 Cf K. Healy, Last Best Gifts. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, Chicago (...)

6À la suite d’une lecture de Mauss par Jean Bazin13, je propose comme convention terminologique de parler, lorsqu’il s’agit d’une transaction marchande, d’objets qui circulent entre des individus ; lorsqu’il s’agit d’une relation personnelle, de choses qui circulent entre des personnes. Aussi peut-on étudier comment un objet acheté par un individu devient, grâce à un travail rituel (suppression matérielle du prix, emballage et personnalisation du cadeau), une chose offerte par une personne à une autre et, réciproquement, comment une chose personnelle devient, grâce à un autre travail rituel (mise en scène, recadrage, évaluation et formation d’un prix, intervention de professionnels), un objet doté d’un prix vendu par un individu à un autre (par exemple la robe de Marilyn Monroe vendue aux enchères ou les cadeaux de Noël revendus sur Internet). Ces métamorphoses d’une chose inaliénable14 en objet, disponible sur un marché, et réciproquement, sont effectuées grâce à un travail de redéfinition opéré par les acteurs de la mise en marché (en général des professionnels15, mais le développement d’Internet laisse un grand rôle aux particuliers qui deviennent des marchands amateurs) et, réciproquement, par les acteurs du retrait du marché (en général des particuliers, mais l’État et ses professionnels jouent un rôle central dans le retrait du marché de biens patrimoniaux, comme la mise en musée ou la conservation environnementale, ou de biens d’intérêt public comme le sang ou les organes16).

  • 17 Cf. G.-G. Granger, « Les trois aspects de la rationalité économique », dans L.-A. Gérard Varet et J (...)
  • 18 F. Muniesa et M. Callon, « Economic experiments and the construction of markets », dans D. Mackenzi (...)
  • 19 C’est ce qu’a fait Marie-France Garcia-Parpet dans un article célèbre, « La construction sociale d’ (...)

7Ces opérations qui transforment un objet (doté d’une étiquette qui l’insère dans une série) en chose (dotée d’un nom propre qui l’insère dans une séquence) et, réciproquement, une chose en objet interviennent en amont des définitions d’une interaction par ses partenaires. Les partenaires trouvent, d’une certaine façon, l’objet ou la chose déjà là au moment où le transfert s’effectue. Ces caractéristiques, produites par un travail préalable à l’interaction, portent des significations indigènes (ou catégories emics à travers lesquelles les acteurs perçoivent le monde), par opposition avec les interprétations produites par les observateurs extérieurs à la situation que sont les savants (ou catégories etics). Une conséquence importante de cette différence entre significations indigènes et significations savantes concerne la différence entre les prix observés et les évaluations monétaires produites par les économistes – qu’il s’agisse de prix fictifs, de prix hédoniques, de consentement à payer, d’évaluation des externalités. Ces évaluations savantes ont un autre statut que les évaluations indigènes : pour parler comme Gilles-Gaston Granger, ce sont des évaluations épistémiques et non des évaluations pratiques17. Rien n’interdit d’ailleurs à ces évaluations épistémiques de jouer un rôle dans les situations observées : c’est ce que les sociologues du marché appellent la performativité des théories économiques18. Mais il faut alors restituer systématiquement les conditions pratiques de cette performativité, et non la supposer comme une tendance générale et abstraite. Par exemple, comment s’effectue la diffusion de ces évaluations, y compris à travers les instruments juridiques ? Quels sont les processus qui concourent à renforcer le rôle des économistes dans la socialisation économique des particuliers et des professionnels ? Comment s’effectuent les interventions des professionnels et quelle est leur formation19 ?

  • 20 Op. cit., n. 4.
  • 21 Op. cit., n. 5.

8Le programme de recherche qui découlait de ces principes d’analyse des transactions marchandes était considérable et supposait la coopération de spécialistes de trois disciplines : l’histoire, l’anthropologie et la science économique. Pour notre part, nous l’avons suivi en deux étapes. Dans un premier temps, Laurent Feller, Agnès Gramain et moi-même avons pu appliquer parallèlement l’analyse ethnographique des transactions et l’analyse économétrique des prix, sur un dossier de transactions foncières du haut Moyen Âge exceptionnellement bien documentées, vérifiant ainsi la complémentarité de nos méthodes sur un objet commun, les transactions marchandes, qu’elles coexistent ou non avec des relations personnelles20. Dans un deuxième temps, Natacha Coquery, François Menant et moi-même avons organisé et publié un colloque pluridisciplinaire qui permettait d’observer, à des époques et sur des cas d’une grande diversité, le rôle de l’écriture pratique dans le travail de séparation entre plusieurs scènes sociales – marché, organisation, relations personnelles in-group et out-group – et dans le travail de construction d’une signification univoque pour une transaction donnée21. Ces deux étapes supposaient des coopérations que Monique Bourin, une fois encore, a réussi à susciter. Le présent article revient sur cette réflexion collective, en restituant ce qu’elle devait à une ethnographie des écritures pratiques.

L’efficacité de l’écriture pratique

  • 22 Op. cit., n. 4.

9Comment s’effectue le travail, à la fois matériel et cognitif, par lequel des barrières sont érigées entre un objet et un individu, et le travail réciproque par lequel des liens sont tissés entre une chose et une personne ? Après avoir découvert que ce travail était inscrit dans la forme même des actes du cartulaire de Casauria, distinguant les actes non mesurés et non évalués (portant sur des choses personnelles ou omnes res) des actes comportant mesure des biens vendus et évaluation monétaire des contreparties (pretium valentem...), biens et contreparties devenant ainsi des objets séparés de leurs propriétaires par des opérations de mesure et d’évaluation22, nous avons retourné la question en interrogeant des historiens, des anthropologues et des sociologues sur les effets de l’écriture pratique, à l’occasion du colloque Écrire, compter, mesurer, organisé dans le prolongement du séminaire de Monique Bourin et, une fois de plus, avec son aide enthousiaste et efficace.

  • 23 Cf. A. Bensa, « Compter les dons : échanges non marchands et pratiques comptables en Nouvelle-Caléd (...)
  • 24 Cf. L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calcul sans écriécriture ?  (...)

10Ce colloque montra qu’il était possible d’utiliser l’écriture pratique pour comprendre comment s’effectuaient le travail de marquage des choses et le travail de démarquage ou de neutralisation des relations personnelles dans des objets. Deux articles particulièrement permettaient d’effectuer une telle analyse : celui d’Alban Bensa sur le rôle de l’écriture pratique et du « cahier de coutume » dans l’attribution à chacun d’un contre-don correspondant au montant de son don initial23, dans le contexte de la société kanake contemporaine ; celui de Ludolf Kuchenbuch sur le rôle de l’écriture pratique et des « baguettes à entailles » dans la neutralisation des relations personnelles pour établir une transaction à crédit qui porte uniquement sur la valeur du bien échangé24, dans le contexte de l’Europe médiévale et moderne.

  • 25 Viviana Zelizer, La signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 2005 (1re éd. 1997). Voir auss (...)

11Viviana Zelizer a montré l’existence d’un processus de marquage de l’argent25. Loin d’être un objet neutre par excellence, comme l’ont supposé les théoriciens de la modernité, économistes ou sociologues, l’argent est susceptible de devenir une chose personnelle, singulière, prise dans une séquence significative d’événements et non dans une série objective de chiffres, grâce à ce travail matériel de marquage qui fabrique, à partir d’une monnaie universelle, des monnaies multiples. Symétriquement à ce processus qui fait passer l’argent des circuits de l’économie objective aux circuits de l’économie personnelle, il existe un autre processus qui fait passer certains biens et services des circuits de l’économie personnelle aux circuits de l’économie objective. C’est ce processus que je propose d’appeler, en référence aux travaux de Zelizer, démarquage ou encore neutralisation des relations personnelles.

  • 26 Karine Chemla, « Postface : écritures pratiques et histoire des sciences », dans N. Coquery, F. Men (...)
  • 27 Cf J. L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (1re éd. 1962).
  • 28 Cf. M. Mauss, Techniques, Technology and Civilisation, N. Schlanger (éd. et intr.), New York, Durkh (...)
  • 29 Cf. G. Bateson, La cérémonie du Naven, Paris, Minuit, 1971 (1re éd. 1936).
  • 30 Cf L. Wittgenstein, Remarques sur le Rameau d’Or de Frazer, postface J. Bouveresse, Lausanne, L’Âge (...)

12C’est justement pour comprendre à partir de quels outils matériels s’effectue le calcul économique ordinaire, sans rester fascinés, positivement ou négativement, par la modélisation savante du calcul économique, que l’analyse de l’écriture pratique s’impose. Impossible de rendre compte ici de la richesse des contributions présentes dans l’ouvrage tiré de ce colloque, qui permettent au lecteur de voyager dans l’espace et le temps, jusqu’à la Chine médiévale26, et d’observer les deux faces de l’écriture économique. La face interne est liée au contrôle des relations dans une organisation donnée, quelles que soient sa taille et sa complexité, et renvoie aux formes de la comptabilité budgétaire. La face externe est liée à la régulation des échanges entre des individus séparés, ou entre des collectifs distincts, et renvoie aux formes des transactions ou des transferts. Dans les deux cas, face interne et face externe, l’écriture économique est plus qu’une technique d’enregistrement, c’est une technique matérielle et cognitive qui effectue le contrôle budgétaire d’un côté, qui effectue les transactions de l’autre. Pour parler comme Austin27, l’écriture économique est performative. Pour parler comme Mauss28, Bateson29 et Wittgenstein30, l’écriture économique est un rituel efficace.

Des écritures personnelles : cahier de pratique et journal de bord

  • 31 La dernière partie de cet article est reprise d’une intervention à la journée d’études « Écriture e (...)

13À vrai dire, lorsque je me suis tournée vers la question de l’écriture pratique, je ne me contentais pas de répondre aux sollicitations de Monique Bourin et de poursuivre un programme de recherches transposant aux transactions médiévales des questions posées à l’économie domestique contemporaine. Je renouais avec un programme personnel de recherche sur l’écriture, que je n’avais jamais complètement explicité31.

  • 32 Cf. F. Weber, « “Premier Mai fais ce qu’il te plaît” », dans F. Weber, Manuel de l’ethnographe, Par (...)
  • 33 G. Noiriel et F. Weber, « Journal de terrain, journal de recherche et autoanalyse », dans F. Weber,(...)

14Lorsque je reprends le fil de mes travaux ethnographiques, depuis l’étude des cultures populaires dans les années 198032 jusqu’à l’analyse des transactions marchandes dans les années 2000 en passant par l’insistance sur la technique du journal d’enquête en ethnographie33, leur unité thématique est assez inattendue. C’est en effet mon intérêt pour l’écriture – écritures indigènes, écriture ethnographique – qui relie l’ensemble. Mais, chaque fois que j’étais sur le point d’en faire un objet explicite de recherche, j’en fus dissuadée par un sentiment d’illégitimité. Qu’est-ce qu’une ethnographe, traditionnellement considérée comme une spécialiste des cultures orales, et plus encore une ethnographe des cultures populaires, traditionnellement considérées comme peu lettrées, sinon illettrées, pouvait apporter à un champ de recherches que les historiens d’une part, les études littéraires spécialistes des cultures lettrées d’autre part occupent depuis si longtemps ?

  • 34 Cf. entre autres R. Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Par (...)
  • 35 Cf. entre autres K. Chemla, art. cité, n. 26.
  • 36 Cf. G. Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007. Cf. aussi (...)
  • 37 R. Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires, Paris, Minuit, (...)
  • 38 J. Goody, La raison graphique, J. Bazin et A. Bensa (trad, et prés.), Paris, Minuit, 1978.

15Le questionnement sur l’écriture pratique – tel qu’il s’est constitué en histoire, au croisement d’une histoire de la culture lettrée34, d’une histoire des sciences35 et d’une histoire de l’État36 – constituait donc pour moi l’occasion de renouer avec le double versant de l’ethnographie de l’écriture, les travaux sur les usages populaires de la literacy inaugurés par Richard Hoggart37, spécialiste de littérature populaire en Grande-Bretagne consacré comme sociologue lors de sa réception en France, les travaux sur les usages scientifiques de l’écriture en anthropologie, inaugurés par Jack Goody38, un anthropologue qui a contribué à l’une des dernières formulations du Grand Partage entre cultures orales et cultures écrites. Je reviendrai rapidement sur l’ensemble des recherches a priori disparates que j’ai consacrées à ces deux thématiques.

Le cahier de pratique : construire une scène sociale

16C’est en 1978, lors d’une enquête sur la chasse en milieu populaire, que je découvris avec surprise l’existence des cahiers de pratique. L’un des chasseurs interrogés, François Marot, un ouvrier d’usine doté d’un CAP, me montra avec fierté – et m’autorisa à photocopier – son « cahier de chasse ». Il s’agissait d’un cahier grand format tel qu’on en utilise plutôt au collège qu’à l’école primaire, rempli avec soin de divers documents datés et légendés, photographies, articles de journaux, qui ponctuaient un journal de chasse. Tout son univers social lié à la chasse – la scène sociale que constituait pour lui la chasse – était ainsi regroupé, classé par date, soigneusement rangé. Les photographies collées sur les pages du cahier représentaient ses chiens aux différentes époques de leur vie et de leur apprentissage, des animaux sauvages, ses copains de chasse, les repas de chasse, les lieux de chasse familiers. Pas de photographie du gibier abattu – François Marot était un sentimental pour qui la chasse était une modalité légitime de l’amour de la nature ; mais des articles de journaux relatant des moments de chasse exceptionnels.

17On peut distinguer trois dimensions dans le fait de tenir un tel cahier personnel : émotionnelle, cognitive, sociale. Support d’émotions qui sert à rappeler des souvenirs agréables, à manifester et à entretenir une affection pour le gibier et les chiens de chasse, c’est aussi un moyen cognitif de construire une scène sociale isolée des autres moments de la vie quotidienne, particulièrement dans le cas d’une activité saisonnière : deux saisons de chasse semblent se succéder immédiatement, alors qu’elles sont interrompues par presque un an d’activités différentes. C’est enfin une pratique qui construit une identité personnelle au sein d’un groupe spécialisé, spectateur privilégié et support de cette identité : il arrivait à François Marot de montrer son cahier, non seulement à l’ethnographe curieuse, mais à ses copains de chasse, avec qui le cahier permettait la remémoration et la recréation du groupe en dehors des périodes restreintes occupées par la chasse.

  • 39 Cf. A. Fine, S. Labro et C.-E. Lorquin, « Lettres de naissance », dans Écritures ordinaires, D. Fab (...)

18Le cahier de chasse personnel est, pour un groupe de copains de chasse, l’analogue du cahier de naissance pour le groupe des proches concernés par cette naissance39. C’est un espace clos où sont regroupées des traces soigneusement sélectionnées de la vie quotidienne, qui composent un récit à l’aide de multiples supports (on colle une mèche de cheveux du bébé ou le bracelet de naissance au retour de la maternité). Ses dimensions émotionnelle, cognitive et sociale se recoupent largement. L’espace matériel de la pratique est susceptible d’évoluer, depuis l’Album amicorum attesté en 1700, cahier blanc sur lequel inscrire ses amis, ancêtre du « livre d’or » où un collectif plus ou moins abstrait inscrit appréciations et remerciements témoignant d’un moment construit comme exceptionnel, jusqu’aux récentes transformations de l’écriture de soi liées à l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Internet transforme la pratique, et le blog adolescent dans les années 2000 s’inscrit dans la lignée de ces écritures personnelles.

  • 40 Du moins dans les années 1950-1990 en France. Cf. O. Donnat, Les pratiques culturelles des Français (...)
  • 41 Cf. R. Hoggart, op. cit., n. 37.
  • 42 C. Grignon et J.-C. Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie e (...)

19Contrairement au journal intime, pratique plutôt féminine40, et aux pratiques lettrées de la correspondance amicale, certains de ces cahiers de pratique sont, à l’instar du cahier de chasse, une pratique masculine populaire qui ne correspond pas aux prédictions de la théorie de la légitimité culturelle, pour qui les classes populaires seraient caractérisées par une moindre pratique de l’écriture que les classes cultivées. C’est sans doute pourquoi je fus si surprise de découvrir ce cahier, alors même que les cahiers de pratique des militants politiques, par exemple, sont un des points de passage obligés de la construction politisée de soi. La tenue d’un cahier, pratique tenace et soignée, témoigne d’une relation active à la literacy, telle qu’elle a pu être analysée par Richard Hoggart41 et, après lui, par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron42, qui ont critiqué le misérabilisme des théories de la légitimité culturelle, aveugles aux formes spécifiques que prennent les usages populaires de la culture lettrée.

Le journal de bord : une expérimentation contrôlée

20C’est également en 1978, alors que j’enquêtais sur les grandes familles paysannes du village de Crépand, en Côte d’Or, que je découvris un usage plus systématique du cahier de pratique, lié à des expérimentations sur le vivant. Un agriculteur que j’interrogeais sur sa famille me fit le portrait de son grand-père Janvier, issu du village voisin, comme d’un pionnier de l’agriculture professionnelle au début du xxe siècle. Il me prêta, avec respect et fierté, quelques exemplaires du calendrier annuel de cultures que tenait ce dernier. Il s’agit d’agendas sous forme de grands registres reliés en cuir noir, achetés dans le commerce, avec une page par jour, sur laquelle Janvier inscrivait les quelques éléments nécessaires à sa recherche d’efficacité productive dans sa production céréalière : les dates et lieux d’ensemencement, la météo, les quantités récoltées, les conditions de leur stockage (le grand-père avait inventé une forme moderne d’ensilage, me dit-on). Là encore, bien que Janvier n’ait pas été scolarisé au-delà du certificat d’études, son usage de l’écriture témoigne d’une remarquable capacité réflexive. Ce journal de bord n’a plus rien d’émotionnel ni de social, il est réduit à sa dimension cognitive. Il permet de construire une séquence temporelle – qui est également une séquence causale – et de vérifier les relations entre productivité (un rapport entre des quantités semées et des quantités produites) et conditions culturales (lieux, dates, conditions météo), non seulement en revenant sur les événements des années précédentes, mais également en autorisant des variations contrôlées de la pratique, autrement dit une forme d’expérimentation. Je n’avais alors pas mené l’enquête suffisamment loin pour savoir d’où Janvier tirait le modèle de sa conduite. Il faut simplement remarquer qu’il trouvait les cahiers nécessaires dans le commerce – de fait, ma grand-mère, institutrice dans la même région et à la même époque, détenait le même type d’agendas, mais les utilisait pour noter ses dépenses domestiques. Pour son petit-fils, ces journaux de bord témoignaient des compétences professionnelles exceptionnelles de Janvier : lui-même, pourtant un agriculteur de bon niveau, doté d’une scolarité professionnelle agricole, n’effectuait pas ce type de relevés systématiques et se contentait d’appliquer des routines sans pratique expérimentale.

  • 43 É. Del Col, Les oiseaux de cage, Paris, Éditions de la MSH/INRA, 1998.

21Dans les années 1990, une sociologue, Éliane Del Col, mena une enquête ethnographique de longue durée sur le milieu des éleveurs amateurs d’oiseaux de cage43. Elle retrouva la même pratique du journal d’expérimentation, mais cette fois-ci non plus dans un cadre professionnel. L’élevage amateur est un hobby qui occupe tout le temps libre de ses adeptes, heureux d’être délivrés des contraintes professionnelles pour s’y consacrer davantage. Il est fondé sur des expérimentations génétiques et la pratique du journal est indispensable pour comprendre comment fonctionne la reproduction des oiseaux de cage. Certains caractères des oiseaux sont en effet recherchés, qu’il s’agisse de plumes bouclées, de couleurs ou de chants. La pratique de l’expérimentation et son indispensable corollaire, le journal de reproduction des oiseaux, ne sont pas une pratique solitaire mais font au contraire l’objet d’un investissement collectif important, lors des multiples rencontres où les éleveurs se jugent les uns les autres à travers un système de prix et d’arbitrage international. Les associations d’éleveurs, en quête d’interlocuteurs légitimes, ont cherché – sans grand succès – à contacter des généticiens professionnels, persuadés que leur pratique et la pratique scientifique relevaient d’une même communauté d’intérêts.

  • 44 Cf., en contexte métropolitain, B. Müller et F. Weber, « Réseaux de correspondants et missions folk (...)

22De telles pratiques du journal de bord existent également chez les météorologues et les ornithologues amateurs, organisés en réseaux, auxquels Internet donne de plus grandes facilités de connexion. Les disciplines scientifiques accueillent diversement cet apport des amateurs, entre condescendance amusée, mise à distance méprisante et fierté d’intéresser le grand public. Les sciences sociales, aujourd’hui attentives à construire une légitimité en repoussant les amateurs à distance, ont connu avant la Seconde Guerre mondiale une période où elles déléguaient les tâches d’enquête à des amateurs qu’elles formaient44. Elles ont pourtant échoué à standardiser les pratiques de ces amateurs, diffusant des listes de questions sans imposer de format à leurs réponses, qui étaient publiées dans des revues « scientifiques » précisément dédiées à maintenir les liens entre les rares professionnels et la foule de leurs correspondants locaux. Les monographies publiées dans les années 1930, allant d’une page de réponses concises à un « article » de plusieurs dizaines de pages, relevaient plus de la rédaction scolaire que du journal d’expérimentation.

  • 45 G. Noiriel et F. Weber, art. cité n. 33.

23C’est l’ethnographie qui a repris la pratique du journal de bord, avec sa dimension expérimentale. Le journal d’enquête permet de voir se dérouler la séquence des événements pertinents pour comprendre les interactions entre l’enquêteur et ses enquêtés : rencontres, contacts téléphoniques, demandes de rendez-vous, entretiens formels, présence commune à des événements publics. L’enquête acquiert ainsi le statut d’expérimentation : que se passet-il lorsqu’un étranger, c’est-à-dire un individu mû par des intérêts étrangers au collectif d’interconnaissance, manifeste ses intérêts scientifiques pour « ce qui se passe ici » ? Qui cherche à le convaincre, à lui montrer des pans de réalité, qui l’évite, qui s’en méfie ? À quoi sert-il ? L’expérience concerne cette fois une scène sociale impossible à séparer du flux des événements quotidiens – contrairement au cahier de chasse, dédié à des événements strictement définis, au journal de culture ou au journal de reproduction, eux aussi clairement délimités. Mais la présence de l’ethnographe découpe dans le réel les événements auxquels il a eu accès et peut ainsi servir de documentation pour restituer après coup la signification de sa présence pour les enquêtés45.

  • 46 M. Bloch, « Carnets de la Grande Guerre », dans id., L’Histoire, la Guerre, la Résistance, pré face (...)
  • 47 F. Weber, « Métier d’historien, métier d’ethnographe », dans F. Weber, Manuel de l’ethnographe, Par (...)

24Jeté dans un monde qui lui était socialement étranger, Marc Bloch avait tenu un journal de bord lors des deux guerres mondiales. Notations brèves et incompréhensibles pour tout autre que lui – c’est souvent le cas des journaux d’expérimentation, pour lesquels il faut une clé de lecture-, les journaux de bord de Marc Bloch pendant la Première Guerre mondiale ont été publiés46, tandis que ceux de la Seconde Guerre mondiale, tenus non pas pour son usage personnel mais dans le cadre de ses fonctions d’approvisionnement en essence, ont été perdus. Marc Bloch les mentionne dans L’Étrange défaite comme des sources inestimables dont il regrette la perte, mais on peut supposer qu’ils l’ont aidé à vivre ces événements exceptionnels en prenant sur eux une distance réflexive et à prendre conscience qu’il pouvait – et qu’il devait – en être le témoin47.

Le gage et le symbole

  • 48 Dans le recueil dirigé par Daniel Fabre (op. cit., n. 39), l’article de Jean-Pierre Albert (« Écrit (...)

25Les cahiers de pratique et les journaux de bord sont des écritures personnelles, même s’il s’agit, comme dans le cahier de naissance ou le journal de reproduction des éleveurs, d’une personne collective. Ils concernent ce que j’ai nommé plus haut la face interne de l’écriture pratique : ce qui relève de l’organisation de la pratique et des relations au sein d’un collectif. Leur efficacité pratique relève du travail sur soi, du contrôle de soi : elle consiste en une transformation de la pratique de celui qui écrit – ou de ceux qui écrivent ensemble, qui partagent un relevé d’expériences. Dans les années 1990, plusieurs travaux, en sociologie et en anthropologie des cultures populaires, ont discuté de la double dimension fonctionnelle et expressive de ce type d’écriture pratique, qu’on la nomme « ordinaire » ou « domestique48 ». Ces travaux, infirmant les théories de la légitimité culturelle, ont montré que les classes populaires disposaient de compétences scripturaires spécifiques, utilisées dans le cadre de ce travail sur soi, de ce dédoublement entre le Moi d’hier et celui d’aujourd’hui, de cette réflexivité qu’autorise l’écriture.

  • 49 Art. cité, n. 32.
  • 50 N. Mariot et F. Weber, « Honneur à notre élu. Analyse ethnographique d’une coutume postélectorale e (...)
  • 51 Cf. L. Kuchenbuch, art. cité, n. 24, et F. Weber, art. cité, n. 24.
  • 52 Cf M. Mauss, Essai sur le don, préface de F. Weber, Paris, PUF, 2007 (1re édition 1924).

26Deux autres recherches m’ont conduite à insister sur la face externe de l’écriture pratique, c’est-à-dire sur son rôle dans l’interaction : une recherche sur le rituel des Mais, dans l’Auxois au début des années 198049 et dans le Périgord au début des années 199ο50 ; mes recherches plus récentes sur l’inscription des transactions marchandes dans des carnets, que j’ai rapprochée de l’inscription des transactions à crédit sur des baguettes de taille51. Dans les deux cas, l’écriture pratique joue tantôt le rôle d’un gage, c’est-à-dire d’une chose qui circule entre deux personnes, pour reprendre un concept utilisé par Marcel Mauss dans l’Essai sur le don52, tantôt le rôle d’un symbole, c’est-à-dire d’un objet dont la signification et la valeur dépassent le contexte de la relation interpersonnelle, pour acquérir une dimension universelle.

Mai aux filles et Mai politique : gage et symbole

27On retiendra ici un seul élément du rituel complexe du 1er Mai : le rôle qu’y jouent les inscriptions et, au-delà, l’usage du Mai comme code expressif. Si l’on suit la description que donne Van Gennep du « Mai aux filles », pendant la nuit du 30 avril un groupe de garçons posent des Mais (de minces troncs d’arbres effeuillés à la signification codée : certaines espèces déclarent des sentiments positifs et d’autres équivalent à des insultes) sur les maisons des filles. Le Mai aux filles fonctionne donc lui-même comme un gage : gage d’affection ou gage de dédain, il est doté d’un pouvoir déclaratif. C’est ce que confirme la pratique du lendemain de Mai, lorsqu’un garçon se présente chez une fille pour se faire payer à boire en remerciement de son geste initial : le Mai est bien un cadeau pris dans une relation interpersonnelle et non un symbole qui pourrait circuler dans un vaste collectif. C’est à peu près ce que nous avons pu observer lors de la nuit du 30 avril au 1er mai 1985 dans la région de Montbard (Auxois), la dimension amoureuse étant largement effacée du fait du rajeunissement des participants, filles et garçons.

28Une deuxième enquête, sur les Mais politiques dans la région de Sarlat (Périgord), oblige à ajouter à cette dimension de gage offert, reçu et rendu dans une relation interpersonnelle une dimension symbolique universelle. Côté gage, le Mai offert ne dit et ne fait rien en dehors de la relation personnelle entre ceux qui l’ont posé et celui qui, l’ayant reçu, leur offre à boire et à manger en remerciement de leur geste d’hommage. Côté symbole, le Mai posé prend une dimension publique lorsque, loin d’inaugurer une relation personnelle, il redouble un événement politique. Ainsi, après une défaite électorale à l’échelon municipal, un Mai est posé devant la porte du vaincu, auquel est accroché une veste, rappelant la formule « prendre une veste », ou une gamelle, ou une claque, qui désigne précisément la défaite.

29On trouve en guise de Mais non seulement des choses personnelles et des objets symboliques qui, les uns et les autres, disent quelque chose au destinataire du Mai ou sur lui, mais également des inscriptions. Je n’en prendrai ici que deux exemples qui permettent de distinguer le Mai gage du Mai symbole.

  • 53 Cf. A. Corvol, « The transformation of a political symbol : the tree festivals in France from the E (...)
  • 54 Le formalisme de la quittance – une fois signée, nul n’ira vérifier si la somme d’argent correspond (...)

30Attestée lors des événements révolutionnaires dans le Sud-Ouest53, une pancarte proclame en haut d’un Mai : « Pour toute quittance. » Le Mai s’inscrit ici dans une relation personnelle singulière, celle qui unit un aristocrate créancier à ses débiteurs paysans, et effectue à lui seul la libération des dettes, comme le fait n’importe quelle quittance signée54. Il s’agit donc bien d’un Mai gage, qui correspond à la définition du gage donnée par Mauss : une chose par laquelle se noue – et se dénoue, ajouterions-nous aujourd’hui – un échange interpersonnel, un rituel pour conclure un contrat, un gant jeté pour défier l’adversaire, c’est-à-dire, à chaque fois, le nœud (nexum) efficace dans la relation personnelle.

31Attestée en Auxois le 1er mai 1985, une pancarte accrochée sur le portail d’une maison (signe d’un abandon relatif du formalisme des arbres de Mai) proclame : « Premier Mai fais ce qu’il te plaît. » Celle-ci ne « fait » rien, mais signifie un changement de contexte de la pratique, en amalgamant dicton météorologique (« En avril ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu’il te plaît ») et fête du Travail, elle-même reliée au mouvement ouvrier. La pancarte ici vaut pour ce qu’elle dit et non pour ce qu’elle fait. En proclamant un principe qui lie le rituel des Mais, rituel de la communauté paysanne, à la fête du Premier Mai, rituel du mouvement ouvrier, elle symbolise la réinterprétation ouvrière d’un élément du folklore paysan.

  • 55 Cf. A. Corvol, ibid.
  • 56 Cf. A. Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie xie-xxe siècles, Pari (...)

32La double dimension des Mais, le Mai gage et le Mai symbole, est présente dès le xviiie siècle : le Mai quittance coexiste, pendant la Révolution, avec l’arbre de Mai réinterprété en arbre de liberté55. Elle se retrouve dans l’Auxois en 1985 puisque la pancarte qui traduit le Mai paysan en 1er Mai ouvrier côtoie les Mais aux filles, cadeaux personnels pris dans un échange rituel. Elle permet d’ajouter une dimension pratique et interpersonnelle à la dimension symbolique et publique que l’on retient généralement pour analyser les inscriptions urbaines56.

Baguette à entailles et carnet d’heures : l’inscription comme gage

  • 57 L. Kuchenbuch, art. cité, n. 24.
  • 58 T. Behrmann, « Apprendre par l’écriture : les débuts de la comptabilité des marchands dans les vill (...)
  • 59 N. Coquery, « Les écritures boutiquières au xviiie siècle : culture savante, encadrement légal et p (...)

33Cette distinction entre gage et symbole est particulièrement utile pour analyser le rôle des inscriptions dans les transactions. C’est ici que le rapprochement entre périodes éloignées, opéré grâce au colloque Écrire, compter, mesurer, ouvre des perspectives passionnantes. L’analyse des baguettes à entailles57, celle des cahiers de comptes des marchands hanséatiques58 et celle des boutiquiers parisiens59, à plusieurs siècles d’intervalle, montrent la permanence d’une technique d’inscription qui n’exige pas de compétence scripturaire poussée : la rature qui, loin de gommer ou de faire disparaître un événement, vient au contraire signaler que cet événement est achevé, que la séquence ouverte par un premier transfert est désormais close et que la transaction est finie.

34La même analyse est possible pour des phénomènes contemporains, qu’il s’agisse de l’armoire utilisée pour marquer à la craie des dettes privées, et les barrer au fur et à mesure de leur remboursement, ou qu’il s’agisse du carnet où une femme de ménage marque ses heures de travail, barrant le mois écoulé une fois que sa patronne a payé son salaire, et les menues dépenses qu’elle effectue pour la maison, une fois remboursées par la patronne. L’intérêt de ces exemples contemporains est de nous rappeler que ces inscriptions jouent un rôle à la fois dans la clôture d’une transaction à crédit – la rature effectuant la deuxième moitié d’une action commencée avec la première inscription – et dans l’établissement d’une frontière rituelle, à la fois matérielle et cognitive, entre une transaction marchande et les relations personnelles dans lesquelles cette transaction risquerait d’être prise. Inscrire un crédit entre proches sur la porte de l’armoire permet d’éviter toute ambiguïté sur ce qui relève de ce crédit et de son remboursement, et ce qui relève des relations personnelles qui continuent pendant que court ce crédit. Inscrire les heures de ménage sur un carnet permet d’éviter toute ambiguïté sur ce qui relève de l’activité professionnelle de la femme de ménage et ce qui relève de ses relations amicales avec sa patronne. L’écriture apparaît ainsi comme une technique parmi d’autres de séparation entre deux scènes sociales (au même titre, par exemple, que l’uniforme). Une telle séparation rituelle, matérielle et cognitive, expressive et efficace, permet, tout simplement, de faire coexister sans ambiguïté des relations plurielles et évite de jeter l’opprobre sur un mélange dangereux entre transactions et affects : « Les bons comptes font les bons amis. »

Conclusion : L’écriture performative

  • 60 Max Weber occupe une position paradoxale dans les débats sur la rationalité : on lui accorde d’avoi (...)

35L’efficacité de l’écriture pratique n’est donc pas unidimensionnelle. Si écrire c’est faire, c’est faire plusieurs choses différentes. Du côté de la face interne de l’écriture, l’inscription est un opérateur de mise en séquence : elle fabrique une suite d’événements qui prennent sens les uns par rapport aux autres, comme la reproduction des oiseaux de cage, la productivité d’une terre arable, une saison de chasse, une enquête ethnographique, une expérience de guerre. Elle est aussi un opérateur de mise en série, comme les heures de ménage inscrites jour après jour : elle autorise les opérations arithmétiques sur des montants compatibles. Du côté de sa face externe, l’inscription est un opérateur de mise en forme. Mettre en forme une transaction (quelle que soit la nature des biens, monnaie, objet, service), c’est la séparer des « libres courants de la vie sociale » pour l’inscrire dans un cadre institutionnel. L’écriture est aussi un opérateur de mise en scène sociale – une scène sociale étant définie comme l’espace des interactions dans lequel une interaction donnée prend sa signification, autrement dit un contexte avec ses propres règles du jeu qui autorisent à parler de rationalité contextuelle. Prendre en compte la diversité des scènes sociales, et la diversité des rationalités contextuelles qu’elle implique, c’est trouver un moyen de rendre compte de la multiplicité des rationalités pratiques, contre les théories de la rationalité universelle60. Ainsi, les formules et les cadres matériels des inscriptions sont autant de dispositifs de marquage qui construisent le contexte d’une transaction, d’une interaction ou d’un événement (comme atome de perception).

36Mais on peut aller plus loin et considérer que l’écriture est une des techniques les plus efficaces de changement de contexte, de passage d’un événement ou d’une interaction d’une scène sociale vers une autre. Aussi, avec V. Zelizer, peut-on considérer l’écriture comme une des techniques de « marquage » d’une chose personnelle, qui transforme un objet neutre en gage interpersonnel. Mais on peut également renverser la proposition et considérer l’écriture comme une des techniques de « démarquage », de neutralisation d’une chose personnelle transformée en objet aliénable. Autrement dit, l’écriture comme gage personnel est un opérateur de mise en contexte, tandis que l’écriture comme symbole universel est un puissant opérateur de décontextualisation.

Notes

1 A. Gramain et F. Weber, « Ethnographie et économétrie : pour une coopération empirique », Genèses. Sciences sociales et histoire, 44 (2001), p. 127-144.

2 F. Weber, S. Gojard et A. Gramain (dir.), Charges de famille. Parenté et dépendance dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003.

3 F. Weber, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses. Sciences sociales et histoire, 41 (2000), p. 85-107. Id., « De l’anthropologie économique à l’ethnographie des transactions », dans L. Feller et C. Wickham, Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005, p. 29-48.

4 L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005.

5 N. Coquery, F. Menant et F. Weber (dir. et intr.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Rue d’Ulm, 2006.

6 En particulier, The Great Transformation, New York, Hold Rinehart, 1944, traduction française La grande transformation.· aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, avec une introduction de Louis Dumont.

7 En particulier « A theory of the allocation of time », Economic Journal, LXXV, 299 (1965), p. 493-508, puis A Treatise on the Family, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1981.

8 On peut sur ce point renvoyer aux travaux de Clifford Geertz, en particulier son célèbre article publié en anglais en 1983, traduction française : « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête, 6 (1998), p. 73-105.

9 Cf. M. Callon, « Introduction », dans id. (éd.), The Laws of the Market, Oxford, Blackwell, 1998, p. 1-57.

10 Les premières sont dites emics ou indigènes, les secondes etics ou savantes. Cf. C. Dufy et F. Weber, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2007, p. 15.

11 Op. cit., n. 3. Cette définition rencontre celles proposées par Michel Callon (op. cit., η. 9) puis par l’anthropologue Alain Testart, dans Critique du don, Paris, Syllepse, 2007.

12 Prendre en compte la coexistence de ces deux univers, l’univers marchand, l’univers des relations personnelles, est pour la sociologue Viviana Zelizer le propre des Connected Worlds Theories qui rompent tant avec les théories du Grand Partage (Hostile Worlds Theories) qu’avec les théories réductionnistes (Nothing But Theories). Ses propres recherches, tout comme les miennes, s’inscrivent dans ce nouveau programme de travail. Cf. F. Weber et V. Zelizer, « L’argent social », Genèses. Sciences sociales et histoire, 65 (2006), p. 126-137.

13 Bazin, « La chose donnée », Critique, 596-597 (1997), p. 7-25.

14 Pour reprendre le terme proposé par Annette Weiner (cf. Inalienable Possessions. The Paradox of Keeping-While-Giving, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1992), puis par Maurice Godelier (cf L’énigme du don, Paris, Fayard, 1996).

15 Voir le travail du sociologue Franck Cochoy sur les professionnels de la mise en marché à la fin du xxe siècle (Une histoire du marketing : discipliner l’économie de marché, Paris, La Découverte, 1999) et celui de l’historienne Marie-Emmanuelle Chessel sur la naissance de ces professions dans les années 1930 en France (M.-E. Chessel, La publicité. Naissance d’une profession (1900-1940), Paris, CNRS Éditions, 1998).

16 Cf K. Healy, Last Best Gifts. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, Chicago University Press, 2006, et P. Steiner, « Don de sang et don d’organes : le marché et les marchandises “fictives” », Revue française de sociologie, 42 (2001), p. 357-374·

17 Cf. G.-G. Granger, « Les trois aspects de la rationalité économique », dans L.-A. Gérard Varet et J.-C. Passeron (dir.), Le modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Paris, Éd. EHESS, 1995.

18 F. Muniesa et M. Callon, « Economic experiments and the construction of markets », dans D. Mackenzie, F. Muniesa, L. Siu (éd.), Do Economists Make Markets ? On the Performativity of Economics, Princeton, Princeton University Press, 2007.

19 C’est ce qu’a fait Marie-France Garcia-Parpet dans un article célèbre, « La construction sociale d’un marché parfait : le marché au cadran de Fontaines en Sologne », Actes de la recherche en sciences sociales, 65 (1986), p. 2-13.

20 Op. cit., n. 4.

21 Op. cit., n. 5.

22 Op. cit., n. 4.

23 Cf. A. Bensa, « Compter les dons : échanges non marchands et pratiques comptables en Nouvelle-Calédonie kanak contemporaine », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), op. cit., n. 5, p. 79-112.

24 Cf. L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calcul sans écriécriture ? », ibid., p. 113-142. Je me permets de renvoyer à ma discussion des apports de ces deux articles : F. Weber, « Le calcul économique ordinaire », dans P. Steiner et F. Vatin (dir.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2009.

25 Viviana Zelizer, La signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 2005 (1re éd. 1997). Voir aussi F. Weber & V. Zelizer, art. cité, n. 12.

26 Karine Chemla, « Postface : écritures pratiques et histoire des sciences », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), op. cit., n. 5, p. 265-277.

27 Cf J. L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (1re éd. 1962).

28 Cf. M. Mauss, Techniques, Technology and Civilisation, N. Schlanger (éd. et intr.), New York, Durkheim Press/Oxford, Berghahn Books, 2006.

29 Cf. G. Bateson, La cérémonie du Naven, Paris, Minuit, 1971 (1re éd. 1936).

30 Cf L. Wittgenstein, Remarques sur le Rameau d’Or de Frazer, postface J. Bouveresse, Lausanne, L’Âge d’homme, 1982.

31 La dernière partie de cet article est reprise d’une intervention à la journée d’études « Écriture et literacy : La constitution d’un champ scientifique en Grande-Bretagne et en France », lundi 25 juin 2007, à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). J’ai bénéficié à cette occasion du soutien et des remarques critiques de Béatrice Fraenkel et Aïssatou Mbodj, que je remercie ici. On trouvera des étapes antérieures de ma réflexion sur l’écriture dans deux articles : F. Weber, « L’ethnographe et les scripteurs populaires : quelques remarques sur l’écriture comme interaction et comme compétence », Enquête, cahier no 8 (1993), p. 159-189, et id., « La lettre et les lettres : codes graphiques, compétences sociales. Des outils pour l’analyse des écritures ordinaires », Genèses. Sciences sociales et histoire, 18 (1995), p. 152-165.

32 Cf. F. Weber, « “Premier Mai fais ce qu’il te plaît” », dans F. Weber, Manuel de l’ethnographe, Paris, PUF, 2009 (1re éd. 1988).

33 G. Noiriel et F. Weber, « Journal de terrain, journal de recherche et autoanalyse », dans F. Weber, Manuel de l’ethnographe, Paris, PUF, 2009 (1re éd. 1990).

34 Cf. entre autres R. Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991.

35 Cf. entre autres K. Chemla, art. cité, n. 26.

36 Cf. G. Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007. Cf. aussi J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), op. cit., n. 5, p. 4-32 (version en ligne : http://www.presses.ens.fr/PDF/ECMonline.pdf).

37 R. Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires, Paris, Minuit, 1970, avec une présentation de Jean-Claude Passeron (1re éd. 1957).

38 J. Goody, La raison graphique, J. Bazin et A. Bensa (trad, et prés.), Paris, Minuit, 1978.

39 Cf. A. Fine, S. Labro et C.-E. Lorquin, « Lettres de naissance », dans Écritures ordinaires, D. Fabre (dir.), Paris, POL, 1993, p. 117-147.

40 Du moins dans les années 1950-1990 en France. Cf. O. Donnat, Les pratiques culturelles des Français. Enquête 1997, Paris, La Documentation française, 1998. Sur les journaux intimes, voir l’ensemble des travaux de Philippe Lejeune et, parmi les plus récents : P. Lejeune, « Cher écran... » Journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, Seuil, 2000.

41 Cf. R. Hoggart, op. cit., n. 37.

42 C. Grignon et J.-C. Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Le Seuil, 1989.

43 É. Del Col, Les oiseaux de cage, Paris, Éditions de la MSH/INRA, 1998.

44 Cf., en contexte métropolitain, B. Müller et F. Weber, « Réseaux de correspondants et missions folkloriques. Le travail d’enquête en France vers 1930 », Gradhiva, 33 (2003), p. 43-56 ; en contexte colonial, B. de L’Estoile, « Une petite armée de travailleurs auxiliaires : la division du travail et ses enjeux dans l’ethnologie française des années 1930 », Cahiers du Centre de recherche historique, 36 (2005), p. 31-59.

45 G. Noiriel et F. Weber, art. cité n. 33.

46 M. Bloch, « Carnets de la Grande Guerre », dans id., L’Histoire, la Guerre, la Résistance, pré face d’Étienne Bloch et Annette Becker, Paris, Gallimard, 2006. Voir aussi son grand article, « Les fausses nouvelles de la guerre », ibid., compte rendu critique des travaux de folkloristes contemporains.

47 F. Weber, « Métier d’historien, métier d’ethnographe », dans F. Weber, Manuel de l’ethnographe, Paris, PUF, 2009 (1re éd. 1996). Cf. également une discussion sur le statut de témoin de l’ethnographe : F. Descamps, F. Weber, « Archives orales et entretiens ethnographiques. Un débat animé par Bertrand Müller », Genèses. Sciences sociales et histoire, 62 (2006), p. 93-109.

48 Dans le recueil dirigé par Daniel Fabre (op. cit., n. 39), l’article de Jean-Pierre Albert (« Écritures domestiques », p. 37-94) insiste sur la dimension expressive de l’écriture domestique, tandis que Bernard Lahire conclut à l’efficacité ascétique de l’écriture de soi (et notamment de ses dépenses), dimension connue des psychologues (qui conseillent par exemple de noter ses prises alimentaires pour conduire son régime). Cf. B. Lahire, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, Presses universitaires de Lille, 1993.

49 Art. cité, n. 32.

50 N. Mariot et F. Weber, « Honneur à notre élu. Analyse ethnographique d’une coutume postélectorale en Dordogne », Politix, 45 (1999), p. 21-37.

51 Cf. L. Kuchenbuch, art. cité, n. 24, et F. Weber, art. cité, n. 24.

52 Cf M. Mauss, Essai sur le don, préface de F. Weber, Paris, PUF, 2007 (1re édition 1924).

53 Cf. A. Corvol, « The transformation of a political symbol : the tree festivals in France from the Eigteenth to the Twentieth Centuries », French History, 4 (1990), et id. (éd.), La nature en Révolution : 1750-1800, Paris, L’Harmattan, 1993.

54 Le formalisme de la quittance – une fois signée, nul n’ira vérifier si la somme d’argent correspondante a bien été versée – est un élément qui n’a échappé ni à Michel Callon (op. cít., n. 9) ni à Alain Testart (op. cít., n. 11).

55 Cf. A. Corvol, ibid.

56 Cf. A. Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie xie-xxe siècles, Paris, Éditions de I’EHESS, 1993.

57 L. Kuchenbuch, art. cité, n. 24.

58 T. Behrmann, « Apprendre par l’écriture : les débuts de la comptabilité des marchands dans les villes hanséatiques », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), op. cit., n. 5.

59 N. Coquery, « Les écritures boutiquières au xviiie siècle : culture savante, encadrement légal et pratiques marchandes », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), op. cit., n. 5.

60 Max Weber occupe une position paradoxale dans les débats sur la rationalité : on lui accorde d’avoir découvert l’existence de plusieurs rationalités (au moins, une rationalité axiologique et une rationalité instrumentale) pour aussitôt retrouver la dimension universelle de la rationalité occidentale dans le processus de rationalisation qu’il décrit. Cf. N. Coquery, F. Weber et F. Menant (éd.), « Introduction », op. cit., n. 5.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.