Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. Ordonner choses et mots

Quelques remarques sur les serments conservés au Mont-Cassin (xe-xiie siècle)

Jean-Marie Martin

Texte intégral

  • 1 Voir H. Hoffmann, « Chronik und Urkunde in Montecassino », Quellen und Forschungen aus italienisch (...)
  • 2 Dell’Omo, Il Registrum, op. cit., p. 39.
  • 3 Ibid., p. 65 (main B 4).
  • 4 Ibid., p. 69 (main M. 11).

1L e Registrum Petri Diaconi, grand cartulaire du Mont-Cassin compilé entre 1131 et 11331 – dont je prépare l’édition avec Pierre Chastang, Errico Cuozzo, Laurent Feller, Aurélie Thomas et Matteo Villani–, devait, selon le Prologus rédigé par Pierre Diacre2, se clore par une section (la sixième) consacrée aux sacramenta. De fait, bien que les sections ne soient pas individualisées dans le cartulaire et que celui-ci n’ait pas exactement suivi le schéma prévu, les actes nos 615-634, qui couvrent les fol. 255r-258r sont, en grande majorité, des serments ou des actes s’en rapprochant ; seuls les nos 617 (donation princière), 632 (mandement d’Anastase IV à l’évêque des Marses) et 634 (concession abbatiale liée au no 633) s’éloignent franchement de cette définition. D’autre part, deux serments du début du xiie siècle (1123 et 1128), dont les originaux sont conservés, n’ont pas été copiés dans le Registrum. En revanche, les actes nos 360 et 362 (fol. 157) de ce cartulaire, qui n’appartiennent pas à la série signalée, ont pour titre forma iuramenti : il s’agit d’un formulaire de serment vassalique et d’un serment vassalique réellement prêté, à une date inconnue ; ils ont été ajoutés par une main bénéventaine de l’extrême fin du xiie siècle3. Un peu plus tard encore, autour de 1200, une main caroline4 a ajouté au cartulaire les actes nos 170 et 170 A (fol. 76r-v), dont le premier est un serment.

  • 5 MGH, DD II-2, 436 et III, 530 (copiés dans le cartulaire aux nos 168 et 159) ; voir H. Bloch, Monte (...)

2Cette disposition présente, me semble-t-il, un double intérêt. Elle montre que, dans l’esprit des compilateurs, dans les années 1130, le serment, document de garantie, non seulement possédait une certaine individualité, mais encore présentait un intérêt suffisant pour figurer, en série, dans un cartulaire qui, au contraire, ne s’intéressait pas aux serments vassaliques. La valeur des serments était telle qu’on en a fait des faux : le no 619 est un faux qui a des correspondants5 et le no 615 a sans doute été interpolé.

  • 6 On n’en trouve aucun dans le Chronicon Sanctae Sophiae ni dans le Chronicon Vulturnense. En revanc (...)
  • 7 F. Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, Paris, Alphonse Picard et (...)

3Mais signalons tout de suite que les autres grands cartulaires méridionaux du xiie siècle ne contiennent pas de documents équivalents6. Certains serments du Mont-Cassin, édités depuis longtemps, ont été utilisés par des historiens de la féodalité normande7, qui ne les ont toutefois pas pris comme objet spécifique d’étude.

Caractères généraux

  • 8 RPD 621 (serment du prince Richard II à l’abbé Oderisius I) : Hoc factum fuit in Capuam quarto (cal (...)
  • 9 Voir T. Leccisotti, Abbazia di Montecassino. I regesti dell’Archivio, Rome, Ministero dell’Interno (...)

4Tous ces actes se distinguent par leur forme diplomatique, ou plutôt leur absence de forme diplomatique : au début, ni invocation, ni datation (seul a une date au début le no 620, qui n’est pas un vrai serment, mais un memoratorium de remise de guadia), ni préambule ; à la fin, pas de mention de notaire, ni de datation (à quatre exceptions près, toutes constituées par des actes de princes normands de Capoue8), pas de souscriptions. Ces documents ne sont donc pas des actes notariés, à valeur publique, même quand ils sont faits par des souverains (princes lombards et normands de Capoue). L’un au moins de ceux qui ont été copiés dans le Registrimi est conservé en original (622) ; il s’agit d’un petit parchemin rigide, jaunâtre, de taille assez peu régulière, haut d’environ 29 cm et large d’environ 28, donc presque carré ; à la partie inférieure, repliée, est pendu par une cordelette rouge le sceau de plomb du prince Richard II, qui constitue le seul signe de validation (les deux autres originaux conservés semblent assez semblables par leur forme9) ; le texte, écrit en bénéventaine, a été ensuite complété par une autre main qui a ajouté à deux reprises le nom du comte Robert à côté de celui du prince, ainsi que, après un intervalle, le paragraphe final déjà signalé ; on ne peut savoir si les ajouts ont été faits avant ou après l’apposition du sceau ; en tout cas, on ne trouve jamais de semblables ajouts dans les actes mis en forme diplomatique.

  • 10 RPD 615 : Promitto et iuro et iurare facio ego Landolfus princeps tivi domno Monsoni abbati ; même (...)
  • 11 RPD 630 est un formulaire qui précise que le serment doit être prêté positis manibus supra sanctis (...)

5L’acte de serment commence en général d’une façon très abrupte10. Il en va de même pour le serment vassalique11 (mais pas pour RPD 170, sur lequel on reviendra plus loin).

6Toutefois, dans la série des sacramenta, trois actes se distinguent à la fois par leur forme initiale et par leur contenu. Au début du xie siècle, les comtes [des Marses] Oderisius et Vertari s’adressent ainsi à l’abbé Jean (RPD 618) : Guadiam damus nos [...] vobis [...] et mediatorem ponimus, tali vero tinore ut [...] ; une formule semblable est utilisée par les comtes de Suio (RPD 620) en 1065. Enfin, au début du xiie siècle, un acte (RPD 633) se présente comme Notitia commemorationis facta a me Oderisio [...] abbate de convenientia quam feci cum lordano Pinzzast. Le serment est donc apparenté à une garantie ou à un accord, dont la forme diplomatique est légèrement différente, mais tout aussi succincte. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’on conserve et copie de tels serments : même non datée, ou mal datée, la promesse – surtout si elle est jurée – a valeur permanente, du moins durant la vie de celui qui la fait et celle de celui qui la reçoit.

  • 12 RPD 616, 615, 618.
  • 13 RPD 623 (1040 ?), 620 (1065).
  • 14 RPD 621, 622, 624-631, 632 A, 633.
  • 15 Roggerius de Boscione (RPD 627) ; sur ce personnage, voir L.-R. Ménager, « Inventaire des familles (...)

7Il n’est évidemment pas possible de faire des décomptes précis au sein d’une série documentaire certes présentée comme telle, mais dont la confection même nous échappe et qui dépend de la conservation aléatoire de documents ne présentant aucune marque de solennité ou presque. Il n’est toutefois pas inintéressant de noter que la série des serments (et garanties) conservés commence à la fin du xe siècle : on en a conservé trois de la période 993-101012, deux de la partie médiane du xie siècle13, enfin douze (plus les deux originaux non enregistrés) de la fin du xie et du début du xiie siècle14. Ils commencent donc à l’époque lombarde, bien avant l’arrivée des premiers Normands. Les premiers à en faire sont des princes lombards de Capoue, vite suivis par les comtes des Marses (qui vivent dans l’Italie franque). Après une période où ils sont rares (les deux seuls conservés sont faits par des comtes campaniens), le tournant des xie et xiie siècles connaît une nette reprise ; parmi leurs auteurs, on trouve encore des princes (normands) de Capoue, Richard II (RPD 621, 622), Jourdain II (S 2), Robert II (S 1), des membres de la famille princière : le futur prince Robert Ier, frère de Richard II (RPD 630), le comte de Caiazzo Robert (RPD 624, 625), cousin de Jourdain Ier ; des comtes de Sangro (RPD 628, 629), enfin divers seigneurs normands de la principauté de Capoue15. La pratique du serment n’a donc pas été introduite par les Normands, même si elle se répand (et connaît une évolution) au tournant des xie et xiie siècles. Mais on la rencontre surtout pendant des périodes de faiblesse du pouvoir central : après la division de la principauté lombarde entre Capoue et Bénévent (981), et, ensuite, à l’époque de grande faiblesse de la principauté normande de Capoue après la mort de Jourdain Ier (novembre 1090). Les garanties données pendant ces périodes troublées peuvent remplacer des actes publics en forme.

Les serments de garantie

  • 16 J.-M. Martin, Guerre, accords et frontières en Italie méridionale pendant le haut Moyen Âge (Pacta (...)

8Le contenu des vrais actes de serment (on parlera ensuite des autres garanties) est relativement stable. Le plus ancien, fait par le prince Laidolf (fils de Paldolf Ier Tête-de-fer) en 993, commence par la promesse de ne pas agir, directement ou indirectement, pendant toute sa vie, contre la vie, l’intégrité corporelle de l’abbé ainsi que contre son honor (quia amodo et omnibus diebus vite mee non ero in facto neque in consensu ut vita vel membra aut honorem, que nunc habes, perdas vel comprehensi sitis) ; il s’engage ensuite à être adiutor [...] contra omnes mortales pour la conservation des biens du monastère sis dans la principauté, qu’il énumère et promet de confirmer par précepte ; il n’enverra pas en d’autres lieux l’ost levé sur les terres du Mont-Cassin sans l’accord de l’abbé (le monastère jouit d’une immunité dans ce domaine16) ; il promet enfin de donner (en fait, de restituer ou de faire restituer) au monastère l’église de S. Angelo di Asprano (au-dessus de Caprile, commune de Roccasecca, prov. Frosinone) et Castrocielo (même province), au territoire d’Aquino, récemment usurpés, et promet d’aider le Mont-Cassin à les conserver (adiutor tui ero recta fide illud ad tenendum et defendendum contra omnes tuos inimicos omnibus diebus ulte tue prout melius potuero et scierò) ; il ne s’en emparera pas, ne les amoindrira pas et ne permettra pas qu’on le fasse. Dernière phrase : Hec omnia [...] observabo tibi omnibus diebus vite mee absque omni malo ingenio et absque omni mala deceptione. En somme, le serment tient le rôle d’un précepte qu’on ne peut complètement actualiser.

9Le serment prêté une dizaine d’années plus tard par le prince de Capoue LandolfV est fait pratiquement dans les mêmes termes ; mais les possessions reconnues au Mont-Cassin semblent être en partie le résultat d’une interpolation (le comté et l’évêché d’Aquino) ; il n’y a pas de promesse de restitution.

  • 17 J. Deér, Papsttum und Normannen. Untersuchungen zu ihren lehnsrechtlichen und kirchenpolitischen B (...)

10Le serment suivant (RPD 623) a été prêté, vraisemblablement en 1040, par un comte de Teano (province de Caserte, dans la principauté, encore lombarde, de Capoue) après un épisode de guerre privée au cours duquel un de ses frères avait été fait prisonnier par les troupes de l’abbé. En 1038, l’empereur Conrad II a investi de la principauté de Capoue le prince de Salerne Guaimar V (qui se donne un peu plus tard le titre de duc de Pouille et de Calabre)17. Le comte de Teano jure à l’abbé Richerius, de façon solennelle (par les trois personnes de la Trinité, le bois de la Croix, les dogmes de la foi chrétienne et les Évangiles) de ne faire de tort ni à lui (dans des termes semblables aux précédents) ni au Mont-Cassin ; il renonce (abrenuntio me) au castellum de Rocca d’Evandro (province de Caserte), qu’il promet de ne pas enlever ni amoindrir, ajoutant, au moyen d’une formule courante dans les chartes lombardes, sed semper taciti et quieti exinde maneamus ; il s’engage encore à ne pas user de violence envers les hommes de l’abbaye installés dans son comté ; si un problème surgit entre lui et l’abbaye ou ses hommes, il rendra un jugement selon la loi (veram legem exinde vobis iudicamus) ; il ne vengera pas la captivité de son frère. Il observera ces engagements absque omni fraude et malo ingenio et mala deceptione, mais salva fidelitate domni Guaimari principis (lui-même vassal de l’empereur) : le lien vassalique fait son apparition dans cet acte, résultat manifeste d’un accord.

  • 18 Chalandon, Histoire, op. cit, I, p. 297, 303, 304, 310, 312.
  • 19 E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis accessiones, Venise, Sebastiano Coleti, 1734, 2 vol. (...)
  • 20 Voir Du Cange, s. v. sunnis ; ce mot d’origine franque et sans doute importé par les Normands appa (...)
  • 21 G. A. Loud, « A calendar of the diplomas of the Norman princes of Capua », Papers of the British S (...)

11À la fin du xie siècle, deux serments sont prêtés à l’abbé par le faible prince normand Richard II de Capoue, chassé de la ville à la mort de son père en 1090, et qui n’a pu la récupérer qu’en se faisant vassal du duc de Pouille Roger en 109818. Dès 1099 (RPD 621), il jure à l’abbé Oderisius Ier de ne pas lui faire de tort ; la même formule négative (non ero in facto aut consensu nec in consilio) sert pour garantir l’honor et terra du Mont-Cassin dans sa principauté : il aidera (adiuvabo) le monastère à le maintenir et à le défendre, recta fide, me sciente, absque fraude et malo ingenio, per hec sancta Dei evangelia. L’autre serment de Richard II, prêté sans doute en 1105 (RPD 622) et dont l’original est conservé, utilise le même vocabulaire pour garantir à l’abbé Oderisius la possession de l’oppidum de Pontecorvo (province de Frosinone), que le monastère vient d’acquérir du prince, et aussi du comte de Caiazzo Robert19 ; il l’aidera à le défendre s’il en est requis (si inde summonitus fuero) ; il lui permet d’acquérir un fief ; il respectera son serment si le monastère ne lui fait pas de tort et s’il n’a pas d’empêchement (exonium)20. L’acte a été remanié pour associer au prince le comte Robert (cousin germain de son père) et pour indiquer la liste des témoins. On voit que le vocabulaire de la casuistique féodale entre dans la pratique campanienne : le prince – en dépit de sa position quasi souveraine – peut être summonitus, et trouver des excuses ; on comprend que Graham Loud ait pu évoquer une subordination quasi féodale du prince vis-à-vis de l’abbé21 ; mais il faut se souvenir que les serments princiers appartiennent à une tradition lombarde et que les aspects féodaux ont été ajoutés ensuite.

12On ne les trouve d’ailleurs pas dans le serment du prince Jourdain II (S 2), frère de Richard IL II est vrai qu’il ne jure pas, mais affirme et promet (dico et promitto) à l’abbé que ab hac die in antea ero tibi per fidem amicus absque fraude et malo ingenio ; il ne favorisera pas, in facto nec in consilio, la mort, la mutilation ou la captivité de l’abbé, ni la perte de son honor ; il confirme au monastère nombre de possessions, qu’il affirme per sacramentum confirmata ; il aidera à les défendre ; il respectera cette promesse sans indiquer de conditions.

13En revanche le serment de Robert II (S 1) reprend et développe la casuistique de Richard IL II jure sur l’Évangile, dans les termes habituels, de ne pas faire de tort à l’abbé ; il aidera à défendre certains biens du Mont-Cassin s’il est commonitus et s’il n’a pas d’exonium ; s’il en a un, une fois celui-ci terminé, il devra s’exécuter (ou susciter une concordia) dans les quarante jours.

14Les serments prêtés par des seigneurs (en général importants) au tournant des xie et xiie siècles ont une forme très semblable à celle qu’on a vue, mais recouvrent des situations, et donc des promesses, différentes. Celui du futur prince Robert Ier (RPD 630) l’engage à respecter la personne de l’abbé ainsi que l’honor et terra de l’abbaye, précisément S. Agata d’Aversa et Pontecorvo, qu’il aidera à défendre. De même, à une échelle plus réduite, Borrellus f. Gualterii, comte de Sangro (RPD 629), s’engage à défendre certaines possessions de San Pietro Avellana (dépendance du Mont-Cassin, dans la province d’Isernia) ; il ne s’agit pas formellement d’un serment, mais l’auteur invoque à la fin l’aide de Dieu et de ses saints Évangiles.

  • 22 G. Tescione, « Roberto conte di Alife, Caiazzo e Sant’Agata dei Goti », Archivio storico di Terra (...)

15Plusieurs promesses sont faites par des hommes engagés dans la vassalité et qui doivent en tenir compte sous forme de réserves. Ainsi le comte Robert de Caiazzo, fils d’un frère du premier prince normand de Capoue22, jure à l’abbé Oderisius Ier (RPD 624) de ne pas faire de tort à sa personne ni à l’honor, à la terra du monastère ; s’il est requis (summonitus), il s’empressera d’apporter son aide (adiuvare festinabo) contre quiconque, à l’exception du prince et du comte Hugues de Molise, qu’il s’efforcera toutefois de convaincre consiliis et precibus ; il s’engage encore à protéger le monastère de S. Marie in Cingla (près d’Ailano, province de Caserte), qu’il a récemment restitué au Mont-Cassin ; il respectera son serment, sauf si l’abbaye lui fait un tort qu’elle ne répare pas dans les quarante jours ; s’il a un sonium, il enverra du moins ses capitanei à l’aide. L’autre serment qu’il prête au même moment (RPD 625) est lié à la cession de Pontecorvo ; il aidera le monastère, à condition que ce dernier, s’il lui a fait un tort, le répare dans les quarante jours (ou dans les vingt jours à l’expiration d’un sonium) ; s’il a lui-même un empêchemennt, il enverra ses capitanei.

16Roger de Boscione (RPD 627) promet, selon la formule habituelle, de ne pas faire de tort à l’abbé ni au monastère (notamment à S. Marie in Cingla) ; il lui portera aide, sauf si l’abbé lui fait un tort qu’il ne répare pas in curia Sancii Benedirti ; enfin, tout doit se faire salva fidelitate domini mei, c’est-à-dire du comte Robert déjà cité et de son fils. Très semblable est le serment de Richardus de Aquila (RPD 631), qui énumère toutes les possessions du Mont-Cassin qu’il aidera à protéger, sauf si le pape, le prince Robert Ier le comte Hugues (de Molise) ou son fils Simon font la guerra au Mont-Cassin ou lui ordonnent de la faire ; il le soutiendra alors par ses prières ; son aide sera gratuite (sine terra et pretio dando) ; il aidera notamment l’abbaye contre Guillaume de Blosseville, qui occupe des biens du Mont-Cassin à Pontecorvo, y compris par la guerra ; en fin de document figure la clause concernant un éventuel tort fait par l’abbaye, à régler dans les quarante jours, ou dans les quinze jours après un sonium. Un peu plus tard, Rao f. Rahelis, seigneur de Teano (dont la fille allait épouser le fils de Richardus de Aquila) jure à l’abbé Girardus (RPD 632 A) de ne pas lui faire de tort et de l’aider à défendre les biens du Mont-Cassin, sauf contre ses seigneurs le prince Robert Ier et le comte Robert (de Caiazzo) et contre quatre personnes (Raynaldus Musca, Guilielmus de Frasinella, Richardus de Aquila et Guimundus de Roccaromana) donec terminus fidentie illorum compleatur.

17Enfin, deux serments sont prêtés par des hommes qui ont reçu des concessions du Mont-Cassin. Le premier (RPD 626), sans nom d’auteur, promet de faire en sorte que l’abbaye ne perde pas la rocca S. Petri in Lacu (au nord de Villalago, province de L’Aquila), dans le comté des Marses, et s’engage à en respecter la coutume ; s’il fait l’objet d’une accusation, il permettra le règlement du litige par iustitia aut concordia aut compositio dans les quarante jours (sauf s’il a un sonium). Plus clair est le cas du comte de Sangro Berardus f. Oderisii Borrelli (RPD 628) : il jure à l’abbé Oderisius Ier que désormais « ero tibi rectus fidelis » et ne permettra pas qu’on lui fasse tort ; s’il est requis (admonitus), il défendra les biens de l’abbaye contre quiconque, excepto contra Ugone de Molinis [Hugo de Molisio] qui est senior meus ; il a déjà reçu du Mont-Cassin concession de Frattura et Collis Angeli (commune de Scanno, province de L’Aquila), que a vobis specialiter recognosco ; les fils qu’il a de son actuelle épouse pourront lui succéder. À la fin de l’acte, c’est l’abbé qui prend la parole : Pro his omnibus ego [...] investivi te [...]. Berardum fidelem nostrum de fraternitatem et societate monasterii nostri, et le nomme advocator et defensor de tous les biens du Mont-Cassin sis dans son comté, qu’il faut protéger notamment contre les fils d’Oderisius de Castro.

18Arrêtons-nous un instant sur la série qu’on vient de présenter. On en reconnaît facilement l’unité, qui recouvre toutefois des situations très variées. On note d’autre part que le serment est de plus en plus marqué (et souvent limité) par les pratiques vassaliques, qui n’en constituent toutefois qu’une composante en général très secondaire.

Les serments vassaliques

19D’ailleurs, les deux vrais serments de vassalité ajoutés au cartulaire (RPD 360 et 362) font assez pâle figure, comparés à ceux qu’on vient d’analyser. Le formulaire (RPD 360) commence par préciser que le iuramentum fidelitatis et vassallagii doit être prêté à genoux, les mains posées sur les Évangiles ; le postulant s’engage à être désormais fidelis et obediens à Saint-Benoît et à l’abbé ; il ne fera pas de tort à sa personne, ne donnera à personne de consilium qui puisse être dommageable à l’abbaye et s’élèvera contre toute entreprise pouvant lui porter tort ; il aidera à protéger ses biens et se conformera à toutes les conditiones ad quas alii vassalli tenentur. Le contenu du serment conservé (RPD 362) est peu différent : l’homme jure d’être fidelis ut vassallus au monastère et à l’abbé ; il ne fera pas de tort à la personne de celui-ci, dénoncera les manoeuvres dont il aura connaissance, ne donnera pas de mauvais conseil, mais ne refusera pas les bons ; il aidera (iuvabo) l’abbé et défendra sa vie et ses biens. On voit que ces textes concernent de petits vassaux (dont on ne sait même s’ils reçoivent un fief ou une concession foncière), sans doute de simples chevaliers de l’abbaye, auxquels on ne demande que des engagements de portée très générale.

  • 23 Situé près de l’actuel San Pietro Avellana Scalo (province d’Isernia) : voir Bloch, Monte Cassino, (...)

20Quant au dernier acte ajouté au cartulaire (sous le no 170), la complexité de sa forme et de son contenu l’éloigne des précédents. Il commence par une date et s’achève par la mention d’une pénalité financière et d’une promesse d’anathème en cas de non-respect, enfin par quatre souscriptions (dont celle de l’auteur) : c’est une véritable charte, même si le nom du notaire ne figure pas dans la copie. Il est présenté dans le cartulaire comme un engagement de restitution (Obligatio Octonis de restituendo monasterio Sancti Petri de Avellana post mortem suam castrum Peschi Constantii), mais le dispositif commence par promitto et iuro. Par cet acte, Otto f. Walterii, de la famille des comtes de Sangro, se reconnaît liggius homo du Mont-Cassin, de sa dépendance de San Pietro Avellana et de l’abbé Brunon de Segni pour le castellum de Pescocostanzo (province de L’Aquila), qu’il a reçu au cours d’un échange, s’engageant à ne pas s’emparer d’églises et d’hommes qui ne font pas partie de l’échange ; il a fait jurer aux hommes auxquels il a confié munitiones eiusdem castelli ad custodiendum et tenendum de le remettre au monastère à sa mort ; s’il se faisait moine ou partait pour Jérusalem, il restituerait Pescocostanzo, mais récupérerait en échange le castellum Cantalupum23. On voit que la charte entérine, sous la forme d’un serment, un accord complexe.

Autres garanties

21Passons rapidement sur les engagements sans serment ou promesse, qui figurent toutefois dans la liste des iuramenta du Registrum et atténuent l’originalité des vrais serments. Leur forme est différente, mais aussi peu sophistiquée, leurs buts sont comparables. Au tout début du xie siècle, les comtes des Marses Oderisius Ier et Vertari, fils de Rainaldus II (RPD 618), donnent à l’abbé Jean une guadia et désignent un mediator, s’engageant à ne pas annuler les contrats passés par le Mont-Cassin dans un territoire qu’ils ont reçu de lui per scriptum convenientie, à ne pas aliéner ce territoire sive per scriptum sive per fegum et à ne pas se l’approprier. L’autre acte de remise de guadia n’a qu’une importance anecdotique : le 29 janvier 1065 (RPD 620), les comtes de Suio s’engagent à se présenter à la justice avant le 1er mai, devant la curie romaine ou sur la terre du Mont-Cassin, sous peine de payer 100 livres d’or.

22Le dernier document (RPD 633) est une notitia commemorationis facta a me Oderisio abbate de convenientia quam feci cum lordano Pinzzast de medietate Pontiscurvi : pour services rendus lors de l’acquisition de Pontecorvo par l’abbaye, l’abbé lui donne 120 livres et l’investit per anulum aureum de la moitié de Pontecorvo, à vie, et lui donne quelques autres biens ; l’acte est ensuite renouvelé par l’abbé Otto (RPD 134), qui donne en outre à ses fils le droit de lui succéder.

23Comme les serments, ces documents définissent des relations temporaires ou durables et peuvent donc servir de garanties, presque au même titre que des préceptes aux époques où ceux-ci se font plus rares du fait de la faiblesse du pouvoir souverain. Leur contenu les apparente à l’acte RPD 170.

Conclusion : valeur et originalité des serments

  • 24 J.-M. Martin, « Éléments préféodaux dans les principautés de Bénévent et de Capoue (fin du viiie s (...)

24L’apparition du serment dans la documentation cassinésienne dès la fin du xe siècle n’est pas surprenante : on avait déjà remarqué le rôle (et aussi le manque d’efficacité) du serment dans les relations sociales et politiques décrites à la fin du ixe et au xe siècle par les chroniqueurs de la Langobardia minor, Erchempert et l’auteur du Chronicon Salernitanum24. La forme – très fruste – de l’acte qui le consigne n’évolue guère du xe au xiie siècle ; il se répand surtout sous la domination normande, plus particulièrement à l’époque de faiblesse de la principauté de Capoue. Il se colore alors de termes et de pratiques empruntés aux relations féodo-vassaliques, qui entrent sans peine dans son schéma simple, mais restent des éléments secondaires et ajoutés : les vrais serments vassaliques, qui concernent de petits personnages, reprennent eux-mêmes une bonne partie de la phraséologie antérieure. La valeur du serment reste la même : une garantie, certes temporaire (le serment est viager), mais forte, dont le souvenir est conservé par écrit, voire copié.

25Le serment constitue donc ici une forme d’acte reconnue, individualisée par sa forme (même si elle s’apparente à d’autres types), son but général (une garantie) ; mais son contenu précis évolue.

  • 25 Regii Neapolitani Archivi Monumenta edita ac illustrata, Naples, Regia Typographia, puis Typograph (...)
  • 26 Ibid., no 609 (1130).
  • 27 Ibid., no 602 (1128).

26Il faut d’abord remarquer que, dans des régions où l’acte notarié constitue la forme normale de garantie des transactions et des privilèges, le serment (comme les autres actes que nous avons vus), qui n’est pas écrit par un notaire et adopte une forme particulièrement dépouillée, reste un écrit de second ordre, dont la valeur publique ne tient qu’à la forme religieuse du serment, accessoirement à la présence du sceau. On affirme couramment que, dans le monde méditerranéen, le serment vassalique, écrit, a souvent plus d’importance que le geste rituel de l’immixtio manuum qui, sous d’autres cieux, constitue l’acte essentiel. C’est vrai ; mais il faut noter que l’écrit qui consigne ce serment, comme les actes de garantie dont il s’inspire, n’est pas ici un acte public. Sa valeur n’est pas pour autant négligeable, ni négligée puisqu’on le conserve, le copie, l’interpole et le falsifie. Les serments conservés au Mont-Cassin appartiennent à une catégorie d’écrits mal connue, dont la valeur n’est pas considérée comme éternelle. En Italie méridionale, elle n’est pas propre au monde lombard. À Naples, qui se présente comme un conservatoire des pratiques traditionnelles appuyées sur le droit romain, des actes (notariés) évoquent une venditio in membrana epistolaria scripta25, des notitie26, et même un acte du duc appelé verbum sigillatu epistolariter scriptum27, qui peut avoir une forme assez semblable à celle des serments princiers munis d’un sceau.

  • 28 Voir P. Ourliac, « La convenientia », dans Études d’histoire du droit privé offertes à Pierre Peto (...)
  • 29 Pour l’Italie, voir F. Calasso, La “convenientia”. Contributo alla storia del contratto in Italia (...)
  • 30 P. Bonnassie, « Sur la genèse de la féodalité catalane : nouvelles approches », dans Il feudalesim (...)
  • 31 É. Magnou-Nortier, « Fidélité et féodalité méridionales d’après les serments de fidélité (xe début (...)
  • 32 H. Débax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Langu (...)

27En second lieu, le formulaire des serments conservés au Mont-Cassin – dès les premiers exemples, d’époque lombarde – évoque celui de serments de fidélité du monde franc (notamment les clauses garantissant l’intégrité corporelle et promettant une aide) : on ne peut exclure une influence franque remontant au ixe siècle. On a rapproché ces serments de certains documents languedociens et catalans. Toutefois, dans ces régions, le serment conclut normalement une convenientia28, forme de contrat d’autre part bien représentée en Italie méridionale29. Mais ici, le plus souvent, ce lien n’existe pas : les premiers serments émanent de l’autorité souveraine, sans contrepartie ni accord préalable ; par la suite, ils n’entérinent que rarement un accord. La forme du serment constitue par elle-même une garantie. Nos serments ressemblent à ce que Pierre Bonnassie appelle, en Catalogne, « serments de sécurité » ; ceux-ci apparaissent dans cette région au tout début du xie siècle (soit un peu plus tard qu’à Capoue) et ont comme particularités d’être cantonnés au sommet de la hiérarchie des pouvoirs, d’avoir un contenu entièrement négatif et de ne pas évoquer de liens de subordination : ce sont des assurances de non-ingérence30 ; les serments cassinésiens s’en distinguent toutefois du fait que, dès le début, leur contenu est à la fois négatif (ne pas faire tort) et positif (aider). On peut encore rapprocher les serments cassinésiens des « serments de fidélité » étudiés dans le Languedoc par Élisabeth Magnou-Nortier (et dans lesquels les termes de fidelis et fidelitas apparaissent rarement)31. Hélène Débax32 distingue des serments de fidélité les « sécurités jurées » : il s’agit d’actes faits par de hauts personnages et traduisant des alliances ou des réconciliations ; ils ressemblent un peu aux serments du Mont-Cassin ; toutefois, ces derniers sont inaugurés par l’autorité souveraine dans un cadre qui n’est certes pas calme, mais ne visent pas à mettre fin à une opposition. En outre, l’originalité est accentuée du fait que les serments sont des écrits de second ordre, des actes non notariés et dépourvus d’une forme diplomatique.

  • 33 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au x (...)

28Qu’ils n’aient, au départ, rien à voir avec la féodalité est évident : les institutions féodo-vassaliques ne se sont pas développées dans les principautés lombardes et ont même disparu des Abruzzes franques33 ; elles n’apparaissent qu’avec les Normands. Leur formulation s’insère alors avec une particulière facilité dans un type d’actes dont le vocabulaire n’est pas éloigné de celui qu’elles utilisent d’ordinaire. Mais, encore dans les années 1130, ce sont les serments de sécurité qu’on copie dans un cartulaire, avec d’autres actes de garantie, en une série intitulée sacramenta.

Annexes

APPENDICE

serments copiés dans le registrum petri diaconi (archivio di montecassino, reg. 3)

170.1108. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 228-229 (acte ajouté vers 1200).

360. s. d. Éd. M. Dell’Omo, « Documentazione tardomedievale a Montecassino : aspetti della produzione, conservazione e tipologia delle fonti », dans Libro, scrittura, documento della civiltà monastica e conventuale nel basso Medioevo (secoli XIII-XV). Atti del Convegno di studio, Fermo, 17-19 settembre 1997, G. Avarucci, R. M. Borracini Verducci, G. Borri (dir.), Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1999 (Studie ricerche, 1), p. 307-340 ici p. 338-339, n. 1 (acte ajouté à la fin du xiie siècle).

362. s. d. Éd. ibid., p. 339, n. 2 (acte ajouté à la fin du xiie siècle).

(†) 615. [1000-1007]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 90-91 ; A. Gallo, « I diplomi dei principi longobardi di Benevento, di Capua e di Salerno nella tradizione cassinese », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 52 (1937), p. 1-79, ici p. 43.

616. [993]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 90.

618. [1000-1010]. Inédit.

(†) 619. [1012-1022]. Éd. Magliari, « Documenti », Bollettino Storico Volsco, 2 (1898), p. 17-18, n. 39.

620. 29 janvier [1065]. Éd. Codex diplomaticus Cajetanus, II, Mont-Cassin, 1891, 227.

621. 29 mars [1099]. Éd. G. Loud, « Five unpublished charters of the Norman princes of Capua », Benedictina, 27 (1980), p. 161-176, ici p. 173-174, n. 3.

622. [1105]. Original : arch. Montecassino, aula III, caps. IX, 12. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 222 ; L. Tosti, Storia della badia di Montecassino, 3 vol., Naples, Stabilimento poligrafico di Filippo Cirelli, 1842-43, II, p. 109-110.

623. Août [1040 ?]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 148.

624. [1105 ?]. Éd. G. Tescione, « Roberto conte di Alife », op. cit., p. 46-47, n. 3.

625. [1105 ?]. Éd. ibid., p. 49, n. 5.

626. [1087-1107]. Inédit.

627. [1087-1105]. Inédit.

628. [1094-1105]. Éd. A. De Francesco, « Origini e sviluppo del feudalismo nel Molise », Archivio storico per le province napoletane, 34,1909, p. 432-460, 640-671, et 35,1910, p. 70-98, 273-307, ici 34, p. 670, n. 1.

629. [1109 ?]. Éd. ibid., p. 669, n. 1.

630. [1106-1107]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 225.

631. [1106/1107]. Éd. Codex diplomaticus Cajetanus, II, op. cit., 282.

632 A. [ca. 18 avril 1112]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 229.

633. [ca. 1105]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 224. Tosti, Storia, op. cit., II, p. 113.

634. [1106/1107]. Éd. Gattola, Accessiones, op. cit., I, p. 225.

autres serments

S 1. Arch. Montecassino, aula III, caps. IX, 11 (original). 26 février 1128. Éd. Gattola, Accessiones, p. 247.

S 2. Ibid., caps. IX, 16 (original). Juin 1123. Éd. CDCajet., II, 300.

Notes

1 Voir H. Hoffmann, « Chronik und Urkunde in Montecassino », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 51 (1972), p. 93-206. M. Dell’Omo, Il Registum di Pietro Diacono (Montecassino, Archivio dell’Abbazia, Reg. 3). Commentario codicologico, paleografico, diplomatico, Mont-Cassin, 2000.

2 Dell’Omo, Il Registrum, op. cit., p. 39.

3 Ibid., p. 65 (main B 4).

4 Ibid., p. 69 (main M. 11).

5 MGH, DD II-2, 436 et III, 530 (copiés dans le cartulaire aux nos 168 et 159) ; voir H. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1986, 3 vol., p. 880.

6 On n’en trouve aucun dans le Chronicon Sanctae Sophiae ni dans le Chronicon Vulturnense. En revanche, le Chronicon Casauriense, compilé dans les Abruzzes, a conservé deux serments, qui sont des actes de garantie sans aucune coloration féodo-vassalique : aufol. 243r sous le titre Iuramentum supradictorum baronum, le serment prêté en 1111 par Gentilis f. Todini de Collepetri, Sanso et Rainaldus f. Remedii, Temmarius f. lemmari et Sanso f. Todini à l’abbé Albericus ; aufol. 246r sous le titre Ugo Malmazetta iuravit sic, un serment prêté par Hugues Maumouzet à l’abbé Gisus (fin du xie siècle) ; voir Liber Instrumentorum seu Chronicortim Monasterii Casauriensis, reproduction photographique avec une préface d’A. Pratesi, L’Aquila, Amministrazione provinciale, 1982.

7 F. Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, Paris, Alphonse Picard et fils, 1907, 2 vol., I, p. 264, 313 ; II, p. 519, 522, 589. C. Cahen, Le régime féodal de l’Italie normande, Paris, P. Geuthner, 1940, p. 42, 44-47, 82, 87,129.

8 RPD 621 (serment du prince Richard II à l’abbé Oderisius I) : Hoc factum fuit in Capuam quarto (calendas Aprilis in anno dominice incarnationis millesimo centesimo nono [en réalité 1099] et nonodecimo anno principatus ipsius domni secundi Richardi gloriosi principi per indictione septima. RPD 622 (serment du même) : ajout à la fin, par une autre main : Hoc factum fuit a put monasterium Sancti Benedicti Montis Casini ante comitem Robbertum, etc. S 1 (serment du prince Robert II) : Hoc factum est in Capuana civitate die dominico quarto stante mense Februarii in anno dominice incarnationis millesimo centesimo vigesimo octavo per indictionem sextam. S 2 (serment du prince Jourdain II) : Hoc actum est in capitulo Casinensis monasterii [...] anno dominice incarnationis millesimo centesimo vicesimo tertio, mense Iunio, indictione prima.

9 Voir T. Leccisotti, Abbazia di Montecassino. I regesti dell’Archivio, Rome, Ministero dell’Interno, 1964-1977,11 vol. (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 54, 56, 58, 60, 64, 74, 78, 79, 81, 86, 95) : II, p. 25-26 et 27 ; S 1 est un parchemin de taille irrégulière mesurant 531 x 242 mm ; S 2 mesure 3 39 x 220 mm ; l’un et l’autre semblent munis d’un sceau.

10 RPD 615 : Promitto et iuro et iurare facio ego Landolfus princeps tivi domno Monsoni abbati ; même formule en RPD 616. RPD 621 : Ego secundus Richardus [...] iuro tibi domno Oderisio. RPD 622 : Ego secundus Richardus [...] promitto et iuro tibi, domne Oderisi [...]. RPD 623 : Promitto et iuro tibi domno Richerio [...]. RPD 624 : Ego Robertus comes f. Rainulfi comitis iuraui tibi, domine Oderisi [...]. RPD 625 : Ego Robbertus comes f Rainulfi comitis promitto et iuro domino Oderisio [...] RPD 626 : Tibi domino meo Oderisio abbas iuro et observare promitto [...]. RPD 627 : Promitto et iuro tibi, domne Oderisi [...] ego Roggerius cognomento de Boscione [...]. RPD 628 : Ego Berardus comes f. Oderisii Borrelli iuro tibi, domne Oderisi [...]. RPD 629 : Ego Borrellus f quondam Gualterii ad hanc [sic] hora in antea non ero [...]. RPD 630 : Ego Robbertus frater secundi Richardi principis promitto et iuro tibi domno Octoni [...]. RPD 631 : Ego Richardo de Aquila iuro et promitto tibi domno Oddoni [...]. RPD 632 A : Ego Rao f Rahelis promitto et iuro tibi sancto Benedicto et tibi domno Girardo S 1 : t Ego secundus Robertus [...] promitto et per hec sancta Dei evangelio iuro tibi. S 2 : Ego Iordanus princeps [...] dico et promitto tibi.

11 RPD 630 est un formulaire qui précise que le serment doit être prêté positis manibus supra sanctis evangeliis, flexis genibus, mais le serment lui-même commence ainsi : Ego Talis ab hac hora in antea fidelis et obediens ero [...]. RPD 362 : Iuro ego Petrus quod ab hac hora in antea ero fidelis ut vassallus [...].

12 RPD 616, 615, 618.

13 RPD 623 (1040 ?), 620 (1065).

14 RPD 621, 622, 624-631, 632 A, 633.

15 Roggerius de Boscione (RPD 627) ; sur ce personnage, voir L.-R. Ménager, « Inventaire des familles normandes et franques émigrées en Italie méridionale et en Sicile (xie-xiie siècles) », dans Roberto il Guiscardo e il suo tempo. Relazioni e comunicazioni nelle prime Giornate normanno-sveve (Bari, 1973), Rome, Il centro di ricerca, 1975, p. 260-390, réimpr. dans id., Hommes et institutions de l’Italie normande, Londres, Variorum Reprints, 1981 (IV) : p. 300-301. Richardus de Aquila (RPD 631) ; voir Ménager, op. cit., p. 320-321. Rao f. Rahelis, seigneur de Teano, dont la fille a épousé un fils de Richardus de Aquila (RPD 632 A) ; voir Ménager, op. cit., p. 321. Iordanus Pinzzast (RPD 633).

16 J.-M. Martin, Guerre, accords et frontières en Italie méridionale pendant le haut Moyen Âge (Pacta de Liburia, Divisio principatus Beneventani et autres actes), Rome, 2005 (Sources et documents d’histoire du Moyen Âge publiés par l’École française de Rome, 7), p. 55-56.

17 J. Deér, Papsttum und Normannen. Untersuchungen zu ihren lehnsrechtlichen und kirchenpolitischen Beziehungen, Cologne-Vienne, Böhlau, 1972, p. 24. J.-M. Martin, « Les institutions liées à la conquête. Le duché », dans I caratteri originali della conquista normanna. Diversità e identità nel Mezzogiorno (1030-1130). Atti delle sedicesime Giornate normanno-sveve (Bari, 5-8 ottobre 2004), R. Licinio et F. Violante (éd.), Bari, Dedalo, 2006, p. 305-333, ici p. 309-312.

18 Chalandon, Histoire, op. cit, I, p. 297, 303, 304, 310, 312.

19 E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis accessiones, Venise, Sebastiano Coleti, 1734, 2 vol., I, p. 222-223 et 223-224 [désormais cité : Gattola, Accessiones].

20 Voir Du Cange, s. v. sunnis ; ce mot d’origine franque et sans doute importé par les Normands apparaît sous les formes exonium et sonium.

21 G. A. Loud, « A calendar of the diplomas of the Norman princes of Capua », Papers of the British School at Rome, 49 (1981), p. 99-143, repris dans id., Conquerers and Churchmen in Norman Italy, Aldershot, 1999, p. 115 : While they did not go so far as to constitute the princes as the vassals of the abbot they undoubtedly implied a degree of subordination, just as did the very similar contemporary convenientia of Languedoc and Catalonia. On reviendra sur ce dernier point.

22 G. Tescione, « Roberto conte di Alife, Caiazzo e Sant’Agata dei Goti », Archivio storico di Terra di Lavoro, 4 (1965-1975), p. 9-52. Loud, « A calendar », op. cit., p. 117.

23 Situé près de l’actuel San Pietro Avellana Scalo (province d’Isernia) : voir Bloch, Monte Cassino, op. cit., p. 366.

24 J.-M. Martin, « Éléments préféodaux dans les principautés de Bénévent et de Capoue (fin du viiie siècle-début du xie siècle) : modalités de privatisation du pouvoir », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (xe-xiiie siècles). Bilan et perspectives de recherche, Rome, 1980 (Collection de l’École française de Rome, 44), p. 553-586, ici p. 563-564.

25 Regii Neapolitani Archivi Monumenta edita ac illustrata, Naples, Regia Typographia, puis Typographia equitis G. Nobile, 1845-1861, 6 vol., no 23 (935).

26 Ibid., no 609 (1130).

27 Ibid., no 602 (1128).

28 Voir P. Ourliac, « La convenientia », dans Études d’histoire du droit privé offertes à Pierre Petot, Paris, Montchrestien, 1959, p. 413-422.

29 Pour l’Italie, voir F. Calasso, La “convenientia”. Contributo alla storia del contratto in Italia durante l’alto Medio Evo, Bologne, Nicola Zanichelli, 1932.

30 P. Bonnassie, « Sur la genèse de la féodalité catalane : nouvelles approches », dans Il feudalesimo nell’alto medioevo, Spolète, 2000, 2 vol. (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull'alto medioevo, 47,1999), 2 vol., II, p. 569-606, ici p. 590-591. Sur les serments catalans, voir M. Zimmermann, « Et je t’empouvoirrai » (Potestativum te farei). À propos des relations entre fidélité et pouvoir en Catalogne au xie siècle, Médiévales, 5 (1986), p. 17-36 (je remercie Pierre Chastang pour cette référence) ; id., Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie s.), préface de P. Toubert, Madrid, 2003, 2 vol. (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 23), p. 38-58 : si le vocabulaire est parfois proche du nôtre, le but et le cadre juridique sont radicalement différents.

31 É. Magnou-Nortier, « Fidélité et féodalité méridionales d’après les serments de fidélité (xe début xiie siècle) », Annales du Midi, 80 (1968), p. 457-484.

32 H. Débax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trancavel, Toulouse, 2003, p. 105-107. Ead., « “Une féodalité qui sent l'encre” : typologie des actes féodaux dans le Languedoc des xie-xiie siècles », dans Le vassal, le fief et l’écrit. Pratiques d’écriture et enjeux documentaires dans le champ de la féodalité (xie-xve s.). Actes de la journée d’études organisée à Louvain-la-Neuve le 15 avril 2005, J.-F. Nieus (éd.), Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 2007, p. 35-70.

33 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 300), p. 593.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.