Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977

 | 
Philippe Nivet

Première partie. Le conseil municipal de 1789 a 1944

Chapitre II. Le conseil municipal pendant la seconde guerre mondiale

Texte intégral

I — La réorganisation juridique

  • 1 Sur cette période, voir en particulier Thierry Morello, op. cit. — Henri Michel, Paris allemand, P (...)

1Le 10 juin 19401, à la demande de Georges Mandel qui estime indésirable de maintenir à Paris des hommes politiques sous le régime de l’occupation ennemie, les élus de Paris suivent l’exemple du gouvernement, en désignant toutefois une commission permanente chargée de demeurer à Paris et de représenter la population parisienne, quelles que soient les circonstances, aux côtés des deux préfets et en étroite collaboration avec eux. Cette délégation, qui siège en permanence à l’Hôtel de Ville, comprend Jean Chiappe, Georges Contenot, René Fiquet, Maurice de Fontenay, Marcel Héraud, Noël Pinelli et André Le Troquer.

2Les sessions du Conseil municipal de Paris sont officiellement suspendues par la loi du 26 décembre 1940, prorogée le 25 janvier 1941 et le 29 avril 1941. Les pouvoirs des deux assemblées sont remis au préfet. Aucune réunion du Conseil ni des commissions n’a lieu jusqu’en octobre 1941. Toutefois, le bureau continue de régler quelques affaires lui parvenant et se charge de suivre l’élaboration du nouveau statut auprès du gouvernement de Vichy. Un comité budgétaire restreint est institué par la loi du 26 décembre 1940, qui a un rôle consultatif auprès du préfet pour l’élaboration du budget de 1941, mais il n’est pas prorogé par la loi du 25 janvier 1941. Des conseillers se réunissent également de façon informelle.

  • 2 Cette loi, parue avec retard au Journal Officiel du 18 décembre 1941, est reproduite en particulie (...)

3Le régime institué par la loi du 26 décembre 1940 reste en vigueur jusqu’à la loi du 16 octobre 19412 qui dote la Ville de Paris et le Département de la Seine d’une nouvelle organisation administrative. Cette loi ne doit s’appliquer que jusqu’au 30 avril 1942, mais les dispositions de la loi du 16 octobre 1941 sont prorogées d’abord jusqu’au 30 avril 1943 (loi du 25 avril 1942), puis jusqu’au 30 avril 1944 (loi du 30 avril 1943), enfin jusqu’au 30 avril 1945 (loi du 25 avril 1944). Il est mis fin à la suspension des deux assemblées. L’assemblée parisienne est maintenue sous le nom traditionnel de “Conseil municipal de Paris”. Aux termes de l’article 2, le corps municipal de la Ville de Paris se compose du préfet de la Seine, du préfet de police, des conseillers municipaux en exercice lors de la publication de la loi, dont les pouvoirs ont été prorogés par la loi du 23 avril 1941 et qui sont maintenus dans leurs fonctions, de nouveaux conseillers municipaux nommés. Le nombre des conseillers municipaux reste fixé à quatre-vingt-dix. La tendance à la diminution du nombre des conseillers municipaux, qui existe en province, ne se retrouve pas à Paris. L’article 3 précise que les conseillers municipaux autres que ceux en exercice sont nommés par le Ministre, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, sur proposition du Préfet de la Seine. Selon l’article 4, la liste de présentation est établie par le Préfet de la Seine, en accord avec le Préfet de police. Les nominations doivent être faites de telle sorte que le Conseil municipal comprenne obligatoirement un père de famille nombreuse, un représentant des groupements professionnels de travailleurs et une femme qualifiée pour son activité en matière d’assistance et de bienfaisance.

4Le fonctionnement de l’Assemblée diffère sensiblement de celui de la Troisième République. Le Bureau comprend un président, deux vice-présidents, trois secrétaires et un syndic. Il n’est plus désigné par l’Assemblée, mais est nommé par le ministre, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, qui doit également déterminer par un arrêté les attributions, notamment les attributions représentatives, de chacun des membres du bureau (article 10).

5Le Conseil municipal se réunit, comme précédemment, sur convocation du Préfet de la Seine, mais celui-ci n’est plus tenu de le réunir à des époques déterminées. Il n’y a plus, comme auparavant, de sessions obligatoires. C’est également au préfet de la Seine, et non plus au Conseil lui-même, qu’il appartient désormais de fixer par arrêté, pris après avis du Bureau, le règlement intérieur de l’assemblée. Les séances du Conseil ne sont plus publiques.

6Les Commissions du Conseil municipal sont totalement réorganisées. Elles sont constituées par le préfet lui-même : il nomme les membres de chacune d’elles et choisit parmi eux le président, deux vice-présidents et deux secrétaires. Il n’existe plus que cinq commissions, au lieu de six. Elles se réunissent sur convocation du préfet. Leurs pouvoirs sont plus étendus que sous la Troisième République. La loi investit en effet les commissions du pouvoir de prendre elles-mêmes des délibérations sur les affaires de leur compétence et en fait de petits conseils municipaux spécialisés. L’essentiel du travail effectué pendant la guerre se fait au sein des commissions. L’Assemblée municipale ne se réunit en session plénière que le 12 janvier 1942, le 16 octobre 1942 et le 29 octobre 1943, pour l’examen du budget.

  • 3 Beaussier, Debidour, Laparra, Le régime administratif et financier de la Ville de Paris et du dépa (...)

7L’Assemblée est privée du droit de formuler des voeux, quels qu’en soient la nature et l’objet. Le Conseil municipal et les commissions délibèrent sur les points définis par une liste limitative (article 13). Les objets sont à peu près les mêmes que ceux énumérés par les décrets-lois de 1939. Mais l’article 12 dispose que “les délibérations du Conseil municipal de Paris et les délibérations des commissions ne deviennent exécutoires qu’après approbation expresse du Préfet de la Seine dans tous les cas où la législation en vigueur ne prescrit pas leur approbation par une loi ou par un décret simple ou par un décret rendu en Conseil d’Etat. Les délibérations sont réputées nulles et non avenues si l’approbation n’est pas intervenue dans un délai de trois mois à dater du jour où elles ont été prises”. Il n’existe donc plus de délibérations réglementaires, c’est-à-dire de délibérations exécutoires par elles-mêmes. Il n’y a plus que des délibérations soumises à l’approbation des autorités de tutelle. Paris a, encore une fois, une situation inférieure à celle des autres communes de France : dans celles-ci, les délibérations des conseils municipaux continuent à se diviser en deux catégories et les délibérations réglementaires y sont toujours la règle ; lorsque l’approbation de la délibération n’est pas intervenue dans un certain délai, cette délibération, au lieu d’être réputée nulle et non avenue, est au contraire considérée comme tacitement approuvée3.

  • 4 Les préfets de la Seine de l'occupation sont Charles-Paul Magny (13 octobre 1940 - 19 août 1942) e (...)

8Sous l’Occupation, les pouvoirs des deux préfets se trouvent donc notablement accrus et leur autorité est renforcée4. L’article 14 de la loi du 16 octobre 1941 est d’ailleurs très explicite : “Tous les pouvoirs antérieurement dévolus au Conseil municipal, ainsi que toutes les attributions ayant trait à des affaires municipales autres que celles énumérées [à l’article 13] sont exercés par le Préfet de la Seine et le Préfet de police, chacun en ce qui le concerne”. De plus, selon l’article 15, le Préfet de la Seine a désormais qualité pour désigner lui-même, parmi les Français résidant sur le territoire parisien, les personnes appelées à remplir les fonctions administratives antérieurement dévolues aux conseillers municipaux de Paris. Enfin, en se refusant à approuver les délibérations du Conseil municipal de Paris ou même en gardant le silence à leur égard, les deux préfets de la Seine et de Police disposent du pouvoir considérable de paralyser ou de rendre illusoire l’action de cette assemblée.

II — Le nouveau Conseil

  • 5 Note du ministère de l’Intérieur du 15 novembre 1941 : “Les Autorités occupantes ont donné leur ac (...)
  • 6 Lettre du préfet de la Seine du 30 octobre 1941 au ministre, secrétaire d'Etat à l'Intérieur, et l (...)

9La préparation des nominations prend deux mois, d’octobre à décembre. Le cabinet du ministre de l’Intérieur et les autorités d’occupation doivent en effet donner leur accord aux propositions préfectorales5. Les autorités d’Occupation s’opposent ainsi aux nominations de René Gillouin, de Georges Lebecq, proches du maréchal Pétain, et de Georges Contenot6. Le maintien d’Alfred Bour et de Gabriel Boissière n’est obtenu qu’au dernier moment. L’intervention de Marcel Déat auprès du ministère de l’Intérieur permet le maintien de Maurice Levillain, conseiller néo-socialiste du XXe arrondissement, que le préfet souhaitait pourtant éliminer, le considérant comme “trop topaze”.

10Sur les quatre-vingt-dix membres nommés, il y a quarante-quatre élus maintenus et quarante-six nouveaux conseillers.

11Selon les dispositions de la loi du 16 octobre 1941, deux prisonniers de guerre non libérés sont nommés : Jacques Tessier, fils du responsable du syndicalisme chrétien, qui aurait été nommé contre son gré, et Jean Vincey, régulièrement portés absents sur les procès-verbaux. Deux femmes siègent pour la première fois au Conseil municipal : Marie-Madeleine Hardouin, directrice du service social de la Caisse de compensation de la région parisienne, secrétaire générale de l’Association des travailleuses sociales, et Marie de Miribel, présidente de l’oeuvre de la Croix-Saint-Simon.

  • 7 Note sur le nouveau conseil municipal de Paris (1942), AN F1bI 1033.

12Des conseillers “nationaux”, qui occupent une place prééminente dans l’Assemblée municipale de l’entre-deux-guerres, sont éliminés, en particulier d’anciens présidents : Maurice Quentin, également président de la deuxième commission, Jean Raymond-Laurent, François Latour, président de la première commission, Maurice de Fontenay, président de la cinquième commission, Georges Contenot, président de la quatrième commission, Georges Lemarchand, rapporteur du compte administratif. Il s’agit d’éliminer les réalisateurs, les caciques qui connaissent les dossiers et qui sont capables de contrer l’action des préfets. Les Allemands ont mis leur veto pour empêcher leur maintien7. Ces conseillers nationaux sont remplacés en particulier :

  • par des parlementaires de Paris, René Dommange, député du VIIe arrondissement depuis 1932, Fernand Wiedemann-Goiran, député du VIe depuis 1936, Charles Vallin, député PSF depuis 1938, Bertrand Sauvan d’Aramon, député “Fédération républicaine” du XVe arrondissement depuis 1928,
  • par d’anciens maires ou maires adjoints, comme Fernand Vogein, adjoint au maire du IVe de 1925 à 1941 et maire du IVe depuis le 17 juillet 1941,
  • par des représentants des milieux socio-professionnels : Georges Brinon, membre de la Chambre de commerce de Paris, André Bérard, administrateur de la Chambre syndicale de la propriété immobilière de Paris, Pierre Baruzy, président fondateur de l’Union corporative des travailleurs de France, Lucien Allix, délégué de la Confédération générale des cadres de l’économie française, membre du comité d’études sociales et du comité d’organisation professionnelle, directeur de la revue Cadres, Paul-Léon Brodin, membre du Conseil de l’ordre des médecins, Paul Bap, vice-président de la commission de l’étirage du syndicat général des étireurs, Gérard Fontana, président de la fédération des comités du haut commerce de Paris, Pierre Nény, président du syndicat des commerçants de produits divers...
  • par des personnes s’étant illustrées lors de la guerre de 1914-1918, comme Ulric d’Hautefort, grand officier de la Légion d’honneur à titre militaire, croix de guerre 14-18 avec six citations, ou Auguste Pichon, ancien combattant de la guerre 1914-1918, titulaire de la Légion d’honneur, de la croix de guerre avec cinq citations, et ancien combattant de la guerre de 1939-1940, secrétaire général de l’Association nationale des officiers combattants.
  • 8 Qui déclare à la presse de Paris que "c'est l'intérêt du pays de travailler à une récupération gén (...)

13Les élus du PUP sont maintenus en fonction. Pour remplacer les communistes déchus de leur mandat en 1940 ou les socialistes exclus, la plupart parce qu’ils étaient juifs ou francs-maçons, il est fait appel, à l’initiative de Pierre Pucheu8, à des syndicalistes, de telle sorte que le mouvement ouvrier soit représenté de manière à peu près égale en 1941 et en 1939. Parmi les nouveaux conseillers figurent ainsi Marius Dejeante, “secrétaire général de l’Union des artisans français”, ancien candidat du Parti socialiste français à l’élection municipale complémentaire d’octobre 1930 dans le quartier de Belleville, Eugène Journeau, secrétaire général de la Fédération française des travailleurs du livre, ou Henri Galantus, secrétaire de la Fédération CGT de la Métallurgie et membre de la commission administrative confédérale, collaborateur de Syndicats, ancien conseiller municipal socialiste de Saint-Claude (Jura).

14Le premier président, Charles Trochu, conseiller municipal du quartier d’Auteuil depuis 1935, ancien prisonnier de guerre, est nommé officiellement le 3 octobre 1941, avant même la promulgation de la loi. Le bureau est complété en décembre. Les vice-présidents sont Louis Castellaz et Edouard Frédéric-Dupont, les secrétaires René Marchand, René Berthier et Gaston Guiraud, le syndic Jacques Romazzotti. Tous les membres du Bureau, à l’exception de Louis Castellaz, appartiennent à la droite nationale.

  • 9 Le commissaire principal des renseignements généraux de Lons-le-Saulnier (Jura), qui a vu dans le (...)
  • 10 Elle se trouve dans le dossier AN F1BI 982.

15Cette série de nominations provoque pourtant la surprise ou l’irritation des milieux conservateurs de Paris, qui constate l’exclusion de nombreux conseillers “nationaux”, le maintien des pupistes et la nomination de représentants de membres du mouvement ouvrier9. Une lettre de François Latour10, ancien président du Conseil municipal, au maréchal Pétain, datée du 2 janvier 1942, est caractéristique. François Latour écrit :

16“Monsieur le maréchal,

17[...] J’ai voulu attendre que le choix du Conseil municipal de Paris et celui de la Commission départementale de la Seine soient devenus définitifs par la publication des arrêtés interministériels du 16 décembre pour vous signaler respectueusement la gravité des erreurs qu’ils me paraissent impliquer [...].

18La nomination du Conseil municipal de Paris et de la Commission départementale de la Seine vient de provoquer [...] une véritable stupeur.

19Non seulement la majorité nationale de l’Hôtel de Ville est brisée et décapitée, mais les honneurs sont réservés à ceux qui ont toujours pactisé avec la révolution, combattu les défenseurs de l’idée nationale, levé le poing dans la rue en 1936 et vécu de la lutte des classes.

20Les dignitaires maçonniques ont été frappés par une loi : mais c’est par dizaines que les maçons subsistent dans les deux assemblées comme d’ailleurs dans les municipalités.

21Le groupe des communistes dissidents est maintenu au complet, mais quatorze nationaux, dont six anciens présidents laborieux et compétents (les moins bêtes, aurait dit le Tigre) sont absents de la liste. Il en est de même de Georges Lebecq, président de la Légion.

22L’un des communistes dissidents, Castellaz, est nommé vice-président du Conseil municipal. C’est la récompense de vingt ans de démagogie en faveur des fonctionnaires extrémistes, contre tous les préfets, contre moi-même, contre le budget de la Ville.

23Les dignitaires maçonniques mis à part, sept membres de la minorité radicale et socialisante sont exclus : cependant, quelques-uns d’entre eux étaient sincèrement ralliés à votre gouvernement.

24Je ne comprends pas. Personne ne comprend. Du garçon de bureau au directeur de l’Hôtel de ville, la stupeur est complète. Quelques-uns s’indignent mais — ce qui est le plus grave — le plus grand nombre sourit. Car tout ce travail leur paraît avoir été conçu de très loin, avec des jumelles à l’envers [...] ».

  • 11 Cité dans Michèle Cointet, op. cit., p. 256.

25De même, Victor Bucaille proteste auprès du Maréchal : “Après plus d’un an d’hésitation, de tâtonnements et d’intrigues, votre gouvernement et votre administration ont réussi ce que depuis 40 ans avaient en vain essayé les régimes de démoralisation française : abattre la majorité nationale du Conseil municipal, ruiner et démolir le bastion national qu’était l’Hôtel de Ville11”.

  • 12 Cité dans Michèle Cointet, op. cit., p. 256.

26La séance inaugurale du nouveau Conseil se tient le 12 janvier 1942. Charles Trochu, le président, peut être considéré comme un “non-conformiste vichyste”12. Dans ses discours figure souvent un appel à la restauration de l’indépendance de la Nation. Pendant toute sa présidence, l’en-tête de son courrier conserve les mots “République française” ; le fronton de l’Hôtel de Ville est toujours gravé de la devise républicaine. Lors de son premier discours à l’Assemblée municipale, il rompt la tradition en ne faisant pas l’éloge des conseillers défunts, car il n’aurait pu citer les conseillers communistes fusillés. Mais il est proche des idées sociales de Pétain. Les restaurants communautaires qu’il met en place se prétendent être “la première réalisation concrète de la Révolution nationale. Il va très souvent à Vichy où il jouit d’une influence certaine dans l’entourage de Pétain, en particulier auprès de Henri du Moulin de Labarthète.

27Lorsque celui-ci quitte le cabinet de Pétain, Charles Trochu est, en 1943, destitué de la présidence et il ne va plus au Conseil municipal, dont il est démissionné d’office le 10 juin 1944. D est remplacé par Pierre Taittinger, conseiller municipal du quartier de la Place-Vendôme depuis 1936. Le nouveau bureau, nommé par arrêté du 30 avril 1943 paru au Journal officiel du 12 mai, est composé de Pierre Taittinger, de Louis Sellier et de René Berthier (vice-présidents), d’André Ruegger, Pierre Baruzy, Lucien Albessard (secrétaires) et Jacques Romazzotti (syndic).

28D’autres changements interviennent au sein du Conseil pendant la guerre. Comme dans beaucoup de conseils municipaux en place sous l’occupation, il y a en effet plusieurs démissions ou révocations. Ainsi, par lettre du 9 avril 1943, Gaston Le Provost de Launay demande à ne pas être renouvelé dans ses fonctions qui viennent à expiration le 30 avril : “Quand Paris et ses habitants mènent une vie dont la dureté s’aggrave chaque jour et que je ne peux rien faire ni même rien dire pour les défendre, il ne m’est pas possible, après les avoir si longtemps représentés, de conserver une situation où je ne rends aucun service correspondant aux avantages qu’elle me procure”. Le 18 avril 1944, Edouard Frédéric-Dupont envoie sa démission au préfet, arguant vouloir se consacrer à ses fonctions au barreau de Paris ; la démission est acceptée le 22 mai 1944.

  • 13 Rapport du 12 janvier 1944 du préfet de la Seine au ministre, secrétaire d'Etat à l'Intérieur : "J (...)

29Pour remplacer les conseillers démissionnaires et les conseillers qui décèdent entre 1942 et 1944, le préfet Bouffet souhaite faire appel à des personnalités proches de la population. Il constate en effet que les conseillers qui ont été nommés en 1941, sans que l’on ait tenu compte de leur résidence dans l’arrondissement, ont des difficultés à s’imposer auprès des Parisiens13. Ainsi, Max Jayle, professeur à la Faculté de médecine, très connu dans le VIe mais nommé en 1941 dans le XVIIe, est nommé par arrêté du 10 juin 1944 dans le VIe arrondissement en remplacement d’un conseiller décédé. Roger Quentin-Bauchart, fils et petit-fils d’anciens conseillers municipaux du Ville arrondissement, auparavant conseiller départemental de Nogent-sur-Marne, est nommé par arrêté du 10 juin 1944 en remplacement de Gaston Le Provost de Launay, après qu’eut été évoquée la possibilité de nommer à nouveau Georges Lebecq.

  • 14 Sur les épisodes d'août 1944 à Paris, voir — Henri Michel, La Libération de Paris, Bruxelles, Comp (...)

30Depuis 1800, et en particulier depuis 1871, l’opposition entre l’Etat et le Conseil municipal de Paris a toujours été forte, même s’il y a eu quelques périodes de répit (la guerre de 1914, la période de l’Occupation au cours de laquelle les conseillers, à quelques exceptions près, n’osent pas s’opposer à l’Etat français). Les tentatives du Conseil pour aligner le régime administratif de Paris sur le droit commun vers 1880, sa politique culturelle lors du centenaire de la Révolution, le comportement de l’Etat envers le Conseil après la victoire nationaliste de 1900, les manifestations du 6 février 1934, les décrets-lois de 1939, le régime plus sévère imposé à Paris qu’aux autres communes sous l’occupation sont les principales preuves de cette opposition. L’Etat se méfie du Paris révolutionnaire, du Paris d’Etienne Marcel, du Paris de la Commune, du Paris boulangiste, du Paris nationaliste. En août 1944, en revanche, Paris aide le gouvernement légitime du général de Gaulle à reconquérir le siège des pouvoirs publics14. La méfiance de Paris envers l’Etat va-t-elle subsister ? Paris peut-il retrouver ses libertés municipales ? C’est l’un des principaux enjeux de la période 1944-1945.

Notes

1 Sur cette période, voir en particulier Thierry Morello, op. cit. — Henri Michel, Paris allemand, Paris, Albin Michel, 1981 — Michèle Cointet, Le Conseil national de Vichy 1940-1944, Paris, Aux Amateurs de livres, 1989, p. 255-257. Un important dossier sur la période se trouve aux Archives nationales (F1bI 982) dans lequel se trouvent les documents auxquels nous nous référons.

2 Cette loi, parue avec retard au Journal Officiel du 18 décembre 1941, est reproduite en particulier dans le Bulletin municipal officiel, Débats 1942, p. 2 et suivantes. Elle prévoit également la formation d'une commission départementale qui se substitue au conseil général de la Seine. Les autorités nomment comme président de cette commission départementale le socialiste Edouard Depreux, conseiller général de Sceaux depuis 1938, mais celui-ci donne immédiatement sa démission.

3 Beaussier, Debidour, Laparra, Le régime administratif et financier de la Ville de Paris et du département de la Seine, op. cit., t. 1, p. 232.

4 Les préfets de la Seine de l'occupation sont Charles-Paul Magny (13 octobre 1940 - 19 août 1942) et René Bouffet (19 août 1942 - 19 août 1944). Les préfets de police sont Camille Marchand (27 février 1941 - 14 mai 1941), François Bard (14 mai 1941 - 1er juin 1942), Amédée Bussière (1er juin 1942 - 19 août 1944)

5 Note du ministère de l’Intérieur du 15 novembre 1941 : “Les Autorités occupantes ont donné leur accord à l’ensemble des propositions partiellement modifiées” (AN F1bI 982).

6 Lettre du préfet de la Seine du 30 octobre 1941 au ministre, secrétaire d'Etat à l'Intérieur, et lettre du préfet de la Seine du 6 novembre 1941 au ministre, secrétaire d'Etat à l'Intérieur (AN F1bI 982). Michèle Cointet affirme que c'est Darlan qui s'est opposé à la nomination de René Gillouin, n'appréciant pas l'impertinence de "l'Ami du Maréchal".

7 Note sur le nouveau conseil municipal de Paris (1942), AN F1bI 1033.

8 Qui déclare à la presse de Paris que "c'est l'intérêt du pays de travailler à une récupération générale des hommes qui veulent sincérement collaborer à la Révolution présente" (Michèle Cointet, op. cit., p. 255).

9 Le commissaire principal des renseignements généraux de Lons-le-Saulnier (Jura), qui a vu dans le Journal officiel la nomination d’Henri Galantus, adresse, visiblement étonné, au préfet du Jura, qui la transmet au ministère de l’Intérieur qui la fait parvenir au préfet de la Seine, une note sur Galantus, rappelant son passé de syndicaliste révolutionnaire et son inscription sur le carnet B (AN F1BI 982).

10 Elle se trouve dans le dossier AN F1BI 982.

11 Cité dans Michèle Cointet, op. cit., p. 256.

12 Cité dans Michèle Cointet, op. cit., p. 256.

13 Rapport du 12 janvier 1944 du préfet de la Seine au ministre, secrétaire d'Etat à l'Intérieur : "Je crois qu'il serait intéressant de profiter de l'existence de plusieurs vacances pour procéder à des mutations qui permettraient de rectifier certaines désignations faites en 1941. A cette époque, en effet, le domicile des candidats ne semble pas avoir été pris en considération pour les nominations. Or, l'expérience a montré que si les conseillers anciennement élus ont réussi, pour la plupart, à conserver un contact étroit avec la population, il n'en est pas de même des conseillers nommés qui, en général, n'ont aucun lien avec la population des arrondissements pour lesquels ils ont été désignés". (AN F1bI 982).

14 Sur les épisodes d'août 1944 à Paris, voir — Henri Michel, La Libération de Paris, Bruxelles, Complexe, 1980 — Adrien Dansette, Histoire de la libération de Paris, Paris, Fayard, 1959 — Emmanuel d'Astier de la Vigerie, De la chute à la libération de Paris, Paris, Gallimard, 1965.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540