Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. Ordonner choses et mots

Règlements de comptes dans les baylies de la seigneurie des archevêques de Narbonne au xive siècle

Marie Laure Jalabert

Texte intégral

  • 1 L’étude de cet inventaire synthétique qui n’est pas un cartulaire en dépit de son nom a été l’obje (...)

1L’histoire de la seigneurie des archevêques de Narbonne au xive siècle, l’un des plus riches prélats du royaume de France, souffre d’un manque cruel de sources internes. Un inventaire des biens et droits de l’archevêque, le Livre vert de Pierre de La Jugie (1347-1375), existe mais il soulève autant de questions qu’il apporte de connaissances1. Il ne s’agit en effet que d’une copie du xviie siècle avec les doutes liés à ce statut. A aussi subsisté un ensemble très fragmentaire de comptabilités originales du trésorier archiépiscopal et des bayles qui administrent des portions de la seigneurie. Contrairement au Livre vert, document seigneurial, ces écrits dévoilent la gestion concrète de la seigneurie.

  • 2 Plusieurs thèses s’appuyant sur ces sources sont venues renouveler la question. P. Généquand, L’or (...)
  • 3 Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof-und Finanzvenvaltung, 1316-1378 (in Verbin (...)
  • 4 Je ne cite ici que deux ouvrages : P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteur (...)

2L’historiographique actuelle redécouvre l’écrit pragmatique notamment à travers les comptabilités pontificales2. Elle met désormais l’accent sur l’importance du respect de l’intégrité formelle, de la structure diplomatique et archivistique des sources originales malmenées par les choix éditoriaux de la Görres Gesellschaft3. Cette lecture plus qualitative que quantitative reprend largement des questionnements liés à l’usage de l’écrit au Moyen Âge4. Bien qu’émanant strictement de l’administration épiscopale narbonnaise, ces écrits comptables sont à rattacher aux « comptabilités pontificales » au sens large non seulement par leur lieu de conservation, mais aussi en raison d’une certaine parenté structurelle et formelle. Comment les comptabilités présentent-elles la gestion des droits et revenus de la mense archiépiscopale ?

Une documentation rare et fragmentée

  • 5 Entre 1635 et 1640, Antoine Rocque, notaire de l’archevêché, recense les archives archiépiscopales (...)
  • 6 Une lettre de la municipalité encourage la destruction des titres (AMN, registre de correspondance (...)
  • 7 La présence de ces documents narbonnais dans les fonds aujourd’hui conservés à l’Archi vio Segreto (...)

3La lente disparition des archives épiscopales narbonnaises originales5 prend un tournant radical et tragique avec la fureur populaire de 1793 qui fait disparaître tout ce qui avait subsisté6. Les comptabilités qui ont survécu sont aujourd’hui conservées dans les registres pontificaux des Archives secrètes du Vatican7. Plus de 1250 de folios qui ne représentent que des fragments des archives comptables du seigneur archevêque.

Typologie des comptabilités

Typologie des comptabilités
  • 8 Les comptes pour lesquels figurent 3 dates présentent 2 exercices comptables consécutifs.
  • 9 Ce type de source est mentionné pour information mais n’est pas inclus dans la réflexion.

Note 88
Note 99

  • 10 Gasbertus de Valle est connu dans la bibliographie avignonnaise sous le nom de Gasbert du Val ou d (...)

4Chronologiquement, huit comptes appartiennent à la période de l’épiscopat de Bernard de Fargues (1331-1341), cinq à celle de Gaubert du Val10. Les six autres ne couvrent que les premiers mois de l’épiscopat de Pierre de La Jugie. La plupart correspond aux changements de titulaire : Bernard de Fargues meurt le 1er mai 1341, Gaubert du Val, le 1er janvier 1347. Il ne s’agit, à chaque fois, que de fragments d’exercices. La surreprésentation des comptes des bayles ayant survécu s’explique par l’abondance de départ.

5La répartition géographique des comptabilités est tout aussi lacunaire. La confrontation du Livre vert, du relevé des dépouilles de B. de Fargues et des documents dressés par l’administration archiépiscopale centrale a permis de dresser la carte des baylies, au nombre de neuf (voir l’annexe). Les comptes de trois d’entre elles ont totalement disparu.

  • 11 Seul l’évêché de Fréjus dispose de documents similaires pour l’épiscopat de Jacques Duèse, futur J (...)

6En dépit de cette apparente pauvreté quantitative, Narbonne dispose là d’un corpus remarquable par sa richesse documentaire11. Il permet d’avoir une lecture plus précise de l’écriture comptable d’une seigneurie.

Une gestion séculière des biens et des droits du seigneur archevêque par les bayles

  • 12 La création de la province de Toulouse s’est faite par distraction de l’immense évêché de Toulouse (...)
  • 13 Pourtant, il n’en est rien au regard des services communs payés par les archevêques avant et après (...)

7Le remodelage de la province ecclésiastique de Narbonne par Jean XXII en 131812 s’est soldé, pour le diocèse de Narbonne, par un amoindrissement territorial et juridictionnel qui aurait pu affecter les revenus de l’archevêque dans son diocèse13. La seigneurie séculière de l’archevêque ne coïncide pas avec les limites du diocèse. L’archevêque possède des biens et des droits dans le Nord du diocèse d’Elne et en a conservé dans le nouveau diocèse d’Alet.

  • 14 Les dîmes des baylies de Quillan et de Pia relèvent des évêques d’Alet et d’Elne. Le Livre vert co (...)

8La fortune des archevêques est polymorphe et complexe. Si le Livre vert détaille les possessions et revenus d’origine séculière, il énumère aussi les églises qui doivent les redevances ecclésiastiques à l’archevêque dans le cadre du diocèse de Narbonne14. Ce sont les seules occasions où il emploie le terme de baylie.

  • 15 Cela s’explique par le fait que le Livre vert a sans doute une vocation intemporelle d’instrument (...)
  • 16 Les frais enregistrés dans les comptes témoignent que les liens sont à double sens. En cas de beso (...)
  • 17 La quasi-totalité de ces billets ont disparu des archives comptables.

9En revanche, les bayles sont des acteurs omniprésents du Livre vert mais de manière impersonnelle15. Ils y apparaissent comme des gestionnaires et des administrateurs, les défenseurs des intérêts de l’archevêque. La seigneurie est gérée de manière décentralisée mais les bayles restent sous contrôle permanent de l’administration archiépiscopale de Narbonne16. Les comptes qu’ils ont rédigés nous renseignent concrètement sur leurs activités car ce sont des hommes de terrain, personnellement investis. Ils doivent veiller à la perception des différents revenus de toutes origines, y compris ecclésiastiques, dont ils enregistrent les recettes. Ils mettent en valeur et entretiennent les biens immobiliers et fonciers de l’archevêque qui ne sont pas affermés et notamment les résidences archiépiscopales. Ils consignent très soigneusement les dépenses, pièces justificatives à l’appui17.

10Une conclusion s’impose : le cadre seigneurial sert de base à la gestion de l’ensemble des revenus de l’archevêque de Narbonne en tant qu’évêque. Les sources à notre disposition font apparaître l’archevêque de Narbonne avant tout comme un seigneur séculier. Elles donnent une vision laïque de la gestion de son patrimoine.

L’écriture comptable des bayles

  • 18 Les deux journaux de Barthélemy de Piru ont été endommagés. La déchirure des quatre derniers folio (...)

11Les différentes comptabilités sont dans un bon état général de conservation. L’épais papier sur lesquelles elles ont été rédigées n’a guère subi d’outrages18. En revanche, bien des cahiers ont été retaillés, ce qui a fait perdre certaines indications marginales ou des sommes de bas de page parfois repérées par des traces fortement tronquées. Il est impossible de préciser quel archivage est à l’origine de ces modifications de format.

  • 19 Certains passages sont de véritables brouillards pour lesquels ratures et surcharges rajoutent à l (...)

12La mise en pages ne manifeste aucune ostentation. Ce sont des documents professionnels, techniques et non pas d’apparat. Les titres sont simples, souvent centrés et encadrés. Ils ne se trouvent pas toujours en haut de page. Le type d’écriture employé ne diffère pas de celui du corps de texte. La réglure se fait par pliage ou par pointe sèche. La justification du texte est bien respectée car il s’agit souvent d’un dispositif en colonnes dont la largeur varie avec la rubrique et parfois le folio. Les marges de pli sont utilisées pour des annotations de fréquence et de lisibilité très variables. Des alinéas, des traits de suite ou des accolades sont utilisés pour faciliter la lecture. Bien que ces pratiques ne soient pas uniformément présentes19, la plupart de ces comptes donnent une impression de clarté et de simplicité, sinon de soin, dans la présentation et la mise en pages.

Une typologie induite par la finalité du document

13Chaque type de document possède une structure spécifique, adaptée aux données consignées. La composition formelle est relativement uniforme dans chaque catégorie, journal, comptabilité, inventaire.

  • 20 Collectorie 146, fol. 1-52, de mars à septembre 1346, et Collectorie 152, fol. 136-171, du1er janv (...)
  • 21 À la suite du nom de chaque personnalité figure le nombre de personnes qui l’accompagnent, sans pl (...)
  • 22 Les sources restent muettes sur ce responsable qui est forcément distinct du bayle.
  • 23 En principe, deux jours par page.

14Seuls deux journaux nous sont parvenus20. Le bayle de Narbonne, Barthélemy de Piru, y a enregistré les dépenses de bouche pour les hôtes ordinaires et extraordinaires de l’archevêque au palais ainsi que pour leur monture. La formulation est stéréotypée et les mentions sont le plus souvent succinctes : date, liste souvent abrégée des familiers21, liste des personnes reçues, nombre total de convives, liste et prix de chacune des denrées achetées, suivis du total de la dépense, quantité d’avoine ou d’orge par bête suivie du total. Parfois, B. de Piru glisse une information rapide sur la raison de la présence d’un hôte. Cette écriture sous forme d’enregistrements chronologiques est la plus simple des présentations comptables. La liste des commensaux devait être établie quotidiennement et les dépenses pouvaient être notées au jour le jour bien que la comptabilité des approvisionnements soit subordonnée à des billets justificatifs transmis par le responsable des achats22. Des indices font plutôt penser à une réécriture pour les exemplaires dont nous disposons. La ventilation des dépenses et, plus encore, l’absence de rature ou de reprise, la grande unité graphique, la clarté de la mise en pages23 et surtout les sommes de bas page de la même main montrent qu’il s’agit d’une mise au propre.

15Ces journaux sont donc des synthèses qui sont aussi utilisées comme des documents primaires car elles servent ensuite pour dresser les chapitres thématiques, pour lesquels elles ne sont qu’un chapitre ou un item récapitulatif de dépenses.

Similitudes et divergences dans la structure générale des comptes des bayles

  • 24 Je renvoie le lecteur au tableau de présentation.

16Les comptes des bayles sont bien plus élaborés que les journaux. Ils présentent les rubriques de recettes et de dépenses par baylie. La périodisation n’est pas homogène, les bornes temporelles des exercices comptables non plus. En général, deux comptes par an. Canet fait exception en 133524.

  • 25 Reg. Av.122 fol. 489-551, Canet, 1334 ; Alaigne, IE 106A fol. 1-91, IE 172, fol. 1-104, et les dou (...)
  • 26 Les dépenses sont plus systématiquement datées que les recettes en vue du contrôle par les auditeu (...)
  • 27 Il se présente sous une forme identique à ceux de Barthélemy de Piru pour Narbonne.
  • 28 Le bayle a peut-être voulu ou dû justifier précisément ses dépenses.

17Une différence sensible dans la structure générale existe entre les comptes de la première période (1334-1341) et ceux des années 1346-1347. Dans les premiers25, la présentation pour l’argent diffère de celle des produits. Pour les revenus en argent, les recettes puis les dépenses sont regroupées en rubriques thématiques26. Les totaux de chapitre sont au mieux mentionnés en somme récapitulative globale mais aucun bilan final n’est inscrit. En revanche, pour chaque denrée ou produit, le bayle présente les recettes et les dépenses puis établit directement un bilan. Une telle présentation suppose que les données brutes sous forme de journaux ont été synthétisées. Ces comptes sont donc à un stade d’élaboration relativement avancé, voire achevés. On note deux « anomalies » dans ce schéma. Aymeric Solas, pour Canet, intègre une rubrique de dépenses en argent pour les hôtes sous forme de journal27. Cette insertion semble indiquer que la rédaction se trouve encore à un stade intermédiaire par rapport à un exemplaire d’audition des comptes, à moins qu’il ne s’agisse d’un aléa dans l’archivage28. Le premier compte de Guillaume Boursier (IE 106A) débute par une série de rubriques sur les arrérages des années 1333 à 1336. Ce cas unique dans notre documentation s’explique par l’incurie du bayle précédent, Pierre de Nucibus, à laquelle G. Boursier doit remédier rapidement après sa nomination.

  • 29 IE 244 fol. 3-91.
  • 30 Guillaume Rollandi pour Alaigne du1er juin 1346 au 1" janvier 1347, IE 244, fol. 3-91 ; Gasbert Jo (...)
  • 31 IE 249, fol. 65-109.

18La structure des comptes les plus tardifs obéit à une logique de présentation différente et l’on peut s’interroger sur l’influence qu’a pu avoir Gaubert du Val sur ces changements. Les rubriques sous forme de bilans individualisés en nature disparaissent. Seul Guillaume Rollandi29 indique pour Alaigne le solde des denrées, puis de l’argent, dépenses déduites. Les comptes sont tous construits selon une structure bipartite similaire : un volet de recettes suivi d’un volet de dépenses. Chaque volet est composé d’une succession de chapitres ou rubriques thématiques dans lesquels les enregistrements sont présentés chronologiquement. Quatre comptes offrent une articulation similaire entre rubriques en argent ou en nature30 : recettes en argent, puis en nature, suivies des dépenses en nature puis en argent par chapitres à classement interne chronologique. Les deux autres comptes sont incomplets par rapport à ce modèle. Raymond Capioni à Canet31 et Pons Bodelli à Sigean ne présentent que des rubriques en monnaie. Là encore, il est possible d’y lire une étape dans l’élaboration de la présentation finale.

  • 32 Le relevé des dépouilles de Bernard de Fargues (Collectorie 148, fol. 47-149) et l’inventaire aprè (...)

19Seules les comptabilités des bayles offrent un échantillonnage suffisant pour permettre des confrontations32. Au-delà de la diversité typologique déterminée par les finalités gestionnaires et comptables, elles mettent en lumière une évolution plutôt dans la chronologie que dans la géographie.

  • 33 Chacun présente tout de même des dépenses en nature avant celles en argent.
  • 34 Collectorie 152, fol. 49 recto : Anno natalis Domini MCCCXLVII et die XVIII januarii facto computo (...)
  • 35 Jean Rey n’est pas mentionné dans la conclusion du compte de Guillaume Rollandi pour Alaigne mais (...)

20La disparition des bilans dans ces comptes de la fin des années 1340 suggère plusieurs hypothèses. Ce sont peut-être des exemplaires inachevés ou dont une partie a disparu. C’est envisageable pour les comptes de Raymond Capioni à Canet, pour les deux comptes de Barthélemy de Piru en tant que bayle de Narbonne33. Il est aussi possible qu’un changement soit intervenu dans la conception des comptabilités ou bien que nous disposions d’exemplaires relevant d’un stade de production intermédiaire à mettre en relation avec la procédure d’enregistrement des données. Les comptes de Sigean et d’Alaigne pour 1346 n’offrent pas des bilans comparables à ceux de la période précédente mais les bayles présentent en dernière page un récapitulatif tant pour l’argent que pour les autres denrées. Nous sommes en présence de documents achevés mais dont le degré de synthèse n’est pas très poussé. La dernière page du compte de Sigean donne un indice supplémentaire. Il est mentionné que le compte final du bayle Pons Bodelli a été reçu par Jean Rey, commissaire pontifical34 chargé de veiller aux intérêts de la papauté dans la procédure de dépouilles de Gaubert du Val35. C’est une indication spécifique à l’attention de la Chambre apostolique et qui pourrait ne pas figurer en dehors d’une période de changement d’archevêque. La mention du solde permet de simplifier l’apurement des comptes.

21La présentation en bilan était-elle réservée à un type particulier de comptes ? Sauf en à découvrir un exemplaire, la question reste sans réponse.

La structure interne des comptes

  • 36 IE 244, fol. 3 à 90, Alaigne.
  • 37 Dix-sept cas pour cinq absences sur l’ensemble des exercices.
  • 38 Deux seulement : le compte de Guillaume Rollandi et celui de Pons Bodelli pour Sigean (Collettorie(...)

22La seule version complète de présentation de comptes dont nous disposions est celle de Guillaume Rollandi pour la seconde moitié de l’année 134636. Elle comporte classiquement trois parties : une introduction, un ensemble de rubriques de recettes et de dépenses, et une conclusion. Les autres comptes sont incomplets. Ils comportent le plus souvent une introduction37 alors que les conclusions sont rarissimes38.

L’introduction

  • 39 La seule exception de la période concerne le premier des comptes de Guillaume Boursier pour Alaign (...)
  • 40 Canet, Reg Av 122, fol. 489 ; pour Alaigne, IE 172, fol. 1, Collectorie 146, fol. 72, IE 181, fol. (...)
  • 41 Pour Alaigne, IE 172, fol. 84 r : Sequitur aliud compotum a festo natalis domini anno a nativitate (...)
  • 42 IE 244, fol. 3 pour Alaigne, IE 24g, fol. 65 et 112 pour Canet ; IE 24g, fol. 1 pour Montels ; IE (...)
  • 43 Collettorie 148, fol. 150 : Compotum redditum per B. de Canceiolo baiulo de Quilhano Narbonensis d (...)
  • 44 IE 106A, fol. 1 à 91, du 1er juin 1337 à Noël 1338.

23Les introductions qui nous sont parvenues sont toutes exprimées à la première personne du singulier. Dans les comptes de la première période, les phrases sont au style direct39 : Ego, [...] baiulus de [...] domini Narbonensis archiepiscopi computavi seu reddidi rationem [...]40. Mais quand un second exercice suit, son introduction est impersonnelle41. Les comptes des années 1346-1347 préfèrent employer la tournure Computus mei Guíllelmí Rollandi baiuli de [...]42. Ce changement de formulation résonne comme une distanciation entre le rédacteur et le document. Peut-être est-ce purement formel car c’est également le cas dans l’inventaire après décès dressé par Jean Rey, mais cela peut aussi traduire une mise en avant du travail du bayle plutôt que de sa personne. Il est envisageable que ces présentations soient le signe d’un stade plus avancé dans l’élaboration ou bien, ce qui n’est pas contradictoire, d’un exemplaire destiné aux auditeurs des comptes. Le compte de Bernard de Canceiolo pour Quillan se distingue. L’introduction en deux temps indique que le document est une version postérieure au décès de Gaubert du Val dont le nom est associé à la mention « de bonne mémoire43 ». Cette précision figure aussi dans le premier compte de Guillaume Boursier pour Alaigne44 qui évoque l’époque de Bernard de Fargues. Ce document apporte cependant une précision supplémentaire : le compte est rendu à la Chambre apostolique. J’ai souligné plus haut que cette introduction tranchait par rapport à celle de la décennie 1330. La singularité de l’expression des introductions des comptes d’Alaigne en 1337-1338 et Quillan pour la fin de 1346, chacune dans son genre, pourrait être considérée comme une manifestation d’une finalité différente pour ces deux documents.

  • 45 Reg. Av. 122, fol. 489, Canet : Ego, Americus Solas baiulus de Caneto domini Narbonensis archiepis (...)
  • 46 Collettorie 146, fol. 72 et IE 181, fol. 1.

24Deux introductions mentionnent le nom des auditeurs qui vérifient ces comptes. Aymeric Solas en cite sept pour 133545 et les qualifie de « vénérables et discrets ». Les trois premiers sont des membres de la cour archiépiscopale : le camérier, Guillaume de Podio, le trésorier, Durand de Geno et le notaire de l’archevêque, Gaillard de Tilhio. La présence de ces proches collaborateurs de l’archevêque pour veiller à la régularité des comptes dans la gestion séculière est classique. Sans doute sont-ils « membres de droit » par la charge qu’ils occupent. Mais ils sont en minorité par rapport aux quatre marchands de la ville, Jean et Pierre Lauraci, Durand Bandonis et Guillaume Boneti. Si légitime soit-elle en raison des compétences comptables de ces professionnels, cette présence est surprenante pour le xive siècle sur le plan de l’ouverture au monde laïque et urbain. L’absence de document complémentaire ne nous permet pas de savoir sur quels critères étaient nommés les auditeurs ni de connaître la durée de leur mandat. En 1339-134046, Guillaume Boursier travaille avec les « vénérables hommes du seigneur » dont l’archidiacre d’Agde et à nouveau, le notaire Gaillard de Tilhio, Jean de Lauraco (sic) et Durand Bandonis. Il ne détaille pas les autres.

25La finalité des documents comptables que nous possédons n’est jamais clairement indiquée dans les introductions. La mention des auditeurs sous-entend qu’ils étaient rédigés, au moins dans la forme que nous connaissons, afin de permettre à l’administration archiépiscopale de vérifier la régularité et la probité de la gestion des baylies.

La conclusion

  • 47 Guillaume Rollandi pour Alaigne, IE 244, fol. 90, et Pons Bodelli pour Sigean, Collectorie 152, fo (...)
  • 48 Voir notes 17 et 28.
  • 49 Pendant la vacance du siège, l’archevêché est sous l’autorité du pape.

26L’absence quasi générale de conclusion peut s’expliquer par des hypothèses très matérielles : pertes des folios finaux, exemplaires de travail en attente, distraction de chapitres pour une autre utilisation. Deux exemples datant de la fin de l’archiépiscopat de Gaubert du Val peuvent être comparés47. Peut-on en déduire un modèle général ? L’expression est impersonnelle : il s’agit de chiffrer les sommes et quantités que le bayle doit avoir en caisse après déduction des dépenses et des assignations48. À Sigean, il est question de compte final reçu par Jean Rey, le commissaire chargé des dépouilles de Gaubert du Val. La formulation indique que le bayle s’en remet à l’autorité supérieure pour l’établissement des soldes49.

Les rubriques

27Le cœur de la source comptable consiste en la succession des différentes rubriques dont l’enchaînement est très similaire en dépit de quelques différences de détails. S’il n’existait pas des matrices de présentation à l’usage des bayles, des consignes devaient avoir été données pour obtenir cette uniformisation. Le relevé systématique des différents chapitres permet alors d’établir une sorte de « modèle » qui tient compte de toutes les mentions, y compris celles de chapitres qui ne sont mentionnés qu’une fois dans l’ensemble de la documentation. Il est ainsi possible d’établir la gamme des disponibilités de classement s’offrant au rédacteur.

28La comparaison des comptes des bayles avec ceux qui sont issus de la Chambre apostolique révèle une grande similitude dans l’architecture de la présentation. Même les profondes différences dans le nombre et la typologie des rubriques entre Avignon et Narbonne renforcent cette impression.

  • 50 Des chapitres spécifiques sont présents dans certains comptes. Là encore, c’est la nécessité qui f (...)

29D’une manière générale, les légères variations dans l’ordre des chapitres de recettes semblent dues à la nécessité de rajouter un chapitre spécifique50 ou au contraire à une absence de recette qui rendait inutile de faire figurer un titre seul. Rien sur les vendanges pour un compte de Noël au début de l’été. Pour les revenus ou les droits que les autres comptes ignorent, il s’agit d’une spécificité locale, ou bien la perte de la quasi-totalité des autres comptes nous prive de ces mentions. C’est donc l’empirisme qui l’emporte.

  • 51 Pour l’archevêque, pour ses familiers, pour les hôtes, pour les malades, pour les litiges, pour le (...)
  • 52 Ils sont les seuls à mentionner le seigle, les moutons, les poules.

30Une double différence s’impose dans les rubriques des dépenses sur le critère chronologique. Les comptes les plus précoces débutent par les dépenses en argent puis présentent des bilans pour les différentes denrées en classant les dépenses par thème51. Ceux de la décennie 1340 font d’abord la liste des dépenses en nature, par denrées, puis des dépenses en argent. Tous les comptes ne font pas une liste exhaustive des dépenses de denrées mais, d’une manière générale, ceux de la première période sont complets52. Les similitudes l’emportent encore pour les dépenses en argent. Les frais incluent les achats ou réparations de matériel, les salaires et la nourriture de la main-d’œuvre dans un même chapitre thématique.

  • 53 Sur l’impact de la renaissance du droit romain à partir de la seconde moitié du xiie siècle, je re (...)

31La finalité est le principal critère de détermination de la structure de la comptabilité. Ces comptes sont des outils à la fois de travail et de présentation. Il n’y a pas de recherche de prestige dans les exemplaires qui nous sont parvenus. Les comptes du Trésor et le relevé des dépouilles de Bernard de Fargues ont une composition similaire. Est-ce le reflet d’une volonté de l’administration financière centrale avignonnaise ou un simple reflet des pratiques comptables du moment ? Les comptes des bayles y sont pris comme sources documentaires pour déterminer les sommes dues au trésorier dans le premier cas et à la Chambre apostolique dans le second. Journaux des dépenses et inventaire du mobilier des châteaux de Gaubert du Val sont des notes prises en vue de la constitution de chapitres synthétiques. Ces relevés ne sont qu’une première étape de l’élaboration de synthèses. Les comptes des bayles sont à des stades d’élaboration différents mais déjà avancés puisque certains présentent des bilans chiffrés. Certains exercices ont été présentés aux auditeurs des comptes. En revanche, aucun compte ne porte trace de la mention appr., signe de l’approbation par l’autorité archiépiscopale. Quelques rares spécimens de billets de reconnaissance ou d’assignation ont survécu par insertion dans les comptes mais la quasi-totalité ont disparu. Les vérifications semblent avoir été systématiques : l’écrit fait foi53. Ce n’est pas le bien-fondé de la dépense ou de l’attribution des sommes que le rédacteur met en avant mais l’authenticité de l’ordre de paiement qui le couvre en cas de contestation.

Les baylies, cadre de la gestion archiépiscopale, synthèse de la vision donnée par le livre vert et par des registes vaticans

Notes

1 L’étude de cet inventaire synthétique qui n’est pas un cartulaire en dépit de son nom a été l’objet de ma thèse, Autour du Livre Vert : idéal et réalités de la seigneurie des archevêques de Narbonne de Gilles Aycelin à Pierre de La Jugie (1290-1375), sous la direction de Mme Monique Bourin, soutenue le 23 novembre 2007, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en cours de publication.

2 Plusieurs thèses s’appuyant sur ces sources sont venues renouveler la question. P. Généquand, L’organisation et la politique de la cour pontificale sous Clement VIII (1378-1394) à partir des documents comptables et des lettres, thèse de doctorat de l’université de Genève, 2003. E. Anheim, La forge de Babylone. Culture de cour et pouvoir pontifical sous le règne de Clement VI (1342-1352), thèse de doctorat de l’EPHE, IVe section, 2004 ; V. Theis, Le gouvernement pontifical du comtat Venaissin (v. 1270-v. 1350), thèse de l’université de Lyon 2, 2005 ; P. Dautrey, Construction et architecture à travers les comptes du xiiie et du xive siècle, thèse de doctorat de l’EHESS, 2006. Une table ronde organisée les 28 et 29 juin 2003 à l’École française de Rome a été consacrée aux problèmes de diplomatique et d’édition des sources comptables. Les comptabilités pontificales, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 118-2 (2006), 240 p.

3 Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof-und Finanzvenvaltung, 1316-1378 (in Verbindung mit ihrem historischen Institut in Rom herausgegeben von der Görres Gesellschatf). Les différents volumes de la collection sont sous la direction de K.-H. Schafer, E. Gdller, L. Mölher, H. Hoberg.

4 Je ne cite ici que deux ouvrages : P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècle), Paris, CTHS, 2001,459 p. ; P. Beck, Archéologie d’un document d’archives : approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes, 1285-1543, Paris, École des chartes, 2006, 248 p.

5 Entre 1635 et 1640, Antoine Rocque, notaire de l’archevêché, recense les archives archiépiscopales déjà en piètre état. Ce regeste en quatre gros volumes permet de se faire une idée de la perte. II est consultable sous forme de microfilm aux Archives municipales de Narbonne (AMN, non coté) et de fac-similé à la médiathèque (ms. 314).

6 Une lettre de la municipalité encourage la destruction des titres (AMN, registre de correspondance municipale, 2D2153). L’autodafé du 10 août 1793 a irrémédiablement détruit trois charretées de titres provenant des archives ecclésiastiques.

7 La présence de ces documents narbonnais dans les fonds aujourd’hui conservés à l’Archi vio Segreto Vaticano est due à l’histoire des archives de la papauté. Le tableau indique qu’ils sont extraits de trois séries, les Collectories, les Introitus et Exitus (IE) et les Registra Avenionensia (Reg. Av.), alors qu’ils ne s’intégrent pas à la typologie des séries. Les aléas des réorganisations archivistiques ont fait que des pièces « étrangères » y ont été insérées peut-être parce qu’elles n’ont pas toujours été identifiées par les archivistes.

8 Les comptes pour lesquels figurent 3 dates présentent 2 exercices comptables consécutifs.

9 Ce type de source est mentionné pour information mais n’est pas inclus dans la réflexion.

10 Gasbertus de Valle est connu dans la bibliographie avignonnaise sous le nom de Gasbert du Val ou de Valle, voire de Laval. Il a d’abord occupé la fonction de trésorier du pape à partir de 1316 avant d’être nommé camérier en septembre 1319 jusqu’à sa mort le 1er janvier 1347.

11 Seul l’évêché de Fréjus dispose de documents similaires pour l’épiscopat de Jacques Duèse, futur Jean XXII.

12 La création de la province de Toulouse s’est faite par distraction de l’immense évêché de Toulouse et de celui de Pamiers. Pour compenser cette perte et maintenir le nombre des suffragante narbonnais à dix, le pape a érigé en évêchés les monastères d’Alet et de Saint-Pons-de-Thomières. L’archevêché de Narbonne n’en reste pas moins le troisième du royaume de France par sa richesse au xive siècle, après Rouen et Auch. Son revenu est de 27000 florins, selon C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi ab anno 1198 usque ad annum 1431 perducta, Ratisbonne, 1913, p. 356.

13 Pourtant, il n’en est rien au regard des services communs payés par les archevêques avant et après le découpage. Bernard de Fargues acquitte 8 000 florins en 1311 et Gaubert du Val 10 000 en 1342.

14 Les dîmes des baylies de Quillan et de Pia relèvent des évêques d’Alet et d’Elne. Le Livre vert comme les comptes pour les levées ne distinguent pas l’origine des redevances.

15 Cela s’explique par le fait que le Livre vert a sans doute une vocation intemporelle d’instrument de défense des intérêts de l’archevêque. C’est la fonction qui est mise en avant. Il n’y a qu’un seul cas de personnification par le nom à Pieusse, et c’est seulement parce qu’il a agi en tant que particulier. Folio 69 r, Item aliud hospitíum contiguum viridario sumptum de novo per dominum Joannem de Granis bavilum dicti loci.

16 Les frais enregistrés dans les comptes témoignent que les liens sont à double sens. En cas de besoin ou quand ils sont convoqués, les bayles se déplacent à Narbonne ou bien ils se rendent là où se trouve l’archevêque ou le trésorier archiépiscopal. L’inverse est tout aussi fréquent et les échanges de courriers sont nombreux.

17 La quasi-totalité de ces billets ont disparu des archives comptables.

18 Les deux journaux de Barthélemy de Piru ont été endommagés. La déchirure des quatre derniers folios ne gêne que de manière minime la lecture des dépenses à la fin de la période, du 3 au 19 mai 1347 (Collectorie 152, fol. 167-171). En revanche, le trou que porte le journal de l’année précédente (Collectorie 146, fol.1-52, 1er mars-31 décembre 1346) handicape plus sérieusement la source sur les vingt derniers folios car il s’élargit au fil des pages.

19 Certains passages sont de véritables brouillards pour lesquels ratures et surcharges rajoutent à la difficulté de lecture d’une écriture cursive hâtive et brouillonne.

20 Collectorie 146, fol. 1-52, de mars à septembre 1346, et Collectorie 152, fol. 136-171, du1er janvier au 19 mai 1347. La perte des folios de la fin du premier enregistrement nous prive des mois d’octobre à décembre, supprimant le suivi entre les deux documents.

21 À la suite du nom de chaque personnalité figure le nombre de personnes qui l’accompagnent, sans plus de détails. Lorsque les mêmes personnes mangent plusieurs jours d’affilée, le bayle se contente d’un omnes alii ut supra.

22 Les sources restent muettes sur ce responsable qui est forcément distinct du bayle.

23 En principe, deux jours par page.

24 Je renvoie le lecteur au tableau de présentation.

25 Reg. Av.122 fol. 489-551, Canet, 1334 ; Alaigne, IE 106A fol. 1-91, IE 172, fol. 1-104, et les doublons Collectorie 146 fol. 72-184 et IE 181.

26 Les dépenses sont plus systématiquement datées que les recettes en vue du contrôle par les auditeurs des comptes.

27 Il se présente sous une forme identique à ceux de Barthélemy de Piru pour Narbonne.

28 Le bayle a peut-être voulu ou dû justifier précisément ses dépenses.

29 IE 244 fol. 3-91.

30 Guillaume Rollandi pour Alaigne du1er juin 1346 au 1" janvier 1347, IE 244, fol. 3-91 ; Gasbert Jordani pour Montels, IE 24g, fol. 1-64, du 1er juin 1346 au 20 mai 1347 ; Bernard de Canceiolo pour Quillan du 24 juin 1346 au 1er janvier 1347, Collectorie 148, fol. 150-220 ; Barthélemy de Piru pour Narbonne de mars 1346 au 1er janvier 1347, IE 244, fol. 102-251 et Collectorie 152, fol. 64-128, du 1er janvier au 20 mai 1347.

31 IE 249, fol. 65-109.

32 Le relevé des dépouilles de Bernard de Fargues (Collectorie 148, fol. 47-149) et l’inventaire après le décès de Gaubert du Val (Collectorie 152, fol. 1-8), d’une part, le fragment de comptes du chancelier (IE 244, fol. 91-101), d’autre part, sont des cas uniques. Les documents de Guillaume Boursier comme trésorier sont deux exemplaires du même compte (Collectorie 146, fol. 185-229, et IE 180, fol. 149-180). Aucune possibilité de comparaison n’est donc offerte pour ces documents.

33 Chacun présente tout de même des dépenses en nature avant celles en argent.

34 Collectorie 152, fol. 49 recto : Anno natalis Domini MCCCXLVII et die XVIII januarii facto computo finali cum domino Poncio Bodelli baíulo de Seiano fuit receptus per magistrum Johanem Regis commissarum debet habere penes se quantitatas bladorum, vinorum, salis, olei et pecunias infrascriptas [...].

35 Jean Rey n’est pas mentionné dans la conclusion du compte de Guillaume Rollandi pour Alaigne mais la formule est très similaire. IE 244, fol. 90 r : Et sic facta deductione de expensis solutis et assignatis restat quod debet dictus dominus Guillelmus Rollandi baiulus de Alanhano [...].

36 IE 244, fol. 3 à 90, Alaigne.

37 Dix-sept cas pour cinq absences sur l’ensemble des exercices.

38 Deux seulement : le compte de Guillaume Rollandi et celui de Pons Bodelli pour Sigean (Collettorie 152, fol. 17 à 49), précédemment cités.

39 La seule exception de la période concerne le premier des comptes de Guillaume Boursier pour Alaigne, IE 106A, fol. 1 : Anno domini millesimo 33 septimo prima die junii baiula de Alanhano vacavit per procuratorem domini P. de Nucibus et post aliquos menses G. Borserii presbiter fuit compertus baiulus dicte baiulie et incepit recipere ut infra sequitur [...]. Cela peut s’expliquer par les circonstances exceptionnelles.

40 Canet, Reg Av 122, fol. 489 ; pour Alaigne, IE 172, fol. 1, Collectorie 146, fol. 72, IE 181, fol. 1 et Collettorie 146, fol. 185. (Il est à remarquer que pour ces trois comptes de Guillaume Boursier, l’introduction y est doublement formulée, style direct, comme signalé, et forme passive pour l’indication des bornes chronologiques de l’exercice.) Morerius de Moreriis formule de la même façon l’introduction de son inventaire des dépouilles de Bernard de Fargues (Collectorie 148, fol. 47) : Die 8 mensis maii anno domini 1341, ego Moreriis de Moreriis Domini nostri papae nuncius recepì litteras appostolicas per manus Petri Verneti cursoris prefati domini nostri pape [...].

41 Pour Alaigne, IE 172, fol. 84 r : Sequitur aliud compotum a festo natalis domini anno a nativitate christi millesimo 339 usque ad primam dies [lacune] exclusive de receptis per dictum baiulum [...]. Un seul exemple suffit-il à affirmer que la pratique était générale ?

42 IE 244, fol. 3 pour Alaigne, IE 24g, fol. 65 et 112 pour Canet ; IE 24g, fol. 1 pour Montels ; IE 244, fol. 91, Collettorie 152, fol. 64 pour Barthélemy de Piru à Narbonne. L’introduction du journal des dépenses de bouche de Barthélemy de Piru (Collettorie 146, fol. 1) a une forme impersonnelle : Sequitur expense ordinarie facte et adminístrate per dominum Bartholomeum de Piru baiulum domus archiepiscopalis narbonensis videlicet a prima die mensis marcii anni sexti usque ad ultimam diem mensis decembris computando septimi.

43 Collettorie 148, fol. 150 : Compotum redditum per B. de Canceiolo baiulo de Quilhano Narbonensis diocesi de tempore bone memorie domini G. narbonensis archiepiscopi de pecunís, bladis, vinis et alüs causis per ipsum dicta baiulia receptis ac solutis, assignatis et expensis videlicet a festo sancti Johannis Baptiste anno domini 1346 inclusive usque ad festum circumcisionis domini tune proxime sequentem prout in presente compotu continetur. Et fuit recepte michi B de Canceiolo baiuli castri et castellane de Quilhano pro rendo in christo pro domino Ga[sberto] dei gracia sancte ecclesie Narbonense archiepiscopo ut sequitur per ordinem a die beati Johannis Baptiste anni domini 1346 inclusive usque ad festum circoncisionis domini.

44 IE 106A, fol. 1 à 91, du 1er juin 1337 à Noël 1338.

45 Reg. Av. 122, fol. 489, Canet : Ego, Americus Solas baiulus de Caneto domini Narbonensis archiepiscopi computavi seu reddidi rationem coram venerabilits et discretis dominis auditoribus compotuum domini predicti videlicet dominus Guillelmo de Podio, camerarius dicti domini, Durando de Geno thesaurario, magistro Guilhardo de Tilhio notario domini Johane Lauraci, Petro Lauraci, Durando Bandonis et Guillelmo Boneti mercatoribus Narbone [...].

46 Collettorie 146, fol. 72 et IE 181, fol. 1.

47 Guillaume Rollandi pour Alaigne, IE 244, fol. 90, et Pons Bodelli pour Sigean, Collectorie 152, fol. 49.

48 Voir notes 17 et 28.

49 Pendant la vacance du siège, l’archevêché est sous l’autorité du pape.

50 Des chapitres spécifiques sont présents dans certains comptes. Là encore, c’est la nécessité qui fait loi, les chapitres sont insérés si besoin. Les cas typiques sont la liste d’églises de la baylie de Canet ayant concédé « gracieusement » un subside à l’archevêque en 1334 et les multiples chapitres de recouvrement des arrérages de Pierre de Nucibus pour Alaigne (1337-1340).

51 Pour l’archevêque, pour ses familiers, pour les hôtes, pour les malades, pour les litiges, pour les pensions.

52 Ils sont les seuls à mentionner le seigle, les moutons, les poules.

53 Sur l’impact de la renaissance du droit romain à partir de la seconde moitié du xiie siècle, je renvoie le lecteur à l’ouvrage de P. Chastang, Lire, écrire, transcrire... p. 271 et suiv.

Table des illustrations

Titre Typologie des comptabilités
Légende Note 88Note 99
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Les baylies, cadre de la gestion archiépiscopale, synthèse de la vision donnée par le livre vert et par des registes vaticans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteur

UMR 8589-Lamop

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540