Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

2e section. Ordonner choses et mots

Classer et compiler : la gestion des archives du Mont-Cassin au xiie siècle

Pierre Chastang et Laurent Feller

Texte intégral

  • 1 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc ( (...)
  • 2 Monte Cassino, Arch. caps. XCVI, Capitula privilegiorum, fasc. I, rotolo V1.

1Les archives du Mont-Cassin constituent l’un des dépôts du Moyen Âge les plus importants qui nous soient parvenus. Contenant des documents plus importants qui parvenus. pouvant remonter au viiie siècle, elles présentent la particularité d’être toujours vivantes, l’institution n’ayant pas connu de démantèlement définitif. Savoir comment les archivistes du monastère géraient leur documentation, quels classements et quels groupements ils utilisaient est une question essentielle. Il est possible de l’aborder, sinon de la résoudre, en mobilisant et en étudiant les travaux réalisés dans le scriptorium, au début des années 1130, par l’équipe de Pierre Diacre. Ceux-ci permettent d’identifier les enjeux à la fois patrimoniaux et mémoriels en cause dans la rédaction d’un cartulaire comme dans la gestion de la documentation utilisée lors de son élaboration. Les moines, en établissant des listes ou en copiant des documents, cherchent à confirmer l’appropriation de leur espace et à s’emparer, pour la magnifier ou la modifier, de la mémoire de leur communauté1. Il nous a semblé opportun d’offrir à Monique Bourin, dont l’enseignement et les écrits ont été et sont si importants dans le domaine de la compréhension des écritures pratiques, une réflexion construite autour d’une liste de documents des archives du Mont-Cassin, le rouleau V12.

Chroniques, cartulaires et listes

  • 3 Celui-ci est actuellement en cours d’édition par une équipe franco-italienne coordonnée par J.-M. (...)
  • 4 H. Bloch, « Montecassino in the schism of Anacletus II and the Glanfeuil Forgeries of Peter the De (...)

2Comme tous les autres grands monastères d’Italie centro-méridionale, le Mont-Cassin a élaboré des formes de gestion des archives impliquant la compilation d’un cartulaire. Celui-ci, connu sous le nom de Registrum Petri Diaconi3 (à partir de maintenant, RPD) a été compilé dans des circonstances troublées où l’histoire locale du Mont-Cassin se trouve liée aux enjeux politiques et culturels de la réforme de l’Église et aux luttes opposant les clans de la curie pontificale4. On ne le présentera pas ici, sauf pour rappeler quelques données essentielles.

  • 5 Pour un exemple de forgerie, voir H. Bloch, « Tertullus’Sicilian donation and a newly discovered T (...)
  • 6 Voir H. Hoffmann, « Petrus Diaconus, die Herren von Tusculum und der Sturz Oderisius II von Montec (...)
  • 7 Référence à la note qui précède.
  • 8 Liber de viris illustribus casinensis cœnobii, PL, 173, col. 1010 C. Le texte date de c. 1133 (Ort (...)
  • 9 Sur la chronologie de la rédaction, voir W. Smidt, « Guido und die Fortsetzung des Chronik Leos du (...)
  • 10 Voir L. Feller, Les Abruzzes medievales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe(...)

3La première de ces données est d’ordre biographique. L’auteur, Pierre Diacre, est un personnage fort connu de l’érudition, qui a porté sur lui un jugement très négatif. Il passe pour être l’auteur de nombreux faux diplomatiques, liés aussi bien à sa production hagiographique qu’à sa volonté, comme archiviste du Mont-Cassin, de nourrir des dossiers en vue d’obtenir des confirmations impériales5. Appartenant à une famille de l’aristocratie latíale, il est entré enfant à l’abbaye, en 1107 ou 1110, alors qu’il avait cinq ans6. En 1128, entre 18 et 21 ans, il est contraint à l’exil du fait des très fortes tensions existant dans le cloître, consécutives à la déposition, en 1126, de l’abbé Oderisius II. Il ne revient au Mont-Cassin qu’en 1131. Il semble peu probable, du fait de son jeune âge et du fait aussi des dissensions à l’intérieur de l’abbaye, qu’il ait joué un rôle de premier plan avant cette date. Depuis le départ de Léon d’Ostie, un moine dénommé Guido a assumé la direction des archives, poursuivi la rédaction des Chronica monasterii Casinensis (désormais CMC)7, et formé le jeune Pierre Diacre qui lui rend hommage dans certains de ses textes8. Placé par l’abbé Seniorectus à la tête des archives, portant alternativement le titre de bibliothecarius, de cartularius ou de scrinarius, il se lance alors dans une activité intense, presque frénétique, dont témoignent la compilation concomitante du RPD et la réélaboration d’un certain nombre de textes hagiographiques. Ces derniers sont en relation avec des groupes de faux tout à fait redoutables ; le degré d’implication personnelle de Pierre Diacre dans leur conception comme dans leur production demeure difficile à déterminer, ce qui rend leur datation délicate. D’autre part, Pierre Diacre continue l’œuvre de Léon d’Ostie et de Guido, poursuivant la chronique jusqu’aux années 11509. Il appartient donc à la catégorie des archivistes-historiens très impliqués dans les affaires patrimoniales de leur abbaye et présente un profil proche de celui de tous les autres auteurs de cartulaires de la région au xiie siècle10. Ces œuvres posent ainsi le même type de problèmes : quel lien entre documents d’archives et récit hishistorique ? Comment passer de l’un à l’autre, de l’organisation chronologique de la chronique au classement typologique ou géographique du cartulaire ? Que Pierre Diacre soit également un faussaire introduit de la complexité sans changer la nature du problème. Pour le cerner, il est nécessaire d’effectuer un premier détour passant par l’œuvre de Léon d’Ostie.

Les chroniques du Mont-Cassin et le cartulaire de Pierre Diacre

  • 11 A. M. Fagnoni, « Un cronista medievale al lavoro », Scripta Philologica, 2 (1977), p. 51-129 ; sur (...)
  • 12 Voir L. Feller, « Le cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria », Les cartulaires..., op. ci (...)
  • 13 Voir A. M. Fagnoni, « Un cronista medievale », op. cit.

4Depuis la fin du xie siècle, une vaste entreprise historiographique entremêlant la narration et le maniement des archives est en cours au Mont-Cassin. Sa pièce maîtresse est constituée par la Chronique rédigée par Léon d’Ostie († 1115) à partir de c. 109911. Léon d’Ostie a été confronté aux mêmes problèmes méthodologiques que tous les autres auteurs, Gregorio di Catino à Farfa, Jean à Saint-Vincent-au-Volturne et Giovanni di Berardo à Casauria12 : la présence, comme source du récit, de matériaux de nature diverse rendant tous compte d’une partie de l’histoire du Mont-Cassin. Aux listes d’abbés, récits antérieurs, comme l’Histoire de Paul Diacre, l’Histoire des Lombards de Bénévent d’Erchempert ou celle, toute récente pour lui, d’Aimé du Mont-Cassin, s’adjoignent les récits hagiographiques et tous les fragments de discours narratifs accumulés au scriptorium et qui servent directement de sources. Ces éléments sont cependant insuffisants, étant donné la nature de la chronique qui est centrée sur l’abbaye et ne parle des princes, des rois et, en règle générale, des affaires politiques que si le monastère est partie prenante. D’autre part, les événements politiques ou liturgiques ne sont pas les seuls à scander la vie du monastère. Les offrandes faites par les laïcs, quel que soit leur statut, appartiennent aussi à l’histoire de l’institution. En faire mémoire permet de fournir au monastère un outil de gestion dont il est encore dépourvu à la fin du xie siècle, puisqu’il n’y a pas de cartulaire et que tous les documents doivent être consultés en originaux. En conséquence, Léon d’Ostie est amené à construire un travail répondant à un double impératif : faciliter la consultation des documents d’archive d’une part, construire un récit qui intègre ces derniers, d’autre part. Dans la chronique de Léon d’Ostie, les documents d’archive changent de statut et, de textes diplomatiques, deviennent sources narratives du simple fait de leur insertion dans la trame du récit. Cela ne se fait d’ailleurs pas d’un seul coup : les documents dont Léon d’Ostie donne une analyse sont pour beaucoup des ajouts faits au cours de différentes réécritures et révisions, dont le manuscrit autographe conservé à Munich porte la trace13.

  • 14 Les problèmes de mise en pages posés par la rencontre entre textes narratifs et diplomatiques ne t (...)
  • 15 CMC, II, 79, p. 324 : élévation de Brunon de Toul au pontificat ; voyage de celui-ci dans le Bénéve (...)

5Des analyses sont en effet insérées dans les marges et nécessitent, pour que leur place soit tout à fait exacte, un système complexe de renvois qui a conduit à de recopier le manuscrit autographe pour conférer au récit unité et fluidité. Plus le temps passait, plus Léon d’Ostie tendait à transformer sa chronique en une ébauche de cartulaire-chronique, sans pour autant parvenir à mettre au point un savoir-faire satisfaisant14. L’usage de la glose marginale pour insérer des analyses de textes diplomatiques produit des effets de rupture dans la trame du récit et ramène bien souvent à l’échelon local une narration qui traite fréquemment de questions d’un autre ordre. Ainsi, la chronique des événements du pontificat de Léon IX en relation avec le Mont-Cassin est interrompue par une série de donations effectuées par des aristocrates locaux. Le récit nivelle l’autorité attachée aux documents comme leur portée historique, une donation du pape faite au cours d’une de ses tournées étant mise sur le même plan qu’une cession effectuée par un potentat local15.

  • 16 Pour la description matérielle du manuscrit, voir M. Dell’Omo, Il Registrum di Pietro Diacono..., (...)

6La Chronique de Léon d’Ostie sert cependant de point de référence obligé pour la compréhension de toutes les entreprises archivistiques postérieures, et notamment du cartulaire de Pierre Diacre. Celui-ci a été composé entre 1131 et 1133. Sa mise au point a été très rapide : en deux ans à peine, le processus de repérage, de sélection, de classement et de copie des documents a été achevé, donnant le jour à un volumineux codex16. L’affaire aurait été sans doute beaucoup plus difficile sans le guide que constitue la chronique. Pierre Diacre, en tout cas, le dit très nettement dans l’épître dédicatoire à l’abbé Seniorectus qui ouvre le cartulaire :

  • 17 Édition de l’épître dédicatoire de Pierre Diacre à l’abbé Seniorectus, ibid., p. 39.

Maximo autem adiutorio in hoc nobis venerabili Leonis Hostiensis episcopi istoria fuit, qui a beatissimo patre Benedicto sumens exordium, de Casinensis cenobii rebus utilem librum describsit, in quo tantam sui sensus expressi, ut pene níchil eorum omitteret que in eodem evenere cenobio. Tanti namque viri studium in hoc opere sequens adsequi nimis impari sensus facultate nequiverim, ordinem tamen oblationum prout ab eo statutum est posui. In sex porro decisiones librum statui dividere istum, in privilegiis, in preceptis, in oblationibus, in libellis, in renuntiis, in sacramentis17.

  • 18 Voir par exemple RPD, nos 233 A, 233 B, 233 C, 233 D et 233 E.

7Ce texte, cependant, ne va pas sans poser certains problèmes. Si on le suit, Pierre Diacre aurait utilisé la chronique de Léon d’Ostie et en aurait, en quelque manière, produit les pièces justificatives. Il se serait donc contenté de repérer dans les archives les documents indiqués par Léon et les aurait recopiés, en les ordonnant différemment. Il est bien vrai que le travail de Léon d’Ostie était suffisamment précis et fiable pour que les auteurs du RPD n’aient pas hésité, lorsqu’ils ne trouvaient plus le document dans les archives, à extraire sa notice18. Cependant, l’ordre suivi par le cartulaire de Pierre Diacre n’est pas celui d’une chronique. Il propose une autre organisation, qui est typologique. Pierre Diacre envisage en effet de diviser sa matière en six parties : privilèges pontificaux, préceptes impériaux et royaux, donations, livelli, renuntia et serments. Le classement est manifestement hiérarchique, allant du plus précieux (les documents pontificaux) au moins précieux (les serments).

  • 19 Monte Cassino, Arch. caps. XCVI, Capitula privilegiorum, fasc. I, rotolo V2.

8La question de savoir par quels moyens il est possible de passer d’un classement chronologique – qui implique d’assimiler les actes de la pratique à des événements situés dans le temps avant d’être situés dans l’espace ou à l’intérieur d’une typologie – à un autre, qui implique une mise en ordre tout à fait différente de la matière archivistique en lui restituant sa nature diplomatique, est primordiale. Nous pensons que seul l’établissement de listes a permis de parvenir à ce résultat de passer de la chronologie à la typologie. Il se trouve que nous possédons deux listes de documents sûrement datées des années 1130, l’une contenue dans le rouleau V1 et la seconde contenue dans le rouleau V219.

  • 20 Voir P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registraum Petri Diaconi », op (...)

9Nous nous attacherons, dans les pages qui suivent, à déterminer le rôle de V1 dans l’économie du travail du scriptorium au début des années 1130. L’hypothèse de travail qui a guidé au départ notre examen était que le V1 contenait une liste intermédiaire entre la chronique et le registre qui aurait permis le passage de l’un à l’autre ; ce qui était une façon d’interpréter le texte de Pierre Diacre que nous venons de citer, puisqu’il dit s’être appuyé sur le travail de son prédécesseur pour élaborer son cartulaire. Il a fallu très vite écarter cette hypothèse ; c’est une autre liste, celle appelée V2, qui a eu ce rôle20. Le V1, pour sa part, présente des différences sensibles avec l’ordre établi par le cartulaire et le rouleau V2 ; il est peut-être plus proche du classement effectif des documents présents dans les archives, à moins qu’il ne soit en rapport avec une autre entreprise. Les auteurs du V1 ont parfois choisi d’autres documents que ceux inscrits au cartulaire et ont suivi un autre ordre que celui de Pierre Diacre.

Présentation

  • 21 M. Dell’Omo, Il Registrum di Pietro Diacono..., op. cit, p. 41-50.

10Le rouleau V1 est une liste non numérotée, comportant 510 rubriques écrites sur rouleau de parchemin. Il est composé de quatre feuillets cousus, de forme rectangulaire et de dimension à peu près régulière : entre 41,5 cm de hauteur pour le premier feuillet, qui est le plus grand, et 35 cm pour le feuillet 3 qui est le plus court. La largeur est toujours de 23 cm. Les feuillets sont réglés horizontalement, avec un intervalle de 0,5 à 0,8 cm entre les lignes et verticalement, de manière à séparer deux colonnes qui délimitent un espace d’écriture de 10,5-11 cm de large selon les feuillets. Les deux colonnes sont effectivement remplies dans quatre des cinq feuillets, la colonne de droite demeurant inachevée dans le no 3. Une édition a été donnée de ce document, en 2001, par Mariano Dell’Omo21.

Interversion de deux feuillets

11Le feuillet no 3 présente des anomalies. La colonne de gauche est complète et propose une série de donations. Quant à la colonne de droite, elle s’interrompt environ aux 4/5e de la page. Toutes les donations sont précédées du mot Off., pour Offertio. À la fin de cette colonne, il est écrit huit fois et n’est suivi d’aucun texte ; on a préparé les lignes et, pour une raison inconnue, les vedettes n’ont pas été remplies. Un blanc de sept autres lignes est ensuite laissé. Cela fait au total 15 lignes blanches qui correspondent mieux à la fin d’un manuscrit qu’à un feuillet intérieur. Le feuillet no 4 est en revanche complet. Les deux feuillets présentent les offertiones, les donations faites au monastère. Nous considérons comme très probable qu’il y a eu interversion lors d’un remontage. Dans la mesure où nous allons nous intéresser essentiellement au classement, à l’ordre de la liste et aux recoupements possibles entre cartulaire, chronique et V1, la modification de l’ordre de la liste change les perspectives. L’inversion de deux feuillets peut rendre illogique le classement des documents concernés, en l’occurrence les donations (offertiones).

Écriture et datation

12Le document, dans une écriture bénéventaine de bibliothèque très soignée, est écrit par une seule main. On ne la retrouve pas parmi celle des auteurs du RPD. Cette main est de plus très différente de celle, unique elle aussi, qui a composé le V2.

  • 22 V1, no 118 = RPD, no 602, absent du V2.
  • 23 Voir H. Bloch, Montecassino..., op. cit, n. 6, p. 968.

13La datation fait problème. Le document le plus récent mentionné dans cette liste remonte à 112922, ce qui fournit un terminus a quo. Il est impossible d’établir un terminus ad quem tout à fait certain, aucun argument n’ayant dans ce cas de force décisive. L’érudition admet en règle générale que V1 est contemporain de la compilation du RPD et qu’il date donc de la période 1131-113323, c’est-à-dire du moment où, de retour d’exil, Pierre Diacre reprend en main le scriptorium. Il commence à travailler aux hagiographies dont la rédaction est liée à la mise en forme de traditions courant au Mont-Cassin – peut-être appuyées sur un fonds documentaire – et que notre auteur cristallise à travers de subtiles forgeries. La façon dont les dossiers relatifs au travail hagiographique de Pierre Diacre sont présentés dans les listes comme dans le cartulaire fournit des indices de datation de celles-ci.

14Prenons, à titre d’exemple, les mentions relatives aux biens du patrice Tertullus qui, au milieu du vie siècle, est censé avoir fait des donations au MontCassin. Tous les documents y font référence.

CMC, I, 1, p. 19

V1, n o  54

V2, n o  63

RPD, n o  106

Beatum etiam Placidum opinio est quod vir domini Benedictus tunc ad Siciliani miserit, ubi pater eiusdem Placidi Tertuiius patricius decem et octo patrimonii sui curtes eidem uiro Dei concesserat.

Tertuiius patricius parens Placidi preceptuar fecit de omnibus rebus suis in Sicilia

XI. Preceptum Tertulli invictissimi Romanorum patricii quern fecit ex suggestione Placidi filii sui de rebus suis in Sicilia, una cum portubus Panornitano et Messano cum servis septem milibus in monasterio quod est constructum in Casino ad honorem Sancii Baptiste lohannis beatissimo Benedicto primo abbati.

in Messana madia terre triginta cum portu suo, in Acio modia terre biginti milia, iuxta civitatem Catheniensium modia terre quinque milia centum quinquaginta, in Agrigento trecento, iuxta Siracusani quadringenta, in Drepanis modia terre quattuor milia, in Aquis Segestianis nongenta, in Sounto triginta, in Thermis quadraginta, in Parthenico octingenta, in Hiccara sexcenta, iuxta Panormum trecento cum portu suo, in Cephalodo quindecim milia, in Aleso quinquaginta septem, in Galeate centum sexaginta, in Acaliate trecento, in Agantinno duo milia, in Tindare centum quinquaginta, has omnes cum ecclesiis, uillis, silvis, aquis, piscariis aquarumque decursibus ad easdem curtes pertinentibus, in eodem sancto cenobio Beati Baptiste lohannis in perpetuum corroboro et confirmo

  • 24 Un pseudo-original a été forgé au xiie siècle ; il est aujourd’hui conservé dans les archives sous (...)
  • 25 CMC, 1, 1, p. 19 : Beatum etiam Placidum opinio est quod vir domini Benedictus tunc ad Siciliam mis (...)

15Dans la chronique, Léon d’Ostie parle de 18 curtes offertes en Sicile par ce personnage à saint Benoît. Le RPD, précédé par le V2, ajoute que Tertullus aurait donné en plus les ports de Messine et de Paierme. Cette indication est clairement liée à une Vita sancti Placidi écrite par Pierre Diacre et pour laquelle il fabrique quelques faux spectaculaires, dont une donation faite par le patrice Tertullus24. Ce qui, dans Léon d’Ostie, était présenté comme une tradition (opinio) prend corps et acquiert une réalité, du fait de sa transformation et de sa mise en forme en un texte écrit25. Partant d’une tradition ancienne, ayant peut-être été étayée par un support documentaire, Pierre Diacre en a modifié la portée et la signification afin d’accroître la gloire de saint Benoît et de saint Placide, l’un de ses successeurs, de contribuer ainsi au rehaussement du prestige de son monastère et d’appuyer ses revendications patrimoniales.

16Or, contrairement au V2, le V1 ne comporte pas de mention évidente de cette falsification. Si le patrice Tertuiius est bien présent, il est mentionné dans des termes beaucoup trop vagues pour qu’on en tire argument. D’autres dossiers de faux sont, pour leur part, absents.

17Les falsifications les plus fameuses concernent en effet le roi des Lombards Didier, Charlemagne, Louis le Pieux et Henri II. Ces dossiers sont absents de V1 : les préceptes mentionnés par le V1, assez peu nombreux, semblent tout à fait innocents et peut-être même sincères. Prenons, par exemple, la série de trois diplômes de Charlemagne mentionnés par le V1 :

<no 55> Precepto Caroli de finibus huius monasterii Teodemaríí abbati.

<no 56> Preceptum eíusdem de Sancta María ín Cingla et Sancta Sofia in Benevento et aliis rebus Sancto Benedicto.

<no 57> Preceptum eiusdem de rebus huius monasterii.

18Elle est divergente de la série des diplômes de Charlemagne contenus dans le RPD et qui sont soit fortement interpolés, soit faux :

  • 26 RPD, fol. 47-v.
  • 27 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 242 (a. 787), p. 339-341. Il s’agit d’un faux attribuant au Mont- (...)

<no 10726> Preceptum Caroli regis de terra Sancti Benedicti Theodemario abbati27

  • 28 RPD, fol. 47 v-48.
  • 29 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 158, (a. 787), p. 213-216. Le document est fortement interpolé à (...)

<no 10828> Preceptum eiusdem de omnibus pertinentiis et ecclesiis Sancti Benedicti ad eundem abbatem29.

  • 30 RPD, fol. 48 v.
  • 31 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 256 (a. 798), p. 370-371. Il s’agit d’un faux établi à partir d’u (...)

<no 10930> Preceptum eiusdem de aqua et ripis Sancti Benedicti31.

  • 32 CMC, 1, 12, p. 45.

19La narration de Léon d’Ostie diffère de son côté de ce que le RPD permet de reconstituer, mais semble proche du contenu du V132 :

Prefatus vero rex prospere a Benevento revertens, causa orationis huc ad beatum patrem Benedictum ascendít, seque tam ipsi quam universis hic degentibus ac Deo servientibus fratribus commendavit. Tuncque ab hoc prímum rege, prefatus abbas preceptum confirmationis de tota terra sancti Benedicti <VI, no 55> recepit. Alio etíam precepto predictus rex sancto Benedicto confìrmavit monasterium sancte Marie in Cingla, et sancte Marie in Plumbariola, et sancte Sophie in Benevento <VI, nos 56 et 57>, et cetera qup tunc temporis habre videbatur, necnon et universas aquas cum ripis utriusque partis, ubicumque fuissent terris monasterii íuncte, sed et auctoritatem dedit, ut monachi sibi iuxta tenorem sancte regule absque alicuius preiudicio seu violentia abbatem elígerent.

20Citant les acquisitions de Sancta Maria in Cingla et de Sainte-Sophie de Bénévent, le texte de Léon d’Ostie semble être la matrice sur ce point de la liste du Vi. Il n’y a pas d’apparence que les falsifications présentes dans V2 et RPD puissent être aisément décrites par les nos 55, 56 et 57 du V1, malgré leur caractère elliptique.

21Il est donc possible, à ce stade, d’avancer une hypothèse de datation : postérieur à 1129, V1 n’est pas contaminé par les falsifications mobilisées par Pierre Diacre, au moins dans le cas de Charlemagne, alors que V2 l’est à l’évidence. Cela pourrait nous donner une fourchette allant de 1129 à 1131, ce qui signifierait que l’équipe en place durant l’absence de Pierre Diacre aurait continué à travailler et aurait confectionné le V1. Nous pourrions ainsi être en présence du travail préparatoire au plan d’un autre cartulaire, c’est-à-dire à l’esquisse d’un projet abandonné.

22Il faut sinon admettre, ce qui est au demeurant possible, que, durant la confection de V2 et de RPD, après 1131, une autre équipe a concurremment établi cette liste, soit pour faciliter la consultation des archives, soit dans un tout autre but qui nous demeure inconnu. Les deux hypothèses et les déductions partielles qui en découlent sont, en l’état, tout aussi recevables les unes que les autres. Il nous semble cependant que l’absence de mention des grands faux est un indice sérieux en faveur de la composition de V1 antérieurement au retour de Pierre Diacre. Il semble enfin quelque peu bizarre que le scriptorium ait produit au même moment deux listes différentes des mêmes documents.

Classements

23Il nous faut tout d’abord revenir un moment sur le classement opéré par les auteurs de V1. S’il est semblable au RPD dans la structure typologique, il s’en écarte fondamentalement par des choix cruciaux et par le classement adopté.

24Domine, dans la partie des préceptes, un classement par autorités qui se délite peu à peu. Les trois premiers blocs documentaires regroupent respectivement les diplômes carolingiens (nos 55-61), ottoniens (nos 62-83), et ceux émanant des empereurs byzantins ou de leurs représentants italiens (nos 84-94). Puis l’ordre paraît plus confus ; il semble que les rédacteurs aient privilégié par la suite un critère de regroupement territorial. Quelques dossiers archivistiques plus cohérents se distinguent cependant au sein de cet ensemble : d’une part, les actes de Gisulf II de Bénévent et, d’autre part, le bloc des préceptes des princes lombards de Bénévent qui présente un ordre globalement chronologique.

25Pour classer la documentation, le scribe distingue les documents les plus prestigieux, mais il doit aussi tenir compte de l’instabilité politique et de l’inconstance des entités dominées par les souverains. Constituer des dossiers dont le principe de sélection serait l’appartenance à un territoire politique est, dans ces conditions, d’une difficulté extrême. Le rédacteur entend à la fois rendre compte de la réalité historique et politique dans son intégralité, et mettre en avant des hiérarchies. L’une des conséquences de cette mise en liste est d’établir une continuité entre les souverains lombards et les dynastes normands. Les documents des uns et des autres sont classés à l’intérieur d’un même espace et s’inscrivent logiquement dans un temps continu.

Autorités et chartes privées dans RPD

26Dans le RPD et la tradition incarnée par le V2, la difficulté particulière due au caractère mouvant des territoires est supprimée. Les préceptes princiers lombards et normands sont en effet placés avec les donations (offertiones), comme si les princes n’étaient après tout que des laïcs comme les autres. Ni les dynastes lombards ni les princes normands ne sont mis sur le même pied que les papes et les empereurs. Pierre Diacre et son équipe entérinent ainsi la rupture politique advenue, avec toutefois quelques nuances : ils prennent en effet bien soin de placer les préceptes en tête de chaque dossier topographique. La question fondamentale du classement hiérarchique se trouve alors résolue, mais au prix de la relégation d’autorités qui avaient tout de même été souveraines.

27La série se clôt par la mention de cinq renuntia ou renuntiatones qui sont des restitutions de biens au Mont-Cassin et sont écrites sans doute à l’issue de plaids (nos 253 à 260). Enfin vient le groupe des donations, les offertiones, du no 261 au no 510.

  • 33 Nous avons établi la liste en tenant compte de l’inversion des feuillets 3 et 4 du V1 ; voir la ta (...)

28Les donations présentent un problème analogue. Là aussi le classement n’est pas immédiatement lisible. Il semble approximativement géographique, mais sans grande cohérence en son sein. Un certain nombre de groupes documentaires peuvent cependant être discernés33.

V1 = essai de reconstitution du classement topographique des confertiones

N os du V1

Lieux

261-306

Bénévent (Pouilles et Molise)

307-330

Spolète (Abruzzes, Molise)

331-346

Capoue (Campanie, Latium méridional)

347-355

Bénévent (Campanie, Molise)

356-378

Spolète (Abruzzes, Marsica, Penne, Ascoli)

379-404

Capoue (Campanie, Latium méridional), Rome

405-412

Toscane

413-442

Spolète (Chieti, Molise)

443-510

Bénévent (Campanie, Molise)

29Ces regroupements donnent d’abord un aperçu de l’extension des possessions du Mont-Cassin en Italie, qui vont des Pouilles à la Toscane. Politiquement, cette très vaste zone recouvre à la fois le duché de Spolète, les anciennes principautés lombardes de Sáleme, Capoue et Bénévent, le Latium méridional, ainsi que Rome et la Toscane. D’un point de vue géographique, cela signifie Pouilles, Molise, Campanie, Latium, Abruzzes, Marches et Toscane.

30Les grands regroupements que l’on peut repérer dans cette liste semblent s’opérer par ensembles politiques majeurs, ce qui s’explique aisément : les possessions doivent être replacées dans un espace, et le seul qui soit disponible, c’est le territoire politique.

  • 34 L. Fabiani, La terra di San Benedetto. Studio storico-giuridico sull’Abbazia di Montecassino dall’ (...)

31Le monastère n’est pas mis au centre de la description par un procédé qui aurait amené à énumérer d’abord les possessions les plus proches. Celles-ci, situées en Campanie, sont dispersées entre plusieurs dossiers et décrites tantôt avec celles du Latium, tantôt avec celles du Molise, comme si le groupe campanien ne s’individualisait pas. Bref, la liste n’enregistre pas l’existence d’une « terre de saint Benoît », pourtant admise comme un fait d’évidence par l’historiographie, alors que l’histoire même de sa constitution demeure à écrire34.

Localisation des groupes et domaines de l’abbaye du Mont-Cassin d’après V1

  • 35 Des listes du haut Moyen Âge, comme celle que l’on peut reconstituer à partir du testament du patr (...)

32On voit en tout cas que, s’il existe une représentation mentale des espaces concernés, elle ne prend pas ici la forme d’un itinéraire suivi, même quelque peu chantourné. On ne voit pas non plus de cohérence spatiale à l’intérieur des groupes individualisés : la liste fait des allers et retours mais ne permet de discerner aucun point de départ35. Il s’agit peut-être d’unités archivistiques de conservation.

33Dans le détail, enfin, on repère de nombreuses petites erreurs de classement. Ainsi, par exemple, un document concernant Cosenza en Calabre est placé à l’intérieur d’un groupe concernant principalement le Molise (V1, no 386).

  • 36 L’édition comme l’index sont consultables en ligne sur le site des MGH : http://mdz11.bibbvb.de/dm (...)

34La plupart des documents cités dans le V1 sont aussi présents dans la chronique de Léon d’Ostie, et l’index de l’édition Hoffmann est rarement pris en défaut lorsque l’on cherche un nom de lieu présent dans le rotulus36. L’inverse cependant n’est pas vrai et la liste n’épuise pas les très nombreuses références du chroniqueur. En fait, le travail documentaire de Léon d’Ostie a été tellement vaste que la plupart des noms présents aussi bien dans le V1 que dans le V2 ou dans le RPD sont également présents dans la chronique. L’examen de la chronique, dans ces conditions, ne peut pas nous dire grand-chose, sinon que Léon d’Ostie a vu et analysé infiniment plus de documents que ceux retenus pour élaborer le RPD et les listes V1 et V2.

Les rouleaux V1 et V2 et le RPD

35Quelle est maintenant la place de V1 par rapport à V2 et au RPD, et quelles relations entretient-il avec eux ? Une rapide comparaison des actes présents à la fois dans le RPD et dans le V1 donne les résultats suivants :

Documents de V1 présents dans RPD

Actes présents dans V1 et absents de RPD

Identification incertaine ou multiple

Actes présents dans V1 et RPD

Privilèges

1 3 (24,S %)

6 (1 1 %)

34 (64,5 %)

Préceptes

39 (19 %)

37 (18 %)

131 (63 %)

Offertiones

41 (16,5 %)

49 (19,5 %)

41 (64 %)

Total

93 (18 %)

92 (18 %)

206 (64 %)

36Nous obtenons un taux apparemment assez élevé : la très grande majorité des actes mis en liste dans le Vi sont également présents dans le RPD. Les deux documents ne sont donc apparemment pas sans rapport l’un avec l’autre. Cependant, l’ordre des documents du V1 ne correspond en aucune manière à celui du RPD. Tout d’abord, comme on l’a vu, les préceptes des princes et des ducs sont déclassés et traités comme de simples donations, ce qui fait naturellement éclater le dossier des « autorités ». Cette divergence aboutit, dans le V1, à gonfler de façon remarquable le dossier des préceptes, beaucoup plus mince dans le V2 et le RPD. D’autre part, le classement des offertiones diverge.

Documents de V2 présents dans RPD

V2

Actes présents à la fois dans V2 et RPD

Résultatsen °/o

Privilèges

52

52

100

Préceptes

62

62

100

Offertiones

209

204

97

Total

323

318

98

  • 37 P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi », op. cit.

37On sait que les auteurs de la liste V2 ont laissé leur travail inachevé : la présentation formelle l’indique, puisque les documents ne sont plus numérotés à partir du numéro 285 et que des blancs sont ménagés par la suite pour insérer d’autres documents37. D’autre part, alors que le RPD contient 716 documents, le V2 n’en présente que 323. Parallèlement, les auteurs du V1, qui est plus long puisqu’il comporte 510 entrées, ont vu à la fois des documents portés au V2 et présents au cartulaire, et ceux, absents du V2 mais présents au cartulaire. Cette dernière catégorie représente 94 documents (moins 9 documents notés deux fois dans V1), soit 85 documents supplémentaires. Ces numéros supplémentaires complètent de manière très lacunaire le travail des auteurs du V2. Il a été éventuellement possible de se servir de V1 pour combler des lacunes dans la série des donations. Toutefois, la recherche devait être rendue bien ardue par le simple fait que l’ordre de V1 était fondamentalement différent de celui adopté pour le cartulaire, ce qui rend très délicates les recherches de séries.

À quoi sert la liste du rotulus V1 ?

38À quelles conclusions, même provisoires, parvenons-nous ? Il faut rapprocher la structure de ces listes des nécessités de gestion patrimoniale du monastère. L’assise foncière du Mont-Cassin repose sur des possessions extrêmement dispersées qu’il détient à travers toute l’Italie centrale et méridionale. De cela, la liste V1 rend compte sans doute mieux que V2 qui est moins représentative de la dispersion des possessions du monastère. Elles ne sont pas nécessairement gérées à partir de l’abbaye même. Il existe tout un réseau de dépendances détenues souvent depuis le très haut Moyen Âge, qui ont une autonomie de gestion. Elles conservent encore au xiie siècle leurs propres documents dans un chartrier qui leur est propre ; gouvernées par un prévôt, elles reçoivent des donations et possèdent à leur tour des réseaux de dépendances.

  • 38 V1, no 380 : Offertio Martini monachi de monasterio Sancti Iohannis in Veneri et Sancti Liberatori (...)

39Ces terres sont fréquemment mentionnées aussi bien dans la chronique que dans le cartulaire. V1 est cependant le seul document venu à notre connaissance qui fasse état systématiquement des grandes cellae sur lesquelles s’appuient le rayonnement, le prestige et la puissance du Mont-Cassin. Ainsi, San Giovanni in Venere, San Liberatore alla Maiella et San Maria in Tremiti, San Maria in Cingla sont des cellae qui ont, dans le système cassinésien, leur autonomie économique38. Or, les documents qui en font mention dans le V1 ne semblent pas se retrouver dans le V2 et le RPD. Dans le cas particulier des dépendances abruzzaises, San Liberatore alla Maiella, San Giovanni in Venere et S. Maria di Tremiti, V1 fait mention d’une donation de ces établissements au Mont-Cassin par un moine Martin. Celui-ci est inconnu de Léon d’Ostie comme il est inconnu de V2 et de RPD. Si le document mentionné a bien existé, et s’il était sincère, alors on aurait le titre de propriété du Mont-Cassin sur des cellae vraiment importantes pour lui. L’ampleur géographique de la liste, le balayage très ample qu’elle fait des possessions du Mont-Cassin dans toute l’Italie indiquent que le V1 aurait pu servir de base à un cartulaire différent de celui de Pierre Diacre.

40L’analyse de la liste du rouleau V1 permet de comprendre l’ensemble des contraintes pesant sur les archivistes et des buts qu’ils se proposaient d’atteindre. Ils devaient en effet rendre compte de la hiérarchie des autorités qui structuraient la connaissance qu’ils avaient de leur patrimoine et de leur passé. Le pape, l’empereur et les princes émettent des textes différents qui ne sont égaux ni en valeur ni en prestige ou en dignité. Il est donc nécessaire de les distinguer avec soin. Le classement est donc d’abord hiérarchique, des papes aux seigneurs et des seigneurs aux laïcs sans envergure. C’est ainsi, du moins, que se présente le rouleau V1, comme une suite de quatre rubriques : papes, empereurs, princes, simples donateurs. Cette organisation structure la vision des archives et sans doute aussi la conception de la société.

41Mais ce n’est pas tout. Les auteurs de listes et, à leur suite, ceux du cartulaire, ont voulu rendre compte des formes d’insertion de leur monastère dans un territoire : les biens sont localisés et doivent l’être, faute de quoi le travail archivistique n’a pas de sens. Or, le territoire dominé par le Mont-Cassin est devenu, dans le premier tiers du xiie siècle, terriblement complexe. On ne peut le décrire simplement en renvoyant à une autorité qui contrôlerait un espace stable et délimité. Au contraire, tout, dans la géographie politique, est mobile, que l’on se place d’ailleurs au temps des Lombards ou au temps des Normands. L’insertion des Normands dans le jeu politique n’a fait que rendre plus difficile encore de décrire la réalité de frontières mouvantes et de dominations imbriquées. La confusion des listes, dès lors que Ton parle des territoires, vient de là : aucun ordre ne s’impose véritablement parce que le territoire est lui-même désordonné. Cela peut contribuer à expliquer certains choix de classement apparemment très paradoxaux : faire passer, comme l’a fait Pierre Diacre, les diplômes des princes lombards dans la catégorie des donations au lieu de les maintenir dans les autorités permet de se situer dans un espace familier.

  • 39 Voir la description et l’excellente analyse formelle données par A. M. Fagnoni, « Un cronista medi (...)
  • 40 P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi ».
  • 41 Sur cette question des tâtonnements et des recherches de solutions pour l’organisation des cartula (...)

42La mise en listes et en cartulaires des archives soulève un dernier problème auquel les archivistes des grands établissements monastiques ont été confrontés : celui de la dissemblance dans le traitement des actes que requiert la production d’outils de gestion de la mémoire et du patrimoine d’une institution. Si, à Farfa comme au Mont-Cassin, les moines ont répondu à ce défi par la multiplication des supports – rédaction d’une chronique, d’un ou plusieurs cartulaires séparés et de listes ou d’index-, la solution du cartulaire-chronique adoptée à Casauria associait en un unique document la double exigence historiographique et patrimoniale. Il semble qu’au Mont-Cassin la structure du manuscrit autographe de Léon d’Ostie (ms. A), en mentionnant sous la forme de gloses marginales de nombreux documents, a pu, de manière provisoire, satisfaire cette double fonction39. Mais, dès les années 1130, les moines ont fait le choix, en rédigeant listes et cartulaires, de dissocier matériellement le traitement diplomatique des chartes d’une chronique qui, dans la continuation de Pierre Diacre, privilégie la narrativité sur l’analyse documentaire. Les listes ont dans ce contexte rempli deux fonctions complémentaires. Le V2 témoigne du travail de recensement des archives et de récolement à partir de la chronique préparatoire à la mise en cartulaire40. Le V1, quant à lui, apparaît davantage comme la manifestation d’un tâtonnement, ou d’une divergence de points de vue dans les choix de reclassement documentaire que les moines devaient opérer pour garantir l’efficience de l’outil produit41.

Annexes

ANNEXE. CONCORDANCES ENTRE LE MANUSCRIT RESTITUÉ, L’ÉDITION DATÉE ET LE REGISTRUM PETRI DIACONI

V1

Éd. Dell Omo

RPD

1

1

1

2

2

2

3

3

Φ

4

4

4

5

5

5

6

6

6

7

7

7

8

8

8

9

9

9

10

10

13 ?

1 1

1 1

0

12

12

12 *

13

13

Φ

14

14

Φ

15

15

Φ

16

16

Φ

17

17

Φ

18

18

14

19

19

16

20

20

17

21

21

18

22

22

Φ

23

23

15

24

24

Φ

25

25

12A

26

26

20 ?

27

27

21

28

28

26

29

29

27

30

30

28

31

31

29

32

32

22

33

33

25

34

34

24

35

35

31

36

36

Φ

37

37

32

Vi

Éd. Dell Omo

RPD

38

38

36

39

39

39

40

40

40

41

41

62

42

42

43

43

43

42

44

44

44

45

45

45, 46

46

46

47

47

47

48

48

48

11

49

49

12 ?

50

50

23 ?

51

51

Φ

52

52

Φ

53

53

Φ

54

54

106

55

55

107

56

56

108

57

57

101 ?

58

58

110

59

59

Φ

60

60

111

61

61

114

62

62

116

63

63

117 (ou 118)

64

64

118 (ou 117)

65

65

119

66

66

115

67

67

120 (ou 121)

68

68

124

69

69

122

70

70

121 (OU 120)

71

71

Φ

72

72

125

73

73

126

74

74

Φ

* Les identifications multiples apparaissent en gras.

Vi

Éd. Dell Omo

RPD

75

75

127

76

76

129 ?

77

77

130

78

78

131

79

79

135

80

80

132

81

81

128 OU 129

82

82

133

83

83

134

84

84

144

85

85

145

86

86

140 ou 141

87

87

139

88

88

138

89

89

172

90

90

423

91

91

140 ou 141

92

92

112

93

93

142

94

94

143

95

95

Φ

96

96

172

97

97

173

98

98

174

99

99

136

100

100

420

101

101

421

102

102

Φ

103

103

Φ

104

104

515

105

105

512

106

106

574

107

107

575

108

108

195

109

109

514

110

110

513

111

111

Φ

112

112

177 OU 178

113

113

206Α

114

114

Φ

115

115

175

116

116

363

117

117

509

118

118

602

119

119

182

120

120

Φ

V1

Éd. Dell Omo

RPD

121

121

203

122

122

204

123

123

365

124

124

210

125

125

209

126

126

576

127

127

207

128

128

181

129

129

212 ?

130

130

202

131

131

216

132

132

213

133

133

220

134

134

312 ou 214A

135

135

312 ou 214A

136

136

314

137

137

Φ

138

138

2l8 OU 219

139

139

221

140

140

215

141

141

222

142

142

218 OU 220 ?

143

144,53

223

144

144

217 ou 219 ?

145

145

217 ou 219 ?

146

146

Φ

147

147

Φ

148

148

Φ

149

149

Φ

150

150

276

151

151

Φ

152

152

200C

153

153

0

154

154

0

155

155

208

156

156

Φ

157

157

311 ?

158

158

0

159

159

315

160

160

Φ

161

161

200B ?

162

162

365

163

163

234

164

164

Φ

165

165

205 ou 241B

166

166

394

V1

Éd. Dell Omo

RPD

167

167

0

168

168

205 ou 241B

169

169

258

170

170

235

171

171

424 ?

172

172

370

173

173

Φ

174

174

366

175

175

242

176

176

Φ

177

177

280

178

178

257C

179

179

0

180

180

Φ

181

181

256

182

182

424 ?

183

183

206

184

184

Φ

185

185

Φ

186

186

Φ

187

187

205

188

188

Φ

189

189

165 =410

190

190

405

191

191

406

192

192

404

193

193

112

194

194

422

195

195

349

196

196

407

197

197

409

198

198

408

199

199

418

200

200

413 ?

201

201

412

202

202

510

203

203

419 ?

204

204

416

205

205

417

206

206

415

207

207

511

208

208

577

209

209

597

210

210

425

211

211

151

212

212

172 ?

V1

Éd. Dell Omo

RPD

213

213

174 ?

214

214

173 ?

215

215

Φ

216

216

Φ

217

217

Φ

218

218

152

219

219

586

220

220

587 ?

221

221

590

222

222

150 ?

223

223

595

224

224

517

225

225

513

226

226

526

227

227

518

228

228

259

229

229

411

230

230

Φ

231

231

415

232

232

578

233

233

Φ

234

234

Φ

235

235

531

236

236

542

237

237

533

238

238

606

239

239

571

240

240

581

241

241

438

242

242

171

243

243

437

244

244

520

245

245

521

246

246

525

247

247

553

248

248

551

249

249

552

250

250

345 ou 348

251

251

579

252

252

604

253

253

Φ

254

254

137

255

255

355 ?

256

256

554

257

257

Φ

258

258

Φ

Vt

Éd. Dell Omo

RPD

259

259

285

260

260

241A

261

367

Φ

262

368

Φ

263

369

228

264

370

200

265

371

395

266

372

0

267

373

0

268

374

317

269

375

318

270

376

199A

271

377

211

272

378

191

273

379

Φ

274

380

Φ

275

381

Φ

276

382

199

277

383

318

278

384

199K

279

385

260

280

386

499

281

387

403

282

388

501

283

389

Φ

284

390

199D

285

391

504

286

392

Φ

287

393

403 ?

288

394

290

289

395

396

290

396

466 ?

291

397

227

292

398

Φ

293

399

226

294

400

Φ

295

401

376

296

402

377 ?

297

403

376

298

404

303

299

405

233C

300

406

Φ

301

407

382

302

408

378

303

409

524

304

410

381

Vi

Éd. Dell Omo

RPD

305

411

179 ou 180

306

412

179 ou 180

307

413

281

308

414

249

309

415

282

310

416

263

311

417

247

312

418

253

313

419

261

314

420

493

315

421

304

316

422

0

317

423

292

318

424

580

319

425

456

320

426

245

321

427

Φ

322

428

Φ

323

429

498

324

430

499

325

431

598

326

432

497

327

433

550

328

434

530

329

435

302

330

436

0

331

437

441

332

438

286

333

439

238C

334

440

482

335

441

229

336

442

232A

337

443

232

338

444

538

339

445

288

340

446

Φ

341

447

278

342

448

277

343

449

475

344

450

474

345

451

481

346

452

Φ

347

453

268

348

454

266

349

455

237

350

456

297

V1

Éd. Dell Orno

RPD

351

457

477

352

458

Φ

353

459

343

354

460

Φ

355

461

269

356

462

465

357

463

Φ

358

464

Φ

359

465

536

360

466

467

361

467

225

362

468

0

363

469

225 ?

364

470

Φ

365

471

462

366

472

252

367

473

458

368

474

537

369

475

375

370

476

247

371

477

262

372

478

540

373

479

Φ

374

480

Φ

375

481

272

376

482

248

377

483

283

378

484

Φ

379

485

463

380

486

486

381

487

383

382

488

Φ

383

489

288

384

490

469

385

491

284

386

492

393

387

493

303

388

494

341 ?

389

495

442

390

496

439

391

497

244

392

498

427

393

499

Φ

394

500

559

395

501

Φ

396

502

Φ

Vi

Éd. Dell Omo

RPD

397

503

Φ

398

504

Φ

399

505

444

400

506

443

401

507

445

402

508

446

403

509

448

404

510

Φ

405

261

440

406

262

449

407

263

391

408

264

390

409

265

268

410

266

585

411

267

454

412

268

452

413

269

563

414

270

451

415

271

389

416

272

562

417

273

561

418

274

560

419

275

564

420

276

300

421

277

372

422

278

457

423

279

238

424

280

374

425

281

299

426

282

211A

427

283

483

428

284

377

429

285

490

430

286

385

431

287

465

432

288

539

433

289

428

434

290

336

435

291

490 ?

436

292

Φ

437

293

284

438

294

371

439

295

270

440

296

246

441

297

384

442

298

354

V1

Éd. Dell Omo

RPD

443

299

Φ

444

300

330

445

301

537

446

302

522

447

303

Φ

448

304

386

449

305

471

450

306

573

451

307

550

452

308

489

453

309

491

454

310

488 ?

455

31 1

461

456

312

532

457

313

455

458

314

433

459

315

350

460

316

470

461

317

599

462

318

239

463

319

85 = 534

464

320

544

465

321

341 ?

466

322

357

467

323

163 =492

468

324

435

469

325

345

470

326

346

471

327

236

472

328

546

473

329

555

474

330

511

475

331

543

476

332

555

V1

Éd. Dell Omo

RPD

477

333

558 ?

478

334

337

479

335

Φ

480

336

264 ?

481

337

572

482

338

246

483

339

Φ

484

340

436

485

341

494

486

342

432

487

343

387

488

344

430

489

345

353

490

346

392

491

347

348

492

348

255

493

349

296

494

350

456

495

351

487

496

352

481

497

353

479

498

354

480

499

355

477 ou 478

500

356

289

501

357

Φ

502

358

584

503

359

438 ?

504

360

582

505

361

583

506

362

254

507

363

241

508

364

Φ

509

365

549

510

366

451

Notes

1 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie- xiiie siècles), Paris, 2001 ; id., « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », dans La médiévistique au xxe siècle. Bilans et perspectives, Cahiers de civilisation médiévale, xe-xiie siècles, 49 (2006), p. 21-32 ; Les cartulaires, actes de la table ronde des 5-7 décembre 1991, O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (éd.), Paris, 1993.

2 Monte Cassino, Arch. caps. XCVI, Capitula privilegiorum, fasc. I, rotolo V1.

3 Celui-ci est actuellement en cours d’édition par une équipe franco-italienne coordonnée par J.-M. Martin. Pour une description du registre de Pierre Diacre, voir en dernier lieu M. Dell’Omo, Il Registrum di Pietro Diacono (Montecassino, Archivio dell’Abbazia, Reg. 3). Commentario codicologico, paleografico, diplomatico, Mont-Cassin, 2000. Sur les problèmes techniques posés par l’édition, voir P. Chastang, L. Feller et J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Pétri Diaconi. Problèmes de documentation cassinésienne : chartes, rouleaux, registre », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 121/1, 200g, p. 95-131.

4 H. Bloch, « Montecassino in the schism of Anacletus II and the Glanfeuil Forgeries of Peter the Deacon », dans Monte Cassino in the Middle Ages, Cambridge (Massachusetts), 1986, vol. 2, p. 941-1049 [version mise à jour de « The schism of Anacletus II and the Glanfeuil Forgeries of Peter the Deacon of Monte Cassino », Traditio, 8 (1952), p. 159-264] ; P. Toubert, « Pour une histoire de l’environnement économique et social du Mont-Cassin (ixe-xiie siècles) », Comptes rendus de l’année 1976. Académie des inscriptions et belles-lettres, 4 (1977), p. 689-702 ; H. E. J. Cow drey, The Age of Abbot Desiderius. Montecassino, the Papacy and the Normans in the Eleventh and Early Twelfth Centuries, Oxford, 1983.

5 Pour un exemple de forgerie, voir H. Bloch, « Tertullus’Sicilian donation and a newly discovered Treatise in Peter the Deacon’s Placidus Forgeries », Fälschungen im Mittelalter. Internationaler Kongress der Monumenta Germaniae Historica, Munich, 16-19 septembre 1986, t. IV : Diplomatische Fälschungen (II), Hanovre, 1988, p. 97-128. Position générale du problème : E. Caspar, Petrus Diaconus und die Monte Cassineser Fälschungen. Ein Beitrag zur Geschíchte des italíeníscher Geistleben im Mittelalter, Berlin, 1909 ; H. Bloch, Montecassino..., op. cit.

6 Voir H. Hoffmann, « Petrus Diaconus, die Herren von Tusculum und der Sturz Oderisius II von Montecassino », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 27 (1971), p. 1-109. La chronologie des œuvres de Pierre Diacre comme la détermination des principales dates de sa biographie reposent principalement sur trois essais autobiographiques : 1. ms autographe Cod. Cas. 361 = De viris illustribus Casinensis cenobii, § 47 (éd. PL, CLXXIII, c. 1003-1062) ; 2. ms autographe Cod. Cas. 257 (éd. dans Florilegium Casinense, 5, p. 51-52) ; 3. Chronica monasterii Casinensis, H. Hoffmann (éd.), MGH SS, t. XXXIV, Hanovre, 1980, IV, 66. Sur le dossier, voir G. Misch, Geschíchte der Autobiographie, III, 2/1, Francfort, 1962, p. 1127-1137.

7 Référence à la note qui précède.

8 Liber de viris illustribus casinensis cœnobii, PL, 173, col. 1010 C. Le texte date de c. 1133 (Ortus et vita justorum cenobii Casinensis Petri Diaconi, R. H. Rodgers (éd. et comm.), Los Angeles-Londres 1972, n. 35, p. XXXIII).

9 Sur la chronologie de la rédaction, voir W. Smidt, « Guido und die Fortsetzung des Chronik Leos durch P. Diaconus », Festschrift Albert Brackmann, L. Santifaller (éd.), Weimar, 1931, p. 293-323.

10 Voir L. Feller, Les Abruzzes medievales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998, p. 49-51 et 57-62.

11 A. M. Fagnoni, « Un cronista medievale al lavoro », Scripta Philologica, 2 (1977), p. 51-129 ; sur le rapport narration/documents d’archives, le texte canonique est : H. Hoffmann, « Chronik und Urkunde in Montecassino », Queden und Forschungen aus italienischen Archiv und Bibliothek, 51 (1971), p. 93-206 ; l’étude de la tradition manuscrite se trouve dans H. Hoffmann, « Studien zur Chronik von Montecassino », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 29 (1973), p. 59-162. Voir également l’introduction à l’édition des CMC (référence, supra, n. 6).

12 Voir L. Feller, « Le cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria », Les cartulaires..., op. cit., p. 261-278 ; T. Kôlzer, « Codex libertatis. Überlegungen zur funktion des Regestum Farfense und anderer Klosterchartulare », dans Atti del 9e congresso internazionale di studi sull’alto medíœvo, t. II, Spolète, 1983, p. 609-653 ; Chronicon vulturnense del monaco Giovanni, Vincenzo Federici (éd.), Rome, 1925.

13 Voir A. M. Fagnoni, « Un cronista medievale », op. cit.

14 Les problèmes de mise en pages posés par la rencontre entre textes narratifs et diplomatiques ne trouvent de solutions élégantes que dans le cartulaire de Casauria. L’étude conjointe de la production écrite des outils de gestion monastique et de leur inscription matérielle dans un codex reste à faire.

15 CMC, II, 79, p. 324 : élévation de Brunon de Toul au pontificat ; voyage de celui-ci dans le Bénéventain (1049). CMC, II, 79, p. 325 : donations de Corbon dans les Abruzzes (1049) et de Tederius dans le comté d’Ascoli (1046). CMC, II, 79, p. 326 : donation d’une église à Rome par le pape.

16 Pour la description matérielle du manuscrit, voir M. Dell’Omo, Il Registrum di Pietro Diacono..., op. cit, p. 55-74.

17 Édition de l’épître dédicatoire de Pierre Diacre à l’abbé Seniorectus, ibid., p. 39.

18 Voir par exemple RPD, nos 233 A, 233 B, 233 C, 233 D et 233 E.

19 Monte Cassino, Arch. caps. XCVI, Capitula privilegiorum, fasc. I, rotolo V2.

20 Voir P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registraum Petri Diaconi », op. cit.

21 M. Dell’Omo, Il Registrum di Pietro Diacono..., op. cit, p. 41-50.

22 V1, no 118 = RPD, no 602, absent du V2.

23 Voir H. Bloch, Montecassino..., op. cit, n. 6, p. 968.

24 Un pseudo-original a été forgé au xiie siècle ; il est aujourd’hui conservé dans les archives sous la cote Montecassino, Arch. dell’Abbazia, aula III, caps. XIII, 1 ; il est publié en fac-similé dans H. Bloch, « TertuIlus’Sicilian donation », op. cit., p. 120-121.

25 CMC, 1, 1, p. 19 : Beatum etiam Placidum opinio est quod vir domini Benedictus tunc ad Siciliam miserit, ubi pater eiusdem Placidi Tertullus patricius decem et octo patrimonii sui curtes eidem uiro Dei concesserat.

26 RPD, fol. 47-v.

27 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 242 (a. 787), p. 339-341. Il s’agit d’un faux attribuant au Mont-Cassin des possessions dont la liste découle de documents postérieurs au règne de Charlemagne.

28 RPD, fol. 47 v-48.

29 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 158, (a. 787), p. 213-216. Le document est fortement interpolé à l’aide de documents du xe siècle.

30 RPD, fol. 48 v.

31 Édité dans MGH, DD Karoli, I, no 256 (a. 798), p. 370-371. Il s’agit d’un faux établi à partir d’une mention de Léon d’Ostie.

32 CMC, 1, 12, p. 45.

33 Nous avons établi la liste en tenant compte de l’inversion des feuillets 3 et 4 du V1 ; voir la table de concordance avec l’édition de M. Dell'Omo qui figure en annexes.

34 L. Fabiani, La terra di San Benedetto. Studio storico-giuridico sull’Abbazia di Montecassino dall’VIII al XIII secolo, Mont-Cassin, 1965-1968. Dans le cadre du travail d’édition du RPD, Jean-Marie Martin prépare une étude de ce problème autant philologique qu’économique.

35 Des listes du haut Moyen Âge, comme celle que l’on peut reconstituer à partir du testament du patrice Abbon, permettent, pour leur part, de restituer une cohérence géographique. P. J. Geary, Aristocracy in Provence. The Rhône Basin at the Dawn of the Carolinyian Age, Stuttgart, 1985 ; L. Feller, « Accumuler, redistribuer et échanger durant le haut Moyen Âge », dans Città e campagna nell’alto mediœvo (5 6a Settimana di studio della fondazione del CISAM), Spolète, 2009, p. 81-110.

36 L’édition comme l’index sont consultables en ligne sur le site des MGH : http://mdz11.bibbvb.de/dmgh_new/.

37 P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi », op. cit.

38 V1, no 380 : Offertio Martini monachi de monasterio Sancti Iohannis in Veneri et Sancti Liberatoris et Sancte Marie quem ipse construxit ; V1, no 381 : Offertio de monasterio Sánete Marie in Tremiti Potoni abbati. Potorie est abbé de 772 à 778.

39 Voir la description et l’excellente analyse formelle données par A. M. Fagnoni, « Un cronista medievale al lavoro ».

40 P. Chastang, L. Feller, J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi ».

41 Sur cette question des tâtonnements et des recherches de solutions pour l’organisation des cartulaires, voir en dernier lieu, M. Villani, « Gregorio da Catino, indicizzatore. Libertà monastica e lessicografia alle origini della “nascita degli indici” », dans “Puer Apuliae”. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot et V. Prigent (éd.), Paris, ACHCByz, 2008, p. 757-769·

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Autorités et chartes privées dans RPD
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Localisation des groupes et domaines de l’abbaye du Mont-Cassin d’après V1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.