Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

1re section. Écrire l’espace

Situer et confiner la terre dans les Marches au xive siècle : le rôle du notaire dans la construction de l’espace

Didier Lett

Texto completo

  • 1 Archivio Comunale di Tolentino (abrégé par la suite en A C Tolentino), répertorié dans Indice dell (...)

1Le 26 mai 1321, dans la maison de Nictus située à Tolentino, Gentilis, prêtre de la paroisse Sainte-Marie, avec l’assentiment des chanoines, mandate Albricus Corradi et Leopardus afin qu’ils obtiennent de l’évêque de Camerino, Berardus de Varano, l’autorisation de céder à la commune de Tolentino les moulins et les terres de la paroisse situés au-delà de la porte Adriana, en échange de trois parcelles dont la première est positam in dictrictu Tholentini in contrada Collis Bonaczaní, juxta Vannutium Stephanii pro uxore, juxta Corradutium et johanem Benenti, juxta dominum clerícum pro uxore, juxta heredes Ugolini, juxta Barthelucium Petri et viam1.

  • 2 Les principales études portant sur la définition, la situation et la délimitation des parcelles à (...)

2Tous les notaires italiens de la fin du Moyen Âge, lorsqu’ils mentionnent un transfert de terre ou de biens immeubles, doivent au moins procéder à cette double opération consistant à situer et à confiner l’objet de la transaction. Dès lors qu’ils se sont acquittés de cette tâche, ils peuvent, dans la suite de l’acte, désigner la parcelle comme terra posita et laterata. En revanche, il apparaît que chaque région ou chaque notaire, en fonction de sa culture juridique et des coutumes locales, au-delà des formulaires stéréotypés, situe et délimite les biens de manière différente. Le but de cette étude sera donc, en « confrontant » mes résultats avec ceux d’autres historiens et historiennes ayant travaillé sur le même sujet, de dégager les manières spécifiques dont les notaires marchésans du xive siècle nomment, définissent, situent et délimitent un bien foncier ou une maison2.

  • 3 Pour un bilan historiographique et bibliographique, voir S. Bernardi, « La deputazione di Storia p (...)

3Je me limiterai à l’étude d’un échantillon de 170 actes notariés, certains édités et d’autres inédits, instrumentés entre 1300 et 1363, à Tolentino (67 actes), quasi-città de près de 6 000 habitants, et à Serrapetrona (103 actes), castrum voisin situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest sur un promontoire escarpé (490 mètres d’altitude). Près de 85 % des transactions portent sur des biens fonciers. Au total, j’ai relevé 555 confronts (236 pour Tolentino et 319 pour Serrapetrona). Conscient de la maigreur du corpus, il m’a semblé cependant suffisant, en suivant les études pionnières de Monique Bourin sur le Languedoc, pour proposer un début d’enquête dans une région de l’Italie centrale quelque peu délaissée par l’historiographie3.

  • 4 Une disette est attestée dans une région très proche, près de Pérouse, J. Grundman, « Documenti um (...)
  • 5 S. Anseimi, « La ricolonizzazione agricola dei secoli XIV e XV », dans id., (a cura di), Economia (...)
  • 6 M. Moroni, L’Italia delle colline. Uomini, terre e paesaggi nell’Italia centrale (secoli XV-XX), A (...)
  • 7 Ibid., p. 280.
  • 8 Voir en dernier lieu, S. Carocci, « Il mercato della terra in Italia centrale e settentrionale, 11 (...)

4Cette partie des Marches a connu, comme l’ensemble de l’Occident, une forte croissance économique et démographique jusqu’à l’orée du xive siècle, marquée par des défrichements et des regroupements de population dans des castra d’altitude souvent fortifiés. Puis, à partir des premières années du xive siècle, cette région a subi une série de mauvaises récoltes, entraînant le retour des disettes4, suivies par la Peste noire qui, ici aussi, a décimé environ un tiers de la population : Macerata, cité épiscopale la plus proche de Tolentino, regroupe 1800 feux en 1308,1500 en 1332,1000 en 1343 et n’en compte plus que 500 après 13485. On assiste donc, durant les années 1310-1370, au début d’un mouvement d’expansion des surfaces boisées, à la disparition de nombreuses terres viticoles ou bonifiées et à un abandon progressif des terres les moins productives, converties en pâturages pour des activités d’élevage en augmentation. La région de Tolentino est dominée par de petites propriétés foncières, caractéristiques de l’« Italie des collines », appartenant à des possesseurs locaux dont la proportion s’accroît à mesure qu’on s’éloigne des villes et que l’on progresse en altitude6. L’habitat, plutôt groupé, n’empêche pas l’existence de sporadiques habitats dispersés (les cassine) d’origines et de natures diverses, qui représentent, dans la première moitié du xive siècle, ce qu’on a pu appeler un insediamento premezzadrile7. Les documents retenus (actes de vente, de donation, d’échange, de dot, testaments ou inventaires après décès) rendent compte d’une intense circulation et d’une forte fragmentation de la terre, phénomènes généraux des xiie-xive siècles8.

  • 9 Hypothèse formulée par J.-M. Martin, « Perception et description... », op. cit., p. 113-114. Nous (...)

5À défaut de pouvoir reconstituer le parcellaire ou décrire les formes de paysage, cette étude s’attachera à analyser la manière dont les notaires transcrivent dans leurs actes un ou des systèmes de représentation de l’espace, systèmes qui ne renvoient jamais directement à la perception commune et réelle à cause des formulaires notariaux répétitifs obligeant celui qui instrumente et ceux qu’il interroge à se couler dans un moule très stéréotypé. Pour définir, situer et délimiter la terre, les critères adoptés par le notaire varient en fonction de la topographie, de la forme et des traditions notariales ou, peut-être, de l’existence ou non dans la région concernée d’un cadastre9. Les échanges verbaux qui ont précédé la rédaction de l’acte et les liens préexistants entre notaire et contractants sont également déterminants. Tout acte notarié est le résultat, même dans ses parties qui semblent les plus stéréotypées, d’une interaction entre tous les protagonistes présents au moment de son élaboration. Hélas, ces informations échappent en grande partie à l’historien.

  • 10 Sur le rôle du notaire dans la construction de l’espace, voir J. Lassalle, « Territoires de confin (...)

6En représentant l’espace, le notaire le crée10 ; car non seulement il enregistre et conserve les actes portant sur des transferts de terres mais, en situant et en délimitant une parcelle de terre, une maison ou un moulin, il fixe sur le parchemin ou le papier une manière de dire l’espace qui servira ensuite de référence pour d’autres actes.

7On suivra, la démarche du notaire qui définit et qualifie l’objet de la transaction, puis le localise au sein de l’espace urbain ou villageois et enfin en décrit les limites.

Qualifier une parcelle

  • 11 Voir M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto Marche in un catasto del 1320 », Prop (...)

8D’abord, le notaire définit l’objet de la transaction (terra, domus, molinum, etc.) puis il le qualifie ou le décrit sommairement. Dans près de 57 % des cas, le notaire se contente d’un terme générique : terra ou petia terre ou, plus rarement, possessio. Par conséquent, dans plus de 43 % des cas, il donne une précision sur ce que produit la terre. Mais ce pourcentage est très différent entre Tolentino (85 %) et Serrapetrona (28 %). Les notaires instrumentant dans le castrum se montrent moins rigoureux peut-être parce que les terres qu’ils évoquent portent majoritairement des céréales, évidence qu’il n’est pas nécessaire de mentionner. Le terme de terra, utilisé seul, désigne en effet essentiellement des terres céréalières. Dans le catasto de Montalto (rédigé en 1320), castrum des Marches méridionales, composé de 150 feux environ vers 1340, à l’est d’Amandola et au nord d’Ascoli Piceno, les terres céréalières représentent plus de 90 % des parcelles ; d’où l’importance accordée aux nombreux moulins qui apparaissent parfois dans les noms des contrate : Molendina Fossae11.

  • 12 Acte édité par R. Cicconi, Le Pergamene di Serrapetrona e le carte inedite nello Statuto 1473, Cam (...)
  • 13 P. Serrapetrona, p. 82.
  • 14 P. Serrapetrona, p. 55 ; je n’ai jamais trouvé le terme de semita pour désigner une haie.
  • 15 P. Serrapetrona, p. 37.

9Les principaux qualificatifs usités par les notaires de Serrapetrona sont aratoria, laboratoria, scotanata et silvata. La présence de vigne (terra tuneata) n’apparaît que quatre fois. Le notaire peut également préciser que la terre est vierge. Dans un acte daté du 2 novembre 1342, la parcelle qui fait l’objet de la transaction est inculte et porte des chênes (sodus cum quercubus)12. La présence d’une maison ou d’autres bâtiments n’est presque jamais mentionnée ; de manière exceptionnelle, un notaire du castrum, dressant un inventaire de biens le 30 mars 1349, mentionne une terra cum columbaria13. Bien que le notaire précise très rarement que la parcelle est enclose (clausurata), on peut penser que de nombreuses terres sont délimitées par des haies (cesa, sepes), comme l’indique, en creux, un acte de septembre 1335, qui mentionne unum petium [sic] terre sive unam cesam14 [...]. Ces haies appartiennent aussi à l’espace productif. Un autre notaire de Serrapetrona, Venantius Bevenuti, le 1er janvier 1327, décrit le bien transféré ainsi : Unam petiam terram terre clausuratam de harboribus fruttiferis de mela ftcis et olivis et de aliis harboribus15 [...].

  • 16 Pietro Sella donne pour starium : mesure de volume ou de superficie, staio (fr : boisseau). Il cit (...)

10À Tolentino, les qualificatifs pour désigner la terre sont plus fréquents et plus variées. La parcelle faisant l’objet de la transaction est souvent campestra et arborata ou laborata mais peut être aussi silvata ou clausura et vineata. Les parcelles présentées en complants sont plus nombreuses qu’à Serrapetrona : terra vineata cum arboris (sept mentions). Les notaires de Tolentino sont également les seuls à mentionner une mesure : à sept reprises, la terre est évaluée en staria ou en medioles16.

  • 17 Voir sur ce point les remarques d’H. Penet, « Le sens des limites. Construction et perception de l (...)

11La nature de ce que produit ou doit produire la parcelle ne fait jamais l’objet d’une description. Il s’agit juste d’un ou de plusieurs adjectifs. La pauvreté de la terminologie pour qualifier la terre ne rend pas nécessairement compte de la faible diversité des paysages agricoles car, vu la brièveté du passage dans lequel le notaire évoque la nature de la culture de la parcelle, on peut émettre l’hypothèse qu’il ne donne que la production principale et que les parcelles en comptant sont beaucoup plus nombreuses qu’il n’y paraît. On sait que chaque terme du notaire est important et qu’il instrumente tant d’actes qu’il doit aller à l’essentiel. L’abondance des mots, parfois les répétitions d’une liste de témoins ou de qualificatifs et attributs de tel ou tel personnage, ont toujours une fonction, très souvent celle de se protéger d’éventuels conflits ou contestations. Or, autant le notaire sait être très précis lorsqu’il délimite une parcelle, autant ce que porte la terre n’est du ressort que du possesseur ou de l’usage et ne l’intéresse pas17. Ce sont des problèmes d’ordre « privé » qui ne nécessitent pas la précision notariale. Comme on ne sait pratiquement jamais ce qui est cultivé sur les terres adjacentes, celles qui servent à délimiter la parcelle, il est difficile d’avoir une idée d’ensemble des types de culture et de leur alternance.

Localiser une parcelle

  • 18 M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien... », loc. cit., p. 38.

12Dans un second temps de sa démarche, le notaire localise la parcelle. Il indique d’abord le nom de la ville, du castrum ou du lieu-dit puis précise la contrata dans laquelle se situe la terre. À Tolentino, le notaire se montre plus rigoureux, mentionnant presque toujours, avant la contrata (et parfois avant l’un des quatre quartiers de la ville : Saint-Catervo, Sainte-Marie, Saint-Martin ou Saint-Jean), le districtus ou la curia. Monique Bourin a fait observer qu’à partir du xiie siècle les notaires languedociens utilisent de plus en plus systématiquement le lieu-dit pour situer une terre, preuve que le finage castrai est de plus en plus perçu comme une série de lieux-dits aux limites précises et connues de tous18.

  • 19 Acte du 6 avril 1312, édité dans Ezio Ruggeri, Le piu’ antiche pergamene dell’archivio del convent (...)
  • 20 Acte du 18 janvier 1337, P. convento di San Nicola, p. 99.
  • 21 Généralement, la langue vulgaire apparaît sous la plume du notaire pour exprimer des termes topogr (...)

13La désignation de la contrata s’accompagne souvent d’un qui dícitur, ubi dicitur, vel alterius vocabuli ou in vocabulo ou d’un seu ou sive placé entre deux toponymes : in curia Thollentini in loco qui dicítur Bura vel alio uocabulo veriori19 [...] ; in contrata qui dicitur la Fonte de la Croce ; in contrata ubi dicitur Valle ; in dicta curia in vocabulo qui dícitur Vena seu le Cabbe ; unam petiam terre posite in Tholentino in contrada Campi/ni uel alio vocabolo, etc. Le siue exprime donc une volonté de précision : une terre est située in plagiis balnei Rofanelli sive in costa Ardoni que silvata est20. Le seu ou le siue s’intercale entre deux noms vulgaires ou entre le nom vulgaire et le nom latin. Le choix de conserver le toponyme vulgaire, voire de le dédoubler, révèle qu’on se situe dans un segment du discours notarial qui nécessite de fortes précautions juridiques pour éviter des contestations futures, et atteste sans doute que, en amont de la mise par écrit, le notaire a cherché à savoir auprès des contractants et des témoins les noms d’usage et les noms administratifs les plus fréquents. C’est la raison pour laquelle le notaire a accepté et favorisé que la langue parlée résiste à la langue latine savante21. La vulgarisation des toponymes entraîne de fortes fluctuations orthographiques (Colle Arecçoni pour un notaire est Colle Janriççuni pour un autre) qui apparaissent comme les traces d’une écoute notariale et d’une difficulté à transcrire ce qui a été entendu.

  • 22 Respectivement, acte du 17 avril 1319, P. convento di San Nicola, p. 69 ; acte du 12 octobre 1333, (...)
  • 23 P. Serrapetrona, respectivement p. 70 et p. 66.

14Mais les notaires n’adoptent pas toujours ce « principe de précaution ». En 1319, un notaire de Tolentino évoque la contrata sancte Basalene sive Sancti Basilii, mentionnée en 1333 par un autre notaire par contrata Sancte Basale vel alterius vocabuli et, en 1340 (troisième notaire), par contrata Sancti Basilii22. Si, le 2 décembre 1342, le notaire Pucciarellus Johannis situe une parcelle in loco qui dicitur Plaianu, une seconde in loco qui dicitur le Moia et une troisième in loco qui dicitur lu Colle Janriççuni, un mois auparavant, le 2 novembre 1342, son collègue de Serrapetrona, Nellus Paganelli domini Taddei, localise trois parcelles différentes in Plaianum, ad Moias et ad Collem Areçconi23. Comment expliquer la plus grande « prudence » de certains notaires ? Ont-ils en face d’eux des contractants davantage susceptibles de provoquer des conflits ?

Délimiter une parcelle en utilisant de nombreux confronts

  • 24 L. Feller, « Décrire la terre en Italie... », loc. cit., p. 496.

15La liste des confronts se résume souvent aux noms des propriétaires voisins et à une route ou deux. Comme le fait remarquer Laurent Feller, pour une région voisine et une période antérieure, « cette énumération est faite pour des gens connaissant bien les lieux et susceptibles de retrouver des marques dont ils ne se donnent pas nécessairement la peine de mentionner l’existence24 ». Cependant, ce laconisme est relatif car les lignes que le notaire consacre à énumérer les propriétaires confrontants demeurent parmi les segments du discours notarial les plus riches.

16La plus ou moins grande précision de la délimitation de la parcelle est à articuler au type de transaction et à la nature des liens entre les contractants. Lorsqu’il s’agit d’un bien à forte valeur marchande ou lorsque le notaire et les contractants prévoient d’éventuels conflits, la description est plus fournie. On peut également supposer que la rigueur est conditionnée par les sollicitations notariales à l’égard des présents, par les réponses de ces derniers, voire, si la parcelle est proche, par une visite sur le terrain. In fine, ayant récolté une information jugée suffisante pour rédiger son acte et faisant des choix au sein des connaissances (parfois contradictoires) qu’il a pu acquérir des uns et des autres, c’est le notaire qui fixe et qui crée les limites plus qu’il ne valide un espace qui préexisterait à son instrumentation.

  • 25 Voir D. Cecchi, Statuta Castri Campirotundi (1322/1366). Proprietà fondiaria ed agricoltura negli (...)
  • 26 Pratique appelée par Dante Cecchi l’istituto dell’ingrossazione, ibid., p. 72-74.
  • 27 D. Luzzatto, Gli statuti del comune di San Anatolia del 1324 e un frammento degli statuti del comu (...)

17Comment les notaires marchésans confinent-ils l’objet de leur transaction ? On notera tout d’abord que jamais une parcelle ne reste non délimitée. L’un des buts principaux de l’énumération des terres confrontantes est de savoir qui, le cas échéant, aura un droit de préemption sur ladite parcelle. Ce dernier s’applique soit par une relation de consanguinité avec le vendeur, soit par une relation de contiguïté du lot. La très grande majorité des statuts communaux des Marches prévoient, dans les cas de vente de biens immobiliers, le droit de préemption en faveur des parents puis des voisins (certains seulement en faveur des premiers ou des seconds)25. À côté de ce « retrait » parental ou vicinal, il existe également la possibilité (et parfois même l’obligation) pour le propriétaire d’acquérir un bien mineur confrontant si ce dernier borde le sien sur deux ou trois côtés26. Dans les statuts d’Esanatoglia (castrum proche de Maidica, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Tolentino), datés de 1324, pour l’acquisition d’une terre viticole ou boisée, priorité est donnée à ceux qui possèdent déjà une parcelle dans la même contrata que le bien à vendre27.

  • 28 Comme l’a montré Monique Bourin, nous sommes dans une époque où, après 1070, les notaires ne se se (...)
  • 29 Acte du 28 août 1300, A C Tolentino, répertorié dans Indice, p. 70. Le procédé qui consiste à numé (...)

18On fera remarquer ensuite que les notaires marchésans sont tous, comme la majorité de ceux qui instrumentent à la fin du Moyen Âge, « désorientés28 ». Jamais, en effet, ils n’utilisent les points cardinaux pour situer les parcelles adjacentes. Il est exceptionnel (quatre fois seulement, uniquement à Tolentino) que les notaires numérotent les confronts : Unam petiam terre posite in Tholentino in contrada Campi/ni vel alio vocabolo infra hec latera a primo magnani viam a II Crescenzam Anthonií a tertio et quarto dictum Morichellum vel alios fines29.

  • 30 Un cas exceptionnel est représenté par une parcelle délimitée par onze confronts : Totam terrant a (...)
  • 31 M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien... », loc. cit., p. 36.
  • 32 Sur les 18462 parcelles recensées dans le cadastre du contado, 13 970 ont trois confronts (75,66 % (...)

19Mais la principale spécificité des notaires marchésans est d’énumérer un nombre élevé de confronts : près de 75 % des parcelles ou maisons possèdent trois ou quatre confronts, ce qui représente une moyenne de 3,26 (voir tableau ci-dessous), un peu supérieure en milieu urbain (Tolentino : 3,52 ; Serrapetrona : 3,09)30. En Languedoc au xive siècle, le nombre de confronts est inférieur à deux31. Dans le catasto d’Orvieto, daté de 1292, 84 % des parcelles ont deux ou trois confronts32.

Le nombre de confronts et leurs occurrences à Serrapetrona et à Tolentino dans 170 actes notariés instrumentés entre 1300 et 1370

Le nombre de confronts et leurs occurrences à Serrapetrona et à Tolentino dans 170 actes notariés instrumentés entre 1300 et 1370
  • 33 L. Feller, « Décrire la terre en Italie... », loc. cit., p. 504. Pour le mot caput, J.-F. Niermeye (...)
  • 34 Acte du 22 janvier 1304, P. Serrapetrona, p. 35.
  • 35 Acte du 2 novembre 1342, P. Serrapetrona, p. 65-66.
  • 36 Comme le suggère Anne Mailloux pour la région de Lucques aux viiie-ixe siècles : caput signifie le (...)
  • 37 Le premier sens de pes, proposé par J.-F. Niermeyer est « pied d’une montagne », J.-F. Niermeyer, (...)

20Les notaires de l’Italie centrale, pour une époque antérieure (époque où l’on s’appuyait encore sur des mesures), donnaient parfois la longueur et la largeur de la parcelle à la base et à la pointe : Per Ionium (longueur) a capite et a pede et per latum (largeur) a capite et a pede33. Le notaire marchésan du xive siècle, lorsqu’il mentionne caput et/ou pes (à sept reprises seulement), n’évoque plus ni longueur, ni largeur, comme l’indiquent, par exemple, ces deux actes de Serrapetrona datés, respectivement, du 22 janvier 1304 et du 2 novembre 1342 : Unam terre aratorie positam in curia Serre in pede Serroni juxta viam a capite, juxta ripam a pede, juxta filios Crescentie dompni Andree cum aliis lateribus34 et Item terram positam ad Mançanum juxta heredes Dolcebene a capite, juxta Bonjohannem Uguitionis et juxta aliam partem que posita est à pede prout terminata est35. Dans ces très rares occasions donc, le notaire marchésan se contenterait de livrer la pointe et la base de la parcelle ou le plus petit et le plus grand des côtés36 ou encore donnerait une indication topographique : la partie haute (caput) et la partie basse (pes)37.

  • 38 L. Lagazzi pense que la description des terres par capita et latera au haut Moyen Âge renvoie à un (...)
  • 39 A. Mailloux, « Perception de l’espace... », loc. cit., p. 40.

21Uniquement à partir de ce type de document, il est impossible de connaître la forme des parcelles. Dans une région anciennement et très peuplée, aux alentours des villes ou des bourgs, où les transferts de terres ont été et sont encore très fréquents dans la première moitié du xive siècle, le parcellaire est très morcelé et le nombre élevé de confronts laisse deviner des terres aux formes polygonales. Au haut Moyen Âge, le système de description capita et latera ou, au Moyen Âge central, celui de caput et pes renvoie à un maillage plus régulier du parcellaire (parcelles rectangulaires ou trapézoïdales)38 et« semble réservé au milieu de la plaine39 ». L’absence de cette manière de décrire dans les actes notariés de Serrapetrona au xive siècle, dans une région très escarpée, plaide pour la non-régularité du parcellaire.

  • 40 Hypothèse formulée par J.-M. Martin, La Pouille..., op. cit., p. 387, et id., « La mesure de la te (...)
  • 41 É. Carpentier, « Le traitement informatisé... », loc. cit., p. 255-268.
  • 42 A C Tolentino (non répertorié).

22Les notaires ne fournissent jamais de mesures. Existe-t-il alors des cadastres qui rendraient inutile la précision notariale des dimensions, comme le suppose Jean-Marie Martin pour Naples, la Calabre et la Pouille méridionale et centrale40 ? J’en doute pour la région sur laquelle je travaille pour au moins deux raisons. D’une part, comme a pu le montrer Élisabeth Carpentier, les cadastres offrent une valeur très approximative et présentent beaucoup de lacunes. Dans celui d’Orvieto de 1292, un tiers des propriétaires ne sont pas comptabilisés41. Les notaires qui s’y référeraient systématiquement risqueraient de commettre de trop nombreuses approximations et erreurs. D’autre part, nous possédons un catasto que la commune de Tolentino a fait rédiger à la fin du xiiie siècle42 : force est de constater que les notaires qui ont instrumenté des actes privés se montrent bien plus précis que ceux qui ont rédigé le catasto communal puisque chaque parcelle, dans ce dernier document, est délimitée en moyenne par deux confronts seulement.

  • 43 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 189-190.
  • 44 E. Archetti, « Un castello del contado di Jesi tra XIII e XIV secolo », dans Scritti storici in me (...)
  • 45 Acte du 2 novembre 1342, P. Serrapetrona, p. 65-66.
  • 46 Acte du 17 avril 1319, P. convento di San Nicola, p. 69.

23L’étude du catasto de Montalto (1320) confirme l’aspect approximatif et lacunaire de ce type de document. Les premières lignes définissent l’entreprise comme un appretium, c’est-à-dire une évaluation des possessions, sans aucune référence à des experts de la mesure, même si, pour chaque parcelle mentionnée, on a indiqué, dans l’ordre, contrata, confins, superficie (mesurée en modioli, stara et pugna), type de cultures ou de terrain. On sait par ailleurs que dans ce catasto « rustique », le centre habité, la propriété communale (forêts et prairies pour l’essentiel) et la propriété ecclésiastique (très importante) échappent à la recension43. Dans le catasto du bourg de Massaccio di Jesi (à 35 kilomètres au nord de Tolentino), rédigé en 1294, les propriétés ecclésiastiques et communales ne sont pas non plus répertoriées44. Les actes privés que nous étudions permettent donc de bien mieux percevoir l’ensemble du type de propriétés puisque le notaire qui confine une parcelle n’occulte ni la propriété communale, ni la propriété ecclésiastique, comme en témoigne par exemple un acte de Serrapetrona daté du 2 novembre 1342 qui mentionne une vigne située juxta sodum communis et une autre terre sise juxta ecclesiam Sancti Martini45, ou un acte de Tolentino qui porte sur un bien se situant juxta rem ecclesie Sancti Jacobi46.

  • 47 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 187. La superficie tot (...)
  • 48 E. Archetti, « Coltivazione e proprietà terriera a Corinaldo tra XIV e XV secolo », Proposte e ric (...)
  • 49 G. Luzzato, Le finanze di un castello nel XIII secolo, repris dans id., Dai servi della gleba agli (...)

24Puisque notre documentation ne nous livre aucune mesure, on peut, à titre de comparaison, donner quelques chiffres issus de microrégions voisines. En 1320, dans le castrum de Montalto, la dimension moyenne de la parcelle (pour 140 propriétaires recensés) est de 3,38 hectares : 71 personnes possèdent moins de 3 hectares et seulement 28 sont à la tête d’une propriété supérieure à 5 hectares47. Dans le catasto de Corinaldo, daté de 1359, la très grande majorité des propriétaires disposent de moins d’une plovina (1,95 hectare)48. Dans le catasto de Matelica, daté des années 1278-1279, la moyenne se situe à environ 6-7 hectares par famille49.

  • 50 Acte du 2 décembre 1342 (pour deux parcelles), P. Serrapetrona, p. 69 et p. 70.
  • 51 A Camporontondo di Fiastrone, par exemple, en 1320, celui qui ose déplacer ou enlever une borne sa (...)
  • 52 Voir D. Cecchi, Statuto Castri Campirotundi..., op. cit., note 46, p. 68-72, pour de très nombreux (...)

25Comment le notaire clôt-il l’énumération des confronts ? Dans les deux tiers des cas, il utilise une « formule de précaution » qui prend deux formes. La première, de loin la plus fréquente, est du type et aliis lateribus ou et alia latera ou encore vel alios fines, attestant que le bien qui vient d’être délimité ne l’est pas complètement par manque d’informations. Dans le second cas, le notaire termine par un et aliam partem sicut terminata est ou et aliam partem prout terminata (« ainsi qu’il a été borné » ou « comme on a borné »). Ces expressions attestent sinon la présence de bornes, au moins celle de limites connues de tous (arbres ou pierres marqués d’une croix, tas de pierres...). Il arrive d’ailleurs parfois qu’en début d’acte une parcelle soit d’emblée présentée par le notaire comme signata et terminata50. Dans les statuti des communes des Marches, ceux qui déplacent des bornes ou qui les enlèvent sont sévèrement punis, preuve du grand soin que leur portent les autorités communales51. Ces dernières sont toujours très attentives à sauvegarder tout ce qui peut, dans l’espace, marquer des limites. Elles interdisent ainsi de travailler la terre près des confins pour éviter leur effacement, leur occultation ou encore la démolition des bornes s’il en existe, afin de garder présents les points de repère si utiles en cas de litiges de voisinage mais aussi si précieux pour confronter une parcelle. Souvent, les statuts communaux donnent une distance minimale à respecter, au-delà de laquelle il ne faut plus travailler sa terre (un pied) ou planter des arbres (cinq à six pieds) ou tracer un fossé52, laissant donc un espace « tampon » entre deux possessions ou exploitations.

26Dans un tiers des cas (mais plus de la moitié à Serrapetrona et seulement 10 % à Tolentino), le notaire n’utilise aucune « formule de précaution » pour clore son « tour » de parcelle. Peut-on en déduire pour autant qu’il est certain d’avoir énuméré toutes les terres adjacentes ?

Des parcelles confrontantes aux noms d’hommes

  • 53 Acte du 14 octobre 1344, P. convento di San Nicola, p. 155-156.
  • 54 Respectivement, actes du 16 mai 1308 et du 28 août 1300, A C Tolentino, répertoriés dans Indice, p (...)

27Quels sont les éléments pris en compte par le notaire pour procéder à la délimitation d’un bien ? Remarquons tout d’abord qu’il est exceptionnel que des éléments végétaux ou agricoles soient utilisés. Il est rare de rencontrer un élément orographique (in monte), un peu plus fréquent de lire une rupture hydrographique (une vingtaine de mentions de ripa, fossatum et flumen Clentis à Tolentino). Il est aussi très rare de voir apparaître comme confront un monastère, une église ou une maison (plus fréquent cependant dans le district de Tolentino). La via est utilisée dans 18 % des cas (14,7 % à Serrapetrona et 22,5 % à Tolentino). Elle sert davantage à délimiter du bâti (domus) qu’une parcelle. Elle est très souvent le premier confront d’une énumération et peut même parfois être en situation de monopole : une maison de Tolentino se trouve juxta mam a tribus lateribus53. La via est très rarement publica ou communis (14 %). À Tolentino, elle est parfois désignée comme strata magna ou magna via54. Monique Bourin a montré que cette différence n’a guère de sens puisqu’un même chemin peut porter l’une ou l’autre des appellations. La seule mention de via, sans le qualificatif de publica, ne peut donc sans doute pas nous amener à conclure qu’il s’agit d’une voie privée.

28Le notaire qui délimite un bien donne donc de manière très fréquente (les deux tiers des cas) le nom des « propriétaires » limitrophes ou de ceux qui « tiennent » les terres adjacentes. L’humanisation extrême du paysage (sa fréquentation, sa connaissance) entraîne une manière de dire et de penser des limites matérielles et des superficies en utilisant des noms d’hommes.

  • 55 On rencontre des pourcentages très similaires dans d’autres sources de la même région : 93 % des t (...)

29Il est exceptionnel que l’individu confrontant ne porte qu’un élément onomastique, uniquement son nomen proprium (à peine 11 %). Si c’est le cas, c’est souvent parce qu’il a déjà été mentionné auparavant avec plusieurs nomina. Le notaire se contente alors d’un supradictus Laurentius. C’est parfois l’acheteur lui-même : predictus emptor. Le propriétaire confrontant porte donc le plus souvent deux (65 %) ou trois (21 %) nomina55.

  • 56 Pour Tolentino : acte du 16 mars 1311, P. convento di San Nicola, p. 30 ; acte du 14 octobre 1315, (...)
  • 57 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 200. On fera remarquer (...)
  • 58 Acte du 30 mars 1349, P Serrapetrona, p. 82-83.
  • 59 Acte du 18 janvier 1337, P. concento di San Nicola, p. 99.

30Lorsque je constate que les parcelles confrontantes portent des noms d’hommes, cela signifie également qu’elles ne sont pas aux noms de femmes. Sur les 284 cas de confronts anthroponymisés, en effet, on ne compte que six femmes : deux à Serrapetrona (dans le même acte) et quatre à Tolentino56. Il est donc préférable de parler d’androponymisation de la terre plutôt que d’anthroponymisation. La faiblesse des cas de possessions féminines est assez générale dans l’ensemble de la région. Dans le catasto de Montalto, la propriété féminine ne représente que 8 % de l’ensemble57. Les six femmes rencontrées occupent des positions très différentes au sein de l’énumération des confronts, si bien qu’on peut penser que le notaire livre un ordre géographique et non sexué. Dans les actes de Tolentino, rien ne permet de déceler que les quatre femmes sont nommées parce que leur mari n’est plus là. En revanche, on peut le supposer pour les deux femmes de Serrapetrona. Dans l’inventaire de biens dans lequel elles sont mentionnées, le 30 mars 1349, on peut lire : Item unam domum positam in castro Serre juxta viam, Marcjaritam olim Guarnerii et, plus loin, et alia posita est in dicto vocabolo juxta Dolcevitam Marchelenum pro filiabus58 [...]. Lorsqu’il s’agit, en toute vraisemblance, d’un bien foncier appartenant aux femmes (par voie dotale peut-être), la terre est détenue par le mari : l’expression pro uxore apparaît à douze reprises comme dans cet exemple de Tolentino : Cicchum et Anthonium jacobutii Melioris pro uxoribus eorum, Dominicum Muctiaforis pro uxore59 [...].

  • 60 E. Carpentier, « Le traitement informatisé... », loc. cit., p. 255-268.
  • 61 Ibid., p. 267.

31Il convient désormais de s’interroger sur la nature des rapports entre les confrontants et « leur terre ». Ces hommes sont-ils propriétaires ou loueurs de terre ? Les statuti de Camporotondo di Fiastrone (1320-1366), castrum situé à une dizaine de kilomètres au sud de Tolentino, distinguent parfois deux rapports à la terre. Ainsi, la rubrique III, 8 interdit à quiconque de dévier l’eau de pluie sur « sa terre (terra sua) » ou quod (sic) haberet ad laboritium. Dans les deux cadastres d’Orvieto de 1292, Élisabeth Carpentier a recensé 6 305 propriétaires60. Mais elle signale que ceux qui sont nommés pour les parcelles limitrophes n’apparaissent pas toujours comme propriétaires recensés. Car ces cadastres répertorient avant tout « des terres et des possessions », ce qui pose le problème du droit éminent et du droit utile, sans parler du fait que les terres étaient rarement cultivées par leur propriétaire ou leur possesseur. « Autrement dit, qui, du propriétaire éminent, du possesseur titulaire d’un contrat de longue durée ou du petit tenancier est déclaré au cadastre61 ? » On doit sans doute admettre que, dans les catasti comme dans nos actes notariés, les confronts énoncés sont tantôt les uns, tantôt les autres.

Des parcelles tenues par des frères

  • 62 Acte (non daté) du début du xive siècle, A C Tolentino, répertorié dans Indice, p. 70.
  • 63 Acte du 13 septembre 1309, P. convento di San Nicola, p. 27.
  • 64 Acte du 1er juin 1363, P. Serrapetrona, p. 93-94.
  • 65 Acte du 14 octobre 1315, P. convento di San Nicola, p. 58.
  • 66 Acte du 28 décembre 1346, P. Serrapetrona, p. 77.
  • 67 Acte du 14 octobre 1341, P. convento di San Nicola, p. 84.

32Les exemples sont très nombreux qui signalent la possession d’une terre qui appartient, qui est tenue (pour exploitation ou pour travail) en indivisis par un groupe de frères ou d’héritiers (16 %). À Tolentino, une parcelle se situe iuxta heredes Maxii Boncambii ohm de Appianano/ heredes Andree Rubey, heredes Putì Johannis, heredes Vannu/tií Johannis Alesandri, Vartholomutiam Manfriedii et alios/fines ; une seconde, juxta heredes Verar/di Marcuti heredes dopni Philippis de Sala, heredes Nicole/ Morici et alios fines62 ; une troisième est tenue par predictus emptor et fratres eius63. À Serrapetrona, un bien se trouve juxta heredes Cagni et filios Machey de Carpionano [...] ; un autre, pro indiviso cum heredibus Cagni [...]64 ; un autre, juxta filios Consulis, uxorem Petriti, filios Scagni Martini, heredes Johannis Stephani65 [...] ; et un autre encore, juxta dictum Cicchum et fratres eius predictos66, etc. Deux personnes désignant une parcelle confrontante portent parfois le même nomen paternum : Laurentius et Franciscus Accurri67.

  • 68 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 200, et E. Archetti, « (...)
  • 69 Voir P. Cammarosano, « Les structures familiales dans les villes de l’Italie communale, xiie-xive  (...)

33On constate un phénomène analogue, avec la même fréquence, parmi les confrontants dans les catasti de la région, comme dans celui de Montalto (1320) ou dans celui de Corinaldo (1359)68. Le système successoral marchésan, comme celui de très nombreuses régions italiennes à l’époque communale, s’avère plutôt égalitaire entre les fils (même parmi les familles nobles) : « À la mort du père, avec ou sans testament, les descendants mâles se trouvaient copropriétaires du patrimoine qui, jusqu’à là, avait été géré par l’autorité paternelle69. » Il est fréquent dans les statuti des Marches que des rubriques mentionnent des biens tenus par plusieurs personnes. Dans ceux de Camporotondo, si une personne qui possède une terre ne s’acquitte pas de la dative, on défend à tous les citoyens de travailler cette parcelle ou de l’ensemencer, de moissonner ou de battre le grain sous peine de graves amendes. On précise ensuite que la dative devra être payée de manière égale « par les parents cohabitant avec le récalcitrant » (IV 58). Dans ces mêmes statuts, lorsqu’on évoque de manière assez longue, en 1329, les règles afférant aux moulins, on prend en compte les cas où ces derniers sont possédés par plus d’une personne (VI, 3) ; on stipule, par ailleurs, que dans le cas d’une parcelle appartenant à plus d’un individu, un propriétaire peut contraindre l’autre ou les autres à lui vendre sa part concernant les arbres. La rubrique 7 du livre III, en effet, stipule que celui qui récolte les fruits des arbres qu’il possède en commun avec d’autres est condamné.

34Le terme filios signale sans doute une association de frères (un ensemble de fils), tandis que heredes indiquerait une ouverture sur d’autres membres de la parenté. Il est fréquent que les termes heredes ou filios soient suivis d’un condam, attirant encore davantage notre attention sur les raisons qui ont incité ce groupe de frères, de fils ou de parents à tenir la terre en commun. À la suite du décès paternel, provisoirement ou à plus long terme, les frères gardent des terres familiales en commun pour éviter la fragmentation excessive du patrimoine.

  • 70 A. Guerreau-Jalabert, R. Le Jan et J. Morsel, « De l’histoire de la famille à l’anthropologie de l (...)
  • 71 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au x (...)
  • 72 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à l (...)
  • 73 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., op. cit., t. 1, p. 718. Selon Pierre Toubert, un (...)

35On pense souvent à tort que « l’appropriation collective n’est guère pratiquée (tous les travaux disponibles indiquent que la division des biens à l’intérieur d’une fratrie s’effectue généralement peu de temps après la mort des parents)70 ». Une attention plus soutenue aux textes de la pratique montre qu’il n’en est rien. Laurent Feller a montré que l’indivision entre frères était adaptée aux régions qui ne disposaient plus de beaucoup d’espaces ouverts à la conquête agraire et qu’elle ne portait bien souvent que sur une partie du patrimoine, chacun des frères pouvant également posséder des biens personnels71. Pierre Toubert avait déjà observer que dans le Latium entre la fin de l’incatellamento et le xiiie siècle, sous le poids de l’essor démographique et la stabilisation des limites entre terroirs de castra, la famille paysanne connaissait au moins un profond changement, situation jusqu’alors exceptionnelle : l’« indivision du patrimoine ou de la tenure entre frères (fraterna au sens strict) », entre cousins germains ou entre parents plus éloignés72. Dans le Latium, vers 1100, « les parcelles qui n’évoquaient pas, pour l’un au moins de leurs confrontants, la présence mitoyenne d’une fraterna étaient la minorité73 ». Ce phénomène se retrouve, et pour toute l’Italie, dans les deux siècles qui ont suivi, en partie sous l’effet de la croissance démographique. Beaucoup de partages successoraux se limitent donc à une portion seulement du patrimoine, ne nous permettant pas d’accéder aux biens qui demeurent en indivision.

  • 74 Voir supra, note 60.
  • 75 D. Herlihy, « Land, family and women... », loc. cít., p. 106. Reste alors à l’historien à comprend (...)

36Mais, il convient de se poser la question de savoir quel pouvoir réel exercent ces frères sur la terre à laquelle ils donnent leur nom. Dans les Marches, comme ailleurs en Italie, il faut établir une corrélation entre ce pourcentage relativement élevé de « fils de » et la faiblesse de celui des femmes. Pour la période viiie-xiie siècle, David Herlihy a fait observer qu’en Allemagne, en Espagne et dans le Sud de la France, contrairement à l’Italie, les parcelles confrontantes portant les noms des femmes étaient relativement fréquentes (de l’ordre de 15 % en moyenne)74. Il explique que, si ce pourcentage reste bas en Italie (5 % en moyenne), c’est à cause de l’importance des terres attribuées par les notaires aux heredes ou aux filios. Ces derniers ne seraient alors que des prête-noms pour désigner une terre dotale possédée par leur mère à la suite du décès paternel. Ainsi, ces appellations masculines n’empêcheraient pas la veuve d’exercer un réel pouvoir sur la terre, sans doute en étroite association avec ses enfants mais, au moins pour le notaire, au nom de ses fils75.

  • 76 Les médiévistes confondent encore trop souvent propriété, possession, exploitation et résidence en (...)

37Le fait de « tenir la terre » en commun ne doit pas nous amener trop hâtivement à en déduire une résidence ou une exploitation en commun de la terre. Rien dans nos actes ne permet d’observer où habitent ces frères ou ces parents et comment ils procèdent pour exploiter ces parcelles de terre laissées en indivisis76.

38L’acte notarié est performatif. En construisant textuellement des limites humaines, l’acte crée des liens sociaux : en nommant des personnes les unes à la suite des autres, en les enchaînant, il leur rappelle qu’ils sont des voisins pour un ou plusieurs lots, qu’ils sont positi juxta les uns des autres, juxtaposés pour faire un tout. Les heredes sont unis pour maintenir une cohésion entre eux, pour se souvenir que cette parcelle appartenait à un condam de la parenté.

  • 77 J.-M. Martin, « Perception et description... », op. cit., p. 127.

39Même si le procédé notarial qui consiste à nommer le bien, à le localiser et à le délimiter obéit à des règles précises, il demeure relativement souple, permettant presque à chaque notaire ou à chaque entourage de celui-ci au moment de l’instrumentation de l’acte de produire une désignation originale. Le notaire s’adapte non seulement au type d’espace dans lequel il situe et confine la parcelle mais aussi aux types d’informations que lui donnent les contractants qui sont, à cet instant, dans l’interaction, ses interlocuteurs et ses informateurs. Un même notaire peut ainsi utiliser, dans un même acte, des modes de confinage différents ou nommer des contrate de plusieurs manières. Ce que transcrivent les notaires est certes une « vision officielle et juridique du paysage humanisé77 » mais, de manière plus pragmatique, c’est aussi ce qu’ils ont pu ou bien voulu noter des paroles échangées avec les contractants lors de l’instrumentation de l’acte.

Notas

1 Archivio Comunale di Tolentino (abrégé par la suite en A C Tolentino), répertorié dans Indice delle pergamene esistenti nell’archivio comunale di Tolentino (abrégé en Indice), p. 72.

2 Les principales études portant sur la définition, la situation et la délimitation des parcelles à partir des actes notariés sont : M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Languedoc aux xe et xie siècles », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, E. Mornet (dir.), Paris, 1994, p. 73-85 ; id., « La géographie locale du notaire languedocien (xe-xiiie siècle) », dans Espace vécu, mesuré, imaginé. Numéro en l’honneur de Christiane Deluz, Cahiers de recherches médiévales (xiiie-xve siècles), 13 (1997), p. 33-40 ; L. Feller, « Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge », dans Le village médiéval et son environnement, Études offertes à Jean-Marie Pesez, travaux réunis par Laurent Feller, Perrine Mane et Françoise Piponnier, Paris, 1998, p. 491-507 ; A. Mailloux, « Perception de l’espace chez les notaires de Lucques(viiie-ixe siècle), MEFRM, 109,1997, p. 21-57, et L-M. Martin, « Perception et description du paysage rural dans les actes notariés sud-italiens(ixe-xiie siècles) », dans Castrum, 5, Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Madrid, Rome, Murcie, 1999, p. 113-127.

3 Pour un bilan historiographique et bibliographique, voir S. Bernardi, « La deputazione di Storia patria per le Marche : cento anni di recerche su fonti medioevali », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 95 (1990), p. 47-96. Pour une synthèse sur les Marches au Moyen Âge, voir J.-C. Maire Vigueur, Communi e signorie in Umbria, Marche e Lazio dans Historia d’Italia, Giuseppe Galasso (dir.), t. VII, Turin, 1987, p. 321-606. Pour les aspects plus spécifiquement ruraux, voir les travaux cités dans la suite des notes du présent article.

4 Une disette est attestée dans une région très proche, près de Pérouse, J. Grundman, « Documenti umbri sulla carestia degli anni 1328-1330 », Archivio Storico Italiano, année 128, 1970, p. 207-253.

5 S. Anseimi, « La ricolonizzazione agricola dei secoli XIV e XV », dans id., (a cura di), Economia e società : le Marche tra XV e XX secolo, Bologne, 1978, p. 34.

6 M. Moroni, L’Italia delle colline. Uomini, terre e paesaggi nell’Italia centrale (secoli XV-XX), Ancône, 2003 (Quaderni di Proposte e ricerche, 29), en particulier p. 72-73.

7 Ibid., p. 280.

8 Voir en dernier lieu, S. Carocci, « Il mercato della terra in Italia centrale e settentrionale, 1180-1350 », dans l’enquête sur le marché de la terre dirigée par Laurent Feller et Chris Wickham dans le cadre du LAMOP ; l’auteur souligne cet aspect parmi les « lignes de fond » des années 1170-1350 : http ://lamop.univ-paris1.fr/W3/TreiIles/carocci.html.

9 Hypothèse formulée par J.-M. Martin, « Perception et description... », op. cit., p. 113-114. Nous discutons cette hypothèse, infra.

10 Sur le rôle du notaire dans la construction de l’espace, voir J. Lassalle, « Territoires de confins et délimitations territoriales. Les litiges fonciers entre communautés d’habitants de la haute vallée de la Roya (xiie-xve siècle) », dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, actes du XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris, 2007, p. 393-394.

11 Voir M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto Marche in un catasto del 1320 », Proposte e ricerche, 23 (1989), p. 192.

12 Acte édité par R. Cicconi, Le Pergamene di Serrapetrona e le carte inedite nello Statuto 1473, Camerino, 1998 (désormais abrégé en P. Serrapetrona), p. 65.

13 P. Serrapetrona, p. 82.

14 P. Serrapetrona, p. 55 ; je n’ai jamais trouvé le terme de semita pour désigner une haie.

15 P. Serrapetrona, p. 37.

16 Pietro Sella donne pour starium : mesure de volume ou de superficie, staio (fr : boisseau). Il cite, entre autres, un exemple pris dans un document de Beiforte del Chienti (castrum situé à quelques kilomètres de Serrapetrona et de Tolentino) en 1547 (starium terre), P. Sella, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa-Veneto-Abruzzi, Cité du Vatican (Studi e testi-109), 1944, p. 551. Dans le catasto de Montalto (1320), la terre est mesurée en modioli, stara et pugna, M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture... », op. cit., p. 187.

17 Voir sur ce point les remarques d’H. Penet, « Le sens des limites. Construction et perception de l’espace dans les actes de la pratique : l’exemple sicilien (xiie-xve siècle) », dans Construction de l’espace au Moyen Âge..., op. cit., p. 406.

18 M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien... », loc. cit., p. 38.

19 Acte du 6 avril 1312, édité dans Ezio Ruggeri, Le piu’ antiche pergamene dell’archivio del convento di San Nicola a Tolentino (1235-1345), tesi di laurea, Rino Avesani (dir.), Università degli studi di Macerata, 1972-1973 (abrégé par la suite en P. convento di San Nicola), p. 48.

20 Acte du 18 janvier 1337, P. convento di San Nicola, p. 99.

21 Généralement, la langue vulgaire apparaît sous la plume du notaire pour exprimer des termes topographiques, anthroponymiques, métrologiques ou des mots de la vie quotidienne et matérielle, comme on le voit dans les chartes du xie siècle étudiées par M. Parisse, « Quod vulgo dicitur : la latinisation des noms communs dans les chartes », dans Le latin dans le texte, Monique Goullet et Nathalie Bouloux (dir.), Médiévales, 42, printemps 2002, p. 45-54. Voir aussi M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, 2003, tout particulièrement le volume 1, chapitre VI, p. 425-462. Pour une période plus proche de celle que j’étudie ici, voir A. Cazenave, « De la parole au texte : les termes de langue d’oc dans les actes en latin », Bulletin philologique et historique, 1979, p. 83-87.

22 Respectivement, acte du 17 avril 1319, P. convento di San Nicola, p. 69 ; acte du 12 octobre 1333, P. convento di San Nicola, p. 86 ; et acte du 5 octobre 1340, P. convento di San Nicola, p. 117.

23 P. Serrapetrona, respectivement p. 70 et p. 66.

24 L. Feller, « Décrire la terre en Italie... », loc. cit., p. 496.

25 Voir D. Cecchi, Statuta Castri Campirotundi (1322/1366). Proprietà fondiaria ed agricoltura negli statuti della Marca d’Ancona (Deputazione di storia patria per le Marche), Milan 1966, note 48, p. 72-74. Le droit de préemption se retrouve dans de très nombreuses régions d’Italie. Ainsi, à Messine, H. Penet, « Le sens des limites... », op. cit., note 5, p. 406. En revanche, il n’est pas mentionné dans les statuti de Camporotondo, D. Cecchi, Statuto Castri Campirotundi..., op. cit., p. 30-31.

26 Pratique appelée par Dante Cecchi l’istituto dell’ingrossazione, ibid., p. 72-74.

27 D. Luzzatto, Gli statuti del comune di San Anatolia del 1324 e un frammento degli statuti del comune di Matelica del sec. XIV (1358 ?), Ancône, 1904, Rub. CLXXXXII, p. 115-116.

28 Comme l’a montré Monique Bourin, nous sommes dans une époque où, après 1070, les notaires ne se servent plus des points cardinaux, M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien... », loc. cit., p. 34. Dans les Pouilles des xe-xiie siècles, la règle est encore de décrire les côtés en suivant les points cardinaux, J. M. Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, 1993, p. 386.

29 Acte du 28 août 1300, A C Tolentino, répertorié dans Indice, p. 70. Le procédé qui consiste à numéroter les confronts (a primo latere [...] a secundo [...] a tertio [...]) semble encore la règle dans la région au milieu du xiiie siècle, comme on peut, par exemple, le constater à la lecture des actes instrumentés dans ou pour l’abbaye de Chiaravalle di Fiastra, située à quelques kilomètres de Tolentino, Le Carte dell’abbazia di Chiaravalle di Fiastra, vol. VII (1247-1255), G. Avarucci et G. Borri (éd.), Spolète, 2004.

30 Un cas exceptionnel est représenté par une parcelle délimitée par onze confronts : Totam terrant aratoriam positam in curia et districtu castri Serre in loco qui dicitur lu Colle Jarocçuni juxta viam publicam a pede, juxta Laurentium Severine, Gentilem Corpentis, Lucam Junte, heredes Salimbene Scanqni, Michelem Barutii, Francisscum Bonsaverii, Venturellum Salimbene, heredes condam maqistri Michaelis, heredes Berardi Andree et predictum Laurentium de predicto castro Serre cum aliis lateribus [...], Acte du 23 août 1328, P. Serrapetrona, p. 44.

31 M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien... », loc. cit., p. 36.

32 Sur les 18462 parcelles recensées dans le cadastre du contado, 13 970 ont trois confronts (75,66 %) et 3 388 en ont deux (18,35 %) E.Carpentier, « Le traitement informatisé des plus anciens catasti : le problème des confronts », dans Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, J.-L. Biget, J.-C. Hervé et Y. Thébert (éd.), Rome, 1989, p. 255-268.

33 L. Feller, « Décrire la terre en Italie... », loc. cit., p. 504. Pour le mot caput, J.-F. Niermeyer donne, en 3, « extrémité d’une parcelle de terre » et, pour pes, en 2, « bas, bout d’un champ », J.-F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon minus, Leyde, New York, Cologne, rééd., 1993, p. 139 et p. 795.

34 Acte du 22 janvier 1304, P. Serrapetrona, p. 35.

35 Acte du 2 novembre 1342, P. Serrapetrona, p. 65-66.

36 Comme le suggère Anne Mailloux pour la région de Lucques aux viiie-ixe siècles : caput signifie le petit côté et pes le grand, A. Mailloux, « Perception de l’espace... », loc. cit., p. 40.

37 Le premier sens de pes, proposé par J.-F. Niermeyer est « pied d’une montagne », J.-F. Niermeyer, Mediae Latinitatis..., op. cit., p. 795.

38 L. Lagazzi pense que la description des terres par capita et latera au haut Moyen Âge renvoie à un maillage régulier du parcellaire, L. Lagazzi, Segni Sulla terra. Determinazione dei confini e percezione dello spazio nell’alto medioevo, Bologne, 1991, p. 26, suivi par Anne Mailloux, « Perception de l’espace... », loc. cit., p. 39.

39 A. Mailloux, « Perception de l’espace... », loc. cit., p. 40.

40 Hypothèse formulée par J.-M. Martin, La Pouille..., op. cit., p. 387, et id., « La mesure de la terre en Italie méridionale(viiie-xiie siècles), Histoire et Mesure, VIII, 3-4,1993, p. 285-293.

41 É. Carpentier, « Le traitement informatisé... », loc. cit., p. 255-268.

42 A C Tolentino (non répertorié).

43 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 189-190.

44 E. Archetti, « Un castello del contado di Jesi tra XIII e XIV secolo », dans Scritti storici in memoria di Enzo Piscitelli, a cura di Renzo Paci, Padoue, 1982, p. 23-60.

45 Acte du 2 novembre 1342, P. Serrapetrona, p. 65-66.

46 Acte du 17 avril 1319, P. convento di San Nicola, p. 69.

47 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 187. La superficie totale est de 137 modioli, 5102,63 stara et 393 pugne.

48 E. Archetti, « Coltivazione e proprietà terriera a Corinaldo tra XIV e XV secolo », Proposte e ricerche, 8 (1982), p. 48.

49 G. Luzzato, Le finanze di un castello nel XIII secolo, repris dans id., Dai servi della gleba agli albori del capitalismo, Bari, 1966, p. 333-334.

50 Acte du 2 décembre 1342 (pour deux parcelles), P. Serrapetrona, p. 69 et p. 70.

51 A Camporontondo di Fiastrone, par exemple, en 1320, celui qui ose déplacer ou enlever une borne sans autorisation du vicaire ou du propriétaire de la parcelle doit payer 20 sous d’amende (Rubrique IV, 27) ; voir les commentaires généraux de Dante Cecchi, Statuta Castri Campirotundi..., op. cit., p. 30.

52 Voir D. Cecchi, Statuto Castri Campirotundi..., op. cit., note 46, p. 68-72, pour de très nombreux exemples.

53 Acte du 14 octobre 1344, P. convento di San Nicola, p. 155-156.

54 Respectivement, actes du 16 mai 1308 et du 28 août 1300, A C Tolentino, répertoriés dans Indice, p. 71 et 70.

55 On rencontre des pourcentages très similaires dans d’autres sources de la même région : 93 % des témoins masculins laïques du procès de canonisation de Nicolas de Tolentino (1325) portent deux (83 %) ou trois nomina (10 %), D. Lett, « Les noms des hommes, des filles et des épouses dans les Marches d’après le procès de canonisation de Nicolas de Tolentino (1325) », MEFRM, 119/2, 2007, p. 404.

56 Pour Tolentino : acte du 16 mars 1311, P. convento di San Nicola, p. 30 ; acte du 14 octobre 1315, P. concento di San Nicola, p. 58 ; acte du 27 février 1317, P. concento di San Nicola, p. 65 ; acte du 9 novembre 1320, P. concento di San Nicola, p. 73.

57 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 200. On fera remarquer que la faiblesse du nombre de noms de femmes parmi les confrontants n’a pas toujours été le cas et qu’en Allemagne, Espagne et Sud de la France, jusqu’au xiie siècle, on pouvait en rencontrer entre 10 et 18 %. Il semble qu’en Italie, même au haut Moyen Âge, ce pourcentage soit resté bas, voir D. Herlihy, « Land, family and women in Continental Europe, 701-1200 », Traditio, vol. XVIII, 1962, p. 105-107.

58 Acte du 30 mars 1349, P Serrapetrona, p. 82-83.

59 Acte du 18 janvier 1337, P. concento di San Nicola, p. 99.

60 E. Carpentier, « Le traitement informatisé... », loc. cit., p. 255-268.

61 Ibid., p. 267.

62 Acte (non daté) du début du xive siècle, A C Tolentino, répertorié dans Indice, p. 70.

63 Acte du 13 septembre 1309, P. convento di San Nicola, p. 27.

64 Acte du 1er juin 1363, P. Serrapetrona, p. 93-94.

65 Acte du 14 octobre 1315, P. convento di San Nicola, p. 58.

66 Acte du 28 décembre 1346, P. Serrapetrona, p. 77.

67 Acte du 14 octobre 1341, P. convento di San Nicola, p. 84.

68 M. C. Pacioni, « Il territorio e le colture di Montalto... », loc. cit., p. 200, et E. Archetti, « Coltivazione e proprietà terriera... », loc. cit., p. 49. En revanche, dans le catasto de Corinaldo de 1452 que l’auteur compare à celui du milieu du xiiie siècle, le nombre de terres en indivisis entre frères est en baisse.

69 Voir P. Cammarosano, « Les structures familiales dans les villes de l’Italie communale, xiie-xive siècles », dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval. Actes du colloque de Paris (6-8 juin 1974) organisé par l'EHESS, le Collège de France et l’EFR, G. Duby et J. Le Goff (dir.), Rome, 1977, p. 191.

70 A. Guerreau-Jalabert, R. Le Jan et J. Morsel, « De l’histoire de la famille à l’anthropologie de la parenté », dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, J.-C. Schmitt et O. G. OExle (dir.), Paris, 2002, p. 439.

71 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998, p. 503-507.

72 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, Rome, t.1, p. 716, et p. 717 pour la citation. À l’échelle de l’Italie tout entière, il semble que le phénomène de propriété collective (consortial family) d’une terre se développe à partir de la fin du xe siècle et devienne un phénomène massif au cours du xiie siècle (plus de 22 % des terres seraient concernées au début du xiie siècle) pour décliner après le milieu du xive siècle : D. Herlihy, « Family solidarity in Medieval Italian history », dans Economy, Society, and Government in Medieval Italy. Essays in Memory of Robert L. Reynolds, D. Herlihy, R. Lopez et V. Slessarev (dir.), Kent (Ohio), 1969, p. 173-184 (particulièrement p. 176-177) ; pour le développement du phénomène en Toscane après le milieu du xe siècle, voir L. Chiappelli, « Pistoia dell’età longobarda », Archivio Storico Italiano, LXXIX (1921), p. 259-266.

73 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., op. cit., t. 1, p. 718. Selon Pierre Toubert, une parcelle se prête d’autant mieux à l’indivision qu’elle est « excentrique » et « soumise à un système de culture extensif », ibid., p. 7 20.

74 Voir supra, note 60.

75 D. Herlihy, « Land, family and women... », loc. cít., p. 106. Reste alors à l’historien à comprendre, en termes de genre, les différences d’attributions des terres (par la communauté et/ou par les notaires) selon les zones géographiques.

76 Les médiévistes confondent encore trop souvent propriété, possession, exploitation et résidence en commun. Je remercie Laurent Feller pour les riches discussions que nous avons eues à propos de la nécessité d’opérer ces distinctions.

77 J.-M. Martin, « Perception et description... », op. cit., p. 127.

Índice de ilustraciones

Título Le nombre de confronts et leurs occurrences à Serrapetrona et à Tolentino dans 170 actes notariés instrumentés entre 1300 et 1370
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11171/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 87k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540